Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Novembre

Texte intégral

11er novembre. Rien de nouveau en politique internationale.

  • 1 Synonyme de mouvement fasciste.

22 novembre. À Livourne pour visiter mes défunts. Puis, en soirée, à Florence où le squadrismo1 m’accueille avec beaucoup de chaleur.

33 novembre. Le nouveau gouvernement est appelé tout doucement « le gouvernement Ciano ». La revue des postulants commence. On cherche également des interprétations de politique extérieure mais ceci est absurde.

44 novembre. Rien de nouveau.

55 novembre. Aucune nouvelle digne d’intérêt en Italie et à l’étranger. Sauf qu’à Berlin, Attolico a eu un entretien avec Ribbentrop qui s’est montré belliciste et outrancier comme à son habitude. Il a dit que pour obtenir désormais la paix, il n’y a pas d’autre moyen que de faire la guerre. Tout ceci est embelli par de nombreuses phrases sur la certitude d’une victoire foudroyante au sujet de laquelle, inversement, les événements rendent chaque jour de plus en plus sceptique.

66 novembre. Rien de nouveau.

  • 2 Nom de la IIIe Internationale créée en 1919.
  • 3 Quotidien fondé à Rome en 1901.
  • 4 Attolico rapporte ces propos de Ribbentrop, tenus lors d’un entretien le 3 novembre. Dans I documen (...)
  • 5 Ciano écrit à son ambassadeur afin qu’il précise les conditions du déclenchement de la guerre : « I (...)

77 novembre. Vive réaction du Duce au manifeste du Komintern2, dans lequel il attaque les bourgeoisies des pays belligérants, Allemagne et Italie comprises. La réaction s’est traduite – suite à ma suggestion – par un article fort dans Il Giornale d’Italia3. Les frictions avec la Russie ne servent pas à améliorer les relations avec Berlin mais d’autres éléments vont également dans ce sens. Le premier d’entre eux est le fait que Ribbentrop continue de dire que l’Angleterre est entrée en guerre parce qu’elle a su à temps que l’Italie resterait neutre4. Ceci est faux. Si Ribbentrop voulait trouver ainsi une justification à ses erreurs, il se trompe de nouveau et de manière dangereuse. J’ai écrit à Attolico d’éclaircir tout de suite ce point : si Ribbentrop insiste, nous pourrions aller au-devant de sérieuses dissensions5.

8Les nouvelles venues d’Allemagne, d’Autriche et de Prague confirment toutes une nette dégradation de la situation intérieure.

  • 6 Après avoir été sous-chef d’état-major de l’armée en octobre 1936, le général Ubaldo Soddu devient, (...)

9Entretien avec Soddu6. Très bien orienté. Il dit que les conditions réelles de notre armée sont plus mauvaises qu’on ne le croit. Il exclut que l’on puisse être prêt pour avril, au plus tôt en octobre. Soddu est d’accord avec moi pour penser que l’Allemagne sera inévitablement défaite. Il parlera en ce sens au Duce.

  • 7 Le général Aurelio Liotta est attaché de l’Air à l’ambassade de Berlin.

108 novembre. Le Duce est très impressionné par ce que lui a rapporté le général Liotta7 à propos de la tendance à l’alcoolisme des Allemands. Il en arrive à dire que « le danger allemand peut être contenu seulement en alcoolisant l’Allemagne » et « que le monde de demain sera au peuples qui boivent de l’eau ». Je me demande si cela vaut la peine de prendre au sérieux ce malotru sicilien de Liotta qui, pour avoir offert quelques bouteilles de mauvais vin aux Allemands, croit avoir conquis leur intimité.

  • 8 À la suite d’une rencontre à La Haye, le 6 novembre, le roi des Belges, Léopold III, et la reine de (...)

11L’initiative de paix des souverains belge et hollandais n’a pas eu beaucoup de succès, du moins pour le moment8.

12Entretien avec Badoglio, qui vient se mettre à disposition. Il est très pessimiste sur l’état de nos forces armées et affirme que, en travaillant sérieusement pendant deux ans, nous serons en mesure d’intervenir si les autres belligérants se sont usés dans le même temps. Badoglio est fondamentalement neutraliste, mais il préférerait de loin se battre contre les Allemands qu’à leurs côtés.

