Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Mars

Texte intégral

  • 1 Suite à cette décision, six bateaux italiens chargés de charbon allemand sont interceptés par la Ro (...)

11er mars. La presse anglaise fait savoir qu’à partir d’aujourd’hui, le charbon allemand est considéré comme marchandise de contrebande et donc confisqué1. Nous aurons des moments de graves difficultés avant que l’approvisionnement puisse être régularisé depuis l’Angleterre, sans compter les difficultés de paiement. Le Duce a mis à disposition 1 milliard en or de la Banque d’Italie : avec le Rex partiront des lingots pour une valeur de 2 millions de dollars. Amputé de ce milliard, la réserve d’or est d’environ de 1 300 millions, contre un déficit de la balance des paiements de 4 000 millions prévu pour l’année en cours. Mais même face à cette difficulté, le Duce répète que jamais un régime n’est tombé pour des raisons financières ou économiques. Aujourd’hui, il a loué les grandes visions politiques d’Hitler qui aurait en tête « un vrai plan régulateur de la vie européenne » basé sur l’échange de populations afin de faire coïncider frontières politiques et frontières ethniques.

2Revel n’est pas pessimiste en matière financière et j’en suis surpris. Aujourd’hui, au golf, il m’a expliqué une théorie extravagante selon laquelle l’or ne vaudra plus rien et que nous serons riches en vendant les œuvres d’art. La vérité est que Revel est un couillon et qu’il s’est désormais mis en tête de faire l’interventionniste à outrance afin de plaire au patron. Aussi est-il dangereux car le ministre des Finances, s’il était honnête et capable, devrait au contraire servir de frein.

32 mars. Le blocus du charbon provoque de nombreuses réactions dans la presse internationale et également une certaine émotion à l’intérieur. Le Duce croit nécessaire d’envoyer une note de protestation au gouvernement britannique en lui donnant une connotation plutôt rude. Il dicte lui-même les phrases de conclusion de la note qui sont âpres et menaçantes.

4Je reçois sir Noel Charles, qui remplace l’ambassadeur malade. Il veut donner quelques précisions sur la décision prise, mais elles sont de peu d’importance. Je saisis l’occasion pour lui dire, en bon ami des Anglais, que le contrôle sur le charbon appartient à ce genre de mesures qui servent à pousser l’Italie dans les bras de l’Allemagne. Il serait absurde de ne pas admettre que les actions britanniques ont perdu aujourd’hui de nombreux points.

5Charles communique également le prochain envoi de nouvelles forces au Moyen-Orient, ce qui ne doit pas être mis en relation avec la situation balkanique.

63 mars. Le Duce approuve la note de mon entretien et sa conclusion qui est ferme et correcte afin de ne pas rompre les ponts pour de futures négociations. Mackensen vient me voir. Je lui donne copie de la note. Il a des instructions pour dire que la presse allemande est à notre disposition pour attaquer la Grande-Bretagne sur la question du charbon. Le jeu de Berlin est clair : ils veulent à tout prix exaspérer les rapports entre nous et Londres. Je n’ai pas la moindre intention de leur en donner l’occasion. Je remercie Mackensen mais le dispense de toute action. Nous sommes en mesure de nous défendre par nos propres moyens.

7Guariglia envoie un rapport intéressant et très courageux sur les relations italo-françaises. Il finit par proposer des négociations et la conclusion d’un accord. Quoique le rapport contienne des phrases et des arguments qui vont certainement déplaire au Duce, je décide de le lui soumettre aussi car c’est un travail qui pourra influencer utilement sa pensée.

  • 2 Le 9 mai 1938, dernier jour du voyage officiel d’Hitler en Italie débuté le 3 mai, le Führer et le (...)

8Avec le Duce, on parle de l’éventuelle exportation d’œuvres d’art. Il y est favorable, pas moi. Il n’aime pas les objets d’art et déteste surtout la période de l’histoire au cours de laquelle les grands chefs-d’œuvre ont été produits. Il se rappelle – et je m’en rappelle moi aussi – avoir éprouvé une sensation d’ennui et de fatigue physique le jour où il fut contraint de suivre Hitler dans une lassante visite du palais Pitti et des Offices2.

94 mars. J’accompagne chez le Duce le général Marras, qui est très pessimiste sur l’état d’esprit des Allemands à notre égard. Malgré le respect formel, il est convaincu que les Allemands maintiennent intacts contre nous leur haine et leur mépris, aggravés par ce qu’ils appellent la seconde trahison. Aucun objectif de guerre ne serait autant populaire en Allemagne, pour les anciennes comme pour les nouvelles générations, qu’une descente en armes vers les ciels bleus et les mers chaudes. Tout ceci et d’autres choses ont été franchement dites par Marras au Duce qui en a été secoué. Il a répété sa théorie de la guerre parallèle et il a encore une fois confirmé que l’Italie n’entrera jamais en guerre aux côtés des puissances occidentales. Le Duce en est sûr.

  • 3 Giuseppe Bodini est chef d’état-major de la Gioventù italiana del Littorio.

10Bodini3 fait également un rapport de son voyage en Allemagne mais il est très superficiel. Deux éléments en émergent : la conviction d’une prochaine offensive et la certitude allemande d’avoir remporté la guerre en septembre. Quelle amère désillusion si les hivers prochains les trouvent encore dans les tranchées !

115 mars. Le consul américain à Naples, afin de faire un rapport sur l’état d’esprit du peuple italien, a interrogé un mendiant qui lui a répondu ne pas craindre la guerre mais la révolution. Le rapport, tombé dans les mains du Duce, l’a beaucoup diverti : « Même les mendiants sont si heureux de leur sort sous le régime fasciste qu’ils craignent une révolution. » Ceci a été sa conclusion. Mais comme ministre des Affaires étrangères, je pense avec horreur aux sources d’information des consuls, y compris les nôtres.

12Long entretien avec le Roi. Je l’ai trouvé indisposé par l’attitude anglaise, mais sans que cela n’ait changé en rien son sentiment antiallemand :

13« Je suis sur le livre noir de l’Allemagne, a-t-il dit.

14– C’est exact, Majesté. En tête de liste. Mais si vous me permettez l’audace, je suis tout de suite après.

