Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Mai

Texte intégral

11er mai. Au Palais Royal a lieu la cérémonie de réponse au discours du trône. Le Duce critique le caractère « dix-huitième siècle » de la cérémonie, les berlines, etc., et dit que c’est la dernière fois que cela a lieu.

  • 1 Ce n’est pas ce qui ressort des Mémoires de Gafenco : « Le dictateur, fort aimable, m’attendait à m (...)
  • 2 Mussolini explique à Gafenco que « la Roumanie était un grand pays, elle n’avait besoin de la prote (...)

2Gafenco est reçu par le Chef. L’entretien a débuté plutôt froidement1. Dans le fond, Mussolini est prévenu contre les Roumains qu’il méprise comme soldats. Puis, il se laisse entraîner par son amour de la discussion et de la polémique. Il critique ouvertement l’acceptation roumaine de la garantie britannique : de la sorte, la Roumanie assume le rôle de pays protégé. Gafenco explique les raisons qui l’ont conduit à l’accepter : surtout, la pression de l’opinion publique préoccupée des revendications territoriales allemandes sur la base de la théorie de « l’espace vital2 ». Le tour d’horizon continue sans rien de particulièrement intéressant. Dans l’après-midi, j’ai un long entretien avec Christich. Il est préoccupé par une possible crise germano-polonaise durant le prochain séjour du prince Paul. Je le rassure en lui donnant des nouvelles de ma rencontre avec Ribbentrop qui aura lieu durant cette semaine.

  • 3 Dans son rapport, Attolico relate la relation d’un entretien entre l’ambassadeur Papen et le Premie (...)

3Mackensen à Rome et Attolico à Berlin me signalent les préoccupations turques à notre encontre3. Je suggère de donner une assurance afin de les rassurer. Mussolini, à qui j’en réfère, approuve l’assurance mais ajoute : « Ceci est le fruit d’une mauvaise conscience. Ils mériteraient une agression pour le seul fait qu’ils la craignent. »

  • 4 Le général Giacomo Carboni est le responsable des services d’information de l’armée de terre. L’ann (...)

42 mai. Le général Carboni4, qui a la réputation d’être un sérieux connaisseur des affaires militaires, confirme ce matin que la situation de nos armements est désastreuse. Je reçois de toute part trop d’informations de ce type pour ne pas leur prêter attention. Mais que fait le Duce ? On se concentre plutôt sur des questions de forme : la colère de Dieu se déclenche si un « présentez armes » est mal fait ou si un officier ne lève pas assez la jambe pour le pas romain, mais il ne semble pas se préoccuper outre mesure de ces insuffisances qu’il connaît à fond. Nonobstant ma dénonciation à propos des résultats de l’enquête de Cavagnari sur l’efficacité de l’aviation, il n’a rien fait, absolument rien et, aujourd’hui, lors d’un entretien avec celui-ci, il n’y a fait aucune allusion. Pourquoi ? Peut-être craint-il à ce point la vérité qu’il ne veut pas l’entendre ?

5Je reçois Blombelles. Après ce qui s’est passé en Yougoslavie, nous n’entendons pas entreprendre une action qui puisse affaiblir la structure étatique du pays. D’autre part, on ne sait pas bien ce que les Croates ont fait. Il semble que l’accord avec les Serbes ait abouti. Aussi ai-je pleinement confirmé ce que j’avais dit lors de mes entretiens précédents à propos de notre intérêt actif pour la Croatie, mais j’ai ajouté que nous n’entendions rien entreprendre pour le moment.

  • 5 Gafenco ne fait pas allusion à cette invitation dans ses Mémoires.

6Dernier entretien avec Gafenco. Nous avons vraiment sympathisé. Il m’a invité à Bucarest pour octobre. C’est d’accord sur le principe, mais ne faudra-t-il pas réviser de nombreux projets d’ici octobre en cas de force majeure5 ?

73 mai. Afin de calmer quelque peu les appréhensions turques à notre égard, et surtout pour faire plaisir aux Allemands qui croient possible une contre-manœuvre de la France et de la Grande-Bretagne, j’ai donné des assurances à l’ambassadeur de Turquie que l’Italie n’a pas de visées économiques, politiques, territoriales envers son pays. L’ambassadeur était très satisfait de mes déclarations et, quoiqu’il ait fait de son mieux pour cacher ses sentiments, cela était évident.

8Je me suis entendu avec Parenti pour que l’arrivée de Ribbentrop à Milan ait lieu avec une certaine solennité. Ceci est nécessaire afin de démentir les rumeurs, rapportées par des journaux étrangers, sur l’irréductible et bruyante opposition des habitants de Milan à la politique de l’Axe.

9Je reçois sir Percy Loraine, nouvel ambassadeur britannique. La conversation a un caractère purement conventionnel et sans relief. Mais Loraine m’a fait bonne impression. À mon avis, c’est un homme fondamentalement timide. Il est aussi très préoccupé de l’atmosphère dans laquelle il devra accomplir sa mission. Pour un diplomate étranger, Rome est un poste difficile mais particulièrement pour un Anglais qui se trouve dans la situation ambiguë de l’ami incertain. Il doit sauver l’apparence d’une amitié formelle et mener une politique qui nous est, en réalité, hostile. Perth s’était adapté et nous était devenu favorable. Loraine fera-t-il de même ? Je ne l’exclus pas.

  • 6 S’il est exact que Mussolini souhaite une période de paix allant jusqu’en 1943 (nécessité de complé (...)

104 mai. Je reste à la maison car je ne suis pas bien. Le Duce trace quelques directives en vue de l’entretien avec Ribbentrop et m’envoie la mise au point qu’il a couchée par écrit. Il souligne la nécessité d’une politique de paix6.

  • 7 Point de rupture. En anglais dans le texte. Dans son rapport, l’ambassadeur Auriti indique que le g (...)

115 mai. Nombreux entretiens mais guère intéressants si ce n’est celui avec l’ambassadeur du Japon. À Tokyo, l’ultime formule imaginée pour le pacte à trois a été communiquée à Auriti. Très faible. Ribbentrop n’est pas satisfait non plus. Mais l’ambassadeur me prévient qu’il est désormais difficile d’aller plus loin et que nous sommes proches du breaking point7.

  • 8 Néanmoins, l’ambassadeur à Varsovie Arone souligne que, si le ton a été calme et si Beck s’est décl (...)

12Discours de Beck : il est difficile de le juger d’après les brefs résumés que nous avons en notre possession. Cela ne me semble ni agressif, ni intransigeant8. Mais, à Berlin, on n’est pas satisfait. Les entretiens avec Ribbentrop auront lieu à Milan et à Côme. Le Duce en a voulu ainsi pour démentir les rumeurs françaises à propos de sanglantes manifestations antiallemandes à Milan. Je pars pour Milan en soirée.

  • 9 Cet aspect est souligné par L’Information diplomatique no 30.

136-7 mai. L’accueil de Milan à Ribbentrop a démenti la légende, propagée y compris par les agents habituels de la police, que le nord de l’Italie serait profondément antiallemand. La population milanaise, très flattée par le fait que la cité lombarde ait été choisie pour être le lieu d’un événement important, a manifesté avec chaleur et spontanéité9.

