Desktop versionMobile Version

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Juillet

Volltext

11er juillet. Alfieri s’est rendu auprès d’Hitler afin de discuter de mon prochain voyage.

2Rien d’autre de nouveau.

32 juillet. Mussolini est revenu de son voyage sur le front occidental et, comme prévu, il a été enthousiasmé par ce qu’il a vu. Il trouve que tout va bien, y compris pour l’armement. Il parle avec élan « de la percée de la ligne Maginot alpine ». En réalité, il n’y a eu aucune percée : nos groupes rapides se sont faufilés entre les fortifications françaises et ont occupé des villages en fond de vallée, tandis que les forts leur coupaient la route derrière eux. Sur ce, le rideau de l’armistice est providentiellement tombé, sinon bien des choses auraient pu se produire et pas toutes joyeuses. Maintenant Mussolini donne pour chose accomplie la marche sur Alexandrie : il dit que même Badoglio juge l’entreprise facile et sûre.

  • 1 Le Duce propose cette aide dans un courrier en date du 26 juin. Dans I documenti diplomatici itali (...)
  • 2 Le compte rendu allemand démontre également un flou dans les intentions stratégiques exactes du Fü (...)

4Alfieri a rapporté l’entretien avec Hitler : je suis convaincu qu’il y a quelque chose de nouveau dans l’état d’esprit de cet homme, et il est certain qu’aucune décision n’a été encore prise. Il n’y a plus cet accent de sûreté qui impressionnait lorsqu’il parlait de la percée de la ligne Maginot. Désormais, il pose beaucoup d’alternatives et soulève des doutes qui prouvent son inquiétude. En attendant, il ne répond pas à l’offre de Mussolini d’envoyer des hommes et des avions pour participer à l’attaque des îles britanniques1. C’est même lui qui nous offre des moyens aériens pour bombarder le canal de Suez. Évidemment, la confiance qu’il a en nous et en nos possibilités n’est pas excessive2 !

  • 3 En juin, la convention républicaine a désigné Wendell L. Willkie comme candidat aux élections prés (...)

53 juillet. Je demande à Phillips ce que signifie la désignation du candidat républicain3 et si les États-Unis sont plus ou moins prêts à entrer en guerre. Il répond : « Sur le terrain de la politique extérieure, démocrates et républicains sont presque d’accord sur tout. Pour le moment, nous ne pensons pas participer à la guerre. Nous nous armons sur une grande échelle et aiderons par tous les moyens les anglais. Mais un fait nouveau pourrait déterminer notre intervention, comme par exemple un bombardement de Londres qui ferait beaucoup de victimes dans la population civile. » Voila pourquoi Hitler est prudent et réfléchit avant de se lancer dans l’aventure finale. D’autant plus que de nombreuses informations venant de plusieurs sources rapportent que la Russie se prépare toujours plus à prendre une attitude hostile à l’axe.

  • 4 Il s’agit de Iannis Politis depuis janvier 1940. Il a succédé à Petros Metaxás.

6J’ai parlé avec vigueur au ministre de Grèce4. De Vecchi télégraphie que les navires anglais, et peut-être même les avions, trouvent asile en Grèce pour le ravitaillement et la protection. Mussolini est furieux. Il est décidé, si cela continue, à passer à l’action. Le ministre de Grèce a faiblement tenté de nier mais s’est en allé la queue entre les jambes.

  • 5 Redoutant que la flotte française ne tombe dans les mains allemandes ou italiennes, Churchill donn (...)

7Canonnade entre la flotte anglaise et la flotte française à Oran : nous n’avons pas encore les détails mais il s’agit d’un événement important5. Je serai dimanche à Berlin et peut-être qu’Hitler parlera : discours de paix ou celui de la guerre intégrale contre la Grande-Bretagne ?

  • 6 1297 marins français sont tués à Mers el-Kébir. Trois cuirassés sont détruits (le Bretagne saute e (...)
  • 7 Esprit contemplatif. En anglais dans le texte.

