Desktop versionMobile Version

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Novembre

Volltext

  • 1 « Je ne sais pas ce que comptent faire les anglais mais, tenant compte de leurs habitudes, ce sera (...)

11er novembre. Une lettre d’Hitler est arrivée. Je n’en ai pas longuement discuté avec le Duce car, ce matin, la traduction n’était pas encore faite et j’en ignorais le texte. Ce qui avait retenu l’attention du Duce plus que toute autre chose était que le Führer parlait peu dans son texte de nos divisions. Peu de politique et plutôt un examen de la situation militaire. Mais un examen fragmentaire et contingent, qui n’annonce pas des opérations futures de la part de l’axe, mais qui tend plutôt à anticiper les coups que l’Angleterre pourrait nous porter. Évidemment, il est préoccupé à notre sujet. Nous avons eu trop de désillusions l’hiver passé pour affronter d’un cœur léger l’hiver prochain. Il craint des débarquements anglais en Corse, en Sicile, en Sardaigne et offre, dès maintenant, tout son appui avec le ton de celui qui ne sait pas où un coup heureux des anglais pourrait nous mener. Au fond, les allemands se défient de nous et, à mon avis, cette lettre en est une preuve. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une lettre d’un homme qui est sûr de son fait, mais qui a d’importantes préoccupations : il sait qu’il joue une partie difficile avec un adversaire fort et dangereux. Les lettres qui nous parvenaient après la campagne de France avaient un autre ton1.

  • 2 Carmine Senise est devenu chef de la police en novembre 1940, à la mort d’Arturo Bocchini.
  • 3 En français dans le texte.
  • 4 Nicolò De Cesare est le secrétaire particulier du Duce depuis juin 1941, poste auquel il succède à (...)

2Long entretien avec le chef de la police, Senise2. C’est pratiquement la première fois que je parle longuement avec lui : jusqu’à maintenant, nos rencontres ont été fugaces et avec peu de confidences réciproques. Après tout, c’est un policier… Mais ce matin, je me suis diverti. C’est un napolitain intelligent et ignorant, un étrange mélange d’instinct et de calcul, brave homme sur le fond mais beau parleur, superficiel, gesticulateur. Il suffit de penser que c’est un homme comme lui qui, dans la vingtième année du Régime, est chef de la police pour se convaincre que dans ce pays, plus ça change et plus c’est la même chose3. Il aurait pu être avec vraisemblance un ministre des Bourbons. en bref, il m’a dit que la situation intérieure était inquiétante mais pas dangereuse, que Mussolini aimait se faire tromper par des escrocs qui avaient toujours du succès auprès de lui, que Buffarini était un hypocrite et un voleur car il prenait de l’argent pour les aryanisations de Juifs et qu’il en avait reçu de Bocchini, qui était encore plus voleur que lui et que le nouveau secrétaire du Duce, De Cesare4, un formidable porte-malheur doublé d’un imbécile. Les informations ne sont pas de première importance mais je le verrai plus souvent car il est divertissant.

32 novembre. Rien de nouveau.

43 novembre. Le Duce est indigné par Pavelic car il affirme que les Croates ont une origine gothique, ce qui les intègrerait dans l’orbite du monde germanique. Il y aurait dès maintenant des signes évidents de cette attitude.

  • 5 En juillet 1849, de durs combats opposent les troupes du corps expéditionnaire français et les déf (...)

5Cérémonie garibaldienne sur le Janicule afin d’honorer les morts de 18495. Mussolini a prononcé un bref discours, empreint d’obscures menaces contre les Français. Ceci ne plaira naturellement pas en France mais, peut-être, encore moins aux allemands.

64 novembre. Aucune nouveauté.

  • 6 Né en 1885, Albert Kesselring est nommé en 1933 à la direction de l’office administratif du commis (...)
  • 7 Cavallero ne tient pas son Journal les 5, 6 et 7 novembre.

75 novembre. Cavallero me parle de la venue du maréchal Kesselring6 en Italie. Il prendra le commandement des forces armées opérant en Italie méridionale et dans les îles Ioniennes, ce qui correspond à toutes les forces combattantes. Même Cavallero se rend compte que ceci aura une grande et brutale répercussion dans le pays. Il voudrait au moins tirer un avantage personnel et fait comprendre que, si on lui accordait le grade de maréchal, la chose serait en partie réparée. Mussolini a avalé la pilule. Il se rend compte de ce que cela signifierait dans les milieux militaires et en Italie même. Mais, en bon joueur, il encaisse le coup et feint de ne pas être touché7.

8J’accompagne Ghigi chez le Duce et il fait un rapport très réaliste sur la situation grecque. Il confirme qu’à brève échéance, on tirera dans les rues. Il est nécessaire de clarifier la situation avec les allemands : eux ou nous. Ce commandement mixte complique tout et empêche la solution de tout problème. Mussolini a donné de bonnes paroles à Ghigi et rien d’autre. Peut-être parce qu’il ne pouvait pas faire autrement.

96 novembre. Anna Maria Bismarck a dit à Anfuso que, lorsque le général Rintelen s’était rendu sur le front oriental afin de rencontrer le Führer, il avait été approché par des maréchaux et des généraux et qu’une sorte de réunion avait eu lieu. Durant celle-ci, il avait été adjuré de trouver un moyen de faire comprendre à Hitler que toute la conduite de la guerre en Russie était une pure folie, que l’armée allemande était soumise à une usure qu’elle ne pouvait supporter et qu’il était en train de conduire l’Allemagne au désastre. Il paraît que cette opinion est partagée unanimement par tous les chefs militaires, mais que personne n’ose le dire à Hitler. Naturellement, Rintelen s’est bien gardé de le faire. Mais si cela est vrai – et il est probable que ce le soit –, ce serait grave parce que les généraux continuent à compter beaucoup.

