Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1941

Janvier

Texte intégral

11er janvier. L’année a commencé par une violente émotion au sujet de la santé de Maman. Une attaque cardiaque a mis sa vie en danger. Elle va mieux maintenant, mais tout ceci m’a laissé une grande angoisse.

  • 1 Dans cette lettre, Hitler affirme sa certitude en la victoire contre la Grande-Bretagne, sa méfian (...)

2Le Duce a reçu une longue lettre d’Hitler : un tour d’horizon complet. Le Führer est serein sur l’évolution future de la guerre, mais il estime nécessaire de prendre encore de nombreuses décisions qu’il énumère avec son habituelle précision1.

  • 2 Le 26 décembre 1940, le gouvernement italien avait proposé au gouvernement soviétique d’entamer de (...)

3J’écris à Alfieri pour le renseigner et renseigner Ribbentrop sur les négociations avec la Russie. Il ne s’agit plus désormais de conversations générales et superficielles : les Russes veulent approfondir de nombreuses questions importantes pour lesquelles il serait imprudent de notre part de prendre un quelconque engagement sans s’être tout d’abord entendu avec l’Allemagne2.

4Cavallero annonce l’offensive sur le littoral pour bientôt.

  • 3 Professeur d’histoire à l’université de Sofia, Bogdan Filov est nommé Premier ministre le 16 févri (...)

52 janvier. Selon des nouvelles de sources hongroises, les conditions intérieures de la Grèce seraient graves. Même l’attaché militaire grec à Budapest aurait dit qu’il y avait peu de choses à faire désormais pour son pays. D’autre part, même la Bulgarie semble se décider en faveur de l’axe : Filov3 confèrera d’ici peu avec les allemands.

63 janvier. Le prince de Hesse veut savoir, à la demande d’Hitler, quel est le véritable état d’esprit du Duce à l’égard du Führer, car quelques milieux militaires ont donné en Allemagne l’impression d’une certaine froideur. J’ai répondu que jamais comme aujourd’hui le Duce n’avait été autant reconnaissant à Hitler de sa solidarité et de son amitié. Réponse qui correspond 100 % à la vérité.

  • 4 Le général Guzzoni est devenu le vice-chef d’État-Major général aux côtés de Cavallero.

7Durant l’entretien avec Hesse, Guzzoni4 téléphone qu’une attaque anglaise sur Bardia rend la situation extrêmement précaire. C’est douloureux, mais cela ne doit pas nous surprendre. Penser que l’attaque anglaise, après le succès initial, se serait arrêtée était à mon avis une conviction commode mais erronée.

8J’informe Mackensen, qui se rend à Berlin, des négociations avec Moscou.

  • 5 Né en 1856, Guglielmo Pecori Giraldi commande le 7e corps d’armée au début de la Première Guerre m (...)

94 janvier. Conseil des ministres. Le Duce fait un long exposé de la situation militaire tant en Libye qu’en Albanie : plutôt sombre pour la première, assez optimiste pour la seconde. (En effet, l’attaque sur Bardia semble avoir pleinement réussi et seulement deux heures après le début des combats, Bergonzoli jugeait la situation de la place forte très grave). Il donne lecture de tous les documents, y compris les télégrammes de Graziani écrits « alors que cet homme avait perdu ses facultés, au moins mentales ». Il juge avec une grande dureté tous les maréchaux sauf Pecori Giraldi5 pour lequel il a des paroles respectueuses. Il se contente de citer De Bono ajoutant tout de suite après : « Je vous fais remarquer que je n’ai rien dit de cet homme. » Dans l’ensemble, il apparaît serein et confiant sur l’issue finale, après laquelle « aura lieu la troisième vague, la plus formidable de toutes, celle qui renversera les institutions et les hommes qui, en ces heures, ont révélé leur véritable nature », hommes dont il a déjà préparé silencieusement la liste.

  • 6 Le 2 janvier 1941, Farinacci adresse une lettre à Grandi dans laquelle il lui reproche son absence (...)

10Grandi est mécontent et terrorisé par une lettre envoyée par Farinacci pour l’inviter à sortir de la réserve équivoque qu’il s’est imposée depuis deux mois6.

  • 7 L’attaque sur Bardia débute le 3 janvier à 5 h 30. Après deux jours de combats, la place capitule, (...)
  • 8 Allusion au discours du 3 janvier 1925 par lequel Mussolini annonce l’instauration de la dictature (...)

115 janvier. Depuis hier 16 heures, la radio de Bardia s’est tue7. Nous recevons des nouvelles seulement au travers des communiqués britanniques. La résistance de nos troupes a été brève : une question d’heures. Pourtant, les armes ne manquaient pas. Il n’y avait pas moins de 430 canons. Pourquoi la lutte ne s’est-elle pas poursuivie plus longtemps ? Encore la lutte de la puce contre l’éléphant ? « Singulière puce, dit Mussolini, qui disposait de près de 1 000 canons entre Sidi Barrani, Bardia et Tobrouk. Un jour, je devrais me décider à vider le sac et dire toute la vérité aux Italiens étourdis par trop de mensonges. Après le 3 janvier8, je ferai le 3 février : un de ces discours qui fouettent jusqu’au sang. J’attends seulement que Cavallero réussisse à porter un premier coup aux Grecs, puis je parlerai. »

12En soirée parviennent des nouvelles selon lesquelles Bardia, partagée en deux, résisterait encore. Pour combien de temps ? Il serait important d’user les anglais et empêcher la réalisation des ambitieux projets que les récents succès pourraient leur avoir inspirés.

13J’ai télégraphié à Alfieri pour une rencontre Hitler-Duce entre le 12 et le 19. Jusque-là, Mussolini l’avait ajournée. Il ne voulait pas se présenter devant le Führer avec le poids des nombreux échecs sans les avoir, au moins partiellement, effacés.

