Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Août

Texte intégral

1Pas d’annotations du 1er au 7 août.

28 août. Je reprends le travail. Le général Berti me fait un rapport sur l’état des troupes. Chose étrange, cette fois-ci, il est moins pessimiste que d’habitude. Il exalte l’héroïsme des légionnaires. Il croit cependant que si l’on ne se décide pas à envoyer de nouveaux et nombreux renforts, il conviendra d’évacuer l’infanterie, même de façon unilatérale. Il attend les décisions.

  • 1 Si l’on en croit le témoignage de Bottai, Ciano ne veut pas d’une politique antisémite de grande a (...)

3Le Duce est très remonté sur la question de la race et contre l’Action catholique. Il ordonne que tous les Juifs soient éliminés des postes diplomatiques. En attendant, je commencerai par les rappeler à Rome1. Il est violent contre le Pape. Il dit : « Je ne sous-estime pas ses forces mais lui non plus ne doit pas sous-évaluer la mienne. L’exemple de 1931 l’enseigne. Il suffirait que je fasse un signe pour déchaîner tout l’anticléricalisme de ce peuple, lequel a dû se donner bien du mal pour ingurgiter un Dieu juif. » Il me répète sa théorie d’une catholicisation-paganisation du christianisme : « C’est pour cela que je suis catholique et antichrétien. » Il refuse de recevoir Grandi qui est dans l’antichambre et qui en est abattu.

4Je reçois le nonce. Nous parlons de l’Action catholique. En ce qui concerne le problème de la race, le Pape, qui connaît désormais les vrais termes du problème, commence à désarmer.

5L’ambassadeur du Japon me dit que son gouvernement entend faire un accord frontalier avec la Russie, que la réaction est jusque-là modérée mais que si l’URSS devait intensifier les provocations, on pourrait alors en arriver à des conséquences extrêmes. Je lui signifie notre compréhension et notre sympathie.

  • 2 Né en 1861, jésuite, le père Tacchi Venturi est un homme de confiance de Pie XI. Il sert d’intermé (...)
  • 3 Allusion à l’appartenance à la franc-maçonnerie de Starace durant sa jeunesse.

69 août. J’ai un entretien avec le père Tacchi Venturi2. Nous nous accordons sur l’opportunité de développer une action afin d’éviter un conflit entre le Saint-Siège et le fascisme. Il n’y a aucune raison valable. Les frictions avec l’Action catholique sont de peu de relief et faciles à circonscrire avec de la bonne volonté de part et d’autre. Tacchi Venturi se défie de Starace. Il dit : « Qui a été trois points, le reste pour toute sa vie3. »

  • 4 Proposition accueillie « avec beaucoup d’amabilité », selon les termes usités par Jules-François B (...)

7Je reçois Blondel qui m’exprime la bonne volonté française afin de parvenir à une entente4. Pour le reste, nous parlons de questions d’administration ordinaire.

810 août. Je parle avec le Duce de l’ébauche de réponse préparée par Franco pour le Comité de non-intervention. Quoique bien des choses n’apparaissent pas parfaites, nous décidons cependant de ne pas soulever d’objections d’autant plus que les Allemands sont fondamentalement d’accord et que Franco a hâte de répondre.

9À la mer, je vois l’ambassadeur d’URSS qui vient me parler des pourparlers commerciaux qui n’avancent guère. Je lui donne un rendez-vous pour demain soir. Je le prends à partie au sujet d’un article d’injures personnelles paru dans Le Journal de Moscou. Je lui demande s’il en est l’auteur et lui dis que, dans le domaine de la fantaisie, on peut mieux faire. Il est très embarrassé mais nie l’avoir écrit. Puis, pour se tirer d’embarras, il dit : « Quand je ne serai plus ambassadeur, je m’engage à écrire contre vous. » Je réponds : « Je m’engage quand vous ne serez plus ambassadeur à ne jamais écrire sur votre compte. » Le conseiller russe, qui est fin, comprend et accuse le coup.

10Jacomoni me fait un rapport sur la situation en Albanie et sur les progrès de notre préparation. Tout va très bien. Les alarmes au sujet de notre action imminente se sont apaisées à la suite de mon entretien avec le général Sereggi.

  • 5 Il s’agit du lieutenant-colonel Mondini.

