Introduction

Un hiérarque fasciste dans la guerre

Philippe Foro

1Le premier volume du Journal du comte Ciano de la présente édition s’est clos le 10 juin 1940, jour de la déclaration de guerre de l’Italie fasciste à la Grande-Bretagne et à la France. Il s’agit d’un moment-clé dans la vie politique de Ciano.

UNE BRILLANTE CARRIÈRE DANS L’OMBRE DU DUCE

  • 1 Giuseppe Bastianini est l’ambassadeur d’Italie à Londres au moment de la déclaration de guerre.
  • 2 Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universal Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p.  (...)
  • 3 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie. 1939-1943, Robert Laffont, coll. « Pavillons », Paris, (...)
  • 4 Ibid., p. 213.
  • 5 Ibid., p. 316.

2Hostile à la guerre, il ne se démet pas de ses fonctions, se rallie au conflit sans enthousiasme mais le cautionne par sa présence au gouvernement alors même que ses convictions intimes ne paraissent pas avoir changé. Pourquoi ne pas avoir démissionné ? Nous ne sommes pas à Paris ou à Londres, dans le cadre d’une démocratie parlementaire. Dans l’Italie fasciste, on ne démissionne pas, on est démissionné par le Duce. Le 4 juillet 1940, Bottai écrit dans son Journal : « Les événements ne semblent pas avoir changé ses intimes convictions. Il donne encore pour difficile la partie avec les anglais. Bastianini1, revenu hier en Italie, a laissé à son départ, avant la capitulation française, une Angleterre décidée à ne pas faiblir2. » De même, Michele Lanza, secrétaire de légation à Berlin, note dans son Journal le 10 juillet : « Si Ciano, vraiment, ne voulait point partager la responsabilité de la guerre, il n’avait qu’à s’en aller au moment de sa déclaration3. » Son voyage dans l’Allemane triomphante et sa rencontre avec Hitler, le 7 juillet, le font néanmoins évoluer. Le 16, il confie à Bottai ses impressions sur le Führer : « C’est un homme de génie. Ou mieux : un génie. De temps en temps, apparaissent de la masse uniforme et monotone de l’intelligence germanique des personnalités énormes qui s’élèvent vers le ciel comme des montagnes : Bismarck, Goethe et, aujourd’hui, Hitler4. » Il continue d’être enthousiasmé par Hitler lors de son nouveau séjour berlinois, où il assiste au discours devant le Reichstag du 19 juillet au cours duquel le Führer avance des propositions de paix que rejette Churchill. Et c’est bien là un problème majeur du rôle politique de Ciano. Il a des convictions mais ne les porte pas à leur terme. Devenu antiallemand, il ne prend que des positions de demi-mesure qui irritent les allemands sans obliger le Duce à des actions claires vis-à-vis du Reich. Au lieu de prendre une position nette et résolue, qui aurait clarifié une fois pour toute la situation de l’Italie vis-à-vis de l’Allemagne, il se contente de critiques en petit comité ou dans les lignes de son Journal. Vis-à-vis de l’engagement militaire italien sur le front de l’est, il est réservé sur le résultat final mais, pris entre une politique de prestige et des réalités stratégiques, il semble opter pour la première, comme tend à le prouver l’annotation de la citation de Ciano par Michele Lanza dans son Journal le 8 mars 1942 : « nous ne pouvons tout de même pas nous faire représenter en Russie par une simple carte de visite5 ! » C’est dans cet état d’esprit qu’il participe activement à l’agression contre la Grèce, déclenchée le 28 octobre 1940, censée affirmer la puissance italienne dans les Balkans et qui tourne à la déconfiture militaire.

  • 6 Hassell Ulrich von, Journal d’un conjuré (1938-1944). L’insurrection de la conscience, Belin, Paris (...)

3D’autre part, il déteste Ribbentrop, et chacun sait que les deux hommes ont désormais des relations difficiles. Ulrich von Hassell, ambassadeur allemand à Rome de novembre 1932 à février 1938, note dans son Journal le 1er août 1942 : « Les relations Ciano-Ribbentrop sont mauvaises. Ribbentrop voudrait continuellement faire la leçon à Ciano, et le mener à la baguette, et Ciano répète à chaque incident qu’il “l’avait bien dit6”. » Néanmoins, Ciano écrit à son homologue des lettres extrêmement courtoises, à l’image de celle qu’il lui adresse le 28 septembre 1941 après une longue convalescence qui ne lui a pas permis d’accompagner Mussolini en tournée sur le front de l’est avec Hitler :

  • 7 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face. Rome-Berlin 1939-1943, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothè (...)

Cher Ribbentrop,
Vos paroles amicales m’ont agréablement touché au moment où je reprends mes occupations au palais Chigi. J’ai beaucoup regretté de n’avoir pu vous revoir au mois d’août, mais j’ai suivi avec un intérêt particulier l’évolution des événements au cours de ces dernières semaines, et avec une vive admiration les entreprises victorieuses de vos forces armées dans la lutte contre le bolchevisme. Je serais, moi aussi, très content de vous rencontrer dès que vous l’estimerez opportun, dans la ville d’Allemagne qui vous conviendra le mieux. Il y a certaines questions dont nous pourrons parler utilement ; après un intervalle assez long, nous pourrons procéder à un profitable échange de vues. En attendant de pouvoir vous serrer personnellement la main, je vous prie de recevoir, cher Ribbentrop, mes salutations amicales et renouvelées. Cordialement. Votre Ciano7.

  • 8 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 322-324.
  • 9 Ibid., p. 361.

4Malgré les déboires militaires italiens que parviennent à suppléer les victoires allemandes, l’Italie fasciste est une actrice de la mise en place de l’ordre nouveau. En son nom, Ciano participe à l’arbitrage entre Hongrois et Roumains du 30 août 1940, paraphe le Pacte tripartite du 27 septembre suivant. De janvier à avril 1941, il participe directement à la guerre lorsque le Duce, dans sa volonté de montrer la mobilisation totale du régime, envoie les hiérarques sur le front gréco-albanais (il retrouve son affectation dans l’aviation et bombarde Salonique). Par la suite, emportée dans la politique militaire allemande et japonaise, l’Italie fasciste prend part à la campagne contre l’Union soviétique et déclare la guerre aux États-Unis le 11 décembre 1941. Ce conflit, devenu mondial, tourne au désavantage des puissances de l’axe dont les perspectives s’assombrissent. Le 10 septembre 1942, Bottai écrit dans son Journal : « Galeazzo apparaît ou veut apparaître plus fatigué que jamais et dégoûté de la vie publique, désireux d’être renvoyé. Mussolini lui apparaît toujours plus empêtré dans une situation sans issue, car la solution à laquelle il croit, à savoir la victoire, n’est plus possible. » Le 18 septembre, il ajoute : « Les soirées de Galeazzo sont longues et vides. Cet homme qui ne fume pas, ne boit pas, ne joue pas, a pour vice un noctambulisme bavard entre des femmes faciles et des hommes complaisants8. » C’est finalement son beau-père qui met fin à la mission de Ciano au palais Chigi. Le 6 février 1943, Mussolini décide une « relève de la garde » gouvernementale censée redynamiser un régime fasciste affaibli. Près de sept ans après son arrivée au ministère des affaires étrangères, le comte Ciano laisse son portefeuille. Le témoignage de Bottai nous le montre « secoué, touché de plein fouet9 ».