  • 9 Chaque 9 novembre, Hitler commémore la tentative de putsch nazi à Munich en 1923, par un discours à (...)
  • 10 Celle-ci présente l’attentat comme une manipulation d’un partisan de Gregor Strasser, opposant à Hi (...)
  • 11 Allusion à la nuit des Longs Couteaux, le 30 juin 1934, au cours de laquelle Hitler élimine les pri (...)

139 novembre. L’attentat contre Hitler à Munich laisse tout le monde assez sceptique, et Mussolini encore plus que tout autre9. En réalité, de nombreux éléments ne semblent pas confirmer la véracité de la thèse officielle10. Ou bien c’est une grande provocation de la police afin d’entraîner un sentiment antibritannique au sein du peuple allemand, qui est parfaitement agnostique en la matière, ou – s’il s’agit d’un véritable attentat – c’est une affaire de famille, peut-être à la suite de vieilles blessures issues du 30 juin, qui n’a pu être oublié à Munich11. Le Duce a éprouvé des difficultés à rédiger le télégramme de félicitations pour avoir échappé au danger ; il voulait qu’il soit chaleureux mais pas trop car, selon lui, aucun Italien n’a éprouvé une grande joie à l’annonce qu’Hitler était sauvé, lui moins que tout autre.

  • 12 Une série d’indices fait craindre une attaque allemande. Des avions de la Luftwaffe survolent le te (...)

14Des nouvelles de diverses provenances font croire à une attaque allemande sur la Belgique et la Hollande : Attolico s’en fait le porte-parole sans cependant l’avaliser. L’ambassadeur belge à Rome est très préoccupé et pense que l’alarme trouve de nombreuses justifications dans l’intense préparation des Allemands. À l’inverse, François-Poncet est sceptique12.

15J’ai clairement parlé à Mackensen – et j’ai donné des instructions analogues à Attolico – à propos de la situation dans le Haut-Adige où l’action des propagandistes allemands se développe dans un sens nettement contraire aux accords pour l’émigration des allogènes. On parle en sourdine du retour du Haut-Adige au Reich et l’on accentue des espérances qui exaspèrent plus qu’il ne faut une situation déjà tendue. Si les Franco-Britanniques étaient adroits, ce serait le bon moment pour faire éclater un formidable incident entre nous et les Allemands.

1610 novembre. Aucune nouveauté. Des deux côtés, les spéculations sur l’attentat de Munich continuent et bien des aspects restent mystérieux.

1711 novembre. Les bruits d’une éminente invasion allemande de la Belgique et de la Hollande s’intensifient. Ceux-ci proviennent désormais de trop de sources différentes pour ne pas être pris en considération. Je dois cependant dire deux choses : rien ne nous a été communiqué en ce sens de Berlin, et Hitler et Ribbentrop ont même toujours exclu, pour des raisons techniques et morales, d’attaquer les neutres. Cependant, étant donné les précédents, cela ferait penser que tout est possible…

18Mussolini ne croit pas à cette attaque. Mais il admet que si elle a lieu, les actions de l’Allemagne tomberaient très bas et que, même en Italie, on aurait une telle vague de germanophobie qu’elle conduirait à réfléchir. Le Duce, peut-être à cause de la situation dans le Haut-Adige, s’oriente et s’exprime toujours plus dans un sens antiallemand ces derniers jours.

1912-13 novembre. Rien de nouveau.

2014 novembre. Je reçois le prince de Hesse. Je le trouve plutôt déprimé, même s’il cherche à montrer son habituelle bonne humeur. Il confirme que l’offensive allemande aura lieu d’ici peu sur le front français, et non à travers la Hollande et la Belgique.

  • 13 Le 9 novembre, les services secrets allemands, en la personne de Walter Schellenberg, tendent un pi (...)

21À propos de l’incident de frontière avec la Hollande, il m’informe secrètement qu’il est la conséquence d’un raid – réussi – de la Gestapo afin de capturer le chef de l’Intelligence Service anglais13.

22Il me dit peu de choses à propos de l’attentat de Munich. Il estime que l’on doit chercher les responsables dans le milieu des anciens amis de Röhm.

2315-16-17 novembre. Rien de nouveau.

  • 14 Le général Enno von Rintelen est l’attaché militaire allemand à Rome depuis octobre 1936.

