Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Juin

Texte intégral

11er juin. Audience chez le Roi. Il approuve la formule que je lui soumets. Il est désormais résigné, rien de plus que résigné à l’idée de la guerre. Il croit que la France et l’Angleterre ont encaissé des coups terriblement durs mais il attribue – et il a raison – beaucoup d’importance à l’éventuelle intervention américaine. Il sent que le pays entre en guerre sans enthousiasme : il y a aujourd’hui une propagande interventionniste mais il n’y pas un élan comparable à celui de 1915 : « Ceux qui parlent de guerre brève et facile s’illusionnent. Il y a encore beaucoup d’inconnues et l’horizon est bien différent de celui de mai 1915. » C’est ainsi que le Roi a conclu.

2Christich fait savoir la satisfaction de Belgrade pour la communication d’avant-hier et donne les plus amples assurances d’une neutralité totale et presque bienveillante.

3Je donne à Phillips la réponse du Duce. En bref, elle est la suivante : l’Amérique n’a pas plus d’intérêts en Méditerranée que l’Italie n’en a en mer des Caraïbes. Il est donc inutile pour Roosevelt d’insister : qu’il se rappelle au contraire que ses pressions ne font que renforcer toujours plus Mussolini dans sa ligne de conduite désormais adoptée.

4Mackensen porte au Duce la réponse écrite d’Hitler. La nouvelle de notre intervention a été accueillie par le chancelier avec enthousiasme. Mais il demande que la date soit reportée de quelques jours car il entend prochainement lancer une importante attaque contre les aéroports français. Il craint que le début de l’action italienne ne détermine un déplacement des forces aériennes françaises et ne déjoue son plan de destruction. En principe, le Duce est d’accord, également parce que le retard nous convient pour terminer les derniers préparatifs en Libye : plutôt que le 8, il penche pour le 11, « date fatidique pour lui ».

  • 1 « Le comte Ciano fait savoir que si M. Mussolini répondait à la note du 30 mai, ce serait en termes (...)

5Poncet me parle de la note de Daladier. D’après mes réponses, il comprend qu’il n’y a plus désormais à se bercer d’espérances et d’illusions : le choix de Mussolini s’est fixé sur l’épée. Poncet n’insiste pas pour une réponse. Au contraire, si celle-ci devait être ouvertement polémique, il est préférable qu’il n’y en n’ait pas car « il y a toujours un avenir et il ne faut pas s’imaginer qu’après la guerre, il n’y aura pas de contacts entre la France et l’Italie ». Il ne se prononce pas sur la situation : il croit que la partie n’est pas terminée et que les deux grandes batailles qu’Hitler devra engager – celle pour Paris et surtout celle pour Londres – peuvent encore réserver beaucoup de surprises1.

6Aujourd’hui au golf. Bottai, qui est un des rares à avoir gardé la tête sur les épaules face à un tel interventionnisme du monde officiel, m’a proposé la fondation d’un nouveau parti : celui des interventionnistes de mauvaise foi !

72 juin. Le Duce rédige la réponse à Hitler. Quoique le retard soit utile pour compléter l’armement de la Libye, Mussolini, qui avait fixé la date du 5, est ennuyé de devoir la repousser. Il choisit le 11. En soirée, Mackensen demande en urgence une audience et, au nom d’Hitler, retire la réserve faite dans la communication précédente. Au contraire, une anticipation de notre intervention serait grandement appréciée. Celle-ci n’est maintenant pas possible. Nous avons déplacé quelques divisions et une déclaration de guerre avant le 11 nous surprendrait en plein mouvement. On confirme la date du 11 comme date définitive : il suffit qu’Hitler donne son accord. La décision prise, Mussolini devient, comme toujours, serein et sûr de lui.

8En soirée, je vois longuement Balbo qui se prépare à retourner en Libye. Il est décidé à faire de son mieux mais ne croit pas qu’il s’agira d’une guerre rapide et facile. L’armement mis à sa disposition est seulement suffisant pour un conflit de courte durée. Mais si les prévisions en ce sens s’avéraient fausses ? Comme il est un soldat, il se battra avec la plus grande décision. Naturellement, il ne retire aucune de ses réserves sur toute la politique de l’Axe. Balbo ne discute pas avec les Allemands : il les hait et c’est cette haine incurable qui guide tout son raisonnement.

  • 2 300 avions de la Luftwaffe bombardent Paris, faisant environ 250 morts.

93 juin. Alfieri télégraphie l’accord d’Hitler. En réalité, les bombardements de Paris et des autres aéroports français prouvent qu’il a déclenché son action2.

  • 3 Victor-Emmanuel III est né le 11 novembre 1869.

