Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1942

Janvier

Texte intégral

11er janvier. Cavallero vient me trouver sous de nombreux prétextes mais, en réalité, il veut que les allemands sachent, par mon intermédiaire, qu’il n’est pas responsable de l’idée, avancée par le Duce, d’une attaque en Tunisie. Or c’est bien lui qui lui a mis cette idée en tête.

  • 1 Dans son courrier, Hitler justifie son attaque à l’est par la nécessité de prévenir une agression (...)

2Une longue lettre d’Hitler nous parvient. Elle s’est croisée avec celle du Duce. Un long compte rendu de la manière dont les choses se sont passées en Russie : des justifications mais pas d’explications. À notre égard, le ton est courtois et vaguement humble. Il est très différent de celui qui était utilisé, l’année dernière, quand nous avions des difficultés en Albanie1.

3Alfieri au palais de Venise. Il fait un tableau vague et falot de la situation en Allemagne. Il ne sait rien et ne dit rien mais avec beaucoup de paroles.

42 janvier. Aucune nouveauté ici. Depuis Berlin (ambassade), les nouvelles du front russe sont toujours plus mauvaises, mais Mussolini en conteste la véracité.

5Il a dit en parlant avec Alfieri : « Dites seulement aux allemands que l’Italie, dans trois ans, sera en guerre exactement dans les conditions d’aujourd’hui. »

6Cela fait plaisir, de temps à autre, de trouver un dissident : aujourd’hui, Barella a affirmé que la nomination de Vidussoni a été accueillie avec sympathie par le pays !

  • 2 Dix-septième anniversaire du discours du 3 janvier 1925, par lequel Mussolini annonce la mise en p (...)

73 janvier. À Bologne, pour la célébration du 3 janvier2. J’ai prononcé un assez long discours au théâtre Medica. Je n’ai pas fait donner trop de publicité au discours pour les raisons suivantes : je n’avais rien de nouveau à dire ; je crois qu’en ce moment, moins on parle, mieux c’est ; tous les camarades du gouvernement parlent dans les autres villes et ce n’est pas la peine de susciter ou attiser les jalousies par une différence trop marquée de traitement. Le public a écouté avec attention et a applaudi avec chaleur mais a voulu être convaincu. C’est un public, même le public fasciste, qui raisonne, ne s’excite pas, veut se rendre compte des choses. Les acclamations les plus fortes ont été pour Hitler et pour le Roi. À Bologne, le Duce est chez lui.

8Au retour, en train, je trouve von Mackensen revenant d’Allemagne. Il ne dit rien mais est abattu : la retraite en Russie pèse sur les allemands comme un malheur personnel.

94 janvier. Le Duce approuve, de manière inhabituelle, le discours de Bologne. Pas de nouveauté, si ce n’est le départ d’un convoi à qui sont confiées les armes et les espérances pour la résistance en Libye.

  • 3 Fondé en 1885, Il Resto del Carlino est le quotidien de Bologne.
  • 4 Troupes coloniales italiennes.
  • 5 Depuis l’été 1941, la résistance slovène s’est développée contre l’occupant italien et le haut-com (...)
  • 6 Jeu de mots entre moschetto (mousqueton) et maschietto (jeune homme). Le slogan mussolinien « Libr (...)

105 janvier. Ce matin, Mussolini renouvelle l’éloge de mon discours mais, exhibant une coupure du Carlino3, il fait des observations sur mon salut romain qui n’était pas réglementaire. N’y a-t-il rien de mieux à se préoccuper ? Vidussoni vient me voir. Après avoir parlé de petites choses contingentes, il fait quelques allusions politiques et annonce des propositions cruelles contre les Slovènes. Il veut tous les tuer. Je me permets de faire observer qu’ils sont 1 million. Cela ne fait rien – répond-il décidé –, il faut faire comme les ascaris4 et les exterminer tous5. J’espère qu’il se calmera. Maintenant, le mot d’ordre du Parti n’est plus « Libro e Moschetto » mais « Libro e Maschietto6 ».

  • 7 Outre du matériel léger et des munitions, le convoi transporte 55 chars et 20 automitrailleuses.

11Le convoi est arrivé en Libye sans attaque aérienne ou maritime. C’est très utile pour alimenter la résistance7.

12La police déconseille mon voyage à Zagreb : la situation n’est pas bonne et on tire aux alentours de la ville. D’autre part, je ne voudrais pas déplaire à Pavelic qui m’attend. J’ai télégraphié à Casertano pour avoir son avis.

  • 8 Commandant de la place de Bardia, le général Arthur Schmidt a capitulé le 2 janvier 1942 devant le (...)