DU VATICAN À LA ROCHE TARPÉIENNE

  • 10 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 361. Par contre, la presse allemande fait (...)
  • 11 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, Tallandier, coll. « archives contemporaines », Paris, 2009, p. (...)
  • 12 Ibid., p. 95.
  • 13 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 365. Sur Ciano ambassadeur près le Saint-Siège, voir Casella (...)
  • 14 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)
  • 15 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du (...)
  • 16 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)
  • 17 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du (...)
  • 18 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)
  • 19 Les alliés ont débarqué en Sicile le 10 juillet.
  • 20 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)

5Mussolini avait songé à lui comme lieutenant général en Albanie. Ciano préfère être nommé ambassadeur près le Saint-Siège, remarquable poste d’observation pour les affaires internationales du temps, quitte à éveiller des soupçons du côté allemand. Le secrétaire de légation Lanza note dans son Journal le 8 février : « La nomination de Ciano comme ambassadeur près le Saint-Siège produit une profonde impression dans les milieux allemands et suscite leur méfiance10. » Goebbels écrit dans son Journal le 19 février que « Ciano est peut-être chargé de sonder le Vatican pour le compte du gouvernement italien11 ». Le 9 mars, il ajoute : « Le but du remaniement qui a eu lieu en Italie était sans aucun doute d’écarter Ciano. Le Duce a fait beaucoup de cinéma autour de l’affaire pour que l’élimination de Ciano passe inaperçue12. » Bottai, qui lui rend visite à l’ambassade le 12 mars, le trouve « perdu et reposé, heureux et mécontent dans cette oisiveté à l’ambiance aussi luxueuse et vide, sans la rumeur de la clientèle à la porte ». Son affectation au Vatican lui permet cependant d’être à un important poste d’observation13. Dès le 22 février, Ciano s’enquiert auprès du cardinal Maglione, secrétaire d’État du Saint-Siège, de la visite du cardinal Spellman, archevêque de new York, au Vatican. Le cardinal lui explique que cette visite est essentiellement pastorale mais que l’amitié liant le pape et l’archevêque de new York, ainsi que les bonnes relations entre le prélat et le président Roosevelt, peuvent être utiles en vue de la protection de Rome des bombardements alliés14. Datées du 13 février, les lettres de créance sont présentées au pape Pie XII le 1er mars. Lors de son allocution, le souverain pontife explique que « les peuples de la terre expient actuellement les erreurs commises par leurs penseurs et leurs maîtres. Des erreurs théoriques et des passions allumées sont issus les tragiques égarements et les malheurs d’aujourd’hui15 ». Lors de son ambassade, Ciano opte pour une collaboration étroite avec le Saint-Siège autour de laquelle s’organisent des contacts en prévision d’une paix hypothétique. Dans son rapport du 4 avril, Ciano signale les approches effectuées par le Premier ministre hongrois Kallay afin que le Vatican prenne une initiative en faveur de pourparlers de paix, ce à quoi le cardinal Maglione répond que cela ne serait possible qu’avec une base de négociations quelque peu solide, élément qu’aucun belligérant n’a fourni à ce jour16. Le 13 avril, il confie être intervenu auprès du secrétaire d’État afin de rassurer le pape sur les rumeurs concernant l’utilisation de la guerre chimique par les allemands. Le 12 mai, jour de la capitulation des dernières forces de l’axe en Tunisie, monseigneur Maglione communique au comte un message du pape adressé à Mussolini afin de lui transmettre ses vives préoccupations sur l’avenir qui attend le peuple italien. Ciano avertit le cardinal que Mussolini n’est pas « dans un état d’esprit lui permettant de comprendre la nécessité […] de sortir le pays de la situation désastreuse dans laquelle il se trouve17 ». Les rapports fournis par Ciano depuis son point d’observation diplomatique permettent de saisir les évolutions du monde catholique en ce moment crucial de la guerre. Le 24 juin, il envoie à Mussolini un intéressant rapport sur les positionnements du clergé français : « Comme il a été noté, le Saint-Siège, dans un premier temps, a encouragé l’action du Maréchal Pétain voyant en lui un acteur de la réaction antimaçonnique et une garantie vis-à-vis de la puissance occupante pour les institutions catholiques françaises. Mais, face à l’attitude toujours plus intransigeante à l’égard de la collaboration de la part du clergé français, et suite à la nouvelle évaluation de la situation française en général, le Vatican a commencé à regarder, outre vers Vichy, également vers Alger. L’inspirateur au sein du Vatican de cette nouvelle orientation, mais également médiateur de quelques contacts, semble être le cardinal Tisserant qui, comme il a été noté, a eu une absolue réserve vis-à-vis de Vichy18. » Le 13 juillet, il transmet les interrogations suscitées par l’envoi d’une lettre du président Roosevelt à Pie XII qui, selon le gouvernement italien, ne peut que heurter l’opinion italienne et « que le plus grand pays catholique, au début d’une tentative d’invasion de son territoire national19, avait le droit de se sentir blessé par un document à l’insidieuse propagande, mélangeant arguments religieux et politiques, avec le clair objectif d’impliquer le destinataire dans une coresponsabilité implicite20 ».

  • 21 Ibid., doc. no 63, p. 90-91.
  • 22 Ibid., doc. no 382, p. 502.
  • 23 Ibid., doc. no 404, p. 525-526 ; Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini angelo, Graham Robert and (...)
  • 24 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du (...)
  • 25 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)
  • 26 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini angelo, Graham Robert andrew (dir.), Actes et documents du (...)
  • 27 Chenaux Philippe, Pie XII. Diplomate et pasteur, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie », Paris, 20 (...)
  • 28 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), o (...)
  • 29 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du (...)
  • 30 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, Calmann-Lévy, Paris, 1949, p. 254. Ciano est é (...)