  • 10 Ciano et Ribbentrop abordent plusieurs questions de politique internationale. D’abord la propositio (...)
  • 11 En fait, le 3 avril 1939, Hitler a signé une directive ordonnant la préparation des forces armées a (...)

14J’ai mis par écrit les entretiens avec Ribbentrop10. Quelques commentaires : pour la première fois, j’ai trouvé mon collègue allemand agréablement détendu. Il ne voulait pas foncer tête baissée comme d’habitude. Au contraire, il s’est fait personnellement le défenseur d’une politique d’entente et de paix. Naturellement, il a dit que, dans quelques années, les Allemands devront aller ici et prendre là mais la modération de son dynamisme est déjà un événement notable11.

  • 12 À ce moment-là, l’alliance a les faveurs de Ciano. Anfuso note : « Ciano y était également décidé ; (...)

15L’alliance, ou mieux, l’annonce immédiate de l’alliance a été décidée samedi soir à la suite du dîner au Continental, après un coup de téléphone du Duce. À la suite de l’entretien, j’ai référé à Mussolini les résultats satisfaisants de notre point de vue. Comme toujours lorsqu’il a obtenu quelque chose, il exige plus et m’a demandé de faire annoncer le pacte bilatéral qu’il a toujours préféré à l’alliance triangulaire12.

16Ribbentrop qui, au fond de lui-même, a toujours envisagé l’inclusion du Japon dans le pacte, a hésité dans un premier temps puis a fini par céder, sous réserve de l’approbation d’Hitler. Celui-ci, appelé au téléphone, a donné tout de suite son approbation et a personnellement collaboré à la rédaction du communiqué.

17Quand j’en ai informé le Duce, dans la matinée de dimanche, il a manifesté une particulière satisfaction.

18Ribbentrop a réussi à se rendre sympathique à la soi-disant société, indispensable quand on doit offrir un dîner. Même l’entourage de Ribbentrop plut à ceux qui s’en approchèrent. Il ne s’agit pas des habituels Teutons noueux et vaguement repoussants. Ce sont des jeunes sympathiques qui parlent bien les langues étrangères et qui savent, dans un salon, faire passer la courtoisie envers une dame avant un claquement de talon.

198 mai. Retour à Rome. Starace est très content de ce que je lui dis de l’état d’esprit milanais. Le Duce est également satisfait de ce qui s’est passé.

  • 13 Ciano ne signale pas que le général Franco fait sortir l’Espagne de la SDN le 8 mai.

20Je reçois Christich à qui je parle des résultats de la rencontre et Halfand à qui je souligne que le pacte n’a, comme on l’a dit, aucun caractère antirusse. Je cherche à faciliter l’échange de prisonniers russes gardés en otages par Franco13.

  • 14 Inaugurée le 28 octobre 1932 afin de célébrer le dixième anniversaire de la marche sur Rome, la via (...)
  • 15 Depuis la proclamation du royaume d’Italie en 1861, le Sénat est composé de personnes nommées par l (...)
  • 16 La Curie, sur le forum romain, est reconstruite sur ordre de César à la suite de l’incendie de 52 a (...)

219 mai. Revue sur la via dell’Impero14. Les Albanais ont défilé à Rome pour la première fois. Ils ne cachent pas qu’ils en ont été émus. Dans l’après-midi, réouverture de la Curie romaine qui sera confiée au Sénat15. Papa a protesté contre cette décision, en rappelant que le Sénat fut l’institution qui s’opposa à César et que c’est dans ses murs qu’il trouva la mort16 !…

22Entretien avec von Brauchitsch. Lui aussi, à l’image de tous les Allemands, répète désormais le mot d’ordre de la paix.

23Entretien avec Shiratori, très impressionné par notre accord d’alliance avec Berlin. Il espère que Tokyo se réveillera à temps et sera le troisième. Je ne le crois pas.

  • 17 Les archives italiennes n’ont pas conservé de documents sur cette rencontre italo-yougoslave.

2410 mai. Arrivée de Paul de Yougoslavie17. Le Duce, comme toujours dans ces cérémonies où la monarchie participe, parle mal du Roi en disant qu’il est un irréductible adversaire du régime. Pour le liquider, il suffirait – à son avis – d’un manifeste. Un jour, dit-il, il le fera.

25Au palais de Venise, entretien entre le Duce, moi et Markovitch. Aucun élément nouveau en ce qui concerne les relations directes entre Rome et Belgrade. Les points d’accord de Venise ont tous été confirmés. Mais le fait nouveau est représenté par une nette prise de position yougoslave contre la Turquie, ainsi que la proposition de constituer un bloc roumano-bulgaro-yougoslave avec pour but de s’opposer à celle-ci. Pour parvenir à cette fin, il est nécessaire d’obtenir un accord entre Hongrois et Roumains. La chose est intéressante.

  • 18 À la manière gauloise. Expression utilisée par César dans La Guerre des Gaules, VII, 48.
  • 19 Alors que Ciano estimait que les Italiens de Tunisie devaient rester italiens, François-Poncet a tr (...)

26Entretien, à sa demande, avec François-Poncet. Il vient me dire que le gouvernement français serait satisfait si nous étions encore disposés à négocier sur les bases des propositions Baudouin. Mais dans le sondage entrepris, il cherchait, more gallico18, à obtenir quelque chose à propos de la Tunisie. Je l’ai tout de suite prié de ne pas tenter de changer les cartes sur table car ceci ferait disparaître toute possibilité d’entente. Il a fait marche arrière habilement19. Je ne sais pas si ces tractations arriveront à bon port mais il est certain que François-Poncet a changé du tout au tout. Ses idées sur l’Italie et sur le régime se sont clarifiées et, peut-être, a-t-il modifié ses conceptions générales. Désormais, m’a-t-il dit, il détestait la liberté de presse et il se rapprochait toujours plus des conceptions totalitaires.

2711 mai. Revue navale. Durant la navigation, j’ai eu un long entretien avec le régent Paul. Il est très préoccupé des menaces de guerre et – je crois – n’a tenu compte que jusqu’à un certain point de mes assurances pacifiques.

  • 20 Fondateur de la Standard Oil en 1870, John Davison Rockefeller meurt en 1937, à l’âge de 98 ans, à (...)

28Il a voulu me donner des explications sur le compte de Stoyadinovitch. Indépendamment de la désagrégation de sa majorité parlementaire, l’homme s’était discrédité par de louches activités affairistes, conduites en partie par lui, en partie par ses acolytes. Il semble qu’il ait accumulé, particulièrement à l’étranger, des sommes considérables. Paul a également fait allusion à la possibilité d’un procès. Je le lui ai déconseillé, mais je ne jurerais pas de l’influence de mes paroles. Le Duce, à qui il a dit les mêmes choses, commenta que cette manie des richesses est une sorte de maladie. On ne pourrait l’expliquer autrement, d’autant plus que les capacités de jouissance de l’homme ont une limite au-delà de laquelle l’or devient un embarras. Par une vengeance du sort, les hommes les plus riches sont ceux qui peuvent le moins jouir de leur fortune : Rockefeller20 fut obligé durant les dernières années de sa vie de se nourrir de lait et d’une orange par jour.

29À bord, le Roi a dit qu’à son avis la Corse devra fatalement devenir italienne quand l’Europe connaîtra la grande crise. Le Duce, après le repas au Quirinal, a parlé avec quelques diplomates. Rien de particulier, si ce n’est un avertissement à la Grèce pour avoir accepté la garantie franco-britannique. Il a également dit des mots aigres à Ruegger pour l’attitude de la presse suisse.

