Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1939

Janvier

Texte intégral

  • 1 L’historien Nicola Labanca note à propos du duc d’Aoste : « Il était donc conscient que continuer (...)
  • 2 Le général Ottorino Mezzetti est gouverneur de la province de l’Amhara. Rappelé à Rome, il est fai (...)

11 er janvier. Le Duce est revenu à Rome hier soir et nous avons eu un long entretien. Il est très mécontent de la situation en Afrique orientale et prononce un jugement sévère sur l’action du duc d’Aoste1. En réalité, l’Amhara est encore en pleine révolution et 65 bataillons, qui y sont stationnés, sont contraints de vivre dans des fortins. Mezzetti2 a mal travaillé. Il attribue cette nomination à Teruzzi qui se laissa aller à des considérations d’ordre personnel alors que, pour une nomination politique, il faut être prêt « à passer sur le ventre de sa mère ».

  • 3 C’est-à-dire les accords du Latran.

2Il parle de la situation avec le Saint-Siège. Il voit dans l’œuvre accomplie par l’Action catholique une tentative de construire un véritable parti politique qui, prévoyant des heures difficiles pour le fascisme, veut être prêt à recueillir la succession. Il défend Starace : ce qu’il fait, il le fait sur ordre explicite du Duce. Il repousse la proposition du nonce de faire quelque chose afin de célébrer le dixième anniversaire de la Conciliation3.

3Enfin, il me communique sa décision d’accepter la proposition de Ribbentrop de transformer en alliance le pacte anti-Komintern. Il souhaite que la signature ait lieu dans les dix derniers jours de janvier. Il considère toujours plus inévitable l’affrontement contre les démocraties occidentales et désire prendre ses dispositions. Ce mois-ci, il entend préparer l’opinion publique « dont, cependant, il se fout totalement ».

4J’écris à Ribbentrop la lettre pour l’informer que nous acceptons sa proposition (lettre transcrite dans le volume des documents).

  • 4 Dans ce courrier, Ciano précise à son collègue allemand les revendications italiennes à l’égard de (...)

52 janvier. La lettre pour Ribbentrop est approuvée4. Demain, je la transmettrai à Attolico en même temps que quelques instructions sur ce qu’il devra dire aux Allemands, spécialement à propos des relations commerciales entre les deux pays et du Haut-Adige. Il serait bon de donner cours au projet d’Hitler de retirer les Allemands qui veulent partir. Je téléphone à Ribbentrop pour lui communiquer brièvement la décision : on se parlait avec difficulté à cause de la ligne téléphonique et nous n’avons pas pu en dire beaucoup. Mais il était content et a confirmé que tout pouvait être prêt pour la fin du mois, également de la part des Japonais.

  • 5 Dans son rapport concernant l’entretien qu’il a eu avec le cardinal Pacelli afin de lui faire comm (...)

6Entretien du Duce avec Pignatti. Le Duce a dit à l’ambassadeur, afin qu’il le répète au Vatican, qu’il est mécontent de la politique du Saint-Siège, spécialement en ce qui concerne l’Action catholique. Il a également parlé de l’opposition du clergé à la politique de l’Axe et à la politique raciale. Que l’on ne s’illusionne pas sur la possibilité pour l’Église de tenir l’Italie sous tutelle : les forces ecclésiastiques sont importantes, mais celles de l’État sont plus imposantes, et particulièrement celles de l’État fasciste. Nous ne souhaitons pas l’affrontement mais nous sommes prêts à le soutenir et, dans ce cas, nous susciterons toutes les rancœurs anticléricales latentes : que le Pape se souvienne que l’Italie est gibeline. Pignatti s’est bien comporté. Il a dit que, de la part du Vatican, de nombreuses erreurs ont été faites mais que le Pape est de bonne foi qu’il est, parmi tous les prélats, celui qui pense le plus en Italien. Je lui ai donné des instructions afin d’agir avec beaucoup de tact. Nonobstant Starace, je veux éviter le conflit avec le Vatican que je considère comme nocif5.

  • 6 Ciano signifie à Mackensen que Mussolini a évolué sur la question d’une alliance Allemagne-Italie- (...)
  • 7 Beck se rend en Allemagne le 6 janvier et Ribbentrop en Pologne le 26 janvier afin de célébrer les (...)

73 janvier. Je donne des instructions à Attolico pour sa mission auprès de Ribbentrop. Il partira dans la soirée. Jusqu’à présent, je l’ai toujours trouvé hostile à l’idée d’une alliance avec l’Allemagne alors que, ce matin, il s’y est montré ouvertement favorable. Il a dit que son séjour en Italie l’a convaincu que rien ne serait plus populaire que la guerre contre la France. Dans l’après-midi, j’informe également von Mackensen qui est venu me rendre visite de retour d’un séjour à Berlin6. L’ambassadeur de Pologne me fait allusion à la prochaine visite de Beck en Allemagne et à celle de Ribbentrop en Pologne7. Ceci contribuera à faciliter mon voyage à Varsovie qui, en principe, reste fixé pour la dernière semaine de février.

  • 8 Selon le rapport allemand sur cet entretien, Phillips a communiqué la proposition de Roosevelt de (...)

8Chez le Duce avec l’ambassadeur d’Amérique, porteur d’un message de Roosevelt et de quelques propositions pour l’établissement des Juifs émigrés. Roosevelt a pensé à une partie de l’Éthiopie et des colonies avoisinantes. Le Duce a exclu cette possibilité et a dit que seuls la Russie, les États-Unis et le Brésil ont la possibilité matérielle de résoudre la question juive en donnant aux Juifs une partie de territoire. Il s’est déclaré favorable à la constitution d’un État juif indépendant et a promis un vague appui8.

  • 9 Les blindés italiens parviennent à briser les défenses tenues par la 11e division de l’armée répub (...)

9En Espagne, le CTV a repris l’offensive et, semble-t-il, avec succès9.

  • 10 Il est vrai que la Triple Alliance, signée en 1882 entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Ital (...)

104 janvier. Entretien avec Grandi. Il revient d’une assez longue permission en Sicile et n’a donc pas grand-chose à me dire. Je lui fais une allusion assez imprécise à la future alliance avec l’Allemagne et j’observe ses réactions. Il se déclare favorable et ne croit pas qu’elle puisse avoir de trop grandes répercussions dans le monde britannique : elle est déjà intégrée. Le souvenir est encore vif de la Triple Alliance qui n’empêcha pas, 30 ans durant, le maintien de rapports cordiaux entre l’Italie et la Grande-Bretagne10.

11À Bagdad ont eu lieu des manifestations de protestation au sujet de l’émigration de masse en Libye. Les Irakiens pensent que ce noyau d’Italiens brise la continuité arabe en Méditerranée. C’est vrai et ceci est notre objectif. Mais le Duce a voulu rassurer le ministre d’Irak. Puisqu’il était ennuyé de la publicité que Balbo s’était faite avec cette initiative, il a décidé que les prochains départs auront lieu discrètement. Le prétexte le sert bien.

12J’informe Mackensen de l’initiative américaine d’hier. Il a souri et a fait des commentaires acerbes sur le manque de sens politique des Américains.

