Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Octobre

Texte intégral

11er octobre. Arrivée à Rome de Serrano Súñer. À la gare se trouve également le général Queipo de Llano, mais ils ne se sont pas salués et Queipo a refusé l’invitation à déjeuner. Serrano, parlant de lui, l’appelle « bandit et brute ». Tout ceci a une valeur de symbole : c’est aujourd’hui la réalité de la vie publique espagnole.

  • 1 Dans le compte rendu rédigé par Ciano, le Duce pousse l’Espagne à entrer dans la guerre afin de po (...)
  • 2 Serrano Súñer note dans ses Mémoires : « Sur les scrupules concernant l’Allemagne, Ciano se montra (...)

2Long entretien avec le Duce mis par écrit par ailleurs1. Il y a un point dans le compte rendu que j’ai dû éliminer dans la copie donnée aux allemands : les virulentes invectives de Serrano contre l’Allemagne pour l’absolu manque de tact vis-à-vis de l’Espagne. Il n’a pas tort. Les allemands ne sont pas des champions de courtoisie et Ribbentrop est le pire de tous mais, cette fois, il y avait un élément en sa faveur : depuis des années, les espagnols demandent beaucoup et ne donnent rien. Mais il y a une manière différente pour le leur faire remarquer2.

32 octobre. Le Duce est très empressé de se lancer prochainement dans l’attaque sur Marsa Matrouh et est irrité contre Badoglio car celui-ci a exclu que l’action puisse s’accomplir en octobre. J’en parle avec Graziani car le Duce veut savoir ce qu’il en pense réellement. Graziani estime devoir encore attendre quelque temps – au moins tout le mois de novembre – pour compléter la préparation logistique qui est l’unique, véritable, définitive garantie de succès. Il craint que les anglais puissent résister assez longtemps à Marsa Matrouh : si notre ravitaillement ne fonctionne pas, il serait nécessaire de se retirer et, dans le désert, la retraite devient une déroute.

4Entretien avec Serrano. Il ne dit rien de nouveau mais retarde son départ jusqu’à mon retour du Brenner pour être informé opportunément.

53 octobre. Biseo, un de nos meilleurs spécialistes en aviation, fait un sombre tableau de nos forces aériennes en Afrique du nord. L’organisation logistique est défaillante et la chasse manque. Quoique les anglais soient numériquement inférieurs, ils nous donnent beaucoup de fil à retordre. Biseo estime difficile que l’attaque contre l’Égypte soit véritablement portée à fond.

  • 3 Neville Chamberlain quitte le cabinet Churchill où il est lord Président du Conseil et la présiden (...)

6Crise partielle à Londres avec l’éloignement de Chamberlain du gouvernement. Les nouvelles sont peu nombreuses et incertaines et ne permettent pas de faire des diagnostics sur la portée de l’événement3. Long entretien avec le Roi. Vaguement pessimiste et fondamentalement hostile à l’Allemagne. Il répète son argument habituel sur le peu de fiabilité des promesses allemandes. Il est également sceptique sur l’état de nos forces armées.

  • 4 Ciano voit juste dans la mesure où Hitler a abandonné le projet d’un débarquement en Angleterre, m (...)
  • 5 Si Hitler envisage un bloc continental qui pourrait inclure l’Espagne et la France, il précise néa (...)

74 octobre. Peu de fois j’ai vu le Duce autant de bonne humeur et en forme qu’aujourd’hui au Brenner. La rencontre a été cordiale et l’entretien certainement le plus intéressant de tous ceux qui eurent lieu jusqu’à présent. Hitler a mis cartes sur table, du moins en partie, et nous a parlé de ses plans pour le futur. J’ai mis par écrit l’entretien. Impressions générales : 1) on ne parle plus de débarquement dans les îles britanniques et les préparatifs déjà accomplis restent tels quels4 ; 2) on espère attirer la France dans l’orbite de la coalition car on se rend compte que le monde anglo-saxon est encore un os dur à ronger5 ; 3) on attribue une importance majeure au secteur méditerranéen, ce qui est bien pour nous. Hitler était énergique et de nouveau antibolchevique à l’extrême : « Le bolchevisme, a-t-il dit, est la doctrine des peuples inférieurs. » Inversement, Ribbentrop était très taciturne et avec une santé nettement détériorée.