  • 21 Le 11 mai, Daladier a prononcé un discours devant la Chambre des députés. Après avoir rappelé les d (...)

3012 mai. Ce matin, j’ai trouvé le Duce dans un état de nervosité et d’inquiétude au sujet de la situation internationale. Je crois que le discours de Daladier, inutilement intransigeant, a créé cet état d’esprit chez lui. Il m’a dit qu’un tel discours rendait vains mes entretiens avec Poncet et qu’il fallait donc les laisser tomber21. De même, il émet beaucoup de réserves à propos de la Yougoslavie. Il souhaiterait, pour croire à la sincérité de leur attitude, un geste concret comme le départ de Genève. Je crois ceci prématuré. De plus, il faut tenir compte des difficultés qui existent encore à l’intérieur du pays.

31De même, le Duce est inquiet au sujet des relations avec la Bulgarie. Il m’a fait envoyer un télégramme à Talamo pour qu’il vérifie sérieusement les intentions du gouvernement bulgare. La place de la Bulgarie est aux côtés de l’Axe, mais je crois que nous devrions encore faire des efforts pour convaincre ce souverain hésitant de cette vérité de La Palice.

32Il y a quelque peu d’agitation dans les milieux intellectuels albanais. C’est pour cela qu’une vingtaine de personnes vont être placées immédiatement en résidence surveillée. Nous ne devons pas donner le moindre signe de faiblesse : justice et force doivent être les caractéristiques du nouveau régime. Les travaux publics commencent bien. Toutes les routes programmées sont dirigées vers la frontière grecque. Ceci a été ordonné par le Duce qui médite toujours plus d’attaquer la Grèce à la première occasion.

3313 mai. Départ pour Florence avec les Yougoslaves. Dans le train, le projet allemand de pacte d’alliance m’est remis. Il va bien dans l’ensemble mais nous voudrions ajouter une phrase en ce qui concerne les frontières – garanties pour toujours – les espaces vitaux et la durée du pacte. Je n’ai jamais lu un pacte pareil : c’est de la vraie dynamite.

34L’accueil de Florence est atténué par une pluie plus violente d’heure en heure. Je parle à Markovitch au sujet du problème de leur maintien à Genève. Il résiste encore mais se rend compte de l’utilité d’abandonner le mausolée genevois. Je pense qu’il finira par accepter notre conseil.

  • 22 Le 13 mai, Ribbentrop a reçu l’ambassadeur Oshima à qui il a demandé de faire une nouvelle tentativ (...)

3514 mai. Ribbentrop tente encore d’ajouter à la signature de l’alliance un pacte à trois avec le Japon. Je ne fais pas d’objection quoique je sois fondamentalement sceptique sur cette possibilité et sur son utilité22.

  • 23 Après avoir rappelé les victoires en Éthiopie et en Espagne, ainsi que l’annexion de l’Albanie, le (...)
  • 24 Le 24 mai correspond à la date de l’entrée de l’Italie dans la Première Guerre mondiale, en 1915, a (...)

36Le Duce prononce un très bon discours à Turin. Calme sur la forme, fort dans la substance23. Puis il m’appelle au téléphone. Nous réglons les derniers détails pour la signature de l’alliance. Les Allemands proposent que j’aille à Berlin du 21 au 24 mai. Je demande à anticiper ou à retarder. Il ne me semble pas que la coïncidence avec le 24 mai soit la date la plus indiquée pour signer un pacte aussi formidable d’entente militaire avec les Allemands24 !

3715 mai. Je reviens à Rome. La visite yougoslave s’est bien passée même si aucun élément nouveau n’a été ni fixé, ni défini.

38La menace turque est ce qui préoccupe le plus Belgrade. Il est nécessaire de faire fructifier cet élément psychologique afin d’attirer toujours plus les Yougoslaves dans l’orbite de l’Axe.

39Inutile entretien avec l’ambassadeur de Belgique.

40Entretien avec Wieniawa. Il avait demandé à me voir il y a quelques jours. Aussi, sa requête n’était plus d’actualité lorsqu’il m’a rencontré. Beck avait déjà été informé par Valentino de notre entière solidarité avec les Allemands en cas de conflit. Wieniawa est pessimiste : il croit la guerre inévitable. Il ne désire pas rester à Rome dans ces conditions et a demandé son rappel. La conversation officielle terminée, nous avons parlé en amis et je lui ai conseillé beaucoup de modération. La Pologne – quels que soient les événements – paiera le prix du conflit. Il y a deux alternatives : l’Axe l’emporte et l’Allemagne absorbera la Pologne ou l’Axe est vaincu et la Pologne deviendra une province de l’internationale bolchevique. Aucune aide franco-britannique n’est possible, au moins dans la première phase de la guerre. La Pologne sera rapidement un amas de ruines. Wieniawa admet que j’ai raison sur beaucoup de points, mais il a foi dans le succès final qui donnera une nouvelle puissance à la Pologne. Je crains que son illusion – malheureusement – ne soit partagée par trop de ses concitoyens.

41J’informe Villani des entretiens avec les Yougoslaves, spécialement l’idée d’accord à quatre contre les Turcs.

4216 mai. Rien de nouveau.

4317 mai. L’ambassadeur d’Amérique tient à me donner quelques explications au sujet d’un entretien que le Duce eut avec lui, voici quelques jours, au Quirinal. Il a vivement ressenti le fait que le Duce ait dit que l’Amérique était entre les mains des Juifs. Il voulait démentir mais il l’a fait avec des arguments très faibles. Il a souligné que le peuple américain – descendant d’Européens – entendait de manière unanime s’occuper des événements européens et que ce serait une folie de penser qu’un conflit pourrait le voir y rester étranger. J’ai rapporté cela au Duce, qui s’en est montré fort peu alarmé.

  • 25 Arturo Alessandri est président de la République du Chili de 1920 à 1925 et de 1932 à 1938.

44Dans l’après-midi, j’ai reçu Alessandri, ex-président du Chili, grand ami de l’Italie. Il a été battu par une coalition de front populaire mais il estime que le régime rouge convient très peu à son pays et il prévoit – dit-il avec horreur – son rappel au pouvoir25. Comme tous les Américains, il est très préoccupé par la situation internationale et rêve à une formule qui ait le pouvoir magique d’effacer toutes les controverses.

  • 26 Dans le préambule, les deux puissances réaffirment leur amitié et leur solidarité, leurs « frontièr (...)

45Mussolini approuve le texte définitif du pacte d’alliance26 et autorise l’octroi du Collier de l’Annonciade à Ribbentrop. Il dit également de préparer un échange de télégrammes entre le Roi et le Führer afin « d’éviter les habituelles interprétations mal intentionnées de la presse française ».

4618 mai. Christich remercie pour la courtoisie affichée à l’égard de Paul et de Markovitch et voudrait des informations sur l’attitude bulgare. Je lui fais prendre connaissance du télégramme de Talamo indiquant que la Bulgarie est prête à s’aligner sur l’Axe pour autant que la Yougoslavie fasse de même et la garantisse contre la Roumanie. À Belgrade, on est toujours plus préoccupé par l’énigmatique politique turque et on cherche à créer une solidarité slave antiturque. Ceci nous convient également.

