Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Juin

Texte intégral

11er juin. Les légionnaires sont mécontents que le Duce ne les passe pas en revue, mais il n’entend pas changer de décision : il ne viendra pas à Naples car il y a le Roi. Il ne veut faire venir qu’une délégation à Rome. Il fera un ordre du jour à ce sujet. En septembre, je pense qu’il fera un rassemblement de légionnaires qui pourrait être l’occasion d’une revue.

  • 1 Ramón Serrano Súñer, né en 1903, est le beau-frère du général Franco. Avocat de formation, il est é (...)

2L’ambassadeur d’Espagne vient pour un de ses inutiles entretiens. La discussion tombe sur la monarchie. Je ne lui cache pas notre point de vue et je suis de plus en plus convaincu qu’il est en train d’intriguer avec don Juan tout en faisant également des avances aux Anglais. Je demanderai sa tête à Serrano Súñer1.

  • 2 Dans son rapport, l’ambassadeur britannique souligne que le gouvernement italien estime que l’accor (...)

3Je vois Loraine pour la première fois depuis l’entretien du palais de Venise. Il dit qu’il ira à Londres d’ici peu et demande s’il y a quelque chose à ajouter par rapport à ce qu’a dit le Duce. Rien en ce qui me concerne. Nous parlons de nouveau de la situation et il ne me cache pas que le pacte anglo-turc est le résultat de notre occupation de l’Albanie. Désormais, la confiance, base même du pacte du 16 avril, vient à manquer. Nous convenons qu’il n’y a rien à faire pour le moment. Il répète plus ou moins ce que disait François-Poncet sur les dangers de la situation actuelle qui pourrait se cristalliser dans une situation d’équilibre entre les deux blocs2.

42 juin. J’accueille, à la gare, les Albanais qui viennent pour recevoir leur nouveau statut, fonder leurs forces armées et supprimer leur ministère des Affaires étrangères. En échange, nous leur donnerons quelques compensations d’ordre personnel : nomination au Sénat, titre d’ambassadeur, etc. Je dois dire qu’ils étaient – peut-être pour la première fois depuis l’annexion – visiblement satisfaits. Ceci démontre que l’intérêt personnel fait souvent taire les sentiments les plus nobles…

5Hier soir, Guarnieri m’a fait un tableau extrêmement pessimiste sur la situation financière après la signature de l’accord avec l’Argentine. Les réserves sont désormais réduites à 3 200 millions. 500 autres seraient nécessaires pour aller jusqu’à la fin de l’année. Guarnieri parle ouvertement de banqueroute et explique que pour l’éviter, il est nécessaire de mettre un coup d’arrêt à la politique impérialiste. Le Duce a dit, ce matin, qu’il s’agit d’une des habituelles exaltations de Guarnieri qui reproduit l’état d’esprit et les désirs de quelques cercles ploutocratiques. Aussi, la chose ne l’a pas impressionné car il est habitué depuis six ans à entendre la Cassandre Guarnieri, dont les prophéties dramatiques ne se réalisent pas avec une parfaite exactitude. Cependant, je crois que la vérité se trouve comme toujours dans le juste milieu.

  • 3 Georges Castriota dit Skanderbeg est un prince albanais (1405-1468) qui mène la lutte contre les Ot (...)
  • 4 Le général Giuseppe Asinari di Bernezzo est l’aide de camp de la Maison militaire du roi Victor-Emm (...)

63 juin. Cérémonie à la cour pour la remise du Statut aux Albanais. Le Roi demanda qui avait rédigé le document et observa, sur un ton assez âcre, qu’il n’y avait aucun emblème de la dynastie sur le drapeau albanais. J’ai répondu que cela n’était pas exact car il y a la bande bleue des Savoie et la couronne de Skanderbeg3. Il en convient mais reste de mauvaise humeur. J’en réfère au Duce qui saisit l’occasion pour foncer tête basse contre la monarchie. Starace est également présent. Le Duce déclare qu’il en a assez de tirer des « wagons vides aux freins souvent serrés », que le Roi « est un petit homme aigri et infidèle, qui se préoccupe d’une broderie sur un drapeau et qui ne ressent pas l’orgueil de voir le territoire national s’agrandir de 30 000 kilomètres carrés », que c’est « la monarchie qui empêche, avec ses exaltations idiotes, la fascisation de l’armée. C’est ce répugnant Asinari di Bernezzo4 qui sert d’intermédiaire à ces principes. Moi, je suis comme un chat, circonspect et prudent mais quand je saute, je suis sûr de retomber où je veux. Je commence maintenant à penser qu’il faut en finir avec la Maison de Savoie. Pour la liquider, il suffit de mobiliser deux provinces, Forlì et Ravenne, soit 250 000 hommes. Ou peut-être suffira-t-il de l’affichage d’un manifeste ». Il a parlé avec une telle clarté que Starace a interprété les paroles de Mussolini comme un ordre de marche pour le Parti.

7Dans l’après-midi, j’ai résolu le problème de l’unification des services diplomatiques albanais avec les services italiens. Il a suffi de quelques décorations et de quelques postes pour accomplir l’opération sans que le patient ne souffre trop. Désormais, l’annexion est pratiquement réalisée. Et – comme je l’ai déjà noté – les Albanais, pour la première fois, ne sont pas mélancoliques. C’est l’avantage des situations nettes. Le Duce et moi avions agité le problème de l’irrédentisme du Kosovo et de la Ciamuria. Le Duce définit ainsi cet irrédentisme : « la veilleuse au fond du couloir », c’est-à-dire le motif idéal que l’on doit faire briller dans l’avenir afin de maintenir haut l’esprit national albanais.

84 juin. Rien de nouveau.

  • 5 Dans un article de la revue Gerarchia de juin 1939, Ciano fournit les chiffres suivants concernant (...)