10Durant une de ses habituelles diatribes antiallemandes, Mussolini a dit aujourd’hui : « Il n’y a rien à faire pour le moment contre l’Allemagne. Il faut attendre. C’est un pays que personne ne pourra battre militairement, mais il s’écroulera faute d’équilibre interne. Pour nous le problème est de “durer” et d’attendre que cela arrive. »

117 novembre. Il y avait longtemps que je n’avais pas vu le prince de Piémont, et il a été très cordial avec moi. Il a voulu avoir des renseignements sur l’Allemagne qu’il a écoutés avec attention et avec un grand effort d’impartialité, mais il était clair qu’il avait une prévention contre nos alliés qu’il trouve insupportablement grossiers. Puis, le Prince a parlé des forces armées. Il se sait ou se croit compétent, aussi son jugement sur le passé est-il dur. Il accuse Badoglio, mais répète que ce fut une erreur de le liquider au moyen de la polémique d’un « quelconque Farinacci ». Désormais, Badoglio a disparu des mémoires et des cœurs, mais la crise de conscience existe toujours dans l’armée italienne et du temps sera nécessaire pour la soigner. Le jugement sur Cavallero était presque favorable.

12J’ai attiré l’attention de Mackensen sur ce qui s’est passé à Mitrovitsa, au Kosovo, où, avec la complicité allemande, s’est constitué un minuscule gouvernement local composé d’exilés albanais. Ceci crée de la confusion et du désordre et sert d’appât pour tous ceux qui entendent troubler les relations entre les allemands et nous. Mackensen est d’accord, mais que pourra-t-il faire ?

  • 8 Staline prend la parole à l’occasion du 24e anniversaire de la révolution bolchevique. Il affirme (...)

13Staline a prononcé un discours mou et plein d’incongruités, comme celle qui consiste à dire « que les armées russes se sont montrées fortes et les allemandes faibles ». Mais, à part ceci, il est clair qu’il entend encore se battre et tenir ferme8.

  • 9 En novembre 1941, le gouvernement américain adopte le Victory Program, qui met en place la constru (...)
  • 10 Clemm von Hohenberg est attaché d’ambassade allemand à Rome.

148 novembre. Les chiffres que l’ambassade à Washington a communiqués sur la production d’armes en Amérique ont impressionné Mussolini, qui a demandé à ce que l’on fasse un diagramme comparatif avec les mois précédents. L’augmentation est impressionnante9. Il paraît que von Plessen a demandé à brûle-pourpoint à une dame durant un repas chez les Clemm10 : « Quand éclatera la révolution en Italie ? » La dame lui a répondu calmement : « Comme vous le savez, nous vous suivons en tout. Aussi éclatera-t-elle lorsqu’elle aura éclaté chez vous. » Atmosphère sympathique. La baronne von Clemm a dit à Anfuso que les allemands avaient droit à un accès aux mers chaudes et donc, qu’un jour, ils réclameraient Trieste. Anfuso lui a donné le double conseil de ne pas parler de politique et de se consacrer à une autre occupation, pour laquelle la baronne est nettement plus experte.

  • 11 Ce convoi, surnommé Duisbourg, part de Messine, transporte 389 véhicules et plus de 17 000 tonnes (...)

159 novembre. Depuis le 19 septembre, nous n’avons plus tenté de faire passer un convoi pour la Libye : toute tentative a été payée cher et les pertes subies par la marine marchande avaient augmenté dans de telles proportions qu’elles avaient dissuadé toute tentative ultérieure. Cette nuit, nous avons voulu faire une nouvelle tentative : la Libye a besoin chaque jour de plus de matériel, d’armes, de carburant. Le convoi de sept bateaux est parti, escorté par au moins dix contre-torpilleurs et deux croiseurs de 10 000 tonnes, car on savait que Malte accueillait depuis quelque temps deux navires de haute mer anglais destinés à faire le loup dans la bergerie. Le heurt a eu lieu avec des résultats inexplicables. Tous les bateaux, je dis tous les bateaux coulés, un, peut-être deux ou trois contre-torpilleurs perdus. Les anglais sont rentrés après avoir fait un massacre11. Naturellement, aujourd’hui, nos divers états-majors annoncent l’habituelle et imaginaire perte d’un croiseur anglais au moyen d’un avion-torpille : personne n’y croit. Ce matin, Mussolini était déprimé et indigné. Indubitablement, l’affaire aura des répercussions profondes en Italie, en Allemagne et surtout en Libye. Dans ces conditions, nous n’avons aucune excuse pour nous lamenter si Hitler nomme Kesselring commandant en chef du front sud.

  • 12 Bettino Ricasoli est président du Conseil de juin 1866 à avril 1867.
  • 13 Lors de la guerre italo-autrichienne de 1866, la marine italienne est défaite par la flotte autric (...)
  • 14 Il s’agit de l’amiral Agnew qui commande les navires britanniques partis de Malte.

1610 novembre. Les photographies de reconnaissance aérienne montrent les quatre navires anglais amarrés dans le port de Malte. Néanmoins, le communiqué annonce que l’un des croiseurs a été touché. Pricolo l’affirme et avance comme argument le fait que ce navire avait été mouillé près du bassin de carénage. Ceci reviendrait à déclarer qu’un homme est presque mort car il est allé habiter près du cimetière. Bouffons ? Tragiques bouffons qui ont conduit le pays à la nécessité actuelle d’accepter, ou plutôt de demander, l’intervention étrangère pour en avoir protection et défense. Désormais, et jusqu’à l’arrivée des allemands, l’aviation anglaise dominera notre ciel comme s’il était le sien. J’ai demandé à Cavallero que quelque chose soit entrepris contre l’amiral responsable. En attendant, jusqu’à hier soir, Cavallero en ignorait jusqu’au nom. Je lui ai rappelé que l’Italie démocratique de Ricasoli12 avait eu le courage de faire un procès à Persano lorsque, après Lissa, il avait télégraphié qu’il était resté maître des lieux13. Je l’ai également dit à Mussolini qui continue à être déprimé et qui juge – et il a raison – la journée d’hier comme la plus humiliante depuis le début de la guerre : « Voici désormais dix-huit mois que j’attends une bonne nouvelle qui n’arrive jamais. Je serais fier d’envoyer un télégramme comme celui que Churchill a envoyé à son amiral14 mais j’en cherche en vain l’occasion depuis trop longtemps. »