47Je vois Szabó qui me porte un album de photographies de la Ruthénie. À ma demande, il affirme que, dès maintenant, la Hongrie est en mesure de battre la Roumanie. Il ne lui manque que de l’artillerie lourde.

  • 27 Né à en 1883, Giovanni Messe participe à la guerre de Libye en 1911-1912, à la Première Guerre mond (...)

48Guzzoni et Messe27 donnent d’excellentes nouvelles sur la situation en Albanie. Je prends des mesures pour l’absorption totale des forces armées albanaises.

49Carnelutti, envoyé par Matchek, veut des nouvelles sur nos entretiens et les éventuels engagements pris avec Paul. Rien de changé de notre part, étant donné que Belgrade n’a pris aucun engagement formel d’adhésion à l’Axe. Il me communique alors ce qui suit : 1) Matchek n’entend plus faire aucun accord avec Belgrade ; 2) il reprend son action pour la séparation ; 3) il demande un prêt de 20 millions de dinars ; 4) d’ici six mois, il est prêt à se soulever à notre demande. Je lui donne rendez-vous à mon retour d’Allemagne afin de continuer les pourparlers.

5019 mai. Rien de particulièrement important.

5120 mai. Départ pour Berlin. En voyage, je parle avec Mastromattei, préfet de Bolzano, à qui je montre le texte du traité. Il affirme que le préambule, avec la reconnaissance définitive des frontières, donnera un coup d’arrêt à l’irrédentisme dans le Haut-Adige.

5221-23 mai. Arrivée à Berlin. Grandes manifestations dans lesquelles on reconnaît une chaleur spontanée.

53Premier entretien avec Ribbentrop. Rien de changé au sujet de ce qui avait été dit et décidé à Milan. Il répète l’intention et l’intérêt de l’Allemagne de s’assurer une longue période de paix d’au moins trois ans. Il insiste beaucoup sur l’opportunité de faire adhérer le Japon à notre système. Il estime que la Russie est faible et qu’elle ne peut pas être d’une grande aide pour les démocraties occidentales, même si elle finissait par prendre position en leur faveur.

  • 28 À la suite de l’Anschluss, Franz von Papen a quitté l’ambassade de Vienne. Il est nommé, en avril 1 (...)

54Il parle également de la situation turque. Il s’est laissé influencer par les légèretés de von Papen28 et estime donc que l’attitude turque a été déterminée par la peur de l’Italie. Je lui prouve avec des documents originaux turcs, interceptés par nos services d’information, que l’hostilité ottomane est également dirigée contre l’Allemagne. Enfin, je lui parle de la Yougoslavie. Je lui dis que les entretiens de Rome n’ont pas été vraiment satisfaisants, même s’ils sont apparus comme tels. Je déclare que nous ne prendrons pas d’initiatives antiyougoslaves tant que Belgrade fera une politique correcte envers l’Axe, mais que nous reverrions tout de suite notre attitude si Belgrade inclinait vers les démocraties. J’ajoute qu’un mouvement interne des Croates ne peut nous laisser indifférent. Ribbentrop approuve mais je vois qu’il préférerait fondamentalement le maintien du statu quo yougoslave.

55Inversement, Himmler me dit nettement que nous devons rapidement établir notre protectorat sur la Croatie.

  • 29 Il s’agirait plutôt de Sigrit von Laffert, jeune femme qu’Hitler a rencontrée en 1932 et avec qui i (...)

56Avec le Führer, nous répétons plus ou moins les mêmes discours. Il se déclare très heureux du pacte et confirme que la politique méditerranéenne sera dirigée par l’Italie. Il s’intéresse à l’Albanie et est enthousiasmé par notre programme d’en faire une place forte qui dominera inexorablement les Balkans. Je l’ai trouvé bien, très serein, moins agressif, un peu vieilli. Les yeux sont plus profondément marqués. Il dort peu. Toujours moins. Il passe une grande partie de la nuit entouré de collaborateurs et d’amis. Madame Goebbels, qui est une assidue de ses réunions et qui s’en sent très honorée, me décrivait la chose, ne réussissant pas à cacher un sentiment d’ennui pour leur monotonie. Il parle presque toujours de lui. Et – on a beau être le Führer – on finit toujours par répéter les mêmes choses et ennuyer les auditeurs. Pour la première fois, j’ai entendu des allusions, dans le cercle des intimes, au sujet de la sympathie du Führer pour une belle jeune fille. Elle a 20 ans, deux grands yeux sereins, un visage régulier et un corps magnifique. Elle s’appelle Sigrid von Lappers29. Ils se voient souvent, même en tête à tête.

57La cérémonie de la signature a été très solennelle et le Führer était vraiment ému. Goering, dont la position est toujours très haute mais non plus ascendante, a eu les larmes aux yeux quand il a vu le Collier de l’Annonciade au cou de Ribbentrop. Von Mackensen m’a raconté qu’il a fait une scène en disant que c’était à lui qu’il devait revenir car il est le seul et vrai promoteur de l’alliance. J’ai promis à Mackensen que je ferai mon possible pour qu’il puisse l’obtenir.

58Himmler a parlé longuement des relations avec l’Église. Il a de la sympathie pour le nouveau Pontife et il estime possible un modus vivendi. Je l’ai encouragé sur cette voie en expliquant qu’un accord entre le Reich et le Vatican serait utile à populariser l’Axe.

59Ribbentrop s’est affirmé. Hitler a dit à madame Attolico en parlant de lui : « Après tant de polémiques, je dois désormais reconnaître que c’est une bonne tête. »

6024 mai. Retour à Rome. À la gare, tous les hiérarques et une grande foule m’accueillent avec des manifestations chaleureuses. Mais je dois reconnaître honnêtement que j’ai l’impression que le pacte est plus populaire en Allemagne qu’en Italie. Ici, on est convaincu de l’utilité de la chose, aussi l’accepte-t-on correctement. Inversement, les Allemands y mettent une chaleur de sentiment qui manque ici. Il faut reconnaître que la haine de la France n’a pas encore réussi à créer de l’amour pour l’Allemagne.

61À la gare, Anfuso me porte le télégramme du Roi. J’ai su ensuite, par le Duce, qu’il avait pensé me conférer le titre de marquis, mais qu’il a été opportunément déconseillé par le Duce lui-même qui estimait que cela pouvait me desservir parmi les masses fascistes. Le Duce avait alors suggéré de m’envoyer un télégramme.

62Je réfère à Mussolini des détails et des impressions sur le voyage en Allemagne. Je le trouve très satisfait et – chose peu habituelle – il m’exprime sa satisfaction à plusieurs reprises. Puis il parle de la Yougoslavie. Il s’en défie toujours plus et m’autorise à renforcer le mouvement de Matchek grâce à un opportun financement.

  • 30 Victor-Emmanuel III est monté sur le trône d’Italie en 1900.

6325 mai. Je remercie le Roi pour le télégramme. Il me répond : « De 190030 à aujourd’hui, je n’avais jamais télégraphié à un ministre. J’ai cru bon de rompre cette tradition pour exprimer mes profonds sentiments. » Puis il a envoyé tout de suite une flèche antiallemande : « Les Allemands seront courtois et peut-être serviles tant qu’ils auront besoin de nous. Mais à la première occasion, ils redeviendront les malotrus qu’ils sont. » Il rappelle certains contacts difficiles à l’occasion de son voyage de 1893. Il ne pense pas que, depuis cette époque, beaucoup de choses aient changé.

