Versión clásicaVersión móvil

Journal (11 juin 1940 - 8 février 1943). Second volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Juin

Texto completo

111 juin. Conseil des ministres. Quelques décrets de guerre en matière financière et judiciaire sont rapidement adoptés. Le Duce a voulu adapter notre législation à la législation allemande.

2Je pars en avion pour Pise où j’assume le commandement du groupe de bombardement que l’on m’a confié. Le premier jour de guerre se déroule de manière très pacifique sur la belle et acre côte d’Antignano.

3Pas d’annotations pour les 12, 13 et 14 juin. Le 14, les troupes allemandes entrent dans Paris.

  • 1 La veille, la 3e escadre française, commandée par l’amiral Duplat, a bombardé des installations in (...)

415 juin. Vol jusqu’à Nice à la recherche des navires français qui ont bombardé Gênes1. Mauvais temps, navigation dangereuse. Je rentre après deux heures sans avoir vu l’ennemi.

516 juin. Bombardement de Calvi.

  • 2 Rappelé d’Espagne où il est ambassadeur de France auprès du général Franco, le maréchal Pétain dev (...)

617 juin. Bombardement de Borgo, l’aéroport de Bastia. Tir efficace tout comme la réaction française qui est active et précise. en rentrant à la base, on me communique que Reynaud a chuté et que Pétain est désormais à sa place. C’est la paix. Anfuso téléphone de rentrer tout de suite à Rome pour partir à Munich en soirée. Les Français ont demandé l’armistice et Hitler, avant de poser ses conditions, veut s’entretenir avec le Duce2.

7Je trouve Mussolini mécontent. Cette paix inopinée le perturbe. Durant le voyage, nous parlons longuement afin de préciser à quelles conditions l’armistice devra être concédé aux Français. Le Duce est extrémiste : il voudrait procéder à l’occupation totale du territoire français et prétend à la livraison de la flotte. Mais il se rend compte que son avis n’a qu’une valeur consultative : la guerre a été gagnée par Hitler sans un concours actif de l’Italie et c’est Hitler qui aura la parole. Naturellement, ceci le perturbe et l’attriste. Ses réflexions sur le peuple italien et surtout sur nos forces armées sont, ce soir, d’une extrême amertume.

  • 3 État d’esprit. En allemand dans le texte.
  • 4 Selon le compte rendu officiel rédigé par Ciano, ces revendications se répartissent en demandes mi (...)
  • 5 Le projet de faire de Madagascar une sorte de réserve pour les Juifs est régulièrement évoqué entr (...)

818-19 juin. Le long de la ligne de chemin de fer, l’accueil allemand est très chaleureux. À Munich, entretien avec Hitler et Ribbentrop. Le Duce et le Führer s’enferment pour un entretien. Ribbentrop et moi restons ensemble. Je trouve un Ribbentrop inhabituel : mesuré, serein, pacifiste. Il dit tout de suite qu’il convient de donner des conditions modérées à la France, surtout en ce qui concerne la flotte afin d’éviter que celle-ci ne se joigne à la flotte anglaise. De ce discours, je sens que la Stimmung3 a changé à propos de l’Angleterre : si Londres veut la guerre, ce sera la guerre totale, absolue, sans pitié. Mais Hitler fait beaucoup de réserves sur l’opportunité de détruire l’empire britannique qu’il considère encore aujourd’hui comme un important facteur d’équilibre dans le monde. Je fais à Ribbentrop une demande précise : « Vous préférez la poursuite de la guerre ou la paix ? » Il n’hésite pas un instant : « La paix. » Il fait allusion à de vagues contacts entre Londres et Berlin par l’intermédiaire de la Suède. Je parle de nos revendications vis-à-vis de la France4. Je trouve une grande compréhension mais Ribbentrop ne veut pas pousser trop loin la conversation car il ne sait pas encore quelles sont les idées précises d’Hitler. Il dit seulement qu’il y a un projet allemand de regrouper les Juifs à Madagascar5.