13En Espagne, on avance à toute vitesse. Gambara a fait une manœuvre très brillante : il s’est libéré de la menace de flanc et a attaqué les rouges, produisant une forte crise.

  • 11 Les Italiens et les carlistes s’emparent de la ville de Borjas Blancas, à l’est de Lérida.

145 janvier. Excellentes nouvelles d’Espagne11. Le seul danger est représenté par une éventuelle intervention en masse des forces françaises, à travers les Pyrénées. Il y a déjà des nouvelles en ce sens. Pour parer une telle menace, j’ai fait savoir à Londres et à Berlin que si les Français bougent, la politique de non-intervention sautera. Nous enverrons également des divisions régulières. Cela veut dire que nous ferons la guerre à la France en terre d’Espagne. J’ai demandé aux Allemands de publier une note de la correspondance diplomatique en faveur de notre thèse.

15Le Duce m’a dit avoir mis au courant le Roi de l’alliance militaire prochaine avec l’Allemagne. Il s’en est montré content ; il n’aime pas les Allemands mais déteste et méprise les Français. Il les croit capables d’un coup de main contre nous, aussi voit-il avec satisfaction l’engagement d’une assistance militaire allemande.

  • 12 Du 2 au 6 janvier 1939, Daladier séjourne en Corse, en Tunisie et en Algérie. Un couteau corse aya (...)
  • 13 Tullio Cianetti, né en 1899, adhère au PNF en 1921 et participe à la marche sur Rome. En 1933, il (...)

16Du reste, les temps évoluent. Les manifestations anti-italiennes en France et en Tunisie, le geste de Daladier qui voulait nous tailler la gorge avec un poignard corse12, la presse qui nous insulte, créent une atmosphère de haine contre la France, spécialement dans le peuple. J’ai dit à Cianetti13 de donner une saveur spéciale à la propagande antifrançaise parmi les ouvriers : la France est l’État bourgeois, défenseur des intérêts bourgeois. Cela fait beaucoup d’effet. Ce matin, même Alberto Pirelli, ce sceptique irrésolu et infidèle de Pirelli, m’a déclaré sa fidélité à la politique de l’Axe et son aversion pour les démocraties occidentales.

17Attolico communique, après un entretien avec Ribbentrop, que celui-ci propose la date du 28 comme jour de la signature de l’alliance.

186 janvier. Arrêt en Espagne. Gambara compte réunir ses forces pour reprendre l’attaque demain. J’ai parlé ce soir avec le chef de la commission économique espagnole, monsieur Annos, envoyé à Rome pour le traité de commerce. C’est un homme très verbeux, un peu léger et très infatué mais catalan, et par conséquent connaissant la géographie de son pays. Il juge très importante la victoire de ces derniers jours, peut-être décisive pour la liquidation de la résistance catalane, donc de la guerre.

19Le Duce se préoccupe des incidents de frontière entre Tchèques et Hongrois : cette fois, il semble que nous ayons atteint des proportions plus importantes que d’habitude. Mais il manque jusqu’à présent des informations directes de la légation. Le Duce voulait avoir des nouvelles de la part de Grandi à propos de la venue de Chamberlain, de son état d’esprit, de ses intentions. Mais Grandi est absent de Londres depuis 20 jours et se prélasse en Sicile et à la montagne. Quand le Duce l’a su, il s’en est beaucoup irrité et a dit : « C’est un homme désormais déconsidéré. Après la visite, je le renverrai. » Mais je suis certain qu’au dernier moment, comme cela est arrivé les fois précédentes, il le sauvera. Au fond, il aura raison car Grandi, avec tous ses défauts, est un bon ambassadeur et il ne sera pas facile de lui trouver un successeur étant donné que nos diplomates ne brillent pas particulièrement en ce moment.

  • 14 Ciano analyse les raisons d’une recrudescence de l’irrédentisme des populations germanophones du H (...)

207 janvier. Attolico rend compte de son entretien avec Ribbentrop. Il s’est montré enthousiaste de notre décision. Mais Attolico est allé trop loin en faisant apparaître parmi les conditions de l’alliance la question économique et celle du Haut-Adige. En réalité, si la première nous intéresse au premier chef pour ses influences politiques sur l’opinion publique, la seconde doit être réglée tranquillement, sans publicité inutile et excessive. Il suffit que les Allemands, qui ont besoin d’hommes en ce moment, prennent les allogènes qui ne désirent pas rester sur le territoire italien, au sud de la chaîne des Alpes. J’ai téléphoné à Magistrati en ce sens14.

21J’ai préparé un toast très modéré pour la venue de Chamberlain : je ne crois pas que la situation conseille ou autorise de prodiguer trop de paroles inutiles.

  • 15 Hashiro Arita, déjà ministre japonais des Affaires étrangères du 12 avril 1936 au 2 mars 1937, a r (...)

22Je vois l’ambassadeur du Japon qui me parle de l’alliance. Je crains qu’Arita15, nouveau ministre des Affaires étrangères, soit plutôt frileux alors que le président du Conseil est ouvertement favorable. Ceci n’aura pas d’influence sur la conclusion du pacte mais pourrait retarder la date de la signature. En attendant, l’ambassadeur désire être reçu en audience inaugurale chez le Duce afin de pouvoir faire un télégramme de sollicitation. L’ambassadeur est très favorable à l’alliance qu’il considère comme un instrument offensif pour obtenir de l’Angleterre « les nombreuses choses qu’elle nous doit à tous ».

23Ribbentrop m’envoie le texte ainsi que la convention secrète pour les commissions militaires.

24Gambara a été blessé, mais pas gravement semble-t-il. Par chance, car son action est magnifique.

258 janvier. Le Duce approuve le texte envoyé à Ribbentrop, sauf une variante dans le préambule. Celle-ci était inutile : dans un alinéa, « la menace de contagion bolchevique » est dénoncée comme étant une des causes du pacte. En réalité, où est la menace ? Et même si elle existe, elle n’est pas sur nos pays, et pourquoi devrions-nous nous en occuper ? Au contraire, chaque élément d’affaiblissement et de désagrégation des autres peuples doit être opportunément favorisé et encouragé par nous.

26Monsieur Annos a remis au Duce un message de Franco dans lequel il fait le point sur la situation et confirme la perspective de la victoire à brève échéance. Le Duce a beaucoup apprécié le message, également à cause du ton sur lequel il était rédigé et qu’il a qualifié de « rapport de subordonné ».

27Puis, avec le Duce, nous avons longuement examiné la politique à suivre : pacte à trois ; entente plus étroite avec la Yougoslavie, la Hongrie, la Roumanie, si possible avec la Pologne, afin de nous assurer les matières premières. Alliance avec l’Espagne à peine la guerre gagnée. Revendications envers la France. Pas Nice et la Savoie qui sont hors de la chaîne alpine. La Corse : autonomie, indépendance, annexion. La Tunisie : statut des Italiens, autonomie du bey, protectorat italien. Djibouti : port franc et chemin de fer, administration de la colonie sous forme d’un condominium, cession. Canal de Suez : forte participation à l’administration. Entente avec Belgrade pour liquider l’Albanie, essentiellement en favorisant la poussée des Serbes vers Salonique.