  • 31 Le 12 mai, la Grande-Bretagne et la Turquie signent une déclaration d’assistance mutuelle en cas de (...)

64Long entretien avec le Duce. Il accentue toujours plus la note antiyougoslave et antigrecque. Nous décidons de fermer le ministère albanais des Affaires étrangères et d’éloigner les diplomates de Tirana. Il pense aussi dénoncer le pacte avec Londres suite à l’accord anglo-turc31. Il en fera une première allusion à Percy Loraine, samedi prochain, à l’occasion de la visite de présentation.

65Le Roi a fait, avec une assurance inaccoutumée, une étrange prévision : « Viendra le jour, a-t-il dit, où l’Italie et l’Allemagne s’accorderont avec l’Angleterre. Alors, la paix et le progrès seront vraiment assurés. » Il n’y a pas de doute que le Roi soit antiallemand mais il est tout aussi sûr qu’il déteste et méprise les Français avec une profonde conviction.

66Le Duce attaque la monarchie et dit : « J’envie Hitler qui n’a pas à traîner des wagons vides. »

6726 mai. Entretien avec Carnelutti de retour de Zagreb. Il confirme la pleine décision de Matchek de refuser tout accord avec Belgrade et de préparer le mouvement insurrectionnel. Nous avons convenu et fixé les choses suivantes dans un compte rendu : 1) l’Italie finance le mouvement croate de Matchek avec 20 millions de dinars ; 2) il s’engage à préparer la révolution d’ici quatre à cinq mois ; 3) il appellera tout de suite les troupes italiennes afin d’assurer l’ordre et la paix ; 4) la Croatie se proclamera État indépendant fédéré avec Rome. Il aura son gouvernement mais les ministères des Affaires étrangères et de la Défense nationale seront communs avec ceux de l’Italie ; 5) l’Italie pourra stationner des forces armées en Croatie et aura un lieutenant général comme en Albanie ; 6) après quelque temps, on envisagera la possibilité d’arriver à une union personnelle.

68Le Duce a lu le compte rendu et l’a approuvé. Il désire cependant qu’il soit contresigné par Matchek. Aussi l’ai-je envoyé à Zagreb par un moyen sûr. La semaine prochaine, nous commencerons les versements à Zurich.

69Mussolini a l’esprit occupé par l’idée de partager la Yougoslavie et d’annexer le royaume de Croatie. Il juge l’entreprise assez facile et, sur le plan des actes, je crois qu’il a raison. D’ici là, je pense mieux organiser les Albanais du Kosovo qui peuvent représenter un poignard dans le dos de Belgrade.

  • 32 Ce mémoire de Mussolini est remis à Joachim von Ribbentrop, le 3 juin 1939, par le général Cavaller (...)

7027-28 mai. Journée cruciale pour nos relations avec la Grande-Bretagne. Le Duce a reçu Percy Loraine en visite de présentation des lettres de créance mais, bien vite, la visite a pris un autre caractère. Le Duce, en général accueillant et courtois, a été très dur. Son visage s’est fermé dans la plus absolue impénétrabilité. Il ressemblait à une idole orientale sculptée dans la pierre. Il a commencé par dire qu’étant donné la politique d’encerclement conduite par la Grande-Bretagne, il convenait de se demander – et par conséquent il demandait – si le pacte du 16 avril avait encore une quelconque valeur. Percy Loraine ne s’attendait pas à ce coup : il a rougi et a un peu hésité avant de prendre la parole, puis s’est assez bien repris. Il a demandé si – se réservant de demander des instructions à son gouvernement – il pouvait exprimer son point de vue personnel. Il a alors polémiqué avec une certaine habileté professionnelle. Son principal argument a été l’attitude adoptée par les Anglais durant la crise albanaise. Il n’y a pas de doute que nous avons altéré le statu quo en Méditerranée, et pourtant Chamberlain a assumé la responsabilité de confirmer la valeur du pacte. Le Duce a répliqué sur un ton polémique et dur. Il a accusé la politique britannique de vouloir précipiter l’Europe dans un conflit. Au travers des garanties données aux petites puissances, la Grande-Bretagne a provoqué un dangereux raidissement de la situation. Sans l’intervention anglaise, l’accord aurait été réalisé entre Allemands et Polonais. À ce moment, Loraine a réagi avec plus de vivacité : j’ai eu, à un certain moment, la sensation qu’il allait se lever et demander à se retirer. Il s’est dominé à grand-peine mais il a souligné, avec regret, que le point de vue du Duce s’est éloigné de celui de l’Angleterre. Mussolini a répondu que le temps prouvera qui a raison. L’entretien s’est brusquement interrompu après un bref et âcre commentaire du Duce sur l’alliance anglo-russe. Durant le long trajet entre la table et la porte, Loraine a cherché un contact humain avec le Duce. Impossible. Celui-ci marchait lentement et gravement, avec le regard par terre et la pensée lointaine. Le congé a été glacial. Puis il m’a dit qu’il avait longuement médité et qu’il estime le moment venu de clarifier toutes les positions. Il m’a remis, afin de l’envoyer à Hitler, un pro memoria qu’il a rédigé sur la nécessité pour l’Axe d’occuper tout de suite, en cas de conflit, l’Europe centrale et balkanique32.

  • 33 Sir Percy Loraine a trouvé le témoignage de Ciano « plutôt trop coloré ». Si Mussolini a été effect (...)

71Le chef du protocole, qui ne savait rien de l’entretien et qui a raccompagné l’ambassadeur chez lui, a dit : « Au retour, Loraine était rouge et congestionné, secoué par un tic nerveux. Il ressemblait à un homme qui a reçu une gifle. Il se parlait à lui-même tout le temps33. »

72Nous verrons ce qui arrivera mais, à mon avis, le pacte est mort et, peut-être, Chamberlain avec lui.

  • 34 Il s’agit de Svetoslav Pomenov, ministre de Bulgarie à Rome depuis juillet 1934.
  • 35 Dans son télégramme, Ciano précise à l’ambassadeur Talamo : « Vous pourrez continuer à parler en ce (...)

7329 mai. Long entretien avec le ministre de Bulgarie34. Naturellement, l’attitude de son pays a été le sujet principal de notre conversation. J’ai soutenu que la situation géopolitique de la Bulgarie, outre son intérêt, la pousse inexorablement vers l’Axe : pour la Yougoslavie, il est peut-être possible de maintenir la neutralité mais pour la Bulgarie, entourée d’ennemis, une telle possibilité est exclue. En général, le ministre partage mon point de vue. Il a cependant dit que la Bulgarie, sur le plan militaire, est encore mal préparée. Je n’ai pas manqué de répondre que si elle prend une position politique bien définie, il sera de l’intérêt de l’Italie et de l’Allemagne de combler ses lacunes. J’ai informé Talamo de la conversation et l’ai autorisé à s’exprimer dans ce sens avec les dirigeants de Sofia. J’attribue la plus grande importance à la carte bulgare35.

