Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Mai

Texte intégral

  • 1 Ancien maire, podestà et préfet d’Ancône, Alfredo Felici est sénateur depuis 1934.

11er mai. Tous ceux qui ont été les plus critiques à propos de l’affaire grecque se montrent maintenant extrémistes en ce qui concerne la Dalmatie. C’est particulièrement vrai au Sénat, qui s’est distingué durant les difficultés albanaises par de violentes diatribes. Le sénateur Felici1 me parle même d’une sorte de pétition pour le Duce afin de ne pas céder un centimètre de côte dalmate à la Croatie. J’ai dit à Acquarone qu’il serait opportun qu’il fasse comprendre qu’il est inutile de monter une campagne aussi absurde. Au Sénat, la parole qui vient de la Maison royale est très écoutée.

  • 2 Il s’agit de Paolo Badoglio. Alessandro Pavolini, ministre de la Culture populaire, donne la consi (...)

22 mai. Le deuxième fils de Badoglio est mort en Libye des suites d’un accident automobile2. J’en suis désolé. Quoique Badoglio ait eu des manquements à mon égard, aucun ne fut assez grave pour ne pas déplorer la perte d’un fils.

3Casertano téléphone que toute espérance pour Spolète n’est pas perdue.

  • 3 Né en 1891, Erwin Rommel entre à l’école de Guerre de Dantzig en 1911 et termine la Première Guerr (...)
  • 4 Au même moment, Rommel écrit des propos très durs envers les troupes italiennes : « Quand l’artill (...)
  • 5 En anglais dans le texte.

43 mai. Mussolini me fait lire un ordre du jour que Rommel3 a adressé à nos généraux de division en Libye, dans lequel il les menace des tribunaux militaires. Il semble qu’un certain malaise en a résulté et il serait étrange qu’il n’en soit pas ainsi4. Il en est de même en Albanie, où notre armée s’est heurtée jusqu’à un certain point à de véritables obstructions allemandes, et le feeling5 de ressentiment envers nos alliés est notable. Le Duce s’en rend compte et charge Farinacci de rédiger une lettre pour Hitler afin d’attirer son attention sur ce qui s’est passé. Il a choisi Farinacci car il n’a pas de situation officielle et qu’il n’y a pas de doute possible sur sa germanophilie.

  • 6 Dans son rapport, Casertano rapporte les propos de Pavelic au sujet de Spolète : « Le centre-ville (...)
  • 7 L’ambassadeur italien écrit dans son rapport du 1er mai : « Par conséquent, il conviendrait, dans (...)

54 mai. Casertano communique que même Spolète peut nous revenir au prix de quelques concessions sur l’administration de la ville6. Le Duce est content. Il semble maintenant que Pavelic veuille avoir une rencontre préalable avec le Duce. Je préfèrerais que l’on arrive sans trop tarder à la conclusion d’un accord, d’autant plus que l’attitude allemande envers nous, à propos de la Croatie, est tout sauf claire. Alfieri fait continuellement retentir la sonnette d’alarme depuis Berlin et estime nécessaire une rencontre entre Hitler et Mussolini pour fixer les principaux points de nos revendications7.

  • 8 Dans ce discours au Reichstag, Hitler prédit un « Reich de 1 000 ans ».

6Long discours d’Hitler. Je ne le connais pas encore. Mais Mussolini, qui l’a entendu, le juge avec froideur et dit que c’est un discours qui pouvait très bien et peut-être utilement ne pas être prononcé8.

  • 9 Il est vrai que le Führer tend à disculper l’Italie de ses responsabilités dans l’intervention all (...)

75 mai. La lettre de Farinacci pour Hitler ne partira pas. Le Duce est satisfait des déclarations du Führer9 et il était mécontent de l’introduction de la lettre de Farinacci qui avait exalté sa propre œuvre en Albanie.

8L’entretien entre Mussolini et Pavelic est prévu pour après-demain. Ils le feront à un poste-frontière le plus proche possible de Zagreb, car il semble peu prudent que Pavelic s’éloigne trop de sa capitale. Le Duce a fait cesser l’agitation dalmate menée par les habituels zélateurs, dont beaucoup sont de mauvaise foi, dans le but de créer une attente que les événements risqueraient de décevoir.

9Le discours d’Hitler a été – comme d’habitude – un beau discours. L’art oratoire de cet homme me plaît toujours plus. Il est fort et persuasif. Cependant, ce discours a présenté le bilan et non les prévisions. Tous ceux qui, sur la base de ses déclarations précédentes, ont cru la fin de la guerre pour 1941, ont eu une grande désillusion. Pour ma part, je ne me suis jamais nourri de ces espérances.

  • 10 Les paroles et les plumes s’envolent au vent. En espagnol dans le texte.

10Sur conseil du Duce, j’ai écrit une lettre à Serrano Súñer. Félicitations pour son discours et conseils de soutien intransigeant en faveur de l’axe. Palabras y plumas el viento las lleva10.

  • 11 Monfalcone est une ville de la province de Gorizia, en Vénétie Julienne, à proximité de la frontiè (...)

116 mai. Départ pour Monfalcone11. Dans le train, Mussolini est plutôt pensif. Nous parlons longuement des perspectives de la guerre. Je ne peux pas dire qu’il ait – maintenant qu’il a renoncé à sa vision optimiste d’une fin rapide de la guerre – une idée claire du futur. Je lui expose quelques-unes de mes considérations parmi lesquelles une paix de compromis que nous devrions considérer comme un événement favorable, surtout maintenant que nous avons notre butin. Il semblait être d’accord, d’autant plus que quelques récents événements, surtout les frictions qui ont eu lieu en Grèce avec les troupes allemandes, lui ont ouvert les yeux sur bien des choses.

  • 12 Mussolini et Pavelic parviennent à l’accord suivant : « Les districts de Castua, Sussak, Čabar, le (...)
  • 13 . Le 11 février 1918, une flottille italienne commandée par Costanzo Ciano et Gabriele D’Annunzio a (...)

