Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Novembre

Texte intégral

11er novembre. Finalement, le soleil. J’en profite pour bombarder Salonique. Au retour, je suis attaqué par la chasse grecque : tout va bien et deux des leurs sont abattus. Mais j’avoue – c’était la première fois que j’avais la chasse à mes trousses – que c’est une impression désagréable.

2De Tirana à tarente pour m’entretenir avec le Duce et de tarente à Rome d’où je repars pour l’Allemagne.

32 novembre. En voyage vers la région des Sudètes.

  • 1 La rencontre a lieu à Schoenhof, en pays sudète. Ribbentrop soumet à Ciano le projet de protocole (...)

43 novembre. J’ai fait un rapport de mes entretiens avec Ribbentrop. Je n’ai rien d’autre à ajouter1. Je n’ai vu personne si ce n’est les officiels et les gardes-chasse. Trop peu pour avoir des impressions.

5Seulement, le dernier soir, un major de l’armée, pendant que Ribbentrop parlait à ses invités et répétait son sujet favori comme quoi la guerre était déjà gagnée, s’est approché de moi et a dit dans un français hésitant : « Cette phrase nous a été dite en 1914, en 1915, en 1916, en 1917. J’y ai cru. Et puis, en 1918, j’aurais préféré mourir. » Il m’a impressionné tant il était calme, honnête et triste. Espérons qu’ils ne soient pas nombreux à penser comme cela.

64 novembre. Départ pour l’Italie.

75 novembre. Voyage de retour.

  • 2 Le 3 novembre, le général Papagos, chef d’état-major grec, lance une contre-offensive qui connaît (...)

86 novembre. Mussolini est mécontent de la manière dont vont les choses en Grèce. L’attaque sur Koritsa n’a pas eu les résultats annoncés par la radio anglaise mais il est un fait que l’ennemi a progressé et une réalité qu’au huitième jour des opérations, l’initiative est aux Grecs2. Soddu est parti pour l’Albanie et assumera le commandement : Visconti restera chef de l’armée d’Épire.

9Je ne crois pas que ce soit le moment de se voiler la face, même si beaucoup commencent à le faire. Dans la soirée même, Mussolini est plus tranquille. Les forces qui ont afflué dans le secteur de Koritsa font espérer que la poussée grecque puisse être arrêtée définitivement. Ensuite viendra la contre-attaque et le succès, peut-être plus tôt qu’on ne l’espère.

  • 3 . À cette date, Ciano est optimiste au sujet de la guerre italo-grecque. Il assure à Bottai qu’il n (...)

107 novembre. Je discute avec Benini, de retour de Tirana, et je l’accompagne chez le Duce auquel il fait une longue relation. Secteur de Koritsa : le début de l’échec est dû à un bataillon albanais qui, par peur plus que par trahison semble-t-il, a commencé à fuir. Nos soldats firent des prouesses. Des divisions grecques entières durent s’arrêter à cause de la résistance de petits postes de douaniers et ne passèrent que lorsque le dernier défenseur fut tombé. Nous nous sommes retirés sur la ligne de résistance : Soddu estime que tout danger sera écarté dès que seront arrivés quelques régiments d’alpins. Secteur de l’Épire : Visconti est encore relativement optimiste et pense possible de se mettre en position de provoquer la chute de Janina. Soddu n’est pas de cet avis et pense qu’il convient d’arrêter la manœuvre, envoyer des renforts et attaquer dans un second temps3.

11L’organisation civile est excellente. Le port de Durazzo fonctionne à plein et n’est pas engorgé. De même pour les routes qui assurent un trafic intense et sûr entre l’arrière et le front.

  • 4 . C’est-à-dire depuis le 11 juin 1936.

12Dans l’après-midi, je vais à une réception à l’ambassade soviétique. Sensation profonde dans le corps diplomatique : c’est la première fois que je franchis ce seuil depuis que je suis ministre des affaires étrangères4.

138 novembre. Les nouvelles de Jacomoni ne coïncident pas avec celles de l’état-major, qui est beaucoup plus pessimiste. Le Duce a un long entretien avec Badoglio et Roatta et établit un plan afin d’envoyer des renforts. Il paraît que Badoglio est très lugubre, ce qui irrite le Duce, surtout parce qu’il demande encore quatre mois. C’est trop. Il est nécessaire d’agir avec énergie et faire vite : l’attaque grecque s’est épuisée et ils n’ont pas de réserves. Grazzi, revenu d’Athènes, confirme que la situation intérieure est mauvaise et que la résistance n’est qu’un feu de paille. Selon lui, Metaxás, quand il reçût notre communication en robe de chambre et chemise de nuit, était prêt à céder. L’intransigeance ne s’est manifestée qu’après qu’il eût parlé au Roi et à la suite de l’intervention du ministre anglais.