15– Je le crois également mais cela nous honore aux yeux de l’Italie. »

16Tel est le ton de notre entretien. Je n’ai pas hésité à lui dire que je considèrerais la victoire allemande comme le plus grand désastre pour notre pays. Il m’a demandé ce que nous pourrions obtenir des Alliés : « Sauver la liberté de l’Italie que l’hégémonie allemande compromettrait pour des siècles. » Il était d’accord.

  • 4 Cet entretien est l’occasion pour André François-Poncet d’analyser à nouveau la position et le cara (...)

17Je cherche, en vain, à calmer les anxiétés de François-Poncet, très préoccupé par la reprise des manifestations germanophiles de la presse, du Parti et surtout du Duce4.

186 mars. Le Duce est toujours plus irrité par la question du charbon. Les premiers cargos ont été arraisonnés hier, ponctuellement selon la communication de Percy Loraine, malgré quelques notes de presse et l’optimisme du ministre des Communications qui avaient fait espérer un délai. Mussolini, encore plus que les conséquences pratiques, est indigné par la violence qu’il doit subir : « D’ici peu, les canons tireront d’eux-mêmes car il n’est pas possible que moi, seulement moi, sois devenu la risée de l’Europe. Je ne fais que subir des humiliations. Dès que je serai prêt, je ferai se repentir les Anglais. Mon intervention dans la guerre signifiera leur défaite. » Le Duce – malheureusement – se fait encore trop d’illusions sur nos possibilités d’un réarmement rapide. La situation est encore difficile et sera aggravée par le manque de charbon. Peut-être entrerons-nous en guerre, mais nous serons impréparés et désarmés.

19Pour la première fois, j’ai trouvé quelqu’un qui veut faire tout de suite la guerre avec les Allemands contre la France et l’Angleterre. Ce n’est rien de moins que l’intrépide Cesare Maria De Vecchi di Val Cismon ! Les Américains disent que chaque minute naît un imbécile : il suffit de le trouver. Cette fois je l’ai trouvé. C’est surtout un vaniteux qui rêve de maréchalat et de décorations qu’il espère conquérir avec le sang des autres.

  • 5 Dans un rapport du 6 mars, Giuseppe Bastianini précise que la Grande-Bretagne est prête à fournir d (...)

207 mars. La situation créée par la confiscation du charbon n’a pas changé, quoique Bastianini signale depuis Londres quelques indices d’évolution dans l’attitude britannique5. Mussolini couve son exaspération. Ce matin, il prononçait les dents serrées de nouvelles et imprécises menaces contre les Anglais. Puis il a dit : « L’Angleterre sera battue, inexorablement battue. Ceci est une vérité certaine que toi – toi également – tu ferais bien de te mettre dans la tête. » En sept années de contacts quotidiens, c’est la première fois qu’il me prend à partie personnellement. Si je tenais plus au poste qu’à ma conscience, je devrais être très préoccupé. Inversement, je suis tout à fait tranquille. Je sais servir honnêtement mon pays et lui-même que j’aime et à qui je dois tant.

  • 6 En dépit de l’accord du 26 août 1939 instituant une province (banovine) de Croatie et de Dalmatie a (...)

21Le ministre de Yougoslavie est préoccupé par les événements en Croatie et demande d’augmenter la surveillance de Pavelic6. Je lui donne tout de suite les plus grandes assurances.

228 mars. Coup de théâtre cher au mauvais goût des Allemands. Von Mackensen communique que Ribbentrop sera à Rome dimanche, porteur de la réponse d’Hitler au Duce. En grand secret, il ajoute qu’il fera également une visite d’hommage au Saint-Père. Je téléphone à Mussolini en soulignant l’inopportunité de cette initiative alors que l’affaire du charbon a rendu délicates les relations entre nous et Londres. Mais le Duce se montre au contraire satisfait et il ne me reste plus qu’à communiquer notre plein accord pour la visite.

23Franchement, pour ma part, cela ne me plaît guère, voire pas du tout. Cela produira une formidable émotion dans le monde et ce n’est pas le moment de jeter de l’huile sur le feu. De plus, je redoute le contact direct des Allemands avec le Duce. Ces derniers temps, il a raidi son hostilité envers les Alliés. La pensée de la guerre le domine et le dominera encore plus lorsque l’offensive sur le front occidental aura débuté. Son tempérament agressif supportera l’immobilité encore plus à contrecœur. En l’état actuel des choses, Ribbentrop n’aura pas besoin d’un grand art oratoire pour pousser le Duce vers une entreprise qu’il souhaite de toute son âme. Quant à la visite au Pape, j’estime qu’il s’agit d’un geste aussi déclamatoire qu’inutile.

  • 7 Cet accord prévoit la restitution des navires italiens contre la promesse de faire désormais transi (...)

249 mars. Il a été finalement possible de trouver un accord avec les Anglais au sujet des cargos arraisonnés. Ils ont été rendus avec leur cargaison de charbon à condition qu’aucun de nos bateaux envoyés ultérieurement dans les ports du Nord ne chargent du charbon allemand7. Je dis à Charles que cette nouvelle me fait, ce soir, un plaisir tout particulier, et lui – qui est beaucoup plus éveillé qu’il ne veut le montrer – réplique que ma déclaration le dispense de toute demande qu’il aurait voulu me faire au sujet de la visite de Ribbentrop, visite qui sera très impopulaire en Italie.

25Je dis à Pavolini que la presse mette bien en relief le communiqué de l’accord avec Londres. Cela ne plaira pas à Ribbentrop mais permettra d’équilibrer, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières, la désagréable impression de sa venue.

  • 8 Sur ce dernier point, Hitler écrit : « Je crois, cependant, Duce, que sans aucun doute l’issue de c (...)
  • 9 Par exemple à propos de l’absence de volonté révolutionnaire au sein du pouvoir soviétique : « Le m (...)
  • 10 Voici une partie des propos de Ribbentrop tels que Ciano les confia à Dino Alfieri : « Le Führer a (...)

2610 mars. La rencontre à la gare est plutôt froide. Même la foule rassemblée à grand-peine par le secrétaire fédéral manifeste avec un grand sens de la mesure. Pendant le trajet en voiture, Ribbentrop dit que le beau temps fait approcher le moment de l’action et prononce avec arrogance cette phrase : « Dans quelques mois, l’armée française sera détruite et les seuls Anglais restés sur le continent seront des prisonniers de guerre. » Il répète la même phrase au Duce pendant l’entretien. Il est porteur d’une lettre d’Hitler. C’est un long document dans lequel de nombreuses choses ne sont pas essentielles, mais où deux points fondamentaux sont réaffirmés : il entend résoudre la question par les armes et la place de l’Italie sera inévitablement aux côtés de l’Allemagne8. Ces idées sont diluées par Ribbentrop dans de nombreuses paroles9. Mussolini écoute et se réserve pour répondre demain après avoir médité sur la lettre et l’entretien. Mais il s’associe tout de suite à l’affirmation que la place de combat pour le fascisme est aux côtés du nazisme. L’entretien est assez cordial mais sans élan ni d’un côté, ni de l’autre10.

