Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Décembre

Texte intégral

  • 1 En Crète.
  • 2 Il s’agit du Capo Faro et de l’Adriatico.

11er décembre. Sur cinq bateaux du convoi, deux sont arrivés, un a été dérouté vers Suda1 et deux ont été coulés2. Le résultat n’est pas brillant. Il pouvait être pire. La situation libyenne s’est un peu stabilisée mais les anglais amènent des renforts. Cavallero la définit comme suit : pesante mais logique. Dieu sait ce que cela veut dire. Mais l’expérience me dit que, quand les militaires se retranchent derrière un jargon nébuleux, cela veut dire qu’ils doutent d’eux-mêmes.

2J’ai protesté auprès du nonce pour la publication, dans l’Osservatore Romano, de quelques photographies montrant nos prisonniers en Égypte menant une vie paisible. Partie de football, petits concerts, joie de vivre. Mussolini s’en est préoccupé : « Déjà qu’ils ont tendance à se rendre, s’ils voient comme on est bien chez les autres, que pourrons-nous faire pour les retenir ? »

3Sur le conseil des deux polices – qui ne garantissent ni le succès, ni l’ordre –, mon voyage à Zagreb est repoussé à des temps meilleurs. Pour cette fois, ce sera Pavelic qui viendra en Italie, à Venise me semble-t-il.

42 décembre. Un autre de nos bateaux a été coulé, quasiment à l’entrée du port de tripoli. Il s’agit du Mantovani, chargé de 7 000 tonnes de pétrole. On ne peut pas nier que c’est un coup dur. La bataille – pour le moment – n’a pas eu de nouveaux développements mais il est clair que le temps travaille contre nous.

  • 3 Le général Arturo Vacca Maglioni dirige la commission italienne d’armistice avec la France depuis (...)

5J’ai fixé, avec Vacca Maggiolini3, ma rencontre avec Darlan. Elle aura lieu à Turin mercredi prochain. C’est le premier contact avec les Français depuis le début de la guerre. Je ne crois pas, cependant, que nous en obtiendrons grand-chose, et l’espoir de Cavallero d’obtenir la possibilité de transiter par Bizerte me semble assez illusoire.

6Le Duce est préoccupé par le problème alimentaire. Il est désormais certain qu’il manque 5 millions de quintaux de blé pour parvenir à la soudure. Il faudra en demander le prêt à l’Allemagne. Nous pourrons les rendre en juillet étant donné que notre récolte, pour des raisons de climat, a lieu deux mois avant. Mais Mussolini ne sait pas se décider à écrire une lettre au Führer pour faire la demande et il a raison. Si nous pouvions faire sans cette aide, ce serait un vrai bonheur. Mais il semble qu’elle soit nécessaire, étant donné que même les responsables de l’ordre intérieur – Serena, Buffarini, etc. – pensent que de nouvelles restrictions alimentaires seraient des causes de désordre.

  • 4 Il s’agit de Zenbei Horikiri depuis décembre 1940.
  • 5 Le Conseil impérial du 6 septembre a donné un délai de six semaines au prince Konoye, chef du gouv (...)
  • 6 L’article 2 du Pacte tripartite du 27 septembre 1940 reconnaît au Japon le droit d’établir un ordr (...)

73 décembre. Coup de théâtre japonais. L’ambassadeur4 demande une audience au Duce. Il lui lit une longue déclaration sur le déroulement des négociations avec l’aérique et conclut qu’elles en sont arrivées à un point mort5. Puis, évoquant la clause prévue par le Pacte tripartite6, demande l’immédiate déclaration de guerre de l’Italie à l’Amérique, à peine le conflit déclenché et propose de signer un accord afin de ne pas conclure de paix séparée. L’interprète, qui traduisait cette demande, tremblait comme une feuille. Le Duce a donné un accord de principe, se réservant d’accorder sa réponse avec Berlin. Le Duce a été assez satisfait de la communication et a dit : « nous arrivons ainsi à la guerre des continents, celle que j’avais prévue depuis septembre 1939. » Que signifie ce nouvel événement ? D’abord, Roosevelt a réussi sa manœuvre : ne pouvant entrer tout de suite et directement en guerre, il a employé un moyen détourné, en se faisant attaquer par le Japon.

8Puis, toute perspective de paix s’éloigne toujours plus et, désormais, parler de nombreuses années de guerre est une prophétie facile, trop facile. Qui aura le plus de souffle ? C’est en ces termes qu’il faut poser le problème.

  • 7 Paul von Kleist est né en 1881. Après une carrière militaire dans la cavalerie, il est rappelé au (...)
  • 8 Sur le front sud, les troupes du général Kleist ont atteint Rostov. Mais, éloignées de leurs bases (...)

9La réponse de Berlin tardera un peu car Hitler est allé sur le front sud, chez le général Kleist7 dont l’armée continue de se replier sous la pression d’une intense offensive soviétique8.

104 décembre. La réaction de Berlin à la démarche japonaise est extrêmement prudente. Peut-être les allemands marcheront-ils car ils ne peuvent faire autrement, mais l’idée de provoquer maintenant l’intervention américaine ne leur plaît guère. Inversement, Mussolini en est heureux.

  • 9 Pier Francesco Nistri est l’officier de liaison du général Gambara.

11Je reçois un message de Gambara. Il est naturellement offensé d’être placé sous le commandement de Rommel mais, à part ceci, il estime la situation délicate et pleine d’incertitudes. Nistri9 – qui est un fasciste fervent et un officier intelligent – est très pessimiste et ajoute de vive voix ce que Gambara n’a pas voulu mettre par écrit, c’est-à-dire que l’épuisement de nos troupes est notable, que les infiltrations ennemies ont lieu partout en Cyrénaïque et, enfin, que nous ne sommes pas en mesure de supporter une prochaine reprise de l’offensive britannique : « nous aurons une fin glorieuse, a-t-il conclu, mais ce qui n’empêche pas que ce soit une fin. »

125 décembre. Nuit dérangée par l’inquiétude de Ribbentrop. Après avoir tardé deux jours, il n’y a plus une minute à perdre pour répondre aux Japonais et à 3 heures du matin, il a envoyé Mackensen chez moi afin de me soumettre un projet de pacte à trois à propos de l’intervention japonaise et de l’engagement de ne pas conclure de paix séparée. Il voulait que je réveille le Duce, mais je ne l’ai pas fait et celui-ci en a été satisfait.