1711 novembre. L’irritation et le malaise provoqués par ce qui est advenu restent forts dans le pays et chez le Duce. Mussolini est exaspéré et s’en prend aux Croates de Split qui lancent des bombes sur nos soldats. « Je vais également commencer le système des otages, dit-il. J’ai donné l’ordre que pour tout blessé parmi nos hommes, deux soient fusillés et vingt pour chaque mort. » Mais il ne le fera pas.

18De retour de Grèce, Galbiati dit que le pays n’en est pas encore à la famine, mais que cela ne saurait tarder. Les soulèvements auront lieu quand les premiers enfants seront morts de faim.

19Jacomoni propose de changer le gouvernement en Albanie, Kruia en remplacement de Verlaci. Cela représente une nouvelle concession envers les extrémistes du nationalisme albanais. Jusqu’à maintenant, les résultats de cette politique n’ont pas été excellents : les choses allaient bien lorsque Benini centralisait les pouvoirs à Rome. Quoi qu’il en soit, Mussolini a accepté et nous verrons comment la situation évoluera.

  • 15 Mussolini écrit un ouvrage de souvenirs à la suite du décès de son frère Arnaldo, le 21 décembre 1 (...)

20J’ai lu Parlo con Bruno du Duce. Plus qu’un livre, il s’agit d’un recueil d’articles et de divers écrits, rassemblés parmi la prose de Mussolini. Mais cet ouvrage n’a pas grand-chose à voir avec le livre écrit sur Arnaldo15.

2112 novembre. Dans la marine, on est scandalisé par ce qui est arrivé en Méditerranée, mais, avec un commandement comme l’actuel, il est impossible d’attendre mieux. Bigliardi m’a décrit les phases de la rencontre. Tout serait inexplicable si l’on ne savait pas que l’amiral Brivonesi était jugé, par Cavagnari, inapte au commandement. Après la bataille, Bigliardi a été appelé au téléphone par Riccardi, lequel a dit que, pour neutraliser la mauvaise impression du pays, il fallait faire un communiqué sur les succès en atlantique. Mais où sont ces succès ? En se basant sur beaucoup de nouvelles incertaines, un bulletin a été rédigé qui attribuait au sous-marin Malaspina la destruction de deux vapeurs de 10 000 tonnes (il n’y a pas de destruction sûre sauf celle du sous-marin qui n’est pas rentré à sa base depuis dix jours).

22Le sous-chef d’état-major, l’amiral Sansonetti, a pris un crayon et a corrigé les 10 000 tonnes en 30 000 car « ainsi, cela faisait plus d’effet ». Inutile de commenter : la marine avait une tradition de sérieux et d’honneur et ne peut supporter certaines pratiques sans une crise profonde. Du reste, dans toute la marine, on sait et on répète que l’amiral Riccardi ne doit son poste qu’à la protection de madame Petacci et cette rumeur n’est certainement pas faite pour accroître son prestige.

2313 novembre. Les prévisions de Tassinari sont plus pessimistes que jamais. Si l’Allemagne ne peut ou ne veut pas nous donner 5 millions de quintaux de céréales, il faudra diminuer la ration de pain et de pâtes de début mars à la fin juin. Maintenant, Mussolini est très contrarié de demander du blé aux allemands : il a honte des défaites militaires, de la venue de Kesselring, etc., et ne veut pas ajouter d’autres motifs de reconnaissance et, par conséquent, d’humiliation.

24Nous avons dû changer le système de paiement des agents diplomatiques car nous n’avions plus de devises libres. Et pourtant la fin du conflit est lointaine…

25Anfuso part. Il est nommé ministre à Budapest. Il le désirait beaucoup et son souhait a été satisfait. Son départ me peine car, plus qu’un collaborateur, je perds un camarade.

2614 novembre. Alfieri transmet un rapport de Ribbentrop sur la conduite de nos ouvriers en Allemagne. Il faut reconnaître qu’il y a une notable part de fainéants, de paresseux, d’indisciplinés parmi eux. Même chez les allemands, on fait une nette distinction entre les ouvriers septentrionaux et méridionaux, et on affirme que les premiers fournissent 80 à 90 % du travail d’un ouvrier allemand ; les seconds pas plus de 40 %. La haine de l’Allemagne doit être à son paroxysme parmi ces ouvriers puisqu’ils en sont même arrivés à répéter à voix haute : « nous marcherons tous unis contre les allemands. » Le rapport de Ribbentrop est dur et sincère et doit être apprécié sous cet aspect, mais pas au point d’envoyer – comme le voudrait Alfieri – mes remerciements à Ribbentrop.

  • 16 Rino Corso Fougier est général d’escadrille. Il reste ministre de l’aéronautique jusqu’à la chute (...)
  • 17 Le colonel Giuseppe Casero est camarade d’escadrille de Ciano pendant la guerre d’Éthiopie.

2715 novembre. Relève de la garde au ministère de l’aéronautique. C’est le moment. Pricolo avait beaucoup déçu et s’était toujours révélé un homme étroit d’esprit, envieux et mesquin. Il est remplacé par Fougier16 qui, au moins, est un homme sympathique et un vrai pilote : il n’est pas un pilote de dirigeable. Il aura Casero comme chef de cabinet, mon vieux et fidèle Casero qui est certainement l’officier qui prend le plus au sérieux ses devoirs17. Avec lui, les choses devraient s’améliorer.