146 janvier. J’ai revu le Roi après une longue période. Il est préoccupé et bouleversé par les événements de Libye. Il ne pense pas que les forces massées à Tobrouk et sur la crête de Derna soient suffisantes pour arrêter l’offensive britannique. Il est sceptique au sujet de l’Allemagne. Quand je lui parle de l’attitude totalement loyale d’Hitler à notre égard, il s’est montré dubitatif : « Par force, a-t-il dit, il vous a traité avec courtoisie et ne pouvait faire autrement. Mais il est un allemand comme tous les autres et par rapport à l’Italie, il agit avec un brutal utilitarisme. Je ne crois pas qu’il ait la force de faire tout ce qui lui plaît : l’élément militaire pèse beaucoup en Allemagne et même Bismarck, qui était vraiment un esprit fort, a dû se soumettre. » Puis il a critiqué notre organisation militaire : « Depuis trop longtemps, en Italie, on appelle palais ce qui est une chaise. Mais cela n’empêche pas que la chaise reste une chaise. Ainsi, nos divisions à faible effectif et désarmées ne sont des divisions que de nom. » Puis il a fait allusion à un éventuel débarquement anglais en Italie, raison pour laquelle il est défavorable à un affaiblissement excessif des forces dans la Mère Patrie. Ceci dit, il estime que la guerre finira par la victoire allemande car Hitler a réalisé l’union du continent européen contre l’Angleterre.

157 janvier. La chute de Bardia a porté un nouveau coup à l’opinion publique. La situation intérieure se fait à nouveau pesante : « C’est une lessive qui mettra moins d’une semaine à sécher. » en Conseil des ministres, le Duce a donné des informations sur la situation militaire. Sans commentaire, sans bavardage, sans peur, avec son calme qui apparaît comme surhumain en ces circonstances. Il a lu la liste des généraux et colonels remplacés au cours des dernières semaines pour valeurs humaines et professionnelles insuffisantes ; il a eu des jugements très amers sur l’armée et sa composition. Enfin, il a proposé l’ordre du jour qui a été approuvé par acclamations. La dernière phrase est significative : l’appel aux forces profondes de l’Italie « prolétaire et fasciste ». La bourgeoisie hostile et qui murmure est en train de jouer une carte dangereuse. Elle ne connaît pas Mussolini et ne sait pas qu’il encaisse formidablement les coups, mais qu’il est aussi capable des plus profondes rancunes. S’il gagne – ou plutôt lorsqu’il aura vaincu –, la fronde bourgeoise aura affaire au vieux socialiste romagnol qui est capable de se réveiller en lui.

16Cavallero confirme sa décision d’attaquer d’ici peu, peut-être demain. Une attaque à portée limitée mais, en ce moment, elle aurait de grandes résonances morales.

178 janvier. Le Duce a dit à Pavolini, Bottai, Ricci et moi que le moment est venu que les hiérarques fascistes aillent combattre. Il a raison. Tout de suite après le voyage en Allemagne, je reprendrai le commandement de mon groupe à Tirana. D’autre part, le Duce estime que la campagne de Grèce sera terminée d’ici deux ou trois mois et veut que « les politiciens accusés de l’avoir voulue donnent la preuve qu’ils sont capables de la faire ».

189 janvier. Aucun événement important, si ce n’est une nouvelle attaque grecque en direction de Klissoura mais qui n’a pas eu de suite. Selon les militaires, ce sont les dernières lueurs d’une flamme en train de s’éteindre. Espérons que ce soit le cas car, jusqu’à présent, leurs jugements sur la situation ont plutôt été erronés.

  • 9 Ayant quitté Malte pour rejoindre Gibraltar, les croiseurs Southampton et Gloucester ainsi que le (...)

1910 janvier. Le Duce a reçu en ma présence l’ambassadeur d’Allemagne, revenu d’un entretien avec Hitler. Il s’agit de fixer une rencontre entre les deux Chefs. Elle est décidée pour le dimanche 19 à Berchtesgaden. Mussolini est d’excellente humeur car la bataille aéronavale en cours dans le canal de Sicile se déroule très bien. Un porte-avions et deux croiseurs anglais sont en flammes9. Elle continue. Le Duce affirme que « désormais, la roue a tourné en notre faveur ». Il parle de la nécessité de toujours dire au peuple la vérité, en premier lieu pour l’aguerrir et pour être cru. « Il faut que les gens sachent que la vie est une chose sérieuse et que la guerre est la chose la plus sérieuse de la vie. »

2011 janvier. Les nouvelles d’hier sur la bataille aéronavale étaient peut-être exagérées. On ne peut encore établir si le porte-avions est coulé ou pas. Inversement, Cavallero nous apporte de mauvaises nouvelles sur le déroulement des opérations en Albanie. Klissoura est perdue. En soi, cela n’est rien : un amas de masures plus ou moins détruites, mais c’est un nom, et la propagande anglo-grecque a déjà fait résonner les trompettes de la presse et de la radio. Cela prouve également que la ligne – la fameuse ligne que nous attendons en vain depuis 70 jours – n’est pas encore construite. Les troupes, mêmes fraîches, tiennent tant que la pression grecque ne se manifeste pas, mais cèdent rapidement dès qu’elle s’exerce. Pourquoi ? Mussolini trouve que l’ensemble de la situation est un drame inexplicable, d’autant plus grave qu’il est inexplicable. Cavallero, avec qui j’ai parlé au téléphone, ne cache pas la gravité morale de l’événement mais ne pense pas que la situation de Berat, ni celle de Valona, soit compromise. Il parle encore de la fameuse attaque le long du littoral dont on ne voit cependant pas de manifestation concrète.

2112 janvier. Rien de nouveau.