95-6-7 juin. Départ pour Naples. Serrano Súñer arrive sur le Duca d’Aosta et, en même temps, avec le Sardegna, le premier contingent des Flèches, venus en Italie accompagner leurs camarades rentrant chez eux. Beaucoup d’émotion chez tous : les légionnaires chantent des hymnes guerriers, les canons et les sirènes emplissent l’air chaud et serein. Serrano Súñer me serre longuement les mains et répète les paroles de gratitude pour ce que l’Italie a fait et la manière dont elle l’a fait. J’embrasse Gambara et, à travers lui, je serre sur ma poitrine tous ceux qui reviennent et chacun de ceux qui restent en Espagne, gardiens d’une amitié et d’une œuvre qui fructifieront glorieusement5.

10J’ai un long entretien avec Serrano Súñer en soirée, au cours d’une promenade en voiture, au travers des rues panoramiques de Naples. C’est un homme grêle, mince, malade. Une de ces créatures nées plus pour l’étude et la réflexion, tout en conscience, honnêteté et enthousiasme. Pris dans le tourbillon de la révolution, devenu acteur et auteur, il porte à son travail une foi passionnée. Intelligent, mais encore peu expert, il oscille dans son jugement entre les résultats d’une pratique active et les réflexions indéfinies et métaphysiques. Mais ce sont toujours les sentiments qui prédominent en lui : il hait et aime avec passion.

11Sa bête noire est la France. Il la déteste, en premier lieu à cause du sang versé par ses deux frères, assassinés par des balles françaises, et puis parce qu’il est espagnol et, pour cette seule raison, il considère la France comme l’éternelle ennemie de la grande Espagne.

  • 6 Pris par les Britanniques en 1704, lors de la guerre de Succession d’Espagne, le rocher de Gibralta (...)

12Nous abordons plusieurs points. D’abord la guerre. L’Espagne craint une guerre à brève échéance car elle est, aujourd’hui, au bout de ses ressources. On souffre de la faim dans certaines régions. Si elle dispose de deux ou trois ans de répit, elle pourrait se relever et compléter sa préparation militaire. L’Espagne sera aux côtés de l’Axe, portée par le sentiment et la raison. Une Espagne neutre serait destinée à un avenir de misère et d’humiliation dans n’importe quelle éventualité. Et puis, l’Espagne de Franco entend résoudre le problème de Gibraltar. Tant qu’il y flottera le drapeau britannique6, l’Espagne ne sera pas une nation pleinement souveraine et libre. La jeunesse espagnole vit avec le désir et le rêve de chasser les Anglais à la mer et s’y prépare. En ce qui concerne la France – « l’ignominieuse et déloyale France » –, l’Espagne a des revendications qui sont l’indépendance politique et économique du Maroc.

13Serrano Súñer a été très heureux d’apprendre que les Allemands et nous désirions retarder le conflit de quelques années.

14Ensuite les relations avec l’Italie. L’alliance existe dans les esprits mais il est, pour le moment, prématuré de la fixer par un protocole, mais c’est ce à quoi il désire arriver. Beaucoup plus de réserve dans les relations avec l’Allemagne, surtout à cause de la question religieuse. C’est un croyant, un croyant convaincu et fervent. Les excès anticatholiques des Allemands le répugnent.

15Puis le Portugal. Il convient de soustraire le Portugal à l’influence britannique pour la politique espagnole et pour l’Axe. Bien que cela soit difficile, il entend travailler en ce sens et demande également notre collaboration.

  • 7 Néanmoins, Serrano Súñer rend visite au roi Alphonse XIII, exilé à Rome depuis 1931. Dans ses Mémoi (...)

16Enfin la monarchie. Peut-être, « d’ici 20 ans, l’Espagne pourrait avoir besoin d’un Roi. » Alors, si les Bourbons se sont bien conduits, on pourrait les remettre sur le trône. Mais pas maintenant. Le chef de l’État est Franco et l’idée monarchique n’est partagée seulement que par quelques éléments. Beaucoup de ceux qui crient « Vive le Roi » cherchent à cacher leur opposition au régime. Avec ceux-là, Franco agira avec la plus ferme énergie7.

  • 8 D’après les Mémoires de Serrano Súñer, Mussolini aborde au cours de cet entretien la question de la (...)

17Serrano Súñer a répété plus ou moins au Duce ces arguments pendant le long entretien qu’il a eu au palais de Venise. Le Duce a confirmé sa ferme hostilité à une restauration monarchique « qui deviendrait le centre de l’opportunisme et de l’intrigue8 ».

188 juin. Percy Loraine communique la réponse de Londres à la question du Duce : Chamberlain considère pleinement en vigueur le pacte du 16 avril et espère qu’il aura des développements ultérieurs favorables. Je ne sais pas si une telle réponse satisfera le Duce qui se contente rarement de paroles et qui veut des faits, « l’éternel fait » comme il dit. Pour le moment, les faits sont négatifs : le pacte anglo-turc, la garantie à la Grèce et à la Roumanie, les tractations avec Moscou sont autant d’éléments de cette politique d’encerclement que Londres dirige contre nous.

  • 9 Sir Percy Noble est chef de l’escadre britannique de Hong Kong depuis 1938. Il est nommé en février (...)

19Je reçois de Hong Kong un document du plus grand intérêt : c’est une étude de l’amiral Noble9 sur les possibilités navales britanniques contre les forces du Pacte tripartite. Il est très pessimiste, spécialement en ce qui concerne la Méditerranée, dominée à son avis par les forces aéronavales et sous-marines de l’Italie fasciste.