84 juillet. Les nouvelles des combats navals anglo-français sont encore imprécises : une bonne partie de la flotte française a été détruite et, peut-être, une partie capturée6. Ceci préoccupe Cavagnari qui a confirmé, ce matin, la perte de dix sous-marins en tout. Il est tôt pour juger les conséquences qu’aura le geste anglais : pour le moment, il prouve que le fighting spirit7 est très vif et que la flotte de Sa Majesté a encore la dure agressivité des capitaines et des pirates du XVIIe siècle. Même Bastianini, qui rentre de Londres, dit que le moral est très haut et que personne ne doute de la victoire à longue échéance. Aristocrates, bourgeois, hommes du peuple, tous sont durs, tenaces, altiers. La préparation aérienne et antiaérienne est accomplie sur une large échelle afin de repousser l’offensive ennemie et répliquer. L’indécision d’Hitler trouve là son explication.

  • 8 . Le 17 juin, à La Charité-sur-Loire, les allemands se sont emparés des archives de l’état-major fr (...)

9Mussolini est préoccupé de la possibilité que les allemands aient découvert parmi les documents français quelques éléments compromettants pour nous8. En ce qui concerne le Duce, ce n’est pas possible : ce seraient des falsifications. Je ne peux pas dire la même chose en ce qui me concerne. Mais les allemands savent ce que je pense et n’ont pas besoin de confirmations au travers de documents français.

10Alfieri confirme mon arrivée à Berlin pour dimanche prochain.

  • 9 . Quelques avions français bombardent, sans grand dommage, les positions britanniques à Gibraltar, (...)

115 juillet. Le Duce me donne des instructions pour le voyage en Allemagne : il veut absolument participer à l’attaque contre la Grande-Bretagne si elle a lieu et se préoccupe du fait que la France tente de glisser insensiblement dans le camp antibritannique9. Il craint que, de cette manière, nous soyons frustrés de notre butin. Il me charge de dire également à Hitler qu’il entend débarquer dans les îles Ioniennes, mais également de lui parler de la nécessité de disloquer la Yougoslavie, création typique de Versailles avec une fonction anti-italienne. La Grèce donne – par l’intermédiaire de son ministre – des assurances de neutralité intégrale que le Duce accueille sous bénéfice d’inventaire d’autant plus que De Vecchi insiste dans ses accusations.

126 juillet. Voyage pour Berlin.

  • 10 « Pas une visite agréable », note Goebbels dans son Journal. Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1 (...)
  • 11 Durant cet entretien, Ciano aborde la question des revendications italiennes sur la Yougoslavie. H (...)

137 juillet. Arrivée à Berlin. Accueil chaleureux, assez chaleureux10. Entretien avec Hitler mis par écrit par ailleurs. Personnellement, j’ajouterais qu’il a été très aimable, presque empressé. Il est plutôt enclin à continuer la lutte et à déchaîner une tempête de fer et de feu sur les anglais. Mais la décision finale n’a pas été prise et c’est pour cela que le discours est retardé car il souhaite – d’après ce qu’il a dit lui-même – peser chaque parole11. Sa santé va bien. Il est calme et mesuré. Très mesuré pour un allemand qui a vaincu.

  • 12 Il semble que Ciano ait été emporté par l’euphorie victorieuse ambiante régnant à Berlin. Voici ce (...)

14Même Ribbentrop a changé par rapport à Munich : à ce moment-là, il reflétait le bellicisme de son patron. Aujourd’hui, il est à nouveau belliciste à outrance12.

158 juillet. Visite au front. La ligne Maginot, Metz, Verdun. La lutte a été moins dure que je ne l’avais cru vu de loin : sauf une poignée de villages entre la frontière et la ligne Maginot, les autres villages ne portent aucune trace de combat.

169 juillet. Encore au front : Lille, Dunkerque, Ostende, Bruges, les Flandres. Ici aussi beaucoup de signes de fuite, peu de lutte.

  • 13 après que les dirigeants hongrois, les comtes Teleki et Csáky, aient fait savoir que la Hongrie ét (...)

1710 juillet. À Munich. Réunion avec les Hongrois auprès d’Hitler, lequel expose avec clarté la situation au sujet des inquiétudes magyares : s’ils sont sûrs de faire la guerre seuls, qu’ils attaquent mais – et ceci est certain – qu’ils ne comptent pas sur le concours de l’Italie et de l’Allemagne engagées ailleurs. Les Hongrois sont partis mécontents13.

18À Salzbourg. Grandes manifestations populaires.

  • 14 Le 9 juillet a lieu un engagement naval anglo-italien au cap Stilo, au large de la Calabre, opposa (...)

