Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Octobre

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du district de Teschen (Cieszyn pour les Polonais), d’une superficie de près de 1 000 ki (...)
  • 2 Lors de son entretien avec Beck, l’ambassadeur Pietro Arone fait remarquer que le temps très limit (...)

11 er octobre. Quelques petites émotions encore ce matin. Prague nous informe que Beck a envoyé un ultimatum qui expire à midi pour la cession des territoires revendiqués1. Les Tchèques sont d’accord en principe mais voudraient un peu de temps pour préparer convenablement les choses. Ils n’ont pas tort. Cette impatience polonaise n’est pas justifiée. Ils ont attendu 20 ans, ils peuvent attendre quelques jours de plus et éviter des incidents qui pourraient rendre à nouveau la situation difficile. Je téléphone à ce sujet à notre ambassadeur à Varsovie et le charge de faire une démarche auprès de Beck2. Personnellement, j’en parlerai au représentant polonais à Rome.

  • 3 Le pacte à Quatre a été signé à Rome le 7 juin 1933 entre l’Italie, la France, le Royaume-Uni et l (...)

2La France et l’Angleterre bougent également. Mais Ribbentrop, qui en réalité n’est pas très content que tout se soit déroulé sans complication, me téléphone pour me dire qu’il ne fera aucun geste en direction de Varsovie et qu’il incite presque les Polonais à l’attaque. L’ultimatum est reculé d’une heure : Prague cède et le problème est résolu. La vérité est que les Polonais sont devenus intransigeants parce qu’ils n’ont pas été invités à Munich et parce qu’ils craignent de voir resurgir le pacte à Quatre3.

  • 4 Galeazzo Ciano a été consul d’Italie à Shanghai de juin 1930 à avril 1933.

3Dans l’après-midi, beaucoup de diplomates, parmi lesquels Perth à qui je fais allusion à une prochaine reprise des contacts, Christich qui me lit une lettre cordiale de Stoyadinovitch et Hotta accompagné de Shigemitsu, vieux collègue de Shanghai4 que j’ai vu pour la dernière fois il y a plusieurs années et dans des circonstances très dramatiques. Maintenant, il est ambassadeur à Londres.

  • 5 Cet accord anglo-allemand du 30 septembre est conclu sans que Chamberlain n’en avertisse le gouver (...)

42 octobre. Le prince de Hesse est chargé par le Führer de m’expliquer pourquoi la conférence de Munich a eu pour codicille un communiqué anglo-allemand. Chamberlain a demandé audience au Führer et lui a parlé de l’éventuelle conférence sur l’Espagne, ainsi que d’une inconcevable proposition d’abolir l’aviation de bombardement des quatre puissances (sic !). Enfin, il a sorti de sa poche un morceau de papier et lui a soumis un projet de communiqué qu’il déclare nécessaire pour sa position parlementaire. Le Führer n’a pas cru devoir refuser5. Le Duce, à qui j’ai raconté la chose, m’a dit : « Les explications étaient superflues. On ne refuse pas une limonade à un homme qui a soif. »

5J’examine avec le Duce la question de nos rapports avec Londres. Après tout ce qui a été dit à Chamberlain, il convient de ne pas retarder les tractations avec Perth. Je l’appellerai demain et lui communiquerai de manière officielle l’annonce du retrait des 10 000 volontaires. Après quoi je lui poserai nettement la question : voulez-vous mettre maintenant en vigueur le pacte du 16 avril ?

6S’ils le font, très bien. Autrement, chacun fera son propre jeu : le Duce dit de signaler que le Grand Conseil pourrait dénoncer cet accord qui attend depuis trop longtemps d’être concrétisé.

  • 6 L’Information diplomatique no 21 précise que « la Hongrie a attendu vingt ans pour qu’on lui rende (...)

7En soirée, le Duce me communique l’Information diplomatique à propos de la Hongrie6.

  • 7 La Slovaquie est passée sous le contrôle hongrois aux xe et xie siècles, avec la fin du royaume de (...)

83 octobre. Villani demande notre appui pour accélérer les décisions de Munich en ce qui concerne la Hongrie. D’après ce qu’il dit, et surtout d’après ce qu’il ne dit pas, il est clair que les Hongrois pensent à la Slovaquie7. Erreur, grosse erreur, à laquelle je suis personnellement opposé. On aurait une réaction roumaine, yougoslave, allemande. De plus, les Slovaques ne le veulent pas. Il ne convient pas de réparer une injustice pour en commettre une autre.

  • 8 Au cours de l’entretien, Ciano évoque la possibilité d’une visite de Chamberlain à Rome, ce à quoi (...)

9J’ai un entretien avec Perth. Je m’exprime selon ce qui a été convenu avec le Duce. Les arguments sont tellement forts qu’il ne peut opposer d’objections et cherche à relancer la question des avions. Je lui conseille de ne pas soulever de nouvelles difficultés et de s’en tenir aux termes de nos précédents accords. Je confirme qu’il est inutile de parler de conférence à quatre ou autre visites jusqu’à ce que les rapports ne se soient normalisés : ceci pourra suivre mais non précéder la mise en vigueur du pacte. Enfin, j’ajoute qu’une réponse, même de principe, doit être donnée avant la date du 6 octobre car le Grand Conseil traitera de la politique extérieure et qu’il ne faut pas cristalliser des situations qui ne sont pas, pour le moment, définies par des documents diplomatiques8.

  • 9 Le comte Charles Pineton de Chambrun est ambassadeur de France à Rome de juillet 1933 à octobre 19 (...)
  • 10 Envoyée spéciale du journal français Le Matin, Magda Fontanges, admiratrice du Duce, est devenue l (...)

10Je reçois les ambassadeurs brésilien, roumain, portugais. Je téléphone à Prunas que, si un ambassadeur de France doit venir, il serait bien que ce ne soit pas Chambrun9, comme le disent les journalistes. Il est liquidé à cause de ses propos concernant la soi-disant amitié avec le Duce et à cause de la balle que la Fontanges10 lui a envoyée dans les parties basses.

114 octobre. Après quelques requêtes de peu d’importance, je reçois, à sa demande, lord Perth. Il souhaite quelques éclaircissements à la suite de notre entretien d’hier, à savoir : l’Italie désire-t-elle ne plus envoyer de troupes après le retrait des 10 000 hommes et est-elle disposée à s’engager à ne pas augmenter le nombre de pilotes et d’avions nationalistes ? La réponse à la première demande est évidente et je la donne tout de suite. Pour la seconde, je réserve la décision du Duce. Je fais bien car il repousse justement l’engagement qui affaiblirait trop la position de Franco.

12Prunas téléphone les décisions parisiennes concernant l’envoi de l’ambassadeur qui semble être François-Poncet. La nouvelle nous laisse assez indifférent. Il est bien que les Français aient capitulé mais nous ne voulons pas que ceci excite l’enthousiasme de quelques Italiens.

  • 11 Il s’agit plutôt de Dworchak, agitateur slovaque pro-hongrois.

13Un certain Kworchak11, que je connaissais déjà et que le Duce m’envoie, soutient la thèse d’une union slovaque à la Hongrie. Je suis assez méfiant. Le Duce aime les Hongrois, disant qu’ils sont les seuls pour lesquels il a de la sympathie en Europe. Pour ma part, je m’en défie un peu. Après la Slovaquie viendra le tour de la Croatie. Les Allemands, qui n’osent pas soulever le problème du débouché en Adriatique, penseront se frayer le chemin grâce aux Magyars qui, dans le même temps, reviendront à l’inévitable politique de gravitation autour de Berlin. Sur le document que l’on m’a montré hier, il y avait Fiume parmi les revendications. Cela est significatif. Rien à faire : notre véritable amitié est avec Belgrade.

