Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Mars

Texte intégral

11er mars. Cracovie. Monuments et palais qui leur semblent si nombreux et si beaux et qui, pour nous, sont peu de choses.

  • 1 Dans un rapport du 3 mars, Attolico rapporte des conversations qui suivirent l’annonce de l’électio (...)
  • 2 L’élection du cardinal Pacelli comme pape n’est pas une surprise. Le conclave ne dure que la journé (...)

22 mars. Voyage de retour. À Tarviso, je reçois la nouvelle de l’élection du cardinal Pacelli à la Tiare. Elle ne me surprend pas. Je me souviens de l’entretien que j’eus avec lui le 10 février. Il fut très conciliant. Dans le même temps, il semble qu’il ait singulièrement amélioré ses relations avec l’Allemagne au point que Pignatti a rapporté, hier, que Pacelli était le cardinal favori des Allemands1. À table, j’avais dit à Edda et à mes collaborateurs : « Le Pape sera élu aujourd’hui. Ce sera Pacelli et il portera le nom de Pie XII. » La réalisation de ma prédiction a intéressé tout le monde2.

33 mars. J’arrive à Rome. Rien de particulièrement important dans la politique intérieure et au ministère. Je vois mes collaborateurs et Alfieri qui me résume les événements des derniers jours. Le Duce est à Terminillo. Il me téléphone qu’il souhaiterait me voir et je le rejoins dans l’après-midi. Il s’intéresse à mon rapport peu optimiste sur la Pologne. Je dois témoigner que depuis Rome, il avait vu la situation de ce pays avec une plus grande lucidité que ceux qui avaient passé de nombreuses années sur place. Il qualifie la Pologne de « noix creuse ». Il est content de l’élection de Pacelli. Il se promet de lui faire parvenir quelques conseils sur la manière de gouverner utilement l’Église. Mais il n’entend pas se servir de Tacchi Venturi, qu’il juge désormais « démonétisé ». Nous discutons longuement de l’alliance tripartite. De nouveaux retards sont provoqués par la procédure et le formalisme japonais. Le Duce est toujours plus favorable à une alliance bilatérale avec Berlin, laissant de côté Tokyo. Le Japon, devenu notre allié, jettera définitivement les États-Unis dans les bras des démocraties occidentales. Il veut accélérer l’alliance italo-allemande. Il dit que le retard a été causé par quelques événements désagréables, ces derniers temps, comme la chute de Stoyadinovitch. Il estime qu’il reviendra au pouvoir après que nous ayons signé le pacte avec Berlin. En ce qui concerne l’Albanie, il approuve le retard actuel, mais se réserve d’agir dès que l’affaire d’Espagne aura été liquidée et conclut l’alliance à trois ou deux.

  • 3 Ils sont ambassadeurs d’Italie, respectivement à Paris depuis novembre 1938, à Moscou depuis octobr (...)

4Le Duce est très mécontent de Guariglia. Il entend que d’ici peu, il soit mis à la retraite ainsi que Rosso et Valentino3.

54 mars. Je communique au ministre de Suisse que les mesures prises en mon absence contre trois journalistes suisses ont été suspendues. Elles auraient pu être révoquées si la presse avait eu une attitude plus mesurée. Je vois Perth : entretien de peu d’intérêt car il parle encore de l’article de Relazioni Internazionali qui menaçait la France d’une guerre. Je réponds que l’article reflète les opinions personnelles de l’auteur et que – chose étrange – la revue est dirigée par Pirelli, c’est-à-dire par un homme notablement lié à Londres et à Paris. J’attire plutôt son attention sur le renforcement des contingents militaires britanniques en Égypte.

6Je vois Lyautey dans l’après-midi : conversation privée de contenu. Il parle beaucoup, dit peu mais laisse transparaître toute la préoccupation française à propos de notre attitude. Je suis personnellement cordial mais, en ce qui concerne la politique, totalement hermétique.

  • 4 Hans-Adolf von Moltke est ambassadeur d’Allemagne à Varsovie depuis 1934.

7Je parle brièvement à Mackensen de mon voyage en Pologne et je résume mes impressions qui coïncident avec celles de l’ambassadeur Moltke4. Le Duce m’oblige à refuser une invitation à dîner que François-Poncet se promettait de me faire à l’occasion de la venue à Rome de la délégation extraordinaire pour le couronnement du Pape. Beaucoup de ses membres ont écrit contre l’Italie, ce qui a motivé le refus du Duce.

8Entretien téléphonique avec Ribbentrop. Il est encore sûr de l’adhésion japonaise au Pacte tripartite mais estime quelques semaines nécessaires pour parvenir à une conclusion.

95 mars. Gambara vient prendre congé. Nous nous mettons d’accord sur quelques points relatifs à l’envoi des derniers contingents en Espagne. Je le conduis chez le Duce qui lui confirme les instructions des précédents entretiens. Il ajoute qu’il compte laisser les troupes en Espagne jusqu’à la fin des combats mais il ne veut pas les laisser pour des missions de police. Il charge Gambara d’exprimer à Franco sa nette opposition pour une restauration monarchique : « Le retour à la monarchie équivaudrait à replonger l’Espagne dans une guerre civile d’ici trois ans. Le Roi est un homme discrédité. Ses fils, dans le meilleur cas, sont des déficients totalement asservis à l’Angleterre et à la France. » Je réfère au Duce de mon entretien téléphonique avec Ribbentrop. Le Duce est très contrarié du retard pris par la signature de l’alliance qui envoie un signe d’abandon aux petits pays qui, dans la situation instable d’aujourd’hui, ne voient qu’un seul point ferme vers lequel ils s’orientent : le réarmement franco-britannique.

10Jacomoni assure que l’ordre est revenu en Albanie et que le Roi, après avoir eu la plus grande peur de sa vie, se démène afin de nous donner des gestes d’amitié. Il m’a envoyé ses saluts fraternels. En fait, aucun des conjurés n’a parlé et la partie n’est que remise.

  • 5 Luigi Maglione est né en 1877. Ordonné prêtre en 1901, il est nonce apostolique en Suisse de 1920 à (...)

11Pignatti dit qu’au Vatican se profile une manœuvre pour faire croire que l’Italie s’oppose à la nomination de Maglione5 à la Secrétairerie d’État, nomination qui est dans le cœur du Pape. J’en parle au Duce afin d’être autorisé à démentir. Il répond : « Dis à Pignatti que je me moque du Pape, du cardinal-secrétaire d’État et de qui est à ce poste. » Je fais publier le démenti mais, bien sûr, en d’autres termes.

  • 6 Ces navires ont réussi à sortir du port d’Alicante, remplis de combattants républicains et de réfug (...)

126 mars. Hier soir, chez les Colonna, un coup de téléphone de Pietromarchi m’a informé de l’insurrection de Carthagène, de la fuite de la flotte rouge ainsi que de la demande expresse de Franco afin d’obtenir notre coopération aéronavale pour retrouver les 11 bateaux naviguant en Méditerranée, afin de les empêcher de traverser le canal de Sicile dans le cas où ils souhaiteraient se diriger, comme on le dit, vers Odessa. J’ai donné les instructions nécessaires à la marine et à l’aviation et, ce matin, à 9 heures, j’ai informé le Duce qui a approuvé ce que j’avais fait. Durant la journée, la flotte a été suivie : elle voulait entrer à Alger mais la permission lui a été refusée. Elle semble maintenant se diriger vers Bizerte6.

  • 7 Sans doute une erreur de Ciano qui veut certainement évoquer la Chambre des faisceaux et des corpor (...)

13Grand nombre de candidats à la nomination au Conseil national des corporations7. Le nom change mais l’esprit reste le même et l’on ne peut supprimer dans le cœur des Italiens, même fascistes, l’amour pour le Parlement.

  • 8 Dans une lettre du 4 mars, Attolico rapporte des entretiens avec des officiels japonais, dont l’amb (...)

14Des nouvelles de Berlin confirment que le gouvernement japonais fait des objections pour la signature du Pacte tripartite8. Oshima entend démissionner. Il affirme que le cabinet devrait tomber. Et après ? Je n’y vois pas clair. Est-il vraiment possible de mêler le Japon, si lointain, dans la vie politique européenne toujours plus convulsive et nerveuse, susceptible d’être modifiée d’une heure à l’autre sur un simple coup de téléphone ?

157 mars. Rien de notable.

168 mars. Au palais de Venise, réunion du Comité corporatif central pour l’ajustement des salaires, à l’occasion du 20e anniversaire des Faisceaux. Le Duce est très satisfait des mesures prises et me dit : « Avec ceci, nous diminuons vraiment les distances sociales. Le socialisme disait : tous égaux et tous riches. L’expérience a prouvé que cela est impossible. Nous, nous disons : tous égaux et tous assez pauvres. »

17Je vois l’ambassadeur du Japon. Il confirme ce qu’Attolico a écrit à propos de la réponse japonaise concernant le Pacte tripartite. Le Japon fait beaucoup de réserves et a l’intention de donner au pacte un caractère seulement antirusse. Cette réponse est si peu satisfaisante que beaucpoup de doutes naissent sur la possibilité effective de conclure cette alliance. Oshima et Shiratori ont refusé de faire la communication par voie officielle. Ils ont demandé à Tokyo d’accepter sans réserve le pacte d’alliance sous peine de démissionner et de provoquer la chute du cabinet. Il y aura une décision dans les prochains jours. Shiratori estime que, si elle est favorable, elle pourrait se faire à Berlin dans le courant du mois de mars, sinon elle sera renvoyée aux calendes grecques. Ce retard et toute la manière d’agir japonaise me rendent sceptique sur la possibilité d’une collaboration effective entre le dynamisme fasciste et nazi et la flegmatique lenteur du Japon.

