Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Octobre

Texte intégral

  • 1 Francesco Pittalis est consul d’Italie à Munich depuis 1932.

11er octobre. Je reçois un rapport de Pittalis1 depuis Munich qui, s’il ne dépeint pas la situation en couleurs sombres, ne fait pas dans le rose non plus. Le contraste qui commence à se dessiner entre Prussiens et Bavarois est très significatif. Certes, le facteur religieux est important, mais la disparition de nombreuses denrées alimentaires du marché bavarois du fait de la présence de riches Prussiens n’est pas à négliger. Et dire que l’on s’est étonné que les Italiens en aient voulu aux allemands lorsqu’ils ont dévalisé nos magasins !

  • 2 L’amiral Emilio Ferreri est responsable du bureau de protection des navires marchands. En janvier (...)

2Entretien avec l’amiral Ferreri2. Il est préoccupé du sort de la Libye si les pertes des navires marchands devaient continuer au rythme de septembre. Alors que la moyenne des navires perdus était de 5 % jusqu’alors, elle est passée à 18 % en septembre. Comme tous les officiers de marine, il est d’un antigermanisme à toute épreuve.

  • 3 Professeur de philosophie, Giuliano Balbuino est ministre de l’Éducation nationale du 12 septembre (...)

3Inauguration de l’année universitaire de l’Institut italo-allemand. Le brave Giuliano Balbuino3 a fait un discours assez poussif sur les traditions communes du Risorgimento en Italie et en Allemagne. La présence du Duce à cette cérémonie secondaire a démenti les bruits – dont s’était fait écho Alfieri – d’un refroidissement des sentiments mussoliniens vis-à-vis de l’axe.

42 octobre. Aucune nouveauté.

  • 4 Il est exact que le Führer appelle à de nouveaux sacrifices mais, néanmoins, le ton employé est tr (...)

53 octobre. Discours d’Hitler à Berlin. Inattendu ou presque. À la première lecture, l’impression est qu’il a voulu expliquer au peuple allemand les raisons de l’attaque de la Russie et justifier le retard dans la conclusion de la guerre pour laquelle il avait pris des engagements précis. Il est hors de doute que le ton a baissé : il n’y a pas eu cette fois-ci de menaces fulgurantes contre l’Angleterre4. Aucune attention particulière à notre égard : il nous a mis au début avec tous les autres et ceci ne produira pas une bonne impression en Italie, où le sentiment germanophobe est toujours aussi fort.

6Plessen a remis au ministère une note verbale plutôt forte pour signaler « qu’en Grèce, le peuple a faim et que nous avions la responsabilité de ce qui pourrait arriver dans ce pays ». Le moins que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un document vraiment original.

  • 5 Né en 1888, Giorgio De Chirico se fait connaître à Paris par une exposition de peinture en 1912 re (...)

7De Chirico5 est en train de faire mon portrait. Cet artiste est un homme étrange, arrogant et très timide, parfois absent, parfois profond et subtil. Il a une culture insoupçonnée qui effleure dans la conversation presque sans en avoir l’air.

  • 6 À l’automne 1941, la situation alimentaire en Grèce est très difficile. L’historien Mark Mazower e (...)

84 octobre. Mussolini, qui est à Riccione, téléphone au sujet du discours d’Hitler. Il ne lui a pas plu, même « si en ce qui le concerne, il peut se dire satisfait ». Il est irrité par la démarche de Plessen au sujet de la Grèce. Il dit : « Les allemands, après avoir pris aux Grecs jusqu’aux lacets de leurs chaussures, prétendent désormais nous faire porter la responsabilité de la situation économique. Nous ne pouvons la prendre qu’à condition qu’ils n’entravent pas notre politique à Athènes et dans tout le pays6. »

  • 7 Alfonso Gaetani, ancien secrétaire fédéral du PNF à Agrigente, est préfet de Lucques avant de deve (...)

9La situation interne – qui est critique en bien des endroits – devient grave en Sicile. Cette région, qui subit tous les maux de la guerre sans en retirer aucun bénéfice, a été surtout irritée par la décision personnelle du Duce d’éloigner les fonctionnaires siciliens de l’île. À la misère s’est ajouté ce que les Siciliens considèrent comme un outrage. J’ignore pourquoi cela a été décidé. J’ai vu Gaetani7 qui désire laisser la charge de vice-secrétaire du Parti et qui pleure quand il parle des conditions de vie en Sicile. J’ai vu Massi, qui devrait être transféré dans le nord de l’Italie mais qui a refusé. Il a dit : « Mon père est génois et ma mère est sicilienne. Si elle était juive, je serais aryanisé. Inversement, il n’y a pas de pardon pour moi. Est-il donc pire d’être sicilien que d’être juif ? »

105 octobre. Rien d’important.

116 octobre. Mussolini – à en juger au téléphone car il est encore à Riccione – est irrité par le discours d’Hitler et en explique les lacunes par l’improvisation, car sinon « elles seraient impardonnables ».

  • 8 En septembre, sur 94 000 tonnes de matériel et de carburant, 26 000 sont envoyées par le fond. En (...)

