Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Juillet

Texte intégral

  • 1 Le mot « absurde » est remplacé par « inacceptable ». Dans ce document, le gouvernement italien pre (...)

11er juillet. Quelques modifications ont été apportées à la note que je donnerai demain à Perth. Sur ma proposition, le Duce a enlevé le mot « absurde » utilisé à deux reprises pour qualifier les propositions anglaises d’amnistie et d’évacuation et l’a remplacé par un autre moins agressif. En complément, je dirai à Perth que nous reprenons la liberté d’action jusqu’au moment de l’entrée en vigueur du pacte, que nous demandons la publication des documents et que nous restons en attente d’une réponse définitive. Le document est fort : une crise dans nos relations avec Londres est quasi inévitable1.

2Grandi me communique qu’il a fait enlever du projet pour l’évacuation les points inacceptables du désarmement et autres vexations concernant les volontaires. Très bien car, après en avoir discuté avec le Duce, il était prêt à faire sauter l’ensemble afin de défendre l’orgueil et l’honneur des Chemises noires.

3Berti communique le plan d’attaque qui débutera le 6 : Teruel-Valence est l’axe de marche du CTV. Nous y parviendrons comme nous y sommes toujours parvenus. En attendant, on continue l’envoi de renforts. La décision est prise du départ de 600 artilleurs.

42 juillet. Je ne vais pas bien. Je reste cependant au bureau afin de voir Perth.

  • 2 Dans un document en date du 1er juillet, le gouvernement italien fait savoir qu’il ne peut y avoir (...)

5Je fais le procès-verbal. Perth est bouleversé, littéralement bouleversé, par la lecture de la mise au point de Mussolini et par mes déclarations2. D’habitude vif et prompt dans la conversation, il est aujourd’hui trouble, vague dans ses réponses, à court d’argument. En termes de boxe, je dirais qu’il est groggy.

6Mackensen a été très satisfait de l’entretien dont je lui ai remis un compte rendu.

7Je rentre à la maison avec une fièvre de cheval.

83 juillet. À la maison avec de la fièvre et des malaises.

  • 3 Le 4 juillet 1938, Mussolini participe au début des récoltes à Aprilia. Torse nu, il fait un discou (...)

94 juillet. Je vais mieux. Mais je suis encore faible et épuisé par la fièvre. J’écoute à la radio le discours du Duce à Aprilia3. Quand j’ai entendu sa voix, je me suis mis à pleurer comme un enfant.

105 juillet. Je reprends le travail.

  • 4 Initiée en 1905 sous Pie X, mais officiellement créée en 1919 sous le pontificat de Benoît XV, l’Ac (...)
  • 5 On ne voit pas à quel passage des Évangiles Mussolini fait allusion par cette affirmation.

11Je trouve le Duce encore vibrant de la journée d’hier. Toujours plus résolument et ouvertement antifrançais. Il dit que la presse parisienne ne fait que renforcer l’Axe en parlant d’abandons mussoliniens dans les relations avec Hitler. « Le jour où cela arrivera, je le lui dirai clairement. Ceci est mon style. Mais je ne trahis pas. » Il attaque fortement l’Action catholique4. Il dit que les prêtres s’illusionnent s’ils croient avoir une force positive en Italie. Il a suffi qu’un prêtre de Vérone, province catholique, interdise un bal pour que toute la jeunesse déserte l’église et envahisse les salles de danse. Les prêtres romagnols, plus malins, n’interdisent jamais le bal. Du reste, Marie elle-même dansa devant l’Arche5.

12Pirelli, dans sa candeur non ingénue, est venu demander des fonds pour l’Institut de politique étrangère. Je lui ai parlé du congrès. Il a fait l’ignorant. Il rentrait de Londres où il dit avoir trouvé une situation très tendue. Il fait l’intransigeant à fleur de peau et, en serrant les dents, le germanophile.

  • 6 Augusto Agostini est le responsable de la milice forestière (administration des Eaux et Forêts). Go (...)

13Vu Agostini6 au sujet des chamois de Goering.

14Vu Buffarini avec lequel j’ai fait un tour d’horizon de la situation intérieure.

15Pas d’annotations du 6 au 9 juillet.

