Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Juillet

Texte intégral

  • 1 Les combats autour de Minsk sont très rudes, mais la ville tombe le 8 juillet. Les allemands font (...)

11er juillet. Il semble que les allemands trouvent à Minsk une plus forte résistance russe, ce qui exalte le Duce1 : « Je n’espère qu’une seule chose, a-t-il dit, c’est que les allemands perdent beaucoup de plumes dans cette guerre d’orient. C’est une erreur de parler de lutte antibolchevique. Hitler sait que le bolchevisme n’existe plus du tout. Aucun code ne protège la propriété privée comme le code russe. Il devrait plutôt dire qu’il veut abattre une puissance continentale qui avait des chars de 52 tonnes et qui se préparait à lui régler son compte. »

  • 2 Dans sa lettre, Hitler évoque le « fanatisme des soldats russes, […] la primitive brutalité d’un a (...)

22 juillet. Longue lettre d’Hitler au Duce. C’est un compte rendu des opérations, qui sont favorables mais plus dures que prévu au départ2. La concentration russe était tellement importante que l’on pouvait croire à leurs dispositions offensives. Hitler propose une rencontre des deux Chefs à son quartier général, tandis que se déroulent les opérations. L’idée a beaucoup plu au Duce qui a répondu favorablement, tambour battant.

  • 3 Dans un rapport du 27 juin, Alfieri souligne les luttes d’influence autour du Führer entre Ribbent (...)

33 juillet. Je voudrais me tromper, mais l’étoile de notre Alfieri pâlit à Berlin. Ribbentrop, qui s’est indigné de la visite de Pavolini à Goebbels, a monté une sérieuse et pesante enquête sur les origines de ce voyage et Dino en sortirait avec les os rompus3. La chose a amusé le Duce qui « considère l’affaire très sérieuse mais qui en rit comme de toutes les choses, même dramatiques, qui regardent Alfieri ».

44 juillet. Aucune nouveauté.

55 juillet. Conseil des ministres. Mesures d’ordre financier, puis long exposé du Duce sur la situation politique et militaire : l’Amérique interviendra mais l’intervention est prévue, la Russie sera battue d’ici peu de temps et cela amènera la Grande-Bretagne à revenir sur son intransigeance. Très amer sur la perte, quasi totale désormais, de l’empire, « pour laquelle il a conçu de la haine envers les anglais jusqu’à la consommation des siècles et qu’il léguera aux Italiens ». La reconquête sera accomplie à n’importe quel prix, même si elle devait nous imposer les plus formidables sacrifices.

6Pavelitch a répondu au sujet de la question monténégrine : il est d’accord sur les frontières de 1914. J’enverrai à Mazzolini le texte de la proclamation de la fixation des frontières, puis aura lieu la constitution du nouveau royaume dont Mazzolini sera régent. Silimbani fait un intéressant exposé sur la situation tunisienne : même les pierres sont gaullistes et 80 % de la population croit en la victoire britannique. Ils haïssent les allemands avec admiration et nous avec mépris.

  • 4 Il s’agit de Guido Romano depuis 1938.
  • 5 Franz Hofer est gauleiter du Tyrol-Vorarlberg.
  • 6 En particulier, la Royal air Force effectue vingt jours consécutifs de bombardements sur Hambourg, (...)

76 juillet. Un rapport de notre consul à Innsbruck4 signale la reprise de l’irrédentisme dans le Haut-Adige sous les auspices du gauleiter Hofer5 lui-même. Le Duce en est touché et indigné : « Écris dans ton Journal, dit-il, que je prévois une crise inévitable entre l’Italie et l’Allemagne. Il est désormais évident que l’on se prépare à nous demander de porter la frontière jusqu’à Salorno, voire jusqu’à Vérone. Ceci produira une formidable crise en Italie et pour le Régime. Je la surmonterai mais elle sera la plus dure de toutes. Je ressens ceci par mon instinct animal et, désormais, je me demande sérieusement si, pour notre avenir, une victoire anglaise ne serait pas plus souhaitable qu’une victoire allemande. En attendant, les anglais volent au-dessus de l’Allemagne durant la journée – Bruno me l’a dit – et ceci me fait un grand plaisir car, comme il sera nécessaire de nous battre contre les allemands, le mythe de leur invincibilité ne doit pas se créer6. Malgré cela, j’ai peu de confiance en notre race : au premier bombardement qui détruira un campanile fameux ou un tableau de Giotto, les Italiens se feront prendre par une crise de sentimentalisme artistique et lèveront les bras. Nous devons remercier Graziani : c’est à lui que nous devons le fait que notre prestige soit rabaissé. À la fin de la guerre, il ne restera pas maréchal d’Italie. »

  • 7 Ettore Della Giovanna est journaliste à l’hebdomadaire Tempo.

