Version classiqueVersion mobile

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Août

Texte intégral

11er août. Rien de nouveau.

22 août. Rien de nouveau.

33 août. Je demande au ministre de Grèce d’éloigner de Trieste le consul qui est irrémédiablement anti-italien. Il cherche à le défendre mais j’ai des arguments sérieux pour mon accusation et il doit céder.

  • 1 Le maréchal Graziani est nommé commandant des forces italiennes en Libye à la suite de la mort de (...)

4Soddu dit que Graziani1, après avoir vidé l’Italie pour renforcer la Libye, ne se considère pas en mesure d’attaquer l’Égypte, surtout à cause de la chaleur. Il pense renvoyer l’opération au printemps. Je ne connais pas encore les réactions du Duce mais je les prévois violentes. Même d’Allemagne arrivent des bruits de renvoi de l’attaque. Sont-ils vrais ?

  • 2 Service d’information militaire (Servizio informazioni militare).

5Quatre de nos agents du SIM2 ont été surpris cette nuit au siège de la légation de Yougoslavie. Il faut accréditer l’idée qu’il s’agit de vulgaires voleurs.

  • 3 Le 23 février 1917, Mussolini est blessé à la cuisse par l’explosion d’un mortier.
  • 4 En tant que vice-roi d’Éthiopie, le duc d’Aoste est chargé de la conquête de la Somalie britanniqu (...)

64 août. Mussolini est rentré à Rome. Il est d’assez bonne humeur malgré le renvoi de l’offensive en Libye et la réouverture d’une vieille blessure de guerre à la jambe3. Il ne fait pas allusion à la situation militaire. Inversement, Badoglio m’informe que Graziani est convoqué à Rome. Entre-temps, le duc d’Aoste a débuté l’offensive contre la Somalie britannique avec de très bonnes perspectives4.

7Mussolini parle surtout des relations avec la Russie et croit le moment venu d’aller plus en avant dans l’amélioration de nos relations. Je suis d’accord. Depuis Berlin, Alfieri rapporte que le retour inopiné d’Hitler et des principaux hiérarques donne à penser à un début imminent des opérations dont, comme d’habitude, on ne nous a rien dit.

85 août. Grande charge du Duce contre « les Italiens », ce qui arrive lorsqu’il rencontre des difficultés dans la réalisation de ses projets. Principaux griefs : la décadence démographique, la tendance à l’alcoolisme et l’à-peu-près qui règne dans tous les secteurs. Il dit qu’il prononcera, un jour, un discours intitulé « Les plaies secrètes de l’Italie ». Il le fera pour mettre brusquement la nation face à elle-même. Il a dit que le but principal est le reboisement des Apennins qui rendra le climat de l’Italie plus rigoureux : ceci déterminera une plus parfaite sélection et une amélioration de la race.

  • 5 Rendre des comptes. Cette locution latine est passée dans l’italien courant et vient de l’Évangile (...)

9Morale : le Duce est mécontent parce que Graziani, qui avait tant critiqué Balbo, refuse maintenant l’obstacle et ne veut pas attaquer l’Égypte. Il l’a rappelé aujourd’hui pour la redde rationem5. Mais je ne connais pas encore les résultats. Le malaise de Mussolini grandira si, comme cela semble être le cas, Hitler lance d’ici peu la grande offensive contre les îles britanniques.

  • 6 Il s’agit de Gustave V depuis 1907. Le 3 août, le souverain suédois se propose comme intermédiaire (...)

106 août. Alfieri dit qu’une nouvelle suspension menace désormais l’activité allemande et, cette fois-ci, ne l’explique pas. Qui sait s’il n’y a pas quelque chose de vrai dans les bruits de négociations secrètes par l’entremise du roi de Suède6 ?

  • 7 Maxime Litvinov, alors commissaire du Peuple aux affaires étrangères, effectue un voyage officiel (...)