  • 6 Le compte rendu allemand insiste tout particulièrement sur ce point : « Le Führer expliqua, en dét (...)

9Puis l’entretien se poursuit avec Hitler, Mussolini et les militaires. On fixe, en principe, les conditions de l’armistice avec la France. Mussolini se montre plus intransigeant au sujet de la flotte. Inversement, Hitler veut à tout prix éviter une sédition de la marine française en faveur des anglais6. Dans tout ce qu’il dit transparaît le désir de conclure au plus vite. Hitler est désormais le joueur qui a eu un coup de chance : il veut s’en aller de la table et ne plus risquer autre chose. Aujourd’hui, il parle avec une mesure et une perspicacité qui, après une victoire comme la sienne, est vraiment surprenante. Je ne suis pas suspect d’une tendresse excessive envers lui mais, en la circonstance, je l’admire vraiment.

10Mussolini est notablement embarrassé. Il sent que son rôle est secondaire. Il me raconte son entrevue avec Hitler, non sans quelques pointes d’amertume et d’ironie, et conclut en disant que le peuple allemand a déjà en lui les germes de sa chute car il subira un formidable choc intérieur qui brisera tout. En réalité, le Duce craint que l’heure de la paix ne s’approche et voit s’évanouir encore une fois ce qui a toujours été le plus grand rêve de sa vie : la gloire sur les champs de bataille.

1120 juin. Les Français ont désigné les mêmes délégués qui ont eu la charge de traiter avec l’Allemagne afin de négocier avec nous et demandent si les tractations peuvent avoir lieu au même endroit et en même temps. Ceci était également notre idée à Munich. Mais Hitler s’y oppose et veut deux commissions différentes. Le Duce croit y voir une raison psychologique, Hitler ne voulant pas que les Français se trouvent devant des allemands et des Italiens en position d’égalité.

  • 7 Badoglio oppose deux arguments à Mussolini : la difficulté de passer en très peu de temps de posit (...)
  • 8 En réalité, l’offensive italienne compte deux axes d’attaque. La 4e armée, commandée par le généra (...)
  • 9 Né en 1880, le général Pietro Pintor dirige l’École de guerre en 1932-1933, puis prend le commande (...)
  • 10 Cette impression est corroborée par le général Armellini, adjoint de Badoglio, qui écrit dans son (...)

12Hier, Mussolini a décidé d’attaquer les Français dans les alpes. Badoglio s’y est énergiquement opposé mais il a insisté7. Je lui ai alors parlé. Je trouve très peu glorieux, et même moralement dangereux, de se jeter sur une armée défaite. L’armistice est à portée et si notre armée ne réussit pas à percer du premier coup, nous conclurons la campagne par un échec retentissant. Mussolini m’a écouté et a signifié qu’il limitera l’attaque à un petit secteur proche de la frontière suisse8. Il a été également influencé par une interception téléphonique entre Roatta et Pintor9, ce dernier avouant une totale impréparation pour effectuer l’attaque demain. Et ceci après neuf mois d’attente et avec des Français réduits à la condition actuelle ! Que se serait-il passé si nous étions entrés en guerre en septembre10 ?

  • 11 S’il est vrai que Balbo dispose en Libye d’un effectif de 236 000 hommes, il est abusif d’affirmer (...)

13Mussolini est très indigné contre Balbo, lequel a pour le moment récolté en Cyrénaïque une bonne série d’échecs, malgré la grande quantité d’hommes et de matériel à sa disposition11.

  • 12 Hitler a exigé que la délégation française signe l’armistice dans la forêt de Rethondes et dans le (...)

