Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Juin

Texte intégral

11er juin. Départ pour le Brenner. Dans le train, j’ai un long entretien avec Bismarck sur les hommes et les choses du nazisme. Goering aurait perdu beaucoup de son influence sur Hitler car il le « critique » trop et cela ne plaît pas aux dictateurs. Ribbentrop est très écouté, Himmler très puissant. Lutze voit son influence grandir. Les militaires, après qu’Hitler ait eu raison lors de l’offensive contre la ligne Maginot, n’osent plus ouvrir la bouche et les meilleurs sont dans les troupes et non autour d’Hitler.

2Le Duce est d’assez bonne humeur mais ne sait pas s’expliquer les raisons de cet entretien précipité. Il craint que les allemands veuillent accélérer l’accord avec la France et que cela se fasse à nos dépens. La répercussion, en Italie, d’une éventuelle renonciation à nos revendications occidentales serait très grave et toucherait au prestige du Régime.

  • 1 au cours de l’entretien entre les deux ministres des affaires étrangères, six points sont abordés  (...)
  • 2 Le Führer cache son jeu car, au moment de l’entrevue, il peaufine l’attaque contre l’Union soviéti (...)
  • 3 Depuis janvier 1941, l’amiral Karl Dönitz entame une lutte contre la flotte marchande et militaire (...)

32 juin. J’ai résumé l’entretien par ailleurs1. L’impression générale est que, pour le moment, Hitler n’a pas de plan d’action précis2. Russie, Turquie, Espagne ne sont que des éléments secondaires capables de compléter ou de disperser les forces, mais ce n’est pas là que l’on peut trouver la solution du problème. La grande espérance allemande repose désormais dans l’action de l’arme sous-marine, mais on ne sait pas ce qu’apportera l’été avec les nuits sereines et la mer calme. Un massacre de bateaux disent certains. Un massacre de sous-marins disent d’autres3. Le Duce est lui aussi convaincu qu’une paix de compromis serait accueillie avec le plus chaleureux enthousiasme par les allemands : « Ils sont désormais saturés de victoires. Maintenant, ils veulent la Victoire, celle de la paix. » L’atmosphère de la rencontre a été bonne. Mussolini raconte que, lors de l’entretien entre quatre yeux qu’il a eu avec Hitler, celui-ci a surtout parlé du cas Hess et a pleuré. Le Duce a été content de la réunion car il a pu constater qu’il n’y a pas eu de diminution dans la cordialité des rapports italo-allemands.

4Un jugement du Duce sur les monarchies : « elles ressemblent à ces gros arbres forts et vigoureux à l’extérieur mais rongés de l’intérieur. Elles s’abattent tout d’un coup et aucune force humaine ne peut les relever. »

  • 4 Dans cette lettre, Ciano souligne l’affaiblissement des positions de la Grande-Bretagne à la suite (...)

53 juin. Sur instruction du Duce, j’ai rédigé une lettre pour Serrano Súñer qui souligne l’opportunité pour l’Espagne d’adhérer au Pacte tripartite. Mussolini l’a apostillée d’une note personnelle4.

6Dans l’ensemble, le Duce a un jugement favorable sur les résultats de l’entretien d’hier, tout en regrettant l’excessive verbosité d’Hitler. Il pense qu’il faut renforcer les liens personnels avec nos homologues : mon devoir est donc celui de renforcer toujours plus les liens personnels avec Ribbentrop. Le Duce donne ce jugement à propos de Keitel : « Keitel est un homme qui est fier d’être Keitel. » Le jugement que m’en a donné Bismarck est plus expéditif : « Keitel est un imbécile. »

  • 5 L’IRCE est l’Institut pour les relations culturelles avec l’étranger (Istituto relazioni culturali (...)

7Durant mon absence, Anfuso a subi une agression téléphonique de la part de donna Rachele pour certaines erreurs commises par L’IRCE qui, entre parenthèses, ne dépend pas de nous mais de la Culture populaire5. Elle s’est exprimée en un langage peu correct et a dit qu’elle ferait tirer sur le palais Chigi. Je me demande qui lui met de pareilles idées en tête mais je n’en parlerai pas au Duce qui en souffrirait, lui qui a un sens élevé et noble de la chose publique. Mais ces ingérences grandissantes sont un fait grave et, peut-être un jour, serais-je contraint de vaincre toute réticence et d’en parler au Duce.

  • 6 Né en 1890, László Bárdossy entre au service de la diplomatie hongroise après la Première Guerre m (...)

84 juin. Bárdossy arrive, un homme dont la carrière a été rapide et funeste pour ses supérieurs6. Je me le rappelle, voici un an, lors de l’arbitrage sur la Transylvanie à Vienne. Il était un modeste plénipotentiaire à Bucarest. Puis, la mort de Csáky le mène au gouvernement. Le suicide de Teleki à la présidence du Conseil. Que va-t-il arriver au Régent ? Bárdossy est un homme distingué et mesuré, un véritable homme de carrière. Il donne sur la situation un jugement équilibré et ne montre pas une autre attitude qui ne soit inspirée par l’orthodoxie du moment. Toutefois, Villani dit « qu’en réalité, Bárdossy pense comme lui », ce qui veut dire qu’il hait les allemands. L’entretien avec le Duce n’a pas eu de relief particulier jusqu’au moment où Bárdossy est parti dans une envolée lyrique à propos de l’amour des Hongrois pour Fiume. Mussolini, avec son air sournois et diabolique d’animal trop intelligent, a dit que les Hongrois étaient, par rapport à Fiume, comme les Suisses par rapport à Gênes. Bárdossy a été plus déstabilisé par ces quelques paroles que par un long discours.