145 octobre. J’informe Villani qu’en cas d’attaque tchèque (chose que nous excluons absolument), la Hongrie peut compter sur l’envoi immédiat de 100 avions de chasse et autant de pilotes pour la défense de Budapest. Nous parlons de la Slovaquie. Les appétits hongrois se font toujours plus importants. Je conseille la modération. J’expose ensuite au Duce mes sentiments à la suite de l’entretien d’hier avec le propagandiste slovaque. J’ai découvert qu’il est un ancien boxeur à la solde hongroise.

15Le Duce est d’accord et en arrive à la conclusion que nous devons resserrer les liens avec Belgrade.

16Je vois Perth et lui communique les décisions du Chef.

17Chvalkovsky a été nommé ministre des Affaires étrangères et se prépare à partir pour Prague. Il a toujours été un ami et a vu la situation avec lucidité. Aujourd’hui, il se propose de liquider au plus vite les questions entre les États voisins et souhaite nettement entrer dans l’orbite de l’Axe. « Amitié avec l’Axe et intimité avec Rome » est mon conseil, ce qu’il accepte intégralement. Désormais, Prague devra entrer dans cet Axe horizontal qui, de Rome, devra se prolonger jusqu’à Varsovie et qui, étant très fort, pourra permettre l’existence d’un Axe vertical. Je conduis le ministre chez le Duce qui lui répète les mêmes conseils. Chvalkovsky lui dit avoir toujours été certain de l’impossibilité de l’aide franco-britannique. En Angleterre, on ignore la Bohême. Une fois, alors qu’il était étudiant à Londres, on lui demanda de jouer du violon seulement parce qu’on savait qu’il était tchèque. On confondait Tchèques et Tziganes. Il pense maintenant se rendre à Berlin pour se présenter au Führer.

186 octobre. Perth porte la réponse britannique. En principe, c’est l’acceptation de la mise en vigueur du pacte après le retrait des 10 000 volontaires. Mais Chamberlain demande un peu de temps pour respirer. Il ne veut pas se présenter devant le cabinet puis devant le Parlement et dire : « Voilà. C’est à prendre ou à laisser. Mussolini m’a fixé une date. » Autrement, sa situation qui, malgré le vote de confiance, est fragile, serait insoutenable. Il demande du temps jusqu’au 1er novembre. Le Duce, qui dans un premier temps avait réagi de manière défavorable à la réponse anglaise, a fini par y consentir. Naturellement, il ne tient à donner aucune assurance pour l’aviation et son activité.

19Grand Conseil. Problème des Juifs. Balbo, De Bono et Federzoni parlent en leur faveur. Les autres contre, surtout Bottai qui me surprend par son intransigeance. Il s’oppose à une atténuation quelconque des mesures. « Ils nous détestent car nous les avons chassés. Ils nous mépriseront si nous les faisons rentrer. » Le Duce, durant la suspension de séance, me dit : « Les discriminations ne comptent pas. Il faut soulever le problème. Maintenant, l’antisémitisme est inoculé dans le sang des Italiens. Il continuera tout seul à circuler et à se développer. Puis, même si ce soir j’ai été conciliant, je serai très dur dans la préparation des lois. »

207 octobre. Je communique à Perth notre réponse. Aucune réaction particulière. Seule nouveauté, je crois que le pacte est désormais en voie de ratification d’ici quelques semaines.

  • 12 Au moment où la guerre d’Éthiopie semble proche de la fin, le Duce annonce le 23 mars 1936 sa déci (...)

21Grand Conseil. Discussion à propos de la Chambre des faisceaux et des corporations12. Aucune intervention au débat particulièrement intéressante. Le Duce a fait une allusion voilée aux projets albanais : « Je suis né pour ne jamais laisser les Italiens en paix. D’abord l’Afrique, aujourd’hui l’Espagne, demain encore autre chose. » Le Grand Conseil a applaudi.

22Notre position est fixée au sujet des revendications polono-hongroises. Pas de Slovaquie. Pour cette dernière, pleine liberté de décision : peut-être avec Prague ou peut-être l’autonomie. Frontières communes entre la Hongrie et la Pologne à travers la Russie subcarpatique. Il semble cependant que Berlin se prépare à rendre également difficile cette question. Ceci, d’un point de vue allemand, est logique. Par contre, je ne comprends pas l’opposition roumaine. Étant donné que désormais la Tchécoslovaquie ne sera qu’un appendice de l’Allemagne, ces braves Roumains tiennent-ils à avoir une frontière commune avec les Allemands ? Ils ne comprennent pas que le contact polono-hongrois serait un barrage en leur faveur ? Dans notre situation, il est très délicat de leur dire.

238 octobre. Villani énumère les revendications territoriales hongroises : les terres hongroises, la Russie subcarpatique et le plébiscite pour les Slovaques. Mais les nouvelles de Berlin laissent clairement voir la sourde opposition allemande à la cession des territoires de l’intérieur.

  • 13 Durant son intervention, Ciano présente les raisons qui ne permettent pas de faire aboutir les nég (...)

24J’ai longuement parlé, et avec succès, de la situation internationale au Grand Conseil. Le Duce, qui écoutait le discours avec la plus profonde attention, a défini comme « intéressant, précis et parfois dramatique » le rapport du camarade Ciano13.

  • 14 Le Grand Conseil vote l’ordre du jour suivant : « Le Grand Conseil du fascisme, ayant écouté le ra (...)

259 octobre. Le Duce téléphone pour me dire qu’il a trouvé « mon rapport très brillant et que le Grand Conseil l’a beaucoup apprécié14 ».

26Je vais à Florence puis à Ponte a Moriano avec Edda et Ciccino.

2710 octobre. Le ministre de Hongrie dramatise la situation et parle de mobilisation générale. Je ne le crois pas. Il me dit, sous la confidence, que des forces internes se mettront en action aujourd’hui. Ils nous en ont informés, ainsi que les Polonais, mais ne se fient pas trop aux Allemands.

28J’accompagne Grandi chez le Duce : entretien sans relief. Puis le Duce me parle de De Vecchi et me dit : « Peut-être cela t’apparaîtra-t-il méphistophélique quand je te l’exposerai mais il convient d’agir ainsi. De Vecchi a toujours créé un tas d’ennuis partout où je l’ai mis. Il n’a jamais rien su faire. Maintenant à Rhodes, cela va très mal. Mais peu importe. Au contraire, il est nécessaire de l’encourager pour que cela aille de mal en pis. Il faut lui donner l’impression d’approuver son action, lui savonner la pente et attendre qu’il fasse une glissade si importante afin qu’il se sente liquidé, non seulement aux yeux des autres, mais également aux siens. Alors, j’en serai débarrassé définitivement. »

  • 15 Fils du maréchal Louis Lyautey.

2911 octobre. En matinée, j’ai reçu de nombreuses personnes mais aucun entretien important si ce n’est un échange de vue avec Pierre Lyautey15 que je connais depuis un bon moment et avec qui je peux parler avec franchise. Je lui ai dit combien la presse française jouait un rôle négatif dans les relations entre les deux pays. Elle n’a encore rien compris à la psychologie fasciste et encore moins à celle de Mussolini. S’il est une chose entre mille qui peut rendre le Duce furieux, c’est tout de suite cet argument qui est mis en exergue. Ainsi, l’atmosphère de Munich a été rapidement gâtée par la presse française.