  • 7 Mussolini a souvent des mots très durs vis-à-vis de la bourgeoisie dont il ne se sent pas proche et (...)
  • 8 À partir de 1926, le confino désigne les lieux d’éloignement et de résidence surveillée auxquels le (...)
  • 9 Ceci annonce les mesures antisémites qui sont adoptées peu de temps après.

1610 juillet. Le Duce m’a fait demander à Berti s’il souhaite des renforts et combien. Il est prêt à accueillir toute demande en plus des 5 000 hommes déjà envoyés lors des dernières semaines. La situation avec Londres devient toujours plus complexe. Selon le Duce, ceci va faire refluer vers l’Axe les sympathies des classes bourgeoises épuisées et défaitistes qui, à la suite des accords du 16 avril, cherchaient la paix dans un rapprochement avec les démocraties occidentales. Mussolini est très irrité contre ces fractions de la bourgeoisie, toujours prêtes à se faire dans les pantalons. Il parle d’une troisième vague, à faire en octobre, en s’appuyant particulièrement sur les masses ouvrières et paysannes7. Il entend créer un camp de concentration plus dur que le système du confino8. Un premier avertissement sera donné en faisant des feux de joie des écrits juifs, maçonniques et francophiles. Écrivains et journalistes juifs seront mis au ban de toute activité9. Du reste, tout ceci est annoncé par le Duce dans la préface des Actes du Grand Conseil. La révolution doit désormais influer sur les mœurs des Italiens. Ceux-ci doivent apprendre à être moins « sympathiques » pour devenir durs, implacables, détestés, c’est-à-dire des maîtres.

  • 10 Le lieutenant Payen, officier d’artillerie de réserve, fait ses études à Grenoble. Accompagné d’un (...)

1711 juillet. J’ai répondu à Blondel au sujet de l’incident de frontière. Réponse vide mais assez conciliante dans le ton. Je n’ai pas manqué de souligner à plusieurs reprises que le touriste interpellé était un lieutenant d’artillerie10. Aucune allusion politique de sa part, ni de la mienne.

18Entretien avec Hesse, envoyé par Ribbentrop. L’objet en est le pacte d’assistance militaire. Ribbentrop insiste pour que ce pacte soit conclu. J’ai répondu que le Duce et moi sommes dans le même état d’esprit mais souhaitons observer l’évolution des rapports avec Londres et préparer l’accord sur une large base de popularité. Ainsi, Ribbentrop, qui dit que le Japon doit également faire partie du pacte, semble renoncer à l’idée d’un voyage à Côme qui mettrait prématurément en alerte. Hesse serait chargé de conduire secrètement, à l’insu de l’ambassade elle-même, les premières tractations.

  • 11 « Mais le gouvernement italien doit se rappeler quels sont les engagements pris par le gouvernement (...)

19Perth m’a communiqué la réponse de Londres à notre entretien du 2 juillet. Je l’ai mise par écrit. Rien à faire. On n’accepte pas notre point de vue : on demande, afin de régler l’affaire d’Espagne, l’évacuation effective11. Il n’y a pas d’autre possibilité que celle d’attendre. Avec tous les dangers que l’attente présente.

2012 juillet. Le Duce est également mécontent de la réponse britannique. Il n’y a plus rien à répliquer de notre part. Nous attendrons le développement des événements espagnols. Pour ce qui concerne l’entretien avec Hesse, le Duce, qui prend également beaucoup d’intérêt à la chose, dit de retarder pour l’instant le début des conversations préliminaires. L’ambassadeur du Japon est mis au courant de la situation selon notre point de vue. De plus, j’informe Mackensen du résultat de l’entretien avec Perth.

  • 12 Né en 1907, Baldur von Schirach adhère au parti nazi en 1925. En juin 1933, il est nommé chef des J (...)
  • 13 Ordre fondé par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie en 1440.

21Baldur von Schirach12 vient me voir. Je le traite avec beaucoup de courtoisie et le décore du Grand Cordon de Saint-Maurice13. Il paraît qu’il y a quelque temps, il était très vexé car il avait un grade qu’il jugeait insuffisant. Ceci explique aussi quelques-unes de ses positions pas tout à fait orthodoxes vis-à-vis de nous et ses tours de valse inutiles avec la France. Quand j’en ai parlé au Duce, il a répondu : « Bon. Donne aussi mes décorations. » Le Duce méprise tellement les décorations qu’il ne se donne même pas la peine de les refuser.