1111 août. Je dis à l’attaché militaire en Grèce5 de surveiller de près les préparatifs militaires à la frontière albanaise. Je ne voudrais pas que l’on prépare un important incident au moment de l’occupation qu’ils ont peut-être déjà flairée. Je sais qu’ils sont en train de placer des canons dans la zone de Janina.

12Entretien avec l’ambassadeur de Russie à propos des tractations commerciales, échouées sur des bancs de sable, à propos de la question des quantités minimales que nous avons demandées avant d’accéder à leurs demandes de fournitures aériennes.

  • 6 Il s’agit d’un entrepreneur en bâtiment.

13Pater6 et Jacomoni me montrent le plan du Cercle sportif et théâtral de Tirana que j’approuve sur le principe. Je veux créer un centre italien de premier ordre qui rassemble les compatriotes, attire les étrangers et les Albanais à nos côtés. Inauguration à Noël.

1412 août. Berti est chez le Duce. Il avait eu un entretien pendant ma maladie et avait exposé la situation. Aujourd’hui, il s’agit de trancher. Le Duce, très lucide et logique dans l’exposé, est parvenu à cette conclusion : parler franchement à Franco et connaître ses intentions. S’il est vraiment prêt à renoncer à l’aide des volontaires étrangers, alors, sans nous obliger aux humiliantes formalités du Comité de non-intervention, on doit faire partir nos fantassins avec les honneurs. Si, à l’inverse, il tient encore à les utiliser, étant donné que nous ne pouvons opérer avec les forces actuelles et que nous ne sommes pas disposés à rester en Espagne en spectateurs, nous enverrons alors 10 000 hommes en renfort. Enfin, s’il advient une crise au sein du Comité de non-intervention et que la France ouvre à nouveau sa frontière, nous pouvons envoyer une ou plusieurs divisions afin de terminer rapidement le conflit. Berti verra Franco et donnera une réponse avant le 20.

15Piccio rend compte de l’état d’esprit français. Beaucoup de préoccupations. Un ministre en charge lui a dit que, en cas de conflit avec l’Axe, la défaite française est déjà considérée comme inévitable par les dirigeants.

  • 7 Francesco Fransoni est nommé ministre d’Italie en Tchécoslovaquie en remplacement de Domenico de F (...)

16Je donne à Fransoni7 des instructions pour sa mission à Prague.

1713 août. Rien de notable.

1814 août. Je pars à Venise en avion.

1915 août. En famille à Venise.

  • 8 Italo Balbo se rend en Allemagne du 9 au 14 août 1938.

2016 août. Je reviens à Rome par avion. Bon vol. Rien de très important au bureau. Le Duce, comme toujours, est serein. Il me parle du voyage de Balbo et de la guerre en Espagne. Puisque Balbo semble se préoccuper des motifs cachés de sa mission, le Duce m’autorise à lui dire qu’il désirait avoir en lui le plus compétent (« Ce qui n’est pas vrai », a-t-il ajouté tout de suite !) observateur de la puissance aérienne allemande, alors qu’il souhaiterait lui administrer une volée de bois vert. Balbo, lorsque je lui ai dit cela, a été heureux. Du reste, il est satisfait du voyage8, des Allemands, de l’aéronautique, de tout. Maintenant que sa vanité a été satisfaite, il parle comme le soutien le plus convaincu de l’Axe. Résumé de son rapport : l’aviation allemande est très puissante, beaucoup plus avancée que la nôtre du point de vue technique.

21Nous avons longuement parlé avec Balbo. Euphorique à cause de son voyage en Allemagne, il avait abandonné son attitude critique à l’égard de tout et de tous, sauf en ce qui concerne Aoste et l’Empire. Balbo est un grand enfant, gâté et turbulent, vif et ignorant, souvent ennuyeux. Je ne le crois pas dangereux car il n’a pas les moyens de l’être.

22J’ai reçu l’ambassadeur de Pologne. Il m’a porté un message de Beck à propos de Genève qui n’a pas d’autre importance si ce n’est de prouver la volonté polonaise de garder des contacts étroits avec nous.

  • 9 Le Pincio est un jardin public, au-dessus de la place du Peuple, aménagé par l’administration napo (...)
  • 10 Il s’agit toujours du prince Pietro Colonna, que certains hiérarques fascistes souhaitaient rempla (...)