136 janvier. Mussolini est aujourd’hui indigné par les allemands pour deux raisons. D’abord, le général Schmidt, fait prisonnier à Bardia8, a déclaré au correspondant du Daily Herald qu’il ne pouvait pas tenir, ayant sous ses ordres des Italiens alors qu’il semble que ce soit lui qui ait pris l’initiative de la reddition. Ensuite, en Roumanie, les allemands, aux dires d’Antonescu, se sont appropriés du pétrole qui nous était destiné. C’est la raison pour laquelle Mussolini les a traités de voleurs.

  • 9 . Stationnée en Croatie, la 2e armée est commandée par le général Vittorio Ambrosio, puis par le gé (...)

14Notre agent de liaison avec la 2e armée9, stationnée en Croatie, donne des nouvelles peu encourageantes sur la situation et sur le moral des troupes. Quelques unités se sont laissées capturer sans tirer un coup de feu.

  • 10 Ancien journaliste au Popolo d’Italia, Carlo Ravasio est rédacteur de la revue Gerarchia.

15Je reçois la visite de Ravasio10, nommé par le Duce vice-secrétaire du Parti avec la consigne d’être le « surintendant de l’orthodoxie morale et politique du Régime ». Consigne dure, énorme, indéfinie. Ravasio – que je ne connais que peu – a la réputation d’être un Savonarole qui, au café Cova et dans les colonnes du Popolo d’Italia, a menacé les impurs de ses foudres. Mais qui sont les impurs ? Il est facile de faire de la démagogie sur le papier mais, sur le terrain, à qui faut-il s’en prendre ? D’abord, que l’on donne des noms, puis que l’on fournisse des preuves et après, mais seulement après, viendront la corde et le savon. J’ai posé la question à Ravasio et lui-même n’a pas su me donner d’exemple plus impressionnant qu’un boucher qui a déterré et vendu un porc déclaré infecté par le vétérinaire. Cas grave, si l’on veut, mais pas au point d’incriminer la classe dirigeante du fascisme dans son ensemble.

167 janvier. Rien de nouveau.

178 janvier. Rien de nouveau.

189 janvier. Démonstrations anti-italiennes à Zagreb : tout me conduit à renoncer au voyage. Ce sera pour une autre fois.

19Mussolini est préoccupé par le sort de nos quatre transatlantiques qui devaient aller en Éthiopie ramener un premier contingent d’Italiens : il craint que les anglais arrêtent les navires à Lisbonne, lors du voyage retour, et les capturent. Je ne le crois pas : j’exclus que le gouvernement anglais veuille se rendre coupable d’un tel acte de rupture de ses engagements. Toutefois, étant donné que Mussolini pense ainsi, je ne peux prendre la responsabilité d’une décision et la lui laisse sans l’influencer en aucune sorte.

20Acquarone me parle du duc de Spolète : il se fout de la Croatie et veut de l’argent, de l’argent et encore de l’argent. En dernière analyse, il convient de lui en donner, au moins un peu. Je proposerai au Duce 100 000 lires mensuelles.

2110 janvier. Mussolini tient fermement à son point de vue à propos des navires que nous aurions dû envoyer en Éthiopie. Il ne veut pas prendre sur ses épaules le poids d’un refus et donne ses instructions : retarder la réalisation sans couper les fils des négociations.

  • 11 Ciano a publié un article intitulé « La nuova Albania » dans le premier numéro de l’édition albana (...)

22Mon article sur l’Albanie a eu un bon écho et, chose étrange, même la presse allemande l’a présenté comme l’expression de la politique de l’axe11. Il semble pourtant que ce n’est pas leur propre ligne de conduite dans les pays occupés.

2311 janvier. Il y a une grande nervosité en Allemagne. Le démenti de la presse à propos de désordres internes en est la preuve. Le Duce le déplore. Il dit : « Moi, par exemple, je n’ai jamais démenti de m’être battu en duel contre le Prince héritier. Les gens auraient commencé à y croire vraiment. » Alfieri fait parvenir de mauvaises nouvelles militaires et télégraphie que les divisions retirées du front russe ont fait halte dans les pays occupés mais pas dans le Reich car on en craint la propagande. Romano, depuis Vienne, confirme que la Stimmung est mauvaise et que beaucoup de soldats se sont suicidés plutôt que de repartir pour le front russe.

  • 12 Allusion aux Vêpres siciliennes de 1282, révolte contre les Français de Charles Ier d’Anjou, roi d (...)