  • 9 Josip de Bombelles, issu d’une famille de la noblesse française installée en Autriche à la fin du x (...)
  • 10 Vladimir Matchek est né en 1879. Il devient, en 1928, chef du parti paysan croate et est condamné à (...)

189 mars. À Belgrade, lors d’une chasse avec le régent Paul, je fis la connaissance d’un croate, le marquis de Bombelles9, qui me fut décrit comme un gentilhomme campagnard, ami du prince et grand chasseur. Aujourd’hui, je l’ai reçu à Rome, pour une visite que je croyais de pure courtoisie. Inversement, il est entré de plain-pied dans la politique et m’a déclaré être un agent secret de Matchek10. Il a parlé des relations entre la Croatie et la Serbie et a affirmé que le fossé qui sépare ces deux pays est si profond que toute idée de réconciliation est désormais vaine. Les Croates sont tenus dans un état de servage moral, politique et économique. Si, un jour, la mobilisation mettait les armes entre les mains des Croates, les fusils tireraient seulement contre les Serbes. L’idéal de la Croatie est un royaume autonome, avec un prince italien ou, mieux encore, une union personnelle avec le roi d’Italie. Bombelles ne demandait rien. Il voulait nous faire savoir cela et nous mettre en garde contre la politique de Belgrade qui a toujours été déloyale mais qui, particulièrement depuis la chute de Stoyadinovitch, est nettement orientée vers les démocraties occidentales et contre l’Axe.

19Pour des raisons évidentes, je suis resté très prudent. J’ai confirmé notre fidélité au pacte de Belgrade tant que les Serbes se conduiront bien avec nous. D’autre part, j’ai dit à Bombelles que je suis toujours disposé à entretenir de contacts avec lui et que, si la situation devait se modifier, nous pourrions, dans nos choix politiques, tenir compte du point de vue croate.

  • 11 « Les masses allemandes ne veulent de la guerre sous aucun prétexte : a fortiori, elles ne voudraie (...)

2010 mars. Le Duce a été impressionné par un rapport d’Attolico qui confirme deux choses : 1) le Führer se sent pleinement solidaire avec l’Italie et est prêt à marcher avec nous ; 2) le peuple allemand, quoique solidaire de son chef, préférerait éloigner le danger de guerre11. Le Duce commente : « Le peuple allemand est un peuple militaire mais non guerrier. Donnez aux Allemands beaucoup de saucisses, de beurre, de bière et une voiture utilitaire et ils ne voudront plus se faire trouer la peau. »

  • 12 Cet accord est transmis par Attolico dans un message du 9 mars. Dans Ibid., doc. no 262, p. 318. Le (...)

21Ribbentrop accepte notre proposition de commencer tout de suite la mise en contact des deux états-majors et propose, à son tour, une rencontre entre Keitel et Pariani12. Nous acceptons et suggérons Innsbruck comme lieu d’une rencontre à faire au plus vite et en lui donnant la publicité nécessaire.

  • 13 Dans son rapport du 10 mars, l’ambassadeur Phillips ne signale pas la question d’une éventuelle all (...)

22Il convient de faire savoir au monde que l’Axe se prépare également et n’entend pas laisser l’initiative aux Franco-Britanniques, comme cela semble être le cas depuis un certain temps. L’ambassadeur d’Amérique me demande s’il est vrai que l’on prépare, à Berlin, une réunion à trois pour la signature de l’alliance. Je dis que, pour l’instant, ce n’est pas le cas mais qu’une telle éventualité n’est pas à exclure si le développement de la situation conseillait aux trois pays du pacte anti-Komintern de rendre encore plus étroits les liens qui les unissent13.

  • 14 Lors de cet entretien, le général Franco fait également comprendre que l’Espagne a besoin d’une pér (...)
  • 15 En fait, face aux menées sécessionnistes du gouvernement slovaque de monseigneur Tiso, le président (...)

2311 mars. Gambara rend compte de son entretien avec Franco. Le début de l’action finale aura lieu entre le 16 et le 18 mars. Nous opérerons sur Tolède. L’entrevue avec Franco a été utile tant sur le plan militaire que politique. Franco s’est exprimé en des termes nettement antimonarchiques et a déclaré que si la restauration devait avoir lieu, cela ne serait possible que « dans de nombreuses années14 ». L’agitation slovaque a suscité une nouvelle espérance dans le cœur des Hongrois à propos de la question ruthène. Si les Allemands entraient en Slovaquie, les Hongrois pourraient obtenir une frontière commune avec la Pologne, rêve auquel ils ne renoncent pas. Villani vient me le dire. Je l’invite à la patience. Cependant, les nouvelles qui nous parviennent en soirée tendent à laisser penser que la crise est moins grave. Depuis Berlin, on nous communique que les Slovaques trouveront eux-mêmes la solution15. Christich s’accorde avec moi pour la célébration des deux ans du pacte de Belgrade. Il confirme sa confiance en un retour de Stoyadinovitch, après que l’actuel gouvernement ait échoué dans ses tractations avec Matchek. Il dit : « Le problème croate est un problème de générations. Le roi Alexandre, qui y engagea toute son autorité, ne parvint pas à trouver une solution. Il est certain que ce gouvernement, à l’autorité insuffisante et à l’existence brève, ne réussira pas. »

2412 mars. Couronnement du Saint-Père. J’assiste à la cérémonie à la tête de la délégation italienne. Il fait très froid et le désordre règne souverainement dans l’organisation du protocole pontifical. Le Pape est solennel comme une statue : je me le remémore il y a un mois, quand il était encore cardinal et un homme parmi les hommes. Aujourd’hui, il semble vraiment touché par un souffle divin qui le spiritualise et l’élève.

  • 16 Néanmoins, dans un rapport du 13 mars, le ministre Franzoni avertit depuis Prague son ministre que (...)

2513 mars. Rien de particulièrement important pour nous, étant donné que le Duce n’entend pas attribuer un intérêt particulier à la crise slovaque qui se développe et prend des proportions inquiétantes16. Goering est parti de San Remo pour participer à un conseil de cabinet. Quelles sont les intentions de l’Allemagne ? Pour l’instant, rien ne nous a été communiqué sauf des expressions de mécontentement général envers le gouvernement de Prague. Naturellement, on commence aussi à s’agiter à Varsovie et à Budapest. Nous attendons. Notre rôle, dans ce contexte, ne peut être autre que d’attendre le développement des événements.

  • 17 Ambassadeur de Chine à Paris depuis octobre 1932.

2614 mars. Longue conversation avec Wellington Koo17 sur les affaires sino-japonaises. Lui aussi, comme tous les Chinois, compte sur le facteur temps pour arriver à épuiser le Japon. Je lui conseille de s’entendre directement avec Tokyo, sans compter sur les promesses d’aide non désintéressées que feront, comme d’habitude, les démocraties.

27Le duc d’Aoste parle, avec un net optimisme, de la situation dans l’Empire. Je dois cependant ajouter qu’il est le seul optimiste parmi tous ceux qui viennent de là-bas. Il recommande d’éviter le conflit avec la France qui compromettrait l’œuvre de pacification dans l’Empire et remettrait en cause la conquête elle-même. Je n’ai pas très bien compris si parlait en lui le vice-roi d’Éthiopie ou le fils d’une princesse française.

28Les nouvelles d’Europe centrale deviennent toujours plus graves. Pour la première fois, Ribbentrop a parlé avec Attolico et a laissé comprendre que le programme allemand est le niveau maximum : incorporation de la Bohême, faire de la Slovaquie une vassale, céder la Ruthénie aux Hongrois. On ne peut encore dire comment et quand cela se réalisera mais un tel événement est destiné à produire la plus sinistre impression au sein du peuple italien. L’Axe ne fonctionne seulement qu’en faveur d’une des parties qui prend un poids prépondérant et qui agit de sa seule initiative, avec bien peu d’égard pour nous. J’exprime mon point de vue au Duce. Il reste réservé et ne semble pas encore attribuer une grande importance à l’événement. Il cherche une contrepartie aux avantages qu’aura la Hongrie en ayant une frontière commune avec les Polonais et me charge de dire à Budapest de marcher avec décision. Mais pour moi, cela semble bien peu.

  • 18 Emil Hácha, né en 1872, est président du Tribunal suprême tchécoslovaque. Le 30 novembre 1938, il e (...)
  • 19 Après un entretien entre Hitler et le dirigeant slovaque Tiso le 14 mars, la diète slovaque proclam (...)
  • 20 Dans un télégramme à Jacomoni du 15 mars, Ciano écrit : « La situation créée de manière imprévisibl (...)