2816 novembre. À Gênes pour l’inauguration du monument dédié à mon père. Cérémonie simple, intime et très réduite comme je l’ai voulue, car je ne pense pas que ce soit le moment de demander aux gens de grands rassemblements. La statue est grande mais pas fameuse : elle est de Pini, un sculpteur génois qui, hier, faisait beaucoup de peine pour avoir perdu ces jours-ci un fils, officier de marine, commandant d’un sous-marin. Je me souvenais de mon père, via Corsica, quand, en 1919, il fit de Gênes son centre de travail. Voir son image fixée dans le marbre est pour moi, aujourd’hui, à la fois une douloureuse et douce sensation.

  • 18 Le général Rommel a prévu d’attaquer Tobrouk le 23 novembre, mais est pris de court par l’offensiv (...)

2917 novembre. Aucune nouveauté durant mon absence. Mussolini m’explique avoir poussé Rommel à accélérer l’attaque sur Tobrouk qui devra avoir commencé d’ici un mois18. Je rappelle que Gambara s’est exprimé dans un sens totalement contraire, car il craint que notre attaque contre Tobrouk soit suivie par une attaque de flanc anglaise contre Sollum, sur laquelle il ne pense pas que nous puissions résister.

  • 19 Oncle du ministre des Finances, l’amiral Paolo Thaon di Revel est chef d’état-major de la marine i (...)
  • 20 Général d’armée en 1932 et nommé sénateur en 1933.
  • 21 Le général Giuseppe Manni est chef du comité technique corporatif de l’industrie aéronautique.
  • 22 Angelo Manaresi a été sous-secrétaire d’État à la Guerre du 12 septembre 1929 au 22 juillet 1933 e (...)

30Cavallero m’informe que le Duce a ordonné une enquête sur la conduite de Graziani. Le vieux Thaon di Revel19 est le chef de la commission dont font partie le général Argo20, le général Mani21 et le conseiller national Manaresi22. Cela faisait un moment qu’il avait cela en tête. Mais est-ce vraiment le moment de provoquer un guêpier ?

  • 23 Luigi Russo est sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil depuis le 31 octobre 1939.
  • 24 Place en plein centre de Rome qui doit son nom à la colonne de Marc-Aurèle qui l’orne en son milie (...)

31Le Roi veut que le duc de Spolète s’éloigne de Rome et Mussolini le lui a fait dire par l’intermédiaire de Russo23. En effet, la conduite de ce jeune homme est assez absurde : il vit avec une demoiselle Pignataro qu’il transporte dans son wagon-salon, court les restaurants et les tavernes et se bronze. Voici quelques jours, dans un restaurant proche de la piazza Colonna24, il s’entoura un torchon autour de la tête, en guise de couronne, au milieu des applaudissements des serveurs et du patron, un certain Ascensio qui vit entre la cuisine et la prison et qui est son meilleur ami. Belle figure de roi !

3218 novembre. Une chose grave. Bismarck a dit à Anfuso qu’il y avait une certaine alarme à l’ambassade d’Allemagne car on avait su que Pricolo avait été éloigné du gouvernement pour son opposition à la venue de Kesselring en Italie. Ceci est faux et est une pure invention. Bismarck, mis en demeure, a déclaré – sous le sceau du secret le plus absolu – que la nouvelle avait été donnée à Rintelen par Cavallero, lequel s’était vanté du service rendu à l’Allemagne. Il n’y a pas besoin de commentaires : ce fait suffit à prouver qui est Cavallero. La seule vérité est qu’il s’est querellé pour d’autres raisons avec Pricolo et qu’il a voulu ainsi lui faire encore du tort.

  • 25 Veuf de la reine Astrid depuis 1935, le roi Léopold III de Belgique épouse Mary-Lilian Baels dont (...)
  • 26 Ciano commet une erreur. Le roi Léopold n’a pas résidé à Vienne mais s’est retiré au château de La (...)

33Mussolini me dit – et il l’a su par Sa Majesté – que le roi des Belges a épousé la fille de ce gouverneur de Liège qu’il avait lui-même voué au mépris public pour être allé à la rencontre des allemands25. Maintenant, il vit à Vienne dans un château et se tient à l’écart de la vie publique26 : « Un autre souverain qui s’est liquidé, a dit Mussolini qui est toujours plus antimonarchique, et cela prouve que les dynasties sont un inutile vestige du passé que les peuples ne tolèrent plus. »

  • 27 En prévision de la visite prochaine de l’amiral Darlan.
  • 28 Le concept de politique conciliante de l’Allemagne est pour le moins discutable, même si les frais (...)

34Réunion au palais de Venise pour les négociations avec la France27. Quoique les conditions ne soient pas les meilleures, j’ai exprimé l’avis qu’il convenait de faire quelque chose, d’autant plus que les allemands menaient une politique conciliante et en profitaient pour tout rafler28.

  • 29 Le 13 novembre, le gouvernement croate demande au commandement de la 2e armée italienne, en occupa (...)

3519 novembre. Casertano fait au Duce et à moi un rapport bien peu encourageant sur la situation en Croatie. Faiblesse des pouvoirs de Pavelic, intrigues à l’intérieur, croissante ingérence allemande sont les éléments qui rendent incertaine la vie du nouvel État et notre situation précaire29. Désormais, il n’existe plus un problème italo-croate, il existe un problème italo-allemand à propos de la Croatie. C’est un problème de litiges mais nous ne voulons, ni ne pouvons nous permettre d’en avoir.

  • 30 Né à terni en 1890, Amerigo Bartoli est un peintre, ami de Giorgio De Chirico, Giuseppe Ungaretti (...)
  • 31 Symbole de la monarchie éthiopienne.