2412 janvier. Le Duce proteste contre l’attitude de soldats allemands stationnés en Italie et, spécialement, contre des sous-officiers qui sont arrogants, provocateurs et ivrognes. Hier soir, à Foggia, deux d’entre eux sont entrés de force dans la maison d’un homme qui était en train d’aller au lit et lui ont tenu ce discours : « nous avons occupé la France, la Belgique, la Hollande et la Pologne. Ce soir, nous voulons occuper ta femme. » Il leur a répondu : « Vous pouvez occuper le monde entier mais vous n’occuperez jamais ma femme. Je suis célibataire. » Déçus, ils ont saccagé toutes les pièces de la maison. S’ils continuent dans cette voie, Mussolini, qui a protesté auprès de Rintelen, prévoit de nouvelles « Vêpres12 ».

  • 13 Le jour même, les Japonais entrent à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie.

25De façon générale, rien de nouveau : les choses vont bien pour les Japonais13, mal pour les allemands, sont mitigées pour nous en Libye.

  • 14 Le 9 janvier, les armées des généraux Koniev et Joukov lancent une offensive qui a pour objectif d (...)
  • 15 En français dans le texte.
  • 16 Lors de la conférence Arcadie, qui réunit Roosevelt et Churchill à Washington du 23 décembre 1941 (...)

2613 janvier. Sur le plan politique, les jours sont plutôt vides. Sur le plan militaire, l’attention se concentre toute entière sur le front russe où les choses continuent à être difficiles pour les allemands. Même Alfieri, qui d’habitude enjolive la situation, commence à admettre que le pain est amer en Russie : la retraite se poursuit sous la pression continuelle de l’ennemi14. Le Duce ne montre pas de préoccupations excessives mais considère la situation comme sérieuse. Il critique Hitler pour toute la campagne de Russie et le taxe de menteur pour ses communiqués. « Il a voulu épater15 avec de grands chiffres comme cet imbécile de Roosevelt16, a-t-il dit, et les résultats ont été sinistres. Du reste, ce sont deux imbéciles similaires, fils d’une même race de mules. »

27Buti est reçu par Mussolini avant son départ pour Paris et reçoit les instructions suivantes : aucune initiative politique, chercher à développer les échanges économiques et commerciaux, ne pas en faire trop dans le domaine culturel, mais faire connaître notre production en livres, pièces de théâtre, films et ne rien prendre des Français.

28J’ai vu Mackensen. Je n’avais pas parlé avec lui depuis dix jours : il a été malade. Comme toujours avec les allemands pendant les heures difficiles, il paraissait abattu. Je n’ai pas manqué de lui insuffler une dose d’énergie.

2914 janvier. Voyage pour Budapest. Arrêt bref à Vienne : la ville est triste et fatiguée. Romano confirme que l’état d’esprit n’est pas bon.

  • 17 Selon le compte rendu de Ciano, les dirigeants hongrois restent assez optimistes en ce qui concern (...)

3015 janvier. J’ai déjà noté ailleurs mes entretiens et mes impressions sur la Hongrie, mais comme mon compte rendu doit circuler entre plusieurs mains, j’ai été assez modéré17. La réalité est que les Hongrois sont exaspérés par les allemands et que l’on ne peut pas rester seul avec un Hongrois sans qu’il ne commence à dire du mal de l’Allemagne. Tous, du Régent au dernier pauvre type qui passe dans la rue.

  • 18 L’Allemagne fait pression afin que la Hongrie proclame la mobilisation générale, ce à quoi se refu (...)

31Horthy a dit : « C’est un peuple valeureux que j’admire, mais l’allemand est toujours insupportable, privé de tact et grossier. » Kánya a été encore plus précis. Bethlen a eu des paroles mesurées, mais il était d’une violence contenue en parlant de l’ingérence allemande18.

3216 janvier. À Budapest. Cérémonies militaires et après-midi libre.

3317 janvier. À la chasse à Mezőhegyes. Belle battue mais pas aussi riche qu’en 1938. Ribbentrop avait déjà éclairci le gibier et le Régent était trop fatigué pour supporter une chasse trop prolongée.

  • 19 Le Parti fasciste a installé une Casa del Fascio dans chaque ville où se trouve une importante com (...)

3418 janvier. Avec les Italiens de Budapest. Belle et vibrante cérémonie au Fascio19. Départ en soirée.

3519 janvier. En train pour Rome. Étape à Venise pour le repas.

3620 janvier. J’ai mis Mussolini au courant de mon voyage. Il semble s’intéresser à ce que j’ai écrit dans mon compte rendu et à ce que j’ai dit verbalement. À son tour, il m’informe des nouveautés.

  • 20 Le 21 décembre 1941, le général Alphonse Juin, qui a remplacé le général Weygand à la tête des for (...)