1421 juin. Alfieri communique les conditions d’armistice allemandes. Nous les examinons avec le Duce et Badoglio. Ce sont des conditions mesurées qui prouvent la volonté d’Hitler d’arriver rapidement à une entente. Dans ces conditions, Mussolini ne se sent pas d’avancer des demandes d’occupation territoriale : ceci pourrait provoquer une rupture des négociations et causer un véritable fossé dans nos relations avec Berlin. Aussi, se limitera-t-on à demander la démilitarisation d’une zone frontière de 50 kilomètres, sous réserve d’avancer nos revendications au moment de la paix. Mussolini est très humilié du fait que nos troupes n’aient pas fait un pas en avant : aujourd’hui encore, elles n’ont pas réussi à passer et se sont arrêtées devant la première fortification française qui a réagi. En Libye, un général a été fait prisonnier. Mussolini s’en prend au peuple italien : « C’est la matière qui me manque. Même Michel-Ange avait besoin de marbre pour faire ses statues. S’il avait seulement eu de l’argile, il aurait été un simple potier. Un peuple qui a été une enclume pendant des siècles ne peut pas devenir un marteau en quelques années. » Le cérémonial d’Hitler mis en place pour la signature de l’armistice fait également beaucoup d’impression sur le Duce12. Ceci explique pourquoi les allemands ne voulaient pas d’une commission unique.

  • 13 À la tête du 15e corps d’armée stationné en Ligurie, la général Gastone Gambara a envisagé un déba (...)

1522 juin. Nous attendons les délégués français : ils ont un peu de retard à cause des négociations, mais Alfieri téléphone que la signature aura lieu avec certitude. Ils viendront sans doute demain. Mussolini voudrait la retarder le plus possible dans l’espoir que Gambara13, qui a attaqué entre-temps, arrive à Nice. Ce serait une bonne chose, mais arriveront-ils à temps ?

16Je reçois l’ambassadeur des Soviets. La conversation est cordiale mais générale : j’explique que les relations italo-russes sont surtout un fait psychologique car il n’existe pas d’intérêts directs qui séparent les deux pays. L’ambassadeur me pose quelques questions au sujet des Balkans. Je lui réponds qu’en général, notre politique dans cette région est de conserver le statu quo.

17On s’affaire pour préparer la cérémonie d’armistice : le Duce désire, dans la mesure où il n’y a pas eu de lutte, qu’il n’y ait que le minimum de mise en scène. La réunion se déroulera presque clandestinement et la presse sera mise en sourdine.

  • 14 Ces plénipotentiaires sont le général Huntziger, le général Bergeret, le vice-amiral Le Luc et l’a (...)
  • 15 À une trentaine de kilomètres au nord de Rome.
  • 16 « Je ne me suis jamais senti aussi embarrassé et aussi mal à l’aise qu’en cette occasion », confie (...)
  • 17 Le général d’infanterie Henri Parisot est attaché militaire à Rome en 1933-1934 et en 1939-1940.
  • 18 Léon noël est ministre de France à Prague de 1932 à 1935, puis ambassadeur à Varsovie jusqu’en sep (...)
  • 19 Commandant la 2e armée française stationnée devant les Ardennes au début du conflit, le général Ch (...)

1823 juin. Les plénipotentiaires français sont arrivés à bord d’avions allemands14. Nous les recevons à 19 h 30 à villa Incisa, sur la via Cassia15. Badoglio ne cache pas son émotion16. Il désire les traiter avec une grande courtoisie : parmi les Français, il y a Parisot17, son ami personnel. Qui sait combien de fois ils ont mal parlé ensemble des allemands ! Dans la salle à manger du rez-de-chaussée, il y a une longue table : nous prenons place d’un côté. J’ai Badoglio à ma droite et Cavagnari à ma gauche. Nous attendons debout les Français et les saluons à la romaine. Ils répondent par un signe de tête. Ils sont corrects. Ils ne marquent ni de la fierté, ni ne montrent de la prostration. Seul l’ambassadeur noël18 est pâle comme la mort. Ils s’assoient. Je me lève et dis que Badoglio a été chargé de communiquer les termes de l’armistice. Roatta en lit la traduction française. Huntziger19 répond qu’en dépit de son statut de plénipotentiaire pour tout ce qui concerne des questions qui engagent le futur de son pays, il devra en référer à son gouvernement à Bordeaux et demande que la séance soit levée et renvoyée au lendemain. J’approuve et fixe la prochaine séance à demain matin 10 heures. Avant de sortir, je tends la main à Huntziger qui ne s’attendait pas à ce geste. Puis je salue tous les délégués français, suivi de Badoglio et des autres membres de la commission. La cérémonie a duré 25 minutes en tout.