12Squero a eu avec moi un long entretien sur la situation de l’armée. Il n’est pas un homme aux grandes vues mais il est honnête et déteste le bluff. Alors que Cavallero parle d’une douzaine de divisions qui seront prêtes pour l’hiver, l’avis de Squero est que nous ne pourrons guère en avoir plus de quatre ou cinq nouvelles véritablement équipées. Les renforts pour la Libye sont toujours plus difficiles à acheminer. Seulement 20 % du matériel prévu pour septembre a pu partir et arriver à destination8. Par contre, le pourcentage d’hommes est plus élevé : 50 %.

  • 9 Jeu de mots entre campi d’olio (champs d’huile) et campi d’aria (champs d’air).

13Beaucoup de mécontentement à cause de la situation alimentaire. Dans quelques provinces, il y a même eu de petites manifestations de femmes qui sont difficiles à réprimer. À Rome, on murmure beaucoup et on donne dans l’ironie. On appelle à présent le Campidoglio [nDa : Capitole] le Campidaria9.

147 octobre. Aucune nouveauté.

  • 10 Aucune allusion à cet entretien et à cette affaire n’a été relevée dans le Journal du général Cava (...)

158 octobre. Le manque de discernement de certaines personnes dépasse toute limite. Alors que j’étais en Albanie, Verlaci, en présence de Jacomoni, me parle de l’intention du gouvernement albanais d’offrir à Cavallero un morceau de terre albanaise. Je croyais qu’il s’agissait d’une simple urne comme pour la terre du Monte Grappa ou l’eau du Piave, et je n’y ai pas fait objection, mais quand il m’a été dit que l’offre n’était pas du tout symbolique mais représentait la cession de 4 000 hectares à Fieri, j’y ai opposé un net refus. Ceci n’a pas fait plaisir aux intéressés qui cherchèrent à contourner l’obstacle par une lettre de Verlaci annonçant le fait accompli. J’en ai parlé avec Cavallero et lui ai renouvelé mon refus. Il ne m’en a pas été reconnaissant. Au contraire. Il ne se rend pas compte que pour un homme comme lui, dont beaucoup de personnes remettent en cause les qualités de stratège alors que tout le monde lui reconnaît celles de profiteur, l’acceptation d’un tel don serait calamiteuse. Ce n’est pas le moment, alors que l’on met en place la carte de pain et que les gens commencent à avoir faim, de faire savoir que Cavallero fête la très douteuse victoire sur la Grèce avec un don d’une valeur de quelques millions10.

  • 11 Il est vrai qu’Italiens et allemands se partagent le commandement en Grèce. Ainsi, la région de Sa (...)
  • 12 Les deux puissances occupantes s’étaient engagées à fournir 100 000 quintaux de blé chacune. Du 15 (...)

169 octobre. Les conditions de vie en Grèce – d’après ce qu’en dit Ghigi – se font de plus en plus misérables, au point de faire craindre des gestes désespérés de la part de la population. Désormais, la ration de pain est réduite à 90 grammes. et il n’y a rien d’autre. Si, ce soir, une cargaison de grain n’arrive pas au Pirée, les fours resteront froids demain. Quels remèdes apporter ? Ghigi ne fait pas de propositions précises mais il déclare qu’il faudrait, dans un premier temps, résoudre l’ambiguïté du double commandement entre les allemands et nous, qui paralyse de nombreuses initiatives et fait peser sur les denrées à Athènes le poids d’une grande masse d’officiers gloutons et tout-puissants 11. Demain, je verrai à nouveau Ghigi, mais il ne m’a pas caché dès aujourd’hui sa profonde amertume pour des raisons qu’il ne m’a pas expliquées et a dit qu’il souhaiterait être transféré12.

  • 13 Le 2 octobre, les allemands déclenchent l’opération typhon qui a pour objectif Moscou. Les troupes (...)

17Les nouvelles allemandes du front russe sont toujours plus favorables au déroulement des opérations : une série de chants de victoire. Sera-t-elle définitive cette fois-ci ou après tant de poches formées et de divisions détruites, lirons-nous à nouveau qu’un front s’est formé à 100 ou 200 kilomètres ? Ceci a vraiment une importance toute particulière pour la suite de la guerre13.

  • 14 En français dans le texte.

1810 octobre. Mussolini est revenu de bonne humeur, surtout pour le résultat de son voyage à Bologne et à Parme qui « l’ont accueilli de manière enthousiaste, donnant encore la preuve qu’elles sont des villes très politiques ». À propos du déroulement des opérations en Russie, il manifeste beaucoup de réserve : il y a eu un réel succès qui n’est pas niable, mais il estime que les communiqués ont un évident objectif interne, au début de l’hiver qui sera dur (maintenant, ce jugement est confirmé par quelques télégrammes d’Alfieri qui met peu d’eau dans son vin et dit qu’il existe un désaccord entre les militaires, plus réservés, et les politiques, qui font sonner les trompettes de la victoire). La marotte14 du Duce est l’envoi de forces en Russie : il veut envoyer vingt nouvelles divisions au printemps, car ainsi « on pourra rapprocher notre effort militaire de celui des allemands et empêcher au moment de la victoire – car il est certain qu’il y aura victoire – que l’Allemagne nous dicte sa loi ainsi qu’aux peuples vaincus ». J’ai également mis le Duce au courant de la question de Cavallero et de la propriété en Albanie et il en a été profondément et défavorablement affecté.

  • 15 Jeu de mots entre les deux significations du mot foro, à la fois trou et forum. Or, Mussolini a éd (...)
  • 16 Résidence royale proche de Pise.

