Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Février

Texte intégral

11er février. Revue de la Milice. Très belle dans l’ensemble. Les unités sont maintenant de vrais carrés. Blocs d’hommes et d’acier. Inversement, le défilé est monotone. Personne plus que moi n’est favorable au pas romain imposant une forme qui modèle la substance même. Mais la suppression de la musique durant le défilé donne un sentiment de pesante monotonie, même si le martèlement des pas sur le pavé, entendu seul, tend à rendre mieux le sentiment de la force.

  • 1 Gherardo Casini est le directeur général de la presse.

2Les Allemands allient avec d’excellents résultats le pas, la musique, les tambours. Nous devrions faire de même : rien de mal à utiliser leur expérience étant donné que chacun sait que le pas de parade est d’imitation prussienne. Casini1 me parle de faire un grand quotidien politique à Rome qui manque actuellement. D’accord, mais à condition qu’il ne soit pas la propriété d’industriels. Quel besoin en auraient-ils ? Si le quotidien doit se faire, le propriétaire doit en être logiquement le Parti.

  • 2 Le Saint-Siège est intervenu afin de demander un assouplissement des lois raciales en faveur des ma (...)

3Je reçois successivement Pignatti et le nonce. Ambiance troublée pour la célébration du dixième anniversaire du concordat : le Duce n’entend pas répondre à la lettre du Pape, ni accorder de modifications sur les mariages mixtes2. J’ai chargé Pignatti de tâter le terrain au Vatican car, avant d’accepter des invitations à Saint-Pierre, il est nécessaire de savoir si le Pape, parlant devant les évêques, ne va pas faire quelques sorties qui rendront la situation plus difficile.

4Muti est rentré. L’Espagne va pour le mieux. Il demande des compléments d’armes pour le coup final à Valence ou à Madrid. Nous décidons de lui en donner pour l’une et pour l’autre.

52 février. Bref entretien avec von Mackensen : il dit que le gouvernement allemand n’a pas du tout déconseillé à Budapest de se mettre d’accord avec Bucarest. Les Allemands sont d’accord avec nous sur l’opportunité de ne rien négliger afin que la Roumanie fasse partie de notre système. Je remercie von Mackensen pour le discours du Führer et lui dit que nous nous apprêtons à faire une manifestation officielle afin de prouver nos sentiments. En effet, sur ordre du Duce, j’ai rédigé un ordre du jour pour le Grand Conseil célébrant Hitler.

  • 3 Dans son rapport établi pour Daladier, Baudouin indique que la question espagnole a également été a (...)

6Je reçois monsieur Baudouin. Il a l’air d’être une personne discrète et convenable. Il déclare avoir eu un entretien, dimanche dernier, avec Daladier et Bonnet et qu’il parle en leur nom. Naturellement, il n’engage ni Paris, ni Rome : sa visite peut à tout moment être démentie si cela nous plaît. Je résume : Daladier n’entend faire aucune concession territoriale ouverte. Si nous y prétendions, ce serait la guerre. Cependant, il est disposé à faire les concessions suivantes : large zone franche à Djibouti ; participation à l’administration du port ; cession à l’Italie de la ligne ferroviaire en territoire éthiopien ; appui de nos revendications à propos de Suez ; révision des accords de 1935 en ce qui concerne les Italiens de Tunisie dans la mesure où l’on n’entend pas en faire des « Sudètes italiens ». J’ai précisé qu’en ce qui concerne la Tunisie, nous ne demandons qu’une chose : le droit des Italiens à rester italiens. J’ai réservé la réponse après en avoir référé au Duce3.

73 février. Je réfère au Duce de l’entretien avec Baudouin. Il convient d’en retenir les propositions intéressantes. Sur le plan des actes, il n’y a que deux alternatives : traiter sur ces bases, renvoyant à une époque plus propice la solution intégrale du problème, ou l’affronter tout de suite. Mais alors, c’est la guerre. Le Duce a préparé un rapport pour le Grand Conseil et me le lit. Il soutient la thèse des négociations diplomatiques. Il m’autorise donc à répondre à Baudouin que nous considérons ses propositions dignes de considération. Il préfère cependant que les négociations soient menées par le biais de l’ambassade. « Si nous aboutissons par l’intermédiaire d’un banquier, on émettra des soupçons d’ordre moral sur notre compte. » En outre, il me charge de mettre von Mackensen au courant de tout.

  • 4 Le fait d’avoir été mis de côté lors de la mission Baudouin à Rome n’est que peu apprécié par l’amb (...)

8Je parle avec Baudouin. Il est ému quand je lui dis que le contact a été établi grâce à son entremise et il se rend bien compte que ce ne sera pas à lui de poursuivre les négociations ultérieures. Nous convenons qu’il référera à Paris et que le gouvernement français, sauf nouveauté, nous fera répéter par François-Poncet ce que monsieur Baudouin m’a dit hier4. S’il y a des éléments ultérieurs, il m’écrira par l’intermédiaire de Fagiuoli. J’ai à nouveau recommandé la plus grande discrétion car, si la presse s’empare de cette tentative, tout échouerait d’ici peu.

94 février. Au golf, je reçois le télégramme de Gambara annonçant l’occupation de Gérone par la division « Littorio ». La Catalogne est désormais presque toute occupée et il ne reste plus qu’à donner le coup final au centre. À cette fin, nous commencerons tout de suite à réorganiser le CTV qui, encore une fois, devra assumer la charge de remorquer les Espagnols.

10Je mets von Mackensen au courant de l’entretien avec Baudouin. J’ai l’impression qu’il accueille avec plaisir la nouvelle d’une éventuelle liquidation diplomatique de l’incident entre nous et la France.

  • 5 As de la Première Guerre mondiale, le général Ernst Udet est nommé responsable de l’Office techniqu (...)
  • 6 Dans son rapport du 5 février, Perth indique que Ciano lui a assuré que le gouvernement italien n’a (...)

11Perth se préoccupe de notre nouvel envoi de troupes en Libye. Je me réserve une réponse précise mais je tiens à le rassurer tout de suite sur deux points : rien n’est fait en direction de la frontière orientale et les voyages de Lütze et du général Udet5 en Libye n’ont pas de buts militaires6.

  • 7 Affaibli par les élections de décembre 1938 et la démission de cinq de ses ministres le 3 février, (...)

12Stoyadinovitch a démissionné : manœuvre ou chute véritable ? Nous verrons. Cependant, l’événement nous dérange7.

  • 8 Au cours de cette séance du Grand Conseil, Mussolini précise les objectifs que l’Italie doit s’assi (...)

13Grand Conseil. Le Duce lit son rapport (copie dans le volume des documents) et dit que cela représente la consigne pour les futures générations. Pour la première fois, il a préparé un document écrit pour le Grand Conseil. Il entend qu’il soit conservé dans les actes avec pour titre : « La marche vers l’océan8. » Je fais également mon rapport qui est salué par de nombreux applaudissements.