2915 mars. Durant la nuit, les événements se précipitent. Après un entretien entre Hitler, Hácha18 et Chvalkovsky, les troupes allemandes débutent l’occupation de la Bohême19. L’affaire est grave, d’autant plus qu’Hitler avait assuré qu’il ne voulait pas annexer un seul Tchèque. L’action allemande ne détruit pas la Tchécoslovaquie de Versailles mais celle qui avait été construite à Munich et à Vienne. Quel crédit pourra-t-on donner à l’avenir aux autres déclarations et promesses qui nous concernent de près ? Il est inutile de se dissimuler que tout ceci préoccupe et humilie le peuple italien. Il est nécessaire de lui donner une satisfaction et une compensation : l’Albanie. J’en parle au Duce à qui j’affirme ma conviction que nous ne trouverions pas, aujourd’hui, ni obstacles locaux, ni complications internationales sérieuses pour s’opposer à notre entreprise. Il m’autorise à télégraphier à Jacomoni de préparer des mouvements locaux et ordonne personnellement à la marine de tenir prête la seconde escadre à Tarente. Je me mets immédiatement en rapport avec Cavagnari et, après avoir donné les instructions télégraphiques à Tirana, je peux parler au téléphone à Jacomoni qui était en route pour rejoindre son poste20. Il dit qu’il télégraphiera demain ce qui lui paraît possible de faire et réfléchit également à l’éventualité de remettre un ultimatum au Roi : ou il accepte le débarquement de troupes italiennes et demande le protectorat, ou bien les troupes débarquent tout de même et agissent contre lui. Je confère à nouveau avec le Duce. Il me semble un peu moins décidé pour l’opération albanaise.

30Entre-temps arrive Hesse avec l’habituel message. Cette fois-ci, il est verbal et fort peu satisfaisant. Le Führer nous fait dire qu’il a agi car les Tchèques ne démobilisaient pas leurs forces aux frontières, qu’ils continuaient à maintenir des contacts avec la Russie, qu’ils maltraitaient les Allemands. Ces prétextes sont bons pour la propagande de Goebbels mais ne devraient pas être employés avec nous qui avons eu le tort d’être trop loyaux envers eux. Hesse, en transmettant les remerciements du Führer pour l’immanquable appui italien, dit qu’avec cette opération, 20 divisions sont libres pour être employées dans d’autres zones, en soutien à la politique de l’Axe. Mais Hitler avise Mussolini que, s’il envisage d’entreprendre une action de grande envergure, il serait mieux d’attendre deux ans, lorsqu’il y aura 100 divisions prussiennes disponibles. Il aurait pu éviter cette injonction. Le Duce réagit en assurant qu’en cas de guerre contre la France, nous nous battrons seuls sans demander un seul homme à l’Allemagne mais que nous serions heureux de pouvoir recevoir des armes et d’autres fournitures.

31Je reviens chez le Duce après que Hesse se soit retiré. Je le trouve mécontent du message et déprimé. Il ne veut pas transmettre à la presse la nouvelle de Hesse (« Les Italiens riraient de moi. Chaque fois qu’Hitler prend un pays, il m’envoie un message. ») Il parle encore de l’Albanie mais ne s’est pas encore décidé. Un doute, dont il ne me fait pas encore part, tourmente son esprit. Il est calme, comme toujours face à de graves événements, mais n’a pas, du moins pour le moment, la réaction que j’attendais de lui. Il veut que je revienne dans la soirée.

32Je reçois l’ambassadeur de Pologne et le ministre de Roumanie qui acceptent dignement le fait accompli.

33En fin d’après-midi, je vois à nouveau le Duce. Il se rend compte de la réaction hostile du peuple italien mais il affirme qu’il convient, désormais, de faire bonne figure devant le jeu allemand et d’éviter « de déplaire à Dieu autant qu’à ses ennemis ». Il fait encore allusion à la possibilité d’une opération en Albanie mais est toujours dans le doute. L’occupation de l’Albanie ne pourra pas, à son avis, contrebalancer dans l’opinion mondiale, l’incorporation au Reich d’un des territoires les plus riches au monde qu’est la Bohême. Je dois me convaincre que l’on ne fera rien. D’autant plus que le Duce, qui a reçu avant moi l’amiral Cavagnari, s’est contenté de lui poser des questions générales sur la possibilité d’exécuter un débarquement, mais ne lui a pas donné d’instruction en ce sens. Dommage ! À mon avis, l’opération en Albanie aurait relevé le moral du pays car elle aurait été un résultat effectif de l’Axe, après quoi nous aurions pu réexaminer notre politique. L’hégémonie de l’Allemagne commence à prendre un tour inquiétant.

3416 mars. Mussolini m’appelle à la villa Torlonia à 9 heures du matin. Il a l’air fatigué. Il me dit avoir beaucoup réfléchi durant la nuit et en être arrivé à la conclusion de renvoyer l’opération albanaise, surtout parce qu’il craint qu’en ébranlant l’ensemble yougoslave, on favorise une indépendance croate sous l’égide de l’Allemagne, ce qui voudrait dire les Prussiens à Sisak. Cela ne vaut pas la peine de courir ce risque pour l’Albanie que nous pourrons avoir à un autre moment. Je vois que Mussolini ne veut pas donner suite à l’affaire. Inutile d’insister. J’ordonne à Jacomoni d’arrêter tout. Je conserve une mise au point du Duce dans laquelle il indique les raisons du renvoi. J’ai un autre entretien avec le Duce. Il estime que l’hégémonie prussienne en Europe est acquise. Il pense qu’une coalition de toutes les autres puissances, nous compris, pourrait freiner l’expansion germanique mais non la faire reculer. Il ne compte pas trop sur l’aide militaire que pourraient apporter les petites puissances. Je demande si, dans l’état actuel des choses, il convient de resserrer l’alliance ou s’il ne vaudrait pas mieux maintenir notre pleine liberté d’orienter notre politique, dans le futur, selon nos intérêts. Le Duce se déclare nettement en faveur de l’alliance. J’exprime mes réserves car l’alliance sera très peu populaire en Italie et parce que je crains que l’Allemagne ne veuille s’en servir pour pousser à fond sa politique d’expansion en Europe centrale.

  • 21 Eamon De Valera est né en 1882. Chef du mouvement nationaliste Sinn Fein, il devient, en 1919, chef (...)

35Je vois le Duce une troisième fois en soirée. Il reçoit De Valera21 avec lequel il a une brève et insignifiante conversation. Puis il reçoit Muti qui lui soumet le plan d’opération en Espagne à partir du 23 courant. Il l’approuve sans le discuter. Muti, qui n’a pas vu le Duce depuis deux mois, le trouve fatigué et « vieilli de plusieurs années ». État passager, mais les derniers événements l’ont profondément ébranlé. Il me montre le discours de la Couronne auquel il porte de petites modifications. Grand afflux de diplomates au palais Chigi. Le plus préoccupé est le ministre de Yougoslavie qui trouve, dans la politique d’Hitler, les caractéristiques de ses origines autrichiennes. Il dit qu’il se dirigera, maintenant, vers Budapest, et de là lancera l’offensive vers les Balkans. Que les Allemands ne se fassent pas l’illusion d’écraser les Serbes sans avoir dû d’abord combattre très durement. Il est préoccupé par les répercussions en Croatie où le mouvement séparatiste trouvera un nouvel encouragement. Stoyadinovitch est renforcé par les événements actuels, mais le moment n’est pas encore venu de revenir au pouvoir.

  • 22 Durant cet entretien, Ciano soulève les préoccupations italiennes vis-à-vis de la Croatie : « On pa (...)

36Je reçois von Mackensen. Avec beaucoup de calme, je lui adresse les félicitations pour le succès allemand. Il ne réussit pas complètement à cacher un geste de surprise. Cette fois, les Allemands sentent vraiment qu’ils ont dépassé la mesure22.

37Je vois également l’ambassadeur du Japon qui me parle, avec optimisme, des décisions de son gouvernement à propos de l’alliance tripartite.

  • 23 Le 13 mars, le conseiller de délégation Altenburg propose au régent Horthy, au nom d’Hitler, d’anne (...)

3817 mars. L’opinion mondiale est déprimée. De toutes les capitales affluent des télégrammes consternés. Même en Hongrie, on ne fête pas l’occupation de la Ruthénie car on craint des initiatives plus importantes encore23. Je vois quelques diplomates : l’ambassadeur de Belgique et celui d’Amérique. Ils m’expriment leurs préoccupations pour l’avenir et leur indignation envers Berlin. Je confesse qu’il n’est pas facile pour moi de trouver des expressions pour justifier les initiatives allemandes. Je laisse entendre que nous étions d’accord ou, pour le moins, informés. Il est très désagréable de mentir ainsi !

39Le Duce est très pensif et déprimé. C’est la première fois que je le vois de la sorte. Même au moment de l’Anschluss, il avait conservé une plus grande désinvolture. Le problème croate le préoccupe. Il craint que Matchek ne proclame l’indépendance et ne se place sous la protection allemande : « Dans ce cas, il n’y aura pas d’autre alternative – dit-il – que de tirer le premier coup de fusil contre l’Allemagne ou d’être chassé par une révolution que feront les fascistes eux-mêmes, car personne ne tolérerait de voir la croix gammée en Adriatique. » Il pense à la possibilité de faire une trêve dans l’envoi de troupes en Libye, en accord avec la France, par l’intermédiaire de Londres, mais il abandonne l’idée. Sur mon conseil, il décide de faire un pas en direction des Allemands à propos de la question croate : dire clairement et nettement que nous ne pourrions tolérer une altération du statu quo yougoslave en Croatie, sans une totale et fondamentale révision de notre politique.

