Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Avril

Texte intégral

  • 1 L’ancien leader nationaliste croate exilé en Italie est proclamé chef du gouvernement de la nouvel (...)
  • 2 Selon le Journal du général Ugo Cavallero, Ciano et le chef d’état-major se sont entretenus de l’o (...)

124 avril. Je reprends mon Journal. J’ai fixé un entretien avec Pavelic1 pour demain à Ljubljana. Il s’agit plus de voir ce que pensent les Croates que de conclure un accord. Ce ne sera pas facile. Même en Italie a débuté une intense propagande dalmate opérée par les agitateurs habituels. Pour beaucoup, être dalmate est une profession. Quoi qu’il en soit, nous avons préparé deux solutions : une maximale de Fiume à Cattaro, une autre limitée à la Dalmatie historique. Cette dernière devrait être intégrée par un pacte politique qui placerait entièrement la Croatie sous notre contrôle2. Dans toute cette affaire, l’attitude des allemands est ambiguë. À Vienne, ils nous ont laissé les mains libres. Mais à quel point sont-ils sincères ?

  • 3 Le roi Nicolas Ier de Monténégro quitte son pays en janvier 1916 pour l’Italie puis la France afin (...)
  • 4 La reine Hélène, épouse de Victor-Emmanuel III depuis 1896, est elle-même fille de Nicolas Ier, de (...)
  • 5 Ancien ministre d’Italie au Caire, Serafino Mazzolini est nommé haut-commissaire au Monténégro.

2Nous prenons des dispositions, avec Acquarone, pour la visite que le Roi veut faire en Albanie. Il me fait encore une allusion à la restauration des Petrovitch au Monténégro. Il existe un fils de Danilo, « l’éternel endetté Danilo » comme dit Mussolini3. Il est nécessaire d’être prudent, surtout pour ne pas faire réapparaître en Albanie l’espoir d’une dynastie indigène. Mais la Reine pousse beaucoup4. En entendant, j’ai envoyé le ministre Mazzolini5 comme commissaire à Cetinje.

  • 6 Le pacte de Londres est signé le 26 avril 1915 entre la Grande-Bretagne, la France, la Russie et l (...)
  • 7 Split pour les Yougoslaves.

325 avril. Journée d’enfer à Ljubljana : il pleut et souffle un vent gelé. Les gens ont un air hébété mais pas hostile. Je vois Pavelic, suivi d’une troupe de sbires. Il déclare que les solutions que nous proposons aboutiraient à le faire chasser du gouvernement. Il fait une contre-proposition : la Dalmatie du pacte de Londres6 avec Traù en plus pour l’Italie. Spalato7, Raguse et quelques îles en plus iraient à la Croatie. Ses compagnons sont encore plus radicaux que lui. Ils invoquent les statistiques pour prouver qu’il n’y a d’italien en Dalmatie que les pierres. Par contre, Pavelic est favorable à un pacte politique. Il n’exclut pas l’éventualité d’une union personnelle ou d’une monarchie avec un prince de la Maison de Savoie. Il demande quelques jours de réflexion, puis nous nous reverrons prochainement.

  • 8 Le ban représente le roi dans les provinces yougoslaves.
  • 9 Le IIIe Reich annexe la Carniole, la Styrie et la Carinthie.
  • 10 Emilio Grazioli, jusque-là secrétaire fédéral du Parti national fasciste à Trieste, devient haut-c (...)

4Je vois l’ex-ban8 de Slovénie. Je le connaissais du temps de Stoyadinovitch. Il est désolé du sort réservé à la partie de la Slovénie restée sous domination allemande9. Le commissaire Grazioli10 me dit qu’effectivement, les traitements infligés par les allemands à la population sont encore plus cruels que prévu. Spoliations, vols, meurtres sont à l’ordre du jour. Les églises et les couvents sont dévastés et fermés.

