Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Avril

Texte intégral

11er avril. Le Duce revient et j’ai, avec lui, un premier entretien en présence de Jacomoni. Il approuve le projet de traité rédigé en termes plus mesurés, modération plus formelle que substantielle mais qui permet au Roi de sauver la face, question très importante pour un Oriental. Nous fixons le programme d’action suivant : demain, Jacomoni se présente au Roi avec le nouveau projet de traité et lui fait comprendre que, cette fois-ci, l’affaire est sérieuse. Ou il accepte et je me rends alors à Tirana pour une cérémonie solennelle de signature, naturellement accompagné d’une grande escadre aérienne qui prendra symboliquement possession de l’Albanie. Ou il refuse et alors, jeudi, éclateront des désordres dans toute l’Albanie, rendant nécessaire notre intervention immédiate. Dans ce cas, nous débarquerons vendredi à l’aube.

2Dans l’après-midi, Sereggi vient me voir, nouveau ministre d’Albanie qui commence sa mission dans des conditions assez agitées. En passant à Bari, il a vu la concentration de troupes et a compris quelle musique nous allions jouer. Je lui parle clairement, avec beaucoup d’amitié et beaucoup de fermeté. Il dit être d’accord. Il recommande seulement de sauver les formes afin de rendre l’affaire acceptable pour le Roi et le peuple. Je le conduis au palais de Venise où le Duce lui répète plus ou moins l’avertissement de manière très précise. Il ajoute que, si le Roi refuse la signature du pacte, la crise est inévitable. Sereggi décide de partir pour Tirana avec Jacomoni, afin de persuader le Roi. Puis, avec l’excuse de n’avoir pas pu changer de l’argent, il se fait donner par Jacomoni un premier pourboire de 15 000 lires.

32 avril. Muti arrive à Rome et je me prépare à l’envoyer à Tirana avec une petite équipe d’hommes de la même trempe que lui afin de créer des incidents, jeudi soir, si le Roi n’a pas la courtoisie de capituler d’ici là. Je lui ai donné liberté d’action, avec l’ordre précis de respecter la Reine et l’enfant, s’il est déjà né. Il faut susciter la terreur pendant la nuit : à l’aube, il devra se jeter dans les buissons en attendant l’arrivée de nos troupes, en cherchant, si possible, à empêcher Zog de se retirer vers les montagnes du Matia où il pourrait tenter une petite résistance.

4J’autorise Bombelles à prendre contact avec Pavelic de manière très secrète. Pour ce qui concerne l’action de propagande, je me réserve de prendre une décision quand le Duce aura autorisé de verser des subsides aux Croates.

  • 1 « Je vous répète ce que j’ai déjà dit publiquement, à savoir que je considère nécessaire une longue (...)

5Je reçois von Mackensen que j’informe de la réponse du Duce à Chamberlain1. Je reçois également Shiratori, porteur de la réponse japonaise pour l’alliance tripartite. Dans l’ensemble, elle est bonne. Les Japonais font cependant deux réserves : 1) faire savoir à Londres, Paris et Washington que, selon l’interprétation japonaise, l’alliance est dirigée contre Moscou ; 2) ajouter une déclaration comme quoi, en cas de guerre européenne, l’aide japonaise pourra être limitée. Pas d’obstacle pour la seconde. Inversement, il me semble nécessaire de bien clarifier la portée que pourrait avoir effectivement cette réserve qui serait susceptible d’altérer la valeur réelle du pacte.

63 avril. Je mets au point, avec Pariani, quelques détails de l’entreprise en Albanie. Selon les nouvelles parvenues en soirée, la situation est plus sérieuse que nous ne le pensions. Il n’est pas possible d’envoyer l’équipe de Muti car les aéroports sont très surveillés et la ville est infestée de bandes armées qui profèrent des menaces contre les Italiens. Après un entretien avec le Duce, j’envoie un télégramme à Jacomoni avec l’ordre de concentrer demain à Durazzo les femmes et les enfants italiens afin de les protéger par un navire de la marine royale et un second télégramme avec l’ordre de se rendre chez le roi Zog pour lui dire que nous le tenons pour personnellement responsable de tout attentat contre les biens et la vie des Italiens.

  • 2 L’épouse du roi Zog est d’origine hongroise, ce qui explique les préoccupations de l’ambassadeur ho (...)

7J’ai ensuite un entretien avec Mackensen et Villani. Le premier, qui a séjourné à Tirana et déteste les Albanais, approuve notre opération et l’action que nous sommes en train d’entreprendre. Villani est préoccupé par le sort de Géraldine2 mais se tranquillise quand je lui dis avoir donné l’ordre à Jacomoni de la placer avec sa famille et ses proches sous la protection du drapeau italien.

8J’envoie une circulaire télégraphique à nos divers représentants à l’extérieur, non pour les inviter à faire une quelconque démarche, mais pour les informer de la situation, ou mieux, de la manière dont nous la voyons.

9Ribbentrop me téléphone au sujet de l’alliance. Il se réserve de me faire connaître par l’intermédiaire d’Attolico ses observations (qui coïncident avec les nôtres) et ajoute qu’il espère me recevoir à Berlin d’ici deux ou trois semaines pour la signature du pacte.

10J’ordonne à Giro de réunir à Bari tous les émigrés albanais pour les faire rentrer dans leur pays en même temps que nos troupes.

114 avril. Le Duce ne cache pas son désappointement après avoir lu un télégramme de Jacomoni pour qui la solution pacifique est la plus probable. Au moment de passer à l’action, il préférerait une solution militaire. Il n’est cependant pas satisfait de l’armée qu’il considère comme « vieillie » et qu’il définit comme « un domaine de la monarchie ». À Bologne, un bataillon de bersaglieri, mobilisé pour l’Albanie, a chanté « nous voulons la paix et non la guerre ». Les officiers présents ne sont pas intervenus… d’où la colère de Mussolini.

12Au Conseil des ministres, le Duce et moi faisons un rapport sur la situation albanaise et, dans le même temps, nous communiquons notre programme.

  • 3 Dans son rapport, Perth indique que Ciano lui a présenté une série de documents lui montrant la dég (...)

13Je reçois Perth. Il est préoccupé de la situation albanaise. Je le rassure mais j’insiste sur le fait que nous ne permettrons à personne d’interférer en aucune sorte. Au moment où il s’en va, je lui dis, pour faire bonne mesure, que nous ne repousserons pas une éventuelle initiative française pour la reprise des négociations. Il est parti plus soulagé et en de meilleures dispositions sur la question albanaise. C’est ce que je voulais3.

14Je reçois Christich. Après avoir parlé de la situation générale et de la visite du régent Paul à Rome, je lui expose la question albanaise en soulignant que le roi Zog représente un élément de trouble dans nos relations avec la Yougoslavie. Je l’assure que rien de définitif ne sera fait sans que Belgrade en soit informé. Quand il me quitte, Christich est assez calme, même si la question est d’une extrême gravité pour son pays.

15Nouvelles toujours plus alarmantes sur le sort des Italiens à Tirana. Nous décidons de les évacuer. Au palais de Venise, lors d’une rencontre entre le Duce, Sereggi et moi, nous décidons de laisser un dernier délai au Roi jusqu’à jeudi midi.

165 avril. Deux navires iront à Valona et Durazzo afin d’évacuer les Italiens qui sont désormais sérieusement menacés par les bandits que Zog a chargés de répandre la terreur. Pour l’heure, l’opinion publique internationale est tranquille, si tranquille que je suspecte qu’elle ne se soit pas rendue compte du heurt entre nous et Zog et qu’elle pense que Zog nous a appelés. En attendant, l’Allemagne se comporte bien : Ribbentrop a communiqué à Attolico que Berlin voit avec sympathie notre action à Tirana car chaque victoire de l’Italie est un renforcement de la puissance de l’Axe. Même Budapest a bien réagi. Villani communique que six divisions hongroises sont déjà mobilisées et prêtes à se porter sur la frontière yougoslave, s’il était nécessaire d’exercer une pression sur les Serbes. Temps nécessaire : 48 heures.

