Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Septembre

Texte intégral

11er septembre. Retour à Rome. Entretien avec le Duce. Il est content de ce qui est advenu. Il se déclare également très satisfait que la guerre se prolonge au-delà « du mois en cours et peut-être au-delà de l’hiver, car ce sera l’occasion pour l’Italie d’accomplir de plus grands sacrifices et de mieux affirmer ses droits ». Aura-t-il raison cette fois encore ? N’y a-t-il pas le danger que la guerre – si elle ne trouve pas de solution immédiate – se prolonge au-delà du terme favorable pour nous ? C’est une question qui vaut la peine d’être posée et que beaucoup d’allemands, qui ont la tête sur les épaules, se posent désormais réellement.

22 septembre. Rien de nouveau.

33 septembre. Rien de nouveau.

  • 1 Le 15 mai, puis le 11 juillet, le gouvernement britannique demande aux États-Unis la livraison de (...)

44 septembre. Cession de 50 destroyers américains à la Grande-Bretagne1. À Berlin, beaucoup d’émotion et d’indignation. Inversement, le Duce se déclare indifférent.

5Sur demande allemande, nous faisons cesser les retransmissions téléphoniques à partir de 22 heures. Il semble que cette mesure découle des avantages que l’aviation anglaise tirait de la prolongation des émissions.

  • 2 Les résultats de l’arbitrage de Vienne du 30 août sont très mal reçus par l’opinion roumaine. Des (...)
  • 3 Né en 1890, Alfred Duff Cooper est député conservateur de 1924 à 1929, puis à partir de 1931. Il e (...)
  • 4 Hitler prononce un discours à l’occasion de l’ouverture de la campagne du Secours d’hiver (Winterh (...)

65 septembre. Mussolini est rentré à Rome. Il est alarmé par la situation en Roumanie que signale l’attaché militaire2. À l’inverse, Ghigi est plus calme. De même, Berlin reste calme. Hitler a parlé et a menacé durement l’Angleterre. Mais il ne fait aucune allusion à la guerre éclair et quelques expressions utilisées, par exemple les vulgarités à l’adresse de Duff Cooper3, me laissent très perplexe. Il doit être nerveux4.

76 septembre. Le Duce est plutôt excité. Je ne sais pas bien pourquoi. Il s’en prend aux généraux qu’il doit destituer, puis aux allemands qui empêchent notre rapprochement avec Moscou.

  • 5 Le 5 septembre, le roi Carol II nomme le général Ion Antonescu, ancien chef d’état-major et minist (...)

8Carol a abdiqué. Il paie – et seulement en partie – ses bouffonneries, ses trahisons et ses crimes5.

  • 6 En fait, Hitler va de report en report. Le 3 septembre, il fixe l’opération pour le 21, le 10 pour (...)

97 septembre. Conseil des ministres. Le Duce, en fin de séance, fait quelques déclarations d’ordre politique. Il commence par l’affirmation qu’à son avis, la guerre est désormais destinée à se poursuivre au-delà de l’hiver, même s’il tient pour certain le débarquement des allemands en Angleterre6. Pour ce qui nous concerne plus directement, il a refait l’histoire de l’attaque en Égypte : elle aurait dû débuter aujourd’hui, mais Graziani a demandé une prorogation d’un mois. Badoglio y était favorable. Mussolini l’a refusée, prenant sur lui la responsabilité de la décision. Si Graziani n’attaque pas lundi, il sera destitué. Il a également donné l’ordre à la marine de se porter contre la flotte britannique. Pour un avenir plus lointain, il a dit qu’il était désormais certain que la guerre éclatera entre l’axe et la Russie entre 1945 et 1950. Pour ce moment, il a déjà préparé un programme d’armement sur la base de 100 divisions.

108 septembre. Graziani a répondu qu’il obéirait : l’attaque commencera demain. Beaucoup de techniciens militaires sont sceptiques. Parmi ceux-ci, le prince de Piémont, qui a émis les plus grandes réserves sur la possibilité et sur l’opportunité de l’entreprise.

