Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Décembre

Texte intégral

  • 1 Mackensen note dans son rapport : « La question des fournitures de charbon par mer est vitale pour (...)

11er décembre. Je vois lord Lloyd au golf, de retour d’un voyage dans les Balkans. Il n’avait rien de spécial à me dire, sauf me confirmer ce que l’ambassadeur m’avait déjà dit hier : l’Angleterre est décidée à conduire la guerre jusqu’à la victoire totale. L’ambassadeur d’Allemagne revient me voir afin de me demander ce que nous comptons faire sur la question du blocus : c’est Ribbentrop qui l’assaille de télégrammes et qui veut créer à tout prix une crise entre nous et Londres1. Ce qui m’ennuie le plus est qu’il a donné l’ordre à Mackensen de voir le Duce. Je l’y conduirai demain. Ces entretiens ont toujours des aspects dangereux.

  • 2 Sigle du service d’information militaire.

2Le général Carboni, nouveau chef du SIM2, doit rencontrer Canaris à Munich : la consigne que je lui ai donnée est de n’assumer aucun engagement sérieux. Dire oui aux Allemands pour les petites choses afin de pouvoir leur dire non pour les grandes.

32 décembre. Ce matin, j’ai réuni auprès de moi Ricci, Riccardi et Host-Venturi pour constituer un office de coordination en relation avec la guerre économique. Ils sont tous les trois antiallemands à cent pour cent. Cependant, j’ai cru bon de les catéchiser en leur racontant brièvement ce qui s’était passé à Salzbourg et par la suite. Ils étaient indignés et je suis certain que nous travaillerons bien pour aplanir les obstacles avec la France et l’Angleterre et pour les accentuer avec les Allemands.

  • 3 Le rapport allemand rapporte les propos du Duce : « Il observe depuis longtemps avec une indignatio (...)

4Le Duce a reçu von Mackensen. C’est plus fort que lui, quand il parle avec un interlocuteur allemand, il prend des tons bellicistes. Il l’a encore fait ce matin, quoiqu’un peu plus en sourdine3. Il est clair que Ribbentrop, qui commence à se démener dans son bourbier, fait tout pour nous y entraîner. Il serait idiot de ne pas se rendre compte de son jeu et il serait criminel de le seconder. En tout cas, le Duce n’a pas pris d’engagement ferme et, ce qui compte le plus, a réaffirmé l’orientation antibolchevique de notre politique.

  • 4 Le 30 novembre, les forces soviétiques lancent une offensive contre la Finlande. Elles parviennent (...)

5En réalité, toute l’Italie est indignée par l’agression russe contre la Finlande, et c’est seulement par un sentiment de discipline que les Italiens n’ont pas fait de manifestations publiques4. J’ai préparé une lettre pour lord Halifax au sujet du blocus : il est un fait que de nombreux obstacles viennent gêner notre navigation et, étant donné l’état d’esprit encore incertain de Mussolini, il convient d’éviter tout incident qui puisse provoquer une crise entre nous et Londres.

  • 5 Les paroles et les plumes s’en vont au vent ! En espagnol dans le texte.

63 décembre. Le Duce et moi avons rédigé l’ordre du jour qui sera voté lors du prochain Grand Conseil. Le Duce tient beaucoup à insérer un alinéa réaffirmant que les rapports entre Rome et Berlin sont inaltérables : palabras y plumas el viento las lleva5 ! Nulle objection de ma part à condition qu’un autre, avec la même précision, réaffirme que nous continuerons à rester les armes aux pieds.

7Mussolini est toujours plus inquiet. Il se sent hors des grands événements et voudrait, d’une manière ou d’une autre, s’y intégrer. Il propose d’envoyer à Hitler, après le Grand Conseil, une lettre pour lui dire que s’il souhaite chercher une solution diplomatique, il est prêt à l’appuyer. Si, inversement, il entend continuer la guerre, il interviendra en 1942, comme cela est prévu par nos engagements. Tout ceci me semble inutile et dangereux, mais il n’est pas encore opportun de le contredire. Je le ferai s’il veut réaliser son projet. En ce moment, rien n’est mieux que de rester tranquille, absolument tranquille. Nous en avons des avantages de toute nature, en particulier d’ordre moral. D’autre part, nous ne devons pas nous faire d’illusions : le peuple italien est toujours plus antiallemand. Ce développement de l’antibolchevisme est lié à l’antigermanisme. Le sort des Finlandais serait beaucoup plus indifférent aux Italiens si les Russes n’étaient pas pratiquement des alliés de l’Allemagne.

84 décembre. Dans toutes les villes italiennes ont lieu des manifestations d’étudiants en faveur de la Finlande et contre la Russie. Mais il ne faut pas oublier que lorsque la foule crie « Mort à la Russie », elle pense « Mort à l’Allemagne ».

  • 6 Titre officiel d’un membre d’un ordre de chevalerie.
  • 7 La région de Poznań est rattachée au Reich en octobre 1939 afin de former le Wartheland. La rapide (...)

9J’ai montré au Duce le rapport d’un Italien, le Grande Ufficiale Volpato6, le seul étranger qui ait été à Poznań jusqu’à présent. Il décrit, avec une simplicité qui accentue l’horreur des faits, ce que les Allemands ont accompli : des atrocités sans nom et sans raison7. Le Duce lui-même en était indigné. Il m’a conseillé de faire parvenir ces nouvelles, par des moyens détournés, aux journaux français et américains. Il faut que le monde sache.

  • 8 Sans doute une allusion à la locution latine Timeo Danaos et dona ferentes (Je crains les Grecs mêm (...)