  • 16 Il s’agit plutôt des accords du 16 avril 1938.
  • 17 En français dans le texte.

30J’amène Hesse chez le Duce. Il rapporte une démarche de Poncet à Berlin pour un accord franco-allemand sur le modèle de celui conclu avec Londres. D’autre part, on parle d’un possible pacte de consultation entre les quatre puissances à faire jouer si la guerre menaçait l’Europe. Nous ne nous y opposons pas à deux conditions : d’abord que nos rapports avec l’Angleterre soient régularisés à travers la mise en vigueur du pacte du 10 avril16, ensuite que la Pologne soit invitée. À la rigueur, nous laisserons la France et l’Angleterre l’escorter. Sinon, elles en prendront la responsabilité. La Yougoslavie n’aspire pas à faire partie du directoire européen. Stoyadinovitch a dit qu’il était le coq qui chante sur son fumier17 et son fumier est la région des Balkans.

  • 18 Des négociations tchéco-hongroises ont débuté le 9 octobre mais n’avancent guère, d’où l’impatienc (...)

3112 octobre. En soirée, le Duce me téléphone de faire pression sur Prague pour la cession immédiate aux Magyars des territoires à nette majorité hongroise. Il a été sollicité par l’attaché militaire qui lui a communiqué l’intention de Budapest de mobiliser demain si les Tchèques continuent les manœuvres d’obstruction18. En attendant, on me fait savoir que le nouveau ministre des Affaires étrangères, Chvalkovsky, est allé à Berlin, puis à Berchtesgaden se placer sous les ailes larges et non désintéressées d’Hitler.

3213 octobre. Sereggi vient me porter un message personnel du Roi et me laisse également une note sur les déclarations qu’il a eu l’ordre de faire. À savoir : l’Albanie est désormais entre les mains de l’Italie qui en contrôle chaque secteur de l’activité nationale. Le Roi est dévoué. Le peuple est reconnaissant. Pourquoi voulez-vous plus ? Cette demande n’est pas exprimée mais elle est la véritable raison de l’entretien. J’ai été gentil et affable. Cela l’a rassuré. Il a surtout apprécié quand, détachant bien les syllabes, je lui ai dit que j’avais beaucoup de sympathie pour lui et que, en toutes circonstances, je le considérais comme notre homme. Il est nécessaire de faire vite avec cette Albanie. J’ai reçu Prampolini qui m’a porté sa magnifique étude sur la bonification intégrale du pays. Il est enthousiaste de ce qu’il a vu. Il juge les terres littorales très supérieures aux nôtres et, sans optimisme exagéré, il pense que dans la seule zone de bonification, nous pourrions importer en Italie 2 millions de quintaux de blé.

  • 19 Perth précise dans sa relation de l’entretien du 13 octobre qu’il espère que, vis-à-vis de l’oppos (...)

33Perth propose d’envoyer l’attaché militaire à Naples pour assister au débarquement de nos volontaires revenant d’Espagne. Nul obstacle de principe de notre part : il paraît que la chose serait utile à Chamberlain en vue des débats parlementaires qui s’annoncent durs19.

  • 20 Le lieutenant-colonel László Szabó est l’attaché militaire hongrois à Rome.

34Villani revient rabâcher les imprécises demandes hongroises. La vérité est que les Hongrois voudraient avoir la Slovaquie, la Ruthénie, tout. Créer l’État mosaïque no 3. Ils n’osent pas le dire car ils craignent l’Allemagne. Il m’a dit que Mussolini aurait conseillé à Szabó20 de mobiliser. Serait-ce vrai ?

3514 octobre. Hesse demande, au nom du Führer, si l’Allemagne peut faire à la France une déclaration analogue à celle faite à l’Angleterre. Nulle opposition de notre part, d’autant plus que cela nous laissera les mains libres dans les relations avec Paris.

  • 21 Le comte Stephen Csáky est, à ce moment-là, chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères ho (...)

36La situation se tend entre Budapest et Prague. Les négociations sont interrompues. La mobilisation hongroise est effective. Le comte Csáky21 arrive. Il s’entretient avec le Duce et moi. Il souhaite que nous ne nous opposions pas à la mobilisation et notre appui à la convocation immédiate d’une conférence des quatre puissances. Il est très excité, surtout contre les Allemands. Il accuse le Reich d’avoir permis le raidissement de Prague vis-à-vis de la Hongrie. La Tchécoslovaquie est désormais un protectorat allemand dont Berlin entend se servir pour augmenter sa pression sur la Roumanie et sur la Hongrie elle-même. Il dit que depuis que l’on a trouvé du pétrole en Hongrie, la pression allemande a changé et s’est faite insupportable. « Mais – conclut-il – avant de nous laisser absorber, nous mourrons jusqu’au dernier. »

37À la suite de la requête hongroise, nous intervenons auprès de Londres, Paris et Berlin pour appuyer la proposition de conférence. Je parle également avec l’ambassadeur de Pologne et avec le ministre de Yougoslavie afin d’assouplir deux situations difficiles. Puis Ribbentrop me téléphone. Les Allemands, comme cela était prévisible, sont opposés à la conférence. Ils disent que la France et l’Angleterre feront opposition et qu’il est plus convenable d’agir en coulisses. Comme je résiste, Ribbentrop finit par adhérer à la proposition. Puis Csáky vient à nouveau me voir. Budapest se préoccupe de l’attitude de Berlin. Les Hongrois sont évidemment embarrassés vis-à-vis de nous, après nous avoir sollicités et avoir obtenu ce qu’ils désiraient, ils préfèrent maintenant ne pas mécontenter les Allemands, abandonner l’idée de la conférence et adhérer au principe de négociation directe, d’autant plus qu’Hitler a dit qu’il avait démobilisé et qu’il n’entendait pas affronter une nouvelle crise. Je vais chez le Duce à la villa Torlonia. Nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur et approuvons l’idée allemande. Mais, pour la première fois aujourd’hui, nous avons été à la remorque et cela m’ennuie beaucoup.

3815 octobre. Le Duce, qui a évidemment remâché ce qui s’est passé hier, me téléphone de proposer aux Allemands une démarche identique à Prague et à Budapest pour inviter les deux gouvernements à reprendre les négociations directes.

  • 22 Principal port albanais sur la mer Adriatique.

3916 octobre. Rien de notable si ce n’est un bref entretien avec le Duce durant lequel je lui remets le rapport de Prampolini sur les bonifications en Albanie et lui propose de débuter au plus vite la bonification de Durazzo22, qui est la plus économique, la plus en vue et la plus utile à des fins militaires. Elle sert également à apaiser les inquiétudes non injustifiées du Roi.

4017 octobre. J’ai communiqué à Blondel l’agrément pour la nomination de François-Poncet. Il m’a demandé quand avions-nous l’intention de nommer notre représentant à Paris, mais je lui ai donné peu de renseignements et j’ai laissé tomber la conversation.

41J’ai reçu Villani qui m’expose les souhaits hongrois. Prague fait une offre concrète. Celle-ci sera examinée par Budapest sans que de nouvelles négociations soient engagées. Si elle est jugée convenable, elle sera acceptée. Autrement, les puissances de l’Axe pourront faire fonction d’arbitre. Je téléphone à Prague afin d’appuyer les désirs magyars auprès de Chvalkovsky.