19Du palais Chigi, j’en réfère par téléphone au Duce qui est amer car il aurait voulu parvenir à l’armistice après la victoire de nos armes.

  • 20 Le général Noguès, résident général au Maroc et commandant en chef des forces françaises en Afriqu (...)

2024 juin. Badoglio a demandé à être laissé seul pour continuer les négociations. Ma présence aurait donné l’impression d’un contrôle que Keitel n’a pas eu à Compiègne. Pas d’obstacle d’autant plus que j’ai vu, d’après les interceptions téléphoniques, que Bordeaux était déjà d’accord. L’armistice a été signé à 19 h 15 et j’en ai donné note à Mackensen à 19 h 35. D’ici six heures, on ne tirera plus en France. À moins que… Je ne veux pas anticiper mais je ne suis pas sûr que le gouvernement Pétain réussisse à imposer sa volonté, spécialement dans l’empire et à la marine20. Aujourd’hui, à Constantinople, tous les navires marchands français ont hissé le drapeau anglais. La guerre n’est pas encore finie, elle ne fait même que commencer et réserve bien des surprises.

  • 21 C’est le 13 juin que Molotov a averti l’ambassadeur allemand Friedrich-Werner von der Schulenburg (...)
  • 22 Né en 1875, Friedrich-Werner von der Schulenburg entre dans la carrière diplomatique en 1901. Aprè (...)

21La Russie se prépare à attaquer la Roumanie21 : c’est ce que Molotov vient de dire à Schulenburg22. L’Allemagne ne peut rien faire d’autre que d’encaisser, mais il est clair que la politique russe est toujours plus antiallemande. La capitale où l’on conspire le plus contre la victoire allemande est Moscou. Les perspectives étaient bien différentes lorsqu’en août et septembre, les bolcheviques signaient les pactes avec le nazisme. On ne croyait pas alors au triomphe allemand : on voulait pousser l’Allemagne dans le conflit et l’Europe dans la crise car on pensait à une exténuante et longue lutte entre les démocraties et Hitler. Les choses se sont précipitées et Moscou cherche à brouiller les cartes.

  • 23 L’armistice franco-italien du 24 juin ne prévoit pas d’annexions importantes si ce n’est une occup (...)

2225 juin. On ne connaît pas encore en Italie les conditions de l’armistice, mais déjà des voix s’élèvent et créent une gêne notable. On croyait à une occupation immédiate et sans frais ; on pensait que tous les territoires non conquis par les armes seraient passés sous notre contrôle en vertu de l’accord. Quand le document sera publié, la désillusion croîtra encore23.

  • 24 Selon les données fournies par le service historique de l’armée italienne en 1949, les pertes s’él (...)

23Starace – de retour du front – dit que l’attaque dans les alpes a démontré la totale impréparation de l’armée : manque absolu de moyens, insuffisance complète du commandement. Les hommes ont été envoyés à une mort inutile deux jours avant l’armistice avec les mêmes méthodes qu’il y a vingt ans24. Si la guerre est menée de la même manière en Libye et en Éthiopie, l’avenir nous réserve beaucoup d’amertume.

24J’ai sollicité et obtenu l’intervention allemande pour sauver la vie de Stoyadinovitch qui, selon ce que signalent nos représentants, est aux mains de ses ennemis et court des risques graves.