1911 octobre. Ghigi rapporte honnêtement la situation au Duce en Grèce qui peut se résumer en une parole : la faim. Toutes les conséquences sont possibles, des épidémies aux révoltes féroces de ceux qui savent qu’ils n’ont plus rien à perdre. Nous ferons quelque chose. Mussolini a décidé que 75 000 quintaux de grain seront envoyés tout de suite. Ils seront insuffisants pour novembre. Mais on ne peut pas faire plus. Même les Italiens sont en train de se serrer la ceinture jusqu’au dernier trou qu’ils appellent le Foro Mussolini15. Le sous-secrétaire à l’alimentation a dit qu’il devra encore diminuer les rations, car les alternatives sont de limiter ultérieurement les denrées ou de rester au moins un mois sans manger. Franchement, ce serait trop. Ce qui préoccupe le Duce en ce moment est notre quasi-absence du front oriental. Il veut y envoyer 20 divisions en octobre, imité en cela par Cavallero. Mais – à part le fait que nous n’aurons jamais 20 divisions disponibles et présentables pour le printemps – convient-il d’envoyer si loin le peu dont nous disposons et qui représente notre garantie ? Le Roi, à San Rossore16, manifeste sa nette opposition à une telle proposition.

2012 octobre. Rien de nouveau.

2113 octobre. Ribbentrop, par l’intermédiaire de Mackensen, m’invite à Schoenhof pour une chasse aux faisans vers la fin du mois.

  • 17 Entre le 25 et le 30 août.
  • 18 Responsable du parti nazi dans chaque gau (district administratif).
  • 19 En prenant l’exemple du gauleiter d’Italie, Dino Alfieri s’est exprimé au sujet de ce type de dema (...)

22Le Duce a eu la nouvelle que, durant son voyage sur le front russe17, un allemand aurait dit de lui : « Voici notre gauleiter18 d’Italie », selon ce que rapporte un fonctionnaire de l’ambassade qui l’aurait entendu. J’ai écrit à Alfieri pour qu’il tire cette affaire au clair19. Mussolini a dit : « Je le crois. En Allemagne, il existe des disques. Hitler les grave. Les autres les jouent. Le premier disque était celui de l’Italie, alliée fidèle, sur un pied d’égalité, seigneur de la Méditerranée, comme l’Allemagne est la maîtresse de la Baltique. Puis est venu le second disque après les victoires, à savoir l’Europe sera dominée par l’Allemagne. Les États vaincus seront des véritables colonies. Les États associés seront des provinces confédérées. Parmi celles-ci, la plus importante est l’Italie. Il faut accepter cet état de choses car toute tentative de réaction nous déclasserait du statut de province confédérée à celui, bien plus mauvais, de colonie. Si, demain, les allemands demandaient l’intégration de Trieste dans l’espace vital germanique, il faudrait courber la tête. Enfin, il y a la possibilité d’un troisième disque : celui qui sera enregistré si la résistance anglo-américaine rend notre collaboration plus utile pour les allemands. Mais cela est encore à venir. » Je me suis contenté de dire qu’avec de telles perspectives, il est facile d’expliquer le fait que l’enthousiasme italien pour cette guerre soit si faible.

23Serena est préoccupé par la situation alimentaire et a vidé ce qu’il avait sur le cœur à propos du Chef qui serait nerveux et prendrait des décisions impulsives sur la base d’interceptions téléphoniques et de lettres anonymes, décisions qui ont provoqué en peu de temps un dangereux état de désordre. Peut-être le Duce agit-il différemment avec moi mais je ne partage pas le jugement de Serena. Mussolini, parfois, est quelque peu hors de la réalité mais il est toujours calme, attentif, conscient. Et il a également surmonté la crise de la mort de Bruno.

2414 octobre. Aucune nouveauté.

2515 octobre. Le Roi a voulu me voir. Il n’avait rien de spécial à me demander et le prétexte qu’il a pris auprès du Duce pour me convoquer a été la situation croate. Comme d’habitude, il a porté un jugement mesuré sur la situation. Il est hostile à l’envoi de nouvelles forces en Russie et a déploré que Cavallero parle de préparer 20 divisions pour le printemps. Il ne croit pas à l’existence d’un armement, « y compris les 3 millions de fusils qu’il voudrait compter lui-même car la Milice et la GIL en ont pris beaucoup et en ont volé les obturateurs ». Il critique la Milice : la légion de Mantoue, sur le front français, fut abandonnée par son consul qui ne revînt qu’après la bataille et fut sifflé par les miliciens « qui, au fond, ne sont pas autre chose que des bourgeois déguisés ». La situation interne le préoccupe également. Surtout, il faut éviter tout geste de force et tout incident qui exaspérerait la population, déjà assez irritée par les restrictions. Il craint un accord franco-allemand qui se ferait à notre détriment et craint également un accord entre Londres et Berlin. Il ne se fie pas du tout à nos alliés et chaque fois qu’il les nomme, il dit « ces brutes allemandes ».