9J’ai vu donna Rachele. Elle est dans un état de surexcitation continuel et injustifié. Ses arguments sont de peu d’intérêt. Elle pourrait vivre tranquille alors qu’elle empoisonne ses journées par d’inutiles controverses.

  • 7 En français dans le texte.

105 juin. Après avoir passé un peu de temps en compagnie de Bárdossy, on reconnaît en lui un de ces classiques diplomates de carrière, grand mangeur de tartines beurrées et de thé avec les dames, habitué des légations sud-américaines et des salons de comtesses inconnus. Le langage qu’il emploie est celui, traditionnel, du chef de mission. Il oublie qu’il est le responsable de la politique de son pays et vous aborde avec le traditionnel « Qu’est-ce que vous pensez, monsieur le Ministre7 ? » qui distingue ceux qui appartiennent à la carrière du commun des mortels. Malgré tout ceci, Bárdossy est un brave homme et passera, comme d’autres, fugace et pompeux, dans le kaléidoscope des hommes politiques hongrois. En attendant, il est parti et sa visite a été la plus classiquement inutile.

116 juin. Les négociations commerciales avec Berlin ne donnent pas beaucoup de satisfactions pour l’instant. Réduction du quota de charbon, difficultés pour le transport du pétrole. Jusqu’aux déchets de fer que nous devions avoir de la France et dont on ne nous a remis qu’une quantité minimale. Mussolini en est irrité et a une pointe antiallemande dans ses paroles : « Cela veut dire que nous ferons une guerre à l’économie dans l’avenir. Il ne me déplairait pas que l’Allemagne laisse des plumes dans sa lutte contre la Russie. Cela est possible car l’armement ne manque pas aux Russes mais le seul problème est de voir si vingt ans de propagande soviétique sont parvenus à créer une mystique héroïque dans les masses. »

  • 8 Bose s’est réfugié en Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale et espère que l’axe le sout (...)

12Je reçois Bose, chef du mouvement insurrectionnel indien8. Il voudrait que l’axe fasse une déclaration en faveur de l’indépendance de l’Inde. Mais, à Berlin, ses propositions ont été accueillies avec beaucoup de réserve. De notre côté aussi, il convient de ne pas trop se compromettre, d’autant plus que nous ne savons pas quel crédit accorder à ce jeune homme. Les expériences du passé ont plutôt eu des résultats modestes.

  • 9 L’Allemagne, toute à la préparation de l’attaque contre l’Union soviétique, fait des difficultés p (...)

137 juin. Nouvelles de Berlin toujours moins favorables, ce qui accentue la note antiallemande dans l’esprit et les paroles du Duce9. En effet, il pense renvoyer à une date ultérieure le discours qu’il entendait prononcer à la Chambre le 10 juin, date anniversaire de l’entrée en guerre. « Je devrais faire l’apologie de la collaboration avec l’Allemagne et mon esprit y répugne. »

  • 10 Giuseppe Tassinari est ministre de l’agriculture du 31 octobre 1939 au 26 décembre 1941.

14Tassinari10 m’informe de la situation alimentaire. Elle n’est pas brillante mais n’est pas mauvaise non plus et il est même possible de prévoir une amélioration dans le secteur des matières grasses.

15Le prince Michel – celui qui refusé la couronne du Monténégro – a ouvert son cœur au consul Serra di Cassano. Il ne veut pas se compromettre car il est convaincu, qu’à la fin, l’Allemagne et l’Italie prendront une volée de bois vert et estime que la situation actuelle n’est que transitoire et éphémère. Je ne crois pas que la Reine soit très fière de ce rejeton des Petrovitch.

  • 11 Il n’en fut rien. Starace ne retrouve aucune fonction officielle et vit de plus en plus dans la gê (...)

168 juin. Starace pleure longuement sur ses mésaventures. Il ne pleure pas comme une petite femme mais pleure de rage et, sans le dire, de haine. J’en parle avec le Duce. Le reproche le plus grave est celui d’avoir porté la médaille des blessés sans en avoir l’autorisation. Les critiques d’ordre financier trouvent moins d’écho dans l’esprit du Duce. Je n’ai pas obtenu satisfaction mais je n’ai pas l’impression que la colère de Mussolini soit profonde. Si Starace sait rester tranquille, d’ici peu, nous le reverrons sur les autels11.

  • 12 Le 8 juin au matin, les forces de la France libre, appuyées par des troupes britanniques, pénètren (...)

17De Gaulle est entré en Syrie12. Quelle sera la réaction des Français ? Mussolini s’en prend aux allemands : « Ils ne sont pas intelligents, voilà tout. Ils auraient dû occuper toute la France au moment de l’armistice. »

  • 13 Né en 1871, Henri Dentz entre à Saint-Cyr en 1900. Officier d’état-major pendant la Première Guerr (...)
  • 14 L’arrivée de l’amiral Darlan à la tête du gouvernement de l’État français en février 1941 accentue (...)

189 juin. Aucune nouveauté particulière. Les nouvelles de Syrie sont encore assez incertaines mais il semble qu’un notable contingent des forces de Dentz13 ait rallié les gaullistes. Cela ne me plaît pas du tout : l’alignement de la France de Vichy aux côtés de l’axe ne se ferait qu’au détriment de l’Italie14.

  • 15 Le général Karl Bartha de Dalnokfalva est ministre hongrois de la Guerre de mai 1938 à mars 1942.

19Le ministre de la Guerre hongrois, le général Bartha15, en visite à Rome, estime que le heurt germano-russe est plus qu’inévitable, il est imminent. Il est optimiste dans ses prévisions. Il ne pense pas que l’armée russe puisse résister plus de six à sept semaines car l’élément humain est « mou ». Reste à voir, cependant, ce que vingt années de révolution communiste ont opéré sur cet élément humain.