  • 11 Si les intentions premières des autorités italiennes sont relativement libérales, la suite montre (...)
  • 12 Admiratives de la résistance des Grecs face aux troupes italiennes, des unités SS de la Leibstanda (...)

526 avril. Mussolini est d’accord avec Pavelic – sauf pour Spalato – et estime plus utile d’attirer la Croatie dans notre orbite politique que de prendre un peu plus de terres peuplées de Croates hostiles. Le Duce et moi préparons le décret d’annexion de Ljubljana : une province italienne avec une large autonomie administrative, culturelle et fiscale. Notre attitude libérale, confrontée à celle inhumaine des allemands, devrait nous attirer la sympathie des Croates11. Le Duce est également irrité de l’attitude allemande en Grèce. Les allemands se donnent presque des airs de protecteurs des Grecs et il s’en est fallu de peu pour que se produise un incident entre des fantassins de la division Casale et des SS du régiment Adolf Hitler au pont de Berati12. Même Farinacci m’a téléphoné pour déplorer le comportement allemand. Pour qu’il fasse cela, c’est qu’il s’agit de quelque chose de grave !

  • 13 Dans ses Mémoires, Grandi indique que son refus est motivé par sa volonté de ne pas se retrouver a (...)
  • 14 À suivre le Journal de Bottai, celui-ci demande son avis à son épouse le 25 avril. Deux jours plus (...)

6Grandi a écrit une lettre à Cavallero pour décliner l’offre de nomination comme commissaire civil en Grèce13. Inversement, il paraît que Bottai irait volontiers14.

  • 15 Le général Georges Tsolakoglou commande le 3e corps d’armée grec en Macédoine occidentale au momen (...)
  • 16 Né en 1880, Wilhelm List entre dans l’armée impériale allemande en 1898 et sert comme officier d’é (...)

727 avril. Mackensen vient chez moi à 1 heure du matin et nous allons ensemble à la villa Torlonia, où nous trouvons un Mussolini encore endormi mais très courtois. Hitler dit que le général grec Tsolakoglou15 (ou quelque chose comme cela) est prêt à constituer un gouvernement à Athènes avec lequel nous pourrions négocier la reddition de la Grèce. Il est favorable à cette solution qu’il considère comme « une grâce du Ciel ». Il faut envoyer une délégation à Larissa demain matin à l’aube. Je propose Anfuso pour la conduire, ce que le Duce approuve. Nous sommes naturellement moins enthousiasmés que les allemands et je crois comprendre l’explication de nombreuses et récentes attitudes allemandes en Grèce. Anfuso, parvenu durant la matinée à Larissa, fait savoir qu’il n’a rencontré ni de délégation allemande, ni de délégation grecque et, de plus, le maréchal List16 n’était pas le moins du monde averti de son arrivée. Ceci met le Duce de bonne humeur car cela prouve « qu’il existe en Allemagne de grands dysfonctionnements et cela donne l’occasion d’ajouter un nouveau et singulier événement à tous ceux qui ont parsemé les relations italo-allemandes depuis six mois ». Un peu plus tard, List fait savoir que les deux délégations arriveront demain matin.

  • 17 Le texte du télégramme est le suivant : « en cette heure de victoire, je désire vous reconnaître l (...)

8Je demande au Duce de publier par l’agence Stefani son télégramme de félicitations pour Cavallero, ce qu’il accepte17.

  • 18 En Grèce comme dans les autres pays occupés, l’Allemagne nazie préfère s’appuyer sur un gouverneme (...)

928 avril. Cette histoire de Tsolakoglou me plaît de moins en moins. Anfuso m’informe qu’il s’agit de reconnaître un gouvernement constitué en toute légalité. En dépit de l’occupation territoriale de la part des troupes de l’axe, il est clair que ce général se propose de sauver l’unité nationale et ethnique de la Grèce et il est tout aussi clair qu’il est soutenu par les allemands. Il me semble que le moins que l’on puisse faire serait de réclamer aux allemands de nous laisser le gouvernement civil des territoires que nous réclamons. Sinon, je crains qu’en fin de compte, les avantages qui nous seront réservés seront très modestes18.