11La rencontre navale n’a pas eu lieu jusqu’à présent, d’autant plus que notre reconnaissance aérienne n’a pas repéré la route de l’escadre de Gibraltar.

129 septembre. L’attaque en Égypte a subi un nouveau retard. Graziani intensifie les préparatifs et commencera l’action le 12. Jamais une opération militaire n’a été exécutée autant à contrecœur par ses commandants.

  • 7 Le 24 août, par erreur, des bombardiers allemands lâchent quelques bombes sur Londres. Churchill e (...)

13Que se passe-t-il à Londres sous les bombardements allemands ? C’est difficile à juger. Le coup doit être très dur. Décisif ? Je ne le crois pas7.

1410 septembre. Rien de nouveau.

  • 8 Le général Giacomo Carboni est le chef du 2e bureau de l’armée italienne.
  • 9 Marsa Matrouh est un port égyptien à 220 kilomètres de la frontière libyenne.

1511 septembre. Le début de l’attaque sur l’Égypte est confirmé pour demain. Même le général Carboni8, qui n’a jamais fait dans l’optimisme à bon marché, dit que l’arrivée à Marsa Matrouh9 est facile et à Alexandrie possible.

16L’action aérienne allemande contre Londres continue. Nous n’en connaissons pas les résultats exacts. Il paraît incroyable que nous n’ayons pas un informateur en Grande-Bretagne. Les allemands, en revanche, en ont beaucoup. À Londres même, un agent allemand fait des transmissions par radio jusqu’à 29 fois par jour, du moins selon les dires de l’amiral Canaris.

1712 septembre. Rien de nouveau.

1813 septembre. Ribbentrop téléphone depuis Berlin : il souhaite venir à Rome dans le courant de la semaine prochaine pour conférer sur deux questions, la Russie et l’Amérique. L’idée de ce voyage pourrait être utile. Je donne mon accord.

  • 10 L’offensive italienne en Égypte a bien commencé le 13 septembre, engageant six divisions d’infante (...)

19Graziani aurait dû attaquer mais nous n’avons pas de nouvelles précises jusqu’à maintenant10.

2014 septembre. L’attaque sur l’Égypte a commencé. Pour l’instant, les anglais se retirent sans combattre. Ils veulent nous éloigner de nos bases et allonger nos voies de ravitaillement. Le Duce, qui a retrouvé sa bonne humeur, considère l’arrivée à Marsa Matrouh comme une grande victoire, surtout parce qu’elle permettra à notre aviation de pouvoir attaquer Alexandrie en plein jour en étant escortée par la chasse.

21Aucune nouvelle précise du nord. Le Duce est encore convaincu que le débarquement aura lieu alors que le général Marras, qui jusqu’alors le donnait pour certain, commence à douter. Nous connaîtrons peut-être la vérité grâce à Ribbentrop.

  • 11 L’arbitrage de Vienne du 30 août inquiète l’Union soviétique. Celle-ci redoute une influence allem (...)

22L’attitude russe devient équivoque de manière préoccupante11.

  • 12 Francesco Messina est né à Catane en 1900. Sculpteur, il s’installe à Milan en 1932 et réalise des (...)

2315 septembre. D’abord à Livourne, puis à La Spezia pour assister aux cérémonies en l’honneur de Papa. Le monument fait par Messina12 est une œuvre digne de la Renaissance : quand le voile qui le recouvrait est tombé, l’image de mon père est apparue si puissamment vivante qu’un frisson m’a parcouru.

  • 13 Le général Mario Berti, ancien commandant en chef du corps expéditionnaire italien en Espagne, com (...)

2416 septembre. Mussolini est très excité par la marche en avant sur l’Égypte. Mais il est furieux contre Berti13 qui, à cause de sa lenteur, nous aurait fait perdre le butin. Il est un fait que pour l’instant aucun combat n’a eu lieu : seulement quelques escarmouches d’arrière-garde.

