Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1940

Février

Texte intégral

  • 1 Ce discours n’est d’ailleurs pas reproduit dans l’Opera omnia de Mussolini.

11er février. Fondation de la Milice. Mussolini a fait un discours que je n’ai pas entendu, mais d’un extrémisme préoccupant d’après ce que l’on m’en a dit. Bref, intransigeant, conclu par l’affirmation que les Italiens ont le désir de combattre : « Ce combat qui viendra. » Malheureusement, il n’y a rien à faire. Sa volonté de faire la guerre est fixe et décidée. L’unique bonne nouvelle est qu’il a donné l’ordre à Pavolini de ne pas reproduire le discours dans la presse1. Au moins n’y aura-t-il pas une nouvelle crise avec la France et l’Angleterre. C’est déjà quelque chose lorsque l’on va au jour le jour. Mussolini part pour la Romagne.

22 février. Rien de nouveau.

33 février. L’ambassadeur anglais remet un mémoire relatif aux négociations commerciales. Les conditions ne sont pas mauvaises mais l’une d’entre elles est considérée comme sine qua non : la vente d’armes et de munitions à la Grande-Bretagne. Je suis certain que le Duce la prendra mal, mais Riccardi dit qu’il faut faire de nécessité vertu et se mettre d’accord avec les Anglais, sinon la situation économique empirera.

44 février. Rien de nouveau.

55 février. Rien de nouveau.

66 février. Entretien avec le général Carboni, de retour d’Allemagne. Il fait courageusement un rapport pessimiste sur l’état du pays. Manque de vivres et, surtout, manque d’enthousiasme. On prépare une grande offensive terrestre mais il ne sera pas possible de la commencer avant la fin d’avril, avant la fin du dégel.

7Je vois le prince de Hesse. Il veut s’entretenir avec le Duce de la part d’Hitler mais n’a rien de spécial à lui dire. Il m’informe que Goering est le plus envenimé contre l’Italie et surtout contre moi personnellement. Cela ne m’empêchera pas de dormir. La véritable raison doit toujours être le Collier donné à Ribbentrop avant lui. Il m’en fait porter la responsabilité. Il se calmera quand il aura eu le sien.

8Mussolini téléphone de Forlì : il est toujours contre le fait de vendre des armes aux Anglais. Il pense que la position britannique est chaque jour plus difficile. Pourquoi ?

97 février. Retour du Duce avec lequel j’ai un long entretien. Il ne veut toujours pas vendre d’armes à l’Angleterre, expliquant qu’il ne souhaite pas diminuer les moyens militaires qui sont à notre disposition et qu’il entend tenir les engagements pris, et récemment confirmés, avec l’Allemagne : « Les États, comme les individus, doivent suivre une ligne de morale et d’honneur. » Il ne se préoccupe pas des réactions anglaises que je prévois inévitables et dures. Même le manque de charbon ne le préoccupe pas. Il répète que c’est un bien pour le peuple italien d’être contraint à des épreuves qui le sortiront de sa paresse mentale séculaire. Il est dur envers le peuple : « Il est nécessaire de le tenir encadré et en uniforme du matin au soir. Et il lui faut du bâton, du bâton, du bâton. » Il ne fait pas de différence entre les classes : il appelle peuple tous ceux qui s’abandonnent aux instincts de la vie végétative.

10J’informe Riccardi des décisions du Duce en matière d’échanges avec l’Angleterre. Il en est fort désolé ; il comptait sur 20 millions de livres sterling et craint de ne plus recevoir de matières premières, provenant en grande partie du marché britannique.

11Von Mackensen vient demander les habituelles et illicites faveurs que l’Allemagne sollicite de notre complicité : d’habitude, je penche pour que l’on réponde favorablement à ces demandes secondaires pour pouvoir répondre toujours non pour de plus importantes quand elles viendront car, malheureusement, elles viendront.

128 février. Je communique à Percy Loraine que le Duce a refusé toute requête concernant le matériel de guerre. L’effet de la communication a été très fort : Loraine a répondu qu’ainsi toutes les bases de négociation étaient rompues et que d’ici peu le trafic de charbon venant d’Allemagne sera intercepté. Il a également souligné la valeur politique de notre refus : les relations italo-britanniques se dirigent vers une période de plus grande tension. Quand j’ai dit que le Duce est disposé à réexaminer sa décision d’ici six mois, il a répondu que, d’ici là, l’Europe sera organisée pour dix générations.