1911 juillet. Rapport du voyage au Duce. Il est satisfait des résultats : Ribbentrop a parlé en termes explicites des revendications italiennes. Mussolini est de bonne humeur : il est content des résultats du combat aéronaval14 et optimiste pour la prochaine action en Égypte.

20Ribbentrop a téléphoné de manière assez grossière pour quelques articles de nos journaux qui ont révélé les projets de l’axe en ce qui concerne les Balkans. Il exagère. Je saurai comment lui répondre mais, pour le moment, il vaut mieux prendre patience.

2112 juillet. Rien de notable.

  • 15 Il s’agit des bombardiers Savoia-Marchetti 79. Il est exact qu’il y a de réels problèmes de coordi (...)
  • 16 Voire totalement faux !

2213 juillet. La véritable polémique en matière de combat naval n’est pas entre nous et les anglais mais entre l’aviation et la marine. Cavagnari soutient que l’aviation a été absente pendant la première phase de la bataille et lorsqu’elle est intervenue, elle a bombardé nos navires qui ont subi pendant six heures le bombardement des 7915. D’autres sources d’information démentent les brillants rapports de l’aviation. Je confesse être moi-même sceptique. Inversement, Mussolini ne l’est pas. Ce matin, il a dit que 50 % du potentiel naval britannique en Méditerranée ont été anéantis en trois jours. C’est peut-être un peu exagéré16.

23On attend le discours d’Hitler : nous verrons la décision prise.

2414 juillet. Helfand, qui a dirigé pendant de nombreux mois l’ambassade soviétique, devait rentrer à Moscou mais il sent l’odeur de la fusillade. Pour cette raison, il a demandé à être aidé afin de fuir en Amérique où il laissera sa famille. C’est un homme vif et intelligent que le long contact avec la civilisation occidentale a complètement embourgeoisé. Devant l’imminence de sa disgrâce, tout son sang juif est revenu : il est rampant et plein de courbettes. Mais il veut sauver sa famille, en particulier sa fille qu’il adore. Plus que la mort pour lui, il craint la déportation pour eux. Ceci est très humain et très beau.

2515 juillet. Alfieri téléphone que la date du discours d’Hitler n’est pas encore fixée. La minute de la lettre que le Führer se propose d’adresser au roi Carol sur la question transylvaine nous parvient. Le Duce l’approuve.

  • 17 Le 15 juillet, Hitler signe la directive no 15, qui ordonne une offensive aérienne générale pour l (...)
  • 18 Hitler souligne surtout les difficultés de coordination, de commandement de deux armées à la langu (...)

2616 juillet. Hitler a adressé une longue lettre au Duce. Il annonce l’attaque de l’Angleterre17 comme une chose décidée mais décline de manière aussi courtoise que définitive notre offre d’envoyer un corps expéditionnaire italien. Il explique son refus par les difficultés logistiques qui surgiraient afin de ravitailler deux armées18. Même Goering, lors d’un entretien avec Alfieri, a dit que l’aviation italienne a une mission trop importante en Méditerranée pour distraire une partie de ses forces sur d’autres fronts. Le Duce a été assez contrarié par ce refus. Il se console en faisant monter en épingle la bataille navale de la semaine dernière mais diverses informations, y compris allemandes, indiquent que les dommages infligés aux anglais sont nuls ou presque. La marine est également de cette opinion alors que l’aviation tend à gonfler les choses. J’espère que la version de l’aviation est vraie sinon nous perdrions de la dignité et du prestige y compris aux yeux des allemands.

2717 juillet. Rien de nouveau.

2818 juillet. Les allemands font savoir au dernier moment que le discours d’Hitler aura lieu demain à 19 heures. Il est nécessaire de partir tout de suite et c’est ce que je fais.

2919 juillet. J’arrive à Berlin. Entretien avec Ribbentrop : le discours d’Hitler sera un ultime appel à la Grande-Bretagne. Je comprends que, sans le dire, on espère et on désire que cet appel ne soit pas repoussé.

  • 19 Lors du discours du 19 juillet, Hitler déclare : « À cette heure, je sens qu’il est de mon devoir (...)

30Cérémonie au Reichstag, solennelle et chorégraphique. Hitler parle avec simplicité et même avec une humanité inhabituelle : je crois sincère son désir de paix19.

