Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Septembre

Texte intégral

  • 1 « Je vous remercie, de la manière la plus cordiale, pour votre soutien diplomatique et politique, q (...)

11er septembre. Le Duce est calme. Désormais, il a pris sa décision de la non-intervention et la lutte qui a agité son esprit durant ces dernières semaines a cessé. Il téléphone personnellement à Attolico afin de se faire envoyer un télégramme d’Hitler qui le libérerait des obligations de l’alliance. Il ne veut pas passer pour un parjure auprès du peuple allemand et encore moins aux yeux du sien qui, pour tout dire, ne montre pas trop de scrupule, aveuglé par sa haine antiallemande. Hitler envoie le message par le biais de Mackensen1.

  • 2 À 11 h 45, Bonnet télégraphie à Rome afin d’accepter l’idée d’une conférence internationale à la co (...)
  • 3 André François-Poncet écrit dans son rapport : « Le comte Ciano m’a remercié. L’attitude du gouvern (...)

2Je reçois plusieurs fois François-Poncet et Percy Loraine. Il est maintenant évident que la France et l’Angleterre ne feront rien contre nous. Aussi, je répète à François-Poncet ce que j’ai dit à Percy Loraine à propos de notre attitude et ce contact est utile pour dissiper les doutes. Les Français insistent encore pour que le Duce prenne l’initiative de la conférence dont nous avons parlé hier2. Les Anglais sont plus sceptiques. Encore plus sceptiques, nous, Italiens, qui savons comment sont les choses et connaissons la volonté tenace de lutte des Allemands3.

  • 4 À la sortie du Conseil des ministres, Ciano confie à Bottai : « Nous devons maintenant revenir à la (...)

3Conseil des ministres à 15 heures. Le Duce parle brièvement. Je parle ensuite avec un ton nettement antiallemand. L’ordre du jour sur la non-intervention italienne, déjà rédigé par le Duce et moi-même durant la matinée, est approuvé. Les impressions de tous sont très bonnes. Même les ministres – comme Starace et Alfieri – qui avaient fait les va-t-en guerre m’embrassent et disent que j’ai rendu un grand service au pays4.

  • 5 Le 1er septembre, la France et le Royaume-Uni proclament la mobilisation générale. Nevile Henderson (...)

4En soirée arrivent des nouvelles à propos des mesures prises à Paris et à Londres et qui préludent à une déclaration de guerre5. Arrivent aussi les premières nouvelles des victoires déjà obtenues par les Allemands.

5Les Polonais reculent partout : je ne crois pas que leur résistance puisse être de longue durée.

  • 6 Ciano envoie un mémorandum à Berlin en vue d’un règlement de la crise : armistice avec maintien des (...)
  • 7 Il s’agit du débat sur le vote des crédits de guerre, le gouvernement demandant 75 milliards supplé (...)

62 septembre. Suite aux demandes françaises, nous faisons allusion auprès de Berlin à la possibilité d’une conférence. Simple allusion et à titre d’information6. Contrairement à ce que je prévoyais, Hitler ne repousse pas à priori la proposition. J’en informe le Duce. Je convoque les ambassadeurs de France et d’Angleterre. Je téléphone personnellement à lord Halifax et à Bonnet (je constate que mon coup de téléphone à Bonnet a produit, à en juger par le ton de la voix et par les paroles prononcées, la plus vive satisfaction à Paris). Je trouve chez les Français beaucoup de bonne volonté et, peut-être, tout autant chez les Anglais, mais avec plus de fermeté. Une condition est mise en avant : l’évacuation des territoires polonais occupés par les Allemands. Cette condition a été confirmée par lord Halifax à la suite d’un conseil de cabinet. Il me semble qu’il n’y a plus rien à faire. Ce n’est pas à nous de donner un pareil conseil à Hitler qui le repousserait avec fermeté, voire avec dédain. Je le dis à Halifax, aux deux ambassadeurs, au Duce et, enfin, je téléphone à Berlin que, sauf avis contraire des Allemands, nous laissons tomber les conversations. L’ultime lueur d’espérance s’est éteinte. Daladier parle d’un ton décidé à la Chambre française7. Ses collègues anglais font de même à Londres.

7Ici, rien de nouveau. Le Duce est convaincu de la nécessité de rester neutre mais il n’en n’est pas satisfait. Chaque fois que je le peux, je fais allusion à nos possibilités d’action. Inversement, les Italiens sont tous heureux des décisions qui ont été prises.

  • 8 Georges Bonnet, ministre français des Affaires étrangères, est très actif pour éviter la guerre con (...)

83 septembre. Durant la nuit, je suis réveillé par un fonctionnaire du ministère car Bonnet a demandé à Guariglia si l’on ne pouvait pas obtenir au moins un retrait symbolique des forces allemandes de Pologne8. Rien à faire. J’écarte la proposition sans même en informer le Duce. Mais ceci prouve que la France va à l’encontre de la grande épreuve sans enthousiasme et pleine d’incertitudes. Un peuple comme le peuple français, héroïque dans sa propre défense, n’aime pas mourir pour défendre des terres qu’il ne connaît pas et des peuples trop éloignés.

  • 9 Dès le 3 septembre, les troupes du général List atteignent la Vistule supérieure, au sud de Cracovi (...)

9À 11 heures, la nouvelle arrive que la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne. La France fait de même à 5 heures de l’après-midi. Mais comment feront-elles cette guerre ? L’avance allemande en Pologne est foudroyante9. Les prévisions d’une conclusion très rapide sont désormais fort vraisemblables. De quelle manière la France et l’Angleterre pourront-elles porter secours aux Polonais ? Et quand ceux-ci auront été liquidés, voudront-elles continuer un conflit devenu sans objet ? Le Duce ne le croit pas. Il penche pour une paix à brève échéance, sans que le choc, qu’il estime impossible sur le plan militaire, soit advenu. Je pense le contraire. Je ne sais pas comment la guerre se déroulera mais elle aura lieu et elle sera longue, incertaine, implacable. La participation de la Grande-Bretagne m’en donne la certitude. Désormais, Londres a déclaré la guerre à Hitler. Pour que la guerre cesse, il est nécessaire qu’Hitler disparaisse ou que la Grande-Bretagne soit vaincue.

10Hitler, avant de partir pour le front, appelle Attolico à la chancellerie et le charge de saluer le Duce. Il était – m’a-t-on rapporté – serein et optimiste. En quatre semaines, il pense vaincre la Pologne, en quatre autres concentrer ses forces sur le front occidental. Il n’a rien dit de plus. Le Duce, qui tient encore beaucoup à l’amitié allemande, a été heureux d’apprendre le geste d’Hitler.

  • 10 Hitler remercie le Duce pour sa tentative de médiation, mais explique qu’aucune garantie d’une issu (...)
  • 11 Mackensen rapporte l’état d’esprit du Duce lors de cette audience : « Mussolini n’a jamais songé le (...)

114 septembre. J’accompagne Mackensen chez le Duce à qui il remet un message d’Hitler, dans lequel il confirme sa conviction que les deux régimes, liés par un destin commun, devront suivre la même route. Hitler montre beaucoup de confiance dans le succès de son entreprise10. Le Duce prononce des paroles de totale solidarité avec l’Allemagne, ce qui est le fond de sa pensée. Il cède à mes pressions momentanément mais, comme à son habitude, il revient à son idée première11. Il est convaincu que la France ne veut pas et ne peut pas faire cette guerre, que le peuple français est déjà fatigué avant de l’avoir commencée. Il rêve encore à des entreprises héroïques contre la Yougoslavie afin d’atteindre le pétrole roumain mais ne se rappelle pas de la réalité de notre situation.

  • 12 Le général Carlo Favagrossa est responsable de la production de guerre.

12Ce soir, Favagrossa12 expliquait qu’il serait déjà satisfait si nos réserves actuelles permettaient trois mois de guerre. Parfois, le Duce semble attaché à l’idée de neutralité qui permettrait, avec un renforcement économique et militaire, d’intervenir utilement au moment opportun. Mais c’est un attachement fugace. L’idée de l’intervention aux côtés des Allemands l’attire. Ma lutte est dure au point que je me sens manquer de force pour la continuer. Mais je dois me battre jusqu’au bout, sinon c’est la ruine du pays, du fascisme et du Duce lui-même.

  • 13 Le 3 septembre, vers 19 h 30, le sous-marin allemand U-30, commandé par l’enseigne de vaisseau Frit (...)

13Après un entretien avec l’ambassadeur d’Amérique, je réussis à faire partir nos transatlantiques qui seront bondés, surtout après que l’Athenia ait été coulé13. Outre des avantages économiques, cela nous apportera une détente morale.