2010 juin. Étrange anniversaire de l’entrée en guerre ! Prenant prétexte de la croissante ingérence allemande en Croatie, Mussolini a prononcé le plus dur réquisitoire que je n’ai jamais entendu. Il était le Mussolini polémique, donc le meilleur Mussolini : « Cela n’a pas d’importance, dit-il, que les allemands reconnaissent sur le papier nos droits en Croatie quand, dans la pratique, ils prennent tout et ne nous laissent qu’un morceau d’os. Ce sont des canailles de mauvaise foi et je te dis que cela ne pourra pas durer longtemps. Je ne sais même pas si les intrigues allemandes permettront à Aymon de s’asseoir véritablement sur le trône croate. Du reste, j’ai la nausée des allemands depuis le moment où List a fait l’armistice avec la Grèce dans notre dos et que les fantassins de la division Casale – des hommes de Forlì qui détestent l’Allemagne – trouvèrent sur le pont de Perati un soldat allemand, les jambes écartées, qui leur barrait le chemin et leur volait le fruit de la victoire. Personnellement, j’en ai plein le dos de la manière d’agir d’Hitler. Ces entretiens précédés d’un coup de sonnette ne me plaisent pas : ce sont les domestiques que l’on appelle d’un coup de sonnette. et quel type d’entretien est-ce ? Je dois assister à un monologue pendant cinq heures, plutôt ennuyeux et inutile. Il a parlé pendant des heures et des heures d’Hess, du Bismarck, de choses plus ou moins liées à la guerre mais sans ordre du jour, sans approfondir un problème, sans prendre une décision. en attendant, je continue les fortifications des vallées des alpes. Elles serviront un jour. Pour le moment, il n’y a rien à faire. Il faut hurler avec les loups. C’est pourquoi je ferai aujourd’hui, à la Chambre, une petite flagornerie envers l’Allemagne. Mais mon cœur est plein d’amertume. »

21Le Duce m’a montré le discours. J’ai suggéré une plus grande modération dans le ton à l’encontre de la Turquie, qui est encore alliée aux anglais et qui peut nous réserver des surprises, d’autant plus que la résistance française en Syrie semble fléchir d’heure en heure.

  • 16 Après avoir récapitulé les opérations militaires advenues sur le front grec, les actions menées pa (...)

22L’accueil de la Chambre au discours n’a pas été fameux. Même les commentaires qui suivirent n’ont pas du tout été enthousiastes. Mais – je le demande – le Duce pouvait-il faire autrement et mieux au vu de la situation actuelle16 ?

2311 juin. J’ai sondé, ici et là, mais les commentaires du discours du Duce, même dans les milieux orthodoxes, ne sont pas bons. Ils sont négatifs à l’ambassade d’Allemagne. Bismarck a dit à Anfuso qu’un de ses fonctionnaires s’est exprimé ainsi : « J’ai entendu dix-sept discours de Mussolini. Celui-ci est, sans aucun doute, le plus mauvais. » Lors du déjeuner, Farinacci, Cini, Volpi et Bottai ont soumis le discours à un feu nourri de critiques. Le malaise qui existe dans l’esprit de tous les hiérarques n’est pas du tout étranger à tous ces commentaires acides. Je ne peux pas être d’accord avec eux. Peut-être le Duce aurait-il pu se taire mais, en parlant, je ne vois pas quelle autre ligne de conduite il pouvait suivre.

  • 17 Les Groupes universitaires fascistes (Gruppi universitari fascisti) tiennent leur premier congrès (...)

24Les journaux des GUF17 ont abusé de la liberté de discussion qui leur est laissée et ont attaqué les hiérarques. Ils exagèrent. D’autant plus que leurs arguments reposent sur les rumeurs absurdes et irresponsables de la foule. Mais en même temps que l’erreur des jeunes, il faut admettre que ce fut une erreur du Régime de les négliger pendant vingt ans et de ne se rappeler d’eux que pour leur mettre un uniforme, des fez et des écharpes et de les porter, contre leur volonté, dans de nombreuses manifestations.

2512 juin. Rien de nouveau.

2613 juin. Les négociations avec Berlin procèdent avec lenteur : Giannini n’attribue pas les difficultés à la mauvaise volonté allemande à notre égard mais à un réel manque de ressources. Mussolini est plutôt d’une humeur noire : il dit qu’il est satisfait que les peuples européens voient ce que signifie la domination allemande : « nous leur laisserions peut-être la chemise alors que les allemands leur arrachent même des morceaux de peau. »

27Le Duce fixe avec Jacomoni quelques nouvelles directives pour la politique albanaise : une plus grande autonomie sans éliminer les beys qui comptent encore beaucoup dans le pays et l’ont prouvé durant les récents événements, accueillir dans le gouvernement quelques éléments qui soient plus proches des classes intellectuelles et du peuple.

2814 juin. À Venise pour l’adhésion de la Croatie au Pacte tripartite. Ribbentrop est exceptionnellement allègre et jovial. Au dîner, dans une auberge vénitienne, il se divertit même avec quelques plaisanteries grasses énoncées par une servante. Nous sommes tous étonnés. Nous ne parlons pas de politique.

  • 18 Le principal objet de conversation entre Ribbentrop et Ciano porte sur l’Union soviétique. Ciano s (...)

2915 juin. Comme d’habitude, j’ai rédigé un compte rendu des entretiens18. La cérémonie au palais des Doges a été solennelle, mais le cadre est plus important que le tableau car l’adhésion de la Croatie a la saveur des tagliatelles faites à la maison. La valeur politique de l’événement est égale à zéro.