2213 juillet. Les opérations ont commencé en Espagne. Objectif final : Valence. Première étape : Segorbe. Berti a donné un communiqué laconique. Gambara a envoyé un télégramme plein de feu à son image. Le Duce, en le lisant, a commenté : « Gambara est un général sur lequel j’ai les yeux fixés. Il me plaît. Il n’est pas un de ces militaires, comme tant le sont, qui se sont trompés de porte en entrant à la caserne, de ceux qui auraient dû prendre celle du couvent. Il est un soldat qui aime la guerre. Je suis sûr que lorsque le canon tonne, il ne se remplit pas les oreilles de coton. » Aucune nouvelle durant la journée. À minuit, une note de service officielle nous annonce que « cela va bien ».

23Sereggi me porte un projet du roi Zog pour une révolution en Turquie. Comme des rumeurs ont déjà circulé à Tirana au sujet d’une de nos actions en Albanie, je ne voudrais pas qu’il cherche une diversion. Aussi l’examinerai-je. Je dis à Sereggi qu’en Adriatique, j’aspire seulement au statu quo, étant donné que je suis très engagé en Occident. Je promets de l’aide et de l’intéressement pour l’Albanie. Particulièrement dans le secteur des bonifications. Je confère avec Prampolini qui me semble, après une première tournée, très fervent pour les affaires albanaises. Il y reviendra d’ici peu afin d’approfondir son étude. Mais il parle déjà de la bonification de Durazzo comme d’une chose facile à réaliser. Il assure qu’en décembre 1939, on pourra labourer et avoir des récoltes complètes d’ici cinq ans. Excellente terre. La dépense, dans la zone de Durazzo, sera très réduite : 3 500 hectares, 20 millions de lires.

  • 14 Intitulé « Il fascismo e i problemi della razza » (« Le fascisme et les problèmes de la race »), le (...)

2414 juillet. L’offensive en Espagne se déroule bien. Le Duce m’annonce la publication par le Giornale d’Italia d’un compte rendu sur les questions de la race14. On l’estime écrit par un groupe de savants, sous l’égide de la Culture populaire. Il me dit qu’en réalité, il l’a presque complètement rédigé lui-même.

2515 juillet. Le rapport de Pariani sur l’Allemagne est très optimiste. Il trouve que l’armée a avancé à pas de géant. De plus, la collaboration militaire avec nous s’est popularisée dans les milieux officiels qui, jusqu’en septembre dernier, se montraient tièdes et réservés. Dans les casernes a été adopté le slogan « Croire, obéir, combattre » en italien. Le Duce en est très fier à juste titre. Chez nous, le Duce entend également beaucoup veiller au caractère des officiers. Il est inutile de farcir de culture le lieutenant et le capitaine. Les chefs doivent être savants et artistes mais les subalternes et les commandants des petites unités doivent être courageux et pleins d’esprit d’initiative : « Toutes les grandes retraites ont commencé avec le repli d’un sous-lieutenant. »

26Pour la question de la race, le Duce me dit qu’il fera appeler les « savants » par le secrétaire du Parti pour leur annoncer la prise de position officielle du régime vis-à-vis de ce problème, prise de position qui ne signifie pas persécution mais discrimination.

27Les fonctionnaires civils seront mis en uniforme. Je suis très favorable à cette mesure qui renforce la discipline, le décorum de la bureaucratie.

2816 juillet. L’action en Espagne se déroule très bien. Outre les communiqués, les notes de Gambara sont très significatives et permettent les plus grandes espérances. Pariani serait d’avis de préparer une brigade de chars rapides et de l’envoyer tout de suite après l’occupation de Valence, afin de donner le coup final.

29Rien d’autre d’important.

3017 juillet. Bien en Espagne. L’action se développe avec rapidité et sécurité. Les notes de Gambara confirment qu’il se prépare à accomplir la marche afin d’encercler Valence : action audacieuse mais qui peut donner des résultats pratiques.

  • 15 Il semble qu’à ce moment-là, Ciano soit également traversé par des sentiments antidynastiques. À la (...)
  • 16 Déjà, en Éthiopie, le décret du 19 avril 1937 interdit tout concubinage entre un Italien et une ind (...)