13J’ai donné à Mussolini une copie de la lettre de Gambara dans laquelle j’ai coupé le passage anti-Rommel. Le Duce est si fier d’avoir donné le commandement aux allemands qu’il se serait fâché contre Gambara. D’autant plus que Cavallero travaille en ce sens : il n’aime pas Gambara. Ce sont deux tempéraments différents. L’un est un soldat, l’autre est un politicien.

146 décembre. Je réponds quelques lignes à Gambara où j’exprime mon amitié et mes vœux. Mais en Libye, les choses ne vont pas bien et je crains que les jours d’amertume approchent.

157 décembre. Mauvaises nouvelles de Libye. Nos forces ne sont plus assez nombreuses pour tenter une résistance sur place : il faudrait rompre le contact avec l’ennemi et le rompre résolument pour tenter une défense sur le Djebel.

  • 10 Selon l’interception d’une conversation téléphonique du 10 décembre entre le général Warlimont, re (...)

16Mussolini est serein et parle même d’une nouvelle attaque. Par contre, Cavallero est sombre et fait tout dépendre de la concession du port de Bizerte. J’en parlerai mercredi à Darlan. Mais en soirée, Mackensen vient me dire, au nom de Ribbentrop, de n’entamer aucune négociation sur ce sujet avec les Français. Telle est la volonté précise d’Hitler, communiquée à Mussolini par l’intermédiaire de Rintelen10.

17Hitler a raison : la Tunisie est gaulliste à 101 %. Une quelconque pression viendrait seulement accélérer le processus de séparation de l’empire français du gouvernement de Vichy. Mais, selon Cavallero, la Libye est perdue sans Bizerte.

  • 11 La dernière résistance italienne en Afrique orientale a lieu à Gondar, où le général Guglielmo Nas (...)

18Ce matin, le Duce était très contrarié par la faiblesse des pertes en Afrique orientale. Les tués à Gondar, en novembre, sont au nombre de 67 et les prisonniers de 10 000. Il n’est pas besoin de réfléchir longuement pour comprendre ce que ces chiffres veulent dire11.

  • 12 Le 7 décembre, à 7 h 56 (heure d’Hawaï), l’aviation japonaise attaque la flotte américaine mouillé (...)
  • 13 Sur le long terme. En anglais dans le texte.

198 décembre. Coup de téléphone nocturne de Ribbentrop : il est rayonnant à cause de l’attaque japonaise contre l’Amérique12. Il est tellement heureux que je me félicite avec lui, tout en n’étant pas sûr des avantages finaux de l’événement. Une chose est désormais certaine : l’Amérique entre dans le conflit et celui-ci sera assez long pour lui permettre de mettre en action son potentiel militaire. C’est ce que j’ai dit au Roi, ce matin, qui se félicitait de l’événement. Il a fini par admettre que je pouvais avoir raison in the long run13. Mussolini était également heureux. Depuis longtemps, il était favorable pour une nette prise de position entre l’Amérique et l’axe.

  • 14 En français dans le texte.

20En Libye, il semble que les choses vont un peu mieux. Selon le Duce, le cafard14 des dernières 48 heures est passé. Cavallero et l’amiral Riccardi m’annoncent une grande opération navale afin de forcer le blocus les 12, 13, 14 décembre. Tous les navires et les amiraux en mer. Que Dieu nous aide.

  • 15 Le 1er décembre, Goering rencontre Pétain et Darlan à Saint-Florentin. La rencontre, sous des appa (...)

21Mackensen communique un résumé de la rencontre de Goering avec Pétain et Darlan. Rien de fait : des paroles, des suggestions, des conseils15. Je ne crois pas que mon entretien aura de meilleurs résultats.

229 décembre. À Turin, pour attendre l’arrivée de l’amiral Darlan.

  • 16 Selon le compte rendu de Ciano, Darlan se montre favorable à un développement d’une « politique fr (...)

2310 décembre. J’ai mis par écrit la rencontre avec Darlan16. Il m’a fait une impression sympathique : un petit homme énergique, volontaire, vaguement vantard, qui parle sans formalisme excessif et appelle le pain du pain. C’est un militaire qui est en train de prendre goût à la politique et, comme il est français, il le fait avec une certaine finesse. Sincère ? Je ne saurais me prononcer, sauf sur un point : sa haine des anglais. Certaines formules et certaines expressions ne peuvent être simulées. D’autre part, pour lui – et il l’a déclaré –, il n’y a pas de choix : si les anglais devaient gagner la guerre, son destin ne serait pas enviable.

24Résultats de la rencontre d’hier : aucun, si ce n’est une amélioration des relations avec les Français, ce qui n’est pas difficile à réaliser lorsque l’on traite avec eux. Il suffit de les rencontrer. Pour avoir de mauvais rapports, il suffit de ne pas les voir. Ceci a toujours été la recette usitée par Mussolini. Lui-même, quand il a parlé avec eux, n’a pas pu empêcher le rapprochement. La population de Turin avait, envers nos hôtes, une attitude cordiale : quoiqu’isolés, les applaudissements n’ont pas manqué.

  • 17 Les Japonais s’emparent aisément de Hong Kong et coulent les cuirassés britanniques Prince of Wale (...)

25Les nouvelles des surprenantes victoires navales japonaises continuent à arriver. Par contre, en Libye et en Russie, la situation n’est pas fameuse. Ce sont les incroyables surprises de cette guerre17.

  • 18 Il s’agit de George Wadsworth.
  • 19 C’est une vraie tragédie. En anglais dans le texte.

2611 décembre. Mussolini s’est peu intéressé à l’entretien avec Darlan. C’est la guerre avec l’Amérique qui le préoccupe. À 14 h 30, je reçois le chargé d’affaires18, un brave homme plutôt timide, avec lequel j’ai toujours eu peu à faire. Il croit que je l’ai appelé au sujet de l’arrestation de quelques journalistes, mais je le détrompe tout de suite. Il écoute la déclaration de guerre en palissant. Il dit : « It is very tragic19. » Puis il me remet un message personnel de Phillips : pressentant l’heure fatidique proche, il l’avait télégraphié pour m’exprimer sa reconnaissance et pour formuler ses vœux. Phillips est un gentilhomme et aime l’Italie. Je suis certain que pour lui c’est un jour de deuil.