37France : le Führer ne veut aucunement accepter les conditions de Vichy pour mettre les ports de Tunisie à notre disposition. Il a raison car ce sont des conditions excessives. Je n’ai jamais douté des intentions d’Hitler à ce propos20.

  • 21 À la suite de l’attaque de Pearl Harbor, les Républiques d’Amérique centrale, la Colombie, le Vene (...)

38Rio de Janeiro : l’Amérique pousse les pays sud-américains à rompre leurs relations avec nous. Si cela arrive, le Duce pense qu’il conviendrait de déclarer sans attendre la guerre afin d’imposer aux États-Unis l’obligation d’une défense sur un très vaste front : « Ils veulent la guerre blanche, dit Mussolini, ils auront la guerre rouge21. »

39Libye. La situation est précaire. nos secours sont maigres alors que les forces anglaises sont continuellement renforcées. Le Duce craint qu’il ne soit pas possible de tenir sur la ligne actuelle. Il en a parlé à Cavallero en proposant de se retirer sur la ligne Syrte-Homs. Cavallero s’y est déclaré hostile par un pro memoria. Cependant, Mussolini n’a pas encore abandonné son projet et y reviendra demain.

  • 22 Référence au succès de Costanzo Ciano dans la baie de Buccari contre la flotte austro-hongroise en (...)

40Ce matin, le Duce était de bonne humeur mais avait un air fatigué. Le Roi a ajouté au titre de Cortellazzo celui de Buccari22. J’en suis fier car il honore la mémoire de mon père.

4121 janvier. En partance pour la Libye, Cavallero fait un tour d’horizon de la situation. Naturellement, il persiste dans son optimisme officiel : il utilise les slogans propagandistes comme « nous tiendrons bon », « Ici, on ne passe pas », « Les difficultés renforcent notre volonté », qui ne me plaisent guère dans la bouche d’un général. Toutefois, il dit : 1) la poussée russe sur le front oriental est désormais presque épuisée ; 2) en Libye, nous tiendrons contre une éventuelle attaque britannique ; 3) la préparation de l’armée continue à un rythme satisfaisant.

42Nous verrons s’il a raison et à quel point.

4322 janvier. J’ai été chez le Roi. Il était peu bavard : comme toujours, antiallemand et critique envers l’organisation de l’armée.

  • 23 Le général Mario Roatta prend le commandement de la 2e armée stationnée en Croatie. Auparavant, il (...)
  • 24 En français dans le texte.

44J’ai reçu Roatta en visite de congé23. Il était amer mais digne. Il comprend que le manège24 avec Cavallero ne pouvait plus durer car « c’est un homme qui aime créer et croire aux illusions alors que lui, Roatta, veut toujours avoir les pieds sur terre ». Il estime que la guerre est dans sa phase critique : il n’est pas très tranquille pour la Libye et craint que l’on assiste bientôt à une nouvelle pression anglaise à laquelle il sera difficile de résister. Il est content de son nouveau commandement en Croatie : au printemps, il aura beaucoup de soucis. Roatta n’est peut-être pas sympathique mais c’est le général le plus intelligent que je connaisse.

  • 25 Banque fondée à Rome en 1913.
  • 26 Le petit Laurent de Médicis.

45Osio, créateur de la Banca del Lavoro25, a été mis à la porte avec un coup de pied au derrière. Il est venu me le dire et, même s’il est un homme fort, il avait les larmes aux yeux. La raison n’est pas certaine, mais il semble qu’Osio ait fait quelques commentaires pas très orthodoxes, et certains disent qu’il est entré en conflit, pour des questions d’affaires, avec le frère de la Petacci. En fait, Osio en parlait avec un peu trop de liberté et l’appelait Lorenzino Di Medici26.

46Grandi s’est laissé aller aujourd’hui et a dit : « Je ne sais pas comment j’ai fait pour me déguiser en fasciste pendant 20 ans. » À Bologne, – m’a rapporté Arpinati –, Grandi fait le frondeur libéral et monarchiste. Il a raconté que le Roi le recevait souvent à déjeuner. J’ai demandé à Acquarone si cela était vrai et il l’a démenti de la manière la plus catégorique.

  • 27 En réalité, l’argentine et le Chili ne déclareront pas à la guerre à l’Italie.