27Restés seuls, Mussolini dit ne pas croire à l’offensive allemande, ni à son plein succès. Il n’a pas encore fait le point. Il veut méditer plus longtemps. Pour aujourd’hui, Ribbentrop n’a marqué aucun avantage décisif dans le jeu.

  • 11 « Jamais plus forte qu’en ce moment ne s’est manifestée la nécessité pour l’Italie d’avoir libre ac (...)

2811 mars. Aujourd’hui, Mussolini a parlé. Comme pour l’entretien d’hier, il a été fait un compte rendu qui sera conservé par ailleurs. Le Duce s’est exprimé avec calme, a évité les grandes phrases, mais n’a pu s’empêcher de répéter quelques engagements qu’il entend tenir mais qui sont surtout ses plus intimes convictions. Il a déclaré, toujours en se réservant le choix de la date, qu’il entend intervenir dans le conflit, luttant pour une guerre parallèle à celle de l’Allemagne, c’est-à-dire en fait en s’associant à elle. Principale raison de ceci : la prison qu’est la Méditerranée11. Ribbentrop a cherché à mettre le plus de points sur les i, demandant de renforcer nos troupes à la frontière française afin d’obliger à une concentration de troupes de l’autre côté. Il a ensuite proposé, à brève échéance, une rencontre entre Hitler et Mussolini au Brenner. Le Duce a tout de suite accepté la proposition, que je trouve actuellement dangereuse pour ses conséquences immédiates et pour ses effets lointains. Je chercherai à en reparler au Duce.

  • 12 La visite de Ribbentrop à Rome est également marquée par une audience du ministre allemand au Vatic (...)
  • 13 Dans son rapport, Ribbentrop semble ne pas connaître les intentions finales de Mussolini : « Je n’a (...)

29Ainsi s’est conclue la visite de Ribbentrop12. S’il voulait renforcer l’Axe, il a réussi. Si, par contre, il voulait accélérer notre intervention, il n’a pas atteint son but, quoique Mussolini se soit laissé aller à quelques nouvelles et inutiles compromissions13.

  • 14 Il convient de noter que Ciano n’évoque pas dans son Journal le traité de Moscou entre l’Union sovi (...)

3012 mars. Ce matin, Mussolini a demandé avec insistance les relations des entretiens d’hier qui devaient être envoyées de Berlin. Il craint – dit-il – qu’il n’y ait quelques inexactitudes mais en vérité il pense être allé trop loin dans les engagements à combattre contre les Alliés. Il voudrait maintenant – et ceci est une idée qui lui revient constamment – dissuader Hitler d’une offensive terrestre. Pour le Duce, l’inaction, qui lui est déjà dure à supporter, deviendrait extrêmement pénible si les armées du Reich entraient véritablement dans la lutte. Aussi espère-t-il influer sur Hitler et c’est ce résultat qu’il attend de la rencontre du Brenner. Je m’exprime en sens contraire. Désormais, les Allemands savent que le Duce est opposé à une offensive terrestre, mais ils annoncent cependant qu’ils la feront. Il est donc inutile d’insister. Mais si l’offensive est précédée par une rencontre au Brenner, on n’enlèvera jamais des épaules de Mussolini une partie de la responsabilité du massacre imminent. Il n’est pas nécessaire de se cacher que le Duce est fasciné par Hitler, d’autant plus que cette fascination s’exerce dans le sens de sa nature la plus profonde : l’action. Le Führer obtiendra du Duce beaucoup plus que n’en a obtenu Ribbentrop. Avec la prudence nécessaire, j’ai dit ceci au Duce qui en a convenu en partie. Mais il a objecté qu’il ne pouvait désormais décliner la proposition d’entretien avec Hitler. En cela, il a peut-être raison. Il ne reste plus qu’à multiplier les recommandations de prudence14.

3113 mars. Ribbentrop téléphone afin de demander de fixer le rendez-vous au Brenner pour le lundi 18 mars. Mussolini a tout d’abord un mouvement d’humeur : « Ces Allemands sont insupportables. Ils ne donnent ni le temps de réfléchir, ni de respirer. » Mais il conclut que la rencontre devant avoir lieu, autant qu’elle ait lieu tout de suite. Il confirme à Ribbentrop la date proposée par celui-ci. Cependant, le Duce est nerveux. Jusqu’ici, il a vécu dans l’illusion que la vraie guerre ne se ferait jamais. La perspective d’un choc imminent auquel il resterait étranger l’indispose et – comme il le confesse – l’humilie. Il espère encore – mais toujours moins – pouvoir influencer Hitler et le faire renoncer à son idée d’attaquer.

  • 15 Dans son rapport, François-Poncet indique des propos de Ribbentrop, signalés par Ciano, considérant (...)

32Poncet voudrait des nouvelles. Je suis très réservé avec lui mais je ne lui cache pas que j’estime le choc désormais imminent. Je confirme, en ce qui nous concerne, le maintien de la ligne politique suivie jusqu’ici15.

33Casertano réfère sur le fonctionnement du Parti : désastreux. Muti, auprès duquel il ne tente plus aucun effort, se révèle présomptueux, susceptible et, comme cela arrive, moins dévoué que je ne le croyais. Il ne reste plus qu’à l’abandonner à son destin.

3414 mars. Au golf, le comte Acquarone, ministre de la Maison royale, m’approche. Il parle ouvertement de la situation en termes préoccupés et assure que le Roi est au courant du malaise qui perturbe le pays. Selon lui, Sa Majesté sent que, d’un moment à l’autre, pourrait se présenter à lui la nécessité d’intervenir pour donner un cours différent aux événements. Il est prêt à le faire avec la plus grande énergie. Acquarone répète que le Roi a envers moi « plus que de la bienveillance mais une véritable affection et une grande confiance ». Acquarone – je ne sais pas s’il s’agit d’une initiative personnelle ou s’il agit sur ordre – voulait porter la conversation plus avant mais je m’en suis tenu à des généralités.