11Mussolini reparle beaucoup de notre attaque contre la Yougoslavie pour la deuxième décade de septembre. Aussi veut-il que je tienne au chaud les Croates et que je parvienne rapidement à un accord avec la Russie qui devrait avoir un caractère « spectaculaire ». Il fait une allusion à un voyage que j’effectuerais à Moscou : la visite de Litvinov n’a jamais été rendue7. Tout ceci me semble prématuré. J’en parlerai à Mackensen. En ce qui concerne l’attaque contre la Yougoslavie, je ne crois pas qu’Hitler, sauf nouveauté, permettra de perturber le statu quo dans les Balkans.

  • 8 Port somalien, en bordure du golfe d’Aden et frontalier avec Djibouti.

12En soirée, le Duce téléphone enthousiasmé car nos troupes sont entrées à Zeila8. Je ne sais pas quelle importance réelle a l’événement.

137 août. Rien de nouveau.

  • 9 Le maréchal Badoglio est gouverneur de Libye de décembre 1928 à décembre 1934 et commande les trou (...)

148 août. Graziani est venu me trouver. Il parle de l’attaque de l’Égypte comme d’une entreprise très sérieuse pour laquelle l’actuelle préparation est loin d’être parfaite. Il attaque surtout Badoglio qui ne freine pas le Duce dans son ardeur agressive, ce qui, « pour un homme qui connaît l’Afrique9, veut dire qu’il est ramolli ou, pire encore, de mauvaise foi ». Le ravitaillement en eau est totalement insuffisant. On va vers un insuccès qui, dans le désert, se transforme inévitablement en désastre. J’en ai référé au Duce qui en est très peiné car, du dernier entretien avec Graziani, il avait eu l’impression que l’offensive débuterait d’ici peu de jours. Avec moi, Graziani n’a pas précisé de date mais il ne voudrait pas attaquer avant deux à trois mois. Mussolini a conclu « qu’il ne faut confier des tâches qu’à ceux qui ont au moins un grade à conquérir. Graziani en a trop à perdre ».

15Mackensen porte un projet de protestation commune à faire auprès de Berne à la suite d’un discours insolent d’un général. Nous sommes d’accords en principe.

  • 10 À cause du mauvais temps, Goering retarde au 13 août l’offensive aérienne initialement prévue le 1 (...)

16Selon Alfieri, l’offensive dans la Manche est retardée à cause du mauvais temps. Selon le général Marras, ce serait à cause de conversations secrètes qui seraient en cours. La version d’Alfieri est la plus vraisemblable10.

179 août. Rien de nouveau.

  • 11 Tiré du Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert, publié de manière posthume en 1913.
  • 12 Le comte Ciano n’apporte pas un fervent soutien à la propagande antibourgeoise que le régime entre (...)

1810 août. Conseil des ministres. Long monologue mussolinien qui est allé des événements de la guerre à la lutte contre l’alcoolisme, en passant par l’inévitable critique de la bourgeoisie. « Est bourgeois, a-t-il dit, celui qui n’est ni ouvrier, ni paysan et qui, en fin de compte, n’est principalement préoccupé que par ses intérêts. » Pour ma part, je préfère encore la définition de Flaubert : « est bourgeois ce qui est bas11. » Le concept de bourgeois a plus une valeur psychologique qu’économique. Mais sur ce qui est appelé la lutte contre la bourgeoisie, il y aurait beaucoup de choses à dire et ce serait bien de le dire un jour12.

  • 13 Allusion à la crise provoquée par Mussolini à la suite du meurtre d’officiers italiens aux confins (...)

19Je parle avec Mussolini des difficultés à la frontière gréco-albanaise. Il n’y a pas lieu de dramatiser la situation mais l’attitude grecque est très douteuse. Le Duce médite « un geste de force car depuis 192313, j’ai un compte à régler et les Grecs s’illusionnent s’ils pensent que j’ai passé l’éponge ».

  • 14 À cette date, le principe d’une invasion de la Grande-Bretagne n’est pas abandonné. Mais Hitler ch (...)

20Des nouvelles arrivent encore de Berlin au sujet du retard de l’offensive14. Mais aura-t-elle vraiment lieu ? Quand ? Sous quelle forme ? Nous n’en savons rien. Il est un fait que les allemands nous tiennent aujourd’hui dans l’obscurité comme ils le faisaient lorsque nous étions neutres.

