Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Septembre

Texte intégral

  • 1 Les décisions prises par le Conseil des ministres sont les suivantes : expulsion des Juifs étrange (...)

11 er septembre. Conseil des ministres. Mesures contre les Juifs étrangers résidant en Italie1. À Venise en avion.

22 septembre. Je reviens en avion dans la matinée. Le Duce est inquiet car les Allemands ne nous ont fait connaître que bien peu de leurs intentions envers la Tchécoslovaquie. Il donne l’ordre d’en parler avec Hesse. Il souhaite savoir jusqu’où l’Allemagne entend pousser les choses, quand et comment elle attend que nous l’aidions. Attolico, dans ses rapports, ne fournit pas d’éléments décisifs et il est personnellement hostile à une compromission trop poussée.

  • 2 Le prince de Hesse laisse à Mussolini un document dans lequel Hitler explique au Duce les position (...)

3Hesse est d’accord avec nous sur la nécessité de meilleurs contacts. Il dit avoir recommandé à Goering d’agir en ce sens. Hesse ne se dévoile pas mais dit savoir des choses importantes qu’il ne peut relever sans l’autorisation de ses chefs. À titre confidentiel, il dit qu’aucune initiative allemande ne sera prise avant octobre : les lignes de défense ne sont pas encore prêtes. Il partira demain matin pour s’entretenir avec le Führer. Ribbentrop n’est que partiellement informé2.

  • 3 Il s’agit de Manuel Malbran.

4Le nouvel ambassadeur argentin3 m’a fait la visite protocolaire. Rien de particulier.

5Gambara rend compte de la situation en Espagne. Demain, il s’entretiendra avec le Duce. Les militaires (Berti n’a pas encore parlé avec Franco selon les ordres du 22 août) ont quelques idées qui ne coïncident pas avec celles du Duce mais n’osent pas les exprimer clairement. Nous verrons demain.

  • 4 Il s’agit du comte Johannes von Welczek depuis septembre 1936.
  • 5 Selon le rapport de Prunas, Bonnet aurait dit à Welczek que « le gouvernement allemand, qui a un v (...)

6Prunas envoie un télégramme à propos d’un entretien entre Bonnet et l’ambassadeur allemand à Paris4. Les termes en sont très précis : la France, l’Angleterre et les Soviétiques interviendront tout de suite avec l’appui américain5. Un tel langage aura-t-il des effets pratiques sur l’Allemagne ou Hitler n’est-il pas allé trop loin pour reculer ?

73 septembre. Entretien avec Gambara au palais de Venise. Celui-ci expose le point de vue du CTV sur l’opportunité ou non de laisser les troupes en Espagne. L’idée du Duce de ne laisser qu’une seule division est écartée : elle est tout autant engageante et plus dangereuse. Retirer toute l’infanterie ou bien renforcer avec de nouveaux effectifs les deux divisions actuelles, assumer le commandement des Flèches, se faire attribuer deux divisions espagnoles et attaquer Barcelone avec cette masse. Le Duce écarte cette proposition et accepte le retrait total de l’infanterie. Il rédige un télégramme pour Berti avec ordre de le communiquer à Franco. S’il est d’accord, ça va. Sinon, nous trouverons une autre solution mais le Duce imposera ses conditions sur la manière de conduire la guerre. Le Duce est convaincu que Franco a perdu les meilleures occasions de liquider la partie avec rapidité. Maintenant, la situation a changé. Le temps, comme toujours, travaille contre celui qui le perd.

8Attolico a eu un entretien avec Ribbentrop. Aucun élément nouveau. S’il y a une provocation, les Allemands attaqueront. Rien d’autre n’aurait été décidé par le Führer. Nous avons tout intérêt à ne pas solliciter d’autre réponse. Il est clair que les Allemands ne veulent pas nous mettre dans le jeu. Cela nous laissera pleine liberté d’action en toute éventualité.

9Selon des nouvelles de Budapest, les militaires hongrois prévoient un heurt inévitable et imminent. Inversement, Kánya le juge inévitable mais pas imminent, plutôt au printemps.

104 septembre. Le Duce est très remonté contre les Juifs. Il me donne un aperçu des mesures qu’il compte faire adopter par le prochain Grand Conseil et qui constitueront, dans leur ensemble, la charte de la Race. En réalité, elle est déjà rédigée de la main du Duce. Le Grand Conseil ne fera que la sanctionner lors de sa délibération.

  • 6 Région à l’ouest du fleuve Djouba, au sud de la Somalie.

11Quant à la colonie de concentration des Juifs, le Duce ne parle plus du Midjourtin mais plutôt de l’outre-Djouba6 qui présenterait des conditions de vie et de travail meilleures. Le Duce ajoute : « Je suis en train d’habituer les Italiens à se convaincre que l’on peut se passer de quelque chose : le Vatican. L’apport qu’il nous donne est matériellement minime : l’argent ne rentre pas. Il comptait dans une Rome de 80 000 ou 100 000 habitants. Il n’a plus de poids dans une ville industrieuse et florissante qui s’apprête à atteindre 1,5 million d’habitants. Les pèlerinages deviennent de plus en plus rares, maigres et pauvres. La lutte contre ces grandes forces, ou du moins jugées comme telles par beaucoup, permet de faire une colonne vertébrale aux Italiens et cela sert à démontrer que certaines montagnes ne sont que des vessies. »

12À Lucques pour les courses.

  • 7 Directeur du Corriere della Sera.

135 septembre. Borelli7 me dit qu’à Milan, il y a une atmosphère pesante. Les mesures antisémites et démographiques ont touché trop de personnes pour être populaires. Mais le Duce, quand il le croit nécessaire, a le courage de l’impopularité et finit par avoir raison.

14Sola, jugeant la situation actuelle, dit que l’attitude roumaine est liée à celle de la Grande-Bretagne. Si Londres s’engage dans un conflit, Bucarest suit. Dans ce cas, les troupes russes trouveront la voie libre en Bessarabie. Si cela est vrai, de nombreux calculs devront être rapidement révisés. La Roumanie, qui pèse peu comme force militaire, a peut-être une position déterminante.

  • 8 Il s’agit d’Ernst von Weizsäcker.

15Des nouvelles contradictoires parviennent de Berlin : Ribbentrop fait allusion à une reprise des négociations avec Prague alors que son sous-secrétaire d’État8 dit à Attolico que la crise se produira vers le 20. En attendant, aucune parole claire et définitive ne nous a encore été dite. Pourquoi ?

  • 9 L’amiral Wilhelm Canaris est chef du service de renseignement militaire allemand depuis janvier 19 (...)
  • 10 Il s’agit du général Jean Toussaint.

16Pendant que Pariani me raconte son entretien avec Canaris, chef du service d’information allemand9, arrive la nouvelle de la démarche faite par l’attaché militaire français10 pour nous informer de la mobilisation des réservistes sur la frontière du Rhin. Il ajoute que rien de semblable n’a été fait sur la frontière des Alpes. Je téléphone au Duce, lequel me demande d’informer Berlin en disant que cela le laisse indifférent dans l’attente de connaître les décisions du Reich. Le Duce dit : « Voici un mauvais coup de la France. Il n’aura pas de bonnes conséquences. »

17Pariani me rend compte de l’état de l’armée : rassurant.

186 septembre. Hier soir, Starace m’a parlé de la situation intérieure qui, selon lui, est un peu chaotique à la suite des récentes mesures. Il a dit : « Il me répugne de prononcer ces paroles mais il y a de l’insatisfaction dans l’air. Le Parti est solide au poste. De même pour le peuple. La fronde vient en revanche de la bourgeoisie. »

  • 11 Né à Casale Monferrato en 1880, Ugo Cavallero participe à la guerre de Libye et à la Première Guer (...)

19Cavallero11 est optimiste sur les opérations militaires menées dans l’Empire. Il prévoit de pouvoir liquider les derniers nids de résistance avant Noël. En cas de conflit général, il ne craint pas un soulèvement de la population. Aujourd’hui, alors que la préparation militaire n’est pas achevée, il pense souhaitable de lancer une offensive à petit rayon d’action sur le Soudan. D’ici deux ans, il compte avoir les moyens d’occuper l’Égypte et étudie une action surprise sur Aden afin de soustraire cette base aux Anglais.

  • 12 Carlo Sforza, né en 1872, a représenté l’Italie à Pékin, Belgrade et Constantinople avant de deven (...)
  • 13 Créé en 1362 par le comte de Savoie Amédée VI, l’Ordre de l’Annonciade devient une distinction hon (...)

20À la mer, le prince de Piémont m’aborde. Il souhaite des nouvelles de la situation. Je l’informe en ce qui concerne la Tchécoslovaquie et l’Espagne. Son attitude est très correcte et très calme. La discussion tombe sur Sforza12. Il s’indigne qu’il soit encore sénateur et qu’il ait le Collier de l’Annonciade13. Il dit : « Il est nécessaire de le déchoir de son poste de sénateur. On pourra alors également lui enlever le Collier. »

21Hesse est revenu de Berlin avec un message du Führer pour le Duce. Je le verrai demain. Aucune nouveauté dans le secteur germano-tchèque.

227 septembre. Les nouvelles de la presse du matin semblent optimistes à propos de la Tchécoslovaquie. Prague accepterait, ou presque, les demandes allemandes. Inversement, dans la soirée, les informations d’origine allemande sont plus sceptiques et il semble que la vague d’euphorie ait été lancée par Londres et Paris.

23J’accompagne Hesse chez le Duce. Il a conféré deux fois avec le Führer et lit un long mémoire dicté par ce dernier. Je le conserve parmi mes documents. En conclusion, il attaquera en cas de provocation de la Tchécoslovaquie. Aujourd’hui, il n’est pas encore en mesure de fixer un programme précis.

  • 14 Dans son télégramme au général Berti, Mussolini propose la fusion des deux divisions en une seule. (...)

24Franco accepte, semble-t-il de mauvais gré, le retrait de l’infanterie. Le Duce revient sur la proposition originelle et offre, par l’intermédiaire de Berti, de laisser une division14. Il craint que l’on juge une évacuation complète comme un abandon de Franco de notre part et il veut, à l’inverse, marcher jusqu’à la fin comme un camarade de combat.