  • 16 Voir le Journal aux dates des 11-13 août 1939, p. 301-302.

35Mussolini est toujours plus préoccupé par la rencontre du Brenner. Il voudrait qu’Hitler lui fournisse un document – sous forme d’un communiqué – qui le laisserait libre de ne pas intervenir même lorsque les hostilités commenceront sur le front occidental. Cela me semble difficile car même Hitler a une opinion publique à qui il doit rendre compte de ses gestes et elle ne lui pardonnerait pas de perdre sans raison la carte italienne. Par contre, il est nécessaire de faire comprendre aux Allemands que s’ils recommencent le coup de Salzbourg16, c’est-à-dire s’ils en font à leur tête, sans entente avec nous et même contre nos intérêts, ceci nous autoriserait, maintenant comme alors, à reprendre notre liberté d’action.

3615 mars. Rien de nouveau.

  • 17 « […] Il n’a pas rencontré à Londres et à Paris l’intransigeance qu’il aurait pu attendre. Il a tro (...)
  • 18 Dans ses Mémoires, Paul Reynaud rapporte des propos de Ciano répétés par Sumner Welles : « Ribbentr (...)
  • 19 Héros paysan d’Italie du Nord à l’époque de la domination espagnole, Bertoldo est popularisé par Gu (...)

3716 mars. Deux entretiens avec Sumner Welles au palais Chigi et au palais de Venise, mis par écrit par ailleurs. L’élément le plus important qui en est résulté est celui-ci : à Londres et à Paris, il n’existe pas la plus petite part de l’intransigeance que font apparaître les discours et les journaux. Contre certaines garanties de sécurité, les Alliés seraient prêts à céder, plus ou moins, et à reconnaître le fait accompli17. S’ils empruntent véritablement cette voie, ils vont à la défaite. Si Hitler a quelques doutes à propos de l’attaque, ils tomberont tout de suite quand Mussolini lui apprendra les tergiversations des démocraties. Mais je ne crois pas qu’il ait des doutes. De la hâte avec laquelle il a fixé la rencontre en ne voulant pas rester au Brenner plus d’une heure et demi, Mussolini en déduit qu’il est prêt à mettre le feu aux poudres à brève échéance18. Aujourd’hui, le Duce est plus calme. Il entend confirmer à l’Allemagne sa solidarité potentielle mais n’entend pas entrer en guerre, du moins pour le moment. Il a dit : « Je ferai comme Bertoldo19. Il accepta la condamnation à mort à condition de choisir l’arbre auquel il devait être pendu. Inutile de dire qu’il ne l’a jamais trouvé. J’accepterai d’entrer en guerre en me réservant le choix du moment. J’entends en être seul juge et cela dépendra beaucoup de l’évolution de la guerre. » Ces propos me rassérènent jusqu’à un certain point. Pousser Mussolini en avant est facile mais le tirer en arrière est difficile.

3817 mars. Welles a téléphoné à Roosevelt afin d’être autorisé à prendre de vagues initiatives de paix, mais la réponse a été négative. Tout le ton de la conversation téléphonique laisse entendre que Roosevelt ne veut pas se compromettre au-delà d’un certain point et pas avant d’avoir examiné scrupuleusement les résultats de la mission européenne de son collaborateur.

39Nous partons à 13 h 30. Mackensen, impatient, me dit que le Führer désire que l’entretien, dans un premier temps, se déroule en tête à tête avec le Duce (Alfieri dit savoir de la femme de Mackensen qu’Hitler souhaite éloigner Ribbentrop de l’entretien, mais cette explication me semble très fantaisiste). Durant le voyage, je parle longuement avec Mussolini. Il est serein et intimement satisfait qu’Hitler ait voulu le voir. Il croit à l’ouverture des hostilités à brève échéance et répète sa récente théorie sur notre position dans un tel cas : les forces italiennes sont l’aile gauche qui engagent des forces ennemies sans même agir mais prêtes à entrer en action au bon moment. Durant le voyage, les premiers télégrammes arrivent des capitales qui ont eu vent du voyage. Surprise et stupéfaction. En général, la tendance est de mettre l’événement en relation avec la présence de Sumner Welles à Rome.

  • 20 Objet de litige à la fin de la Première Guerre mondiale entre l’Italie et la Yougoslavie, Fiume est (...)

4018 mars. Il neige au Brenner. Mussolini attend son hôte avec un sentiment d’anxiété mêlé de plaisir. Ces derniers temps, il ressent toujours plus une fascination pour le Führer : ses succès militaires – les seuls que Mussolini apprécie et désire – en sont la cause. Durant l’attente, il me raconte avoir eu un songe durant la nuit « qui a déchiré le voile du futur ». Mais il ne précise pas de quel songe il s’agit. Par contre, il me raconte qu’il lui est advenu d’en avoir d’autres, par exemple qu’il passait un fleuve à gué et qu’il comprît que la question de Fiume20 aurait une solution.

  • 21 Le compte rendu de Ciano indique qu’Hitler est revenu sur les causes de la guerre due à l’outrecuid (...)

41La rencontre avec Hitler est très cordiale de part et d’autre. L’entretien, mis par écrit, est plutôt un monologue21. Hitler parle toujours mais il est plus calme que d’habitude : peu de gestes et voix paisible. Il va bien sur le plan physique. Mussolini l’écoute avec sympathie et déférence. Il parle peu et confirme la promesse de s’engager aux côtés de l’Allemagne. Il se réserve seulement le choix du moment : l’arbre de Bertoldo. L’entretien est conclu par une rapide collation.

42Par la suite, Mussolini résume ses impressions. Il n’a pas trouvé en Hitler l’intransigeance que Ribbentrop avait fait supposer (même hier, Ribbentrop a ouvert la bouche seulement pour renchérir). Il retient qu’avant de lancer l’offensive terrestre, on y regardera à plusieurs fois.

43Pour ce qui nous concerne, la rencontre n’a pas substantiellement détérioré notre position.

4419 mars. La ronde des hypothèses à propos des raisons et des résultats de la rencontre du Brenner continue et, comme cela arrive toujours, les plus naturelles et donc les plus vraies sont écartées. Hier, à Rome, le voyage fut interprété comme signe avant-coureur de paix et la ville était festive, ce qui fait penser qu’il sera difficile de la rendre aussi gaie avec une perspective de guerre.