2213 janvier. Demain matin, Mussolini va à Foggia afin de rencontrer les généraux commandant en Albanie. Il estime le moment venu de prendre des décisions, d’autant plus que Guzzoni insiste pour que l’offensive sur le littoral ait lieu. Il croit qu’elle pourrait faire sauter le dispositif offensif des Grecs et même nous ramener sur l’ancienne frontière.

  • 10 Massimo Magistrati a été nommé ambassadeur d’Italie à Sofia en mars 1940, quittant ainsi son poste (...)

23En Bulgarie, le mouvement a commencé. L’approche des troupes allemandes donne désormais la sensation que les événements vont prendre un rythme accéléré. Magistrati10 pense que la Bulgarie ne se ralliera pas officiellement à l’axe mais se laissera violer sans trop de résistance, même formelle.

2414 janvier. Rien de nouveau. J’ai discuté avec von Mackensen pour organiser le voyage du Duce à Berchtesgaden.

25Alfieri, par une lettre secrète, m’informe que la campagne faite contre moi durant les dernières semaines a eu un certain écho même en Allemagne, mais c’est une chose désormais dépassée selon lui. Je n’en suis pas surpris. Les allemands ont la vieille rancune de la non-belligérance et même quand ils sauvent les formes, ils ne cachent pas – en particulier Ribbentrop – une pointe de ressentiment. Depuis Salzbourg en 1939 et le pari sur l’intervention anglo-française complètement oublié par Joachim, nos relations ont changé. J’ai le tort d’avoir eu raison ! Maintenant, il est inutile d’ergoter si j’ai voulu la guerre contre la Grèce. Une chose est certaine : je ne voulais pas la guerre du tout.

2615 janvier. Aucune nouvelle importante.

2716 janvier. Entretien avec le Roi dans la matinée, avec le Duce dans l’après-midi. Le premier, qui maintient une attitude plus que cordiale à mon égard, estime qu’avec la descente des allemands en thrace, la fin de la question grecque est imminente. Par contre, il voit avec une sérieuse préoccupation la situation en Libye et considère la défense de Tobrouk comme une très grave erreur. elle n’aura aucun résultat pratique, si ce n’est d’affaiblir ultérieurement nos forces déjà misérables, alors que si nous nous étions retirés sur la crête de Derna, cela nous aurait peut-être permis une résistance victorieuse.

28Le Duce, de retour des Pouilles où il a conféré avec Cavallero, est sombre et pessimiste. Le front n’est pas encore stabilisé malgré les renforts et la quantité de matériel envoyés. Le secteur militaire est en pleine faillite. « La Grèce, dit-il, a été un chef-d’œuvre politique ; nous avions réussi à isoler ce pays et à le faire se battre seul contre nous. C’est l’armée qui a fait complètement faillite. » Il est préoccupé par le voyage en Allemagne : il va se présenter devant Hitler dans des conditions manifestes d’infériorité.

29Encore une attaque grecque sur le front de Klissoura. Espérons que les troupes tiennent.

  • 11 À la suite d’un coup de téléphone de Mussolini lui annonçant brutalement sa mobilisation, Giuseppe (...)
  • 12 Anfuso témoigne de l’effet de cette décision du Duce : « Ce coup de tête laissait une bonne part d (...)

3017 janvier. L’événement du jour est la décision de Duce de mobiliser, au 1er février, tous les hiérarques : gouvernement, Grand Conseil, Chambre, Parti. À Serena qui soulevait des objections sur la possibilité pratique de la chose, il a répondu que ce sera une intéressante expérience qu’il entend faire en gouvernant directement avec la bureaucratie. Nous verrons. En tout cas, il y a un grand mécontentement au sein de toutes les hiérarchies à propos de cette décision et pour la manière dont elle a été prise. J’ai entendu ce matin, dans l’antichambre du Duce, des phrases et des commentaires qui m’ont surpris. Il y a quelque chose – dans tout l’appareil d’État – qui ne fonctionne pas et il n’est pas prudent de ne pas s’en rendre compte. Quelques-uns – comme Bottai – en arrivent à parler d’un véritable coup d’État contre le Duce pour se débarrasser du fascisme et s’appuyer sur d’autres courants11. Je ne crois pas à tout ceci. Plus le temps passe et plus je suis enclin à écarter les solutions les plus compliquées. Mais la décision est certainement grave et ce n’est peut-être pas le moment de faire des expérimentations « sur le front intérieur12 ».

  • 13 Dans une dépêche du 14 janvier, Alfieri avait fait savoir que les autorités militaires allemandes (...)

31Cavallero ne vient pas en Allemagne à cause de l’attaque grecque en cours13. Pour le voyage, il est remplacé par Guzzoni. Ceci ne me plaît pas trop. Je n’aime pas l’homme, déloyal et infidèle, et puis il est humiliant de présenter un général aussi petit, avec un aussi gros ventre et des cheveux teints.

  • 14 Lucius Licinius Lucullus dirigea la guerre contre Mithridate, roi du Pont, aux côtés de Pompée (74 (...)

3218-19-20-21 janvier. Départ pour Salzbourg. Mussolini monte dans le train l’air sombre et nerveux. Il est secoué par les nouvelles albanaises. Aucun drame mais encore une fois, nous avons reculé et laissé beaucoup de prisonniers entre les mains de l’ennemi. Le plus grave est qu’il s’agit des Loups de toscane, une division de très bonne réputation et de grande tradition, arrivée depuis peu en Albanie et sur laquelle beaucoup d’espoirs avaient été fondés. Il parle longuement de tout cela : il réitère son pessimisme sur l’armée et sur le peuple italien. Il ne sait pas s’expliquer le pourquoi de la situation. Il répète souvent : « Si quelqu’un, le 15 octobre, avait prévu ce qui s’est passé réellement, je l’aurais fait fusiller. » Puis il change de sujet. Il s’est beaucoup diverti à la lecture d’une comédie qui a un grand succès en Allemagne et qui est intitulée Cerisiers à Rome. Elle a pour sujet Lucullus14 et tend à prouver que, dans la vie, un grand stratège peut avoir des goûts raffinés et aimer une existence facile. Mussolini attribue le succès à une subtile satire politique qui aurait échappé à la censure nazie. Il répète un de ses slogans, à savoir que le peuple allemand, plus qu’aucun autre peuple, aime manger, boire et se divertir, et que lorsqu’il en aura la possibilité, il s’abandonnera complètement à la débauche.