87 juillet. L’irritation antiallemande du Duce est toujours aussi vive : « Les allemands prétendent à la loyauté de la part des autres mais ils ne sont pas capables de l’être eux-mêmes. » Je vois Della Giovanna7 qui revient d’Allemagne. Ses impressions sur la situation sont médiocres : peu d’enthousiasme, beaucoup d’inquiétude pour les conditions de vie qui se font toujours plus difficiles.

9Le Duce part pour les Pouilles.

  • 8 L’amiral Giuseppe Fioravanzo est chargé de la propagande de la marine.

108 juillet. J’ai fait la connaissance de l’amiral Fioravanzo8 qui est un des as de la jeune marine. Il est vif et sympathique, quoiqu’un peu trop imbu de sa personne. Il ne cache pas ses sentiments antiallemands et est préoccupé par une hégémonie allemande en Europe. Il considère que notre marine est encore très efficace sur le plan des cuirassés et des croiseurs, mais pense que notre marine légère a reçu des coups très durs dont – avec le manque de matières premières – il sera difficile de se relever. Il critique ce qui a été notre programme d’armement naval, dans lequel la robustesse des navires a été sacrifiée au profit de la vitesse.

119 juillet. acquarone, au nom du Roi, vient me rapporter deux plaintes. D’abord, dans la proclamation aux Monténégrins, on a parlé du Duce et non du Roi, ce à quoi je remédie tout de suite étant donné que la proclamation n’a pas été encore publiée. Ensuite, le Duce est allé passer en revue les divisions revenues du front, droit qui a toujours été réservé au souverain. J’en parlerai avec Cavallero, dont la Maison royale continue à se défier car, d’après ce qu’Acquarone m’a dit, « il aurait des ambitions plus politiques que militaires ».

  • 9 Les troupes allemandes se sont heurtées à une sérieuse résistance autour de Minsk et de Bialystok. (...)

12L’avancée allemande procède à un rythme plus ralenti9. La résistance est sérieuse : j’ai vu un documentaire envoyé par Goebbels qui le montre avec évidence.

13Buffarini fait un tableau très noir de la situation intérieure : l’antifascisme s’est enraciné partout, d’une manière sourde, menaçante, implacable. Il a préparé un rapport documenté, mais n’ose pas le présenter au Duce.

1410 juillet. Le Duce est revenu à Rome.

  • 10 Territoire à l’est de la Slovénie revendiqué par la Croatie.

15Les Hongrois ont annexé le territoire de Mura, ce qui a produit un grand ressentiment à Zagreb10. Je n’ai pas caché mon désappointement à Villani et lui ai dit qu’en empruntant cette voie, la Hongrie finirait mal. On ne peut concevoir un pays de 15 millions d’habitants avec des minorités représentant 5 millions de personnes. Les Magyars auront, eux aussi, le sort des États mosaïques.

16Bombardement de Naples et, très violent, de Cologne. Les nouvelles du front sont également sérieuses : les Russes se battent bien et, pour la première fois depuis le début de la guerre, les allemands admettent qu’ils ont dû se retirer de deux endroits.

17Le ministre bulgare des affaires étrangères est tombé malade et sa visite est remise. J’ai l’impression que les Bulgares ont peu envie de discuter avec nous et préfèrent que les frontières soient décidées par un acte unilatéral qu’ils pourront toujours contester, plutôt que par un pacte signé régulièrement.

  • 11 Le baron alexander von Dörnberg est le chef du protocole à la chancellerie du Reich depuis juillet (...)