2317 août. Je rends compte au Duce de mon entretien avec Balbo. Je lui ai confirmé qu’il ne s’est pas rendu compte de la manœuvre mais, qu’au contraire, il s’est réjoui de ce qu’il considère comme son succès. Mussolini répond : « On est toujours heureux quand on ne comprend pas. » Je conseille au Duce de baptiser une grande avenue au nom de D’Annunzio à Rome et non une avenue du Pincio9 comme l’a fait le gouverneur10. Dans cette Rome qui honore avec des avenues principales tant de défunts plus ou moins négligeables, Gabriele D’Annunzio, qui a été un merveilleux Italien, mérite plus.

24À la mer, je présente Balbo au conseiller russe. Balbo, qui adore parler, entame une discussion plus ou moins utile. À la fin, Helfand me dit : « Balbo est sympathique et également intelligent. Mais je suis convaincu que tous les ragots d’inspiration antimussolinienne sont des sottises : Balbo n’arrive pas à la cheville du Duce. »

  • 11 L’île de Pantelleria se situe entre la Sicile et la Tunisie, formant ainsi pour l’Italie un élémen (...)

2518 août. Rien d’important si ce n’est un vol du Duce à Pantelleria11 qui, dans la situation présente de forte tension, aura beaucoup d’écho dans le monde. Il m’a téléphoné au retour. Il est enthousiaste de la préparation militaire de l’île qui a atteint un niveau d’extrême efficience.

  • 12 Il s’agit de sir Noel Charles depuis octobre 1937.

26À la mer, le chargé d’affaires anglais12 m’a demandé à nouveau et sous forme officielle s’il est exact que nous avons fourni récemment des armes aux franquistes. Comme il convient, j’ai réservé la réponse.

2719 août. Avec le Duce, nous nous concertons à propos de la réponse à donner aux Anglais. Étant donné que nous avons en Espagne un corps expéditionnaire qui se bat, que l’usure du matériel est égale, voire supérieure à celle des hommes, que nous ne pouvons faire lutter nos soldats avec des rameaux d’olivier, nous avons envoyé ce qui était nécessaire pour ne pas se faire massacrer par les multiples armes qui passent – et les Anglais le savent – par les Pyrénées. Je dirai ceci à sir Noel Charles demain. Les conséquences de cette réponse ne sont pas difficiles à prévoir, d’autant plus que la note de Franco au Comité de non-intervention fera un certain bruit.

28Un rapport de l’attaché militaire à Berlin rapporte que les officiers allemands considèrent l’action en Tchécoslovaquie comme inévitable et imminente pour fin septembre. Tout serait prêt jusque dans les détails. L’aviation devrait jouer le rôle principal. On ne nous a rien dit par la voie politique. Aussi devons-nous nous en tenir aux positions de mai, quand il nous fut assuré que tout recours à la force était à exclure, au moins pour quelques années.

  • 13 Ciano et Charles abordent la situation en Espagne. Ciano explique que les avions italiens sur plac (...)

2920 août. Je parle avec sir Noel Charles dans la forme prévue. L’entretien est mis par écrit. Personnellement, il fait assez bonne figure à ma réponse mais je crois que l’accueil à Londres sera moins cordial13

  • 14 Depuis le 25 janvier 1924, un traité lie la France et la Tchécoslovaquie.

30Je donne des instructions écrites à Attolico pour qu’il se rende chez Ribbentrop et lui demande des informations précises sur ce que le gouvernement du Reich entend faire en Tchécoslovaquie et ceci afin de pouvoir prendre des mesures opportunes à notre frontière occidentale. Cette communication aura beaucoup d’écho auprès des Allemands car elle démontre jusqu’où nous sommes disposés à aller. En réalité, les informations venues de Berlin laissent toujours plus prévoir la prochaine crise à propos de la question tchèque. Aura-t-on un conflit localisé ou bien la France mettra-t-elle le feu aux poudres14 ? Dans une telle éventualité, il n’existe pas d’autre alternative pour nous que celle de nous placer, avec tous nos moyens, aux côtés de l’Allemagne. Le Duce est prêt à l’action d’où la nécessité de connaître les choses à temps et complètement.