289 janvier. J’ai secrètement mis au courant Starace du traité d’alliance. Il en a été enthousiasmé et a dit qu’il espérait depuis longtemps une telle solution. C’est vrai : même dans les moments de crise au sein de l’Axe, comme après l’Anschluss, Starace a été parmi les rares qui ont pris parti ouvertement en faveur de l’entente avec l’Allemagne. Je lui ai donné quelques instructions : calme jusqu’au départ de Rome de Chamberlain, à qui devra être réservé un accueil sur un ton modéré ; puis, tout de suite après, propagande en fanfare contre la France de façon à faire arriver l’alliance en pleine polémique antifrançaise ; à la nouvelle de la signature du pacte, manifestations de joie dans tout le pays, donnant à celles-ci des accents francophobes. Starace a dit qu’il ne devrait pas forcer beaucoup car, désormais, le changement a eu lieu et il est facile de créer l’unanimité de toute la nation contre la France.

29Le Duce a répondu une lettre cordiale à Franco, l’encourageant à aller de l’avant, jusqu’à la solution totale de la guerre, sans accepter ni compromis, ni médiation. Au sujet de la restauration monarchique, il a également suggéré de forcer le pas. Il préfère une Espagne unie et pacifiée sous la conduite du Caudillo, chef du pays et du Parti. Il sera facile à Franco de gouverner s’il a d’abord obtenu un plein succès militaire. Le prestige du chef de guerre victorieux est toujours indiscuté.

3010 janvier. D’après les informations que nous avons, il est désormais clair que les responsabilités des conflits de frontière entre Hongrois et Tchèques ne sont pas à imputer totalement à Prague. Au contraire… L’attitude hongroise n’est pas sympathique. Le sabotage de l’arbitrage de Vienne a été entamé par eux depuis les premiers jours. Politique stupide car elle irrite l’Allemagne et nous-mêmes et ne contribue pas à modifier la situation. J’en ai clairement parlé à Villani. Je lui ai dit d’inviter son gouvernement à une plus grande correction et de s’abstenir de provoquer des incidents pour lesquels il n’aurait pas notre soutien et encore moins celui de l’Allemagne. Le Duce est lui aussi très irrité, d’autant plus que la presse française saisit l’occasion pour dévaluer l’action et l’influence de l’Axe en Europe centrale. Il a dit : « Ces Hongrois commencent à chuter dans ma sympathie. Ils n’ont pas eu le courage d’agir au moment où ils pouvaient le faire et, maintenant ils se comportent en jésuites. »

31Bonne nouvelles d’Espagne. L’offensive se déroule à un rythme rapide et régulier.

  • 16 Le Premier ministre britannique vient à Paris du 22 au 24 novembre afin d’avoir des entretiens ave (...)

3211 janvier. Arrivée de Chamberlain. La visite est essentiellement tenue dans les tons mineurs car, aussi bien le Duce que moi, nous ne sommes pas convaincus de son utilité. L’accueil de la foule est bon, particulièrement dans les quartiers centraux, dans les zones bourgeoises où le vieux au parapluie est très populaire. Plus froid dans les zones périphériques où les ouvriers s’émeuvent moins. Mais Chamberlain est très content de la réception. Peut-être se souvient-il des sifflets qui le saluèrent, voici deux mois, dans la France amie16.

  • 17 L’entretien aborde l’application des accords du 16 avril 1938, les relations italo-françaises, la (...)
  • 18 Né en 1540, Francis Drake est un des grands marins du règne d’Élisabeth Ire. Après avoir lancé un (...)

3318 heures : entretien au palais de Venise que j’ai mis par écrit. La conversation s’est déroulée sur un ton las. Les affaires qui ont été traitées n’étaient pas les plus importantes et chez eux, comme chez nous, on reconnaissait facilement les réserves mentales17. La conversation d’aujourd’hui a plutôt été une reconnaissance. Le contact effectif n’a pas encore été pris. Mais comme nous sommes éloignés de ces gens ! Un autre monde. Nous en parlons avec le Duce, après le dîner, en aparté, dans un angle du salon : « Ces hommes ne sont plus, disait-il, de la trempe de Francis Drake18 et des autres magnifiques aventuriers qui créèrent l’Empire. Ceux-ci sont désormais les fils fatigués d’une longue série de riches générations et ils perdront l’Empire. » Puis, parlant de la France, il exprima beaucoup de ressentiment pour un article d’Europe nouvelle qui faisait quelques allusions déplaisantes sur sa vie intime : « Ces Français seront les premiers à tomber. Ces affaires se règlent à coups de canon et de bombes. »

3412 janvier. Entretien au palais Chigi avec lord Halifax. Entre quatre yeux, nous nous entendons mieux qu’en public. Il parle de politique avec une espèce d’intérêt impersonnel. La conversation a surtout porté sur l’Espagne. Je lui ai répété notre point de vue, et lui le sien. Mais il ne me semble pas très convaincu et, au fond, il serait heureux que la victoire de Franco mette un point final à la question.

35Je fais lire à von Mackensen le compte-rendu de l’entretien d’hier.

  • 19 De plus, le 8 janvier, à Munich, Hitler prononce un discours dans lequel il soulève la question de (...)

36L’entretien de l’après-midi (mis par écrit) a été caractérisé par la profonde préoccupation des Anglais au sujet de leurs relations avec l’Allemagne. Le réarmement allemand pèse sur eux comme une chape de plomb19. Cette sombre préoccupation m’a encore plus convaincu de la nécessité de l’alliance à trois. Avec un tel instrument dans les mains, nous pourrons obtenir ce que nous voudrons. Les Anglais ne veulent pas se battre. Ils cherchent à reculer le plus lentement possible mais ne veulent pas se battre. Mussolini a défendu l’Allemagne avec un grand loyalisme et a été quelque peu hermétique à propos de ses futurs projets et de ceux du Führer. Les entretiens avec les Anglais sont terminés : rien de fait.

37Je téléphone à Ribbentrop pour lui dire que la visite a été une « grande limonade », absolument inoffensive et pour le remercier de l’attitude de la presse allemande.

3813 janvier. Dans la matinée et l’après-midi, aucun contact avec les Anglais qui sont reçus au Vatican. L’atmosphère est désormais à un scepticisme diffus. Les journaux anglais définissent la rencontre comme une partie se concluant par un zéro à zéro. La définition est bonne. Je prépare un communiqué absolument anodin et je le montre au Duce, au palais de Venise, en fin de soirée. Durant la journée, il est allé skier à Terminillo. Il l’approuve.

39Repas chez Perth. Puis, un bref entretien entre le Duce, Chamberlain et moi. On parle du problème juif : chose intéressante, Chamberlain ignorait le nombre de Juifs en Angleterre. Peut-être 60 000 croyait-il. Le Duce lui a dit qu’il dépassait les 200 000.

  • 20 Dans un rapport du 13 janvier, André François-Poncet fait part d’un entretien avec lord Halifax : (...)