13Je conduis Hesse chez le Duce. Hitler propose une rencontre entre les deux chefs à la frontière. Mussolini s’est immédiatement déclaré d’accord. Inversement, je crains cette rencontre : le Duce s’excite au contact des Allemands. Aujourd’hui, il a utilisé avec Hesse un langage totalement belliciste. Il a déclaré qu’il entend s’engager aux côtés de l’Allemagne dès que le niveau d’armement sera une aide et non un poids pour celle-ci. Avec Hesse, il a également montré une totale indifférence à propos de la crise du charbon qui préoccupe tout le monde. Bocchini confirme que l’état d’esprit du pays est toujours plus inquiet et craint qu’il puisse y avoir des incidents et des désordres dans un futur proche.

149 février. Clodius, qui est à Rome depuis quelques jours pour des négociations commerciales, a accueilli avec joie la nouvelle du refus du Duce à l’Angleterre. Il déclare que si des armes italiennes avaient été vendues aux Alliés, il se serait produit une violente réaction particulièrement dans les milieux militaires allemands. Clodius était mécontent du cours des négociations : il a demandé beaucoup de choses, peut-être trop, et a rencontré de notre part de nombreux refus. Je me suis contenté de lui donner des assurances et des bonnes paroles : cela coûte peu.

15Le Duce est très fier du non aux Anglais. Il répète que les individus comme les États doivent avoir un coefficient de moralité sur lequel on ne peut transiger : on ne doit pas dépasser la limite de la pudeur. Vendre des armes aux Anglais nous aurait déshonorés. Naturellement – ai-je ajouté – il faudra voir, sur le terrain pratique, pour combien de temps nous pourrons rester intransigeants. Les sources de matières premières sont dans d’autres mains. Comment réagiront-ils désormais ?

16Le Duce confirme être favorable à une rencontre avec Hitler. Il voit également avec faveur un voyage de Ribbentrop à Rome, d’autant plus que cela lui permettrait de rendre visite au Pape.

  • 2 Dans la nuit du 10 au 11 février 1918, le capitaine Costanzo Ciano, accompagné d’une trentaine d’ho (...)

1710 février. Rien de nouveau. Je me rends à Livourne pour la célébration de l’anniversaire de Buccari2.

1811 février. La visite sur la tombe de Papa me remplit d’orgueil et de tristesse. Auparavant, venir dans la ville de mon enfance était une joie pour moi. Inversement, aujourd’hui, la blessure de mon cœur s’ouvre chaque fois. La mort de Papa m’a changé la vie, ou plutôt la conception de la vie. Ma jeunesse est également descendue dans la tombe.

  • 3 Raffaello Riccardi a succédé à Felice Guarnieri le 31 octobre 1939 au ministère des Changes et Vale (...)

19Benini rapporte que, lors de la réunion de la Commission suprême, Riccardi3 a fait un discours très courageux sur la réalité de la situation financière, sur nos réserves, sur les possibilités effectives d’entrer en guerre. Il est parvenu à des conclusions très pessimistes et sur un ton sans précédent. Badoglio a réagi, plus sur la forme que sur le fond du discours, avec lequel il était pleinement d’accord.

2012 février. Je trouve le Duce irrité par le discours de Riccardi. Ce qu’il a dit a tellement plu aux frondeurs qu’à peine le Duce sorti, Balbo est venu serrer la main de Riccardi, son vieil ennemi. Mussolini répète qu’il ne croit pas à la Cassandre des Changes et Devises : Guarnieri également, depuis six ans, a continuellement annoncé que nous étions sur le point de faire faillite et nous nous sommes toujours assez bien tirés de la situation. Le Duce n’ajoute pas que, durant la gestion Guarnieri, nous avons englouti 12 milliards de titres extérieurs et 5 milliards d’or. Maintenant, nos réserves sont réduites à 1 400 misérables millions et il ne restera bientôt plus que nos yeux pour pleurer. Riccardi a eu tort sur la forme mais a agi courageusement en agitant la sonnette d’alarme.

2113 février. Rien de nouveau.

2214 février. Je communique à sir Percy Loraine la décision définitive de refuser la livraison de toutes les fournitures militaires aux Anglais, y compris les appareils d’école déjà contractés. Sir Percy ne cache pas son désappointement : les relations entre les deux pays se dirigent véritablement vers des temps de difficultés croissantes.