26Aujourd’hui, le Duce était sous l’impression de son entretien avec le général Marras qui a confirmé au Duce les plans impérialistes de quelques milieux allemands selon lesquels, après la guerre, seule l’Allemagne serait une puissance industrielle et militaire, alors que les autres auraient un rôle d’États plus ou moins agricoles, donc politiquement vassaux de Berlin. Mussolini a dit : « Je le crois. Le peuple allemand est dangereux car il rêve collectivement. Mais l’histoire enseigne que toutes les tentatives d’unification européenne sous une seule domination ont échoué. »

27Tassinari est très sombre à propos de la situation alimentaire. Il craint le pire et voudrait passer la main à un successeur en alléguant la fatigue et la maladie. Naturellement, je l’en ai dissuadé.

2816 octobre. Je ne connaissais pas Arpinati, si ce n’est au travers des jugements que donnait Papa sur lui et qui étaient toujours flatteurs. Je l’ai rencontré aujourd’hui et nous nous sommes entretenus un long moment au palais Chigi. J’avais prévenu le Duce qui est très susceptible sur ce genre de choses. Parmi les hommes du Régime, Arpinati est quelqu’un. Je ne sais pas s’il le doit à son intelligence, mais certainement à son caractère, qualité rare chez les Italiens. Il a parlé du passé et de ses mésaventures avec calme, je dirais presque avec fierté : il n’a demandé ni réintégration, ni pardon et, au contraire, en repoussant toute accusation d’ordre personnel, il a confirmé sa fidélité à ses principes idéologiques qui irritèrent alors Mussolini. Il est opposé aux corporations, au communisme et est antiallemand. Mais il se rend compte qu’il n’était pas possible de faire une autre politique, car « nous aurions été gobés par l’Allemagne comme un œuf ». Il a été mesuré dans ses jugements sur les hommes : il a seulement dit que Grandi était un traître et qu’il « pourrait le mettre à terre à n’importe quel moment ».

29Marras a eu un second entretien avec le Duce et a dit que dans les milieux allemands se prépare le programme suivant : 1942, liquidation de la Russie et attaque sur l’Égypte ; 1943, occupation des îles britanniques. J’ai entendu ce programme de nombreuses fois et pourtant…

  • 20 La participation des troupes roumaines au groupe d’armée sud et la prise d’Odessa permettent la cr (...)
  • 21 Procès organisé par le régime de Vichy afin de juger les responsables de la IIIe République, accus (...)

3017 octobre. La prise d’Odessa a attristé Mussolini qui se voit maintenant devancé par les Roumains20. Chaque jour, il répète ses griefs contre les militaires, particulièrement contre Graziani qu’il veut faire juger. Le procès de Riom a exercé une influence sur lui21.

31Ribbentrop m’invite à la chasse en Allemagne. Le 25 au quartier général où le Führer veut conférer avec moi, puis à Schoenhof pour l’habituelle partie de chasse.

  • 22 Née en 1901, Magda Behrend épouse en 1921 le riche industriel Günther Quandt, de vingt ans son aîn (...)

32Attolico a offert, chez lui, un déjeuner en l’honneur de madame Goebbels qui est de passage avec une belle-sœur. Bismarck s’est exprimé ainsi avec Anfuso : « Madame Goebbels est la femme caractéristique d’un hiérarque nazi. En premières noces, elle avait épousé un escroc et, elle, faisait le trottoir. Puis elle devint la maîtresse de Goebbels, mais cela ne l’empêchait pas d’aller au lit avec de nombreux participants des meetings du Parti au Sportpalast. Un soir que Goebbels était saoul, il l’a épousée. Ils ont eu des enfants mais il se pourrait que ce ne soit pas ensemble, car madame Goebbels a gardé ses habitudes. Maintenant, elle continue à poursuivre les hommes et elle est secondée par sa belle-sœur qui est une autre putain. J’ai honte de savoir que ma femme doit avoir affaire avec ce genre de personnes22. » C’est ainsi qu’un Bismarck s’est exprimé sur le compte de la femme d’un des plus importants responsables du Régime.

  • 23 Outre la résistance des troupes soviétiques, les forces allemandes se heurtent à d’importantes plu (...)

3318 octobre. Selon quelques sources, les allemands commencent à marquer le pas devant Moscou23. n’ont-ils pas trop vite chanté victoire ? Je pars pour Ponte Ciano.

3419 octobre. Journée partagée entre la campagne et la mer. À Livourne, il n’y a pas de nouveauté mais les habitants ont le moral en baisse. L’approche de l’hiver est accueillie par tous avec beaucoup de préoccupation. Trop d’illusions ont été cultivées, volontairement ou non, sur la brièveté du conflit et la facilité de la victoire.

3520 octobre. Alfieri rapporte un long entretien avec Ribbentrop qui joua son habituelle partition : la victoire atteinte, l’armée russe écrasée, l’Angleterre dont les jours sont désormais comptés. Cependant, sur le front de Moscou, les divisions blindées sont arrêtées par d’importants barrages et beaucoup de soldats allemands devront encore invoquer leur maman avant que le drapeau du Reich ne flotte sur le Kremlin. En attendant, l’hiver approche et les possibilités d’opérations sont très limitées dans le temps.

  • 24 Walter Funk est ministre de l’Économie depuis août 1937 et président de la Reichsbank depuis janvi (...)