10Starace me fait voir un rapport de ses services d’information selon lequel il est dit que l’ambassade d’Allemagne propagerait des bruits sur de graves dissensions entre moi et le Duce. L’affaire est désormais dépassée : il s’agit d’une ancienne manœuvre qui commença après Salzbourg. Starace, qui voulait donner des preuves de loyauté, m’a dit qu’il n’entendait absolument pas montrer le document au Duce. Moi qui connais mon homme et qui le crains et dona ferens8, je lui ai dit que la chose me laissait indifférent et lui ai même conseillé de le donner au Duce. Il a insisté dans son refus. Ainsi, c’est lui qui n’a pas voulu et pour ma part, je n’y suis pour rien.

  • 9 Né en 1890, Robert Ley participe à la Première Guerre mondiale comme artilleur, puis comme aviateur (...)

115 décembre. Entretien avec le docteur Ley9. Sa visite à Rome est nettement de marque germanique : personne ne l’avait prié de se déranger, mais il a beaucoup insisté pour voir Cianetti à Venise. À peine a-t-il obtenu l’accord qu’il s’est précipité à Rome pour s’entretenir avec le Duce et avec moi afin de donner à son voyage un aspect nettement politique.

  • 10 Un autre point est abordé dans cette conversation et est indiqué dans le procès-verbal de Ciano : l (...)

12Ley est un gros individu qui fut dans le passé un fameux ivrogne, habitué à vivre dans un bordel de Cologne. Ce n’est pas l’individu le plus indiqué pour accomplir des missions diplomatiques. Il répète comme un disque, c’est-à-dire comme son patron l’a chargé de dire, et recule avec une peur impressionnante dès que l’on fait une demande qui sort du sujet. J’ai mis par écrit le procès-verbal. Rien de sensationnel dans ce qu’il a dit, mais les points qu’il a laissés entendre sont très importants : 1) l’attaque de la Hollande se prépare sous prétexte que la Hollande ne respecte pas sa neutralité ; 2) la Russie a plus ou moins obtenu les mains libres en Suède et en Bessarabie ; 3) l’Allemagne prévoit à échéance de quelques années un conflit avec les Soviets ; 4) la poursuite de la guerre est la seule perspective qu’Hitler offre pour l’avenir10.

13Percy Loraine va à Malte afin d’influer sur l’amirauté et tenter de rendre le contrôle moins sévère.

  • 11 Dans son rapport, François-Poncet analyse son entrevue sous un autre angle : « Ainsi subsiste l’imp (...)
  • 12 Attitude. En allemand dans le texte.

146 décembre. François-Poncet communique que les Alliés ont décidé de laisser le libre passage au charbon que nous importons d’Allemagne. Nous avons un long entretien dans lequel la seule chose importante est que les Français admettent que la ligne Maginot puisse être enfoncée par une attaque allemande, mais ils estiment possible de battre les Allemands en rase campagne11. Je vois Attolico, qui arrive de Berlin. Il ne peut pas me dire grand-chose car, désormais, les Allemands parlent peu avec nous et encore moins avec lui qu’avec les autres. Il confirme ce que tout le monde dit, à savoir que la Stimmung12 du peuple allemand envers nous est toujours moins favorable, même si, dans certains milieux, on présente notre intervention comme certaine pour le printemps, en se basant sur un entretien entre Mussolini et Mackensen il y a un mois.

  • 13 Cette séance du Grand Conseil est la dernière avant celle des 24 et 25 juillet 1943 qui provoque la (...)

157 décembre. Rien de nouveau. En soirée, je fais une longue relation au Grand Conseil13. Je demande au Duce de donner lecture de tous les documents et il m’y autorise. Les faits que je révèle font une grande impression. Comme je crois au secret absolu des délibérations du Grand Conseil, je suis sûr que ce que j’ai dit hier soir sera connu petit à petit dans le pays et fera l’effet escompté.

  • 14 Journal de Ferrare où Balbo est le principal responsable fasciste.

168 décembre. Le Duce était très satisfait de mon rapport. Par contre, il était furieux contre Balbo qui continue à mener, dans Il Corriere Padano14, une campagne de presse trop ouvertement anticommuniste pour qu’on ne comprenne pas que le véritable objectif est l’Allemagne. « S’il croit, a dit le Duce en présence de Pavolini et de moi-même, pêcher en eau trouble à l’intérieur, qu’il se rappelle que je suis en mesure de mettre au poteau n’importe qui, à l’exclusion de personne. »

  • 15 Il s’agit d’Eero Järnefelt depuis février 1939.

17J’ai reçu le ministre de Finlande15 qui a remercié pour l’assistance morale donnée à son pays et demande une aide en armes et, si possible, en spécialistes. Aucun obstacle de notre part à l’envoi d’armes : quelques avions ont d’ailleurs été envoyés. Ceci est possible tant que l’Allemagne consentira au trafic, mais jusqu’à quand l’acceptera-t-elle ? Le ministre répond qu’il ne voit pas de difficulté de ce côté : il me confie que l’Allemagne elle-même a fourni des armes à la Finlande en les prélevant surtout dans les stocks provenant du butin de guerre polonais. Ceci prouve que le rapprochement germano-soviétique n’est pas aussi complet qu’on voudrait le faire croire à Berlin et à Moscou. Au fond, la défiance, le mépris et la haine dominent.

  • 16 Nicolas Gorelkine remplace Boris Stein, en poste à Rome depuis 1935. Il ne prend effectivement sa c (...)

189 décembre. Ce matin, j’étais un peu préoccupé car le Duce voulait que j’insère, dans mon discours, un alinéa relatif aux relations entre l’Italie et la Russie, si ce n’est cordial du moins correct. La chose ne m’apparaissait pas très opportune et en net contraste avec tout le reste du discours. En soirée est arrivée une lettre du nouvel ambassadeur soviétique16, lequel nous annonçait avoir été rappelé à Moscou et qu’il ne pourrait présenter ses lettres de créance le 12, comme prévu initialement. J’ai informé le Duce en insistant sur l’impolitesse inusitée d’un tel geste. La réaction a été immédiate et si le discours doit être modifié, il le sera pour forcer la dose.