  • 15 Désapprouvant le fascisme, le Maestro Arturo Toscanini dirige surtout à l’étranger, en particulier (...)

25Je reçois la comtesse Castelbarco Toscanini qui pleure sur le retrait du passeport de son père et se préoccupe des réactions en Amérique où il devait prochainement diriger des concerts15. Le Duce est irrité car de nombreux Italiens, et en premier lieu la princesse de Piémont, sont allés à Lucerne pour le festival Wagner. Mais le retrait du passeport est le résultat d’une interception téléphonique dans laquelle Toscanini attaquait le Duce à cause de la politique antisémite, la qualifiant « d’affaire médiévale ».

  • 16 Le 7 septembre 1938, à Moraska Ostrawa, débute le procès de 82 Sudètes accusés d’espionnage et de (...)

268 septembre. Les incidents de Moraska Ostrawa16 ont de nouveau porté le navire tchèque dans des eaux tumultueuses.

27Je reçois la mission mandchoue au palais Chigi. Le chef est un Chinois timide, flanqué de deux Japonais, un militaire et un civil, qui ne le laissent pas respirer sans leur permission. Même scène au palais de Venise en présence du Duce.

  • 17 La note de l’Information diplomatique affirme que « l’attitude de l’Italie dans la question des Su (...)

28Je reçois Blondel. Il veut des informations sur notre attitude. Je reprends plus ou moins les termes de l’Information diplomatique no 19 qui sortira ce soir et qui était rédigée entièrement de la main du Duce. Blondel voudrait savoir quels sont les engagements pris entre le Führer et le Duce. Je fais le mystérieux. En réalité, il n’y a rien de précis. Mais il est clair qu’en toute éventualité, le Duce entend marcher selon la ligne de l’Axe17.

  • 18 Raffaele Casertano est haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.
  • 19 Enrico Mizzi est le chef du parti nationaliste maltais pro-italien.

299 septembre. J’autorise Casertano18 à subventionner avec 150 000 lires italiennes le parti de Mizzi19 lors des élections à Malte.

30Le Duce donne des instructions à Berti afin de conclure les conversations avec Franco : s’il préfère, nous laissons une division sur les neuf bataillons, autrement, nous retirons toute l’infanterie. Selon le Duce, l’évacuation des forces ne pourra pas avoir lieu avant la seconde moitié d’octobre.

  • 20 Luiz Sparano est l’attaché commercial de l’ambassade du Brésil.

31Sparano20 me confirme ce qu’avait déjà dit le Duce : au Brésil, Lojacono se trouve désormais dans une situation insoutenable. Il conviendrait de le remplacer. Je le rappelle pour un entretien afin de procéder graduellement.

  • 21 Ce sont les initiales de Gioventù italiana del Littorio (Jeunesse italienne du Licteur). La Jeunes (...)

32J’ai assisté à la répétition pour la revue de la GIL21 qui aura lieu demain. Cela s’est mieux passé que je ne le croyais. Il faut tenir compte que c’est une préparation effectuée en peu de semaines et que la majeure partie de ces jeunes viennent de régions privées de tout sens de la discipline. Certains d’entre eux ne parlent pas l’italien.

3310 septembre. La revue de la GIL s’est bien déroulée. Le Duce était satisfait.

  • 22 Il s’agit de la reine Hélène de Monténégro, qui épouse le futur Victor-Emmanuel III en 1896, alors (...)

34Entretien avec Hesse. Rien de notable. Il me parle à nouveau d’un pacte militaire. Il dit qu’il y a fait allusion avec le Duce. Je renvoie la réponse. Puis, très confus, il dit devoir me parler d’une question privée. La Reine22 l’a chargé de faire une démarche auprès du Duce ou de moi en faveur de son médecin juif, Stukjold. Il semble que la Reine soit pleine de ressentiment à cause de son expulsion, tout comme le Roi qui avait une grande confiance en ce médecin. Mais il n’ose pas en parler au Duce. Et tous les deux comptent sur mon amicale médiation… Je n’ai pas pris d’engagement et, souriant, j’ai fait remarquer au prince de Hesse que le Führer n’apprécierait pas qu’à lui, allemand et nazi, lui soient confiées des missions de cette nature. Il a pâli.

  • 23 Station thermale de la province de Lucques.

3511 septembre. À Ponte a Moriano et à Bagni di Lucca23 pour le prix de poésie. Franco opte pour le maintien d’une division de légionnaires en Espagne selon nos dernières propositions.

  • 24 Goering propose à Magistrati une rencontre entre Hitler et Mussolini au Brenner entre le 12 et le (...)

3612 septembre. Beaucoup de communications venues de Berlin, et surtout une qui propose une rencontre secrète entre le Duce et le Führer au Brenner, n’importe quel jour mais pas après le 25 septembre. La proposition a été faite par Goering à Magistrati24, puis confirmée au nom d’Hitler. J’en ai parlé au Duce (en ce moment à Rocca delle Caminate) qui m’a répondu : « C’est une idée que je ne repousse pas. Nous en reparlerons. »

  • 25 Si l’on en croit le témoignage de Grandi, il semble que Mussolini et Ciano aient souhaité mettre s (...)
  • 26 Le 12 septembre 1938, en clôture du congrès du parti nazi à Nuremberg, Hitler prononce un discours (...)

37Des nouvelles de nervosité arrivent des diverses capitales. La Suisse et la Belgique mettent en état de défense leurs frontières. À Paris, on parle du rappel de six classes de réservistes. Grandi télégraphie au nom de Chamberlain pour demander une intervention modératrice du Duce auprès de Hitler qui, aux dires des Anglais, ne serait pas informé par ses collaborateurs des récentes démarches britanniques. Nous laissons tomber cette idée. Mussolini dit : « Une telle absurdité prouve que les Anglais n’ont plus tout leur esprit25. » Et il me charge de faire savoir aux Allemands que si, en ce moment, ils ont besoin d’une action en leur faveur, il est prêt à faire un pas de plus que ce qui était annoncé dans la dernière Information diplomatique. Je donne des instructions à Attolico qui, de temps en temps, est assailli par une crise de peur belliciste et voudrait faire marche arrière. Aussi suivra-t-il les ordres reçus avec prudence. Discours du Führer26. Il me semble très fort mais nullement fait pour détendre l’atmosphère. Il parle de guerre avec un esprit de décision sans précédent et ceci pèse sur le climat. Le Duce, d’après ce que téléphone Alfieri, trouve également le discours de Nuremberg grave.

  • 27 L’Adriatica di Sicurtà est une société d’assurances fondée en 1838 à Trieste, alors ville de l’Emp (...)
  • 28 Suvich reste à Washington jusqu’en janvier 1939. Il est remplacé à l’ambassade italienne aux États (...)

38Suvich laisse Washington pour l’Adriatica di Sicurtà27. Cela ne lui est pas agréable mais il a fait ses remarques avec beaucoup de politesse28.

  • 29 Ce programme est adopté par le congrès du Sudetendeutsche Partei, à Karlsbad (Karlovy Vary pour le (...)
  • 30 Dans l’Information diplomatique no 20, Mussolini affirme que « la Tchécoslovaquie est une authenti (...)
  • 31 Mussolini se rend en Vénétie et en Istrie du 18 au 26 septembre 1938.

3913 septembre. Les Allemands acceptent notre proposition. Attolico me téléphone depuis Nuremberg, après un entretien avec Ribbentrop, et demande que soit rédigée une Information diplomatique pour dire que les huit points de Carlsbad29 sont désormais dépassés et que seule une solution radicale, basée sur le principe de l’autodétermination, pourrait mettre fin à la crise tchécoslovaque. J’en informe le Duce qui rédige rapidement l’Information diplomatique no 20. Il la dicte à Anfuso30. Puis je discute avec lui d’une rencontre avec Hitler. Il n’en rejette pas l’idée mais demande qu’elle soit repoussée aux premiers jours d’octobre car il est indisponible à cause de voyages en province31. J’en informe Attolico.

40Je donne des instructions à Alfieri à propos de l’importance à donner à l’Information diplomatique et au ton de la presse en général qui, en cette occasion, a été bon.

41J’ai télégraphié à Berti de constituer une division unique et d’entamer les opérations de concentration des rapatriés. Je demande également le chiffre précis de ceux qui reviennent car cela me servira pour parler avec les Anglais.

42Entretien avec l’ambassadeur d’Amérique. Il veut partir en congé et cherche à adapter la situation de l’Europe à ses nécessités personnelles afin de partir la conscience tranquille. Au moins la sienne !

  • 32 « Le ministre Christich, parlant toujours en son nom personnel, m’a dit qu’il ne croit pas que la (...)

43Entretien avec Christich. Important et mis par écrit. Il confirme que Stoyadinovitch entend conformer sa position avec celle de l’Italie32.

  • 33 Dans la matinée du 13 septembre ont lieu de graves incidents en pays sudète, à Tachau, Eger, Haber (...)

4420 heures. On télégraphie depuis Prague des nouvelles à propos de l’ultimatum donné par Henlein à Bénès à la suite des incidents d’aujourd’hui33. J’en parle au Duce. Il convient que la situation est très grave mais il estime que Bénès finira par l’accepter. « Les démocraties sont faites pour avaler des couleuvres. »

  • 34 Il s’agit du général Efisio Marras.

4514 septembre. Les premières nouvelles de la rupture des négociations entre Henlein et Prague sont arrivées dès hier soir. La journée alterne entre optimisme et pessimisme au gré des nouvelles reçues. On parle de graves incidents entre des Sudètes et la police, de dizaines et dizaines de morts. Depuis Berlin, l’attaché militaire34 télégraphie que la mobilisation aérienne a débuté avec le rappel de 2 000 pilotes et la concentration d’appareils sur des camps frontaliers. De nombreux diplomates affluent au ministère. En général, ils sont pessimistes. Tous demandent des éclaircissements à propos de l’Information diplomatique et veulent savoir si la solidarité italienne ira jusqu’à se placer aux côtés de l’Allemagne en cas de guerre. Je ne réponds pas avec précision mais je laisse entendre que oui. Le chargé d’affaires britannique demande si autodétermination signifie plébiscite. Effectivement. Alors, il explique qu’il sera difficile de le faire accepter à Bénès. L’ambassadeur belge dit : « Vous demandez à la Tchécoslovaquie de se suicider. »

4620 heures. Coup de théâtre. Attolico téléphone que Chamberlain a demandé une audience à Hitler et sera reçu demain à Berchtesgaden. Je téléphone la nouvelle au Duce qui en est surpris. Il s’écrie : « Il n’y aura pas la guerre mais c’est la liquidation du prestige anglais. En deux ans, l’Angleterre est allée deux fois au tapis. »

  • 35 Cet article est publié dans Il Popolo d’Italia. En voici un extrait : « Vous avez déjà dû arriver (...)
  • 36 Si l’on en croit le rapport de l’ambassadeur allemand, Ciano s’est assez nettement engagé en faveu (...)