  • 6 Dans ses Mémoires, Anfuso réagit à cette note de Ciano : « Quant à ma germanophilie, elle ne repos (...)

8Anfuso – qui est resté tout le temps avec la suite allemande et qui est le plus germanophile de mes collaborateurs – n’est pas très satisfait et dit que l’esprit d’aventure semble toujours dominer chez les allemands6.

9Dans le train, long entretien avec le Duce. D’ici peu, il éloignera Muti qui est trop inepte et affairiste, poussera Graziani à anticiper l’offensive. Il déteste le Roi qui « est l’unique défaitiste du pays ».

  • 7 Sur ce point, Ciano note dans son compte rendu de l’entrevue : « Le Führer souligne au préalable q (...)

105 octobre. J’informe Serrano des résultats de la rencontre en ce qui concerne l’Espagne et il n’est qu’à moitié satisfait. Mais n’avait-il pas encore compris que les allemands avaient jeté depuis longtemps un œil sur le Maroc7 ?

11Le Duce approuve le compte rendu sur l’entrevue du Brenner et en fait envoyer une copie au Roi et un résumé à Badoglio. À propos de ce dernier, il prononce des jugements négatifs et déclare que le problème de son remplacement se posera au printemps.

126 octobre. À Livourne.

137 octobre. Rien de nouveau.

  • 8 Depuis son arrivée au pouvoir le 15 septembre, le général demande à Berlin une mission militaire e (...)

148 octobre. Le Duce téléphone pour que l’on fasse une démarche auprès de la Roumanie et que l’on provoque une demande de troupes italiennes. Il est irrité que seules les forces allemandes soient présentes dans la zone pétrolifère. La démarche est délicate et difficile : je pense que Ghigi s’en tirera tout de même8.

159 octobre. Rien de nouveau.

1610 octobre. Ribbentrop téléphone afin d’informer que le gouvernement hongrois a récemment sollicité la permission d’adhérer à l’alliance tripartite. Alors que dans un premier temps il y était opposé, il y est maintenant favorable car il ne faut pas repousser ceux qui veulent participer à la lutte contre l’Angleterre. Mussolini donne son accord mais il serre un peu les dents car il lui déplaît d’élargir la compagnie. Une fois les Hongrois admis, il conviendra d’ouvrir la porte aux Roumains. J’en informe Ribbentrop qui accueille la suggestion avec un enthousiasme très mesuré.

1711 octobre. Rien de nouveau.

  • 9 Après avoir dirigé le SIM (Servizio informazioni militare) de 1929 à 1931, le général Mario Vercel (...)
  • 10 Le même jour, Ciano se confie à Bottai : « Il faut contrebalancer l’occupation roumaine en faisant (...)

1812 octobre. Le Duce revient. Il est très indigné contre Graziani car il a de nouveau répondu de manière dilatoire à l’ordre de procéder à l’offensive. Il parle de le remplacer et avance les noms des généraux Messe et Vercellino9. Mais il est surtout indigné par l’occupation allemande de la Roumanie. Il dit que ceci a profondément et défavorablement impressionné l’opinion publique italienne car personne n’attendait ce résultat de l’arbitrage de Vienne. « Hitler me met toujours devant le fait accompli. Cette fois-ci, je vais lui rendre la monnaie de sa pièce : il apprendra que j’ai occupé la Grèce par les journaux. Ainsi, l’équilibre sera rétabli. » Je demande s’il s’est mis d’accord avec Badoglio : « Pas encore, répond-il. Mais je donne ma démission d’Italien si quelqu’un fait des difficultés pour se battre contre les Grecs. » Désormais, le Duce semble décidé à agir. En réalité, je crois l’opération utile et facile10.