31Le Duce est content. Il prend le prétexte du double salut dans l’armée pour faire une charge à fond contre la monarchie qui, paraît-il, s’oppose à l’adoption du salut romain. Il dit : « Il m’en a fallu de la patience avec cette monarchie à la remorque. Elle n’a pas fait un seul geste l’engageant envers le Régime. J’attends encore parce que le Roi a 70 ans et j’espère que la nature m’aidera. » Il est toujours plus décidé à se débarrasser des Savoie à la première occasion15. Il me parle également de la révolution dans les mœurs, spécialement en relation avec les problèmes de la race. Il est en train d’étudier une mesure par laquelle seront interdits les mariages d’Italiens avec des personnes d’autres races, y compris la race juive16. Il dit : « Tout ce qui pourra augmenter la haine étrangère envers l’Italie est une bonne chose. Je fais tout pour tourner toujours plus le dos à la France et à l’Angleterre desquelles ne peut nous venir que de la pourriture. »

  • 17 Erreur d’allemand. Il s’agit de berräteren (traîtres) et non de berreter.

32Nous repoussons une invitation roumaine pour une conférence relative au Danube de laquelle est exclue l’Allemagne. Le Duce déclare : « Je n’irai même pas à la conférence des techniciens. Mon attitude envers l’Allemagne doit être parfaite afin de pouvoir les appeler berreter17 si nécessaire. »

33Les Hongrois opposent un refus à la demande de se retirer de Genève.

3418 juillet. La journée est absorbée par les Hongrois. J’ai avec eux un premier entretien au palais Chigi. Comme je le prévoyais, Kánya fait sa tirade contre les Yougoslaves qu’il s’obstine, avec la vieille mentalité du Ballplatz, à appeler les Serbes. Il souhaiterait nous mettre mal avec Belgrade au travers d’une espèce de garantie militaire qu’il nous demande en cas d’attaque yougoslave. Rien à faire. Nous n’avons pas la moindre intention d’altérer nos bons rapports avec Stoyadinovitch pour procurer un succès au gouvernement plus ou moins démocratique de monsieur Imrédy. La Yougoslavie se précipiterait immédiatement dans les bras de la France et les avantages politico-militaires obtenus par l’Axe dans le bassin danubien et dans les Balkans seraient terminés. Nous pourrons peut-être faire sauter les protocoles de Belgrade par l’occupation de l’Albanie. L’avantage serait alors positif et pour planter le drapeau tricolore sur cette terre qui nous attend, on peut affronter une crise de ce genre. Mais certainement pas maintenant pour faciliter le jeu politique de ces Hongrois qui sont outrecuidants et remuants.

  • 18 Dans son compte rendu, Ciano indique le point de vue hongrois : « Kánya n’a pas confiance dans les (...)

35Au palais de Venise, entretien avec le Duce. Je l’ai mis par écrit18. Ils entonnent plus ou moins le même refrain. Mais rien à faire également avec le Duce. En soirée, Kánya, fort mécontent, me dit : « Le malheur de la Hongrie est que Ciano et Goering se sont amourachés de Stoyadinovitch. »

3619 juillet. À la mer, je lis à Kánya le procès-verbal, pour ce qui le concerne, de mes entretiens de Venise avec Stoyadinovitch. Il doit reconnaître qu’il a été très explicite dans sa négation d’une attaque contre la Hongrie si celle-ci ne commence pas un conflit avec Prague mais s’accorde avec l’Allemagne. Nous parlons de l’Autriche. Il me dit que Schmidt n’a plus de charge politique mais qu’il gagne 200 000 marks par an. Je lui rappelle la discussion que nous avions avec lui à Budapest, quand je ne voulais pas traiter avec Guido Schmidt que je jugeais comme un traître. Les Hongrois voudraient faire quelque chose pour sortir Schuschnigg de la prison dans laquelle il est pratiquement enfermé. Je leur raconte mes tentatives auprès de Ribbentrop et les maigres résultats obtenus. Kánya dit : « Les Allemands ont beaucoup de qualités mais ils sont privés de tact politique. »

  • 19 Construits entre 212 et 216, les thermes de Caracalla sont, après 1870, le lieu de spectacles music (...)