40Chamberlain se préoccupe beaucoup du problème car il a admis qu’une future immigration juive en Angleterre ferait éclater un antisémitisme déjà perceptible dans de nombreux secteurs du pays. Durant la réception, François-Poncet a tenté d’approcher le Duce mais celui-ci lui a ostensiblement tourné le dos. Rien à faire pour cet ambassadeur : le Duce le déteste. D’après des informations fournies par le ministre d’Uruguay, il résulte que François-Poncet a dit que le Duce serait dans une période de décadence intellectuelle. Le jugement suivant a été tiré d’une lettre interceptée : « En Allemagne, je devais traiter avec de grands seigneurs, ici, inversement, avec des laquais devenus des maîtres. » Voici les écueils sur lesquels est venue se fracasser la mission de François-Poncet ! La froideur de notre accueil l’a désorienté et c’est pour cela qu’il accumule les erreurs20.

4114 janvier. J’accompagne le Duce à la gare pour le départ de Chamberlain. Il est furieux contre la presse britannique en général, mais spécialement contre le Daily Express où un article de lord Forbes est plein d’idioties, de lieux communs sur l’hostilité du peuple italien pour la politique de l’Axe.

42Le moment du congé est court mais cordial. Chamberlain me répète à plusieurs reprises sa reconnaissance pour le traitement qui lui a été réservé durant son séjour en Italie. Quand le train démarre et que ses concitoyens entonnent Jolly Good Fellow (« Qu’est-ce que cette chanson ? », demanda le Duce à Grandi), il a les yeux pleins de larmes. Le vieux Chamberlain est sympathique et, indépendamment de toute autre considération, je me rends compte de l’atmosphère de cordialité qui s’est créée autour de sa personne.

43Mussolini a inspiré un violent article dans Il Tevere intitulé « Crachats sur la France ». Le lendemain, je lui proposerai de donner une large publicité à une discussion qu’a eue Campinchi dans un hôtel de Bastia et rapportée par deux de nos agents corses, Grimaldi et Pietri. Il menace l’Italie d’une guerre en juin et révèle des plans précis et agressifs de la France. Le document est absolument authentique. Je pense que, bien utilisé par la presse, cela peut favoriser la formation d’un grand scandale et donc accroître en Italie la vague, déjà forte, de haine contre les Français.

44J’envoie à Hitler les copies authentiques des deux séances ayant eu lieu au palais de Venise.

4515 janvier. Les nouvelles de l’avancée en Catalogne sont toujours meilleures. Le général Gambara s’est heureusement chargé d’entraîner toutes les forces espagnoles. Des bruits commencent à circuler sur une intervention massive des Français. Je ne le crois pas. Pour intervenir dans les circonstances présentes de la guerre, les Français devraient envoyer beaucoup de forces, autrement ils risqueraient d’être battus avec les Catalans. Ils ne sont pas en mesure de le faire : ils devraient mobiliser beaucoup de personnes. Un pays qui, au cours du second semestre de l’année passée, a eu 40 000 morts de plus que le nombre de naissances, ne peut pas se permettre le luxe de gaspiller le sang de ses fils trop peu nombreux.

46De toute façon, il est certain que si la France intervient, nous ferons de même. Mussolini a dit ce matin : « Si Paris envoie des forces, nous débarquerons 30 bataillons à Valence, même si cela doit provoquer une guerre mondiale. »

47Avec le Duce, nous avons discuté de ce que je devrai dire et faire en Yougoslavie. Le point principal est la question albanaise. Nous avons convenu que cela ne valait pas la peine de jouer la précieuse amitié de Belgrade pour l’Albanie. Aussi, au moment du passage à l’acte, nous agirons seulement si nous pouvons parvenir à un accord qui devra reposer sur ces bases : arrondissement de la frontière yougoslave, démilitarisation des frontières albanaises, alliance militaire, appui pour la conquête de Salonique de la part des Serbes.

4816 janvier. L’avance en Catalogne se déroule sur un rythme accéléré : Reus et Tarragone sont tombées hier et aujourd’hui ce sera, sans doute, le tour de Cervera. Si l’on peut poursuivre à ce rythme, la situation de Barcelone sera également désespérée. Le Duce en est convaincu : il dit qu’une armée vaincue est prise de découragement lorsqu’elle est le dos à la mer. La victoire semble désormais certaine. C’est pour cela que nous n’entendons pas permettre une quelconque intervention des Français. J’ai appelé, ce matin, lord Perth et je lui ai tenu ce discours : « Je vous préviens que si les Français interviennent en force en faveur des rouges de Barcelone, nous attaquons Valence. 30 bataillons, en tenue de campagne, sont prêts à s’embarquer à la première alerte. Nous agirons ainsi même si cela doit provoquer une guerre européenne. Aussi, je vous prie d’inviter les Français à la modération et au sens des responsabilités nécessaires. »

49Je ne crois pas que la France agira. Cependant, la prise de Barcelone entame une crise dont la portée n’est pas encore totalement perceptible. Entretien avec Sereggi, porteur d’une lettre du roi Zog, lequel me demande une espèce de médiation auprès des Yougoslaves au sujet des minorités albanaises résidant au Kosovo. Si les choses vont bien, et si Stoyadinovitch est prêt à marcher avec décision, Zog verra quelle médiation je lui donnerai !

5017 janvier. L’avance se poursuit bien. Beaucoup de bruits d’une intervention française et beaucoup d’agitation dans les milieux extrémistes parisiens mais rien de concret. Du moins, pour le moment.

51L’ambassadeur d’Allemagne, au nom de Ribbentrop, me prie de faire quelques sondages à Belgrade pour savoir si Stoyadinovitch compte donner son adhésion au pacte anticommuniste. J’essaierai. Mais, à mon avis, ceci est prématuré. Aucun doute sur les intentions de Stoyadinovitch vis-à-vis de l’Axe : solidarité pleine et entière. Personnellement, je souhaiterais aller au-delà. Mais je me demande si la situation intérieure lui permet de prendre, aujourd’hui, des décisions d’une telle nature et je suis enclin à répondre non.

  • 21 Le comte Carlo Dentice di Frasso est marié à une Américaine.
  • 22 Services secrets de l’armée.

52Dentice di Frasso21 communique une mirobolante découverte américaine d’un explosif très puissant, sans fumée, sans explosion, sans chaleur etc. Les Américains seraient prêts à nous céder le secret. Dentice se porte garant de la chose mais je suis sceptique au sujet de cette invention. Toutefois, j’ai décidé qu’un de nos officiers du SIM22 se rendrait aux États-Unis pour rencontrer l’inventeur et examiner sa découverte. Cela vaut toujours la peine d’essayer : qui sait ?

  • 23 Lord George Ambrose Lloyd est haut-commissaire pour l’Égypte et le Soudan.

53Long entretien avec lord Lloyd23 auquel j’ai répété, sous forme succincte et beaucoup plus réservée, ce que j’avais dit à Halifax, surtout au sujet de la France.

  • 24 Ville de la province de Trieste annexée à l’Italie à la suite du traité de Rapallo en 1920 entre l (...)