17Je vois également Bombelles qui a eu un entretien satisfaisant avec Pavelic. Maintenant, il va à Zagreb où il parlera avec Matchek, puis reviendra à Rome pour examiner la question de notre contribution financière à l’action de propagande.

18Je vois plusieurs fois le Duce qui est calme, terriblement calme et plus que jamais convaincu que personne ne viendra s’entremettre dans notre différend avec l’Albanie. De toute façon, il a décidé de marcher et il marchera même si tout le monde se dressait contre lui. Il le répète de vive voix à Muti qui, ayant fait une mission à Tirana, confirme l’impression que nous avions déjà, à savoir que Zog veut résister avec les maigres forces qu’il a à sa disposition. Comme le Roi demande 24 heures pour réfléchir encore, le Duce, par un télégramme autographe, fixe le terme de l’ultimatum pour le jeudi 6 avril à midi.

19À l’aube, le fils de Zog est né. Pour combien de temps sera-t-il héritier du trône d’Albanie ?

  • 4 C’est également ce que rapporte l’ambassadeur Indelli à Belgrade à la suite d’un entretien avec Mar (...)

206 avril. Les réactions des diverses capitales, Belgrade compris, sont plutôt modérées. En revanche, Christich est plus alarmé mais, sur ma demande, se déclare convaincu que la question albanaise ne pourra altérer les bonnes relations qui existent entre Rome et Belgrade4. Il recommande de ne pas agir avant d’en avoir informé Belgrade et demande que nous sauvegardions formellement l’existence de l’État albanais.

  • 5 Omer Fortusi est un Albanais qui sert d’intermédiaire entre le gouvernement italien et le roi Zog. (...)

21Des nouvelles diverses et contradictoires dans la matinée. Jacomoni télégraphie une contre-proposition albanaise présentée avant l’ultimatum du Duce. Mais nous ne la prenons pas en considération. Sereggi donne sa démission par télégraphe. De Durazzo et Valona, des nouvelles arrivent sur le déroulement satisfaisant de l’embarquement des réfugiés italiens. Fortusi5 et le pilote Tesci, qui arrivent à midi de Tirana, disent que l’exode des Italiens a terrifié la population qui s’affole dans les rues, pleure et lance des imprécations contre Zog pour l’avoir placée dans une situation si difficile. Le Duce téléphone l’ordre d’embarquement, se réservant de donner dans la soirée celui du départ. Sur ma proposition, il décide un vol de démonstration sur Durazzo, Tirana, Valona, effectué dans l’après-midi par 100 appareils.

2216 heures : un télégramme de Jacomoni arrive. Il semble que le Roi ne veuille pas se charger de la responsabilité d’une capitulation complète et entend convoquer le Conseil des ministres pour prendre l’ultime décision de résister ou de céder. Jacomoni relève très justement que, dans une telle situation, le Roi se place hors des termes de l’ultimatum mais accepte de transmettre l’information.

23Le Duce, que j’informe, donne l’ordre de lever l’ancre à l’expédition, se réservant de communiquer les nouvelles dans le cours de la traversée.

  • 6 Le Premier ministre britannique déclare à la Chambre des communes que la Grande-Bretagne n’a pas d’ (...)

24Du bureau des messages télégraphiques, on nous signale de longs messages chiffrés de Tirana au Foreign Office. Nous ne pouvons pas les arrêter mais j’ordonne qu’ils soient retardés et que de nombreuses erreurs soient introduites dans la transmission des chiffres. Il est bon de gagner du temps même si Chamberlain a donné aux Communes une version des événements qui nous est assez favorable et a déclaré que la Grande-Bretagne n’a pas d’intérêts spécifiques en Albanie6.

2519 heures : Jacomoni télégraphie qu’il est en train de brûler les chiffres, qu’il a fait partir les officiers de la mission navale et que, peut-être, la légation entière devra embarquer sur le torpilleur qui se trouve à Durazzo. Le Duce confirme les ordres d’attaque mais en spécifiant à l’aviation d’épargner les villes et les populations.

26Badoglio écrit une lettre au Duce pour critiquer le plan d’opération mais celui-ci repousse les critiques. Le Roi, avec une lettre autographe, prend acte de la communication que lui a faite le Duce hier mais exprime son scepticisme, se référant aux souvenirs historiques des Vénitiens et des Aragonais, à propos de la possibilité de nous installer durablement en Albanie. Il ne se souvient pas, évidemment, que les Romains s’y sont très bien maintenus.

2721 heures : je communique à Villani et à von Mackensen notre décision de procéder à l’occupation militaire. Je reçois de tous les deux des assurances de solidarité et de compréhension des motifs qui ont nous conduits à l’action. Je vois ensuite Christich. Je le mets au courant des manœuvres tentées par Zog pour créer une crise entre nous et Belgrade. Je donne les plus amples assurances sur la portée de notre action et de nos intentions. Il me semble qu’il prend la chose avec une notable dose de résignation. Il sort en disant : « Et voilà Zog qui terminera comme Bénès. »

28Une ultime proposition albanaise arrive. Les Albanais voudraient traiter avec Pariani. Ce n’est pas possible car Pariani est en Allemagne. Nous répondons qu’ils envoient un éventuel parlementaire à Guzzoni.

  • 7 On lit dans le compte rendu rédigé par Filippo Anfuso : « Son Excellence Ciano lui répond que notre (...)

29Je reviens à la maison vers 22 h 30. Je suis fatigué et je ne me sens pas très bien. Je voudrais me reposer d’autant plus que demain matin, je partirai pour un vol d’observation du débarquement des forces. Rien à faire : Christich demande une nouvelle audience. Je crains qu’il n’y ait un changement dans la ligne de conduite yougoslave. En fait, il s’agit de nouvelles demandes de clarifications et de précisions à propos de notre action et de nos projets futurs. J’agite les rameaux d’olivier. Christich, téléphonant à Belgrade, a manifesté sa satisfaction à propos de ce que je lui ai dit7.

307 avril. Réveil à 4 heures. Dans l’antichambre, Farace m’attend avec beaucoup de télégrammes parmi lesquels un message de Zog pour le Duce. Il confirme la décision d’arriver à un accord militaire et demande de négocier. Nous répondons qu’il envoie les parlementaires à Guzzoni. Le Duce, réveillé pendant la nuit, chose qui ne lui est pas coutumière, voudrait des nouvelles et des explications que je ne suis pas en mesure de lui fournir car je les ignore moi-même.

  • 8 Alors attaché militaire à Tirana, le général Luigi Gabrielli devient par la suite chef de la Maison (...)

31L’attaché militaire Gabrielli8, qui a toujours eu une attitude très ambiguë en ces journées, télégraphie que Zog dispose de 45 000 hommes à sa disposition. Cela semble exagéré.

32Je pars en avion à 6 heures. Le temps est clair et doux. Buti, Vitetti et Pavolini viennent avec moi. Nous sommes à 7 h 45 sur Durazzo. Le spectacle est magnifique. Dans la rade, les navires de guerre sont immobiles et solennels, entre les bateaux à moteur, les mahonnes, les remorqueurs qui transportent les troupes et sillonnent le port. La mer est un miroir. La campagne est verte et les montagnes, hautes et massives, sont couronnées de neige. À Durazzo, on ne voit que peu de monde. Mais il doit y avoir un peu de résistance car je vois des groupes de bersaglieri qui restent tapis derrière des tas de charbon, en défense du port ; j’en vois d’autres monter rapidement la colline en file indienne afin d’encercler la ville. On tire depuis quelques fenêtres. Je poursuis vers Tirana. La route est déserte et je ne vois aucune défense. Dans la capitale, la foule circule assez tranquillement dans les rues. La légation est barricadée ; sur le toit, un grand drapeau tricolore et dans la cour, beaucoup de voitures. Je suis convaincu qu’en cas de danger, il est facile de la défendre en hauteur et je donne des ordres en conséquence.

33Je réfère au Duce qui est très content, aussi parce que la réaction internationale est nulle ou presque. Le pro memoria laissé par Perth, au cours d’une visite très cordiale, pourrait avoir été rédigé par nos bureaux.

