Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Décembre

Texte intégral

11er décembre. Les nouvelles albanaises sont meilleures. On tient et on contre-attaque au nord tandis qu’au sud, le repli s’effectue sans pression ennemi.

2Lors de l’entretien avec Cavallero, le Duce lui communique son imminente nomination comme chef d’État-Major. Imminente car retardée jusqu’au retour de Badoglio à Rome.

  • 1 Ces négociations aboutissent à l’entrevue entre Hitler et le régent Paul de Yougoslavie le 4 mars (...)

3Nous avons des nouvelles indirectes de négociations germano-yougoslaves1. Directement, on ne nous a rien communiqué même si l’on parle surtout d’affaires qui nous concernent. On ne peut pas dire que les allemands soient très délicats envers nous.

42 décembre. Aucune nouvelle importante. Une discussion avec le nonce au sujet de l’abolition des vacances du Jour de l’an, de l’Épiphanie et de Saint-Joseph. C’est une trouvaille personnelle du Duce qui en est très fier. Sur mon insistance, il a fléchi pour la Saint-Joseph. Mais il tient bon pour les deux autres et surtout pour le Jour de l’an, car « ce n’est rien d’autre que la circoncision du Christ, c’est-à-dire la célébration d’un rite juif que l’Église elle-même a aboli ». Je me demande si, en des moments pareils, cela vaut la peine d’irriter les gens avec des interventions de ce genre.

  • 2 Il s’agit de la ville de Saranda pour les albanais, connue également sous le nom de Santi-Quaranta (...)

53 décembre. La pression grecque a recommencé sur le front albanais et il semble que la 2e armée doive désormais effectuer un repli d’Argyrokastron et de Port-Edda2 que nous espérions éviter.

  • 3 Le général Antonio Sorice est chef de cabinet du ministère de la Guerre depuis octobre 1936.
  • 4 À la suite d’une progression de 42 kilomètres entre Korytsa et Pogradec, les troupes du général Tz (...)
  • 5 Le général Carlo Geloso commande la 11e armée italienne sur le front gréco-albanais.

64 décembre. Sorice3 téléphone de bonne heure pour annoncer que nous avons perdu Pogradec et que les Grecs ont rompu le front4. Ensuite, il informe que Soddu juge désormais « impossible toute action militaire et que la situation doit être résolue au travers d’une action politique ». Mussolini m’appelle au palais de Venise. Je le trouve abattu comme jamais. Il dit : « Il n’y a plus rien à faire. C’est absurde et grotesque mais c’est ainsi. Il est nécessaire de demander une trêve par l’intermédiaire d’Hitler. » Impossible. Les Grecs demanderaient, en première condition, la garantie personnelle du Führer que plus jamais rien ne serait fait contre eux. Je me mettrais une balle dans la tête plutôt que de téléphoner à Ribbentrop. Mais en sommes-nous vraiment à la défaite ? Le commandant en chef aurait-il jeté les armes avant ses soldats ? Je ne suis pas en mesure de donner des conseils militaires mais, en toute logique, si la rupture n’est pas totale, il semble encore possible de constituer une tête de pont à Valona avec l’armée Geloso5 et une ligne de sécurité sur le Shkumbini avec des forces fraîches. Ce qui compte aujourd’hui est de tenir et de se maintenir en Albanie. Le temps donnera la victoire mais si nous cédons, c’est la fin. Mussolini m’écoute et décide de faire une nouvelle tentative. Il envoie Cavallero sur place. Puis il a une nouvelle crise d’abattement. Il dit : « tout homme commet dans sa vie une erreur fatale. Je l’ai faite moi aussi en accordant ma confiance au général Viconti Prasca. Mais comment ne pas la faire, cet homme apparaissant si sûr de lui et tous les éléments donnant une confiance majeure ? C’est le matériel humain avec lequel je travaille qui n’est pas utilisable et qui ne vaut rien. »

7Il me vient à l’idée de contrôler la situation par l’intermédiaire de Jacomoni et je l’appelle au téléphone. J’ai tout de suite la sensation qu’à Tirana, on est plus calme qu’à Rome. Il y a un malentendu dans l’air. En fait, Jacomoni pense que Soddu entend « comme solution politique » une diversion militaire sur le flanc grec, à savoir une intervention allemande ou yougoslave. Les nouvelles du commandement s’améliorent durant la journée et Soddu et Cavallero partent pour Elbasan afin de juger sur place de la situation.