209 juin. J’ai, en soirée, un long entretien avec Serrano Súñer. Il s’emporte contre l’ambassadeur Conde qu’il définit comme étant un imbécile et raconte qu’il aurait tenté de le mettre en garde contre le Duce et moi. Il est un fait que Conde, qui est vraiment un niais de première espèce, travaille pour la monarchie et trafique avec le Roi et les princes pour la restauration. Il a fait son temps et il serait bien qu’il change d’air. Súñer est d’accord et le transférera. Súñer me parle également avec beaucoup de scepticisme du général Jordana ainsi que de toute la diplomatie espagnole. Il n’aspire pas à devenir chef du gouvernement. Il dit qu’il s’agit d’une manœuvre française pour tenter de troubler ses relations avec Franco, mais il voudrait prendre le poste du général Jordana. Il compte, évidemment, sur notre appui et veut pour cela accélérer la venue de Franco en Italie. Il était quelque peu prévenu sur la solidité de l’Axe. Les paroles de Mussolini lui ont redonné pleinement confiance et il désire aller prendre contact avec le nazisme sur lequel il était, peut-être, un peu sceptique. Sa foi catholique et quelques éléments hostiles avaient réussi à faire surgir un doute en lui sur la solidité de la position d’Hitler.

2110 juin. Je rapporte au Duce ce que m’a dit Súñer. Il voudrait également le voir à la tête du ministère des Affaires étrangères, tout en conservant l’Intérieur dont « 15 années d’expérience ont prouvé qu’il était l’instrument principal du commandement ». Il écrira une lettre à Franco que je remettrai à l’occasion de mon voyage.

22Très belle revue de la marine. Il paraît que le Roi a rendu hommage au pas romain, rappelant quelques épisodes historiques prouvant sa haute valeur éthique. Le Duce commente : « J’aurais voulu lui répondre : mon cher et stupide ami, c’est contre toi que j’ai dû soutenir la polémique la plus dure afin de l’introduire. »

23Je remets à l’ambassadeur du Japon une copie du document Noble. J’en traduis un passage et m’aperçois qu’il lui fait la plus grande impression. L’ambassadeur part ce soir pour Berlin où sont parvenues de nouvelles instructions – semble-t-il meilleures – en ce qui concerne la rédaction du Pacte tripartite.

24Je donne également le document à Mackensen et d’autres télégrammes qui démontrent l’attitude déloyale yougoslave. Mackensen était irrité contre Serrano Súñer qui n’avait pas nommé les Allemands dans son discours. Je justifie ceci par sa médiocre expérience diplomatique et affirme que Súñer est l’homme de confiance de l’Axe en Espagne. Je suggère l’idée d’un voyage en Allemagne.

2511 juin. Rien de nouveau.

  • 10 Au moment de la marche sur Rome, De Vecchi sert d’intermédiaire entre Mussolini et Antonio Salandra (...)
  • 11 Cesare Maria De Vecchi est sous-secrétaire d’État aux pensions de guerre du 1er janvier au 8 mars 1 (...)
  • 12 De Vecchi est gouverneur de Somalie de 1923 à 1928 et entreprend une dure campagne de pacification (...)

2612 juin. Le Duce parle de De Vecchi et dit que cela fait 18 ans qu’il porte sur ses épaules le poids d’un si encombrant individu : « Le 28 octobre 1922, il était déjà prêt à trahir et à accepter une combinaison ministérielle de coalition10. » Après cette entrée en matière, il rappelle les unes après les autres les gaffes commises par De Vecchi à chacun de ses postes. Il commença par susciter la colère de Dieu en menaçant de diminuer les pensions aux mutilés de guerre11, puis il fit un discours qui fut une véritable secousse pour le régime. Enfin, en Afrique, il occupa par la force des territoires qui étaient déjà à nous, accomplissant d’inutiles massacres12. En conclusion, il le juge « un intrépide bouffon » mais, pour le faire tenir tranquille, il lui accorde tout ce qu’il veut. Il a fait nommer barons les deux gendres de De Vecchi – et il en rit – et finira par lui donner le haut grade militaire auquel il aspire.

  • 13 Allusion au discours de Mussolini du 3 janvier 1925 annonçant la mise en place de la dictature fasc (...)
  • 14 Alphonse XIII est en exil à Rome depuis 1931. Il y meurt le 28 février 1941.

27Deuxième entretien au palais de Venise avec Serrano Súñer. Rien de neuf. Le Duce conseille à Franco de faire un 3 janvier espagnol13, afin de se libérer de tous les éléments infidèles à la Révolution. Serrano Súñer raconte avoir parlé avec le Roi14 et le prince des Asturies. Il rapporte une bonne impression du second. Il dit beaucoup de mal du premier : un homme léger et qui parle « à tort et à travers ». Il lui a même fait allusion à la possibilité d’améliorer les relations entre la France et l’Espagne, ce qui a indigné Serrano Súñer.

2813 juin. Nouvelle tension à propos de la question de Dantzig. Il est étrange que l’attaché militaire à Paris nous ait donné la nouvelle deux jours auparavant. Ceci laisse supposer une préméditation polonaise. Le Duce reçoit von Mackensen qui apporte un don de Goebbels. Il parle principalement de l’opportunité d’améliorer les relations entre l’Allemagne et le Saint-Siège afin de resserrer les liens avec l’Espagne. Il rappelle ce qu’il a fait lui-même en Italie et arrive à la conclusion que l’État doit garder sa ligne politique lorsqu’il est en opposition d’intérêt avec l’Église, tout comme le Pape doit protester « au moins pour sauver son âme et peut-être la mienne ».

  • 15 Du nom d’un ingénieur italien, inventeur d’un système de constructions en matériel synthétique.

29Il décide la construction d’un village Pater15 à Tirana de 500 logements afin d’accueillir des Italiens rapatriés de l’étranger. Nous réussirons ainsi à augmenter le nombre d’Italiens résidant à Tirana où, selon toutes les informations, tout va pour le mieux du point de vue politique, militaire et économique.