4715 septembre. La vague d’optimisme causée par la nouvelle du voyage de Chamberlain a été amoindrie suite aux informations successives et confuses provenant de Prague et de Berlin à propos de la guerre civile dans la région des Sudètes. Il semble que Bénès fasse tirer à volonté et que les morts se compteraient par dizaines, certains journaux parlant même de centaines. Attolico, d’habitude optimiste, téléphone que « si Chamberlain n’était pas sur le territoire allemand, les forces du Reich auraient déjà prêté main forte aux Sudètes ». Je reçois von Mackensen qui vient remercier pour l’article du Duce « Lettre à Runciman ». Il le définit comme un document historique35. L’ambassadeur est plutôt pessimiste. Il explique que si Chamberlain n’apporte pas dans sa besace des propositions concluantes et rapides, le Führer ne pourra qu’apporter de l’aide aux Sudètes. Nous examinons ensemble la situation balkanique, en cas de conflit, maintenant qu’est assurée la neutralité yougoslave. Nous estimons que la Grèce et la Turquie ne bougeront pas36.

48Le Duce, depuis La Rocca, m’appelle souvent au téléphone. Il est calme, attendant imperturbablement et décidé le développement des événements. Mais il est moins optimiste qu’hier. Attolico, à 20 h 30, téléphone que Berlin ne considère pas comme imminente une intervention en Tchécoslovaquie, quoique les nouvelles des incidents soient toujours plus graves. On ne sait encore rien de l’entretien Hitler-Chamberlain qui a eu lieu à 17 heures et qui se déroula avec la seule présence d’un interprète. Tard en soirée, on me donne les premières nouvelles de l’entretien et le communiqué.

  • 37 L’entretien entre Hitler et Chamberlain se passe plutôt bien. Le Premier ministre britannique acce (...)

4916 septembre. Les interprétations de l’entretien Hitler-Chamberlain sont diverses, et donc différentes les tendances vers l’optimisme et le pessimisme. En général, on a la sensation d’une détente d’atmosphère37. Le projet d’un prochain entretien est interprété dans un sens favorable. Le Duce se préoccupe de l’attitude de Bénès. Il craint qu’il ne veuille forcer la main au Führer en continuant une violente répression antiallemande. Il espère provoquer encore le conflit qui serait, pour lui, la seule porte de sortie.

  • 38 Dans son rapport du 17 septembre, Jules-François Blondel indique qu’il a insisté pour que l’Italie (...)

50Je vois beaucoup de diplomates. Le Roumain dément de manière catégorique la nouvelle d’origine française à propos du libre passage soviétique en Bessarabie. Le Français et le Russe, à la mer, cherchent des nouvelles que je ne leur donne pas. Blondel est pessimiste. Il rappelle les journées de 14 qu’il vécut à l’ambassade de Londres. Déjà à ce moment-là, personne ne voulait mourir pour les Serbes et il y eut cependant la guerre. Et pourtant, le monde était alors bien plus heureux qu’aujourd’hui et il y avait tant de raisons de sauvegarder la paix38. Le Polonais et le Hongrois viennent remercier pour l’action du Duce et déclarent formellement qu’ils entendent soulever la question de leurs minorités. Le Japonais veut des informations. L’Anglais me porte un message de Chamberlain plein de bonne volonté au sujet de l’entrée en vigueur du pacte italo-anglais.

51Attolico, à qui je demande des informations précises en relation avec le discours que fera le Duce à Trieste, téléphone qu’il me les donnera tard dans la soirée.

52Les nouvelles de Prague sont meilleures, mais l’intransigeance du gouvernement de Bénès se confirme (à 20 h 30).

5317 septembre. Hier soir, Attolico m’a donné des éléments qu’Hitler voudrait voir mis en évidence dans le discours du Duce : accélérer la solution, obtenir une solution intégrale, libérer toutes les minorités de l’oppression tchèque.

54En matinée, après un peu d’administration ordinaire, je vais en avion à Lucques, m’y arrête quelques heures et repars pour Forlì où, avec Starace et Alfieri, je prends place dans le train présidentiel. J’informe le Duce. Celui-ci conclut : « J’ai pris mes décisions. Si le conflit se produit entre l’Allemagne, Prague, Paris et Moscou, je resterai neutre. Si la Grande-Bretagne intervient, généralisant la lutte et lui donnant un caractère idéologique, alors nous nous jetterons dans la fournaise. L’Italie et le fascisme ne pourront rester neutres. »

  • 39 Commune de la province de Padoue.

55Personnellement, le Duce tend à penser que le conflit finira par avoir une solution militaire. Cette conviction est renforcée quand, à Bologne, il apprend les dernières nouvelles à propos de la constitution d’un corps de volontaires et de nouveaux incidents dans la région des Sudètes. Il est calme. Il nous fait dire par un de ses hommes qu’il ne souhaite pas être dérangé pendant la nuit même si arrivent des nouvelles importantes, « à moins que n’éclate la guerre ». Depuis Abano39, où le train s’arrête pour la nuit, je téléphone à Rome et à Berlin. Les informations de la presse sont quelque peu gonflées.

  • 40 Mussolini affirme son soutien à l’Allemagne : « Nous espérons qu’une solution pacifique sera trouv (...)
  • 41 Né en 1884, agrégé d’histoire, Édouard Daladier devient maire de sa ville natale de Carpentras en  (...)
  • 42 Le Premier ministre britannique parvient à faire admettre à son homologue français la possibilité (...)
  • 43 Député slovaque au Parlement de Budapest avant la Première Guerre mondiale, Milan Hodža devient le (...)

5618 septembre. De Venise à Trieste sur le Camicia nera. Très belle journée. La mer est un miroir et le ciel d’un bleu splendide. Trieste accueille le Duce dans un mélange de soleil, de drapeaux, de liesse. On disait que cette ville était dépressive à la suite de l’Anschluss et à cause de la politique raciale. Je n’ai jamais vu une réception plus exhaltante ni une ferveur plus explosive que celles des Triestins. Le Duce parle. Grand discours serein. Rarement, les paroles égalent les actes. Cette fois oui. Même si rien ne survient, le Duce a écrit aujourd’hui une page d’histoire faite de courage, de loyauté, d’honneur40. On a tout de suite la sensation d’une détente dans l’horizon politique européen. Beaucoup d’assentiment dans les diverses capitales. Cependant, les nouvelles de Londres sur la rencontre entre Chamberlain et Daladier41, quoiqu’imprécises, laissent prévoir une retraite en bon ordre42. L’unique élément négatif de la journée est le discours de Hodža43. Il a déclaré que Prague ne veut pas de plébiscite et est prête à la résistance. Mais pour combien de temps si Londres et Paris cèdent ?

5719 septembre. J’accompagne le Duce en territoire yougoslave. Accueil très chaleureux. Échange de discours très amicaux et très significatifs en ce moment. Voici un résultat auquel peu croyaient lorsque je me rendis à Belgrade en mars 1937.

58En général, les nouvelles sont plus optimistes sur la situation tchèque. Le Duce commence également à pencher pour une solution pacifique.

59À Rome par avion.

60Je reçois 100 ouvriers yougoslaves. Je leur parle sur un ton de camaraderie et de cordialité. Puis je m’entretiens avec Christich. Il veut des nouvelles mais je n’en ai pas beaucoup à lui donner. Charles souhaite me voir et me laisse une mise au point générale pleine de bonne volonté vis-à-vis des événements de la crise tchèque. Il ne fait pas de mystères et ajoute que le but de ses fréquentes visites est de montrer que les contacts entre Rome et Londres sont maintenus cordialement.

  • 44 Né en 1868, l’amiral Miklós Horthy est aide de camp de l’empereur François-Joseph et commande la f (...)
  • 45 En fait, Hitler reçoit Imrédy et le ministre des Affaires étrangères Kánya.

61Entre-temps, la rencontre entre Hitler et Chamberlain est confirmée pour mercredi prochain. Le Führer recevra demain le représentant hongrois (Horthy44 ou Imrédy45 ?) et le représentant polonais. Attolico donne beaucoup d’importance à cette rencontre. Je cherche les deux représentants diplomatiques à Rome. Je ne les trouve pas. Je leur parlerai demain matin. Je leur dirai d’intensifier leur action : il ne faut pas que l’Allemagne tire seule avantage de la situation présente.

6220 septembre. Villani et Wieniawa sont très satisfaits de ce que je leur dis. Je crois qu’ils avaient besoin de notre encouragement car l’attitude de Londres et de Paris vis-à-vis des requêtes polono-hongroises apparaissait plutôt décourageante. Même Berlin ne semblait pas très pressé d’associer le sort des Sudètes avec celui des minorités des autres pays.

63La journée passe surtout dans l’attente de la réponse de Prague, qui s’avère négative en fin de journée, provoquant ainsi une nouvelle vague de pessimisme.

  • 46 Le Duce opte pour un ton martial : « Nous préférons être craints et la haine d’autrui nous importe (...)

64Le Duce parle à Udine. J’écoute le discours au ministère46.

65Berti nous fait savoir qu’il prépare la division des rapatriés, dans la région de Séville, sur trois régiments. Cette opération subit un retard car nos divisions servent encore à contrer une offensive rouge. Mais il se confirme de source sûre que nos troupes sont fatiguées, très fatiguées. L’idée de laisser encore en Espagne une division n’a rencontré aucune faveur. Les lettres anonymes, mais également signées, abondent et demandent le rapatriement. Les signes d’inquiétude se multiplient. Je ne voudrais pas que cette maigre division de vétérans découragés nous donne, un jour ou l’autre, quelque grosse désillusion.