14Von Papen a fait des intrigues à Ankara. J’ai préparé une lettre de protestation pour Ribbentrop. Ce sera un nouveau motif de frictions et j’en désire tant.

  • 14 Amedeo Giannini est directeur des Affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères.

155 septembre. Je dis à François-Poncet que les mesures anti-italiennes qui sont prises en Tunisie, à Djibouti, à Oran, etc. peuvent devenir des causes de graves incidents. Il téléphonera à Bonnet et, de fait, j’ai rapidement des assurances que toutes les mesures ont été rapportées. François-Poncet propose qu’une rencontre ait lieu entre un de leurs fonctionnaires et Giannini14 afin d’éliminer toute possibilité de friction entre l’Italie et la France. J’en parle au Duce qui, après avoir hésité, accepte. C’est un autre pas en avant. François-Poncet estime que nous pourrions faire une nouvelle tentative de médiation après l’occupation de Varsovie. Pour réussir, il faudrait qu’Hitler possède la sagesse la plus rare : celle que l’on n’abandonne pas après la victoire. François-Poncet en doute car il connaît l’homme et craint l’influence extrémiste de Ribbentrop, qu’il qualifie d’imbécile dangereux.

  • 15 Il est vrai que la période de non-belligérance est profitable sur ce point à l’Italie. Lors de son (...)

16La neutralité commence à porter ses fruits : les cours de la bourse s’envolent, arrivent les premières commandes de France15, les paquebots recommencent à naviguer à prix doublé et sont pleins comme des œufs. Le Duce prend un peu goût à tout ceci mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut lui dire que nous avons besoin d’une période de neutralité grasse pour ensuite entrer en guerre comme il le désire. Mais pas avant un an et il est d’accord.

17Le général Carboni fait un tableau très noir des conditions de notre préparation militaire : peu de moyens, désordre dans les commandements, démoralisation dans la troupe. Il exagère peut-être, mais il y a du vrai.

186 septembre. L’humeur du Duce est plus sereine : il confie que l’opportunité d’entrer dans le jeu comme médiateur à brève échéance peut se présenter. Aussi est-il heureux des succès allemands en Pologne qui peuvent abréger le conflit. Aujourd’hui, Cracovie est tombée et les généraux allemands ont rendu hommage à la tombe de Pilsudski. Le Duce estime que ce geste élégant n’aurait pu être fait à l’époque de l’Allemagne du Kaiser. L’ambassadeur de Pologne, que j’ai reçu dans l’après-midi, était triste mais non abattu : il dit que la guerre continuera jusqu’au dernier soldat et que nous aurons encore beaucoup de surprises. Mais lesquelles, et quand ?

19Entretien avec Percy Loraine. Je l’avais fait venir pour qu’il fasse savoir aux Turcs, qui s’agitent trop contre nous, de se tenir tranquilles s’ils ne voulaient pas que tous les Balkans prennent feu. Les Anglais le feront, d’autant plus que l’ambassadeur m’a laissé une note très mielleuse pour éviter une série d’incidents avec nos sous-marins.

20Villani vient me parler, au nom de Csáky, du danger que représenterait une demande allemande de passage pour leurs troupes. Il s’y opposerait par la force, sauf si les Allemands consentaient à marcher contre la Roumanie. Voici une des habituelles fantaisies de Csáky, à laquelle le Duce et moi donnons peu de crédit. Mais il est nécessaire de le tenir à l’œil car c’est un inconscient vaniteux qui peut faire du dommage.

  • 16 Pie XII a pris la parole sur les ondes de Radio Vatican le 24 août 1939 : « Le danger est imminent, (...)

21Tacchi Venturi porte le souhait de paix du Pape, qui désire ardemment le maintien de la neutralité16.

227 septembre. Aucune nouvelle digne d’intérêt. Federzoni, Bottai, Bocchini et d’autres camarades viennent m’assurer de leur solidarité inconditionnelle pour mon attitude à propos de la question de l’alliance avec l’Allemagne. Ils sont d’accord pour trouver des motifs juridiques, éthiques et politiques dans notre position.

  • 17 Au moment de la crise européenne de l’été 1914, le gouvernement italien annonce, le 3 août, sa posi (...)
  • 18 Ciano confie à Bottai : « Je ne le sens pas encore sûr. Dans son entourage, il y en a qui lui enton (...)

23Le Duce a encore des accès de bellicisme. Chaque fois qu’il lit un document qui compare sa politique à celle de 1914, il réagit violemment dans un sens pro-allemand17. Il parle à nouveau de consulter Hitler pour prendre des décisions en vue de notre intervention mais il ne fera rien18.

  • 19 En réalité, la nouvelle est quelque peu prématurée. Le 8 septembre, un corps blindé du général Reic (...)

248 septembre. Les Allemands occupent Varsovie19. Le Duce est très excité par la nouvelle : il y trouve la confirmation de la possibilité d’une rapide conclusion du conflit moyennant des propositions d’accord avancées par Hitler. Mais je ne crois pas qu’Hitler puisse avoir la sagesse d’être modéré dans la victoire, et je crois moins encore que les Anglais, qui ont sorti l’épée du fourreau, soient disposés à la remettre sans honneur.

25Ceci m’est confirmé par Percy Loraine lors d’un entretien que j’ai eu avec lui, entretien empreint de la plus nette volonté d’entente avec nous et d’une calme intransigeance vis-à-vis de l’Allemagne. François-Poncet, qui s’apprête à partir pour la France, semble plus conciliant. Il est clair qu’entre Londres et Paris existe un fossé. Les Français se rappellent trop bien les horreurs d’une guerre effectuée sur leur propre sol pour adopter, sans réticence, la ligne de conduite britannique.

  • 20 En français dans le texte.
  • 21 Ceci est confirmé par l’amiral Horthy dans ses Mémoires : « […] Ribbentrop téléphona, le 9 septembr (...)

269 septembre. Villani me communique que les Allemands ont demandé la libre utilisation de la ligne de chemin de fer de Kachau afin d’attaquer la Pologne à revers. La requête, sans menace pour l’instant, a été faite par téléphone par Ribbentrop à Csáky, aujourd’hui à 16 heures, en disant que les premières troupes devront transiter demain à midi. Les Hongrois ne veulent pas accéder à la demande car ils se rendent compte qu’elle préluderait pratiquement à une occupation du pays. Ils ont raison. À mon retour de Salzbourg, j’avais signalé au Duce que les Allemands utilisaient envers la Hongrie le même langage que six mois plus tôt à propos de la Pologne : querelles d’Allemands20. J’ai accompagné Villani chez le Duce. Il est fortement antiallemand. Il a parlé clairement. Il a dit quelle menace pèserait sur le monde, y compris sur l’Italie, si l’Allemagne gagnait la guerre. À Vienne, on chante déjà une chanson qui dit : « Ce que nous avons, nous le tenons fermement et demain, nous irons à Trieste. » La haine anti-italienne est toujours vive dans l’esprit des Allemands, même si l’Axe l’avait chloroformée pour un temps. Le Duce en a été secoué : il a conseillé aux Hongrois de repousser, de manière courtoise, la demande allemande21.

27Puis, dans un entretien en tête à tête, il a violemment stigmatisé la conduite allemande. Mais – et il a raison – il veut conduire une politique prudente car la victoire allemande n’est pas à exclure. Je lui ai dit que j’étais d’accord avec lui si les Allemands font vite : « Si l’Allemagne gagne avant Noël, cela ira. Sinon, elle perdra la guerre. »

2810 septembre. Long entretien entre le Duce, moi et Attolico. Le Duce est surtout désireux de connaître l’état d’esprit de la population allemande à notre égard. Attolico explique que si les sphères les plus élevées, qui connaissent la vérité, sont calmes et mesurées dans leurs jugements, les masses populaires, ignorant ce qu’il est advenu, commencent à donner des signes d’hostilité croissante. Les paroles de trahison et de parjure reviennent fréquemment. Le Duce réagit avec violence et veut qu’Hitler publie, en Allemagne, le télégramme que celui-ci lui a adressé et qui, étant connu du monde entier, n’a aucune raison d’être caché aux Allemands. Attolico évoque également le moral de l’Allemagne : il est fondamentalement déprimé, même si les victoires en Pologne ont pu, temporairement, le galvaniser. Le Duce, durant toute la durée de l’entretien, a eu un langage modéré, avec même des pointes antiallemandes. Attolico, en sortant, s’est réjoui avec moi de la transformation de la psychologie mussolinienne durant ces dernières semaines.