145 février. Le Duce précise ce qui a été fait pour la Libye : il y a actuellement 30 000 hommes et 30 000 autres seront envoyés. Pour rendre compte de la nécessité d’une telle mesure, il n’y a qu’à confronter les effectifs de nos forces avec ceux des forces françaises en Tunisie, Algérie et Maroc.

15Pour la célébration du dixième anniversaire de la conciliation à Saint-Pierre, j’ai été chargé de représenter le gouvernement. Le prince Humbert représentera la Maison royale. Le Duce pensait n’envoyer que des personnalités de moindre relief, mais Pignatti l’a prié de ne pas le faire afin de ne pas heurter la susceptibilité déjà vive du Pape. Aucune nouvelle précise à propos de la Yougoslavie. Le Duce dit que ce qui s’est passé prouve que nous ne pouvons faire de la politique qu’avec un seul pays, l’Allemagne, qui présente, comme nous, la sécurité de directives constantes et d’engagements sûrs. La position de Stoyadinovitch semblait ferme. Lui-même, voici quelques jours, affirmait que rien, ni personne ne pouvait l’éliminer du pouvoir. Maintenant… La crise m’intéresse, non pas tant au sujet des relations avec Belgrade qui, au moins dans un premier temps, ne subiront pas de fortes secousses. Je pense plutôt à l’Albanie : désormais, tout est prêt. Quoi qu’il en soit, nous nous sommes quittés sur cette formule avec le Duce : marcher tout de même. Avec Stoyadinovitch, partition entre nous et la Yougoslavie. Sans Stoyadinovitch, occupation de notre part sans la Yougoslavie, voire même contre la Yougoslavie.

  • 9 Né en 1885, Fernand de Brinon est journaliste à L’Information où il est chargé de la politique étra (...)
  • 10 Il s’agit d’Anton Cinkar-Markovitch.

166 février. Ribbentrop téléphone pour me dire qu’un Français, de Brinon9, est venu le voir et lui a fait allusion à la possibilité d’accords diplomatiques entre Rome et Paris. Il semblait être au courant du voyage de Baudouin. Ribbentrop paraissait vouloir nous encourager sur la voie des négociations. J’ai répondu que nous ne prendrions pas d’initiatives de la sorte. Mais, en attendant, cela prouve que la très secrète mission Baudouin est déjà connue. Avec ces démocraties, il est toujours plus difficile de travailler. Ribbentrop parle également, avec optimisme, de l’accord à trois avec le Japon, ainsi que de la crise yougoslave : il estime que le nouveau ministre des Affaires étrangères10 est orienté sur une ligne politique favorable à l’Axe.

17Je vois François-Poncet à la nonciature. Il me fait quelques allusions à son séjour, pour le moment infructueux, à Rome, mais je ne poursuis pas et parle de sport et d’art. L’ambassadeur du Japon est sceptique sur la possibilité de réaliser l’alliance à trois à brève échéance : il croit que la contreproposition japonaise est un moyen terme qu’il nous conseille lui-même d’accepter.

18Je vois le Duce au palais de Venise. Il estime que la liquidation de Stoyadinovitch est un vrai coup d’État de la part du Régent qui a voulu prévenir l’établissement d’une dictature fasciste en Yougoslavie. J’expose au Duce mon point de vue à propos de l’Albanie : il faut accélérer l’opération. Il en est d’accord. Nous commençons tout de suite à rappeler des forces et à concentrer des moyens aériens. Nous intensifions la préparation révolutionnaire locale. Moment pour l’action : la semaine de Pâques.

  • 11 Mario Indelli est ministre d’Italie à Belgrade depuis octobre 1936, après avoir été ministre d’Ital (...)

197 février. Le Duce a raison. Stoyadinovitch a dit à Indelli11 que le Régent était au courant et, peut-être, était au cœur même de la conjuration ourdie contre lui. Il n’a cependant pas l’intention de désarmer. Il n’a pas encore choisi le moyen mais il est décidé à prendre sa revanche et l’opinion publique est toujours plus ouvertement en sa faveur. Je me demande cependant ce qu’il pourra faire sur le plan politique ; sa position était devenue puissante mais elle n’était pas encore assez forte pour affronter la coalition qui, sous les auspices du Régent, s’était créée contre lui.

20En soirée, je vois le Duce et nous parlons longuement de la situation. Je confirme mon point de vue à propos de la nécessité de presser le pas dans la question albanaise pour les raisons suivantes : 1) les Yougoslaves savent désormais ce que nous pensons et les rumeurs pourraient circuler ; 2) avec le renvoi de Stoyadinovitch, la carte yougoslave a perdu, pour nous, 90 % de sa valeur ; 3) puisque l’affaire ne sera plus faite avec la Yougoslavie mais sans elle, voire contre elle, il ne faut pas lui laisser le temps de renforcer ses contacts avec la France et l’Angleterre sur le terrain politique, diplomatique et militaire.

21En principe, nous fixons avec le Duce la date de l’action entre le 1er et le 9 avril. Entre-temps, je verrai Ribbentrop et peut-être ferai-je allusion à la chose.

228 février. Le Duce est mécontent des retards japonais pour la conclusion de l’alliance tripartite et déplore la légèreté avec laquelle Ribbentrop a assuré que le gouvernement de Tokyo était d’accord. Il serait d’avis de conclure une alliance à deux, sans le Japon, ce qui suffirait à faire obstacle au déploiement des forces anglo-françaises et n’aurait aucune signification antianglaise ou antiaméricaine.

23Nous télégraphions à Berlin qu’il est nécessaire d’accélérer la conclusion du pacte avec l’Espagne afin de neutraliser le rapprochement entre Burgos et Paris. Nous ferons ensuite savoir que nous avions un pacte avec l’Espagne depuis novembre 1936.

  • 12 Né en 1885, le social-démocrate Henri De Man publie en 1927 un ouvrage intitulé Au-delà du marxisme(...)
  • 13 Léopold III est roi des Belges depuis 1934.

24Je reçois De Man12, qui avait pour mission d’organiser une conférence à quatre pour le compte du roi des Belges13. Je lui dis que les conditions nécessaires et suffisantes ne sont pas réunies pour la réalisation d’une telle initiative. De Man expose son point de vue de manière tout à fait banale : la chose qui m’intéressa le plus en lui était son teint hâlé, suite sans doute à un séjour à la montagne.

25Arrivée de Jacomoni qui confirme la nécessité d’agir vite. L’atmosphère est électrique en Albanie. Désormais, tous les chefs sont avec nous, mais pour combien de temps le secret pourra-t-il être tenu ? Nous étudions longuement les détails de l’opération.

269 février. Signature royale. Le Roi me glisse, entre autres choses, que deux personnes lui ont dit hier que le Duce a déploré la séance du 30 novembre, lors de la dernière réunion du Grand Conseil. J’en ai référé au Duce : encore une preuve que le Grand Conseil n’est pas un organisme d’une absolue discrétion. Il est nécessaire d’en modifier la composition et d’en réduire au minimum le nombre de membres.