74Christich m’a communiqué que la Yougoslavie a demandé à la Turquie de déclarer que le pacte anglo-turc n’a pas d’effet dans les Balkans. La méfiance entre Belgrade et Ankara s’accentue. J’ai nommé Cavallero vice-président de la Commission mixte italo-allemande, prévue par le traité. Il partira mercredi pour Berlin, porteur du pro memoria rédigé par le Duce.

75J’ai pris quelques mesures d’ordre général pour l’Albanie. Parmi elles, les plus importantes sont la fusion des forces armées et la suppression du ministère des Affaires étrangères.

  • 36 L’autel de la Paix (Ara Pacis) est édifié entre 13 et 9 av. J.-C. pour célébrer la paix extérieure (...)
  • 37 Cette présentation correspond au rapport envoyé au Quai d’Orsay par François-Poncet le 30 mai. Dans(...)

7630 mai. Le Sénat approuve par acclamation le budget des Affaires étrangères. Je reçois François-Poncet. Il n’a rien de particulier à me dire, si ce n’est deux ou trois affaires d’administration ordinaire, mais il veut tâter le terrain et se rendre compte de nos sentiments. Il ne parle pas de reprendre les négociations, moi non plus. Nous sommes d’accord qu’il convient d’attendre les développements de la situation. Je lui reproche la politique d’encerclement. Il répond que c’est une simple tentative de défense de la part de ceux qui craignent de nouvelles initiatives agressives de l’Axe. À son avis, le 15 mars, jour où Hitler a déchiré les accords de Munich, est la date clef de la nouvelle situation. Au fond, il est pessimiste mais n’exclut pas la possibilité d’une longue période de paix basée sur un équilibre des forces. La première expérience fut de longue durée, de 1871 à 1914. Il fait allusion au fait que Mussolini a refusé de procéder à un échange d’un morceau de l’Ara Pacis36, actuellement à Paris, et en déduit que son esprit est extrêmement exacerbé contre la France37.

  • 38 Dans son rapport, Mackensen signale l’utilisation de son Journal par le comte Ciano afin de lui pré (...)

77Je donne à Mackensen quelques documents des services secrets qui prouvent que l’accord anglo-turc est une véritable alliance offensive contre l’Axe, et je l’informe de l’orageux entretien entre Loraine et le Duce au palais de Venise38.

7831 mai. Mussolini écoute sans trop d’intérêt le compte rendu de l’entretien avec Poncet. Il dit : « Si j’avais pris le morceau de l’Ara Pacis, toute la presse française aurait supposé que je devais me contenter d’un peu de pierre à la place de la Tunisie et de la Corse. » Il n’entend pas, pour le moment, arriver à une détente avec la France. Inversement, il voudrait obtenir 30 millions de francs-or de la Suisse pour cacher la diminution de nos réserves qui sont descendues à 3 milliards. Dans le contexte politique actuel, il me semble difficile d’obtenir de l’argent de Berne.

  • 39 Le régent Paul ouvre des négociations avec Vladimir Matchek qui aboutissent à l’accord du 26 août 1 (...)
  • 40 Le prince Paul de Yougoslavie est en visite officielle à Berlin les 1er et 2 juin 1939.

79Le Duce trace quelques directives générales : 1) obtenir l’alliance militaire de la Hongrie et de l’Espagne ; 2) faciliter l’entrée du Japon dans le pacte d’Acier ; 3) déterminer la prise de position de la Bulgarie en faveur de l’Axe ; 4) obtenir un éclaircissement sur l’attitude yougoslave. À ce sujet, il convient de noter que Matchek a refusé de signer le procès-verbal de Carnelutti, en expliquant qu’il a repris les négociations avec Belgrade et qu’il veut éclaircir quelques points des futures relations entre Rome et la Croatie. Ceci selon Carnelutti. Selon Bombelles, le refus serait bien plus catégorique car Matchek a pris d’autres engagements (mais avec qui ?) et parce qu’il est un démocrate qui souhaite éviter toute entente profonde avec le fascisme39. Le Duce, à qui j’ai montré la lettre de Carnelutti, est d’avis d’attendre les résultats de la visite du prince Paul à Berlin40. Il pense que l’on pourrait faire quelques concessions sur le futur statut de la Croatie en nous contentant d’avoir le ministère des Affaires étrangères en commun et l’armée sous notre contrôle.

Notes

1 Ce n’est pas ce qui ressort des Mémoires de Gafenco : « Le dictateur, fort aimable, m’attendait à mi-chemin, entre la porte monumentale et sa table. Ainsi guidé, je pus gagner mon siège sans perdre l’équilibre. Contrairement à Hitler, Mussolini ne ressemblait pas à ses photographies. Dans le privé, son visage s’est débarrassé de ces traits normes qu’il prenait pour faire impression sur la foule. […] Évitant le monologue, il poussait à la conversation en posant des questions et en écoutant les réponses. » Dans Ibid., p. 177.

2 Mussolini explique à Gafenco que « la Roumanie était un grand pays, elle n’avait besoin de la protection de personne ; et du reste les Occidentaux se mêlaient de ce qui ne les regardaient pas ». Concernant les relations avec la France, le Duce précise que « les difficultés qui existent entre l’Italie et la France sont sérieuses mais pas graves. Ces difficultés sont d’ordre colonial et non d’ordre territorial. Ce n’est pas pour cela que nous ferons la guerre ». Ibid., p. 180-181.

3 Dans son rapport, Attolico relate la relation d’un entretien entre l’ambassadeur Papen et le Premier ministre turc Refik Saydam que lui fit Ribbentrop. Le gouvernement turc a eu une réaction défavorable envers l’annexion de l’Albanie par l’Italie et redoute une politique agressive en Méditerranée. Au même moment, la Grande-Bretagne et la France entament une politique de rapprochement avec Ankara afin de parvenir à une alliance défensive. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 621, p. 714.

4 Le général Giacomo Carboni est le responsable des services d’information de l’armée de terre. L’année suivante, il est nommé directeur de l’académie militaire de Modène.

5 Gafenco ne fait pas allusion à cette invitation dans ses Mémoires.

6 S’il est exact que Mussolini souhaite une période de paix allant jusqu’en 1943 (nécessité de compléter les armements, de pacifier l’Éthiopie, de rapatrier une partie de la communauté italienne vivant en France, renforcement de l’idée de l’alliance avec l’Allemagne au sein de l’opinion italienne), il conclut son document par cette affirmation : « Parler de paix et se préparer à la guerre. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 641, p. 741-743. Il est à remarquer que Ciano ne fait aucune allusion à l’initiative du pape Pie XII, faite le 4 mai, proposant une conférence européenne afin de régler pacifiquement les différends en Europe et ne signale pas la démission de Maxime Litvinov, ministre soviétique des Affaires étrangères, remplacé par Viatcheslav Molotov.

7 Point de rupture. En anglais dans le texte. Dans son rapport, l’ambassadeur Auriti indique que le gouvernement japonais est toujours aussi réticent à des engagements qui l’obligeraient à un soutien militaire contre les puissances occidentales. Il est seulement prêt à s’impliquer dans un conflit avec l’Union soviétique. Dans Ibid., doc. no 645, p. 745-746.

8 Néanmoins, l’ambassadeur à Varsovie Arone souligne que, si le ton a été calme et si Beck s’est déclaré disposé à négocier, son discours a eu « une intonation polémique beaucoup plus vivace ». Dans Ibid., doc. no 649, p. 749.