5418 janvier. Départ pour Belje. Voyage sans problème. Cordiales manifestations à Trieste et à Postumia24.

  • 25 Sur la question du partage de l’Albanie, Ciano semble plus circonspect : « J’ai évité de préciser (...)

5519 janvier. J’arrive à Belje. Chasse au lièvre. Durant le retour, dans le train, nous parlons avec Stoyadinovitch. J’aborde la question albanaise. Dans un premier temps, Stoyadinovitch semble s’offusquer, puis la glace se rompt et il parle d’une division de l’Albanie comme de la meilleure solution25.

  • 26 Dans le même temps, Stoyadinovitch déclare à l’ambassadeur de France à Belgrade « qu’il ne prendra (...)

5620 janvier. Chasse en forêt. Bonnes nouvelles d’Espagne. Stoyadinovitch les reçoit en criant « Corse, Tunisie, Nice26 ».

  • 27 Ciano écrit cependant dans son compte rendu : « La monarchie appuie l’action de Stoyadinovitch. Le (...)

5721 janvier. Dernière chasse à Belje. Partant pour Belgrade en soirée, Stoyadinovitch me recommande de parler longuement au Régent et de le mettre au courant de la situation politique internationale. Il tient beaucoup à ses relations avec la monarchie qui ne semblent pas bonnes27.

5822 janvier. Belgrade. Chasse et long entretien avec le Régent. Je suis surtout touché par la spontanéité de l’accueil que je reçois, si différent de celui de ma première visite. J’ai fait un compte-rendu du voyage qui est inséré dans le volume des documents.

5923 janvier. Voyage de retour à Rome. Nombreuses manifestations dans les gares.

6024 janvier. Le matin, je vais à la villa Torlonia où je réfère au Duce sur le déroulement et les résultats de mon voyage. Il en est très satisfait. Il s’intéresse au fait que j’aie trouvé, en Yougoslavie, un tel sentiment diffus antiallemand. Très satisfait également en ce qui concerne l’Albanie. Il me met au courant de ce qui est advenu pendant mon absence. Rien de très important si ce n’est qu’eut lieu la première exécution d’une femme. Beaucoup s’opposèrent à ce que la peine soit exécutée, pensant aux réactions populaires. Inversement, le Duce l’a voulue, convaincu que la masse approuverait et de fait, alors que l’exécution d’un homme est passée inaperçue, celle de la femme a été saluée par des applaudissements. Elle avait mis en pièces une petite fille à Terni.

  • 28 Le document britannique remis à Ciano souligne l’impression désagréable du gouvernement de Sa Maje (...)

61Je vois Perth en relation avec ce que je lui avais communiqué, avant mon départ, sur l’éventualité d’une intervention française en Espagne. On s’est alarmé à Londres. Ils demandent que nous ne fassions rien sans que nous nous soyons consultés avec le gouvernement anglais. Je donne des assurances de principe à Perth28.

62Bonnes, très bonnes nouvelles d’Espagne. Les troupes sont parvenues dans les faubourgs de Barcelone. Elles peuvent entrer d’une heure à l’autre. Nous demandons que, parmi les premières unités, il y ait des légionnaires : ils l’ont bien mérité.

63Entretien avec Villani. Je le mets au courant de ce que j’ai fait à Belgrade, en particulier en relation avec la Hongrie. Je recommande la modération dans les relations avec la Roumanie. Je ne comprends pas pourquoi un pays préoccupé par le germanisme comme la Hongrie ne voit pas le danger d’accentuer la crise avec la Roumanie, vers laquelle peuvent être attirées les plus dangereuses ambitions de Berlin ? Que serait la position des Hongrois si un jour ils trouvent les Allemands sur les frontières de la Transylvanie ?

  • 29 En novembre 1936, les troupes nationalistes échouent à prendre Madrid alors que la capitale espagn (...)

6425 janvier. Le Duce est très impatient d’avoir des nouvelles de l’occupation de Barcelone. Il téléphone souvent car il craint que puisse se répéter ce qui s’était passé devant Madrid29. Je ne le crois pas.

  • 30 Mackensen les résume de la manière suivante dans son rapport : position intérieure solide de Stoya (...)
  • 31 Enrique Lister est un des principaux chefs militaires républicains issu des rangs du Parti communi (...)

65J’informe Mackensen des résultats du voyage à Belgrade30 et reçois Perth qui vient demander notre intervention auprès de Franco afin qu’il ne s’abandonne pas à la vengeance contre tous ses ennemis après la victoire. Je lui donne des assurances et lui dis que nous avons toujours favorisé une action modératrice. Je rappelle qu’après la prise de Bilbao, le Duce envoya une lettre qui, quand elle sera connue, donnera beaucoup d’honneur à son auteur. Nos volontaires réduisent les dernières résistances de la division « Lister31 ». Ils aperçoivent déjà Barcelone, eux qui eurent la tâche la plus rude, et ils ont hâte d’y pénétrer.

6626 janvier. Long entretien avec le roi de Bulgarie. Je ne le connaissais pas. La première impression, déterminée sur le physique, est négative. Puis elle s’améliore. Nous avons longuement parlé de la situation internationale, particulièrement dans le bassin du Danube et dans les Balkans. Il voulait des renseignements sur mon voyage en Yougoslavie et m’a parlé de ses sentiments sur ce pays avec un ton qui m’est apparu sincère. Il s’est déchaîné contre la Roumanie, déchaîné avec cette modeste violence que lui permet son tempérament lymphatique. Il veut la Dobroudja, surtout parce qu’il y a beaucoup d’agitation irrédentiste à l’intérieur. Il a également parlé du débouché en mer Égée mais il a dit qu’il considérait ceci comme la seconde étape des revendications bulgares.

  • 32 La capitale catalane tombe sans beaucoup de résistance. La prise de la ville provoque l’exode vers (...)
  • 33 Station de sports d’hiver dans les Apennins.

67Pendant que j’étais au golf, la nouvelle de la prise de Barcelone est arrivée32. Je l’ai faite parvenir au Duce, à Terminillo33, et j’ai organisé, avec Starace, des manifestations dans toute l’Italie. Nous nous sommes bornés à en fixer l’heure : il n’est besoin d’aucune pression car le peuple est sincèrement heureux de cet événement.

  • 34 Le soir même, Mussolini prend la parole depuis le balcon du palais de Venise afin de célébrer la p (...)

68Le Duce était, quant à lui, ému, quoiqu’il voulût afficher son calme imperturbable. Mais il a bien raison d’être satisfait : la victoire en Espagne porte le nom de Mussolini, qui a conduit les opérations avec courage, sûreté, fermeté, même lorsque ceux qui applaudissent aujourd’hui étaient en grande partie contre lui34.

6927 janvier. Le Duce a convoqué le ministre de Grèce en ma présence. D’après un rapport venu de Bucarest, il résulte que l’attaché militaire grec a utilisé des termes injurieux envers notre armée lors d’un entretien avec son collègue hongrois. Le pauvre ministre de Grèce tremblait comme une feuille quand Mussolini, avec une figure d’une dureté métallique, lui a dit que si d’ici trois jours, il n’était pas donné pleine satisfaction, il y aurait de graves complications. Il a l’intention de remettre ses passeports au ministre lequel, face à une telle tempête, n’a rien trouvé d’autre à dire que de nous congratuler pour… la prise de Barcelone.