127 mai. Nous arrivons à Monfalcone. Journée brumeuse et froide. Pavelic est escorté par quelques voitures emplies d’oustachis, ce qui donne à son voyage un étrange caractère de Far West. Nous le recevons dans une petite pièce de la gare. Aucune nouveauté sensationnelle : ce qui avait été dit lors des précédents entretiens est confirmé, sauf quelques petits points pour lesquels Pavelic invoque la générosité du Duce. Celui-ci cède naturellement. On traite de l’union douanière et de quelques morceaux de territoires12. Pour ma part, je suis ferme sur Curzola et Buccari. Je veux qu’un monument soit élevé à la mémoire de mon père à Buccari13. La cérémonie de l’offre de la couronne aura lieu le dimanche 18.

13Dans le train, Mussolini est de bonne humeur et loquace. Il se déclare satisfait des résultats obtenus et polémique avec ceux qui réclamaient une solution radicale en Dalmatie en négligeant le problème croate. Il est particulièrement divertissant quand il me décrit longuement le monde socialiste italien. Tous les hommes de cette époque revivent dans sa description colorée : « Ils étaient des bourgeois, conclut-il, qui avaient horreur du prolétariat et craignaient une chose : la révolution. » Il va régler la question des commandements dans l’armée et liquidera Guzzoni.

148 mai. Par l’intermédiaire d’Acquarone, j’informe le Roi des résultats obtenus. Il décide de partir pour l’albanien demain matin. Acquarone dit que le duc de Spolète est fier du devoir qui l’attend mais très préoccupé de perdre sa liberté. Quand on le chercha afin de lui communiquer la nouvelle, il ne fut possible de le retrouver que 24 heures après, dans un hôtel de Milan où il s’était caché en compagnie d’une jeune fille.

15Mussolini donne des nouvelles au Conseil des ministres de ce qui a été fait et de ce qui se fera. Le consensus semble complet et fervent.

16Départ pour Tirana où je recevrai le Roi.

179 mai. À Tirana. L’atmosphère est bonne : les soldats sentent toujours plus que ce fût l’effort italien qui a affaibli la Grèce et ils en sont fiers.

1810 mai. Arrivée du Roi. Mauvais temps, froid et pluvieux, ce qui n’empêche pas que les rues soient remplies de gens sincèrement enthousiastes. Le Roi est de très bonne humeur et ému. Il ne pensait pas trouver l’Albanie si avancée et fertile. Dans son esprit, il y avait surtout le souvenir d’un pierrier aride et dur qu’est le Monténégro. Il éprouve cependant pour ce dernier une grande affection, au point qu’il voudrait lui rendre ses frontières de 1914. Je ne crois pas cela possible. Les albanais s’insurgeraient violemment contre toute décision de ce genre. Tout ce que nous pouvons faire est de contenir leurs ambitions qui vont désormais jusqu’à Antivari et au-delà.

19Le Roi a été très courtois avec moi. Il a plusieurs fois répété que j’ai « fabriqué » l’Albanie et tenait visiblement à me prouver sa sympathie. Inversement, il a été froid avec Cavallero qui a accusé le coup et n’a pas caché son ressentiment. J’ai dû beaucoup m’employer pour le faire inviter au déjeuner et je l’ai fait parce que l’exclusion de Cavallero aurait donné lieu à nombre de commentaires.

2011 mai. Toutes les cérémonies se sont bien passées. Une réception a eu lieu en soirée pour l’inauguration du palais royal. Huit briquets, une boîte en argent et 60 couverts ont disparu. Ce n’est pas mal pour les débuts de la société de Tirana.

  • 14 Roi de Piémont-Sardaigne de 1831 à 1849. Arrière-grand-père de Victor-Emmanuel III.
  • 15 Roi de Piémont-Sardaigne de 1849 à 1861, puis d’Italie de 1861 à 1878.

21Acquarone m’a parlé de la situation économique personnelle du Roi. Comme tout le monde, je le croyais richissime. En fait, il ne l’est pas : il possède entre 25 et 30 millions. Même les bijoux sont biens de la Couronne et sont liés au majorat créé par Charles-Albert14 pour sauvegarder la famille de la prodigalité de Victor-Emmanuel II15, qui mourût criblé de dettes. Le Roi donne un chèque mensuel de 20 000 lires à chacun de ses enfants et garde pour lui 100 000 lires. Il est préoccupé par les dépenses de son fils qui « aura toujours des problèmes d’argent comme son grand-père ».

22Je rentre en avion à Bari et poursuis en train vers Rome.

2312 mai. Mussolini était irrité car le Roi, à Tirana, avait présidé le Conseil des ministres. Il s’est assagi seulement lorsque je lui ai expliqué que plus qu’un Conseil, il s’était agi d’une signature royale.

  • 16 L’Allemagne et l’Italie ont demandé conjointement au gouvernement japonais de faire connaître, ava (...)
  • 17 Iosuke Matsuoka, licencié de l’université de l’Oregon, entre au service de la diplomatie japonaise (...)

24Les allemands ont fait – et nous nous y sommes associés – une démarche envers Tokyo afin d’inviter le Japon à prendre une nette position antiaméricaine16. Matsuoka17 ne cache pas une grande sympathie et beaucoup d’égards pour les États-Unis. Phillips, que j’ai vu aujourd’hui, n’exclut pas une prochaine intervention de son pays et, comme toujours, parle d’une très longue guerre. Même le Duce, qui avait toujours parlé d’une guerre éclair, croit maintenant à une guerre longue et parle de 1948. Tout ceci à cause d’une information donnée par Forzano – ce bouffon de Forzano – qui, à Athènes, aurait parlé avec le maréchal List. Mais est-ce vrai ?

25Un étrange communiqué allemand annonce la mort en vol de Hess. Je ne cache pas mon scepticisme sur la véracité de cette version et peut-être de la mort elle-même. Il y a quelque chose de mystérieux, quoiqu’Alfieri ait confirmé la thèse de l’accident.

  • 18 Vers 18 heures, le samedi 10 mai, Hess décolle de l’aéroport d’Augsbourg à bord de son Messerschmi (...)