4218 octobre. Revue de la police très bien réussie. En progrès par rapport aux années précédentes.

43Rien de notable en politique.

  • 23 Évidemment, la relation officielle de cette séance du Grand Conseil passe sous silence ces propos.
  • 24 De Vecchi a tenu à prendre la parole pour affirmer son accord avec la politique raciale du régime (...)

44Une longue relation de Starace au Grand Conseil, un très brillant exposé du Duce (anticatholique : il a défini le Vatican comme le ghetto catholique. Et il a dit que tous les Pie ont porté malchance à l’Église. Il a défini le Pape actuel comme « le Pontife qui laissera derrière lui le plus grand amas de ruines23 »). Un discours embrouillé de De Vecchi a empli d’hilarité l’assemblée. Il ne se rendait pas compte de la réalité des choses. Il croyait qu’il avait un grand succès et allait de l’avant, ne disant plus que des bêtises, s’exprimant en des termes qui n’ont pas de précédents dans une assemblée politique24.

4519 octobre. Le Duce est parti pour la Romagne. Il n’y a rien de nouveau. Fransoni a fait la démarche à Prague, mais il est peut-être allé un peu loin en parlant d’une éventuelle médiation de l’Axe. Il semble que Chvalkovsky ait été impressionné. J’ai fait un compte rendu à Villani qui a trouvé que cela allait très bien.

  • 25 À la fin de la guerre, des troupes italiennes sont envoyées en Albanie en vue de l’établissement d (...)

46Partant pour l’Albanie, Sereggi reçoit l’assurance de notre cordiale collaboration et la promesse de faire quelque chose en matière de bonification. En réalité, j’ai proposé au Duce, qui a encore près de lui le projet Prampolini, de commencer tout de suite les travaux dans la plaine de Durazzo. Il y a 3 000 hectares récupérables avec moins de 20 millions de lires. Ceci servira à calmer les inquiétudes albanaises, à préparer notre futur travail, mais également à des fins militaires car tout débarquement en force devra se faire à Durazzo et dans les zones environnantes. De même, du point de vue psychologique, il est utile que ceux, civils et militaires, qui viendront en Albanie, aient la sensation de se trouver sur une terre saine et féconde et non dans un marécage désolé. Une meilleure impression aurait peut-être changé notre histoire en 1920 et nous nous y serions engagés plus à fond25.

  • 26 Il s’agit d’Otto von Erdmannsdorf depuis 1937.

4720 octobre. Ribbentrop m’a appelé hier soir au téléphone. Dans un flot de paroles, il a raconté avoir reçu les représentants slovaques et ruthènes et avoir conclu avec eux un dernier plan à soumettre à Budapest. En fait, le ministre d’Allemagne26 recevra l’ordre de se rendre chez Kánya afin de recommander fortement l’acceptation de ce plan. J’ai flairé, plus que su, que ce plan n’est pas bon pour les Hongrois. Ribbentrop était réticent et, lorsque je lui ai parlé de la frontière commune entre la Hongrie et la Pologne, il a esquivé. Le Duce n’entend pas faire pression sur Budapest. J’ai parlé en ce sens à Villani : « Si vous acceptez le plan que l’on peut qualifier d’allemand, cela ira bien et nous en serons contents. Dans le cas contraire, faites-nous savoir ce que nous pouvons faire pour vous. »

48Je vais à Naples afin de recevoir les légionnaires espagnols. Ils sont très fiers et nullement fatigués par la longue campagne en terre étrangère. La population les accueille bien, mais pas avec la chaleur à laquelle je me serais attendu. Le Roi, avec lequel je fis le parcours en voiture et m’entretins au palais, est presque indifférent et n’a pas une parole de chaleur humaine pour les légionnaires. Il considère l’événement d’aujourd’hui à la mesure des habituelles cérémonies auxquelles il est appelé à participer. Il me parle surtout de Cora dont il ne veut plus comme préfet du palais et me prie de le liquider moi-même. Rien sur la politique. Il se limite à répéter son scepticisme sur les Allemands qu’il juge infidèles et dangereux, sa sympathie pour les Anglais qui savent respecter les pactes comme savait le faire la Vienne des Habsbourg.

4921 octobre. De bon matin, Villani me fait part du découragement et des réactions hongroises à la proposition tchèque.

50Découragement dans les relations avec l’Allemagne, qui a fait savoir qu’avec une telle proposition ses efforts de médiation sont terminés ; réaction antitchèque puisqu’on cherche à soustraire cinq villes aux revendications magyares. Maintenant, les Hongrois sont prêts à transiger pour Presbourg et Nitra, mais ils sont intransigeants pour les villes de la zone orientale, spécialement pour Kassa, auxlesquelles ils ne pourraient renoncer sans provoquer la révolution dans le pays. Projet hongrois : demander l’arbitrage de l’Axe pour la zone occidentale, de l’Axe plus de la Pologne pour la zone orientale. Je téléphone au Duce qui est d’accord mais conseille de prendre le pouls de l’Allemagne avant d’inviter la Pologne.

  • 27 Luigi Barzini est rédacteur en chef du Corriere della Sera.

51Je vois Barzini Junior27, auquel je donne les détails pour rédiger le chapitre italien d’un livre intitulé Four Days relatif aux journées culminantes de la crise tchèque.

52L’ambassadeur de Pologne, informé par Budapest, veut connaître notre point de vue sur l’arbitrage. Je le lui dis. Wieniawa est un général de cavalerie, assez brillant quoique privé de métier, mais il a le grand mérite d’être concis et rapide. Je l’en félicite et il me répond : « Dans la vie, on peut rattraper toutes les choses perdues, même les femmes, mais pas le temps. » Il m’informe également des résultats négatifs du voyage de Beck en Roumanie.

53Von Mackensen me porte, sur ordre de Ribbentrop, la proposition tchèque. Il est clair que les Allemands sont les avocats de Prague. Il reste interloqué lorsque je l’informe de la situation exacte et surtout, il fait mauvaise figure à l’idée de la participation de la Pologne. Il n’en savait rien.

  • 28 Le nouvel ambassadeur du Japon est Toshio Shiratori.

54Hotta part de Rome28. Il me congratule pour la victoire de Canton. Hotta est un brave homme mais froid et un peu craintif, n’adhérant pas aux temps nouveaux. Alors que nous faisions la politique triangulaire, il me parlait toujours de Londres…

  • 29 Cette conversation est synthétisée dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939) (...)

5522 octobre. Ribbentrop téléphone depuis Munich à propos de la proposition d’arbitrage de l’Axe29. Il y est défavorable et ses arguments sont assez spécieux. La vérité est qu’il entend sauvegarder la Tchécoslovaquie et sacrifier les ambitions, mêmes légitimes, des Hongrois. Selon lui, l’arbitrage est dangereux car il finira par mécontenter Prague et Budapest, avec l’obligation de recourir à la force pour faire appliquer les décisions. Ceci est à exclure, lui ai-je dit, car l’arbitrage prévoit l’acceptation des décisions par les deux parties. Il a eu beaucoup de griefs contre les Hongrois qui auraient modifié leurs points de vue. Mais il ne sera jamais aussi hostile que le sont les Hongrois à son égard. Il téléphonera à nouveau après avoir conféré avec Hitler : il a envisagé la possibilité d’une conférence à quatre. Et pourtant ce fut Ribbentrop lui-même qui l’avait écartée il y a huit jours !