  • 20 Le Duce annonce la déclaration de guerre aux États-Unis depuis le balcon du palais de Venise. Le d (...)

27Mussolini a parlé du balcon20. Un discours bref et tranchant qui tombait sur une place emplie de monde. Beaucoup de chaleur envers le Japon : les nouvelles des victoires navales ont excité la fantaisie des Italiens. La manifestation, dans l’ensemble, n’a pas été très chaleureuse : il ne faut pas oublier qu’il était 3 heures de l’après-midi, que les gens avaient faim, que la journée était plutôt froide. Tous ces éléments sont peu adaptés pour susciter l’enthousiasme.

  • 21 Les 12 et 13 décembre, la Bulgarie et la Hongrie déclarent la guerre à la Grande-Bretagne et aux É (...)

28En soirée, Ribbentrop demande de nous associer à une démarche allemande auprès des pays du Pacte tripartite pour qu’ils déclarent la guerre aux États-Unis. Et que fera l’Espagne21 ?

2912 décembre. La presse de Vichy a parlé de la cordialité de l’accueil turinois, ce qui a énervé le Duce.

30J’ai donné à Mackensen le compte rendu de mes entretiens avec Darlan. J’ai souligné l’opportunité d’envoyer un représentant politique à Vichy pour enlever à la commission d’armistice des compétences politiques qui ne sont pas de son ressort et que les généraux n’exercent pas toujours avec un grand succès.

  • 22 Ces pertes ont eu lieu au large du cap Bon, près des côtes tunisiennes. Le cuirassé Vittorio Venet (...)

3113 décembre. Les habituels revers navals. Cette nuit, nous avons perdu deux croiseurs de 5 000 tonnes, le Da Babuino et le Giussano, et deux gros cargos, le Del Graco et le Filzi, chargés de chars d’assaut pour la Libye22. Cela arrive avant même que le grand convoi, qui sera escorté par des navires de guerre, ait pris la mer. Ce qui arrive à la marine est inexplicable, à moins que ce que dit Somigli soit vrai et que nos états-majors soient en proie à un complexe d’infériorité qui paralyse toute activité. Il est un fait que les pertes de la marine sont plus graves chaque jour et il convient de se demander si la guerre ne durera pas plus que la marine.

  • 23 Fulgencio Batista est président de la République cubaine depuis juillet 1940.

32Le ministre de Cuba est venu déclarer la guerre. Il était ému et est resté déçu de voir que je ne partageais pas son émotion. Mais après avoir eu la chance – ou la malchance – de déclarer la guerre à la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les États-Unis, le brave homme pensait-il sérieusement que j’allais pâlir à l’annonce que le sergent Batista23 mobilisait contre nous les forces de terre, de mer, de l’air de la République de Cuba ? L’Équateur déclare également la guerre. Mais j’ai fait recevoir le ministre par un de mes secrétaires.

  • 24 Cavallero est né à Casale Monferrato, dans la province d’Alexandrie, en Piémont.

3314 décembre. Cavallero justifie les défaites navales avec une impudence sans pareil : il s’est fait le défenseur de l’amiral Riccardi et, ce matin, j’ai surpris un regard que je n’oublierai pas. Il est étrange de voir comment ce général piémontais24 a une mentalité de député napolitain.

34Mussolini est calme. Ce matin, il a bavardé longuement sur un ton impersonnel de polémique. Il s’en est pris à noël, aux étrennes et à la charité des fêtes. Il dit que la charité est le prétexte que se créent les possédants pour justifier leur fortune par rapport à la misère. Il est un fait qu’en ces jours, les gens ressentent davantage le manque de denrées et se plaignent. Mussolini, comme d’habitude quand quelque chose ne va pas selon sa volonté, s’en prend jusqu’au Père Éternel.

35Je pars pour Venise où je rencontrerai Pavelic. Il demandera beaucoup de choses mais je sais déjà que je devrai les repousser toutes. J’utiliserai les formes et j’userai « de liqueur suave dans des vases d’huile » mais la substance sera négative.

3615-16 décembre. J’ai rédigé les comptes rendus des entretiens.

37Voici mes impressions. Pavelic prend l’habitude du pouvoir. Il est plus décidé, désinvolte, serein. Il exerce sur ses ministres une influence absolue et les traite durement. En ma présence, il a passé un savon au ministre des Finances qui est devenu rouge jusqu’à la racine des cheveux et a baissé la tête.

38Tout dépend des allemands : si, comme il semble, ils tiennent leurs engagements pour la Croatie comme zone d’influence italienne, beaucoup de choses pourront être faites. Si, au contraire, ils recommençaient à vouloir nous forcer la main et à pousser plus loin leur pénétration, il ne nous resterait plus qu’à replier notre drapeau et à nous en retourner. Les Croates ont pour nous une réelle sympathie, Pavelic lui-même nous aime bien mais ils sont tous terrorisés par les allemands et il ne leur vient pas à l’esprit d’ébaucher une résistance à une pression de Berlin.

39La question monarchique, pour le moment, est mise de côté. Cela ne me déplaît pas surtout car je crois encore possible de parvenir à une véritable union personnelle avec notre Roi. Naturellement, tout ceci est prématuré et nous devrions toujours donner les plus amples garanties pour l’indépendance croate : armée, diplomatie, police, mais tout ceci encadré dans un système impérial qui, dans un premier temps, serait plus facile à réaliser dans la pratique qu’à fixer dans des formes constitutionnelles.

  • 25 Dans son Journal, Ciano ne fait pas mention de la situation des Juifs en Croatie. Or, il note dans (...)

40En résumé, il me semble que la barque a été mise à flot, avec difficulté, et commence à déployer timidement ses voiles. Nous sommes loin de la conclusion, mais quelque chose a été fait et le futur dépendra de nous et des hommes qui travailleront pour nous en Croatie25.