6Ciano œuvre aussi tout particulièrement afin d’éviter des bombardements sur la Ville Éternelle. Dès le 28 février, il est contacté par la secrétairerie d’État afin de transmettre les propositions du Saint-Siège d’éloigner quelque peu de Rome les instances de commandement militaire pour éviter tout bombardement allié sur la Ville Éternelle21. Le 1er juin, alors que le danger d’une attaque directe sur l’Italie se précise, monseigneur Domenico Tardini, substitut à la secrétairerie d’État, revient sur ces propositions22. Le 9 juin, Ciano adresse à la secrétairerie d’État un communiqué officiel du gouvernement italien, transmis la veille par le sous-secrétaire d’État aux affaires étrangères Giuseppe Bastianini, indiquant le transfert des divers commandements des forces armées italiennes ainsi que des organes militaires allemands hors de Rome23. Cependant, le 26 juin, la secrétairerie d’État avertit l’ambassade d’Italie près le Saint-Siège que les alliés considèrent les gares romaines comme des objectifs militaires susceptibles d’être bombardés, d’où la nécessité de dérouter les convois militaires passant par Rome24. Deux jours plus tard, le cardinal Maglione affirme ses doutes sur la volonté alliée d’épargner Rome au regard de l’intransigeance de plus en plus affirmée envers l’Italie25. Ciano apporte à la connaissance du Saint-Siège la réponse des autorités italiennes le 7 juillet. Le gouvernement italien rappelle qu’il a toujours été très attentif à préserver des affres de la guerre le patrimoine spirituel et monumental de Rome. Il mentionne que l’aviation italienne n’a jamais reçu l’ordre de bombarder Athènes et Le Caire afin de ne pas risquer d’endommager le patrimoine historique universel de ces deux villes. Quant à la gare de Rome, elle ne peut pas apparaître comme un lieu stratégique d’importance : « Bombarder la ville de Rome afin d’interrompre le transit le long de la mer tyrrhénienne ne peut être considéré que comme un prétexte26. » Or, le 19 juillet, les quartiers Tiburtina et San Lorenzo, où se situe une gare de triage, sont bombardés. Le bombardement fait près de 1 500 morts et détruit en partie la basilique San Lorenzo. Pie XII y effectue une visite, accompagné de monseigneur Montini, substitut à la secrétairerie d’État27. Le rapport du 20 juillet souligne l’émotion du pape à la suite de ce bombardement : « Le cardinal Maglione, visiblement ému, a exprimé l’indignation exaspérée du Saint-Père et la sienne pour le vandalisme profanateur de l’aviation anglo-américaine, qui malgré les avertissements répétés du Saint-Siège envoyés à Londres et Washington sur l’impossibilité matérielle de distinguer à Rome objectifs militaires et objectifs religieux et spirituels, n’a pas voulu épargner l’offense et les dommages d’un bombardement aérien, infligeant deuil et douleur à des quartiers éminemment populaires et la destruction d’une des sept basiliques de Rome28. » Ce premier bombardement (la ville en connut un autre le 13 août) amène le Saint-Siège à intervenir à nouveau le 23 juillet auprès de l’ambassade italienne afin de demander de nouvelles mesures pour protéger Rome29. Mais à ce moment-là, Ciano a une autre préoccupation, la réunion du Grand Conseil du fascisme qui doit débattre de la motion élaborée par Dino Grandi, et dont Ciano fait parvenir le texte au Vatican, comme il le confie à Anfuso : « en attendant, je l’ai envoyé à Maglione ce matin. Au Vatican, on est informé de tout30. »

  • 31 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 378.
  • 32 Debyser Félix, « La chute du régime. Le 25 juillet 1943 », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre m (...)
  • 33 Grandi Dino, 25 luglio 1943, Il Mulino, Bologne, 1983, p. 206.

7Ciano n’a plus aucune illusion sur l’issue de la guerre depuis déjà un moment et compte sur le Saint-Siège pour aider l’Italie à sortir de cette impasse tragique. Le 12 mai, lors d’un repas réunissant Bottai et Zenone Benini, ministre des travaux publics et ami d’enfance de Ciano, celui-ci assure que le Vatican serait prêt à soutenir une solution italienne pour sortir de la guerre31. Le 14 juin, il transmet au roi une note du cardinal Maglione l’avertissant que les alliés seraient disposés à reconnaître un gouvernement dirigé par le comte Carlo Sforza, antifasciste historique32. D’autre part, Ciano est parfaitement au courant, par les contacts qu’il a avec les généraux Ambrosio et Castellano, respectivement chef d’État-Major général et chef de la section Plans et opérations de l’état-major, que les milieux proches de la Couronne travaillent à la fin du régime. À la suite de la défaite des forces germano-italiennes en Tunisie et alors que les alliés ont débarqué en Sicile le 10 juillet, le Duce accepte de convoquer le Grand Conseil du fascisme le 24. Quel rôle Ciano a-t-il joué ? Il est au courant de la motion initiée par Dino Grandi, y est favorable mais n’en lit la teneur que la veille de la réunion du Grand Conseil, ce qui ne le détourne pas de sa décision première33. Elle consiste à demander la restitution au roi de l’ensemble des pouvoirs militaires, ce qui est un clair désaveu pour le Duce :

  • 34 Brissaud andré, La Tragédie de Vérone, Librairie académique Perrin, Paris, 1971, p. 365.

Le Grand Conseil, dans ce moment de grande incertitude, tourne sa pensée vers les héroïques combattants de chaque arme qui, en complète entente avec la fière population de Sicile sur laquelle repose l’espoir unanime de l’Italie, renouvellent les nobles traditions d’indomptable courage et d’abnégation de nos glorieuses forces armées ;
ayant examiné la situation intérieure et extérieure et la conduite politique et militaire de la guerre ;
Stipule qu’il est du devoir de tous les Italiens de défendre à tout prix l’unité, l’indépendance et la liberté de la mère patrie, les fruits des sacrifices et des travaux de quatre générations, du Risorgimento à aujourd’hui, et la vie et l’avenir du peuple italien ;
affirme la nécessité de l’union morale et matérielle de tous les Italiens en cette heure décisive pour le destin de notre pays ;
Déclare également nécessaire, dans ce but, le rétablissement immédiat de toutes les fonctions du ressort de l’État, par la reconnaissance à la Couronne, au Grand Conseil, au gouvernement, au Parlement, aux Corporations, des missions et responsabilités établies par nos lois constitutionnelles ;
Prie le chef du gouvernement de demander à Sa Majesté le Roi – vers lequel le cœur de toute la nation se tourne avec confiance – de bien vouloir, pour sauver le pays et son honneur, prendre le commandement effectif des forces armées sur terre, sur mer et dans les airs, selon l’article 5 du Statut du royaume ainsi que toutes les initiatives que nos institutions réclament de lui et qui, dans toute notre histoire nationale, ont toujours été le glorieux apanage de l’auguste Maison de Savoie34.