23En Commission suprême de Défense, Graziani puis le Duce répondent au discours de Riccardi. Graziani revendique pour l’armée l’honneur de ne pas avoir demandé de sacrifices trop graves au pays. Le Duce revendique pour lui-même toute la responsabilité des armements. Il dit que depuis 1935, les économistes ont toujours brandi la menace de la faillite et que, malgré tout, nous avons continué à naviguer. Riccardi répond et s’en sort bien : acte de contrition pour la forme, mais il répète en substance les principes énoncés samedi. Les lois économiques sont inviolables.

24Balbo m’accompagne au palais Chigi. Il ronge son frein. « Fais un signe et j’arrive tout de suite », conclut-il.

2515 février. Rapport très pessimiste de Bocchini sur la situation intérieure. Le malaise du pays croît avec l’augmentation des difficultés. Le prestige du Régime n’est plus celui d’il y a quelque temps. Mais dit-il ces choses à Mussolini ? Il jure que oui.

  • 4 Né en 1877, Guido Donegani préside la Montecatini depuis 1918. Député en 1921, il adhère au fascism (...)

2616 février. François-Poncet – que je n’avais pas vu depuis longtemps – se lamente des attaques de notre presse, surtout du Popolo d’Italia. Les journaux français n’ont pas réagi pour l’instant mais les relations entre les deux pays s’en ressentent et l’atmosphère de meilleure compréhension qui s’était établie depuis quelques mois est à nouveau perturbée. Je lui ai adressé quelques bonnes paroles mais rien de plus car l’action de la presse est voulue et dirigée par le Duce en personne et mon influence est modeste. Donegani4 est préoccupé par la question du charbon. Si les arrivages s’espacent ou cessent dans les jours qui viennent, l’industrie subira un brusque arrêt, avec les conséquences les plus catastrophiques pour le secteur industriel et sur le plan social.

27Je reçois le chef de la jeunesse roumaine, Sidorovici. Beau chef ! C’est une grosse bête privée du moindre intérêt.

  • 5 Le 11 février, les forces du maréchal Timochenko parviennent à forcer les défenses finlandaises de (...)

2817 février. Les nouvelles de Finlande confirment l’aggravation de la situation pour les défenseurs5. Les Russes pèsent toujours plus avec la masse immense des hommes et des moyens. Une résistance dans de telles conditions ne peut avoir qu’une durée limitée. En ce qui nous concerne – pour des raisons évidentes –, nous ne pouvons pas faire plus que ce que nous avons déjà fait, ni nous engager à fond dans une entreprise militaire hors de notre contrôle.

  • 6 Le 8 février, à Paris, une perquisition dans les locaux de l’agence de presse soviétique permet la (...)

29Sir Percy vient me montrer quelques documents, en vérité secondaires, qui prouvent la collusion entre le nazisme et le communisme6. Je n’avais pas besoin de telles preuves pour en être convaincu.

30J’ai soutenu devant le Duce la nécessité de faire cesser l’inutile polémique de presse contre la France. Il m’a promis qu’il le ferait, mais pour combien de temps ?

3118 février. Hier soir, chez les Colonna, sir Percy Loraine m’a dit que le 1er mars est la date choisie pour arrêter l’envoi de charbon allemand en Italie par voie maritime. J’en parle au Duce qui continue à afficher une indifférence ostentatoire. Il parle beaucoup des combustibles nationaux et compte sur la multiplication de la production des mines de lignite. Il s’illusionne et on l’illusionne. Les vrais techniciens, sérieux et honnêtes, sont d’accord pour dire que le manque de charbon paralysera, en grande partie, la vie nationale. Ces derniers mois auraient dû pourtant apprendre beaucoup à Mussolini sur les dangers de l’autosuggestion.

32Sebastiani m’informe que Mussolini entend changer Revel à la suite du retentissant échec de la taxe sur les échanges. C’était une mesure stupide : rien de plus odieux qu’une taxe qui rappelle son existence à chaque instant à des millions de contribuables.

33Je parle de Muti avec Casertano. Il me confirme qu’il est de bonne foi, mais la tête a enflé et il est sous l’influence d’un groupe d’amis, sous-officiers dans l’armée et dans la vie, qui le poussent à accumuler erreur sur erreur, souvent dans leur intérêt personnel. Je ne crois pas que Muti, comme secrétaire du Parti, puisse avoir une longue vie.