  • 30 Le Plus Vieux des requetés (les requetés étaient des combattants carlistes luttant au sein des tro (...)

56Conde m’adresse une peinture de Zuloaga, don du Caudillo. Beau et vibrant souvenir de la guerre en Espagne : El más viejo requeté, avec un fond de campagne plein de guerre et de flammes30.

57Je m’aperçois une nouvelle fois, au travers de l’insistante recherche de notre amitié par le ministre de Roumanie, de l’anxiété de ce peuple à se soustraire à la menace germanique.

58Le Duce donne l’ordre de commencer la bonification dans la plaine de Durazzo, à l’ouest de l’Arzen.

5923 octobre. De bonne heure, Villani vient défendre la cause de son pays. Il voudrait que nous insistions auprès des Allemands en faveur de l’arbitrage car il est certain que sans notre pression, ils leur mettront encore des bâtons dans les roues. La tension entre Magyars et Allemands est forte, bien que les deux parties fassent des efforts pour la dissimuler. Ils s’accusent réciproquement de mensonges en ce qui concerne les trois villes orientales de Kassa, Ungvár et Munkács.

  • 31 Né en 1897, Ferenc Szálasi est un officier nationaliste qui fonde en 1935 le Parti de la Volonté n (...)

60Les Magyars, en soutien de leur thèse, citent le témoignage du ministre allemand à Budapest, lequel, pour des raisons évidentes, ne peut la rendre publique. Villani a des paroles très dures envers l’Allemagne. Il se préoccupe du sort du cabinet Imrédy et craint l’arrivée au pouvoir de Szálasi31, agent, selon lui, à la solde de Berlin.

  • 32 Conversation synthétisée dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X ( (...)

61En soirée, Ribbentrop téléphone. Il répète, en les plaçant dans la bouche du Führer, les mots qu’il a dits la veille. Il ne veut pas d’arbitrage qui l’obligerait à lever le masque devant les Hongrois. Puis il me demande de venir à Rome afin de conférer personnellement avec le Duce et avec moi à la fin de la semaine. Je lui réponds affirmativement. Que veut-il ? Je me défie des initiatives de Ribbentrop. Il est vaniteux, léger, bavard. Le Duce dit qu’il suffit de regarder sa tête pour comprendre qu’il a une petite cervelle. Il a également peu de tact. Ses coups de téléphone de ces derniers jours ont été faits d’une manière qui ne me plaît guère : il cherche toujours à imposer son point de vue. Pour le moment, il convient de prendre patience. Mais, à un certain moment, il faudra mettre un terme à cette tendance à instaurer la politique du coup de téléphone32.

6224 octobre. Bref entretien avec l’ambassadeur polonais qui n’a rien à me dire et rien à me demander.

63Le général Berti reçoit de ma part la confirmation de son remplacement en Espagne et semble assez contrarié. Plus que son éloignement, c’est la nomination de Gambara avec lequel il a eu de continuels accrochages qui l’ennuie. Ce sont justement ces accrochages qui m’ont poussé à proposer la présente nomination.

64Je vois le Duce après quatre jours d’absence. Il est irrité par le fait que Tchèques et Magyars cherchent à tirer la couverture à eux et me donne des instructions afin de prendre une nette position contre la revendication ruthène, car la presse française a donné un goût antiallemand à la tentative de créer une frontière commune polono-hongroise. Il veut un avis juridique pour savoir si l’annexion projetée de la Libye peut donner aux Anglais un motif de chicaner à propos de la ratification de l’accord pour lequel « je n’attribue pas d’importance – dit-il – mais qui est désiré par un demi-million de vieux bourgeois qui existent encore et contre lesquels je déclencherai la troisième vague ». Il me parle de quelques-unes de ses idées autour d’un pacte à cinq avec réduction des armements : reporter la guerre sur un plan plus héroïque, éliminant tout ce qui est complexe machinisme de guerre. En pratique, limiter ces armes qui sont trop coûteuses pour nous.

65L’ambassadeur de Belgique me porte une décoration et celui de Hongrie l’expression de son habituelle reconnaissance. Mais les tractations ne font pas un pas en avant.

66Long entretien avec Buffarini qui donne le signal d’alarme au sujet de ce qu’il juge comme la dangereuse hégémonie du Parti sur tous les secteurs de la vie nationale. Quoiqu’il exagère, il y a du vrai.

  • 33 Député monarchiste et chef de l’opposition parlementaire à la suite des élections de février 1936, (...)
  • 34 Né en 1881, Mustafa Kemal, à la suite de brillantes études à l’académie militaire d’Istanbul, est (...)

6725 octobre. Pirelli est fidèle à lui-même : il vient rompre une lance pour l’envoi immédiat d’un ambassadeur à Paris, étant donné que les Français ont fait « un beau geste ». « Et c’est contre cette dégoûtante et vile bourgeoisie que je lancerai la troisième vague » – a dit le Duce – à qui j’ai rapporté la conversation lors de mon discours d’aujourd’hui au Conseil national du fascisme. Il reçoit l’ambassadeur d’Espagne qui lui apporte le Grand Collier. Le Duce réaffirme son intransigeance dans l’affaire espagnole : conclure la guerre par la victoire signifie préparer l’Espagne impériale et héroïque ; finir la guerre au travers d’une médiation signifie précipiter le pays dans les mêmes conditions que celles où fut tué Calvo Sotelo33 et débuta la crise. On s’engage également à soutenir ultérieurement Franco avec des armes et des fournitures, non plus avec des hommes car, en premier lieu, ils ne servent pas et parce que nous sommes strictement surveillés et tout éventuel envoi de volontaires nous mettrait en position difficile vis-à-vis des Anglais. De toute façon, la fin se rapproche a conclu le Duce : les rouges céderont, pas tout de suite peut-être, mais d’ici peu car la défaite de Prague a également déterminé la défaite de Barcelone. Si Franco vainc militairement, il aura le prestige suffisant pour gouverner comme Kemal Pacha34 qui a vécu pendant 20 ans sur l’indiscutable mérite d’avoir libéré son pays par les armes.

68Buffarini vient finir de s’épancher sur Starace : selon lui, il met le pays sous une chape de plomb liée à sa tyrannie personnelle et sectaire et c’est peut-être là qu’il faut rechercher la cause principale des inquiétudes et de la médiocrité qui règnent dans beaucoup de secteurs de la vie nationale. Je ne dispose pas des éléments pour juger mais il est certain que tous, à peine peuvent-ils le faire, s’expriment dans ce sens. Que Starace ait provoqué beaucoup d’antipathie, c’est un fait. Le Parti est atone et, sous prétexte de le dépersonnaliser, il n’a jamais été aussi personnalisé que maintenant. Mais Starace a aussi de nombreuses qualités d’organisateur, de réalisateur et, peut-être, de fidélité. De toute façon, il n’y a rien à faire pour le moment. Le Duce le soutient à fond. Nous verrons plus tard.

  • 35 Cette réunion du Grand Conseil du fascisme s’est tenue le 26 octobre au soir, à partir de 22 heure (...)

6926 octobre. Hier soir, au Grand Conseil, discussion vive à propos de la proposition de Balbo d’accorder la pleine citoyenneté aux Arabes. Il est facile d’y reconnaître une vive opposition à la politique raciste. Les plus extrémistes tels Farinacci, Starace, Alfieri n’ont pas hésité à prendre position contre. J’ai fait de même. Le projet a été renvoyé et sera présenté sous une autre forme. Il est intéressant de relever combien le Grand Conseil est hostile à Balbo. Il a suffi que le projet soit une inspiration de ce dernier pour qu’une majorité massive se détermine contre35.