34Dans l’après-midi, nos humeurs changent. Guzzoni a reçu les parlementaires de Zog et, au lieu de poursuivre l’action comme le Duce l’avait ordonné, a tout suspendu pour 6 heures. Le Duce est furieux : ce retard peut avoir des conséquences très graves. Nous avons besoin d’arriver à la capitale pour faire notre manœuvre politique. Par l’intermédiaire de Valle, le Duce ordonne de reprendre la marche, mais en attendant, c’est une journée perdue et cela permet à l’habituelle dégoûtante presse française de dire que les Italiens ont été battus par les Albanais. Nous manquons complètement de nouvelles au sujet de la marche de la colonne. Le seul à télégraphier est Jacomoni, retranché avec les autres Italiens dans la légation. Les nouvelles qu’il envoie sont toujours plus préoccupantes : des bandits sont en train de dévaliser les palais royaux et menacent la légation. Le Duce, très nerveux, téléphone continuellement durant la nuit et veut des nouvelles que je ne peux lui donner car je ne les ai pas. C’est seulement dans les premières heures de la matinée que Jacomoni signale que la situation est meilleure en ville, mais nous ne savons rien de l’avancée de Guzzoni.

  • 9 Chef de secrétariat, puis chef de cabinet de Galeazzo Ciano.
  • 10 Le roi Zog s’enfuit en Grèce, puis gagne la France où il meurt en 1961.

358 avril. D’Ajeta9 téléphone, à 8 heures du matin, que Jacomoni estime l’aéroport de Tirana utilisable. Je décide de partir immédiatement et j’en informe le Duce qui approuve. J’arrive à Tirana à 10 h 30, après avoir survolé la colonne motorisée en marche sur la capitale albanaise. Les premiers éléments sont désormais aux portes de la ville. Sur l’aéroport, je trouve Valle, Guzzoni, Jacomoni et plusieurs groupes de pontonniers aéroportés. Je ne cache pas qu’une forte émotion s’empare de nous tous. Je discute avec Guzzoni qui m’explique les raisons du retard : difficultés dans les débarquements, carburants non adaptés et, enfin, manque de liaisons car les radiotélégraphistes demandés n’ont pas été en mesure d’assurer le service. La situation est désormais excellente. Je reçois de nombreuses délégations albanaises qui viennent apporter leurs hommages. Je leur réponds que l’Italie respectera l’indépendance albanaise, assurant le développement politique, social et civil du peuple. La nouvelle de la fuite de Zog en Grèce fait disparaître toute crainte de résistance dans les montagnes10. Les soldats commencent à retourner dans leurs casernes, après avoir déposé leurs fusils dans le jardin de la légation. Je donne des ordres pour qu’ils soient bien traités, particulièrement les officiers. Je prends quelques mesures pour rétablir l’ordre et faire reprendre le rythme habituel de la vie citadine. Je fais libérer les prisonniers politiques de Zog, dont l’un avait été condamné à 100 ans de réclusion. Je distribue de l’argent aux pauvres. Je confère avec les plus hautes personnalités de Tirana pour me faire une idée exacte des désirs des Albanais et pour décider de la nouvelle forme constitutionnelle à donner au pays. Je me rends parmi les officiers et la troupe : ils sont tous fiers de l’entreprise.

369 avril. Je rentre à Rome pour m’entretenir avec le Duce et lui rendre compte. Beaucoup d’Albanais me saluent à l’aéroport avec une grande cordialité, me donnent des drapeaux albanais et demandent des drapeaux italiens. Ce matin, Tirana est déjà pavoisée de drapeaux tricolores.

  • 11 Tommaso Perassi est conseiller juridique au ministère des Affaires étrangères.
  • 12 Au cours de l’entretien, l’ambassadeur britannique souligne que le gouvernement de Londres souhaite (...)

37Le Duce est heureux. Il écoute avec attention mon rapport et décide d’envoyer un télégramme de félicitations au général Guzzoni. Honnêtement, il l’a mérité. Au sujet de la nouvelle formule constitutionnelle de l’Albanie, le Duce a préparé un projet de régence qui ne me semble pas bon. Je le lui dis et expose mes idées : création immédiate d’un conseil de gouvernement, convocation d’une constituante pour le 12 avril, lui faire voter une décision sanctionnant l’union personnelle des deux pays en conférant la Couronne d’Albanie au roi Victor-Emmanuel III. Il approuve globalement le projet. Dans l’après-midi, je rédige le document et le discute avec quelques juristes et autres professionnels en chicane juridique, parmi lesquels Buti, Perassi11, Vitetti, etc. Tous sont d’accord pour dire qu’une telle décision, tout en sauvant les formes en apparence, nous donne l’Albanie. Ceci est utile, d’autant plus que la tension avec l’Angleterre tend à diminuer à la suite d’un entretien que j’ai eu avec Perth ce matin12 et les Yougoslaves se comportent d’une manière si amicale qu’il convient d’en trouver l’explication seulement dans une peur illimitée. La même chose peut être dite à propos des Grecs.

3810 avril. J’examine, avec le Duce, le projet rédigé hier et qui est approuvé, sauf quelques variantes de forme. Programme : constituante à Tirana le 12, puis conseil à Rome le 13, mon discours à la Chambre le 15 et une grande célébration nationale de l’événement le dimanche 16. Les réactions à l’extérieur continuent à diminuer : il est surtout clair que les protestations britanniques ont plutôt des fins de politique intérieure.

39Les nouvelles d’Albanie sont bonnes : l’occupation militaire se déroule avec régularité et sans obstacle.

4011 avril. Je me consacre à la préparation du discours pour la Chambre. La réaction des puissances diminue de ton. Avec la cérémonie de demain, nous donnerons aux démocraties un prétexte pour se laver les mains et, au fond, elles ne demandent pas mieux.

  • 13 L’article 1 des accords du Latran indique : « L’Italie reconnaît et réaffirme le principe consacré (...)

41Je communique à Pignatti la décision du Duce d’ériger une mosquée à Rome, en considération du fait que, désormais, 6 millions de citoyens italiens sont musulmans. Pignatti me rapporte, après en avoir parlé à Maglione, que le Vatican est consterné par cette idée qui est contraire à l’article 1 du Concordat13. Mais le Duce est décidé et est poussé également par le Roi qui est toujours à l’avant-garde dès qu’il s’agit de faire une politique anticléricale. Personnellement, je ne vois pas la nécessité de la chose et je serais plutôt favorable pour la construire à Naples, étant donné que cette ville est la vraie tête de pont vers les possessions africaines. En ce qui concerne les Albanais, il faut tenir compte qu’il s’agit d’un peuple athée et qu’ils préfèrent une augmentation de salaire à la mosquée.

  • 14 Shefqet Verlaci est le nouveau président du gouvernement albanais.

4212 avril. J’arrive à Tirana par avion à 10 h 30 et je suis reçu à l’aéroport par les membres du nouveau gouvernement. Je ne connaissais pas Verlaci14 et, si je l’avais connu, je n’aurais pas facilité sa nomination : c’est un homme hargneux qui nous causera des ennuis. La foule m’accueille triomphalement. Quelque peu de froideur existe encore, surtout parmi les élèves des écoles secondaires. Je m’aperçois qu’ils hésitent à lever le bras pour le salut romain et quelques-uns refusent ouvertement de le faire lorsque leurs camarades les y invitent.

43Les choses ne vont pas aussi bien qu’il y paraissait. Il y a beaucoup d’opposition à l’union personnelle. Tous sont d’accord pour avoir un prince de la Maison de Savoie, ou mieux, ils auraient voulu que ce soit moi. Mais ils comprennent que donner la couronne à Victor-Emmanuel III signifie signer la fin de l’indépendance albanaise. J’ai longuement discuté avec beaucoup de chefs : les plus durs sont les Scutari, travaillés par le clergé catholique. Mais il est facile de les convaincre en faisant circuler des liasses de francs albanais que j’ai, à toute fin utile, amenées avec moi. Aussi les choses vont-elles bien : on vote à l’unanimité à la constituante et avec enthousiasme. Les Albanais viennent en délégation me porter les résultats. Je parle du balcon de la légation et j’ai surtout du succès lorsque j’assure que la décision ne remet pas en cause, ni formellement, ni substantiellement, l’indépendance albanaise. Succès, bien entendu, dans les masses car je vois les yeux de quelques patriotes rougir et des larmes couler sur leurs visages. L’Albanie indépendante n’est plus.