  • 7 Le 16 février, le destroyer britannique Cossack aborde le ravitailleur allemand Altmark dans le fjo (...)

3419 février. Rien de nouveau en politique. Le coup de main britannique contre le ravitailleur allemand Altmark, qui naviguait avec des prisonniers britanniques dans les eaux territoriales norvégiennes, a fait forte impression7. J’en parle avec Percy Loraine et – à sa surprise – je lui déclare que je trouve l’action anglaise absolument correcte et qu’elle renoue avec les plus audacieuses traditions de la marine de Francis Drake.

  • 8 Épouse de Gabriel Bethlen, conseiller à l’ambassade de Hongrie à Rome.

35Je conseille le calme à Villani, beaucoup de calme : si un conflit doit éclater, à brève échéance, du fait de la Hongrie, nous ne serions pas en mesure de lui apporter aucune aide. Du reste, les Hongrois eux-mêmes n’approuvent pas la violence verbale mais également dangereuse du comte Csáky. Au golf, aujourd’hui même, la comtesse Bethlen8 m’a suggéré de rappeler à la modération son trop intempérant ministre des Affaires étrangères.

  • 9 Giuseppe Teucci est attaché de l’Air à l’ambassade de Berlin.
  • 10 Ainsi pour le cuivre yougoslave. Mackensen écrit dans son rapport : « Le fait que l’Italie apparaît (...)

3620 février. Goering, lors d’un entretien avec Teucci9, a clairement parlé de la position italienne, prononçant des jugements qui révèlent en lui du désappointement et des rancœurs profondes. Il est nécessaire d’en tenir compte : il est le plus humain parmi les hiérarques allemands, mais il est passionné et violent, capable de gestes dangereux. D’autre part, Clodius et Mackensen sont venus protester pour les difficultés au sujet des négociations commerciales. Mais que veulent-ils de nous ? J’ai parlé ouvertement : tant que nous pratiquerons une politique hostile à la France et à l’Angleterre, nous aurons des difficultés toujours croissantes dans l’approvisionnement en matières premières. Ils ne peuvent prétendre – comme ils le font – à ce que nous renoncions aux marchés balkaniques10.

  • 11 Cela fait suite au chargement de charbon allemand sur des navires italiens à Rotterdam.
  • 12 Dans son Journal, Ansaldo rapporte les avis de Mussolini concernant la guerre : « Il la voit très l (...)

37Percy Loraine communique par écrit qu’aujourd’hui, aux Communes, son gouvernement déclarera que le charbon allemand destiné à l’Italie est une marchandise susceptible d’être confisquée11. La crise commence et les communiqués de l’agence Stefani qui remplissent aujourd’hui les journaux sur la production et l’utilisation du lignite ne suffiront pas à l’apaiser. Ansaldo rapporte son entretien avec le Duce. Rien de véritablement neuf : réaffirmation d’une irréductible hostilité pour les démocraties et théorie de la guerre parallèle à la réalisation de laquelle je crois de moins en moins12.

3821 février. Le Duce entend contenter les Allemands, et une réunion avec Riccardi et Giannini a lieu au palais de Venise. Tous deux insistent sur la nécessité de refuser de livrer des produits dont nous ne disposons qu’en petites quantités : chanvre, cuivre et autres matières premières. Mais le Duce décide de donner 3 500 tonnes de cuivre parmi celui que l’on se prépare à « rafler » chez les Italiens. Il compte que la réquisition rapportera 20 000 tonnes, mais peut-être est-il trop optimiste. Quoi qu’il en soit, la réquisition ne sera pas bien vue, et encore moins si l’on apprend qu’une partie du cuivre est cédée aux Allemands détestés. J’insiste auprès du Duce pour que l’on ne réquisitionne pas les objets sacrés dans les églises. Il refuse. « Les églises n’ont pas besoin de cuivre mais de foi. Et il y a peu de foi aujourd’hui. Le catholicisme a tort de prétendre à trop de crédulité de la part de l’homme moderne. »

  • 13 Cet accord commercial prévoit entre autres 12 millions de tonnes de charbon et 10 000 tonnes d’esse (...)

3922 février. L’accord commercial avec les Allemands est facilement conclu à la suite de l’intervention du Duce13.