70Perth a envoyé, pour que nous en prenions connaissance, la minute du discours que Chamberlain prononcera à la Chambre des communes afin que nous apportions d’éventuelles modifications. Le Duce l’a approuvé et a commenté : « Je crois que c’est la première fois que le chef du gouvernement britannique soumet à un gouvernement étranger les épreuves d’un de ses discours. Mauvais signe pour eux. »

71Sur ma proposition, Gambara a été promu, en campagne, général de division. Il l’a mérité avec l’esprit et avec le sang.

72Les Espagnols se préparent à faire un pacte politique avec l’Allemagne dont les Allemands nous ont communiqué le texte. S’il doit avoir un caractère secret, comme le nôtre, pas de problème. Mais s’il doit être public, j’estime indispensable que nous soyons les premiers à le faire. Sinon, les gens diront que l’Italie fait la guerre en Espagne et que l’Allemagne en profite.

  • 35 Né en 1894, Paul Baudouin fait des études à Polytechnique et devient inspecteur des Finances en 19 (...)

7328 janvier. Fagioli rapporte avoir eu en France un entretien avec monsieur Baudouin, administrateur des salines de Somalie, qui s’est déclaré avoir été chargé secrètement par Daladier de commencer des conversations avec nous35. François-Poncet devra être tenu à l’écart car, à Paris, on estime que sa réputation est très affaiblie en Italie et qu’il est donc inapte à conduire les conversations. Daladier serait disposé à beaucoup de concessions sur trois secteurs : Djibouti, le canal de Suez et le statut des Italiens en Tunisie. J’en ai parlé au Duce. Quoiqu’il soit très sceptique sur ces ambassadeurs clandestins, il m’a conseillé de faire venir Baudouin à Rome et de lui parler éventuellement.

74Long entretien avec le consul général à Tunis, Silimbani. Les Français exercent de grandes pressions, par tous les moyens, pour dénationaliser les Italiens. Ils préparent un coup de théâtre, la publication d’un nombre important de demandes de naturalisation qui devra prouver au monde que les Italiens ne veulent rien savoir des aspirations naturelles. Pour parer le coup et dénoncer la manœuvre, nous organiserons le rapatriement collectif de 1 000 Italiens qui entendent fuir la politique française de dénationalisation. Nous créerons les réfugiés de Tunisie comme il y eut les émigrés autrichiens et les exilés sudètes.

  • 36 Les troupes italiennes progressent en direction de Gérone qui est prise le 5 février.

7529 janvier. Rien de notable si ce n’est les bonnes nouvelles de Gambara à propos de l’avance du CTV vers les Pyrénées36. Nous avons capturé 24 canons et un avion qui s’apprêtait à décoller. Gambara demande l’envoi de vivres parce que les populations meurent littéralement de faim. Elles partagent les rations avec les légionnaires aux cris de : « Vive Franco, vive l’Italie ! »

7630 janvier. Le ministre de Grèce a porté la réponse de son gouvernement : c’est une soumission en bonne et due forme, faite dans des termes tels qu’ils ne laissent pas de doute sur la peur que les Hellènes nourrissent à notre égard. La mauvaise conscience pèse sur eux et les récentes expériences ont prouvé que les petits pays ne peuvent compter que sur les amitiés et les inimitiés géographiquement proches.

77Des vivres sont envoyés à Barcelone.

78Le Duce est tout occupé, malgré le fait qu’il ait un fort rhume, à la préparation de la parade de la Milice du 1er février. Il ne laisse à personne le soin du plus petit détail. Il passe des demi-heures entières à la fenêtre de son bureau, caché derrière la tenture bleue, à scruter le mouvement des unités. Il a voulu lui-même que les tambours et les trompettes jouent toujours simultanément. Il a institué personnellement le bâton de chef de musique, lui indiquant les mouvements qu’il doit faire et corrige l’aspect du bâton lui-même. Il estime toujours plus que la forme, dans les forces armées, détermine également la substance. Il dit qu’il a fallu 1 400 millions d’hommes pour battre de justesse 60 millions d’Allemands car les rigides habitudes militaires prussiennes ont produit des soldats invincibles. Il accuse souvent le Roi d’avoir diminué le prestige physique de notre armée en voulant l’harmoniser avec son « malheureux physique ».

  • 37 Tous les 30 janvier, Hitler fait un discours devant le Reichstag afin de commémorer son accession (...)
  • 38 Fondées par Ernst Röhm en 1920, les SA, ou sections d’assaut (Sturmabteilung), servirent de garde (...)

7931 janvier. Le discours du Führer a produit le meilleur effet dans tous les milieux37. Le Duce, également, en a été très satisfait et m’a fait téléphoner à Ribbentrop afin qu’il dise à Hitler que les paroles prononcées hier soir ont procuré beaucoup de joie et de satisfaction à tout le peuple italien. Il est vrai qu’aujourd’hui, avec le Duce, nous observions que la foule applaudissait avec beaucoup de chaleur quelques officiers de la SA38 sur la place de Venise. L’Axe est en train de se populariser. Les Allemands travaillent en ce sens, mais aussi les Français avec leur politique à base d’insultes grossières et de mépris à peine déguisé.

80Entretien avec le roi Boris. Formellement pour me remettre une décoration : en réalité, pour protester, aimablement, contre l’activité exubérante de certains membres de la légation, y compris Talamo, qui créent de difficiles et embarrassantes situations. J’interviendrai.

  • 39 Il s’agit de Hüseyin Ragip Baydur, en poste à Rome depuis 1934.

81L’ambassadeur de Turquie39 renouvelle son invitation. Je lui réponds que je ne suis pas venu l’autre fois car je me suis rendu compte que les Turcs eux-mêmes préféraient retarder la visite. Je l’avais lu dans un télégramme décrypté. Il est devenu rouge comme une lanterne et a dit que, peut-être, cela était dû à l’état de santé d’Atatürk. Aussi ai-je laissé glisser l’invitation dans le vague.

  • 40 « La preuve la plus évidente de ceci est que ni Churchill, ni Eden, ni Lloyd George qui s’étaient (...)

82Grandi téléphone qu’aujourd’hui Chamberlain a remporté aux Communes un vrai succès avec le discours sur le voyage en Italie40.

Notes

1 L’historien Nicola Labanca note à propos du duc d’Aoste : « Il était donc conscient que continuer la politique de répression sauvage menée par Graziani n’était pas possible, une politique dont par ailleurs il ne voulait pas car il la jugeait inefficace. (...) Les exécutions sommaires firent place à des procès, Danane se vida lentement, la plupart des notables déportés en Italie furent autorisés à rentrer chez eux. (...) On s’efforça, en particulier, de redonner un certain prestige (à défaut de véritables compétences) aux chefs locaux, en valorisant parmi les plus âgés ceux qui étaient les plus enclins à se soumettre au pioivoir italien. » Dans Nicola Labanca, Outre-mer. Histoire de l’expansion coloniale italienne, Grenoble, ELLUG, 2014, p. 226.