8Je revois le Duce dans la soirée. Il est plus tranquille. Il a eu un entretien avec Badoglio qui entend retirer sa démission. Trop tard. Mussolini affirme que le Roi lui-même l’a encouragé à l’accepter en disant « qu’à son avis, Badoglio est désormais fatigué ».

  • 6 L’Allemagne envoie 53 avions de transport Ju-52 qui opèrent depuis la base aérienne de Foggia.

95 décembre. Les nouvelles d’Albanie sont stationnaires. Le temps gagné est tout en notre faveur, d’autant plus que les allemands nous ont donné 50 avions de transport. Le trafic en sera ainsi facilité6.

  • 7 Jusque-là, l’amiral Raffaello Riccardi commandait la 1re escadre italienne depuis 1938.

10La démission de De Vecchi est acceptée et il est remplacé par Bastico. Le Duce entend également remplacer l’amiral Cavagnari par l’amiral Riccardi7. Le jugement de Papa sur ce dernier était très négatif.

11J’ai réussi à arracher au Duce les vacances du Jour de l’an et de l’Épiphanie. J’en informe le nonce. Cela ne vaut pas la peine de créer une crise avec le Vatican dans un moment comme celui-ci.

  • 8 Le front s’est stabilisé entre le lac d’Okhrida et le rivage de l’adriatique, mais les troupes gre (...)

126 décembre. Nouvelles stationnaires d’Albanie8.

  • 9 Aviateur durant la Première Guerre mondiale, Erhard Milch est nommé secrétaire d’État de l’air du (...)
  • 10 Dans cette même lettre, Hitler aborde d’autres sujets. Il souhaite obtenir l’adhésion yougoslave a (...)

13Entretien avec le maréchal Milch9, venu à Rome pour régler la question des Stukas en Méditerranée. Il était calme et optimiste sur la situation générale, même sur la question grecque. La lettre d’Hitler, dont il était porteur, différait substantiellement dans le contenu et dans la forme de celle envoyée depuis Vienne. Les événements albanais sont minimisés, considérant qu’ils trouveront une solution et qu’ils sont un épisode périphérique dans le cadre général pour lequel les perspectives sont bonnes10. Tout ceci a beaucoup soulagé Mussolini qui passe à la contre-attaque, y compris sur le plan intérieur : « Si, quand j’étais socialiste, a-t-il dit, j’avais eu de la bourgeoisie italienne une connaissance non seulement purement théorique tirée de la lecture de Karl Marx, mais une véritable notion physique que j’ai maintenant, j’aurais fait une révolution si impitoyable que celle du camarade Lénine aurait semblé une innocente plaisanterie. »

  • 11 Ces mouvements à la tête de l’armée italienne laissent sceptiques les responsables allemands. Le 1 (...)

14Cavallero a été nommé. Les répercussions ne sont pas bonnes, surtout dans les cercles militaires. L’homme est très controversé, les jugements sont divers mais personne ne dit qu’il est stupide11.

  • 12 Draguicha Tsvetkovitch est président du Conseil yougoslave depuis février 1939.

157 décembre. Un discours de tsvetkovitch12 a marqué le début de la manœuvre de conversion yougoslave. Stakich annonce son prochain voyage en Italie, suivi de peu d’Antic, ministre de la Cour. Lors d’un entretien avec Christich, j’ai marqué nos bonnes dispositions au sujet des relations avec son pays et j’ai fait allusion au slavisme de la vallée du Vardar. Mussolini est calme et dur comme un roc. Il est heureux, maintenant qu’il l’a fait, d’avoir éloigné De Vecchi. Il a mis dans le communiqué « à sa demande » pour signifier qu’« à l’heure où ces hommes auraient dû faire leur demande pour rentrer dans le rang, ils en ont fait une pour en sortir ».

16Retour d’Albanie de Cavallero. Il juge la situation encore critique mais en voie de résolution. D’ici huit jours, le front qui subit encore de petits changements sera définitivement stabilisé : d’ici peu, il pense effectuer une contre-attaque locale qui devrait nous assurer à nouveau la possession de Koritsa. D’un point de vue de prestige, ce serait une bonne chose. Les nouvelles qui viennent de Grèce sont unanimes pour dénoncer une situation grave.