  • 20 Avant même la réponse officielle négative du gouvernement britannique qui est exposée par lord Hal (...)

31En fait, tard dans la soirée, quand arrivent les premières réactions glaciales anglaises au discours, se répand chez les allemands un sentiment de désappointement20.

  • 21 Outre l’annonce d’une poursuite des opérations contre la Grande-Bretagne, Hitler aborde lors de l’ (...)

3220 juillet. Entretien avec le Führer, verbalisé par ailleurs. Il confirme les impressions d’hier : il aurait préféré l’entente. Il sait que la guerre contre les anglais sera dure et sanglante et il sait aussi que les peuples sont avares de leur sang21.

33Dans l’après-midi, visite chez Goering. Il était fiévreux mais portait le Collier autour du cou et a été plutôt distant et hautain avec moi. Plus qu’à lui et à ses humeurs variables, je me suis intéressé au luxe de la maison. C’est d’un faste toujours croissant. Il est vraiment inconcevable que dans un pays socialisé ou presque, on supporte sans protestation excessive le luxe extravagant de ce satrape occidental.

3421 juillet. Voyage de retour.

  • 22 Croiseur léger détruit entre le cap Spada, au nord-ouest de la Crète, et l’île de Cerigotto par le (...)

3522 juillet. Je rapporte mes impressions au Duce. Lui qui était hostile à ce qu’Hitler prononça un discours, définit celui-ci comme « un discours trop habile ». Il craint que les anglais ne puissent y trouver un prétexte pour entamer des négociations. Ce serait pour lui une douleur car il veut plus que jamais la guerre maintenant. Pourtant, aujourd’hui, il était déprimé par la perte du Colleoni22, non pas tant par la destruction du navire que parce qu’il jugeait la manière de conduire le combat peu brillante.

  • 23 Dans une allocution radiodiffusée, Halifax affirme que la Grande-Bretagne ne cesserait « de lutter (...)

36Halifax prononce un discours de fin de non-recevoir vis-à-vis de l’Allemagne23.

  • 24 Visite d’Ion Gigurtu, Premier ministre depuis le 4 juillet 1940, et de son ministre des affaires é (...)

3723 juillet. Les ministres roumains vont s’entretenir avec les allemands à Salzbourg24. Ils viendront nous voir après.

3824 juillet. Rien de nouveau.

3925 juillet. Je suis à Florence pour voir Marzio malade depuis quelques jours. Je suis heureux de l’avoir retrouvé vif et gai comme d’habitude.

4026 juillet. Les pertes de notre aviation lors du premier mois de guerre s’élèvent à 250 appareils, soit l’équivalent de la production. Plus délicate est la situation des pilotes dont les pertes sont plus difficilement remplaçables.

41Je vois Mackensen. C’est l’habituelle lutte entre Ribbentrop et Goebbels qui le conduit à moi. Je cherche de mon mieux à éliminer tout prétexte italien à cette querelle.

  • 25 En fait à Salzbourg.
  • 26 Allusion à la participation de la Roumanie au système d’alliances français dans les années 1920 et (...)

42Les Hongrois sont nerveux à cause du voyage des Roumains à Rome et à Berlin25. Ils craignent que la Roumanie, après tant d’années de Petite entente et d’esprit de Genève26, demande et obtienne « la carte de l’axe ».

4327 juillet. Le Duce a parlé au Roi, ce qu’il n’avait pas fait depuis longtemps. Il l’a vu hier. La première chose que Sa Majesté a demandée est « s’il n’était pas à craindre que la Russie ne joue un mauvais tour à l’Italie elle-même ». Ceci a indisposé le Duce car cela « révèle que rien n’a changé dans l’état d’esprit du Roi, lequel au fond de lui désire encore la victoire anglaise, la victoire d’un pays où il a toujours déposé ses énormes capitaux ».

  • 27 Durant l’entretien, Mussolini reproche aux représentants roumains les erreurs passées : la confian (...)

44Je reçois les Roumains. Ils sont d’une platitude révoltante. Ils n’ouvrent la bouche que pour nous déverser une cascade de compliments doucereux et ennuyeux. Ils sont devenus antifrançais, antibritanniques et anti-genevois. Ils parlent même avec mépris du diktat de Versailles ! J’ai un premier entretien au palais Chigi et je rappelle avec une certaine brutalité leur politique passée contre notre pays. Dans l’après-midi, au palais de Venise, Mussolini, qui avait reçu en temps utile les rapports écrits sur la montagne, répète ce qu’Hitler a dit à Salzbourg27.