  • 15 Daut Hoxha, chef de bande albanais, a été abattu deux mois auparavant, probablement par des Grecs. (...)

2111 août. Mussolini parle encore de la question grecque et veut avoir des détails sur la Ciamuria. Il a préparé un communiqué de l’agence Stefani qui commencera à agiter le problème15. Il m’a fait convoquer Jacomoni et Visconti Prasca à Rome avec lesquels il entend s’entretenir. Il parle d’une attaque par surprise vers la fin septembre. S’il a décidé ainsi, je pense qu’il conviendrait de raccourcir le délai. Il est dangereux de donner aux Grecs le temps de se préparer.

  • 16 L’Italie participe très modestement à l’action aérienne contre les îles britanniques. Un corps aér (...)

22L’aviation allemande a demandé l’envoi de nos forces aériennes pour collaborer à l’action contre la Grande-Bretagne. Quand, voici un mois, nous les avons offertes, elles ont été refusées sans autre procédé. Maintenant, on les demande. Pourquoi ? Je ne suis pas très favorable à cette demande pour des raisons techniques et pour des raisons politiques16.

23Favagrossa compare la situation italienne à une baignoire dont la bonde serait ouverte et les robinets fermés. Seule la douche – la France – pourrait fournir un peu d’eau. Mais elle n’y est pas parvenue à ce jour. Les principales préoccupations sont l’étain, le cuivre et le nickel. À la fin septembre, l’étain manquera totalement.

2412 août. J’accompagne Jacomoni et Visconti Prasca chez le Duce. Celui-ci fixe les lignes politiques et militaires pour l’action contre la Grèce. Si la Ciamuria et Corfou sont cédés sans coup férir, nous ne demanderons rien de plus. Si, inversement, une résistance a lieu, nous pousserons l’action à fond. Jacomoni et Visconti Prasca estiment l’action possible, voire facile, à condition de faire vite. Au contraire, le Duce, pour des raisons d’ordre militaire, est d’avis de renvoyer l’action vers la fin de septembre.

  • 17 Afin de préparer la grande attaque du lendemain, l’aviation allemande a bombardé six stations rada (...)

25Des nouvelles d’attaques aériennes arrivent d’Allemagne mais rien de plus17. J’ai parlé au téléphone avec Alfieri qui a été plus vague que d’habitude.

  • 18 Mussolini semble mélanger deux choses : d’une part, Dominique de Guzmán, mort en 1221 et canonisé (...)

26Nouveau et violent éclat de Mussolini contre la bourgeoisie : « La guerre une fois terminée, je commencerai l’attaque contre la bourgeoisie qui est vile et abjecte. Il est nécessaire de la détruire physiquement. En sauver, plus ou moins, 20 %. » Et il a ajouté : « Je les frapperai tous et je dirai comme Domenico de Guzmán : “Dieu choisira les siens18.” »

27En Somalie, on combat et on avance.

2813 août. Mussolini est très irrité contre le duc d’Aoste à cause du retard que subissent les opérations en Somalie. Il répète cette formule : « Les princes devraient jouer aux civils. »

2914 août. À Livourne pour voir les enfants.

  • 19 Le 15 août, le croiseur grec Helle est coulé par un sous-marin inconnu dans le port de Tinos. Selo (...)

3015 août. Un navire grec a été coulé par un sous-marin dont on ignore encore la nationalité. L’incident menace de prendre des proportions importantes. Selon moi, il s’agit du résultat de l’intempérance de De Vecchi. Je confère avec le Duce qui désire résoudre pacifiquement cet incident dont on se serait passé. Je propose d’adresser une note à la Grèce : cela portera la polémique sur un terrain diplomatique19.

3116 août. Rien de nouveau.