178 décembre. Rien de nouveau.

189 décembre. Le Parti a lancé une contre-attaque contre Badoglio mais peut-être un peu exagérée puisqu’on commence même à parler de trahison. Serena m’a raconté comment il s’y est pris et a exposé sa tactique. Je ne suis pas du tout d’accord : toute exagération est contre-productive et touche à l’honneur même de l’armée. De fait, Badoglio s’est rendu chez le Duce pour protester et a obtenu un communiqué assez bienveillant.

  • 13 Le général Archibald Wavell, commandant en chef britannique au Moyen-Orient, a préparé une contre- (...)

1910 décembre. Les nouvelles de l’attaque sur Sidi Barrani arrivent comme un coup de foudre. Tout d’abord, la chose n’a pas paru grave, mais les télégrammes successifs de Graziani confirment qu’il s’agit d’un coup rude13. Mussolini, que j’ai vu deux fois, est très calme. Il commente les événements avec une objectivité impersonnelle. Il semble que la chose ne le regarde pas et il se préoccupe du prestige de Graziani. Il ne veut pas encore réaliser la gravité de l’événement.

20La situation est sérieuse à l’extérieur comme à l’intérieur. À l’extérieur car, d’après le ton des télégrammes de Graziani, il ne semble pas qu’il se soit remis du coup et qu’il se prépare à réagir. À l’intérieur car un malheur ne vient jamais seul : l’opinion publique était déjà suffisamment secouée et divisée pour recevoir maintenant un coup aussi dur.

  • 14 Ce n’est que l’impression du moment car, en fait, le Führer est en pleine préparation d’offensives (...)

21Le discours d’Hitler n’a pas fait bonne impression : il est plus défensif qu’offensif et on sent bien que l’Italie ne joue qu’un rôle très secondaire14.

2211 décembre. Les choses vont vraiment mal en Libye. Quatre divisions peuvent être considérées comme hors de combat et Graziani, qui dénonce l’impétuosité et la décision de l’ennemi, ne dit rien sur la manière dont il compte parer le coup. Mussolini est toujours aussi calme. Il estime que les journées très pénibles que nous sommes en train de vivre sont inévitables dans le cours fluctuant de toutes les guerres. Il espère encore que Graziani puisse et sache stopper l’avancée anglaise : si les anglais restent sur l’ancienne frontière, il ne juge pas que la situation soit grave, s’ils parviennent à atteindre Tobrouk, alors il considère la « situation comme dramatique ».

  • 15 au soir de la journée du 11 décembre, les forces britanniques ont fait 38 000 prisonniers italiens (...)

23En soirée, la nouvelle arrive que la division Catanzaro n’a pas résisté au choc anglais et s’est disloquée. Mais qu’est-ce qui ne va pas dans cette armée où cinq divisons réussissent à se faire pulvériser en deux jours15 ?

  • 16 Le 19 février 1937, alors qu’il est vice-roi d’Éthiopie, le maréchal Graziani est victime d’un att (...)

2412 décembre. Situation assez tranquille en Albanie. Très mauvaise en Libye. Graziani télégraphie peu et sans précision. Il ne s’est pas encore remis du coup subi et, d’autre part, il paraît que ses nerfs sont restés ébranlés depuis l’époque de l’attentat d’Addis-Abeba16. On m’a raconté que même en Italie, il avait tellement peur des attentats qu’il faisait surveiller sa villa d’Arcinazzo par au moins 18 carabiniers. En Libye, il s’était fait faire un refuge dans une tombe romaine à Cyrène, profond de 20 à 30 mètres. Maintenant, il est bouleversé et ne sait pas prendre de décisions. Il fonde ses espérances sur une possible fatigue de l’adversaire et non sur ses propres forces, ce qui est mauvais signe. Le Duce perçoit maintenant la gravité des événements : « en Libye, nous avons subi une défaite en règle. Cette fois, on ne dira pas que c’est la faute de la politique. J’ai laissé aux militaires la plus ample liberté d’action. Ce matin, le Roi était très sombre. »

  • 17 Dans son Journal, Ansaldo relate son entretien du 8 décembre avec Ribbentrop. Celui-ci lui fait sa (...)