19Cependant, l’attitude du Duce est toujours oscillante et, dans le fond, il est encore avec l’Allemagne. Il a dit, aujourd’hui, que le moment approche de présenter à la France les revendications sur la Corse et la Tunisie. J’ai répondu que dans un tel cas, il faudra être prêts car cela signifiera inévitablement la guerre. Il était très content d’un article anglais dans lequel était écrit que le peuple italien pourrait se battre aux côtés de l’Allemagne pour des raisons d’honneur. Ceci est également son point de vue, et quand mille voix disent le contraire, il suffit d’une, anonyme, qui lui donne raison pour s’attacher à celle-ci, négligeant, voire niant les autres. Je ne cache pas que cet état d’esprit du Duce me préoccupe.

2010 décembre. Mussolini est toujours plus exaspéré par le contrôle britannique sur la navigation. Il menace de réactions et de représailles. Je crois au contraire qu’il n’y a pas grand-chose à faire : ou nous avons les moyens de nous y opposer par la force et c’est la guerre, ou bien nous cherchons à résoudre les difficultés de manière amicale.

21Le Duce est toujours plus nerveux alors qu’il se vante d’être très calme. La position de neutre dans une Europe en guerre ou qui s’apprête à se battre l’humilie. Mais je ne vois pas d’issue : l’état d’absolue impréparation militaire, autarcique et économique nous contraindra encore pour longtemps à rester dans la position actuelle. Pour ma part, cela ne me déplaît pas. Un jour, tout le monde se rendra compte des grands avantages que la non-belligérance a procurés à l’Italie.

2211 décembre. Rien de neuf.

  • 17 Mine grecque.

2312 décembre. Les Allemands, ayant appris que nous exploitions la mine de Lokris17, unique ressource en nickel, nous la demande. Je croyais trouver une forte réaction chez le Duce. Tout au contraire. Il est disposé, si ce n’est d’accepter tout simplement la requête, du moins à céder une partie du minerai. Et cela va bien… Mais il est instructif de voir comment agissent ces messieurs : en arrogants et en pillards. Jusqu’à quand ?

2413 décembre. Long entretien avec le Roi au sujet des décorations à remettre aux Albanais. Puis nous faisons un tour d’horizon. Il ne me dit rien de neuf mais il se confirme neutraliste et antiallemand à outrance. Mais il n’aime pas non plus les Français et en dévalue l’efficacité militaire. Il envisage possible – même s’il souhaite le contraire – que l’offensive allemande ait des résultats positifs.

25Le Duce me fait introduire dans mon discours, outre la confirmation de l’alliance, le rappel de son discours aux squadristes. Il faudra expliquer à la presse que le rappel concerne ce qui avait été dit à propos des engagements internationaux et non au sujet des revendications envers la France, ce qui nous plongerait dans une polémique qui pourrait devenir dangereuse.

26Mackensen revient à la charge à propos de la mine de nickel. Je réponds, avec des chiffres précis, que nous pourrions en céder une partie mais qu’il s’agirait de petites quantités. Il n’est pas satisfait et moi encore moins.

  • 18 « Quand une révolution comme la révolution fasciste a compté parmi ses porte-étendards des hommes d (...)

2714 décembre. On commémore la mémoire de Papa à la Chambre. Grandi prononce une très noble oraison et le Duce a des paroles qui ne lui sont pas habituelles18. Je n’avais jamais vu la salle des séances sans lui. Aujourd’hui, à sa place, avait été posée une grande couronne de laurier. Mais jamais, comme aujourd’hui, il n’avait été aussi proche de moi.

2815 décembre. Rien de nouveau.

  • 19 Le discours de Ciano devant la Chambre des faisceaux et des corporations marque une grande distance (...)

2916 décembre. Je parle à la Chambre. Le discours a beaucoup de succès, même si le subtil venin antiallemand dont il est imprégné n’apparaît pas tout de suite à tous. À première vue, il semble uniquement antibolchevique alors qu’il est, sur le fond, contre l’Allemagne. On me dit que l’ambassadeur allemand l’a écouté en silence et qu’il n’a pas réussi à cacher son désappointement. Tant mieux. En soirée, je vois sir Percy Loraine, qui est très satisfait et me fait des compliments19.

3017 décembre. Le discours continue à être à l’ordre du jour. Il a eu beaucoup de succès en Italie et à l’étranger et a porté très loin politiquement. S’il était difficile auparavant de persuader les Italiens de faire la guerre aux côtés de l’Allemagne, ceci est désormais impossible dans la mesure où ils connaissent la vérité profonde et tous les événements. Même l’argument de la parole donnée ne suffirait plus. Tous ont compris et savent que celle qui a trahi, et par deux fois, c’est l’Allemagne.

  • 20 « À Berlin, Ribbentrop s’emporta en lisant la traduction fidèle faite par notre service », note le (...)

3118 décembre. Rien de nouveau. Encore beaucoup de commentaires, tous bons, y compris à Berlin où pourtant on rit jaune20.

  • 21 Depuis l’unité de l’Italie, il n’y eut aucune rencontre entre un roi d’Italie et un pape à cause de (...)
  • 22 Parmi les mesures prises par les autorités nazies contre l’Église, on peut citer l’ordonnance du 29 (...)

32Les négociations sont terminées au sujet de la visite du Roi au Pape et inversement, événement sans précédent21. Cela fera beaucoup de bruit et ne participera pas à nous rapprocher de l’Allemagne, où la lutte contre le catholicisme se poursuit de manière impitoyable et idiote22.