27Je propose au Duce, qui l’approuve, le vote par le Grand Conseil de demain soir d’un ordre du jour pour la célébration du dixième anniversaire des accords du Latran. Les relations avec l’Église se sont beaucoup clarifiées ces derniers jours. J’ai fait de mon mieux en ce sens. En soirée, des nouvelles nous parviennent sur l’aggravation subite de l’état de santé du Pape. Sa disparition serait très inopportune en ce moment. Nous irions vers le conclave dans un contexte de prévention et de profonde hostilité. Nous pourrions nous attendre à une surprise peu agréable. Le Duce, à qui, pendant une séance de la Commission supérieure de la défense, j’ai montré le télégramme de Pignatti au sujet de la nouvelle crise cardiaque du Pape, a haussé les épaules avec une absolue indifférence. C’est étrange : depuis quelque temps, Mussolini affiche ostensiblement un détachement toujours plus net en ce qui concerne l’Église. Ce n’était pas le cas auparavant.

  • 14 Malade depuis deux ans, Pie XI subit une série d’alertes cardiaques en janvier 1939. Le 8 février, (...)
  • 15 Une réforme scolaire est préparée en 1938 par Giuseppe Bottai, ministre de l’Éducation nationale, q (...)

2810 février. Le Pape est mort14. La nouvelle laisse totalement indifférent le Duce qui, durant le rapport, ne fait pas allusion à l’événement si ce n’est pour me dire qu’il renverra le Grand Conseil de ce soir, non seulement pour rendre hommage à la mémoire du Pape, mais aussi parce que le public est trop distrait pour s’occuper de la réforme de l’école15 qui aurait été l’objet de la discussion.

29Grand mécontentement à cause du fait que l’Allemagne voudrait mettre les mains sur le pétrole albanais. Ceci résulte d’une communication officielle faite par Attolico. J’appelle Mackensen et lui dis que nous considérons l’Albanie presque comme une région d’Italie et que toute intervention allemande provoquerait un fort ressentiment au sein de l’opinion publique italienne. Ceci prouve également que l’abcès albanais arrive rapidement à maturation : les Serbes ont parlé, Zog est alarmé et s’agite. Il se pourrait qu’une manœuvre surgisse et entrave notre action.

  • 16 Il s’agit de Tommaso Pio Boggiani, créé cardinal par Benoît XV en 1916.
  • 17 Le cardinal camerlingue est chargé d’assurer l’intérim à la tête de l’Église entre la mort d’un pap (...)

30Je vais au Saint-Siège pour rendre hommage à la dépouille du Souverain Pontife. Je suis reçu par le cardinal doyen16 et par Pacelli, aujourd’hui camerlingue17 de la Sainte Église romaine. Je présente les condoléances au nom du gouvernement et du peuple fasciste, disant que le Pape disparu a lié éternellement son nom à l’histoire au travers des accords du Latran. Ils apprécient beaucoup mes paroles. Pacelli, m’accompagnant à la Sixtine où le Pontife repose sur un haut catafalque, me parle des relations entre l’Église et l’État sur un ton conciliant et plein d’espoir. Du Pape, on ne voit que les énormes sandales blanches et quelques morceaux de vêtements. Mais l’atmosphère est infiniment suggestive.

3111 février. Le Grand Conseil vote l’ordre du jour et suspend la séance en signe de deuil. Starace et Farinaci n’auraient pas voulu utiliser cette formule. J’insiste et suis soutenu par Federzoni et Balbo. Cependant, le Duce est toujours hostile à l’Église. Je lui téléphone pour lui dire que, selon ce que rapporte Pignatti, le Saint-Siège attendrait un geste d’hommage de sa part envers la dépouille de Pie XI. Il me répond qu’il est désormais trop tard, « que le conclave ne l’intéresse pas le moins du monde. Si le Pape est italien, tant mieux. S’il est étranger, encore mieux ».

  • 18 Dans son rapport, Mackensen précise l’état d’esprit italien vis-à-vis de l’Albanie : « L’Italie con (...)

32Je reçois l’ambassadeur von Mackensen qui me donne d’urgentes explications à propos de la question des pétroles albanais. Il s’agissait d’une proposition qui leur a été faite mais rien n’est fait, ni ne sera fait. L’empressement qu’ont mis les Allemands à donner la réponse prouve la préoccupation allemande de dissiper tout nuage qui puisse brouiller l’atmosphère au sein de l’Axe18.

33Le Duce a fait l’éloge de l’activité d’assistance entreprise par la princesse de Piémont dans le Haut-Adige. Il dit que la princesse a une sacrosainte peur de lui et qu’elle vient souvent lui demander des instructions. Une fois, sortant un petit livre et montrant avec le doigt une phrase, elle demanda au Duce ce que signifiait le fait que le Grand Conseil ait à se prononcer en matière de succession au trône. Le Duce répondit que cela aurait lieu en cas de fin de la continuité dynastique en ligne directe ou d’événements exceptionnels. Elle parut satisfaite de la réponse. Mais l’interrogation prouve que les membres de la Maison royale se préoccupent du futur.

  • 19 Mussolini assista à une messe à la mémoire du souverain pontife défunt à l’église Sant’Andrea della (...)
  • 20 Directeur du Corriere Italiano, Filippo Filippelli est un des organisateurs de l’enlèvement et du m (...)

3412 février. Le Duce accepte de participer aux funérailles du Pape annoncées par la nonciature pour le 1719. J’en suis satisfait car cela fera bonne impression dans les milieux du Conclave. Dans certains milieux américains commence à circuler le bruit que le camerlingue disposerait d’un document écrit de la main du Pape. Le Duce veut que Pignatti éclaircisse la chose et, si cela est vrai, qu’il cherche à avoir une copie du document afin « d’éviter que sorte un second mémoire Filippelli20 » !

35Calme, pour le moment, dans les autres secteurs.

36Beau dimanche d’hiver romain : lumineux et tiède. Je le passerai, en grande partie, au golf.

  • 21 Construit à partir de 1514 pour le cardinal Alexandre Farnèse (futur Paul III) par Antonio da Sanga (...)
  • 22 En français dans le texte.

3713 février. Général Piccio : très francisé. Il rend compte de quelques entretiens de peu d’importance avec Flandin et Laval qui se lamentent que nous les ayions mis dans une situation difficile par nos demandes, au moment où ils avaient réussi à obtenir l’envoi d’un ambassadeur au palais Farnèse21. Paul-Boncour serait, inversement, plus conciliant. Il a dit : Vous avez été trop exigeants, mais nous sommes trop intransigeants22. Piccio dit que les armements français seront bientôt très imposants.

  • 23 Ciano souligne que les 62 000 hommes stationnés en Libye sont à peine suffisants pour répliquer à u (...)

38Perth me reparle de l’envoi des troupes en Libye. Rien à faire. La proportion entre la population arabe en Libye et celle de l’Empire français est de 18 à 1, celle des forces militaires actuelles est de 1 à 100. Il est nécessaire de se mettre en situation de défense et ce droit ne peut nous être contesté par aucune clause d’aucun accord italo-britannique23.

  • 24 Gustav Fröhlich est un acteur allemand dont l’amie était l’actrice tchèque Lída Baarová. Elle devie (...)