1913 octobre. Rien de nouveau.

2014 octobre. Mussolini me parle à nouveau de l’action en Grèce et en fixe la date au 26 octobre. Jacomoni donne des informations très positives, en particulier sur l’état d’esprit des populations de la Ciamura qui nous sont très favorables.

  • 11 Loin de calmer les ardeurs belliqueuses du Duce, cette réunion le confirme dans ses intentions. Ja (...)

2115 octobre. Une réunion a lieu au palais de Venise autour du Duce. Participent Badoglio, Roatta, Soddu, Jacomoni, Visconti Prasca et moi. La réunion a été sténographiée11.

22Par la suite, au palais Chigi, je parle avec Ranza et Visconti Prasca, qui exposent leur plan militaire, et Jacomoni, qui expose la situation politique. Il dit qu’en Albanie, l’attente est très vive et enthousiaste. Les manifestations les plus claires de consensus ont lieu dans les rangs de la jeunesse albanaise qui était jusque-là plutôt réservée à notre égard.

2316 octobre. Je reçois une copie du rapport de Graziani. Il déclare que pour reprendre la marche en Égypte, il a besoin d’au moins deux mois. J’envoie immédiatement le document au Duce et j’imagine son indignation.

  • 12 Cité industrielle de l’Ombrie.
  • 13 Il s’agit du maréchal Pietro Badoglio pour l’armée de terre (le titulaire, le maréchal Graziani, e (...)
  • 14 La fille du Duce et épouse de Galeazzo Ciano sert comme infirmière.

2417 octobre. Le Duce est à terni12. Le maréchal Badoglio vient me voir et me parle avec un grand sérieux de l’action contre la Grèce. Les trois chefs d’état-major13 se sont prononcés unanimement contre. Les forces actuelles seraient insuffisantes et la marine n’estime pas pouvoir assurer un débarquement à Prevesa car la profondeur de l’eau est insuffisante. Tout le discours de Badoglio a un ton pessimiste : il prévoit la continuation de la guerre et avec elle l’épuisement de nos maigres réserves. J’écoute mais je ne discute pas. J’affirme que sur le plan politique, le moment est bon. La Grèce est isolée. La Turquie ne bougera pas, tout comme la Yougoslavie. Les Bulgares, s’ils entrent en guerre, seront avec nous. Sur le plan militaire je n’ai pas d’élément de jugement. Il faut que Badoglio répète sans réserve à Mussolini ce qu’il vient de me dire. Je vais à Naples à la rencontre d’Edda qui revient avec un navire hôpital14. Je parle avec des blessés. Ils sont magnifiques.

2518 octobre. Je vais trouver le Duce de bonne heure. Dans l’antichambre, je trouve Soddu qui a parlé avec Badoglio qui a déclaré que si l’action était déclenchée en Grèce, il démissionnerait. J’en réfère précisément au Duce qui est déjà de mauvaise humeur à cause de l’affaire Graziani. Il a un violent accès de colère et dit qu’il ira en personne en Grèce « pour assister à l’incroyable honte des Italiens qui ont peur des Grecs ». Il entend marcher à tout prix et si Badoglio donne sa démission, il l’acceptera séance tenante. Non seulement Badoglio ne la donne pas, mais il ne répète même pas à Mussolini ce qu’il m’a dit hier. En fait, le Duce explique que Badoglio a seulement insisté pour avoir quelques jours de délai : au moins deux.

26J’accompagne Manoilescu chez le Duce : une longue et triste récrimination contre les arrogances hongroises qui existent indubitablement mais que nous pouvons difficilement empêcher. D’autre part, après vingt années d’oppression roumaine, une réaction était inévitable, d’autant plus que les Magyars couvent en eux une nature sauvage et âpre.

27D’après une interception, il semble que la Turquie se prépare à marcher si la Grèce est attaquée. Je ne le crois pas et le Duce l’exclut.