25J’ai vu Mackensen. Il est venu avec un prétexte. Naturellement, nous avons parlé de la situation et je ne lui ai pas caché la situation. Il a fait preuve de solidarité et de compréhension. Ansaldo réfère que Ribbentrop a fait de même lors d’un entretien qu’il a eu avec lui à Berlin17. En soirée, Sebastiani me demande d’aller au palais de Venise.

2613 décembre. Un télégramme catastrophique de Graziani est arrivé, fait d’exaltation, de littérature et de préoccupations. Il pense se retirer jusqu’à tripoli « afin de maintenir au moins le drapeau sur cette forteresse » mais il se préoccupe tout de suite d’accuser Rome, c’est-à-dire Mussolini, de l’avoir obligé à faire la guerre « de la puce contre l’éléphant ». J’entre chez Mussolini et je le trouve assez touché. Je n’ai rien à lui dire et je désire seulement, par ma présence, faire comprendre que je suis toujours plus avec lui. Il se rend compte du coup qu’aura le pays. Il écoute ma suggestion de faire quelque chose pour remonter le moral des gens. Il faut qu’il parle au cœur des Italiens. Faire sentir que ce qui est en jeu, ce n’est pas le fascisme mais la Patrie éternelle, celle de tous, au-delà des hommes, du temps et des factions.

27En matinée, les nouvelles semblent meilleures et le Duce est plus soulagé. Pour ma part, je suis sceptique car l’impétuosité de l’attaque et la faible résistance des troupes ne laissent rien espérer de bon. En effet, je ne crois pas, à la différence du Duce, que les anglais se contenteront de nous chasser d’Égypte et s’arrêteront à la frontière : ils ont des objectifs plus lointains.

2814 décembre. Les nouvelles de Libye semblent meilleures. Graziani télégraphie moins et ce n’est pas aussi sombre qu’auparavant.

29Soddu continue également à envoyer des rapports préoccupants depuis l’Albanie tandis que les coups de téléphone de Cavallero sont assez sereins. Mussolini dit : « Cinq généraux prisonniers et un mort. Ceci est la proportion entre les Italiens qui ont des caractéristiques militaires et ceux qui n’en n’ont pas. À l’avenir, nous ferons une armée de professionnels, les sélectionnant entre 10 ou 12 millions d’Italiens, ceux de la vallée du Pô et d’une partie de l’Italie centrale. Tous les autres fabriqueront des armes pour l’aristocratie guerrière. »

  • 18 Le 13 décembre, le maréchal Pétain renvoie Pierre Laval du gouvernement, plus pour des raisons de (...)

30En soirée, des nouvelles encore peu rassurantes. Pendant le dîner à l’ambassade d’Allemagne, le Duce téléphone pour avoir des nouvelles de la crise gouvernementale en France18. Il ne semble pas que les allemands en soient trop préoccupés. L’atmosphère est pesante envers nous : dans les regards allemands, on ne lit pas encore une condamnation mais il y a de nombreuses interrogations.

3115 décembre. Je trouve le Duce calme et indigné contre Graziani pour un télégramme qu’il lui a envoyé. Long télégramme récriminatoire dans lequel il parle « d’homme à homme » et reproche au Duce de s’être laissé tromper par ses collaborateurs militaires romains, de ne l’avoir jamais écouté et de l’avoir poussé dans une aventure qui, désormais, dépasse les possibilités humaines pour entrer dans le domaine du destin. Mussolini m’en donne lecture et dit : « Voici encore un autre homme contre lequel je ne peux pas me fâcher car je le méprise. » Le Duce croit encore que la poussée anglaise s’arrêtera sur la crête de Derna.

32Aujourd’hui, il y a eu également un repli que Cavallero ne juge pas important et de simple valeur tactique. Il estime les forces de réserve suffisantes pour colmater la brèche.

33Je reçois la marquise Graziani. Elle est bouleversée. Elle a reçu de son mari une lettre avec des dispositions testamentaires et dans laquelle il lui dit que « les ongles ne peuvent pas briser les cuirasses ». Elle vient demander une intervention massive de l’aviation allemande en Libye qui pourrait encore transformer en succès la déroute d’aujourd’hui. Même en entrant dans cet ordre d’idée, les allemands s’exposeront-ils à envoyer des avions avec de l’eau jusqu’au cou et sans aucune préparation logistique ? Je l’exclus. La seule chose certaine et que le maréchal Graziani ne parvient pas à reprendre le contrôle de lui-même.