39Le Duce commente un rapport à propos de l’incident entre Goebbels et Fröhlich. Il dit : « Le tort de Goebbels n’est pas d’avoir pris la femme de Fröhlich mais bien de s’être laissé gifler. On peut prendre la femme d’un homme mais pas en accepter les gifles24. »

  • 25 Cet accord commercial prévoit des échanges de produits alimentaires (riz, fromage, huile de citron) (...)

40Un accord commercial italo-allemand de grande portée est signé et, au dire des techniciens, est très satisfaisant25.

  • 26 Le général Francisco Gómez-Jordana Sousa est ministre des Affaires étrangères de l’Espagne national (...)

4114 février. Le ministre de Suisse vient réciter l’acte de contrition pour les méfaits de la presse de son pays et l’ambassadeur d’Espagne me raconte que le général Jordana26 a repoussé la proposition française d’envoyer un agent officieux, tout comme la requête d’une déclaration de neutralité espagnole.

42Le Duce dit qu’avant d’intervenir en Albanie, il est nécessaire d’attendre deux événements : la liquidation de l’affaire espagnole et la stipulation de l’alliance avec l’Allemagne. Entre-temps, il faut alimenter le sentiment de révolte contre Zog et répandre les bruits les plus disparates. En fait, faire comme la seiche : troubler l’atmosphère. Concernant les relations avec la France, il répète qu’il convient d’attendre le développement qui sera donné à l’initiative Baudouin. Si elle ne devait pas se développer, ce serait à nous de poser le dilemme : voulez-vous traiter ou pas ? En cas de réponse négative, se préparer sans plus à la guerre. Il m’a également dit que nous possédions une invention militaire secrète qui « n’est pas prodigieuse mais qui pourra influer sur le cours de la guerre ».

  • 27 Il s’agit de Jan Hubrecht depuis mars 1938.

43Le ministre de Hollande27 fait une démarche énergique sur la question des Juifs hollandais. Mais il baisse la tête quand je lui dis que nous aurions pu faire quelque chose à titre gracieux, jamais sous la pression d’une requête. Il ne manquerait plus que les Hollandais veuillent faire les forts…

  • 28 Egilberto Martire est avocat, ancien membre du Parti populaire italien (démocrate-chrétien) fondé e (...)

4415 février. Un petit épisode à caractère personnel. Starace a surpris Martire, ex-populaire28 et fasciste depuis 1932, dans les couloirs de la Chambre, cherchant à me faire une réputation de porte-malheur. N’ayant pas beaucoup d’arguments, il aurait dû en rester là. Il n’a pas été de cet avis et a tenté de « donner un coup de poignard dans le dos », comme le Duce a défini l’incident. Morale : on a mis des menottes à Martire, qui a été conduit en prison ; Ferretti, présent au moment de l’incident et qui a réagi mollement, sans prévenir le Parti, a été privé de sa carte. Petit événement insignifiant en soi mais dont on peut faire un bilan actif et passif. Pour le passif : la misère morale de certains éléments que nous avons accueillis parmi nous et qui, à l’ombre du Licteur, continuent leur abjecte action de dénigrement. Pour l’actif : la preuve de la position psychologique du Duce à mon égard, étant donné qu’il a réagi et agi avec une violence dont Starace a dit qu’il ne lui connaissait pas de précédent. Starace lui-même s’est conduit de façon admirable : loyal, sûr, amical.

  • 29 Faisant suite à la réforme scolaire de Giovanni Gentile en 1923, la réforme Bottai souhaite massifi (...)

45Grand Conseil en soirée. La réforme de l’école y est approuvée29. Le Duce me parle du cas Martire et exprime son regret de ne pouvoir lui-même lui casser les côtes à coups de poing. Il ajoute que 17 années de gouvernement lui ont enlevé « le plaisir de faire au moins une trentaine de duels ».

  • 30 Il s’agit du colonel Manlio Gabrielli.
  • 31 Ces éléments se retrouvent dans le rapport écrit de Jacomoni. Dans I documenti diplomatici italiani (...)

4616 février. L’Albanie est inquiète. Un télégramme de l’attaché militaire à Tirana30 a un peu préoccupé le Duce : il disait que le Roi avait ordonné la mobilisation partielle et que Jacomoni était parti en avion pour Rome. La situation n’est pas aussi dramatique. J’ai conféré avec Jacomoni qui s’est montré, à vrai dire, très calme. Hier, il s’est entretenu avec le Roi, lequel, après avoir écouté nos doléances, a dit qu’il avait lui aussi quelque chose à présenter. À Belgrade, on aurait parlé de partition de l’Albanie mais il a cité des détails qui démontrent qu’il n’est informé que partiellement et de manière imprécise. Puis il a fait allusion à la préparation d’un mouvement interne, surtout appuyé sur des émigrés, élément lui aussi substantiellement faux. Il a cité de nombreux noms de personnes compromises qui, sauf celui de Koçi, étaient faux. Il a conclu en réaffirmant sa volonté de s’entendre avec nous et a chargé Jacomoni d’être son plénipotentiaire en vue d’un traité31. Quand j’ai référé au Duce de tout ceci par téléphone, il a répondu : « Si nous avions déjà signé le pacte avec Berlin, nous aurions pu attaquer dès à présent. Maintenant, nous devons la différer. » Il confirme les instructions que j’avais déjà envoyées à Jacomoni, il y a trois jours, et qui se résument ainsi : maintenir l’agitation populaire vive mais sans oublier de dissiper les doutes de Zog en lui donnant toutes les assurances qu’il demandera. Troubler les eaux de façon à ce que nos véritables intentions ne soient pas connues.

47Pas d’annotation les 17 et 18 février.

  • 32 Paolo Nello, biographe de Grandi, souligne que celui-ci est hostile à un rapprochement avec l’Allem (...)
  • 33 Francesco Saverio Nitti est né en 1868. Professeur d’économie, il devient député socialiste et radi (...)
  • 34 Né en 1847, Sidney Sonnino est élu député en 1880. Fondateur en 1901 du Giornale d’Italia, chef de (...)

4819 février. Le retrait de Grandi de l’ambassade de Londres est dû à quelques informations parvenues au Duce dont j’ignore la teneur et le fond. Il dit : « Il est temps que cet irrésolu, trouble et infidèle Grandi vienne se ressourcer dans l’atmosphère du régime et se désanglicise. Je lui dirai personnellement que j’ai appris sur son compte des choses qui ne m’ont pas plu32. » Le Duce lit attentivement une lettre de Nitti33 à Aldrovandi après la publication des volumes de ses Mémoires. C’est une attaque impitoyable contre Sonnino34, défini comme étant « un mauvais chrétien et un mauvais Juif, et surtout un mauvais ministre ». Mussolini admet lui-même qu’elle est écrite avec beaucoup d’esprit.