4723 janvier. Les nouvelles de Rio sont contradictoires à propos des décisions argentine et chilienne : je crains que, outre les polémiques, même ces pays finissent par s’unir contre nous. Mussolini en est presque content. Moi, je le confesse, j’en suis tout à fait désolé. Non seulement parce que je vois toujours plus s’éloigner toute possibilité de paix, mais aussi parce que je pense avec tristesse à l’écroulement de toutes les positions que 120 années de travail d’émigrés avaient patiemment conquises. Peut-être, dans certains milieux, le souvenir du pays d’origine s’était-il évanoui, mais parmi tant d’autres, on aimait encore l’Italie avec un attachement accentué par la nostalgie. En cas de guerre, beaucoup de larmes italiennes couleront27.

  • 28 Ciano exagère quelque peu. S’il est exact que les troupes soviétiques continuent leur pression (ai (...)
  • 29 Dans un rapport du 21 janvier, Dino Alfieri écrit : « La “crise morale” que traverse actuellement (...)
  • 30 Le 21 janvier, Rommel déclenche une offensive afin de chasser les forces britanniques de Cyrénaïqu (...)

48Les nouvelles de Russie sont encore mauvaises : l’avancée russe continue à un rythme accéléré et avec des forces croissantes28. Alfieri, dans un de ses rapports qui montre le style de Ridomi, décrit avec de sombres couleurs la situation intérieure de l’Allemagne, mais sans conclure de manière pessimiste29. Il est encore trop tôt pour se prononcer mais – comme le disait hier Grandi – le vent de la Bérézina souffle. Inversement, selon nos militaires, la situation s’améliore en Libye30.

  • 31 Le 21 janvier, une offensive surprise vers Benghazi est lancée par Rommel dont les troupes avancen (...)

4924 janvier. Le Duce reste assez impressionné par le rapport d’Alfieri qui, « en réalité, n’est pas encourageant ». Inversement, il est content du déroulement des opérations en Libye31 et du trafic maritime, même si aujourd’hui a été coulé le Victoria, qui était la perle de notre marine marchande.

  • 32 Fernando Mezzasoma est secrétaire du GUF de Pérouse de 1932 à 1935 puis vice-secrétaire des GUF de (...)
  • 33 Quotidien florentin fondé en 1859.
  • 34 En français dans le texte.

50Mezzasoma32 veut quitter ses fonctions au sein du Parti et souhaite prendre la direction de La Nazione33 à Florence. Il n’a pas tort. Il ne peut pas faire bon ménage34 avec Vidussoni. On a écrit une lettre anonyme dans laquelle sont définis tous les secrétaires du Parti : turati, épileptique et drogué ; Farinacci, automutilé pendant la guerre et voleur ; ainsi de suite jusqu’à Vidussoni qui est qualifié de parfait champion de la jeunesse fasciste : mutilé, ignorant et imbécile. Naturellement, ceci est exagéré et même la campagne contre Vidussoni est injuste. Cependant, on ne peut pas dire qu’il ait montré jusqu’à maintenant les qualités minimales qui justifieraient sa nomination. Je crois que même le Duce se rendra bientôt compte qu’il a affaire à un élève indigne d’un tel maître.

51Pareschi voudrait obtenir du blé de la Hongrie. Les Hongrois ne nous en donneront pas car ils craignent surtout d’être dépouillés par les allemands qu’ils haïssent. Pourtant, il y a de tout en Hongrie : l’unique chose qui manque est la volonté de faire la guerre.

5225 janvier. Encore une fois, Mussolini se plaint du comportement des allemands en Italie. Il avait sous les yeux le texte d’un entretien téléphonique d’un lieutenant de Kesselring avec Berlin qui nous appelait les macaronis et souhaitait que l’Italie devienne un pays occupé. Le Duce tient un dossier de tous ces avis désobligeants « pour les sortir le moment venu ». en attendant, il réagit avec rigueur à la requête de Clodius pour avoir encore plus d’ouvriers italiens en Allemagne. Il voudrait porter le chiffre de 200 000 à 325 000. C’est trop. En outre, c’est impossible car, sans faire abstraction d’autres considérations, la main-d’œuvre ouvrière nous manque également et il sera nécessaire de faire de nouveaux appels sous les drapeaux.

53La rupture des relations diplomatiques avec les pays sud-américains commence, aujourd’hui le Pérou, demain l’Uruguay et le Brésil semble-t-il. J’ai vu l’ambassadeur d’argentine, de retour de Buenos aires. Son pays a tenu bon et tiendra encore mais ne pourra résister indéfiniment à l’isolement. Il a fait allusion à la possibilité de faire une différence entre l’Allemagne et nous : je lui ai ôté toute illusion immédiatement. Le Duce ne l’accepterait pas et nous n’y gagnerions rien.

  • 35 Le Kurtulus, navire turc transportant des vivres à Athènes sous l’égide de la Croix-Rouge, fait ci (...)