1811 juillet. J’ai revu le Duce après quelques jours d’absence. Il va bien et est satisfait de l’inspection faite auprès des troupes dans les Pouilles : « La division Trento, a-t-il dit, était superbe. Je n’hésite pas à affirmer qu’il n’existe pas en Europe d’autres soldats aussi parfaits. » Attaque aérienne sur Naples : très dure. Pas tant par le nombre de victimes que pour les dégâts, parmi lesquels le plus important est l’incendie des raffineries italo-américaines. Nous avons perdu 6 000 tonnes de pétrole et Dieu sait si nous en avons peu. Le Duce a dit : « Je suis heureux que Naples ait des nuits aussi sévères. La race deviendra plus dure. La guerre fera des napolitains un peuple nordique. » Je suis assez sceptique sur ce point. Entretien avec Dörnberg11. Il est serein mais pas euphorique : les pertes en Russie sont sévères et la dureté de la guerre peut réserver de grosses surprises. Sa femme est plus pessimiste que lui et ne cache pas son avis sur la situation : « C’est une guerre, dit-elle, que nous ne remporterons pas. »

  • 12 Ciano pèche quelque peu par pessimisme. La lecture du bulletin du maréchal Bock est tout de même u (...)

19Les nouvelles du front russe sont « fades ». Le bulletin résumant la bataille de Bialystok et de Minsk tient évidemment lieu de bulletin à la place de ceux qui auraient dû être rédigés12.

2012 juillet. Aucune nouveauté.

2113 juillet. Mussolini est toujours plus alarmé par la situation dans le Haut-Adige. Il a eu un entretien avec madame De Paoli, qui a opté pour l’Italie et mère d’un tué médaillé d’or, laquelle, par des arguments concrets et irréfutables, lui a enlevé ses dernières illusions sur la réelle décision allemande d’annexer le Haut-Adige, au plus tard après la guerre. Le Duce a répété les habituels arguments antiallemands et a conclu en disant qu’il fera clairement comprendre à Hitler qu’un tel événement serait de nature à provoquer la chute du Régime.

  • 13 Le Dniepr est forcé en plusieurs endroits par les troupes du général Guderian. L’encerclement de 1 (...)

22Nets progrès des allemands sur le front russe : la ligne Staline a été enfoncée sur plusieurs points et ils se dirigent vers Petrograd, Moscou et Kiev13.

23Madame Dörnberg est antinazie mais elle est allemande, et il est nécessaire de parler avec elle prudemment. Hier soir, elle m’a demandé à brûle-pourpoint : « est-il vrai que vous aimez plus Churchill qu’Hitler ? » J’ai répondu à ceci : « Je crains de ne pas penser comme vous. J’aime beaucoup votre Chef. » Elle a peu apprécié.

  • 14 En fait, le soulèvement est lié à la proclamation d’indépendance du Monténégro sous tutelle italie (...)
  • 15 Dans la nuit du 12 au 13 juillet, une insurrection populaire débute contre l’occupation italienne (...)

2414 juillet. Désordre dans le Monténégro. Coups de feu entre bandes et assaut de la villa royale de Budva. Il ne semble pas y avoir de relations entre ces événements et la réunion de l’assemblée constituante, mais leur coïncidence est pour le moins étrange14. en attendant, nous avons remis l’arrivée des Monténégrins à Rome et, sur indication du Roi, la régence sera assurée par trois Monténégrins et non par Mazzolini15.

25Le Duce est furieux contre les militaires qui l’ont « trompé ». Ils lui ont assuré que l’usine Galileo de Florence produisait huit projecteurs par mois et il est venu à savoir que les treize premiers – de deux types divers – ne seront seulement prêts qu’en décembre. Tout ceci est d’une singulière gravité pour l’organisation de la défense antiaérienne.

  • 16 En français dans le texte.

26J’ai arrêté l’envoi d’ouvriers en Allemagne car le ménage16 avec les allemands devient toujours plus difficile et les échanges de coups sont à l’ordre du jour.

2715 juillet. Nous avons des détails concernant la reddition de Debra tabor : sur 4 000 hommes, en huit semaines, les pertes s’élèvent à deux morts et à quatre blessés. Néanmoins, ils ont eu droit à la reddition avec les honneurs de la guerre. Mussolini affirme qu’il s’agit d’une des « habituelles combinaisons » italiennes : ils ont découvert que cette forme de reddition leur permettait de sauver leur peau et qu’elle était facile à obtenir de la part des anglais – esprit essentiellement mercantile – afin d’éviter les sacrifices et les pertes !

