Versione classicaVersione mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Septembre

Testo integrale

  • 1 Bruno Mussolini, deuxième fils du Duce, meurt dans un accident d’avion à Pise le 7 août.
  • 2 La ration quotidienne de pain est réduite à 200 grammes par personne le 30 septembre.

122 septembre. Je reviens au ministère après une longue absence due à une infection de la gorge qui m’a obligé à subir une opération. Deux mois d’inaction ou presque, sans contact avec le Duce si ce n’est le jour, fort triste, de la mort de Bruno1. J’ai retrouvé le Chef en bonne forme physique et mentale. Il s’est remis du coup reçu. Comme toujours, la note dominante de son discours est la situation militaire. Il dit que la désillusion du peuple italien est déterminée par le fait de ne pas participer, dans une grande mesure, à l’action sur le front russe. Je ne suis pas d’accord avec lui. Même cette guerre ne rencontre que peu d’échos et le malaise qui perturbe notre peuple s’appelle le manque de pain, de graisse, d’œufs, etc.2. Mais cet aspect de la situation n’est pas celui qui perturbe le Duce. Par contre, Serena en est préoccupé car il est désormais le responsable – en tout cas il passe pour tel – de la question alimentaire. Grande erreur du Parti de se charger de ce problème, destiné à polariser tout le mécontentement car la situation est désormais pesante et il n’est pas difficile de prévoir qu’elle le sera de plus en plus au fil du temps, quand le manque de fourrage et d’engrais fera baisser la production agricole à un bas niveau.

  • 3 Giovanni Giolitti, alors président du Conseil, décide le 29 juin 1906 de réduire de 5 % à 3,75 % l (...)
  • 4 Cette mesure est cependant adoptée le 27 septembre. Elle prévoit une taxation des achats et des ve (...)

223 septembre. Le fait du jour est l’obligation de rendre les titres nominatifs. Revel fait la victime et dit n’en savoir rien et même y être hostile. Le Duce la voulait, plus par dépit que par conviction. Selon Revel, l’inspirateur de la mesure serait un informateur de police, ex-employé de la Banque d’Italie, qui a écrit à Mussolini qu’il n’aurait pas le courage de faire ce qu’avait fait Giolitti3. Volpi est furieux et cherche par tous les moyens à empêcher la mesure en cours4.

  • 5 L’ambassadeur américain est optimiste car la bataille de l’atlantique est encore loin d’être gagné (...)

3J’ai vu Phillips qui est appelé à Washington pour consultation. Il a été, comme toujours, cordial. Nous n’avons pas eu une discussion sérieuse. Il a seulement souligné que la presse américaine n’attaque plus l’Italie. Il a fait une allusion à la bataille de l’atlantique qu’il considère désormais comme remportée par les démocraties5.

4Von Mackensen est également venu me faire une visite de courtoisie. Nous n’avons pas parlé de politique. Il était dans l’ensemble assez serein et cordial à l’égard de l’Italie.

524 septembre. Le Duce m’a dit qu’Alfieri l’avait mis au courant des bruits circulant sur son compte : le Duce serait rentré d’Allemagne avec une impression plutôt pessimiste sur l’évolution des opérations et se serait exprimé en termes durs contre les allemands (en réalité, il l’a fait plusieurs fois en ma présence, mais plus encore en mon absence). Alfieri, mis en demeure de citer les sources de telles informations, s’en est tenu à des généralités, ce qui a indigné le Duce, « auprès duquel Alfieri a perdu bien des points ». Alfieri avait également tenu avec moi de tels propos sur mon compte. Je l’ai envoyé promener comme je le fais souvent avec ce précieux imbécile. Le Duce en a été cependant impressionné et il parlera de l’axe italo-allemand, le 1er octobre, afin de démentir de tels bruits.

  • 6 « Nos travailleurs sont dans des conditions lamentables à cause des bastonnades et des mauvais tra (...)

6J’ai lu un rapport de Cecchi, observateur social à Berlin, sur le traitement infligé à nos ouvriers en Allemagne. Dans certains cas, on les frappe à coups de bâton, voire on lâche des bergers allemands qui mordent aux jambes nos ouvriers coupables de petits manquements6. Il suffirait de faire connaître un rapport de ce genre aux Italiens pour les voir s’insurger avec une violence dont personne ne soupçonne l’impétuosité.