3121 août. Le compte rendu de Berti à propos de son entretien avec Franco est arrivé. Ce dernier écarte l’hypothèse d’un envoi de nouvelles divisions et accepte au mieux l’envoi de 10 000 hommes supplémentaires afin de maintenir nos forces actuelles en état de se battre. Dans l’état actuel des choses, le Duce, après une longue discussion, envisage de réduire plutôt que d’augmenter nos forces en Espagne. Les deux divisions « Littorio » et « 23 marzo » seraient regroupées en une seule. Les autres seraient rapatriées, c’est-à-dire de 10 à 15 000 hommes, en négociant le rapatriement avec l’Angleterre à qui nous pourrions poser le dilemme suivant : mettre en vigueur les accords du 16 avril ou laisser tomber. Dans le second cas, nous aurions les mains libres pour une alliance avec l’Allemagne. Le projet me paraît très bon. Il sert surtout à remettre en mouvement une machine qui est arrêtée depuis trop longtemps et à débloquer une situation devenue pesante. Je crois que Franco sera content d’une solution de ce genre et il me semble que les Allemands ne pourront qu’approuver également.

32Je pars dans l’après-midi à Venise.

3322 août. Le Duce a lui-même rédigé le télégramme pour Berti sur les bases de ce que nous avions fixé hier soir. Comme cela arrive dans les grandes occasions, le Duce m’ordonne d’en donner une copie au Roi.

  • 15 Le 21 août, Pie XI renouvelle sa condamnation des théories raciales.
  • 16 Avenue romaine qui conduit de la place de Venise à la place du Peuple.

34Il semble que le Pape ait fait hier un nouveau discours désagréable sur le nationalisme exagéré et le racisme15. Le Duce, qui a convoqué pour ce soir le père Tacchi Venturi, se propose de lui poser un ultimatum : « Contrairement à ce que l’on croit, je suis un homme patient. Il ne faut cependant pas me pousser à bout sinon je réagis en faisant le vide autour de moi. Si le Pape continue à parler, je gratterai la croûte des Italiens et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je les ferai redevenir anticléricaux. Au Vatican, ce sont des hommes insensibles et momifiés. La foi religieuse est en baisse : personne ne croit plus à un Dieu qui s’occuperait de nos misères. Je mépriserais un Dieu qui s’occuperait des affaires personnelles de l’agent de police en faction à l’angle du Corso16. »

35De toute façon, il serait bon que la friction finisse. Dans la difficile situation internationale actuelle, un conflit avec l’Église ne servirait personne. J’ai toujours agi dans ce sens avec Borgoncini.

36Buffarini vient me parler de ses dissensions avec Starace. Il se sent suspect et en est gêné. En réalité, Starace se défie de lui. Je chercherai à les rapprocher : ce n’est pas le moment de fatiguer le Duce avec ces luttes de palais.

3723 août. Rien de notable.

  • 17 Luigi Barzini est l’envoyé spécial du Popolo d’Italia en Espagne.

3824 août. Le Duce, sur la base de quelques informations de Barzini17, se préoccupe de la situation en Espagne. Il a eu des mots violents contre Franco qui laisse échapper la victoire alors qu’il l’avait en main. Le Duce pense à la possibilité d’un retour offensif et victorieux des rouges. Il était indigné contre la presse française car un libelle, Aux écoutes, a publié des informations idiotes sur une maladie imaginaire du foie. « Cette Europe est destinée à périr car elle a un tabès mortel : elle ment. »

  • 18 Ville de Slovénie où s’est tenue une conférence entre dirigeants yougoslaves et hongrois.

39Les nouvelles de Bled18 sont bonnes : la parité des armements pour la Hongrie est déjà un avantage notable. Si Kánya n’était pas, comme toujours, dominé par ses préjugés habsbourgeois contre les Serbes et les Roumains, on pourrait encore aboutir à un accord sur les minorités. De toute façon, la réunion de Bled a marqué une nouvelle phase de l’émiettement de la Petite Entente. La Tchécoslovaquie est isolée. Le système des amitiés françaises est bouleversé.

40J’ai salué l’amiral Somigli qui part avec deux croiseurs pour un tour du monde. Je lui ai parlé de la situation générale et, comme je l’avais déjà expliqué à Cavagnari, j’ai ajouté que sa mission de paix peut se transformer en mission de guerre en cas de conflit général. Avec beaucoup de calme, il m’a exposé son plan dans un tel cas : guerre de course et vendre chèrement sa peau. Somigli est un homme qui tiendra parole.