3720 juillet. Nous parlons de la Hongrie avec le Duce. La foi dans l’avenir de ce pays a été ébranlée depuis qu’il a fait la connaissance d’Imrédy. Il dit que c’est un faux énergique, c’est-à-dire un homme dangereux, exemple typique de gouvernant représentatif d’un régime qui s’apprête à périr. Le jugement sur Kánya est également sévère : un vieux partisan des Habsbourg. Seuls les partis ouvertement nationalistes pourront affronter les graves problèmes qui existent pour ce pays : question agraire, antisémitisme, révision. Le voyage à Rome n’a servi à rien. La tentative de troubler les relations serbo-italiennes a raté. Hier soir, le Duce, durant l’attente aux thermes de Caracalla, m’a autorisé à attendre, pour faire les notes demandées à Stoyadinovitch, de le rencontrer. Ceci me convient très bien. Par voie diplomatique, la démarche aurait eu un caractère inquisitorial et peu sympathique. Le Duce était très fier de montrer le très beau spectacle aux thermes19. Il s’en est occupé personnellement dans les détails. Il a été jusqu’à fixer les prix des places qu’il a voulus très bas pour le peuple : deux lires. À la fin de la représentation, il m’a dit, parlant d’Imrédy : « Un homme qui répond aussi mal aux acclamations d’un peuple n’est pas un chef. »

38Le Portugal reconnaît l’Empire.

39En Espagne, l’avance a repris.

4021 juillet. Un télégramme de Berti annonce qu’à 16 heures aura commencé la nouvelle attaque contre les positions défensives des rouges, le long du rio Palancia. Cette ligne franchie, nous devrons marcher vers Valence. Les Espagnols ont mis sous nos ordres, outre les Flèches, également une autre division. C’est un bon signe.

  • 20 Le capitaine Weidermann est attaché au secrétariat personnel d’Hitler.

41Le Duce est irrité par l’inutile voyage du capitaine Weidermann20 à Londres.

42Il s’agit probablement de l’habituel battage de presse. Mais cela devait être évité. En ce qui nous concerne, nous sommes pratiquement dans le flou. Peut-être l’Auswärtiges Amt l’est tout autant. Le Duce a dit : « Si j’avais envoyé Bastianini chez Georges Bonnet, je voudrais voir les commentaires allemands. »

  • 21 Le roi Georges VI et la reine Élisabeth séjournent à Paris du 19 au 21 juillet 1938.
  • 22 En français dans le texte.

43Le voyage des souverains britanniques à Paris ne va pas, dans ses résultats politiques, au-delà des modestes prévisions21. Il a revêtu un caractère démocratique bien différent de celui qu’eût le voyage du Führer en Italie. L’aspect auquel la presse française donne le plus de relief sont les interminables menus offerts par le Front populaire. On y mange bien en France22. Le Roi aussi partira avec ce slogan en tête, et peut-être arrivera-t-il à penser que quand un peuple mange aussi bien, il a toujours moins envie de mourir.

4422 juillet. L’offensive en Espagne continue avec des perspectives assez favorables mais la résistance est encore dure.

45Entretien avec Guarnieri. Comme d’habitude, il est pessimiste et très antiallemand. Il se préoccupe également de la question raciale qui, à son avis, aura des conséquences néfastes dans le domaine économique et financier.

4623 juillet. Pour le moment, on ne passe pas en Espagne. La résistance est tenace. Gambara entend agir par des manœuvres.

  • 23 Rino Alessi est le directeur du Piccolo, journal de Trieste.

47Je m’intéresse à la requête d’Alessi23 concernant le changement du Piccolo. Les Mayer, des Juifs, veulent désormais s’en défaire.

48Rien d’autre de notable.

49Le Duce est en Romagne.

  • 24 Abetone est une station de montagne de la province de Pistoia, dans les hauts sommets des Apennins.

5024 juillet. Je vais à Abetone24. Puis à Livourne. Là, le fédéral me dit que les mesures à caractère antisémite sont accueillies avec beaucoup de sympathie. Mais à Livourne, le problème n’apparaît pas aussi grave qu’il y a un temps. Les Juifs étaient les chefs de l’antifascisme et furent liquidés pour cela.

5125 juillet. En Espagne, les rouges ont passé l’Èbre en deux endroits. Je ne crois pas qu’ils aient une force offensive supérieure à celle qu’ils ont montrée en d’autres occasions analogues. Mais il est désagréable que les blancs se soient laissés surprendre avec, comme premier effet immédiat, d’avoir arrêté notre offensive sur Valence.