2613 mai. L’affaire Hess se teinte de mystère. Le remplaçant d’Hitler, le second désigné, l’homme qui avait depuis 15 ans la plus puissante organisation allemande entre ses mains, a atterri en Écosse. Il a fui après avoir laissé une lettre pour Hitler. À mon avis, l’affaire est très grave : la première victoire des anglais. Le Duce, dans un premier temps, a cru qu’Hess était tombé alors qu’il se rendait en Irlande afin de fomenter une révolte. Mais il a bien vite abandonné cette thèse et partage le jugement sur l’importance de l’événement18.

  • 19 Concernant l’affaire Hess, Otto Schmid, premier conseiller du ministère allemand des affaires étra (...)

27Ribbentrop arrive à Rome à l’improviste. Il est abattu et nerveux. Il veut s’entretenir avec le Duce et avec moi pour des motifs variés, mais la véritable raison est qu’il entend nous mettre au courant de l’affaire Hess dont désormais toute la presse mondiale s’est emparée. La version officielle est qu’Hess, malade physiquement et mentalement, a été victime d’une hallucination pacifiste et est allé en Angleterre pour faciliter le début de négociations de paix. Aussi n’est-ce pas un traître et il ne parlera pas. Toute chose qui sera dite et imprimée en son nom sera un faux19. Le discours est cousu de fil blanc : les allemands veulent prendre les devants avant qu’Hess ne parle et révèle des choses qui pourraient faire une grande impression chez nous. Mussolini a réconforté Ribbentrop mais m’a dit, par la suite, qu’il considère l’affaire Hess comme un coup dur pour le régime nazi. Il a ajouté qu’il en a été content car cela va faire baisser les actions allemandes, y compris aux yeux des Italiens.

28Repas chez moi avec Ribbentrop et ses collaborateurs. Les allemands ont généralement un ton déprimé. Ribbentrop répète ses slogans contre l’Angleterre avec cette monotonie qui le fait définir par Goering comme « le perroquet de l’Allemagne ».

29Il paraît que Bismarck, qui déteste Ribbentrop, a souligné chaque phrase de son ministre par des coups de pied à Anfuso et a dit à la fin : « Il est tellement imbécile que c’est un miracle de la nature. »

3014 mai. Ribbentrop est parti après avoir pris congé de Mussolini lors d’un bref entretien au palais de Venise. Pour le moment, l’affaire Hess n’a pas eu de développement. La radio anglaise dit qu’il passe son temps à écrire, ce qui préoccupe Ribbentrop. Lorsque le quadrimoteur a décollé, Bismarck a dit à Anfuso : « espérons qu’ils s’écrasent et crèvent tous, mais pas ici car nous aurions une journée de travail désagréable ! » Voilà ce qu’est la solidarité nationale allemande !

  • 20 Service d’information militaire.

31En attendant, les choses ne vont pas comme elles le devraient avec le Japon et pire encore avec la Russie. Même Ribbentrop a évité de donner une réponse précise à une question du Duce et a dit que si Staline n’était pas prudent, « la Russie serait liquidée en trois mois ». Le chef du SIM20, suite à des nouvelles venant de Budapest, dit que la décision de l’attaque serait déjà prise et débuterait le 15 juin. Hongrois et Roumains collaboreraient. Cela est possible. Mais c’est un jeu dangereux et sans but précis me semble-t-il. L’histoire de napoléon se répète.

32Long entretien avec le duc de Spolète. Il est fier d’avoir été désigné roi de Croatie, mais il n’a pas une idée précise de son devoir et est vaguement impressionné. J’ai souligné qu’il sera un lieutenant général couronné dans l’empire fasciste. Dans tous les cas, il sera nécessaire de lui tenir les rênes bien en main.

  • 21 Dans son rapport du 13 mai, Alfieri écrit : « Loin d’être diminuées, l’impression et l’émotion pro (...)

3315 mai. Contrairement aux prévisions, la propagande anglo-américaine est assez modérée sur le cas Hess. Les seuls documents vraiment nuisibles sont des communiqués allemands confus et réticents. Alfieri écrit que le désarroi berlinois est au maximum dans tous les milieux : il relève que les allemands, s’ils sont efficaces et durs pour porter des coups, sont de mauvais encaisseurs dans l’adversité21.

34Long entretien avec le prince de Piémont. Quoiqu’il ait été personnellement courtois avec moi, j’ai cependant ressenti beaucoup d’amertume dans son état d’esprit. Lui – toujours si prudent – a critiqué ouvertement le système et la presse en particulier. Il vit dans le milieu militaire et a absorbé ces derniers mois une bonne dose de poison qui a fait effet. Il ne sait pas encore discerner, ni faire une synthèse : il n’a pas l’expérience, ni la pénétration de son père, mais j’estime qu’il est largement supérieur à sa réputation. Il s’est souvenu ce que j’avais prévu – voici deux ans – des développements de la question croate.

3516 mai. Temps d’attente dans le cas Hess. Même la presse anglaise fait allusion à une mystérieuse mission de paix et va jusqu’à parler d’un accord préventif entre Hitler et son bras droit. Ceci contraste avec les déclarations de Ribbentrop et la nervosité allemande qui ne décroît pas.

  • 22 Allusion au favori du tsar Nicolas II et de la tsarine alexandra, accusé de profiter de son ascend (...)
  • 23 Le 17 mai, Starace est démis de ses fonctions de chef d’état-major de la Milice. L’influence de l’ (...)