3621 octobre. Funk24 et Clodius sont à Rome. J’ai eu un entretien avec le premier, plus général que substantiel. Avec Clodius, nous avons surtout parlé de la situation dans les Balkans. Il revient de Turquie et croit qu’à Ankara, on souhaite suivre une ligne d’équilibre et on espère une paix de compromis. Pour les turcs, ce serait l’idéal : une Russie épuisée et une Europe équilibrée entre la puissance britannique et la force allemande. Il a dit à Anfuso des choses dures sur notre politique financière : « L’Italie court à l’inflation et l’on ne sait ce qui pourrait l’arrêter sur la pente où elle roule. »

37Bottai est pessimiste, toujours plus pessimiste. Désormais, son jugement sur le Chef est violemment négatif. Il a dit : « Mon amitié avec Balbo fut toujours une amitié polémique car nos idées étaient souvent diverses. Plus le temps passe et plus je dois me rapprocher de lui. Je me souviens qu’il qualifiait Mussolini de “produit de la syphilis” et que je réagissais à ces paroles. Je me demande maintenant si le jugement n’était pas exact ou pour le moins très proche de la vérité. Le Duce est décadent sur le plan intellectuel et physique. Je ne suis plus du tout fasciné. Ce n’est pas un volontaire mais un velléitaire qui veut être adulé, flatté et trompé. »

3822 octobre. Anniversaire de la mort de Maria, inoubliable et chère créature.

  • 25 En français dans le texte.

39Entre toutes les personnes peu sérieuses que la vie met en circulation chaque jour, le général Cavallero remporte facilement la palme. Comme il sent que, de ma part, souffle du vent mauvais, il fait maintenant profil bas pour prendre le pouls ou reprendre le terrain perdu. Ce matin, avec son optimisme traditionnel, hypocrite et servile, il était insupportable. Il dit avoir résolu le problème de motorisation, non en donnant des camions à la troupe, mais en portant l’étape quotidienne de marche de l’infanterie de 18 à 40 kilomètres. Idée de fou. J’ai réagi très violemment et il est resté interdit. Puis il a assuré que nous aurons 92 divisions engagées au printemps. Mensonge sans pudeur. Il sait parfaitement que nous n’en aurons qu’un tiers. Mais, ainsi, il monte la tête au Duce qui insiste toujours plus pour envoyer des forces en Russie, précisant la nécessité d’un contingent de 15 divisions. Il m’a donné des instructions pour parler en ce sens à Hitler lors de la rencontre que nous aurons samedi et insister pour que nos ouvriers en Allemagne soient remplacés par des soldats sur le front. Mussolini croit que de cette façon, nous créerons de meilleurs titres de mérite vis-à-vis de notre allié qui, en attendant, continue de piétiner25 devant Moscou sans avancer.

40Del Croix libère sa haine antiallemande et parle aussi très librement du Duce en disant « que depuis quelques années, il ne touche plus la cible. Il parle de collaboration avec la Russie et la guerre éclate, il dit que la marche sur Rome a permis la marche sur Moscou et nous ne sommes pas encore à Moscou, annonce la guerre-éclair et tout laisse prévoir qu’elle durera plusieurs années ».

  • 26 Aucune allusion de cet entretien dans le Journal du général Cavallero.

4123 octobre. Cavallero s’est rendu compte qu’il avait exagéré et est revenu me voir pour mettre de l’eau dans son vin. « Il est vrai qu’etc., a-t-il dit, mais nous ne pouvons pas envoyer en Russie plus de six nouvelles divisions et à condition que les moyens de transport soient fournis par l’Allemagne. » Il affirme avoir expliqué les raisons de ceci à Mussolini mais, si cela est vrai, le résultat a été modeste car le Duce a confirmé les instructions d’hier qu’il synthétise par la formule « moins d’ouvriers et plus de soldats26 ». Même pour ce qui concerne l’alimentation, il a demandé que l’on assure Hitler que l’Italie se débrouillera par elle-même : « en 1926, quand on a dû payer la première tranche de la dette envers l’Amérique, il suffît d’un appel pour que, en peu d’heures, arrivent sur mon bureau les 100 millions nécessaires. Je suis sûr que si, aujourd’hui, je faisais encore un appel, des millions d’Italiens renonceraient à la carte de pain et à celle de viande. » À part que le fait de souscrire quelques lires est très différent de celui de renoncer à une nourriture déjà maigre, Mussolini est-il si sûr que, de 1926 à aujourd’hui, quelque chose n’a pas profondément changé dans l’état d’esprit des Italiens ?

42À 20 heures, je pars pour le Grand Quartier général où je rencontrerai Hitler samedi.

4324 octobre. Voyage vers le quartier général.

  • 27 Surnommé la tanière du Loup, le Grand Quartier général du Führer est à Rastenbourg, en Prusse-Orie (...)
  • 28 La plus grande partie de la conférence est consacrée à la situation sur le front de l’est. Hitler (...)

4425-26-27-28-29 octobre. J’arrive au quartier général27. Je suis reçu à la gare par Ribbentrop et par Hitler à l’entrée de son abri fortifié. On m’avait dit qu’il avait l’air fatigué et vieilli. Ce n’est pas vrai. Je le trouve en grande forme physique et morale. Il est très courtois, et pour mieux dire, me reçoit en camarade. Il m’introduit tout de suite dans son bureau avec Ribbentrop et Schmidt. J’ai rédigé un rapport de l’entretien au Duce et l’ai conservé par ailleurs. J’ai également ajouté ouvertement mes observations28. Je me limite maintenant à annoter quelques épisodes, quelques impressions.