  • 26 Il est vrai qu’après la défaite de Caporetto d’octobre 1917 et l’installation du front sur le Piav (...)

41Venise était triste, vide, fatiguée. Je ne lui avais jamais vu un aspect aussi lugubre. Hôtels vides, rues désertes. Neige, misère, brouillard. J’ai seulement des souvenirs vagues de la Venise de l’autre guerre, mais elle n’était pas du tout ainsi. Si ce n’est autre chose, il y avait l’influence euphorique d’une cité en première ligne26.

  • 27 en Serbie, l’Allemagne a instauré un Conseil des commissaires que dirige Milan Acimovitch, ancien (...)
  • 28 Espace vital. En allemand dans le texte.

4217 décembre. Je fais un rapport à Mussolini qui est très sceptique sur le déroulement des affaires croates. Il en est content, d’autant plus que les allemands nous ont offert d’assumer le contrôle politico-territorial de tout le pays. Ceci est sans doute dû à la nécessité qu’ils ont de retirer leurs divisons car, en Russie, l’hiver s’annonce dur et la Serbie donne beaucoup de soucis27, mais cela prouve également que la Croatie est vraiment considérée à Berlin comme notre Lebensraum28. Mussolini voudrait sans attendre accepter leur proposition. Roatta (qui remplace Cavallero, parti depuis deux jours en Libye) est favorable à la chose mais demande à étudier à fond la proposition car il craint que les forces militaires disponibles ne soient pas suffisantes et ne veut pas mettre la main dans un engrenage sans être sûr de le dominer.

43En Libye, les affaires ne vont pas bien. Même Mussolini commence à l’admettre et il critique Rommel qui aurait compromis la situation par sa témérité. Aujourd’hui, toute la flotte est en mer et Riccardi croit qu’un heurt avec les anglais est inévitable. Il dit que nous sommes en condition de nette supériorité numérique et qualitative et promet le succès : celui que nous espérons en vain depuis longtemps. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?

4418 décembre. Le convoi est passé sans combat et sans désagrément. Inversement, en Cyrénaïque, la situation se précipite : les quartiers généraux et les troupes motorisées se retirent sur Agedabia, alors que l’infanterie se replie vers Benghazi où l’état-major pense former un camp retranché et résister comme le firent les anglais à Tobrouk. Est-ce possible dans la mesure où nous n’avons pas la maîtrise des mers à la différence de ces derniers ? Je suis assez sceptique en la matière.

45Réunion au palais de Venise pour étendre l’occupation à toute la Croatie. Sur le plan militaire, c’est une question de forces : il faudrait en envoyer beaucoup car, au printemps, avec les feuilles qui rendent les bois impénétrables, une véritable révolution va éclater et, si nous prenons l’engagement de diriger le pays, nous devons être en mesure de maintenir l’ordre à 100 %. Quoi qu’il en soit, cela ne me regarde pas et je ne me suis pas mêlé à la discussion. Sur le plan politique, j’ai exprimé l’avis qu’il faudrait faire les choses très simplement : communiquer aux Croates que, par décision interne du commandement de l’axe, les allemands s’en vont et que nous arrivons. Mais il faut éviter à tout prix de présenter la chose comme notre succès : cela signifierait se mettre à dos tous les Croates.

  • 29 En réalité, cet ordre de repli général est approuvé par Hitler lui-même et l’état-major italien ne (...)

4619 décembre. Cela va toujours plus mal en Libye, en dépit de l’optimisme officiel de notre État-Major général. Que Dieu maudisse les optimistes serviles : ce sont eux qui nous ont trompés. en attendant, Rommel fait savoir qu’avec ses forces blindées, il passera en Tunisie car il ne veut pas finir prisonnier des anglais. Cavallero continue cependant de jurer que personne ne pourra nous rejeter de la ligne de la Syrte et Mussolini le croit29.

47J’ai vu Verlaci qui a craché son venin contre Jacomoni, ce qui est naturel puisqu’il a été mis à la porte. Surtout, il semble que ce soit le procédé qui l’ait offensé : il aurait voulu être averti par avance, mais ceci est aussi une arme à double tranchant. Il dit maintenant qu’il y a de la contestation en Albanie et que les gens sont mécontents. C’est un peu exagéré mais il doit y avoir quelque chose de vrai. Mais lorsque je lui ai demandé une recette pour guérir le mal, il n’a pas su me la donner. Jacomoni, avec lequel j’ai eu un long entretien, n’est pas pessimiste et croit qu’avec peu de choses, on pourra remettre à nouveau la barque sur le bon chemin. Il ne s’est jamais trompé jusqu’à présent.

  • 30 À cette date, les allemands ont dû se replier d’une soixantaine de kilomètres dans le secteur de M (...)

4820 décembre. Mussolini est satisfait de la manière dont va la guerre en Russiev30 : il le dit désormais ouvertement et l’insuccès des troupes allemandes le ravit. « Pourvu que cela n’aille pas trop loin », ai-je dit. Il a également appelé Alfieri à Rome pour en savoir plus.

49Rien de nouveau en Libye depuis hier. Le slogan officiel est que si nous transportons la division Littorio sur le théâtre africain, on pourrait reprendre Sollum en quelques jours. Souhaitons-le.

  • 31 en 1937, Otto Abetz dirige la section France-Belgique-Hollande, réplique allemande du comité Franc (...)

50Mackensen nous informe que, non seulement, les allemands approuvent l’envoi d’un de nos représentants à Vichy, mais sont favorables à ce que l’Italie ait un ambassadeur à Paris, avec un statut identique à celui d’Abetz31. J’ai demandé à Buti s’il souhaitait y aller mais, pour le moment, il a fait de nombreuses réserves. Je trouve cela vraiment inexplicable.

5121 décembre. Le Duce approuve l’envoi d’un ambassadeur à Paris et le choix de Buti. Celui-ci a désormais accepté, ayant vaincu son instinctive timidité. J’en informe Mackensen avec lequel nous allons faire un communiqué commun.