  • 24 Dans son compte rendu de l’entretien, Ciano précise que Mackensen affirme que les rumeurs d’une int (...)

40J’appelle Mackensen et lui parle avec beaucoup de calme mais avec détermination. Je rappelle que le Führer a dit au Duce et à moi que la Méditerranée n’intéressait pas les Allemands et c’est sur cette promesse que nous avons réalisé la politique de l’Axe. Si une telle promesse venait à ne pas être respectée, l’Axe se briserait et une intervention allemande dans les affaires croates ferait automatiquement échouer cette alliance. Mackensen semble secoué par mes déclarations. Il affirme que les bruits qui courent sont sans fondement et confirme que rien n’a changé du point de vue du Führer. Il espère que le Duce n’a pas pris au tragique les informations parvenues. Je l’assure du contraire : c’est par souci de clarté et pour agir toujours en pleine harmonie que je lui ai parlé de cette question24.

41Christich demande à me voir et dément les bruits concernant des mouvements militaires yougoslaves à la frontière hongroise. Pour ma part, je démens les nouvelles au sujet d’une expédition militaire italienne en Albanie et je l’assure que rien ne sera jamais fait par l’Italie pour affaiblir la structure de l’État yougoslave.

4218 mars. Audience du Pape. Je le trouve tel qu’était le cardinal Pacelli : bienveillant, accueillant, humain. Nous parlons de la situation. Il ne dissimule pas ses préoccupations au sujet de la politique agressive allemande et ajoute qu’il est inquiet également en tant qu’Italien. Il manifeste beaucoup de satisfaction quand je lui dis que le Duce a déjà pris des mesures opportunes afin de contenir l’expansion allemande dans les zones les plus sensibles pour nous. En tant que problème religieux, il se déclare optimiste pour ce qui est de la situation italienne. Il m’informe que, si nous en sommes d’accord, il éliminera le cardinal Pizzardo et confiera la direction de l’Action catholique à un comité d’archevêques diocésains. Il est plus préoccupé par l’Allemagne où il entend suivre une politique plus conciliante que Pie XI mais, pour faire ceci, il est nécessaire qu’il y ait un désir équivalent de l’autre côté au risque de ne faire alors qu’un « vain soliloque ». L’audience a duré une demi-heure. Je crois qu’avec ce pontife, les choses pourraient aller bien. Je parle longuement avec le cardinal Maglione. C’est un méridional plein de talent et d’esprit qui réussit à freiner les impulsions de son tempérament fougueux grâce à son éducation cléricale. Maglione est également préoccupé par l’avance allemande. Il me fait une discrète allusion à la volonté française de se mettre d’accord avec nous, soulignant cependant immédiatement qu’il n’a pas reçu de mission et qu’il ne souhaite pas en solliciter.

43Long entretien avec le Duce durant lequel nous examinons et mettons à jour le discours de la Couronne. J’exprime avec clarté au Duce mes préoccupations au sujet des relations avec Berlin. Elles ont augmenté dans la mesure où j’ai eu la preuve de la déloyauté allemande. Mais il me semble encore orienté en faveur de l’Axe et je ne réussis pas à l’ébranler, même en lui faisant entrevoir l’éventuelle absorption de la Hongrie par l’Allemagne. Il dit que, même en ce cas, il ne réagirait pas. Il a rédigé lui-même l’éditorial du Giornale d’Italia dans lequel il soutient que ce qu’a fait l’Allemagne est logique et que nous aurions fait de même en pareille occasion.

  • 25 Dans son rapport, Ciano précise que l’ambassadeur de France, Robert Coulondre, a été convoqué par R (...)

44Fagiuoli me porte le compte rendu d’un entretien avec Baudouin. Deux choses intéressantes : 1) les Français sont prêts à faire de plus grandes concessions ; 2) celui qui a révélé à la presse française la mission Baudouin est Ribbentrop, sur la base de nos informations. Cela ne vaut pas la peine d’être loyal avec certaines personnes25 !

  • 26 Le 17 mars 1939, dans un discours prononcé à Birmingham, Chamberlain affirme sa totale désillusion (...)

4519 mars. Long entretien avec le Duce. Il a beaucoup médité sur ce que nous avons dit les jours précédents et convient de l’impossibilité de présenter maintenant au peuple italien une alliance avec l’Allemagne. Même les pierres se révolteraient. La préoccupation pour les affaires croates va croître car toutes les informations confirment que l’agitation gagne du terrain. Nous décidons l’envoi d’un télégramme à Belgrade pour mettre au courant le régent Paul de notre avertissement à l’Allemagne, mais également pour lui conseiller d’accélérer les négociations avec Zagreb dans la mesure où toute perte de temps peut être fatale. En attendant, le Duce procède à une concentration de forces en Vénétie : si la révolution éclate en Croatie, nous intervenons et si les Allemands tentent de nous arrêter, nous leur tirons dessus. Je suis de plus en plus convaincu que cela est possible. Les derniers événements ont retourné mon jugement sur le Führer et sur l’Allemagne. Lui aussi est déloyal et perfide. Aucune politique ne peut être faite avec lui. À partir d’aujourd’hui, je travaille auprès du Duce pour aboutir à un accord avec les puissances occidentales. Mais, à Paris, aura-ton un minimum de bon sens ou compromettra-t-on encore une fois la possibilité d’entente, en faisant preuve de l’habituel égoïsme ? Cette fois-ci, le Duce juge l’irritation britannique très profonde26 : « Nous ne devons pas oublier que les Anglais sont des lecteurs de la Bible et qu’ils unissent le fanatisme mercantile et le fanatisme mystique. En ce moment prévaut ce dernier et ils sont en mesure d’agir. »

46J’envoie Fagiuoli à Paris afin de relancer les négociations avec Baudouin. Le Duce se propose de préciser nos demandes dans le discours du 23 mars : Djibouti, Suez, Tunis.

4720 mars. Je reçois l’ingénieur Carnelutti, émissaire de Matchek. Il est d’origine italienne : son frère fut même à notre service consulaire. Il était très ému au début de l’entretien et, avec dignité, m’a recommandé le secret car « il joue sa tête ». J’ai synthétisé ce qu’il avait dit dans une note. En résumé : les Croates sont antiallemands mais prêts à tomber dans les bras de Berlin, si nous les repoussons, afin de se libérer de la tyrannie serbe. Il a répété le programme qu’avait présenté Bombelles : tractations avec Belgrade afin d’obtenir l’autonomie, insurrection et demande de l’aide militaire italienne si elles échouent. Création d’une République croate liée à nous par un pacte similaire à celui que nous avons avec l’Albanie avec, en plus, une union douanière et monétaire. Seconde phase : union personnelle avec l’Italie. Le Duce m’a ordonné d’accepter le programme croate. Demain, je conférerai avec Carnelutti.

  • 27 Mackensen apporte une lettre de Ribbentrop dans laquelle le ministre allemand écrit : « Vous connai (...)
  • 28 Pierre Laval avertit l’ambassadeur Guariglia qu’il a rencontré le président Daladier le 19 mars et (...)

48Von Mackensen apporte la réponse à ma démarche de vendredi dernier. L’Allemagne se désintéresse de la Croatie, reconnaissant la prédominance des intérêts italiens. Il répète que la Méditerranée n’est pas, ne peut être et ne doit pas devenir une mer allemande27. J’en réfère au Duce qui trouve la communication très intéressante « s’il est possible d’y croire ». Mais, tandis que ce matin, il était très antiallemand, ce soir il dit : « Nous ne pouvons pas changer de politique car nous ne sommes pas des putains. » Il me fait repousser une proposition de voyage de Laval à Rome qui « ne servirait à rien, sinon à avoir un caractère publicitaire pour lui28 ». Le Roi, comme à son habitude, est toujours plus antiallemand. Il m’a fait allusion à l’insolence et à la duplicité allemande, exaltant au contraire la courtoisie anglaise mais, parlant au Duce, il a ouvertement qualifié les Allemands de « voyous et de va-nu-pieds ».

4921 mars. Les puissances occidentales ont perdu beaucoup de terrain, aujourd’hui, au profit de l’Allemagne. La nouvelle de construire un bloc « démocratique » a renforcé les sentiments germanophiles du Duce. La dénomination elle-même identifie notre sort à celui de l’Allemagne et rend sceptiques ces pays qui, tout en étant préoccupés de l’avance allemande, veulent sauvegarder leur régime politique interne à caractère autoritaire tels ceux de la Roumanie, la Yougoslavie, la Pologne, la Turquie, la Grèce. L’Allemagne a marqué un autre point car, dans une lettre que m’a adressée Ribbentrop, elle renouvelle le solennel engagement de reconnaître l’exclusivité des droits italiens en Méditerranée, en Adriatique et dans les zones avoisinantes.

50Je converse avec Carnelutti et lui dis : 1) cherchez l’accord avec Belgrade, au moins afin de gagner du temps ; 2) si celui-ci échoue et que vous vous insurgez, nous interviendrons à l’appel du gouvernement croate ; 3) abstenez-vous de tout contact avec Berlin et avertissez-nous à temps de votre action.