  • 35 Il craint également sa nature inconstante et que son rôle soit plus dommageable qu’utile. Dans Gran (...)
  • 36 Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 19 (...)
  • 37 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 333.
  • 38 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 333-334.
  • 39 Ibid., p. 337.
  • 40 Ibid., p. 342.

8Le 22 juillet, Ciano retrouve Grandi et Bottai chez ce dernier. Grandi, qui n’a pas voulu faire de Ciano un des premiers responsables de l’action en cours, lui fait remarquer sa délicate position en tant que gendre du Duce35. Ciano répond : « Pourquoi ne me voulez-vous pas ? Si mon père était encore vivant, il aurait été avec vous36. » Ensuite, Ciano accompagne Alfieri, arrivé de Berlin, chez Grandi afin de le mettre au courant des intentions des promoteurs de la motion. Alfieri rapporte des propos très méprisants de Ciano vis-à-vis de Mussolini : « Celui-là, avec sa caboche, ne veut pas comprendre ! Aujourd’hui au Grand Conseil, nous parlerons clair et il sera bien obligé de comprendre37. » Mais le comte croit bon de préciser : « Inutile d’avoir des scrupules et des réserves ! Il s’agit d’une clarification. La discussion se déroulera comme toujours avec le maximum de respect et d’égards pour le Duce. D’ailleurs, si en dépit de ma situation très particulière j’y souscris moi-même38… » La séance du Grand Conseil débute le 24 juillet à 17 heures. Ciano, « ordinairement badin, est aujourd’hui inquiet. Habitué à voir devant lui, facile et largement ouvert, la route de l’ascension politique, où l’ont poussé ses dons spirituels, mais surtout sa haute parenté, il mesure peut-être déjà dans son subconscient l’événement dramatique qui le mettra en face de son Chef, envers qui, sous l’apparence du respect et de l’obéissance, il a eu des attitudes changeantes et frondeuses39 ». au cours du débat qui suit l’exposé de Mussolini et la longue intervention de Grandi, Ciano prend la parole : « Mussolini pose sur lui un regard intense ; il le fixera ainsi pendant tout son discours. Ciano parle vite, avec vivacité, mais toujours en termes plein d’égards pour son beau-père. Avec précision, sans polémique, il énumère et commente les nombreuses violations du pacte d’alliance par l’Allemagne, dont il dénonce la volonté cachée, mais désormais prouvée, de se servir de l’Italie plutôt comme d’une esclave que comme d’une alliée. Ciano, qui demeure imperturbable sous le regard fixe de Mussolini, termine son discours en affirmant que le souverain, qui a vu sa couronne s’accroître des titres de roi d’Albanie et d’empereur d’Éthiopie, devrait en ce moment difficile pour la nation assumer sa part de responsabilité40. » Grandi, dans l’ouvrage qu’il consacra au 25 juillet 1943, détaille le réquisitoire de Ciano envers la politique allemande :

  • 41 Grandi Dino, 25 luglio 1943, op. cit., p. 259 ; Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 636.

Ciano prend la parole. Il parle longuement et avec calme. Il refait l’histoire de l’alliance italo-allemande laquelle, selon les solennelles déclarations d’Hitler, avait pour objet de garantir la paix pour quelques années. L’Allemagne s’était explicitement engagée à n’accomplir aucune action qui puisse perturber une situation européenne déjà perturbée. Ce fut à cette condition que l’alliance, déjà refusée à Naples en 1938, a été acceptée à Milan l’année suivante. or, l’État-major allemand avait déjà fixé en secret jusqu’à la date de l’agression envers la Pologne. Le Duce n’a rien caché à l’allié. À l’inverse, ce dernier a toujours tout caché, avant et pendant la guerre même. Toutes les opérations de guerre, contre la Pologne, la Norvège, la Hollande, la Belgique, la France, la Russie ne nous ont jamais été communiquées sinon à l’instant de leur déclenchement. L’accord Ribbentrop-Molotov ne nous a pas été communiqué alors qu’il détruisait le pacte anti-Komintern d’abord voulu par l’Allemagne ; l’agression envers la Russie eut lieu après que Mussolini ait exprimé à Hitler la nécessité que l’accord Ribbentrop-Molotov se transforme en alliance militaire russo-allemande. L’Allemagne nous a toujours trahis. L’Italie a en ce moment le droit de reprendre sa liberté d’action et nous ne serons jamais des traîtres mais bien des trahis41.

9Au cours du débat, Ciano prend une seconde fois la parole. Il n’exclut pas la possibilité d’un compromis afin de trouver un terrain d’entente avec le Duce. Sa proposition consistant à fondre la motion Grandi et celle de Carlo Scorza, secrétaire général du parti fasciste depuis avril 1943, reçoit une fin de non-recevoir de Grandi et tombe à plat.

  • 42 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 350.
  • 43 Mussolini Benito, Mémoires de Mussolini. 1942-1943 (« Al tempo del bastone e della carota »), Julli (...)

10Au terme de près de neuf heures de débat, la motion présentée par Dino Grandi, alors président de la Chambre des faisceaux et corporations, est adoptée par 19 voix contre 7 et une abstention. Ciano fait partie des votants de la motion Grandi. Alfieri témoigne du moment où Ciano annonce son oui à la motion Grandi : « Lorsque Scorza prononce le nom de Ciano, Mussolini ferme à demi les yeux et cherche ceux de son gendre. Ils échangent un regard long et pénétrant que Ciano soutient avec un parfait naturel42. » Sobrement, Mussolini relate dans ses Mémoires qui ne portent que sur la période 1942-1943 : « Ce fut ensuite au tour du comte Ciano de monter à la tribune. Il retraça l’histoire diplomatique de ces dernières années dans le but de démontrer que l’Italie n’avait pas voulu la guerre et avait tenté l’impossible pour l’éviter. Il termina en déclarant qu’il voterait l’ordre du jour Grandi43. »

  • 44 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 258.
  • 45 Ibid., p. 259.

11Il est possible que Ciano ait eu des illusions sur la suite des événements. Ayant rejoint son ami Filippo Anfuso, il se rend chez lui : « Quand nous arrivâmes chez moi, le fascisme officiel avait cessé de vivre et Ciano me donna l’impression de se trouver à la fin d’une partie de cartes. Il avait joué de son mieux et se faisait parfois l’illusion que la partie n’était pas terminée. Elle l’était. Les vainqueurs étaient peu nombreux44. » Le 25 juillet, à 17 heures, Victor-Emmanuel III demande sa démission à Mussolini. Le régime fasciste s’écroule sans résistance. Voyant des Romains manifester leur joie à l’annonce de cette nouvelle, le visage de Ciano « ne trahissait aucun sentiment de peur mais une comique consternation45 ».