52Je suis informé par Cavallero du développement des opérations en Cyrénaïque : comme toujours, il trouve tout « logique » et dit que c’est son mérite si les fantassins ne sont pas totalement tombés entre les mains des anglais. Il répète que nous tiendrons à Agedabia et exclut tout danger pour la tripolitaine. Espérons qu’il ait raison. Cependant, il estime assez difficile la situation des allemands sur le front russe. Bismarck a communiqué à D’Ajeta que Brauchitsch a été limogé. C’est un grave signe de crise. Il faut préciser qu’en Allemagne, l’état-major est quelque chose de très sérieux et qu’il a un prestige énorme dans le pays.

53Le message de Goebbels et celui d’Hitler n’ont pas fait bonne impression : leur requête modeste et pressante de vêtements chauds pour les soldats du front oriental est en contraste total avec le ton arrogant qui a caractérisé leurs discours jusqu’à maintenant. Cela prouve également l’impréparation allemande à la lutte hivernale.

  • 32 Frappé par une crise cardiaque le 7 novembre, le maréchal Brauchitsch est affaibli et Hitler ne le (...)

5422 décembre. Le limogeage de Brauchitsch est à l’ordre du jour32. Les radios anglaise et américaine ne parlent plus que de cela. L’ambassade allemande est bouleversée par la nouvelle. Mackensen n’a pas porté de jugement mais ne cache pas sa préoccupation. Bismarck est en joie. Il a dit à Anfuso : « nous sommes au cinquième acte de la tragédie. Ceci prouve qu’Hitler est un con. » Le jeune homme exagère mais, en Allemagne, il n’est pas le seul à donner dans la fronde. Cette crise est celle du Régime et pas seulement des hommes, et je dois ajouter que l’état-major se solidarise avec ses chefs. Même Cavallero m’a dit que Rintelen était très réservé.

55Mussolini n’a pas donné une importance excessive à l’affaire. Au fond, il croit qu’en dernière analyse, il y aura un avantage car « cette guerre a prouvé que seulement les armées politiques ont quelque chose à dire et désormais Hitler rendra son armée encore plus politique » (je me demande si c’est le moment le plus adapté pour le faire entre les morsures du froid et les coups des Russes). Il s’est emporté contre noël. Il est surpris que les allemands n’aient pas encore aboli cette fête qui « ne rappelle que la naissance d’un Juif qui offrît au monde des théories débilitantes et anémiques et qui a particulièrement fait du tort à l’Italie au travers de l’œuvre de désagrégation de la Papauté ». Pour sa part, il a interdit aux journaux de rappeler noël. Et pourtant, il suffit de regarder par la fenêtre pour voir que les gens se souviennent et aiment noël.

5623 décembre. J’ai accompagné Verlaci chez le Duce et il ne s’est pas bien conduit. Il a fortement attaqué Jacomoni et a demandé son remplacement par Guzzoni car il serait capable en peu de mois de voler non seulement l’Albanie mais tous les Balkans. Naturellement, il déteste Kruia mais n’a pas d’arguments solides contre lui : il se limite à dire qu’un homme qui est un fils de serviteurs ne peut pas gouverner le pays, d’autant plus qu’il lui a servi, à lui Verlaci, un café au Essad Pascia. Verlaci est un féodal et ce qui peut apparaître comme des préjugés sont pour lui des principes sacrés.

57Serena et Tassinari se sont insultés devant le Duce et en sont venus aux mains dans l’antichambre. Il semble que le Duce va baisser le pouce en ce qui concerne Serena, sous l’influence de Buffarini qui travaille dans l’ombre comme d’habitude. C’est un serpent. J’ai vu moi-même qu’il a envoyé une lettre avec des curriculum vitae d’éventuels successeurs. Le Duce l’a ouverte en ma présence. Buffarini a nié le fait. Mais, jusqu’à présent, j’ai toujours davantage cru en mes yeux qu’en sa parole.

58Mackensen vient de la part de Ribbentrop me demander mon avis sur une éventuelle rencontre à trois avec Darlan. Il dit que nous devrions parler politique. Je réponds qu’un tel entretien, à caractère exploratoire, ne devrait pas être nuisible, ni inutile.

5924 décembre. Aucune nouveauté en politique étrangère, ni sur les fronts de guerre.

60À l’intérieur, l’attention commence à se concentrer sur le « cas Serena », lequel n’est plus reçu par le Duce depuis deux jours. Les candidatures émergent. Riccardi fait suggérer la sienne par Osio. Cependant, le Chef ne m’a pas mis au courant et je ne prendrai pas d’initiative en la matière. De plus, je considèrerais un secrétariat Riccardi comme un véritable désastre.

  • 33 En français dans le texte.

61Serena, que j’ai vu dans l’après-midi, continue à dire qu’il a eu une intrigue de Buffarini, lequel aurait désormais acquis de l’influence auprès du Duce par des moyens obliques et déloyaux. Il donnerait, sous prétexte de bienfaisance, plus de 100 000 lires par mois à la Petacci, sur laquelle il agit par l’intermédiaire d’un certain Donadio dont le rôle n’est pas clair. En somme, Serena explique qu’un clan Petacci s’est constitué autour du Duce, mené dans l’ombre par Buffarini et servi par De Cesare, qui acquiert chaque jour un peu plus d’influence et agit de manière sinistre. Serena est serein pour ce qui le concerne : il voudrait seulement que la décision soit prise au plus vite car il estime qu’il serait mauvais pour la dignité du Parti que le secrétaire soit laissé à mijoter33 trop longtemps.

6225 décembre. Alfieri écrit que les revers sur le front russe ont dépassé, dans leurs effets, les limites jusqu’auxquelles ils pourraient nous être utiles. Je le vois au travers des allemands de l’ambassade : la dépression est profonde. Le Duce, qui sous-évaluait la question dans un premier temps, affirme désormais la gravité de la situation qui aura peut-être des conséquences ultérieures.

  • 34 Pie XII affirme que la future paix doit être fondée « sur le rocher inébranlable et immuable de la (...)
  • 35 Épouse du prince Marcantonio Colonna.

63Le Pape a fait un discours de noël qui n’a naturellement pas plu à Mussolini car il a trouvé que sur les cinq points qu’il contient, quatre au moins sont dirigés contre les dictatures34. Mais ceci est inévitable avec la politique anticatholique allemande. Isabella Colonna35 m’a raconté hier soir avoir récemment parlé avec le cardinal Maglione qui lui a dit qu’au Vatican, on préférait les Russes aux nazis.