  • 23 L’ambassadeur français rapporte les propos suivants qu’il aurait tenus à Ciano : « Cependant, le Re (...)
  • 24 Michele Lanza, attaché d’ambassade à Berlin, et qui écrit sous le pseudonyme de Leonardo Simoni, no (...)

3319 décembre. Je croyais que François-Poncet accueillerait mon discours avec plus de sympathie. Inversement, lors de la visite qu’il m’a faite hier, il s’est lamenté, non pour ce que j’avais dit mais pour avoir souligné trop fortement notre solidarité avec l’Allemagne. À vrai dire, je ne sais où, ni à quel propos23. Les Anglais se sont montrés plus fins et ont réservé au discours un accueil que seule la prudence a contenu. Les Italiens, les plus intelligents de tous, ont compris pleinement mon latin et ont considéré le discours comme un vrai enterrement de l’Axe24.

34Un représentant finlandais demande à acquérir des armes : aucun obstacle à formuler dans les limites de nos possibilités et à condition qu’ils s’occupent eux-mêmes du transport. Wieniewa m’accuse d’être « le plus grand assassin du monde ». Lors de mon discours, j’ai supprimé au moins 7 millions de Polonais qui sont, selon lui, 25 millions.

35Long entretien avec les sénateurs albanais : ils m’ont présenté leurs récriminations et leurs désirs. Petites choses, personnelles et locales, pour lesquelles on peut leur donner satisfaction. Je suis convaincu, à entendre leurs propos, que les choses se déroulent de manière satisfaisante en Albanie.

3620 décembre. Prestation de serment des Albanais au Sénat.

37Le Duce a eu une grande colère car L’Osservatore Romano a annoncé la visite des Souverains comme une brève nouvelle de chronique. Mais ceci est l’habitude vaticane : j’ai eu du mal à le lui faire comprendre. Il s’en prend à la papauté : « Je suis, dit-il, toujours plus gibelin. Sur l’écusson de Forlì, il y a l’aigle du parti blanc. » L’autre raison de sa colère est l’interception de nos navires de la part des Anglais. Je ne sais plus que faire. D’autre part, tant que nous continuerons à proclamer notre solidarité avec Berlin, il est difficile que les Anglais ne nous appliquent pas les normes du blocus. Demain, j’emmènerai Percy Loraine chez le Duce : il est bon qu’il sente directement quel est l’état d’esprit de Mussolini.

3821 décembre. Visite des Souverains au Saint-Siège. Le Roi est de bonne humeur et me félicite pour mon discours. Il est heureux que j’aie mécontenté les Allemands qui, à son avis et selon son souhait, sont destinés à perdre la guerre, surtout parce qu’ils ne peuvent pas compter sur le plein appui de la Russie. La visite s’est déroulée normalement et il n’y eût qu’un seul moment d’émotion. Celui-ci se déroula lorsque le Pape, de manière improvisée, commença un discours. Le Roi, toujours embarrassé, ne savait quelle attitude adopter : il craignait de devoir répondre et comme il n’excelle pas dans l’art oratoire, il se tourna vers moi d’un air désespéré. Je lui ai fait signe de rester calme et cela le tranquillisa. Le Pape, lors de l’entretien qu’il a eu avec le Roi, s’est élevé avec une grande violence contre l’Allemagne à cause de la persécution faite à l’Église.

  • 25 La salle de la Mappemonde est la salle de travail de Mussolini au palais de Venise. Elle doit son n (...)

39Je vois Himmler et j’ai avec lui un entretien assez insignifiant. Je cherche à avoir des nouvelles sur l’offensive mais, désormais, les Allemands se défient de moi et les renseignements sont rares. Hier, le Duce s’est entretenu deux heures avec Himmler et celui-ci est sorti très satisfait de la salle de la Mappemonde25. Que lui aura promis Mussolini ? Me rendant compte de l’entretien, le Duce a dit qu’Himmler était antirusse et un peu découragé, et qu’il lui avait dit « qu’il ne permettrait jamais une défaite de l’Allemagne ». C’est déjà beaucoup mais je crains qu’il soit allé encore plus loin.

4022 décembre. Je m’entretiens longuement avec Percy Loraine au sujet de la question du blocus. Il est nécessaire de trouver une solution avant qu’un incident ne vienne compromettre la situation et ne fasse passer le problème du plan commercial au plan moral où tout compromis est plus difficile.

  • 26 Né en 1882, le général Ion Antonescu a été attaché militaire à Paris et à Londres entre 1922 et 192 (...)

4123 décembre. Long entretien avec Antonescu26, envoyé par le roi de Roumanie afin de tester le terrain et connaître ce que seraient les intentions italiennes au cas où les Russes traverseraient la frontière roumaine. J’ai répondu en réaffirmant notre point de vue antibolchevique, mais j’ai évité de prendre tout engagement qui pourrait nous lier alors qu’il convient d’avoir le maximum de liberté d’action. Je souhaiterais également que nous agissions sur les Hongrois afin d’empêcher qu’une de leurs menaces dans le dos des Roumains ne les oblige à s’entendre avec les Russes. Cela est possible, mais l’entêtement de Csáky ne me laisse pas beaucoup d’espoir.

42Je donne à von Mackensen un document d’une gravité exceptionnelle venu de Prague : il s’agit du compte rendu d’une conférence faite par le vice-bourgmestre de Prague – un Allemand – qui révèle, pour ainsi dire, les objectifs de l’impérialisme allemand. Il ne s’agit pas du Haut-Adige ou de Trieste, mais de la totalité de la plaine du Pô ! Mussolini en était indigné et, comme le document contenait beaucoup de menaces pour la Russie, il m’a ordonné de l’envoyer avec une lettre anonyme à l’ambassade soviétique à Paris. J’ai dit à Mackensen que si ce document était connu des Italiens, il provoquerait un tel mouvement de protestation que personne ne pourrait le contenir. Mackensen était très impressionné : désormais, il tremble chaque fois que je l’appelle car il a bien compris mes intentions.