45Je vois Sumner Welles et le mets rapidement au courant : événement interne à l’Axe qui ne modifie pas les choses. Il est heureux que ce ne soit pas une menace d’un affrontement militaire immédiat. Roosevelt aura ainsi la possibilité d’étudier les conclusions de Welles et peut-être de faire quelques tentatives pacifiques. Il parle également d’une éventuelle rencontre Mussolini-Roosevelt aux Açores, projet plutôt compliqué pour des résultats plus qu’incertains.

46Percy Loraine a désiré avoir des nouvelles. Je le tranquillise : la rencontre du Brenner ne précède pas, ni de près ni de loin, un coup de théâtre de notre politique. C’est ce qu’il espérait que je lui dise.

  • 22 Paul Schmidt est traducteur et interprète au ministère allemand des Affaires étrangères depuis 1923

47Mussolini, repensant à l’entretien et dans l’attente de lire les procès-verbaux de Schmidt22, est convaincu qu’Hitler ne se prépare pas du tout à lancer l’offensive terrestre. Au fond, il éprouve un ressentiment que celui-ci ait toujours parlé : il s’était proposé de lui dire tant de choses alors qu’il a dû presque toujours se taire, ce qui n’est pas dans ses habitudes de dictateur, ni surtout de doyen des dictateurs.

  • 23 Les atermoiements du cabinet Daladier vis-à-vis de la Finlande provoquent la chute de celui-ci à la (...)

4820 mars. Le mouvement d’humeur qu’a eu hier Chamberlain aux Communes, en parlant des « deux messieurs qui se sont rencontrés au Brenner », est très significatif mais Mussolini n’y a pas attaché d’importance, ni ne m’en a fait allusion. Poncet s’est également exprimé avec aigreur sur la rencontre, et mes paroles pour le convaincre qu’il n’y avait rien de nouveau ne l’ont pas convaincu : « Vous vous trompez, m’a-t-il dit. Vous avez, ou plutôt le Duce a misé sur le cheval perdant et maintenant il double la mise. Mais le cheval britannique, même s’il est en retrait au début de la course, gagne à la fin. » Il a parlé de la crise du cabinet français en termes sceptiques sur Daladier. Il ne fera pas un cabinet de qualité car il n’aime pas s’entourer d’hommes forts. Il considère que, d’ici peu, l’homme de la situation sera Reynaud23.

49Sumner Welles, avant de partir, a clairement parlé à Blasco d’Ajeta qui est son parent. Sans effectuer une offensive, l’Allemagne sera aux dernières extrémités d’ici un an. Il considère la guerre déjà gagnée par les Franco-Britanniques, et les États-Unis sont là avec tout le poids de leur puissance pour se porter garants de cette victoire. Il a déploré que l’Italie, pour laquelle il a une profonde sympathie, continue à s’engager toujours plus à fond avec celui qui est destiné à subir une épouvantable défaite.

5021 mars. Rien de nouveau.

5122 mars. Rien de nouveau.

5223 mars. Je reçois le comte Teleki à la gare, puis j’assiste à l’inauguration des plaques portant les noms des nouvelles rues voisines de Montecitorio et dédiées au souvenir des entreprises guerrières de Papa.

53Mussolini, qui est de bonne humeur et loquace ces jours-ci, montre une orientation de plus en plus germanophile. Il parle désormais ouvertement d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne et fixe également la conduite de la guerre : défensive sur les Alpes, défensive en Libye, offensive dans l’Empire contre Djibouti et au Kenya, offensive aéronavale en Méditerranée. Cette attitude du Duce influe désormais sur celle de nombreux hiérarques qui, par conformisme ou conviction, s’alignent parmi les interventionnistes : Muti, Ricci, Revel et même Riccardi qui n’ose plus dire les vérités désagréables comme il l’a fait pendant longtemps. Grandi et Bottai restent hostiles à l’entreprise. Ceci ne concerne naturellement que ceux qui ont des charges et qui se préoccupent de les conserver. Le peuple, dans toutes ses catégories, ne veut pas entendre parler de la guerre. Starace m’a raconté que le Duce lui a tenu des discours très belliqueux et ce matin, il a dit au général Galbiati, commandant des universitaires : « Tenez-vous prêts. D’ici peu, nous marcherons contre les Occidentaux. » Et Starace lui-même, qui a mis beaucoup d’eau dans son vin, affirme que les conditions internes du pays sont précaires et « presque dangereuses ».

5424 mars. Je joue au golf avec Teleki. Il répète que la Hongrie déteste l’Allemagne dans la proportion de 95 % de ses habitants. Il désire seulement maintenir le pays hors du conflit et espère que l’Italie fasse de même. Villani fait de nouveau allusion à la question de la Couronne : il confirme l’intention hongroise de l’offrir à un Savoie.

55Mussolini est à nouveau anticlérical. Il attaque le clergé sur la foi, l’honnêteté et la morale. Il dit que dans de nombreux villages méridionaux, la population impose pour ainsi dire au prêtre d’avoir une concubine, comme cela il laisse leurs femmes tranquilles.

5625 mars. Long entretien avec le comte Teleki. Je le trouve objectif et mesuré, même en ce qui concerne les revendications hongroises. Il se rend compte du danger que représenterait pour la Hongrie l’incorporation d’un nombre disproportionné de minorités étrangères : l’existence même du pays serait compromise. D’autre part, il ne fera rien contre la Roumanie, car il ne veut pas se rendre responsable, même indirectement, de l’ouverture de la porte de l’Europe à la Russie. Personne ne le lui pardonnerait, pas même l’Allemagne. Teleki a évité de prendre ouvertement parti dans un sens ou dans l’autre, mais n’a pas caché ses sympathies pour les puissances occidentales et craint comme la peste une victoire intégrale de l’Allemagne.

57Dans l’après-midi, le Duce me convoque avec le général Soddu. Les Allemands nous offrent, avec livraison immédiate, quelques batteries antiaériennes. Mussolini entend les prendre, sans plus.

58Soddu est d’accord mais ne veut pas le personnel allemand. Cette cession d’armes, que les Allemands se presseront de faire connaître, ajoutera encore plus de suspicion à Londres et à Paris.

  • 24 Frédéric-Guillaume Ier, dit le Roi-Sergent, est roi de Prusse de 1713 à 1740.