29De Bono parle de la situation de l’armée qu’il définit comme désastreuse sur le plan matériel et moral. Ayant accompli une récente inspection sur la frontière occidentale, il est convaincu que l’état actuel des défenses ne pourrait résister à une attaque française. Il dit que « Pariani est un traître » et « Starace un bouffon ».

  • 22 David Lloyd George a été Premier ministre libéral de décembre 1916 à octobre 1922.

3011 septembre. Villani communique que les Hongrois ont refusé le passage aux troupes allemandes et que Ribbentrop n’a pas réagi. Il a demandé le passage pour du matériel. Mais je crois que ce refus ne sera pas oublié par les Allemands qui, tôt ou tard, présenteront la note. Les Anglais continuent d’user avec nous de toutes sortes de flatteries. Percy Loraine est venu faire des excuses au sujet d’un article de Lloyd George22 et m’assure avoir tiré les oreilles aux Turcs pour leur attitude hostile envers nous. En réalité, depuis quelques jours, les Turcs ont changé de ton, surtout dans la presse. Loraine dit également que la situation militaire polonaise n’est pas aussi mauvaise que les Allemands voudraient le faire croire : l’armée est, pour l’essentiel, intacte et prête à des épreuves majeures. Serait-ce vrai ? Il est un fait que jusqu’à maintenant, Varsovie n’est pas encore totalement occupée et quelques expériences récentes ont prouvé que la guerre urbaine est difficile.

31Ce matin, le Duce, pour la première fois, a fait allusion à la possibilité de faire une déclaration publique de neutralité italienne. Naturellement, dit-il, en accord avec les Allemands. En attendant, c’est un grand pas en avant que nous avons accompli.

3212 septembre. Je reçois Villani de bonne heure. Il a les yeux injectés de sang lorsqu’il parle des Allemands. Après avoir accepté le refus du transit pour leurs troupes, ils ont fait présenter la demande par « la glorieuse armée slovaque ». Le danger est encore majeur. Au dire de Villani, les Slovaques sont aux Allemands ce que les chacals sont aux hyènes : complices et serviteurs. Avec la circonstance aggravante que toutes les minorités slovaques relèvent la tête. Csáky a refusé en principe et se réserve de confirmer le refus, après avoir pris les ordres du Régent. Le Duce, à qui j’ai rapporté la chose, l’a trouvée également énorme et a dit qu’à « la glorieuse armée slovaque, il faudrait opposer la non moins glorieuse armée hongroise ».

  • 23 Karl Clodius est sous-chef de la section de politique commerciale au ministère des Affaires étrangè (...)

33Clodius23, envoyé économique allemand, a fait comprendre à Giannini que Berlin voudrait renvoyer à la fin de la guerre le transfert des Allemands du Haut-Adige. La proposition est louche. Je me rappelle qu’à Berchtesgaden, Hitler, au moins par deux fois, a dit que le retrait de la minorité allemande du Haut-Adige avait atteint son prestige et qu’il se devait d’être plus intransigeant envers la Pologne. Je ne voudrais pas que les Allemands pensent à revenir sur leur parole. Le Duce en est indigné. Lui qui est prêt à faire de larges concessions aux Allemands sur le terrain économique est intransigeant sur la question des minorités. Je parle moi-même avec Clodius, et réussis seulement à obtenir que la question soit de nouveau soumise à l’examen de Berlin. Les ordres viennent de haut !

  • 24 Emanuele Grazzi est ministre d’Italie à Athènes depuis mars 1939.

34J’accompagne Grazzi24 chez le Duce qui lui donne des instructions pour un rapprochement avec la Grèce, pays trop pauvre pour que nous en fassions la conquête.

  • 25 Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. I (4 settembre – 24 ottobre 193 (...)

3513 septembre. Important entretien avec Percy Loraine qui me remet une lettre amicale de lord Halifax, dans laquelle il me remercie pour la collaboration passée et espère qu’elle pourra continuer dans le futur25. Après quoi, Loraine, parlant à titre personnel, dit : « On entend dire de toute part que l’Angleterre pourrait adresser un ultimatum à l’Italie au sujet de son attitude. Ceci est faux. Nous laissons tout ceci au jugement du Duce. Nous ne demandons qu’une seule chose : en cas de changement de politique, que nous en soyons avertis à temps. » J’ai répondu : « Aucun changement ne se produira. Aussi, vous ne vous trouverez jamais devant une surprise. Mais je souhaite également vous dire quelque chose. Gardez-vous bien de nous mettre devant des alternatives péremptoires. Notre position se raidirait immédiatement. Si quelqu’un voulait nous intimider pour nous faire participer à la guerre ou nous en écarter, nous répondrions tout de suite et, naturellement, contre celui qui aurait posé l’alternative. »

36J’ai rapporté l’entretien au Duce et il l’a totalement approuvé. Il m’a également donné des instructions pour répondre sur un ton très cordial à la lettre d’Halifax.

  • 26 Créé à la fin de 1924 et dirigé par Telesio Interlandi, Il Tevere est un quotidien qui défend des p (...)
  • 27 Roberto Farinacci est originaire de la province de Crémone.

37Bocchini fait un rapport sur l’état d’esprit du pays qui s’améliore à mesure que la certitude de notre neutralité se généralise. Dans tous les cas, le pays est et reste fondamentalement antiallemand. Les germanophiles ne se comptent que sur les doigts d’une seule main et sont l’objet de mépris. Il Tevere26, journal ultra-allemand, est appelé à Rome « l’or du Rhin ». Farinacci reste aussi foncièrement germanophile. Le Rhin serait-il passé par Crémone27 ?

  • 28 « J’estime opportun de vous assurer que le Duce entend accomplir tout ce qu’il peut et pourra, non (...)

3814 septembre. J’ai répondu à Halifax, concluant ma lettre par une allusion à une possible action du Duce pour rétablir la paix28.

  • 29 Agence officielle de l’Union soviétique.

39Magistrati a eu un important entretien avec Goering, lequel semble s’être rendu compte de l’intérêt que l’Italie reste neutre. Une telle attitude bénéficie à l’Allemagne plus que notre éventuelle participation au conflit. Chose notable : il a fait allusion à la prochaine intervention de la Russie qui devrait prendre une partie de la Pologne. En réalité, l’URSS donne des signes d’inquiétude. Mobilisation de nombreuses classes et la Tass29 publie des dépêches signalant des incidents de frontière et des provocations polonaises. Les hommes font preuve de peu d’imagination lorsqu’ils veulent se chercher querelle…

  • 30 Nommé ministre de la Justice, Dino Grandi a quitté l’ambassade de Londres le 12 juillet 1939. À la (...)

4015 septembre. J’ai poussé le Duce à nommer un ambassadeur à Londres30. Ce geste aurait des répercussions dans le monde et contribuerait beaucoup à normaliser nos relations avec la Grande-Bretagne. J’ai choisi Bastianini qui, s’il n’est pas un aigle, est une personne très fiable et très favorable à la politique de non-intervention. Je suis sûr qu’il rendra des services importants.

41Ce matin, le Duce est revenu sur l’idée de construire un bloc des neutres avec les pays danubiens et balkaniques et de nous mettre à sa tête. J’ai tout de suite envoyé un télégramme d’instructions à Attolico. Mais, en soirée, Mussolini a préféré surseoir à la chose : il pense la renvoyer à la fin des opérations allemandes en Pologne. Il croit encore à la possibilité, en ce moment, d’arrêter la guerre, de convoquer une conférence européenne et d’aboutir à un pacte de sécurité collective entre les six grandes puissances européennes. Je suis désolé de ne pas être, cette fois-ci, d’accord avec lui. Cela suppose qu’Hitler fasse preuve d’une modération dont je ne le crois pas capable. Alors, l’Angleterre ira de l’avant, portera la guerre jusqu’à son terme, implacablement, jusqu’à sa défaite ou celle de l’Allemagne. Mes prévisions sont pour un conflit âpre, dur, long, très long et victorieux pour la Grande-Bretagne.

42Graziani est pessimiste sur l’état de l’armée. Pariani, inversement, est toujours aussi optimiste et sûr de lui au point que l’on se demande si, par hasard, ce n’est pas lui qui a raison. Mais je ne le crois pas.

  • 31 « […] Il [François-Poncet] s’était formé la conviction qu’en France, on avait désormais abandonné t (...)
  • 32 De violents combats ont opposé troupes japonaises et soviétiques sur le fleuve Amour, frontière ave (...)
  • 33 Le traité de Riga du 12 mars 1921, suite à la défaite de l’Armée rouge devant les Polonais, amène l (...)