6621 septembre. On n’a pas de nouvelles définitives de Prague jusqu’à une heure tardive. Il semble cependant que Bénès capitule. Le retard dans la communication des informations serait déterminé, selon des sources du ministère, à la préoccupation d’éviter des désordres.

  • 47 Le colonel Giovanni Battista Nulli est attaché au bureau Espagne du ministère des Affaires étrangè (...)

67Depuis l’Espagne, Nulli47 confirme que les rapatriés pourraient être 10 000, prêts à l’embarquement à la fin septembre. Entre-temps, personne n’a déclaré à Genève que le gouvernement rouge renvoie tous les volontaires par un geste unilatéral. Pourquoi ? Se sentent-ils donc si forts ? Ou est-ce seulement une manifestation de caractère platonique ? En ce qui nous concerne, je pense que ceci enlève une partie de sa signification à notre évacuation partielle. Mais cela présente l’avantage de ne pas la faire apparaître comme étant de notre initiative, ce qui serait certainement présenté et commenté de manière désagréable : fatigue italienne, trahison envers Franco, etc.

6822 septembre. Le Duce est revenu à Rome. Je confère avec lui sur le problème espagnol ainsi que de la situation tchèque. Le Chef est sceptique sur l’Espagne. Il croit que Franco, qui a désormais perdu la victoire, arrivera à un compromis avec les autres. Nous perdrons les 4 milliards de crédits : c’est pour cela qu’il faut tout rafler tant que cela est possible. En ce qui concerne le problème tchèque, il insiste sur la nécessité d’une solution qui incluerait les problèmes polono-hongrois.

  • 48 Durant cet entretien, l’ambassadeur allemand précise également que le Führer a conseillé à la Hong (...)

69Je reçois l’ambassadeur d’Allemagne. Entretien mis par écrit. Il remercie, au nom du Führer, de ce que le Duce et l’Italie ont fait48. Il annonce un message du Führer qui sera transmis, comme d’habitude, par le prince de Hesse.

  • 49 L’ambassadeur Villani confirme à Ciano la volonté de la Hongrie de régler à son profit la question (...)

70Dans l’après-midi, je reçois Perth et Villani49. Les deux entretiens sont mis par écrit. Perth a surtout tenu à me faire comprendre qu’il est inexact de dire que l’Angleterre ne fera la guerre à aucun prix. C’est faux. L’Angleterre ne la désire pas mais la fera si l’Allemagne ne sait pas s’arrêter là où la modération le conseille.

  • 50 Le gouvernement de Milan Hodža est remplacé par un gouvernement dirigé par le général Jan Syrovy.

71Nouvelles incertaines de Prague. Démission de Hodža. Cabinet militaire50. Drapeaux rouges et manifestations dans les rues. En attendant, il semble que les Allemands occupent les villes et les postes-frontières. Tout se déroulera-t-il pacifiquement ?

  • 51 Cette division de la Milice porte la date commémorative du 23 mars, en souvenir de la date de créa (...)

72En Espagne, la division « 23 marzo51 » a accompli des prodiges de valeur. Merveilleux légionnaires qui protestent et grognent au repos et qui, à l’attaque, retrouvent l’enthousiasme du premier combat. Et ils sont là depuis 22 mois !

73Aucune nouvelle précise de l’entretien entre Hitler et Chamberlain.

  • 52 Dans une atmosphère plus tendue que celle du 15 septembre, Hitler se fait plus catégorique et prés (...)

7423 septembre. Hier soir, Attolico a téléphoné et m’a donné l’impression que les choses ne se passent pas bien à Godesberg. Face à la nébulosité des propositions anglaises, le Führer présente quatre requêtes précises52. Pendant ce temps, dans la région des Sudètes, le canon tonne et les mitrailleuses vident leurs chargeurs. En matinée, les choses se compliquent encore : Chamberlain et le Führer ne se voient pas mais le premier écrit une lettre demandant de revenir sur les demandes afin de les réduire. Je le dis au Duce. Il trouve la chose très grave et répond : « Quand on commence à mettre les points par écrit, cela veut dire que l’on considère la situation désespérée et que l’on assume les responsabilités devant l’histoire. » Ribbentrop téléphone à Attolico qu’Hitler répondra également par écrit, restant ferme sur ses positions. En réalité, jusqu’à 19 heures, on n’a pas de nouvelles d’entretiens ultérieurs, sauf un entre Henderson et Ribbentrop.

  • 53 Lors de cet entretien, l’ambassadeur Zamfirescu communique trois points à Ciano : la Roumanie n’au (...)
  • 54 Le gouvernement soviétique menace la Pologne de rompre le pacte de non-agression du 25 juillet 193 (...)

75Je reçois le ministre de Roumanie. Il fait une démarche importante pour dire que Bucarest commence à se rendre compte de la situation, comprend les revendications hongroises mais demande que les Hongrois ne prennent pas d’initiatives inconsidérées et qu’ils aient des ambitions modestes. J’ai fait de mon mieux pour encourager le Roumain à trahir la Petite Entente. Je n’ai pas à faire d’efforts particuliers car il ne désire rien d’autre53. Entre Varsovie et Moscou, la situation s’assombrit54.

  • 55 Il s’agit de Ruggiero Palmeri.

7619 heures. Pariani téléphone pour dire que le général Marras lui communique que « c’est pour demain ». Attolico confirme également que « le cours fatal des événements » est désormais proche. Je téléphone la nouvelle au préfet de Florence55 afin qu’il en informe le Duce en voyage à Padoue.

  • 56 Une note du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Ernst von Weizsäcker, souligne le 26 septem (...)

7724 septembre. Durant la nuit, les coups de téléphone sont continus et les informations sont souvent contradictoires. Au matin, j’ai connaissance de deux points précis : la mobilisation générale de Prague et le contenu du mémorandum qu’Hitler a donné à Chamberlain. Il confirme intégralement ses demandes avec la date butoir du 1er octobre pour la cession des Sudètes et celle du 25 novembre pour l’organisation des plébiscites dans les zones mixtes. Ribbentrop assure que jusqu’à cette date (1er octobre), les troupes n’entreront pas en Tchécoslovaquie. Le Duce, qui voulait rentrer à Rome après les premières nouvelles, décide de poursuivre le voyage et je le conseille en ce sens. Il parle à Belluno : il expose la situation avec précision. On fait savoir de Berlin que les termes du mémorandum étaient à tenir secrets56. Désormais… Nouvelles sur la mobilisation en France. De même en Angleterre. Le ministre de Yougoslavie confirme l’attitude de neutralité de son pays dans tous les cas de figure.

78Dans l’après-midi, Berlin téléphone que Hesse rejoindra Venise, porteur d’un message du Führer pour le Duce. Je pars en vol de nuit pour le rencontrer. Très beau vol : Venise illuminée, dans une calme soirée de septembre, semble un diadème de joyaux phosphorescents.

7925 septembre. Je reçois Hesse au Grand Hôtel et nous partons tout de suite en voiture pour Schio où le Duce réside pour quelques heures. Il n’a pas de message écrit, ni même une mission très précise. Il doit remercier le Chef pour ce que nous avons fait ce qui a été fait par nous et lui porter la promesse d’Hitler que quels que soient nos besoins, de défense ou d’attaque, toutes les forces allemandes seront à notre disposition. Puis nous revenons sur la situation. Il répète ce que nous savions déjà plus ou moins à propos de l’entretien avec Chamberlain et les exigences allemandes. Désormais, un point est sûr : si, pour le 1er octobre, les Tchèques n’acceptent pas les termes de l’ultimatum, Berlin attaque. Naturellement avec pour but la destruction totale de la Tchécoslovaquie (Hesse a également fait allusion à la possibilité d’incorporer au Reich les Tchèques et les Slovaques, avec une large autonomie !). Hitler estime encore que la France et l’Angleterre n’interviendront pas. Mais si, inversement, elles le font, il est prêt au conflit. Il ajoute également que la situation militaire et politique est maintenant si favorable à l’Axe que cela vaut peut-être la peine de jouer une partie qui devra l’être inévitablement. Hesse ajoute que Ribbentrop est encore plus extrémiste dans ce sens. Le Duce nous reçoit dans le train présidentiel. Il est sévère et serein. Il écoute en silence l’exposé de Hesse. Puis, à son tour, il parle brièvement. Il le remercie pour la communication. Il expose son point de vue : la France ne marchera pas car l’Angleterre ne se mettra pas à ses côtés. Si, inversement, le conflit devait se généraliser, nous nous mettrions aux côtés de l’Allemagne tout de suite après l’entrée en guerre de l’Angleterre. Pas avant, afin de ne pas justifier la guerre. Le Duce a également répété sa pleine conviction de notre victoire : force des armes, force irrésistible de l’esprit.

80Nous revenons à Venise. Hesse part pour Berlin, moi pour Rome.

81En pratique : aucun élément nouveau ou définitif n’est sorti de l’entretien. Mais le Duce et moi, sans pousser l’Allemagne au conflit, n’avons rien fait pour la retenir.

82En vol, j’écoute le discours du Duce à Vicence. Puis il m’appelle au téléphone. Il évoque la possibilité d’une rencontre avec Ribbentrop pour clarifier les conditions de l’intervention italienne. Il m’annonce aussi une première petite mobilisation de 25 000 hommes.

  • 57 Les deux dirigeants français se rendent à Londres dans la soirée du 25 septembre afin de rencontre (...)

83Nouvelles très vagues de Londres et Paris sur les Conseils des ministres qui ont eu lieu. Daladier et Bonnet rentreront ce soir à Paris57. Il semble que le ministre tchèque à Londres ait déjà donné une réponse négative au mémorandum d’Hitler. Dans les rues anglaises, on s’agenouille et on prie pour la paix. En Italie, on attend avec un calme conscient et fort.

84Dans l’après-midi, j’ai longuement discuté avec Pariani qui se montre assez tranquille. Il pense faire un large emploi des gaz, y compris contre des ouvrages fortifiés.

8526 septembre. Dans la matinée, je vais avec Cavagnari au ministère de la Marine et au bureau des opérations, examinant avec les officiers de l’état-major la situation et les possibilités. Tâche extrêmement dure pour notre marine qui, au moins au début, devra, seule ou presque, soutenir le choc de deux puissantes nations coalisées. On considère l’intervention japonaise comme capitale, même si elle doit déterminer l’intervention américaine.