  • 15 Zenone Benini est effectivement nommé à ce poste le 18 avril.

4413 avril. Je reviens à Rome et me rends immédiatement au palais de Venise. Je trouve le Duce sur le toit, en train d’observer les exercices antiaériens. Je le mets au courant des événements. Il voudrait aller tout de suite plus loin et abolir le ministère des Affaires étrangères. Je ne suis pas de son avis. Il est nécessaire de procéder par étapes si on veut sauver les formes vis-à-vis du monde. Tout a coulé comme de l’eau de source jusqu’à présent car nous n’avons pas eu à recourir à la force mais si, demain, nous devions commencer à tirer sur la foule, l’opinion publique bougerait à nouveau. D’autre part, le ministère des Affaires étrangères nous sert à faire accepter légalement le nouvel état de fait sans avoir à passer par l’interminable polémique des reconnaissances. Après, nous pourrons le supprimer. Je propose au Chef de créer un sous-secrétariat pour les affaires albanaises avec Benini15 comme titulaire. Je souhaite un technicien car il est nécessaire de faire tout de suite une active politique de travaux publics. C’est seulement comme cela que nous lierons définitivement le peuple et que nous saperons l’autorité de ses chefs.

  • 16 Le Grand Conseil annonce l’annexion de l’Albanie et affirme que « l’Italie fasciste est en mesure, (...)

45En soirée, rapide séance du Grand Conseil pour l’approbation de la loi16.

  • 17 Cinkar-Markovitch est ministres des Affaires étrangères yougoslave depuis février 1939.

4614 avril. Conseil des ministres. Puis je travaille à mon discours que j’envoie au Duce en fin d’après-midi. Il y apporte peu de modifications et le définit comme « un des plus beaux discours au Parlement ». Je reçois l’ambassadeur yougoslave : nous nous mettons d’accord pour une rencontre à Venise avec Markovitch17 pour le samedi 22.

  • 18 Après un séjour à San Remo, Goering fait une visite en Libye où il est reçu par Italo Balbo avant d (...)

47Arrivée de Goering18. Je le reçois à la gare et l’accompagne à la villa Madama. Durant le trajet, il parle avec beaucoup d’emphase de la situation de l’Axe qu’il définit comme formidable et attaque durement la Pologne.

  • 19 Mussolini en reste à des termes fort généraux : justice, ordre, bien-être. Dans Mussolini Benito, O (...)

4815 avril. Arrivée des Albanais. Quelques-uns d’entre eux ont l’air déprimé. Le Duce les reçoit au palais de Venise et parle. Je vois qu’ils attendent avec anxiété le mot indépendance, mais ce mot ne vient pas et ils en sont attristés. Jacomoni me le confirma plus tard19.

49Mon discours à la Chambre s’est très bien passé. Puis réunion peu importante au Sénat.

  • 20 En 1921, Roosevelt est atteint de la poliomyélite qui le laisse paralysé des jambes. Le message pré (...)

50Enfin, entretien avec Goering et le Duce au palais de Venise. Je le mets à part par écrit. Roosevelt envoie un message pour proposer dix années de trêve. Dans un premier temps, le Duce refuse de le lire, puis le définit comme « un résultat de la paralysie progressive20 ».

5116 avril. La cérémonie de la remise de la Couronne d’Albanie a eu lieu au Palais Royal. Les Albanais, perdus dans les grands salons du Quirinal, ont l’air déprimé, spécialement Verlaci qui prononce l’air fatigué et sans conviction les paroles qu’il doit dire pour offrir la Couronne. Le Roi répond avec une voix incertaine et tremblante : décidément, ce n’est pas un orateur qui impressionne l’auditoire. Ces Albanais, montagnards et guerriers, regardent stupéfaits et intimidés ce petit homme assis sur un grand trône doré, aux pieds duquel se trouve un géant bronzé : Mussolini. Ils ne peuvent comprendre comment cela peut arriver.

52Je parle avec le Duce de l’état d’esprit des Albanais. Il s’en était aperçu, lui aussi, et m’assure qu’il leur parlera aujourd’hui de la souveraineté et de l’indépendance nationale afin qu’ils repartent rassurés.

  • 21 Édifié entre 1876 et 1883, le ministère de la Guerre se trouve sur la via del XX Settembre, à proxi (...)
  • 22 Au cours de cet entretien, Goering estime que l’Allemagne elle-même a besoin d’une période de paix  (...)

53Deux longs entretiens avec Goering, un au ministère de la Guerre21, l’autre au palais de Venise. Celui-ci est mis par écrit. Quoiqu’il parle beaucoup de guerre et la prépare avec beaucoup d’attention, il me semble qu’il ne repousse pas les perspectives de paix, au moins pour quelques années encore22. La chose qui m’a le plus préoccupé lors de ces entretiens a été le ton avec lequel il a décrit les relations avec la Pologne : cela rappelait trop celui utilisé, en d’autres temps, au sujet de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie. Mais les Allemands se trompent s’ils pensent pouvoir agir de la même manière : les Polonais seront défaits mais ne baisseront pas les armes avant d’avoir combattu durement.

5417 avril. J’accompagne Goering à la gare. Il est plutôt satisfait de son séjour à Rome qui lui a permis des contacts avec le Duce et moi. Dans l’ensemble, l’impression est, qu’en Allemagne aussi, les intentions sont pacifiques. Un seul danger : la Pologne. Plus que ce qu’il a dit, je suis resté impressionné par le ton méprisant utilisé à propos de Varsovie. Mais que les Allemands ne croient pas faire une marche triomphale en Pologne. S’ils attaquent, les Polonais se battront. Le Duce pense de même.

5518 avril. Nous recevons les Hongrois à la gare. Teleki fait également bonne impression au Duce. Csáky est ce qu’il est : un petit homme présomptueux et, chose préoccupante, faible physiquement et moralement alors qu’il veut assumer des prises de position héroïques.

56Un premier entretien a eu lieu dans l’après-midi. Rien de transcendant. Csáky expose minutieusement la situation et cherche à donner à ses paroles un goût antiallemand. Surtout, il insiste sur la Slovaquie : il espère – ou mieux, il s’imagine – que l’Allemagne pourrait en faire courtoisement don à Budapest. Je ne résume pas plus une conversation qui n’en vaut pas la peine. Le Duce l’a décrite ainsi : « Il ne manquait qu’un litre de vin sur la table. »

57Avec Benini, nous commençons à tracer le programme d’action en Albanie. Je crois qu’il fera l’affaire car c’est un réalisateur aux idées ouvertes et au jugement très clair. Le Duce en a également eu une bonne impression.

5819 avril. Nous continuons les conversations plus ou moins utiles avec les Hongrois. Csáky est toujours plus prolixe et inutile dans ses argumentations. Il a la spécialité de défoncer les portes ouvertes : « Il prend un grand élan, dit Mussolini, pour sauter une paille. »

59Entretien avec Perth. Les Britanniques font quelques difficultés pour le titre de roi d’Albanie dans les lettres de créance. Je polémique vivement avec Perth, soutenant que le changement de dynastie est un événement à caractère interne pour lequel personne n’a le droit d’intervenir.

  • 23 Dans un rapport daté du 18 avril, Attolico écrit : « La situation générale vue depuis Berlin ne se (...)

