Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Juin

Texte intégral

11er juin. Rien de très important.

2Je télégraphie à Berti de retirer nos troupes de Saragosse et d’envoyer quelques bataillons en ligne. Elles sont désormais au repos depuis 40 jours et, d’après les nouvelles reçues, il semble que cela ne fasse pas bon effet de voir les forces italiennes à l’arrière, fréquenter les cabarets et les bordels, alors que les Espagnols se battent dans un dur combat. Il est vrai que nos soldats ont travaillé durement durant deux mois et ont enfoncé les lignes rouges et ouvert la voie vers la mer : toutefois, les soldats fascistes ne doivent pas donner un exemple de désintéressement vis-à-vis de la lutte, à aucun moment et pour aucune raison.

3Le Japon se fait toujours plus pressant afin de renforcer les liens militaires avec nous. Le Duce en est également d’accord.

  • 1 Allusion à la Société des Nations. Le discours du 2 juin, à Milan, est considéré comme devant être (...)

42 juin. Le discours s’est bien passé. Pourtant, il n’est pas facile de réchauffer ce milieu de vieux ramollis. Ambassadeurs, généraux, amiraux en retraite et autres cerveaux au repos constituaient l’essentiel de l’auditoire. Des personnes plus enclines à applaudir un discours conservateur qui ramène l’Italie sur une ligne pacifiste, voire de pacifisme collectif1.

5Pirelli, à la gare, m’a dit, sans cacher son plaisir, que durant la discussion de l’après-midi sur la politique dans les Balkans s’était créée une atmosphère antiallemande. J’ai immédiatement dit à Starace de placer sous surveillance tous les orateurs et, si nécessaire, de prendre des sanctions disciplinaires. Pirelli est devenu terrorisé et a cherché à s’en sortir avec quelques excuses qui, en fait, ont aggravé la situation.

  • 2 Allusion à la franc-maçonnerie.

6Je n’aime pas ces réunions. Il s’y crée immédiatement un climat parlementaire. Ces vieux personnages se retrouvent entre eux et repensent avec nostalgie à la Chambre du bon vieux temps, aux immortels principes et à la loge2. Pris dans l’ambiance, ils ne se souviennent plus d’avoir caché le tablier vert sous la chemise noire.

73 juin. Je réfère au Duce de quelques-unes de mes impressions sur la réunion. Il est d’accord avec moi et dit qu’elle sera la dernière. Le discours lui a plu tout comme à la presse internationale, sauf naturellement la française. Le Duce me confirme avoir donné au Parti l’ordre de créer « une vague de francophobie pour libérer les Italiens de la dernière servitude, celle envers Paris ». Le Chef me donne également l’ordre de reprendre, par petits groupes et en civil, l’envoi de volontaires en Espagne. 2 000 pour le moment.

8Le prince de Hesse me confirme que le Führer n’entend pas forcer la situation en Tchécoslovaquie. Il le fera seulement si les Tchèques continuent les provocations. En outre, il me raconte, comme un secret de famille, que le roi de Grèce donne des signes de faiblesse mentale. Il est dans les mains de deux spirites qu’il consulte avant de prendre une quelconque décision. Il dit qu’il est protégé par la « nuée rouge » et qu’il est en communication directe avec elle !

  • 3 Groupe industriel italien fondé par Gianni Caproni en 1908 et spécialisé dans l’aéronautique.

9Je vois Plessen et démens les tractations officielles pour la cession de Caproni3 aux Anglais. C’étaient de simples conversations privées et commerciales. Je lui dis également que nous serions opposés à une proposition de médiation en Espagne et que nous considérons les conversations avec la France rompues.

  • 4 Outre la mise en application des accords du 16 avril, lord Perth est revenu sur la question des bom (...)

10J’ai eu un long entretien avec Perth. J’ai profité de l’euphorie créée par le discours de Milan pour lui demander la mise en vigueur des accords du 16 avril. J’ai mis par écrit l’entretien. Perth m’est apparu très raisonnable : lui aussi est convaincu que l’on ne peut pas rester fiancé toute la vie. À un certain moment, il est nécessaire de se marier4.