86Beaucoup de diplomates : le Belge, le Brésilien, le Polonais. On respire désormais un air de guerre. L’ultime espérance de tous est suspendue au message envoyé par Chamberlain au Führer, après la réunion qui s’est tenue ce matin à Londres. L’espérance est de brève durée. Attolico téléphone à 19 h 15 que l’entretien a eu lieu. On proposait un contact direct du gouvernement de Prague avec celui de Berlin, avec l’éventuelle médiation de Londres. Proposition rejetée : le Führer ramène le terme de l’ultimatum du 1er octobre au mercredi 28 à 14 heures. C’est la guerre. Que Dieu protège l’Italie et le Duce.

87Je reçois encore le ministre de Yougoslavie afin de dissiper l’équivoque créée par leur représentant à Tirana, qui a répandu le bruit d’une occupation italienne de l’Albanie. Christich désavoue son collègue. Ensuite, je vois Mackensen qui me met au courant d’une démarche faite à Berlin par l’ambassadeur d’Espagne. Franco, préoccupé par sa position, pense ouvrir des négociations avec Paris et Londres pour déclarer sa neutralité. Quelle honte ! Nos morts en Espagne doivent se retourner dans leurs tombes. Rien ne nous a été encore communiqué par Conde. Se pose le problème du corps expéditionnaire. Que feront-ils d’eux ? En attendant, je donne des instructions à Valle pour commencer à étudier l’évacuation des forces aériennes. Je reçois le Duce, à la gare, à 22 h 50. Entre-temps, Hitler a parlé : rien de plus que nous ne savions. Je rends compte au Duce des derniers événements : il m’écoute avec sérieux et componction. Il est grave dans le geste et sur le visage, mais serein. Il a une moue de dégoût pour l’Espagne. Il conclut en affirmant qu’il mobilisera demain et commencera à envoyer des troupes en Libye. Il se retire dans sa chambre à peine arrivé à la villa Torlonia. L’Espagnol fait une démarche auprès de Buti pour la neutralité. Mais sous une forme discrète. Il n’a pas osé la faire auprès de moi. À la réflexion, la neutralité est la seule voie que Franco peut suivre. Les nôtres resteront pour faire de la guérilla contre les rouges. Par un télégramme du Duce, nous suspendons le rapatriement.

8827 septembre. Le Duce reçoit Valle, Pariani et Cavagnari et donne des instructions pour un début de mobilisation suffisant pour assurer la neutralité armée dans un premier temps. Puis il confère longuement avec moi.

  • 58 Né en 1882, Wilhelm Keitel entre dans l’armée en 1901 et devient officier d’artillerie, puis offic (...)

89Il est encore perplexe sur l’attitude qu’adopteront Français et Anglais, même après une éventuelle déclaration de guerre, à propos de leur tactique militaire. Attaquer la ligne Sigfried ? Certainement pas. Et comme l’Allemagne, après avoir liquidé la Tchécoslovaquie, n’attaquera pas à l’ouest, il est encore possible d’envisager la résolution du conflit sans un choc entre les géants. Quoi qu’il en soit, le Duce veut que l’on établisse avec Berlin les bases d’une entente politique et que l’on crée des organismes de collaboration militaire. À cette fin, il propose que je rencontre Ribbentrop. Les Allemands donnent leur accord et suggèrent de faire de même avec les militaires. Keitel58 pour leur part, Pariani et Valle pour la nôtre. Nous nous verrons à Munich, jeudi, à 12 heures.

90Aucune nouveauté sur l’échiquier diplomatique, sauf la confirmation de Berlin que « c’est pour demain ». Dans l’après-midi, je reçois Villani à qui je répète les habituelles recommandations de calme, l’ambassadeur du Japon qui, à titre personnel, se déclare convaincu de l’intervention de Tokyo à nos côtés, et Christich qui vient désavouer le ministre yougoslave à Tirana pour la question déjà indiquée. Il me dit que, selon le ministre tchèque, l’intervention russe se concrétisera par une attaque aérienne contre la Pologne.

  • 59 L’idée d’une guerre prochaine aurait amené Ciano, si l’on en croit le témoignage de Grandi, à ordo (...)

91Chamberlain parle à la radio à 8 heures du soir : son ton est abattu. C’est celui d’un homme qui a désormais abandonné tout espoir de paix. Il est vrai que sauf un miracle...59

9228 septembre. 10 heures. Il ne manque plus que quatre heures avant le début des hostilités. C’est alors que Perth me téléphone pour demander une audience. Je le reçois tout de suite. Il dit, en étant très ému, que Chamberlain fait appel au Duce pour une intervention amicale en ces heures qu’il considère comme les dernières utiles pour sauver la paix et la civilisation. Il répète la garantie que l’Angleterre et la France ont déjà offerte pour la rétrocession des Sudètes. Je demande à Perth si je dois considérer la démarche comme une invitation officielle faite au Duce d’assumer le rôle de médiateur. Oui. Alors, il n’y a pas de temps à perdre : l’offre mérite d’être prise en considération. Je dis à Perth de m’attendre au palais Chigi. Je vais chez le Duce. Il est tout de suite d’accord sur l’impossibilité d’opposer une fin de non-recevoir à la demande de Chamberlain. Il téléphone à Attolico : « Allez voir le Führer et dites-lui avant toute chose que je serai à ses côtés quelles que soient les circonstances mais que je lui conseille de différer de 24 heures le début des hostilités. Entre-temps, je me réserve d’étudier ce qui peut être fait pour résoudre le problème. » Je reviens au palais Chigi. J’informe Perth que les hostilités devraient débuter aujourd’hui et je confirme que notre place est aux côtés de l’Allemagne. Son visage tremble et il a les yeux rouges. Quand j’ajoute que le Duce a accepté la requête de Chamberlain et a demandé de retarder de 24 heures, il éclate en un rire de sanglots et se précipite à son ambassade. Peu après, il demande une nouvelle audience. Il remet un message de Chamberlain pour le Duce et une copie de celui destiné à Hitler : une proposition concrète de conférence à quatre avec l’engagement d’arriver à une solution radicale du problème sudète d’ici sept jours. On ne peut refuser : si Hitler le faisait, il s’attirerait la haine du monde et porterait toute la responsabilité du conflit. Au palais de Venise, le Duce décide d’appuyer la demande anglaise d’autant plus que, désormais, le Führer, adhérant au désir de Mussolini, a un phonogramme d’instruction. Je parle avec Perth pour l’informer et à Attolico pour lui donner des directives. Naturellement, j’annule la rencontre avec Ribbentrop et Keitel fixée hier.

93Il résulte d’un coup de téléphone que Blondel se prépare à faire également une démarche. Rien à faire : nous n’entendons pas que la France s’entremette. Toute la question changerait d’aspect et les Allemands dresseraient les oreilles avec raison. Je téléphone à Perth : « On me rapporte que la France se prépare à intervenir. Je vous avise que toute démarche de Blondel serait totalement contre-productive. Faites en sorte qu’elle n’ait pas lieu. Notre travail serait en danger. » Il est d’accord et s’engage à agir selon mes demandes.

9415 heures. Attolico téléphone l’accord de principe de Hitler, émettant quelques réserves de caractère secondaire. Mais il pose une condition : la présence de Mussolini qu’il considère comme seule garantie. Le Duce accepte. On partira à 18 heures pour être à 10 h 30 à Munich, siège de la conférence.

  • 60 Né en 1882 à Hyde Park (État de New York), dans une famille aisée d’origine hollandaise, Franklin (...)

95Je retourne chez le Duce avec l’ambassadeur d’Amérique, porteur d’un très tardif message de Roosevelt60. Je reste seul avec le Duce. Il dit : « Comme tu vois, je suis modérément heureux car, même au prix fort, nous pouvions liquider pour toujours la France et la Grande-Bretagne. Nous en avons désormais des preuves écrasantes. »

  • 61 Anfuso note dans ses Mémoires : « Ciano fut, ce jour-là, plus brillant que jamais. L’idée de la pa (...)

96Départ à 18 heures. Les vœux de toute l’Italie nous accompagnent61.

9729-30 septembre. Durant le voyage, le Duce est de très bonne humeur. Nous dînons ensemble et il parle avec une grande vivacité de tous les sujets. Il critique durement la Grande-Bretagne et sa politique : « Quand un pays adore les bêtes au point de leur faire des cimetières, des hôpitaux, des maisons, quand on fait des fondations pour les perroquets, c’est le signe que la décadence est en marche. Du reste, outre toutes ces raisons, ceci dépend aussi de la composition du peuple anglais. 4 millions de femmes en plus. 4 millions d’insatisfaites sexuelles qui créent artificiellement une quantité de problèmes afin d’exciter ou d’apaiser leurs sens. Ne pouvant embrasser un seul homme, elles embrassent l’humanité. »

98À Kufstein, rencontre avec le Führer. Nous montons dans son wagon où se trouve une table avec des cartes géographiques de la région des Sudètes et des fortifications occidentales. Il fait un tour de la situation : il entend liquider la Tchécoslovaquie qui, jusqu’à maintenant, immobilise 40 divisions et lui lie les mains vis-à-vis de la France. Lorsque la Tchécoslovaquie sera ramenée, comme il se doit, à de justes proportions, il suffira de 12 divisions pour l’immobiliser. Le Duce l’écoute avec recueillement. Désormais, le programme est précis : la conférence réussit rapidement ou la solution se trouvera par les armes : « D’ailleurs, ajoute le Führer, le temps viendra où nous devrons nous battre contre la France et l’Angleterre. Il vaut mieux que cela advienne tant que le Duce et moi sommes à la tête de nos pays, encore jeunes et pleins de vigueur. »

99Mais tout ceci semble dépassé par l’atmosphère qui s’est en fait créée : atmosphère d’accord. Même le peuple qui salue le long de la voie ferrée laisse comprendre sa joie de l’événement qui est dans l’air.

  • 62 Né en 1887, André François-Poncet est agrégé d’allemand et diplômé des universités de Paris, Munic (...)
  • 63 André François-Poncet a laissé quelques pages intéressantes sur la conférence de Munich et ses par (...)