  • 16 Le général Alfredo Kindelán est ministre des Forces aériennes nationalistes durant la guerre civile (...)

30Serrano Súñer, en visite de congé, me demande de faire étroitement surveiller par la police le général d’aviation Kindelán16, durant son séjour à Rome, qu’il accuse de menées monarchiques. Il veut avoir des preuves en main afin de le dénoncer à Franco. Le Duce m’appelle pour me parler de la visite de Franco. Il est très ennuyé de l’inévitable présence du Roi, étant donné que Franco est chef d’État. Il dit : « Je n’entends pas être le métayer comme pour la visite d’Hitler. Je me retirerai si le Roi n’a pas – et il ne l’aura pas – la pudeur de se retirer lui-même. Il est nécessaire de mettre le peuple italien devant cette situation paradoxale afin qu’il comprenne qu’il y a désormais incompatibilité et qu’il fasse son choix. »

3114 juin. Départ de Serrano Súñer. Il est très ému et répète des paroles de gratitude envers le Duce et moi, d’attachement à l’Italie. Il a traité avec froideur Conde, désormais destiné à être éliminé d’ici peu. Serrano Súñer m’a raconté que ce stupide individu a cherché à l’indisposer vis-à-vis du Duce et de moi, surtout parce qu’il nous sait hostiles à la restauration monarchique. Les rapports Serrano-Mackensen sont désormais meilleurs, voire devenus bons. Mon intervention a été nécessaire car Serrano était, dans le fond, très prévenu contre les Allemands et von Mackensen était offensé de l’oubli intentionnel dans lequel Serrano avait laissé la contribution allemande à la cause nationaliste espagnole.

32Le Duce veut commencer, avec l’Espagne, à définir le futur programme pour la Méditerranée occidentale : le Maroc entièrement à l’Espagne, la Tunisie et l’Algérie à nous. Un accord avec l’Espagne devrait nous assurer une communication permanente vers l’océan à travers le Maroc.

  • 17 Même sentiment dans le rapport de François-Poncet qui réagit aux bruits sur le début d’une réconcil (...)

33Dîner à l’ambassade de France. Repas terne, inutile, à caractère traditionnellement diplomatique avec les habituels « chers collègues » de second ordre, des chargés d’affaires incertains et présomptueux, des jeunes attachés zélés et de vieilles dames pique-assiettes. Nous ne parlons presque pas de politique. Cependant, toute la presse française se jette sur l’événement, lequel – je le répète – ne représente absolument rien et laisse les relations avec la France comme auparavant, voire plus mauvaises17.

3415 juin. Voyage à Gênes. Les aviateurs reviennent d’Espagne. Gênes, ville monarchiste de manière inattendue, fait au Roi des manifestations d’une telle chaleur que cela me conduit à réfléchir sur bien des choses. J’en ferai une allusion à Starace.

3516 juin. Voyage de retour à Rome. Rien de sensationnel.

3617 juin. Durant mon absence est survenu un incident durant une manifestation sportive des nazis de Bolzano et le secrétaire de la section a été arrêté. Von Mackensen vient m’en parler. Je veux tout de suite le faire libérer et le Duce m’y autorise. On a agi avec trop d’impétuosité. Si j’avais été là, cela se serait passé différemment. Quelle impression fera à l’étranger l’arrestation d’un officiel nazi ? Et en Allemagne ? Que dirions-nous si l’on arrêtait le secrétaire du Faisceau de Berlin ou de Munich ? Je reçois Stylla, ex-ministre d’Albanie à Belgrade. Je veux me servir de lui dans la question du Kosovo pour laquelle il est très compétent. Je créerai, auprès du sous-secrétariat pour l’Albanie, un bureau pour l’irrédentisme. Bottoni et Benini, revenus de Tirana, donnent d’excellentes nouvelles sur la situation albanaise. Le Duce est allé à Riccione pour un bref moment de repos.

3718 juin. Rien de nouveau.

3819 juin. Rien de nouveau.

3920 juin. Hitler demande que soit expulsé vers l’Allemagne le chef de la section nazie de Bolzano car il entend le punir de manière exemplaire. C’est un beau geste car il permet de prouver publiquement quelle importance il attribue à l’amitié italienne.

40Entretien avec Talamo : il dit que la Bulgarie continue dans la politique à courte vue et n’a pas beaucoup d’espoir de l’amener à prendre une position nette aux côtés de l’Axe, au moins pour le moment.

  • 18 Les négociations italo-allemandes à propos des germanophones du Haut-Adige aboutissent à la conclus (...)

4121 juin. Les fonctionnaires qui devront faire partie de la commission pour le rapatriement des Allemands qui résident dans le Haut-Adige partent pour Berlin. Il y a eu un peu d’incertitude de la part du Duce sur l’opportunité de faire partir Mastromattei : quelqu’un pourrait critiquer le fait qu’un préfet va au rapport à Berlin. Mais il ne s’agit pas de cela : celui-ci est un expert qui va faire partie d’une commission. D’autre part, il semble que les Allemands veuillent faire les choses sérieusement. Il ne convient donc pas que nous mettions des bâtons dans les roues18.

4222 juin. J’appuie, auprès de Buffarini, la requête slovène qui vise à obtenir le droit de publier quelques petits journaux non politiques dans leur langue. Si nous voulons véritablement mener une politique d’attraction sur les Croates, les Slovènes, etc., il est nécessaire de commencer par leur donner la sensation que nous pratiquons une liberté intelligente. Nous penserons à serrer les freins par la suite. Pour le reste, rien de nouveau.