  • 5 Boleslav Wieniawa remplace Andrej Wysocki.

114 juin. J’ai reçu le nouvel ambassadeur de Pologne5. Je l’avais déjà rencontré quand il était venu comme chef de la mission militaire. C’est un homme de belle prestance, assez franc et quelque peu désinvolte. Il se déclare animé des meilleures intentions à notre égard.

12Giro, le chef de l’organisation du Dopolavoro en Albanie, me fait son rapport. Il contrôle désormais des masses assez importantes. L’opinion publique est toujours plus montée contre le Roi et ses brigands. Une intervention italienne, en cas d’émeute, ne trouverait pas d’obstacles et, après trois jours de calme, nous pourrions nous implanter de telle manière à supprimer toute velléité de réaction. Le petit peuple, qui souffre, est loin de la politique et verrait avec joie toute amélioration matérielle. J’ai ordonné d’être prêt à tout mais de ne pas agir sans mon ordre. En attendant, il faut faire une politique de propagande dans les masses à travers le Dopolavoro, l’assistance et le sport.

13Le Duce s’en prend à Farinacci qui, chef de file du courant antisémite, a une secrétaire juive : Jole Foà. Les étrangers peuvent, avec un tel fait, voir une preuve du peu de sérieux du caractère de beaucoup d’Italiens.

  • 6 Mussolini est allé prendre quelque repos dans sa résidence de Rocca delle Caminate où il reçoit le (...)

145 juin. Rien de nouveau. Le Duce est parti en Romagne6. Dimanche à la mer.

  • 7 Né à La Spezia en 1901, Umberto Ajello est le responsable fédéral du Parti national fasciste à Livo (...)
  • 8 Allusion à des rixes ayant opposé Italiens et soldats français de passage à Livourne avant de rejoi (...)

156 juin. Ajello7 me dit qu’à Livourne, la francophobie est très violente. À part le souvenir des Vêpres livournaises de 19178, on est sensible, comme nulle part ailleurs, au problème corse. Durant les journées claires d’hiver, la Corse semble à portée de la main. Elle est nôtre, se trouve dans le système de nos îles, habitée par des nôtres. Les Livournais ne comprennent pas pourquoi elle doit appartenir à l’étranger. De nuit, ils vont, furtivement, jeter leurs filets dans ses eaux. Quand la Corse sera à nous, Livourne aura une formidable impulsion.

16Avec Cavagnari, nous tombons d’accord pour envoyer l’amiral De Courten au Japon. Comme l’accord politique avec Tokyo sera soutenu par un accord militaire, il convient d’avoir, dès maintenant, l’homme ad hoc sur place.

17Le général Gambara estime possible un engagement ultérieur de nos forces, en attendant l’évacuation. Nous avons encore environ 20 000 combattants italiens, plus 18 000 de la division « Frecce », plus une division espagnole. Il juge possible, avec ces forces, de faire masse et de défoncer les lignes ennemies en direction de Valence. Je lui ai dit d’agir sans attendre. C’est un soldat de grande qualité, par moments un peu nerveux mais intelligent et audacieux.

187 juin. Rien de nouveau.

198 juin. Bref entretien avec Stein et Helfand à la mer. Ils s’intéressent

20surtout de savoir si les bruits concernant des prochains changements ministériels sont vrais. J’ai démenti tous ces cancans. Stein a dit que, pour sa part, il souhaitait que je reste au palais Chigi et que je n’aille pas à l’Intérieur. Helfand a ajouté : il pourrait arriver pire…

21J’ai reçu monsieur McAnemy, président de l’Exposition de New York. Il était accompagné de l’ambassadeur. On dit qu’il est très important mais il ne le paraît pas. C’est un vieux ridé, insipide et mal fagoté dans une jaquette passée de mode. Il dit ce que disent tous les Américains. J’ai entonné, comme il convient, le discours du pacifisme et de la collaboration. Sans conviction mais avec emphase. Phillips était très content.