100Après un bref arrêt au palais où le Duce et moi résidons, nous allons à Führerhaus où aura lieu la réunion. Les autres sont déjà arrivés et réunis autour d’une table sur laquelle ont été préparés hors-d’œuvre et boissons. Le Führer vient à notre rencontre au milieu de l’escalier et, avec toute sa suite, réserve aux Italiens un traitement de choix par rapport aux autres. Brèves et froides poignées de main avec Daladier et Chamberlain, puis le Duce, seul, se dirige vers un coin de la salle où les hiérarques nazis l’entourent. Il y a un vague sentiment d’embarras, en particulier chez les Français. Je parle avec Daladier, puis avec François-Poncet62 de choses sans importance. Puis avec Chamberlain qui me demande de le faire parler avec le Duce. Il le remercie pour ce qu’il a fait jusqu’à présent. Mais le Duce, froid, ne profite pas de l’ouverture et l’entretien s’éteint63.

  • 64 Alexis Léger, alias Saint-John Perse pour la littérature (prix Nobel en 1960), est chef de cabinet (...)
  • 65 Sir Horace Wilson, haut fonctionnaire du Foreign Office, est un conseiller personnel du Premier mi (...)

101Nous entrons dans la salle de réunion. Les quatre chefs, Ribbentrop, Léger64, Wilson65, moi et l’interprète Schmidt. Le Führer parle : il remercie et expose la situation. Il parle avec calme mais, de temps en temps, s’excite, hausse la voix et frappe le poing sur la paume de l’autre main. Puis Chamberlain, Daladier, enfin le Duce, lequel affirme la nécessité d’une décision rapide et concrète et, à cette fin, propose de prendre pour base de la discussion un document qui, en réalité, nous a été téléphoné la veille au soir par l’ambassade comme étant désiré par le gouvernement allemand.

102La discussion se déroule de façon régulière et sans trop d’animation. Chamberlain s’attarde plutôt sur des questions de légalité, Daladier défend, avec peu de conviction, la cause des Tchèques, le Duce préfère se taire et résume, en tirant les conclusions, à la fin des autres exposés.

103Suspension de la séance pour le déjeuner qui a lieu dans la maison privée du Führer : modeste appartement dans un immeuble rempli d’autres locataires. Par contre, à l’intérieur, beaucoup de tableaux de grande valeur.

104La réunion continue l’après-midi et, en pratique, se fragmente en de nombreux petits groupes qui recherchent la bonne formule. Ceci permet de parler avec plus de confiance et de rompre la glace.

105Daladier, surtout, est loquace dans les conversations personnelles. Il dit que ce qui arrive aujourd’hui est uniquement dû à l’obstination de Bénès. Durant ces derniers mois, à plusieurs reprises, il lui avait suggéré de donner l’autonomie aux Sudètes. Cela aurait au moins retardé la crise actuelle. Il s’en prend aux partisans de la guerre en France, lesquels auraient prétendu pousser le pays vers une guerre absurde et surtout impossible car la France et l’Angleterre n’auraient jamais pu rien faire de vraiment utile pour la Tchécoslovaquie, une fois que celle-ci aurait été attaquée par les troupes du Reich.

106Le Duce, quelque peu ennuyé par l’atmosphère vaguement parlementaire qui se crée toujours dans les conférences, va et vient dans la pièce, les mains dans les poches et un peu distrait. De temps en temps, il aide à la recherche d’une formule. Dans son grand esprit, toujours à l’avant-garde des événements et des hommes, l’accord est désormais acquis et, alors que d’autres peinent sur des problèmes plus ou moins formels, lui ne s’y intéresse presque plus. Il est déjà ailleurs et médite autre chose.

  • 66 Magyares et hongroises sont des adjectifs synonymes. Ciano veut sans doute évoquer les minorités p (...)
  • 67 Un document annexe aux accords de Munich est adopté sur initiative italienne et prévoit des négoci (...)

107Il prend cependant de nouveau la parole quand il s’agit de mettre sur le tapis le problème des minorités magyares et hongroises66. Les autres, tous les autres, se seraient volontiers abstenus d’en parler. Ils cherchent, en réalité, à éviter la discussion. Mais, comme il arrive toujours lorsqu’il y a une forte volonté, celle-ci prédomine et les autres se cristallisent autour d’elle. Le problème est discuté et réglé au travers d’une formule que je n’hésite pas à qualifier de très brillante67.

108En attendant, des entretiens ont lieu par deux. On fait également allusion à la possibilité d’un retard concernant le départ du Duce afin de permettre une rencontre avec Chamberlain. Mais l’idée est écartée par le Duce car il pense que cela pourrait froisser la susceptibilité allemande. Je parle d’abord avec Chamberlain, puis le Duce. Nous lui disons plus ou moins les mêmes choses : désintéressement des affaires d’Espagne, prochain retrait de 10 000 volontaires, bonne volonté pour mettre bientôt en vigueur notre pacte du 16 avril. Chamberlain fait allusion à la possibilité d’une conférence à quatre pour résoudre le problème espagnol.

  • 68 En français dans le texte.

109Enfin, à 1 heure du matin, le document est complété. Tous sont satisfaits, même les Français, même les Tchèques selon ce que me dit Daladier. François-Poncet, collationnant le document, rougit un moment et s’exclame : « Voilà comment la France traite les seuls alliés qui lui étaient restés fidèles68. »

  • 69 Les accords de Munich prévoient une évacuation du territoire des Sudètes par les forces tchécoslov (...)

110Signatures, poignées de main, départ69.

  • 70 Les Mémoires de Filippo Anfuso confirment cette atmosphère : « Arrivés à Vérone où Mussolini avait (...)

111En Italie, du Brenner à Rome, du Roi aux paysans, le Duce reçoit un accueil que je n’avais jamais vu. Il me dit lui-même que seulement le soir de la proclamation de l’Empire, il reçut une ovation comparable70.

112Ribbentrop m’a remis un projet d’alliance tripartite entre l’Italie, l’Allemagne, le Japon. Il dit que c’est « la chose la plus grande du monde ». Toujours hyperbolique. Je crois que nous l’étudierons avec beaucoup de calme et, peut-être, nous le mettrons de côté pour quelque temps.

Notes

1 Les décisions prises par le Conseil des ministres sont les suivantes : expulsion des Juifs étrangers, révocation des mesures de nationalité italienne accordées après 1918, exclusion de l’enseignement sauf du primaire où les enfants d’origine juive sont regroupés dans des sections spéciales. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 132-133. Sur le traitement des Juifs dans l’Italie fasciste, voir Sarfatti Michele, Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Einaudi, coll. « Biblioteca di cultura storica » (no 26), Turin, 2000, p. 150-151.

2 Le prince de Hesse laisse à Mussolini un document dans lequel Hitler explique au Duce les positions allemandes : malgré les propos des puissances occidentales en faveur de la paix, il n’est pas possible d’ignorer qu’elles souhaitent tôt ou tard affronter les États autoritaires ; la Tchécoslovaquie, par ses alliances avec Paris et Moscou, est un danger potentiel ; la situation d’oppression subie par 3,5 millions d’Allemands des Sudètes ne peut être longtemps tolérée par le gouvernement allemand ; les négociations entamées sont jugées avec scepticisme. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. II : L’Allemagne et la Tchécoslovaquie (1937-1938), Plon, Paris, 1951, doc. no 231, p. 383-386.

3 Il s’agit de Manuel Malbran.

4 Il s’agit du comte Johannes von Welczek depuis septembre 1936.

5 Selon le rapport de Prunas, Bonnet aurait dit à Welczek que « le gouvernement allemand, qui a un vif sens de l’honneur et du prestige national, se rendra certainement compte des raisons qui imposent au gouvernement de la France de maintenir à tout prix la parole donnée et les engagements pris. Une autre attitude constituerait l’acte de démission français de rang de grande puissance internationale. La France espère fermement que le gouvernement du Reich ne lui imposera pas le dilemme de devoir choisir entre la fin de son prestige international et la guerre ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 464, p. 667.

6 Région à l’ouest du fleuve Djouba, au sud de la Somalie.

7 Directeur du Corriere della Sera.

8 Il s’agit d’Ernst von Weizsäcker.

9 L’amiral Wilhelm Canaris est chef du service de renseignement militaire allemand depuis janvier 1935.

10 Il s’agit du général Jean Toussaint.

11 Né à Casale Monferrato en 1880, Ugo Cavallero participe à la guerre de Libye et à la Première Guerre mondiale comme officier d’état-major. Plus jeune général de l’armée italienne en 1918, il participe à la conférence de Versailles. Après un passage dans l’industrie privée de 1920 à 1925, il reprend du service et devient sous-secrétaire d’État à la Guerre du 4 mai 1925 au 24 novembre 1928. Fait sénateur et comte en 1926, il dirige l’Ansaldo de 1928 à 1933 avant de représenter l’Italie à la conférence de Genève sur le désarmement. En 1937, Cavallero est nommé à la tête des troupes italiennes en Afrique orientale.

12 Carlo Sforza, né en 1872, a représenté l’Italie à Pékin, Belgrade et Constantinople avant de devenir ministre des Affaires étrangères de juin 1919 à juin 1921 dans les cabinets Nitti et Giolitti. Il signe le traité de Rapallo avec la Yougoslavie le 12 novembre 1920. Ambassadeur à Paris en 1922, il choisit l’exil au moment de l’arrivée au pouvoir du fascisme. Revenu en Italie, il est à nouveau ministre des Affaires étrangères de 1947 à 1951 auprès d’Alcide De Gasperi. Il meurt l’année suivante.

13 Créé en 1362 par le comte de Savoie Amédée VI, l’Ordre de l’Annonciade devient une distinction honorifique de la monarchie italienne, permettant aux titulaires d’être considérés comme cousins du roi.

14 Dans son télégramme au général Berti, Mussolini propose la fusion des deux divisions en une seule. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 487, p. 695.

15 Désapprouvant le fascisme, le Maestro Arturo Toscanini dirige surtout à l’étranger, en particulier le New York Symphony Orchestra de 1929 à 1936. Il fait connaître sa désapprobation des mesures antisémites allemandes et italiennes, refusant de jouer à Bayreuth et en Autriche à la suite de l’Anschluss. En 1937, il dirige symboliquement le Palestine Philarmonic Orchestra. Sa fille Wally a épousé le comte Emanuele Castelbarco en 1931.