10Mussolini dit que le Roi a également trouvé bonne la date du 11, autant pour le bref délai que ceci nous a accordé que parce que c’est la date de sa naissance3 et que son numéro de conscription est le 1111. Maintenant que l’épée est tirée, le Roi, comme tous les Savoie, se prépare à être un soldat et seulement un soldat.

11Sir Percy Loraine est venu me voir sous prétexte de petites affaires courantes. Nous parlons déjà comme des représentants de deux pays en guerre, même si nos rapports personnels sont très bons. Il est triste mais serein. Il reconnaît que les deux ou trois prochains mois seront extrêmement critiques pour les Alliés, mais que s’ils parviennent à tenir bon, l’Allemagne est perdue. Il voudrait personnellement participer à la guerre. Je lui réponds que je ne souhaite pas discuter : maintenant que mon pays est en guerre ou le sera d’ici peu, je ne veux pas partager ses prévisions et je ne peux même pas les permettre.

124 juin. Conseil des ministres. Alors que tous s’attendaient à de grandes sensations politiques, le Duce a eu la coquetterie de donner à la réunion du jour « un caractère strictement administratif, ce qui n’était pas arrivé en 18 ans ». Aucune déclaration, sauf en début de séance où Mussolini a dit : « Voici le dernier Conseil des ministres de temps de paix » et est passé à l’ordre du jour.

  • 4 Devant s’absenter de Rome pour ces raisons militaires, un cabinet annexe du ministère des Affaires (...)

13J’ai mis au point ma position militaire pendant la guerre. J’assume le commandement d’un groupe de bombardiers à Pise. J’ai choisi cette base car c’est la plus avancée vers la Corse et parce qu’il m’est cher de combattre là où mon père repose du sommeil éternel. Le Duce a approuvé ma décision de m’engager et de laisser Rome pour Pise car il préfère que je fasse le « soldat-ministre » plutôt que le « ministre-soldat4 ».

  • 5 Alors que la poche de Dunkerque continue à être le lieu de combats jusqu’au 4 juin, avec l’exploit (...)

145 juin. Les Allemands ont attaqué le front de la Somme5. Nous manquons pour l’instant d’informations, mais chacun a la conviction qu’ils passeront assez facilement : le moral français ne s’est pas encore relevé et l’organisation défensive est nécessairement incomplète. Sommes-nous alors arrivés à la bataille décisive ? En ce qui nous concerne, rien de changé au programme. Seul changement : le Duce, qui pensait d’abord déchaîner l’attaque aérienne contre la France dès le début, a décidé de bombarder les ports anglais de Méditerranée et de rester en observation vis-à-vis de la France. « À moins, a-t-il conclu, qu’avant lundi, ils n’aient reçu un nouveau coup des Allemands et que notre action serve à terminer l’opération. »

156 juin. J’ai trouvé le Duce irrité contre le Roi au sujet de la question du commandement suprême. Il espérait que le Roi aurait cédé sans autre procédé. Au contraire, Sa Majesté a écrit une lettre dans laquelle elle répète qu’elle assume le commandement et qu’elle confie à Mussolini la conduite politique et militaire de la guerre. Mussolini trouve qu’il s’agit « d’une formule ambiguë qui lui donne ce qu’il a pratiquement depuis 18 ans ». Grand désappointement du Duce qui se propose d’écrire au Roi qu’il vaut mieux laisser les choses comme elles sont et ajoute : « À la fin de la guerre, je dirai à Hitler de liquider tous ces absurdes anachronismes que sont les monarchies. »

  • 6 Le 5 juin, Paul Reynaud remanie son gouvernement. Si le président du Conseil se sépare de Daladier, (...)

16Peu de nouvelles sur la bataille de la Somme : les Allemands gagnent du terrain, mais un véritable effondrement ne semble pas être advenu. Les Français, qui désormais sont accrochés sur leur sol, se battent avec leur valeur habituelle, même si l’espoir a disparu en grande partie. Le remaniement du cabinet Reynaud a été interprété comme un signe d’écroulement politique6.

177 juin. Rien de nouveau en Italie. Sur le front français, une lutte très dure continue. Sur de nombreux points du front, les Français ont dû se replier mais il n’y a pas encore de signe de vraie rupture. Le public suit avec une anxiété sans précédent les vicissitudes de cette bataille : il sait que se jouent sur la Somme des cartes décisives pour l’histoire du monde.

18Visite quasi d’adieu de Percy Loraine. Il est triste et ressent pleinement la gravité de l’heure pour son pays. Mais il parle avec une imperturbable fermeté de lutte à outrance et confirme sa foi en la victoire finale, « car les Anglais n’ont pas l’habitude d’être battus ». Il se préoccupe personnellement du voyage de retour (à propos duquel j’ai veillé pour que lui et ses collaborateurs aient un parfait traitement) et d’un poulain qu’il devra laisser en Italie.