3217 août. Alfieri a eu un intéressant entretien avec Ribbentrop. Il en est résulté que : 1) le gouvernement allemand ne désire pas que notre rapprochement avec la Russie soit trop marqué, 2) il est nécessaire de mettre de côté tout projet d’attaque contre la Yougoslavie, 3) même une éventuelle action contre la Grèce n’est pas approuvée par Berlin. C’est un halte-là sur toute la ligne. Selon Ribbentrop, tous les efforts doivent être concentrés dans la lutte contre la Grande-Bretagne car celle-ci – et seulement celle-ci – est une « question de vie ou de mort ». Ce jugement allemand fait penser que la partie sera encore dure. Le Duce a dicté sa réponse : naturellement, nous acceptons le point de vue de Berlin, même en ce qui concerne la Grèce. De fait, nous rangeons au placard la note qui était déjà prête.

33À la mer, je vois l’attaché de presse allemand Mollier qui parle plus que ne le fait l’ambassadeur. Il dit que le débarquement est désormais imminent, que des milliers d’embarcations sont prêtes dans les ports de la Manche, que l’opération, très audacieuse, sera dure et sanglante, mais que le résultat est assuré. Mollier parle de la paix pour la fin septembre.

3418 août. Rien de très important. Seulement une série de signaux venus de Berlin qui laissent entrevoir une attaque décisive imminente contre la Grande-Bretagne. Mussolini les croit exacts et est convaincu que nous aurons la victoire et la paix pour le mois prochain. C’est pour cela qu’il veut accélérer les choses en Égypte.

35Badoglio et De Vecchi s’injurient par lettres. Ceci m’a été raconté par le Duce qui en était satisfait et qui gratifiait De Vecchi de jugements dont il ne pourrait pas être fier.

  • 20 En conclusion de ce télégramme, Mussolini écrit : « Maréchal Graziani, comme je vous l’ai déjà dit (...)

3619 août. Le Duce me lit un télégramme envoyé à Graziani : l’ordre est de marcher sur l’Égypte dès qu’une patrouille allemande débarquera en Angleterre. Mussolini prend sur lui la responsabilité de l’ordre même s’il connaît bien les objections de Graziani20.

3720 août. Graziani envoie une copie d’un document d’où il résulte que tous ses généraux se sont prononcés contre l’offensive en Égypte. J’en réfèrerai au Duce.

  • 21 Discours prononcé devant le Parlement au cours duquel le Premier ministre fait le point de la situ (...)

38Discours de Churchill. Pour la première fois, en une année, je lis un discours anglais solide et ayant un programme. On sent que derrière l’architecture des belles paroles et des fortes affirmations, il y une volonté et une foi21.

3921 août. Rien de nouveau.

  • 22 Le 22 août, Ciano écrit en ce sens à Jacomoni. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte (...)

4022 août. Mussolini me donne la copie de quelques directives militaires qu’il a données afin que l’on remette à un moment ultérieur les actions contre la Yougoslavie et la Grèce22. Il paraît que les allemands ont renouvelé leurs pressions en ce sens, y compris auprès de l’état-major. Dans un premier temps, le Duce voulait en donner une copie à l’ambassade d’Allemagne, puis il a téléphoné un contre-ordre. Il semble vouloir en faire le sujet d’une lettre à Hitler.

41Riccardi est maintenant optimiste au sujet des réserves. Au rythme actuel, nous ne devrions pas avoir de déficiences notables jusqu’à la fin de 1941.

  • 23 L’espoir de Ciano est totalement vain. Dans son discours du 20 août, Churchill détaille la collabo (...)

42Important discours d’Halifax23 : le ton a changé et la possibilité d’une entente n’est pas exclue. Le retard de l’attaque trouve-t-il ici son explication ?

  • 24 Mussolini passe en revue les grands sujets du moment. Il préconise de maintenir hors du conflit la (...)
  • 25 Dans une lettre du 21 août, le général Franco fait savoir à Hitler son souhait d’entrer en guerre, (...)

4323 août. Le Duce a préparé une lettre pour Hitler dans laquelle il résume la situation24 et en a reçu une intéressante de Franco. Le Caudillo parle d’une entrée en guerre prochaine de l’Espagne. Il s’est déjà tourné vers les allemands pour faire connaître ce dont il avait besoin : il ne nous a encore rien spécifié25.

4424 août. Rien de nouveau.

4525 août. À Livourne.