2 Le général Ottorino Mezzetti est gouverneur de la province de l’Amhara. Rappelé à Rome, il est fait sénateur du royaume.

3 C’est-à-dire les accords du Latran.

4 Dans ce courrier, Ciano précise à son collègue allemand les revendications italiennes à l’égard de la France. D’une part, les revendications d’ordre contingent que sont le statut des Italiens de Tunisie, un port franc à Djibouti, l’utilisation du chemin de fer entre Djibouti et Addis-Abeba, une participation à la gestion du canal de Suez. D’autre part, les revendications historiques qui forment « un problème d’une toute autre portée » et que l’Italie ne veut pas poser pour le moment. Ciano ne les précise pas mais il s’agit sans doute de la Tunisie et de la Corse. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), Libreria dello Stato/Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 2006, doc. no 4, p. 6.

5 Dans son rapport concernant l’entretien qu’il a eu avec le cardinal Pacelli afin de lui faire communication des remarques de Mussolini, l’ambassadeur Pignatti signale que le secrétaire d’État ne croit pas que l’Action catholique soit une formation antifasciste dissimulée. Dans Ibid., doc. no 6, p. 10.

6 Ciano signifie à Mackensen que Mussolini a évolué sur la question d’une alliance Allemagne-Italie-Japon. Il y est désormais favorable et la signature pourrait alors avoir lieu à Berlin le 28 janvier. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. IV : Les suites de Munich (octobre 1938 – mars 1939), op. cit., doc. no 339, p. 496.

7 Beck se rend en Allemagne le 6 janvier et Ribbentrop en Pologne le 26 janvier afin de célébrer les cinq ans du pacte de non-agression germano-polonais.

8 Selon le rapport allemand sur cet entretien, Phillips a communiqué la proposition de Roosevelt de permettre l’établissement de Juifs au sud et au sud-ouest de l’Éthiopie. Le président américain demande également une intervention de Mussolini auprès du Reich afin qu’il autorise les Juifs quittant l’Allemagne de prendre des biens qui leur seront nécessaires pour se réinstaller. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. IV : Les suites de Munich (octobre 1938 – mars 1939), op. cit., doc. no 341, p. 499.

9 Les blindés italiens parviennent à briser les défenses tenues par la 11e division de l’armée républicaine, commandée par Enrique Lister, sur le front de Catalogne.

10 Il est vrai que la Triple Alliance, signée en 1882 entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie, n’a pas interdit la signature de la convention italo-britannique de 1887 garantissant le bon voisinage en Méditerranée.

11 Les Italiens et les carlistes s’emparent de la ville de Borjas Blancas, à l’est de Lérida.

12 Du 2 au 6 janvier 1939, Daladier séjourne en Corse, en Tunisie et en Algérie. Un couteau corse ayant été offert au président du Conseil à son arrivée à Bastia, il fait mine de le brandir contre un ennemi imaginaire. Ce geste de défi est interprété comme visant l’Italie.

13 Tullio Cianetti, né en 1899, adhère au PNF en 1921 et participe à la marche sur Rome. En 1933, il est chef des syndicats industriels fascistes à Turin. L’année suivante, il est nommé secrétaire national de la Confédération nationale des syndicats fascistes de l’industrie. Il devient, également en 1934, député et membre du Grand Conseil du fascisme.

14 Ciano analyse les raisons d’une recrudescence de l’irrédentisme des populations germanophones du Haut-Adige : le succès allemand lors de la résolution du problème sudète, le phénomène général de l’expansion allemande, l’action de groupes nazis locaux, la politique de l’Italie en faveur de ses propres minorités. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 12, note 5, p. 26-27.

15 Hashiro Arita, déjà ministre japonais des Affaires étrangères du 12 avril 1936 au 2 mars 1937, a retrouvé ce poste le 30 octobre 1938. Il le conserve jusqu’au 29 août 1939, puis du 15 janvier au 21 juillet 1940.

16 Le Premier ministre britannique vient à Paris du 22 au 24 novembre afin d’avoir des entretiens avec le gouvernement français. Des injures ont fusé de temps en temps, dans le contexte de tension sociale et de décrets pris par Daladier afin de réviser le dispositif de la loi des 40 heures.

17 L’entretien aborde l’application des accords du 16 avril 1938, les relations italo-françaises, la question des volontaires en Espagne, le problème des émigrés juifs pour lequel Mussolini envisage une éventuelle solution par la création d’un État juif aux États-Unis, en Russie ou au Brésil, le rôle de l’Axe dans la politique étrangère de l’Italie qui n’exclut pas une bonne entente avec d’autres puissances. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. III (September 14, 1938 – January 20, 1939), op. cit., doc. no 500, p. 517-521. Le Premier ministre britannique souligne sa volonté de paix : « En ce qui concerne l’Axe, il est d’accord qu’il représente la base fondamentale de la politique italienne. Il n’entend rien faire contre lui, d’autant plus que l’Axe n’interviendra pas dans la coopération entre l’Italie et l’Angleterre, de même que cette coopération ne tend pas à diminuer l’intimité des rapports existants entre la Grande-Bretagne et la France. Dans ces conditions, il est nécessaire que les quatre grandes puissances fassent une politique de paix et au moyen de relations cordiales établissent les conditions même de cette paix. Après la conférence de Munich, il estimait possible d’engager de nouvelles conversations avec les Allemands. Mais malheureusement il n’a pu obtenir aucune réelle correspondance amicale de la part de l’Allemagne et aucune négociation n’a été ouverte. Malgré les incidents survenus, il conserve toutefois la bonne volonté d’améliorer les rapports entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 256-257.

18 Né en 1540, Francis Drake est un des grands marins du règne d’Élisabeth Ire. Après avoir lancé un raid sur Séville en 1587, il participe à la défaite de l’Invincible Armada l’année suivante. Il meurt en 1596 après avoir fait faire, pour la première fois à une flotte anglaise, le tour du monde.

19 De plus, le 8 janvier, à Munich, Hitler prononce un discours dans lequel il soulève la question des colonies allemandes perdues en 1919. Lors de l’entretien, Mussolini défend les bases du réarmement allemand : « Le Duce rappelle à Chamberlain que l’Allemagne a toujours le droit de craindre une coalition de peuples. En examinant le réarmement allemand, il faut enfin se souvenir qu’il est proportionné au chiffre élevé de la population nationale et que les Allemands, en effectuant leur réarmement, sont partis de zéro, ont dû créer ex novo artillerie, aviation, etc. D’autre part, le caractère défensif de l’armement allemand est prouvé par la construction de la ligne Siegfried, qui fait face à la ligne Maginot. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 260.