198 juin. La bataille continue. Nouveaux progrès allemands mais on ne peut pas encore parler d’une rupture du front. La résistance française se fait de plus en plus tenace, entêtée, héroïque. Mussolini me lit le discours qu’il fera lundi à 18 heures quand sera convoqué le rassemblement national. C’est un appel au peuple, dans son style classique, dans lequel il indique brièvement les raisons de notre intervention.

20Même le Duce suit avec anxiété le sort de la bataille en cours et il est content de la résistance française, car « finalement les Allemands sont en train de s’user et n’arriveront pas à la fin de la guerre trop frais et forts ».

  • 7 Moscou nomme Nicolas Gorelkine comme ambassadeur soviétique en Italie.

21Accord sur le retour de Rosso à Moscou et de l’ambassadeur soviétique à Rome : Ribbentrop en sera satisfait car il avait fait de ce rapprochement un des grands objectifs de sa politique7. Pourtant, il y a quelque chose qui n’est pas clair dans la conduite du Kremlin vis-à-vis de l’Allemagne.

229 juin. Une rapide avancée allemande semble signaler désormais le sort irrévocable de la bataille. Selon Badoglio, elle sera encore dure et longue, surtout à cause du terrain.

23Ce matin, le Duce était irrité contre les Allemands suite à une interception téléphonique d’où il résultait que Ribbentrop voulait avoir le texte du discours de Mussolini. « Il est toujours le même malotru présomptueux, a-t-il dit. Je ne suis pas son serviteur et ne le deviendrai jamais. »

  • 8 François-Poncet apporte une version quelque peu différente dans son livre de souvenirs : « La Franc (...)

24Poncet vient prendre congé. Il est triste et dépressif. Il admet désormais la défaite de son pays. À titre personnel, il pencherait pour une paix séparée mais ne sait pas quelles sont les intentions de son gouvernement8. Ce serait peut-être pour la France le moindre mal : la continuation de la guerre représenterait une effroyable destruction de civilisation, de richesses, de vies. Poncet a pleuré. Mais il a répété que la France voulait au moins sauver l’honneur militaire dans une lutte sans espoir : trois contre un, cinq contre un. Nous nous sommes salués avec une émotion qu’aucun d’entre nous n’est parvenu à cacher. Poncet est un homme comme nous : c’est un latin.

25Mackensen apporte au Duce un message d’Hitler arrivé en avion. C’est un vœu pour notre prochaine entrée en guerre. Il accepte la proposition des bersagliers et offre, en échange, quelques régiments de chasseurs alpins. Il décrit avec un sobre optimisme les phases de la bataille de France.

  • 9 François-Poncet rapporte le dialogue en d’autres termes : « Ciano m’accueille debout, en uniforme d (...)

2610 juin. Déclaration de guerre. Je reçois Poncet en premier qui cherchait à ne pas trahir son émotion. Je lui ai dit : « Vous avez probablement compris pourquoi je vous ai fait venir. » Il a répondu : « Quoique je sois peu intelligent, cette fois j’ai compris. » J’ai souri l’espace d’un instant. Après avoir lu la déclaration de guerre, il a répliqué : « C’est un coup de poignard à un homme à terre. Je vous remercie néanmoins d’avoir utilisé un gant de velours. » Il a continué en disant qu’il avait prévu tout cela depuis deux ans et qu’il n’avait plus espoir de l’éviter depuis la signature du pacte d’Acier. Il ne se résignait pas à me considérer comme un ennemi, ni ne pouvait considérer un Italien comme tel. Puisqu’à l’avenir il faudrait retrouver une formule de vie européenne, il espérait que ne se creuse pas entre l’Italie et la France un fossé impossible à combler : « Les Allemands sont des maîtres durs. Vous vous en apercevrez vous aussi. » Je n’ai rien répondu. Le moment ne me semblait pas être à la polémique. « Ne vous faites pas blesser », a-t-il conclu en faisant allusion à mon uniforme d’aviateur et m’a serré la main9. Sir Percy Loraine a été plus laconique et imperturbable. Il a écouté ma communication sans sourciller, ni pâlir. Il s’est limité à écrire la formule exacte que j’ai utilisée et a demandé s’il devait la considérer comme un préavis ou comme la véritable déclaration de guerre. Ayant su qu’elle était la déclaration de guerre, il s’est retiré avec dignité et courtoisie. Sur le pas de la porte, nous nous sommes échangé une longue et cordiale poignée de main.

  • 10 « Une heure, signifiée par le destin, sonne dans le ciel de notre patrie. C’est l’heure des décisio (...)