4528 juillet. Dimanche à Livourne avec les enfants.

4628 juillet. Mussolini téléphone plusieurs fois depuis Riccione afin de procéder à des modifications des procès-verbaux de l’entretien de samedi. Il veut que je supprime plusieurs phrases antirusses qu’il a prononcées et que je les remplace par quelques allusions plutôt prosoviétiques. Les procès-verbaux doivent aller à Berlin !

47Favagrossa me met au courant de la situation des stocks : elle n’est pas aussi mauvaise qu’on ne le pensait dans un premier temps. Les principales difficultés concernent le cuivre et les métaux d’alliage d’acier.

4830 juillet. Des nouvelles d’un calme absolu arrivent de Berlin. Avant la tempête ? Alfieri l’affirme.

49J’informe les Hongrois des entretiens de samedi : Villani en est plutôt satisfait.

5031 juillet. Rien de nouveau.

Anmerkungen

1 Le Duce propose cette aide dans un courrier en date du 26 juin. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. V (11 giugno – 28 ottobre 1940), Libreria dello Stato/Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1965, doc. no 109, p. 100.

2 Le compte rendu allemand démontre également un flou dans les intentions stratégiques exactes du Führer, qui parle de la nécessité d’un moment de repos pour les forces terrestres et aériennes après la campagne de France. Mais Hitler tient aussi à répéter que la défaite britannique est certaine : « Le Führer répondit qu’il ne pouvait s’imaginer que quelqu’un pût encore croire en Angleterre à la victoire. Si le combat continuait, il prendrait davantage d’extension et n’en serait certes pas aisé. Mais si les anglais croyaient encore fermement à la victoire, c’était qu’ils comptaient bien être soutenus par des tierces puissances ; ils envisageaient tout d’abord les États-Unis, puis peut-être espérait-il aussi en la Russie. Mais comment des anglais, versés dans les choses militaires, pouvaient-ils encore croire en une victoire, tout en ayant devant eux un front s’étendant de Narvik à la Gironde et peut-être plus loin encore. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 151. Cependant, le Grand État-Major de la Wehrmacht entame des études sur une éventuelle invasion des îles britanniques.

3 En juin, la convention républicaine a désigné Wendell L. Willkie comme candidat aux élections présidentielles de novembre 1940.

4 Il s’agit de Iannis Politis depuis janvier 1940. Il a succédé à Petros Metaxás.

5 Redoutant que la flotte française ne tombe dans les mains allemandes ou italiennes, Churchill donne l’ordre à une escadre basée à Gibraltar de détruire la flotte française stationnée en rade de Mers el-Kébir (opération Catapult). Le 3 juillet, l’amiral Gensoul ayant refusé de saborder la flotte, de se rallier ou de partir pour la Martinique, les navires anglais ouvrent le feu à 16 h 56. Sur Mers el-Kébir, Coutau-Bégarie Hervé et Huan Claude, Mers el-Kébir (1940). La rupture franco-britannique, economica, Paris, 1994.

6 1297 marins français sont tués à Mers el-Kébir. Trois cuirassés sont détruits (le Bretagne saute en entraînant 997 marins dans la mort, le Provence coule) ou très endommagés (le Dunkerque s’échoue), ainsi qu’un contre-torpilleur.

7 Esprit contemplatif. En anglais dans le texte.

8 . Le 17 juin, à La Charité-sur-Loire, les allemands se sont emparés des archives de l’état-major français.

9 . Quelques avions français bombardent, sans grand dommage, les positions britanniques à Gibraltar, après que le gouvernement Pétain ait rompu les relations diplomatiques avec Londres la veille.

10 « Pas une visite agréable », note Goebbels dans son Journal. Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, Tallandier, Paris, 2009, p. 171.

11 Durant cet entretien, Ciano aborde la question des revendications italiennes sur la Yougoslavie. Hitler exprime son accord mais demande instamment que l’ordre balkanique ne soit pas modifié tant que la Grande-Bretagne n’est pas définitivement vaincue. Sur la question de savoir la durée du conflit, « ni Keitel, ni Hitler ne font allusion à la durée de la guerre. Himmler seul a dit incidemment que la guerre devra être finie pour le début d’octobre ». Dans CIano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 381-383.