36Augusto Moschi, neveu de donna Rachele, qui a longtemps tenu les clés de la puissante tante, est venu me voir. Il est maintenant dépossédé et l’usurpateur est l’ingénieur Pater, constructeur de maisons en sciure et carton. Moschi attaque violemment Pater et l’accuse d’avoir perturbé la paix de la villa Torlonia avec des intrigues et des méfaits de toutes sortes. Un Raspoutine22 en miniature qui profite de son ascendant pour en tirer un avantage personnel. Peut-être Moschi exagère-t-il, mais il y a quelque chose de vrai. edda, qui est intelligente et sans préjugé, m’avait signalé l’étrange rôle de Pater auprès de sa mère voici quelques mois et avait conclu : « C’est un effet de la ménopause. » Depuis quelques mois, donna Rachele est inquiète, défiante et s’occupe à la manière d’un policier de choses qui ne la regardent pas. Il paraît qu’elle va faire des contrôles déguisée en maçon, en paysanne et Dieu sait quoi. Tout ceci finira par une formidable échauffourée à laquelle il serait bon ne pas être mêlé. C’est peut-être à l’influence de Pater – ennemi irréductible de Starace – que celui-ci doit son éminente et imméritée liquidation23. Un des principaux motifs que le Duce a donnés pour me l’expliquer est qu’il avait su par sa femme que Starace envoyait en promenade ses quatre chiens avec un milicien. « L’Italie, a dit Mussolini, a encore trop en mémoire les chiens de D’Annunzio pour supporter ceux de Starace. »

3717 mai. Un incident au moment du départ du Roi de Tirana a un peu perturbé un voyage bien réussi. Un garçon de 19 ans, nommé Mihailoff, d’origine gréco-macédonienne, a tiré quelques coups de feu au passage de la voiture royale. Il semble qu’il soit à moitié déséquilibré et qu’il ait voulu ainsi manifester son indignation pour ne pas avoir été pris en considération, en tant que poète, par les autorités locales. Inutile de dire que ses poèmes valent beaucoup moins que les quelques lires qu’il a reçues à plusieurs reprises. Le Roi n’a pas donné d’importance à la chose et est resté très calme. Il paraît même qu’il a dit à Verlaci, qui était assis à ses côtés : « Ce garçon tire bien mal. »

38Starace a reçu la nouvelle de sa destitution et je dois dire que rien n’a été fait pour rendre le coup moins dur. Il est venu me voir. Il était triste et figé dans sa douleur. À moins que des éléments ne m’échappent, la liquidation de Starace, et plus encore la manière avec laquelle elle a été accomplie, est injuste.

  • 24 Les accords italo-croates du 18 mai prévoient un traité concernant la délimitation des frontières (...)

3918 mai. Arrivée des Croates, Pavelic en tête. Ils sont de bonne humeur et cordialement disposés, plus que ne l’étaient les albanais quand ils vinrent offrir la couronne. Le cérémonial est plus ou moins le même que celui pour l’Albanie. Pas grand monde dans les rues et ambiance froide. Peu de personnes réalisent l’importance de l’événement. Quand Sa Majesté a désigné le duc de Spolète et que les délégués l’ont vu, il y eût parmi eux un murmure d’approbation. Espérons la même chose quand ils l’auront entendu parler ! Tout s’est déroulé normalement, même pour la signature des actes dont le contenu politique est apparu, pour ceux qui en ont pris connaissance, supérieur à ce qui était attendu24. Reste à voir si ce que nous avons construit sera définitif. Peut-être est-ce une impression erronée de ma part mais j’ai le sentiment que cela ne durera pas. C’est pour cela que le public est indifférent. Une seule nouvelle aurait illuminé le pays tout entier : la conclusion de la paix.

40Pavelic est assez sûr de son fait et, aujourd’hui, il est calme et modeste comme au temps de son exil à Rome. Il demande des choses de seconde importance qui nous conviennent et qui consolident sa position. En soirée, après un habituel repas à la Cour, formel et ennuyeux, la délégation croate part.

4119 mai. Je fais au Duce deux propositions de nominations : Volpi comme président de la commission économique italo-croate et Bastianini comme gouverneur de Dalmatie. Ils sont acceptés tous les deux et je crois que le public accueillera ces noms avec ferveur.

42Les événements d’hier, diffusés seulement aujourd’hui par la presse, rencontrent une large faveur, mais aucune manifestation de cet enthousiasme que l’on aurait été en droit d’attendre en d’autres circonstances.

  • 25 Lieu d’importants combats entre Grecs et Italiens pendant la campagne de Grèce.

43Je vois Bottai. Il est cordial et, je crois, sincère. Il aspire à laisser le ministère de l’Éducation nationale, qu’il supporte désormais depuis longtemps sans qu’il ne lui donne aucune satisfaction. Je pense qu’au fond de lui-même, il a l’ambition de devenir ambassadeur à Berlin. Il serait certainement bon. Mais, au moins pour le moment, ce n’est pas la peine d’en parler : je ne voudrais pas faire de la peine à Alfieri même s’il ne savait pas hier – après six mois de guerre avec la Grèce – ce qu’était Florina25.

  • 26 Depuis 1932, Mussolini a une liaison suivie avec Claretta Petacci, plus jeune de près de 30 ans.

44Le Duce, me parlant de Bismarck, s’est longuement étendu sur le fait que, grand et puissant comme il l’était, il avait une intense vie sentimentale et « écrivait des lettres de collégien ». Dans les propos du Duce, il n’était pas difficile de discerner un intérêt que je qualifierais de personnel pour cet aspect de la vie du Chancelier de Fer26

4520 mai. Pavelic a trouvé à Zagreb une situation assez bonne. On ne pouvait demander plus.

46Bastianini sera gouverneur de Dalmatie. Il est prudent, honnête et fidèle.

47Cavallero me renseigne sur ses intentions. Elles sont bonnes. Il entend liquider Guzzoni, le général aux cheveux teints, et c’est une décision heureuse.

4821 mai. J’accompagne Mazzolini chez le Duce pour résoudre la question monténégrine, laquelle a été compliquée par l’intérêt sentimental que la famille royale lui porte. Il paraît que l’idée de placer le prince Michel sur le trône ne plaît guère : je ne le connais pas, il a épousé une Française et a vécu jusqu’à maintenant des subsides de Belgrade. Par contre, le consensus se ferait autour de la Reine. Celle-ci devrait ceindre la couronne des Petrovitch. Une telle solution me satisferait également car elle nous permettrait de tenir bien en main le pays. Pour le moment, le Roi est récalcitrant. Aussi, nous avons envoyé Mazzolini lui expliquer la situation et nous espérons qu’il donnera son accord. Le Roi voudrait restaurer le Monténégro dans ses frontières de 1914. Ceci est impossible. L’albanie serait en ébullition et nous savons, par expérience, combien est grande l’amertume que provoque une trahison de la part d’un allié. Versailles a été une leçon.