20 Dans un rapport du 13 janvier, André François-Poncet fait part d’un entretien avec lord Halifax : « J’ai fait remarquer à lord Halifax que les pensées et les projets véritables de M. Mussolini restaient, après la rencontre de Rome, aussi mystérieux qu’avant. Il ne put pas contester. Je lui ai demandé s’il croyait que le Duce ait été sincère. Il a fait un geste évasif. Il m’a paru, cependant, disposé à accorder au chef du gouvernement italien un crédit au moins provisoire. Le proche avenir dira s’il a raison. En attendant, j’estime que la presse française serait mal inspirée si elle insistait de tout son poids sur la médiocrité des résultats obtenus à Rome, et si elle représentait la rencontre italo-anglaise comme un fiasco. Il serait à mon sens plus opportun à tous égards de prendre acte des déclarations apaisantes qu’ont recueillies les Anglais et de se borner à souhaiter que la réalité les corrobore. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 13 (1er décembre 1938 – 31 décembre 1939), op. cit., doc. no 359, p. 641.

21 Le comte Carlo Dentice di Frasso est marié à une Américaine.

22 Services secrets de l’armée.

23 Lord George Ambrose Lloyd est haut-commissaire pour l’Égypte et le Soudan.

24 Ville de la province de Trieste annexée à l’Italie à la suite du traité de Rapallo en 1920 entre l’Italie et la Yougoslavie. Elle est actuellement en Slovénie.

25 Sur la question du partage de l’Albanie, Ciano semble plus circonspect : « J’ai évité de préciser avec Stoyadinovitch quelles zones pourraient être occupées par la Yougoslavie et par l’Italie. Tandis qu’il parlait de partage albanais, j’ai toujours parlé de rectifications de frontières. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 267. Pour sa part, Stoyadinovitch écrit dans ses Mémoires : « Si possible dissuader l’Italie d’entrer en Albanie ; au cas contraire, ne pas la laisser tout prendre et annexer la partie septentrionale. » Dans Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres, op. cit., p. 203.

26 Dans le même temps, Stoyadinovitch déclare à l’ambassadeur de France à Belgrade « qu’il ne prendrait pas plus vis-à-vis de l’Italie que d’aucun autre pays d’engagements pouvant mettre la Yougoslavie dans un camp opposé à celui de la France ». Dans Bonnet Georges, Fin d’une Europe, op. cit., p. 71.

27 Ciano écrit cependant dans son compte rendu : « La monarchie appuie l’action de Stoyadinovitch. Le prince Paul, en parlant avec moi de la situation intérieure, m’a dit que, malgré quelques difficultés, il la considère avec beaucoup d’optimisme et il a affirmé que Stoyadinovitch est l’homme politique serbe supérieur de cent coudées à tous les autres. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 263-264. Il convient de se demander, au regard des événements ultérieurs en Yougoslavie, si le régent Paul ne cache pas ses intentions vis-à-vis de Stoyadinovitch.

28 Le document britannique remis à Ciano souligne l’impression désagréable du gouvernement de Sa Majesté au regard des récentes discussions de Rome entre Mussolini et Chamberlain. Le cabinet britannique souhaite une coopération effective avec le gouvernement italien afin de prévenir tout risque de conflit au sujet de la question espagnole. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 103, note 5, p. 145.

29 En novembre 1936, les troupes nationalistes échouent à prendre Madrid alors que la capitale espagnole paraît à leur portée. Il est vrai que Franco détourne une partie de ses forces afin de dégager Tolède.

30 Mackensen les résume de la manière suivante dans son rapport : position intérieure solide de Stoyadinovitch, politique extérieure yougoslave tournée vers l’Axe, resserrement des liens italo-yougoslaves, volonté yougoslave d’une bonne entente avec la Hongrie, retrait envisagé de la Yougoslavie de la SDN si la Hongrie la quitte également, faveur de Stoyadinovitch pour une adhésion yougoslave au pacte anti-Komintern surtout si l’Allemagne l’y invite directement. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. IV : Les suites de Munich (octobre 1938 – mars 1939), op. cit., doc. no 350, p. 511-513.

31 Enrique Lister est un des principaux chefs militaires républicains issu des rangs du Parti communiste espagnol.

32 La capitale catalane tombe sans beaucoup de résistance. La prise de la ville provoque l’exode vers le nord et la frontière française d’une partie de la population barcelonaise.

33 Station de sports d’hiver dans les Apennins.

34 Le soir même, Mussolini prend la parole depuis le balcon du palais de Venise afin de célébrer la prise de Barcelone : « Le mot d’ordre des rouges était celui-ci : « Ils ne passeront pas ». Nous sommes passés et je vous dis que nous passerons. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 229.

35 Né en 1894, Paul Baudouin fait des études à Polytechnique et devient inspecteur des Finances en 1921. Outre la fonction d’administrateur des salines de Somalie, il est directeur de la banque d’Indochine de 1927 à 1940. Début janvier 1939, Édouard Daladier, à l’origine de l’initiative, et Georges Bonnet lui demandent de mener une mission auprès des autorités italiennes afin de sonder leurs intentions.

36 Les troupes italiennes progressent en direction de Gérone qui est prise le 5 février.

37 Tous les 30 janvier, Hitler fait un discours devant le Reichstag afin de commémorer son accession à la chancellerie. Au cours de ce discours qui dure 2 h 20, Hitler fait le bilan de l’agrandissement du Grand Reich au cours de l’année 1938, rappelle les principes fondamentaux du nazisme, en particulier la Volksgemeinschaft (communauté nationale), renouvelle la nécessité pour le peuple allemand de s’étendre pour acquérir les besoins vitaux à sa survie, condamne les interventions politiques des Églises, affirme la pleine solidarité avec l’Italie et prononce également les propos suivants envers les Juifs : « Dans ma vie, j’ai très souvent été prophète et la plupart du temps, on m’a tourné en dérision. Au temps de ma lutte pour le pouvoir, c’étaient surtout des Juifs qui riaient de m’entendre prophétiser que je serais un jour le chef de l’État et du peuple allemand tout entier, puis que, entre autres choses, j’apporterais sa solution au problème juif. Je crois que ces rires creux d’alors restent déjà en travers de la gorge de la juiverie d’Allemagne. Je veux être à nouveau prophète : si la juiverie financière internationale, en Europe et à l’extérieur, devait parvenir à plonger une fois de plus les nations dans une guerre mondiale, il en résulterait non pas la bolchevisation de la terre et donc la victoire de la juiverie, mais l’anéantissement de la race juive en Europe. » Dans Kershaw Ian, Hitler. 1936-1945, Flammarion, coll. « Documents et Essais », Paris, 2000, p. 252.

38 Fondées par Ernst Röhm en 1920, les SA, ou sections d’assaut (Sturmabteilung), servirent de garde prétorienne au parti nazi jusqu’à son accession au pouvoir. Après l’élimination physique de leur chef, le 30 juin 1934, lors de la nuit des Longs Couteaux, elles n’eurent plus qu’un rôle effacé sous la direction de Viktor Lütze.

39 Il s’agit de Hüseyin Ragip Baydur, en poste à Rome depuis 1934.

40 « La preuve la plus évidente de ceci est que ni Churchill, ni Eden, ni Lloyd George qui s’étaient inscrits pour prendre la parole et dont les discours étaient particulièrement attendus, n’ont osé prendre la parole », écrit Grandi dans son rapport. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. XI (1 gennaio – 22 maggio 1939), op. cit., doc. no 134, p. 178.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540