30Ribbentrop accélère le départ et fait clairement comprendre que cela est lié à la crise imminente avec la Russie. Naturellement, il ne fait pas d’objection et approuve le geste de son patron. Mais il est moins chaleureux que d’habitude : il a la pudeur de se rappeler de son exaltation provoquée par l’accord de Moscou et pour les milieux communistes qu’il compara à ceux du vieux nazisme.

31Pavelic est content de la manière dont vont les choses et d’autres sources confirment que la situation se raffermit. Il a déjà pris le ton et la gestuelle du dictateur, au moins avec ses satellites. Il est très extrémiste sur le terrain social. Discutant avec Vittorio Cini, il soutient que la terre doit aller aux paysans et que l’on doit arriver à une propriété corporative dans le milieu industriel. Tout ceci d’ici dix ans. Ansaldo, que certaines idées mettent hors de lui, a dit : « Ce n’est pas la peine de discuter avec lui. D’ici trois mois, c’est lui qui sera liquidé. »

  • 19 Il s’agit du discours que Churchill prononce lors de la conférence ministérielle interalliée qui s (...)

3216 juin. D’abord à Ponte Mariano, puis à Rome. Peu de nouvelles, si ce n’est un discours de Churchill aux représentants des puissances envahies. Intransigeant et arrogant. Il appelle Mussolini « un laquais déguenillé19 ». Je ne peux connaître les réactions du Duce car il est parti ce matin pour Riccione pour un bref séjour.

3317 juin. Aucune nouveauté.

  • 20 Le traité d’Ankara, signé par l’ambassadeur Papen, au nom de l’Allemagne, est un traité d’amitié e (...)
  • 21 Le 14 juin, le gouvernement de Washington bloque les avoirs des puissances de l’axe aux États-Unis (...)

3418 juin. Long entretien téléphonique avec Ribbentrop. Deux nouvelles, une bonne et une autre moins bonne. La première est la réalisation d’un accord entre la Turquie et l’Allemagne : neutralité, respect réciproque, solution pacifique à toute controverse. Aucun protocole secret20. La seconde est l’expulsion de tous les consuls des États-Unis des territoires de l’axe et vice versa21. Cela signifie que nous brûlons les étapes de l’état de guerre ouverte.

35Le préfet de Bolzano est allé en Allemagne pour traiter de la question de l’évacuation des allogènes du Haut-Adige. Tout est ralenti sous le prétexte spécieux qu’Hitler n’a pas encore choisi le territoire où ils devront aller.

  • 22 Le 15 juin, le général Wavell engage une offensive, sous la conduite effective du général Beresfor (...)

36Bonne situation en Libye. L’attaque anglaise a été brisée et nous avons remporté un succès notable22. Bismarck n’a pas hésité un moment pour le commenter de la manière suivante : « Ce n’est pas cela qui mettra fin à la guerre. »

3719 juin. J’ai eu un entretien avec l’ambassadeur de Turquie sur la possibilité de conclure le même type de pacte que celui conclu entre la Turquie et l’Allemagne. Le cas échéant, nous pourrions aller plus loin, étant donné que les deux pays ont toujours plus d’intérêts voisins et communs. L’ambassadeur n’a pas donné de réponse mais avait l’air content. C’est un personnage étrange qui, jusqu’à maintenant, a eu peu à faire. En cinq ans, je ne l’ai pas vu plus de dix fois et le sujet principal de nos entretiens était les soins portés à ses rhumatismes.

3820 juin. Rien de nouveau.

  • 23 En français dans le texte.

3921 juin. De nombreux signes portent à croire que le début des opérations contre la Russie est désormais bien proche. Bismarck a dit secrètement à Filippo (Anfuso) qu’il attend un message d’Hitler dans le courant de la nuit. L’idée de la guerre contre la Russie est populaire en elle-même, dans la mesure où l’écroulement du bolchevisme marquerait un des moments fondamentaux de la civilisation humaine. Mais elle ne plaît pas comme symptôme. Il y manque une raison évidente et persuasive, l’interprétation courante est que cette guerre est un pis-aller23, une tentative de trouver une porte de sortie à une situation qui s’est développée de manière différente des prévisions et défavorablement. Quel sera le cours de la guerre ? Les allemands pensent que tout sera fini en huit semaines, ce qui est possible car les calculs militaires de Berlin ont toujours été plus exacts que leurs calculs politiques. Mais si cela n’était pas le cas ? Si l’armée soviétique trouvait une force de résistance supérieure à celle dont ont fait preuve les pays bourgeois, quelles réactions cela susciterait-il dans les masses prolétaires du monde ?

  • 24 Dans sa lettre du 21 juin, Hitler écrit à ce sujet : « Votre attaché militaire, le général Marras, (...)

4022 juin. À 3 heures du matin, Bismarck me porte une longue lettre d’Hitler pour le Duce. Il explique les raisons de sa décision, et quoique la lettre commence par la rituelle affirmation que la Grande-Bretagne a perdu la guerre, l’intonation est tout autre qu’euphorique. J’en informe le Duce par téléphone qui est toujours à Riccione. Puis je cherche, de bon matin, l’ambassadeur des Soviets afin de lui notifier la déclaration de guerre. Je ne réussis pas à le voir jusqu’à midi et demi car il est allé, avec tout le personnel de l’ambassade, prendre candidement un bain à Fregene. Il accueille la communication avec une indifférence hébétée, mais c’est dans sa nature. Je lui ai fait une communication très brève, sans parole inutile. L’entretien a duré deux minutes et, malgré son aspect dramatique, a été insignifiant. Mussolini enverra sa réponse à Hitler demain. La chose que le Duce a le plus à cœur est la participation de notre contingent mais, d’après ce qu’a écrit Hitler, il est facile de comprendre qu’il s’en passerait volontiers24.