22La presse internationale est très excitée par les bombardements aériens de Franco. Selon une interception française, il paraît qu’à Barcelone, tous les dépôts de carburant sont en train de brûler : 65 000 tonnes d’essence. On prévoit que l’incendie dure quatre jours et tous les navires ont dû abandonner le port car l’essence en flammes flotte et est portée par les courants vers les bateaux.

239 juin. Le coup monté franco-britannique continue à propos des bombardements de Franco. Je ne crois pas que cela aboutira à quelque chose de bien précis. Le Duce, en attendant, a décidé d’augmenter l’effectif des renforts que nous envoyons en Espagne ce mois-ci et en juillet, 2 000 au lieu de 1 000. En tout, 4 000. Ces effectifs peuvent être encore augmentés.

2410 juin. Rien de neuf.

  • 9 Le colonel Giuseppe Piéche est le commandant du corps de carabiniers italiens envoyé en Espagne.

25Le colonel Piéche9, commandant les carabiniers en Espagne, est pessimiste sur la durée de la guerre et sur la possibilité qu’a Franco de réorganiser le pays qui, dans bien des secteurs, serait encore irréductiblement rouge.

2611 juin. En soirée, Bocchini et Buffarini sont venus chez moi, très alarmés par les nouvelles liées à l’activité que Settimelli se propose de déployer en France. En attendant, il publiera un livre à scandale. Ceci ne serait pas advenu si j’avais pu agir, par l’intermédiaire d’Emanuele, pendant que Settimelli était à Monte-Carlo. Le Duce était d’accord. Puis, Bocchini envisagea la possibilité d’une solution légale et le Duce la préféra. Cette solution a raté. Et maintenant, l’action semble moins facile. Cependant, nous avons concerté un plan : Settimelli devra revenir à Monte-Carlo et alors, nous aurons de meilleures possibilités de succès. J’espère qu’un enlèvement en canot sera possible. Sinon, nous verrons. Emanuele est habile, sans scrupule et toujours prêt à l’action. Un traître comme Settimelli ne mérite pas d’égards.

27Pour le reste, rien de neuf. La question des bombardements en Espagne commence à se dégonfler.

2812 juin. Rien de neuf. Dimanche à Capri avec Ciccino en hydravion. Repas avec les vieux habitués du café d’Aragon. Sur les visages et dans les esprits, les nombreuses années passées ont laissé des traces profondes.

  • 10 Le marquis Giuseppe Talamo est ministre d’Italie à Sofia depuis mars 1938.

2913 juin. Talamo10 fait un rapport sur la situation bulgare. On craint une union avec la Yougoslavie et nombre d’éléments travaillent déjà à la discréditer. Importante influence économique, et donc politique de l’Allemagne. Peu de place pour nous. Nous chercherons à occuper le secteur aéronautique qui est encore partiellement libre.

  • 11 Il y a au total quatre rapports de Jacomoni en date du 13 juin 1938. Dans I documenti diplomatici i (...)

30Jacomoni me porte quelques rapports sur l’Albanie et formule diverses propositions11. C’est un homme de nature modérée : il penche pour une solution intermédiaire qui maintiendrait le Roi tout en l’assujettissant toujours plus à nous. Mais il convient qu’il serait opportun de le mettre dehors dans le cas où serait choisie la solution radicale de l’annexion. Parmi les diverses requêtes du Roi, celle visant à obtenir un yacht est importante. Il convient de le lui fournir et de l’armer avec un équipage italien. Ceci garantit l’impossibilité d’une éventuelle fuite.

31Berti télégraphie que Franco entend poursuivre, samedi, sur Valence. Mais, fort de 14 divisions, il décline l’offre de faire entrer en action le Corps des volontaires. Il se réserve de l’engager pour la prise de Madrid qui devrait suivre celle de Valence peu de temps après.

3214 juin. J’ai pris, avec Christich, les dernières mesures pour le séjour de Stoyadinovitch à Venise.

33J’ai décidé l’envoi de 5 000 quintaux de blé en Albanie qui est, en ce moment, durement touchée par la famine. Ce sont des dons auxquels le peuple est très sensible.

34J’autorise Berti à rapatrier quelques-uns des éléments les plus fatigués et qu’il pourra remplacer par 4 000 hommes envoyés en renfort.