64Du reste, le Duce affiche de plus en plus une attitude antireligieuse. Les fêtes de noël en sont l’occasion : « Pour moi, a-t-il déclaré, noël n’est autre que le 25 décembre. Je suis certainement l’homme au monde qui est le moins concerné par cette fête. » Pour le prouver, il a pris une série de rendez-vous encore plus nombreux que d’habitude. Mais, cette année, les églises sont remplies de monde.

  • 36 Carlo Pareschi représente la Confédération des propriétaires agricoles à la Chambre des faisceaux (...)
  • 37 Né en 1914, Aldo Vidussoni participe à la guerre d’Espagne, puis devient secrétaire du GUF de Trie (...)

6526 décembre. Serena et Tassinari ont été remplacés : le premier part au front, le second retourne à l’enseignement universitaire. Pareschi36 va à l’agriculture. C’est un technicien qui me semble compétent, même s’il est bavard et ambitieux. Un certain Vidussoni37 va à la tête du Parti. Il a la médaille d’or, 26 ans et fait sa licence de droit. Sinon, je ne sais rien de lui. Certes, il s’agit d’une expérience audacieuse et espérons que la fortune soit, cette fois-ci, la compagne fidèle de l’audace. De fait, je ne le connais pas, même de vue.

66Vacca Magglioni est venu me dire avoir reçu des instructions du Duce pour entamer des conversations politiques avec les Français afin d’obtenir le droit d’utiliser les ports tunisiens. La chose me surprend pour deux raisons : tout d’abord, parce que les accords avec les allemands ne le prévoient pas et que, de toute façon, rien n’a été prévu ; ensuite, parce qu’il y a quelques jours, Mussolini me disait que Vacca Magglioni était un imbécile et qu’il ne devait pas s’occuper de politique. À Vacca Magglioni qui me demandait ce qu’il devait faire, j’ai dit de suivre ponctuellement les instructions du Duce.

6727 décembre. Conseil des ministres. Le Duce fait un résumé de la situation militaire et politique. Selon moi, il ne dit rien de nouveau. Il prévoit une guerre très longue, quatre ou cinq années au moins, et que l’humanité va vers une complète prolétarisation. Il évalue au minimum le poids réel de l’Amérique dans le conflit.

68Je reçois Vidussoni, dont la nomination a provoqué une stupeur générale. Du garçon du golf au comte Volpi, tous les commentaires sont sarcastiques. Jusqu’ici, on ne le connaissait que très peu. Bottai, Russo, Horst-Venturi ont tous pris soin de dire que c’était un imbécile. Je ne peux pas encore me prononcer : j’ai parlé avec lui une demi-heure et la conversation est restée dans le vague. Il semble enthousiaste, de bonne foi, mais débutant. Il suera du sang dans l’ambiance de vieilles putes qu’est le Parti. J’ai démenti autour de moi le bruit qu’il s’agissait d’une de mes créatures, mais on commence à le dire. Rien à faire : qu’il soit bien clair qu’il est sorti de la pensée de Mussolini comme Minerve du cerveau de Jupiter. Dans une lettre qu’il m’a adressée, Gambara assure que si du ravitaillement arrivait, on pourrait sauver la tripolitaine et il s’en prend à Rommel qui « est idiot en tant que chef ».

  • 38 Il s’agit du général Hideki Tojo, ancien chef d’état-major et ministre de la Guerre depuis le 16 o (...)

6928 décembre. Indelli communique de Tokyo que le président du Conseil38 lui a fait de discrètes allusions à la possibilité d’une paix séparée entre l’axe et l’URSS. Mussolini s’y est jeté avec intérêt et a examiné le problème. Il y serait très favorable. Les événements de la guerre, particulièrement les plus récents, l’ont convaincu que cet océan de terre qu’est la Russie peut réserver d’innombrables surprises. Il a raison. Mais je ne crois pas possible une paix séparée. Le mode d’attaque allemand, les déclarations sur les buts de guerre antibolcheviques, le développement des événements, tout semble exclure une éventualité de ce genre.

  • 39 Entre les 26 et 29 décembre, 17 000 soldats soviétiques débarquent dans la région de Feodossia en (...)

70Un débarquement anglais en Norvège et un russe en Crimée sont signalés par Berlin39. Il n’y a pas à s’alarmer, dit l’ambassadeur, mais les deux événements ne sont pas à sous-évaluer.

71Les allemands sont revenus sur leur décision à propos de la question croate : plus de retrait de troupes mais seulement une collaboration militaire avec nous. Ce n’est peut-être pas plus mal car, au printemps, la Bosnie, la Serbie et le Monténégro donneront beaucoup de fil à retordre.

7229 décembre. Mussolini dit qu’il veut écrire à Hitler au sujet de la question des ports tunisiens : la France trouve un accord avec nous ou il faut les prendre de force. J’espère qu’il n’écrira pas cette lettre qui ne donnerait aucun résultat.

73Bismarck a parlé avec D’Ajeta de la nomination de Vidussoni : mauvaises impressions dans les milieux allemands, particulièrement à l’ambassade où l’on a eu l’occasion de connaître le petit jeune et de le juger comme bien peu de chose.

  • 40 Dans cette lettre, Mussolini n’exclut pas de forcer la main à la France : « Si les Français rejeta (...)

7430 décembre. Contrairement à ce que j’espérais, la lettre a été écrite et a été envoyée par l’intermédiaire de Rintelen40. Je suis sûr que la réaction d’Hitler ne sera pas bonne, d’autant plus que ces jours-ci les nouvelles du front russe sont loin d’être favorables. Même Mussolini en est préoccupé. Il pense, et il a raison, que le facteur physique sera prédominant et que les allemands ne réussiront à faire front contre la pression russe que s’ils sont en bonne forme physique. Il est trop tôt pour faire le point mais il est certain que la situation allemande n’est pas du tout rose en ce moment.

75Mussolini me prie d’aller à Bologne et d’y parler le 3 janvier. Il s’est rendu compte que la nomination de Vidussoni a donné une secousse au vieux fascisme et il veut faire maintenant quelque chose afin d’en diminuer la réaction.