2526 juin. Suite à une communication de Mackensen, j’ai fait une démarche auprès de l’ambassadeur des Soviets au sujet de la Bessarabie. En résumé : l’Italie n’a pas d’objections à la liquidation de ce problème mais préfèrerait – au regard des circonstances – que le différend fût résolu pacifiquement et sans créer un nouvel incendie dans les Balkans.

2627 juin. C’est l’anniversaire de la mort de Papa. Je vais à Livourne pour la cérémonie : il n’y a plus la douleur lancinante d’alors, mais encore aujourd’hui la blessure de sa disparition est douloureusement ouverte dans mon cœur. Mon cher, grand, bon père qui m’a non seulement donné la vie mais tout ce que j’y ai trouvé de beau, sache que je te suis toujours proche et que ton esprit est la lumière et le guide qui me conduisent à tout moment.

  • 25 Le 26 juin, l’Union soviétique adresse un ultimatum à la Roumanie exigeant la Bessarabie et la Buc (...)

2728 juin. Ultimatum russe à la Roumanie25. Bucarest demande désespérément ce qu’il faut faire. Céder : voici notre réponse. Il faut à tout prix éviter un conflit dans les Balkans qui nous priverait de leurs ressources économiques. Pour notre part, nous tiendrons fermement la Hongrie et la Bulgarie.

28En réalité, la Roumanie cède avec beaucoup de tristesse mais également avec une rapidité digne des traditions du bellicisme roumain. Je vois beaucoup de représentants diplomatiques et leur expose le point de vue italien.

  • 26 Par l’intermédiaire d’un télégramme du cardinal Maglione, secrétaire d’État du Saint-Siège, les go (...)

29Le Pape se propose de prendre une initiative de paix26 : j’en parle par téléphone au Duce qui est franchement hostile. Cavagnari se plaint du Haut Commandement : c’est un désordre et personne n’assume de responsabilité. Nos pertes en sous-marins s’élèvent à huit.

  • 27 Le 28 juin, en fin d’après-midi, afin de voir par lui-même les effets d’un bombardement britanniqu (...)

3029 juin. Balbo est mort. Une tragique équivoque a provoqué sa fin : la défense antiaérienne de Tobrouk a tiré sur son appareil, le confondant avec un avion anglais, et l’a abattu27. La nouvelle m’a beaucoup attristé. Balbo ne méritait pas cette fin : il était exubérant, turbulent, aimait la vie dans toutes ses manifestations. Il avait plus d’impétuosité que d’intelligence, plus de vivacité que de pénétration. Mais il était un homme de bien et, même dans la politique – que son tempérament rebelle recherchait –, il ne se serait jamais abaissé à des expédients déshonorants ou ambigus. Il n’avait pas voulu la guerre et s’y était opposé jusqu’au dernier moment. Mais, une fois la décision prise, il m’avait parlé avec un langage de soldat fidèle et se préparait – si le sort l’avait assisté – à opérer avec décision et audace.

31Le souvenir de Balbo restera longtemps parmi les Italiens, car il était surtout un Italien avec les grands défauts et les grandes qualités de notre race.

3230 juin. Alfieri téléphone qu’Hitler traverse une de ses périodes d’isolement qui précède chez lui les grandes décisions. C’est pour cela qu’il n’a pas encore répondu au message du Duce lui proposant la participation de nos forces terrestres et aériennes à l’attaque contre la Grande-Bretagne. Mais veut-il vraiment ces forces ? D’après Tecuci, il semble que l’offensive serait seulement aérienne, mais de grande ampleur, et commencerait entre le 10 et le 15 juillet.

  • 28 Hitler visite Paris pendant quelques heures le 28 juin accompagné, entre autres, par les architect (...)

33Le Duce continue à parcourir le front occidental. Son voyage, pendant qu’Hitler visite Paris28, suscite des commentaires peu favorables. Si j’avais pu, je lui aurais déconseillé de le faire.