2819 octobre. Conseil des ministres. Le Duce parle de la situation : il laisse comprendre que l’action est imminente mais n’en précise ni la date, ni la direction.

  • 15 Dans ce courrier, le roi Boris III annonce que la Bulgarie ne participera pas à l’invasion de la G (...)

29Anfuso revient de Sofia où il a remis une lettre du Duce au roi Boris. Ce n’était pas une invitation à l’action mais plutôt l’annonce de la décision prise : à lui de choisir la voie à suivre selon sa conscience de Roi et de Bulgare. Il a répondu par un message écrit et scellé, mais, durant le long entretien qu’il a eu avec Anfuso, il a adopté une attitude plutôt fuyante selon ses habitudes et son caractère. Il craint surtout les turcs15.

3020 octobre. Je vois Bismarck qui me communique deux choses, toutes deux importantes. La semaine prochaine, Hitler, dans une localité en France, rencontrera Franco et – toujours durant ce voyage – parlera avec des responsables français pour donner corps aux projets envisagés au Brenner. Ceux-ci ne me plaisent pas trop. À la longue, un rapprochement entre Berlin et Paris ne pourra s’opérer qu’à nos dépens. Mais est-ce possible ?

3121 octobre. Rien de nouveau.

3222 octobre. C’est un jour triste. Jamais comme aujourd’hui ne m’a manqué Maria, ma bonne sœur.

  • 16 Cette lettre, datée du 19 octobre, n’est envoyée à Hitler que le 22, au moment où il part pour Hen (...)

33Mussolini revient. Il a préparé une lettre pour Hitler sur la situation générale. Il fait également allusion à l’action imminente en Grèce mais ne précise ni la forme, ni la date car il craint qu’on ne lui demande de renoncer16. Beaucoup de signes laissent comprendre qu’à Berlin, on n’est pas enthousiasmé par notre entrée à Athènes. La date est désormais fixée au 28 octobre. Pricolo rapporte que Badoglio a donné des ordres pour une action aérienne très limitée. Le Duce n’est pas d’accord. Il veut que l’on frappe très fort car il espère que tout partira en morceaux au premier choc. Si on laisse trop de temps pour réfléchir et respirer, les anglais arriveront, peut-être également les turcs, et les opérations deviendront longues et difficiles. Désormais, le Duce supporte mal Badoglio qu’il considère comme un écran entre lui et ses troupes.

34Je commence à rédiger l’ultimatum que Grazzi remettra à Metaxás le 28 à 2 heures. Naturellement, il s’agit d’un document sans issue : accepter l’occupation ou être attaqué.

3523 octobre. Rien de nouveau.

3624 octobre. J’examine avec Pricolo le plan d’attaque contre la Grèce. Il est bon car énergique et décidé. Avec un coup dur dès le début, c’est l’occasion de faire tout écrouler en quelques heures.

  • 17 Hitler rencontre Pierre Laval le 22 octobre à Montoire-sur-le-Loir, sur le chemin d’Hendaye où il (...)

37En soirée, Ribbentrop téléphone depuis une petite gare en France. Il rapporte ses entretiens avec Franco et Pétain et, dans l’ensemble, il est optimiste sur les résultats acquis. Il dit que le programme de collaboration s’achemine vers des résultats concrets17. Je ne cache pas ma défiance et mes doutes : il ne faut pas que l’insertion de la France dans l’axe se fasse à nos dépens. Ribbentrop parle également d’un voyage prochain d’Hitler dans une cité du nord de l’Italie pour s’entretenir avec le Duce.

3825 octobre. Avec le Duce, nous fixons – pour ainsi dire – les temps diplomatiques de l’action en Grèce. Il approuve également l’idée que je m’entretienne avec l’ambassadeur des Soviets tout de suite après l’attaque. C’est un geste qui peut apaiser les esprits et préparer peut-être le terrain pour l’avenir. Mackensen communique quelques aspects importants des entretiens d’Hitler avec les Français et les espagnols et annonce la conclusion d’un protocole secret tripartite avec l’Espagne.