7631 décembre. Toujours peu de bonnes nouvelles du front russe.

77Je vois Kesselring et j’ai un entretien plutôt formel avec lui.

Notes

1 En Crète.

2 Il s’agit du Capo Faro et de l’Adriatico.

3 Le général Arturo Vacca Maglioni dirige la commission italienne d’armistice avec la France depuis juin 1941.

4 Il s’agit de Zenbei Horikiri depuis décembre 1940.

5 Le Conseil impérial du 6 septembre a donné un délai de six semaines au prince Konoye, chef du gouvernement, pour trouver une solution diplomatique avant le déclenchement d’un compte à rebours militaire. Le 16 octobre, Konoye se retire, laissant sa place au général Tojo, partisan de la solution militaire. Le 3 novembre, le plan d’attaque de l’amiral Yamamoto sur Pearl Harbor est approuvé, même si les pourparlers entre Washington et Tokyo se poursuivent. Cependant, le Conseil du 1er décembre entérine le choix de l’attaque surprise. Elle est prévue pour le 8 décembre. Le communiqué officiel japonais dénonce le fait « que le gouvernement américain, en poursuivant les conversations, a mené de fréquentes négociations avec la Grande-Bretagne, l’Australie, la Hollande et la Chine. Aussi peut-on affirmer que le gouvernement américain, ainsi que les pays susdits, considèrent le Japon avec autant d’hostilité qu’ils en témoignent à l’Italie et à l’Allemagne ». Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 480-481.

6 L’article 2 du Pacte tripartite du 27 septembre 1940 reconnaît au Japon le droit d’établir un ordre nouveau en Asie orientale. L’article 3 prévoit une assistance économique, politique et militaire de chacune des puissances contractantes envers ses alliés en cas de guerre provoquée par un pays non encore engagé dans la guerre.

7 Paul von Kleist est né en 1881. Après une carrière militaire dans la cavalerie, il est rappelé au service actif en 1939. Il commande le 22e corps d’armée lors de la campagne de Pologne, puis la 1re armée de panzers qui traverse les Ardennes et la Meuse avant d’atteindre la Manche lors de la campagne de France. Il participe à l’invasion de la Yougoslavie et de la Grèce. Lors de l’opération Barbarosssa, ses troupes sont intégrées dans le groupe d’armées sud sous le commandement du maréchal Rundstedt.

8 Sur le front sud, les troupes du général Kleist ont atteint Rostov. Mais, éloignées de leurs bases de ravitaillement, elles doivent se replier sous les coups des forces soviétiques commandées par le général Tcherevitchenko.

9 Pier Francesco Nistri est l’officier de liaison du général Gambara.

10 Selon l’interception d’une conversation téléphonique du 10 décembre entre le général Warlimont, responsable des opérations à l’état-major de la Wehrmacht, et le général Rintelen, attaché militaire à l’ambassade à Rome, Ciano ne chercherait pas à approfondir cette question lors de sa rencontre avec l’amiral Darlan. Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo, op. cit., p. 161.

11 La dernière résistance italienne en Afrique orientale a lieu à Gondar, où le général Guglielmo Nasi capitule le 27 novembre après un combat qui coûte la vie à environ 300 Italiens. Les Britanniques capturent plus de 23 000 prisonniers.

12 Le 7 décembre, à 7 h 56 (heure d’Hawaï), l’aviation japonaise attaque la flotte américaine mouillée dans la rade de Pearl Harbor. Après trois quarts d’heure de bombardement, 196 appareils de l’aéronavale, 166 avions et 19 navires sont détruits. Mais les porte-avions, sortis en haute mer, sont intacts. Les Japonais ont perdu 29 avions. Sur l’attaque japonaise contre la base de Pearl Harbor, Delmas Claude, 1941, Pearl Harbor. La guerre devient mondiale, Éditions Complexe, coll. « La mémoire du siècle », Bruxelles, 1990 ; Harter Hélène, Pearl Harbor : 7 décembre 1941, Tallandier, Paris, 2011.

13 Sur le long terme. En anglais dans le texte.

14 En français dans le texte.

15 Le 1er décembre, Goering rencontre Pétain et Darlan à Saint-Florentin. La rencontre, sous des apparences courtoises, se passe difficilement, Goering refusant de prendre en compte le mémorandum français. Rien de concret ne sort des conversations.

16 Selon le compte rendu de Ciano, Darlan se montre favorable à un développement d’une « politique française vers cette collaboration qu’il croit indispensable pour la France, autant qu’utile pour l’Allemagne et l’Italie », tout en étant conscient des efforts à fournir pour persuader les Français du bien-fondé de cette politique. Néanmoins, Darlan exclut que les ports tunisiens puissent être utilisés pour le transport de matériel et de troupes en direction du front libyen : « Vis-à-vis de l’Angleterre, il s’est exprimé en termes très durs et particulièrement hostiles. Il a dit n’avoir jamais aimé les anglais pour des raisons ataviques, mais les détester profondément après avoir eu connaissance de leur conduite dans les Flandres. […] Même envers l’Amérique, il manifeste le plus profond ressentiment. Il appelle Roosevelt un fou et croit que, dans le développement des opérations entre l’Amérique et le Japon, la première est destinée à subir une série de défaites retentissantes et déprimantes pour le monde anglo-saxon. Il n’a pas hésité à définir devant le maréchal Pétain les forces armées américaines comme des soldats d’opérette. […] Il a avancé la proposition d’une éventuelle rencontre à trois (Darlan-Ciano-Ribbentrop), rencontre qu’il considère comme particulièrement utile car de nombreux problèmes pourraient de cette façon être acheminés vers une solution. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 484-486.

17 Les Japonais s’emparent aisément de Hong Kong et coulent les cuirassés britanniques Prince of Wales et Repulse le 8 décembre. À Guam, la garnison américaine capitule alors que les troupes japonaises débarquent aux Philippines. En Libye, le 7 décembre, Rommel décide un repli général vers l’ouest, en Cyrénaïque, et la levée du siège de tobrouk. Entre le 9 décembre et le 10 janvier 1942, les forces de l’axe parviennent à se replier en bon ordre. Les combats liés à l’opération Crusader coûtent aux forces de l’axe 17 420 Italiens et 14 600 allemands, tués, disparus ou blessés, et 340 chars, et aux troupes de l’empire britannique 17 700 soldats tués, disparus et blessés ainsi qu’un peu plus de 600 chars. Sur le front de Moscou, une contre-offensive soviétique lancée les 5 et 6 décembre annihile tout espoir allemand d’une prise de la capitale.