14En soirée, les nouvelles sont meilleures : l’attaque grecque s’épuise dans tous les secteurs.

159 novembre. Situation stable sur le front albanais. L’attaque grecque a perdu de son élan et est en train de faiblir. Mais nous aussi, malheureusement, nous n’avons pas pour le moment le souffle pour reprendre la marche en avant. Nous le ferons d’ici quelques semaines. Le Duce est très remonté contre Jacomoni et Visconti qui avaient jugé l’opération trop facile et sûre.

  • 5 Discours traditionnel afin de commémorer la tentative de putsch nazi à Munich le 9 novembre 1923.
  • 6 Le président Roosevelt devance Willkie de 5 millions de voix et dispose de 449 délégués contre 82 (...)

16Discours d’Hitler5. Il ne me plaît pas. Trop d’arguments personnels pour être convaincant. Le but de ce discours est de remonter le moral du peuple allemand, désillusionné par le résultat des élections américaines6. Mais le Führer y a-t-il réussi ? Mussolini se propose de parler le 18 novembre : il se rend compte que la situation intérieure s’est alourdie et que son discours est nécessaire.

  • 7 Le même jour, le général Soddu remplace le général Visconti Prasca à la tête des forces italiennes (...)

1710 novembre. Une offensive avancée de notre cavalerie est arrivée à quelques kilomètres de Préveza et n’a pas rencontré de résistance. C’est la preuve que les Grecs n’ont qu’un rideau de force et que l’avancée est facile une fois celui-ci franchi. Si nous avions aujourd’hui deux divisions en Albanie, nous pourrions les lancer vers un succès assuré7.

  • 8 Neville Chamberlain est décédé des suites de son cancer. Le 12 novembre, Churchill lui rend hommag (...)
  • 9 Allusion à une phrase malheureuse prononcée par Chamberlain au début des opérations en Norvège en (...)

18Neville Chamberlain est mort8. Je conserve un excellent souvenir des deux fois où je fus avec lui à Munich et à Rome. C’était un homme simple, spontané, humain. Mussolini n’a donné aucune importance à l’événement qu’il a commenté ainsi : « Cette fois, il a définitivement raté l’autobus. » Cette plaisanterie lui plaît tellement qu’il demande qu’elle soit notée dans mon Journal9.

  • 10 Secrétaire particulier du comte Ciano.

1911 novembre. Ce matin, j’ai reçu l’avocat Stackic, venu de Belgrade, que m’a présenté Galeazzo Di Bagno10. Il a une mission de la part de la Maison royale serbe et plus précisément d’Antic, ministre de la Maison royale. Il voudrait me rencontrer afin de rendre plus étroits les liens entre l’Italie et la Yougoslavie. On va jusqu’à parler d’alliance, avec des garanties de grande portée parmi lesquelles la démilitarisation de l’adriatique. J’en ai parlé à Mussolini qui encourage l’initiative. J’y suis, pour ma part, très favorable. J’ai toujours considéré l’attaque contre la Yougoslavie comme une entreprise difficile et inutile en vue de l’équilibre européen. Plutôt que de nous agréger une masse insoumise et infidèle comme celle des Croates, il vaudrait mieux créer une solide base d’entente entre l’Italie et la Yougoslavie. Surtout dans le cas où nous ferions une politique antirusse plutôt qu’antiallemande.

20Les nouvelles d’Albanie indiquent que la situation s’est stabilisée. Si nous avions eu d’avantage de troupes, nous aurions pu aller plus loin. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre. Malheureusement, même quand le succès viendra, il ne sera plus de première grandeur.

21De différentes sources, mais particulièrement de Moscou, arrivent des nouvelles d’une attitude, voire d’une activité anti-italienne de la part de l’Allemagne.

  • 11 Le 11 novembre, 21 avions décollent du porte-avions britannique Illustrious avec pour objectif les (...)

2212 novembre. Journée noire. Les anglais ont attaqué la flotte mouillée à tarente et ont coulé le Cavour et gravement endommagé le Littorio et le Duilio qui seront hors de combat pour de nombreux mois11. Je croyais trouver le Duce abattu. Au contraire, il a bien encaissé le coup et il semble qu’en ce premier moment, il ne prenne presque pas conscience de la gravité de l’événement. Quand Badoglio est venu me voir la dernière fois au palais Chigi, il a dit qu’attaquant la Grèce, nous devrions tout de suite déplacer la flotte qui ne serait plus en sécurité. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait quinze jours après le début des opérations et en période de pleine lune ?

  • 12 Sigle de l’azienda generale italiana petroli (entreprise générale italienne des pétroles), fondée (...)
  • 13 Port d’Érythrée.
  • 14 D’autant plus que les Britanniques viennent d’installer des bases aériennes en Crète.