4125 août. Villani, de retour de congé, est venu me voir. Il était satisfait des résultats de Bled. Il m’a confirmé que les pactes pour les minorités étaient déjà prêts avec la Yougoslavie et la Roumanie mais tenus en suspens pour la Tchécoslovaquie.

  • 19 Lord Walter Runciman est chargé par le gouvernement britannique de jouer les bons offices dans la (...)

42Il a dû convenir que j’avais raison, en mars 1937, quand de retour de Belgrade, je lui avais dit que j’avais mis la cartouche de dynamite sous la Petite Entente. Nous avons encore parlé de la possibilité d’un conflit imminent. À Budapest non plus, ils ne savent rien de précis sur les intentions allemandes. Ils pensent cependant, comme nous, que la crise, quelle que puisse être la solution, ne devrait pas trop tarder après le départ de Runciman de Prague19.

43J’ai envoyé un télégramme de félicitations à Stoyadinovitch et un autre à Kánya, également pour souligner la part que nous avions eue dans l’affaire.

44Suvich répète sur l’Amérique des choses que nous savions déjà plus ou moins. Par contre, il ajoute qu’à son avis, en cas de conflit, l’Amérique entrera en guerre avant ce que l’on pense généralement.

  • 20 Attolico rapporte que « le seul point véritablement décisif jusqu’à présent est que, en cas de nou (...)

4526 août. Attolico a parlé avec Ribbentrop selon mes instructions du 20. La réponse n’est pas du tout claire. Il y a une grande envie d’agir et presque tout est désormais prêt mais la décision définitive ne semble pas encore prise20.

46Le Duce est indigné contre Franco à cause de « l’optimisme serein » avec lequel il conduit la guerre. « Les optimistes sereins, dit-il, passent sous le tram à peine sortis de chez eux le matin. »

47Borgoncini Duca, sur ordre du Pape, vient me parler du communiqué avec lequel, du moins jusqu’à maintenant, on met fin à la friction entre le Parti et l’Action catholique. Je l’aiguillonne et il s’épanche au sujet du Pape. Il dit qu’il a un mauvais caractère, autoritaire et presque insolent. Au Vatican, tous en sont terrorisés. Lui-même tremble quand il doit entrer dans la chambre du Pontife. Il traite tout le monde avec hauteur, même les plus illustres cardinaux. Le cardinal Pacelli, par exemple, lorsqu’il fait un rapport, doit, comme un petit secrétaire, prendre des notes, sous sa dictée, de toutes ses instructions. Sa santé va mieux. Il mange un peu de viande et des fruits cuits. Il boit un peu de vin. Il fait assez d’exercices dans le jardin. Il a 82 ans, continue à tenir le gouvernement de l’Église jusque dans ses plus petits détails. Il répète toujours : « Je gouvernerai jusqu’au conclave. »

48Une folle est venue. Elle s’appelle Hilda de Toledano. Avec un grand mystère, elle a déclaré être « roi du Portugal » et m’a offert de placer son État dans l’Empire de Rome.

4927 août. Entretien avec Charles suite à l’expulsion de Mrs. Bastienille du Daily Telegraph. J’ai pu faire annuler l’ordre, du reste provoqué par un péché véniel.

50Rien d’autre de notable.

5128 août. J’ai sollicité Berti pour une réponse au télégramme du Duce. Rien de notable.

5229 août. Le Duce est toujours plus irrité contre Franco en raison de la pâle conduite de la guerre. Il craint qu’il puisse être surpris de manière grave. « Marque dans ton Journal, m’a-t-il dit, qu’aujourd’hui, 29 août, je prévois la défaite de Franco. Cet homme ne sait pas ou ne veut pas faire la guerre. Les rouges sont des combattants, pas Franco. »

53L’ambassadeur Rossi me confirme sa conviction qu’en cas de conflit tchéco-allemand, les Soviétiques se limiteront à envoyer des forces aériennes mais qu’ils ne feront pas d’intervention massive. La même affirmation, en termes voilés, m’a été faite encore hier par Helfand.

54Sur la question tchèque, toujours plus brûlante, le Duce prévoit que les Allemands feront agir les Sudètes : une insurrection éclatera à l’intérieur. Si Bénès réagit avec violence, Hitler aura la possibilité de réaliser une intervention qui, aux yeux du monde, aura une justification plausible. La France bougera difficilement. Elle n’est pas prête à une guerre de ce genre et encore moins à une guerre offensive. Les Anglais feront tout pour conjurer un conflit qu’ils craignent plus que tout autre pays au monde.