3416 décembre. Journée d’attente en Albanie et en Libye où, cependant, des forces s’amassent pour l’attaque sur Bardia.

35Réunion auprès du Duce pour établir les demandes en matières premières à l’Allemagne. Les notes affligées commencent. Ce ne sont pas de grosses quantités mais il est toujours ennuyeux de demander, surtout en ce moment.

3617 décembre. Nouveau et brutal repli en Albanie, vers Lisura et Tepeleni. Le Duce a préparé une lettre, une lettre dure pour Cavallero avec l’ordre pour les troupes de mourir sur place : « Plus qu’un de mes ordres, a-t-il écrit, c’est l’ordre de la Patrie ». Espérons que ce coup de fouet ait un effet.

  • 19 Importante défaite italienne en octobre 1917 devant les troupes germano-autrichiennes qui percent (...)

37En ville s’est répandu le bruit d’une victoire mirobolante en Libye, avec des dizaines de milliers de prisonniers et des centaines de chars détruits. Comme un éclair, le bruit s’est répandu dans toute la péninsule. Il n’y a rien de vrai. C’est une manœuvre, subtile et trouble, pour abattre le moral. On me dit qu’après Caporetto19, il était arrivé la même chose et que le pays, empli d’espoir par une fausse nouvelle, sombra ensuite dans une profonde désolation. Anticipation de la guerre des nerfs.

3818 décembre. Je confère longuement avec Cavallero, rentré d’Albanie. Il est nettement optimiste : non seulement il exclut toute surprise digne de ce nom, mais il estime que la phase critique est quasiment surmontée et pense porter un premier coup offensif en direction de Klisura après-demain. Un autre devrait suivre dans la vallée de Tomoritsa. Il croit que les derniers préparatifs de l’offensive qui devrait nous reporter à Koritsa seront terminés dans la première moitié de février, quitte à continuer le plus rapidement possible. Dans cet esprit, il attribue peu d’importance aux replis que les lignes ont subis ces derniers temps.

  • 20 Le général Annibale Bergonzoli, commandant du 23e corps d’armée, est chargé de défendre la place d (...)

39Peu de nouvelles de la Libye où les forces anglaises continuent à encercler Bardia. Les moyens de défense sont tels que, si Bergonzoli20 tient bon, les anglais n’auront pas la tâche facile.

40Je reçois le Conseil national des associations combattantes et je leur parle : il n’y a pas besoin de beaucoup de paroles pour allumer la foi qui est dans l’âme de tous les Italiens et qui n’attend qu’une occasion pour se manifester.

  • 21 Le port albanais de Valona est bombardé par les cuirassés britanniques Warspite et Valiant dans la (...)

4119 décembre. Je ne peux pas dire que les événements aient donné raison à Cavallero. La division Siena, qui opère sur le littoral, a été défaite à la suite d’une attaque grecque. La position est dangereuse : une fois engagée dans la vallée de la Suschika, la marche sur Valona est facile et naturelle et il n’est pas difficile de comprendre le poids qu’aurait la chute de Valona21. Mussolini est contrarié et préoccupé car il sent surtout le manque de réaction de nos forces et que les commandants sont usés jusqu’à la corde. À cela s’ajoute que Soddu s’exprime d’une certaine manière avec le Duce et d’une autre avec Sorice. Pour lui, la stratégie importante n’est pas celle contre les Grecs mais celle vis-à-vis du palais de Venise.

  • 22 Le général Giulio Perugi commande la 36e division d’infanterie Forlì.

4220 décembre. Les jalousies entre les généraux sont pires que celles entre les femmes. Il suffit de lire les entretiens téléphoniques de Soddu à Sorice : il les démolit tous. Geloso est ramolli, Perugi22 est un désastre, Trionfi une faillite. Aujourd’hui, par hasard, il a dit du bien de Vercellino et s’est exprimé textuellement comme ceci : « Pauvre Vercellino ! Il est si gentil. Il est venu me voir et a pleuré. » Le Duce a préparé un message pour Hitler. Il présente les choses telles qu’elles sont et demande une intervention allemande en thrace, via la Bulgarie. Je ne crois pas qu’Hitler puisse la lui accorder avant mars. Aussi, un message ne lui sera pas envoyé tout de suite : le Duce attend un rapport de Cavallero et, peut-être, les résultats de la contre-attaque qui devrait avoir lieu à Tepeleni où sont arrivées deux divisions fraîches, la Cuneo et l’Acqui.