Notas

1 La veille, la 3e escadre française, commandée par l’amiral Duplat, a bombardé des installations industrielles du golfe de Gênes.

2 Rappelé d’Espagne où il est ambassadeur de France auprès du général Franco, le maréchal Pétain devient vice-président du Conseil et ministre d’État le 19 mai. Il appuie la demande d’armistice proposée par le général Weygand les 12 et 13 juin, lors des conseils réunis à Cangé. Il réitère cette position deux jours plus tard à Bordeaux. À la suite de la démission de Reynaud à la fin de la journée du 16 juin, Pétain est appelé à former un nouveau gouvernement. Le lendemain, le maréchal fait une allocution radiodiffusée au cours de laquelle il annonce faire don de sa personne à la France, qu’il faut cesser le combat et qu’il est entré en contact avec « l’adversaire » afin de mettre fin aux hostilités.

3 État d’esprit. En allemand dans le texte.

4 Selon le compte rendu officiel rédigé par Ciano, ces revendications se répartissent en demandes minimales concernant Nice, la Corse, la Tunisie et la Somalie française, et des demandes maximales qui ajoutent aux précédentes des positions stratégiques en Algérie et au Maroc. Vis-à-vis de la Grande-Bretagne, Ciano spécifie que l’Italie souhaite voir Gibraltar revenir à l’Espagne, Malte passer sous souveraineté italienne, se substituer au Royaume-Uni en Égypte et au Soudan. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano. 1936-1942, Plon, Paris, 1948, p. 377.

5 Le projet de faire de Madagascar une sorte de réserve pour les Juifs est régulièrement évoqué entre 1938 et le printemps 1940 par Julius Streicher, Hermann Goering, Alfred Rosenberg, Joachim von Ribbentrop, Hans Frank et même Hjalmar Schacht. La défaite française semble ouvrir des perspectives, comme le prouve l’allusion de Ribbentrop à Ciano. Deux jours plus tard, Hitler en parle à l’amiral Raeder. Mais la guerre se poursuivant, le projet tombe peu à peu dans l’oubli à partir d’août 1940. Dans Browning Christopher, Les Origines de la solution finale. L’évolution de la politique antijuive des nazis, septembre 1939 – mars 1942, Les Belles Lettres, coll. « Histoire » (no 86), Paris, 2007, p. 98-106 et Husson Édouard, Heydrich et la solution finale, Perrin, coll. « tempus » (no 422), Paris, 2012 [nouvelle édition revue et augmentée], p. 245-275.

6 Le compte rendu allemand insiste tout particulièrement sur ce point : « Le Führer expliqua, en détail, quel important accroissement de la force anglaise pouvait représenter la flotte française, si elle se mettait à la disposition de la Grande-Bretagne. La force actuelle de la flotte britannique, pour certains types, en serait carrément doublée ou triplée, en particulier en ce qui concerne les destroyers. Quand on pense qu’un convoi, accompagné de six destroyers, se trouve hors d’attaque des sous-marins, alors on peut se représenter quel gros avantage l’Angleterre tirerait de ces destroyers mis à sa disposition. » Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler. Septembre 1939 – décembre 1941, Fayard, Paris, 1969, p. 142.

7 Badoglio oppose deux arguments à Mussolini : la difficulté de passer en très peu de temps de positions défensives en positions offensives, la répugnance morale de frapper une nation déjà agonisante alors que la guerre est gagnée par l’Allemagne. Rencontrant Ciano à la sortie de cet entretien, celui-ci lui dit : « Il veut faire le Maramaldo », allusion à Fabrizio Maramaldo, condottiere combattant dans les troupes des Médicis contre celles de la République de Florence et qui tua son adversaire, Francesco Ferrucci, grièvement blessé à la bataille de Gavinana en 1530. Dans Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale. Memorie e documenti, Mondadori, Milan, 1946, p. 46-47.