  • 12 Ville à l’ouest de Venise, sur la Brenta.

3515 juin. Je vais en Romagne. Bref entretien avec le Duce durant lequel je le mets au courant du mouvement diplomatique qu’il approuve. Il me donne des dispositions pour l’envoi du sénateur Prampolini, en Albanie, afin d’étudier la possibilité de bonifications. Repas, à Stra12, chez Anfuso. Tard dans la soirée, j’arrive à Venise.

3616 juin. Rien de notable si ce n’est l’arrivée de Stoyadinovitch. Très cordial.

  • 13 « Après avoir accompli un tour d’horizon et examiné des questions qui intéressent moins directement (...)

3717 juin. Long entretien au Lido. Je l’ai mis par écrit. Dans l’ensemble, tout va bien. Les deux pays sont encore plus unis à la suite de l’Anschluss. Nous confirmons la politique de stricte collaboration13.

3818 juin. Départ de Stoyadinovitch. Au revoir très amical. La foule fait une chaude démonstration à la Yougoslavie.

  • 14 À partir de février 1938, dans sa volonté de radicaliser le régime, de lui donner un nouvel élan ré (...)

39Bref entretien avec Balbo. Acide et hostile à tout. Il parle mal des Allemands, il défend les Juifs, attaque Starace, critique le voi et la question du salut romain14.

  • 15 Settimelli rentre en Italie après guerre et y meurt en 1954.
  • 16 Mussolini annonce la politique d’autarcie lors d’un discours, le 23 mai 1936, devant l’assemblée na (...)

40Chez le Duce, à Riccione. Il est satisfait de l’entretien avec Stoyadinovitch. Il me donne l’ordre d’envoyer encore 10 000 quintaux de blé à l’Albanie. Il confirme l’intention d’agir et de l’occuper durant l’année 1939. Je lui rends compte de l’entretien avec Balbo. Il réagit fortement. Il dit : « Cet homme finira comme Arpinati et pire encore. S’il tente de bouger un doigt, je lui passe les menottes. » Il m’ordonne de ne pas agir pour le moment contre Settimelli : « Il le payera plus tard. Mes ennemis ont toujours fini en prison et parfois sous les instruments chirurgicaux15. » Il confirme une intransigeante politique d’autarcie16. Il répète la nécessité d’une dure discipline : « L’Italie ne sera jamais assez prussianisée. Je ne laisserai pas les Italiens en paix jusqu’à ce que j’aie deux mètres de terre sur moi. » Il parle contre la monarchie qu’il définit comme « le frein du Régime. ». Il pense régler la question à la suite de la guerre d’Espagne. Il est en grande forme morale et physique. Je reviens à Rome en voiture.

4119 juin. Rien de notable. Journée à la mer.

  • 17 Vis-à-vis de la proposition britannique d’un armistice en Espagne, Ciano écrit dans son compte rend (...)
  • 18 Édouard Herriot est président de la Chambre des députés depuis juin 1936.
  • 19 Antonio Tamburini est le consul d’Italie à Lyon.

4220 juin. L’entretien avec Perth (mis par écrit) n’a pas été très fécond pour l’amitié italo-britannique. Il ne nous est pas possible d’accéder à la demande de favoriser maintenant l’armistice, alors que Franco est en train de vaincre. Le compromis n’est pas possible dans la guerre civile17. J’en ai référé au Duce. Mais j’estime que le renvoi aux calendes grecques de la mise en vigueur de l’accord est dangereux. La France joue son jeu pour embrouiller les cartes. Herriot18 a dit à Tamburini19 qu’il considérait la guerre entre l’Italie et la France inévitable. J’ai rencontré Volpi. J’ai refroidi ses sentiments francophiles et anglophiles. Il a deviné que nous visions l’Albanie et en est heureux. Il insiste également pour une action ultérieure en Anatolie.