25La visite de Ribbentrop est confirmée pour jeudi.

  • 14 Le 16 septembre, les troupes italiennes occupent la position de Sidi Barrani, à 90 kilomètres de l (...)

2617 septembre. Il semble que les choses vont de mieux en mieux en Égypte14. Les anglais se replient avec une rapidité imprévue. Selon des experts militaires, la résistance aura lieu à Marsa Matrouh, d’autres estiment plutôt qu’elle aura lieu à Alexandrie. Mussolini est rayonnant : il a pris l’entière responsabilité de l’offensive sur ses épaules et est fier d’avoir eu raison.

2718 septembre. Rien de nouveau.

  • 15 Réticent l’année précédente au principe d’une alliance trop contraignante, le Japon est à la reche (...)
  • 16 Le bluff de Ribbentrop envers l’allié italien est total. En réalité, la Luftwaffe subit des pertes (...)

2819 septembre. Arrivée de Ribbentrop. Il est de bonne humeur et heureux de l’accueil que lui réservent les « équipes d’applaudisseurs » bien mobilisées par le préfet de police. En voiture, il parle tout de suite de la surprise qu’il apporte dans sa valise : l’alliance militaire avec le Japon à signer dans les prochains jours à Berlin15. Le rêve russe s’est évanoui pour toujours dans les salles du Belvédère, après la garantie apportée aux Roumains. Il croit qu’un tel acte est polyvalent : contre la Russie et contre l’Amérique qui, sous la menace de la flotte japonaise, n’osera plus bouger. J’exprime un avis divergent : la garantie antirusse est très bonne, la saveur antiaméricaine moins bonne car Washington s’engagera encore plus à fond avec les anglais. En ce qui concerne l’Angleterre, Ribbentrop dit que le mauvais temps a été le grand obstacle et que les nuages, plus que la RAF, ont empêché le succès final. Mais il aura lieu dès qu’il y aura quelques jours de beau temps. Le débarquement est prêt et possible : la défense territoriale anglaise est nulle. Il suffira d’une seule division allemande pour faire écrouler le tout16.

  • 17 outre la question de l’alliance germano-italo-japonaise qui a pour but d’immobiliser les États-Uni (...)

29Dans l’après-midi, entretien au palais de Venise que j’ai mis par écrit17. Dans l’ensemble, je trouve que Ribbentrop a plus le moral qu’à Vienne et la raison principale de son euphorie est le pacte avec le Japon qu’il juge d’une importance fondamentale et, de plus, un succès personnel.

3020 septembre. Deuxième entretien avec Ribbentrop. Il porte principalement sur l’intervention espagnole qui semble désormais assurée à brève échéance. Ribbentrop donne lecture d’un message d’Hitler à Franco : c’est un document moitié politique, moitié-militaire, rédigé avec cette logique convaincante que le Führer met dans ses écrits.

31D’ajeta me rapporte que les fonctionnaires de la suite ne sont pas aussi optimistes que Ribbentrop dans ses prévisions : ils parlent d’une guerre longue, un d’entre eux d’une guerre dure.

  • 18 La villa d’este est construite par Pietro Ligorio dans les années 1550 sur une commande du cardina (...)

3221 septembre. Avec Ribbentrop à la villa d’este et à la villa Adriana18. Ces jours-ci, il a voulu approcher beaucoup de personnes, même en dehors du monde politique. Il a réussi à se rendre antipathique à tous.

3322 septembre. Ultime entretien avec Ribbentrop. Panoramique. Ribbentrop fait allusion à la possibilité que ce soit l’axe qui prenne l’initiative de rompre les relations diplomatiques avec les États-Unis. Mussolini serait d’accord. Pas moi. D’une part, parce que je crois à la nécessité d’éviter à tout prix un conflit avec l’Amérique. Ensuite, parce que je crois que nous rendrions un fier service à Roosevelt pour qui il serait commode de se présenter aux élections en costume d’agressé. En tout cas, la décision n’est pas pour tout de suite et j’espère pouvoir naviguer à vue.