8 En réalité, l’offensive italienne compte deux axes d’attaque. La 4e armée, commandée par le général Guzzoni, a pour objectif la prise de Briançon. La 1re armée, sous les ordres du général Pintor, doit quant à elle attaquer nice.

9 Né en 1880, le général Pietro Pintor dirige l’École de guerre en 1932-1933, puis prend le commandement du corps d’armée d’Udine en 1935 et est affecté en Libye de mai 1937 à septembre 1938, où il dirige le 20e corps d’armée. Au moment de la déclaration de guerre, il est à la tête de la 1re armée sur le front des alpes.

10 Cette impression est corroborée par le général Armellini, adjoint de Badoglio, qui écrit dans son Journal à la date du 21 juin : « Plus je demeure à ce poste, plus je constate le désordre, l’impréparation et la superposition dans tous les domaines, qui entravent sérieusement ou empêchent le fonctionnement du commandement suprême. Plus je me persuade que manque totalement la vision des nécessités militaires. Plus je me convaincs que tout est à faire ou à refaire. » Dans Armellini Quirino, Diario di guerra. Nove mesi al Comando Supremo, Garzanti, coll. « Memorie e documenti », Milan, 1946, p. 32.

11 S’il est vrai que Balbo dispose en Libye d’un effectif de 236 000 hommes, il est abusif d’affirmer qu’il dispose d’un abondant matériel. 151 avions moins performants que ceux de la Royal air Force, un peu plus de 8 000 véhicules, 339 chars légers mais aucun char lourd, 1 811 pièces d’artillerie dont très peu de pièces antichars. Dans une lettre adressée à Mussolini le 11 mai 1940, le gouverneur de Libye regrette le manque d’artillerie de qualité, d’armes antichars, de batteries antiaériennes. Il ajoute : « Il serait inutile d’envoyer de nouveaux milliers d’hommes si l’on ne peut leur fournir les moyens indispensables pour se mouvoir et pour se battre. » Dans Rochat Giorgio, Italo Balbo, Utet, coll. « La vita sociale della nuova Italia » (no 34), Turin, 1986, p. 289. Il est vrai que les premiers accrochages sont plutôt favorables aux Britanniques. Le 14 juin, ceux-ci s’emparent des forts frontaliers de Capuzzo et Maddalena, faisant 220 prisonniers. Le 16, une incursion britannique détruit 12 chars italiens sur la route Tobrouk-Bardia. Du 10 juin au 10 septembre, les Italiens déplorent 3 500 morts et 700 prisonniers.

12 Hitler a exigé que la délégation française signe l’armistice dans la forêt de Rethondes et dans le wagon que Foch avait utilisé afin d’effacer le souvenir de 1918.

13 À la tête du 15e corps d’armée stationné en Ligurie, la général Gastone Gambara a envisagé un débarquement de troupes à Menton et à Nice. Ce projet ne se concrétise pas.

14 Ces plénipotentiaires sont le général Huntziger, le général Bergeret, le vice-amiral Le Luc et l’ambassadeur Léon noël.

15 À une trentaine de kilomètres au nord de Rome.

16 « Je ne me suis jamais senti aussi embarrassé et aussi mal à l’aise qu’en cette occasion », confie Badoglio aux autres membres de la délégation italienne. Dans Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale, op. cit., p. 47.

17 Le général d’infanterie Henri Parisot est attaché militaire à Rome en 1933-1934 et en 1939-1940.

18 Léon noël est ministre de France à Prague de 1932 à 1935, puis ambassadeur à Varsovie jusqu’en septembre 1939.

19 Commandant la 2e armée française stationnée devant les Ardennes au début du conflit, le général Charles Huntziger à la lourde charge de diriger la délégation devant négocier les armistices avec l’Allemagne et l’Italie. Après avoir présidé quelques semaines la délégation française à la commission d’armistice de Wiesbaden, il est nommé ministre de la Guerre par le maréchal Pétain. Il meurt dans un accident d’avion le 12 novembre 1941.