41Riccardi me fait une longue diatribe contre les méthodes des questions économiques et conclut avec cette phrase : « Désormais, au sein du Régime, la seule chose qui pourrait encore me surprendre serait de voir un homme enceint : à part cela, nous avons tout vu. »

  • 25 L’aviation soviétique subit des pertes impressionnantes lors des deux premiers jours de combat. En (...)
  • 26 Cinq millions d’esclaves. En anglais dans le texte.
  • 27 Le général Francesco Zingales commande le 20e corps d’armée.

4223 juin. Les premières nouvelles des succès allemands commencent à arriver de Russie. On parle de 1 700 avions détruits en une seule nuit de combat25. Cavallero, qui a conféré avec le Duce à Riccione, estime que les allemands remporteront facilement une grande victoire et croit que les masses armées bolcheviques se débanderont, provoquant l’écroulement. Selon Bismarck, dans les milieux militaires allemands, on prévoit de faire 5 millions de prisonniers, « five millions slaves26 » comme dit Otto. Nous enverrons un corps expéditionnaire sous le commandement du général Zingales27 qui devra opérer aux confins de la zone entre entre la Roumanie et la Russie subcarpathique.

43À la suite de l’affaire Hess, tous les astrologues et chiromanciennes ont été arrêtés en Allemagne.

44Je vois Phillips : il croit toujours plus proche et inévitable l’intervention américaine. Il la souhaite contre l’Allemagne qu’il déteste, mais une guerre entre son pays et l’Italie l’attriste beaucoup.

  • 28 Le soir du 22 juin, Churchill prend la parole sur les ondes de la BBC : « Je vois les soldats russ (...)

45Churchill a prononcé un discours qui porte la marque, il faut le reconnaître, d’un grand orateur28. J’en ai parlé à Grandi, lequel a perdu pendant un moment son contrôle et s’est exprimé sur le compte de Churchill en termes extrêmement admiratifs : « en Angleterres, a-t-il dit, j’avais peu d’amis mais Churchill était vraiment un ami. »

  • 29 Vilnius tombe le 24 juin.
  • 30 Durant l’été 1941, l’Italie fasciste envoie un corps expéditionnaire qui compte 62 000 hommes, 5 5 (...)

4624 juin. Aucune nouvelle précise du front russe29. Marras télégraphie que les avant-gardes allemandes se sont heurtées à la première ligne de résistance bolchevique et qu’elles ont préparé l’assaut avec l’artillerie. Nos premiers contingents partiront d’ici trois jours. Le Duce est très excité à l’idée de notre participation au conflit et me téléphone qu’il passera les troupes en revue demain30.

47J’ai envoyé à Berlin la réponse de Mussolini à Hitler.

  • 31 Il s’agit de Şükrü Saradjoglou depuis novembre 1938.

4825 juin. Le ministre turc des affaires étrangères31 a dit à De Peppo que la proposition de négocier un pacte avec nous a eu un accueil favorable. Les conversations pourront débuter d’ici peu.

  • 32 Franco envoie sur le front soviétique la division Azul, commandée par le général Agustín Muñoz Gra (...)

49Des contingents phalangistes partent également d’Espagne pour le front russe32. L’affaire ne plaît pas à Mussolini et il voudrait l’empêcher. Je ne sais comment faire car l’entente germano-espagnole est advenue totalement à notre insu.

5026 juin. Mussolini a passé en revue à Vérone la première division en partance pour la Russie. Il l’a définie, par téléphone, de parfaite. En ce qui me concerne, je suis préoccupé par une confrontation directe entre nos forces et les troupes allemandes. Non pas à cause des hommes qui sont ou peuvent être très bons, mais à cause du matériel. Je ne voudrais pas encore une fois que nous fassions figure de parent pauvre.

  • 33 Wang Jingwei dirige un gouvernement chinois pro-japonais installé à nankin depuis mars 1940.

51Les Japonais veulent la reconnaissance du gouvernement de Wang Jingwei33 et Berlin est désormais d’accord. Ribbentrop me le téléphone et ajoute être très satisfait de l’évolution des opérations sur le front russe. en réalité, les allemands ont fait une grande progression alors que les Roumains – comme cela était à prévoir – ont été repoussés.

5227 juin. Je vais à Livourne sur la tombe de Papa. Le temps passe et sa figure grandit non seulement dans mon cœur mais également dans le souvenir de tous ceux – et ils furent nombreux – qui l’ont aimé. Aujourd’hui, comme étant enfant, comme toujours, j’ai le vif besoin de sa protection et de son aide. Je sais qu’il veille sur moi.

5328 juin. Rien de nouveau.

  • 34 À la date du 29 juin, l’avancée allemande est impressionnante, tout particulièrement dans les sect (...)

5429 juin. Les bulletins allemands décrivent la victoire sur la Russie en des termes simples et triomphants34. Ribbentrop a téléphoné à Alfieri que le déroulement des opérations a largement dépassé les prévisions les plus favorables. Néanmoins, il paraît que Ribbentrop est de très mauvaise humeur : Alfieri explique que ceci est dû à des luttes internes.

  • 35 Encerclées dans la région de Gimma, à 250 kilomètres au sud-ouest d’Addis-Abeba, les forces du gén (...)
  • 36 En français dans le texte.

55Mussolini est revenu. Il a l’air en bonne forme mais sombre. Dans la région de Gimma a eu lieu la reddition de nombreuses troupes, généraux en tête, alors qu’elles avaient encore des moyens et des armes35. Mais, comme dit Moltke, l’armée la plus moderne ne sert à rien si elle est jetée dans un fossé. De plus, il est préoccupé par la situation dans le Haut-Adige. Depuis longtemps, les opérations de départ des allogènes sont presque totalement arrêtées. Les lettres envoyées par ceux qui sont déjà partis sont outrageantes à notre égard et emplies de menaces. Mussolini craint « que les Italiens ne doivent apprendre à leurs dépens que tout pacte, pour les allemands, ne soit autre chose qu’un chiffon de papier36 ». Il pense que c’est la faute des militaires qui ont ruiné le prestige italien, et tout particulièrement Graziani.