45Ribbentrop parle avec une intimité étrange. Ceci me surprend car il est d’habitude réservé et distant. Il en arrive à s’occuper de mes besoins personnels, et c’est lui qui envoie dans ma chambre du lait chaud et sucré pour soulager ma toux. En toscane, on dit que si l’on fête quelqu’un plus que d’habitude, c’est que l’on veut le tromper ou que c’est déjà fait…

46Il se défie de la Monarchie. Tandis que nous chassons dans les bois, Ribbentrop demande à brûle-pourpoint : « Que fait votre Roi ? — Il va à la chasse, lui répondis-je. – non, je veux dire en politique – Rien de particulièrement intéressant. Le Roi est informé de la politique mais ne s’y ingère pas. – et pourtant, on intrigue dans le milieu de la cour. – Je l’exclus de la manière la plus formelle. Peut-être, de temps en temps, médit-on, et encore de manière limitée. Si vous connaissiez les personnages de la cour, à part une ou deux exceptions, vous vous rendriez compte qu’ils n’ont pas la hauteur nécessaire pour être suspectés. – Ceci me fait plaisir. Mais vous ne diriez pas la même chose du prince de Piémont. Celui-ci est hostile. – Pas du tout. Je donne la plus absolue garantie pour le prince de Piémont. Il est jeune. Il n’a ni le prestige, ni l’expérience de son père. Mais il est très respectueux du Régime et dévoué au Duce. Je vous prie, cher Ribbentrop, de ne pas écouter ces potins. Il en existe dans chaque pays mais ils ne comptent pas. Ce n’est pas dans la poubelle des ragots publics que l’on doit pêcher les informations. »

47La chasse a été très belle. Tout répondait aux règles de la plus parfaite organisation. Le gibier était rabattu par 400 soldats, commandés par leurs officiers, et tous prenaient au sérieux leur mission comme s’il s’était agi de chasser les Russes des forêts de Viazma et de Briansk. En Italie, si un hiérarque se risquait à prendre des soldats pour une telle besogne, il en résulterait un scandale sans pareil.

48Lors du dernier repas, Ribbentrop a pris la parole et a parlé de bonne grâce aux invités et aux organisateurs de la chasse. Il a conclu ainsi : « L’année prochaine, cher Ciano, notre partie sera meilleure, non seulement parce que nous abattrons le double d’animaux, mais parce que l’Angleterre se sera finalement rendue compte qu’elle ne peut pas gagner la guerre. La chasse de 1943 sera finalement la première du temps de paix. » Pour un homme qui a toujours, depuis 1939, annoncé la victoire en 15 jours, c’est un joli saut en avant qu’il a accompli.

  • 29 Le 27 octobre, le président Roosevelt annonce la découverte d’une carte secrète préparée par l’All (...)

49Le discours de Roosevelt a fait grosse impression. Les allemands sont fermement décidés à ne rien faire qui puisse accélérer ou déterminer l’entrée en guerre des américains. Ribbentrop, durant un grand déjeuner, s’est emporté contre Roosevelt : « J’ai donné l’ordre aux journalistes de toujours écrire “Roosevelt le Juif29”. Je fais une prophétie : cet homme sera lapidé au Capitole par ses propres concitoyens. » Je pense que Roosevelt mourra de vieillesse car l’expérience ne me conduit pas à donner beaucoup de crédit aux prophéties de Ribbentrop.

50Tandis que nous allions à la gare, Ribbentrop a répété une phrase que j’ai déjà entendue plusieurs fois : « L’aspect qu’Hitler donnera à l’Europe garantira la paix pour 1 000 ans. » J’ai fait observer que 1 000 années faisaient beaucoup. Il n’est pas facile d’appréhender quelques dizaines de générations à l’œuvre d’un homme, même s’il est un génie. Ribbentrop a fini par y consentir : « Disons un siècle », a-t-il conclu. Et moi, par amour de la tranquillité, je me suis contenté de ce rabais, certes important.

51Dörnberg, un peu ivre, a dit à mes collaborateurs : « notre prochaine colonie en Europe sera la Hongrie. J’aspire au poste de gouverneur. » Nonobstant le vin, je crois malheureusement qu’il parlait sérieusement.

52L’impression générale sur l’Allemagne est bonne. Le pays est encore solide. Les gens ont l’air serein, bien nourris, bien vêtus, bien chaussés. Les américains se trompent quand ils parlent d’un écroulement intérieur ou, du moins, ils anticipent trop. L’Allemagne peut tenir encore longtemps, d’autant plus que tout le monde a un esprit de victoire. Ce n’est pas dans ces conditions qu’éclate une sédition.

  • 30 Galeazzo Ciano a été vice-consul à Rio de Janeiro, puis second secrétaire d’ambassade à Buenos air (...)

53J’ai croisé un train d’ouvriers italiens. Mal rasés, chemises ouvertes, fiasques de vin, quelques guitares. Ils sont identiques à ces émigrants que je voyais en Amérique du Sud il y a seize ans30. Rien n’a changé. En Allemagne, la sympathie et l’estime envers nous est inversement proportionnelle au nombre d’ouvriers qui travaillent dans chaque district.

  • 31 En français dans le texte.