  • 19 Dans ses Mémoires, Serrano Súñer indique que le voyage en Espagne est plutôt une demande de Ciano p (...)

4323 juin. Je reçois une lettre de Serrano Súñer qui m’invite à aller en Espagne du 10 au 18 juillet. Elle est très courtoise mais il me semble y déceler une certaine réserve. Elle est peut-être due au fait que les relations entre Serrano et Franco ne seraient plus tout à fait cordiales, ce qui m’a été signalé par Gambara. Nous verrons. En Espagne, je devrais me rendre compte de beaucoup de choses et je ne souhaite pas que Serrano, même en toute bonne foi, soit allé trop loin dans ses prévisions d’une totale adhésion à l’Axe19.

44On me téléphone de Berlin que la première réunion au sujet du Haut-Adige a donné des résultats concrets et que les prévisions sont très optimistes.

4524 juin. Rien de nouveau.

4625 juin. Rien de nouveau.

  • 20 Costanzo Ciano, père de Galeazzo et président de la Chambre des faisceaux et des corporations, est (...)

4726 juin – 2 juillet. Maintenant que la solitude s’est faite autour de moi et en moi, je souhaite, Papa, rester un peu en ta compagnie, dans cette grande salle du palais Chigi où tu venais quelquefois me trouver et me porter la sécurité de ton optimisme fidèle et perspicace20.

48La nouvelle, l’atroce nouvelle de ta disparition m’a douloureusement touché à l’improviste. Nous nous étions vus il y a peu de jours, mercredi ou jeudi, dans ton bureau, et je t’avais trouvé dans une forme physique que j’aurais qualifiée de bonne. Tu parlais avec ta vivacité habituelle et m’exposais des projets que tu aurais réalisés dans les années à venir. Tu n’hésitais pas à projeter ton esprit dans l’avenir car tu étais désormais certain que ta volonté de fer avait eu raison du mal qui, depuis deux ans, semblait vouloir te faire céder. Avec ta hardiesse habituelle, tu continuais à travailler et à donner comme tu l’as toujours fait, sans rien demander pour toi. Aussi, le mal qui était resté aux aguets pouvait plus facilement te toucher et te briser.

49Je suis revenu chez moi lundi soir, après avoir passé un moment chez des amis. Je n’avais pas le moindre pressentiment du coup que j’allais recevoir mais j’étais triste et un peu fatigué. Je me suis retiré vers 1 heure, ou un peu avant. J’ai trouvé – chose inhabituelle – mon domestique qui attendait pour me dire que j’avais reçu un coup de téléphone du ministère des Affaires étrangères. Ceci me surprît. Un coup de téléphone nocturne qui, à l’époque de l’Espagne et de l’Albanie, était habituel, m’apparût, dans les conditions actuelles de la politique européenne, au moins injustifié. J’appris bientôt que l’on avait cherché à me joindre de Ponte a Moriano car tu n’allais pas bien. Je devinais mais repoussais cette pensée avec violence. J’appelais Ponte. Un domestique me répondit avec une voix sourde et passa l’appareil à Maman qui, sanglotante, dit tout de suite, avec une forte douleur, que toi, Papa, notre bon, grand, cher Papa, tu n’étais plus. Ce fut un véritablement déchirement, ce n’est pas une parole habituelle, mais je la répète, ce fut un véritablement déchirement dans ma chair et dans mon âme. Je sentis que quelque chose était arrachée à ma personne physique. Seulement à ce moment-là, après 36 ans de vie, je réalisais combien était vrai, profond et indestructible le lien du sang. Papa, toi, qui as connu depuis l’enfance mon amour envers toi, tu pourrais, toi seul, comprendre réellement ma douleur. Tu te rappelles quand, enfant à La Spezia, je te saluais à chacun de tes départs, depuis la terrasse de notre maison qui donnait sur la mer ? J’avais la voix étranglée et les yeux gonflés de larmes mais je me retenais tant que tu étais là et je ne voulais pas montrer ma faiblesse au grand soldat. Mais mon effort était inutile et tu savais très bien qu’à peine tu aurais disparu à l’angle de la via dei Colli et du Torretto, je me jetterais par terre, vaincu par les pleurs et la solitude. Eh bien, Papa, il est advenu la même chose : encore une fois, j’ai été touché par une douleur irraisonnée, comme alors, avec la différence que je ne suis plus un enfant vêtu en marin, fier du ruban où était inscrit le nom de ton navire, mais je suis un homme, avec pas mal de cheveux blancs, avec la charge d’une grande responsabilité, plein de pensées, de préoccupations, avec mes tristesses secrètes que je t’ai toujours cachées, en somme un homme qui ne guérit pas en une heure mais qui portera toujours ton deuil en lui désormais.

50Je me suis précipité à Ponte a Moriano, en voiture, seul. Non pas que les amis que j’avais informés m’aient abandonné mais parce que je voulais rester avec toi, et toute autre personne n’aurait pu empêcher cette première communion supraterrestre.

51Le voyage de Rome à Ponte est long et a été terrible. Mais la venue de l’aube – qui sait pourquoi ? – a fait surgir en moi l’espérance, je ne saurai dire de quoi, mais que peut-être je n’avais pas bien entendu, que la fin n’avait pas encore eu lieu. Je ne sais pas, je ne réussis pas à expliquer l’étrange sensation qui fut d’ailleurs de brève durée. Passant par Livourne, à côté du siège du Telegrafo que tu avais créé pierre par pierre et que tu aimais tant, j’ai vu le drapeau en berne. Pour la première fois de toute la nuit, j’ai pleuré.