40Je vois le prince de Piémont. Je le renseigne sur la situation, qu’il connaît bien du reste, tout en maintenant un jugement très prudent. Mais il est clair qu’il aimait m’entendre dire ce qu’il n’osait pas dire de lui-même. Il est très antiallemand et convaincu de la nécessité de rester neutre. Il est sceptique – de manière impressionnante – sur la possibilité effective de l’armée dans les conditions actuelles d’armement qu’il juge pitoyables.

4123 février. Rien de nouveau.

4224 février. Rien de nouveau.

  • 14 Hitler a prononcé ce discours à l’occasion du 20e anniversaire de la fondation du parti nazi.

4325 février. Hitler a parlé14. Contrairement aux commentaires anglais qui tendent à faire passer ce discours comme un discours parmi d’autres, le Duce estime que le Führer a, cette fois, voulu faire connaître ses conditions de paix : reconnaissance des espaces vitaux pour l’Allemagne et restitution des colonies. Le simple fait de discuter de ces conditions me semble déshonorant pour Londres mais, inversement, le Duce les juge acceptables. Il a confirmé encore une fois sa certitude que les Alliés perdront la guerre et il base toute sa politique sur cette conviction. En effet, il a parlé à nouveau des revendications envers la France et a de nouveau exposé sa thèse sur la nécessité d’un libre accès à l’océan, sans quoi l’Italie ne sera jamais véritablement un empire.

  • 15 Spécialiste de l’Amérique latine au département d’État, ambassadeur à Cuba en 1933, Sumner Welles e (...)
  • 16 Au cours de cet entretien, Sumner Welles fait savoir à Mussolini que le Congrès vient de voter une (...)
  • 17 Dans son rapport à Washington, Sumner Welles fait un portrait favorable de Ciano : « Le comte Ciano (...)

4426 février. Je reçois Sumner Welles15, l’envoyé de Roosevelt. C’est une personne digne, un Américain distingué d’aspect et de manières, qui porte avec une élégante désinvolture le poids d’une mission qui a concentré sur lui les feux de l’actualité américaine et mondiale. L’entretien s’est déroulé en termes vraiment cordiaux : je n’ai pas hésité à le mettre au courant d’événements qu’il ignorait et de mes propositions. Je donne une intonation humaine à la conversation, ce qu’il a compris même s’il ne s’y attendait peut-être pas. Il est antiallemand mais fait un effort pour maintenir une impartialité correcte. Il est heureux lorsque je lui fais connaître mes sentiments et mes sympathies. Malheureusement, l’entretien avec le Duce – mis par écrit par ailleurs – se déroule sur un ton beaucoup plus froid16. Mussolini accentue la distance qu’il veut désormais afficher envers les Anglo-Saxons. Sumner Welles est sorti de la salle de la Mappemonde plus préoccupé que lorsqu’il y était entré. Le Duce a commenté l’entretien de manière sarcastique : entre nous et les Américains, une quelconque entente est impossible car leur jugement sur les problèmes est superficiel alors que le nôtre est approfondi. Même le jugement sur sa personne a été négatif dans l’ensemble. Je ne suis pas d’accord : j’ai eu trop à faire avec cette bande de plébéiens présomptueux que sont les dignitaires allemands pour ne pas apprécier Sumner Welles qui est un monsieur17.

  • 18 Née le 24 février 1940 au palais royal de Naples, Marie-Gabrielle de Savoie est le troisième enfant (...)

4527 février. Je vais à Naples pour la remise de l’acte d’état-civil de la princesse Marie-Gabrielle18. J’ai visité les travaux de l’exposition triennale de l’Outre-Mer et du collège Costanzo-Ciano. Je l’espère digne du nom qu’il porte. Durant mon absence, le Duce a fait publier par Il Giornale d’Italia une réponse corrosive au Daily Herald pour dire que nous sommes prêts à nous unir aux Allemands et même aux Russes si l’on entend menacer notre existence en tant que régime totalitaire. Grande impression mais défavorable.

  • 19 Anfuso rapporte les propos suivants de Ciano : « Tes Prussiens vont se jeter sur la France. Ils lui (...)