  • 29 Italo Balbo a été le responsable du fascisme dans la région de Ferrare avant la marche sur Rome. Le (...)

51Grand Conseil en soirée. Le Duce parle de la nécessité d’adopter une intransigeante politique de fidélité à l’Axe. Il prononce un merveilleux discours, polémique, logique, froid, héroïque. Balbo et De Bono « frondent ». Ainsi, Balbo prononce une phrase malheureuse : « Vous cirez les bottes de l’Allemagne. » Je réagis avec une grande violence en argumentant sur la constante fierté de la politique mussolinienne. Le Duce approuve et me dit que Balbo restera toujours « le porc démocratique qui fut l’orateur de la loge Girolamo Savonarole de Ferrare29 ».

  • 30 Daladier déclare à Baudouin : « Dans un tel climat, quelle que soit ma sincère volonté d’entente lo (...)

52De retour de Paris, Fagiuoli apporte les communications de Daladier, transmises par Baudouin. Elles sont peu satisfaisantes30. Désormais, nous devrons attendre le discours de Duce, le 26 mars, dont nous avons rédigé ensemble les aspects de politique extérieure.

  • 31 Le même jour, Hitler obtient de la Lituanie la cession de la ville portuaire de Memel.

5322 mars. Christich confirme que la Yougoslavie n’adhérera pas au bloc proposé par Londres, ajoutant qu’elle ne pourrait le faire que dans la seule éventualité où l’Italie, changeant de politique, y adhérerait. J’accompagne Attolico chez le Duce, lequel était, aujourd’hui, à nouveau irrité contre l’Allemagne à cause des attaques cinglantes de la presse française qui ne perd pas une occasion d’exaspérer sa susceptibilité personnelle. Attolico a longuement référé sur la situation et sur ses entretiens avec Ribbentrop et Hitler. Il l’a fait avec sagacité et courage. Il a beaucoup souligné que l’Allemagne ne désire pas être entraînée vers la guerre pour des raisons précisées par Hitler : les armements ne sont pas prêts et ne le seront que d’ici deux ans ; la marine de guerre manque ; le Japon, trop engagé, ne peut apporter une aide efficace. Il a cependant affirmé que, si une crise surgit, l’Allemagne nous appuiera tout de même. Enfin, il a mis en relief la nécessité de mettre les points sur les i dans les rapports réciproques, étant donné que les Allemands glissent, sans s’en apercevoir, du plan de la puissance à celui de la domination et pourraient heurter nos intérêts. Le Duce a examiné la situation actuelle, également en relation avec l’esprit public des Italiens, et a conclu que pour continuer dans la politique de l’Axe, il est nécessaire de fixer les objectifs des politiques respectives, délimiter les zones d’influence et les zones d’action des deux pays, faire absorber par l’Allemagne les allogènes du Haut-Adige. Il se propose d’envoyer une lettre personnelle à Hitler pour lui dire que certains événements récents représentent des coups significatifs à son prestige personnel31.

5423 mars. Inauguration de la Chambre des faisceaux et des corporations. La formule de prestation de serment a été changée : on ne jure plus fidélité aux « héritiers du trône ». Bien sûr, cela donne lieu à une grande discussion et les plus agités sont, comme d’habitude, Balbo et De Bono qui en profitent pour leur petite spéculation antifasciste personnelle. Je ne sais d’ailleurs pas si cette innovation était opportune en ce moment. Je n’en savais rien. Si j’en avais été avisé, je l’aurais vivement déconseillée. Suite à des explications, j’ai su que la formule a toujours été ainsi. Mais l’alarme a été sérieuse, et comment !

55Le Duce décide d’accélérer le rythme dans la question albanaise et rédige un bref projet d’accord, de trois articles, qui a plus l’aspect d’un décret que d’un pacte international. J’en prépare également un avec Vitetti. C’est un accord qui, tout en sauvant les apparences, nous permet une annexion de l’Albanie. Le Duce l’approuve. Ou Zog accepte les conditions que nous lui faisons, ou bien nous occupons le pays. À cette fin, nous avons déjà mobilisé et concentré, dans les Pouilles, quatre régiments de bersaglieri, une division d’infanterie, des avions et toute la 1re escadre.

  • 32 Ayant rappelé leur rencontre de janvier 1939 à Rome, Chamberlain confie à Mussolini ses craintes d’ (...)

56Chamberlain a envoyé une lettre au Duce. Il expose ses préoccupations au sujet de la situation internationale et demande l’aide du Duce pour rétablir la confiance et assurer la paix. Mussolini répondra après le coup de main en Albanie : la lettre le conforte dans l’idée d’agir car elle donne une nouvelle preuve de l’inertie des démocraties32.

5724 mars. Avec le Duce et Pariani, nous discutons du projet d’action en Albanie. Nous tombons d’accord pour estimer qu’il ne faut pas imposer tout de suite un ultimatum mais qu’il convient de commencer des négociations avec Zog. S’il tente de résister ou de nous tromper, nous recourrons à la force. Le Duce se préoccupe seulement des réactions de Belgrade qu’il souhaite, pour plusieurs raisons, réduire au minimum.

58Acquarone vient me demander un conseil de la part du Roi. Sa Majesté voudrait, après-demain, faire un geste pour le Duce. Mais lequel ? Un titre nobiliaire ne serait pas agréé. Le nommer chancelier d’Empire ? Pourquoi pas, mais qu’est-ce que cela changerait concrètement ? En tout cas, je ne peux pas en prendre la responsabilité sans en avoir conféré au Duce, ce que je ferai demain matin. Je crois qu’il refusera. Mais le geste du Roi est significatif, surtout en ce moment où, par spéculation, certains éléments voudraient créer l’impression d’une divergence entre le Régime et la dynastie.

5925 mars. Comme je le prévoyais, le Duce refuse tout titre et honneur. « Je ne sais pas, a-t-il dit, ce qu’il pourrait m’accorder. Prince ? Mais je serai le premier à en rire : imagine-toi m’entendre appeler Prince Mussolini. Pour la chancellerie, cela peut aller. Mais que cela veut-il dire ? Continuer comme maintenant à faire le chef du gouvernement. Rien de plus. Dis à Acquarone de remercier le Roi et de lui communiquer que la seule chose qui compte est la continuation de notre collaboration. »

  • 33 Le baron Carlo De Ferraris est secrétaire du cabinet de Ciano.

60De Ferraris33 part pour Tirana en emportant avec lui le projet de pacte pour le protectorat. Il n’est pas encore possible de prévoir quel sera le développement des événements mais il semble probable que Zog cédera. Par-dessus tout, il y a un événement familial sur lequel je compte : la naissance prochaine d’un enfant ; Zog aime sa femme et, de manière générale, toute sa famille. Je crois qu’il préférera assurer un avenir tranquille à ses proches. Et franchement, je ne m’imagine pas Géraldine, avec un ventre de neuf mois, cheminer en combattant dans les montagnes du Matia ou de la Mirditë.

  • 34 Piero Colonna est gouverneur de Rome.

61Entretien avec le prince de Beauvau, beau-frère de Piero Colonna34. Je lui parle brièvement de notre situation vis-à-vis de la France. Quoiqu’il soit un ami de l’Italie, il ne savait, ni ne comprenait grand-chose. Le discours que prononcera le Duce demain, et pour lequel il y a une grande attente, sera utile pour faire le point sur la situation en Europe.

  • 35 Pour célébrer le 20e anniversaire de la fondation des Faisceaux de combat, un grand rassemblement d (...)
  • 36 Lors de ce discours, Mussolini aborde vivement les relations avec la France, rendues difficiles par (...)
  • 37 Les quadrumvirs sont les quatre personnalités qui organisent la marche sur Rome aux côtés de Mussol (...)

6226 mars. Revue des squadristi35. Les 20 années passées ont marqué les visages mais l’état d’esprit est toujours vif et très vibrant. Le discours du Duce fait grande impression36. Seuls les quadrumvirs37 frondaient, tout particulièrement De Bono. Le Duce, qui le savait déjà, a dit que « De Bono est un vieux crétin, non pas à cause des années qui peuvent porter atteinte à l’esprit, mais parce qu’il a toujours été un crétin et, maintenant, il a en plus vieilli ».

63La nouvelle de la reddition de Madrid ayant été démentie, Franco a débuté l’attaque. Demain, le CTV entrera également en action. Les prévisions sont très bonnes quoique les rouges semblent vouloir camper encore sur leurs positions.

  • 38 Ce n’est pas l’avis de Daladier qui écrit : « Je l’ai entendu à la radio ; ce discours véhément éta (...)
  • 39 Cousin du roi par son mariage avec la princesse Marie de Savoie-Gênes.