49Toujours plus amer contre la France, le Duce dit que ces derniers mois, les Français ont donné la mesure de leur perfidie et de leur haine. Il les définit comme « le peuple abject ». Les Italiens détestent déjà la France, mais il se propose d’ici peu de mois de faire monter cette haine à un niveau jamais atteint. Quand il aura fait cette guerre et battu la France, il fera voir aux Italiens « comment on fait la paix en Europe ». Il ne demandera pas d’indemnités de guerre mais détruira tout et mettra du sel sur de nombreuses villes. Il est cependant mécontent de la préparation des ministères militaires, c’est-à-dire celui de la Guerre et de l’Aéronautique. Alors que la préparation navale est parfaite, le Duce ne sait pas bien ce qui se passe dans les deux autres départements. Je le mets encore une fois en garde contre Valle qui a déjà prouvé, en trop d’occasions, qu’il affirme et promet des choses qui ne sont pas vraies ou qui sont impossibles.

  • 35 Dans un message du 18 février, l’ambassadeur Indelli affirme également que le nouveau gouvernement (...)

5020 février. De retour de Belgrade, Christich me répète ce que nous savions déjà plus ou moins sur la crise yougoslave. Il s’est entretenu avec le Régent, qui tient beaucoup à se justifier à notre égard au sujet du mauvais tour joué à Stoyadinovitch. Quoi qu’il en soit, les assurances sur la continuité de la politique envers l’Axe sont telles que nous ne pouvons pas les ignorer35. Christich m’informe également d’un entretien avec un des chefs de l’opposition, Gravrilovitch, qui l’a chargé de me dire que, s’il arrive au pouvoir, il resserrera encore plus les liens avec nous. La situation du cabinet actuel est faible : ou Stoyadinovitch revient en avril, ou il y aura un gouvernement d’opposition.

51Le Duce a évoqué au Roi la lettre de Nitti et m’en envoie une copie. Le Roi confirme généralement les jugements sur Sonnino et, parlant de Nitti, dit qu’il était un homme aux visions claires et de grand talent mais que ces qualités fondamentales étaient entachées par « une peur de porc » qui s’emparait de lui à chaque bruissement de feuille.

52Échange téléphonique avec Ribbentrop pour se concerter en vue d’une démarche commune de nos ambassadeurs auprès de Franco afin de le persuader d’adhérer au pacte anti-Komintern. Elle aura lieu quand l’ambassadeur du Japon aura reçu ses instructions. Si Franco adhère, cela fera cesser les bruits qui, également en Italie, se propagent au sujet de ses contacts trop étroits avec les démocraties occidentales.

5321 février. La démarche collective n’est plus nécessaire car Franco a pris sa décision, communiquée à nos ambassadeurs, d’adhérer au pacte anti-Komintern, tout en gardant la chose secrète jusqu’au moment de la victoire finale. En accord avec les Allemands, nous acceptons une telle solution qui est satisfaisante car elle nous donne l’œuf aujourd’hui et la poule demain.

  • 36 Ciano écrit à l’ambassadeur Jacomoni : « Il est nécessaire de poursuivre encore quelque temps une p (...)

54Jacomoni fait un rapport au Duce sur la situation albanaise : formellement, le Roi et ses hommes déclarent vouloir rétablir les plus cordiales relations avec nous. Mais il craint que ce ne soit qu’une manœuvre afin de gagner du temps et permettre le succès de ses tentatives pour resserrer les pactes et les ententes avec des puissances tierces. Jacomoni serait d’avis de brusquer la situation. Le Duce et moi ne le pensons pas ainsi. Je lui télégraphie de patienter quelque temps encore, pour que des événements internationaux viennent faciliter notre coup de main36.

55Grandi est arrivé à Rome et a accueilli avec beaucoup d’aigreur la nouvelle de son retrait de Londres. Cependant, il espère encore pouvoir, lors d’un prochain entretien, faire revenir le Duce sur cette décision. Mais il se rend compte qu’une chose indéfinissable s’est produite dans ses relations avec Mussolini qui, depuis désormais quelques années, ne lui montre que de la distance et de la froideur.

56Les troupes légionnaires ont défilé dans Barcelone en grande tenue et sous de chaleureuses ovations populaires. Gambara sera demain à Rome pour faire son rapport.

5722 février. Le Duce est très content de la décision de Franco d’adhérer au pacte anti-Komintern. L’événement est d’une importance fondamentale et influera, dans l’avenir, sur toutes les affaires européennes. Après trois siècles d’inertie, l’Espagne redevient un facteur vivant et dynamique et, ce qui compte le plus, un facteur antifrançais. Tous ceux qui ont trouvé tant à rire de notre intervention en Espagne comprendront peut-être un jour que ce fut sur l’Èbre, à Barcelone et à Malaga, qu’ont été instaurés les véritables fondements de l’Empire méditerranéen de Rome.

  • 37 Le comte Teleki a succédé à Béla Imrédy, le 10 février 1939, comme président du Conseil hongrois.

58Villani fait allusion à un voyage de Teleki37 en Italie en avril prochain : j’accepte avec beaucoup de plaisir. J’ai de la sympathie pour Teleki et j’estime qu’il est le meilleur chef de gouvernement qu’ait jamais eu la Hongrie.

59Christich m’ouvre son cœur en faveur de Stoyadinovitch. Il me dit que la jalousie personnelle du Régent a joué un grand rôle dans la crise, mais il estime et espère que Stoyadinovitch reviendra au pouvoir d’ici quelques mois.

60Arrivée de Gambara. Il fait un très bon rapport sur les affaires d’Espagne. Ou Madrid tombe automatiquement d’ici peu, ou alors, à la fin mars, cinq colonnes porteront le coup de grâce qui signera la fin de l’Espagne rouge. La situation est bonne en Catalogne. Franco l’améliorera avec une politique avisée et sévère. De nombreux Italiens ont également été pris : des anarchistes et des communistes. Je le dis au Duce qui m’ordonne de tous les faire fusiller et ajoute : « Les morts ne racontent pas l’histoire. »

  • 38 Né en 1920, Farouk Ier succède à son père, Fouad Ier, en 1936.
  • 39 Quoique relevant officiellement de l’Empire turc, l’Égypte compte des administrateurs britanniques (...)

6123 février. Attolico envoie un intéressant compte rendu de son entretien avec le ministre d’Égypte à Berlin, Mourad Pacha. Il parle au nom de son Roi qui déclare détester les Anglais et demande si, en cas de proclamation de la neutralité et d’intervention directe ou indirecte de la Grande-Bretagne, l’Axe serait prêt à appuyer la politique du roi Farouk38. La chose est si grave que je veux formuler beaucoup de réserves même si la source est très fiable. En accord avec le Duce, j’autorise Attolico à continuer ses entretiens et à laisser comprendre que tout acte visant à diminuer les liens entre l’Égypte et Londres39 est vu, ici, avec beaucoup de sympathie.

62Éloge mérité du Duce à Gambara. Celui-ci expose le prochain plan d’action qui ne rencontre pas l’approbation de principe du Duce qui voudrait voir les forces plus concentrées. Cependant, il se rend compte que, dans la situation actuelle de l’Espagne rouge, le plan de Franco, destiné à éparpiller les forces nationales, peut être très efficace. Il offre à Gambara d’envoyer encore une division. Mais Gambara refuse et demande par contre deux bataillons d’alpins et un groupe d’artillerie alpine qui sont immédiatement accordés.