4628 février. Le Duce a dit hier à Anfuso, durant le rapport : « En Italie, il y a encore des imbéciles et des criminels qui pensent que l’Allemagne sera battue. Je vous dis que l’Allemagne vaincra. » J’accepte l’imbécile – s’il est pour moi – mais criminel est injuste19 ! Ceci est sa profonde et sincère conviction qui inspire toute sa politique. Il a fait remettre à von Mackensen le procès-verbal de l’entretien avec Sumner Welles et Mackensen s’en est montré très satisfait. Je le crois : la thèse allemande a été soutenue par le Duce avec une intransigeance absolue.

  • 20 Henri de Kérillis est député de Paris depuis 1932. Issu des rangs de la droite républicaine, il est (...)

4729 février. Effectivement, Pavolini a eu l’ordre d’entamer une polémique avec quelques journaux français, surtout pour un article de Kérillis20 sur la neutralité de l’Italie. Situation dangereuse : il suffit de commencer et tout le reste suit. J’en suis préoccupé.

  • 21 Umberto Albini est préfet de Gênes.

48Ce matin, le Duce s’en prend aux Gênois qui, comme les Milanais, « se manifestent comme d’inguérissables anglophiles, mais également discrètement lâches ». Ceci parce qu’à Gênes, malgré les dénégations d’Albini21, on murmure plus qu’ailleurs.

49Bocchini se préoccupe toujours plus de la situation intérieure. Difficultés économiques, incertitude politique, raréfaction des vivres : voici les éléments fondamentaux du mécontentement.

50Diverses sources confirment que l’Allemagne s’apprête à une offensive sur le front occidental. Cependant, la chose ne devrait pas être immédiate : dans l’entourage de Goering, on parle de fin mars, mois cher à la superstition d’Hitler.

Notes

1 Ce discours n’est d’ailleurs pas reproduit dans l’Opera omnia de Mussolini.

2 Dans la nuit du 10 au 11 février 1918, le capitaine Costanzo Ciano, accompagné d’une trentaine d’hommes, dont Gabriele D’Annunzio, parvient à pénétrer dans la baie de Buccari, sur la côte croate, et à détruire des navires autrichiens au nez et à la barbe des défenseurs. D’Annunzio illustre cet épisode de la Grande Guerre dans La canzone del Quarnaro.

3 Raffaello Riccardi a succédé à Felice Guarnieri le 31 octobre 1939 au ministère des Changes et Valeurs.

4 Né en 1877, Guido Donegani préside la Montecatini depuis 1918. Député en 1921, il adhère au fascisme avec lequel il collabore sur le plan économique. Il est, depuis 1939, député à la Chambre des faisceaux et corporations.

5 Le 11 février, les forces du maréchal Timochenko parviennent à forcer les défenses finlandaises de la ligne Mannerheim, obligeant les troupes finnoises au repli.

6 Le 8 février, à Paris, une perquisition dans les locaux de l’agence de presse soviétique permet la découverte de documents montrant qu’elle relaie des arguments de la propagande allemande.

7 Le 16 février, le destroyer britannique Cossack aborde le ravitailleur allemand Altmark dans le fjord norvégien de Jössing, alors qu’il transporte 300 prisonniers britanniques.

8 Épouse de Gabriel Bethlen, conseiller à l’ambassade de Hongrie à Rome.

9 Giuseppe Teucci est attaché de l’Air à l’ambassade de Berlin.

10 Ainsi pour le cuivre yougoslave. Mackensen écrit dans son rapport : « Le fait que l’Italie apparaît comme acheteur de cuivre en Yougoslavie dans les circonstances actuelles a causé à Berlin une extrême irritation parmi les offices intéressés. On s’attendait à ce que l’Italie abandonne à l’Allemagne les rares marchés sur lesquels les matières premières sont encore librement accessibles et qu’elle couvre ses propres besoins à l’aide d’acquisitions outre-mer. La question du cuivre yougoslave a pour nous une importance toute spéciale ; une situation analogue se présente aussi en ce qui concerne l’acquisition de minerai de nickel en Grèce. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre II (2 janvier – 18 mars 1940), op. cit., doc. no 451, p. 196.

11 Cela fait suite au chargement de charbon allemand sur des navires italiens à Rotterdam.

12 Dans son Journal, Ansaldo rapporte les avis de Mussolini concernant la guerre : « Il la voit très longue. Il me dit qu’il convient d’exclure absolument que nous fassions moins que ce que commande l’honneur. Toutefois, nous sommes bien décidés à défendre nos intérêts envers quiconque. Nous sommes pour le moment en phase préparatoire : nous fortifions l’ensemble de nos frontières, y compris celles du Haut-Adige (il souligne ces dernières paroles) car nous ne voulons subir les pressions de personne. Puis, en 1942, nous verrons ce qu’il conviendra de décider. » Dans Ansaldo Giovanni, Il giornalista di Ciano, op. cit., p. 218.