54C’est un triste spectacle que celui des prisonniers de guerre. On en rencontre un peu partout, dans les campagnes où ils servent dans des familles paysannes au sein desquelles les hommes manquent. Dörnberg dit : « Chaque Allemand a son Français31 », comme il dirait qu’il a sa vache ou son cheval. Ce sont des serfs et des esclaves de la terre. S’ils touchent une femme, ils sont fusillés. Pourtant, ils ont du sang de Pasteur et de Voltaire.

5530 octobre. J’ai référé au Duce. Il a voulu que j’envoie une copie du rapport adressé d’Allemagne au Roi.

56Ce matin, Mussolini a affirmé qu’il croit moins que jamais à l’intervention des États-Unis : « Désormais, il est clair que Roosevelt aboie car il ne peut pas mordre. » aura-t-il vraiment raison ?

5731 octobre. Aucune nouveauté.

  • 32 Le destroyer Reuben James participe à la protection d’un convoi au large de l’Islande. Il est torp (...)

58Je lis à l’instant, tard en soirée, que le contre-torpilleur américain Reuben James a été coulé par une torpille la nuit dernière, à l’ouest de l’Islande. Il semble qu’il y ait de nombreuses victimes32. Je crains que l’incident soit, cette fois-ci, de nature à provoquer ou du moins à accélérer beaucoup la crise.

59On m’informe que la marquise Fanny Patrizi sera arrêtée pour des soupçons d’espionnage. C’est une américaine très connue à Rome pour ses aventures et pour sa barbe blonde. C’est la maîtresse de l’attaché militaire des États-Unis. Ceci a alarmé les Sherlock Holmes du service d’information. Il se peut qu’ils aient raison : tout est possible. Mais plus que dans la politique, il faut chercher, à mon avis, l’explication des relations avec l’officier américain dans son désir de vie facile, alors que les années ont passé et qu’il n’est plus aussi facile de tenir le rythme amoureux d’autrefois.

Notes

1 Francesco Pittalis est consul d’Italie à Munich depuis 1932.

2 L’amiral Emilio Ferreri est responsable du bureau de protection des navires marchands. En janvier 1942, il est nommé chef d’état-major de l’amiral Riccardi.

3 Professeur de philosophie, Giuliano Balbuino est ministre de l’Éducation nationale du 12 septembre 1929 au 20 juillet 1932. Il est sénateur depuis 1934.

4 Il est exact que le Führer appelle à de nouveaux sacrifices mais, néanmoins, le ton employé est triomphant : « Derrière nos troupes se trouve déjà un territoire deux fois plus étendu que le Reich allemand à l’époque où je suis arrivé au pouvoir en 1933. Je déclare aujourd’hui, et sans la moindre réserve, que l’ennemi oriental est battu et ne se relèvera jamais. » Dans Bullock Alan, Hitler ou les mécanismes de la tyrannie. 2 : L’apogée et la chute, op. cit., p. 244.

5 Né en 1888, Giorgio De Chirico se fait connaître à Paris par une exposition de peinture en 1912 remarquée par Picasso. Il s’installe en France à partir de 1925 et fait partie des cercles surréalistes.

6 À l’automne 1941, la situation alimentaire en Grèce est très difficile. L’historien Mark Mazower en fait porter la responsabilité essentiellement aux allemands : « Les allemands étaient plus durs que les Italiens : pas question de transporter légalement en zone italienne le surplus de production de leur secteur. En conséquence, Athènes n’a pratiquement pas bénéficié de la production d’huile d’olive de Crète et de Lesbos, pourtant excellente cette année. […] au début, pour éviter de heurter la population d’athénées, les Italiens ont maintenu la ration de pain à un niveau élevé le plus longtemps qu’il leur a été possible. […] en automne, la ration a commencé à diminuer rapidement et, à la mi-novembre, les réserves ne suffisaient plus que pour trois semaines de distribution à raison de moins de 100 grammes par jour et par habitant. » Dans Mazower Mark, Dans la Grèce d’Hitler. 1941-1944, Les Belles Lettres, coll. « Histoire » (no 54), Paris, 2002, p. 28-30.

7 Alfonso Gaetani, ancien secrétaire fédéral du PNF à Agrigente, est préfet de Lucques avant de devenir vice-secrétaire du parti fasciste.

8 En septembre, sur 94 000 tonnes de matériel et de carburant, 26 000 sont envoyées par le fond. En novembre, 79 208 tonnes sont chargées. 49 365 sont coulées.

9 Jeu de mots entre campi d’olio (champs d’huile) et campi d’aria (champs d’air).

10 Aucune allusion à cet entretien et à cette affaire n’a été relevée dans le Journal du général Cavallero.

11 Il est vrai qu’Italiens et allemands se partagent le commandement en Grèce. Ainsi, la région de Salonique est sous la responsabilité de la 12e armée allemande alors que la 11e armée italienne a autorité sur le Péloponnèse et en attique, sauf à Athènes.

12 Les deux puissances occupantes s’étaient engagées à fournir 100 000 quintaux de blé chacune. Du 15 août au 30 septembre, l’Italie acheminent 93 500 quintaux. L’Allemagne seulement 50 170. Une requête allemande fait savoir : « Dorénavant, le gouvernement italien devra assumer la responsabilité du ravitaillement de la Grèce car ce pays est dans la sphère d’influence de l’Italie. » Dans Mazower Mark, Dans la Grèce d’Hitler, op. cit., p. 32.