23Également à Durazzo, le bombardement anglais a fait de graves dégâts : l’AGIP12 brûle. Heureusement, le port est intact. Il est indispensable de le préserver des attaques car il est la seule voie d’accès à l’Albanie. Il a fonctionné et fonctionne de manière très satisfaisante. Aucun arrêt et aucun embouteillage. Je me souviens de ce qui arriva à Massaoua13 au début de la campagne éthiopienne et la comparaison est très flatteuse. Mais la défense aérienne est faible et les attaques anglaises vont certainement s’intensifier14.

2413 novembre. Le Duce commence à se défier profondément de Badoglio. Il m’a donné l’ordre, en vue de la prochaine rencontre entre Keitel et Badoglio à Innsbruck, d’intensifier la surveillance au maximum pour savoir ce qu’il dira vraiment aux allemands.

  • 15 Le Duce réunit les responsables fédéraux du Parti national fasciste au palais de Venise le 18 nove (...)
  • 16 Il est à noter que Ciano n’évoque pas dans son Journal la visite effectuée par Molotov à Berlin, l (...)

25Mussolini m’a lu le discours qu’il tiendra aux hiérarques du Parti le 18 novembre15. Il est bon mais sans élément nouveau, ni grandes envolées. Je serai absent car je dois être le même jour à une réunion auprès d’Hitler à laquelle sera également présent Serrano Súñer16.

  • 17 Mihail Sturdza est le nouveau ministre roumain des affaires étrangères.

2614 novembre. Antonescu et Sturdza17 arrivent. Les impressions sur le premier sont assez bonnes, celles sur le second, mieux vaut ne pas en parler. Mussolini l’a défini comme « un de ceux qui font les danses russes ».

27L’entretien au palais de Venise est plutôt terne. Antonescu fait une attaque en règle contre l’arbitrage de Vienne et dit que le jugement a été donné sur la suggestion d’une carte en couleurs éditée par les Hongrois : si les couleurs avaient été inverses, le verdict aurait été favorable aux Roumains. Je n’ai pas voulu polémiquer. Je dois reconnaître qu’il n’était pas très aimable, parlant avec l’un des deux arbitres !

28Farinacci me raconte que Mussolini, parlant de l’affaire grecque, a dit que « même le comte Ciano lui a donné des informations inexactes », puis parlant du Parti, que « le comte Ciano lui avait offert Muti pour sa direction ». Farinacci aurait vivement réagi. En ce qui concerne l’Albanie, je répondrais seulement que j’avais les mêmes informations que Mussolini et qu’en ce qui concerne Muti, il serait opportun de rappeler que j’en dénonçais constamment l’incapacité depuis janvier et conseillais un remplacement rapide.

  • 18 Le 14 novembre, les troupes grecques lancent une offensive générale entre le lac Prespa et la mer (...)

2915 novembre. Il semble que les Grecs aient repris l’attaque sur tout le front avec des forces importantes18. Jusqu’à présent, nous tenons assez bien. Ceci est également confirmé par une lettre de Starace qui, dans son réalisme, n’est cependant pas pessimiste. Il fait porter la responsabilité sur Visconti Prasca qui a trop légèrement assuré être prêt jusqu’au moindre détail alors que l’organisation de nos forces était très défectueuse.

  • 19 Les membres de la Garde de fer roumaine portent des chemises vertes.

30Le Roi aime peu les chemises colorées, quelle qu’en soit la couleur. Hier, à la Cour, il m’a dit : « Ces Roumains sont ridicules avec ces chemises vertes19. Ils ressemblent à des portiers de la vieille Russie. » En soirée, les nouvelles d’Albanie s’aggravent. La pression continue et la résistance est plus difficile. Les canons manquent alors que l’artillerie grecque est moderne et bien commandée.

31Dans ces circonstances, le camarade De Vecchi croit bien faire en donnant sa démission de gouverneur de l’Égée. Pourtant, il a été un des plus actifs – même le plus actif – partisans de la guerre contre la Grèce auprès de Mussolini.

32Mais maintenant que l’heure semble venue pour les rats de quitter le navire, il veut être le premier à débarquer…

3316 novembre. On tient assez durement en Albanie. Départ des Roumains qui, dans l’ensemble, n’ont pas fait une grande impression.

  • 20 Les Grecs parviennent à forcer les défenses italiennes et avancent vers la ville albanaise de Kori (...)

3417 novembre. Je pars pour Salzbourg. Les nouvelles albanaises sont oscillantes : un éventuel repli n’est pas à exclure20.

  • 21 Franc. En anglais dans le texte. En voici un exemple : interrogé au sujet de la politique de l’Esp (...)
  • 22 L’entretien ressemble à jeu diplomatique d’esquive. Hitler et Ribbentrop demandent à Serrano Súñer (...)