6427 mars. Les réactions au discours du Duce sont plutôt favorables. Même en France, où la peur du conflit domine tous les esprits, on préfère mettre l’accent sur les éléments pacifistes plutôt que sur les notes hostiles du discours38. Ce matin, le Duce était très irrité contre le Roi qui avait trouvé le moyen de lui dire trois choses désagréables : 1) il n’était pas d’accord avec la politique albanaise car il ne trouvait pas opportun de risquer une telle aventure pour quatre pierres ; 2) l’offre faite par Acquarone d’accorder quelques honneurs au Duce à l’occasion du 20e anniversaire de la fondation des Faisceaux de combat était déterminée par le désir de prendre les devants afin d’éviter que les fascistes répètent le geste humiliant qui fut infligé au Roi avec la nomination, à son insu, du Duce comme maréchal d’Empire, humiliation qu’il ressentait encore ; 3) Conrad de Bavière39 lui avait dit que Mussolini était appelé en Allemagne, dans certains milieux, « le Gauleiter de l’Italie ». Le Duce commenta amèrement ces paroles du Roi. Il a dit que si « Hitler avait eu dans ses pattes une tête de con de roi, il n’aurait jamais pu prendre l’Autriche et la Tchécoslovaquie », et il a continué en affirmant que « la monarchie n’aime pas le fascisme car c’est un parti unique, tandis qu’elle désirerait avoir un pays divisé entre deux ou trois factions qu’elle monterait l’une contre l’autre afin de dominer sans se compromettre ».

  • 40 Ciano ne signale pas l’adhésion de l’Espagne nationaliste au pacte anti-Komintern.

65Les troupes ont attaqué en Espagne et progressent bien40.

6628 mars. Je mets au courant l’ambassadeur d’Allemagne de la lettre de Chamberlain au Duce et de nos intentions concernant la réponse qui devra réaffirmer notre bonne volonté en faveur de la paix, celle-ci ne pouvant être assurée que si les droits italiens reçoivent une effective et substantielle reconnaissance.

  • 41 Dans son rapport, Jacomoni pousse à une solution de force : « Je me propose de poser un ultimatum a (...)

67De Ferraris revient d’Albanie avec un rapport de Jacomoni. Il semble que le Roi cherche à nous leurrer. Il répond par l’affirmative, puis fait répondre non par ses ministres. Désormais, la machine est en route et ne peut plus être arrêtée : ou l’affaire se fera avec Zog, ou bien elle se fera contre lui. Pour beaucoup de raisons – et avant tout pour que ce ne soient pas les Italiens qui tirent les premiers en Europe – je préférerais la première solution. Mais si Zog ne cède pas, il sera nécessaire de recourir aux armes et d’y recourir avec une ferme résolution41.

  • 42 La fin du mois de mars marque l’effondrement des dernières résistances républicaines. Le 29 mars to (...)

68Madrid tombe et, avec la capitale, toutes les autres villes de l’Espagne rouge. La guerre est finie. C’est une formidable victoire du fascisme, peut-être la plus grande jusqu’à maintenant42.

  • 43 Un accord économique germano-roumain reconnaît la prédominance des intérêts allemands dans l’économ (...)

69Entretien de peu d’intérêt avec Hesse et avec le ministre de Roumanie qui cherche à défendre le traité de soumission signé entre Berlin et Bucarest43. Manifestation sur la place de Venise pour célébrer la chute de Madrid. Le Duce est rayonnant. Indiquant l’atlas géographique ouvert sur la page de l’Espagne, il dit : « Il a été ouvert ainsi pendant près de trois ans. Maintenant cela suffit. Mais déjà, je sais que je dois l’ouvrir à une autre page. » Il a l’Albanie en tête.

7029 mars. Deux entretiens avec le Duce afin de prendre les décisions à propos de l’Albanie. Comme il part pour la Calabre et ne revient que samedi prochain, il a voulu faire le point avec précision : 1) l’armée, la marine et l’aviation continuent leurs préparatifs. Elles seront prêtes samedi ; 2) entre-temps, Jacomoni doit renforcer sa pression diplomatique sur le Roi et nous en indiquer les effets ; 3) à un certain point, s’il n’a pas cédé, envoyer les navires dans les eaux territoriales albanaises et soumettre un ultimatum : ou signer le pacte ou assumer les conséquences d’un refus ; 4) s’il persiste dans son refus, soulever les partisans, publier les déclarations et débarquer les troupes ; 5) occuper Tirana, réunir les chefs albanais en une espèce de constituante que je présiderai et offrir la couronne au Roi d’Italie.

71Personne ne réagira, pas même la Yougoslavie, trop préoccupée par la situation croate. Ce soir, j’ai parlé longuement avec Christich. Je lui ai donné les plus amples assurances en ce qui concerne la Croatie mais j’ai fait les plus grandes réserves en ce qui concerne l’Albanie. Il n’a pas fait d’objection, à condition que l’Albanie n’ait pas une fonction antiyougoslave.

72Badoglio est allé chez le Duce pour se déclarer favorable à l’entreprise albanaise. Il a seulement conseillé de mobiliser un contingent plus nombreux. Nous mobiliserons une division de plus et également un bataillon de chars d’assaut.

7330 mars. Jacomoni annonce son arrivée imprévue pour cet après-midi. Mais, à cause d’une panne de moteur, il s’arrête à Brindisi et n’arrivera que demain matin.

  • 44 Il s’agit plutôt d’un discours de Daladier que de Laval. Le président du Conseil français prononce (...)
  • 45 Ante Pavelic, né en 1889, est élu député croate en 1925. Il se réfugie à Vienne puis en Italie en 1 (...)

74Le discours de Laval44 a été jugé par tous comme un raidissement de la position française. Je l’ai dit au Duce par téléphone. Il a répondu : « Tant mieux, c’est exactement ce que je désirais. » Je reçois Bombelles. Il porte de graves nouvelles de Croatie. Le processus de sécession se développe avec beaucoup de rapidité. Je ne comprends pas encore bien les vrais motifs de sa visite, si ce n’est les deux auxquels il fait allusion : prendre des contacts personnels avec Pavelic45, qui est considéré comme le seul homme d’action, et obtenir des subsides afin de développer une action de propagande en faveur de l’Italie parmi les Croates. J’ai fixé un nouveau rendez-vous pour dimanche, après avoir conféré avec le Duce. La tension entre l’Allemagne et la Pologne, qui avait été préoccupante lors des derniers jours, semble maintenant diminuer quelque peu. J’en suis satisfait car une action allemande contre la Pologne aurait ici de sinistres répercussions. La Pologne bénéficie de beaucoup de sympathie, et puis les Allemands ne doivent pas exagérer. Il est déjà difficile de trouver quelqu’un qui ait confiance en leur parole. Ce serait vraiment impossible s’ils venaient à rompre le pacte de collaboration avec la Pologne, tant de fois répété.

75Entretien avec Shiratori et Oshima qui présenteront, le 2 avril, des propositions pour l’alliance.

  • 46 Aymond de Spolète est le frère d’Amédée de Savoie, duc d’Aoste.
  • 47 Né en 1883, Giacomo Suardo est, avant la Première Guerre mondiale, socialiste réformiste. Rallié à (...)
  • 48 Le général Alfredo Guzzoni, en 1877, est commandant du corps d’armée stationné à Udine, puis dirige (...)

7631 mars. Après une longue série d’entretiens plus ou moins inutiles, parmi lesquels ceux avec le duc de Spolète46 et Suardo47, j’ai une réunion avec Pariani, Jacomoni et Guzzoni48, ce dernier étant désigné pour prendre le commandement du corps expéditionnaire en Albanie. Jacomoni n’avait pas de raisons particulières pour venir à Rome, si ce n’est de donner, par son absence, un peu de calme dans l’atmosphère désormais agitée de Tirana. Il semble que le Roi soit décidé à refuser la signature d’un traité qui viole formellement et substantiellement l’intégrité et la souveraineté albanaises. Pariani dit préférer une attitude intransigeante qui consisterait à liquider de manière définitive la question albanaise. Nous étudions l’action militaire et la concomitance avec des actions diplomatiques. Il semble que cela soit possible. Mais Jacomoni, dans l’après-midi, après avoir eu une réunion avec les militaires, revient me dire ses impressions peu rassurantes sur l’organisation effective du corps expéditionnaire. Il semble que l’on ne réussisse pas à rassembler, dans toute l’armée, un bataillon de motocyclistes entraînés, qui devrait arriver par surprise à Tirana. Même pour les opérations de débarquement surgissent des difficultés imprévues. Les nouvelles de Tirana confirment que le Roi se prépare à la résistance, chose qui m’inquiète car je considère très dangereux de tirer le premier coup de canon dans l’Europe actuelle, inquiète et prête à prendre feu. Comme le Duce n’arrivera que demain après-midi, il n’est pas possible de changer les directives qu’il a données. Mais, en attendant, je demande à Jacomoni de préparer un projet de traité qui, à son avis, peut être accepté par le Roi.

  • 49 Le 31 mars 1939, Chamberlain, après avoir consulté les gouvernements français et polonais, déclare (...)

77Charles communique le texte des déclarations de Chamberlain aux Communes sur l’assistance à la Pologne49. Il demande aussi, à titre personnel, s’il peut faire une démarche à Londres pour dire que l’Italie est prête à discuter avec la France si celle-ci en prend l’initiative. Je réserve ma réponse après en avoir conféré avec le Duce : s’il n’y avait eu le discours de Daladier, j’aurais sans doute répondu affirmativement. Wieniawa parle des relations germano-polonaises. Il espère une solution pacifique mais, si les Allemands adoptent l’habituelle attitude intransigeante, les Polonais entendent se battre. Wieniawa se déclare assez optimiste sur les possibilités de résistance des armées polonaises.