16 Le 7 septembre 1938, à Moraska Ostrawa, débute le procès de 82 Sudètes accusés d’espionnage et de trafic d’armes. Des incidents éclatent devant le Palais de Justice entre Sudètes et forces de l’ordre, un député sudète ayant peut-être été molesté par un policier tchèque.

17 La note de l’Information diplomatique affirme que « l’attitude de l’Italie dans la question des Sudètes fut fixée durant les entretiens que le Führer eut à Rome avec le Duce. L’Italie n’a pas procédé à un rappel de classes, ni prit d’autres dispositions de caractère militaire car, si les courants démocratico-belliqueux ne prévalent pas, un accord est encore possible et parce que son organisation interne lui permet d’affronter immédiatement toute éventualité ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 494, p. 702. Selon le rapport de Blondel du 8 septembre, « le comte Ciano m’a expliqué que la position de l’Italie vis-à-vis de l’Allemagne était à base de sympathie, de cordialité et, a-t-il ajouté, en appuyant un peu moins que sur les deux termes précédents, de solidarité ». Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 11 (3 septembre – 2 octobre 1938), Imprimerie nationale, Paris, 1977, doc. no 49, p. 80.

18 Raffaele Casertano est haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.

19 Enrico Mizzi est le chef du parti nationaliste maltais pro-italien.

20 Luiz Sparano est l’attaché commercial de l’ambassade du Brésil.

21 Ce sont les initiales de Gioventù italiana del Littorio (Jeunesse italienne du Licteur). La Jeunesse italienne du Licteur est instituée le 27 octobre 1937 afin de regrouper l’ensemble des organisations de jeunesse. Dirigée directement par le secrétaire général du Parti national fasciste, la GIL permet une unification de la direction des jeunesses et une accélération de la formation paramilitaire des jeunes Italiens.

22 Il s’agit de la reine Hélène de Monténégro, qui épouse le futur Victor-Emmanuel III en 1896, alors qu’il n’est que prince de Naples.

23 Station thermale de la province de Lucques.

24 Goering propose à Magistrati une rencontre entre Hitler et Mussolini au Brenner entre le 12 et le 25 septembre, c’est-à-dire après la fin du congrès de Nuremberg et avant une éventuelle épreuve de force (c’est nous qui ajoutons). Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 510, p. 722.

25 Si l’on en croit le témoignage de Grandi, il semble que Mussolini et Ciano aient souhaité mettre sur la touche l’ambassade d’Italie à Londres au moment de la crise tchécoslovaque afin d’agir sans intermédiaire. Ciano téléphona à Grandi pour lui demander de faire une tournée d’inspection des consulats italiens du Royaume-Uni. Dans Grandi Dino, 25 luglio 1943, Il Mulino, Bologne, 1983, p. 168.

26 Le 12 septembre 1938, en clôture du congrès du parti nazi à Nuremberg, Hitler prononce un discours offensif sur la question des Sudètes en Tchécoslovaquie : « La détresse des Allemands des Sudètes est indicible. On veut les anéantir. On les opprime d’une manière intolérable et indigne. […] Je revendique la cessation de l’oppression des trois millions et demi d’Allemands en Tchécoslovaquie et je demande qu’elle fasse place au droit de libre disposition. » Dans Noguères Henri, Munich ou la drôle de paix (29 septembre 1938), Robert Laffont, coll. « Ce jour-là », Paris, 1963, p. 158-159.

27 L’Adriatica di Sicurtà est une société d’assurances fondée en 1838 à Trieste, alors ville de l’Empire d’Autriche.

28 Suvich reste à Washington jusqu’en janvier 1939. Il est remplacé à l’ambassade italienne aux États-Unis par Ascanio Colonna.

29 Ce programme est adopté par le congrès du Sudetendeutsche Partei, à Karlsbad (Karlovy Vary pour les Tchèques), le 24 avril 1938. Les principaux points sont : égalité complète entre le groupe national allemand et le peuple tchèque, établissement d’un gouvernement autonome sudète, une législation protégeant les Sudètes ne vivant pas dans leur région, la réparation des torts causés depuis 1918, la liberté d’adhérer à l’idéologie nazie, l’établissement de fonctionnaires de langue allemande dans la région des Sudètes.

30 Dans l’Information diplomatique no 20, Mussolini affirme que « la Tchécoslovaquie est une authentique et paradoxale création de la diplomatie de Versailles qui, après avoir détruit la vieille Autriche, a senti le besoin d’en créer une nouvelle avec Prague pour capitale. […] Bénès aurait été bien conseillé s’il avait accepté intégralement et tout de suite les fameux points de Carlsbad. Il ne l’a pas fait car il est, comme la vieille Autriche dont il est le principal héritier, toujours en retard d’une idée et d’une heure ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), Libreria di Stato/Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 2003, doc. no 12, p. 13.

31 Mussolini se rend en Vénétie et en Istrie du 18 au 26 septembre 1938.

32 « Le ministre Christich, parlant toujours en son nom personnel, m’a dit qu’il ne croit pas que la Yougoslavie puisse se placer aux côtés de l’Allemagne dans une guerre. Il exclut toutefois qu’elle puisse lui être hostile. La Yougoslavie, à son avis, conservera une neutralité très favorable aux pays de l’Axe et particulièrement à l’Italie. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 228-229.

33 Dans la matinée du 13 septembre ont lieu de graves incidents en pays sudète, à Tachau, Eger, Habersbirk, Schwaderbach, entre des Sudètes d’une part, des policiers et douaniers tchèques d’autre part, faisant plusieurs morts. Le gouvernement tchèque proclame alors l’état de siège. Henlein exige la levée de celui-ci pour le 14 à 1 heure du matin. N’ayant pas eu de réponse de Prague, il décide de retirer la délégation sudète des pourparlers.

34 Il s’agit du général Efisio Marras.

35 Cet article est publié dans Il Popolo d’Italia. En voici un extrait : « Vous avez déjà dû arriver à la conclusion qu’il n’y a pas plus d’État tchécoslovaque que de nation tchécoslovaque […]. Au lieu de créer une Bohême – désignation historique du peuple tchèque –, Versailles a gonflé une entité qui n’a jamais existé : la Tchécoslovaquie. Après le discours d’Hitler, le temps des compromis a pris fin. Carlsbad est dépassé. Bénès, vieux parlementaire, a perdu […]. Vous devez lui proposer un plébiscite, non seulement pour les Allemands sudètes, mais pour toutes les nationalités qui le demandent. » Dans Baumont Maurice, La Faillite de la paix. II : De l’affaire éthiopienne à la guerre (1936-1939), Presses universitaires de France, coll. « Peuples et Civilisations » (no 20,2), Paris, 1968, p. 809-810. On trouve l’intégralité de l’article dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 141-143 et dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 24, p. 23-24.

36 Si l’on en croit le rapport de l’ambassadeur allemand, Ciano s’est assez nettement engagé en faveur de l’Allemagne, tout en demandant que l’Italie soit informée des éventuelles évolutions : « Le comte Ciano, à qui je rendais visite pour la première fois depuis mon retour, a commencé par me déclarer nettement que l’Italie serait à nos côtés, quel que puisse être le développement de la situation. […] Ciano a répété le fait que l’Italie avait anticipé tout développement avec un calme total et du sang-froid. Il nous demande, avant de faire quoi que se soit, d’en tenir informé Mussolini le plus possible. » Dans Documents on German Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. II, Germany and Czechoslovakia (1937-1938), op. cit., doc. no 494, p. 805.

37 L’entretien entre Hitler et Chamberlain se passe plutôt bien. Le Premier ministre britannique accepte le principe d’une autodétermination des Sudètes, même si l’organisation pratique d’un référendum lui semble délicate. Les deux hommes conviennent d’une nouvelle rencontre.

38 Dans son rapport du 17 septembre, Jules-François Blondel indique qu’il a insisté pour que l’Italie n’attende pas les événements mais que le Duce prononce des paroles en faveur de la paix lors de son prochain discours de Trieste. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 11 (3 septembre – 2 octobre 1938), op. cit., doc. no 191, p. 287.

39 Commune de la province de Padoue.

40 Mussolini affirme son soutien à l’Allemagne : « Nous espérons qu’une solution pacifique sera trouvée dans les prochaines heures. Si celle-ci n’est pas possible, nous espérons que l’éventuel conflit sera limité et circonscrit. Mais si cela n’était pas le cas et s’il convenait de se déterminer dans un affrontement de caractère universel, pour ou contre Prague, chacun sait que la place de l’Italie est déjà choisie. » Mais il s’engage également au sujet de la politique antisémite : « En ce qui concerne la politique intérieure, le problème d’une brûlante actualité est racial. En ce domaine, nous adopterons également les mesures nécessaires. Ceux qui font croire que nous avons obéi à des imitations ou, pire, à des suggestions, sont de pauvres déficients envers lesquels nous ne savons pas si nous réservons notre mépris ou notre pitié. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 146.

41 Né en 1884, agrégé d’histoire, Édouard Daladier devient maire de sa ville natale de Carpentras en 1912 et est élu député radical du Vaucluse en 1919. Il entame alors une brillante carrière ministérielle : ministre des Colonies en 1924-1925, de la Guerre en 1925, de l’Instruction publique en 1925-1926. Président du parti radical en 1929-1931, il est ministre des Travaux publics en 1930-1932 puis de la Guerre en 1932-1934, avant d’accéder à la présidence du Conseil le 30 janvier 1933 dont il démissionne à la suite des émeutes antiparlementaires du 6 février. Ayant été ministre de la Défense nationale dans les gouvernements de Front populaire en 1936-1938, il retrouve la présidence du Conseil le 10 avril 1938. Sur Daladier, voir Du Réau Élisabeth, Édouard Daladier. 1884-1970, Fayard, coll. « Pour une histoire du xxe siècle », Paris, 1993.

42 Le Premier ministre britannique parvient à faire admettre à son homologue français la possibilité de recourir à un référendum.

43 Député slovaque au Parlement de Budapest avant la Première Guerre mondiale, Milan Hodža devient leader du parti agrarien en 1933 et président du Conseil tchécoslovaque en 1935.