3518-19 novembre. À Salzbourg, c’est un Ribbentrop plutôt énigmatique qui me reçoit dans sa propriété de Fuschl et, avant le déjeuner, il se décide à parler et annonce qu’Hitler m’entretiendra de la situation produite par la crise grecque. Les allemands voient les choses en noir et il n’est pas difficile de s’en rendre compte. Déjeuner avec Serrano et Ribbentrop. Serrano est outspoken21 : il bavarde avec une aisance qui ne plaît guère aux allemands et critique surtout leurs efforts pour se rapprocher de la France. Il croit la chose très difficile et ne juge pas que Laval soit l’homme adapté et fait pour en faciliter la réalisation22.

  • 23 Après avoir montré l’intérêt d’installer des unités allemandes en Roumanie, Hitler explique envisa (...)

36Dans l’après-midi, chez Hitler au Berghof. Un long thé avec Serrano et les autres, puis entretien privé entre Hitler, Ribbentrop, l’interprète et moi. J’ai fait un résumé dans une lettre au Duce au terme de l’entretien23. Atmosphère pesante. Hitler est pessimiste et considère la situation très compromise à cause de ce qui est arrivé dans les Balkans. Ses critiques sont ouvertes, serrées, définitives. Je cherche à discuter avec lui mais il ne me laisse pas continuer. C’est seulement dans la seconde partie de l’entretien, après avoir eu mon accord pour d’éventuelles tractations avec la Yougoslavie, qu’il devient chaleureux et cordial, parfois même amical. L’idée d’une alliance avec la Yougoslavie l’excite au point qu’après que son pessimisme soit apparu trop noir, son optimisme semble trop rose. Il me fait des confidences : il en arrive à me dire qu’Horthy l’incitait, au moment de son voyage en Italie, à mettre sur le tapis la question de Trieste et ceci parce qu’il voulait soulever l’irrédentisme magyar de Fiume (tout ceci est-il vrai ?) : « Pour le moment, a-t-il dit, il est nécessaire de feindre avec les Hongrois car nous avons besoin de leurs lignes de chemin de fer, mais le moment viendra de leur parler avec clarté. » Même s’il feint, les Hongrois connaissent bien ses idées.

37De l’hôtel, j’écris une longue lettre au Duce. J’insiste sur l’affaire yougoslave car je suis convaincu qu’elle serait extrêmement agréable aux allemands en ce moment. Je pense que Mussolini fera de fortes objections, au moins réfutera-t-il toute aide militaire avant d’avoir pris sa revanche sur les Grecs.

38Nouvelles variables du front albanais. Je crains que nous finissions par nous retirer sur une ligne prévue. La perte de Koritsa n’est certainement pas la perte de Paris mais elle servira à donner le nom à une bataille et fera rouler tous les tambours de la propagande ennemie. C’est pourquoi je voudrais que l’on puisse tenir.

39En train pour Vienne.

  • 24 La Roumanie adhère au Pacte tripartite le 23 novembre, la Slovaquie le 24.

4020 novembre. Signature du document d’adhésion de la Hongrie. Suivront les adhésions roumaine et slovaque24. Je ne donne pas beaucoup d’importance à l’adhésion de ces États vassaux, ou presque, de l’Allemane. Elles atténuent le Pacte tripartite et semblent d’inutiles ersatz diplomatiques à la victoire manquée. En Allemagne, on a trop dit que tout serait terminé en octobre. Et en effet, le peuple viennois, qui a toujours gardé son sens de l’humour, dit : « Ils avaient raison. Il n’y a plus d’huile, de beurre et de viande. » La Stimmung autrichienne est dépressive.

41Conversations peu intéressantes avec les Hongrois.

  • 25 « Le Führer indiqua que le prince régent Paul pourrait être un très grand homme d’État si Saloniqu (...)

42Nouvel entretien avec Hitler. Il parle exclusivement de la Yougoslavie et est content que le Duce ait donné son accord de principe. Il propose d’appeler le régent Paul à Berlin et de lui proposer un grand coup. Il est disposé à favoriser l’accession au trône de Paul lui-même, dont l’épouse est ambitieuse25. Ceci me semble difficile : Paul est trop peu serbe dans son mode de pensée et ses habitudes pour être aimé de son peuple. À la fin, Hitler a un de ses caractéristiques accès d’émotion : « C’est de Vienne que j’ai envoyé un télégramme à Mussolini pour l’assurer que je n’oublierai jamais son aide, le jour de l’Anschluss. Je le confirme aujourd’hui et je suis de toutes mes forces à ses côtés. » Il avait de grosses larmes aux yeux. Quel homme étrange. Il me remet une lettre close.

  • 26 Après avoir regretté l’initiative en Grèce tout en affirmant sa solidarité, Hitler souligne que le (...)

4321 novembre. La lettre d’Hitler au Duce est dans le style de la première partie de l’entretien : préoccupée et critique. Je m’attendais à une réaction violente de la part de Mussolini. Au contraire, rien. Il ne semble pas donner d’importance à un document qui en a beaucoup26.