49Pavelic a fait son premier discours à Zagreb qui, à en juger par les premiers résumés de la presse, semble bon. On dit qu’il est un formidable orateur.

50Grandi est revenu au bercail avec des affirmations solennelles de dévotion et d’humilité franciscaine. C’était prévisible.

5122 mai. Le Roi continue à s’opposer à ce que la Reine accepte la couronne monténégrine et désigne le fils du prince Roman, également fils d’une Petrovitch. Nous espérons que le fils soit meilleur que le père, qui est le prototype du crétin. De plus, il est aphone. Mazzolini tentera de parler de ceci à Cetinje, mais n’estime pas possible que l’idée puisse être écoutée avec faveur pour la simple raison que tous ignorent l’existence de ce brave garçon.

5223 mai. À la campagne pour voir Maman. Je la trouve plutôt bien, ce qui me donne une grande joie.

  • 27 Umberto Rodinis est l’administrateur du Telegrafo, journal de Ciano.

53Puis à Livourne. Quoique la ville ait toujours été fidèle, Rodinis27 me dit que les derniers événements n’ont pas suscité l’enthousiasme. Lui qui évalue toute chose à la vente du journal répète que le tirage n’a pas varié ni pour la Dalmatie, ni pour la Croatie.

5424 mai. Aucune nouvelle importante.

5525 mai. Le Duce – à la suite des continuelles pressions de Riccardi – a décidé l’éloignement de Giannini de la direction des affaires commerciales. Claudius est intervenu en sa faveur par une démarche courtoise mais ferme, disant entre autres que l’éloignement de Giannini rendrait plus complexe l’accord sur le pétrole. Riccardi est indigné et appelle cela du chantage. Néanmoins, le Duce a révoqué l’ordre et Giannini est resté à son poste.

  • 28 Filippo Anfuso.

56Bismarck a fait comprendre à Filippo28 que les allemands possèdent nos chiffres et lisent nos télégrammes. C’est bon à savoir : à l’avenir, ils liront ce que je voudrais leur faire lire.

5726 mai. Le Roi, par l’intermédiaire d’Acquarone, fait savoir que le prince Roman ne veut pas du trône monténégrin. Il est donc nécessaire de revenir à Michel qui vit sur les bords du lac de Constance. Si lui aussi refuse, nous penserons à une régence. Franchement, je n’aurais pas cru devoir dépenser tant d’énergie pour un pays comme le Monténégro.

  • 29 À partir du 20 mai, les allemands mènent une opération aéroportée afin de s’emparer de la Crète te (...)
  • 30 Baptisé en avril 1939 et orgueil de la flotte allemande de haute mer, le cuirassé Bismarck quitte (...)

58Aucune nouvelle politique. En Crète, les opérations militaires se déroulent bien29 et il y a un grand écho dans le monde à la suite de la victoire navale du Bismarck30 à propos duquel Otto – à qui il ne plaît guère que le nom de son grand-père soit mêlé à cette lutte anti-anglaise – prévoit que, poursuivi par le King George, il paiera cher son aventure.

  • 31 Famille de la maîtresse du Duce.
  • 32 En anglais dans le texte.
  • 33 Cette note est confirmée par le Journal de Bottai : « Je lui dis que les Slovènes ne supportent pa (...)

59Je vois Bottai. Comme tous ceux qui reviennent de Slovénie, il est très antiallemand. Il parle également avec pessimisme de la situation intérieure qui serait, selon lui, caractérisée par la formation de deux groupes pour ainsi dire illégaux qui exerceraient une forte et dangereuse influence sur le Duce. D’une part donna Rachele – Pater (et on en parle un peu partout), de l’autre la famille Petacci31 avec ses acolytes. Comme tous les outsiders32, ces personnes luttent contre ceux qui détiennent une partie du pouvoir de manière légale et constitutionnelle, et c’est ainsi que Bottai explique l’attitude froide et quasi hostile que Mussolini a prise envers les hiérarques. L’affaire Starace a fait une forte impression sur le vieux fascisme, y compris parmi les ennemis de Starace, car chacun reconnaît une menace directe dans cette justice sommaire et non motivée. Peut-être Bottai voit-il un peu trop la situation en noir, mais il est indéniable qu’un net sentiment de malaise existe dans les milieux fascistes33.

  • 34 Le Bismarck est pris en chasse par le King George V, le Rodney, le Renow, le Sheffield et l’Ark Ro (...)

6027 mai. Le Bismarck a été coulé34. L’événement est important pour la répercussion qu’il aura aux États-Unis, où on le verra comme une preuve que la mer est le domaine des anglo-Saxons. Alfieri est arrivé. On ne peut pas dire qu’il soit pessimiste, mais il n’a plus l’optimisme d’antan. Il dit : « La guerre est gagnée. Il suffit seulement de trouver un moyen pour la terminer. » La formule est périlleuse. Mussolini est toujours de mauvaise humeur et a un ressentiment contre l’armée. Ce matin, « il aurait voulu descendre de voiture pour mettre à pied les officiers se rendant au ministère de la Guerre tant ils étaient indignes de revêtir l’uniforme ». Dans l’après-midi, il a téléphoné afin d’accélérer les négociations avec la Russie qui devrait nous fournir un peu de pétrole, sinon, d’ici peu, « nous serons contraints de mettre pied à terre ».

  • 35 Le général Antonio Scuero remplace le général Guzzoni. Il a commandé la division d’infanterie Cagl (...)

6128 mai. Cavallero a désormais pris en main de manière décidée les affaires militaires. D’après ce qu’il me dit, je comprends que les sous-secrétaires aux affaires militaires ne seront que les intendants du matériel et du personnel des divers ministères. Cela est très bien. J’ai également reçu Scuero, nouveau sous-secrétaire à la Guerre35. C’est un soldat probe, timide et modeste, très surpris de la charge qui lui est tombée dessus. Après sa nomination, il a pleuré devant Cavallero car il a la phobie de parler en public et considère qu’il y a un public à partir de plus de trois personnes.