4316 septembre. François-Poncet est revenu de Paris moins optimiste que lorsqu’il est parti. La guerre durera. Elle ira jusqu’au bout, quels que soient les sacrifices. Ceci est l’état d’esprit dominant en France. J’ai mis par écrit l’entretien, dont j’ai envoyé une copie au Roi. Pour ce qui nous concerne, sourires et courtoisies sans limite : une vraie sérénade sous le balcon. Les Français ne sont pas sûrs de la situation et craignent de devoir, un jour, se battre également contre nous31. Maintenant, il semble que l’Allemagne veuille attaquer la Roumanie : ceci perturbe le sommeil des Franco-Britanniques. Ce qui devrait encore plus les perturber est le fait que la Russie se prépare à intervenir. Maintenant qu’ils sont presque parvenus à un accord avec le Japon32, les Soviétiques ont les mains libres en Europe. Le Duce estime que l’Ukraine fera une insurrection de l’intérieur, proclamera la République bolchevique et se fédérera avec Moscou33. Toute intervention russe sera ainsi justifiée.

  • 34 Il s’agit de Şükrü Saradjoglou. Né en 1887, il rejoint le mouvement de Mustafa Kemal et est député (...)
  • 35 Aviateur, Charles Lindbergh s’est rendu célèbre en reliant New York à Paris par un vol sans escale, (...)

44Aujourd’hui, d’autres événements ont obscurci l’horizon des démocraties : le ministre des Affaires étrangères turc va à Moscou34 ; Lindbergh35 fait un discours pour dire qu’en toute éventualité, les États-Unis doivent rester hors de la mêlée ; l’attaché militaire soviétique à Berlin revient à Moscou afin d’être reçu par les plus hautes autorités de l’Union soviétique. La situation se développe de telle manière qu’elle rend précaire la position des démocraties.

45J’ai également vu Percy Loraine. Il était plutôt déprimé et ses nouvelles confirment également le prochain coup des Allemands en Roumanie. Ceci équivaudrait à mettre le feu aux Balkans et rendrait probablement notre neutralité intenable.

  • 36 Le 17 septembre, à 3 heures du matin, Vladimir Potemkine, commissaire du peuple adjoint aux Affaire (...)
  • 37 Corneliu Codreanu, chef de la Garde de fer, mouvement fasciste roumain, a été assassiné sur ordre d (...)

4617 septembre. Les Russes sont entrés en Pologne cette nuit. Sous prétexte d’empêcher des désordres à la frontière, les bolcheviks ont franchi celle-ci36. Les Polonais ont opposé un peu de résistance, mais que peuvent-ils faire désormais ? Le Duce commente la nouvelle en estimant que la situation des démocraties s’aggrave toujours plus. Même liées par les obligations du pacte, il ne pense pas que la France et l’Angleterre déclareront la guerre aux Soviétiques. Il ne croit pas non plus que l’Allemagne veuille envahir la Roumanie ; elle se contentera de lui imposer un servage économique. Je me rappelle que, dans les entretiens du Berghof, Hitler a dit, au moins deux fois, que le roi Carol devra payer cher l’assassinat de Codreanu qui, par sa mère, avait du sang allemand37. Je ne serais pas surpris qu’il veuille régler les comptes aujourd’hui.

47Ribbentrop a téléphoné depuis le train du Commandement suprême en Haute-Silésie. Il était serein et très cordial. Il a dit que, désormais, l’armée polonaise est liquidée et que, d’ici deux ou trois jours, les derniers centres de résistance devraient céder. L’intervention russe s’est déroulée selon un programme préétabli. Pour l’instant, il ne peut rien me dire de plus mais, d’ici quelques jours, il me joindra de nouveau pour un contact plus étroit. Bien qu’il ne l’ait pas dit, j’ai pensé à d’éventuelles propositions de paix. J’ai également été très cordial avec lui et je l’ai chargé de transmettre nos félicitations et salutations à Hitler.

48Wieniewa, qui m’a annoncé l’invasion russe, était déprimé pour la première fois et avait les yeux chargés d’insomnie et de larmes.

  • 38 Porte-avions de 22 500 tonnes, le Courageous est coulé par le sous-marin U-29, provoquant la mort d (...)

4918 septembre. François-Poncet est triste : il voit – même s’il ne veut pas le confesser – la situation très noire et, encore aujourd’hui, se refuse à écarter à priori la possibilité d’une entente si Hitler se dispose à faire des offres raisonnables. Il dit que, durant les six premiers mois, les Franco-Britanniques connaîtront de nombreux revers mais que – comme en 1914 – ils se reprendront et vaincront. J’ai objecté que le cours d’une guerre est rarement semblable à la précédente et il n’est pas sûr – étant donné le rythme allemand – qu’aux six premiers mois succèdent six autres mois : la fin peut être rapide. Percy Loraine, que j’ai rencontré au golf, n’était pas gai non plus. Le torpillage du Courageous38, dont il venait à peine de recevoir la nouvelle, n’avait pas contribué à le mettre de bonne humeur.

50Long entretien en soirée avec le Duce. Je lui rapporte que j’ai su par le général Guzzoni que nos forces véritablement efficientes ne s’élèvent qu’à dix divisions actuellement. Les 35 autres avaient été constituées au mieux avec un encadrement incomplet et un matériel insuffisant. Le Duce a admis cette situation et a prononcé des paroles amères sur la réelle situation de l’armée qui, en l’occurrence, a révélé trop de défauts. Il se fait des illusions sur l’aviation. Il est en possession des chiffres que lui donne Valle et qui sont d’un optimisme absurde. J’ai conseillé de mener une enquête par le biais des préfets : compter les appareils dans les hangars et faire la somme ne devrait pas être une entreprise impossible. Et pourtant, jusqu’à maintenant, nous n’avons pas réussi à connaître la vérité.

  • 39 Le discours prononcé à Dantzig par Hitler, le 19 septembre, semble envisager le maintien d’un État (...)

5119 septembre. L’événement le plus important de la journée est représenté par le discours d’Hitler à Dantzig que l’on peut définir comme étant modéré et, peut-être, précurseur de l’offensive de paix39. En ce qui nous concerne, les allusions ont été empreintes de camaraderie et de cordialité, ce qui, en ce moment, a une valeur toute particulière. Le Duce était flatté que le Führer l’ait nommé deux fois.

  • 40 Le 17 septembre, le président de la République, Ignacy Mościcki, le maréchal Rydz-Smigly, commandan (...)
  • 41 Edward Rydz-Smigly est né en 1886. Après des études éclectiques en philosophie et en histoire de l’ (...)

52La nouvelle est parvenue de Roumanie que, sur demande allemande, les chefs militaires et politiques polonais ont été pratiquement internés40. Et cela se dit des alliés… Wieniewa, qui était venu protester car des journalistes italiens avaient parlé de la fuite de Rydz-Smigly41 en Roumanie, a pleuré quand je lui ai donné les preuves que le maréchal, qui avait promis de signer une paix victorieuse à Berlin, avait réellement traversé la frontière. J’ai assuré – à titre humanitaire – que les réfugiés polonais trouveront asile et assistance en terre italienne.

  • 42 Né en 1871, Ioannis Metaxás fait une brillante carrière militaire jusqu’à occuper le poste de chef (...)
  • 43 Un communiqué italo-grec est publié, le 20 septembre, par lequel les deux gouvernements assurent vo (...)

53L’entretien Grazzi-Metaxás42 a donné – comme cela était prévisible – de bons résultats. Demain, sortira un premier communiqué qui donnera un nouveau désagrément à la France et à l’Angleterre, qui en ont déjà subi beaucoup ces derniers jours43

5420 septembre. Aucune nouveauté digne d’intérêt. Nos amis croates se font actifs et je crois que nous ne devons pas les abandonner. Il se pourrait que la situation nous permettant de réaliser notre ambition croate se présente, avec la complicité – même les dents serrées – de l’Allemagne et sans l’hostilité de la France et de l’Angleterre qui pourraient apprécier ce nouveau barrage placé sur l’avancée allemande. J’en ai parlé au Duce qui m’a donné 100 000 francs suisses afin d’intensifier notre propagande. Longue et inutile conversation avec Helfand qui fait un grand effort pour ne pas dire des Allemands – maintenant qu’il en est presque un allié – tout le mal qu’il en a dit durant de nombreuses années.

5521 septembre. Aucune nouveauté.