  • 23 Dans ce discours devant le Parlement, Churchill décrit les victoires en Libye et les améliorations (...)

43Churchill a fait un discours dur : dur naturellement pour nous car il dit des choses amères sur la valeur de nos forces en Libye où la situation est toujours sérieuse. C’est un discours habile et l’on peut lire entre les lignes nombre de sous-entendus23.

4421 décembre. Aucune nouvelle de grand intérêt sur les deux fronts. Mussolini, qui est de meilleure humeur, a un long entretien en ma présence avec l’attaché militaire Marras. On traite de l’éventuelle aide militaire allemande. Marras arrive à cette conclusion : 1) jusqu’à fin mars, Hitler ne pourra faire aucune action en thrace ; 2) inutile de demander des troupes allemandes pour Valona car elles ne pourront pas arriver avant un mois ; 3) on peut étudier l’envoi en Libye de deux divisions blindées allemandes. Le Duce est d’accord.

4522 décembre. Cavallero, qui est l’homme qui joue toujours la note optimiste, dit que la contre-attaque sur le littoral est prête pour demain ou après-demain. Il n’en attend pas de grands résultats mais espère éloigner la pression sur Valona. Ce serait un succès car Valona représente pour les Gréco-anglais un objectif stratégique de premier ordre et cela nous permettrait de reprendre l’initiative.

4623 décembre. Rien de nouveau mais je trouve le Duce plutôt irrité par la retraite de samedi, contraire aux prévisions de Cavallero. Loin d’éloigner la pression sur Valona, elle l’augmente pour le moment. Le Duce ne croit plus à ce que Cavallero annonce : « Je suis devenu, affirme le Duce, comme les aubergistes de campagne qui peignent un coq sur le mur et qui écrivent dessous : “on fera crédit quand ce coq chantera.” Moi aussi, je ferai crédit aux militaires quand un fait me prouvera que la situation a changé. » Puis, parlant du comportement médiocre de la troupe, il ajoute : « Je dois toutefois reconnaître que les Italiens de 1914 étaient meilleurs que ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas un beau résultat pour le Régime mais c’est comme cela. »

4724 décembre. Il neige. Le Duce regarde par la fenêtre et il est content qu’il neige : « Cette neige et ce froid vont très bien, dit-il, car les demi-portions mourront et cela améliorera cette médiocre race italienne. Une des principales raisons pour laquelle j’ai voulu le reboisement des Apennins était de rendre l’Italie plus froide et enneigée. » Long entretien avec Melchiori, rentré de Cyrénaïque. Il est officier de liaison de Graziani, donc au cœur de l’action. À son avis, la situation s’est nettement améliorée et nous ne devrions plus avoir de brusques réveils. Graziani accuse ouvertement Badoglio de trahison et a dit, y compris dans les heures les plus sombres, que la seule chose qui l’empêchait de se suicider était la volonté de traîner un jour Badoglio sur le banc des accusés.

4825 décembre. Noël. Le Duce est sombre et parle de nouveau avec préoccupation de la situation en Albanie. Il a l’air plus fatigué que d’habitude et cela m’attriste beaucoup : l’énergie du Duce est notre ressource majeure en ces moments. Il ne croit plus en Cavallero : il dit que son optimisme est comme le chant de celui qui a peur de rester seul dans une chambre. En effet, Cavallero communique de Tirana que « le pire de la crise est passé et que désormais, parmi nos troupes, un complet changement d’état d’esprit est advenu ».

4926 décembre. Rien de nouveau.

5027 décembre. Déroulement habituel des événements en Albanie, ce qui rend le Duce insatisfait. Il a raison. Nonobstant les bonnes paroles de Cavallero, on n’y voit pas clair. Il promet cette offensive dans la vallée de la Suschika mais elle n’arrive pas et il ne serait pas surprenant qu’une nouvelle fois, les Grecs nous devancent.

5128 décembre. Rien de nouveau.

  • 24 Cité portuaire de Vénétie qui fait partie de la titulature du comte Ciano.