2418 novembre. Le prince de Piémont me remet un petit cadeau personnel : un insigne pour habit du soir qui remplace le Collier de l’Annonciade. Il profite de l’occasion pour me parler de quelques points : 1) il est content du changement intervenu. Il ne cache pas son antipathie pour Starace et le staracisme ; 2) les troupes fraternisent, sur la ligne frontière, avec les Français alors que l’antipathie pour les Allemands se fait plus vive. L’attitude de ces derniers y contribue. L’attaché militaire Rintelen14 est arrivé sans prévenir parmi les troupes et a commencé à poser des questions indiscrètes, avec l’air d’inspecter le front, et ceci a provoqué un vif ressentiment, surtout parmi les officiers ; 3) Hesse s’est montré plutôt préoccupé de la situation. Il a fait une allusion à l’opportunité de changer l’ambassadeur Attolico mais le Prince, naturellement, a laissé tomber la conversation.

2519 novembre. À Turin, à la chasse chez les Medici.

  • 15 Depuis quelques jours, des troubles ont éclaté dans le protectorat de Bohême-Moravie. Le 28 octobre (...)

2620 novembre. Les nouvelles de Prague soulignent que la situation est plus difficile que ne l’admettent les communiqués officiels. Le Duce en est satisfait, surtout parce qu’il pense que la crise de Bohême15 va retarder, ou peut-être faire échouer, le projet d’offensive sur le front occidental. Pour Mussolini, l’idée que Hitler fasse la guerre ou, pire encore, puisse la gagner lui est totalement insupportable. Il donne des instructions à notre consul à Prague afin de conseiller les Tchèques de se déclarer communistes : cela rendra la répression allemande plus difficile et accentuera les raisons de dissension entre Moscou et Berlin.

  • 16 Le 21 octobre a été conclu un accord entre l’Italie et l’Allemagne afin que les populations germano (...)

2721 novembre. Les choses vont mal dans le Haut-Adige. Les Allemands, suite aux accords, se préparent à accomplir un véritable plébiscite16. Il n’y aurait rien de mal si, tout de suite après le vote, les Allemands s’en allaient. Au contraire. Ils ont la possibilité de rester pendant trois ans et rien ne laisse supposer une volonté d’accélérer le délai côté allemand. Mussolini dit ne pas y voir clair : ce matin, il affirmait que l’on pourrait en arriver à un conflit avec le Reich sur cette question. En attendant, il renforce la police et les carabiniers ainsi que les effectifs des gardes-frontières.

28Tout ceci va très bien car le fossé qui nous sépare de l’Allemagne devient plus profond chaque jour, ainsi que dans l’esprit du Duce. Voici une bonne occasion de travailler pour la propagande franco-britannique. Il suffirait que quelques incidents éclatent dans le Haut-Adige pour rendre extrêmement précaires nos relations avec Berlin.

2922 novembre. Rien de nouveau.

3023 novembre. Rien de nouveau.

  • 17 Dans la nuit du 18 novembre, des navires de la marine allemande parviennent à mouiller 180 mines ma (...)

3124 novembre. Je fais une démarche auprès des ambassadeurs de France et d’Angleterre afin de protester contre les nouvelles mesures de blocus. Elle est faite en termes modérés. L’Anglais en prend acte. Poncet, inversement, toujours brillant, polémique en disant que c’est auprès de l’Allemagne qu’il conviendrait de protester puisque ce sont ses mines flottantes qui sont la raison du renforcement du blocus. Puis, avec les Français comme avec le Ciel, on trouve toujours des accommodements. Il dit qu’il interviendra pour que le trafic de charbon allemand, qui nous intéresse particulièrement, puisse passer sans trop de difficulté17.

3225 novembre. Rien de nouveau.

3326 novembre. À Dresde, le Statthalter a dit, à la fin d’un dîner auquel participait notre consul, que l’Allemagne doit craindre les amis qui la trahissent plus encore que ses ennemis.

  • 18 Les deux hommes ont également abordé la question du blocus franco-britannique, comme l’indique l’am (...)

34J’ai appelé Mackensen et lui ai dit que cette fois, si quelqu’un avait été trahi, ce n’était pas l’Allemagne. Il a cherché à excuser le Statthalter en disant qu’à la fin du banquet, il n’était plus tout à fait lucide18.

35Le Duce s’est indigné de cette phrase prononcée à Dresde. L’étoile allemande commence à pâlir même dans son esprit, et c’est ce qui compte le plus.