9 Cet aspect est souligné par L’Information diplomatique no 30.

10 Ciano et Ribbentrop abordent plusieurs questions de politique internationale. D’abord la proposition d’une conférence internationale initiée par le Saint-Siège afin de régler pacifiquement les litiges européens mais que ne souhaite pas le Reich. Par contre, Ribbentrop affirme que l’Allemagne « est convaincue de la nécessité d’une période de paix, qui ne devrait pas être inférieure à quatre ou cinq ans ». D’autre part, les deux hommes font un tour d’horizon des relations avec les autres pays. Ribbentrop confirme la revendication de l’Allemagne sur Dantzig mais explique la volonté d’Hitler de ne pas fermer la porte à la négociation. Les deux ministres tombent d’accord pour maintenir de bonnes relations avec la Yougoslavie et la Bulgarie alors que l’occupation italienne de l’Albanie permet une pression sur la Grèce. À propos de l’URSS, Ribbentrop souligne l’intérêt pour Rome et Berlin de parvenir à empêcher une alliance anglo-franco-soviétique. Puis la question des populations germanophones du Haut-Adige est abordée, Ribbentrop affirmant qu’il allait travailler avec Attolico au rapatriement de 10 000 ex-Autrichiens. Enfin, le ministre allemand propose de signer, à Berlin, une alliance militaire qui concrétiserait la solidarité des puissances de l’Axe. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 282-285.

11 En fait, le 3 avril 1939, Hitler a signé une directive ordonnant la préparation des forces armées allemandes en vue d’une guerre contre la Pologne pour le 1er septembre, au cas où cette dernière n’aurait pas, d’ici là, cédé aux exigences du Reich.

12 À ce moment-là, l’alliance a les faveurs de Ciano. Anfuso note : « Ciano y était également décidé ; Mussolini la considérait comme inéluctable. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 91.

13 Ciano ne signale pas que le général Franco fait sortir l’Espagne de la SDN le 8 mai.

14 Inaugurée le 28 octobre 1932 afin de célébrer le dixième anniversaire de la marche sur Rome, la via dell’Impero mène de la place de Venise au Colisée en traversant la zone des forums impériaux constituée par les forums de César, Auguste, Vespasien, Nerva et Trajan. Elle sert de cadre à la liturgie politique du régime en accueillant de grandes parades comme celle du 9 mai, commémorant la proclamation de l’Empire par Mussolini à la suite de la victoire en Éthiopie en 1936.

15 Depuis la proclamation du royaume d’Italie en 1861, le Sénat est composé de personnes nommées par le roi.

16 La Curie, sur le forum romain, est reconstruite sur ordre de César à la suite de l’incendie de 52 av. J.-C. et inaugurée par Octave en 29 av. J.-C. Transformée en l’église San Adriano en 630, sous le pontificat d’Honorius Ier, la Curie est restaurée dans les années 1930 et retrouve son état de l’époque de Dioclétien, suite aux travaux qu’avaient entraîné les dégâts causés par l’incendie de 283. César n’est pas assassiné dans la Curie du forum mais dans l’enceinte du portique de Pompée où les sénateurs se réunissent à l’occasion.

17 Les archives italiennes n’ont pas conservé de documents sur cette rencontre italo-yougoslave.

18 À la manière gauloise. Expression utilisée par César dans La Guerre des Gaules, VII, 48.

19 Alors que Ciano estimait que les Italiens de Tunisie devaient rester italiens, François-Poncet a trouvé cette position trop « absolue ». Ciano a indiqué qu’il se renseignerait sur la position de Mussolini en la matière. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 16 (1er mai – 24 juin 1939), Imprimerie nationale, Paris, 1983, doc. no 136, p. 286.

20 Fondateur de la Standard Oil en 1870, John Davison Rockefeller meurt en 1937, à l’âge de 98 ans, à la tête d’une des fortunes les plus importantes du monde.

21 Le 11 mai, Daladier a prononcé un discours devant la Chambre des députés. Après avoir rappelé les dernières agressions, le président du Conseil affirme à nouveau les intentions de la France de tenir ses engagements envers la Roumanie, le Grèce et la Pologne en cas d’agression : « Si l’on porte atteinte à la paix, on connaîtra le poids de nos armes. Si entre la guerre et la paix, on prétend nous user, nous tiendrons le temps qu’il faudra. Ni la force ni la ruse ne pourront rien contre la France. » Dans Journal officiel, année 1939, séance du 11 mai, p. 1261.

22 Le 13 mai, Ribbentrop a reçu l’ambassadeur Oshima à qui il a demandé de faire une nouvelle tentative auprès de son gouvernement afin que le Japon participe à la signature d’un pacte à trois. Mais le gouvernement japonais souhaite toujours que le pacte ne soit que défensif et qu’il soit un prolongement du pacte anti-Komintern. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 696, p. 802.

23 Après avoir rappelé les victoires en Éthiopie et en Espagne, ainsi que l’annexion de l’Albanie, le Duce s’en prend aux grandes puissances occidentales : « Un système fut construit à Versailles. C’était le système des pistolets pointés contre l’Allemagne et l’Italie. Désormais ce système s’est irrémédiablement écroulé. Et maintenant, on cherche à le remplacer par des garanties plus ou moins demandées, plus ou moins unilatérales. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 274.

24 Le 24 mai correspond à la date de l’entrée de l’Italie dans la Première Guerre mondiale, en 1915, aux côtés de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie.

25 Arturo Alessandri est président de la République du Chili de 1920 à 1925 et de 1932 à 1938.

26 Dans le préambule, les deux puissances réaffirment leur amitié et leur solidarité, leurs « frontières communes fixées pour toujours ». Le corps du traité compte sept articles. Article 1 : les parties contractantes se maintiendront de manière permanente en contact afin de s’entendre sur les questions relatives à leurs intérêts communs ou à la situation générale de l’Europe. Article 2 : lorsque les intérêts communs des parties contractantes seront mis en danger par des événements internationaux de quelque nature, sera entreprise sans délai une consultation sur les mesures à prendre pour la sauvegarde de ces intérêts. Lorsque la sécurité ou les intérêts vitaux d’une des parties contractantes seront menacés par une puissance étrangère, l’autre partie contractante donnera à la partie menacée son plein appui politique et diplomatique en vue d’éliminer cette menace. Article 3 : si, malgré les désirs et les espérances des parties contractantes, une de celles-ci venait à être engagée dans des complications militaires avec une ou plusieurs puissances, l’autre partie contractante se portera immédiatement comme alliée à ses côtés et la soutiendra avec toutes ses forces militaires de terre, de mer et aériennes. Article 4 : afin d’assurer, pour le cas prévu, la rapide application des obligations de l’alliance prévues dans l’article 3, les membres des deux parties contractantes approfondiront leur collaboration en ce qui concerne l’économie de guerre. De même, les deux gouvernements resteront constamment en contact en vue de l’adoption d’autres mesures nécessaires à l’application pratique des dispositions du présent pacte. Les deux gouvernements constitueront des commissions permanentes qui seront placées sous la direction des deux ministres des Affaires étrangères afin d’atteindre les buts fixés aux paragraphes 1 et 2. Article 5 : les parties contractantes s’obligent, en cas de guerre conduite ensemble, à ne pas conclure d’armistice et de paix sans un plein accord entre eux. Article 6 : les deux parties contractantes, conscientes de l’importance de leurs relations communes avec les puissances amies, sont décidées à maintenir et à développer d’un commun accord ces relations, en harmonie avec les intérêts qui les lient à ces puissances. Article 7 : ce pacte entre en vigueur au moment de la signature. Les deux parties contractantes sont d’accord pour une validité de dix ans renouvelable. Dans Anchieri Ettore, La diplomazia contemporanea, op. cit., p. 143-144.