36Bartoli30 est en train de faire mon portrait. C’est un vrai et grand artiste, plein d’humanité, avec les pieds sur terre, qui refuse de suivre les nouveaux courants auxquels il ne croit pas, même si cela pourrait lui rapporter réputation et argent. Il est spirituel et vif d’esprit. Il n’ose pas parler avec moi de certains sujets, mais il paraît que ses plaisanteries sont mordantes. Je sais que, récemment, il a fait un dessin dans lequel il a représenté le Lion de Juda31 partant en train, de la gare de Rome, et Mussolini lui disant poliment : « Nous espérons que la prochaine fois, vous resterez plus longtemps. » Il est féroce, mais ceux qui le connaissent assurent que Bartoli est un bon patriote et un fasciste sincère, même s’il a la veine d’un humoriste mordant.

  • 32 Il s’agit du début de l’opération Crusader que dirige le général Auchinleck. Elle vise à dégager T (...)

3720 novembre. Attaque anglaise en Libye32. En certains endroits, la résistance est efficace, en d’autres, par contre, la pénétration offensive a été rapide et profonde. Cavallero est optimiste et juge la situation « normale ». Ceci se répercute sur l’état d’esprit de Mussolini.

38En ce qui me concerne, ce que je redoute avant tout est le manque de ravitaillement et l’inefficacité de notre aviation qui, lors de la première attaque, a subi de fortes pertes.

  • 33 Il s’agit de Marcello Petacci, frère de Claretta, maîtresse de Mussolini.
  • 34 Guido Leto est inspecteur au sein de l’OVRA, police politique fasciste.

39Riccardi choisit l’occasion de la nomination d’un conseiller commercial en Espagne pour attaquer violemment le docteur Petacci, frère de son éminente sœur33, qui, selon lui, est un affairiste douteux. En appui de ses assertions, il répète cette phrase qu’il tient de l’inspecteur général de police Leto34 : « Le docteur Petacci fait plus de mal au Duce que quinze batailles perdues. »

  • 35 Ille située à 25 kilomètres de Rome, au nord-ouest des collines albaines.

40À Frascati35, les allemands ont l’œil sur le collège de Mondragone et veulent le réquisitionner pour le transformer en caserne. Cette mesure serait extrêmement impopulaire car elle chasserait 500 familles. Le nonce a protesté en ajoutant que la présence des allemands à Frascati empêchera le Vatican de continuer à développer sa propre action afin d’éviter les bombardements aériens de Rome.

  • 36 Ce même 21 novembre, l’attaque de la 7e brigade blindée britannique, destinée à dégager Tobrouk, s (...)

4121 novembre. La bataille de Libye continue à se développer et les jugements de nos responsables sont optimistes36. Churchill, dans un de ses discours, a été hardi dans les objectifs de l’action et très prudent sur le développement des opérations en cours. Il faut reconnaître que c’est un discours troublant. Le Duce n’est pas de cette opinion. Serrano m’a envoyé une longue lettre qu’il conclut avec la proposition d’une rencontre à Gênes en décembre. J’en parlerai avec les allemands à Berlin (je pars demain soir) et, s’ils n’ont pas d’objections, la rencontre pourra avoir lieu.

  • 37 Par contre, les pétroliers Procida et Maritza ont été coulés.

4222 novembre. Aucune nouvelle décisive dans la bataille de Libye. Cavallero est toujours serein, Mussolini est content de la manière dont les choses se déroulent. Von Rintelen, au contraire, est apparu préoccupé. Le convoi qui devait se rendre à tripoli la nuit dernière, en prenant à l’est de Malte, n’a pas réussi à passer. Les bateaux, attaqués par des avions torpilleurs, se sont repliés sur tarente, alors que deux croiseurs – Trieste et Duca degli Abruzzi – ont été touchés mais sans couler, fort heureusement37. Il ne fait aucun doute que le problème du ravitaillement est le plus difficile et celui qui nous cause le plus de soucis.

  • 38 Né en 1881, François Darlan fait des études à l’École navale de 1899 à 1902. Plusieurs fois chef d (...)

43Je pars ce soir pour Berlin. Peu d’instructions de la part du Duce : insister pour l’envoi de troupes en Russie, clarifier les intentions allemandes au sujet de la Croatie et de la Grèce. ne pas parler des questions alimentaires et se mettre d’accord au sujet d’une éventuelle rencontre entre moi et Darlan38.

4423 novembre. En voyage pour Berlin.

  • 39 Voici ce qu’écrit Ciano à propos de ses impressions sur la capitale allemande : « Je n’étais pas r (...)

4524-25-26 novembre. J’ai rédigé un compte rendu de mes entretiens et de mes impressions berlinoises39. J’ajoute ici quelques éléments plus indiscrets.

  • 40 Ministre de la Propagande en septembre 1940, Mihai Antonescu devient ministre des affaires étrangè (...)
  • 41 Il s’agit d’Erik Scavenius. Déjà ministre des affaires étrangères en 1909-1910, puis de 1913 à 192 (...)

46L’atmosphère de la réunion des membres de l’anti-Komintern était vraiment singulière. L’état d’esprit des délégués présents variait beaucoup. Serrano Súñer était réactif et railleur, mais très « axiste ». L’accusation portée par les allemands contre lui d’avoir empêché l’intervention espagnole est très injuste. Il hait véritablement les anglais, les américains et les Russes. Mais il ne sait pas se comporter comme il convient avec les allemands et il les moque. Bárdossy avait l’air résigné et, chaque fois qu’il le pouvait, lançait une pique modeste et prudente contre l’Allemagne. Mihai Antonescu40 est un novice en politique étrangère. Jusqu’à il y a peu, il était un avocat inconnu à Bucarest : maintenant, il représente son pays et le fait assez bien. Mais il est toujours un Roumain et a une attitude équivoque. Le Danois avait un air complètement perdu comme je n’ai jamais vu41. Un petit vieux en habit qui se demandait comment il était là mais qui, en ultime analyse, était heureux d’y être car la situation aurait pu être pire.