  • 19 Ces propos sont tenus par Karl Ritter, diplomate chargé des négociations économiques avec l’Italie.

3627 novembre. Attolico rapporte qu’un directeur ministériel allemand a protesté car – selon lui – notre marine servirait trop les intérêts franco-britanniques et il a même été jusqu’à dire qu’un sous-marin allemand pourrait accomplir un coup de main contre nous. Très belle gaffe, de marque allemande, dont je me suis servi pour exaspérer le Duce19.

37J’ai fini la rédaction du discours que je devrai prononcer le 16 décembre. Discours très insidieux qui, si le Duce l’approuve dans sa forme actuelle, liquidera ou du moins minera de manière définitive nos relations avec l’Allemagne. Celles-ci empirent substantiellement.

3828 novembre. Le Duce approuve intégralement le discours qui, sauf changement de dernière minute, sera prononcé le 16 décembre. Il me parle du nouveau président de la Chambre : il avait déjà fixé son choix sur De Francisci. Je l’en ai dissuadé : il ne me semble pas juste que le poste qui fut celui de mon père soit confié à un médiocre profiteur du fascisme. Je soutiens la nomination de Grandi à laquelle se rallie le Duce.

  • 20 Le 13 octobre débutent des négociations entre la Finlande et l’Union soviétique. Celle-ci souhaite (...)

39Sur le plan international, rien de nouveau, si ce n’est la tension actuelle entre la Russie et la Finlande qui laisse prévoir une attaque à brève échéance20. Quelle est l’attitude de l’Allemagne ? La chose certaine est qu’elle fournit des armes à la Finlande. Je n’ai pas manqué de trouver un moyen d’en informer les Russes.

4029 novembre. Aucune nouveauté importante.

4130 novembre. La Russie a attaqué la Finlande.

42Long entretien avec sir Percy Loraine, rentré de Londres. J’attaque fortement sur la question du blocus et lui dis qu’il est complètement crétin de compromettre les relations anglo-italiennes pour des questions d’importance secondaire. J’ai l’impression qu’il a fait de son mieux mais que des problèmes surgissent sur le plan de l’application pratique. Il me parle également de la situation générale avec une confiance calme. L’Allemagne, qui avait annoncé de nombreuses actions offensives sur mer, terre et dans les airs, n’en a déclenché aucune de manière concrète. L’Angleterre est chaque jour plus forte et décidée à conduire la guerre jusqu’à son terme logique : la fin de ce régime qui a transformé l’Allemagne en péril permanent pour la paix européenne. Il a été très cordial à notre égard. Il était également porteur d’une lettre que m’adressait Halifax, très courtoise mais sans importance particulière.

Notes

1 Synonyme de mouvement fasciste.

2 Nom de la IIIe Internationale créée en 1919.

3 Quotidien fondé à Rome en 1901.

4 Attolico rapporte ces propos de Ribbentrop, tenus lors d’un entretien le 3 novembre. Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. II (25 ottobre – 31 dicembre 1939), Libreria dello Stato/Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1957, doc. no 106, p. 74.

5 Ciano écrit à son ambassadeur afin qu’il précise les conditions du déclenchement de la guerre : « Il est effectivement probable que, comme tu le dis, Ribbentrop cherche surtout des justifications pour lui-même. Mais nous ne pouvons pas permettre que ces interprétations de certains états d’âme, aujourd’hui encore peut-être fluides et indistincts, se cristallisent à nos dépens au mépris de la plus élémentaire vérité. Il est donc nécessaire que tu éclaircisses une fois pour toutes avec Ribbentrop que ses affirmations sur les causes de l’intervention anglaise – attribuées par lui principalement à la connaissance de la neutralité italienne – sont absolument arbitraires et catégoriquement démenties par l’histoire diplomatique de ces journées. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 321.

6 Après avoir été sous-chef d’état-major de l’armée en octobre 1936, le général Ubaldo Soddu devient, le 31 octobre 1939, sous-secrétaire d’État à la guerre.

7 Le général Aurelio Liotta est attaché de l’Air à l’ambassade de Berlin.

8 À la suite d’une rencontre à La Haye, le 6 novembre, le roi des Belges, Léopold III, et la reine des Pays-Bas, Wilhelmine, proposent le lendemain, sans succès, leurs bons offices afin de trouver une solution diplomatique à la guerre. L’offre est repoussée par les gouvernements britannique et français le 12 novembre, par le gouvernement allemand le lendemain.