  • 46 Ibid., p. 263.
  • 47 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe. Du Capitole à la roche Tarpéienne, Presses de la Cité, Par (...)
  • 48 Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile. Mémoires. 1922-1946, Plon, Paris, 1955, p. 343.
  • 49 Chef du protocole du ministère allemand des affaires étrangères depuis 1938.
  • 50 « Ils le tuent ! » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 457.
  • 51 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, Fasquelle, Paris, 1958, p. 216-217.

12Démis de ses fonctions d’ambassadeur par le gouvernement Badoglio le 31 juillet, Galeazzo Ciano est placé aux arrêts domiciliaires avec sa famille dans leur appartement romain : « Ciano sentait la terre lui brûler les pieds : la réclusion le rendait nerveux. Il regardait les carabiniers vert-de-gris qui allaient et venaient dans la rue ; puis il soupirait. Les rapports avec les généraux conjurés étaient devenus protocolaires. Ceux-ci le traitaient d’excellence et lui certifiaient qu’il était nécessaire au pays ; ils lui disaient de se tenir tranquille et lui affirmaient que Sa Majesté l’aimait bien. Mais il n’était plus question de passeport. Ciano aurait bien voulu partir pour l’Espagne. Fernandez Cuesta, l’ambassadeur à Rome, lui avait donné l’assurance que son pays l’accueillerait à n’importe quel moment46. » Mais partir vers l’Espagne suppose un avion. Edda Ciano prend alors contact avec les autorités allemandes avec qui elle a gardé de bonnes relations. Ces autorités comptent, entre autres, les colonels SS Kappler, futur chef de la Gestapo à Rome, et Eugen Dollmann, interprète dans de nombreuses rencontres italo-allemandes. Dans ses Mémoires, ce dernier s’étonne de ce choix : « Comment le comte put-il se fier à l’étoile de l’Allemagne dont il avait reconnu et noté dans son Journal l’éclat trompeur ? Cela restera toujours un mystère pour moi. Il aurait dû fuir seul et vite, pendant qu’il possédait encore de l’argent en abondance, et essayer de gagner, par la voie maritime ou aérienne, la péninsule Ibérique, unique espoir de salut pour lui […]47. » Mais l’avion allemand à bord duquel ont pris place Galeazzo et Edda Ciano, ainsi que leurs enfants, les conduit à Munich le 27 août et ils sont placés en résidence surveillée dans une villa des bords du lac de Starnberg. Les Ciano sont bel et bien dans la gueule du loup. Dans ses Mémoires, Raffaele Guariglia, prédécesseur de Ciano à l’ambassade près le Saint-Siège et devenu ministre des affaires étrangères dans le gouvernement Badoglio, souligne la surprise que représente l’annonce de l’arrivée de Ciano en Allemagne : « Dans la soirée du 22 août on avait appris que Ciano s’était enfui de Rome. Depuis le 25 juillet, il ne s’était plus montré au palais Chigi, et je ne l’avais plus revu depuis que nous avions “échangé nos consignes” à l’ambassade auprès du Saint-Siège. […] Je demeurai convaincu qu’il se cachait à Rome en attendant la suite des événements. Jamais je n’aurais pu supposer qu’il fût tombé si naïvement dans le piège que lui tendirent les allemands, du fait qu’il savait pertinemment être au nombre des Italiens les plus détestés en Allemagne48. » Le 7 août, le baron Alexander von Dönberg49 avait averti Michele Lanza : « Dites à Galeazzo qu’il fasse en sorte de ne pas tomber entre les mains des allemands : s’ils parviennent à la prendre, they kill him50 !»« À mon arrivée à Munich, j’avais appris que Ciano avait cherché refuge en Allemagne et que ma fille et les enfants l’y avaient suivi. J’étais heureuse d’avoir des nouvelles d’Edda, mais je pensais que Galeazzo avait commis une lourde erreur en venant demander protection aux allemands », écrit Rachele Mussolini dans ses Mémoires51. Libéré par le commando du colonel Otto Skorzeny le 12 septembre 1943, Mussolini séjourne une semaine en Allemagne avant de regagner l’Italie. À la demande d’Edda, il accepte de recevoir son gendre. Rachele Mussolini a été témoin de la rencontre et apporte également des précisions sur une entrevue qu’elle eue avec son gendre :

  • 52 en 1926, Mussolini rédige un testament dans lequel il fait de Costanzo Ciano son éventuel successeu (...)
  • 53 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 217-218.

J’assistai à l’entretien qui se déroula dans le petit bureau de l’hôtel. Galeazzo se défendit de l’accusation de trahison, rejetant toute la faute sur Grandi et Badoglio. Benito l’écouta en silence. […] Il ne pouvait pas non plus oublier que Galeazzo était le fils de l’homme qu’il avait estimé au point de le désigner comme son successeur dans le cas où il serait venu à mourir avant lui52. Au cours de l’entretien, Galeazzo montra à Benito la copie d’une lettre qu’il avait adressée à Badoglio pour protester contre des insinuations calomnieuses publiées dans les journaux contre son père.
Moi aussi, par amour pour Edda, j’étais prête à faire taire mes ressentiments. Cependant, un jour, j’exigeai de parler seul à seul avec mon gendre et je fus moins indulgente.
« Si le poste que vous avait confié le Duce ne vous convenait pas, vous n’aviez qu’à démissionner. »
Il se justifia en affirmant qu’il avait toujours agi de bonne foi mais je ne le laissai pas terminer.
« Le Duce n’est pas un meuble que l’on peut remiser au grenier quand on n’en veut plus. Vous vous êtes gravement trompé et il est fort possible qu’un beau jour vous ayez à vous en repentir. »
Il reconnut qu’il avait peut-être commis une erreur en approuvant l’ordre du jour de Grandi, mais il ajouta que son vote, et celui de presque tous les autres n’entendait pas être et ne pouvait pas être une prise de position contre Benito parce que, ajouta-t-il, « Mussolini est au-dessus de tous ».
Ciano obtint encore deux autres entretiens de Benito. Il lui jura qu’il était prêt à retourner en Italie et à prendre part aux opérations militaires, ne fût-ce que comme simple aviateur ; il tenait à démontrer son repentir et sa loyauté envers nos alliés. Mon mari se laissa attendrir par ses protestations.
« Maintenant, il ne faut plus penser qu’à la guerre, rien d’autre ne compte », lui dit-il. Après une de ces visites, Edda et Galeazzo restèrent dîner avec nous ; cela éveilla les soupçons des allemands qui, à dater de ce jour, resserrèrent la surveillance autour de mon gendre. Edda se rendit ensuite en Italie dans l’espoir d’atténuer l’hostilité dont mon mari faisait l’objet avant qu’il ne la rejoignit ; pendant ce temps, Ciano se fit opérer à l’oreille53.