  • 44 Le 21 septembre, en plein Bucarest, Armand Cãlinescu, Premier ministre depuis le mois de mars précé (...)

5622 septembre. Le Duce a été impressionné par l’assassinat de Cãlinescu. Il craint qu’il y ait là-dessous une mystérieuse manœuvre étrangère. Même la réaction a été d’une violence telle qu’elle donne à réfléchir44. Seuls les régimes faibles punissent avec des sanctions disproportionnées.

  • 45 La via Veneto est une des grandes artères de Rome, édifiée au début du xxe siècle, entre la piazza (...)
  • 46 Depuis février 1938, le régime a lancé une campagne de propagande contre l’utilisation du lei, vouv (...)

57J’ai parlé avec Starace de la situation intérieure et lui ai dit que certaines de ses pratiques n’extirpent pas l’antifascisme mais le créent. J’ai vu, hier soir, sur la via Veneto45, une personne totalement inoffensive, patriote et fasciste, être bastonnée par une bande de voyous, assurés de l’impunité par l’insigne du Parti. Ils voulaient punir le fait que ce fasciste, qui venait de l’étranger, a utilisé le lei plutôt que le voi46. Ma présence a permis de clore rapidement l’incident mais l’attitude de la petite foule rameutée n’était pas du tout rassurante et nettement hostile aux soi-disant fascistes. Ce squadrisme hors du temps est dommageable et je me réserve de parler de la question au Duce. Je suis loin de déplorer les violences lorsqu’elles sont faites pour des raisons valables mais elles me répugnent lorsqu’elles sont imbéciles et quelque peu lâches. Malheureusement, ceci est devenu l’habitude de tant de professionnels de la hiérarchie du Parti, payés tant par mois.

  • 47 Concernant la politique intérieure, Mussolini déclare : « Notre politique a été fixée par la déclar (...)

5823 septembre. Après un long silence, le Duce a parlé, aujourd’hui, aux hiérarques du Parti à Bologne. Je l’ai vu tout de suite après le discours, et comme toujours en ces occasions, il était dans un état d’euphorie. Mais il a lu les paroles prononcées et nous avons modifié ensemble quelques passages qui concernaient la politique extérieure47. En ce qui concerne l’intérieur, j’ai donné mon point de vue qui est le suivant : jamais – comme aujourd’hui – le pays ne fait bloc autour du Régime et du Duce. Parler de tiédeur, de défaitisme etc., est vouloir donner corps à des ombres. La réalité est autre : tout le ressentiment national est dirigé contre la personne de Starace qui a pourtant beaucoup de qualités mais se trompe de méthode et de style. « C’est un malotru », a dit le Duce. « Il est vrai – ai-je répondu – qu’il ne faut pas oublier qu’il est de Lecce et que Milan, Turin, Rome, Florence, au cours de leur histoire, n’ont jamais été gouvernées par un méridional aussi méridional. La sensibilité de ces villes se rebelle. » Le Duce était d’accord. Il ne me surprendrait pas que l’on arrive au changement de garde qui, dans l’état actuel des choses, serait une bonne chose.

59Je reçois le chargé d’affaires russe qui a demandé l’agrément pour le nouvel ambassadeur et le britannique qui a parlé de choses secondaires.

60Nitti – je crois pour la première fois en 18 ans – a envoyé une lettre au Duce. Je n’en connais pas encore la teneur.

  • 48 Né en 1883, Ubaldo Soddu est sous-lieutenant d’artillerie en 1904. Il participe à la guerre de Liby (...)

6124 septembre. Le développement pris par l’occupation russe en Pologne a conduit le Duce à revoir le jugement optimiste qu’il avait donné auparavant sur la situation allemande. Au contraire, il va maintenant jusqu’à dire qu’Hitler est embourbé et que les Franco-Britanniques peuvent encore, s’ils manœuvrent bien, réussir à mettre la Russie contre l’Allemagne. Il est de fait que tous les vœux du Duce sont pour la paix seulement parce que la position de neutre lui pèse trop. Depuis quelques jours, il recommence à dire qu’une grande nation ne peut rester éternellement dans une telle position sans se déclasser et qu’il faut se préparer à intervenir un jour. Il est inutile de le contredire car cela est pire encore. Mais, désormais, il connaît parfaitement les conditions déplorables d’impréparation de notre armée et ce matin, pour la première fois, il a admis que Pariani a du plomb dans l’aile. Selon lui, l’armée a deux tares : d’abord, celle d’être proche de la dynastie ; ensuite, de trop se préoccuper des questions des cadres. Ce second aspect est sans doute vrai mais les raisons de l’actuel marasme sont autres. La liquidation de Pariani serait, pour l’instant, une excellente chose. Pour la succession, je chercherai à avancer Soddu48 pour qui j’ai beaucoup d’estime. Sebastiani a dit que le Chef voudrait liquider aussi Valle mais ne sait pas par qui le remplacer. Pourquoi pas par Ricci qui est pilote et qui a donné des preuves qu’il est un excellent organisateur ?

62Nous avons soumis à Attolico l’idée de constituer un bloc des neutres en lui donnant, au moins formellement, un aspect économique. Il est d’accord et en parlera à Weizsäcker.

6325 septembre. « Il est bien de se servir d’un petit pour tuer un grand mais c’est une erreur d’utiliser un grand pour liquider un petit. » Tel est le diagnostic que le Duce a fait à propos de l’intervention russe sollicitée par l’Allemagne. Il est toujours plus convaincu que Hitler devra beaucoup se repentir d’avoir porté encore une fois les Russes au cœur de l’Europe. Ces derniers ont deux armes qui les rendent encore plus redoutables : le nationalisme panslave, avec lequel ils peuvent faire pression sur les Balkans, et le communisme, qui influence les prolétaires du monde entier, y compris les Allemands.

  • 49 La douce allusion. En anglais dans le texte.

64François-Poncet cherche à savoir si la gentle hint49 à la paix contenue dans le discours du Duce est basée sur une offre allemande concrète. Non : rien de neuf pour le moment. Il s’exprime alors avec pessimisme sur la possibilité d’aboutir à la paix et ajoute qu’il serait facile de comprendre, pour nous fascistes, qu’un pays puisse lutter, et peut-être, soit battu pour défendre une question d’honneur. Il était difficile de le contredire !

65Villani parle de la Hongrie : malgré l’état d’alerte, la population est très calme et décidée à se battre si les Allemands veulent envahir le pays. Teleki appelle Hitler « le gangster » et Csáky me fait dire que Ribbentrop ne lui a pas caché sa haine envers moi. J’en suis très honoré.

66Réunion pour le Haut-Adige. Outre les difficultés causées par les Allemands, l’exode commencera d’ici peu. Faisons tout pour qu’ils s’en aillent…

  • 50 Profitant de la fin de l’Empire russe et de la guerre civile qui suit la révolution d’octobre 1917, (...)

6726 septembre. Nous avons déjà dit que quelque chose se tramait entre Moscou et Berlin et nous en avons eu confirmation, aujourd’hui, par Rosso. Il semble que Ribbentrop revienne à Moscou pour la signature d’une véritable alliance militaire qui a pour objectif d’accorder aux Russes la Bessarabie50 et l’Estonie, et aux Allemands la partie restante de la Roumanie. À Berlin, silence absolu. Comme d’habitude, rien ne nous est communiqué. Je téléphone à Attolico afin qu’il s’informe et quelques heures après, il fait savoir que le voyage de Ribbentrop à Moscou est confirmé. Hitler, avec sa suite, est rentré à Berlin et, après une déclaration qu’il devrait faire demain, se propose d’aller pour la première fois sur le front occidental.

68En soirée, Moscou confirme l’arrivée de Ribbentrop pour demain à 16 heures. Berlin continue à garder le silence. Tout ceci n’est pas clair. Chaque fois que les Allemands se préparent à accomplir un coup à notre insu – et ils en ont tant fait de Vienne à Varsovie ! – ils s’entourent d’un voile de mystère. Au Duce qui téléphone pour avoir des nouvelles, je dis tout ceci et lui fais comprendre qu’il est difficile d’aller de l’avant de cette manière. L’alliance entre Moscou et Berlin est un monstrueux mariage qui se réalise contre la lettre et l’esprit de nos accords. Elle est anti-Rome, anticatholique, elle est un retour à la barbarie et contre laquelle notre rôle historique est de nous ériger de toutes nos forces. Mais en aurons-nous encore la possibilité, ou la partie est-elle déjà décidée ?