6020 avril. Après que le Duce ait prononcé son discours polémique au sujet du message de Roosevelt, je l’ai accompagné au palais de Venise et lui ai montré un rapport très alarmant d’Attolico qui annonce l’action allemande contre la Pologne comme imminente23. Ce serait la guerre et nous avons donc le droit d’être informés à temps. Nous devons nous y préparer et nous devons préparer l’opinion publique à un événement qui ne peut arriver par surprise. J’ai donc donné ordre à Attolico d’avancer la date de ma rencontre avec Ribbentrop.

  • 24 Allusion au ministre autrichien des Affaires étrangères de juillet 1936 à mars 1938.
  • 25 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas gardé de traces de ces entretiens.

61Dans l’après-midi, troisième et, grâce à Dieu, dernier entretien avec les Hongrois, surtout Csáky car Teleki n’a presque pas ouvert la bouche. Mon impression sur Csáky est toujours plus négative. Avec une légèreté sans égale, il a dit, aujourd’hui, sa conviction qu’Hitler est fou. Il fonde cette affirmation sur son observation des pupilles du Führer. Il affirmait ces absurdités avec un aplomb incroyable. Nous espérons que cet individu présomptueux ne soit pas le Guido Schmidt24 de la Hongrie. Le Duce a résumé les choses ainsi : 1) l’Italie et l’Allemagne veulent quelques années de paix et font leur possible pour la maintenir ; 2) la Hongrie fait et fera la politique de l’Axe ; 3) personne ne souhaite le démembrement de la Yougoslavie, aussi travaille-t-on pour le maintien du statu quo. Si le démembrement doit advenir, les intérêts italiens en Croatie sont exclusifs ; 4) au sujet du problème slovaque, la Hongrie adoptera une attitude d’attente et ne fera rien en opposition vis-à-vis de l’Allemagne25.

  • 26 Tahir Stylla était ministre d’Albanie à Belgrade depuis 1937.
  • 27 Longtemps province ottomane, le Kosovo, peuplé de 90 % d’Albanais mais foyer de la nation serbe (le (...)

6221 avril. Journée principalement consacrée à l’Albanie. J’ai un entretien avec Stylla26, ex-ministre à Belgrade. Il m’entretient surtout du problème des Kosovars, c’est-à-dire de 850 000 Albanais très forts physiquement, moralement sains, enthousiastes à l’idée d’une union à la mère patrie. Il paraît que les Serbes en ont une peur panique. Aujourd’hui, il n’est cependant pas nécessaire de laisser penser que le problème attire notre attention ; il faut, au contraire chloroformer les Yougoslaves. Mais, par la suite, on pourra adopter une politique de vif intérêt pour le Kosovo27 : cela permettra de maintenir un foyer irrédentiste dans les Balkans qui polarisera l’attention des Albanais et représentera un poignard dans le dos de la Yougoslavie.

6322-23 avril. Je suis à Venise pour l’arrivée de Markovitch. La population me réserve un accueil très cordial : évidemment, la question albanaise a eu un écho particulier dans la grande cité adriatique. Markovitch me fait une bonne impression : un homme courtois, mesuré, modeste. Il a toutes les caractéristiques du diplomate de carrière. L’arrivée à Venise était pour lui un grand événement. C’est la première fois qu’il voyageait à l’extérieur en qualité de ministre. Les applaudissements, les drapeaux et une Venise enchanteresse, pleine de soleil et de printemps, lui ont fait forte impression.

64Le premier entretien s’est bien déroulé. Je l’ai tout de suite trouvé raisonnable et compréhensif, tandis qu’Indelli, avec une inquiétude hors de propos, avait fait croire à une excitation yougoslave qui s’est révélée fausse, si ce n’est quelques secteurs de l’opinion publique mais qui n’avaient pas d’effet sur les milieux responsables. Notre conversation a porté sur les points suivants :

  • l’Albanie. Il a accepté le fait accompli. Il comprend les raisons de notre envoi de troupes. Satisfaction de notre décision de ne pas les pousser en grand nombre au nord de la ligne Tirana-Durazzo. Je lui donne des assurances de notre désintéressement pour le Kosovo ;

  • l’Allemagne. Volonté de collaboration toujours plus étroite avec l’Axe, sans adhérer pour le moment au pacte anti-Komintern pour des raisons de politique intérieure mais sans en repousser la possibilité à terme. Refus d’une quelconque médiation britannique. La politique de la Yougoslavie est ainsi formulée : en cas de conflit, neutralité désarmée mais appui économique à l’Italie et à l’Allemagne. Naturellement, dans le système de l’Axe, la Yougoslavie gravitera autour de Rome ;

  • la Hongrie. Amélioration graduelle des relations afin de ne pas compromettre les engagements envers la Roumanie dont Markovitch a ouvertement et vertement critiqué la politique.

  • 28 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas conservé de documents sur ces entretiens.

65Dans l’ensemble, la visite a donné de très bons résultats. Le communiqué, publié à la fin des entretiens, a beaucoup plu à nos journalistes et beaucoup déplu aux journalistes franco-britanniques, ce qui prouve sa qualité. Markovitch a fait une impression sympathique à qui l’a approché : il a eu plus de succès que Stoyadinovitch, peut-être parce qu’il a une attitude plus modeste et un physique plus insignifiant. Il fait des efforts pour cacher une forte calvitie et il mobilise à cette fin tous les cheveux des tempes et de la nuque. Il dit que ses cheveux sont les seuls réservistes yougoslaves mobilisés devant la crise albanaise28.

66Je reviens à Rome et réfère au Duce qui est très satisfait. Jacomoni, suite à mon ordre, a signé l’accord pour la parité des droits civils et politiques des Italiens et des Albanais. La chose est très importante et, de fait, vaut autant que l’annexion.

6724 avril. Je reçois de nombreux diplomates et particulièrement l’ambassadeur polonais qui se plaint de quelques fortes réactions de notre presse contre des articles publiés sur des journaux d’opposition à Varsovie. Il trouve que le jeu n’en vaut pas la chandelle et peut-être n’a-t-il pas tort.

  • 29 Ciano n’indique pas qu’il se déplace à la gare, chose inhabituelle, afin de saluer l’ambassadeur Pe (...)

68Le ministre de Hollande, un brave et inoffensif personnage que je vois rarement, vient me faire un étrange discours. Il dit être fort alarmé de ce qui se passe en Europe et surtout de ce que l’on dit qu’il arrivera. Quelques officiels lui auraient dit que les Allemands et nous, nous nous serions partagés l’Europe. La Hollande irait à l’Allemagne. Il me demande ce qui est vrai dans tout ceci. Je lui ai répondu sur le ton de la plaisanterie et j’ai rapporté la conversation au Duce qui s’en est beaucoup amusé. Ce sont les idées d’un fonctionnaire quelque peu idiot et très peureux, mais elles sont caractéristiques d’un état d’esprit diffus dans le monde29.

69Starace et Benini, de retour de Tirana, se déclarent enthousiastes de ce qu’ils ont vu et admettent que la réalité albanaise est supérieure à l’idée qu’ils s’en étaient faite.

  • 30 Giovacchino Forzano, dramaturge et cinéaste (réalisateur de Camicia nera en 1932), a déjà participé (...)

70Je vais au théâtre où se donne le César de Forzano30. Le Duce assiste également à la représentation : il a lui-même collaboré à cette œuvre et a envoyé il y a quelques années, par mon intermédiaire, le scénario de la pièce. Celle-ci est franchement mauvaise, sans génie et sans technique. Elle n’intéresse pas, ni ne divertit. L’adulation est un art qui doit se pratiquer avec mesure. Inversement, Forzano a oublié toute mesure et le résultat a été contre-productif.

  • 31 Dans un rapport, Attolico précise que le gouvernement japonais ne veut conclure d’accord que si la (...)

7125 avril. La nouvelle arrive de Berlin que les Japonais maintiennent leurs réserves à propos de l’alliance à trois31. Aussi la signature est-elle remise sine die. Mussolini, à qui je téléphone la nouvelle à Forlì, où il se trouve depuis ce matin, déclare être satisfait : en réalité, depuis quelque temps, il considérait l’adhésion japonaise plus dommageable qu’utile. Nous nous verrons avec Ribbentrop le 6, dans une ville du nord de l’Italie afin de définir la politique commune.