  • 36 Le président Roosevelt prend la parole à la Maison-Blanche devant les ambassadeurs de tous les Éta (...)

62Discours de Roosevelt36. Un document très fort, même s’il ne précise pas ses intentions. Mussolini s’est déchaîné contre Roosevelt en disant « que dans l’histoire, on n’a jamais vu un peuple conduit par un paralytique. Il y eût des rois chauves, gros, beaux, voire stupides mais jamais un roi qui, pour aller aux toilettes ou à table, a besoin d’être soutenu par d’autres hommes ». Je ne sais pas si cela est historiquement exact, mais il est certain que la personne pour qui le Duce a, pour le moment, le plus d’hostilité est Roosevelt.

6329 mai. J’ai accompagné Alfieri chez le Duce qui lui a demandé des nouvelles à propos de l’affaire Hess. Je dois dire qu’à en juger par les réponses, il n’en savait pas grand-chose. (Alfieri a été le seul à prendre au sérieux le premier communiqué et s’est précipité pour télégraphier à Hitler ses condoléances « pour la perte de son collaborateur préféré » !) Le Duce a dit qu’à son avis, le ton des relations italo-allemandes a un peu baissé et il en a pris prétexte pour répéter que l’Italie est indispensable à l’Allemagne et pour exalter notre apport, y compris militaire, à la guerre.

64Visite du duc de Spolète. Il veut amener Guariglia avec lui à Zagreb, ce qui me paraît être un excellent choix. Il ne m’a rien dit d’important, mais la tonalité de son discours était nettement antiallemande.

65J’ai déjeuné avec Acquarone qui, avec beaucoup de réserve, m’a mis en garde à propos de Cavallero « qui – selon le Roi – a une tendance à se donner trop d’importance et qui nourrit des ambitions exagérées ». Il a également dit que le Roi penserait à nommer le Duce chancelier et moi-même président du Conseil, désireux de créer ainsi un système de continuité. Mais Mussolini ne voudra pas en entendre parler.

  • 37 Le 10 avril, le régent Abdelilah, probritannique, est remplacé suite à un coup d’État par l’ancien (...)

6630 mai. Les nouvelles d’Irak ne sont pas bonnes et, pire, nos avions ne sont pas encore intervenus depuis un mois que le conflit a commencé37. Voici, s’il en était besoin, une nouvelle preuve de l’impréparation de notre aviation. Les choses vont par contre mieux en Crète où la liquidation des anglais semble imminente. Mussolini parle d’une opération sur Chypre mais je sais que l’ambassade d’Allemagne est très sceptique.

  • 38 Le 7 mai, le duc d’Aoste et 7 000 soldats italiens, encerclés sur le massif d’Amba Alagi, se rende (...)

67Mussolini a fait une violente sortie antiallemande à propos de l’ingérence allemande à Zagreb. « Qu’ils nous laissent tranquilles, a-t-il dit, et qu’ils se rappellent que nous avons perdu un empire pour eux. J’ai une épine dans le cœur par le fait que la France battue a son empire intact et que nous avons perdu le nôtre38. » Ceci explique la mauvaise humeur du Duce. Il était très attaché à l’Éthiopie qu’il appelait « la perle du Régime » et aux années 1935 et 1936, dites « les années Romantiques du Fascisme ». Maintenant, il cherche à se consoler en préparant la reconquête de l’empire, mais il est le premier à se rendre compte de ce que cela a d’aléatoire et de difficile.

68Bottai disait aujourd’hui que Roosevelt est le vrai dictateur : notre système – comme ceux qui ont fleuri sur les bords de la Méditerranée – serait plutôt la tyrannie. Il est toujours plus sceptique sur l’évolution de la chose publique en Italie.

6931 mai. Hitler a fait savoir qu’il désire conférer avec le Duce au plus vite : demain ou après-demain. Le Duce n’apprécie ni l’invitation, ni la manière : « J’en ai assez d’être convoqué par un coup de sonnette », mais il a fixé le rendez-vous pour après-demain au Brenner. Il n’a pas été fait allusion à l’objet de la visite mais, à première vue, je crois que l’on va traiter de la France ou de la Russie.

  • 39 Apuania est le nom, depuis 1938, de la province de Massa-Carrara (on revient à la dénomination tra (...)

70Sebastiani a été liquidé par Mussolini, qui a motivé la chose par l’hostilité familiale envers son secrétaire, à qui on a également reproché la construction d’une villa à Rocca di Papa (ceux qui la connaissent parlent d’une maison plutôt modeste). En réalité, Sebastiani a été également victime de la campagne menée contre lui par donna Rachele, campagne exagérée même si elle n’est pas totalement infondée (moi-même, je connais avec précision les noms des personnes de qui Sebastiani avait reçu de l’argent pour favoriser l’implantation d’une industrie à Apuania39).

71Galbiati – qui remplace Starace – me fait sa visite officielle. Il interprète la fonction de la Milice plus comme une garde de la Révolution que comme une force armée, et il agira en ce sens.

72Je sais par Bottai que le Duce est exaspéré par la publication faite par la revue Minerva de Turin d’une devise de je ne sais quel philosophe grec ainsi formulée : « aucun malheur plus grand ne peut arriver à un pays que celui d’être gouverné par un vieux tyran. »

Notes

1 Ancien maire, podestà et préfet d’Ancône, Alfredo Felici est sénateur depuis 1934.

2 Il s’agit de Paolo Badoglio. Alessandro Pavolini, ministre de la Culture populaire, donne la consigne à l’agence Stefani que la nouvelle soit publiée en pages intérieures des journaux sans commentaire.

3 Né en 1891, Erwin Rommel entre à l’école de Guerre de Dantzig en 1911 et termine la Première Guerre mondiale comme capitaine. Général en 1939, il reçoit le commandement de la 7e Panzerdivision qui se distingue lors de la campagne de France en mai et juin 1940. En février 1941, Hitler confie à Rommel le commandement de l’Afrikakorps chargé de soutenir les Italiens en Libye. Sur Rommel, Lemay Benoît, Erwin Rommel, Perrin, Paris, 2009.