34Dans le nord, la saison continue à être aux averses : avec l’été s’éloignent aussi les prophéties de Ribbentrop.

35Les Hongrois ont la main trop lourde en Transylvanie. En accord avec Ribbentrop, nous ferons une démarche vers Budapest afin de conseiller la mesure, qui représente la meilleure sagesse dans les moments de succès. Au contraire, des feuilles volantes circulent déjà avec le slogan « Trianon est mort. Vienne mourra aussi ».

3623 septembre. Rien de nouveau.

3724 septembre. Le texte définitif du pacte à trois est conclu. Désormais, la signature pourra avoir lieu d’ici quelques jours.

  • 19 Depuis l’appel du 18 juin 1940, prônant la continuation de la guerre aux côtés de la Grande-Bretag (...)

38Durant la nuit, Mackensen a téléphoné pour la question de de Gaulle. Il s’est présenté avec quelques navires anglais devant Dakar et a exigé la reddition. Le gouverneur a résisté et Pétain a demandé à la commission d’armistice d’autoriser quelques navires français, parmi lesquels le Strasbourg, à se rendre en atlantique. Les allemands y étaient défavorables. Moi également. On ne voit pas clair du tout dans la question de Gaulle mais je suis convaincu que plus l’écroulement anglais s’éloigne dans le temps, plus existe une solidarité entre la France libre et l’empire colonial français19. J’en ai parlé au Duce qui pense également à l’occupation de la Corse. Il a raison. Si nous n’y allons pas, les anglais y viendront et la RAF partira à l’attaque contre l’Italie depuis Ghisonaccia.

39Cavagnari nie absolument qu’ait été coulé un croiseur anglais type London : il s’agirait d’une des habituelles vantardises de l’aéronautique guidée par la haine et le mépris de la marine.

4025 septembre. À Florence pour l’opération de Marzio qui, grâce à Dieu, va bien.

41À la gare, je reçois un coup de téléphone de Ribbentrop pour annoncer que la signature aura lieu vendredi. Il est nécessaire de partir tout de suite.

4226 septembre. En voyage pour Berlin. Le train s’arrête à Munich sur ordre d’Hitler. Les attaques de la RAF menacent la ligne et le Führer ne veut pas m’exposer au risque d’une longue halte dans la campagne. Je dors à Munich et je poursuivrai en avion.

  • 20 Le Pacte tripartite compte six articles : « Le Japon reconnaît et respecte la direction de l’Itali (...)

4327-28 septembre. Signature du pacte20. Elle se déroule, plus ou moins, dans le cadre de la signature du pacte d’acier. Mais l’atmosphère est plus froide. Même la foule dans les rues – foule relative composée en grande partie d’enfants des écoles – manifeste avec régularité et sans conviction. Le Japon est loin. Les soutiens sont problématiques. Une seule chose est certaine : la guerre est destinée à se prolonger. Ceci ne plaît pas aux allemands qui s’étaient habitués à croire que le conflit serait terminé avec l’été. L’hiver de guerre est dur, d’autant plus qu’à Berlin, beaucoup de denrées sont désormais rares et il n’est pas besoin d’un examen approfondi pour se rendre compte que les vitrines promettent plus que les magasins ne peuvent offrir en réalité.

44Les incursions aériennes perpétuelles sont un autre facteur qui contribue à déprimer la vie berlinoise. On passe quatre à cinq heures par nuit dans les abris. Manque de sommeil, promiscuité, froid : ce ne sont pas des éléments mettant de bonne humeur. Le nombre de personnes enrhumées est incroyable. Les dégâts des bombardements sont minimes, la nervosité énorme. À 10 heures du soir, toute la ville consulte la montre. On veut revenir chez soi auprès des siens. Tout ceci ne justifie pas encore le pessimisme de certains milieux qui commencent à évoquer la dernière guerre et envisagent le pire. Mais il est un fait que le ton de l’Allemagne d’aujourd’hui n’est plus celui de juin, ni même d’août.