9 Chaque 9 novembre, Hitler commémore la tentative de putsch nazi à Munich en 1923, par un discours à la Bürgerbräukeller. Il y prononce une allocution, plus courte que d’habitude, le 8 au soir. Quelques minutes après son départ, une bombe explose, faisant plusieurs morts et blessés. Cet attentat est le fait d’un opposant isolé, Georg Elser, menuisier de Königsbronn, dans le Wurtemberg, et qui a réussi à déjouer les mesures de sécurité. Interpellé alors qu’il tente de passer en Suisse, il est interné en camp de concentration et exécuté le 9 avril 1945.

10 Celle-ci présente l’attentat comme une manipulation d’un partisan de Gregor Strasser, opposant à Hitler au sein du parti nazi jusqu’en 1932, manigancée par les services secrets britanniques.

11 Allusion à la nuit des Longs Couteaux, le 30 juin 1934, au cours de laquelle Hitler élimine les principaux responsables des SA (sections d’assaut) et dont le chef, Ernest Röhm, est tué à Munich.

12 Une série d’indices fait craindre une attaque allemande. Des avions de la Luftwaffe survolent le territoire belge le 6 novembre. À ce moment-là, le 2e bureau français estime à 80 divisions les forces allemandes stationnées à l’ouest. Hitler envisage alors une grande offensive, mais qui est annulée à cause du mauvais temps.

13 Le 9 novembre, les services secrets allemands, en la personne de Walter Schellenberg, tendent un piège à deux agents britanniques sous prétexte de les informer de la préparation d’un complot contre Hitler. Une rencontre secrète est organisée à Venlo, aux Pays-Bas, au cours de laquelle les deux Britanniques sont enlevés. La Gestapo croit alors qu’il existe un lien entre Elser, l’auteur de l’attentat du 8 novembre, et l’Intelligence Service britannique.

14 Le général Enno von Rintelen est l’attaché militaire allemand à Rome depuis octobre 1936.

15 Depuis quelques jours, des troubles ont éclaté dans le protectorat de Bohême-Moravie. Le 28 octobre, des manifestations ont lieu afin de célébrer le 21e anniversaire de la création de l’État tchécoslovaque. Le 17 novembre, l’agitation étudiante oblige les autorités allemandes à ordonner la fermeture des universités.

16 Le 21 octobre a été conclu un accord entre l’Italie et l’Allemagne afin que les populations germanophones du Haut-Adige puissent choisir entre le maintien sous souveraineté italienne ou le transfert vers le Reich.

17 Dans la nuit du 18 novembre, des navires de la marine allemande parviennent à mouiller 180 mines magnétiques à l’embouchure de la Tamise. Elles vont provoquer la destruction de sept bateaux de transport, ainsi que du croiseur Belfast. En représailles, les Alliés décident un blocus renforcé contre les exportations allemandes vers les pays non belligérants. Lors de l’entretien avec l’ambassadeur de France, Ciano attire « son attention sur les conséquences très sérieuses pour la navigation italienne que risqueront d’entraîner les nouvelles mesures des gouvernements français et britannique ». Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1939 (3 septembre – 31 décembre), op. cit., note 3, p. 733.

18 Les deux hommes ont également abordé la question du blocus franco-britannique, comme l’indique l’ambassadeur allemand dans son rapport : « Lorsque je lui demandai s’il avait donné à ses remarques au Britannique et au Français le ton d’une réclamation précise, il répondit qu’il s’était exprimé de telle sorte que si l’Angleterre et la France persistent dans la voie qu’elles ont prise, l’Italie se réservera la liberté d’action que lui commandera la sauvegarde de ses intérêts. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre I (4 septembre – 30 décembre 1939), op. cit., doc. no 280, p. 390.

19 Ces propos sont tenus par Karl Ritter, diplomate chargé des négociations économiques avec l’Italie.

20 Le 13 octobre débutent des négociations entre la Finlande et l’Union soviétique. Celle-ci souhaite obtenir la cession de la base de Hanko, des îles du golfe de Finlande, les mines de nickel de Petsamo, le recul de la frontière à 70 kilomètres de Leningrad. En contrepartie, elle cèderait 70 000 kilomètres carrés de la Carélie soviétique. Le 28 novembre, face au refus finlandais, Moscou rompt le pacte de non-agression de 1932.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540