4626 août. Ribbentrop téléphone plusieurs fois. Il est préoccupé de la tournure que prend la controverse entre Hongrois et Roumains. L’Allemagne veut à tout prix éviter une crise dans les Balkans. Aussi, sans parler d’arbitrage, Ribbentrop propose de convoquer à Vienne les deux ministres des affaires étrangères afin de leur donner les conseils amicaux de l’axe pour trouver une solution. Naturellement, ceci est accompagné d’un avertissement : celui qui n’accepte pas le conseil prend toutes les responsabilités des conséquences futures. Je suis d’accord et le Duce approuve. Je fais venir à Rome Ghigi et Talamo afin d’avoir de meilleures informations. Nous irons à Vienne d’ici deux ou trois jours.

47Ribbentrop me fait savoir qu’il a durement traité le ministre de Grèce qui avait cherché à frapper à la porte de Berlin : il ne l’a pas reçu et lui a fait dire qu’il serait plus utile de parler avec l’Italie car L’Allemagne est solidaire avec nous en tout et pour tout.

4827 août. Je décide la rencontre à Vienne pour demain. Hongrois et Roumains arriveront jeudi. D’après ce que téléphone Ribbentrop, le Führer serait d’avis que les Roumains cèdent 40 000 kilomètres carrés à la Hongrie qui en réclame 60 000. Mussolini n’a pas d’idée précise sur la question et me donne pleine liberté d’action. Il est tout occupé par le projet de l’attaque de l’Égypte et dit que même Keitel pense que la prise du Caire est plus importante que la prise de Londres. À moi, Keitel ne me l’a pas dit. L’attaque devrait avoir lieu le 6 septembre. Qu’en pense Graziani ?

4928 août. Hitler désire me parler avant la réunion de Vienne. Aussi faisons-nous route pour Salzbourg : très beau temps au sud des alpes, couvert au nord. Réception habituelle à Berchtesgaden. Hitler est cordial et serein, comme toujours, mais il a l’air plus fatigué que les autres fois. Après le déjeuner, nous parlons tout d’abord de la situation générale. J’ai résumé l’entretien dans un télégramme pour le Duce. Hitler met sur le compte du mauvais temps le retard de l’attaque contre la Grande-Bretagne. Il aurait besoin d’au moins quinze jours de beau temps pour neutraliser la supériorité navale anglaise. Mais selon ses propos, il me semble probable que l’action soit désormais définitivement reportée. À quand ? En tout cas, Hitler paraît décidé à marcher jusqu’au bout car il parle d’avoir repoussé une tentative de médiation du roi de Suède.

  • 26 Hitler est très attaché à la sécurité de l’approvisionnement en pétrole extrait des puits de la ré (...)

50Nous parlons peu de la question hungaro-roumaine. Il s’en remet à moi et à Ribbentrop pour la solution. La seule chose qui lui tient à cœur est que la paix soit sauvée et que le pétrole roumain continue d’affluer dans ses réservoirs26.

51Départ en avion pour Vienne. La ville paraît très appauvrie comparé à il y a un an : peu de trafic, commerces mal ravitaillés, atmosphère pesante. La population, dans les rues, est débraillée et distraite.

5229 août. Avec Ribbentrop, nous décidons de résoudre le problème au moyen d’un arbitrage : si nous nous aventurons dans la discussion, nous ne nous en sortirons jamais. Nous parlons d’abord aux Hongrois. Csáky est raisonnable, Teleki est hostile. Alors, Ribbentrop l’insulte (les bonnes manières n’ont jamais été son fort !) et accuse la Hongrie d’avoir fait une politique hostile à l’Allemagne en plus d’une occasion. Il utilise des paroles assez menaçantes. L’entretien avec les Roumains est plus calme. Manoilescu ne sait que faire, ni que dire. Il est terrorisé pour son pays et pour lui-même. Nous cherchons à lui vendre cher la garantie des frontières : même s’il est convaincu de l’intérêt de la chose, il trouve le prix élevé.

53Les Hongrois acceptent dans l’après-midi. Les Roumains nous feront attendre la réponse jusqu’à 4 heures du matin. En attendant, Ribbentrop et moi traçons la nouvelle frontière et dictons les termes de l’arbitrage. C’est un problème à la solution difficile, voire impossible dans le sens d’une justice absolue. Nous cherchons à être le plus équitable possible.