  • 7 Ceci ne transparaît pas dans le rapport envoyé par Mackensen le 25 septembre. Dans Documents on Ge (...)

725 septembre. J’ai montré le rapport de Cecchi au Duce. Il en a été secoué et a voulu que je fasse une démarche auprès de Mackensen pour lui signaler la gravité des faits. Le Duce a ajouté « que je devais donner à la démarche un caractère d’initiative personnelle, faite à l’insu de Mussolini qui ignorait la chose ». en effet, j’ai parlé à Mackensen qui a profité de ma démarche pour émettre une critique contre la présence de nos travailleurs en Allemagne, « destinée à accentuer le profond malaise existant déjà entre les deux pays7 ».

  • 8 En français dans le texte.
  • 9 Depuis Malte, les Britanniques attaquent avec méthode les convois de ravitaillement et de renforts (...)

8J’ai vu Cavallero qui, en bon vendeur de poterie, admet toutes les difficultés et conclut par l’inévitable Tout va très bien, madame la marquise8. En réalité, la situation méditerranéenne est difficile, et deviendra de plus en plus compliquée par la perte continuelle de navires de commerce. Le commandant Bigliardi, qui s’y entend et est une personne sérieuse, dit que dans les milieux responsables de la marine, on commence sérieusement à penser à l’opportunité de renoncer à la Libye avant d’y être contraint par une totale carence de navires marchands9.

  • 10 Service d’information militaire.

9Selon un rapport du SIM10, dont j’ai la copie, il résulte que des cellules militaires allemandes se sont installées dans les principales cités italiennes. Dans quel but ? Il convient d’ouvrir l’œil.

  • 11 Cette remarque fait écho au discours prononcé par Mussolini à Bari, le 6 septembre 1934, dans lequ (...)
  • 12 Dans une lettre datée du 26 septembre, Luther, sous-secrétaire d’État aux affaires étrangères, est (...)

1026 septembre. D’autres sources ont confirmé au Duce l’utilisation de chiens contre nos ouvriers. Il en est choqué et préoccupé. « Ces choses sont destinées à produire dans mon esprit une haine durable. Je peux attendre de longues années mais les comptes seront réglés. Je n’admets pas que les fils d’une race qui a donné à l’humanité César, Dante, Michel-Ange soient dévorés par les molosses des Huns11. » Il m’a suggéré de rencontrer Ribbentrop afin de traiter de ce problème. J’ai écrit une lettre au camarade Joachim pour lui en faire la proposition12 !

11Bref entretien avec Acquarone, sans intérêt particulier, si ce n’est le fait que les milieux de la cour sont toujours plus sombres, gris et antiallemands.

  • 13 Zoltán Máriássy remplace Federico Villani comme ministre de Hongrie à Rome.

12Le nouveau ministre de Hongrie, monsieur Máriássy13, est un type classique de raseur de carrière, cérémonieux et vide. Il a voulu me poser des questions politiques et a commencé par me demander si je pensais que l’axe allait gagner la guerre ! Je me demande quelle réponse il attendait de la part du ministre des affaires étrangères de l’Italie en guerre qu’il voyait pour la première fois de sa vie. Un bel imbécile en vérité.

  • 14 Giovanni Agnelli et Guido Donegani sont des figures emblématiques du capitalisme italien. Fondateu (...)
  • 15 La Lotta di classe est l’organe de presse de la section socialiste de Forlì. Mussolini dirige ce j (...)