6927 septembre. Berlin reste silencieuse envers nous de la manière la plus totale : c’est par les agences de presse que nous savons que Ribbentrop est parti pour Moscou. Nous ignorons tout des buts du voyage. Prétextant le peu de temps disponible, Ribbentrop a refusé de recevoir Attolico. Cela va mal…

70En matinée, le Duce reçoit l’attaché naval à Berlin en ma présence, le commandant Pecori, afin de discuter avec lui de quelques requêtes que les Allemands ont faites en matière d’assistance navale. Ils voudraient que nous ravitaillions les sous-marins, signalions les convois franco-britanniques et, enfin, que nous leur cédions quelques sous-marins pour opérer en Méditerranée. Le Duce est, en principe, favorable à l’acceptation de ce qu’ils demandent, y compris le dernier point qui est le plus dangereux. Avec Cavagnari, qui est à cent pour cent d’accord avec moi, nous sabotons l’affaire. Pecori ne dit rien de très nouveau, si ce n’est que les Allemands commenceront, en avril, la construction d’une série de sous-marins et qu’ils pensent pouvoir en produire une vingtaine, de petit et moyen tonnages. Valentino – de retour de Varsovie – relate ses expériences personnelles. Selon ses dires, l’aviation allemande a été d’une formidable puissance. Elle est absolument sans pitié car elle a constamment tiré sur les populations civiles. Mais les atrocités allemandes sont mille fois dépassées par les horreurs qui accompagnent l’avance bolchevique.

7128 septembre. Attolico fait savoir que l’Allemagne n’a aucune objection à ce que nous nous regroupions avec les États neutres de l’aire balkano-danubienne, ainsi que l’Espagne, dans un système économico-politique. Le Duce est encore très incertain. Au contraire, je crois beaucoup à l’utilité d’une telle action qui nous donne une plus vaste base politique et diplomatique. Aussi suis-je d’avis – avant de prendre l’initiative – de voir comment va se terminer la mission de Ribbentrop à Moscou. Nous sommes encore dans le brouillard complet. Mais beaucoup d’indices – dans les États balkaniques et en Bessarabie – ne nous font rien prévoir de bon. Cet homme est funeste et son influence sur les événements est extrêmement dangereuse.

72Je reçois Villani. Les Hongrois sont inquiets. Que doivent-ils faire si les Russes pénètrent en Roumanie ? À mon avis, ne pas bouger. Ils sont trop faibles et trop exposés pour se mêler au jeu jusqu’à ce qu’ils y soient contraints.

  • 51 Les accords germano-soviétiques de 28 septembre prévoient que la Lituanie passe dans la zone d’infl (...)

7329 septembre. Nous avons, d’abord par la presse, puis par les ambassadeurs, les textes des accords de Moscou51. Il s’agit d’un pur et simple partage de la Pologne, bien qu’il y ait quelque chose qui laisse prévoir – du moins de la part de l’Allemagne – une action afin de sauver la forme. Le Duce est plutôt pessimiste et croit que, dans les conditions actuelles, il est quasi impossible de tenter une solution pacifique. Il a raison. Par-dessus tout, il ne serait pas admissible que le propre Chef du Fascisme soit le parrain d’une solution qui place entre les mains du bolchevisme des millions de Polonais catholiques. Je vois François-Poncet qui est indigné de ce qui a été fait et comment cela a été fait. Il formule le vœu que le Duce ne fasse pas une recommandation qui sera inévitablement repoussée par la France et par l’Angleterre. Du reste, François-Poncet voit toujours plus se rapprocher le jour où l’Italie se mettra aux côtés de ces deux dernières pour défendre la liberté et la dignité de l’Europe, mais aussi sa propre existence nationale. Nous parlons des rapports italo-français. Je formule de nombreuses critiques sur la sordide attitude française à notre égard et il en convient : « Que voulez-vous, ajoute-t-il, les Français sont des gens étranges qui voudraient gagner à la loterie sans avoir à acheter le billet. » Je prépare la formule d’une déclaration commune qui devrait servir de base juridique à la constitution d’un groupe des neutres que je voudrais réunir autour de l’Italie.

7430 septembre. Ce matin, le Duce confirme son scepticisme sur la possibilité de négociations. Au cours du Conseil des ministres, j’ai été appelé au téléphone par Ribbentrop. Il a été plus prévenant et courtois que lors de nos récents entretiens téléphoniques. Il a avancé trois propositions : 1) une rencontre Hitler-Mussolini, probablement à Munich ; 2) un voyage à Berlin où Hitler voudrait me parler sérieusement de la situation ; 3) une rencontre entre nous à la frontière du Brenner. Cette dernière solution est la moins agréable. J’ai dit au Duce qu’il convenait, au moins pour le moment, d’écarter l’hypothèse de son voyage : il aurait pu se trouver dans une situation difficile si, devant l’opinion mondiale, Hitler lui avait, comme c’est probable, avancé ses propositions absurdes, ensuite devant Hitler lui-même si ce dernier lui avait demandé une immédiate collaboration militaire. La meilleure solution est mon voyage à Berlin. J’ai personnellement téléphoné à Ribbentrop, qui a souligné l’opportunité de partir au plus vite. Je partirai aujourd’hui même à 18 heures. Je pars sans avoir une idée précise de ce que les Allemands me proposeront, mais j’ai la ferme et radicale volonté de sauver à tout prix notre liberté d’action. À Berlin, je ne crois pas que je pourrai contribuer au rétablissement de la paix en Europe, mais il est certain que je me battrai comme un lion pour conserver la paix au peuple italien.

Notes

1 « Je vous remercie, de la manière la plus cordiale, pour votre soutien diplomatique et politique, que vous avez accordé dernièrement à l’Allemagne et à son bon droit. Je suis convaincu que nous pouvons résoudre, avec nos propres forces militaires, les devoirs qui se présentent à nous. Je crois que, dans ces conditions, un soutien militaire de l’Italie n’est pas nécessaire. Je vous remercie, Duce, pour tout ce que vous ferez pour la cause commune du fascisme et du national-socialisme. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XIII (12 agosto – 3 settembre 1939), op. cit., doc., no 530, p. 330.

2 À 11 h 45, Bonnet télégraphie à Rome afin d’accepter l’idée d’une conférence internationale à la condition que la Pologne soit invitée.

3 André François-Poncet écrit dans son rapport : « Le comte Ciano m’a remercié. L’attitude du gouvernement français lui était manifestement agréable et il s’en félicitait. Il s’est néanmoins déclaré hors d’état de me dire si la proposition italienne avait encore une raison d’être et pourrait être utilement adressée à M. Hitler. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 19 (26 août – 3 septembre 1939), op. cit., doc. no 314, p. 322.

4 À la sortie du Conseil des ministres, Ciano confie à Bottai : « Nous devons maintenant revenir à la normalité et travailler dans le cadre de cette normalité. Avec la flotte marchande, nous pouvons faire des affaires ; avec des affaires, des armes et ainsi nous équiper. Il n’y a pas d’illusions à se faire. Nous aurons cinq ou six ans de guerre. Nous devrons y intervenir. Quand, comment et avec qui, nous verrons bien. Par exemple, si l’Allemagne appelle la Russie en Europe, la situation sera à revoir du tout au tout. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 157.

5 Le 1er septembre, la France et le Royaume-Uni proclament la mobilisation générale. Nevile Henderson, ambassadeur britannique à Berlin, et son homologue français, Robert Coulondre, portent, respectivement à 17 heures et à 22 heures, des messages de leurs gouvernements demandant l’évacuation des troupes allemandes du territoire polonais, faute de quoi les deux pays rempliraient leurs obligations vis-à-vis de la Pologne.

6 Ciano envoie un mémorandum à Berlin en vue d’un règlement de la crise : armistice avec maintien des troupes allemandes sur les positions occupées, réunion d’une conférence internationale, solution favorable à l’Allemagne dans la crise de Dantzig.

7 Il s’agit du débat sur le vote des crédits de guerre, le gouvernement demandant 75 milliards supplémentaires pour subvenir aux besoins militaires. Daladier déclare : « Jamais agression ne fut plus évidente et plus injuste. […] La France et l’Angleterre ne sauraient assister à la destruction d’un peuple ami, présage de nouvelles entreprises dirigées contre elles-mêmes. Ainsi, le gouvernement a mis la France en état d’agir selon son intérêt vital et selon son honneur. » Dans Du Réau Élisabeth, Édouard Daladier, op. cit., p. 367.