5229 décembre. À Cortellazzo24 pour l’inauguration du village dédié à la mémoire de mon père. Cérémonie simple et brève.

53J’ai peu vu Venise et ne peux rien dire sur l’état d’esprit des gens. avec dix degrés au-dessous de zéro et des plaques de glace sur la lagune, les Vénitiens sont peu portés à s’occuper de politique.

5430 décembre. Durant mon absence, le Duce a confié le commandement des armées à Cavallero et a rappelé Soddu. Depuis quelque temps, il était mécontent des sautes d’humeur de Soddu. Un jour tout rose, un autre tout noir. Le coup final a eu lieu quand le Duce a appris que, même en Albanie, il consacrait son temps le soir à composer des musiques de film.

5531 décembre. Cavallero transmet la copie d’une lettre adressée au Duce dans laquelle il demande l’autorisation pour une offensive de grande ampleur le long du littoral. C’est comme inviter un lièvre à courir. Personne ne ronge davantage son frein que le Duce durant cette interminable phase défensive qui le contraint à avaler des pilules amères chaque jour.

56Parini est au palais de Venise. Il parle de ce que fait le Parti pour l’assistance aux troupes. Son jugement sur l’avenir est plutôt optimiste mais sévère sur le passé.

Notes

1 Ces négociations aboutissent à l’entrevue entre Hitler et le régent Paul de Yougoslavie le 4 mars 1941. Après cinq heures d’échanges en tête à tête, le régent accepte l’adhésion de la Yougoslavie au Pacte tripartite. En contrepartie, la Yougoslavie recevrait la région de Thessalonique. Dans ses Mémoires, Milan Stoyadinovitch affirme, sans apporter de preuve, que le régent aurait également reçu la promesse de monter sur le trône en substitution du jeune roi Pierre II. Dans Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres. Ni le pacte, ni la guerre, nouvelles Éditions latines, Paris, 1979, p. 262.

2 Il s’agit de la ville de Saranda pour les albanais, connue également sous le nom de Santi-Quaranta et rebaptisée Port-Edda en l’honneur de la fille du Duce.

3 Le général Antonio Sorice est chef de cabinet du ministère de la Guerre depuis octobre 1936.

4 À la suite d’une progression de 42 kilomètres entre Korytsa et Pogradec, les troupes du général Tzolakoglou s’emparent de cette dernière, ce qui leur permet de contrôler les rives méridionales du lac d’Okhrida.

5 Le général Carlo Geloso commande la 11e armée italienne sur le front gréco-albanais.

6 L’Allemagne envoie 53 avions de transport Ju-52 qui opèrent depuis la base aérienne de Foggia.

7 Jusque-là, l’amiral Raffaello Riccardi commandait la 1re escadre italienne depuis 1938.

8 Le front s’est stabilisé entre le lac d’Okhrida et le rivage de l’adriatique, mais les troupes grecques ont pénétré d’une cinquantaine de kilomètres en territoire albanais.

9 Aviateur durant la Première Guerre mondiale, Erhard Milch est nommé secrétaire d’État de l’air du Reich en février 1933. Général en mars 1934, il est fait maréchal en juillet 1940.

10 Dans cette même lettre, Hitler aborde d’autres sujets. Il souhaite obtenir l’adhésion yougoslave au Pacte tripartite et l’entrée en guerre de l’Espagne, souligne les pressions soviétiques sur la Bulgarie, se méfie de l’attitude du gouvernement de Vichy mais ne croit pas à une collusion entre Pétain et de Gaulle. Dans Les Lettres secrètes échangées par Hitler et Mussolini, op. cit., p. 97-100.

11 Ces mouvements à la tête de l’armée italienne laissent sceptiques les responsables allemands. Le 10 décembre, Goebbels commente : « Il [NDA : Mussolini] démet ses officiers supérieurs les uns après les autres. Il ferait mieux de mettre Ciano à la porte, le Führer pourrait y ajouter Ribbentrop. Tous deux sont des poseurs vaniteux et des dilettantes. On s’en aperçoit lorsqu’ils sont placés seuls et sans aucune assistance face à une grande mission. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, op. cit., p. 217. Y compris chez un opposant au nazisme qu’est Hassell, le rôle de Ciano dans les difficultés italiennes est jugé important. Il écrit en date du 23 novembre : « La situation là-bas [NDA : en Italie], après les défaites de Grèce, est moralement peu stable. Le funeste rôle joué par Ciano apparaît plus clairement. » Dans Hassell Ulrich von, Journal d’un conjuré (1938-1944). L’insurrection de la conscience, Belin, Paris, 1996, p. 186.