28La situation est assez mauvaise au Monténégro. La capitale est isolée et toutes les voies d’accès sont bloquées par les rebelles. Nous avons envoyé des forces depuis l’Albanie.

29Étrange remarque du Duce : il a fait un reproche à Pavolini au sujet d’un article D’ansaldo où il était dit que « la guerre de Russie, sous la conduite d’Hitler, etc. » « De cette manière, a dit le Duce, le peuple italien s’habitue à penser que c’est vraiment Hitler qui a la direction de la guerre ! » Mais, je me demande, est-ce une plaisanterie ou est-ce sérieux ?

  • 17 La Grande-Bretagne et l’Union soviétique ont signé un traité d’alliance le 14 juillet 1941.

3016 juillet. Le Duce n’est pas très convaincu de la manière dont vont les choses en Russie. Le ton de ses propos ce matin était nettement pessimiste, particulièrement à la suite de l’alliance anglo-russe qui fait de Staline le chef de la Russie nationale17. Il craint que l’Allemagne ait engagé une tâche de trop grande ampleur et ne parvienne pas à résoudre totalement le problème avant l’hiver, ce qui ferait surgir de nombreuses inconnues.

3117 juillet. Le soulèvement monténégrin continue et prend même des proportions toujours plus importantes. Si cela n’était pas tragique, ce serait grotesque : une guerre entre l’Italie et le Monténégro. Espérons que nos militaires parviendront à la résoudre sans qu’il soit nécessaire de faire appel à l’intervention allemande.

32Mussolini, comme d’habitude, parle sur un ton acide des militaires et dit qu’il n’aime qu’un seul général – dont le nom m’échappe –, qui a dit en Albanie à ses soldats : « J’ai entendu dire que vous étiez de bons pères de famille. Ceci est bien chez vous, pas ici. Ici, vous ne serez jamais assez voleurs, assassins et violeurs. »

  • 18 Idiot. En allemand dans le texte.

3318 juillet. Anfuso a eu une conversation intime avec madame Mollier, femme de l’attaché de presse allemand. Elle a révélé que la campagne de Russie a ouvert une crise profonde dans les classes dirigeantes allemandes. Hitler est parti en guerre en croyant que la lutte contre le bolchevisme pourrait conduire les pays anglo-saxons à sortir du conflit. Ribbentrop n’était pas d’accord, convaincu au contraire que Churchill était prêt à s’allier avec le diable afin d’en finir avec le nazisme. Et cette fois, il a eu raison. Désormais, la lutte est dure et sanglante et le peuple allemand – qui est déjà fatigué – se demande la raison de la guerre. Madame Mollier a utilisé des termes très durs. Elle a dit qu’Hitler était un Dummkopf18.

  • 19 Smolensk est tombé aux mains des allemands le 16 juillet après de sérieux combats. Mais le 19 juil (...)
  • 20 Le colonel Cesare Amè dirige le Service d’information militaire depuis février 1941.

34En réalité, la guerre est plus dure que les allemands ne l’avaient prévu. L’avance, continue mais lente, est entravée par des contre-attaques soviétiques très vigoureuses19. Le colonel Amè20 et le général Squero, qui m’ont exposé la situation militaire aujourd’hui, estiment que les Russes réussiront à maintenir un front même pendant l’hiver. Si cela est vrai, l’Allemagne s’est infligée une blessure sur le flanc aux conséquences incalculables.

3519 juillet. Quelques bataillons ont rejoint Cetinje, ce qui a notablement amélioré la situation au Monténégro, même si elle n’est pas totalement résolue.

36J’accompagne Villani chez le Duce en visite de congé. Il tient ses habituels propos antiallemands qui, cette fois, divertissent le Duce et ne provoquent aucune réaction. La fin de l’entretien est moins heureuse : « Je rentre chez moi pour limite d’âge, dit-il. Je suis vieux. J’ai votre âge, même une année de plus. » Mussolini n’a pas apprécié cette comparaison, d’autant plus que Villani est l’image même de la vieillesse physique.