  • 25 Journaliste anglais, correspondant à Rome du Christian Science Monitor.

52Lord Perth vient demander de la clémence pour le journaliste Cremona25, expulsé. La raison de l’expulsion vient du fait que Cremona, parlant avec d’autres journalistes, a dit que Mussolini ne peut aller trop loin dans la campagne antisémite car, en d’autres temps, il a reçu de l’argent des Juifs et même d’une Juive, la Sarfatti. Perth m’a demandé un autre entretien pour demain, je crois pour traiter du problème tchécoslovaque.

53Dindina a été opérée à l’oreille pour une otite. Elle n’a pas vraiment souffert. Mais elle m’a fait tant de peine sous anesthésie. Puis, elle s’est rapidement sentie mieux.

  • 26 Au début de l’entretien, Perth remercie l’Italie d’avoir livré aux autorités britanniques le chef s (...)

5426 juillet. Second entretien avec Perth, mis par écrit quoique peu important26.

55En Espagne, la situation tend à se stabiliser à nouveau dans la zone de l’Èbre.

  • 27 Ce communiqué affirme que « les Juifs ont constitué dans chaque nation, avec leurs hommes et leurs (...)

56Émotion pour le communiqué de Starace (en réalité rédigé par le Duce) sur la question juive27.

5727 juillet. Rien de notable.

5828 juillet. Puisque d’après le compte rendu sténographique d’un discours de Chamberlain, il n’est pas apparu clairement s’il considérait l’évacuation des volontaires d’Espagne, non seulement comme condition nécessaire mais aussi suffisante pour l’entrée en vigueur du pacte, j’ai donné des instructions à Crolla pour vérifier avec précision les intentions du Premier ministre.

59Gambara envoie une note nerveuse. C’est l’influence pessimiste de Berti, lequel voudrait venir en Italie pour discuter de… politique, trop souvent la malheureuse manie des militaires.

6029 juillet. Rien de notable.

  • 28 Le 28 juillet 1938, devant les séminaristes du Collège de la propagation de la foi, Pie XI déclare  (...)
  • 29 Depuis juillet 1937, les autorités italiennes font face à des troubles et à des actions de guérilla (...)

6130 juillet. Suite au discours du Pape, violemment antiraciste28, je convoque le nonce et je le mets en garde : si on continue sur cette voie, le heurt est inévitable car le Duce considère la question raciale comme fondamentale à la suite de la conquête de l’Empire. C’est à l’impréparation raciale des Italiens que nous devons l’insurrection de l’Amhara29. J’ai parlé très clairement à Borgongini : je lui ai expliqué les présupposés et les objectifs de notre racisme. Il m’est apparu assez convaincu et j’ajouterai qu’il s’est révélé personnellement très antisémite. Demain, il en référera au Saint-Père. Je crois qu’il convient d’agir afin d’éviter la crise mais si l’Église la souhaite, ce ne sera pas nous qui en ferons les frais.

6231 juillet. Je souffre des amygdales et je reste au lit jusqu’au 7 août.

Notes

1 Le mot « absurde » est remplacé par « inacceptable ». Dans ce document, le gouvernement italien prend acte que la Grande-Bretagne reconnaît que des troupes italiennes ont été retirées de Lybie, que l’Italie se désintéresse de la question de Palestine et que la propagande antibritannique a cessé à la radio et dans la presse. Mais l’Italie fasciste juge inacceptable l’idée de proposer un armistice à Franco, de retirer de manière unilatérale les volontaires italiens, d’attendre la fin de la guerre d’Espagne pour appliquer les accords italo-britanniques. D’autre part, le gouvernement italien n’acceptera de reprendre les négociations avec la France qu’après la mise en œuvre des accords du 16 avril 1938. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 277, p. 371-372.

2 Dans un document en date du 1er juillet, le gouvernement italien fait savoir qu’il ne peut y avoir de retrait unilatéral des volontaires italiens d’Espagne, que le retrait de troupes italiennes de Libye est suspendu, que l’application des accords italo-britanniques ne peut être mise en relation avec d’éventuels accords italo-français.