  • 15 Ribbentrop souligne que l’hypothèse d’une entrée en guerre de l’Espagne semblait s’éloigner. Il pe (...)
  • 16 nommé à la tête de l’état-major de l’armée de terre en 1934, le général Werner von Fritsch est obl (...)
  • 17 Lors de l’entretien du 19 janvier entre Hitler et Mussolini, le Führer souligne la défiance que l’ (...)

33Nous arrivons à une petite gare, Puch me semble-t-il. Hitler et son état-major nous attendent sur le quai de la gare, dans la neige. L’air est serein et il ne fait pas très froid. L’accueil est cordial et, ce qui me surprend le plus, d’une cordialité spontanée : il n’y a pas une ambiance de condoléances cachées, ce que redoutait Mussolini. Un entretien entre Hitler et Mussolini a immédiatement eu lieu, un autre en même temps entre moi et Ribbentrop. J’ai mis par écrit celui-ci15. Sur l’autre, j’ai été informé brièvement par Mussolini qui dit avoir trouvé un Hitler extrêmement antirusse, loyal à notre égard et peu précis sur ce qu’il entend faire contre la Grande-Bretagne. En tout cas, il n’est plus question de débarquement. Il a dit que l’entreprise était très difficile et, qu’une fois ratée, on ne peut pas la tenter une seconde fois. La circonstance aggravante est que l’Angleterre, qui craint aujourd’hui un débarquement, saurait alors que l’Allemagne ne possède plus un pistolet chargé. Mussolini dit l’avoir mis au courant des affaires italiennes, de lui avoir parlé de l’attitude négative, mais peu efficace, du Roi, du cas Badoglio qu’Hitler aurait comparé au cas Fritsch16. Dans l’ensemble, le Duce est satisfait de l’entretien. Moins en ce qui me concerne, surtout parce que Ribbentrop, qui avait toujours eu une attitude gasconne, a, par rapport à une de mes questions précises sur la durée de la guerre, dit qu’il ne voyait pas de possibilité de finir avant le début de 194217. Et nous ?

  • 18 « Au cours de la conversation, le Führer donna une description complète de la situation militaire (...)

34Par la suite ont eu lieu d’autres entretiens, et le plus important de ceux-ci est celui de lundi, en présence des experts militaires. Hitler parle près de deux heures de sa prochaine intervention en Grèce : il traite de la question surtout sous un aspect technique et la replace dans le contexte politique général. Je dois dire qu’il fait ceci avec une maestria singulière. Nos militaires en sont impressionnés18. Guzzoni qui, avec son énorme ventre et son toupet teint, a fait une médiocre impression aux allemands (d’après ce qu’en a rapporté alfieri), relève avec surprise la profonde connaissance militaire d’Hitler.

  • 19 En français dans le texte.

35Le résultat d’ensemble de la visite est bon. Entre les deux pays de l’axe, il y a une absolue solidarité et nous marcherons ensemble dans les Balkans. Nous est confiée la mission, que je crois assez dure, de ramener au bercail l’enfant prodigue espagnol. J’ajoute qu’à mon avis, s’il s’est éloigné, la faute repose en grande partie sur les allemands et leur maladresse19 dans la manière de traiter les Latins dont les espagnols, peut-être à cause de leurs qualités mêmes, sont les plus difficiles.

  • 20 En français dans le texte.

36Au retour, Mussolini est grisé20 comme après tout entretien avec Hitler. J’écris une lettre à Serrano pour lui proposer une rencontre à Gênes entre le Duce et le Caudillo. Nous verrons d’ici peu la réaction espagnole.

  • 21 Le 14 janvier, lors d’une rencontre avec Hitler, Antonescu a obtenu l’appui du Führer pour élimine (...)
  • 22 Désireux de peser plus sur le pouvoir, des légionnaires de la Garde de fer, mouvement de type fasc (...)

3722 janvier. Les nouvelles venues de Roumanie préoccupent surtout Berlin. Les heurts entre Antonescu et les légionnaires avaient été prévus par Hitler à cause de la situation équivoque créée. Le Führer n’a pas d’hésitation dans son choix : ses sympathies vont à Antonescu qui s’est montré « un homme de bonne foi, décidé à tenir solidement le bâton du commandement et d’un nationalisme très fier ». En réalité, Ribbentrop a téléphoné à une heure tardive que des instructions ont été données au ministre allemand de soutenir Antonescu par tous les moyens21. Il demande que Ghigi fasse de même. Naturellement, je donne suite mais j’ai un vague soupçon que l’autorité de notre ministre ne soit pas aussi décisive que celle de son collègue allemand22.

  • 23 Le général Pitassi Manella commande le 22e corps d’armée chargé de défendre tobrouk. Surpris par l (...)

38Tobrouk est tombé à son tour. Il y a eu un peu plus de combats qu’auparavant mais la résistance a été assez faible. Le Duce se berce d’illusions. J’ai cru devoir lui parler avec brutalité : « À Sidi Barrani, ai-je dit, on a parlé de surprise. Puis vous avez compté sur Bardia où se trouvait Bergonzoli, l’héroïque Bergonzoli. Bardia est tombé après deux heures. Vous avez alors reporté vos espérances sur Tobrouk parce qu’il y avait Pitassi Manella, le roi de l’artillerie. Et Tobrouk a été rapidement pris. Maintenant, vous parlez avec une grande foi de la crête de Derna. Vous me permettrez de ne pas partager vos dangereuses illusions. Le mal est grave, mystérieux et profond23. » J’ai dit ceci mais il n’y a que peu de mystère : les raisons de ce spectaculaire écroulement, qui font que les Italiens d’aujourd’hui sont très différents des Italiens de 1918, apparaissent de toute évidence à tout modeste observateur. Je n’avais pas tort de ne pas vouloir la guerre.