54On mange peu et mal à Vienne. Les hôtels sont dépourvus et désorganisés au point qu’ils ne semblent plus être les mêmes. La guerre pèse sur cette ville plus que sur aucune autre. De plus, la Stimmung autrichienne n’est pas bonne.

  • 27 C’est déjà au palais viennois du Belvédère que l’arbitrage italo-allemand des 2 et 3 novembre 1938 (...)
  • 28 L’arbitrage de Vienne accorde la Transylvanie du nord à la Hongrie, correspondant au district des (...)

5530 août. Cérémonie de signature au Belvédère27. Les Hongrois, lorsqu’ils voient la carte géographique, ne se tiennent plus de joie. Puis on entend un grand bruit sourd. C’est Manoilescu, affaissé sur la table, qui s’est évanoui. Docteurs, massages, huile de camphre. Finalement, il se reprend mais accuse le coup28.

56Dans l’après-midi a lieu une manifestation de foule devant l’hôtel. Pour quelque chose d’organisé, cela aurait pu avoir des proportions et une chaleur plus importantes. Vienne est vraiment grise.

5731 août. À la chasse avec Ribbentrop.

Notes

1 Le maréchal Graziani est nommé commandant des forces italiennes en Libye à la suite de la mort de Balbo.

2 Service d’information militaire (Servizio informazioni militare).

3 Le 23 février 1917, Mussolini est blessé à la cuisse par l’explosion d’un mortier.

4 En tant que vice-roi d’Éthiopie, le duc d’Aoste est chargé de la conquête de la Somalie britannique. L’entreprise est facilitée par l’évacuation d’une partie des forces britanniques vers le Kenya.

5 Rendre des comptes. Cette locution latine est passée dans l’italien courant et vient de l’Évangile selon saint Luc (16, 2), lorsque le riche propriétaire demande des comptes à son administrateur.

6 Il s’agit de Gustave V depuis 1907. Le 3 août, le souverain suédois se propose comme intermédiaire pour des négociations de paix. Le gouvernement britannique repousse la proposition en rappelant la déclaration du 12 octobre 1939 rejetant toute idée d’une négociation avec l’Allemagne. Le 6 août, Ciano adresse un message à Alfieri : « Comme on le sait, l’ajournement de l’attaque allemande contre l’Angleterre fait naître toutes sortes de bruits concernant de prétendus contacts anglo-allemands en vue d’une solution pacifique du conflit. De source russe, nous avons appris, sous toute réserve, que des négociations seraient en cours entre les deux pays. D’autre part, l’ambassadeur du Japon à Rome m’a dit avoir reçu la nouvelle que des pourparlers avaient été engagés par l’intermédiaire du roi de Suède. Sur la base de ces informations et de tous les éléments dont vous pouvez avoir eu connaissance, tentez là-bas de déterminer ce qu’il peut y avoir de vrai dans de tels bruits. » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 185-186.

7 Maxime Litvinov, alors commissaire du Peuple aux affaires étrangères, effectue un voyage officiel à Rome du 2 au 5 décembre 1933.

8 Port somalien, en bordure du golfe d’Aden et frontalier avec Djibouti.

9 Le maréchal Badoglio est gouverneur de Libye de décembre 1928 à décembre 1934 et commande les troupes pendant la campagne d’Éthiopie de novembre 1935 à mai 1936.

10 À cause du mauvais temps, Goering retarde au 13 août l’offensive aérienne initialement prévue le 10.

11 Tiré du Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert, publié de manière posthume en 1913.

12 Le comte Ciano n’apporte pas un fervent soutien à la propagande antibourgeoise que le régime entreprend depuis 1937-1938.

13 Allusion à la crise provoquée par Mussolini à la suite du meurtre d’officiers italiens aux confins de la Grèce et de l’Albanie le 27 août 1923. Persuadé de la responsabilité grecque, il fait occuper Corfou. Il n’évacue l’île que le 27 septembre à la suite des pressions britanniques et du versement de 50 millions de lires de dédommagement.