  • 54 Heiber Helmut (dir.), Hitler parle à ses généraux, Perrin, coll. « tempus » (no 490), Paris, 2013, (...)
  • 55 Ganapini Luigi, La Repubblica delle camicie nere, Garzanti, Milan, 2002, p. 134.
  • 56 Si l’on en croit le Journal de von Hassell, Ciano aurait été photographié à son insu par un trou ex (...)
  • 57 À la date du 9 novembre 1943, Goebbels prédit : « Il [NDA : Mussolini] a certes fait incarcérer son (...)
  • 58 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 224.
  • 59 Le 4 avril 1944, la dépouille de Galeazzo Ciano est transférée à Livourne et inhumée à côté de cell (...)
  • 60 Allusion à la mort de son époux le 26 juin 1939, de sa fille Maria le 22 octobre de la même année, (...)
  • 61 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnol (...)
  • 62 Churchill Winston, Mémoires de guerre. II : Février 1941-1945, Tallandier, Paris, 2010, p. 421.
  • 63 Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. Mai-décembre 1940. 2 : Seuls(...)

13En réalité, Galeazzo Ciano est considéré par les allemands comme un prisonnier, traître à la cause de l’axe. Dès l’annonce de la chute de Mussolini, les dirigeants du Reich sont convaincus que Ciano en est un des principaux promoteurs. Lors d’une réunion tenue le 25 juillet au soir, Hitler éructe : « Il y avait au Grand Conseil le Grandi, que j’ai toujours qualifié de salaud, le Bottai et surtout le Ciano. À ce Grand Conseil, ils ont parlé contre l’Allemagne, disant qu’il ne rimait plus à rien de continuer la guerre, qu’il fallait essayer d’en faire sortir l’Italie. […] La version à donner de l’affaire doit être que les généraux traîtres, Ciano en tête – il est de toute façon détesté – se livrent à un coup de force contre le fascisme54. » Ciano est livré à la République sociale italienne, constituée dans le nord de la péninsule sous l’égide nazie, le 19 octobre. Pour les plus ultras du fascisme qui composent l’ossature de la République sociale, Ciano est le principal responsable de la conjuration qui a mené au 25 juillet55. Il n’est pas le premier responsable mais il est emblématique de ce qu’ils considèrent comme une terrible trahison, et il en faudrait beaucoup pour que les ultras renoncent à une vendetta. Interné dans la cellule numéro 27 de l’ancien couvent des carmélites de Vérone transformé en prison, Ciano ne se fait sans doute que peu d’illusions sur le sort qui l’attend. on dispose d’une photographie prise par un anonyme alors qu’il lit un journal adossé à proximité de la fenêtre de sa cellule. Le visage mal rasé, son regard las est celui d’un homme qui n’attend guère de l’avenir56. Il est un des principaux accusés du procès des « traîtres » du 25 juillet qui s’ouvre le 8 janvier 1944 au Castelvecchio57. « La presque totalité des fascistes réclamait le châtiment de tous les responsables du 25 juillet et Galeazzo devait subir le même sort que les autres. Il était impossible de faire une exception pour lui uniquement parce qu’il avait épousé la fille de Mussolini », écrit Rachele Mussolini58. Il est condamné à mort deux jours plus tard en compagnie de quatre autres accusés qui sont le vieux maréchal De Bono, Luciano Gottardi, syndicaliste fasciste, Giovanni Marinelli, sous-secrétaire d’État aux Communications d’octobre 1939 à février 1943, et Carlo Pareschi, ministre de l’agriculture de décembre 1941 à juillet 1943 (Tullio Cianetti, ministre des Corporations d’avril à juillet 1943, ayant écrit au Duce une lettre de rétractation dès le lendemain du vote de la motion Grandi, fut quant à lui condamné à 30 ans de réclusion). L’exécution a lieu dans la forteresse San Procolo le 11 janvier59. L’espagnol Serrano Súñer a écrit à Mussolini pour lui signifier son sentiment sur cette « mort imméritée ». Mussolini répond dans un courrier en date du 11 juin 1944 et que le beau-frère de Franco reproduit dans ses Mémoires : « J’ai pensé plus d’une fois que la fin du comte Ciano vous aurait spécialement attristé, et nul ne le comprend mieux que moi. Dans l’histoire tumultueuse de ma vie, ce qui s’est déroulé à Vérone comptera comme le chapitre le plus dramatique. Mes sentiments d’homme et la raison d’État se sont heurtés avec violence dans mon esprit. La mère du comte, sur la tête de laquelle, en peu d’années, se sont abattus tant de malheurs60, m’a écrit, elle aussi, et elle ne m’a pourtant point condamné, malgré son immense et juste douleur61. » Parmi les grands acteurs non italiens de la Seconde Guerre mondiale, rares sont ceux qui s’attardent sur ce tragique épisode. Winston Churchill est un de ceux-là dans ses Mémoires : « tous les dirigeants de l’ancien régime fasciste qui avait voté contre lui [NDA : Mussolini] en juillet et qui purent être capturés dans la partie de l’Italie occupée par les allemands passèrent en jugement à la fin de 1943, dans la forteresse médiévale de Vérone ; Ciano était parmi eux. Tous sans exception furent condamnés à mort. En dépit des exhortations et des menaces d’Edda, le Duce ne put se laisser fléchir. En janvier 1944, ces hommes, parmi lesquels se trouvait Ciano, mais aussi le maréchal de Bono, un vieux compagnon de soixante-dix-huit ans qui avait participé à la marche sur Rome, furent extraits de leur prison pour subir le châtiment des traîtres : attachés sur une chaise, ils furent fusillés dans le dos ; tous moururent bravement. La fin de Ciano présentait tous les éléments d’un drame de la Renaissance62. » Au demeurant, le Premier ministre britannique ne parvient pas à détester Ciano : « Le lecteur connaît déjà le comte Ciano et ne doit pas se montrer trop dur pour les êtres faibles qui se laissent facilement entraîner sur de mauvaises pentes par l’attrait irrésistible des honneurs et de la richesse. Que ceux qui ont su résister à de telles tentations leur jettent la première pierre. Devant le peloton d’exécution, Ciano a largement payé sa dette à l’humanité. Les scélérats sont faits d’une autre trempe63. »

  • 64 Pour une présentation approfondie du comte Ciano, de sa carrière, de sa personnalité, de son Journa (...)