4 Au même moment, Rommel écrit des propos très durs envers les troupes italiennes : « Quand l’artillerie anglaise battait le terrain, les soldats italiens se précipitaient sous leurs véhicules et leurs officiers devaient renoncer à les faire sortir de leurs cachettes. […] Les Italiens étaient maintenant en proie à un complexe d’infériorité, ce qui n’avait rien d’étonnant. […] Bien des officiers italiens n’avaient vu dans la guerre qu’une agréable aventure, et leur déception était amère. » Dans Rommel Erwin, La Guerre sans haine. Carnets, nouveau Monde, Paris, 2010, p. 171-174.

5 En anglais dans le texte.

6 Dans son rapport, Casertano rapporte les propos de Pavelic au sujet de Spolète : « Le centre-ville et les faubourgs à l’Italie, […] une administration communale croate, […] la justice serait administrée pour la minorité italienne par des tribunaux italo-croates. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 54, p. 53.

7 L’ambassadeur italien écrit dans son rapport du 1er mai : « Par conséquent, il conviendrait, dans un suprême intérêt et une inéluctable nécessité, qu’à l’occasion d’une prochaine rencontre, le Duce, traitant directement et personnellement avec le Führer, illustre les problèmes italiens et demande de manière précise leur pleine satisfaction. […] Car tout ce qui reste dans le vague, l’imprécision et est renvoyé à plus tard, joue fatalement et gravement contre nos intérêts. » Dans Ibid., doc. no 39, p. 39.

8 Dans ce discours au Reichstag, Hitler prédit un « Reich de 1 000 ans ».

9 Il est vrai que le Führer tend à disculper l’Italie de ses responsabilités dans l’intervention allemande contre la Grèce : « J’affirme catégoriquement que cette action n’était dirigée que contre la Grèce. Le Duce ne m’a pas demandé de placer une seule division allemande à sa disposition […]. Pour cette raison, la concentration des forces allemandes ne visait pas à aider les Italiens contre la Grèce. C’était une précaution contre les tentatives des Britanniques pour s’établir dans les Balkans. » Dans Bullock Alan, Hitler ou les mécanismes de la tyrannie. 2 : L’apogée et la chute, Marabout, coll. « Marabout université » (no 28), Verviers, 1980, p. 227.

10 Les paroles et les plumes s’envolent au vent. En espagnol dans le texte.

11 Monfalcone est une ville de la province de Gorizia, en Vénétie Julienne, à proximité de la frontière slovène.

12 Mussolini et Pavelic parviennent à l’accord suivant : « Les districts de Castua, Sussak, Čabar, les îles de Veglia et Arbe, les petites îles au voisinage de Ianblanazzo, toutes les îles devant Zara, l’arrière-pays de Zara de la pointe de Previaca jusqu’au canal de la Morlacca, […] tout le territoire de Sebenico et de Traù, avec les îles de Tirona, Solta, Lissa, Bisevo, San Andra, Pomo, la ville de Spolète et ses faubourgs avec les îles de Curzola et Meleda mais excluant celles de Brazza, Lesina sont placés sous la souveraineté italienne. Concernant la ville de Spolète et de ses faubourgs sera stipulée une convention relative à l’organisation administrative. Le district comprendra les bouches de Cattaro. La délimitation des frontières sera effectuée par des commissions militaires italienne et croate désignées à cet effet. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., note 1, p. 65.

13 . Le 11 février 1918, une flottille italienne commandée par Costanzo Ciano et Gabriele D’Annunzio attaque des navires austro-hongrois dans la rade de Buccari.

14 Roi de Piémont-Sardaigne de 1831 à 1849. Arrière-grand-père de Victor-Emmanuel III.

15 Roi de Piémont-Sardaigne de 1849 à 1861, puis d’Italie de 1861 à 1878.

16 L’Allemagne et l’Italie ont demandé conjointement au gouvernement japonais de faire connaître, avant de l’adresser à Washington, la réponse au sujet d’une ouverture de négociations américano-japonaises. Le ministre des affaires étrangères, Iosuke Matsuoka, a répondu par la négative pour des raisons de politique intérieure. Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. XII, the War Years (February 1 – June 22, 1941), Her Majesty’s Stationery office, Londres, 1962, doc. no 507, p. 794.

17 Iosuke Matsuoka, licencié de l’université de l’Oregon, entre au service de la diplomatie japonaise et la représente à la SDN. en 1933, il est chargé d’annoncer officiellement le départ du Japon de l’institution internationale. Il est ministre des affaires étrangères du 22 juillet 1940 au 18 juillet 1941.

18 Vers 18 heures, le samedi 10 mai, Hess décolle de l’aéroport d’Augsbourg à bord de son Messerschmitt 110. Après environ cinq heures de vol, il saute en parachute dans la campagne écossaise proche de Glasgow. Fait prisonnier, il demande à s’entretenir avec le duc d’Hamilton. Selon les termes de la lettre laissée pour Hitler, Hess souhaite trouver les conditions d’une paix avec la Grande-Bretagne. Il est emprisonné suite au refus de Churchill de négocier quoi que ce soit. En Allemagne, la thèse officiellement défendue par le régime est la maladie mentale de Hess, celui-ci ayant agi dans un moment de trouble.

19 Concernant l’affaire Hess, Otto Schmid, premier conseiller du ministère allemand des affaires étrangères, écrit dans son rapport de l’entretien entre Mussolini, Ciano et Ribbentrop : « À propos de l’affaire Hess, il [NDA : Ribbentrop] fît remarquer que le Führer et ses adjoints ont été stupéfaits par la nouvelle de l’aventure de Hess. C’était l’acte d’un fou. Depuis quelque temps, Hess souffrait d’une maladie de la vésicule biliaire et était tombé entre les mains d’hypnotistes et de naturopathes qui le laissèrent aller de mal en pis. […] Depuis des semaines, Hess avait entrepris secrètement des vols d’entraînement afin de réaliser des objectifs idéalistes. Toute déloyauté envers le Führer est à exclure. Son initiative peut s’expliquer par une certaine inactivité et un état émotif lié à sa maladie. » Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. XII, the War Years (February 1 – June 22, 1941), op. cit., doc. no 511, p. 797-798.