70Je confirme au sénateur Prampolini les instructions pour commencer la bonification de la plaine de Durazzo, sur la rive gauche puis sur la rive droite du fleuve Arzen. Outre les avantages que j’ai énumérés précédemment, il y a celui très important de nous permettre la concentration de deux légions de terrassiers qui peuvent construire la tête de pont du débarquement.

71Je reçois Berger-Waldenegg. Je ne le voyais plus depuis l’Anschluss. Il est serein, digne, noble. Il n’a ni récrimination, ni regret. Il voit la situation avec clarté : il y a encore des difficultés en Autriche mais tout finira par s’arranger. La nouvelle génération sera nazie. L’obstacle le plus grave vient de la lutte contre la religion. Il restera en Italie. Il souhaite travailler car il en a besoin. J’ai promis de l’aider et je le ferai au plus tôt.

  • 36 Suite à la lecture de ce passage, l’ambassadeur Jacomoni écrit aux éditions Capelli afin de réfute (...)

7227 octobre. Entretien avec Jacomoni. La préparation en Albanie se déroule rapidement, si rapidement que l’on sera peut-être obligé d’écourter les délais à cause de bruits qui courent dans les milieux proches du Roi. L’action commence à se profiler nettement : meurtre du Roi (il semble que Koci en soit chargé contre la somme de 10 millions), mouvements de rue, descente de troupes qui nous sont fidèles (pratiquement tous les chefs, en particulier celui de Kmia), appel à l’Italie pour une intervention politique, voire militaire, offre de la couronne au Roi-Empereur et annexion dans un second temps. Jacomoni garantit que tout peut advenir avec un mois de préavis36.

73Le Duce se promet d’entretenir Ribbentrop à propos de la lutte contre le catholicisme : « C’est idiot, inutile et cela rend l’Axe impopulaire parmi les masses catholiques italiennes. » De Vecchi fait, au palais de Venise, un long exposé sur la situation militaire dans le Dodécanèse qui peut se résumer ainsi : excellente pour la marine, bien pour l’armée, exécrable pour l’aviation. Et je crois que ceci est également valable pour le reste du pays.

  • 37 Le projet de traité italo-germano-japonais, organisé en cinq articles et un protocole additionnel (...)

74Les attachés militaire et naval du Japon me portent le pacte d’alliance à trois, identique à celui adressé à Ribbentrop à Munich37. Je suis toujours d’avis qu’il faut le mettre de côté, d’autant plus que Perth m’a secrètement communiqué la décision britannique de mettre en vigueur le pacte d’avril à partir de la mi-novembre. Nous devons tenir les deux portes ouvertes. L’alliance aujourd’hui en fermerait une pour toujours, et non la moins importante. Le Duce, à qui j’en ai dit un mot, semble penser la même chose.

  • 38 Ribbentrop est arrivé à Rome en voyage privé le 27 octobre.

7528 octobre. En réalité, Ribbentrop est venu pour l’alliance militaire à trois38. Nous en avons discuté hier soir au Grand Hôtel. Il a répété ses discours du mois de mai : il s’est mis en tête l’idée de la guerre, il veut la guerre, sa guerre. Il n’a pas, ou il ne dit pas, d’idées directrices. Il ne précise pas les ennemis et ne signale pas les objectifs. Mais, il veut la guerre dans les trois ou quatre années qui viennent. J’ai été réservé au maximum, mais je lui ai laissé comprendre que nous avions d’autres problèmes à résoudre et, peut-être, d’autres conceptions de la future organisation de la vie internationale. Les récents événements ont prouvé la grande solidarité entre les États totalitaires. L’alliance existe de fait. Pourquoi semer le trouble avec un pacte qui n’aurait aucune conséquence sinon celle d’attirer sur nous la haine éprouvée envers le provocateur ?

  • 39 À une allusion de Ribbentrop à une éventuelle indépendance slovaque, « le comte Ciano répondit qu’ (...)

76Question tchéco-hongroise. Il n’avait pas compris l’importance politique de l’arbitrage de l’Axe. C’est – lui ai-je dit – le signe que toute influence franco-anglaise s’est effondrée pour toujours dans l’Europe danubienne et balkanique. Un événement considérable, de portée pas moins inférieure à celle de Munich. Peut-être en est-il convaincu. Mais il est hostile aux Hongrois et défend la cause des Tchèques avec un engagement que je qualifierais d’impudent39.

77Ce matin, nouvel entretien. Il a répété ses propos d’hier soir et, de plus, a dit son accord pour aider Franco jusqu’à la victoire finale.

  • 40 En français dans le texte.

78J’en réfère au Duce. Il est d’accord sur la nécessité de renvoyer à plus tard la stipulation de l’alliance qui ne serait pas du tout populaire en Italie, surtout en considération du ressentiment antiallemand qui anime les grandes masses catholiques. Le Duce me parle de la France et explique l’héroïsme militaire français comme étant déterminé par l’instinct de défense de la propriété individuelle : la ferme, la cave, l’argent40. Pour les Italiens, la guerre est un phénomène de défense des frontières, pour les Français, épargnants riches et avares, c’est la conservation des biens personnels. Ceci explique pourquoi les Français sont de si bons soldats dans la défensive.

79Le ministre de Hongrie attend avec anxiété les résultats des entretiens avec Ribbentrop. Je le reçois un moment au palais Chigi. Je ne lui dis pas tout car cela le préoccuperait outre mesure, mais je lui laisse entendre que l’obstacle allemand à la réalisation de leurs revendications est fort et que j’aurai du mal à le faire évoluer. Ribbentrop parle avec hostilité, non seulement des chefs hongrois mais désormais de tout le peuple. Ceci est brutal, très brutal mais, peut-être, instructif. Après avoir, pendant 20 ans, cultivé l’amitié et les illusions hongroises, ils les ont abandonnés, et même les combattent au moment où les aider représente un petit sacrifice à accomplir. Je me suis battu avec beaucoup d’énergie. Si l’arbitrage a lieu, je crois que je réussirai à arracher aux Allemands les trois villes orientales. Mais ce sera une lutte très dure.

80Dans l’après-midi a lieu l’entretien à trois au palais de Venise. Il est mis par écrit. Ribbentrop, qui s’attendait peut-être à une acceptation pure et simple de l’offre d’alliance, reste surpris, au point que le Duce me charge de lui parler à nouveau, après le repas, pour lui répéter que le renvoi ne signifie pas le refus et que la solidarité entre les trois puissances de l’Axe est totale, y compris sans un document écrit.

81Je parle également avec Hesse. Ribbentrop est tombé du septième ciel quand j’ai fait allusion au pacte de consultation entre les grandes puissances qui nous fut proposé par Hesse, au nom d’Hitler, le 11 octobre. Hesse confirme les faits et donne des détails. Il explique avoir reçu des instructions de Goering, dans le wagon du Führer et en sa présence, au moment où ils effectuaient le premier voyage dans la région des Sudètes. Il est très étrange que le ministre des Affaires étrangères ne soit au courant de rien, mais ce n’est pas la première fois que cela arrive en Allemagne. Ceci prouve encore l’existence de deux courants antagonistes : Goering qui veut organiser la paix, Ribbentrop qui entend préparer la guerre.