3 Le 4 juillet 1938, Mussolini participe au début des récoltes à Aprilia. Torse nu, il fait un discours devant un parterre de paysans sur l’autonomie alimentaire de l’Italie : « Avec les mesures que nous avons adoptées, nous pouvons envisager l’avenir sereinement. La terre italienne, pauvre mais travaillée avec tant de foi, tant d’amour, tant d’intelligence par nos paysans fascistes, leur a réservé la plus désirée, mais en même temps, la plus méritée des surprises. Le peuple italien aura le pain nécessaire à sa vie. Mais s’il lui arrivait qu’il manque, il ne se pliera jamais, je dis jamais, à solliciter une aide des soi-disant grandes puissances démocratiques et ploutocratiques. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 120.

4 Initiée en 1905 sous Pie X, mais officiellement créée en 1919 sous le pontificat de Benoît XV, l’Action catholique rassemble des laïcs catholiques. Proche du parti populaire mais progressivement dépolitisée entre 1922 et 1925, elle est reconnue par l’article 34 des accords de Latran (11 février 1929) comme dépendante de la hiérarchie ecclésiastique. Mais elle se heurte au régime en 1931 et ne peut se maintenir qu’à condition de limiter strictement son champ d’action aux aspects religieux. Une seconde crise éclate en 1938 à propos de l’incompatibilité entre l’adhésion à l’Action catholique et au Parti national fasciste. Sur les relations entre le catholicisme et l’État fasciste, voir Gentile Emilio, Pour ou contre César ? Les religions chrétiennes face aux totalitarismes, Aubier, coll. « Collection historique », Paris, 2013 ; Ceci Lucia, L’interesse superiore. Il Vaticano e l’Italia di Mussolini, Laterza, coll. « Storia e società », Rome, 2013.

5 On ne voit pas à quel passage des Évangiles Mussolini fait allusion par cette affirmation.

6 Augusto Agostini est le responsable de la milice forestière (administration des Eaux et Forêts). Goering a des chamois, entre autres animaux, dans sa propriété de Carinhall.

7 Mussolini a souvent des mots très durs vis-à-vis de la bourgeoisie dont il ne se sent pas proche et dont il critique l’état d’esprit. C’est ce dernier qui est visé par des mesures symboliques mais significatives telles l’interdiction du lei (vous de politesse) au profit du voi.

8 À partir de 1926, le confino désigne les lieux d’éloignement et de résidence surveillée auxquels les antifascistes sont condamnés. Il s’agit des îles d’Ustica, de Lipari, de Ponza, de Ventotene et des villages isolés de Sicile, de Basilicate et de Calabre. Sur ce sujet, on peut se reporter au témoignage de Carlo Levi, mis en résidence surveillée à Gagliano, petit village de Basilicate, dans Le Christ s’est arrêté à Eboli (1945).

9 Ceci annonce les mesures antisémites qui sont adoptées peu de temps après.

10 Le lieutenant Payen, officier d’artillerie de réserve, fait ses études à Grenoble. Accompagné d’un ami interne aux hôpitaux de Paris, il a traversé, au cours d’une promenade, la frontière franco-italienne dans la région d’Abriès, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Des gardes-frontières italiens ont ouvert le feu, provoquant le retour en France des deux hommes. Or, un dernier coup de feu a blessé grièvement l’interne. Il semble avoir été tiré sur le territoire français, des douilles italiennes ayant été retrouvées à 25 mètres de la frontière. Le gouvernement français a demandé une enquête à son homologue italien. Concernant cette affaire, Ciano se montre fort conciliant, comme le souligne Blondel dans ses Mémoires : « Vu l’atmosphère de hargne, d’invective et de mensonge que le Duce entretenait maintenant contre la France, l’attitude de son gendre procédait, au moins en partie, d’une intention louable de se montrer beau joueur. » Dans Blondel Jules-François, Ce que mes yeux ont vu de 1900 à 1950, op. cit., p. 110.

11 « Mais le gouvernement italien doit se rappeler quels sont les engagements pris par le gouvernement britannique, même au Parlement, au sujet des volontaires, dont on demande le retrait effectif. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 221.

12 Né en 1907, Baldur von Schirach adhère au parti nazi en 1925. En juin 1933, il est nommé chef des Jeunesses du Reich. Il le reste jusqu’en 1940, année où il devient Gauleiter (gouverneur) de Vienne.