Notes

1 Dans un rapport du 3 mars, Attolico rapporte des conversations qui suivirent l’annonce de l’élection du cardinal Pacelli. On observe que le nouveau pape est un fin diplomate mais dépourvu d’une très grande volonté. D’autre part, les milieux diplomatiques berlinois estiment que son élection n’est pas un bon point pour l’Allemagne car les cardinaux ont voulu réagir aux politiques raciales des puissances de l’Axe en élisant l’ancien secrétaire d’État de Pie XI. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 246, p. 293-294.

2 L’élection du cardinal Pacelli comme pape n’est pas une surprise. Le conclave ne dure que la journée du 2 mars et l’issue est connue au bout de trois scrutins.

3 Ils sont ambassadeurs d’Italie, respectivement à Paris depuis novembre 1938, à Moscou depuis octobre 1935, à Varsovie depuis juillet 1936.

4 Hans-Adolf von Moltke est ambassadeur d’Allemagne à Varsovie depuis 1934.

5 Luigi Maglione est né en 1877. Ordonné prêtre en 1901, il est nonce apostolique en Suisse de 1920 à 1926, puis en France jusqu’en 1935. Créé cardinal par Pie XI en 1935, il est nommé secrétaire d’État du Saint-Siège le 11 mars 1939.

6 Ces navires ont réussi à sortir du port d’Alicante, remplis de combattants républicains et de réfugiés, et gagnent l’Afrique du Nord française où ils trouvent refuge.

7 Sans doute une erreur de Ciano qui veut certainement évoquer la Chambre des faisceaux et des corporations.

8 Dans une lettre du 4 mars, Attolico rapporte des entretiens avec des officiels japonais, dont l’ambassadeur Oshima. Le gouvernement japonais trouve le pacte proposé beaucoup trop vague, manquant d’objectifs précis pour pouvoir donner son accord. Oshima, favorable à la conclusion d’un traité, songerait à démissionner. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 254, p. 305-306.

9 Josip de Bombelles, issu d’une famille de la noblesse française installée en Autriche à la fin du xviiie siècle puis en Croatie, est un proche du régent Paul.

10 Vladimir Matchek est né en 1879. Il devient, en 1928, chef du parti paysan croate et est condamné à trois ans de prison, en 1931, pour avoir publié le manifeste de Zagreb réclamant une autonomie croate. En août 1939, il accède à la vice-présidence du gouvernement. Ayant refusé la constitution de l’État oustachi d’Ante Pavelic sous domination italo-allemande, il est interné en avril 1941 jusqu’à la libération de la Yougoslavie. Il meurt en 1964. Bombelles travaille effectivement pour lui, ce qui lui vaut d’être exécuté en 1942 sur l’ordre de Pavelic.

11 « Les masses allemandes ne veulent de la guerre sous aucun prétexte : a fortiori, elles ne voudraient d’une guerre qui soit, ou aurait l’air d’être, faite pour d’autres », écrit Attolico dans un rapport du 7 mars. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 257, p. 310.

12 Cet accord est transmis par Attolico dans un message du 9 mars. Dans Ibid., doc. no 262, p. 318. Les deux généraux se rencontrent à Innsbruck les 5 et 6 avril. Après avoir confirmé la solidité de l’Axe, Pariani indique à son interlocuteur qu’en cas de guerre entre l’Italie et la France, l’Italie ne demanderait qu’une aide matérielle. Keitel signale qu’il lui paraît difficile de localiser ce conflit. Tous deux tombent d’accord pour envisager une guerre contre les deux puissances occidentales d’ici quelques années, lorsque l’Italie et l’Allemagne auront complété leurs armements. Pariani et Keitel font également un tour d’horizon des puissances européennes. La Pologne est devenue incertaine, avec la possibilité de glisser vers Londres. L’Union soviétique est incapable d’une intervention militaire à la suite de l’épuration au sein de la haute hiérarchie militaire. La France dispose d’une armée solide et d’une flotte meilleure qu’en 1914, mais elle ne prendra jamais l’initiative de déclencher un conflit par elle-même. La Grande-Bretagne reste la première puissance navale au monde et accomplit un effort pour améliorer ses armements aériens et terrestres. Elle se placera sans doute aux côtés de la France afin de préserver ses intérêts en Europe. Ibid., doc. nos 472 et 489, p. 565 et 583-584.

13 Dans son rapport du 10 mars, l’ambassadeur Phillips ne signale pas la question d’une éventuelle alliance entre l’Italie, l’Allemagne et le Japon mais indique au secrétaire d’État Hull qu’il a abordé la question du sort des Juifs en Italie et que Ciano lui a donné l’impression que le pays allait vers un assouplissement de la politique antisémite.

14 Lors de cet entretien, le général Franco fait également comprendre que l’Espagne a besoin d’une période de pause afin de se reconstruire, et qu’en cas de conflit italo-français elle resterait neutre. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 276, p. 338.

15 En fait, face aux menées sécessionnistes du gouvernement slovaque de monseigneur Tiso, le président Hácha renvoie celui-ci, le 10 mars, et proclame la loi martiale en Slovaquie.

16 Néanmoins, dans un rapport du 13 mars, le ministre Franzoni avertit depuis Prague son ministre que monseigneur Tiso a été convié à venir à Berlin. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 288, p. 354.

17 Ambassadeur de Chine à Paris depuis octobre 1932.

18 Emil Hácha, né en 1872, est président du Tribunal suprême tchécoslovaque. Le 30 novembre 1938, il est élu président de la République tchécoslovaque, en remplacement d’Édouard Bénès. À la suite de la mainmise de l’Allemagne nazie sur la Bohême-Moravie, il devient président d’État du Protectorat. Interné à la suite de la défaite allemande, il meurt en prison en 1945.

19 Après un entretien entre Hitler et le dirigeant slovaque Tiso le 14 mars, la diète slovaque proclame l’indépendance de la Slovaquie, tout en demandant à l’Allemagne de se porter garante de sa protection. Dans la nuit du 14 au 15, le président Hácha est reçu par le Führer à la chancellerie. L’entrevue est terrible. Hitler menace Hácha de bombarder Prague s’il n’accepte pas le protectorat allemand. Réanimé à la suite d’un malaise cardiaque, Hácha finit par céder à 5 h 30. À 6 heures, les troupes du Reich entrent en Bohême-Moravie. Constantin von Neurath, ancien ministre allemand des Affaires étrangères, est nommé Reichsprotektor de Bohême-Moravie.

20 Dans un télégramme à Jacomoni du 15 mars, Ciano écrit : « La situation créée de manière imprévisible en Europe centrale nous conduit à procéder au plus vite à l’opération prévue. Préparez donc avec la plus grande célérité un premier mouvement de soulèvement, même modeste, voire très modeste, qui nous servira de prétexte pour envoyer flotte, aviation et unités de débarquement. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 304, p. 367.

21 Eamon De Valera est né en 1882. Chef du mouvement nationaliste Sinn Fein, il devient, en 1919, chef du Conseil exécutif irlandais. Battu aux élections de 1922, il fonde un nouveau parti, le Fianna Fail (Soldats de la destinée) qui est le second parti irlandais en 1923. Il devient Premier ministre et ministre des Affaires étrangères en mars 1932.

22 Durant cet entretien, Ciano soulève les préoccupations italiennes vis-à-vis de la Croatie : « On parle de la possibilité que Matchek s’adresse à Berlin pour réaliser, grâce à l’appui allemand, son programme d’autonomie ou d’indépendance. Tout en n’ayant aucune donnée précise et définitive à ce sujet, j’estimais nécessaire, par désir de clarté et suivant cet esprit de loyauté qui ont toujours caractérisé les rapports entre les deux puissances de l’Axe, de faire connaître que l’Italie, qui s’était pratiquement désintéressée des événements de Tchécoslovaquie, ne pourrait aucunement adopter la même attitude vis-à-vis de l’éventualité qui toucherait la Croatie. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 273.

23 Le 13 mars, le conseiller de délégation Altenburg propose au régent Horthy, au nom d’Hitler, d’annexer la Ruthénie subcarpathique afin d’accélérer le processus de dislocation de la Tchécoslovaquie. Le 15 mars, des troupes hongroises pénètrent sur le territoire ruthène qui est rattaché au royaume de Saint-Étienne.

24 Dans son compte rendu de l’entretien, Ciano précise que Mackensen affirme que les rumeurs d’une intervention allemande dans la question croate sont sans fondement et que Berlin rejetterait catégoriquement toute demande du leader croate Matchek. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 325, p. 392.

25 Dans son rapport, Ciano précise que l’ambassadeur de France, Robert Coulondre, a été convoqué par Ribbentrop qui l’a mis au courant de la mission Baudouin. Concernant l’attitude de Daladier, il est écrit : « Monsieur Daladier se rend compte de la nécessité absolue d’empêcher la guerre et pour cela il est encore disposé à faire des concessions à l’Italie. » Dans Ibid., doc. no 335, p. 404. Affirmation étonnante lorsque l’on sait que Daladier explique à Baudouin, le 20 mars, qu’il est inutile de poursuivre des conversations avec le gouvernement italien.