13 Cet accord commercial prévoit entre autres 12 millions de tonnes de charbon et 10 000 tonnes d’essence non raffinée importées en Italie alors que l’Allemagne importera entre autres pour 2 millions de Reichsmarks de fromage, 100 000 tonnes de bauxite, 40 000 flacons de mercure. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre II (2 janvier – 18 mars 1940), op. cit., doc. no 458, p. 218-219.

14 Hitler a prononcé ce discours à l’occasion du 20e anniversaire de la fondation du parti nazi.

15 Spécialiste de l’Amérique latine au département d’État, ambassadeur à Cuba en 1933, Sumner Welles est nommé sous-secrétaire d’État par le président Roosevelt en 1936. En février 1940, il entame une mission de bons offices en Europe. Il est à Rome du 26 au 29 février, puis à Berlin du 1er au 3 mars, ensuite à Paris du 7 au 10 mars, enfin à Londres du 10 au 14 mars.

16 Au cours de cet entretien, Sumner Welles fait savoir à Mussolini que le Congrès vient de voter une enveloppe de 2 millions de dollars en vue de la participation des États-Unis à l’Exposition universelle prévue à Rome en 1942, et que l’administration américaine souhaite établir un traité commercial italo-américain. À la demande du sous-secrétaire d’État américain au sujet d’éventuelles possibilités d’entente entre les belligérants, Mussolini a répondu ne pas y croire vraiment dans la mesure où les exigences alliées (rétablissement de l’Autriche, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne indépendantes) lui paraissent irrecevables. De plus, le Duce ajoute que tout règlement d’une future paix ne peut se faire sans poser la question de la position italienne en Méditerranée, prison de la péninsule. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 333-335.

17 Dans son rapport à Washington, Sumner Welles fait un portrait favorable de Ciano : « Le comte Ciano me fait une impression différente de celle à laquelle je m’attendais. D’après les photographies et les rapports que m’avaient faits des personnes qui avaient été en contact avec lui, je l’avais imaginé comme quelqu’un ayant une haute idée de lui-même. J’ai ressenti l’inverse lors de ma conversation avec lui. Il paraît plus âgé que ses 38 ans [NDA : Ciano a 37 ans le 18 mars 1940] mais semble en bonne forme physique. Ses manières sont cordiales et sans affectation. Il parle anglais avec aisance. » Dans Foreign Relations of the United States. Diplomatic Papers. 1940, vol. I, General, United Printing Office, Washington, 1959, p. 21.

18 Née le 24 février 1940 au palais royal de Naples, Marie-Gabrielle de Savoie est le troisième enfant du prince et de la princesse de Piémont.

19 Anfuso rapporte les propos suivants de Ciano : « Tes Prussiens vont se jeter sur la France. Ils lui porteront de violents coups au début, mais ils n’arriveront à rien. Tout le monde croit, parce qu’ils ont réussi à vaincre les Polonais, qu’ils pourront refaire la même chose avec les Français. C’est une erreur. Les Français ont une armée forte, une ligne fortifiée, l’aide de l’Angleterre et la solidarité d’une partie du monde ; de plus, ils ont de bons généraux et une tradition militaire. J’ajouterai que les Allemands ne seront jamais sûrs de la Russie. Ils commettront à l’égard de la France les mêmes bêtises qu’en 1914. Tout ceci, bien entendu, à condition qu’ils attaquent, parce que là-dessus, j’ai aussi des doutes. À les entendre, il leur suffit d’appuyer sur un bouton pour que l’Europe s’écroule foudroyée. Ribbentrop parle de la France comme si elle n’existait plus et Goering donne l’Angleterre comme détruite. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 104.

20 Henri de Kérillis est député de Paris depuis 1932. Issu des rangs de la droite républicaine, il est rédacteur au journal L’Époque et défend une politique de fermeté vis-à-vis des puissances de l’Axe. Le 4 octobre 1938, il a voté contre la ratification des accords de Munich.

21 Umberto Albini est préfet de Gênes.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540