  • 42 Suite au discours de Ribbentrop, Ciano a confié son irritation à des diplomates italiens en poste (...)

47Les allemands étaient les maîtres de maison et le faisaient sentir, même s’ils étaient d’une politesse particulière envers nous. Désormais, leur hégémonie en Europe est stabilisée : que ce soit en bien ou en mal, c’est une autre affaire mais elle existe. aussi convient-il de s’asseoir à la droite du maître de maison et nous y sommes42.

  • 43 Les conditions d’internement des prisonniers soviétiques sont terribles et provoquent une importan (...)
  • 44 as de la Grande Guerre, le général Ernst Udet est nommé responsable de l’office d’armement aérien (...)

48Goering s’est beaucoup offensé d’un commérage de second ordre qui regardait notre ambassade. Après s’être plaint à moi, les choses sont redevenues normales. Il était impressionnant quand il parlait des Russes qui se mangent entre eux et qui ont également mangé une sentinelle allemande dans un camp de prisonniers43. Il le faisait avec l’indifférence la plus absolue. Pourtant, c’est un homme de cœur et quand il a parlé d’Udet et Mölders44, disparus ces jours-ci, les larmes sont apparues dans ses yeux.

49Un épisode dramatique. Goering m’a dit que la faim entre les prisonniers russes était telle que, désormais, pour les amener vers l’intérieur, il n’était plus nécessaire de les encadrer par des soldats armés. Il suffit de mettre en tête de la colonne une cuisine de campagne qui diffuse des odeurs de nourriture pour que des milliers et des milliers de prisonniers suivent comme une horde d’animaux affamés. Et nous sommes en l’an de grâce 1941.

  • 45 Le général Franco a envoyé la division Azul, sous le commandement du général Muñoz Grandes, afin d (...)

50Un épisode amusant. La légion bleue des espagnols est bonne mais indisciplinée45. Les légionnaires souffrent du froid et veulent des femmes. La pilule anti-érotique, qui fait tant d’effet aux allemands, ne leur en fait aucun. Après beaucoup de protestations, le commandement allemand les a autorisés à aller au bordel et a fait distribuer un préservatif par personne. C’est alors qu’arrive le contrordre : aucun contact avec les Polonaises. Les espagnols, en signe de protestation, gonflèrent le préservatif et l’attachèrent au bout du fusil. C’est ainsi qu’un jour, dans les faubourgs de Varsovie, on vit défiler 15 000 préservatifs portés par les légionnaires espagnols.

  • 46 Dans son rapport, Ciano note : « Pour la première fois, j’ai entendu parler avec élan de la valeur (...)
  • 47 Dix divisions italiennes sont engagées dans la bataille de Marmarique et les divisions Ariete et T (...)

51La bataille de Marmarique a beaucoup relevé notre prestige en Allemagne. Pour la première fois, on a exalté la valeur italienne et l’on parle de notre contribution militaire46. L’optimisme sur le déroulement des opérations était beaucoup plus fort à Berlin qu’à Rome où l’on se tient dans une prudente réserve. Le Führer, depuis déjà deux jours, donnait la bataille pour gagnée47.

5228 novembre. Voyage retour en train.

5329 novembre. Je remets mon rapport au Duce. Il est satisfait. Mais il est pressé et nous en parlerons demain. Je l’accompagne en voiture à la villa torlonia.

54La bataille de Marmarique a suscité chez les Italiens un intérêt qu’aucun épisode de la guerre n’avait jamais créé et il est juste que ce soit ainsi. Si nous gagnons la bataille, la situation anglaise pourrait devenir très pesante, peut-être insoutenable. D’ici peu, nous pourrions avoir des développements favorables et inattendus. L’Angleterre devrait affronter quatre crises et toutes de première grandeur : l’opinion publique à l’intérieur, la désillusion américaine, l’accentuation de l’éloignement français et, enfin, la perte de prestige en orient, avec des conséquences en Turquie et également en Inde.

5530 novembre. Cavallero fait le point sur la situation en Libye : il est conscient de la gravité mais n’est ni pessimiste, ni optimiste. Le problème le plus difficile est celui des renforts. Cette nuit, en forçant le blocus, nous chercherons à faire arriver un convoi de cinq bateaux. Combien passeront ?

Anmerkungen

1 « Je ne sais pas ce que comptent faire les anglais mais, tenant compte de leurs habitudes, ce sera sûrement quelque chose de désespéré. Quoi qu’ils veuillent tenter, une chose est sûre : en Europe, ils n’auront plus le pouvoir continental sur lequel ils pouvaient s’appuyer auparavant ! Après l’écroulement du dernier soutien continental, c’est-à-dire de la Russie, la défense de l’Europe et de l’Afrique septentrionale est désormais assurée grâce à l’union de nos forces. Dans le cas où vous auriez, Duce, des difficultés, je vous aiderai jusqu’à ce qui est humainement possible de faire. Dans mon esprit, il ne peut exister qu’une victoire commune. Indépendamment de ce que fera l’Angleterre ou l’Amérique, en particulier du point de vue économique, notre situation ne peut se dégrader et, d’un certain point de vue, elle ne peut que s’améliorer. De plus, sur le plan militaire, personne ne peut nous détruire. » Dans Rauscher Walter, Hitler e Mussolini. Vita, potere, guerra e terrore, newton-Compton, Rome, 2004, p. 420.