52Maman, détruite par une douleur que 50 années d’un amour fidèle et dévoué explique à peine, m’a accueilli avec une immense tendresse et m’a porté dans la salle où, serein, tu gisais sur ton lit, habillé du vêtement gris que tu avais mis quelques heures avant que la mort ne te frappe. J’aurais pensé que tu dormais si un petit crucifix n’avait été pieusement posé sur ta large poitrine. Maman a eu le courage de me raconter dans le détail votre tragédie. Le malaise que tu as eu en sortant de Livourne, ta volonté de dissimuler le mal, l’alternance incessante des améliorations et des attaques plus graves, l’inutile recherche d’aide dans la campagne déserte et impassible, Maman m’a tout raconté. Elle m’a également dit qu’ayant rejoint la maison, ta maison de Ponte a Mariano, que tu aimais tant car tu pouvais accueillir mes enfants pour leur joie et la tienne, là où durant cette nuit dormait innocemment le petit Marzio, tu as voulu descendre tout seul de la voiture, sans aide, et, comprenant que même pour un lutteur toute résistance était inutile, tu as embrassé le médecin et tu lui as dit très calme : « Désormais, il faut mourir. » Et tu as expiré en soldat, en fasciste, en chrétien.

  • 21 Né en 1885, Arnaldo Mussolini est le frère cadet du Duce. Très proche de ce dernier, il devient le (...)

53Papa, je ne te parlerai pas de moi. Tu sais et tu comprends, chaque parole serait une offense à notre grande et solide affection ainsi qu’à ma douleur. Je te parlerai des autres. Tu étais et tu es très aimé. Beaucoup plus qu’aucun ne le croyait. Tes amis Rodini, Baiocchi, Capanna et tant d’autres, semblaient des animaux blessés à mort qui évitent tout contact et cherchent l’isolement pour mourir. Starace est arrivé peu après moi et était effondré. Il a voulu déposer, de ses mains, sur ton lit, à droite et à gauche de ta dépouille mortelle, les insignes du Parti que tu as tant de fois honorés par tes réalisations et ta foi. Puis, très rapidement, le Roi est arrivé. Il ne parvenait pas à dominer son émotion. Il a dit des paroles dignes à ton sujet. Il t’a salué à la romaine avec des yeux pleins de larmes. Il est venu sans aucun cérémonial, seulement accompagné par un aide de camp, vêtu en civil, ayant naturellement oublié dans la tristesse du moment la majesté de son rang, n’étant plus qu’un vieux, un pauvre vieux brisé de chagrin qui voulait pleurer devant le cercueil d’un ami perdu. Le Roi, qui sortait par l’escalier de la maison, a rencontré le Duce, arrivé de Forlì en avion. Ton Chef, que tu as tant aimé et à qui tu as été éperdument fidèle, t’aimait réellement comme tu le désirais, ce que tu devinais parfois mais dont tu aurais voulu qu’il te le dise. Mais ce n’était pas dans sa rude nature. Il te l’a dit, Papa, alors que tu étais mort. Il resta longuement à te regarder, avec les yeux fixes et le visage contracté. Puis, il t’a caressé tendrement la tête et les épaules et t’a embrassé le front à deux reprises. Il a répété que la mort d’Arnaldo21 et la tienne étaient des coups très durs pour lui. Il est reparti au bout de deux heures pour revenir, le lendemain, te rendre le dernier hommage.

  • 22 Cimetière de Livourne.
  • 23 Sanctuaire où sont enterrés les illustres Livournais, sous le portique de l’église.

54Quelle chose étrange et douloureuse, Papa, moi qui t’ai toujours obéi, de devoir prendre des décisions à ton sujet. Mais il était nécessaire de le faire et j’ai ordonné que tu sois habillé de ton uniforme d’amiral avec les distinctions du Parti et de squadrista, que l’ensevelissement provisoire se fasse à la Purificazione22, près des tiens, et, qu’enfin, on te prépare une sépulture à Montenero23 mais pas au Famedio où reposent les autres Livournais illustres. Tu n’es pas une gloire locale : tu es une gloire de l’Italie impériale. Ton monument s’élèvera au sommet de la colline : ce sera un monument qui rappellera ta guerre et ton héroïsme. Il sera surmonté d’un phare qui s’illuminera toutes les nuits afin que nous puissions tous reconnaître, de loin, ton esprit immortel. De loin, dis-je, car il faudra être vu jusqu’en Corse qui ferme notre sauvage mer livournaise et à la délivrance de laquelle tu as toujours cru.

55En fin d’après-midi, nous t’avons transporté à Livourne et ce fut un nouveau déchirement de te voir abandonner pour toujours ta maison de Ponte. Je t’ai suivi dans la première automobile aux côtés de Starace qui, je le répète, était effondré. Presque tout le trajet a été fait très lentement, presque à pas d’homme, car une foule paysanne affligée encadrait ton passage et toutes les fleurs de la Lucchesia t’ont été offertes avec une spontanéité absolue. Nous sommes parvenus à Livourne vers 7 heures du soir. Le temps s’était fait très beau : ciel bleu et air chaud. Toutes les cloches sonnaient. La ville semblait touchée par une catastrophe irréparable qui aurait été vraiment le drame de tout le monde. Un peuple sérieux et taciturne se pressait sur les trottoirs avec des yeux fixes et secs. Les bras se soulevaient en un salut romain. Nombre de femmes s’agenouillaient et beaucoup priaient. L’hommage d’amour de ta ville a été tel que seul tu pouvais l’imaginer. L’affection que, durant toute ta vie, tu as donnée aux Livournais t’a été rendue au centuple au moment de ton départ. Dans la salle du Faisceau, où tu reposais sur l’affût d’un canon comme il convient aux héros, une foule, muette et brisée, a défilé pendant des heures. Je suis resté tout le temps à ton côté. Te regarder et te caresser soulageait ma souffrance et j’aurais voulu embrasser un par un ceux qui venaient te rendre un hommage ému. Je ressentais chez eux une douleur véritable, celle qui unit fraternellement. Les meilleurs hommes d’Italie ont monté la garde à ton côté, tous ceux qui dans les armes, dans la politique, dans la foi ont excellé durant ces 20 dernières années. La Guerre et la Révolution – la nouvelle gloire de l’Italie – ont été à tes côtés, personnifiées par les meilleurs. Innombrables furent les témoignages de piété mais je n’en rappellerai qu’un car il sera le plus cher à ton cœur parmi tous : un vieillard, si vieux qu’on ne saurait lui donner d’âge, s’est traîné afin de rendre un hommage à ta dépouille et a dit vouloir honorer, en même temps que ta mémoire, celle de ton père dont il fut un mousse sur un voilier.