44Je trouve le Duce serein, décidé, non préoccupé. Ce qui se passe en Albanie l’attriste mais ne le perturbe pas. Il est irrité contre les militaires, contre Badoglio et annonce un imminent changement de garde dans le secteur militaire.

  • 27 Après la prise de Koritsa, le général Soddu installe une ligne défensive sur la rivière Kalamas.

45En soirée, Soddu annonce qu’il entend abandonner Koritsa et se retirer de tout le front. Pourtant, la pression grecque semblait diminuer. Mussolini intervient pour le faire fléchir mais la machine est en marche et on ne peut plus l’arrêter maintenant27.

4622 novembre. Mussolini prépare la réponse à Hitler dont, relisant la lettre, il a compris les véritables intentions : « Il m’a tapé sur les doigts avec la règle », conclut-il.

47La réponse est brève et calme. Il accepte les propositions militaires et politiques d’Hitler.

  • 28 Dans ses Mémoires, le maréchal Badoglio rapporte un entretien, qu’il situe fin novembre, au cours (...)

48Pavolini raconte que Badoglio lui a tenu ce discours : « Il ne fait aucun doute que Jacomoni et Visconti Prasca ont d’importantes responsabilités dans l’affaire albanaise. Mais la principale faute est à rechercher ailleurs : elle est dans le commandement du Duce. C’est un commandement qu’il ne peut pas exercer. Qu’il nous laisse faire et quand les choses ne vont pas, qu’il frappe les responsables. » Pavolini en a prestement informé le Duce. La réaction a été foudroyante. Il a qualifié Badoglio « d’ennemi du Régime » et de « traître », adjectifs plutôt forts pour le propre chef d’état-major en guerre28.

  • 29 Le général Taddeo Orlando commande la 21e division des grenadiers de Sardaigne.

4923 novembre. Sebastiani m’a confié ce matin que le Duce est en train d’étudier l’annuaire militaire pour y trouver les noms des remplaçants de Badoglio et de Soddu. Il semble s’être arrêté sur Pintor et Orlando29 (je ne sais pas qui est ce dernier). À moi, le Duce ne me dit rien. De toute façon, même s’il m’interroge, j’entends me maintenir sur la réserve au sujet d’un domaine que je ne connais pas complètement. Personnellement, j’apprécie Messe et je me rappelle que mon père avait une bonne opinion de Gazzera.

  • 30 Le 23 novembre, dans sa revue Il Regime Fascista, Roberto Farinacci publie un éditorial mettant en (...)

50Farinacci fait dans Il Regime Fascista une attaque ouverte contre Badoglio, ce qui entraîne la crise30.

  • 31 À cette date, le 3e corps d’armée grec du général Tzolakoglou s’empare de Koritsa en faisant 2 000 (...)

51Bref entretien téléphonique avec Ribbentrop : Hitler n’a pas encore examiné la lettre du Duce et ne peut donc répondre. Nous parlerons à nouveau demain. Les nouvelles d’Albanie annoncent une retraite ordonnée et sans pression de la part de l’ennemi31.

5224 novembre. Rien de nouveau.

5325 novembre. Soddu confirme les meilleures nouvelles albanaises. Il juge que les forces à sa disposition sont suffisantes et garantit une stabilisation du front.

54La crise Badoglio est ouverte. Badoglio exige un démenti de la part de Farinacci rédigé dans de tels termes que je suis certain que celui-ci, plutôt que d’accepter, mettra de la dynamite sous les rotatives du journal. Badoglio confirme que si le démenti n’est pas publié, il s’en ira. Mussolini désire désormais le liquider : il va doucement car c’est sa nature en ces circonstances et parce qu’il veut donner du temps au temps. Il parle de Pintor ou de Gazzera.

5526 novembre. Badoglio, après un entretien avec le Duce, a envoyé sa lettre de démission. Farinacci persiste dans le refus de publier un démenti. Cela ne peut pas durer ainsi. Si on ajoute que même la déclaration écrite de Pavolini a été contestée par Badoglio, on se rend compte de la situation. Ce matin, les huissiers du palais de Venise ont dû répartir les plus hautes autorités italiennes dans différents salons afin d’éviter une bagarre générale.

  • 32 Vittorio Necchi est un industriel milanais qui possède une réserve de chasse près de Pavie où le m (...)

5627 novembre. La crise de l’état-major continue. Mussolini a pratiquement accepté la démission de Badoglio mais doit encore surmonter les dernières incertitudes. Il veut faire un communiqué dans lequel serait écrit que « Badoglio a présenté sa démission pour raison d’âge et de santé ». Cette formule ne convient pas à Badoglio mais Mussolini insiste car il entend ainsi liquider en même temps la candidature « de ce vieux frénétique et crétin de De Bono ». En attendant, Badoglio ne s’est pas retiré sous la tente mais chez son ami Necchi, près de Milan32.