  • 21 Remarque qui tend à montrer des oscillations de la position du Führer. En effet, le 20 octobre, Hi (...)
  • 22 Ramón Serrano Súñer rencontre Hitler et Ribbentrop le 25 septembre. Jusque-là ministre de l’Intéri (...)

45J’ai eu deux entretiens avec Hitler. Un formel à la suite de la signature, l’autre le lendemain. Il n’a pas parlé de la situation présente : il s’est plutôt occupé de l’intervention espagnole à laquelle il est opposé car elle coûterait trop pour ce qu’elle pourrait rapporter21. Il a proposé une rencontre avec le Duce au Brenner et j’ai tout de suite accepté. Rien sur le débarquement, ni sur la destruction de l’Angleterre à brève échéance. La préoccupation d’une guerre longue transparaît désormais dans les discours d’Hitler. Il veut prendre ses dispositions pour un usage économique de ses propres forces. Il a parlé avec son habituelle rapidité : moins impétueux qu’auparavant mais toujours décidé. Ribbentrop est plus nerveux. Peut-être est-il tourmenté par des soucis de santé mais il a bien d’autres raisons d’être mécontent. Il avait trop prévu une fin rapide du conflit pour ne pas être lui-même désillusionné. Avec nous, Italiens, les allemands sont d’une impeccable gentillesse. Ansaldo la juge proportionnelle au besoin qu’ils ont de nous. Inversement, ils sont moins courtois avec les espagnols. Dans l’ensemble, la mission de Serrano Súñer n’a pas été couronnée de succès et l’homme n’a pas – et ne pouvait pas – plaire aux allemands22.

4629 septembre. Voyage de retour.

4730 septembre. Je confère avec le Duce. Je le trouve de bonne humeur et très heureux que l’Italie puisse enregistrer en Égypte « un succès qui lui donnera la gloire qu’elle cherchait en vain depuis trois siècles ».

48Il est plutôt irrité contre Badoglio qui semble maintenant engagé dans le rôle de retardateur de la marche de Graziani.

Notes

1 Le 15 mai, puis le 11 juillet, le gouvernement britannique demande aux États-Unis la livraison de 50 destroyers afin de renforcer le potentiel naval britannique à un moment où la maîtrise des mers est vitale pour la Grande-Bretagne. Roosevelt accepte en contrepartie de l’autorisation d’installer des bases américaines en Guyane, aux antillais, aux Bermudes, aux Bahamas et, avec l’accord du Canada, à terre-neuve. Churchill s’en est expliqué devant le Parlement le 20 août.

2 Les résultats de l’arbitrage de Vienne du 30 août sont très mal reçus par l’opinion roumaine. Des manifestations patriotiques ont lieu afin de protester contre l’amputation du territoire roumain et pour demander l’abdication du roi Carol II. De plus, par l’accord de Craiova du 7 septembre, la Roumanie doit céder la Dobroudja à la Bulgarie.

3 Né en 1890, Alfred Duff Cooper est député conservateur de 1924 à 1929, puis à partir de 1931. Il est secrétaire d’État à la Guerre en 1935, puis Premier lord de l’amirauté en 1937. Il est nommé ministre de l’Information dans le cabinet Churchill.

4 Hitler prononce un discours à l’occasion de l’ouverture de la campagne du Secours d’hiver (Winterhilfe). Au cours d’une allocution très sarcastique, le Führer traite Duff Cooper de « vieille poule nerveuse » (Krampfhenne).