  • 40 Dans ses Mémoires, Grandi rapporte les propos que lui aurait tenus Mussolini après que l’ambassadeu (...)

63Entretien entre le Duce et Grandi dans l’après-midi. Le Duce a été plus habile que dur. Il a dit à Grandi que sa mission à Londres était terminée car elle n’aura plus d’objet après la signature de l’alliance tripartite et parce que, lui, Grandi, commence à s’angliciser. Il a promis de lui donner une nouvelle charge quand il quittera Londres40.

  • 41 Ubaldo Rochira est le consul d’Italie à Vienne.

6424 février. En route pour Varsovie. Étape à Vienne où nous déjeunons aux Trois Hussards. La ville a plutôt l’aspect endormi et fatigué. Rochira41 dit que la vie luxueuse, dans les quartiers centraux, est effectivement affaiblie mais, maintenant, la grande masse populaire travaille, va mieux et est toujours plus en faveur du régime.

6525-26-27 février. J’arrive à Varsovie. L’accueil de la population est caractérisé par la curiosité, peut-être par la sympathie, mais sans chaleur. La ville est grise, plate, très triste quoiqu’un soleil pâle et insolite illumine, sans les réchauffer, les rues de cette capitale sans caractère. Je suis très ennuyé par les nouvelles que j’ai reçues, relatives à de petites manifestations antiallemandes qui éclatent, ici et là, dans toutes les villes polonaises. Elles sont provoquées par quelques incidents qui se produisent à Dantzig de manière endémique. La Pologne, malgré tous les efforts de la politique de Beck, est fondamentalement et constitutionnellement antiallemande. La tradition, l’instinct et les intérêts la portent contre l’Allemagne. Pays catholique, avec de grands noyaux juifs, gêné par de fortes minorités allemandes, il a fatalement en lui tous les éléments de confrontation avec l’impérialisme allemand. Vis-à-vis des Italiens, il y a des éléments positifs d’une sympathie vague et inopérante. Les Polonais aiment plus notre art que notre vie. Ils connaissent mieux nos monuments que notre histoire. Au fond, ils ne nous considèrent pas comme nous voudrions être considérés. Trop de peintres, de sculpteurs et d’architectes ont représenté l’Italie en Pologne par le passé et l’illustrent avec l’inévitable servilité de l’artiste qui trouve, loin de chez lui, le mécène étranger. Ils aiment plus en nous la poésie du pinceau que la force des armes dans laquelle ils ne croient pas encore complètement. Il est nécessaire de fournir des efforts afin de corriger la mauvaise réputation que trois siècles ont faite.

  • 42 Les vainqueurs de la Grande Guerre, voulant donner un débouché maritime à la Pologne, obligent l’Al (...)
  • 43 À la suite de la conférence de Munich, la Pologne souhaite annexer l’Ukraine subcarpathique afin d’ (...)

66Je parle un peu avec tout le monde mais spécialement avec Beck. Il n’y a pas, dans nos entretiens, d’éléments sensationnels. La Pologne continuera dans sa politique d’équilibre, laquelle est imposée par sa situation géographique. Avec la Russie, rien de plus que les contacts strictement nécessaires. Alliance défensive avec la France, sur laquelle, cependant, on ne se fie pas outre mesure. Avec l’Allemagne, bon voisinage, maintenu malgré les nombreux motifs spirituels et concrets de friction. Pour Dantzig42, il serait utile d’aboutir à une solution. Mais Beck voudrait y arriver par de libres négociations diplomatiques, en évitant toute pression inutile et nuisible sur l’opinion publique. Inquiétude encore vive pour la question ruthène43. On ne se résout pas à considérer les frontières de la Tchécoslovaquie comme définitives et on espère encore la création d’une frontière commune avec la Hongrie. La préoccupation pour le problème ukrainien domine silencieusement le cœur polonais, quoique Beck souligne souvent, avec complaisance et sans conviction, les assurances données par Hitler à ce sujet. Parlant de la situation actuelle de la Tchécoslovaquie, Beck la définit ainsi : « Un provisoire qui peut durer longtemps sans cesser d’être un provisoire. » Je me suis limité à un tour d’horizon, soulignant, tout au plus, la force des liens qui nous unissent à l’Allemagne.

  • 44 Joseph Pilsudski est né en 1867 dans une famille de la noblesse polonaise de Lituanie. En 1892, il (...)
  • 45 Ce passage du Journal reprend l’essentiel du rapport écrit par Ciano sur son voyage en Pologne. Dan (...)

67J’ai eu des entretiens avec les ambassadeurs d’Allemagne et du Japon, avec le nonce et avec les ministres de Hongrie et de Yougoslavie. J’ai visité les organisations militaires, particulièrement les organisations aéronautiques qui m’ont fait bonne impression. Je ne peux pas dire grand-chose du régime intérieur car je n’en ai pas vu beaucoup. Mais on est bien loin d’un régime totalitaire car la seule voix qui compte est celle d’un mort, Pilsudski44, et ceux qui s’arrogent le titre de vrai dépositaire de sa pensée sont trop nombreux. Du reste, le fait qu’il soit resté un dictateur posthume prouve qu’une force neuve ne s’est pas encore formée et manifestée. Sinon, le maréchal Pilsudski, comme tous les morts, ne jouerait plus de rôle. Résumant mes impressions en les reportant sur le plan de nos intérêts, il me paraît juste de conclure qu’il serait abusif d’affirmer que la Pologne est un pays acquis au système de l’Axe ou du Pacte tripartite, mais il serait trop pessimiste également de le qualifier d’hostile. Quand la grande crise aura lieu, la Pologne restera l’arme au pied et ce n’est que lorsque le sort aura désigné le vainqueur qu’elle choisira. Elle fera bien car c’est un pays qui a des ennemis et des amis dans les deux camps45.

6828 février. Chasse à Bialowieza. Magnifique forêt, sauvage et naturelle, riche d’un gibier très rare.

Notes

1 Gherardo Casini est le directeur général de la presse.

2 Le Saint-Siège est intervenu afin de demander un assouplissement des lois raciales en faveur des mariages mixtes, entre un catholique et une Juive ou un Juif et une catholique. En 1938, on dénombre environ 7 500 mariages mixtes.

3 Dans son rapport établi pour Daladier, Baudouin indique que la question espagnole a également été abordée, le Français demandant à l’Italien si la monarchie allait être restaurée en Espagne. Ciano a répondu que cela relevait de la décision du général Franco victorieux. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 14 (1er février – 15 mars 1939), Paris, Imprimerie nationale, 1980, doc. no 46, p. 79-80.

4 Le fait d’avoir été mis de côté lors de la mission Baudouin à Rome n’est que peu apprécié par l’ambassadeur François-Poncet qui écrit à Georges Bonnet dans un télégramme du 16 février 1939 : « Le fait que M. Baudouin ait évité tout contact avec l’ambassade pendant son séjour a été, naturellement, très remarqué et a donné corps à des suppositions qui vont bon train. » Dans Ibid., doc. no 131, p. 231.