56Je suis revenu, Papa, voir la maison dans laquelle tu es mort. Elle est modeste et même quelque peu mal tenue. Ce ne sera désormais plus le cas. Je ferai en sorte qu’elle devienne, comme il convient, un lieu sacré pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui ont et auront la religion de ton souvenir.

  • 24 Née en 1906, Maria Ciano est la sœur cadette de Galeazzo. Épouse du comte Massimo Magistrati, collè (...)

57Les derniers honneurs ont été solennels. De même que la veille eut lieu la rencontre entre le Roi et le Duce, pour toi, toute l’Italie s’était donnée rendez-vous à Livourne qui n’avait jamais concentré, dans le cours de l’histoire, la vie entière de la nation dans ses murs. Le Duce est revenu en avion depuis la Romagne et a suivi à pied l’affût qui portait ta dépouille, et à son côté se trouvait Maman, qui a bravement tenu sa promesse de rester avec toi jusqu’à l’ultime moment, et moi. Maria, qui n’allait pas encore très bien mais qui se remettra, était revenue à Rome et pleurait en silence, à côté de la radio qui retransmettait le déroulement de la cérémonie24. La cérémonie religieuse eût lieu à la cathédrale. J’avais suggéré Saint-Pierre-et-Paul, l’église de ton enfance. Mais elle était trop petite. Même la cathédrale, qui me paraissait immense étant enfant, était incapable d’accueillir une partie des hiérarques qui te suivaient. Je ne parle pas du peuple. Celui-ci remplissait les rues et son attitude était si pieuse et si humble que toute la ville semblait transformée en un immense temple de douleur. Après la bénédiction eut lieu sur la place l’appel fasciste. Je suis certain que parmi toutes les voix, tu as reconnu la mienne. « Présent » est la seule parole, Papa, que je puisse dire de toi, depuis que tu m’as quitté. Si durant la vie, parfois, tu pouvais être ou semblais être loin de moi, maintenant que tu n’es plus, ceci n’est pas possible : tu es à mes côtés et dans mon esprit.

  • 25 La construction d’un mausolée a débuté peu de temps après la mort de Costanzo Ciano sur une colline (...)

58Le Duce et Maman se sont retirés. J’ai suivi ton corps jusqu’au cimetière. Tandis que tu franchissais le seuil fatal de la Purificazione, l’escadre, venue pendant la nuit, faisait tonner le canon en ton honneur. Pendant quelques minutes, tu t’es arrêté près de la tombe de tes parents, comme tu en avais pris l’habitude chaque fois que tu venais à Livourne. Puis tu as été transporté dans la petite chapelle où tu reposes maintenant dans une tombe en attendant que le monument digne de toi soit prêt à t’accueillir25. Je suis reconnaissant à ceux qui ont décidé que tu sois inhumé dans un tombeau et non enterré. Ce fut déchirant de voir la plaque de marbre te séparer du monde des vivants, mais cela aurait été encore plus douloureux de voir la terre se refermer sur toi. Les squadristi et les amis m’ont emmené, encore une fois vaincu par le désespoir. Puis, avec Maman, je suis reparti vers Rome. Papa : la vie reprendra son rythme ordinaire avec moi et en moi. Ceci est inévitable et – peut-être – bénéfique. Mais aujourd’hui, alors que je t’écris, je suis encore tout étourdi : je sens dans mon esprit un profond abandon, une tristesse douce et douloureuse. Un jour – je pense que cela ne touchera ni ta volonté, ni ta nature – je parlerai et écrirai sur toi comme je le souhaite et comme je dois le faire afin de faire connaître toutes les belles choses que tu as toujours voulu cacher obstinément. Aujourd’hui, je ne saurais, ni ne pourrais le faire. Mais, sache, Papa, que parmi tous ceux qui te rendent honnêtement hommage, je suis là avec ma dévotion, mon amour, ma tendresse dont ta disposition a pu me révéler la profondeur et immuable intégrité.

Notes

1 Ramón Serrano Súñer, né en 1903, est le beau-frère du général Franco. Avocat de formation, il est élu député de la CEDA en 1933. Incarcéré à Madrid par les républicains au début de la guerre civile, il parvient à s’évader. Ministre de l’Intérieur en janvier 1938, il est également responsable du bureau de la Presse et de la Propagande.

2 Dans son rapport, l’ambassadeur britannique souligne que le gouvernement italien estime que l’accord anglo-turc est dirigé contre l’Italie et qu’il n’est pas en accord avec les accords italo-britanniques du 16 avril 1938. De même la politique de garanties accordées par Londres irrite l’Italie fasciste : « Le système de garanties et d’alliances constitué par le gouvernement de Sa Majesté était en fait un encerclement des puissances de l’Axe. Pourquoi le gouvernement de Sa Majesté voulut-il apporter ses garanties à la Pologne, la Roumanie et la Grèce ? Cela aurait été compréhensible si ces pays en avaient fait eux-mêmes la demande. […] Mais le comte Ciano expliqua qu’il pouvait me dire que l’Italie ne voulait pas de guerre, tout comme l’Allemagne. Les deux pays ont besoin de paix. » Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. V (April 4 – June 7, 1939), op. cit., doc. no 698, p. 755-756.