82Après le repas, je convoque chez moi Villani afin de lui donner quelques suggestions que j’estime utiles à la cause hongroise. Villani, à titre personnel, fait allusion à la possibilité de mettre Aoste sur le trône de Hongrie. Ce serait intéressant de savoir ce qu’il y a de sérieux dans cette ouverture.

  • 41 La note italienne souligne que s’il s’agit d’une alliance défensive, elle n’est pas urgente car pe (...)

8329 octobre. Le Duce rédige à la villa Torlonia une brève note de réponse à l’Allemagne à propos de l’alliance : une acceptation de principe, un renvoi de la date. Il faudrait fixer le principe d’une alliance offensive mais aussi défensive41. Lors de l’entretien de l’après-midi, je la lis à Ribbentrop et je lui en donne une copie. Rien de nouveau lors de l’entretien d’aujourd’hui, à la suite duquel Ribbentrop vient au palais de Venise pour fixer quelques points en relation avec l’arbitrage de Vienne. Ribbentrop défend bec et ongles la cause tchèque et conteste le territoire réclamé par les Hongrois avec la même ardeur par laquelle, à Munich, les Allemands le contestaient à Prague. J’ai cependant l’impression qu’avec un peu d’insistance, nous réussirons à l’emporter pour les trois villes orientales.

8430 octobre. Les Hongrois viennent me voir afin de me donner des éléments utiles pour affronter la discussion avec Ribbentrop au sujet de l’arbitrage. Le chef en est le comte Esterházy que j’ai déjà rencontré plusieurs fois à Budapest et même à Tirana où il se distingua comme danseur de csárdás. Je ne savais pas que le chef des minorités hongroises de Tchécoslovaquie était le même Esterházy que j’avais admiré pour ses qualités de danseur. Cela me fait une drôle d’impression de discuter avec lui de frontières et de problèmes importants. Je suis resté admirateur du danseur ! Que ce noble soit à la tête du mouvement m’explique pourquoi il y eut tant d’oscillations, d’incertitudes et de peurs de la part des Hongrois ces dernières semaines.

85Morale de la conversation : ils seraient contents s’ils pouvaient avoir Kassa, Ungvár et Munkács. Je chercherai aussi à améliorer la position de Nitra qui, comme centre, peut être considéré comme perdu, mais nous devrions sauver les campagnes aux alentours.

86En soirée, Mackensen vient me communiquer de la part de Ribbentrop qu’il est d’accord pour accorder aux Hongrois les trois cités controversées.

8731 octobre. Le Duce approuve mon plan de négociation pour Munich. Il est satisfait de tout ce qui arrive. Il faut rappeler que c’est lui qui parla en premier d’arbitrage et, comme toujours, il a vu clair. Il prévoit une période de détente en Europe. Il ne veut cependant pas faiblir vis-à-vis des Français, envers lesquels il est nécessaire de creuser un fossé infranchissable. Cela nous sera facilité si, comme il semble, ils se mettent à faire du celtisme.

88Lord Perth me communique quelques détails au sujet de la discussion parlementaire concernant la mise en vigueur des accords d’avril.

89Je pars pour Bolzano. À la gare, de nombreux camarades sont là, parmi lesquels j’ai noté Starace et tout le directoire national du Parti.

Notes

1 Il s’agit du district de Teschen (Cieszyn pour les Polonais), d’une superficie de près de 1 000 kilomètres carrés et peuplé de 230 000 habitants, dont une majorité de Polonais. Ayant fait partie de la Silésie autrichienne, il a été accordé à la Tchécoslovaquie par la conférence des ambassadeurs alliés en juillet 1920. Le traité de non-agression polono-tchèque de 1924 ayant été dénoncé par le gouvernement polonais en 1937, celui-ci a toute liberté pour faire pression sur Prague afin de revendiquer et d’obtenir ce territoire. Les troupes polonaises y pénètrent le 4 octobre 1938. Hitler accepte que le district de Teschen soit agrandi du nœud ferroviaire d’Oderberg, malgré les vœux de la population.

2 Lors de son entretien avec Beck, l’ambassadeur Pietro Arone fait remarquer que le temps très limité laissé au gouvernement tchécoslovaque pour accepter l’ultimatum « empêche tout possibilité d’une intervention extérieure utile ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 200, p. 187.

3 Le pacte à Quatre a été signé à Rome le 7 juin 1933 entre l’Italie, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il prévoit qu’aucun des signataires ne peut s’emparer du territoire d’un État tiers sans le consentement de la SDN. Ceci visait à contrôler les éventuelles ambitions allemandes vis-à-vis de l’Autriche. Il est devenu totalement caduc depuis l’affaire éthiopienne.

4 Galeazzo Ciano a été consul d’Italie à Shanghai de juin 1930 à avril 1933.

5 Cet accord anglo-allemand du 30 septembre est conclu sans que Chamberlain n’en avertisse le gouvernement français. Il prévoit des consultations entre Berlin et Londres au sujet des futurs événements internationaux.

6 L’Information diplomatique no 21 précise que « la Hongrie a attendu vingt ans pour qu’on lui rende justice. Durant cette période, elle n’a rien fait pour perturber la paix ; elle n’a pas utilisé les mécanismes de la Société de Genève dans laquelle elle est restée ; elle mérite de ne pas attendre l’échéance de trois mois pour que l’on restitue des Magyars à la Hongrie et que l’on complète l’œuvre entamée à Munich ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 215, p. 202.

7 La Slovaquie est passée sous le contrôle hongrois aux xe et xie siècles, avec la fin du royaume de Grande Moravie. Au moment du compromis austro-hongrois de 1867, la Slovaquie fait partie de la Transleithanie, rassemblant les régions placées sous l’administration hongroise de l’Empire.

8 Au cours de l’entretien, Ciano évoque la possibilité d’une visite de Chamberlain à Rome, ce à quoi il ne fait pas allusion dans son Journal. Lord Perth l’expose à Halifax dans son rapport du 3 octobre. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. III (September 14, 1938 – January 20, 1939), His Majesty’s Stationery Office, Londres, 1950, doc. no 329, p. 321.

9 Le comte Charles Pineton de Chambrun est ambassadeur de France à Rome de juillet 1933 à octobre 1936.

10 Envoyée spéciale du journal français Le Matin, Magda Fontanges, admiratrice du Duce, est devenue la maîtresse de celui-ci. Lassé, il l’a fait reconduire à la frontière avec une belle somme d’argent. Convaincue que la cause de cette rupture est l’ambassadeur de Chambrun, elle le blesse, en mars 1937, en tirant une balle de revolver dans les parties sexuelles du diplomate.

11 Il s’agit plutôt de Dworchak, agitateur slovaque pro-hongrois.

12 Au moment où la guerre d’Éthiopie semble proche de la fin, le Duce annonce le 23 mars 1936 sa décision d’entamer une réforme de la Chambre des députés. Une commission est créée le 18 novembre, composée de Costanzo Ciano, président de la Chambre, Achille Starace, secrétaire du Parti national fasciste, Giuseppe Bottai, ministre de l’Éducation nationale, Arrigo Solmi, ministre de la Justice, Ferruccio Lantini, ministre des Corporations. Leurs propositions sont rendues en mars 1938 et examinées par le Grand Conseil. Une loi est adoptée le 14 décembre suivant. La Chambre des faisceaux et des corporations est composée de 500 membres issus du Conseil national des corporations, du Conseil national du PNF et du Grand Conseil. Il n’est pas prévu de renouvellement de la nouvelle Chambre par des élections mais un remplacement des conseillers au fur et à mesure de leur disparition ou de leur départ des instances constitutives. L’inauguration de la Chambre des faisceaux et des corporations a lieu le 19 janvier 1939.