5 As de la Première Guerre mondiale, le général Ernst Udet est nommé responsable de l’Office technique de la Luftwaffe, en juin 1936, chargé de la production.

6 Dans son rapport du 5 février, Perth indique que Ciano lui a assuré que le gouvernement italien n’a jamais discuté avec son homologue allemand des effectifs et mouvements des troupes italiennes en Afrique et que celles-ci s’élevaient entre 65 000 et 70 000 hommes au début des négociations italo-britanniques. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. IV (January 20 – April 3, 1939), His Majesty’s Stationery Office, Londres, 1951, doc. no 325, p. 306-307.

7 Affaibli par les élections de décembre 1938 et la démission de cinq de ses ministres le 3 février, Stoyadinovitch est poussé à la démission par le régent Paul qui le remplace par Draguicha Tsvetkovitch, ministre de la Prévoyance sociale dans le cabinet démissionnaire.

8 Au cours de cette séance du Grand Conseil, Mussolini précise les objectifs que l’Italie doit s’assigner afin de ne pas rester prisonnière de la Méditerranée et accéder à l’Atlantique et à l’océan Indien. Les objectifs sont à moyen terme la Corse, la Tunisie, Djibouti, et à long terme Malte, Chypre, Suez, Gibraltar. Une guerre ne pourra être envisagée qu’après la modernisation de l’artillerie, la fin de la construction de huit navires de combat et le doublement du nombre de sous-marins, la pacification de l’Empire, la réalisation d’au moins la moitié du programme d’autarcie, l’organisation de l’Exposition universelle prévue pour les 20 ans du régime fasciste et le rapatriement du plus grand nombre possible d’Italiens vivant en France. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 155, p. 194-198.

9 Né en 1885, Fernand de Brinon est journaliste à L’Information où il est chargé de la politique étrangère. Le 19 novembre 1933, il publie, dans Le Matin, le premier entretien accordé par Hitler à un journaliste français. Auteur d’un ouvrage intitulé France-Allemagne, il préside le comité du même nom et passe pour être très introduit dans les milieux officiels du Reich. Le 18 décembre 1940, il est nommé délégué général du gouvernement français dans les territoires occupés.

10 Il s’agit d’Anton Cinkar-Markovitch.

11 Mario Indelli est ministre d’Italie à Belgrade depuis octobre 1936, après avoir été ministre d’Italie à Tirana. Sa conversation avec Stoyadinovitch est consignée dans un rapport fait à Ciano. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 162, p. 205.

12 Né en 1885, le social-démocrate Henri De Man publie en 1927 un ouvrage intitulé Au-delà du marxisme où il défend un réformisme socialiste. En 1934, il propose un système d’économie mixte afin de lutter contre la crise avec la nationalisation du crédit et des industries de base. Ministre des Finances de 1936 à 1938, il crée en août 1940 le Parti national économique, favorable à une entente avec l’Allemagne.

13 Léopold III est roi des Belges depuis 1934.

14 Malade depuis deux ans, Pie XI subit une série d’alertes cardiaques en janvier 1939. Le 8 février, l’état de santé du pape se dégrade rapidement. Il meurt le 10 février au matin, dans sa 82e année, la 17e de son pontificat.

15 Une réforme scolaire est préparée en 1938 par Giuseppe Bottai, ministre de l’Éducation nationale, qui vise à se substituer à celle de 1923, initiée par Giovanni Gentile. Si les humanités conservent un rôle élitiste, les travaux pratiques et technologiques intègrent le cursus scolaire des jeunes Italiens. De plus, la réforme unifie le collège (scuola media). Sur le système scolaire italien pendant le fascisme, voir Ostenc Michel, L’Éducation en Italie pendant le fascisme, Publications de la Sorbonne, coll. « Série internationale » (no 12), Paris, 1980.

16 Il s’agit de Tommaso Pio Boggiani, créé cardinal par Benoît XV en 1916.

17 Le cardinal camerlingue est chargé d’assurer l’intérim à la tête de l’Église entre la mort d’un pape et l’élection de son successeur.

18 Dans son rapport, Mackensen précise l’état d’esprit italien vis-à-vis de l’Albanie : « L’Italie considérait l’Albanie dès aujourd’hui comme une de ses provinces, encore que cela ne soit point juridiquement exact. Tout ce qui touchait à l’Albanie était affaire de famille italienne. […] Ciano a poursuivi l’entretien sur le ton le plus amical, mais il m’a donné clairement à entendre que pour Mussolini, l’Albanie était un noli me tangere. » Dans Les Archives secrètes de Wilhemstrasse. IV : Les suites de Munich (octobre 1938 – mars 1939), op. cit., doc. no 358, p. 523-524. Noli me tangere fait allusion à la phrase du Christ à Marie-Madeleine dans l’évangile de saint Jean, 20, 17 : « Ne me touche pas. »

19 Mussolini assista à une messe à la mémoire du souverain pontife défunt à l’église Sant’Andrea della Valle.

20 Directeur du Corriere Italiano, Filippo Filippelli est un des organisateurs de l’enlèvement et du meurtre du député socialiste Matteotti en juin 1924. Arrêté par la police, il fait des aveux accablants pour ses complices fascistes.

21 Construit à partir de 1514 pour le cardinal Alexandre Farnèse (futur Paul III) par Antonio da Sangallo, Michel-Ange et Giacomo Della Porta, le palais Farnèse abrite des ambassadeurs français depuis Louis XIII mais il ne devient ambassade de France de manière permanente qu’à partir de 1874.

22 En français dans le texte.

23 Ciano souligne que les 62 000 hommes stationnés en Libye sont à peine suffisants pour répliquer à une attaque française venue de Tunisie, attaque à laquelle l’ambassadeur britannique affirme ne pas croire. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. IV (January, 20 – April 3, 1939), op. cit., doc. no 335, p. 316.

24 Gustav Fröhlich est un acteur allemand dont l’amie était l’actrice tchèque Lída Baarová. Elle devient la maîtresse de Goebbels durant l’hiver 1936-1937. Une altercation opposa Goebbels et Fröhlich, mais la rumeur d’une gifle assénée au ministre de la Propagande est inexacte selon Peter Longerich, biographe de Goebbels. Dans Longerich Peter, Goebbels, op. cit., p. 307.

25 Cet accord commercial prévoit des échanges de produits alimentaires (riz, fromage, huile de citron), de matières premières (charbon, bauxite, mercure…), de produits végétaux (bois). Dans Les Archives secrètes de Wilhemstrasse. IV : Les suites de Munich (octobre 1938 – mars 1939), op. cit., doc. no 360, p. 527-528.

26 Le général Francisco Gómez-Jordana Sousa est ministre des Affaires étrangères de l’Espagne nationaliste depuis le 30 janvier 1938.

27 Il s’agit de Jan Hubrecht depuis mars 1938.

28 Egilberto Martire est avocat, ancien membre du Parti populaire italien (démocrate-chrétien) fondé en janvier 1919 par don Luigi Sturzo, rédacteur au Corriere d’Italia, député depuis 1934.