39Le Duce envoie une lettre au général Visconti Prasca : le coup d’éperon devant l’obstacle.

  • 18 Les résultats des traités de paix de la conférence de Paris en 1919-1920 ont fortement déçu les na (...)

40Ribbentrop téléphone. Il propose un entretien – proposition acceptée – entre Hitler et Mussolini à Florence pour le lundi 28. Ce voyage du Führer en Italie, tout de suite après l’entretien avec Pétain, ne me plaît pas beaucoup. Je ne voudrais pas qu’il vienne apporter une tasse de ciguë pour nos revendications contre la France. Pour le peuple italien, ce serait trop amer : plus que les désillusions de Versailles18.

4126 octobre. Rien de nouveau.

4227 octobre. Les incidents en Albanie se multiplient : il y a désormais une ambiance de veille d’action. Pourtant, les quatre diplomates – allemand, japonais, espagnol, hongrois – à qui j’ai remis le texte de l’ultimatum à la Grèce sont restés quelque peu surpris.

43Je prépare le programme pour la rencontre de demain à Florence. Hitler ne restera que quelques heures, puis partira pour le Brenner.

  • 19 Dans son Journal, Michele Lanza est sévère contre cette initiative militaire : « Depuis des mois M (...)

4428 octobre. On attaque en Albanie et on parle à Florence. Les choses vont bien des deux côtés. Malgré le mauvais temps, les troupes marchent avec célérité, même s’il manque l’appui de l’aviation19.

  • 20 Hitler espère pouvoir empêcher l’attaque italienne contre la Grèce qu’il ne souhaite pas, désireux (...)

45À Florence, l’entretien, mis par écrit, est d’un haut intérêt et prouve que la solidarité allemande ne nous est pas comptée20.

  • 21 Adelchi Serena est né en 1895. Inscrit aux Faisceaux de combat en 1921, il est secrétaire fédéral (...)

46Le Duce est de très bonne humeur : il parle longuement de la situation du Parti, écarte une candidature de Ricci et fixe son choix sur Serena21. Il avait également pensé au préfet de Milan, Marziali, mais je le lui déconseille : ce serait encore pire que Muti.

  • 22 Le général Visconti Prasca lance ses troupes sur trois axes de pénétration : le long de la côte, d (...)

4729 octobre. Le temps est mauvais mais l’avance continue22. Les réactions diplomatiques dans les Balkans sont assez limitées pour le moment. Personne ne bouge pour défendre les Grecs. Maintenant, c’est une question de vitesse. Il est nécessaire de faire vite. Je pars en soirée pour Tirana.

4830 octobre. À Tirana. Mauvais temps. On ne vole pas. J’inspecte les travaux publics, les routes, le port. Les choses vont un peu lentement à cause de la pluie.

4931 octobre. Toujours du mauvais temps. J’écris une longue lettre au Duce. Ici, on se plaint de la mauvaise volonté de l’État-Major général qui n’a pas fait ce qu’il devait faire pour préparer l’action. Badoglio était convaincu que la question grecque serait résolue à la table de la paix et agissait avec ce présupposé. Ceci a eu pour résultat une préparation beaucoup plus faible que ce que l’on était en droit d’attendre.

Notes

1 Dans le compte rendu rédigé par Ciano, le Duce pousse l’Espagne à entrer dans la guerre afin de porter le coup décisif à la Grande-Bretagne : « Il se présente une alternative : que l’Angleterre prenne l’initiative du conflit ; que l’initiative demeure au contraire à l’Espagne. Le Duce incline à croire que la première éventualité est à écarter sans hésitation. L’Angleterre éprouve partout des difficultés trop graves pour vouloir y ajouter le poids d’un nouveau conflit. Il ne reste donc que la seconde : en ce cas, le Duce pense que l’Espagne doit accélérer sa préparation militaire avec l’aide des puissances de l’axe et l’intervention devra être décidée en commun quand elle sera le moins lourd possible pour l’Espagne et le plus utile pour la cause commune. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 400.