  • 27 Maxime Weygand est né en 1867. En 1914, il devient chef d’état-major du général Foch, dont il est l (...)

4324 décembre. François-Poncet fait connaître, pour le moment à titre personnel, la préoccupation française pour les Balkans. L’armée Weygand27 est prête, depuis la Syrie, à intervenir afin de repousser toute menace, tant allemande que russe, mais Paris entend ne rien faire sans avoir pris l’avis de l’Italie à qui sont reconnus des intérêts particuliers dans la région. Je ne peux prendre, pour l’instant, aucun engagement mais il est important que la France ait pris cette initiative.

4425 décembre. Rien de neuf. Un jour de fête fait ressentir encore plus douloureusement l’absence de ceux qui ne sont plus là.

4526 décembre. Je parle de la Roumanie avec Mussolini. Il est en faveur d’une action en direction des Hongrois, comme le demandent les Roumains, et est même prêt, en cas d’agression russe, à accorder un soutien militaire à ces derniers, comparable à celui que nous avons apporté à Franco. La lecture du rapport sur le discours du vice-bourgmestre de Prague l’a rendu encore plus défiant vis-à-vis des Allemands. Pour la première fois, il en a souhaité ouvertement la défaite et comme Marras, l’attaché militaire à Berlin, signale avoir eu des nouvelles de bonnes sources sur l’invasion imminente de la Hollande et de la Belgique, le Duce m’a invité à en informer discrètement les deux représentants diplomatiques. Il a toujours l’occupation de la Croatie en tête. Je lui ai dit que cela était possible à condition que cela se fasse en accord avec les Franco-Britanniques.

46J’informe Antonescu de notre programme en cas de complications russo-britanniques. Il en est très heureux. Il me raconte avoir appris par l’ambassade de France à Bucarest que la Grande-Bretagne a récemment envoyé une note à Paris pour dire ce qui suit : 1) l’Italie devait être à nouveau attiré par l’amitié britannique ; 2) l’Italie veut aller dans les Balkans ; 3) si ceci est la condition pour réaliser le point numéro 1, l’Angleterre est prête à laisser faire. Les Français auraient envoyé une longue note pour faire opposition. Ceci est vraisemblable car cela correspond à la myopie mesquine de la politique parisienne. Mais c’est un bon signe que les Anglais soient dans cet état d’esprit.

  • 28 Le 28 décembre, Ribbentrop entretient Attolico des étonnements de l’Allemagne vis-à-vis de certains (...)

4727 décembre. Les Allemands sont tellement alarmés au sujet de la question du discours de Prague qu’ils ont rappelé pour consultation von Mackensen à Berlin. Naturellement, ils démentent, mais le discours trouve ses fondements logiques dans toute une littérature germanique qui diffuse depuis longtemps les idées exposées par monsieur Pfitzner28.

  • 29 L’ordre de chevalerie de l’Éperon d’or est fondé par le pape Pie IV en 1559.

48Le Pape m’a conféré l’Éperon d’or29. Plus que la décoration en soit, j’ai été heureux du télégramme du cardinal Maglione dans lequel il exalte mes efforts en faveur de « la noble cause de la paix » et du rapprochement entre l’État et l’Église. Mussolini tend à dévaluer l’importance de la visite du Pape au Roi et jamais, comme ces jours-ci, il ne s’est plu à se définir comme « mécréant ». Inversement, l’événement satisfait le peuple italien, qui confère à la visite une saveur antiallemande et antibolchevique.

49Long entretien avec Bocchini. Il s’est surtout plaint de l’humeur inquiète du Duce – chose notée par tous ses collaborateurs – et va jusqu’à dire qu’il devrait reprendre une intense cure antisyphilitique, car Bocchini attribue son actuel état psychique à une résurgence du vieux mal. J’ai été très surpris – et ennuyé – que Bocchini ait dit cela, même si je dois reconnaître que l’incohérence de Mussolini désoriente vraiment ceux qui doivent travailler avec lui.

50Velaci me demande l’autorisation de « prendre une initiative contre Zog qui, mort, nous donnera encore moins de souci qu’aujourd’hui ». L’affaire ne nous intéresse pas et j’ai répondu que seuls les Albanais sont en mesure de juger de la vie d’un autre Albanais.

5128 décembre. Visite du Saint-Père au Roi. Tout s’est déroulé selon le cérémonial prévu. Le Roi était content de la visite et m’a confié après l’entretien que le Pape a répété plusieurs fois qu’il souhaiterait améliorer les relations avec l’Allemagne, mais que ceci est rendu impossible par la continuelle intransigeance allemande. Tout de suite après la visite, je me suis rendu chez le Duce qui ironise encore sur l’événement et en diminue la portée.

52Csáky fait savoir qu’il sera à Venise dans la première semaine de janvier : je chercherai à lui faire comprendre qu’il est de l’intérêt de la Hongrie de trouver un accord avec la Roumanie au moment où le péril russe se manifeste toujours plus proche et pesant. La Hongrie – si elle veut vivre et même modestement prospérer – doit éviter de devenir – plus qu’elle ne l’est déjà aujourd’hui – un état mosaïque. Les précédents exemples montrent que cela est très dangereux.

  • 30 L’ambassadeur soviétique a quitté Rome sans avoir présenté ses lettres de créance, sans doute afin (...)

53Nous avons rappelé Rosso de Moscou : tant que les Soviets n’envoient pas un titulaire, notre ambassade à Moscou sera réduite à un chargé d’affaires. Notre décision n’améliorera pas nos relations avec l’URSS, et encore moins avec l’Allemagne. Le télégramme ridicule et mensonger de Staline à Ribbentrop (il parle de sang versé ensemble, mais où ?) prouve que la collusion entre le bolchevisme et le nazisme se fait toujours plus intense et profonde. Tant mieux : ils subiront le même sort30.