1327 septembre. Conseil des ministres. Plus encore que des mesures prises, il faut tenir compte de l’état d’esprit du Duce. Il a parlé durant trois heures presque sans interruption. Quasiment tous les sujets abordés ont été dirigés contre la bourgeoisie, contre les possédants qui sont « les plus mauvais des Italiens ». Peu d’allusions à la guerre et à ses développements, sauf pour dire qu’il est désormais persuadé qu’elle durera de nombreuses années. Institution de la carte de pain sur la base de 200 grammes, avec augmentation jusqu’à 300 grammes pour les travailleurs de force : « Que personne ne pense, a-t-il dit, que la carte alimentaire sera abolie à la fin de la guerre. Elle durera tant que je vivrai. Ainsi, les Agnelli et les Donegani14 mangeront comme le dernier de leurs ouvriers. Si 200 grammes de pain paraissent peu, eh bien !, je déclare que vers le printemps la ration sera encore réduite, et j’en suis heureux car nous verrons finalement sur le visage du peuple italien le signe de la souffrance, ce qui nous sera utile au moment de la paix. » Puis, il a exalté les titres nominatifs, mais ses arguments ont été peu convaincants et techniquement nuls. Le Conseil des ministres s’est tu. Seul Revel – qui aime se qualifier de Comte Rouge – était satisfait. Grandi, qui m’a accompagné au ministère, était effrayé « par le bolchevisme blanc de Mussolini, dans lequel il a retrouvé le directeur de Lotta di classe15 qu’il écoutait tout jeune à Imola, et se sentait étranger à cet état d’esprit comme jamais ».

1428 septembre. Long entretien avec Gambara. Le Duce et Cavallero m’avaient dépeint de manière optimiste et sereine la situation en Libye. Il n’en est rien. Il m’a parlé avec un profond sens des responsabilités et voit l’avenir plein de menaces et de dangers. Par rapport à l’année passée, la situation s’est grandement améliorée, mais il s’agit d’une amélioration relative, et les renforts arrivent toujours aussi peu nombreux et difficilement. Maintenant, on parle d’attaquer Tobrouk. C’est une grave erreur pour laquelle il se pourrait que nos meilleures forces s’épuisent et laissent la voie libre à l’inévitable offensive anglaise. Cavallero soutient cette solution pour faire plaisir aux allemands et au Duce. Aussi attaque-t-il violemment Cavallero, qui n’est pas parvenu à conquérir l’estime de l’armée et qui perd son temps en vains exercices politiques au lieu de procéder à une véritable réorganisation des forces armées. « Si on continue dans cette voie, on perdra la guerre. Roatta et Squero pensent de même. » Gambara a raison. Cavallero s’est révélé un parfait vendeur de poterie et a trouvé les voies secrètes pour atteindre le cœur du Duce. Il est décidé à les suivre même si elles s’appellent mensonge, intrigue, embrouille. Il est nécessaire de l’avoir à l’œil : c’est un homme qui pourrait nous causer de grands malheurs.

1529 septembre. Rien de nouveau.

  • 16 En Ukraine, dans la région de Petrikowka, le corps expéditionnaire italien remporte un net succès (...)
  • 17 Le 27 septembre, à proximité de la Sardaigne, un groupe de 25 bombardiers italiens attaque un conv (...)

1630 septembre. Mussolini est euphorique grâce aux succès du corps expéditionnaire en Russie16. La victoire navale17 – que Londres dément à 90 % – et les prisonniers capturés sur le front oriental ont relevé l’état d’esprit du Duce qui prévoit désormais des perspectives brillantes, y compris sur le plan militaire. Mais ces hauts et ces bas constituent sa nature.

17Phillips est sur le point de partir et il vient rapidement prendre congé. Il fait un long discours sur l’état d’esprit dépressif des Italiens et conclut en répétant les sympathies de l’Amérique pour notre pays, sympathies qui nous seront d’une aide indispensable le jour de la reconstruction. Je n’ai fait aucun commentaire, surtout parce que le SIM est entré en possession du code chiffré américain, et tout ce qui est télégraphié par Phillips est lu par nos services de décryptage et peut se prêter à des interprétations malveillantes. Naturellement, ceci paralyse toute possibilité de manœuvre avec les américains.

  • 18 Cristiano Ridomi est attaché de presse à Berlin.

18Pour la première fois aujourd’hui, je reçois un rapport de la main d’Alfieri (le véritable auteur des rapports politiques est toujours Ridomi18), dans lequel il dit que le peuple allemand s’est éloigné de l’idée d’une victoire totale pour se rapprocher de celle d’une paix de compromis.