14Le second volume de la présente édition couvre la période de l’Italie fasciste en guerre jusqu’au départ forcé du gendre de Mussolini du ministère des affaires étrangères. Les circonstances amènent Ciano à ne pas tenir avec autant de régularité son Journal. Occupé par des opérations aériennes au-dessus de la côte méditerranéenne française, il délaisse son Journal les 12, 13 et 14 juin 1940. Rien n’est noté du 27 janvier au 23 avril 1941, puis du 23 juillet au 21 septembre. La première période correspond au moment où Mussolini a envoyé les hiérarques sur le front gréco-albanais afin de stimuler les ardeurs et de montrer que le régime fasciste ne négligeait aucune mobilisation. La deuxième période est une période de problèmes de santé pour le comte Ciano, qui est opéré des amygdales suite à une infection de la gorge. Du 9 au 19 juillet puis du 18 au 24 août 1942, la coupure est plus courte, simples moments de repos que Ciano s’accorde chez lui à Livourne. Tout comme le précédent volume, celui-ci est un document très important pour la compréhension de la période, tant sur le plan de l’évolution militaire du conflit vue du côté italien que sur celui de l’évolution intérieure du régime fasciste64.

15À cause du conflit, les relations extérieures de l’Italie sont moindres. Cette partie du Journal permet de suivre les difficiles relations avec l’allié allemand, les inutiles efforts pour amener l’Espagne du général Franco à participer au conflit auprès de l’axe, le nouvel arbitrage de Vienne du 30 août 1940 afin de trancher les litiges territoriaux entre la Hongrie et la Roumanie, la redistribution des territoires balkaniques à la suite du blitzkrieg allemand d’avril 1941, l’engrenage qui conduit l’Italie à déclarer la guerre à l’Union soviétique et aux États-Unis, respectivement les 22 juin et 11 décembre 1941. Le Journal de Ciano nous fait pénétrer dans l’intimité des conférences au sommet autour du Führer : en janvier 1941 au Berghof, résidence alpine d’Hitler, en avril 1942 à Klessheim, près de Salzbourg, en novembre et décembre 1942 au Grand Quartier général de Rastenbourg, au moment où le débarquement allié en Afrique du nord modifie sérieusement la situation stratégique.

16Sur le plan militaire, les déboires italiens sont présentés sans langue de bois par Ciano : déceptions des opérations menées contre une France agonisante, légèreté avec laquelle l’attaque contre la Grèce est lancée le 28 octobre 1940, conduisant à une série d’humiliants revers, désastres accumulés en Égypte et en Libye face à l’offensive britannique déclenchée le 13 décembre 1940, sévère coup porté à la marine italienne par la Royal Navy et la Royal air Force lors de l’attaque de tarente le 11 novembre 1940, perte de l’Afrique orientale italienne, de l’Éthiopie et de la Somalie, signifiée par la capitulation du vice-roi, le duc d’Aoste, le 18 mai 1941. Le Journal du comte nous donne à assister à la fin des illusions d’une « guerre parallèle » que l’Italie fasciste a voulu mener aux côtés de l’Allemagne nazie. À partir du printemps 1941, le IIIe Reich est le seul initiateur stratégique de l’axe. Les notes de Ciano illustrent à la fois les aveuglements du Duce, mais aussi les relations souvent détestables entre les responsables fascistes. Ainsi le général Ugo Cavallero, chef d’état-major depuis le 4 décembre 1940, est-il éreinté par Ciano qui le déteste. Quant à Aldo Vidussoni, promu secrétaire du parti fasciste le 26 décembre 1941, il apparaît clairement comme un minus habens sous la plume de Ciano, totalement incapable d’assumer la lourdeur de sa charge. Certains propos rapportés seraient risibles s’il n’y avait pas mort d’homme. Le 21 juin 1940, Mussolini confie à son gendre : « C’est la matière qui me manque. Même Michel-ange avait besoin de marbre pour faire ses statues. S’il avait seulement eu de l’argile, il aurait été un simple potier. Un peuple qui a été une enclume pendant des siècles ne peut pas devenir un marteau en quelques années. »

17Le Journal de Ciano est également un témoignage accablant du fonctionnement interne du régime fasciste pendant la guerre. Outre les approximations, les querelles des militaires et l’absence de conduite affirmée à la tête du parti fasciste, se profilent les profiteurs de tous ordres autour du Duce, en particulier le clan Petacci, famille rapace de Claretta, la maîtresse du Duce, et tout particulièrement son frère Marcello. Le 20 novembre 1941, Ciano rapporte les propos de l’inspecteur général de police Leto : « Le docteur Petacci fait plus de mal au Duce que quinze batailles perdues. » Rongé par la situation militaire, par la dégradation de la situation intérieure, par le manque de direction claire dans un système extrêmement personnalisé, le régime fasciste perd progressivement ses assises sociales, situation de déliquescence qui aboutit à la crise de la fin juillet 1943, près de six mois après le renvoi de Ciano du ministère des affaires étrangères. Le 13 décembre 1942, le comte consigne les propos de monseigneur Montini, substitut à la secrétairerie d’État et futur pape Paul VI, que l’ambassadeur près le Saint-Siège lui rapporte lorsqu’il est question que le Duce laisse Rome afin d’éloigner les centres de commandement de la capitale : « Je crois qu’il devra faire une nouvelle marche sur Rome pour y revenir. » tout est dit sur l’érosion de plus en plus importante du consensus qui entourait le pouvoir.

18Ce second volume du Journal du comte Ciano n’a pu voir le jour, tout comme le premier, que grâce à la confiance et l’intérêt accordés par Virginie Czerniak, directrice scientifique des Presses universitaires du Midi, et de Bertrand Vayssière, directeur de la collection « Tempus ». Ma gratitude va également à Aurélie Abgrall dont la relecture fut précieuse. Qu’ils en soient à nouveau vivement remerciés.

19Nota bene : pour les personnages déjà cités dans le premier volume, se rapporter à celui-ci pour les notices biographiques.

Notes

1 Giuseppe Bastianini est l’ambassadeur d’Italie à Londres au moment de la déclaration de guerre.

2 Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universal Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p. 210.

3 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie. 1939-1943, Robert Laffont, coll. « Pavillons », Paris, 1947, p. 178. Leonardo Simoni est le pseudonyme de Michele Lanza.

4 Ibid., p. 213.

5 Ibid., p. 316.

6 Hassell Ulrich von, Journal d’un conjuré (1938-1944). L’insurrection de la conscience, Belin, Paris, 1996, p. 280.

7 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face. Rome-Berlin 1939-1943, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », Genève / Paris, 1948, p. 270.

8 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 322-324.