  • 37 Par une lettre adressée à Mussolini le 23 juin 1941, Pavelitch demande l’annexion à la Croatie de (...)

5630 juin. Il convient de définir les frontières albano-monténégrines, sinon les incidents se multiplieront, surtout avec la Croatie qui, comme tous les nouveaux pays, commence à se montrer impérialiste. Pavelic souhaite maintenant le Sandjak de Novi Pazar. Prétention absurde et inique. Je prépare une lettre à faire signer par le Duce pour réfuter une telle prétention. Au palais de Venise a lieu une réunion avec Mussolini et Pietromarchi : on fixe les principaux points et on décide que si les Croates et les Bulgares tergiversent, les frontières seront fixées par un décret unilatéral37.

57Mussolini fait une longue diatribe antiallemande. Il craint que les allemands ne se préparent à réclamer le Haut-Adige : il dit qu’il résisterait avec les armes. Mais il ne me semble pas qu’il ait les moyens de tenir un tel engagement. Il a été surtout offensé par la manière dont les allemands l’ont traité dans la question russe. Silence absolu, puis réveil nocturne pour l’informer du fait accompli : « Je n’ose pas déranger les serviteurs pendant la nuit et les allemands me font sauter du lit sans le minimum d’égards. »

58Il s’est rendu compte qu’Hitler ne souhaite pas la participation de nos troupes sur le front russe, mais il insiste et veut les envoyer tout de même. (J’ai fait de mon mieux pour l’en dissuader, mais il est inébranlable et convaincu que ce sont « des divisions supérieures aux divisions allemandes en moyens et en hommes ». Je sais que le jugement de Rintelen a été très différent.) Maintenant, il souhaite deux choses : que la guerre finisse par un compromis qui sauve l’équilibre européen ou qu’elle dure suffisamment longtemps pour regagner par les armes le prestige perdu. Son éternelle illusion…

Notes

1 au cours de l’entretien entre les deux ministres des affaires étrangères, six points sont abordés : vis-à-vis de la France, la position de l’Allemagne est inchangée et la paix marquera l’affirmation des revendications germano-italiennes ; les bruits d’un début prochain d’opérations militaires contre l’URSS sont sans fondements ou du moins très prématurés (l’armée allemande attaque l’Union soviétique dix-huit jours plus tard !) ; les efforts afin de rapprocher la Turquie de l’axe continuent ; accord total avec la création de l’État croate ; les États-Unis n’entreront pas en guerre si le Japon reste loyal vis-à-vis de l’axe ; le ministre allemand estime que la situation de la Grande-Bretagne l’amènera à demander la paix avant la fin de l’année. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 452-453.

2 Le Führer cache son jeu car, au moment de l’entrevue, il peaufine l’attaque contre l’Union soviétique.

3 Depuis janvier 1941, l’amiral Karl Dönitz entame une lutte contre la flotte marchande et militaire britannique. En mars, 41 navires anglais ou alliés (243 021 tonneaux) sont coulés alors que cinq U-Boote sont envoyés par le fond. En mai, les pertes des flottes alliées atteignent 58 bâtiments (352 492 tonneaux). De ce point de vue, le second semestre 1941 est décevant pour l’Allemagne. La moyenne mensuelle des destructions opérées par les U-Boote tombe à 120 000 tonneaux. Quant à la flotte sous-marine allemande, elle passe de 22 unités en janvier à 65 en juillet et 91 en décembre, dont 55 en atlantique, mais 60 % de ces derniers étaient en réparation au début de l’année 1942. Sur la bataille de l’atlantique, Malbosc Guy, La Bataille de l’Atlantique (1939-1945), economica, Paris, 2010.

4 Dans cette lettre, Ciano souligne l’affaiblissement des positions de la Grande-Bretagne à la suite de ses défaites en Grèce et en Crète. Selon lui, c’est le moment opportun pour l’Espagne nationaliste d’entrer dans la guerre. Dans sa note personnelle, Mussolini indique que « l’Espagne doit au moins adhérer au tripartite et cela avant d’autres adhésions ». Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 454-455.

5 L’IRCE est l’Institut pour les relations culturelles avec l’étranger (Istituto relazioni culturali estero) que préside Alessandro Pavolini, ministre de la Culture populaire.

6 Né en 1890, László Bárdossy entre au service de la diplomatie hongroise après la Première Guerre mondiale. Secrétaire d’ambassade à Londres de 1931 à 1934, il est nommé ministre d’Hongrie à Bucarest. Après le décès du comte Csáky, le 27 janvier 1941, il lui succède comme ministre des affaires étrangères. Puis, le comte Teleki s’étant donné la mort afin de ne pas se déshonorer à la suite de la participation hongroise à l’attaque contre la Yougoslavie à laquelle il était opposé (il a signé un traité d’amitié hungaro-yougoslave en décembre 1940), Bárdossy est nommé président du Conseil par le régent Horthy le 3 avril.

7 En français dans le texte.

8 Bose s’est réfugié en Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale et espère que l’axe le soutiendra dans sa lutte contre la présence britannique en Inde.

9 L’Allemagne, toute à la préparation de l’attaque contre l’Union soviétique, fait des difficultés pour livrer à l’Italie du pétrole, du charbon et du matériel de guerre. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 220, p. 218.