13 Ordre fondé par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie en 1440.

14 Intitulé « Il fascismo e i problemi della razza » (« Le fascisme et les problèmes de la race »), le texte est rédigé par Guido Landra, enseignant en anthropologie à l’université de Rome, aidé de plusieurs collègues et sur les indications précises de Mussolini et Dino Alfieri, ministre de la Culture populaire. Affirmant l’existence d’une race aryenne italienne, le document nie que les Juifs en fassent partie. Ce manifeste de la race entame la politique antisémite du régime fasciste. Sur ce sujet, voir Matard-Bonucci Marie-Anne, L’Italie fasciste et la persécution des Juifs, Perrin, Paris, 2006.

15 Il semble qu’à ce moment-là, Ciano soit également traversé par des sentiments antidynastiques. À la date du 13 juillet 1938, Bottai note dans son Journal que Ciano estime que ce que le nazisme a fait de mieux a été de rompre tout lien avec les Hohenzollern. Dans Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universale Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p. 124.

16 Déjà, en Éthiopie, le décret du 19 avril 1937 interdit tout concubinage entre un Italien et une indigène.

17 Erreur d’allemand. Il s’agit de berräteren (traîtres) et non de berreter.

18 Dans son compte rendu, Ciano indique le point de vue hongrois : « Kánya n’a pas confiance dans les déclarations faites par Stoyadinovitch. Jusqu’à maintenant les tentatives hongroises pour arriver à un accord avec la Yougoslavie ont toujours échoué à cause de la courtoise mais immuable opposition du Président yougoslave. La Hongrie a besoin d’une garantie militaire contre une éventuelle attaque yougoslave. Sans cette garantie, aucun gouvernement responsable ne pourrait prendre des initiatives belliqueuses contre la Tchécoslovaquie. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 315, p. 426. Dans ses Mémoires, l’amiral Horthy, régent de Hongrie, précise qu’Imrédy et Kánya lui « rapportèrent de leur voyage à Rome […] une déclaration de Mussolini […] selon laquelle il soutiendrait les exigences allemandes à l’égard de la Tchécoslovaquie “sans condition” ». Dans Horthy Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy. Régent de Hongrie, Hachette, coll. « Récits et Souvenirs », Paris, 1954, p. 167.

19 Construits entre 212 et 216, les thermes de Caracalla sont, après 1870, le lieu de spectacles musicaux et lyriques.

20 Le capitaine Weidermann est attaché au secrétariat personnel d’Hitler.

21 Le roi Georges VI et la reine Élisabeth séjournent à Paris du 19 au 21 juillet 1938.

22 En français dans le texte.

23 Rino Alessi est le directeur du Piccolo, journal de Trieste.

24 Abetone est une station de montagne de la province de Pistoia, dans les hauts sommets des Apennins.

25 Journaliste anglais, correspondant à Rome du Christian Science Monitor.

26 Au début de l’entretien, Perth remercie l’Italie d’avoir livré aux autorités britanniques le chef somalien Mohamed Ali, qui a fomenté des manifestations anti-anglaises en Somalie britannique et trouvé refuge en Somalie italienne.

27 Ce communiqué affirme que « les Juifs ont constitué dans chaque nation, avec leurs hommes et leurs moyens, l’état-major de l’antifascisme ».

28 Le 28 juillet 1938, devant les séminaristes du Collège de la propagation de la foi, Pie XI déclare : « Le genre humain est une seule, grande, universelle race humaine. […] On peut donc se demander comment il se fait que, malheureusement, l’Italie ait eu besoin d’aller imiter l’Allemagne. » Dans Chiron Yves, Pie XI. 1857-1939, Perrin, Paris, 2004, p. 387. L’allocution pontificale est publiée dans L’Osservatore Romano du 30 juillet. Dans son rapport du 31 juillet, l’ambassadeur italien près le Saint-Siège, Bonifacio Pignatti, annonce que Pie XI a également évoqué le « nationalisme exagéré » devant les sœurs du Cénacle et le racisme devant les assistants ecclésiastiques de l’Action catholique. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 362, p. 489.

29 Depuis juillet 1937, les autorités italiennes font face à des troubles et à des actions de guérilla dans la province éthiopienne de l’Amhara.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site