8 Georges Bonnet, ministre français des Affaires étrangères, est très actif pour éviter la guerre contre l’Allemagne : « C’est celui-ci qui, contrairement aux Britanniques, a continué la politique d’appeasement et a cherché un nouveau Munich. C’est lui qui, avec ténacité, a tenté de retarder le déclenchement du drame, dans l’espoir de l’empêcher, quitte, une nouvelle fois, à ne pas tenir ses engagements. » Dans Duroselle Jean-Baptiste Politique étrangère de la France. 1 : La décadence. 1932-1939, Seuil, coll. « Points. Histoire » (no 63), Paris, 1983, p. 482. Dans son rapport, l’ambassadeur Guariglia écrit à son ministre : « Bonnet me fait dire qu’en ce moment, le meilleur moyen pour persuader Londres serait que Votre Excellence réussisse à obtenir de Berlin un retrait très limité de troupes qui aurait seulement un caractère symbolique. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XIII (12 agosto – 3 settembre 1939), op. cit., doc. no 616, p. 376.

9 Dès le 3 septembre, les troupes du général List atteignent la Vistule supérieure, au sud de Cracovie qui tombe le 6. Au nord, les troupes du général Kluge coupent en deux le couloir de Dantzig. Au centre, la 10e armée du général Reichenau traverse la Warta.

10 Hitler remercie le Duce pour sa tentative de médiation, mais explique qu’aucune garantie d’une issue fructueuse à une telle entreprise ne pouvant être donnée, il ne pouvait accepter, d’autant plus que l’avance rapide de ses troupes et le sang déjà versé le lui interdisaient. Face à la volonté britannique d’aller jusqu’à la guerre, il valait mieux l’entamer en ce moment favorable pour l’Axe : « Si l’Allemagne national-socialiste est détruite par les puissances occidentales, alors l’Italie fasciste irait au-devant d’un avenir difficile. Je suis personnellement conscient de cette communauté de destin et d’avenir pour nos deux régimes et je sais, Duce, que vous pensez de même. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XIII (12 agosto – 3 settembre 1939), op. cit., doc. no 639, p. 387.

11 Mackensen rapporte l’état d’esprit du Duce lors de cette audience : « Mussolini n’a jamais songé le moins du monde à engager une action médiatrice qui serait basée sur le retrait des troupes allemandes. Personne au monde ne peut sérieusement penser qu’une telle proposition puisse être envisagée, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une armée dont l’avance est victorieuse. Il a repoussé cette idée avec une indignation ne laissant place à aucune ambiguïté, et il n’a par conséquent rien à voir avec le retrait “symbolique” suggéré par Paris. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. VIII : Les années de guerre. Livre I (4 septembre – 30 décembre 1939), Plon, Paris, 1957, doc. no 1, p. 1-2.

12 Le général Carlo Favagrossa est responsable de la production de guerre.

13 Le 3 septembre, vers 19 h 30, le sous-marin allemand U-30, commandé par l’enseigne de vaisseau Fritz Lemp, coule, à l’ouest de l’Irlande, le paquebot britannique Athenia, construit en 1923 et appartenant à la Donaldson-Atlantic Line, en route vers Montréal. Sur 1 419 personnes à son bord, il y eut 93 victimes, dont 28 Américains.

14 Amedeo Giannini est directeur des Affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères.

15 Il est vrai que la période de non-belligérance est profitable sur ce point à l’Italie. Lors de son entrevue du 5 septembre avec le comte Ciano, François-Poncet évoque la possibilité de négociations économiques entre la France et l’Italie. Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1939 (3 septembre – 31 décembre), Presses interuniversitaires européennes – Peter Lang, Bruxelles / Bern / Berlin, 2002, note 1, p. 9. En septembre 1939 et mars 1940, la France commande pour 2,5 milliards de francs de matériel militaire. La Grande-Bretagne conclut également un accord commercial en janvier 1940. Le paradoxe est que ce matériel aurait été utile aux forces armées italiennes destinées à combattre les Franco-Britanniques.

16 Pie XII a pris la parole sur les ondes de Radio Vatican le 24 août 1939 : « Le danger est imminent, mais il est encore temps. Rien n’est perdu par la paix. Tout peut l’être par la guerre. Que les hommes recommencent à se comprendre. Qu’ils recommencent à négocier. » Par contre, à la demande de l’ambassadeur de France, François Charles-Roux, sollicitant une déclaration en faveur de la Pologne agressée, le pape avait fait répondre : « On ne peut pas oublier qu’il y a 40 millions de catholiques dans le Reich. À quoi ne seraient-ils pas exposés après un pareil acte du Saint-Siège ? Le pape a déjà parlé et de manière tout à fait claire. » Dans Chenaux Philippe, Pie XII. Diplomate et pasteur, Le Cerf, coll. « Histoire. Biographie », Paris, 2003, p. 237.

17 Au moment de la crise européenne de l’été 1914, le gouvernement italien annonce, le 3 août, sa position de neutralité et donc sa non-intervention aux côtés de ses partenaires de la Triple Alliance, Allemagne et Autriche-Hongrie, sous prétexte que la guerre contre la Serbie a été décidée sans concertation et que le gouvernement de la Double Monarchie s’est opposé aux demandes italiennes de compensations prévues par l’article 7 du traité de la Triple Alliance dans sa version de 1891.

18 Ciano confie à Bottai : « Je ne le sens pas encore sûr. Dans son entourage, il y en a qui lui entonne des hymnes de guerre. Achille [NDA Starace] lui fait croire que le peuple anxieux attend qu’il lui délie les mains. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 161.

19 En réalité, la nouvelle est quelque peu prématurée. Le 8 septembre, un corps blindé du général Reichenau arrive devant la capitale polonaise. La garnison de Varsovie ne cesse le combat que le 28 septembre, après une courageuse résistance.

20 En français dans le texte.

21 Ceci est confirmé par l’amiral Horthy dans ses Mémoires : « […] Ribbentrop téléphona, le 9 septembre, et demanda l’autorisation d’utiliser le chemin de fer de Kassa pour une attaque contre la Pologne. Cette demande fut rejetée, d’accord avec Mussolini. » Dans Horthy Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy, op. cit., p. 189.

22 David Lloyd George a été Premier ministre libéral de décembre 1916 à octobre 1922.

23 Karl Clodius est sous-chef de la section de politique commerciale au ministère des Affaires étrangères allemand.

24 Emanuele Grazzi est ministre d’Italie à Athènes depuis mars 1939.

25 Dans I documenti diplomatici italiani, nona serie (1939-1943), vol. I (4 settembre – 24 ottobre 1939), Libreria della Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1954, doc. no 110, p. 70.

26 Créé à la fin de 1924 et dirigé par Telesio Interlandi, Il Tevere est un quotidien qui défend des positions intransigeantes, proches de celles de Farinacci. À la fin des années 1930, il soutient la politique antisémite et l’alliance avec l’Allemagne.

27 Roberto Farinacci est originaire de la province de Crémone.

28 « J’estime opportun de vous assurer que le Duce entend accomplir tout ce qu’il peut et pourra, non seulement pour éviter tout élargissement du conflit, mais encore pour le limiter et le résoudre dès qu’existeront les conditions objectives permettant d’assurer au moins une vingtaine d’années de paix aux peuples européens, qui ont, tous indistinctement, le plus besoin de cette paix. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 308.

29 Agence officielle de l’Union soviétique.

30 Nommé ministre de la Justice, Dino Grandi a quitté l’ambassade de Londres le 12 juillet 1939. À la date du 15 septembre, son remplaçant n’a pas été encore nommé. Il s’agira de Giuseppe Bastianini, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères depuis juin 1936.

31 « […] Il [François-Poncet] s’était formé la conviction qu’en France, on avait désormais abandonné toute idée d’arriver dans un temps relativement bref à un accord avec l’Allemagne, et que l’on se préparait à mener une guerre jusqu’à épuisement d’une des deux parties. […] En ce qui concerne les rapports entre la France et l’Italie, François-Poncet a dit qu’à Paris on a beaucoup apprécié l’attitude prise par le gouvernement fasciste et que tous les efforts seront faits pour que pareille attitude soit consolidée par le temps. Aussi la France cherchera-t-elle avec soin à éviter tout incident qui pourrait compromettre les relations entre les deux pays, de même qu’elle évitera de placer l’Italie en face de demandes précises touchant son attitude et ses intentions. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 308-309. Dans son rapport au président Daladier, André François-Poncet analyse l’attitude personnelle de Ciano : « Bien que je ne perde de vue aucune des raisons qu’il y a de se méfier de lui, le manque de scrupules dont il a souvent fait preuve, l’hostilité qu’il avait, hier encore, envers nous, la rapidité de sa volte-face, et que, par conséquent, je n’écarte absolument pas l’hypothèse selon laquelle il userait de supercherie et d’hypocrisie, je ne pense pas qu’en tenant les propos que j’ai rapportés, le comte Ciano m’ait joué la comédie ; je ne pense pas qu’il cherche à endormir ou à tromper ni l’ambassadeur d’Angleterre, ni moi-même. […] Jusqu’ici détesté par l’opinion publique de son pays, il ne lui échappe certainement pas qu’en devenant le champion de la non-participation de l’Italie à la guerre, il interprète le sentiment dominant de son pays, il restaure sa popularité, il sert les intentions de la Couronne qui lui a déjà manifesté sa reconnaissance. » Dans Kaspi André (dir.), Documents diplomatiques français. 1939 (3 septembre – 31 décembre), op. cit., doc. no 104, p. 160-161.