2 Serrano Súñer note dans ses Mémoires : « Sur les scrupules concernant l’Allemagne, Ciano se montrait plus direct et plus explicite que Mussolini. Il faut savoir qu’il était, à cette époque, le champion de l’amitié pro-allemande, et il riait de mes réserves qui lui semblaient puériles. Il me disait que l’amitié de l’Allemagne constituait une absolue nécessité pour nous tous et que, dans ces conditions, il me fallait abandonner toute formule négative et entrer dans les voies d’une franche adhésion. » Dans Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnole depuis 1936, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », 1947, p. 173. L’image d’un Ciano très germanophile est sans doute contestable en cet automne 1940. Il est par contre possible que le ministre italien ait poussé le ministre espagnol à un alignement plus net, dans la mesure où une entrée en guerre de l’Espagne aux côtés des puissances de l’axe serait réellement profitable à ce moment-là.

3 Neville Chamberlain quitte le cabinet Churchill où il est lord Président du Conseil et la présidence du Parti conservateur alors qu’il souffre d’un cancer du côlon. Opéré en juillet, Chamberlain présente sa démission le 22 septembre, mais elle n’est rendue publique qu’au début du mois d’octobre. Le départ de Chamberlain n’est bien sûr en rien un signe de crise au sein du cabinet britannique.

4 Ciano voit juste dans la mesure où Hitler a abandonné le projet d’un débarquement en Angleterre, mais le rapport allemand de l’entrevue montre que le Führer veut continuer à donner le change à ce sujet et que seuls des éléments météorologiques ont empêché le débarquement : « en se basant sur les prévisions météorologiques, on avait pris, du côté allemand, la décision de l’attaque depuis environ quatre semaines. […] Depuis ce moment, les forces armées allemandes attendaient depuis bientôt quatre semaines, le beau temps, et elles étaient constamment déçues de nouveau dans leurs espérances. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 237-238.

5 Si Hitler envisage un bloc continental qui pourrait inclure l’Espagne et la France, il précise néanmoins que la France devrait céder aux revendications italiennes (Corse, Tunisie, rectifications de la frontière franco-italienne que Mussolini évalue à 8 000 kilomètres carrés) et allemandes (alsace-Lorraine, rectifications de la frontière du nord-est avec annexion des bassins miniers de Longwy et de Briey, bases à Casablanca et Agadir, territoires en Afrique noire), alors que la France pourrait se dédommager sur des territoires coloniaux britanniques (Nigeria). Dans Ibid., p. 241-248.

6 Dans ses Mémoires, Anfuso réagit à cette note de Ciano : « Quant à ma germanophilie, elle ne reposait pas sur un amour particulier pour les Goths ; elle était inspirée par la seule raison que nous étions embarqués sur la même galère et que le fait de se cacher des plans réciproques ou, pis encore, de se trahir, alors que nous n’avions même pas commencé à combattre, nous conduirait à une ruine inévitable et rapide, ce qui advint en effet. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, Calmann-Lévy, Paris, 1949, p. 128. Anfuso fait allusion au fait qu’Hitler cache à Mussolini son projet d’attaque de l’Union soviétique et que ce dernier ne dit rien de ses plans belliqueux envers la Grèce.

7 Sur ce point, Ciano note dans son compte rendu de l’entrevue : « Le Führer souligne au préalable que l’Allemagne revendique un morceau de la côte marocaine comme point d’appui de son propre commerce. Cela pourrait être Casablanca ou Agadir. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 402.

8 Depuis son arrivée au pouvoir le 15 septembre, le général demande à Berlin une mission militaire en Roumanie pour resserrer les liens entre la Roumanie et l’Allemagne. Cette demande satisfait pleinement Hitler, soucieux de contrôler la zone pétrolifère de Ploieşti. Aussi donne-t-il son accord le 20 septembre. Le 7 octobre, une division d’infanterie motorisée entre en Roumanie, sous le commandement du lieutenant général Hansen, suivie d’autres unités le 12 octobre.