5926 mars. Avec le Duce pendant la matinée. On ne parle pas de politique. Il fait l’éloge de Frédéric-Guillaume24 qui, en donnant des coups de pied aux femmes qui allaient en promenade et des coups de bâton aux prêtres qui regardaient les soldats, a créé la Prusse d’aujourd’hui. Durant la conversation, le Duce était étincelant et très pénétrant : il a seulement le tort d’admirer toujours plus les Prussiens en tant que « catégorie philosophique ».

60Dans l’après-midi, j’accompagne Teleki chez lui, où se tient un entretien plus ou moins identique à celui d’hier. Le Duce confirme qu’il n’entend pas rester neutre jusqu’à la fin et qu’à un moment donné, il interviendra aux côtés de l’Allemagne. Teleki accueille cette déclaration avec un enthousiasme très mesuré.

6127 mars. Visite de Poncet, qui s’apprête à conférer avec Reynaud. Il était préoccupé de la tournure prise par les choses et voulait savoir si, au point où nous en sommes, il devait considérer que le sort en était jeté. J’ai cherché à le tranquilliser mais j’y suis peu parvenu car il est un homme fin, et d’autre part les derniers événements ont été par eux-mêmes trop éloquents. Poncet a cherché à faire encore briller la possibilité de négociations très favorables à l’Italie et a même parlé de la cession de la Somalie française. Je n’ai pas relevé ces offres, au demeurant trop vagues, et je lui ai dit que je ne considérais pas l’état d’esprit de Mussolini très porté à la négociation. En effet, quand je lui rapportais l’entretien avec l’ambassadeur de France, il a immédiatement répondu que les offres françaises sont toujours faites de mauvaise foi dans le seul but pratique de « nous compromettre et de nous salir ».

62Caruso rend compte des conditions du protectorat sur la Bohême : en apparence, cela semble aller mieux et la férocité de la répression allemande paraît s’apaiser. Mais le feu couve. Si un jour, le vent tourne, pas un Allemand n’en réchappera.

63Teleki, au déjeuner, me demande ex abrupto :

64« Savez-vous jouer au bridge ?

65– Pourquoi ?

66– Parce qu’un jour, nous nous retrouverons ensemble au camp de concentration de Dachau ! »

67Voici le véritable état d’esprit de cet homme.

6828 mars. Long entretien hier soir avec le prince de Piémont. D’habitude prudent et réservé, sans s’exposer beaucoup, il ne m’a pas caché sa préoccupation pour l’orientation toujours plus germanophile de notre politique, préoccupation aggravée par sa connaissance de notre situation militaire. Il récuse que, depuis septembre, des progrès effectifs aient été réalisés en matière d’armement : le matériel est rare et l’état d’esprit déprimé. Il parle avec la plus grande préoccupation de la Milice, qui ne représente pas l’état d’esprit volontariste de l’armée, mais constitue un foyer de mécontentement et d’indiscipline.

69Nous parlons du Parti avec le Duce. Je conviens que si nous devons véritablement nous diriger vers une phase belliqueuse, Muti n’est pas l’homme adapté pour dynamiser et optimiser les organisations. Mussolini s’en préoccupe, puis conclut de manière optimiste comme il a l’habitude de le faire depuis quelque temps : « Je penserai moi-même à galvaniser le Parti le moment venu et je le ferai avec les moyens de Frédéric-Guillaume. »

70Encore un entretien avec Teleki. Aucun élément nouveau, mais il ouvre pleinement son cœur antiallemand. Il espère une défaite de l’Allemagne, une défaite modérée qui ne provoque pas de secousses trop violentes mais qui lui limerait les dents et les griffes pour longtemps.

  • 25 Alessandro Melchiori est lieutenant-général de la Milice et auteur, en 1937, d’un ouvrage antibolch (...)

7129 mars. De retour d’un voyage d’un mois en Allemagne, le rapport fait par Melchiori25 a eu une profonde influence sur l’état d’esprit du Duce. Je ne sais pas quelle valeur ont les assurances de cet individu – exemple parfait d’amoralité, de voracité, de stupidité et d’ignorance – qui ne connaît pas un mot d’allemand et passe des heures dans l’antichambre des consulats et de l’ambassade, en mendiant des informations de seconde main qu’il concocte par la suite dans le style typique des responsables féminines du Parti. Mais il est un fait que Mussolini prend au sérieux le rapport Melchiori, comme peu de documents ces derniers temps, lequel expose les conditions difficiles de vie du peuple allemand tout en arrivant à la conclusion de « l’inévitable victoire allemande ». Ce rapport n’a pas modifié de manière substantielle les décisions du Duce mais, pour la première fois depuis un long moment, il a admis que l’Allemagne ne repose pas sur un lit de roses et que l’échec de l’offensive ou une longue poursuite de la guerre signifierait la défaite et donc l’écroulement du régime : « Je ne comprends pas, dit-il, qu’Hitler ne se rende pas compte de cela. Je sens que le fascisme est soumis à une usure, pas encore profonde, mais néanmoins notable, et lui ne le sent pas, en Allemagne, où la crise se dessine déjà dans des proportions assez alarmantes. »

  • 26 Ancien collaborateur de Tchang Kai-Chek, Wang Jingwei rallie les Japonais en décembre 1938. Le 30 m (...)

7230 mars. Les Allemands font opposition à notre reconnaissance du gouvernement de Wang Jingwei26. Il est désormais trop tard après le télégramme que je lui ai envoyé dans le but d’approfondir encore plus le fossé qui sépare notre politique de celle de la Russie. J’en parle au Duce à qui j’illustre les dangers encourus si nous déplaisions au Japon. Il est d’accord et s’insurge contre Ribbentrop, « homme vraiment néfaste car imbécile et présomptueux ».

  • 27 Viatcheslav Mikhaïlovitch Skriabine dit Molotov, né en 1890, membre du comité central du parti bolc (...)

73Le discours de Molotov27 ne devrait pas être bien reçu en Allemagne car le ton est fort différent de celui utilisé par Ribbentrop envers Moscou.

74Mussolini s’en prend pour la énième fois au catholicisme coupable « d’avoir rendu l’Italie universelle, l’empêchant ainsi d’être nationale. Quand un pays est universel, il appartient plus aux autres qu’à lui-même ».

  • 28 Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris. Citation biblique tirée du livre de Job, 1, 21.