12 Il semble que Ciano ait été emporté par l’euphorie victorieuse ambiante régnant à Berlin. Voici ce qu’écrit à son sujet le traducteur Paul Schmidt : « Il semblait avoir abandonné ses anciens scrupules au sujet des puissances occidentales. La victoire-éclair remportée sur les armées françaises et britanniques avait visiblement produit un profond effet. Les Italiens passèrent alors d’un extrême à l’autre, tout au moins pendant un certain temps. Ciano se comportait comme si la guerre eût été déjà complètement gagnée. Il n’avait pas assez de mots pour formuler toutes les revendications directes et indirectes de son pays. Il voulait annexer Nice, la Corse et Malte, prendre Tunis, la plus grande partie de l’Algérie sous le protectorat italien, occuper des points stratégiques en Syrie, en Transjordanie, en Palestine, au Liban. En Égypte et au Soudan, l’Italie comptait se substituer purement et simplement à l’Angleterre. L’Afrique équatoriale française, le Somaliland et Djibouti, devraient également devenir italiens. Ciano n’éprouvait pas la moindre gêne à formuler ses désirs. » Dans Schmidt Paul, Sur la scène internationale. Ma figuration auprès de Hitler. 1933-1945, Plon, Paris, 1950, p. 255-256. Ceci est confirmé par Alfieri dans ses Souvenirs, alors qu’il conseille à Ciano de prendre une initiative en vue d’une paix avec la Grande-Bretagne : « Mais à ce moment-là, Ciano n’est pas réceptif. […] Il la laissa tomber, craignant peut-être de prendre une telle initiative à cause des attitudes anglophiles qu’on lui attribuait et de compromettre ainsi sa situation personnelle. » Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face. Rome-Berlin 1939-1943, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », Genève/Paris, 1948, p. 81. Le compte rendu allemand précise que Ciano a voulu présenter les initiatives militaires que l’Italie allait prendre : attaque en Égypte en direction du canal de Suez prévue entre le 20 et le 30 juillet (dates assez fantaisistes au vue de l’état de préparation des forces italiennes en Libye), préventions envers la Grèce et la Yougoslavie accusées de soutenir la politique britannique. Mais Hitler conseille la prudence afin d’éviter d’embraser les Balkans avant la défaite totale de la Grande-Bretagne. Les comptes seraient réglés par la suite. Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 159-163.

13 après que les dirigeants hongrois, les comtes Teleki et Csáky, aient fait savoir que la Hongrie était prête à soutenir un conflit avec la Roumanie afin de récupérer la Transylvanie perdue en 1919 et que le Führer ait fait connaître l’opposition de l’Allemagne à une épreuve de force dans les Balkans, Ciano présente la position italienne : « […] L’Italie était pour le maintien de la paix et de l’ordre dans le bassin du Danube et dans les Balkans, aussi longtemps que cela serait possible. Mais il était bien entendu que l’Italie comprenait parfaitement les revendications hongroises. Le comte Ciano ne voyait pas d’autre moyen de régler cette question que celui proposé par le Führer, qui consistait à obtenir satisfaction quant aux vœux révisionnistes hongrois, en procédant par étapes successives et en négociant. » Dans Ibid., p. 170.

14 Le 9 juillet a lieu un engagement naval anglo-italien au cap Stilo, au large de la Calabre, opposant des navires du Mediterranean Squadron commandés par sir Andew Cunningham et l’escadre de l’amiral Campioni rentrant de Benghazi. Malgré la satisfaction de Mussolini, le résultat est plutôt favorable à la Royal Navy qui parvient à endommager le cuirassé Giulio Cesare. Les bateaux britanniques peuvent rejoindre Alexandrie sans encombre. Sur la bataille du cap Stilo, Mattesini Francesco, La battaglia di Punta Stilo, Ufficio Storico della Marina Militare, Rome, 2001.

15 Il s’agit des bombardiers Savoia-Marchetti 79. Il est exact qu’il y a de réels problèmes de coordination entre l’aviation et la marine pendant la bataille du cap Stilo.