29 Faisant suite à la réforme scolaire de Giovanni Gentile en 1923, la réforme Bottai souhaite massifier l’école et mettre le système scolaire italien dans les mains des organisations de jeunesse du parti fasciste. Elle crée également le collège en détachant les trois premières classes du lycée et laisse plus de place à l’enseignement technique. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 235-236.

30 Il s’agit du colonel Manlio Gabrielli.

31 Ces éléments se retrouvent dans le rapport écrit de Jacomoni. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 191, p. 235-237.

32 Paolo Nello, biographe de Grandi, souligne que celui-ci est hostile à un rapprochement avec l’Allemagne mais, à l’annonce de son remplacement prochain à Londres, il opte pour une attitude officiellement germanophile afin de se maintenir et préserver les contacts avec la Grande-Bretagne. Dans Nello Paolo, Dino Grandi, op. cit., p. 196.

33 Francesco Saverio Nitti est né en 1868. Professeur d’économie, il devient député socialiste et radical en 1904. S’étant rapproché de Giovanni Giolitti, il occupe les fonctions de ministre de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce de mars 1911 à mars 1914. Ministre des Finances dans le cabinet Orlando d’octobre 1917 à juin 1919, il lui succède comme président du Conseil. Il démissionne en mai 1920. À l’époque du régime fasciste, il vit en exil en Suisse, puis en France.

34 Né en 1847, Sidney Sonnino est élu député en 1880. Fondateur en 1901 du Giornale d’Italia, chef de la droite libérale, il est président du Conseil de janvier à mai 1906, puis de décembre 1909 à mars 1910. Il est chargé des Affaires étrangères de mars 1914 à juin 1919 et, à ce titre, joue un rôle important dans la décision de l’Italie d’entrer dans le premier conflit mondial. Il meurt en 1922.

35 Dans un message du 18 février, l’ambassadeur Indelli affirme également que le nouveau gouvernement yougoslave souhaite poursuivre une politique de collaboration avec les puissances de l’Axe. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 199, p. 247.

36 Ciano écrit à l’ambassadeur Jacomoni : « Il est nécessaire de poursuivre encore quelque temps une politique dilatoire et la plus rassurante possible même si l’on pense que cela renforce la position du Roi. Je suis convaincu qu’un tel renforcement ne peut être que temporaire et éphémère. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 209, p. 257.

37 Le comte Teleki a succédé à Béla Imrédy, le 10 février 1939, comme président du Conseil hongrois.

38 Né en 1920, Farouk Ier succède à son père, Fouad Ier, en 1936.

39 Quoique relevant officiellement de l’Empire turc, l’Égypte compte des administrateurs britanniques depuis 1882. Ayant mis un terme à la fiction ottomane au cours de la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne instaure un protectorat qui est supprimé en 1922, même si Londres garde un important droit de regard sur les affaires égyptiennes. En 1936, un traité anglo-égyptien, s’il confirme l’indépendance égyptienne, autorise la Grande-Bretagne à stationner des troupes sur le territoire égyptien, au grand dam du parti nationaliste Wafd.

40 Dans ses Mémoires, Grandi rapporte les propos que lui aurait tenus Mussolini après que l’ambassadeur à Londres lui ait dit que les Allemands voulaient son rappel : « C’est vrai mais ils n’ont pas tort. Comme n’ont pas tort les nombreux fascistes qui t’accusent d’anglophilie. Tu es à Londres depuis trop longtemps. Sept ans. Tu t’es anglicisé. C’est souvent ce qui arrive à ceux qui restent trop longtemps loin de leur pays. Il est temps que tu reviennes prendre contact avec le fascisme. L’Italie est différente de celle que tu as laissée en 1932. Il n’y a plus de place aujourd’hui pour le doute et les fascistes à moitié. L’Italie marche au pas romain, compacte comme un bloc d’acier. Il est nécessaire que tu te refasses une éducation fasciste et que tous se persuadent que l’axe Rome-Berlin est une réalité. » Dans Grandi Dino, Il mio paese, op. cit, p. 461.

41 Ubaldo Rochira est le consul d’Italie à Vienne.

42 Les vainqueurs de la Grande Guerre, voulant donner un débouché maritime à la Pologne, obligent l’Allemagne à abandonner la Posnanie et une partie de la Prusse occidentale afin de constituer un corridor vers la Baltique. La ville portuaire de Dantzig étant presque exclusivement peuplée d’Allemands, les Alliés l’érigent en « ville libre » administrée par la SDN. La convention de Paris du 9 novembre 1920 prévoit le libre accès au port pour les Polonais et le respect de l’autonomie de Dantzig, garantie par une constitution adoptée par la SDN le 17 novembre 1920. La question de Dantzig commence à être soulevée par l’Allemagne nazie après la conférence de Munich. Le 24 octobre 1938, Ribbentrop propose le retour de Dantzig à l’Allemagne avec la construction d’une ligne de chemin de fer et d’une autoroute bénéficiant de l’extraterritorialité contre la promesse d’un port libre pour la Pologne et une reconduction du traité de non-agression de 1934 pour 25 ans. La Pologne reste évasive. Hitler revient sur la question lors de sa rencontre avec Beck, le 5 janvier 1939, proposant en échange de Dantzig la garantie des frontières polonaises par l’Allemagne. Mais le gouvernement polonais continue de refuser le principe d’une annexion de Dantzig.

43 À la suite de la conférence de Munich, la Pologne souhaite annexer l’Ukraine subcarpathique afin d’avoir une frontière commune avec la Hongrie et de contrôler un foyer d’agitation influant sur les minorités ukrainiennes de Pologne. Mais elle se heurte à l’opposition allemande.

44 Joseph Pilsudski est né en 1867 dans une famille de la noblesse polonaise de Lituanie. En 1892, il est un des fondateurs du Parti socialiste polonais et participe aux troubles de l’année 1905 en Russie. Devenu plus nationaliste que socialiste, il se réfugie en Galicie autrichienne en 1908, et combat aux côtés des Autrichiens en 1914. Opposé aux Allemands qu’il juge trop interventionnistes dans le royaume polonais constitué en 1917, il est interné à Magdebourg. Libéré en 1918, il devient chef de l’État de la nouvelle République polonaise. Vainqueur de la guerre contre la Russie bolchevique en 1920 (bataille dite du miracle de la Vistule), il se retire des affaires en 1923. Mais, face à l’instabilité politique, il organise un coup d’État en 1926 et instaure une dictature. Il meurt le 12 mai 1935.

45 Ce passage du Journal reprend l’essentiel du rapport écrit par Ciano sur son voyage en Pologne. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 269-271. Dans ses Mémoires, Beck fait un compte rendu négatif de la visite de Ciano : « Je ne réussis d’ailleurs pas à comprendre du tout quel était le but de cette visite de Ciano. Dans les conversations politiques, il fut nébuleux et vague ; dans les affaires allemandes, il n’apporta aucune suggestion digne d’attention. » Dans Beck Józef, Dernier rapport, op. cit., p. 187.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540