32 De violents combats ont opposé troupes japonaises et soviétiques sur le fleuve Amour, frontière avec la Mandchourie, durant l’été 1939. Le 15 septembre, Molotov, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, signe un accord sur l’arrêt des combats avec Shinegori Togo, ambassadeur japonais à Moscou.

33 Le traité de Riga du 12 mars 1921, suite à la défaite de l’Armée rouge devant les Polonais, amène la frontière orientale de la Pologne à 150 kilomètres à l’est de la ligne Curzon, faisant ainsi passer sous administration polonaise les territoires ukrainiens autour de Rovno, soit environ 3,2 millions d’habitants, ainsi que les territoires biélorusses des régions de Brest-Litovsk et Pinsk.

34 Il s’agit de Şükrü Saradjoglou. Né en 1887, il rejoint le mouvement de Mustafa Kemal et est député d’Izmir en 1923. Ministre des Finances de 1927 à 1930, il devient ministre de la Justice en 1933 avant de recevoir le portefeuille des Affaires étrangères en 1938.

35 Aviateur, Charles Lindbergh s’est rendu célèbre en reliant New York à Paris par un vol sans escale, en mai 1927, à bord du Spirit of Saint Louis. À la fin des années 1930, il est une des figures marquantes du mouvement America First qui défend une politique isolationniste, excluant toute intervention américaine dans la guerre.

36 Le 17 septembre, à 3 heures du matin, Vladimir Potemkine, commissaire du peuple adjoint aux Affaires étrangères, reçoit Waclaw Grzybowski, ambassadeur polonais à Moscou, afin de lui signifier que l’État polonais ayant cessé d’exister, l’Union soviétique n’est plus tenue par le pacte de non-agression du 25 juillet 1932, renouvelé le 5 mai 1934. Il ajoute que « le gouvernement soviétique ne peut pas non plus rester indifférent alors que ses frères de sang ukrainiens et blancs-russiens, habitant le territoire de la Pologne, abandonnée à son sort, sont restés sans défense ». En réalité, l’invasion soviétique n’est qu’une des conséquences des clauses secrètes du pacte Ribbentrop-Molotov du 23 août.

37 Corneliu Codreanu, chef de la Garde de fer, mouvement fasciste roumain, a été assassiné sur ordre du roi Carol, le 30 novembre 1938.

38 Porte-avions de 22 500 tonnes, le Courageous est coulé par le sous-marin U-29, provoquant la mort de 500 hommes d’équipage.

39 Le discours prononcé à Dantzig par Hitler, le 19 septembre, semble envisager le maintien d’un État polonais, même réduit. Le lendemain, une déclaration franco-britannique affirme que la France et la Grande-Bretagne « ne permettront pas à la victoire de Hitler de condamner le monde à l’esclavage, à la ruine des valeurs morales et à l’anéantissement de la liberté ».

40 Le 17 septembre, le président de la République, Ignacy Mościcki, le maréchal Rydz-Smigly, commandant en chef de l’armée polonaise et plusieurs ministres dont le colonel Beck, ministre des Affaires étrangères, se réfugient en Roumanie où le gouvernement les place en résidence surveillée.

41 Edward Rydz-Smigly est né en 1886. Après des études éclectiques en philosophie et en histoire de l’art, il suit des cours à l’académie militaire de Vienne et sert dans la légion polonaise contre les Russes durant la Première Guerre mondiale. Devenu inspecteur général de l’armée à la suite du coup d’État de Pilsudski, en mai 1926, il est fait maréchal en novembre 1936 et commandant en chef de l’armée polonaise. Il se réfugie en Roumanie le 17 septembre 1939 et est placé en résidence surveillée. Il parvient à s’évader en décembre 1940 et gagne la Hongrie. En octobre 1941, il rejoint clandestinement le territoire polonais mais décède brutalement le 2 décembre.

42 Né en 1871, Ioannis Metaxás fait une brillante carrière militaire jusqu’à occuper le poste de chef d’état-major en 1914. Opposé à la politique du Premier ministre Venizélos quant à l’entrée en guerre de la Grèce aux côtés de l’Entente, il suit le roi Constantin Ier en exil de 1917 à 1920. À la suite de l’abolition de la monarchie, en décembre 1923, Metaxás fonde une formation d’extrême-droite, le Parti de la libre opinion. La monarchie ayant été restaurée en mars 1935 avec Georges II, il devient ministre de la Guerre, puis Premier ministre un an plus tard. Le 4 août 1936, il suspend la constitution, interdit les partis politiques et les syndicats, instaurant un régime autoritaire. Metaxás reste au pouvoir jusqu’à sa mort, le 29 janvier 1941.

43 Un communiqué italo-grec est publié, le 20 septembre, par lequel les deux gouvernements assurent vouloir maintenir des liens amicaux et de confiance. En guise de gage de bonne volonté, les troupes italiennes et grecques sont mutuellement éloignées de la frontière albanaise.

44 Le 21 septembre, en plein Bucarest, Armand Cãlinescu, Premier ministre depuis le mois de mars précédent, est assassiné par un commando de 14 anciens membres de la Garde de fer, dissoute en novembre 1938. Ministre de l’Intérieur au moment de l’élimination de leur chef, Ion Codreanu, il est possible qu’ils aient voulu le venger. Des bruits ont circulé sur la responsabilité de l’Allemagne qui aurait souhaité punir Cãlinescu pour avoir permis le transfert d’une partie de l’or de la Banque de Pologne, amené par les responsables politiques qui ont trouvé refuge en Roumanie, vers Paris. D’autre part, la répression est impitoyable. Les 14 participants à l’assassinat sont abattus sur le lieu même du meurtre. Dans les jours qui suivent, 250 anciens responsables de la Garde de fer sont exécutés.

45 La via Veneto est une des grandes artères de Rome, édifiée au début du xxe siècle, entre la piazza Barberini et la porta Pinciana.

46 Depuis février 1938, le régime a lancé une campagne de propagande contre l’utilisation du lei, vouvoiement de politesse, jugé bourgeois et d’influence étrangère, en l’occurrence espagnole. Le voi, utilisé comme vous collectif, est préconisé comme étant plus fasciste et national.

47 Concernant la politique intérieure, Mussolini déclare : « Notre politique a été fixée par la déclaration du 1er septembre et il n’y a pas de raison de la changer. Elle répond à nos intérêts nationaux, à nos accords et pactes politiques, au souhait de tous les peuples, y compris le peuple allemand, et qui a pour but de localiser le conflit. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 312-313.

48 Né en 1883, Ubaldo Soddu est sous-lieutenant d’artillerie en 1904. Il participe à la guerre de Libye en 1911-1912, puis à la Première Guerre mondiale qu’il termine comme commandant du 52e régiment d’infanterie. Promu général, il enseigne à l’académie militaire de Modène et reçoit le commandement de la division des grenadiers de Sardaigne. En 1934, il est nommé chef de cabinet du général Federico Baistrocchi, sous-secrétaire d’État à la guerre du 22 juillet 1933 au 7 octobre 1936. Par la suite, il occupe le poste de sous-chef d’état-major de l’armée de terre.

49 La douce allusion. En anglais dans le texte.

50 Profitant de la fin de l’Empire russe et de la guerre civile qui suit la révolution d’octobre 1917, la Roumanie occupa la Bessarabie, peuplée de populations roumanophones, en novembre 1918, et le rattachement est voté par le Parlement de Bucarest, le 24 janvier 1919. L’Union soviétique n’a jamais reconnu cette annexion.

51 Les accords germano-soviétiques de 28 septembre prévoient que la Lituanie passe dans la zone d’influence soviétique, alors que la zone allemande ne s’arrête plus à la Vistule mais au Bug. Ainsi, les provinces de Varsovie et de Lublin deviennent allemandes.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540