37Nous avons fixé par un décret unilatéral la frontière bulgaro-albanaise. Grand désaccord à Sofia où l’on parle de démission du gouvernement. La prochaine et inutile visite des ministres bulgares commence sous de mauvais auspices.

3820 juillet. Le Duce continue ses diatribes germanophobes. Ce matin, il a dit : « Méditant sur les paroles de Villani, je me demande si nous ne sommes pas nous aussi parmi les nations vassales. Et même, si nous ne le sommes pas aujourd’hui, nous le serons le jour de la victoire totale de l’Allemagne. Ils sont infidèles et sans mesure ; j’ai les preuves que les intrigues en Croatie sont toutes faites sur leurs ordres. Je prévois une crise inévitable entre les deux pays. Il faut mettre des milliers de canons le long des fleuves de Vénétie car c’est de là que les allemands lanceront l’invasion de l’Italie et non au travers des gorges du Haut-Adige où ils seraient facilement anéantis. Pour le moment, il n’y a rien à faire : nous sommes sur cette voie et nous devons y rester. Mais nous devons souhaiter deux choses : que la guerre soit longue et épuisante pour l’Allemagne, qu’elle finisse par un compromis qui sauve notre indépendance. »

  • 21 Un rapport d’Alfieri daté du 19 juillet indique que les pertes allemandes s’élèveraient à 50 000 m (...)

39Les nouvelles du front russe indiquent que l’avance allemande est dure, contrastée et coûteuse21. D’après quelques interceptions venues de Moscou, américaines et turques, il résulte cependant que le désordre commence à être notable chez les Soviets et que l’écroulement pourrait désormais être proche. Peut-être. Le prix à payer reste élevé, et même si la Russie est vaincue, que se passera-t-il dans le reste du monde ? Est-ce une victoire décisive ? Je ne le crois pas.

  • 22 Il s’agit du Premier ministre Bogdan Filov et du ministre des affaires étrangères Ivan Popov.
  • 23 Outre la Dobroudja du sud, obtenue de la Roumanie avec l’accord de Craiova du 7 septembre 1940, la (...)

4021 juillet. Arrivée des Bulgares22 : deux classiques ministres démocrates et parlementaires, mais que la violente tempête sur l’Europe oblige à avoir affaire avec les dictatures, les uniformes et les parades. Ils sont venus mendier quelques corrections de frontière, spécialement dans la zone des lacs d’Ocrida et de Presba, indispensables pour renforcer leur situation personnelle à l’intérieur. J’ai tenu bon plus par forme que par conviction : quelques petites concessions pourraient leur être accordées lors de la séance de la commission mixte23.

41J’ai vu le Roi et le prince de Piémont : le premier est serein et cordial, alors que le second est mécontent et critique. Hitler écrit une longue lettre au Duce. Il rend compte des opérations militaires en Russie dont le déroulement est jugé favorable, fait un tour d’horizon politique et militaire et enfin – et cela est l’objet de la lettre – demande de prendre en main le commandement de notre aviation et de notre marine. Je ne sais pas comment ils pourront faire mieux que nous. La marine, surtout, a un excellent rendement au regard de ses possibilités et de ses moyens. Je ne crois pas que cette demande augmente les sympathies envers l’Allemagne dans beaucoup de milieux.

  • 24 Rome n’est bombardée pour la première fois que le 19 juillet 1943.

4222 juillet. On continue à avoir de fausses alarmes antiaériennes à Rome24. C’est le Duce en personne qui a ordonné de mettre la capitale en alerte chaque fois qu’il y a une alerte sur Naples. Il le fait car il veut donner au pays une impression de guerre : il a ordonné qu’à la première occasion, les canons antiaériens tirent afin de rendre la chose plus impressionnante. Tout ceci est-il utile ? Je ne le pense pas, à entendre les commentaires dans la rue.

43Les nouvelles d’une prochaine offensive anglaise en Libye augmentent. Squero estime qu’il doit y avoir quelque chose de vrai et il est sceptique sur la possibilité d’une résistance à un choc massif.