27 Né à en 1883, Giovanni Messe participe à la guerre de Libye en 1911-1912, à la Première Guerre mondiale de 1915 à 1918 et à la guerre d’Éthiopie en 1935-1936. Fait général, il est alors en poste en Albanie.

28 À la suite de l’Anschluss, Franz von Papen a quitté l’ambassade de Vienne. Il est nommé, en avril 1939, ambassadeur d’Allemagne à Ankara.

29 Il s’agirait plutôt de Sigrit von Laffert, jeune femme qu’Hitler a rencontrée en 1932 et avec qui il a pu continuer à avoir des contacts malgré sa relation avec Eva Braun.

30 Victor-Emmanuel III est monté sur le trône d’Italie en 1900.

31 Le 12 mai, la Grande-Bretagne et la Turquie signent une déclaration d’assistance mutuelle en cas de guerre en Méditerranée. L’Italie fasciste peut se sentir visée par cet accord.

32 Ce mémoire de Mussolini est remis à Joachim von Ribbentrop, le 3 juin 1939, par le général Cavallero. Il comporte huit points : 1) la guerre est inévitable entre les puissances de l’Axe et les puissances ploutocratiques ; 2) la Bohême et l’Albanie conquises donnent à l’Axe des positions stratégiques importantes ; 3) l’Italie a besoin d’une période de paix jusqu’à la fin de 1942 pour se préparer au conflit ; 4) nécessité d’affaiblir les adversaires de l’Axe en minant l’ordre intérieur par des attentats, en favorisant les mouvements antisémites, pacifistes, régionalistes (Alsace, Bretagne, Corse, Irlande), anticolonialistes ; 5) possibilité d’envisager des attaques contre les possessions françaises et anglaises en Afrique alors que la guerre en Europe sera surtout aéronavale, étant donné les systèmes de fortifications ; 6) une guerre dynamique pourra être menée à l’Est sans que la Pologne et les autres pays puissent compter sur une aide occidentale, voire soviétique ; 7) en prévision d’une guerre d’usure, il convient que les puissances de l’Axe s’emparent des Balkans et du bassin du Danube en s’appuyant sur l’aide bulgare et hongroise ; 8) l’Italie peut, en proportion, mobiliser plus d’hommes que de moyens en comparaison avec l’Allemagne et souhaite des conversations d’états-majors. Dans Toscano Mario, Le origini diplomatiche del Patto d’acciaio, Sansoni, coll. « Biblioteca della rivista di studi politici internazionali in Firenze », Florence, 1956, p. 362-365.

33 Sir Percy Loraine a trouvé le témoignage de Ciano « plutôt trop coloré ». Si Mussolini a été effectivement froid, il n’aurait pas cherché à l’impressionner. Témoignage de Percy Loraine dans Hibbert Christopher, Mussolini, Robert Laffont, coll. « L’histoire que nous vivons », Paris, 1963, p. 147. Dans sa relation de l’entretien, Loraine précise que le Duce a fait preuve de courtoisie mais sans aucun signe de cordialité. Il précise que Mussolini reproche à la politique britannique ses ouvertures en direction de la Turquie et de l’Union soviétique, comparées à une volonté d’encerclement des puissances de l’Axe. À propos de Dantzig, Mussolini affirme le caractère indubitablement allemand de la ville, ce à quoi Loraine réplique en soulignant qu’un État comme la Pologne a droit à une ouverture maritime. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. V (April 4 – June 7, 1939), op. cit., doc. nos 651 et 652, p. 703-706. Dans un rapport en date du 30 mai, André François-Poncet écrit au sujet de cette entrevue : « D’après ce que le conseiller de l’ambassade d’Angleterre a dit à l’un de mes collaborateurs, l’entrevue de samedi aurait été passablement orageuse. M. Mussolini paraissait en proie à une mauvaise humeur qu’il aurait dès l’abord témoignée d’une façon non équivoque en s’exprimant constamment en italien, de telle sorte que, l’ambassadeur ignorant cette langue, la conversation se serait déroulée d’un bout à l’autre par le truchement du comte Ciano, qui traduisait dans les deux sens. » Mussolini reprochant la politique britannique d’encerclement par les assurances données par Londres, l’ambassadeur répliqua en rappelant la liquidation de la Tchécoslovaquie et l’annexion de l’Albanie. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 16 (1er mai – 24 juin 1939), op. cit., doc. no 312, p. 604.

34 Il s’agit de Svetoslav Pomenov, ministre de Bulgarie à Rome depuis juillet 1934.

35 Dans son télégramme, Ciano précise à l’ambassadeur Talamo : « Vous pourrez continuer à parler en ce sens avec les cercles responsables en soulignant que la Bulgarie ne doit pour aucun motif entrer en n’importe quelle combinaison balkanique qui représenterait pour elle l’encerclement juridique ; qu’elle doit se décider à marcher nettement avec les puissances de l’Axe qui pourront lui assurer les revendications auxquelles elle aspire, de la même manière que les puissances de l’Axe les ont assurées à leur amie la Hongrie. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 287.

36 L’autel de la Paix (Ara Pacis) est édifié entre 13 et 9 av. J.-C. pour célébrer la paix extérieure et intérieure établie par l’empereur Auguste dans le monde romain. C’est en 1863 que le musée du Louvre acquiert un morceau de l’Ara Pacis, appartenant jusque-là à la collection Campana. Haut de 1,14 mètre et long de 1,47 mètre, ce fragment appartient à la partie nord du monument, sur laquelle se déroule une partie de la procession officielle. Il est actuellement exposé dans la salle 23 consacrée à l’art romain de l’époque julio-claudienne.

37 Cette présentation correspond au rapport envoyé au Quai d’Orsay par François-Poncet le 30 mai. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 16 (1er mai – 24 juin 1939), op. cit., doc. no 314, p. 608-610.

38 Dans son rapport, Mackensen signale l’utilisation de son Journal par le comte Ciano afin de lui présenter l’entrevue entre Mussolini et l’ambassadeur britannique : « Ciano donne un résumé de la conversation basé sur les notes de son Journal qu’il écrit avec toujours beaucoup d’attention et qu’il m’a lu mot à mot pour une large part. » Dans Documents on German Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. VI, The Last Months of Peace (March – August, 1939), His Majesty’s Stationery Office / Government Printing Office, Londres / Washington, 1956, doc. no 456, p. 614.

39 Le régent Paul ouvre des négociations avec Vladimir Matchek qui aboutissent à l’accord du 26 août 1939. Celui-ci crée une grande Croatie autonome, avec la Dalmatie et une partie de l’Herzégovine au sein du royaume yougoslave avec une diète et un ban (gouvernement) siégeant à Zagreb et ayant des compétences en politique intérieure. Matchek devient vice-président du gouvernement yougoslave.

40 Le prince Paul de Yougoslavie est en visite officielle à Berlin les 1er et 2 juin 1939.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540