10 Giuseppe Tassinari est ministre de l’agriculture du 31 octobre 1939 au 26 décembre 1941.

11 Il n’en fut rien. Starace ne retrouve aucune fonction officielle et vit de plus en plus dans la gêne matérielle. Reconnu à Milan par des partisans, le 29 avril 1945, alors qu’il est sorti de son appartement prendre un café, il est exécuté devant la dépouille de celui qu’il a tant servi.

12 Le 8 juin au matin, les forces de la France libre, appuyées par des troupes britanniques, pénètrent en Syrie, mandat français depuis 1920 où le général Dentz est resté fidèle à Vichy. Pour le général de Gaulle, il s’agit d’affirmer la France libre partout dans l’empire français. Pour la Grande-Bretagne, il s’agit d’éviter que les aéroports syriens ne servent de bases logistiques à l’aviation de l’axe et de contrôler un territoire qui renforce sa présence au Moyen-Orient.

13 Né en 1871, Henri Dentz entre à Saint-Cyr en 1900. Officier d’état-major pendant la Première Guerre mondiale, il est chef des services de renseignements au Levant de 1923 à 1926. Général de division en 1937, il est gouverneur de Paris en juin 1940. Il est nommé commandant des forces françaises au Levant le 7 décembre 1940. Il rejoint Vichy à la suite de la campagne de Syrie. Condamné à mort par la Haute Cour en avril 1945, la peine est commuée par le général de Gaulle en détention à perpétuité. Il meurt en prison le 13 décembre 1945.

14 L’arrivée de l’amiral Darlan à la tête du gouvernement de l’État français en février 1941 accentue la politique de collaboration avec l’Allemagne. Darlan se rend à Berchtesgaden le 11 mai afin d’y rencontrer Hitler. Le 27, les accords Darlan-Warlimont, dits protocoles de Paris, prévoient l’utilisation des ports et aérodromes de Syrie par les avions allemands ainsi que les bases navales de Bizerte, Dakar et Casablanca. Ces accords ne sont que peu appliqués à la suite de l’opposition du général Weygand. Mais Ciano a cependant le sentiment que la politique de collaboration entre Vichy et le IIIe Reich se fait au détriment de l’Italie.

15 Le général Karl Bartha de Dalnokfalva est ministre hongrois de la Guerre de mai 1938 à mars 1942.

16 Après avoir récapitulé les opérations militaires advenues sur le front grec, les actions menées par la marine et l’aviation, les résultats de la campagne contre la Yougoslavie, souligné la résistance acharnée des troupes italiennes en Éthiopie, fait l’éloge du Japon, Mussolini s’évertue à démontrer l’inutilité d’une intervention américaine pour éviter une défaite à la Grande-Bretagne. Mais il ne peut s’empêcher d’attaquer frontalement le président Roosevelt : « Quand on veut se souvenir d’un dictateur dans la pure expression classique, on cite Sylla. Eh bien, Sylla apparaît comme un modeste dilettante comparé à Delano Roosevelt. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXX, op. cit., p. 90-101.

17 Les Groupes universitaires fascistes (Gruppi universitari fascisti) tiennent leur premier congrès à Bologne en février 1921. Officialisés par le régime fasciste, les GUF regroupent les étudiants inscrits dans les universités. Leurs effectifs ne cessent d’augmenter : 55 303 en 1931, 73 143 en 1935, 105 883 en 1939. Leurs journaux bénéficient d’une relative indépendance de ton, ce qui permet une critique des hiérarques ou de certaines lourdeurs du système mais sans jamais remettre en cause le Duce et les principes mêmes du régime. Sur les Groupes universitaires fascistes, La Rovere Luca, Storia dei GUF. Organizzazione, politica e miti della gioventù universitaria fascista (1919-1943), Bollati Boringhieri, Turin, 2003.

18 Le principal objet de conversation entre Ribbentrop et Ciano porte sur l’Union soviétique. Ciano souligne le changement de ton : « Les relations russo-allemandes ont sensiblement empiré ces derniers temps et tendent toujours davantage à s’aggraver en raison des fortes concentrations de troupes opérées par le gouvernement soviétique sur les frontières. Dans ces conditions, une crise est désormais plus certaine que probable. Le Führer sera contraint à brève échéance, et vraisemblablement vers la fin du mois, de poser quelques questions à la Russie ayant le caractère d’un ultimatum. Si elles sont rejetées, l’Allemagne trouvera le moyen de se faire justice elle-même. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 457.

19 Il s’agit du discours que Churchill prononce lors de la conférence ministérielle interalliée qui se tient à Londres le 12 juin. Ayant dénoncé les pratiques nazies, le Premier ministre dit : « C’est sur ces bases qu’Hitler, suivi par le laquais déguenillé Mussolini et l’amiral Darlan gambadant à ses côtés, prétend établir, par la haine, la soif de pouvoir et le racisme un nouvel ordre pour Europe. » Dans Churchill Winston, Discours de guerre, op. cit., p. 225.

20 Le traité d’Ankara, signé par l’ambassadeur Papen, au nom de l’Allemagne, est un traité d’amitié et de non-agression conclu pour dix ans.

21 Le 14 juin, le gouvernement de Washington bloque les avoirs des puissances de l’axe aux États-Unis. Le lendemain, les gouvernements allemand et italien font de même. Le 16, le département d’État annonce l’expulsion des agents consulaires allemands, mesure qui doit être effective pour le 10 juillet. Le 19, le IIIe Reich et l’Italie prennent une décision identique pour les consuls américains en poste dans les deux pays ou dans des territoires occupés.

22 Le 15 juin, le général Wavell engage une offensive, sous la conduite effective du général Beresford-Peirse, ayant pour objectif de reprendre Bardia, perdue lors de la contre-offensive de Rommel en mars-avril, et de dégager Tobrouk. L’offensive est un échec après trois jours de combat, les Britanniques ayant perdu la moitié de leurs chars.