44Au Monténégro, les choses vont assez mal : les forces rebelles sont grossies de Croates et de Serbes et nos divisions n’arrivent pas à les accrocher de manière décisive. Tout ceci est grotesque mais donne beaucoup à réfléchir.

  • 25 Ciano souffrait régulièrement de problèmes d’asthme et d’otite. Edda Ciano en témoigne dans son li (...)
  • 26 Lors de la rencontre entre Hitler et Mussolini sur le front de l’est, le Führer reconnaît que les (...)

45Suite à de sérieux ennuis de santé dus à une infection à la gorge et qui nécessitent une opération des amygdales, le comte Ciano interrompt son Journal du 23 juillet au 21 septembre25. Au cours de cette période, quels sont les événements marquants ? Sur le plan militaire, les armées allemandes continuent à progresser en Union soviétique malgré une résistance de plus en plus forte. L’Estonie est occupée début août et Leningrad est encerclé le 8 septembre. Le 3 août, les forces du maréchal Rundstedt attaquent en Ukraine et parviennent devant Kiev le 20. Le 5 septembre, Dniepropetrovsk tombe. Le 19, c’est au tour de Kiev. Fin août, Hitler et Mussolini font de concert une tournée d’inspection sur le front de l’est26.

46En Extrême-Orient, les troupes japonaises débarquent en Cochinchine le 28 juillet et le Japon obtient de Vichy un accord pour la défense commune de l’Indochine, ce qui provoque une protestation américaine. La position de Washington se durcit vis-à-vis de l’axe. Du 9 au 12 août, Roosevelt et Churchill se rencontrent au large de terre-neuve, occasion de signer la charte de l’atlantique qui précise en huit points les principes démocratiques en matière de relations internationales. Au cours de la conférence, les américains stipulent qu’en cas d’entrée en guerre, priorité sera donnée à la lutte contre l’Allemagne. Le 11 septembre, le président Roosevelt ordonne à la flotte américaine de tirer sur tout navire de l’axe qui se trouverait entre l’Islande et les États-Unis. Au Moyen-Orient, l’Union soviétique et la Grande-Bretagne consolident leurs positions en imposant un traité à l’Iran, le 17 septembre, permettant un stationnement de troupes soviétiques et britanniques. Le comte Ciano reprend l’écriture de son Journal le 22 septembre.

Notes

1 Les combats autour de Minsk sont très rudes, mais la ville tombe le 8 juillet. Les allemands font 290 000 prisonniers et les Soviétiques comptent environ 200 000 morts.

2 Dans sa lettre, Hitler évoque le « fanatisme des soldats russes, […] la primitive brutalité d’un animal qui se voit enfermé et qui se lance avec une rage violente contre les parois de sa cage ». Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 335, p. 319.

3 Dans un rapport du 27 juin, Alfieri souligne les luttes d’influence autour du Führer entre Ribbentrop, Goebbels et Goering. Dans Ibid., doc. no 220, p. 218.

4 Il s’agit de Guido Romano depuis 1938.

5 Franz Hofer est gauleiter du Tyrol-Vorarlberg.

6 En particulier, la Royal air Force effectue vingt jours consécutifs de bombardements sur Hambourg, Brême, la Ruhr et la Rhénanie entre le 11 juin et le 1er juillet.

7 Ettore Della Giovanna est journaliste à l’hebdomadaire Tempo.

8 L’amiral Giuseppe Fioravanzo est chargé de la propagande de la marine.

9 Les troupes allemandes se sont heurtées à une sérieuse résistance autour de Minsk et de Bialystok. Dans la région de Leningrad, 700 chars soviétiques ont procédé à une contre-attaque qui n’a été repoussée qu’avec une intervention massive de l’aviation allemande.

10 Territoire à l’est de la Slovénie revendiqué par la Croatie.

11 Le baron alexander von Dörnberg est le chef du protocole à la chancellerie du Reich depuis juillet 1938.

12 Ciano pèche quelque peu par pessimisme. La lecture du bulletin du maréchal Bock est tout de même un bulletin de victoire : « La double bataille de Bialystok et de Minsk est terminée. Le groupe d’armée a détruit 22 divisions d’infanterie, 7 divisions blindées, 6 brigades motorisées, et 3 divisions de cavalerie. […] Jusqu’à ce jour, les chiffres de prisonniers et d’armes pris à l’ennemi sont les suivants : 287 704 prisonniers dont plusieurs généraux de corps d’armée et de division ; 2 585 chars pris ou capturés […] ; 1 449 canons ; 246 avions capturés. » Dans Montagnon Pierre, La Grande Histoire de la Seconde Guerre mondiale. 1 : Septembre 1938 à octobre 1943, Pygmalion, coll. « Multipages », Paris, 1999, p. 400.