57Les nouvelles de Soddu depuis l’Albanie s’améliorent progressivement. Inversement, celles de Starace sont peu optimistes car il juge encore que notre situation ne tient qu’à un fil.

58Je vois De Vecchi. Il parle avec encore moins de logique que d’habitude et ne sait pas vraiment comment expliquer sa démission. En réalité, il veut s’en aller mais il comprend qu’il fait mauvaise figure et malgré sa prétention sans borne, il en a honte. Mais pas au point de renoncer à demander un nouveau poste.

5928 novembre. Entretien De Vecchi – Mussolini qui ne se conclut par aucun résultat. De Vecchi a dit « qu’il est disposé à un autre poste mais qu’il veut beaucoup de galons sur la manche ». Le Duce n’a pas réagi.

60Les nouvelles d’Albanie ne sont pas bonnes. La pression grecque continue mais, surtout, notre résistance s’affaiblit. Si les Grecs avaient une force de pénétration, nous pourrions avoir de gros ennuis.

  • 33 Jusque-là commandant de la 4e armée, le général Alfredo Guzzoni remplace le général Soddu.

6129 novembre. Le Duce a nommé Guzzoni sous-secrétaire d’État à la Guerre et sous-chef d’État-Major général33. Dans l’ensemble, cette nouvelle est bien accueillie.

62Rentré d’Albanie, Starace voit la situation très noire et juge sévèrement le comportement de nos troupes. Les soldats se sont peu et mal battus : voici la cause véritable et fondamentale de tout ce qui est arrivé.

6330 novembre. Conseil des ministres. Le Duce parle longuement de la situation. Il lit les documents principaux et, tout en assumant la responsabilité de la décision politique, il tire à boulets rouges sur Badoglio en ce qui concerne l’aspect militaire. La thèse du Duce est la suivante : non seulement Badoglio était d’accord, mais il se manifestait avec extrémisme. L’aspect politique de la question a été parfait mais l’action militaire a été manquée. Il n’a pas caché la gravité du moment, c’est-à-dire l’imminente retraite au sud et l’attaque en cours dans la zone de Pogradec : « La situation est grave, elle pourrait devenir dramatique. » au Conseil des ministres, il y a eu un véritable soulèvement contre De Vecchi lorsque le chef en a prononcé le nom et a lu les télégrammes dans lesquels il le poussait constamment à attaquer la Grèce.

64Le Duce a convoqué le général Cavallero, ce qui montre ses intentions. Cavallero est un optimiste : il ne croit pas à la possibilité d’un écroulement en Albanie car il a foi dans notre relèvement. J’écoute et ne dis rien. Je suis toujours plus prudent dans les affaires militaires. Le Duce n’a pas fait allusion à une nomination ou à une charge. Il l’écoute longuement et le convoque à nouveau pour demain. Pendant ce temps, Badoglio continue de chasser le faisan.

Notes

1 La rencontre a lieu à Schoenhof, en pays sudète. Ribbentrop soumet à Ciano le projet de protocole d’intégration de l’Espagne au Pacte tripartite et évoque les relations avec l’Union soviétique avec un pacte à quatre envisagé entre l’Allemagne, l’Italie, le Japon et l’URSS, qui ne sera pas exclusivement dirigé contre la Grande-Bretagne, déjà vaincue [sic], mais surtout contre les États-Unis. D’autre part, le ministre allemand des affaires étrangères envisage d’accentuer l’action diplomatique en direction de la Turquie afin qu’elle se détache de la Grande-Bretagne. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 413-414.

2 Le 3 novembre, le général Papagos, chef d’état-major grec, lance une contre-offensive qui connaît de réels succès. La division alpine Julia est encerclée, obligeant Visconti Prasca à annuler le débarquement prévu à Corfou afin d’envoyer des renforts pour la dégager.

3 . À cette date, Ciano est optimiste au sujet de la guerre italo-grecque. Il assure à Bottai qu’il n’y a eu aucun revers sérieux : « Peut-être une erreur de positionnement de la part du commandement qui s’est laissé surprendre sur l’aile droite du dispositif, au-dessus de Koritsa, par des forces ennemies supérieures en nombre qui ont provoqué un retrait sur une ligne de résistance : au maximum de trois à quatre kilomètres de profondeur. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 229.

4 . C’est-à-dire depuis le 11 juin 1936.

5 Discours traditionnel afin de commémorer la tentative de putsch nazi à Munich le 9 novembre 1923.

6 Le président Roosevelt devance Willkie de 5 millions de voix et dispose de 449 délégués contre 82 au candidat républicain.