12 Draguicha Tsvetkovitch est président du Conseil yougoslave depuis février 1939.

13 Le général Archibald Wavell, commandant en chef britannique au Moyen-Orient, a préparé une contre-offensive sur Sidi Barrani dont il a confié la réalisation au général Richard O’Connor. Étant parvenu à cacher l’approche des troupes britanniques fortes de 30 000 hommes, la surprise est totale. Au premier jour de l’offensive, les Britanniques font 2 000 prisonniers et prennent Sidi Barrani.

14 Ce n’est que l’impression du moment car, en fait, le Führer est en pleine préparation d’offensives. Le 10 décembre, il donne son accord pour l’installation de bases de la Luftwaffe en Italie du Sud et en Sicile. Le 13, il paraphe la directive de l’opération Marita qui prévoit l’invasion de la Grèce. Le 18, il signe la directive Barbarossa, qui organise l’attaque de l’Union soviétique.

15 au soir de la journée du 11 décembre, les forces britanniques ont fait 38 000 prisonniers italiens alors qu’elles ne comptent que 624 morts.

16 Le 19 février 1937, alors qu’il est vice-roi d’Éthiopie, le maréchal Graziani est victime d’un attentat à la bombe lors d’une cérémonie officielle célébrant la naissance du prince de Naples, petit-fils du roi Victor-Emmanuel III.

17 Dans son Journal, Ansaldo relate son entretien du 8 décembre avec Ribbentrop. Celui-ci lui fait savoir que si l’Italie parvient à maintenir ses positions actuelles, son prestige sera rétabli, mais qu’un nouveau recul l’entamerait fortement. D’autre part, les difficultés italiennes sur le front gréco-albanais inquiètent le ministre allemand pour les éventuelles répercussions diplomatiques dans les Balkans, en particulier l’attitude de la Yougoslavie et de la Bulgarie. Dans Ansaldo Giovanni, Il giornalista di Ciano. Diario (1932-1945), Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 2000, p. 275.

18 Le 13 décembre, le maréchal Pétain renvoie Pierre Laval du gouvernement, plus pour des raisons de pratiques politiques qui irritent le vieux maréchal et son entourage que pour des oppositions vis-à-vis de la politique de collaboration entamée à Montoire. Pierre-Étienne Flandin devient ministre des affaires étrangères.

19 Importante défaite italienne en octobre 1917 devant les troupes germano-autrichiennes qui percent le front et ne sont arrêtées que sur le Piave.

20 Le général Annibale Bergonzoli, commandant du 23e corps d’armée, est chargé de défendre la place de Bardia, aux confins de l’Égypte et de la Libye.

21 Le port albanais de Valona est bombardé par les cuirassés britanniques Warspite et Valiant dans la nuit du 18 au 19 décembre.

22 Le général Giulio Perugi commande la 36e division d’infanterie Forlì.

23 Dans ce discours devant le Parlement, Churchill décrit les victoires en Libye et les améliorations portées à la défense aérienne de la Grande-Bretagne, tout en s’inquiétant de l’activité des sous-marins allemands. Le 23 décembre, le Premier ministre britannique s’adresse directement au peuple italien sur les ondes de la BBC : « Italiens, je vais vous dire la vérité. Tout cela vient d’un seul homme. Un homme, un seul homme a jeté le peuple italien dans une lutte à mort avec l’empire britannique et a privé l’Italie de la sympathie et de l’amitié des États-Unis d’Amérique. Que ce soit un grand homme, je l’admets ; mais qu’après dix-huit années d’un pouvoir absolu, il ait conduit votre pays au bord de l’abîme, qui pourrait le nier ? […] C’est un seul homme, dis-je, qui a rangé les dépositaires et les héritiers de la Rome antique aux côtés des païens féroces et barbares. » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. 2 : Seuls. Mai-décembre 1940, op. cit., p. 323.

24 Cité portuaire de Vénétie qui fait partie de la titulature du comte Ciano.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search