  • 32 Ciano précise que les demandes italiennes sont « l’attribution d’une zone franche dans le port de D (...)

72François-Poncet prend prétexte de la signature d’un accord commercial pour me parler des relations italo-françaises. Il dit avoir été informé par Perth de ce que le Duce a dit à propos des négociations commencées avec Baudouin, puis interrompues. Il veut faire savoir que le gouvernement français est toujours prêt à discuter sur ces bases. Je fais les plus grandes réserves mais, à sa demande, j’ajoute que je ne crois pas qu’il n’y ait rien de changé dans nos orientations. Je lui demande, à mon tour, si je dois considérer cette ouverture comme officielle. Il me dit l’avoir faite sur autorisation de son gouvernement32.

  • 33 Fille de Priam, Cassandre a reçu d’Apollon le don de divination, annonçant les malheurs qui allaien (...)

7326 avril. Je réfère, par téléphone, au Duce de l’entretien avec François-Poncet. Il ne semble pas lui attribuer trop d’importance. Il dit : « Je n’entends pas commencer les négociations avec la France avant la signature du traité avec l’Allemagne. » Je reçois de nombreux diplomates étrangers : ils sont notablement abasourdis par les événements de politique étrangère et tous, même les plus pessimistes comme Helfand qui est une Cassandre professionnelle33, admettent que les succès ont été supérieurs à toutes les prévisions.

74Nous décidons quelques importants travaux publics en Albanie, entre autres la construction d’hôtels dans les principaux centres urbains, pour lesquels le Duce a contribué personnellement à hauteur de 1 million de lires.

  • 34 Le 27 avril 1939, le gouvernement britannique, et en particulier le secrétaire au War Office Leslie (...)

75Le chargé d’affaires anglais me remet un bref résumé de ce que Chamberlain se propose de dire aux Communes au sujet de la conscription obligatoire34. Ce projet semble de proportion assez modeste.

7627 avril. Rien de nouveau si ce n’est un entretien avec l’ambassadeur du Japon qui explique que le dernier mot, à propos de la décision japonaise concernant le Pacte tripartite, n’a pas été dit. Il faudrait cependant le savoir avant le 6 mai et je m’exprime en ce sens.

  • 35 Le 18 juin 1935, un pacte naval anglo-allemand permet à l’Allemagne de posséder une flotte de surfa (...)

77De Berlin, on nous informe que, dans son discours de demain, le Führer dénoncera le pacte naval avec l’Angleterre ainsi que le pacte d’amitié avec la Pologne35. Ceci est très grave. La situation qui, ces derniers jours, s’était incontestablement éclaircie, peut redevenir trouble d’une heure à l’autre. Le Duce, à qui j’ai transmis l’information à Rocca delle Caminate, a téléphoné pour avoir de plus amples informations, mais lui-même ne cache pas sa préoccupation à la suite de la dénonciation du pacte avec la Pologne. Inversement, la dénonciation du pacte avec la Grande-Bretagne lui apparaît moins alarmante.

  • 36 Hitler prend la parole, le 28 avril 1939, devant les députés du Reichstag. Il répond à un message d (...)
  • 37 Outre la déclaration de garantie britannique à la Pologne du 31 mars, Chamberlain annonce un pacte (...)

7828 avril. Le Führer a prononcé son discours. Il a exactement duré 2 heures et 20 minutes. On ne peut pas dire que la brièveté soit la qualité la plus éminente de cet homme. Dans l’ensemble, le discours est moins incendiaire que ce que l’on pouvait imaginer sur la base des informations parvenues de Berlin36. Les premières réactions dans les différentes capitales sont plutôt faibles. Chaque parole qui laisse espérer une intention de paix est accueillie par l’humanité entière avec une joie incommensurable. Aujourd’hui, aucun peuple ne veut de la guerre. Dans la meilleure des hypothèses, ils sont prêts à la faire. Ceci vaut pour nous et les Allemands. Pour les autres, je ne sais pas. Je me demande sérieusement si un geste allemand contre la Pologne, malgré les déclarations et les garanties37, ne finirait pas par conduire à un nouveau Munich.

79D’autre part, une guerre franco-britannique contre l’Allemagne qui se tient sur la défensive sur le front occidental est, en pratique, une guerre impossible.

  • 38 Dans un très court télégramme, l’ambassadeur Auriti télégraphie depuis Tokyo : « Dernières nouvelle (...)
  • 39 Le 13 avril 1939, la France et la Grande-Bretagne donnent leur garantie à la Grèce et à la Roumanie (...)
  • 40 Des négociations politiques ont lieu entre la France, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique depu (...)

80Je reçois des nouvelles du Japon : il semble que maintenant, on soit décidé à signer l’alliance. Je dis à Shiratori qu’il est nécessaire de faire vite pour répondre oui ou non38. D’ici peu, je rencontrerai Ribbentrop et nous devrons prendre notre décision, d’autant plus que le travail diplomatique des démocraties s’est fait plus intense depuis quelques jours39 et que l’alliance anglo-soviétique semble désormais concrète et conclue40.

81Le Duce rentre à Rome.

8229 avril. Conseil des ministres. On approuve quelques décisions afin d’augmenter la puissance des forces armées. Si ce n’est la marine, le Duce est nettement mécontent. Il a la sensation – et il a raison – que derrière une façade plus ou moins entretenue, il y a bien peu de choses. Je le pense également. Je n’ai pas d’information précise en ce qui concerne l’armée mais les nombreux avis que j’entends sont nettement pessimistes et les quelques impressions que j’ai eues, à l’occasion de la mobilisation albanaise – petite mobilisation au demeurant –, ont accentué mon scepticisme. On fait une inflation d’hommes, on multiplie le nombre de divisions mais, en réalité, celles-ci sont si réduites qu’elles sont à peine plus fortes qu’un régiment. Les dépôts sont vides. L’artillerie est vieillie. Les armes antiaériennes et antichars manquent de tout. On fait beaucoup de bluff en matière militaire et on a trompé le Duce lui-même. Ne parlons pas de l’aviation. Valle annonce 3 006 appareils en état de marche mais les services de la marine disent qu’ils sont seulement 982. Un écart important ! Je dénonce la chose au Duce. Je crois de mon devoir de lui parler en toute sincérité sur un tel sujet même si cela doit lui procurer de l’amertume. Cela nous évitera de plus grosses désillusions par la suite.

  • 41 Né en 1881, Walter von Brauchitsch sort sous-lieutenant de l’académie militaire en 1900. Il sert au (...)

8330 avril. Ce matin, le Duce est furieux de la photographie du « présentez armes » faite par la compagnie d’honneur des grenadiers à l’arrivée du général von Brauchitsch41. Il a raison car il est difficile de voir quelque chose de plus mal fait. Il trouve que ceci est un symbole du désordre qui règne dans l’armée, dans l’esprit et dans le matériel. Il l’explique en disant qu’auparavant, l’armée, « domaine de la monarchie », avait surtout une fonction de police subsidiaire pour la tutelle de l’ordre public. Aujourd’hui, inversement, le devoir prééminent est de faire la guerre. Cela désoriente beaucoup d’officiers.

  • 42 Né en 1892, Grégoire Gafenco est pilote dans une escadrille française durant la Première Guerre mon (...)
  • 43 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas conservé de documents concernant les entretiens de (...)