7 Le même jour, le général Soddu remplace le général Visconti Prasca à la tête des forces italiennes sur le front grec.

8 Neville Chamberlain est décédé des suites de son cancer. Le 12 novembre, Churchill lui rend hommage devant le Parlement : « Quoique l’Histoire puisse dire ou ne pas dire de ces années lourdes d’événements terribles et gigantesques, nous pouvons être certains que Neville Chamberlain a toujours agi selon sa pensée, dans un esprit de sincérité absolue, et il a lutté, dans toute la mesure de ses forces et de son autorité, qui étaient grandes, pour épargner au monde le conflit épouvantable et destructeur dans lequel nous sommes aujourd’hui engagés. […] nous sentons que c’est pour nous et pour notre pays un honneur de saluer la mémoire de celui en qui Disraeli eût reconnu “un anglais”. » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. 2 : Seuls. Mai-décembre 1940, op. cit., p. 250.

9 Allusion à une phrase malheureuse prononcée par Chamberlain au début des opérations en Norvège en avril 1940 : « Hitler has missed the bus », qui peut être traduite par « Hitler a manqué le coche ».

10 Secrétaire particulier du comte Ciano.

11 Le 11 novembre, 21 avions décollent du porte-avions britannique Illustrious avec pour objectif les cuirassés italiens stationnés à tarente. L’opération Judgement permet le coulage du Cavour et provoque de sérieux dommages au Littorio et au Duilio qui sont remis en service après six mois de réparation. Le croiseur Trento et les destroyers Bolzano et Libeccio sont également sérieusement endommagés. Au prix de deux avions, la Grande-Bretagne s’assure la maîtrise de la Méditerranée.

12 Sigle de l’azienda generale italiana petroli (entreprise générale italienne des pétroles), fondée en 1926.

13 Port d’Érythrée.

14 D’autant plus que les Britanniques viennent d’installer des bases aériennes en Crète.

15 Le Duce réunit les responsables fédéraux du Parti national fasciste au palais de Venise le 18 novembre. Afin de stimuler les énergies, il en appelle à la mémoire des guerres puniques : « Il [NDA : le peuple italien] est guidé par son intuition politique millénaire et sent que cette guerre est une guerre décisive. Elle est comme la troisième guerre punique qui doit se conclure et se conclura avec l’anéantissement de la Carthage moderne, l’Angleterre. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXX : Dall’intervento dell’Italia nella seconda guerra mondiale al discorso al Direttorio nazionale del PNF del 3 gennaio 1942 (11 giugno 1940 – 3 gennaio 1942), La Fenice, Florence, 1960, p. 33.

16 Il est à noter que Ciano n’évoque pas dans son Journal la visite effectuée par Molotov à Berlin, les 12 et 13 novembre. Plutôt qu’une hypothétique avancée vers l’océan Indien, le ministre soviétique des affaires étrangères souligne l’intérêt de l’URSS vis-à-vis des Balkans. L’échec de ces négociations encourage Hitler à préparer activement l’attaque de l’Union soviétique.

17 Mihail Sturdza est le nouveau ministre roumain des affaires étrangères.

18 Le 14 novembre, les troupes grecques lancent une offensive générale entre le lac Prespa et la mer Ionienne.

19 Les membres de la Garde de fer roumaine portent des chemises vertes.

20 Les Grecs parviennent à forcer les défenses italiennes et avancent vers la ville albanaise de Koritsa.

21 Franc. En anglais dans le texte. En voici un exemple : interrogé au sujet de la politique de l’Espagne, « Serrano Súñer répondit qu’il n’avait pas su exactement de quels sujets le Führer voulait l’entretenir. Pour cette raison, il ne pourrait apporter que son opinion personnelle aux questions soulevées ». Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 324.

22 L’entretien ressemble à jeu diplomatique d’esquive. Hitler et Ribbentrop demandent à Serrano Súñer de préciser la date d’entrée en guerre de l’Espagne. Le ministre des affaires étrangères espagnol souligne les difficultés majeures de ravitaillement en Espagne sans répondre précisément à la demande allemande. Dans Ibid., p. 324-332.