9 Ibid., p. 361.

10 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 361. Par contre, la presse allemande fait bonne figure. Ainsi, le Boersen Zeitung écrit : « Le comte Ciano a été nommé membre du Grand Conseil du fascisme. Son jugement et sa collaboration seront ainsi conservés à la direction de l’État fasciste. Les grands mérites du comte Ciano pour le renforcement de l’amitié italo-allemande et pour son définitif établissement dans l’alliance de l’axe, dont la solidité s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui à travers l’épreuve du feu, sont inscrits dans le Livre de l’Histoire et resteront inoubliables. » Cité dans le rapport de Dino alfieri du 7 février 1943 dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), Libreria dello Stato, Rome, 1990, doc. no 1, p. 2.

11 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, Tallandier, coll. « archives contemporaines », Paris, 2009, p. 60.

12 Ibid., p. 95.

13 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 365. Sur Ciano ambassadeur près le Saint-Siège, voir Casella Mario, Gli ambasciatori d’Italia presso la Santa Sede dal 1929 al 1943, Congedo, coll. « Università del Salento. Dipartimento Studi Storici dal Medioevo all’età Contemporanea. Saggi e Ricerche » (no 86), Galatina, 2009, p. 579-632.

14 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 58, p. 82.

15 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), doc. no 130, Libreria editrice Vaticana, Vatican, 1973, p. 255.

16 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 192, p. 242.

17 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 186, p. 331. Dans sa réponse, Mussolini explique qu’il est probable que les alliés, afin d’obtenir une capitulation sans condition, continuent de frapper le peuple italien sur une plus vaste échelle. Il rappelle également que lors de la crise de l’été 1939, il avait œuvré afin d’éviter le conflit. Ayant remercié le pape pour son intervention, le Duce conclut que l’Italie n’a pas d’autre alternative que de continuer le combat. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 312, p. 412.

18 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 446, p. 586.

19 Les alliés ont débarqué en Sicile le 10 juillet.

20 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 503, p. 650.

21 Ibid., doc. no 63, p. 90-91.

22 Ibid., doc. no 382, p. 502.

23 Ibid., doc. no 404, p. 525-526 ; Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini angelo, Graham Robert andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 241, p. 418.

24 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 267, p. 453-454.

25 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 460, p. 603.

26 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini angelo, Graham Robert andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 279, p. 468-471.

27 Chenaux Philippe, Pie XII. Diplomate et pasteur, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie », Paris, 2003, p. 264.

28 I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., doc. no 539, p. 699.

29 Blet Pierre, Schneider Burkhart, Martini Angelo, Graham Robert Andrew (dir.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 7 : Le Saint-Siège et la guerre mondiale (novembre 1942 – décembre 1943), op. cit., doc. no 311, p. 517-518.

30 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, Calmann-Lévy, Paris, 1949, p. 254. Ciano est également en contact avec le cardinal Carlo Lalotti, préfet de la Congrégation des rites. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., p. 534.

31 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 378.

32 Debyser Félix, « La chute du régime. Le 25 juillet 1943 », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 26, 1957, note 2, p. 31.

33 Grandi Dino, 25 luglio 1943, Il Mulino, Bologne, 1983, p. 206.

34 Brissaud andré, La Tragédie de Vérone, Librairie académique Perrin, Paris, 1971, p. 365.

35 Il craint également sa nature inconstante et que son rôle soit plus dommageable qu’utile. Dans Grandi Dino, 25 luglio 1943, op. cit., p. 238. Il est aussi fort probable que Grandi soit conscient de l’impopularité du gendre de Mussolini. Le 9 juin, lors d’une conversation à propos de la manière de sortir l’Italie de la guerre avec Leonardo Vitetti, directeur général des affaires d’Europe et de Méditerranée au ministère des affaires étrangères, le duc d’Acquarone explique : « Ciano est hors du coup. Je lui suis très attaché car il a vu juste et a été courageux mais il est détesté dans le pays et ce sont les fascistes qui le détestent le plus. » Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. X (7 febbraio – 8 settembre 1943), op. cit., p. 529.

36 Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 1985, p. 633.

37 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 333.

38 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 333-334.

39 Ibid., p. 337.

40 Ibid., p. 342.

41 Grandi Dino, 25 luglio 1943, op. cit., p. 259 ; Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 636.

42 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 350.

43 Mussolini Benito, Mémoires de Mussolini. 1942-1943 (« Al tempo del bastone e della carota »), Julliard, Paris, 1948, p. 91-92.

44 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 258.

45 Ibid., p. 259.

46 Ibid., p. 263.

47 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe. Du Capitole à la roche Tarpéienne, Presses de la Cité, Paris, 1957, p. 178-179.

48 Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile. Mémoires. 1922-1946, Plon, Paris, 1955, p. 343.

49 Chef du protocole du ministère allemand des affaires étrangères depuis 1938.

50 « Ils le tuent ! » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 457.

51 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, Fasquelle, Paris, 1958, p. 216-217.

52 en 1926, Mussolini rédige un testament dans lequel il fait de Costanzo Ciano son éventuel successeur.

53 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 217-218.

54 Heiber Helmut (dir.), Hitler parle à ses généraux, Perrin, coll. « tempus » (no 490), Paris, 2013, p. 182 et 185.

55 Ganapini Luigi, La Repubblica delle camicie nere, Garzanti, Milan, 2002, p. 134.

56 Si l’on en croit le Journal de von Hassell, Ciano aurait été photographié à son insu par un trou existant dans un des murs de la cellule. Dans Hassell Ulrich von, Journal d’un conjuré (1938-1944), op. cit., p. 371.

57 À la date du 9 novembre 1943, Goebbels prédit : « Il [NDA : Mussolini] a certes fait incarcérer son gendre, le comte Ciano, mais tous les initiés sont d’accord pour dire qu’il ne le fera pas condamner à mort. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, op. cit., p. 343-344.

58 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 224.

59 Le 4 avril 1944, la dépouille de Galeazzo Ciano est transférée à Livourne et inhumée à côté de celle de Costanzo Ciano au cimetière de la Purificazione.

60 Allusion à la mort de son époux le 26 juin 1939, de sa fille Maria le 22 octobre de la même année, de son fils exécuté.

61 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnole depuis 1936, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », Genève, 1947, p. 277.

62 Churchill Winston, Mémoires de guerre. II : Février 1941-1945, Tallandier, Paris, 2010, p. 421.

63 Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. II : L’heure tragique. Mai-décembre 1940. 2 : Seuls, Plon, Paris, 1949, p. 320.

64 Pour une présentation approfondie du comte Ciano, de sa carrière, de sa personnalité, de son Journal, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à l’introduction du premier volume.

Auteur

Philippe Foro

Maître de conférences à l’université Toulouse - Jean Jaurès et chargé de cours à l’institut catholique de Toulouse. Spécialiste de l’Italie contemporaine, il est notamment l’auteur de L’Italie fasciste (2006), L’Affaire Aldo Moro (2013) et le Dictionnaire de l’Italie fasciste (2014).