5 Le 5 septembre, le roi Carol II nomme le général Ion Antonescu, ancien chef d’état-major et ministre de la Guerre, comme chef du gouvernement. Il accepte mais exige l’abdication du souverain. Celui-ci s’y résout au profit de son fils Michel. Ciano fait sans doute allusion aux mœurs dissolues du roi (il quitte la Roumanie avec sa maîtresse officielle, Magda Lupescu), à ses divers revirements politiques qui le conduisent à abandonner une partie du territoire roumain, à l’élimination physique du chef de la légion, Corneliu Codreanu, et de ses collaborateurs dans la nuit du 29 au 30 novembre 1938.

6 En fait, Hitler va de report en report. Le 3 septembre, il fixe l’opération pour le 21, le 10 pour le 24, le 14 pour le 27. Le 17 septembre, le Führer ajourne l’opération sine die.

7 Le 24 août, par erreur, des bombardiers allemands lâchent quelques bombes sur Londres. Churchill exige un raid de représailles sur Berlin qui fait huit morts. Furieux, Hitler ordonne à la Luftwaffe d’entreprendre un bombardement massif de Londres pour le 7 septembre. La capitale britannique subit son premier Blitz qui provoque 306 morts et 1 337 blessés. Ce type de bombardement est répété pendant 57 nuits de suite, du 7 septembre au 3 novembre. Cette décision du Führer fait perdre de vue le principal objectif de la bataille aérienne : la destruction des terrains d’aviation et le maintien d’une pression maximum sur la chasse britannique. La bataille d’Angleterre vient de connaître un tournant décisif.

8 Le général Giacomo Carboni est le chef du 2e bureau de l’armée italienne.

9 Marsa Matrouh est un port égyptien à 220 kilomètres de la frontière libyenne.

10 L’offensive italienne en Égypte a bien commencé le 13 septembre, engageant six divisions d’infanterie et huit bataillons de chars.

11 L’arbitrage de Vienne du 30 août inquiète l’Union soviétique. Celle-ci redoute une influence allemande accrue en Roumanie et d’être exclue de toute la zone danubienne. En effet, par un accord du 12 septembre, l’Allemagne constitue un Conseil du Danube fluvial afin de remplacer la Commission des États riverains mise en place en 1921. La nouvelle commission est composée de l’Allemagne, de l’Italie, de la Bulgarie, de la Roumanie, de la Hongrie, de la Yougoslavie et de la Slovaquie. Dans la mesure où elle est une puissance riveraine du fleuve depuis son annexion de la Bessarabie, l’URSS estime avoir sa place dans la commission.

12 Francesco Messina est né à Catane en 1900. Sculpteur, il s’installe à Milan en 1932 et réalise des œuvres marquantes comme Le Boxeur en 1929, Ève en 1946, le monument à Pie XII en 1963, qui se trouve dans la basilique Saint-Pierre, Le Cheval mourant en 1966, ornant l’immeuble de la RAI. Il décède en 1995.

13 Le général Mario Berti, ancien commandant en chef du corps expéditionnaire italien en Espagne, commande la 10e armée qui participe à l’offensive en Égypte.

14 Le 16 septembre, les troupes italiennes occupent la position de Sidi Barrani, à 90 kilomètres de leur point de départ. Environ 400 soldats sont tués durant cette progression.

15 Réticent l’année précédente au principe d’une alliance trop contraignante, le Japon est à la recherche désormais de l’appui officiel des puissances de l’axe à un moment où les relations se compliquent entre Tokyo et Washington (le 19 septembre, Roosevelt interdit toute exportation de ferrailles, ce qui frappe la production d’acier japonaise). À la fin du mois d’août, Ribbentrop envoie le diplomate Stahmer afin de négocier une alliance militaire avec le Japon. Ce dernier négocie avec Yosuke Matsuoka, ministre des affaires étrangères nippon, le texte qui est signé à Berlin le 27 septembre.

16 Le bluff de Ribbentrop envers l’allié italien est total. En réalité, la Luftwaffe subit des pertes sévères. Rien que le 15 septembre, 69 avions allemands sont abattus.