13 Le Dniepr est forcé en plusieurs endroits par les troupes du général Guderian. L’encerclement de 14 divisions soviétiques autour de Smolensk se profile.

14 En fait, le soulèvement est lié à la proclamation d’indépendance du Monténégro sous tutelle italienne. À cette annonce, les nationalistes serbes et les monarchistes monténégrins prennent les armes.

15 Dans la nuit du 12 au 13 juillet, une insurrection populaire débute contre l’occupation italienne du Monténégro. Afin de calmer la situation, le roi Victor-Emmanuel III propose de confier la régence à l’évêque du Monténégro, à une personnalité politique et à une personnalité militaire.

16 En français dans le texte.

17 La Grande-Bretagne et l’Union soviétique ont signé un traité d’alliance le 14 juillet 1941.

18 Idiot. En allemand dans le texte.

19 Smolensk est tombé aux mains des allemands le 16 juillet après de sérieux combats. Mais le 19 juillet, face à une avancée plus lente que prévue au sud, Hitler ordonne qu’une partie du groupe d’armée Centre vienne porter main forte aux forces allemandes destinées à prendre Kiev. Ceci affaiblit la force de pénétration en direction de Moscou.

20 Le colonel Cesare Amè dirige le Service d’information militaire depuis février 1941.

21 Un rapport d’Alfieri daté du 19 juillet indique que les pertes allemandes s’élèveraient à 50 000 morts, disparus et blessés. Cette donnée, que l’ambassadeur à Berlin dit avoir obtenu de milieux bien informés, est sous-estimée. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 406, p. 375.

22 Il s’agit du Premier ministre Bogdan Filov et du ministre des affaires étrangères Ivan Popov.

23 Outre la Dobroudja du sud, obtenue de la Roumanie avec l’accord de Craiova du 7 septembre 1940, la Bulgarie, qui adhère au Pacte tripartite le 1er mars 1941, s’agrandit du district serbe de Pirot et d’une partie de la Macédoine et de la thrace à la suite de la défaite grecque et yougoslave. Mais le roi Boris III refuse de déclarer la guerre à l’Union soviétique.

24 Rome n’est bombardée pour la première fois que le 19 juillet 1943.

25 Ciano souffrait régulièrement de problèmes d’asthme et d’otite. Edda Ciano en témoigne dans son livre de souvenirs : « Vers 1932, alors que nous habitions en Chine et qu’il revenait de Pékin à Shanghai, Galeazzo ressentît les premiers effets d’un asthme qui devait le faire souffrir jusqu’à la fin. Et comme il avait des problèmes avec les oreilles, problèmes qui lui valurent plusieurs opérations, les douleurs qu’il éprouvait à cause de son asthme étaient intolérables au point qu’il devait souvent ouvrir la bouche pour essayer de faire disparaître cette impression de surdité qu’il avait alors. » Dans Ciano Edda, Témoignage pour un homme, Stock, Paris, 1975, p. 99.

26 Lors de la rencontre entre Hitler et Mussolini sur le front de l’est, le Führer reconnaît que les services de renseignement allemands ont failli en sous-évaluant la puissance soviétique. Il admet également l’ardeur au combat des troupes soviétiques constituées « par des paysans qui combattent avec une inconscience têtue ». Il espère obtenir la victoire en octobre par une série de grandes batailles d’encerclement mais veut éviter les batailles de rue qui avantageraient les Russes (un an avant Stalingrad…). À propos de l’Espagne, Hitler ne cache pas son amertume et sa désillusion de n’avoir pas vu Franco choisir de prendre part à la guerre menée par l’axe (la division Azul, qui se bat en URSS, n’est même pas mentionnée). Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 459-462.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search