7531 mars. De divers côtés, des bruits annoncent que le Duce a en tête de me remplacer au ministère des Affaires étrangères. Je ne le crois pas. Si cela devait arriver, je serais heureux de laisser ce poste dans lequel j’ai servi près de quatre années – et quelles années ! – à sa tête. Toute mon action a été et est inspirée dans le seul but de servir ma Patrie et le Duce, et quand j’ai adopté une attitude contraire à celle de Mussolini, cela a été fait également afin de défendre sa position contre les attaques de l’étranger. Ceci est le vrai motif – et le plus intime – de mon ressentiment irrémédiable – que je confirme – contre les Allemands depuis Salzbourg. Mais ceci ne compte pas : le Duce fera ce qu’il veut. Dominus dedit, Dominus abstulit28.

76Je lis le texte intégral du discours de Molotov : il y contient deux points durs contre nous et j’en tire profit pour éviter ce rapprochement avec les Russes que Berlin recommande chaleureusement.

77Mussolini est indigné contre Sumner Welles qui a dit à Chamberlain que le Duce, même en excluant qu’il ait eu une attaque, est cependant très fatigué et d’aspect perturbé. Ceci est le résultat d’un télégramme prélevé, comme d’habitude, à l’ambassade anglaise.

Notes

1 Suite à cette décision, six bateaux italiens chargés de charbon allemand sont interceptés par la Royal Navy à la sortie du port de Rotterdam. Depuis le début du blocus, la marine britannique a arraisonné 140 navires neutres, dont près de la moitié ont vu leur cargaison confisquée.

2 Le 9 mai 1938, dernier jour du voyage officiel d’Hitler en Italie débuté le 3 mai, le Führer et le Duce visitent Florence. L’ennui de Mussolini est confirmé par Ranuccio Bianchi-Bandinelli, alors professeur d’histoire de l’art à Pise, qui sert de guide aux deux dictateurs lors du séjour italien d’Hitler : « Mussolini s’ennuyait parce que, entre le palais Pitti et les Offices, la visite traînait en longueur. Il passa près de moi et, avec un geste de la main qui semblait inviter à presser le pas, murmura : “On pourrait y passer la semaine.” » Dans Bianchi-Bandinelli Ranuccio, Quelques jours avec Hitler et Mussolini, Carnets nord, Paris, 2011, p. 61.

3 Giuseppe Bodini est chef d’état-major de la Gioventù italiana del Littorio.

4 Cet entretien est l’occasion pour André François-Poncet d’analyser à nouveau la position et le caractère de Ciano : « La personnalité même du comte Ciano n’est pas de celle qui puisse faire croire à la vraisemblance d’une tromperie aussi constamment experte. Le ministre des Affaires étrangères d’Italie n’a rien d’un Ferdinand de Bulgarie. Sa nature assez primesautière, sa grande jeunesse de caractère, que l’exercice de ses hautes charges n’a pas réussi à lui faire perdre, la spontanéité même de son tempérament, s’accordent mal avec les nécessités d’une comédie à ce point raffinée. Lorsqu’il se trouve avec son entourage habituel, le comte Ciano s’exprime avec une liberté de langage qui n’est pas toujours conforme à la stricte orthodoxie de la politique de l’Axe, et dans laquelle il est bien difficile de ne voir que boutades, destinées à mieux endormir ceux auxquelles elles pourront être répétées. » Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1940. Tome I (1er janvier – 10 juillet), op. cit., doc. no 128, p. 267-268.

5 Dans un rapport du 6 mars, Giuseppe Bastianini précise que la Grande-Bretagne est prête à fournir du charbon à l’Italie afin de remplacer le charbon allemand confisqué. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. III (1 gennaio – 8 aprile 1940), Libreria dello Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1959, doc. no 463, p. 396.

6 En dépit de l’accord du 26 août 1939 instituant une province (banovine) de Croatie et de Dalmatie avec une diète (sabor) ayant des attributions en politique intérieure, les ultras du nationalisme croate, influencés par Ante Pavelic, réfugié en Italie depuis 1934, entretiennent une agitation contre le pouvoir de Belgrade.

7 Cet accord prévoit la restitution des navires italiens contre la promesse de faire désormais transiter le charbon allemand importé en Italie par voie terrestre.

8 Sur ce dernier point, Hitler écrit : « Je crois, cependant, Duce, que sans aucun doute l’issue de cette guerre décidera aussi de l’avenir de l’Italie. Si cet avenir est considéré dans votre pays comme devant être la survivance d’un État européen modeste, alors je me serai trompé. Mais si cet avenir est conçu comme devant garantir l’existence du peuple italien du point de vue historique, géopolitique et moral, alors, en raison du droit à l’existence de votre peuple, vous serez un jour, Duce, confronté avec les mêmes adversaires qui combattent aujourd’hui l’Allemagne. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre II (2 janvier – 18 mars 1940), op. cit., doc. no 483, p. 288.

9 Par exemple à propos de l’absence de volonté révolutionnaire au sein du pouvoir soviétique : « Le ministre des Affaires étrangères du Reich a ajouté avoir retiré de ses expériences, au cours de son double séjour à Moscou, la ferme conviction que Staline a renoncé au projet d’une révolution mondiale. “Le croyez-vous vraiment ?” a demandé le Duce. Le ministre des Affaires étrangères du Reich a répondu affirmativement et déclaré que l’aventure espagnole a été la dernière tentative de révolution mondiale. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 339.

10 Voici une partie des propos de Ribbentrop tels que Ciano les confia à Dino Alfieri : « Le Führer a pris désormais une décision irrévocable, et rien ne pourra le faire reculer. C’est une question de semaines. Il est certain, mathématiquement certain, que grâce à l’extraordinaire puissance des armées allemandes, et par suite de l’impréparation des adversaires, la guerre sera triomphalement gagnée dans un délai extrêmement bref. Voyez, vous autres Italiens, ce qu’il vous convient de faire ! C’est un dilemme que je me permets d’avancer dans votre propre intérêt : maintenant ou jamais ! » Dans Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 51.

11 « Jamais plus forte qu’en ce moment ne s’est manifestée la nécessité pour l’Italie d’avoir libre accès à l’océan. Aucun pays n’est entièrement libre s’il n’a un accès à une mer absolument libre. L’Italie est enfermée, en un certain sens, dans une prison dont les verrous sont la Corse, la Tunisie et Malte, et dont les murs sont représentés par Gibraltar, Suez et les Dardanelles. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 350.