9 Après avoir dirigé le SIM (Servizio informazioni militare) de 1929 à 1931, le général Mario Vercellino est placé à la tête de l’artillerie du corps d’armée d’Alexandrie en 1932, puis au commandement du corps d’armée de Turin en 1935.

10 Le même jour, Ciano se confie à Bottai : « Il faut contrebalancer l’occupation roumaine en faisant le coup sur la Grèce. C’est depuis août, tu le sais, que j’insiste. On pouvait alors liquider la Grèce en deux semaines. Ce sera plus dur aujourd’hui mais on peut être sûr du succès. » Dans Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universale Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p. 227.

11 Loin de calmer les ardeurs belliqueuses du Duce, cette réunion le confirme dans ses intentions. Jacomoni et Visconti Prasca l’assurent de la réalisation aisée de l’entreprise grecque. Ciano soutient également un projet qui replacerait l’Italie au premier plan dans les Balkans. Les propos du comte nous sont connus grâce au compte rendu rédigé par le lieutenant-colonel Trombetti : « La scission est nette entre le peuple et la classe dirigeante politique ploutocratique qui anime la résistance et maintient fort l’esprit anglophile dans le pays. Cette classe, très riche, constitue une infime minorité. Quant au reste du pays, tout événement, même notre invasion, le laisse dans l’indifférence. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. V (11 giugno – 28 ottobre 1940), op. cit., doc. no 728, p. 700-701. Badoglio, réticent à propos d’une éventuelle offensive contre la Grèce, fait de Ciano un des responsables majeurs de l’entreprise grecque : « Le mauvais génie de cette campagne fut Ciano. Il considérait le secteur Albanie-Grèce comme de sa compétence exclusive. Il avait placé une de ses créatures comme lieutenant général du Roi, l’ambassadeur Jacomoni qu’il combla de faveurs. En toute occasion, Jacomoni était le porte-voix et l’encenseur de Ciano. » Dans Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale, op. cit., p. 50.

12 Cité industrielle de l’Ombrie.

13 Il s’agit du maréchal Pietro Badoglio pour l’armée de terre (le titulaire, le maréchal Graziani, est sur le front en Libye), de l’amiral Domenico Cavagnari pour la marine, du général Francesco Pricolo pour l’aviation.

14 La fille du Duce et épouse de Galeazzo Ciano sert comme infirmière.

15 Dans ce courrier, le roi Boris III annonce que la Bulgarie ne participera pas à l’invasion de la Grèce.

16 Cette lettre, datée du 19 octobre, n’est envoyée à Hitler que le 22, au moment où il part pour Hendaye à la rencontre du général Franco. Ainsi ne la reçoit-il que trop tard pour empêcher l’attaque italienne contre la Grèce.

17 Hitler rencontre Pierre Laval le 22 octobre à Montoire-sur-le-Loir, sur le chemin d’Hendaye où il doit conférer avec Franco afin de préparer la rencontre du 24 avec le maréchal Pétain. Celui-ci accepte le principe d’une politique de collaboration avec l’Allemagne dont les modalités pratiques restent à définir. Sur la rencontre de Montoire, Delpla François, Montoire. Les premiers jours de la collaboration, Albin Michel, Paris, 1996. La version de Ribbentrop de l’entretien entre Hitler et Franco est trop optimiste. Si le Caudillo était prêt à entrer en guerre en juin, il place désormais la barre trop haut en réclamant Gibraltar, le Maroc, l’Oranie, des territoires de l’Afrique occidentale française et d’importantes livraisons de blé, d’armes et de pétrole. Hitler, irrité, ne peut accéder à ses revendications. S’il est loyal à l’axe, Franco ne compte pas participer à une guerre qui s’annonce longue sans faire monter les enchères. Parlant des dirigeants allemands, il confie à Serrano Súñer : « Ils sont insupportables. Ils veulent nous entraîner dans la guerre sans rien nous donner en échange. Nous ne pouvons pas nous fier à eux s’ils ne s’engagent pas formellement. » Dans Preston Paul, Francisco Franco. La lunga vita del Caudillo, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 1997, p. 398.