26 Le 17 mars 1939, dans un discours prononcé à Birmingham, Chamberlain affirme sa totale désillusion vis-à-vis des engagements d’Hitler : « Je suis persuadé que la grande majorité du peuple anglais, après Munich, partageait mon honnête désir de voir cette politique se développer normalement. Aujourd’hui, je partage son désappointement, son indignation devant ces espérances qui viennent d’être si gratuitement foulées aux pieds. Comment les événements de cette semaine pourraient-ils se concilier avec les assurances que je viens de vous lire ? » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. I : L’orage approche. 1 : D’une guerre à l’autre. 1919-1939, Plon, Paris, 1948, p. 352-353.

27 Mackensen apporte une lettre de Ribbentrop dans laquelle le ministre allemand écrit : « Vous connaissez la décision du Führer que, dans toutes les questions méditerranéennes, la politique de l’Axe doit être déterminée par Rome et que, dès lors, l’Allemagne ne fera jamais dans les pays méditerranéens une politique indépendante de l’Italie. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 275.

28 Pierre Laval avertit l’ambassadeur Guariglia qu’il a rencontré le président Daladier le 19 mars et lui a proposé de faire un voyage privé à Rome afin de prendre des contacts. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 342, p. 414.

29 Italo Balbo a été le responsable du fascisme dans la région de Ferrare avant la marche sur Rome. Le Grand Conseil du fascisme adopte la motion suivante : « Le Grand Conseil du fascisme, au regard de la menace constituée par le front uni des démocraties associées au bolchevisme contre les États autoritaires, front uni non pas porteur de paix mais de guerre, déclare que ce qui est advenu en Europe centrale trouve son origine première dans le traité de Versailles et déclare, en particulier en ce moment, sa pleine adhésion à la politique de l’axe Rome-Berlin. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 249.

30 Daladier déclare à Baudouin : « Dans un tel climat, quelle que soit ma sincère volonté d’entente loyale avec l’Italie, il est exclu que la moindre négociation puisse s’ouvrir, surtout dans la forme de ces entretiens entre personnes bien intentionnées mais irresponsables qui se généralisent depuis plusieurs jours. […] Il est pour moi évident qu’aucune négociation ne peut s’ouvrir tant que le climat franco-italien ne s’est pas amélioré. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 365, p. 439.

31 Le même jour, Hitler obtient de la Lituanie la cession de la ville portuaire de Memel.

32 Ayant rappelé leur rencontre de janvier 1939 à Rome, Chamberlain confie à Mussolini ses craintes d’un projet de coup de force d’Hitler dont les armements ne cessent de croître. Ayant souligné qu’Hitler lui avait promis que l’Allemagne n’avait plus de revendications territoriales lors de leur entrevue du 30 septembre 1938, le Premier ministre britannique insiste sur le fait que le Reich vient d’englober des populations non-germaniques. En cas de nouvelle initiative agressive, une guerre serait inévitable car la paix ne peut s’établir si une puissance cherche à dominer les autres pays. Aussi demande-t-il au Duce d’utiliser son influence afin de ramener Hitler sur le chemin de la raison. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 356, p. 426-427.

33 Le baron Carlo De Ferraris est secrétaire du cabinet de Ciano.

34 Piero Colonna est gouverneur de Rome.

35 Pour célébrer le 20e anniversaire de la fondation des Faisceaux de combat, un grand rassemblement de vieux militants fascistes a lieu à Rome, au forum Mussolini.

36 Lors de ce discours, Mussolini aborde vivement les relations avec la France, rendues difficiles par les questions coloniales que sont la Tunisie, Djibouti et Suez auxquels le gouvernement français est libre de répondre « par ses réitérés et trop catégoriques jamais. Il ne devra pas se lamenter ensuite si le fossé qui sépare actuellement les deux pays devient si profond qu’il sera difficile sinon impossible à combler ». Le Duce affirme également que « géographiquement, historiquement, politiquement, militairement, la Méditerranée est un espace vital pour l’Italie et quand nous disons Méditerranée, nous y incluons naturellement le golfe que l’on appelle Adriatique et pour lequel les intérêts de l’Italie sont prééminents mais non exclusifs vis-à-vis des Slaves ». Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 249-252.

37 Les quadrumvirs sont les quatre personnalités qui organisent la marche sur Rome aux côtés de Mussolini en octobre 1922. Il s’agit tout d’abord de Michele Bianchi, issu du milieu syndical, premier secrétaire du Parti national fasciste en 1921, secrétaire général du ministère de l’Intérieur en 1922-1924, sous-secrétaire aux Travaux publics en 1925-1928 et à l’Intérieur en 1928-1929, ministre des Travaux publics jusqu’à sa mort en 1930. Les trois autres sont Italo Balbo, Cesare Maria De Vecchi, Emilio De Bono.

38 Ce n’est pas l’avis de Daladier qui écrit : « Je l’ai entendu à la radio ; ce discours véhément était ponctué par des invectives de la foule contre la France et par des hurlements. Il a piétiné la Tchécoslovaquie et a rappelé les termes de la note du 17 décembre, c’est-à-dire les revendications sur la Tunisie, Djibouti, Suez. » Dans Du Réau Élisabeth, Édouard Daladier, op. cit., p. 332.

39 Cousin du roi par son mariage avec la princesse Marie de Savoie-Gênes.

40 Ciano ne signale pas l’adhésion de l’Espagne nationaliste au pacte anti-Komintern.

41 Dans son rapport, Jacomoni pousse à une solution de force : « Je me propose de poser un ultimatum au Roi à la fin de la semaine, d’attendre deux jours en maintenant le contact avec le Roi et ses ministres, d’envoyer jeudi ou vendredi au plus tard à Votre Excellence un projet d’accord qui pourrait déboucher de ces conversations. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 408, p. 502.

42 La fin du mois de mars marque l’effondrement des dernières résistances républicaines. Le 29 mars tombent Madrid en totalité, Ciudad Real, Cuenca, Sagonte et Albacete. Le 30, c’est le tour de Valence et Alicante, le 31 de Murcie, Almería et Carthagène. Le soir même, une grande manifestation est organisée place de Venise afin de célébrer la victoire en Espagne.

43 Un accord économique germano-roumain reconnaît la prédominance des intérêts allemands dans l’économie roumaine, en particulier dans la production pétrolière, les secteurs industriel et bancaire.

44 Il s’agit plutôt d’un discours de Daladier que de Laval. Le président du Conseil français prononce le 29 mars, à la radio, un discours de fermeté qui a été préparé par les Conseils des ministres des 27 et 29 mars, malgré les réticences de Georges Bonnet, Camille Chautemps et Anatole de Monzie, respectivement ministre des Affaires étrangères, vice-président du Conseil et ministre des Travaux publics.

45 Ante Pavelic, né en 1889, est élu député croate en 1925. Il se réfugie à Vienne puis en Italie en 1929, à la suite du coup d’État royal d’Alexandre Ier. Il y fonde le mouvement nationaliste des Oustachis, soutenu par le régime fasciste, qui prône l’indépendance de la Croatie. Il organise l’assassinat du roi Alexandre à Marseille, le 9 octobre 1934. À la suite de l’invasion allemande de la Yougoslavie en avril 1941, Pavelic est proclamé chef (Poglavnik) du nouveau pouvoir croate.

46 Aymond de Spolète est le frère d’Amédée de Savoie, duc d’Aoste.

47 Né en 1883, Giacomo Suardo est, avant la Première Guerre mondiale, socialiste réformiste. Rallié à l’interventionnisme, il participe au conflit qu’il termine comme lieutenant d’artillerie. Inscrit au faisceau de Bergame le 1er mai 1921, il participe à la marche sur Rome. Membre du Grand Conseil de juillet 1924 à mars 1928, de janvier à décembre 1928, puis de mars 1939 à juillet 1943, il est sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil du 3 juillet 1924 au 21 décembre 1927, aux Corporations du 2 juillet au 6 novembre 1926, à l’Intérieur du 6 novembre 1926 au 13 mars 1928. Entre 1932 à 1939, il préside la Caisse nationale des assurances pour les accidents du travail. Fait sénateur en 1938, il préside le Sénat à partir de mars 1939.

48 Le général Alfredo Guzzoni, en 1877, est commandant du corps d’armée stationné à Udine, puis dirige les troupes italiennes en Albanie d’avril à décembre 1939. À la tête de la 4e armée lors de l’entrée en guerre de l’Italie en juin 1940, il devient sous-secrétaire d’État à la Guerre du 30 novembre 1940 au 24 mai 1941. Nommé en 1942 à la tête de la 6e armée en Sicile, il ne parvient pas à s’opposer au débarquement allié du 10 juillet 1943.

49 Le 31 mars 1939, Chamberlain, après avoir consulté les gouvernements français et polonais, déclare devant la Chambre des communes : « Afin de rendre parfaitement claire la position du gouvernement de Sa Majesté avant que les consultations soient terminées, je dois dès maintenant informer la Chambre des communes que, dans l’éventualité d’une action qui menacerait nettement l’indépendance de la Pologne et à laquelle le gouvernement polonais estimerait pour des raisons vitales de résister avec toutes ses forces nationales, le gouvernement de Sa Majesté se considérerait tenu d’apporter immédiatement au gouvernement polonais toute l’aide en son pouvoir. Le gouvernement de Sa Majesté a donné au gouvernement polonais des assurances à cet effet. » Dans Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. I : L’orage approche. 1 : D’une guerre à l’autre, op. cit., p. 353.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540