12 La visite de Ribbentrop à Rome est également marquée par une audience du ministre allemand au Vatican par le pape Pie XII le 11 mars.

13 Dans son rapport, Ribbentrop semble ne pas connaître les intentions finales de Mussolini : « Je n’ai actuellement aucune indication sur ce que sera aujourd’hui l’attitude du Duce. En dînant hier soir avec Ciano, qui s’est montré très réservé, peut-être afin de ne pas anticiper la pensée du Duce, aucune allusion n’a été faite à ce que pouvaient être les idées de Mussolini. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre II (2 janvier – 18 mars 1940), op. cit., doc. no 486, p. 312.

14 Il convient de noter que Ciano n’évoque pas dans son Journal le traité de Moscou entre l’Union soviétique et la Finlande. Celle-ci doit céder les districts de Salla et de Viipuri, ce qui rectifie en faveur de l’URSS la frontière finno-soviétique.

15 Dans son rapport, François-Poncet indique des propos de Ribbentrop, signalés par Ciano, considérant que la victoire de l’Allemagne était certaine suite à des combats « qu’il semblait tenir pour imminents, sans rien dire au surplus qui pût laisser deviner où et quand ces combats s’engageraient ». Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1940. Tome I (1er janvier – 10 juillet), op. cit., doc. no 129, p. 286.

16 Voir le Journal aux dates des 11-13 août 1939, p. 301-302.

17 « […] Il n’a pas rencontré à Londres et à Paris l’intransigeance qu’il aurait pu attendre. Il a trouvé au contraire une modération très raisonnable, donc de bonnes dispositions pour conclure une paix longue et durable. En même temps, il souligne que les deux gouvernements alliés sont prêts à mener la guerre jusqu’à ses extrêmes conséquences, si le conflit devait commencer effectivement et n’étaient pas données aux Alliés les garanties de sécurité considérées comme indispensables. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 359.

18 Dans ses Mémoires, Paul Reynaud rapporte des propos de Ciano répétés par Sumner Welles : « Ribbentrop venu à Rome, tandis que je me trouvais à Londres, a dit à Mussolini et à lui-même et, croyait-il, au Pape, que l’Allemagne était décidée à lancer très prochainement une offensive militaire totale ; qu’elle n’avait en vue aucune solution pacifique qui ne fût précédée d’une victoire allemande et qu’après la victoire, la paix serait imposée par un diktat allemand. Ribbentrop semblait convaincu que l’armée allemande pourrait remporter cette victoire en cinq mois. Le gouvernement allemand prévoyait l’écroulement de la France d’abord, puis celui de l’Angleterre peu après. » Dans Reynaud Paul, La France a sauvé l’Europe. II, Flammarion, Paris, 1947, p. 55.

19 Héros paysan d’Italie du Nord à l’époque de la domination espagnole, Bertoldo est popularisé par Guilio Cesare Croce, auteur en 1606 de l’ouvrage Le sottilissime astuzie di Bertoldo. À l’époque fasciste, un hebdomadaire satirique, publié entre 1936 et 1943, est intitulé Bertoldo.

20 Objet de litige à la fin de la Première Guerre mondiale entre l’Italie et la Yougoslavie, Fiume est occupée entre septembre 1919 et décembre 1920 par les arditi menés par Gabriele D’Annunzio. Le traité de Rapallo du 12 novembre 1920 transforme Fiume en ville libre. Finalement, le traité de Rome du 27 janvier 1924 fait passer la cité sous la souveraineté italienne.

21 Le compte rendu de Ciano indique qu’Hitler est revenu sur les causes de la guerre due à l’outrecuidance polonaise et le refus d’un compromis par la Grande-Bretagne. Puis il a décrit le potentiel militaire de l’Allemagne, bien mieux préparée qu’en 1914. Selon le Führer, les développements ultérieurs de la guerre permettront de vaincre la France et la Grande-Bretagne avant la fin de l’année. Concernant les liens entre les deux puissances de l’Axe, « le Führer possède une conviction sûre, et c’est que les destinées de l’Allemagne et de l’Italie sont indissolublement liées ; la victoire de l’Allemagne serait la victoire de l’Italie, la défaite de l’Allemagne impliquerait aussi la fin de l’Empire italien ». Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 365. Dans la relation allemande de l’entrevue, Hitler insiste également sur le renforcement de la puissance sous-marine de l’Allemagne avec une production prévue de 35 sous-marins par mois à la fin de l’année. Dans Hillgruber Andreas, Les Entretiens secrets de Hitler, op. cit., p. 95.

22 Paul Schmidt est traducteur et interprète au ministère allemand des Affaires étrangères depuis 1923.

23 Les atermoiements du cabinet Daladier vis-à-vis de la Finlande provoquent la chute de celui-ci à la suite de l’abstention de 300 députés le 20 mars, lors d’un vote de confiance. Paul Reynaud, député de Paris et ministre des Finances dans le cabinet précédent, est chargé par le président Lebrun de former le nouveau gouvernement. Daladier reste cependant ministre de la Défense nationale. Le 22 mars, le gouvernement Reynaud est investi sans enthousiasme par la Chambre des députés (268 voix pour, 156 contre, 111 abstentions). Sur Reynaud, voir Tellier Thibault, Paul Reynaud. 1878-1966. Un indépendant en politique, Fayard, coll. « Pour une histoire du xxe siècle », Paris, 2005.

24 Frédéric-Guillaume Ier, dit le Roi-Sergent, est roi de Prusse de 1713 à 1740.

25 Alessandro Melchiori est lieutenant-général de la Milice et auteur, en 1937, d’un ouvrage antibolchevique intitulé Roma e Mosca.

26 Ancien collaborateur de Tchang Kai-Chek, Wang Jingwei rallie les Japonais en décembre 1938. Le 30 mars 1940, il forme un gouvernement pro-japonais à Nankin.

27 Viatcheslav Mikhaïlovitch Skriabine dit Molotov, né en 1890, membre du comité central du parti bolchevique en 1921, du Politburo en 1926, préside le Conseil des commissaires du peuple à partir de 1930 et succède, en mai 1939, à Litvinov à la tête de la diplomatie soviétique. Le 29 mars 1940, il tient un discours lors de la 6e session du Soviet suprême, au cours duquel il remet sur le devant de la scène la question de la Bessarabie dont Moscou n’a jamais reconnu l’annexion par la Roumanie.

28 Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris. Citation biblique tirée du livre de Job, 1, 21.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540