3923 janvier. En Albanie, Cavallero prépare une action offensive. J’attends, sans illusion excessive, mais avec foi. Le front grec sera le seul qui nous réservera quelques heures de soleil.

40Entretien avec Gambara : je l’ai fait recevoir par le Duce. Malgré mes efforts, je ne suis pas parvenu à lui faire attribuer un commandement en Albanie, quoiqu’il y ait vécu quatre années. L’état-major ne l’aime pas : il n’est pas un des leurs et il a eu l’impardonnable tort de « faire carrière », même si à cette carrière sont liés les noms de nos victoires en Espagne.

41J’ai donné au Duce une lettre grave et dure du professeur Faccini de Livourne dont le fils de 18 ans, mobilisé le 17 janvier, a été envoyé le jour même en Albanie sans qu’il sache ce qu’est une arme à feu. Ceci explique beaucoup de choses.

4224 janvier. Le Duce a longuement discuté avec Gambara et a toujours plus en tête de lui confier l’armée Vercellino. Il me semble que Gambara n’est pas persona grata auprès du Roi, et c’est pour cela que je suggère de le faire recevoir en audience par le souverain. Je le dis à Gambara qui confesse n’être jamais allé voir le Roi durant toute sa carrière. Il y ira demain.

  • 24 Dans ses Mémoires, Grandi montre sa totale opposition à cette décision : « Je me souviens d’un cou (...)

43Grandi a eu la nouvelle de sa mobilisation. Il ne l’attendait pas et ne l’a pas appréciée du tout. Outre la convenance de rester à la maison, il donnait à son absence de la lutte une signification politique comme le veut sa nature compliquée. Tout ceci tombe d’un coup. Il lui reste à retourner, à 45 ans, fouler la neige avec les chaussures d’alpin, tellement vieilles qu’il les considérait désormais hors d’usage24.

44Comme je le prévoyais avant-hier, Mussolini concentre désormais ses espoirs sur la crête de Derna. Tout ce qui est advenu jusqu’ici lui a bien peu appris. Au moins à lui.

4525 janvier. Je prends congé du Duce : demain soir, je rejoins mon groupe à Bari. Il n’a pas été cordial comme il aurait dû l’être. Mais Mussolini, ces jours-ci, sent que la décision d’envoyer les ministres hors de Rome n’a pas été bien reçue et, comme il advient toujours dans ce cas, il se raidit dans sa décision et devient brusque dans la forme. Il a fait, en me saluant, quelques observations qu’il pouvait au moins s’épargner.

  • 25 Il s’agit de l’épouse de Mussolini et donc la belle-mère du comte Ciano.
  • 26 Résidence royale au nord de Rome. C’est en sortant de celle-ci que Mussolini est arrêté le 25 juil (...)

46Dans l’après-midi, j’ai visité donna Rachele25. Elle est très alarmée de la manière dont vont les choses. De nature modeste, elle prête attention aux commérages et aux médisances, spécialement sur les questions d’argent, et n’a pas un sens exact des proportions. Toutefois, elle sent que le baromètre signale une tempête et affirme que tout et tous s’en prennent directement au Duce. Elle a un certain esprit. Elle se lamente que les étourneaux – qu’elle aime chasser – aient déserté les pins de la villa Torlonia : « avec le vent qui souffle actuellement, eux aussi ont changé de direction. Ils s’en vont sur les arbres de la villa Savoia26. »

47Cavallero a attaqué en direction de Klissoura et il semble que tout aille bien.

4826 janvier. Départ. Cette fois – et j’ai désormais une certaine expérience des départs – la séparation est plus dure. Aucun pressentiment. Seulement peu de conviction et par conséquence peu d’enthousiasme.

49Tous les camarades volontaires de force le pensent ainsi et ne le cachent pas.

50Le comte Ciano interrompt l’écriture de son Journal du 27 janvier au 23 avril 1941. Alors qu’il sert au sein de son escadrille de bombardiers, la guerre connaît d’importantes évolutions. Sur le théâtre d’opérations africain, les premiers jours de février confirment les défaites italiennes de décembre et de janvier. Alors que les Français libres du général Leclerc occupent le Fezzan, les Britanniques s’emparent de Benghazi, capitale de la Cyrénaïque, le 6. Décidé à stopper l’évolution d’une situation de plus en plus critique, Hitler envoie des renforts par le biais de l’Afrikakorps qui intervient pour la première dans les opérations à El-Agheila le 22 février. Quoique dépendant théoriquement du Comando Supremo, le général Rommel, chef de l’Afrikakorps, prend l’initiative d’une contre-offensive le 31 mars qui aboutit à la reprise de Benghazi le 4 avril. Si la situation s’améliore en Libye, elle est désespérée en Afrique orientale. Les forces du Commonwealth ont chassé les Italiens de la Somalie britannique et s’emparent de Mogadiscio, capitale de la Somalie italienne, le 22 février. Avec le soutien de la guérilla éthiopienne, elles passent à l’offensive en Érythrée et en Éthiopie même. Sans renforts ni ravitaillement en munitions, l’armée du duc d’Aoste ne peut empêcher la prise d’Asmara le 1er avril, de Massaoua le 6 et d’Addis-Abeba le 10. Les Italiens ne résistent plus qu’autour de Gondar et de l’Amba-Alaghi. Non seulement l’empire proclamé en 1936 n’existe plus, mais les conquêtes coloniales de la monarchie libérale durant les années 1880 disparaissent également. À ces déboires s’ajoute une défaite navale de la marine italienne devant la Royal Navy les 27 et 28 mars au large du cap Matapan, situé au sud du Péloponnèse. Les croiseurs Zara, Fiume et Pola et les contre-torpilleurs Alfieri et Carducci sont coulés, coûtant la vie à 2 400 marins italiens, et le cuirassé Vittorio Veneto est sévèrement touché.