2 Carmine Senise est devenu chef de la police en novembre 1940, à la mort d’Arturo Bocchini.

3 En français dans le texte.

4 Nicolò De Cesare est le secrétaire particulier du Duce depuis juin 1941, poste auquel il succède à Oswaldo Sebastiani.

5 En juillet 1849, de durs combats opposent les troupes du corps expéditionnaire français et les défenseurs de la République romaine, menés en particulier par Garibaldi dont la statue équestre domine la colline du Janicule depuis 1895.

6 Né en 1885, Albert Kesselring est nommé en 1933 à la direction de l’office administratif du commissariat de la navigation aérienne, noyau de la future Luftwaffe. Général en 1935, il est nommé chef d’état-major de celle-ci l’année suivante. Promu à la tête de la 1re flotte aérienne, il dirige l’offensive contre la Pologne en septembre 1939, puis l’offensive à l’ouest avec la 2e flotte aérienne. Maréchal le 19 juillet 1940, il participe aux opérations en Union soviétique. Il dirige le commandement en chef pour le théâtre d’opérations sud à partir du 1er décembre 1941.

7 Cavallero ne tient pas son Journal les 5, 6 et 7 novembre.

8 Staline prend la parole à l’occasion du 24e anniversaire de la révolution bolchevique. Il affirme qu’« après quatre mois de guerre, l’Allemagne, dont les réserves en hommes s’épuisent déjà, se trouve beaucoup plus affaiblie que l’Union soviétique, dont les réserves ne font que se déployer maintenant dans toute leur ampleur ». D’autre part, il en appelle à la Russie Éternelle, aux héros nationaux de la Russie tsariste tels Alexandre Nevski, Dimitri Donskoï, Alexandre Souvorov et Mikhaïl Koutouzov, à l’Église orthodoxe. Dans Marie Jean-Jacques, Staline, Fayard, Paris, 2001, p. 652.

9 En novembre 1941, le gouvernement américain adopte le Victory Program, qui met en place la construction de 60 000 avions et 45 000 chars pour 1942.

10 Clemm von Hohenberg est attaché d’ambassade allemand à Rome.

11 Ce convoi, surnommé Duisbourg, part de Messine, transporte 389 véhicules et plus de 17 000 tonnes de matériel. Localisé par le système Ultra d’interception des messages, il est attaqué de nuit par deux croiseurs et deux contre-torpilleurs britanniques équipés de radars et de canons à système de visée automatique.

12 Bettino Ricasoli est président du Conseil de juin 1866 à avril 1867.

13 Lors de la guerre italo-autrichienne de 1866, la marine italienne est défaite par la flotte autrichienne à Lissa le 20 juillet. Tenu pour responsable par le gouvernement, l’amiral Carlo Pellion di Persano est arrêté le 1er décembre. Jugé en avril 1867, l’amiral est condamné par le Sénat, élevé en Haute Cour de justice, à la démission de la marine et à la perte de son grade.

14 Il s’agit de l’amiral Agnew qui commande les navires britanniques partis de Malte.

15 Mussolini écrit un ouvrage de souvenirs à la suite du décès de son frère Arnaldo, le 21 décembre 1931, intitulé Il libro di Arnaldo.

16 Rino Corso Fougier est général d’escadrille. Il reste ministre de l’aéronautique jusqu’à la chute du régime le 25 juillet 1943.

17 Le colonel Giuseppe Casero est camarade d’escadrille de Ciano pendant la guerre d’Éthiopie.

18 Le général Rommel a prévu d’attaquer Tobrouk le 23 novembre, mais est pris de court par l’offensive britannique.

19 Oncle du ministre des Finances, l’amiral Paolo Thaon di Revel est chef d’état-major de la marine italienne pendant la Première Guerre mondiale. Fait duc en 1923 et grand amiral en 1924, il est ministre de la Marine d’octobre 1922 à mai 1925.

20 Général d’armée en 1932 et nommé sénateur en 1933.

21 Le général Giuseppe Manni est chef du comité technique corporatif de l’industrie aéronautique.

22 Angelo Manaresi a été sous-secrétaire d’État à la Guerre du 12 septembre 1929 au 22 juillet 1933 et podestà de Bologne jusqu’en 1935.

23 Luigi Russo est sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil depuis le 31 octobre 1939.

24 Place en plein centre de Rome qui doit son nom à la colonne de Marc-Aurèle qui l’orne en son milieu.

25 Veuf de la reine Astrid depuis 1935, le roi Léopold III de Belgique épouse Mary-Lilian Baels dont il a trois enfants.

26 Ciano commet une erreur. Le roi Léopold n’a pas résidé à Vienne mais s’est retiré au château de Laeken, à Bruxelles, où il est en résidence surveillée pendant presque toute l’occupation allemande. Le 7 juin 1944, les allemands transfèrent le souverain en Saxe, dans la forteresse de Hirschstein, puis près de Salzbourg jusqu’à la fin de la guerre.

27 En prévision de la visite prochaine de l’amiral Darlan.

28 Le concept de politique conciliante de l’Allemagne est pour le moins discutable, même si les frais quotidiens d’occupation sont abaissés de 400 à 300 millions de francs.

29 Le 13 novembre, le gouvernement croate demande au commandement de la 2e armée italienne, en occupation en Croatie, la cession du pouvoir civil. Suite à l’entretien avec Casertano, Mussolini demande à celui-ci de considérer comme base de la politique italienne en Croatie le maintien de l’occupation intégrale, y compris les pouvoirs civils. À Rome, on soupçonne l’Allemagne de pousser les Croates à présenter des revendications vis-à-vis des occupants italiens.

30 Né à terni en 1890, Amerigo Bartoli est un peintre, ami de Giorgio De Chirico, Giuseppe Ungaretti et Ardengo Soffici. Il enseigne à l’académie de peinture moderne de Rome de 1939 à 1960. Il meurt en 1971.