  • 31 René Besnard, sénateur d’Indre-et-Loire depuis 1920, est ambassadeur de France à Londres de 1924 à  (...)
  • 32 Le gouvernement fasciste prévoit une Exposition universelle en 1942 afin de célébrer les 20 ans du (...)

5429 décembre. Je vois Besnard31, commissaire français pour l’Exposition de 194232. Nous parlons un peu de politique mais il ne dit rien d’intéressant. Les anciens ambassadeurs croient toujours être en mesure de faire quelque chose que n’a pas fait l’ambassadeur en charge et qu’ils n’ont pas effectuée lorsqu’ils en avaient la possibilité.

55Sir Percy Loraine annonce que le gouvernement anglais entend agir avec largeur d’esprit en ce qui concerne l’Italie à propos du blocus. C’est très bien et cela détendra le Duce.

  • 33 Sans doute une allusion aux frères Tiberius Sempronius Gracchus et Caius Sempronius Gracchus, tribu (...)

56Je suis un peu préoccupé par l’action de Muti. C’est un très bon garçon, affectionné et dévoué, mais il plus de cœur que de tête et il n’a pas su résister à la tentation de baser son action sur des considérations personnelles : nommez Caius et chassez Sempronius33, et le reste ne compte pas. Il ne voit pas l’essentiel des problèmes. Sans le vouloir, il n’en fait qu’à sa tête et m’écoute de moins en moins. Il croit avoir séduit Mussolini et ne comprend pas que celui-ci le juge des hommes le plus froid : il ne contredit pas l’interlocuteur, ne discute pas et ne s’oppose pas ouvertement, mais il consume les individus avec une technique impitoyable. Muti croit être le chat. Au contraire, il est la souris. Il se peut que je fasse erreur mais je crains que le Duce soit plutôt sceptique sur la situation du Parti et je ne voudrais pas que Muti ait la vie éphémère et fugace d’une météorite politique.

  • 34 Piero Parini est alors préfet de Milan.

5730 décembre. Je conduis Verlaci chez le Duce. Il fait un rapport très optimiste sur la situation albanaise et demande seulement une plus grande concentration de pouvoirs en faveur du lieutenant général. La hiérarchie devrait être la suivante : le gouvernement de Tirana responsable devant le lieutenant général, celui-ci responsable devant Rome. Pour effectuer une telle concentration de pouvoirs, j’ai pensé faire appel à Parini34 à la tête de l’inspectorat du Parti, au poste de Giro qui a bien fait les choses durant la préparation mais qui s’est compromis avec trop de personnes.

  • 35 Il s’agit plutôt de Marie-José de Piémont, épouse du prince héritier.
  • 36 Des rumeurs font état de l’homosexualité du prince Humbert.

58Long entretien avec Marie de Piémont35. Elle est surtout inquiète de la menace d’une invasion allemande de la Belgique. Je lui ai laissé comprendre que, selon nos plus récentes informations, la chose est désormais assez probable. Elle en informera tout de suite le roi Léopold. Nous nous sommes entendus sur le fait que, si je reçois de nouvelles informations, je les porterai à sa connaissance par l’entremise d’une personne fiable. Elle a voulu savoir beaucoup de détails sur mon action à Salzbourg et, par la suite, m’a dit des choses amicales et sympathiques. Elle déteste les Allemands de toute son âme : elle les traite de menteurs et de porcs. Elle parle bien du prince de Piémont et explique qu’il a opéré un subit et complet revirement d’âme et d’habitudes. Elle me laisse entendre que le fils qui naîtra est de lui, sans recours aux médicaments et aux seringues36.

59Mussolini veut que l’action albanaise contre Zog soit suspendue : je donne des ordres en ce sens. Il a raison. Nous n’en aurons aucun avantage mais seulement des inconvénients.

6031 décembre. Mussolini a toujours quelques retours de flamme germanophiles. Il souhaiterait écrire une lettre à Hitler afin de lui donner quelques conseils (jusqu’à présent, il n’a pas été beaucoup écouté !) et pour lui dire qu’il continue de se préparer. Pourquoi ? La guerre aux côtés de l’Allemagne ne doit pas se faire et ne se fera jamais : ce serait un crime et une idiotie. Contre l’Allemagne, je n’en vois pas les raisons. De toute façon, peut-être contre l’Allemagne mais jamais avec elle. C’est mon point de vue. Celui de Mussolini est exactement le contraire : jamais contre et, quand nous serons prêts, avec elle pour abattre les démocraties qui sont pourtant les seuls pays avec lesquels on peut faire une politique sérieuse et honnête.

61Pour l’instant, il n’est pas la peine de parler de guerre. Les conditions d’impréparation sont absolues. C’est pire aujourd’hui qu’en septembre. Hier, le général Favagrossa a expliqué que si nous avions toutes les matières premières demandées et si les usines travaillaient en doublant les cadences, une préparation satisfaisante serait terminée en octobre 1942. Badoglio et Soddu excluent la possibilité de toute action dans un avenir plus proche.

62Ainsi, se termine l’année qui a été si cruelle dans ma vie privée et si généreuse dans ma vie publique. Selon moi, l’année qui arrive réserve de nombreuses surprises et peut-être assisterons-nous à la conclusion rapide de ces tragiques événements que l’humanité ne veut, ni ne réussit à comprendre. Dans cette incompréhension générale de la guerre, absurde et inexplicable, nous trouverons peut-être la clé permettant de la clore.