5426 janvier. La famine augmente en Grèce. Nous ne pouvons donner que peu de choses mais les moyens de transport sont encore moindres. La marine marchande déclare qu’elle n’a plus un seul navire à mettre à notre disposition. Il faudra s’adresser à la Croix-Rouge pour qu’elle nous cède quelques bateaux. Le Duce est également favorable à cette solution35.

  • 36 Les troupes de l’axe arrivent devant Benghazi qui tombe le 30 janvier.

55En Libye, les choses vont assez bien36 : les allemands font donner les trompettes pour améliorer un moral assez bas à cause du déroulement des opérations sur le front russe où les allemands continuent à jouer le rôle d’enclume.

5627 janvier. Rien de nouveau.

  • 37 en français dans le texte.
  • 38 Goering a été fait maréchal du Grand Reich (Reichsmarschall des Grossdeutschen Reiches) le 19 juil (...)

5728 janvier. Goering est arrivé à Rome mais je ne l’ai pas vu. En premier lieu, parce que la visite a un but militaire et que nos militaires ont tenu à en conserver le monopole. En second lieu, parce que depuis quelque temps, c’est-à-dire la concession du Collier à Ribbentrop, ce bedonnant marque à mon égard un ton de suffisance37 qui ne me plaît guère. Quand je fus à Berlin, la dernière fois, il me reçût avec un protocole quasi royal auquel il ne voulut pas ajouter une cordialité personnelle38. Mon adresse est le palais Chigi. S’il le veut, il sait où me trouver.

  • 39 Dans son Journal, Cavallero indique que l’objet de son appel téléphonique est de demander à Ciano (...)

58Le Duce m’a dit que Goering, descendant du train, s’est exclamé : « Les temps sont durs. » Cavallero m’a téléphoné pour m’informer que Goering est optimiste à propos de la possibilité d’une entente avec la France39. Qu’y a-t-il de vrai ?

  • 40 De retour des États-Unis où il a rencontré le président Roosevelt et pris la parole devant le Cong (...)

59J’ai lu avec attention le long discours de Churchill. Il est clair que pour eux aussi les temps sont durs et que l’avenir réserve beaucoup d’amertume. Mais il ne me semble pas que la décision de mener la lutte jusqu’au bout soit moins forte40.

  • 41 Ainsi, Goering affirme que le général responsable de la reprise de Kersch par les Soviétiques « se (...)
  • 42 en français dans le texte.
  • 43 Déjà importantes depuis la mi-décembre 1941, les attaques aériennes contre Malte s’intensifient en (...)

6029 janvier. Le Duce a parlé hier pendant près de trois heures avec Goering. Schmidt a rédigé le traditionnel compte rendu : je tenterai de me le procurer mais, habituellement, ils sont rétifs à me l’adresser. Goering est attristé de la situation en Russie et s’en prend aux généraux de l’armée qui sont peu ou pas nazis41. Il pense que les difficultés dureront pendant tout l’hiver, mais il est convaincu que la Russie sera battue en 1942 et que l’Angleterre devra déposer les armes en 1943 (beaucoup de réserves de ma part). Il est sceptique sur la possibilité d’entente avec la France qui utilise toutes les occasions pour grignoter42 l’armistice et nous reste fondamentalement hostile. Il a pris les dispositions pour attaquer Malte : d’ici quelques jours, des bombardements intensifs commenceront43, puis on avisera sur la possibilité de tenter un débarquement. Le Duce résume ainsi ses impressions : la Stimmung est assez bonne à notre égard et le moral est raisonnable.

61Le Brésil a rompu les relations diplomatiques. Mussolini a voulu que je dise au chargé d’affaires qui me faisait la communication que le Duce avait une mémoire d’éléphant et qu’un jour il le ferait payer cher au Brésil. Mais où ? Et comment ?

6230 janvier. Rien de nouveau.

6331 janvier. Rien de nouveau.

Notes

1 Dans son courrier, Hitler justifie son attaque à l’est par la nécessité de prévenir une agression soviétique. Selon lui, avec quelques jours supplémentaires de temps favorable, Moscou et Donetsk auraient été prises. Les projets d’offensives sont en direction de la Crimée et de la partie sud du front où le Führer souligne la bonne tenue des troupes italiennes. Les coups portés à l’armée soviétique ne lui permettront pas de se relever tant sur le plan humain que sur le plan matériel. Si l’axe ne peut pas compter sur une collaboration efficace de la France de Vichy, l’entrée en guerre du Japon est en revanche un événement capital qui renforce la conviction du Führer en une victoire finale. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), Libreria dello Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1988, doc. no 80, p. 73-81.