20 Le général Noguès, résident général au Maroc et commandant en chef des forces françaises en Afrique du nord, proteste le 17 juin contre le principe d’une demande d’armistice. Il est suivi par le général Mittelhauser, commandant en chef au Levant, et le général Catroux, gouverneur général de l’Indochine. Au final, seul ce dernier franchit le pas et rallie la France libre.

21 C’est le 13 juin que Molotov a averti l’ambassadeur allemand Friedrich-Werner von der Schulenburg de l’intention de l’Union soviétique d’exiger la rétrocession de la Bessarabie, ancienne province de l’empire des tsars que la Roumanie a annexée en 1918, mais également la cession de la Bucovine qui n’a jamais appartenu à l’État russe. Moscou entend profiter du fait que l’Allemagne soit encore occupée à l’ouest.

22 Né en 1875, Friedrich-Werner von der Schulenburg entre dans la carrière diplomatique en 1901. Après la Première Guerre mondiale, il est consul à Beyrouth, ministre d’Allemagne à Téhéran et Bucarest, puis ambassadeur à Moscou en 1934.

23 L’armistice franco-italien du 24 juin ne prévoit pas d’annexions importantes si ce n’est une occupation de Menton, de treize communes et huit hameaux répartis entre les départements de la Savoie, des Basses-alpes (aujourd’hui Alpes-de-Haute-Provence), des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes et une zone démilitarisée de 50 kilomètres. Par contre, il prévoit un désarmement de la flotte et une limitation des armements français sur le plan terrestre et aérien. Voir le texte de la convention d’armistice franco-italien dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1940. Les armistices de juin 1940, Presses interuniversitaires européennes – Peter Lang, Bruxelles, 2003, p. 167-173.

24 Selon les données fournies par le service historique de l’armée italienne en 1949, les pertes s’élèvent à 631 tués, 616 disparus et 2 631 blessés. À titre de comparaison, l’armée française a compté 37 tués, 150 disparus et 42 blessés.

25 Le 26 juin, l’Union soviétique adresse un ultimatum à la Roumanie exigeant la Bessarabie et la Bucovine septentrionale dans un délai de cinq jours. Le Conseil de la Couronne du 27 juin cède aux exigences soviétiques sur les conseils de Rome et de Berlin. Le lendemain, les forces de l’armée rouge entrent dans les territoires revendiqués.

26 Par l’intermédiaire d’un télégramme du cardinal Maglione, secrétaire d’État du Saint-Siège, les gouvernements allemand, italien et britannique sont contactés afin d’entamer des pourparlers de paix. Dans Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 4 : Le Saint-Siège et la guerre en Europe (mars 1939 – août 1940), Libreria editrice Vaticana, Vatican, 1967, doc. no 360, p. 497.

27 Le 28 juin, en fin d’après-midi, afin de voir par lui-même les effets d’un bombardement britannique sur Tobrouk, Italo Balbo décide de survoler la zone attaquée. Arrivant avec le soleil dans le dos et de la même direction que les appareils de la Royal air Force, il est confondu avec un avion anglais. Ainsi, le premier avion abattu par la défense contre-aérienne italienne est un avion italien. Mais le communiqué officiel évoque une disparition dans « un combat aérien ».

28 Hitler visite Paris pendant quelques heures le 28 juin accompagné, entre autres, par les architectes Albert Speer et Hermann Giesler, ainsi que par le sculpteur Arno Breker. Certains auteurs placent cette visite le 23 juin. Le 28 juin semble plus probable. En effet, Speer, dans ses Mémoires, indique que la visite se fit « trois jours après l’entrée en vigueur de l’armistice ». Dans Speer Albert, Au cœur du Troisième Reich, Fayard, coll. « Pluriel », Paris, 2010, p. 245. L’annotation de Ciano tend à confirmer la date du 28.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search