3 Georges Castriota dit Skanderbeg est un prince albanais (1405-1468) qui mène la lutte contre les Ottomans et devient une figure de la nation albanaise.

4 Le général Giuseppe Asinari di Bernezzo est l’aide de camp de la Maison militaire du roi Victor-Emmanuel III.

5 Dans un article de la revue Gerarchia de juin 1939, Ciano fournit les chiffres suivants concernant les pertes italiennes : 3 227 morts et 11 227 blessés.

6 Pris par les Britanniques en 1704, lors de la guerre de Succession d’Espagne, le rocher de Gibraltar est reconnu possession de la Couronne britannique par le traité d’Utrecht de 1713.

7 Néanmoins, Serrano Súñer rend visite au roi Alphonse XIII, exilé à Rome depuis 1931. Dans ses Mémoires, il cite des propos de Ciano défavorables envers la monarchie : « La monarchie, observa-t-il, est un obstacle pour un régime d’autorité. Elle impose un dualisme difficile, aux dépens de l’unité nationale. Elle sert, en outre, d’instrument à tous les possibilismes. C’est un péril constant. » Dans Serrano Súñer Ramón, Des Pyrénées à Gibraltar, op. cit., p. 92.

8 D’après les Mémoires de Serrano Súñer, Mussolini aborde au cours de cet entretien la question de la succession au sein du régime fasciste : « Dans le système politique italien, les choses se produiront comme dans l’Église. Si le système est vraiment fort, c’est lui qui engendre le successeur. » Ibid., p. 93.

9 Sir Percy Noble est chef de l’escadre britannique de Hong Kong depuis 1938. Il est nommé en février 1941 commandant en chef des Western Approaches, c’est-à-dire des côtes de la Manche et du canal de Bristol. En novembre 1942, il est placé à la tête de la mission navale britannique à Washington.

10 Au moment de la marche sur Rome, De Vecchi sert d’intermédiaire entre Mussolini et Antonio Salandra qui propose un gouvernement de coalition dont Mussolini serait le ministre de l’Intérieur. Cette solution est repoussée par Mussolini.

11 Cesare Maria De Vecchi est sous-secrétaire d’État aux pensions de guerre du 1er janvier au 8 mars 1923.

12 De Vecchi est gouverneur de Somalie de 1923 à 1928 et entreprend une dure campagne de pacification dans le nord du pays.

13 Allusion au discours de Mussolini du 3 janvier 1925 annonçant la mise en place de la dictature fasciste.

14 Alphonse XIII est en exil à Rome depuis 1931. Il y meurt le 28 février 1941.

15 Du nom d’un ingénieur italien, inventeur d’un système de constructions en matériel synthétique.

16 Le général Alfredo Kindelán est ministre des Forces aériennes nationalistes durant la guerre civile. De tradition monarchiste, il perd son poste le 31 juillet 1939. Il est nommé, en 1940, commandant de la base des Baléares et de celle des Canaries en 1945.

17 Même sentiment dans le rapport de François-Poncet qui réagit aux bruits sur le début d’une réconciliation italo-française : « Il va sans dire que les faits ne correspondent pas à ces espérances et que la rencontre en question n’a nullement eu l’importance que certains se plairaient à lui attribuer. Le comte Ciano a été parfaitement aimable, et même cordial, mais ses propos se sont tenus dans le cadre d’une conversation courante de salon et n’ont présenté que rarement un intérêt politique. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 16 (1er mai – 24 juin 1939), op. cit., doc. no 432, p. 823.

18 Les négociations italo-allemandes à propos des germanophones du Haut-Adige aboutissent à la conclusion d’un accord le 15 juillet. Ce dernier prévoit que les citoyens italiens de langue allemande ont trois ans pour choisir entre le maintien sur le territoire italien ou le transfert sur le territoire du Reich. Au 31 décembre 1939, 71 % des 261 000 Tyroliens du Sud ont opté pour le Reich. 40 % d’entre eux quittent la région. Lors de l’occupation allemande de l’Italie en septembre 1943, le Tyrol du Sud est annexé à l’Allemagne.

19 Dans ses Mémoires, Serrano Súñer indique que le voyage en Espagne est plutôt une demande de Ciano pendant la visite de début juin en Italie du ministre espagnol : « Ciano me parla, à ce moment-là, de son voyage en Espagne. Il brûlait du désir de le faire, et d’étrenner ainsi l’hommage dû par les Espagnols à son pays et à lui-même. » Dans Serrano Súñer Ramón, Des Pyrénées à Gibraltar, op. cit., p. 88.

20 Costanzo Ciano, père de Galeazzo et président de la Chambre des faisceaux et des corporations, est mort le 27 juin 1939.

21 Né en 1885, Arnaldo Mussolini est le frère cadet du Duce. Très proche de ce dernier, il devient le directeur du journal Il Popolo d’Italia. Défini par Mussolini comme « son plus précieux collaborateur », il meurt brutalement en 1931.

22 Cimetière de Livourne.

23 Sanctuaire où sont enterrés les illustres Livournais, sous le portique de l’église.

24 Née en 1906, Maria Ciano est la sœur cadette de Galeazzo. Épouse du comte Massimo Magistrati, collègue de Ciano en Chine puis conseiller d’ambassade à Berlin, elle souffre d’anorexie et de problèmes psychologiques.

25 La construction d’un mausolée a débuté peu de temps après la mort de Costanzo Ciano sur une colline au sud de Livourne, près du sanctuaire de Montenero. Inachevé à la chute du régime, il est abandonné et est aujourd’hui en ruines.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540