18 Les résultats des traités de paix de la conférence de Paris en 1919-1920 ont fortement déçu les nationalistes et interventionnistes italiens, qui utilisent dès lors l’expression de « victoire mutilée » pour caractériser le résultat de la Première Guerre mondiale.

19 Dans son Journal, Michele Lanza est sévère contre cette initiative militaire : « Depuis des mois Mussolini, Ciano et le groupe de scélérats de Tirana tournaient autour de ce projet. Les uns voulaient se tailler un champ exclusif d’action (avec dépendances), les autres rendre aux allemands leurs coups à la hussarde et nous venger de leur impudence à notre égard. Ils n’ont rien trouvé de mieux que de jeter le pays dans une aventure dangereuse et coûteuse alors que nos ressources sont si précaires. » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 210-211.

20 Hitler espère pouvoir empêcher l’attaque italienne contre la Grèce qu’il ne souhaite pas, désireux de maintenir le statu quo dans les Balkans. Mussolini l’accueille, rayonnant, en lui annonçant que les troupes italiennes ont franchi victorieusement la frontière grecque le matin même. Le Führer fait contre mauvaise fortune bon cœur. Durant l’entretien, il rapporte ses conversations avec Franco, Laval et Pétain. Sont également abordés la question de l’adhésion de la Roumanie et de l’Espagne au Pacte tripartite et d’éventuels accords entre l’axe, le Japon et l’Union soviétique. Pour sa part, Mussolini compte bien que la future paix soit l’occasion de voir se réaliser les revendications italiennes à l’égard de la France : « Il est clair que la France, ayant perdu la guerre, doit payer, et il remercie le Führer pour la promesse faite touchant les revendications italiennes. Elles sont en réalité très modestes. Nice et la Corse représentent UNE petite partie du territoire métropolitain français et sont géographiquement des terres italiennes. En ce qui concerne la Tunisie, nos droits sont connus et enfin la Somalie n’est qu’un désert classique. Il est d’accord avec le Führer pour estimer que le régime Pétain est le régime le plus convenable à notre égard. Une fois que la France aura payé son dû, nous pourrons faire une politique avec elle mais il ne croit pas que l’appui de la France à l’axe doive aller au-delà d’une coopération purement passive. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 410. Dans le compte rendu allemand est précisé : « Le Führer répéta à cette occasion l’assurance déjà faite au Duce, dans sa dernière entrevue au col du Brenner, qu’il ne conclurait en aucun cas la paix avec la France si les exigences de l’Italie n’étaient pas satisfaites sans exception. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 291.

21 Adelchi Serena est né en 1895. Inscrit aux Faisceaux de combat en 1921, il est secrétaire fédéral du PNF en 1928-1929 à L’aquila et podestà de la ville de 1926 à 1934. Vice-secrétaire du PNF du 23 décembre 1933 au 7 novembre 1939, il entre au gouvernement comme ministre des travaux publics le 31 octobre 1939. Le Duce le nomme secrétaire du PNF le 30 octobre 1940.

22 Le général Visconti Prasca lance ses troupes sur trois axes de pénétration : le long de la côte, dans la vallée de la Vijosë vers Vovousa, et à l’est vers Florina. Sur la guerre italo-grecque, Lormier Dominique, La Guerre italo-grecque (1940-1941), Calmann-Lévy, Paris, 2008 ; Cervi Mario, Storia della guerra contro la Grecia, BUR, Milan, 2005 ; Montanari Mario, L’esercito italiano nella campagna di Grecia, Ufficio della Stato Maggiore, Rome, 1991.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search