  • 27 on dispose d’un compte rendu de l’entrevue réunissant Mussolini, Franco et Serrano Súñer. Après av (...)

51Sur le plan diplomatique, l’axe enregistre l’adhésion de la Bulgarie au Pacte tripartite le 1er mars, ce qui autorise la 12e armée allemande du maréchal List de s’installer sur le territoire bulgare. Mais il connaît également des désillusions diplomatiques. D’une part, la rencontre entre Mussolini et Franco à Bordighera en Ligurie, le 12 février, n’aboutit à aucun résultat concret. absent de cette rencontre puisque mobilisé sur le front, Ciano en garde de l’amertume vis-à-vis de son beau-père qui n’a pas songé à appeler celui qui est son ministre des affaires étrangères pour cette importante rencontre au sommet27. D’autre part, les États-Unis tendent à s’engager de plus en plus aux côtés de la Grande-Bretagne. Le 11 mars est promulguée la loi prêt-bail, qui permet la livraison de munitions et d’armes aux pays en guerre contre l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Celle-ci provoque une semi-défection du Japon qui, par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, Yosuke Matsuoka, signe le 13 avril à Moscou un traité d’amitié soviéto-japonais soulageant l’Union soviétique de la perspective d’avoir à lutter sur deux fronts. Enfin, l’adhésion de la Yougoslavie au Pacte tripartite, signée le 25 mars, fait long feu. Deux jours plus tard, un coup d’État militaire chasse le régent Paul et confie le pouvoir au jeune Pierre II et au général Simovic. La Yougoslavie abandonne le rapprochement avec l’Allemagne et l’Italie au profit d’un traité d’amitié soviéto-yougoslave conclu le 5 avril. La réaction d’Hitler, confronté à cette nouvelle donne, est foudroyante. Les forces allemandes déclenchent une offensive contre la Yougoslavie et la Grèce, où la Grande-Bretagne a débarqué un corps expéditionnaire le 4 mars.

52Cet événement bouleverse du tout au tout le théâtre d’opérations balkanique. Le 7 avril, Belgrade subit un violent bombardement qui fait 17 000 morts. Le 9, les allemands s’emparent de Salonique. Ils sont à Belgrade le 13, alors qu’a débuté le processus de décomposition de l’État yougoslave avec la proclamation de l’indépendance de la Croatie. Le 17 avril, l’armée yougoslave capitule. Cette campagne éclair, à laquelle participent des troupes bulgares, hongroises et la 2e armée italienne, commandée par le général Ambrosio qui lance une offensive en Slovénie, n’a coûté que 166 morts et disparus à la Wehrmarcht. Après un entretien avec le Führer à Münchenkirchen le 20, le comte Ciano rencontre Ribbentrop à Vienne le lendemain, où est décidée l’annexion de la Slovénie par l’Italie, la création d’un État croate, qui laisse ouverte la question de la Dalmatie, la reconstitution d’un royaume du Monténégro uni à la Couronne des Savoie, l’annexion bulgare d’une partie de la Macédoine, l’annexion italienne des îles Ioniennes. Le 25, les allemands entrent à Athènes et atteignent Corinthe le lendemain. Les armées grecques doivent capituler. Grâce à l’Allemagne, « l’ordre nouveau » règne dans les Balkans. C’est à ce moment que Ciano reprend la rédaction de son Journal.

Notes

1 Dans cette lettre, Hitler affirme sa certitude en la victoire contre la Grande-Bretagne, sa méfiance envers les nouvelles autorités françaises qui ont succédé à Laval et en particulier envers le général Weygand. Par ailleurs, il regrette l’abstention de l’Espagne, jugée fort ingrate au regard de l’aide apportée par l’Allemagne et l’Italie durant la guerre civile, tout comme la réticence bulgare à adhérer au Pacte tripartite. Par contre, le Führer se félicite de la coopération de la Roumanie et de la Hongrie. Vis-à-vis de l’Union soviétique, Hitler se méfie de la politique russe en direction de la Bulgarie et des Détroits, mais juge les relations bonnes dans l’ensemble. Sur le théâtre d’opérations africain, Hitler n’envisage pas une intervention allemande dans l’immédiat mais une action renforcée pour affaiblir la position maritime de la Grande-Bretagne en Méditerranée. Dans Les Lettres secrètes échangées par Hitler et Mussolini, op. cit., p. 103-113.

2 Le 26 décembre 1940, le gouvernement italien avait proposé au gouvernement soviétique d’entamer des négociations politiques et économiques. Le 28, l’ambassadeur soviétique Nicolas Gorelkin fait connaître les suites positives que souhaite donner Moscou à cette proposition. L’Italie soulève trois points : la garantie à la Roumanie vis-à-vis des éventuelles revendications hongroises et bulgares, une attitude favorable à l’égard des revendications soviétiques à propos de la navigation sur le Danube, une possibilité de participer à des négociations au sujet de la question des Détroits. en contrepartie de la reconnaissance de la Méditerranée comme mer italienne, Moscou demande que l’Italie reconnaisse ses droits dans les Balkans, en mer noire et en Asie. La réaction allemande ne fut guère favorable à en croire l’ambassadeur Alfieri : « Ribbentrop en fut fort surpris et contrarié. Il prit acte avec une réserve mal dissimulée. » Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 236.