  • 19 Raffaele Casertano est nommé ministre d’Italie à Zagreb.
  • 20 Pavelic formule une série de remarques : la question dynastique ne peut être réglée que par le vot (...)

10Casertano19 téléphone que de nombreuses avancées ont été faites avec les Croates, aussi bien en ce qui concerne les frontières de la Dalmatie que l’instauration d’une monarchie avec un prince de la Maison de Savoie20. Je l’ai convoqué à Rome.

  • 21 Il s’agit du prince Michel, petit-fils du roi Nicolas Ier et fils du prince Mirko Petrovitch.

11Le Roi insiste pour la restauration de la monarchie au Monténégro. Je crains que cela ne crée des difficultés avec l’Albanie qui voudra une dynastie nationale. Mais le Duce a déjà accepté et je ne veux pas jouer le trouble-fête. Le roi du Monténégro sera un neveu de la Reine, un jeune que le Duce définit comme « fils de pauvres et modestes parents ». Il vit en Allemagne, à Löbau, où il mène presque une vie obscure et famélique21.

1229 avril. Avec Buffarini, nous préparons la carte politique pour l’occupation de la province de Ljubljana. Elle est inspirée de concepts très libéraux. Elle vise à nous attirer les sympathies en Slovénie germanisée où l’on enregistre les pires exactions.

  • 22 Il s’agit d’Aymon de Savoie-Aoste, duc de Spolète.
  • 23 Allusion à l’époque de l’occupation de Fiume par D’Annunzio et ses arditi de septembre 1919 à déce (...)

13Casertano chez le Duce. L’affaire croate a bien avancé. La couronne est offerte à un prince de la Maison de Savoie22. Mais l’intransigeance est absolue à propos de Spolète. Pavelic déclare que s’il devait céder, il devrait se démettre et avec lui s’écroulerait tout le système italophile. Le Duce se rend compte de notre véritable intérêt mais il est très réticent à céder sur la question de Spolète. Réapparaissent en lui les mêmes accents qu’à l’époque de la crise fiumaine et dalmate23. Je suis de plus en plus convaincu de la nécessité de trouver une solution politique à ce problème qui sera également la meilleure d’un point de vue militaire. Vaut-il la peine, pour sauver une cité où ce qu’il y a d’italien sont les monuments, de perdre le contrôle d’un grand et riche royaume ? Les droits des pierres sont indéniables, mais les droits des vivants sont encore plus forts.

  • 24 Amédée d’Aoste mène alors les derniers combats contre les Britanniques en Éthiopie. Il s’est retra (...)

1430 avril. Entretien avec Roatta : l’état-major favorise une solution politique avec la Croatie et juge dangereuse toute exigence extrémiste à propos de la Dalmatie. Entretien avec le Roi sur la question croate. Il n’y a aucune objection de sa part à la cession de Spolète : au contraire. Le Roi a pour avis que moins nous prendrons en Dalmatie, moins nous aurons d’ennuis : « Si des sentiments, d’ailleurs explicables, n’existaient, je serais également favorable à la cession de Zara », a-t-il dit. Par contre, il est très content que la couronne croate soit dévolue à un prince de sa Maison. S’il avait été en Italie, il aurait sans doute désigné le duc d’Aoste24 : dans les circonstances actuelles, le choix se réduit entre le duc de Spolète et le duc de Pistoia. Le Roi penche pour le premier, pour des raisons de prestance physique et – jusqu’à un certain point – de capacités intellectuelles. J’ai trouvé le Roi en bonne santé, bronzé par sa tournée alpine et d’assez bonne humeur. Comme d’habitude, il est antiallemand.