13 Durant son intervention, Ciano présente les raisons qui ne permettent pas de faire aboutir les négociations avec la France : la demande du retrait des « volontaires » italiens en Espagne, la prétention française d’intervenir entre l’Italie et la Grande-Bretagne au sujet de la mer Rouge, l’aspect antiallemand que la diplomatie française souhaite donner aux négociations. Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 137.

14 Le Grand Conseil vote l’ordre du jour suivant : « Le Grand Conseil du fascisme, ayant écouté le rapport du ministre des Affaires étrangères, le camarade Galeazzo Ciano, fidèle exécuteur de la politique extérieure du fascisme, basée sur l’axe italo-allemand, déclare son plein accord avec cette politique, qui a trouvé avec l’intervention du Duce à la conférence de Munich la consécration le plus solennelle sur le plan européen et mondial. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 175.

15 Fils du maréchal Louis Lyautey.

16 Il s’agit plutôt des accords du 16 avril 1938.

17 En français dans le texte.

18 Des négociations tchéco-hongroises ont débuté le 9 octobre mais n’avancent guère, d’où l’impatience hongroise.

19 Perth précise dans sa relation de l’entretien du 13 octobre qu’il espère que, vis-à-vis de l’opposition que la ratification de l’accord anglo-italien soulève, Ciano et Mussolini feront tout ce qu’ils peuvent « afin d’aplanir le chemin du Premier ministre en la matière ». Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Third Series, vol. III (September 14, 1938 – January 20, 1939), op. cit., doc. no 347, p. 337.

20 Le lieutenant-colonel László Szabó est l’attaché militaire hongrois à Rome.

21 Le comte Stephen Csáky est, à ce moment-là, chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères hongrois.

22 Principal port albanais sur la mer Adriatique.

23 Évidemment, la relation officielle de cette séance du Grand Conseil passe sous silence ces propos.

24 De Vecchi a tenu à prendre la parole pour affirmer son accord avec la politique raciale du régime qu’il n’avait pu exprimer, pour cause d’absence, lors de la dernière réunion du Grand Conseil. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 183-184.

25 À la fin de la guerre, des troupes italiennes sont envoyées en Albanie en vue de l’établissement d’un protectorat italien. En janvier 1920, un congrès de délégués albanais, réuni à Lushnjë, crée un gouvernement provisoire demandant la totale indépendance de l’Albanie. Face aux atermoiements du gouvernement Nitti, des combats ont lieu entre Albanais et troupes italiennes les 5 et 6 juin 1920 à Valona (Vlora). Le 27 juin, le nouveau président du Conseil, Giovanni Giolitti, déclare le 27 juin devant la Chambre être favorable à l’indépendance albanaise mais souhaiter maintenir des troupes italiennes jusqu’à une stabilisation de la situation en Albanie. Le 3 août, un traité italo-albanais est signé à Tirana. L’indépendance de l’Albanie est reconnue et les troupes italiennes évacuent le territoire albanais, sauf l’île de Saseno (Sazan) qui reste base italienne jusqu’en 1947.

26 Il s’agit d’Otto von Erdmannsdorf depuis 1937.

27 Luigi Barzini est rédacteur en chef du Corriere della Sera.

28 Le nouvel ambassadeur du Japon est Toshio Shiratori.

29 Cette conversation est synthétisée dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 316, p. 319-320.

30 Le Plus Vieux des requetés (les requetés étaient des combattants carlistes luttant au sein des troupes nationalistes), d’Ignacio Zuloaga (1870-1945), représente un vieux carliste sur fond de ruines.

31 Né en 1897, Ferenc Szálasi est un officier nationaliste qui fonde en 1935 le Parti de la Volonté nationale, transformé deux ans plus tard en Parti des Croix fléchées. Il souhaite une radicalisation du régime hongrois et un alignement sur l’Allemagne nazie.

32 Conversation synthétisée dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 319, p. 322-323.

33 Député monarchiste et chef de l’opposition parlementaire à la suite des élections de février 1936, José Calvo Sotelo est tué le 12 juillet 1936, prélude à la guerre civile qui éclate six jours plus tard.

34 Né en 1881, Mustafa Kemal, à la suite de brillantes études à l’académie militaire d’Istanbul, est nommé commandant de la garnison de Salonique en 1907. En 1909, il participe au mouvement Jeune-Turc qui dépose le sultan Abdulhamid II. À la suite de la Première Guerre mondiale, il réagit au risque de démembrement de la Turquie et, face à l’impuissance du gouvernement du sultan, crée un contre-gouvernement à Ankara, en avril 1920. En 1921-1922, il parvient à chasser les Grecs de l’Anatolie et de Smyrne. Par le traité de Lausanne du 23 juillet 1923, il obtient des Alliés l’annulation du traité de Sèvres d’août 1920. Ayant aboli le sultanat le 1er octobre 1922, il devient président de la République turque un an plus tard.

35 Cette réunion du Grand Conseil du fascisme s’est tenue le 26 octobre au soir, à partir de 22 heures. Après un rapport de Balbo sur la situation de la Libye, le Grand Conseil vote un ordre du jour annexant les provinces libyennes au territoire national. Il est prévu qu’une prochaine réunion décide du statut des populations libyennes. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 201.

36 Suite à la lecture de ce passage, l’ambassadeur Jacomoni écrit aux éditions Capelli afin de réfuter la version de Ciano. Il précise qu’après le procès en Haute Cour, il est apparu que le projet du roi Zog a fait long feu suite à son opposition et qu’au contraire, la politique italienne envers le souverain albanais est respectueuse de sa personne jusqu’à sa fuite de son pays.

37 Le projet de traité italo-germano-japonais, organisé en cinq articles et un protocole additionnel secret, prévoit une coopération diplomatique en cas de difficultés internationales, un appui face à des menaces extérieures ou une attaque d’une tierce puissance, la promesse de ne pas conclure de paix séparée. Le traité est prévu pour dix ans, renouvelable tacitement de cinq ans en cinq ans. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 337, p. 345-346.

38 Ribbentrop est arrivé à Rome en voyage privé le 27 octobre.

39 À une allusion de Ribbentrop à une éventuelle indépendance slovaque, « le comte Ciano répondit qu’il ne croyait pas probable que la Slovaquie parvienne elle-même à l’indépendance depuis que les Slovaques savent que les Polonais interviendraient face à cet événement. Les deux parties, non seulement les Tchécoslovaques mais également les Hongrois, ont déjà accepté la procédure d’arbitrage de l’Italie et de l’Allemagne et, par conséquent, seul l’arbitrage était nécessaire pour établir la situation ». Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. IV, The Aftermath of Munich (October 1938 – March 1939), His Majesty’s Stationery Office, Londres, 1951, doc. no 400, p. 520.

40 En français dans le texte.

41 La note italienne souligne que s’il s’agit d’une alliance défensive, elle n’est pas urgente car personne ne songe à attaquer les États totalitaires. S’il s’agit d’une alliance offensive, il convient de définir clairement les objectifs et que cette alliance soit soutenue par une amitié profonde entre les peuples. Ces conditions remplies, l’alliance sera l’aboutissement logique de la situation. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 349, p. 360-361.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540