31 Symbole de la monarchie éthiopienne.

32 Il s’agit du début de l’opération Crusader que dirige le général Auchinleck. Elle vise à dégager Tobrouk et à reconquérir la Cyrénaïque. Les deux premiers jours sont favorables aux Britanniques qui parviennent à 20 kilomètres de Tobrouk.

33 Il s’agit de Marcello Petacci, frère de Claretta, maîtresse de Mussolini.

34 Guido Leto est inspecteur au sein de l’OVRA, police politique fasciste.

35 Ille située à 25 kilomètres de Rome, au nord-ouest des collines albaines.

36 Ce même 21 novembre, l’attaque de la 7e brigade blindée britannique, destinée à dégager Tobrouk, s’est soldée par de lourdes pertes en chars. 113 blindés sur 141 sont détruits.

37 Par contre, les pétroliers Procida et Maritza ont été coulés.

38 Né en 1881, François Darlan fait des études à l’École navale de 1899 à 1902. Plusieurs fois chef de cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine, de 1926 à 1934, il est nommé à la tête de l’escadre de l’atlantique avant d’être promu chef d’état-major de la marine en 1936, puis amiral de la flotte en 1937. Rallié à Pétain en juin 1940, il devient son ministre de la Marine, puis son chef de gouvernement en février 1941. Il engage l’État français dans une politique de collaboration étroite avec l’Allemagne (rencontre avec Hitler à Berchtesgaden les 11 et 12 mai 1941, signature des protocoles de Paris le 27 mai). Voir Michel Henri, François Darlan. Amiral de la flotte, Hachette, Paris, 1993 ; Coutau-Bégarie Hervé, Huan Claude, Darlan, Fayard, Paris, 1989.

39 Voici ce qu’écrit Ciano à propos de ses impressions sur la capitale allemande : « Je n’étais pas revenu à Berlin depuis quatorze mois. J’ai trouvé la ville notablement plus lasse quant au mouvement et au trafic. On voit dans les rues beaucoup plus de mutilés et beaucoup moins d’uniformes du Parti. On y voit aussi moins de jeunes gens. La foule n’a pas manifesté d’intérêt particulier pour les cérémonies qui ont eu lieu. […] Le moral est élevé, même si des signes extérieurs d’enthousiasme font défaut. et c’est ainsi que la perspective avancée par Ribbentrop d’une guerre qui pourrait encore durer de nombreuses années n’a certainement pas été une cause d’allégresse, mais n’a pas non plus préoccupé ou secoué aucune des si nombreuses personnes des classes variées et d’idées différentes qu’il m’est arrivé d’approcher ces jours-ci. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 479. Au regard du compte rendu allemand, Hitler estime la guerre gagnée « dans ses grandes lignes. […] La dernière offensive contre les Russes a souffert des conditions atmosphériques, dans la mesure où l’on peut dire que le mauvais temps intervient immédiatement après qu’eût été accompli le premier grand bond en avant ». Désormais, quatre tâches restent à remplir : liquider l’est, assurer la sécurité de l’ouest, activer la guerre sous-marine, préparer la conquête du Caucase. Comme un mois plus tôt, Ciano réitère la demande de Mussolini d’une augmentation de l’effort de guerre italien sur le front de l’est. Quant à l’état d’esprit des Italiens, Ciano ajoute que « tout Italien intelligent était conscient qu’il y allait aujourd’hui de l’existence et de l’avenir de son pays ». Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 684-689.

40 Ministre de la Propagande en septembre 1940, Mihai Antonescu devient ministre des affaires étrangères en janvier 1941.

41 Il s’agit d’Erik Scavenius. Déjà ministre des affaires étrangères en 1909-1910, puis de 1913 à 1920, il retrouve ce poste en juillet 1940. Il signe l’adhésion du Danemark au pacte anti-Komintern le 26 novembre 1941 et dirige le gouvernement danois du 9 novembre 1942 au 29 août 1943.

42 Suite au discours de Ribbentrop, Ciano a confié son irritation à des diplomates italiens en poste à Berlin : « J’aurais voulu lui répondre sur le même ton. Tout le monde aurait été avec moi ! » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 306.

43 Les conditions d’internement des prisonniers soviétiques sont terribles et provoquent une importante mortalité. Les historiens allemands Christian Streit et Christian Gerlach estiment que, sur 5,7 millions de soldats soviétiques faits prisonniers, 3,3 millions d’entre eux n’ont pas survécu à leurs conditions de détention et que 2 millions ont péri entre juin 1941 et février 1942. Dans Bernard Nicolas, La Guerre germano-soviétique. 1941-1945, Tallandier, Paris, 2013, p. 226.

44 as de la Grande Guerre, le général Ernst Udet est nommé responsable de l’office d’armement aérien en février 1939. Alcoolique, opiomane, peu organisé, il est dépassé par l’ampleur de la tâche confiée. Progressivement mis de côté au profit du général Erhard Milch, Udet se tire une balle dans la tête le 17 novembre. Officiellement, la mort survient au cours d’un vol d’essai. C’est en allant aux obsèques d’Udet que Werner Mölders, as de la Luftwaffe qui s’est illustré en Pologne, en France et durant la bataille d’Angleterre, se tue dans un accident d’avion.

45 Le général Franco a envoyé la division Azul, sous le commandement du général Muñoz Grandes, afin de participer à « la croisade contre le bolchevisme ».

46 Dans son rapport, Ciano note : « Pour la première fois, j’ai entendu parler avec élan de la valeur militaire italienne ; l’Ariete, la Savona et la Trieste, en peu de jours, ont fait plus de bien en Allemagne que dix ans de propagande. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 474.

47 Dix divisions italiennes sont engagées dans la bataille de Marmarique et les divisions Ariete et Trieste se battent vaillamment. Mais à la date du 27 novembre, les combats font rage autour de Tobrouk et la victoire n’a pas encore choisi son camp.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search