17 outre la question de l’alliance germano-italo-japonaise qui a pour but d’immobiliser les États-Unis et l’URSS sur lesquels compte le Royaume-Uni, sont abordées la situation militaire vis-à-vis de la Grande-Bretagne jugée très mauvaise pour les Britanniques, la possibilité d’une intervention espagnole dans le conflit que l’Allemagne et l’Italie espèrent désormais ardemment dans la mesure où elle aboutirait à la prise de Gibraltar et à la neutralisation totale de l’Afrique du nord française qui peut tomber sous l’influence du général de Gaulle, dont Ribbentrop et Mussolini n’excluent pas qu’il ait des contacts avec Pétain, la confirmation que la Grèce et la Yougoslavie sont dans la zone d’influence italienne même si l’Allemagne se réserve le district de Maribor. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 394-399.

18 La villa d’este est construite par Pietro Ligorio dans les années 1550 sur une commande du cardinal Hippolyte d’este. La villa Adriana est une villa impériale édifiée par l’empereur Hadrien entre 118 et 134. Toutes deux se trouvent à Tivoli.

19 Depuis l’appel du 18 juin 1940, prônant la continuation de la guerre aux côtés de la Grande-Bretagne et la création de la France libre, le général de Gaulle cherche à rallier le plus de territoires sous souveraineté française. Se rallient successivement les Nouvelles-Hébrides le 22 juillet, Tahiti le 2 août, le Tchad, le Cameroun, le Congo et l’Oubangui-Chari entre les 26 et 29 août. Le 31, le général de Gaulle s’embarque pour tenter de gagner à lui l’Afrique occidentale française avec l’aide d’une escadre britannique commandée par l’amiral Cunningham. Entre le 23 et le 25 septembre, il ne parvient pas à rallier la ville de Dakar que défend le gouverneur général Boisson, fidèle à Vichy. Sur l’expédition de Dakar, Coutau-Bégarie Hervé et Huan Claude, Dakar 1940 : la bataille fratricide, economica, Paris, 2004.

20 Le Pacte tripartite compte six articles : « Le Japon reconnaît et respecte la direction de l’Italie et de l’Allemagne pour la création d’un ordre nouveau en Europe » (article 1) ; « L’Allemagne et le Japon reconnaissent et respectent la direction du Japon pour la création d’un ordre nouveau dans la Grande Asie orientale » (article 2) ; « L’Italie, l’Allemagne et le Japon s’accordent à coopérer avec leurs forces dans les zones susdites. Les puissances prennent en outre l’obligation de se soutenir mutuellement avec toutes leurs ressources politiques, économiques et militaires, au cas où l’une des trois parties contractantes serait attaquée par une puissance ne participant pas actuellement à la guerre européenne ou au conflit sino-japonais » (article 3). Dans Anchieri Ettore, La diplomazia contemporanea. Raccolta di documenti diplomatici (1815-1956), Casa editrice dott. Antonio Milani, Padoue, 1959, p. 162.

21 Remarque qui tend à montrer des oscillations de la position du Führer. En effet, le 20 octobre, Himmler est envoyé à Madrid pour négocier une éventuelle entrée de l’Espagne dans la guerre, sujet qui est également au centre de la rencontre entre Hitler et Franco à Hendaye le 23 octobre. Néanmoins, dans le rapport allemand de la rencontre, il est clairement dit que le prix de l’entrée en guerre de l’Espagne est exorbitant. L’Allemagne fournit pour l’année à venir 400 000 à 700 000 tonnes de céréales, tout le carburant, l’équipement militaire manquant, prépare les troupes spéciales pour la conquête de Gibraltar, remet le Maroc et la région d’Oran à l’Espagne et, en contrepartie, celle-ci assure l’Allemagne de son amitié… Dans Hillgruber Andréas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 227.

22 Ramón Serrano Súñer rencontre Hitler et Ribbentrop le 25 septembre. Jusque-là ministre de l’Intérieur, il est nommé ministre des affaires étrangères le 16 octobre par le général Franco.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site