23 Après avoir montré l’intérêt d’installer des unités allemandes en Roumanie, Hitler explique envisager de passer par la Bulgarie afin d’attaquer la Grèce, mais l’action ne pourra se faire avant la mi-mars 1941. en Égypte, il invite les Italiens à reprendre leur marche vers Marsa Matrouh, quitte à envoyer en Libye une escadrille de Stukas. L’Union soviétique devenue peu sûre à la suite de la visite de Molotov à Berlin les 12 et 13 novembre, le Führer insiste sur l’intérêt de voir l’Espagne entrer dans la guerre. D’une part, vis-à-vis de la Yougoslavie, Hitler souhaiterait que l’axe parvienne à un accord qui reposerait sur les trois points suivants : garantie des frontières yougoslaves par l’Italie et l’Allemagne, cession de Salonique à la Yougoslavie, démilitarisation de l’adriatique de la part des Yougoslaves. D’autre part, Ciano indique que l’ambassadeur Mackensen lui a fait savoir que Badoglio s’était désolidarisé de la guerre contre la Grèce lors de son entretien avec Keitel. Le maréchal « a tenu à faire savoir qu’il était opposé à l’expédition contre la Grèce, qu’il avait jugé les forces insuffisantes et qu’il avait prévu tout ce qui est arrivé depuis. Il déclinait toute responsabilité dans l’événement puisque la décision de marcher avait été prise contre son avis ». Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 416-419. Le compte rendu allemand indique les principales conséquences néfastes de l’intervention italienne en Grèce : installation de bases aériennes britanniques sur le territoire grec qui place les puits de pétrole roumains à portée de bombardements, attitude plus réservée de la part de la Bulgarie et de la Yougoslavie, intérêt accrue de la Russie pour la zone des Balkans. Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 333-334.

24 La Roumanie adhère au Pacte tripartite le 23 novembre, la Slovaquie le 24.

25 « Le Führer indiqua que le prince régent Paul pourrait être un très grand homme d’État si Salonique entrait en sa possession alors qu’il exercerait encore la régence sur la Yougoslavie. Il deviendrait même tellement important qu’il ne penserait plus à abdiquer. La princesse Olga était bien connue pour son ambition et elle deviendrait sûrement très volontiers reine de Yougoslavie. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 353.

26 Après avoir regretté l’initiative en Grèce tout en affirmant sa solidarité, Hitler souligne que les présentes difficultés poussent des pays dans l’expectative à l’image de la Bulgarie. De plus, les Britanniques peuvent disposer de bases leur permettant d’atteindre les puits de pétrole de Ploieşti et les ports d’Italie du Sud. D’autre part, le Führer souhaite pousser de plus en plus l’Espagne à intervenir dans le conflit afin de faire tomber Gibraltar et permettre l’installation de deux divisions allemandes au Maroc espagnol pour surveiller l’Afrique du nord française. Enfin, il annonce la volonté de l’Allemagne de s’impliquer dans la zone d’opérations méditerranéenne par le biais de la Luftwaffe. Dans Les Lettres secrètes échangées par Hitler et Mussolini, Le Pavois, Paris, 1946, p. 81-92.

27 Après la prise de Koritsa, le général Soddu installe une ligne défensive sur la rivière Kalamas.

28 Dans ses Mémoires, le maréchal Badoglio rapporte un entretien, qu’il situe fin novembre, au cours duquel il explique avoir tenu les propos suivants au Duce : « Vous êtes le commandant en chef. Deux plans vous ont été présentés : celui du général Visconti Prasca, préparé selon les conditions politiques présentées par Ciano et Jacomoni ; le second préparé par l’état-major de l’armée royale qui se fondait sur une participation de la Bulgarie à la guerre. Vous avez choisi le plan de Viconti Prasca. Il me semble qu’aucun reproche ne peut être honnêtement adressé à l’état-major de l’armée royale. » Dans Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale, op. cit., p. 55-56.

29 Le général Taddeo Orlando commande la 21e division des grenadiers de Sardaigne.

30 Le 23 novembre, dans sa revue Il Regime Fascista, Roberto Farinacci publie un éditorial mettant en cause directement le maréchal Badoglio dans sa conduite des affaires militaires. Il ne semble pas que Mussolini en soit le commanditaire selon Renzo De Felice, biographe du Duce, qui s’appuie sur une lettre de Farinacci à Mussolini du 28 novembre dans laquelle il s’excuse pour cette initiative sans cependant la regretter. Dans De Felice Renzo, Mussolini l’alleato. 1940-1945. I : L’Italia in guerra (1940-1943). 1 : Dalla guerra «  breve » alla guerra lunga, Einaudi, coll. « Biblioteca di cultura storica » (no 183), Turin, 1990, p. 333. Les biographes de Badoglio, Piero Pieri et Giorgio Rochat, sont d’un avis contraire, estimant que, dans un système fasciste contrôlant étroitement la presse, l’article n’a pas pu être publié sans l’aval du Duce. Dans Pieri Piero, Rochat Giorgio, Pietro Badoglio. Maresciallo d’Italia, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 2002, p. 508.

31 À cette date, le 3e corps d’armée grec du général Tzolakoglou s’empare de Koritsa en faisant 2 000 prisonniers italiens. Dans le même temps, le 2e corps d’armée du général Papadopoulos franchit la frontière albanaise.

32 Vittorio Necchi est un industriel milanais qui possède une réserve de chasse près de Pavie où le maréchal Badoglio se retire quelques jours.

33 Jusque-là commandant de la 4e armée, le général Alfredo Guzzoni remplace le général Soddu.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search