18 Il s’agit de George Wadsworth.

19 C’est une vraie tragédie. En anglais dans le texte.

20 Le Duce annonce la déclaration de guerre aux États-Unis depuis le balcon du palais de Venise. Le discours est l’occasion d’une attaque directe contre Roosevelt : « ni l’axe, ni le Japon ne voulaient une extension du conflit. Un homme, un homme seul, un authentique et démocratique despote, au travers d’une série infinie de provocations, trompant ses propres populations pour une fraude ehontée, a voulu la guerre et l’a préparée jour après jour avec une persévérance diabolique. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia, op. cit., p. 141.

21 Les 12 et 13 décembre, la Bulgarie et la Hongrie déclarent la guerre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis.

22 Ces pertes ont eu lieu au large du cap Bon, près des côtes tunisiennes. Le cuirassé Vittorio Veneto est également gravement endommagé.

23 Fulgencio Batista est président de la République cubaine depuis juillet 1940.

24 Cavallero est né à Casale Monferrato, dans la province d’Alexandrie, en Piémont.

25 Dans son Journal, Ciano ne fait pas mention de la situation des Juifs en Croatie. Or, il note dans le compte rendu : « Les problèmes les plus urgents sont affrontés et en première ligne celui des Juifs. Ceux-ci qui, à la prise du pouvoir par les oustachis, étaient 35 000, ne dépassent pas à présent 12 000 (le jeune Kvaternik explique cette diminution par le mot “émigration”, accompagné d’un sourire qui ne laisse pas place au doute). » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 487. « Le jeune Kvaternik » est le neveu du maréchal Slavko Kvaternik, ministre de la Défense du gouvernement croate.

26 Il est vrai qu’après la défaite de Caporetto d’octobre 1917 et l’installation du front sur le Piave, Venise ne se trouve qu’à quelques dizaines de kilomètres de celui-ci.

27 en Serbie, l’Allemagne a instauré un Conseil des commissaires que dirige Milan Acimovitch, ancien ministre de l’Intérieur de Stoyadinovitch. Il est remplacé, le 26 août 1941, par un gouvernement placé sous l’autorité du général Milan Neditch. Mais ce gouvernement de collaboration n’empêche pas le développement de la résistance communiste de Tito et monarchiste du colonel Mihaïlovitch.

28 Espace vital. En allemand dans le texte.

29 En réalité, cet ordre de repli général est approuvé par Hitler lui-même et l’état-major italien ne peut s’y opposer.

30 À cette date, les allemands ont dû se replier d’une soixantaine de kilomètres dans le secteur de Moscou au milieu de conditions atmosphériques terribles (le général Guderian évoque des journées pendant lesquelles la température atteint – 35 °C). Hitler a donné l’ordre de tenir par le système défensif des « hérissons », système de forteresses qui évite un repli général risquant d’entraîner un effondrement du front.

31 en 1937, Otto Abetz dirige la section France-Belgique-Hollande, réplique allemande du comité France-Allemagne. Le 3 août 1940, il est nommé ambassadeur auprès des autorités d’occupation à Paris, ce qui en fait le représentant du Reich auprès de Vichy.

32 Frappé par une crise cardiaque le 7 novembre, le maréchal Brauchitsch est affaibli et Hitler ne le juge plus en mesure d’assumer les lourdes charges de commandant en chef de l’armée de terre (OKH) à la suite de l’échec devant Moscou. Le Führer ne le remplace pas et dirige l’armée de terre en conservant le général Franz Halder comme chef d’état-major. Dans les jours qui suivent, Hitler limoge 35 généraux et maréchaux parmi les plus prestigieux tels Manstein, Hoepner, Bock, Rundstedt.

33 En français dans le texte.

34 Pie XII affirme que la future paix doit être fondée « sur le rocher inébranlable et immuable de la loi morale, manifestée par le Créateur lui-même et inscrite par lui dans le cœur des hommes en caractères ineffaçables ». Cette paix, ajoute le pape, ne peut s’établir que sur les libertés collectives et individuelles. Dans Chenaux Philippe, Pie XII. Diplomate et pasteur, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie », Paris, 2003, p. 258.

35 Épouse du prince Marcantonio Colonna.

36 Carlo Pareschi représente la Confédération des propriétaires agricoles à la Chambre des faisceaux et corporations avant de devenir ministre de l’agriculture, poste qu’il occupe jusqu’à la fin du régime.

37 Né en 1914, Aldo Vidussoni participe à la guerre d’Espagne, puis devient secrétaire du GUF de Trieste et secrétaire fédéral d’Enna en 1940. Devenu secrétaire général des GUF, il accède à la tête du PNF qu’il dirige jusqu’en avril 1943, moment de son remplacement par Carlo Scorza.

38 Il s’agit du général Hideki Tojo, ancien chef d’état-major et ministre de la Guerre depuis le 16 octobre 1941.

39 Entre les 26 et 29 décembre, 17 000 soldats soviétiques débarquent dans la région de Feodossia en Crimée. S’ils surprennent les troupes allemandes du général Sponeck, les Soviétiques ne parviennent pas à profiter de leur avantage initial faute de rapidité. Néanmoins, ils reprennent Feodossia le 29 décembre. Par contre, il n’y a pas de débarquement anglais en Norvège.

40 Dans cette lettre, Mussolini n’exclut pas de forcer la main à la France : « Si les Français rejetaient les offres même généreuses, je vous déclare, Führer, que je préférerais mener mes divisions et mes blindés en Tunisie plutôt que de les voir disparaître au fond de la mer, sur la route de tripoli. D’une façon générale, je pense que nous devons trouver un moyen de clarifier l’attitude de la France à notre égard. Je serais heureux, Führer, de connaître vos opinions sur ce sujet. » Dans Les Lettres secrètes échangées par Hitler et Mussolini, op. cit., p. 136.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540