14 À cette date, le principe d’une invasion de la Grande-Bretagne n’est pas abandonné. Mais Hitler choisit de détruire le potentiel de la Royal air Force avant de l’entreprendre. Le 13 août, jour de l’Adlertag (jour de l’aigle), débute la bataille aérienne dite d’Angleterre.

15 Daut Hoxha, chef de bande albanais, a été abattu deux mois auparavant, probablement par des Grecs. La radio italienne n’en donne la nouvelle que le 11 août, le faisant passer pour un héros national, occasion de faire monter la tension entre les deux pays.

16 L’Italie participe très modestement à l’action aérienne contre les îles britanniques. Un corps aérien est installé en Belgique. Le 25 octobre, 16 bombardiers Fiat BR. 20 sont en mission au-dessus de Harwich. Trois sont abattus. Le 11 novembre, une nouvelle opération sur Harwich coûte six nouveaux appareils à l’aviation italienne.

17 Afin de préparer la grande attaque du lendemain, l’aviation allemande a bombardé six stations radars de la côte sud de l’Angleterre.

18 Mussolini semble mélanger deux choses : d’une part, Dominique de Guzmán, mort en 1221 et canonisé en 1234 sous le nom de saint Dominique ; d’autre part, la formule « Dieu reconnaîtra les siens », que la tradition attribue sans certitude historique à Arnaud Amalric, abbé de Cîteaux et légat du pape Innocent III lors du siège de Béziers en 1209.

19 Le 15 août, le croiseur grec Helle est coulé par un sous-marin inconnu dans le port de Tinos. Selon toute probabilité, il s’agit de l’action d’un sous-marin italien, car un ordre est donné en ce sens par Mussolini et transmis par une lettre manuscrite de l’amiral Cavagnari. Le 16, l’attaché d’ambassade à Berlin Lanza note dans son Journal : « Le comte Ciano annonce que notre différend avec la Grèce pourrait “être résolu en septembre”, grâce à l’exploitation des incidents que nous avons provoqués. » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 191. Il apparaît donc que, dès la mi-août, Ciano assume une future guerre contre la Grèce.

20 En conclusion de ce télégramme, Mussolini écrit : « Maréchal Graziani, comme je vous l’ai déjà dit, lors de notre dernier entretien, le temps travaille contre nous. La perte de l’Égypte sera le coup de grâce pour la Grande-Bretagne, cependant que la conquête de ce riche pays, nécessaire à nos communications avec l’Éthiopie, sera la grande récompense qu’attend l’Italie et que vous lui procurerez, j’en suis sûr. » Dans In Africa settentrionale. La preparazione al conflitto. L’avanzata su sidi el Barrani (ottobre 1935 – settembre 1940), tipografia regionale, Rome, 1955, p. 106.

21 Discours prononcé devant le Parlement au cours duquel le Premier ministre fait le point de la situation, renouvelle sa volonté de poursuivre la guerre et rend hommage aux pilotes de la Royal air Force qui luttent au même moment contre la Luftwaffe : « Jamais, dans l’histoire de l’humanité et de ses guerres, tant de gens ont dû autant à si peu d’hommes. Tous les cœurs battent pour les pilotes de chasse dont nous voyons, de nos propres yeux, jour après jour, les magnifiques exploits. » Dans Churchill Winston, Discours de guerre, Tallandier, coll. « texto », Paris, 2009, p. 159.