  • 21 L’ambassadeur Phillips indique dans son rapport que Ciano « n’est pas apparu particulièrement anxi (...)

5530 août. L’ambassadeur d’Amérique, qui devait partir jeudi, a dû renvoyer son congé. Il est très préoccupé par la situation et me demande notre point de vue. Je fais entendre l’habituel disque germanophile et antitchèque : toutes les responsabilités retombent sur Prague. Je demande, à mon tour, ce que fera l’Amérique. Il répond que c’est le pays le plus émotif du monde. Il est donc difficile de faire des prévisions. Aujourd’hui, les États-Unis sont pacifistes mais n’importe quel événement dans le cours de la guerre peut modifier, d’une heure à l’autre, la situation21.

  • 22 Région du nord de la Somalie italienne, en bordure du golfe d’Aden. Cette idée de placer les Juifs (...)
  • 23 L’Italie ne souhaite pas être surprise par une aggravation de la situation internationale, comme l (...)

56Le Duce a donné l’ordre de suspendre la croisière autour du monde de la 7e division. Ce n’est pas le moment d’éparpiller les forces. Il me communique également son projet de faire du Midjourtin22 une concession pour les Juifs internationaux. Il dit que le pays a d’importantes réserves naturelles que les Juifs pourraient mettre en valeur. Entre autres, la pêche aux requins « très avantageuse car, dans un premier temps, beaucoup de Juifs finiraient mangés ». Il est anxieux de connaître plus précisément les intentions et le programme du Führer à propos de la crise tchèque. J’écris une lettre à Attolico à cette fin23.

57Le chargé d’affaires anglais revient sur la question des nouveaux renforts aériens fournis à Franco. Je réplique plutôt sèchement que j’ai répondu, plus ou moins, à une question analogue le 20 août.

  • 24 Deux généraux nationalistes espagnols. Les généraux Yagüe et Vigón jouent un rôle important lors d (...)

5831 août. J’accompagne Muti chez le Duce. Le rapport qu’il lui fait sur la situation en Espagne, selon les instructions de l’ambassadeur Viola, est plutôt pessimiste. Il ne serait pas surpris si les choses tournaient au pire pour Franco d’ici quelques mois. Défiance et scepticisme dans le pays, fatigue des troupes, impatience de la part d’autres généraux. Yagüe et Vigón24 grandissent dans la considération nationale tandis que l’étoile de Franco ne brille plus du même éclat. Les rouges ont, presque dans tous les secteurs, repris l’initiative et acquis des avantages notables. L’action du passage de l’Èbre a relevé le moral des rouges et touché celui des nationalistes qui, dans leur débandade, ont fui jusqu’à Saragosse. Les Italiens sont également fatigués. Viola propose que non pas une mais les deux divisions soient retirées d’Espagne, mais que l’on laisse, voire renforce l’aviation, les chars d’assaut et l’artillerie. Gambara arrivera demain avec les propositions de Berti. Nous les attendons et puis nous déciderons.

  • 25 Le 23 juillet 1921 a été créée la Commission internationale du Danube, chargée de veiller à l’appl (...)

59Le ministre de Roumanie demande l’adhésion italienne aux accords sur le Danube25. Il me dit que la Roumanie ne laissera, en aucun cas, passer les troupes russes sur son territoire sans d’abord se battre par tous les moyens.

Notes

1 Si l’on en croit le témoignage de Bottai, Ciano ne veut pas d’une politique antisémite de grande ampleur. Il écrit dans son Journal à la date du 6 août : « Il manifeste une certaine perplexité sur le problème de la “race” qu’il limiterait à deux aspects : interdiction du métissage dans l’Empire, défense contre les Juifs étrangers, chassés en Italie par les autres pays. » Dans Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 129.

2 Né en 1861, jésuite, le père Tacchi Venturi est un homme de confiance de Pie XI. Il sert d’intermédiaire entre le Saint-Siège et Mussolini lors de la crise de 1931 à propos de l’Action catholique.

3 Allusion à l’appartenance à la franc-maçonnerie de Starace durant sa jeunesse.

4 Proposition accueillie « avec beaucoup d’amabilité », selon les termes usités par Jules-François Blondel dans son rapport à Georges Bonnet. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 10 (10 juin – 2 septembre 1938), Imprimerie nationale, Paris, 1976, doc. no 350, p. 628.