84Je discute avec Alfieri de l’opportunité d’accepter le titre de prince de Kruia que les Albanais voudraient me donner. Ce serait le premier et le seul remerciement que j’ai eu jusqu’à maintenant pour avoir donné l’Albanie à l’Italie. Je penche pour le refus. Premier entretien avec Gafenco42. C’est un homme sympathique, un peu timide, assez pénétrant. Nous faisons ce qu’il convient d’appeler un tour d’horizon. Je ne cache pas notre déception d’avoir vu la Roumanie accepter la garantie britannique. À quoi pourrait-elle servir en pratique si la Hongrie et la Bulgarie attaquaient ? Il parle des relations avec Budapest et souligne l’intransigeance déraisonnable des Hongrois. Je suis d’accord avec lui sur ce point : les Hongrois ont toujours une superbe absurde. Même à notre égard, leur attitude me déplaît. C’est tout juste s’ils daignent accepter les faveurs qu’ils ont sollicitées. Gafenco parle également de nos relations avec la France : il est au courant de mon dernier entretien avec François-Poncet. Il explique que la tendance de Bonnet serait pour la conciliation, celle de Léger serait d’attendre que nous prenions l’initiative. Ils attendront longtemps43

Notes

1 « Je vous répète ce que j’ai déjà dit publiquement, à savoir que je considère nécessaire une longue période de paix pour sauver le développement de la civilisation européenne. Ceci est ma conviction profonde. Mais actuellement, et tout en appréciant votre invitation, je ne crois pas pouvoir prendre des initiatives avant que les droits de l’Italie n’aient été reconnus. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 432, p. 527.

2 L’épouse du roi Zog est d’origine hongroise, ce qui explique les préoccupations de l’ambassadeur hongrois à Rome.

3 Dans son rapport, Perth indique que Ciano lui a présenté une série de documents lui montrant la dégradation de la situation en Albanie et que Zog « commence à prendre des mesures anti-italiennes et montre une attitude hostile envers les intérêts italiens ». Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. V (April 4 – June 7,1939), His Majesty’s Stationery Office, Londres, 1952, doc. no 72, p. 120-121.

4 C’est également ce que rapporte l’ambassadeur Indelli à Belgrade à la suite d’un entretien avec Markovic. Le chef du gouvernement yougoslave lui a dit : « Le roi Zog est un trop petit personnage pour réussir à perturber la solide situation entre nos deux pays. D’autre part, je suis sûr que l’action de Rome tiendra compte du pacte qui nous lie (référence au Pacte italo-yougoslave du 25 mars 1937) y compris en ce qui concerne les questions albanaises. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. 467, p. 562.

5 Omer Fortusi est un Albanais qui sert d’intermédiaire entre le gouvernement italien et le roi Zog. Il est nommé gouverneur de Tirana après l’opération italienne.

6 Le Premier ministre britannique déclare à la Chambre des communes que la Grande-Bretagne n’a pas d’intérêts spécifiques en Albanie mais un intérêt général à la paix dans le monde. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., note 1, p. 571.

7 On lit dans le compte rendu rédigé par Filippo Anfuso : « Son Excellence Ciano lui répond que notre intention est d’occuper immédiatement les quatre ports albanais et d’établir au départ de ces bases un rayonnement progressif, selon les exigences de caractère général qui se présenteront à notre commandement militaire, d’après l’attitude du gouvernement albanais et surtout pour la sauvegarde de la vie et des intérêts de nos nationaux. Le ministre Ciano a ajouté que, dans la proclamation adressée aux Albanais, il était spécifié que l’occupation de nos troupes avait un caractère temporaire et tendait principalement à rétablir la paix et l’ordre en Albanie. […] Le ministre Ciano tenait à assurer le ministre Christich que la formule adoptée par l’Italie dans son action présente en Albanie s’inspirerait du respect de l’indépendance et de l’intégrité albanaise, tandis que la forme de gouvernement qui serait attribuée à l’Albanie exprimerait la volonté populaire. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 278.

8 Alors attaché militaire à Tirana, le général Luigi Gabrielli devient par la suite chef de la Maison royale en Albanie.

9 Chef de secrétariat, puis chef de cabinet de Galeazzo Ciano.

10 Le roi Zog s’enfuit en Grèce, puis gagne la France où il meurt en 1961.

11 Tommaso Perassi est conseiller juridique au ministère des Affaires étrangères.

12 Au cours de l’entretien, l’ambassadeur britannique souligne que le gouvernement de Londres souhaite que les forces italiennes en Espagne soient rapatriées le plus vite possible dès lors que la guerre civile espagnole est terminée. Ciano lui indique que cela devrait être effectué autour du 20 avril. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. V (April 4 – June 7, 1939), op. cit., doc. no 104, p. 150.

13 L’article 1 des accords du Latran indique : « L’Italie reconnaît et réaffirme le principe consacré dans l’article 1 du Statut du Royaume du 4 mars 1848, par lequel la religion catholique, apostolique et romaine est la seule religion de l’État. » Aussi, pour le Saint-Siège, la construction d’une mosquée à Rome ne respecte pas l’article cité.

14 Shefqet Verlaci est le nouveau président du gouvernement albanais.

15 Zenone Benini est effectivement nommé à ce poste le 18 avril.

16 Le Grand Conseil annonce l’annexion de l’Albanie et affirme que « l’Italie fasciste est en mesure, avec ses hommes et ses armes, de garantir à l’antique et valeureux peuple albanais l’ordre, le respect de toute foi religieuse, le progrès civil, la justice sociale et, avec la défense des frontières communes, la paix ». Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 260. Le Conseil des ministres du lendemain ne fait que confirmer cette décision.

17 Cinkar-Markovitch est ministres des Affaires étrangères yougoslave depuis février 1939.

18 Après un séjour à San Remo, Goering fait une visite en Libye où il est reçu par Italo Balbo avant de se rendre à Rome.

19 Mussolini en reste à des termes fort généraux : justice, ordre, bien-être. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 262.

20 En 1921, Roosevelt est atteint de la poliomyélite qui le laisse paralysé des jambes. Le message présidentiel est adressé à Hitler et Mussolini. Roosevelt y souligne le risque d’un conflit dont personne ne sortira sans dommage et demande aux deux dirigeants de donner des assurances à ne pas attaquer la Finlande, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Suède, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Irlande, la France, le Portugal, l’Espagne, la Suisse, le Lichtenstein, le Luxembourg, la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Yougoslavie, la Russie, la Bulgarie, la Grèce, la Turquie, l’Irak, l’Arabie, la Syrie, la Palestine, l’Égypte et l’Iran. Dans Foreign Relations of the United States. Diplomatic Papers. 1939, vol. I, General, Washington, United States Government Printing Office, 1956, p. 130-133.

21 Édifié entre 1876 et 1883, le ministère de la Guerre se trouve sur la via del XX Settembre, à proximité de l’église Saint-Charles-des-Quatre-Fontaines.

22 Au cours de cet entretien, Goering estime que l’Allemagne elle-même a besoin d’une période de paix : « Ces derniers temps, l’Allemagne a conquis de nombreux territoires et elle a maintenant besoin de paix pour les digérer. » Cité Dans Kersaudy François, Hermann Goering, op. cit., p. 276. De la relation de Ciano, trois éléments sont mis en valeur : une attitude bienveillante et attentive vis-à-vis de la Yougoslavie qui, jusqu’à présent, s’est montrée favorable à l’Axe et que Goering reconnaît comme appartenant à la sphère d’influence italienne ; la nécessité de deux à trois ans de paix pour préparer l’inévitable conflit avec les puissances occidentales ; Goering avance la possibilité d’un rapprochement avec l’Union soviétique au regard des relations germano-polonaises, ce que Mussolini approuve « très chaleureusement ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 564, p. 652.

23 Dans un rapport daté du 18 avril, Attolico écrit : « La situation générale vue depuis Berlin ne se présente pas de manière rassurante. […] Le message de Roosevelt, qui aurait pu être facilement tourné en ridicule, est au contraire pris au tragique. […] Mais c’est surtout la situation polonaise qui mérite d’être signalée à Votre Excellence. La Pologne est en train de perdre un peu la tête. […] Loin de céder le Corridor [de Dantzig] à l’Allemagne, il y a dans les universités polonaises de jeunes excités qui demandent l’annexion de la Prusse-Orientale à la Pologne. Le sentiment antiallemand croît de jour en jour en Pologne. […] Je ne sais pas si le Führer est disposé à patienter un temps indéfini. D’une part, il ne veut pas la guerre pour les deux années qui viennent. D’autre part, Ribbentrop assure de manière absolue, je dirais péremptoire, que l’Allemagne veut faire valoir ses droits sur la Pologne, tout comme en septembre dernier, et que ni un soldat anglais, ni un soldat français ne bougeront. » Dans Ibid., doc. no 573, p. 661-662.