22 Le 22 août, Ciano écrit en ce sens à Jacomoni. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 390.

23 L’espoir de Ciano est totalement vain. Dans son discours du 20 août, Churchill détaille la collaboration avec les États-Unis, ceux-ci installant des bases militaires à terre-neuve et aux Antilles : « […] Le président Roosevelt nous a récemment fait savoir qu’il aimerait discuter avec nous, avec le dominion du Canada et avec terre-neuve, la possibilité d’établir des bases aériennes et navales à terre-neuve et aux Antilles. Bien entendu, il n’est nullement question d’un changement de souveraineté, pareille éventualité n’a jamais été envisagée, ni de décisions prises sans le consentement ou contre le vœu des colonies intéressées. Mais le gouvernement de Sa Majesté est, quant à lui, tout disposé à donner son accord aux États-Unis, pour faciliter leur défense grâce à un bail de quatre-vingt-dix-neuf ans et nous sommes persuadés que nos intérêts, tout comme les leurs, et ceux des colonies elles-mêmes, du Canada et de terre-neuve, auront tout à y gagner. » S’il en était besoin, le rapprochement anglo-américain n’incite en rien le gouvernement britannique à négocier une paix. Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. 2 : Seuls. Mai-décembre 1940, Plon, Paris, 1949, p. 98.

24 Mussolini passe en revue les grands sujets du moment. Il préconise de maintenir hors du conflit la zone du bassin du Danube et des Balkans tout en surveillant la Grèce et la Yougoslavie. Concernant la France de Vichy, le Duce porte un jugement étonnant, dénonçant « un incorrigible orgueil français selon lequel la France ne se considère pas comme vaincue. La France de Vichy compte sur la résistance anglaise et sur l’intervention américaine ». Celle-ci est jugée probable surtout en cas de réélection de Roosevelt. Vis-à-vis du Japon, l’axe doit œuvrer afin de détendre au maximum les relations soviéto-japonaises et tendre au maximum les relations américano-japonaises. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. V (11 giugno – 28 ottobre 1940), op. cit., doc. no 484, p. 469-470.

25 Dans une lettre du 21 août, le général Franco fait savoir à Hitler son souhait d’entrer en guerre, moyennant une aide matérielle de l’Allemagne. Dans la lettre à Mussolini, il précise les aspirations de l’Espagne à une partie de l’Afrique du nord française. Hitler ne donne pas suite, estimant ne pas avoir besoin des espagnols pour vaincre la Grande-Bretagne, et Mussolini l’assure de la victoire finale de l’axe et se montre solidaire des revendications de Madrid : « après la France, il ne fait aucun doute que la Grande-Bretagne sera vaincue. Le régime anglais ne vit plus désormais que sur une seule chose : le mensonge. Il est inutile de vous dire qu’en ce qui concerne vos aspirations, vous pouvez compter sur la pleine solidarité de l’Italie fasciste. » Dans Ibid., doc. no 492, p. 479.

26 Hitler est très attaché à la sécurité de l’approvisionnement en pétrole extrait des puits de la région de Ploieşti. À la différence de ce qu’explique Ciano dans son Journal, le compte rendu que fait le traducteur allemand Paul Schmidt insiste sur la place centrale que tiennent la question des relations entre Hongrois et Roumains et la situation dans les Balkans lors de l’entretien. Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 200-204. Ciano écrit à ce sujet dans son compte rendu au Duce : « en ce qui concerne le différend roumano-magyar, le Führer entend qu’à tout prix soit évité un conflit qui affaiblirait l’axe tandis que tous les efforts de l’Allemagne et de l’Italie doivent être tournés contre un ennemi encore puissant et dangereux, tel que la Grande-Bretagne. […] Il désire que de la réunion de Vienne sorte une solution raisonnable du différend transylvain sur la base d’environ les 2/3 des demandes hongroises. » Ciano souligne également qu’Hitler et Ribbentrop se sont montrés méfiants vis-à-vis de l’Union soviétique, capable selon eux de pousser « jusqu’aux Détroits, à l’Égée et même à l’adriatique » avec la complicité de la Bulgarie et de la Yougoslavie. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 391-392.

27 C’est déjà au palais viennois du Belvédère que l’arbitrage italo-allemand des 2 et 3 novembre 1938 a été rendu entre la Hongrie et la Tchécoslovaquie.

28 L’arbitrage de Vienne accorde la Transylvanie du nord à la Hongrie, correspondant au district des Szeklers. Ainsi, le territoire roumain est amputé de 43 104 kilomètres carrés et 2 577 000 habitants, dont environ les deux cinquièmes sont des Hongrois. Les grandes villes de Cluj et d’Oradea Mare reprennent leurs noms hongrois de Kolozsvár et de Nagyvárad.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search