3 Professeur d’histoire à l’université de Sofia, Bogdan Filov est nommé Premier ministre le 16 février 1940, succédant à Gueorgui Kiosseivanov. Il rencontre Ribbentrop à Vienne, où le ministre allemand des affaires étrangères fait pression pour que la Bulgarie adhère au Pacte tripartite et autorise les troupes allemandes à traverser le territoire bulgare afin d’attaquer la Grèce et porter ainsi assistance à l’Italie.

4 Le général Guzzoni est devenu le vice-chef d’État-Major général aux côtés de Cavallero.

5 Né en 1856, Guglielmo Pecori Giraldi commande le 7e corps d’armée au début de la Première Guerre mondiale, puis la 1e armée à partir de mai 1916. Il entre à trente le 3 novembre 1918. Élevé à la dignité de maréchal en 1926, il est nommé sénateur du royaume en 1929. Il meurt à Rome en 1941 et est enterré à l’ossuaire du Pasubio, dans la province de Vicence.

6 Le 2 janvier 1941, Farinacci adresse une lettre à Grandi dans laquelle il lui reproche son absence à l’inauguration d’un village en l’honneur de Costanzo Ciano, sa non-inscription parmi les orateurs devant commémorer le discours de Mussolini du 3 janvier 1925 annonçant le régime fasciste, et l’accuse d’avoir une position politique manquant d’engagement fasciste : « Comme tu le sais, toi et moi sommes en ce moment les victimes désignées à l’opinion publique. Je travaillerais pour former un gouvernement allemand ; toi, inversement, tu travaillerais pour un gouvernement qui réussirait à avoir l’appui de tous les courants qui verraient volontiers un déclin de Mussolini, de beaucoup d’entre nous, y compris naturellement de Ciano. » Dans Canosa Romano, Farinacci. Il superfascista, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2010, p. 272.

7 L’attaque sur Bardia débute le 3 janvier à 5 h 30. Après deux jours de combats, la place capitule, livrant aux forces britanniques et australiennes 45 000 prisonniers italiens et 462 canons.

8 Allusion au discours du 3 janvier 1925 par lequel Mussolini annonce l’instauration de la dictature fasciste.

9 Ayant quitté Malte pour rejoindre Gibraltar, les croiseurs Southampton et Gloucester ainsi que le porte-avions Illustrious sont attaqués par des avions allemands stationnés en Sicile. Le premier est coulé et les deux autres sont endommagés. Ils parviennent à rejoindre Malte, puis Alexandrie, pour réparation.

10 Massimo Magistrati a été nommé ambassadeur d’Italie à Sofia en mars 1940, quittant ainsi son poste de conseiller d’ambassade à Berlin.

11 À la suite d’un coup de téléphone de Mussolini lui annonçant brutalement sa mobilisation, Giuseppe Bottai écrit dans son Journal à la date du 17 janvier 1941 : « Quelque chose qui battait dans mon cœur depuis vingt ans s’est arrêté d’un coup : un amour, une fidélité, un dévouement absolu. Désormais, je suis seul, sans mon Chef. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 246. On peut cependant douter de la volonté de Bottai de comploter déjà contre le Duce en janvier 1941.

12 Anfuso témoigne de l’effet de cette décision du Duce : « Ce coup de tête laissait une bonne part des ministères entre les mains des bureaucrates. Je me trouvai devoir remplir les fonctions de Ciano qui alla prendre à Bari le commandement d’un groupe d’aviation. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 135.

13 Dans une dépêche du 14 janvier, Alfieri avait fait savoir que les autorités militaires allemandes souhaitaient la participation du général Cavallero afin de faire connaissance et prendre ensemble les mesures militaires imposées par la situation. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VI (29 ottobre 1940 – 23 aprile 1941), Libreria dello Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1986, doc. no 450, p. 443.

14 Lucius Licinius Lucullus dirigea la guerre contre Mithridate, roi du Pont, aux côtés de Pompée (74-66 av. J. -C.) et acquît à Rome la réputation d’être un expert en gastronomie.

15 Ribbentrop souligne que l’hypothèse d’une entrée en guerre de l’Espagne semblait s’éloigner. Il pense néanmoins qu’une rencontre entre le Duce et le Caudillo pourrait faire évoluer la situation étant donné l’influence que Mussolini peut avoir sur Franco. Peu inquiet vis-à-vis des attitudes bulgare et yougoslave, il est plus méfiant envers l’Union soviétique qui a sans doute des visées concernant son influence dans les Balkans. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 424-425.

16 nommé à la tête de l’état-major de l’armée de terre en 1934, le général Werner von Fritsch est obligé de démissionner le 4 février 1938 à la suite d’accusations d’homosexualité. Lavé de ces dernières par un tribunal présidé par Goering, il ne retrouve cependant pas ses fonctions. Il meurt le 22 septembre 1939 devant Varsovie dans des circonstances suspectes.

17 Lors de l’entretien du 19 janvier entre Hitler et Mussolini, le Führer souligne la défiance que l’axe doit avoir envers la France, car Pétain, Weygand comme de Gaulle lui sont hostiles, l’utilité qu’aurait une rencontre entre le Duce et le général Franco, l’impossibilité pour l’Allemagne d’intervenir en Grèce avant la fin du mois de mars. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. VI (29 ottobre 1940 – 23 aprile 1941), op. cit., doc. no 471, p. 473-474.