  • 25 Dans cette lettre, Mussolini informe Pavelic que le choix du roi Victor-Emmanuel III s’est porté s (...)

15Le Duce répond à la lettre de Pavelic en lui disant qu’il accepte la couronne et donne des instructions à Casertano25 : insister pour Spolète mais pas au point d’en faire une cause de rupture. Aujourd’hui, les parachutistes occupent Céphalonie. Ils sont peu nombreux, environ 150, et nous espérons qu’ils ne seront pas rejetés à la mer par la garnison locale. Le Duce est impatient de donner le communiqué, « car étant donné que nous avons désormais un bon noyau de parachutistes, nous pourrons, même s’il n’y a qu’un seul régiment, dire que nous avons une division » ! Je suis resté mal à l’aise : nous recommençons comme avant, et les actions du passé ont servi à peu de choses.

Notes

1 L’ancien leader nationaliste croate exilé en Italie est proclamé chef du gouvernement de la nouvelle Croatie indépendante et porte le titre de Poglavnik, équivalent croate de Duce ou Führer.

2 Selon le Journal du général Ugo Cavallero, Ciano et le chef d’état-major se sont entretenus de l’organisation du Monténégro : « J’ai parlé avec Ciano de l’organisation du Monténégro. Transformation en haut-commissariat. Il en parlera aujourd’hui avec le Duce. » Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo. Diario 1940-43 del capo di SMG, Cappelli, Bologne, 1948, p. 88.

3 Le roi Nicolas Ier de Monténégro quitte son pays en janvier 1916 pour l’Italie puis la France afin de fuir l’occupation germano-autrichienne. À la fin de la Première Guerre mondiale, une « Grande assemblée nationale » monténégrine vote le rattachement au royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes (future Yougoslavie) et proclame la déchéance de la dynastie des Petrovitch Njegosh. Suite au décès de Nicolas Ier en 1921, le prince héritier Danilo renonce à ses droits au trône au profit de son neveu, le prince Michel (et non son fils comme l’indique par erreur Ciano). Sur les relations italo-monténégrines pendant le second conflit mondial, Sidoti Antoine, Le Monténégro et l’Italie durant la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mythes et réalités, CNRS éditions, coll. « CNRS histoire », Paris, 2003.

4 La reine Hélène, épouse de Victor-Emmanuel III depuis 1896, est elle-même fille de Nicolas Ier, dernier souverain du Monténégro.

5 Ancien ministre d’Italie au Caire, Serafino Mazzolini est nommé haut-commissaire au Monténégro.

6 Le pacte de Londres est signé le 26 avril 1915 entre la Grande-Bretagne, la France, la Russie et l’Italie. Son article 5 prévoit que l’Italie récupère la Dalmatie en cas de victoire sur les puissances centrales.

7 Split pour les Yougoslaves.

8 Le ban représente le roi dans les provinces yougoslaves.

9 Le IIIe Reich annexe la Carniole, la Styrie et la Carinthie.

10 Emilio Grazioli, jusque-là secrétaire fédéral du Parti national fasciste à Trieste, devient haut-commissaire à Ljubljana.

11 Si les intentions premières des autorités italiennes sont relativement libérales, la suite montre plutôt une politique d’italianisation et de répression de tout acte de résistance. Sur cette question, voir Rodogno Davide, Il nuovo ordine mediterraneo. Le politiche di occupazione dell’Italia fascista in Europa (1940-1943), Bollati Boringhieri, Turin, 2003 ; Caccamo Francesco, Monzali Luciano (dir.), L’occupazione italiana della Jugoslavia. 1941-1943, Le Lettere, coll. « Biblioteca di nuova storia contemporanea » (no 30), Florence, 2008.

12 Admiratives de la résistance des Grecs face aux troupes italiennes, des unités SS de la Leibstandarte Adolf Hitler s’interposent entre Grecs et Italiens afin d’empêcher toute progression de ces derniers sur la frontière gréco-albanaise.