24 Allusion au ministre autrichien des Affaires étrangères de juillet 1936 à mars 1938.

25 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas gardé de traces de ces entretiens.

26 Tahir Stylla était ministre d’Albanie à Belgrade depuis 1937.

27 Longtemps province ottomane, le Kosovo, peuplé de 90 % d’Albanais mais foyer de la nation serbe (le 15 juin 1389, les Serbes sont vaincus dans la plaine de Kosovo, près de la ville de Pristina, par les Ottomans), est annexé au royaume de Serbie en 1912, à la suite de la guerre contre les Turcs.

28 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas conservé de documents sur ces entretiens.

29 Ciano n’indique pas qu’il se déplace à la gare, chose inhabituelle, afin de saluer l’ambassadeur Perth, en partance pour la Grande-Bretagne après avoir fait une visite de congé auprès du Duce le 21 avril.

30 Giovacchino Forzano, dramaturge et cinéaste (réalisateur de Camicia nera en 1932), a déjà participé à l’écriture d’une pièce sur Napoléon en compagnie du Duce, intitulée Les Cent Jours.

31 Dans un rapport, Attolico précise que le gouvernement japonais ne veut conclure d’accord que si la France, la Grande-Bretagne, voire les États-Unis sont exclus du cadre de l’accord. D’autre part, il n’est prêt à accepter des obligations militaires qu’en cas de guerre avec l’Union soviétique. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 597, p. 689.

32 Ciano précise que les demandes italiennes sont « l’attribution d’une zone franche dans le port de Djibouti, d’une portion du chemin de fer d’Addis-Abeba, de deux places d’administrateur au conseil de la compagnie de Suez, accompagnée d’une révision des tarifs et sur le prolongation en Tunisie du statut de 1896 ». Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 15 (16 mars – 30 avril 1939), Paris, Imprimerie nationale, 1981, doc. no 489, p. 804.

33 Fille de Priam, Cassandre a reçu d’Apollon le don de divination, annonçant les malheurs qui allaient survenir à Troie.

34 Le 27 avril 1939, le gouvernement britannique, et en particulier le secrétaire au War Office Leslie Hore-Belisha, propose aux Communes d’adopter le service militaire obligatoire, rompant ainsi la tradition de l’armée de métier en Grande-Bretagne. Le 10 mai, la mesure est adoptée par 380 voix contre 143, malgré les oppositions travailliste et libérale.

35 Le 18 juin 1935, un pacte naval anglo-allemand permet à l’Allemagne de posséder une flotte de surface équivalente à 35 % de la flotte de surface britannique et une flotte sous-marine comptant un même nombre de sous-marins. Le 26 janvier 1934 est signé un pacte d’amitié germano-polonais valable pour dix ans mais renouvelé avec anticipation en janvier 1939.

36 Hitler prend la parole, le 28 avril 1939, devant les députés du Reichstag. Il répond à un message de Roosevelt lui demandant de garantir que l’Allemagne n’attaquerait pas les 30 pays nommément cités dans le texte du président des États-Unis. Dans une ambiance d’hilarité générale, il ridiculise les propos de Roosevelt : « Je me suis tout d’abord donné la peine de me renseigner auprès des États énumérés afin de savoir : d’abord, s’ils se sentent menacés et ensuite, surtout, si cette question que nous adresse M. Roosevelt avait été posée à leur suggestion ou tout au moins avec leur consentement. La réponse a été non sur toute la ligne. […] Je dois encore attirer l’attention de M. Roosevelt sur quelques erreurs historiques. Il cite entre autres, par exemple, l’Irlande et me prie de déclarer que l’Allemagne n’attaquera pas l’Irlande. Or, je viens de lire un discours du Taoiseach (Premier ministre en gaélique) irlandais, M. de Valera dans lequel celui-ci, chose curieuse, en contradiction avec l’opinion de M. Roosevelt, n’accuse pas l’Allemagne d’opprimer l’Irlande, mais reproche à l’Angleterre que l’Irlande ait à souffrir de l’agression constante de ce dernier État. De même, M. Roosevelt ne s’est manifestement pas aperçu du fait que la Palestine n’est pas actuellement occupée par les troupes allemandes, mais par les Anglais, et qu’elle voit sa liberté réduite par le plus brutal abus de la force. » Dans Shirer William, Le Troisième Reich. Des origines à la chute. I : 1933-1939, Stock, coll. « Témoins de notre temps », Paris, 1961, p. 626. Le Führer profite de l’occasion pour dénoncer le pacte naval anglo-allemand de 1935 et le traité d’amitié germano-polonais de 1934, prenant prétexte du rapprochement anglo-polonais.

37 Outre la déclaration de garantie britannique à la Pologne du 31 mars, Chamberlain annonce un pacte anglo-polonais d’assurance mutuelle à la suite de la visite de Beck à Londres, du 4 au 6 avril.

38 Dans un très court télégramme, l’ambassadeur Auriti télégraphie depuis Tokyo : « Dernières nouvelles très favorables. Il semble que j’en aurai bientôt une communication officielle. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 609, p. 701. Les archives italiennes ne disposent pas de la communication annoncée. Il est possible qu’elle n’ait pas eu lieu dans la mesure où le gouvernement japonais n’a pas donné suite à un traité à trois.

39 Le 13 avril 1939, la France et la Grande-Bretagne donnent leur garantie à la Grèce et à la Roumanie en cas d’agression. D’autre part, les gouvernements français et britannique sont en négociation avec la Turquie.

40 Des négociations politiques ont lieu entre la France, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique depuis le 14 avril mais, à la date du 28 avril, absolument rien de concret n’a abouti.

41 Né en 1881, Walter von Brauchitsch sort sous-lieutenant de l’académie militaire en 1900. Il sert au Grand État-Major impérial durant la Première Guerre mondiale. En 1933, il est nommé commandant de la région militaire de Königsberg et, en 1937, à celui de la région militaire de Leipzig. Le 4 février 1938, il succède au général Fritsch à la tête de l’armée de terre (Oberkommando des Heeres).

42 Né en 1892, Grégoire Gafenco est pilote dans une escadrille française durant la Première Guerre mondiale. Député du parti national-paysan en 1928, il est sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1928 à 1930, puis de 1932 à 1934. Il est nommé ministre des Affaires étrangères le 23 décembre 1938. Le 16 avril 1939, Gafenco entame une tournée des capitales européennes qui le conduit en Pologne, en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne, en France, en Italie, en Yougoslavie. Il démissionne à la suite de l’arbitrage de Vienne du 30 août 1940 qui accorde une partie de la Transylvanie à la Hongrie. Ambassadeur à Moscou, il s’exile en Suisse à la suite du début des hostilités entre la Roumanie et l’Union soviétique en juin 1941.

43 Les archives diplomatiques italiennes n’ont pas conservé de documents concernant les entretiens de Gafenco à Rome. Mais Grégoire Gafenco relate cet entretien dans son livre de souvenirs : « Ciano me reçut dans son somptueux bureau du Palazzo Chigi. J’essayai de remplir la mission que m’avait confiée M. Bonnet. Ciano voulut paraître indifférent et incrédule ; il accusa les Français de ne rien comprendre à la politique de l’Italie. Je répliquai qu’à mon avis les Français suivaient de près cette politique et que j’avais constaté à Paris deux courants à ce sujet. Certains Français pensaient que leur pays devait faire un geste de rapprochement vers l’Italie, afin de prouver le désir d’entente. Certains autres étaient d’avis que l’on devait laisser l’Italie se convaincre par elle-même de la nécessité du rapprochement. “Ce sont les premiers qui ont raison”, cria le comte Ciano, oubliant du coup sa froideur et son indifférence. “Si l’on attend, il sera trop tard !” » Dans Gafenco Grégoire, Derniers jours de l’Europe. Un voyage diplomatique en 1939, Librairie universelle de France / Egloff, Paris / Fribourg, 1946, p. 176-177.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540