Notes

1 Mackensen note dans son rapport : « La question des fournitures de charbon par mer est vitale pour l’Italie. Ciano me dit que ces transports n’avaient pas été entravés jusqu’à présent, mais les Italiens ne tolèreraient en aucun cas qu’ils le fussent. Le moment présent n’est toutefois pas propice à des contre-mesures plus rigoureuses. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre I (4 septembre – 30 décembre 1939), op. cit., doc. no 291, p. 404.

2 Sigle du service d’information militaire.

3 Le rapport allemand rapporte les propos du Duce : « Il observe depuis longtemps avec une indignation croissante les empiètements britanniques sur les intérêts italiens, tant dans le domaine économique que dans celui de la navigation marchande. Très irrité par le fait que les chicaneries des Anglais vont en augmentant au lieu de diminuer, les Français ne jouent qu’un rôle mineur à cet égard, il a, particulièrement au cours de ces derniers jours, fait dire par Ciano à l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Rome, et aussi à Londres, que sa patience sera bientôt à bout et qu’il n’a pas l’intention d’encaisser indéfiniment le grave préjudice causé à l’économie italienne. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre I (4 septembre – 30 décembre 1939), op. cit., doc. no 293, p. 410.

4 Le 30 novembre, les forces soviétiques lancent une offensive contre la Finlande. Elles parviennent à s’emparer du port de Petsamo le 3 décembre, mais l’armée finlandaise se rétablit sur la ligne de défense dite Mannerheim.

5 Les paroles et les plumes s’en vont au vent ! En espagnol dans le texte.

6 Titre officiel d’un membre d’un ordre de chevalerie.

7 La région de Poznań est rattachée au Reich en octobre 1939 afin de former le Wartheland. La rapide politique de germanisation provoque expulsions et exécutions sommaires durant l’automne (20 000 morts ?).

8 Sans doute une allusion à la locution latine Timeo Danaos et dona ferentes (Je crains les Grecs même lorsqu’ils font des offrandes).

9 Né en 1890, Robert Ley participe à la Première Guerre mondiale comme artilleur, puis comme aviateur. Abattu en 1917, il est prisonnier dans un camp français. Engagé comme chimiste chez IG Farben, il est renvoyé pour des problèmes d’alcool et adhère au NSDAP en 1923. Gauleiter de Rhénanie du Sud en 1925, il remplace Gregor Strasser à la tête de l’organisation du parti nazi en décembre 1932. En mai 1933, Hitler le charge de diriger le Front du travail.

10 Un autre point est abordé dans cette conversation et est indiqué dans le procès-verbal de Ciano : le sort de la Pologne. Ley précise que le Bug est le fleuve frontalier avec l’URSS, que les régions de Prusse-Occidentale, de Prusse-Orientale, de Silésie et de la Warthe sont annexées au Reich, qu’un État polonais est maintenu sous la forme d’un protectorat (le Gouvernement général). Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 324.

11 Dans son rapport, François-Poncet analyse son entrevue sous un autre angle : « Ainsi subsiste l’impression que la politique italienne, conformément à sa tradition, et peut-être aux nécessités d’une longue histoire qui l’a toujours exposée aux pressions contradictoires de l’étranger, joue, en réalité, sur les deux tableaux, le comte Ciano, étant plus spécialement chargé de tenir les voies ouvertes du côté de l’Angleterre et de la France, M. Mussolini veillant, de son côté, à les tenir ouvertes du côté du Reich, les circonstances, et, principalement les événements militaires, devant, au bout du compte, déterminer la décision finale. » Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1939 (3 septembre – 31 décembre), op. cit., doc. no 394, p. 789.

12 Attitude. En allemand dans le texte.

13 Cette séance du Grand Conseil est la dernière avant celle des 24 et 25 juillet 1943 qui provoque la chute du régime fasciste. Ciano fait un long compte rendu des relations italo-allemandes depuis la guerre d’Éthiopie jusqu’au déclenchement de la guerre mondiale en insistant sur les manquements allemands. Les hiérarques donnent leur approbation à la politique de non-belligérance suivie par le régime, tout en réaffirmant la solidité de l’alliance avec le Reich. Le Grand Conseil salue également l’œuvre d’Achille Starace à la tête du parti fasciste et la nomination d’Ettore Muti. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 336-337.

14 Journal de Ferrare où Balbo est le principal responsable fasciste.

15 Il s’agit d’Eero Järnefelt depuis février 1939.

16 Nicolas Gorelkine remplace Boris Stein, en poste à Rome depuis 1935. Il ne prend effectivement sa charge qu’en juin 1940.

17 Mine grecque.

18 « Quand une révolution comme la révolution fasciste a compté parmi ses porte-étendards des hommes de la trempe et du cœur de Costanzo Ciano, elle dispose de forces matérielles et morales pour faire plier ses ennemis et vaincre le temps. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 339.

19 Le discours de Ciano devant la Chambre des faisceaux et des corporations marque une grande distance vis-à-vis de l’alliance avec le IIIe Reich. Il y fait un rappel historique en partant des traités de 1919-1920 et un tour d’horizon de l’évolution des relations internationales depuis le pacte à Quatre de 1933. Concernant les relations avec l’Allemagne nazie, Ciano évoque la solidarité pendant la guerre d’Espagne, la proclamation de l’Axe le 1er novembre 1936 que suivent le pacte anti-Komintern, le départ de la SDN, les accords de Munich (mais rien sur l’Anschluss de mars 1938). Le ministre italien des Affaires étrangères rappelle la promesse allemande faite lors de la rencontre Ciano-Ribbentrop à Milan, les 6 et 7 mai, de ne pas perturber la tranquillité de l’Europe avant quelques années, d’où la signature du pacte d’Acier le 22 mai. La décision de non-belligérance participe de la volonté allemande de ne pas étendre la guerre que le Reich souhaitait circonscrire au maximum. Le discours est reproduit en totalité dans Ciano Galeazzo, Diario (1937-1943), Rizzoli, coll. « SuperBUR. Saggi » (no 34), Milan, 2000, p. 701-724. Dans ses Mémoires, Anfuso souligne l’aspect neutraliste du discours : « Il réussit toutefois en décembre 1939 à prononcer à la Chambre un discours qui, tout en réaffirmant de façon formelle l’alliance avec l’Allemagne, l’accuse en sourdine d’être entrée en guerre sans consulter l’Italie, et laisse entendre que son pays demeurera, sine die, dans la neutralité. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 100.