13 Dans ses Mémoires, Grandi indique que son refus est motivé par sa volonté de ne pas se retrouver aux côtés des allemands. Depuis déjà un moment, le président de la Chambre ne souhaite pas de trop grandes compromissions. Dans Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 607.

14 À suivre le Journal de Bottai, celui-ci demande son avis à son épouse le 25 avril. Deux jours plus tard, il décline la proposition de Cavallero car la Grèce lui apparaît relever d’un régime militaire où il n’a pas sa place. Dans Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, op. cit., p. 2.

15 Le général Georges Tsolakoglou commande le 3e corps d’armée grec en Macédoine occidentale au moment de l’attaque allemande. Le 21 avril, il signe un cessez-le-feu avec les forces allemandes. Le 26, il accepte de former un gouvernement de collaboration afin de travailler avec « le Führer du peuple allemand ». Il est démis de ses fonctions le 19 novembre 1942 par les autorités italo-allemandes.

16 Né en 1880, Wilhelm List entre dans l’armée impériale allemande en 1898 et sert comme officier d’état-major pendant la Première Guerre mondiale. Général en 1930, il commande la 14e armée allemande pendant la campagne de Pologne en 1939, puis la 12e armée lors de la campagne de France. Fait maréchal en juillet 1940, il est envoyé en Bulgarie en mars 1941 et commande l’offensive contre la Grèce le mois suivant.

17 Le texte du télégramme est le suivant : « en cette heure de victoire, je désire vous reconnaître l’indiscutable mérite d’avoir préparé, pendant quatre mois, les conditions nécessaires et suffisantes pour l’atteindre. Ces conditions consistaient à briser, comme vous l’avez fait, toute possibilité de contre-offensive ennemi et en donnant à tous l’impulsion morale et matérielle pour la reconquête. Je vous adresse pour votre action, celle de vos collaborateurs et aux troupes, ma grande reconnaissance. Mes salutations à tous. » Dans Cavallero Ugo, Comando Supremo, op. cit., p. 88.

18 En Grèce comme dans les autres pays occupés, l’Allemagne nazie préfère s’appuyer sur un gouvernement autochtone qui la libère du poids de l’administration quotidienne, quitte à le contrôler étroitement. Au même moment, les allemands installent le gouvernement du général Milan Neditch en Serbie.

19 Raffaele Casertano est nommé ministre d’Italie à Zagreb.

20 Pavelic formule une série de remarques : la question dynastique ne peut être réglée que par le vote d’une assemblée représentant le peuple croate, les aspirations croates en Dalmatie ont des soutiens intransigeants parmi les membres du gouvernement, la question des délimitations de frontières en Dalmatie ne pourra se faire qu’après la résolution de la question dynastique. Lors d’un entretien en particulier avec l’ambassadeur Casertano, Pavelic lui fait savoir que le gouvernement croate est prêt à accepter les délimitations de frontières voulues par l’Italie, si ce n’est quelques modifications qu’il soumettra au gouvernement italien. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), Libreria dello Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1987, doc. no 14, p. 13.

21 Il s’agit du prince Michel, petit-fils du roi Nicolas Ier et fils du prince Mirko Petrovitch.

22 Il s’agit d’Aymon de Savoie-Aoste, duc de Spolète.

23 Allusion à l’époque de l’occupation de Fiume par D’Annunzio et ses arditi de septembre 1919 à décembre 1920.

24 Amédée d’Aoste mène alors les derniers combats contre les Britanniques en Éthiopie. Il s’est retranché sur l’Amba Alagi, montagne du nord de l’Éthiopie qui culmine à plus de 3 900 mètres.

25 Dans cette lettre, Mussolini informe Pavelic que le choix du roi Victor-Emmanuel III s’est porté sur le duc de Spolète pour devenir roi de Croatie. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VII (24 aprile – 11 dicembre 1941), op. cit., doc. no 33, p. 32.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search