44 Né en 1868, l’amiral Miklós Horthy est aide de camp de l’empereur François-Joseph et commande la flotte austro-hongroise en Adriatique durant la Première Guerre mondiale. Ayant participé aux côtés des Roumains à l’écrasement de la République des conseils de Béla Kun, il entre à Budapest le 19 novembre 1919. Proclamé régent du royaume de Saint-Étienne, le 1er mars 1920, par le Parlement hongrois, il s’oppose aux deux tentatives de restauration du roi Charles IV, en mars et en octobre 1921, sous la pression de la Tchécoslovaquie et des puissances alliées. Il est depuis lors le chef de l’État hongrois. Sur Horthy, voir Horel Catherine, L’Amiral Horthy, régent de Hongrie, Paris, Perrin, 2014.

45 En fait, Hitler reçoit Imrédy et le ministre des Affaires étrangères Kánya.

46 Le Duce opte pour un ton martial : « Nous préférons être craints et la haine d’autrui nous importe peu car nous la partageons. Il faudra que le monde fasse connaissance avec cette nouvelle Italie fasciste : une Italie dure, une Italie énergique, une Italie guerrière. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 153.

47 Le colonel Giovanni Battista Nulli est attaché au bureau Espagne du ministère des Affaires étrangères.

48 Durant cet entretien, l’ambassadeur allemand précise également que le Führer a conseillé à la Hongrie et à la Pologne de faire connaître leurs revendications vis-à-vis des minorités hongroises et polonaises vivant en Tchécoslovaquie. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 108, p. 103.

49 L’ambassadeur Villani confirme à Ciano la volonté de la Hongrie de régler à son profit la question des minorités comme les dirigeants hongrois l’ont affirmé devant Hitler : « […] Durant les récents entretiens de Berchtesgaden, Imrédy et Kánya ont réaffirmé à Hitler leur ferme détermination d’arriver à une solution de la question minoritaire. À cette fin, ils se proposent de faire surgir des incidents dans les zones peuplées de Hongrois et dans la Slovaquie elle-même. Le Führer les a encouragés et a démontré “pleine compréhension du point de vue de Budapest”. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 230.

50 Le gouvernement de Milan Hodža est remplacé par un gouvernement dirigé par le général Jan Syrovy.

51 Cette division de la Milice porte la date commémorative du 23 mars, en souvenir de la date de création des Faisceaux de combat, le 23 mars 1919.

52 Dans une atmosphère plus tendue que celle du 15 septembre, Hitler se fait plus catégorique et présente une série de requêtes. Ces dernières sont les suivantes : cession du territoire des Sudètes, prise en compte des revendications hongroises et polonaises, retrait des troupes tchèques, entrée des troupes allemandes pour le 1er octobre. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. X (12 settembre – 31 dicembre 1938), op. cit., doc. no 112, p. 108.

53 Lors de cet entretien, l’ambassadeur Zamfirescu communique trois points à Ciano : la Roumanie n’autorisera pas le passage de troupes soviétiques sur son territoire ; la Roumanie comprend les revendications hongroises mais souhaite que Budapest ne prenne pas d’initiative militaire ; la Roumanie demande à l’Italie d’exercer une influence modératrice sur la Hongrie à propos d’éventuelles ambitions sur la Slovaquie. Il est vrai que la présence de minorités hongroises en Roumanie oblige Bucarest à la prudence. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 232-233.

54 Le gouvernement soviétique menace la Pologne de rompre le pacte de non-agression du 25 juillet 1932 en cas d’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes polonaises.

55 Il s’agit de Ruggiero Palmeri.

56 Une note du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Ernst von Weizsäcker, souligne le 26 septembre que les discours du Duce développaient à la fois une solidarité totale envers l’Allemagne et la nécessité de faire l’impossible pour maintenir la paix. Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. II : L’Allemagne et la Tchécoslovaquie (1937-1938), op. cit., doc. no 371, p. 571.

57 Les deux dirigeants français se rendent à Londres dans la soirée du 25 septembre afin de rencontrer leurs homologues britanniques. Le sommet rassemble, outre les chefs de gouvernement et les ministres des Affaires étrangères, l’ambassadeur Corbin et son secrétaire d’ambassade Roland de Margerie, les principaux responsables du Foreign Office (Horace Wilson, Robert Vansittart, Alexander Cadogan…) et du Quai d’Orsay (Alexis Léger et Charles Rochat). Après un compte rendu de Chamberlain sur sa dernière rencontre avec Hitler, les dirigeants franco-britanniques envisagent les diverses options militaires et de s’en tenir aux propositions du 18 septembre. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 11 (3 septembre – 2 octobre 1938), op. cit., doc. no 356, p. 537-548.

58 Né en 1882, Wilhelm Keitel entre dans l’armée en 1901 et devient officier d’artillerie, puis officier d’état-major pendant la Première Guerre mondiale. Après le conflit, il est employé au ministère de la Guerre. Général de brigade en 1934, il est nommé l’année suivante chef de cabinet du général Blomberg, alors ministre de la Guerre. En février 1938, Hitler lui confie la direction de l’OKW (Oberkommando der Wehrmacht), commandement suprême de l’armée.

59 L’idée d’une guerre prochaine aurait amené Ciano, si l’on en croit le témoignage de Grandi, à ordonner de brûler les archives de l’ambassade italienne à Londres. Dans Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 448.

60 Né en 1882 à Hyde Park (État de New York), dans une famille aisée d’origine hollandaise, Franklin Delano Roosevelt devient avocat et est élu en 1910 sénateur démocrate de l’État de New York. De 1912 à 1921, il est secrétaire adjoint à la Marine, en particulier au moment de la participation américaine au premier conflit mondial. En 1921, il est atteint par la poliomyélite. Gouverneur de l’État de New York depuis 1929, il est le candidat démocrate aux élections présidentielles de 1932. Il bat Herbert Hoover, le président républicain sortant. Il est réélu aux élections de novembre 1936. Sur Roosevelt, voir Kaspi André, Franklin D. Roosevelt, Paris, Fayard, 1988 ; Péréon Yves-Marie, Franklin D. Roosevelt, Tallandier, coll. « Biographie », Paris, 2012.

61 Anfuso note dans ses Mémoires : « Ciano fut, ce jour-là, plus brillant que jamais. L’idée de la partie toute proche à laquelle il allait prendre part lui donnait la fièvre. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 67.

62 Né en 1887, André François-Poncet est agrégé d’allemand et diplômé des universités de Paris, Munich et Heidelberg en littérature et histoire allemande. Chef de l’office de presse français durant l’occupation de la Ruhr en 1923-1924, il est élu député de l’Alliance démocratique de la Seine en 1924 et est nommé sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts en 1928-1929 et à l’Économie populaire en 1929-1930. Après avoir été représentant de la France auprès de la Société des Nations, il est nommé ambassadeur à Berlin en septembre 1931.

63 André François-Poncet a laissé quelques pages intéressantes sur la conférence de Munich et ses participants dans ses Mémoires : « Les membres de la Conférence prennent contact les uns avec les autres, dans un salon où un buffet a été dressé. Ils échangent des poignées de main courtoises, mais froides et se dévisagent mutuellement : Mussolini, trapu, sanglé dans son uniforme, le masque césarien, protecteur, fort à l’aise et comme chez lui, flanqué de Ciano, grand garçon vigoureux, empressé auprès de son maître, officier d’ordonnance plutôt que ministre des Affaires étrangères ; Chamberlain, grisonnant, voûté, les sourcils épais, les dents en avant, la figure couperosée, les mains rougies par les rhumatismes, un type de vieil homme de loi britannique, entouré de Wilson et de Strang, comme lui vêtus de noir, discrets et effacés ; Hitler, aimable, malgré sa grosse voix bourrue et paysanne, mais troublé, agité, très pâle, incapable d’ailleurs, de causer avec ses invités car il ignore l’anglais, le français, l’italien et ses hôtes n’entendent pas l’allemand, sauf Mussolini, que le Führer ne lâche pas d’une semelle. » Dans François-Poncet André, Souvenirs d’une ambassade à Berlin. Septembre 1931 – octobre 1938, Flammarion, Paris, 1946, p. 330-331.

64 Alexis Léger, alias Saint-John Perse pour la littérature (prix Nobel en 1960), est chef de cabinet d’Aristide Briand de 1925 à 1932, puis secrétaire du Quai d’Orsay à partir de mars 1933.

65 Sir Horace Wilson, haut fonctionnaire du Foreign Office, est un conseiller personnel du Premier ministre en matière diplomatique.

66 Magyares et hongroises sont des adjectifs synonymes. Ciano veut sans doute évoquer les minorités polonaises et hongroises.

67 Un document annexe aux accords de Munich est adopté sur initiative italienne et prévoit des négociations directes entre la Tchécoslovaquie, la Pologne et la Hongrie à propos des minorités polonaises et hongroises. L’amiral Horthy a envoyé à Munich le comte Csáky, chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères Kánya : « Il réussit cependant à parler au comte Ciano et, en fait, Mussolini avait obtenu, au cours de la conférence à Quatre, qu’on adressât une injonction au gouvernement de Prague en vue d’entamer des négociations directes avec le gouvernement hongrois. » Dans Horthy Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy, op. cit., p. 176.

68 En français dans le texte.

69 Les accords de Munich prévoient une évacuation du territoire des Sudètes par les forces tchécoslovaques entre le 1er et le 10 octobre. Les quatre puissances signataires envisagent une nouvelle réunion si les problèmes des minorités polonaises et hongroises ne sont pas réglés à l’amiable trois mois plus tard. Les nouvelles frontières sont garanties par les puissances.

70 Les Mémoires de Filippo Anfuso confirment cette atmosphère : « Arrivés à Vérone où Mussolini avait proclamé, au milieu d’acclamations frénétiques, qu’il était armé jusqu’aux dents, il sauta aux yeux que le fait d’avoir déposé les armes à Munich lui valait, du même public, des transports extatiques qui sont le privilège des thaumaturges. Entre Vérone et Bologne, j’aperçus des paysans agenouillés au passage du train, ce qui, dans une région d’une majesté aussi classique, devait susciter d’étranges réflexions ! » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 80-81. Le 30 septembre au soir, une grande démonstration a été organisée sur la piazza del Duomo à Milan en l’honneur du « sauveur de la paix ».

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540