5 Il s’agit du lieutenant-colonel Mondini.

6 Il s’agit d’un entrepreneur en bâtiment.

7 Francesco Fransoni est nommé ministre d’Italie en Tchécoslovaquie en remplacement de Domenico de Facendis, en poste depuis septembre 1935.

8 Italo Balbo se rend en Allemagne du 9 au 14 août 1938.

9 Le Pincio est un jardin public, au-dessus de la place du Peuple, aménagé par l’administration napoléonienne (1809-1814) et qui précède la villa Borghèse.

10 Il s’agit toujours du prince Pietro Colonna, que certains hiérarques fascistes souhaitaient remplacer. Il reste gouverneur jusqu’au 24 août 1939, date de son décès.

11 L’île de Pantelleria se situe entre la Sicile et la Tunisie, formant ainsi pour l’Italie un élément stratégique important en Méditerranée.

12 Il s’agit de sir Noel Charles depuis octobre 1937.

13 Ciano et Charles abordent la situation en Espagne. Ciano explique que les avions italiens sur place sont destinés à appuyer les forces des volontaires italiens présents dans la péninsule ibérique et que les armes envoyées sont nécessaires aux légionnaires qui doivent combattre durement contre des forces républicaines armées par la France. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 417, p. 593.

14 Depuis le 25 janvier 1924, un traité lie la France et la Tchécoslovaquie.

15 Le 21 août, Pie XI renouvelle sa condamnation des théories raciales.

16 Avenue romaine qui conduit de la place de Venise à la place du Peuple.

17 Luigi Barzini est l’envoyé spécial du Popolo d’Italia en Espagne.

18 Ville de Slovénie où s’est tenue une conférence entre dirigeants yougoslaves et hongrois.

19 Lord Walter Runciman est chargé par le gouvernement britannique de jouer les bons offices dans la crise des Sudètes entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie. Il est à Prague depuis le 3 août afin de rencontrer les autorités tchécoslovaques et Henlein, le leader du parti des Sudètes.

20 Attolico rapporte que « le seul point véritablement décisif jusqu’à présent est que, en cas de nouvelles intolérables provocations de la partie tchécoslovaque, l’Allemagne réagirait immédiatement et de manière foudroyante. La machine militaire est désormais prête (près de 1 500 000 hommes sous les armes) et peut être mise en branle une heure après l’ordre du Führer. Dans ce cas, aucun préavis à l’Italie ne serait matériellement possible ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 430, p. 609.

21 L’ambassadeur Phillips indique dans son rapport que Ciano « n’est pas apparu particulièrement anxieux mais a insisté sur le fait que Bénès porte la responsabilité des futurs développements. […] Ciano ne croit pas que l’Allemagne prenne une initiative avant le congrès de Nuremberg prévu en septembre. S’il est confiant dans le fait que l’Allemagne ne souhaite pas la guerre, il admet la possibilité que quelques incidents entre Tchèques et Sudètes ne donnent le signal d’une initiative allemande ». Dans Foreign Relations of the United States. Diplomatic Papers. 1938, vol. I, General, op. cit., doc. no 217, p. 561-562.

22 Région du nord de la Somalie italienne, en bordure du golfe d’Aden. Cette idée de placer les Juifs dans une région d’Afrique semble anticiper le projet allemand de juillet 1940, dit Madagascar.

23 L’Italie ne souhaite pas être surprise par une aggravation de la situation internationale, comme l’explique Ciano à Attolico : « Nous devons prendre des mesures d’ordre militaire et nous devons les prendre à temps. Nous ne devons pas, nous ne pouvons pas et nous ne voulons pas donner l’impression au peuple italien que nous sommes surpris par les événements. Il faut que les Allemands se rendent compte de tout cela et qu’ils soient plus explicites à propos de leurs intentions et de leurs programmes. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 452, p. 648-649.

24 Deux généraux nationalistes espagnols. Les généraux Yagüe et Vigón jouent un rôle important lors de la bataille de l’Èbre entre juin et novembre 1938.

25 Le 23 juillet 1921 a été créée la Commission internationale du Danube, chargée de veiller à l’application des clauses d’internationalisation du fleuve.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540