Note

1 Bruno Mussolini, deuxième fils du Duce, meurt dans un accident d’avion à Pise le 7 août.

2 La ration quotidienne de pain est réduite à 200 grammes par personne le 30 septembre.

3 Giovanni Giolitti, alors président du Conseil, décide le 29 juin 1906 de réduire de 5 % à 3,75 % les intérêts sur les titres d’État à partir du 1er juillet 1907, puis à 3,5 % à partir du 1er juillet 1912.

4 Cette mesure est cependant adoptée le 27 septembre. Elle prévoit une taxation des achats et des ventes afin de détourner l’épargne vers les titres d’État pour financer le déficit qui dépasse les 80 milliards de lires. Cette mesure n’emporte pas le succès escompté et est combattue par les milieux industriels.

5 L’ambassadeur américain est optimiste car la bataille de l’atlantique est encore loin d’être gagnée et les premiers mois de l’année 1942 sont particulièrement difficiles pour les marines alliées. En mars 1942, 794 689 tonnes de navires alliés sont coulées, un maximum de 823 656 tonnes est atteint en juin.

6 « Nos travailleurs sont dans des conditions lamentables à cause des bastonnades et des mauvais traitements subis. En outre, ils ont des plaies sanguinolentes aux jambes à cause des morsures de chiens lâchés contre eux par des gardiens. Des malades et des fiévreux sont contraints à un travail dépassant les possibilités, y compris d’une personne valide », écrit Cecchi dans son rapport. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 581, p. 594-595.

7 Ceci ne transparaît pas dans le rapport envoyé par Mackensen le 25 septembre. Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. XIII, the War Years (June 23 – December 11, 1941), Her Majesty’s Stationery office / Government Printing office, Londres / Washington, 1964, doc. no 355, p. 562.

8 En français dans le texte.

9 Depuis Malte, les Britanniques attaquent avec méthode les convois de ravitaillement et de renforts pour les forces de l’axe en Libye. En décembre, le pourcentage de destruction des navires des convois germano-italiens atteint presque les 80 %.

10 Service d’information militaire.

11 Cette remarque fait écho au discours prononcé par Mussolini à Bari, le 6 septembre 1934, dans lequel il dénonce les prétentions raciales allemandes : « trente siècles d’histoire nous permettent de regarder avec un souverain mépris certaines doctrines d’au-delà des alpes, doctrines soutenues par les descendants de populations qui ignoraient l’écriture avec laquelle transmettre les documents de leur propre histoire au moment où Rome avait César, Virgile et auguste. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXVI : Dal patto a quattro all’inaugurazione della provincia di Littoria (8 giugno 1933 – 18 dicembre 1934), La Fenice, Florence, 1958, p. 319.

12 Dans une lettre datée du 26 septembre, Luther, sous-secrétaire d’État aux affaires étrangères, estime justifiées les plaintes italiennes et assure que le gouvernement allemand y mettra bon ordre. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 589, p. 600.

13 Zoltán Máriássy remplace Federico Villani comme ministre de Hongrie à Rome.

14 Giovanni Agnelli et Guido Donegani sont des figures emblématiques du capitalisme italien. Fondateur de la FIAT en 1899, Agnelli est sénateur depuis 1923. Donegani dirige la Montecatini depuis 1918 et préside la Banca commerciale italiana depuis 1921. Député en 1921, il est fait sénateur en 1943.

15 La Lotta di classe est l’organe de presse de la section socialiste de Forlì. Mussolini dirige ce journal de janvier 1910 à novembre 1912, moment où il se voit confier la direction de l’Avanti, journal national du parti socialiste.

16 En Ukraine, dans la région de Petrikowka, le corps expéditionnaire italien remporte un net succès tactique lui permettant de faire 10 000 prisonniers. Le maréchal Kleist en félicite l’état-major italien et Hitler écrit à Mussolini pour lui faire part de sa satisfaction.

17 Le 27 septembre, à proximité de la Sardaigne, un groupe de 25 bombardiers italiens attaque un convoi britannique chargé de ravitailler Malte et coule le cuirassé Nelson et un cargo. Le communiqué italien signale cinq navires coulés, chiffre effectivement exagéré.

18 Cristiano Ridomi est attaché de presse à Berlin.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search