16 Voire totalement faux !

17 Le 15 juillet, Hitler signe la directive no 15, qui ordonne une offensive aérienne générale pour le 5 août. Le lendemain, il paraphe la directive no 16, surnommée Seelöwe (otarie), qui indique : « attendu que l’Angleterre, en dépit de sa situation militaire sans issue, ne manifeste aucune disposition en vue d’un arrangement, j’ai pris la décision de préparer une opération de débarquement en Grande-Bretagne, et, si nécessaire, de l’exécuter. » Dans Bauer Eddy, La Dernière Guerre ou histoire controversée de la Deuxième Guerre mondiale, vol. 3, Grange batelière / Kister / Érasme, Paris / Genève / Bruxelles, 1973, p. 124.

18 Hitler souligne surtout les difficultés de coordination, de commandement de deux armées à la langue et aux habitudes différentes. Il ne peut pas dire brutalement qu’il ne souhaite pas s’embarrasser d’unités italiennes aux capacités jugées modestes en Allemagne pour un éventuel débarquement en Angleterre. D’autre part, il offre des canons antiaériens destinés à protéger les déplacements en train du Duce. Il est vrai que le voyage retour de Munich de Mussolini a été perturbé par une alerte aérienne. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. V (11 giugno – 28 ottobre 1940), op. cit., doc. no 242, p. 227-228.

19 Lors du discours du 19 juillet, Hitler déclare : « À cette heure, je sens qu’il est de mon devoir de faire appel en conscience une fois de plus à la raison et au bon sens de la Grande-Bretagne comme de tous les pays. Je considère que ma situation me permet de lancer cet appel, puisque je ne suis pas un vaincu mendiant des faveurs, mais le vainqueur qui parle au nom de la raison. Je ne vois aucun motif qui justifie la continuation de cette guerre. Je suis douloureusement affligé des sacrifices qu’elle doit exiger […]. Peut-être M. Churchill écartera-t-il avec dédain ma proposition en disant qu’elle n’est due qu’à la peur et au manque de confiance dans la victoire finale. En ce cas, j’aurais soulagé ma conscience en ce qui concerne les événements à venir. » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. 1 : La chute de la France. Mai-décembre 1940, Plon, Paris, 1949, p. 272-273.

20 Avant même la réponse officielle négative du gouvernement britannique qui est exposée par lord Halifax le 22 juillet, la presse s’est montrée hostile à toute négociation. Goebbels note dans son Journal à la date du 20 juillet : « Quant à l’Angleterre, on ne s’attend généralement plus à ce qu’elle cède. Dans ce cas, elle va le sentir passer. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, op. cit., p. 179. Dans la nuit qui suit le discours, Ciano télégraphie à Mussolini que « bien que le discours contienne une offre de paix très nette à l’Angleterre, personne ne doute de la continuation de la guerre ». Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie. 1939-1943, Robert Laffont, coll. « Pavillons », Paris, 1947, p. 181-182.

21 Outre l’annonce d’une poursuite des opérations contre la Grande-Bretagne, Hitler aborde lors de l’entretien la nécessité de maintenir le calme dans les Balkans en poussant Hongrois et Roumains à négocier sous l’égide de l’axe. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 386.

22 Croiseur léger détruit entre le cap Spada, au nord-ouest de la Crète, et l’île de Cerigotto par le croiseur Sydney. 121 marins italiens sont tués dans l’affrontement et 555 récupérés par les australiens.

23 Dans une allocution radiodiffusée, Halifax affirme que la Grande-Bretagne ne cesserait « de lutter que lorsque la liberté sera sauvée ». Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. 1 : La chute de la France. Mai-décembre 1940, op. cit., p. 274.

24 Visite d’Ion Gigurtu, Premier ministre depuis le 4 juillet 1940, et de son ministre des affaires étrangères, Mihail Manoilescu.

25 En fait à Salzbourg.

26 Allusion à la participation de la Roumanie au système d’alliances français dans les années 1920 et à la Société des nations.

27 Durant l’entretien, Mussolini reproche aux représentants roumains les erreurs passées : la confiance en la SDN, l’acceptation des garanties britanniques d’avril 1939. Il conseille aussi vivement d’entamer des négociations avec la Hongrie et la Bulgarie afin d’aboutir à des rectifications de frontières qui rendront la Roumanie plus petite mais également plus homogène sur le plan ethnique. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 387-388.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search