23 En français dans le texte.

24 Dans sa lettre du 21 juin, Hitler écrit à ce sujet : « Votre attaché militaire, le général Marras, m’a informé que vous aussi, Duce, vous placerez à ma disposition au moins un corps expéditionnaire. Si c’est votre intention, Duce, et je l’accepte naturellement d’un cœur plein de gratitude, il y aura tout le temps pour la mettre en exécution car, sur un théâtre d’opérations aussi vaste, la poussée ne peut se faire partout à la fois. » Dans Les Lettres secrètes échangées par Hitler et Mussolini, op. cit., p. 127. Dans sa réponse, Mussolini affirme à Hitler : « Votre décision de prendre la Russie à la gorge a trouvé, en Italie, une adhésion enthousiaste, en particulier parmi les vieux éléments du Parti qui auraient accepté mais avec beaucoup de déception une autre solution au problème. Dans cette guerre, l’Italie ne peut rester absente. Aussi, je vous remercie Führer d’avoir accepté la participation de forces terrestres et aériennes italiennes avec des effectifs et dans des secteurs que les états-majors établiront. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 299, p. 285-286.

25 L’aviation soviétique subit des pertes impressionnantes lors des deux premiers jours de combat. Environ 2 000 avions sont détruits. Pour sa part, la Luftwaffe bombarde Minsk et détruit plus des trois-quarts de la ville. Le 23 juin, face à ce désastre, le général Kopets, commandant de l’aviation de bombardement, se suicide. Sur la guerre germano-soviétique, Bartov Omer, The Eastern Front, 1941-1945. German Troops and the Barbarisation of Warfare, Palgrave Mcmillan, Basingstoke, 2001 ; Bernard Nicolas, La Guerre germano-soviétique (1941-1942). 2 : De Stalingrad à Berlin (1943-1945), Stock, coll. « témoins de notre temps », Paris, 1964-1965.

26 Cinq millions d’esclaves. En anglais dans le texte.

27 Le général Francesco Zingales commande le 20e corps d’armée.

28 Le soir du 22 juin, Churchill prend la parole sur les ondes de la BBC : « Je vois les soldats russes debout sur le seuil de leur terre natale. Je les vois protégeant leurs foyers où leurs mères et leurs femmes prient. Ah ! oui, il y a des moments où tout le monde prie pour le salut de ceux qu’elles aiment. Je vois les milliers de villages russes où il faut durement travailler la terre pour subsister, mais où il y a les joies primordiales de l’existence, où les jeunes filles et les enfants jouent. Et je vois s’avancer vers ces gens le hideux assaut de la machine de guerre nazie […]. Je vois, dans le ciel, les bombardiers et les chasseurs allemands, portant encore les marques cuisantes du feu des avions britanniques, s’élancer avec délices sur ce qu’ils croient être des proies plus faciles et moins dangereuses. » Dans Werth Alexander, La Russie en guerre. 1 : La patrie en danger. 1941-1942, Stock, coll. « témoins de notre temps », Paris, 1964, p. 138-139.

29 Vilnius tombe le 24 juin.

30 Durant l’été 1941, l’Italie fasciste envoie un corps expéditionnaire qui compte 62 000 hommes, 5 500 véhicules, 220 pièces d’artillerie, 61 chars, 4 600 chevaux et 83 avions sous le commandement du général Giovanni Messe qui a remplacé le général Francesco Zingales, ce dernier étant souffrant. Le corps expéditionnaire italien est positionné sur le front sud, en Ukraine méridionale. Sur les troupes italiennes engagées sur le front soviétique, De Franceschi Costantino, De Vecchi Giorgio, Mantovani Fabio, Le operazioni delle unità italiane al fronte russo (1941-1943), Ufficio Storico dello Stato Maggiore dell’esercito, Rome, 1993.

31 Il s’agit de Şükrü Saradjoglou depuis novembre 1938.

32 Franco envoie sur le front soviétique la division Azul, commandée par le général Agustín Muñoz Grandes.

33 Wang Jingwei dirige un gouvernement chinois pro-japonais installé à nankin depuis mars 1940.

34 À la date du 29 juin, l’avancée allemande est impressionnante, tout particulièrement dans les secteurs nord et centre. Les troupes allemandes parcourent la moitié du chemin les séparant de Leningrad, soit environ 300 kilomètres. Au même moment se profile l’encerclement de Minsk.

35 Encerclées dans la région de Gimma, à 250 kilomètres au sud-ouest d’Addis-Abeba, les forces du général Gazzera se rendent aux forces anglo-belges entre la fin juin et le 4 juillet. Sur la fin de l’empire italien en Éthiopie, Del Boca angelo, Gli Italiani in Africa orientale. 3 : La caduta dell’Impero, Laterza, Roma / Bari, 1982.

36 En français dans le texte.

37 Par une lettre adressée à Mussolini le 23 juin 1941, Pavelitch demande l’annexion à la Croatie de la région côtière de Gruda et du Sandjak de Novi Pazar, région de Bosnie. Dans la réponse préparée par Ciano et signée par Mussolini, celui-ci explique : « Je sais que votre demande de la zone du Sandjak de Novi Pazar était due à des pétitions que vous ont fait parvenir des musulmans ; cependant, indépendamment du fait que nous avons reçu et nous continuons à recevoir des pétitions de même nature pour l’intégration dans l’Italie, je considère que les raisons ethniques sont prioritaires comparées aux raisons d’ordre religieux, si l’on veut faire œuvre constructive et durable. » Dans Sidoti Antoine, Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mythes et réalités, op. cit., p. 147.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search