20 Service d’information militaire.

21 Dans son rapport du 13 mai, Alfieri écrit : « Loin d’être diminuées, l’impression et l’émotion produites par l’événement continuent d’augmenter. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 96, p. 90.

22 Allusion au favori du tsar Nicolas II et de la tsarine alexandra, accusé de profiter de son ascendant auprès du couple impérial.

23 Le 17 mai, Starace est démis de ses fonctions de chef d’état-major de la Milice. L’influence de l’urbaniste Dario Pater (responsable de la construction de nouveaux villages en Albanie), proche de donna Rachele au point que l’on a murmuré qu’il avait été son amant, est sans doute importante dans cette décision. C’est pourtant avec l’appui de Starace qu’il a construit une villa en papier mâché sur la via Laurentina. Mais leurs relations sont rapidement devenues exécrables. D’autre part, il semble que Starace paie ses critiques contre le fonctionnement du régime depuis qu’il a quitté son poste de secrétaire général du Parti et qu’il fait ouvertement, y compris devant le souverain.

24 Les accords italo-croates du 18 mai prévoient un traité concernant la délimitation des frontières entre les deux États, un accord militaire pour la zone adriatique, un traité de collaboration politique, un échange de notes à propos de l’administration de la ville de Spolète et de l’île de Curzola. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., note 2, p. 128.

25 Lieu d’importants combats entre Grecs et Italiens pendant la campagne de Grèce.

26 Depuis 1932, Mussolini a une liaison suivie avec Claretta Petacci, plus jeune de près de 30 ans.

27 Umberto Rodinis est l’administrateur du Telegrafo, journal de Ciano.

28 Filippo Anfuso.

29 À partir du 20 mai, les allemands mènent une opération aéroportée afin de s’emparer de la Crète tenue par 14 000 Grecs et 27 500 Britanniques et soldats de l’empire. Commandés par le général Kurt Student, les parachutistes allemands parviennent, après des combats très durs, à occuper l’île. La Royal Navy réussit à évacuer 15 000 hommes. Les Britanniques laissent 1 700 tués et 11 800 prisonniers. Les pertes allemandes sont également élevées : 6 000 morts et 180 chasseurs-bombardiers abattus. Sur la bataille de Crète, Clark Alan, La Chute de la Crète, Albin Michel, Paris, 1966.

30 Baptisé en avril 1939 et orgueil de la flotte allemande de haute mer, le cuirassé Bismarck quitte le port de Gdingen (actuellement Gdynia, en Pologne) le 18 mai. Accompagné du Prinz Eugen, il a pour mission de gagner l’atlantique. Au matin du 24 mai, il engage le combat contre les croiseurs britanniques Hood et Prince of Wales. Le premier est coulé, entraînant la mort de 1 416 officiers et marins britanniques, alors que le second est sérieusement endommagé.

31 Famille de la maîtresse du Duce.

32 En anglais dans le texte.

33 Cette note est confirmée par le Journal de Bottai : « Je lui dis que les Slovènes ne supportent pas l’absurde frontière qui coupe Ljubljana de sa région la plus vitale. “Il n’y a rien à y faire, répond-il. Les allemands nous ont communiqué la ligne de frontière par la petite porte.” Les raisons de la disgrâce de Starace sont toujours mystérieuses. La lettre du Duce lui disait qu’il n’était plus satisfait depuis quelque temps de son travail et qu’il se réservait de l’utiliser dans la reconquête de l’Afrique orientale. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 269.

34 Le Bismarck est pris en chasse par le King George V, le Rodney, le Renow, le Sheffield et l’Ark Royal. Le 27 mai, dans la matinée, à 400 milles de Brest, il est coulé après plusieurs heures de combat. 2 190 officiers et marins allemands meurent. 110 survivants sont recueillis par les Britanniques.

35 Le général Antonio Scuero remplace le général Guzzoni. Il a commandé la division d’infanterie Cagliari avant d’être nommé intendant des forces armées italiennes en Albanie.

36 Le président Roosevelt prend la parole à la Maison-Blanche devant les ambassadeurs de tous les États américains. Après avoir dénoncé le danger que représenterait une mainmise de l’Allemagne sur l’atlantique, il précise : « nos patrouilles aident maintenant à assurer la livraison du ravitaillement nécessaire à la Grande-Bretagne. Toutes les mesures additionnelles nécessaires à la livraison de ce ravitaillement seront prises. Toutes les nouvelles méthodes qui peuvent et doivent être utilisées sont actuellement mises au point par nos spécialistes militaires et navals qui, avec moi, feront le nécessaire pour qu’elles soient réalisées. » Dans Friedländer Saul, Hitler et les États-Unis. 1939-1941, Le Seuil, coll. « L’Histoire immédiate », Paris, 1966, p. 215.

37 Le 10 avril, le régent Abdelilah, probritannique, est remplacé suite à un coup d’État par l’ancien Premier ministre Rachid Ali al-Gillani, proche de l’Allemagne. Le 30 avril, des troupes irakiennes attaquent la base britannique d’Habbaniya. Churchill fait débarquer un corps expéditionnaire à Bassorah, pendant que des renforts arrivent de Palestine. Le 7 mai, le siège d’Habbaniya est levé. Le 30, les Britanniques entrent à Bagdad. Le lendemain, Rachid Ali s’enfuit en Iran (il rejoint ensuite Berlin, via Rome) et le régent Abdelilah est rétabli. La Grande-Bretagne tient toujours fermement le Moyen-Orient.

38 Le 7 mai, le duc d’Aoste et 7 000 soldats italiens, encerclés sur le massif d’Amba Alagi, se rendent aux Britanniques.

39 Apuania est le nom, depuis 1938, de la province de Massa-Carrara (on revient à la dénomination traditionnelle en 1946). Originaire de Massa, Oswaldo Sebastiani a favorisé des implantations industrielles dans sa région.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search