2 Dix-septième anniversaire du discours du 3 janvier 1925, par lequel Mussolini annonce la mise en place de la dictature fasciste.

3 Fondé en 1885, Il Resto del Carlino est le quotidien de Bologne.

4 Troupes coloniales italiennes.

5 Depuis l’été 1941, la résistance slovène s’est développée contre l’occupant italien et le haut-commissaire, emilio Grazioli, a de plus en plus de mal à maintenir l’ordre.

6 Jeu de mots entre moschetto (mousqueton) et maschietto (jeune homme). Le slogan mussolinien « Libro e Moschetto » est de 1932.

7 Outre du matériel léger et des munitions, le convoi transporte 55 chars et 20 automitrailleuses.

8 Commandant de la place de Bardia, le général Arthur Schmidt a capitulé le 2 janvier 1942 devant les Britanniques.

9 . Stationnée en Croatie, la 2e armée est commandée par le général Vittorio Ambrosio, puis par le général Mario Roatta à partir de janvier 1942.

10 Ancien journaliste au Popolo d’Italia, Carlo Ravasio est rédacteur de la revue Gerarchia.

11 Ciano a publié un article intitulé « La nuova Albania » dans le premier numéro de l’édition albanaise de l’hebdomadaire Tempo. Il est reproduit dans le numéro de Relazioni internazionali du 17 janvier 1942.

12 Allusion aux Vêpres siciliennes de 1282, révolte contre les Français de Charles Ier d’Anjou, roi de Sicile.

13 Le jour même, les Japonais entrent à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie.

14 Le 9 janvier, les armées des généraux Koniev et Joukov lancent une offensive qui a pour objectif d’encercler les forces allemandes du front centre, dans la région de Mojaïsk, à 110 kilomètres à l’ouest de Moscou. Dans un rapport du 14 janvier, l’ambassadeur Alfieri écrit que « la situation du front oriental traverse actuellement une phase difficile et délicate ». Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 146, p. 138.

15 En français dans le texte.

16 Lors de la conférence Arcadie, qui réunit Roosevelt et Churchill à Washington du 23 décembre 1941 au 14 janvier 1942, le président américain annonce la construction de 45 000 avions, 45 000 chars et 20 000 canons de DCA pour 1942.

17 Selon le compte rendu de Ciano, les dirigeants hongrois restent assez optimistes en ce qui concerne la situation sur le front de l’est : « […] Bárdossy est convaincu que l’Allemagne, une fois surmontées les difficultés hivernales, bousculera les Russes, et que, fût-ce à travers une guerre encore dure et longue, l’axe sortira victorieux de l’épreuve. » Lors des conversations, est également abordée la question de la succession de l’amiral Horthy, alors âgé de 74 ans. Son fils Étienne semble recueillir de nombreux suffrages. Pourtant, « tous sont unanimes à dire que, s’il existe au monde un individu dépourvu des qualités les plus élémentaires pour assumer une aussi haute dignité, cet individu est précisément le jeune Horthy qui, arrivé à la quarantaine, n’a pas donné la moindre preuve d’aucune activité positive. Mais c’est un pur Hongrois et cela suffit pour que même les légitimistes mettent, à l’heure actuelle, sa candidature avant celle d’un archiduc Habsbourg derrière lequel apparaît l’emprise redoutée du Reich allemand. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 493-494.

18 L’Allemagne fait pression afin que la Hongrie proclame la mobilisation générale, ce à quoi se refuse le régent Horthy par crainte du manque de main-d’œuvre et d’une éventuelle attaque roumaine en cas d’évolution de la situation.

19 Le Parti fasciste a installé une Casa del Fascio dans chaque ville où se trouve une importante communauté italienne et dans les capitales des pays alliés.

20 Le 21 décembre 1941, le général Alphonse Juin, qui a remplacé le général Weygand à la tête des forces française d’Afrique du nord, s’entretient à Berlin avec le maréchal Goering. Juin, faisant écho à des requêtes du gouvernement de Vichy, demande un renforcement des forces françaises en Afrique du nord, ce que les Italo-allemands ne sont pas prêts à accepter même au prix d’une utilisation massive du port de Bizerte.

21 À la suite de l’attaque de Pearl Harbor, les Républiques d’Amérique centrale, la Colombie, le Venezuela et la Bolivie, déclarent la guerre aux puissances de l’axe. En janvier, la conférence de Rio de Janeiro réunit les ministres des affaires étrangères du Brésil, de l’Uruguay, du Pérou, du Paraguay et de l’Équateur. Ils déclarent également la guerre à l’Allemagne, à l’Italie et au Japon. Sur l’Amérique latine et la Seconde Guerre mondiale, Compagnon olivier, « en marge de la guerre ? Les Amériques latines », dans Aglan Alya et Frank Robert (dir.), 1937-1947. La guerre-monde, vol. I, Gallimard, coll. « Folio », Paris, 2015, p. 565-598.