20 « À Berlin, Ribbentrop s’emporta en lisant la traduction fidèle faite par notre service », note le traducteur Paul Schmidt dans ses Mémoires. Dans Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 237. Hassell note dans son Journal : « Il [Ciano] a entre autres insisté sur le fait qu’à la conclusion du pacte, on était d’accord qu’il fallait éviter un conflit dans les années qui suivaient. Il a aussi mis clairement en évidence les divergences surgies lors de l’entrevue de Salzbourg, et fortement souligné l’attitude antibolcheviste. Ce dernier point ayant été salué par des tonnerres d’applaudissements de la Chambre qui était restée de glace à tous les passages concernant l’Allemagne. » Dans Hassell Ulrich von, Journal d’un conjuré (1938-1944), op. cit., p. 117.

21 Depuis l’unité de l’Italie, il n’y eut aucune rencontre entre un roi d’Italie et un pape à cause de la question romaine, pomme de discorde entre l’État italien et le Saint-Siège. Cette situation perdure jusqu’aux accords de Latran du 11 février 1929, par lesquels Rome est reconnue capitale de l’Italie par la papauté. La première visite officielle a lieu le 5 décembre 1929, jour où le couple royal italien est reçu au Vatican par Pie XI.

22 Parmi les mesures prises par les autorités nazies contre l’Église, on peut citer l’ordonnance du 29 décembre 1937 fermant 82 établissements scolaires catholiques, la fermeture de l’université catholique de Salzbourg et de la faculté de théologie d’Innsbruck à la suite de l’annexion de l’Autriche en mars 1938. Le 13 juillet 1939, le cardinal Maglione, secrétaire d’État du Saint-Siège, remet à l’ambassadeur allemand, Diego von Bergen, un mémoire relevant les diverses actions hostiles menées par le gouvernement allemand à l’encontre de l’Église.

23 L’ambassadeur français rapporte les propos suivants qu’il aurait tenus à Ciano : « Cependant, le Reich ne vous ménage guère ; c’est lui qui a, le plus constamment et le plus largement, profité de l’association que vous avez conclue avec lui. Il s’est attablé, tandis que vous restiez respectueusement debout à ses côtés. Il a mangé l’Autriche en guise de premier plat, la Tchécoslovaquie en guise de rôti, la Pologne comme dessert. Et vous, pleins d’admiration, vous vous bornez à dire : “Quel magnifique appétit !” » Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1939 (3 septembre – 31 décembre), op. cit., note 3, p. 733.

24 Michele Lanza, attaché d’ambassade à Berlin, et qui écrit sous le pseudonyme de Leonardo Simoni, note pour sa part dans son Journal : « Le comte Ciano a prononcé un important discours de politique étrangère qui semble sonner le glas de la politique de l’Axe. On se demande, après un tel discours, comment cette politique a pu voir le jour. » Dans Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 52-53.

25 La salle de la Mappemonde est la salle de travail de Mussolini au palais de Venise. Elle doit son nom à la présence d’une mappemonde de la fin du xve siècle.

26 Né en 1882, le général Ion Antonescu a été attaché militaire à Paris et à Londres entre 1922 et 1926, avant de diriger l’École de guerre et de devenir chef d’état-major en 1933. Il est ministre de la Guerre depuis décembre 1937.

27 Maxime Weygand est né en 1867. En 1914, il devient chef d’état-major du général Foch, dont il est le plus proche collaborateur jusqu’en 1923. Haut-commissaire au Levant en 1923-1924, il est généralissime des armées françaises de 1931 à sa mise à la retraite en 1935. Rappelé en août 1939, il est placé à la tête du théâtre d’opérations de Méditerranée orientale. Le 11 décembre, Weygand obtient du gouvernement le droit de correspondre avec les attachés militaires français dans les capitales balkaniques en vue d’une éventuelle coopération militaire entre les Alliés et les puissances balkaniques.

28 Le 28 décembre, Ribbentrop entretient Attolico des étonnements de l’Allemagne vis-à-vis de certains aspects du discours du ministre italien des Affaires étrangères. Dans Documents of German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. VIII, The War Years (September 4, 1939 – March 18, 1940), His Majesty’s Stationery Office / United States Government Printed Office, Londres / Washington, 1954, doc. no 493, p. 582.

29 L’ordre de chevalerie de l’Éperon d’or est fondé par le pape Pie IV en 1559.

30 L’ambassadeur soviétique a quitté Rome sans avoir présenté ses lettres de créance, sans doute afin de protester contre les manifestations de sympathie envers la Finlande.

31 René Besnard, sénateur d’Indre-et-Loire depuis 1920, est ambassadeur de France à Londres de 1924 à 1928.

32 Le gouvernement fasciste prévoit une Exposition universelle en 1942 afin de célébrer les 20 ans du régime.

33 Sans doute une allusion aux frères Tiberius Sempronius Gracchus et Caius Sempronius Gracchus, tribuns de la plèbe respectivement en 133 et en 123 av. J.-C.

34 Piero Parini est alors préfet de Milan.

35 Il s’agit plutôt de Marie-José de Piémont, épouse du prince héritier.

36 Des rumeurs font état de l’homosexualité du prince Humbert.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540