13 Le 2 octobre, les allemands déclenchent l’opération typhon qui a pour objectif Moscou. Les troupes du général Guderian progressent de 130 kilomètres et prennent Orel. Celles du général Hoth s’emparent de Viazma le 7 octobre, à moins de 200 kilomètres de la capitale soviétique.

14 En français dans le texte.

15 Jeu de mots entre les deux significations du mot foro, à la fois trou et forum. Or, Mussolini a édifié un forum qui porte son nom au nord de Rome (aujourd’hui Foro Italico).

16 Résidence royale proche de Pise.

17 Entre le 25 et le 30 août.

18 Responsable du parti nazi dans chaque gau (district administratif).

19 En prenant l’exemple du gauleiter d’Italie, Dino Alfieri s’est exprimé au sujet de ce type de demande : « Il suffit de jeter un coup d’œil sur le contenu de ces télégrammes pour constater l’impulsivité et l’ingénuité de pareilles demandes. » Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 231.

20 La participation des troupes roumaines au groupe d’armée sud et la prise d’Odessa permettent la création de la province de transnistrie qui est annexée à la Roumanie.

21 Procès organisé par le régime de Vichy afin de juger les responsables de la IIIe République, accusés d’être les responsables de la défaite de 1940. Entamé le 19 février 1942, il est suspendu le 15 avril, au moment où il tourne à la confusion de l’accusation.

22 Née en 1901, Magda Behrend épouse en 1921 le riche industriel Günther Quandt, de vingt ans son aîné, avec qui elle a un fils, Harald. Le couple divorce en 1929. Deux ans plus tard, elle épouse Joseph Goebbels. Malgré une vie privée assez libre de la part des deux époux, le couple reste uni jusqu’au suicide dans le bunker le 1er mai 1945. Voir Klabunde Anja, Magda Goebbels. Approche d’une vie, Tallandier, Paris, 2006.

23 Outre la résistance des troupes soviétiques, les forces allemandes se heurtent à d’importantes pluies qui transforment de nombreuses routes en fondrières.

24 Walter Funk est ministre de l’Économie depuis août 1937 et président de la Reichsbank depuis janvier 1939.

25 En français dans le texte.

26 Aucune allusion de cet entretien dans le Journal du général Cavallero.

27 Surnommé la tanière du Loup, le Grand Quartier général du Führer est à Rastenbourg, en Prusse-Orientale.

28 La plus grande partie de la conférence est consacrée à la situation sur le front de l’est. Hitler juge que la guerre est pour ainsi dire gagnée : « Pourquoi la Russie doit-elle désormais être jugée hors de combat ? Avant tout, en raison des pertes en hommes et en matériel. En morts, blessés et prisonniers, il s’agit d’environ 10 millions de soldats. Le corps des sous-officiers presque entier. Encore plus importantes sont les pertes de matériel et telles que pour le moment elles rendent très malaisé tout calcul. Hitler répète que si, avant la campagne, il avait eu même une pâle idée de ce qu’était l’armement russe, il n’aurait peut-être pas osé agir comme il l’a fait. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 468. Le rapport allemand insiste également sur la confiance du Führer en la victoire car « les événements des derniers quatre mois avaient décidé de l’issue de la guerre et que l’ennemi, de toute façon, n’avait plus aucune chance de renverser la situation ». Les pertes russes en morts et prisonniers, l’abandon des grandes régions industrielles ne permettent plus à l’Union soviétique de se relever. Le coup final sera porté, après la chute de Moscou, par une offensive vers le Caucase. Pour sa part, Ciano a analysé la situation intérieure en Italie. Il reconnaît les difficultés rencontrées en matière de ravitaillement, mais elles n’atteignent pas le moral italien. À la demande du Duce, le comte propose que le nombre d’ouvriers italiens en Allemagne diminue au profit d’une participation plus importante à la lutte commune sur le front de l’est. Ciano rapporte dans son Journal à la date du 22 octobre que Mussolini évoque l’envoi de 15 divisions. Hitler acquiesce à cette proposition. Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 633-643.

29 Le 27 octobre, le président Roosevelt annonce la découverte d’une carte secrète préparée par l’Allemagne et prévoyant la division de l’Amérique latine en cinq États vassaux. Il ajoute que le Reich a un plan de lutte contre la religion. Le ministère de la Propagande, à Berlin, réplique : « Pour ces deux infâmes déclarations, il n’y a pas de preuve. La puissance d’imagination de ce fameux chef d’État est véritablement incroyable. Nous voulons souligner encore une fois qu’une réponse sérieuse au discours de ce sot n’en vaut pas la peine, mais nous voulons utiliser tous les moyens de la polémique pour attaquer monsieur Roosevelt et l’esprit de faussaire juif dont il doit être qualifié. » Dans Friedländer Saul, Hitler et les États-Unis, op. cit., p. 290.

30 Galeazzo Ciano a été vice-consul à Rio de Janeiro, puis second secrétaire d’ambassade à Buenos aires en 1925-1927.

31 En français dans le texte.

32 Le destroyer Reuben James participe à la protection d’un convoi au large de l’Islande. Il est torpillé par le sous-marin U-552 commandé par le capitaine Erich Topp. Le naufrage fait une centaine de morts.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540