22 Référence au succès de Costanzo Ciano dans la baie de Buccari contre la flotte austro-hongroise en 1918.

23 Le général Mario Roatta prend le commandement de la 2e armée stationnée en Croatie. Auparavant, il était chef d’état-major de l’armée de terre.

24 En français dans le texte.

25 Banque fondée à Rome en 1913.

26 Le petit Laurent de Médicis.

27 En réalité, l’argentine et le Chili ne déclareront pas à la guerre à l’Italie.

28 Ciano exagère quelque peu. S’il est exact que les troupes soviétiques continuent leur pression (ainsi, les forces du général Koniev attaquent en direction du saillant de Rjev), elles ne parviennent cependant pas à encercler les armées allemandes et le front ne connaît pas d’effondrement.

29 Dans un rapport du 21 janvier, Dino Alfieri écrit : « La “crise morale” que traverse actuellement le peuple allemand, qui peut trouver des épanchements dans des récriminations isolées contre le Parti, est avant tout une crise de conscience des allemands eux-mêmes, honteux du fait que leurs plans de guerre ne se soient pas vérifiés avec exactitude pour une fois. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 188, p. 195.

30 Le 21 janvier, Rommel déclenche une offensive afin de chasser les forces britanniques de Cyrénaïque.

31 Le 21 janvier, une offensive surprise vers Benghazi est lancée par Rommel dont les troupes avancent de 90 kilomètres en deux jours.

32 Fernando Mezzasoma est secrétaire du GUF de Pérouse de 1932 à 1935 puis vice-secrétaire des GUF de 1935 à 1937 avant d’accéder au vice-secrétariat du PNF en octobre 1939.

33 Quotidien florentin fondé en 1859.

34 En français dans le texte.

35 Le Kurtulus, navire turc transportant des vivres à Athènes sous l’égide de la Croix-Rouge, fait cinq voyages d’octobre 1941 à janvier 1942, moment de son coulage. Le 16 février, le cabinet britannique accepte le principe d’un assouplissement du blocus et la Suède est chargée de s’occuper de la répartition des denrées, arrivées en Grèce mais en quantité insuffisante.

36 Les troupes de l’axe arrivent devant Benghazi qui tombe le 30 janvier.

37 en français dans le texte.

38 Goering a été fait maréchal du Grand Reich (Reichsmarschall des Grossdeutschen Reiches) le 19 juillet 1940.

39 Dans son Journal, Cavallero indique que l’objet de son appel téléphonique est de demander à Ciano de négocier sérieusement avec la France au sujet de Bizerte. Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo, op. cit., p. 207.

40 De retour des États-Unis où il a rencontré le président Roosevelt et pris la parole devant le Congrès, Churchill affronte, les 27 et 28 janvier, un débat aux Communes sur la situation de la Grande-Bretagne dans le conflit. Le lendemain, le Premier ministre souligne la vigueur de la démocratie britannique en guerre : « Dans aucun pays du monde actuel, un gouvernement ne saurait être exposé à une telle pression. Aucun pays dictatorial combattant pour sa survie n’oserait autoriser une telle discussion. » Dans CHURCHILL Winston, Discours de guerre, op. cit., p. 267. Il s’exprime sobrement sur ce débat dans ses Mémoires : « Dès mon arrivée, au milieu d’un tourbillon d’affaires, je fus obligé de me préparer à un grand débat parlementaire. Le moment était venu d’exposer à la nation les immenses événements mondiaux survenus depuis les dernières déclarations détaillées que j’avais faites à la Chambre des communes. […] Je demandai à mes collègues de m’accorder un délai raisonnable. » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. IV : Le tournant du destin. 1 : La ruée japonaise. 18 janvier – 3 juillet 1942, Plon, Paris, 1951, p. 25.

41 Ainsi, Goering affirme que le général responsable de la reprise de Kersch par les Soviétiques « sera déféré devant une Cour martiale et sévèrement puni ». Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VIII (12 dicembre 1941 – 20 luglio 1942), op. cit., doc. no 211, p. 225.

42 en français dans le texte.

43 Déjà importantes depuis la mi-décembre 1941, les attaques aériennes contre Malte s’intensifient en mars 1942. Au cours du mois, 4 927 appareils allemands et italiens se succèdent pour bombarder presque sans discontinuer le verrou britannique de Méditerranée.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search