27Mussolini parle depuis le balcon du palais de Venise10. La nouvelle de la guerre ne surprend personne et ne provoque pas d’enthousiasme excessif. Je suis triste, très triste. L’aventure commence. Que Dieu assiste l’Italie.

Notes

1 « Le comte Ciano fait savoir que si M. Mussolini répondait à la note du 30 mai, ce serait en termes désagréables et que, dans ces conditions, il valait mieux s’abstenir de toute réponse. Il ajoute que la décision de M. Mussolini d’entrer en guerre était prise de façon définitive. Seule la date reste incertaine. Nous sommes ainsi mis en présence d’une déclaration de guerre à termes, fait sans précédent dans l’histoire. » Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1940. Tome I (1er janvier – 10 juillet), op. cit., doc. no 358, p. 753.

2 300 avions de la Luftwaffe bombardent Paris, faisant environ 250 morts.

3 Victor-Emmanuel III est né le 11 novembre 1869.

4 Devant s’absenter de Rome pour ces raisons militaires, un cabinet annexe du ministère des Affaires étrangères est installé dans une villa de Livourne pour que Ciano puisse suivre les dossiers à traiter.

5 Alors que la poche de Dunkerque continue à être le lieu de combats jusqu’au 4 juin, avec l’exploit réalisé de l’évacuation de 338 226 soldats alliés, le général Weygand regroupe ses forces encore disponibles sur la Somme afin de tenter d’arrêter l’avancée allemande. L’offensive allemande débute à 4 heures du matin, mais les Français parviennent à tenir l’essentiel du front toute la journée. Ils ne cèdent qu’après trois jours d’intenses combats.

6 Le 5 juin, Paul Reynaud remanie son gouvernement. Si le président du Conseil se sépare de Daladier, ce qui l’amène à cumuler les portefeuilles de la Défense et des Affaires étrangères, il s’adjoint deux hommes aux options antinomiques : le général Charles de Gaulle, sous-secrétaire d’État à la Défense nationale et à la Guerre et partisan du maintien de la France dans la guerre, et Paul Baudouin, responsable d’une mission diplomatique à Rome en février 1939, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, italophile et partisan de négociations avec l’Allemagne. Dans Tellier Thibault, Paul Reynaud, op. cit., p. 603-608.

7 Moscou nomme Nicolas Gorelkine comme ambassadeur soviétique en Italie.

8 François-Poncet apporte une version quelque peu différente dans son livre de souvenirs : « La France, selon lui [Ciano], devrait conclure une paix séparée. Je lui avais déjà dit, je lui répète que la France a la conscience pure, qu’elle luttera jusqu’au bout, pour l’honneur, et qu’elle fera face à toutes les éventualités. » Dans François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 177.

9 François-Poncet rapporte le dialogue en d’autres termes : « Ciano m’accueille debout, en uniforme de commandant d’aviation. Il paraît moins à l’aise et plus embarrassé que d’habitude : “Vous savez, me dit-il, de quoi il s’agit.” Je lui réponds qu’il n’est pas besoin d’être très intelligent pour le comprendre : “Votre uniforme est assez éloquent. Vous m’avez d’ailleurs, annoncé à l’avance ce qui allait arriver. ” Ciano me notifie, au nom de son roi, la déclaration de guerre. “Ainsi, lui ai-je dit, vous avez attendu que nous fussions à terre pour nous donner un coup de poignard dans le dos. À votre place, je n’en serai pas fier !” Ciano rougit : “Mon cher Poncet, réplique-t-il, tout cela ne durera que peu de temps. Nous nous retrouverons bientôt autour d’un tapis vert. – À condition, objectai-je, que vous ne soyez pas tué ! J’ajoute que je suis curieux d’apprendre les raisons pour lesquelles l’Italie nous déclare la guerre. – Vous le savez aussi bien que moi, rétorque le ministre. C’est en raison des engagements que nous avons contractés ! – Je ne pourrai pas, lui dis-je encore, me résigner à considérer un Italien comme un ennemi. Après la guerre, la vie européenne reprendra. Bien coupables seraient ceux qui laisseraient se creuser entre l’Italie et la France un fossé plein de sang !” Sur ces mots nous nous séparons, également émus, l’un et l’autre. Nous ne devions plus jamais nous revoir. » Ibid., p. 178-179.

10 « Une heure, signifiée par le destin, sonne dans le ciel de notre patrie. C’est l’heure des décisions irrévocables. La déclaration de guerre a déjà été annoncée aux ambassadeurs de Grande-Bretagne et de France. Nous descendons sur le champ de bataille contre les démocraties ploutocratiques et réactionnaires de l’Occident qui ont toujours empêché la marche, voire l’existence même du peuple italien. […] Peuple italien ! Cours aux armes et démontre ta ténacité, ton courage, ta valeur ! » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 403-405.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540