18 « Au cours de la conversation, le Führer donna une description complète de la situation militaire à l’heure actuelle. Il communiqua que les forces militaires allemandes traversant le territoire roumain dépassaient largement le nombre que l’on pouvait utiliser en Grèce pour des opérations immédiates. Des forces seraient mises à la disposition de la Bulgarie, si celle-ci désirait, pour combattre dans la région de Constantza, une éventuelle attaque des Russes venant du nord. Un deuxième groupe armé serait préparé en Roumanie, pour éviter une éventuelle attaque concentrée des Russes depuis le nord et l’est, ayant Galaţi pour objectif principal. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 450-451. On peut considérer que cette entrevue marque sans doute la fin de la stratégie de la « guerre parallèle » entamée par l’Italie fasciste avec son entrée dans le conflit le 10 juin 1940. Désormais, l’Allemagne est seule à prendre des initiatives stratégiques importantes.

19 En français dans le texte.

20 En français dans le texte.

21 Le 14 janvier, lors d’une rencontre avec Hitler, Antonescu a obtenu l’appui du Führer pour éliminer ses opposants de la Garde de fer.

22 Désireux de peser plus sur le pouvoir, des légionnaires de la Garde de fer, mouvement de type fasciste, occupent une caserne et dressent des barricades à Bucarest dans la nuit du 20 au 21 janvier. Après une vaine tentative de négociations entre le général Antonescu et Horia Sima, chef de la Garde de fer, le chef du gouvernement ordonne à l’armée d’ouvrir le feu sur les insurgés. Il a l’appui d’Hitler qu’il a rencontré le 7 janvier et qui fait confiance à Antonescu. Le ministre d’Allemagne à Bucarest, Wilhelm Fabricius, reçoit des instructions pour apporter le soutien allemand au pouvoir en place. Le 22 janvier, une unité blindée allemande défile dans le centre de Bucarest. Le 24, Sima donne l’ordre d’arrêter les combats. Ceux-ci font près de 2 500 morts, dont plus d’une centaine de Juifs massacrés par des légionnaires. Sur la Garde de fer, Sandu Traian, Un fascisme roumain. Histoire de la Garde de fer, Perrin, Paris, 2014.

23 Le général Pitassi Manella commande le 22e corps d’armée chargé de défendre tobrouk. Surpris par la rapidité de l’attaque, il ne parvient pas à endiguer les forces britanniques qui capturent 25 000 soldats italiens et 236 canons pour des pertes minimes (179 tués et 638 blessés). Depuis le début de l’offensive britannique, l’armée italienne a perdu 130 000 prisonniers et près de 700 canons.

24 Dans ses Mémoires, Grandi montre sa totale opposition à cette décision : « Je me souviens d’un coup de téléphone d’un fonctionnaire : “Le Duce ordonne de partir d’ici 24 heures pour le front grec.” Le même ordre a été reçu par les autres ministres. Tous les ministres qui avaient osé émettre des critiques, et à qui on ne pouvait se fier, devaient partir. Le nouveau secrétaire du Parti se rendit auprès de Mussolini et lui fit remarquer les inconvénients de priver le pays de ses cadres dirigeants. Mussolini s’irrita et répliqua : “Les ministres ne sont pas nécessaires. Ils ne l’ont jamais été. Cela fait un moment que j’entends faire l’expérience de gouverner avec la seule bureaucratie.” Éliminer tous les hommes qui lui semblaient dangereux, peu fidèles. » Dans Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 1985, p. 603-604.

25 Il s’agit de l’épouse de Mussolini et donc la belle-mère du comte Ciano.

26 Résidence royale au nord de Rome. C’est en sortant de celle-ci que Mussolini est arrêté le 25 juillet 1943 à la suite du vote négatif du Grand Conseil fasciste. Aujourd’hui, elle est le siège de l’ambassade d’Égypte auprès de l’Italie et porte le nom de villa ada.

27 on dispose d’un compte rendu de l’entrevue réunissant Mussolini, Franco et Serrano Súñer. Après avoir souhaité voir Franco à Rome dès la fin de la guerre, Mussolini s’est lancé dans une analyse du conflit, affirmant sa conviction en la victoire finale dans la mesure où l’Allemagne contrôle directement ou indirectement la presque totalité de l’Europe. La capacité militaire allemande est impressionnante, avec 250 divisions et bientôt 250 sous-marins. Quant aux déboires italiens, ils ne sont pas décisifs et la situation sera rétablie d’ici peu avec l’aide allemande. La prise de Gibraltar est présentée comme une action capitale en vue de la défaite anglaise. Si le Duce comprend que l’Espagne est tout à fait libre de choisir le moment d’entrer dans la guerre, il ne pourrait pas comprendre qu’elle reste absente d’un tel événement. Le Caudillo répond que l’état économique de l’Espagne ne lui permet pas pour le moment d’engager les hostilités (seulement huit provinces espagnoles ont au plus trois mois de réserve de blé, les autres en manquent cruellement) et qu’il y a quelques mois, l’Allemagne paraissait plus intéressée par le contrôle économique de l’Espagne que par son appui militaire. Tout à fait conscient de l’importance de Gibraltar, il estime que c’est aux espagnols, le moment venu, de régler ce problème séculaire. Serrano Súñer ajoute que « les espagnols veulent entrer en guerre mais désirent des garanties. À Hendaye, on ne leur a reconnu rien de concret ». Mussolini croit pouvoir affirmer, sans être démenti par Franco, que l’Espagne entrera en guerre quand ses problèmes de ravitaillement seront réglés et ses revendications coloniales reconnues. Autre point d’accord entre les deux dirigeants, l’impossibilité de faire confiance en la France qui reste une ennemie de l’axe. Cependant, rien de concret ne sort de l’entretien. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 428-438. Dans ses Mémoires, Serrano Súñer cite les propos du Duce concernant l’entrée en guerre : « oui, s’exclama-t-il sur un certain ton de mélancolie, je sais combien est grande la responsabilité de décider l’entrée en guerre d’une nation. En tout cas, vous ne pourrez la prendre que dans le moment où cette décision sera, à la fois, la moins onéreuse pour l’Espagne et la plus utile pour la cause commune. » Dans Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 229.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site