43La princesse de Piémont cherche à avoir des nouvelles à propos de la question de la monarchie. Elle dit que si elle n’était pas ce qu’elle est, elle serait hostile aux dynasties. Elle enseignera à son fils de nombreux métiers car elle pense qu’un jour, il devra travailler et vivre de son travail. Les Savoie croient dans le droit divin. Pas elle. Le seul mérite qu’elle reconnaisse aux dynasties est de ne pas chercher à faire de l’argent et il y avait là une claire pointe antifasciste. Elle se défie de Starace qu’elle ressent comme un ennemi. J’ai démenti et j’ai cherché à apaiser ses craintes en disant qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter.

4421 juin. J’ai chargé Prampolini d’aller en Albanie et d’étudier le plan de bonification. Naturellement, je lui ai laissé comprendre la finalité politique de sa mission. Cela l’a excité et il a accepté avec grand plaisir. Il fera l’affaire. Jacomoni, présent à l’entretien, le présentera au Roi.

  • 20 Né en 1900, Hans Frank participe à la rédaction des 25 points du programme du Parti national-social (...)
  • 21 Pietro De Francisci est ministre des Grâces et de la Justice du 20 juillet 1932 au 24 janvier 1935. (...)

45Inauguration du congrès de droit italo-allemand, avec un bon discours de Frank20. Même les opposants à l’Axe, tels Bottai et De Francisci21, applaudirent chaleureusement. Ils ont compris d’où soufflait le vent…

46La mission, rentrée du Japon, confirme la chaleur des sentiments à notre égard et la réelle puissance militaire japonaise. Contrairement à ce que veut faire croire la propagande judéo-maçonnique, le Japon a engagé, en Chine, une part minime de ses forces. Le potentiel guerrier est intact.

  • 22 L’Italie fasciste s’engage à respecter en toutes circonstances la neutralité affirmée par la Suisse (...)

47J’ai remis la note au sujet de la neutralité suisse22.

4822 juin. J’informe von Mackensen de l’entretien avec Perth, de ma réponse et des décisions du Duce. Il est très satisfait. Ces Allemands ont toujours besoin d’une injection de confiance en nous. Pourtant, ils auraient dû comprendre que l’Italie de Mussolini suit une ligne droite et tient sa parole. Mais il nous faudra un bon moment pour effacer des lieux communs créés par une très longue tradition de servitude, de combinaisons et d’habitudes de ruffian. Nous y parviendrons.

49Le Duce revient. Je le reçois à l’aéroport. Je lui fais savoir que le Corps des volontaires entrera prochainement en action en Espagne. Il est content. Il approuve mes réponses à Perth et est nettement intransigeant : nous ne modifierons pas d’un millimètre notre attitude vis-à-vis de Franco et l’accord avec Londres entrera en vigueur quand Dieu le voudra, s’il entre un jour en vigueur. Il est de bonne humeur car les récoltes, en particulier de blé, après tant de mauvaises prévisions, ont repris et promettent d’être très belles.

50Je rassure Conde, un peu préoccupé, sur nos intentions : je lui dis que le meilleur moyen de démentir les ragots est de faire combattre immédiatement les légionnaires italiens, sur la route de Valence.

51Nous parlons de l’Albanie avec Pariani : nous décidons la construction de la route allant de Shiak à la mer.

  • 23 En fait, la loi est votée le 19 avril 1905 et a été soumise au Parlement par le gouvernement d’Ales (...)

5223 juin. Le Duce parle de questions économiques et dit qu’il entend créer des monopoles sur le sucre, l’alcool et l’électricité. L’Italie fasciste ne peut pas ne pas avoir moins de courage que Giolitti qui, en 1906, créa le monopole ferroviaire23. Il critique les généraux orateurs. Il dit qu’il ne faut jamais parler de la mort aux soldats mais, au contraire, les persuader que ce sont eux qui tueront et qu’ils seront toujours sains et saufs.

53Je vois le duc d’Aoste à la mer. Il va apparemment bien mais sa blessure est encore ouverte. Trois mois après l’opération, c’est un symptôme inquiétant. Il compte revenir en Afrique orientale et est plein d’intentions et de projets. Dans l’ensemble, il est optimiste sur la situation dans l’Empire. Il croit que l’on pourrait diminuer les dépenses et obtenir des résultats aussi bons si l’on n’est pas trop pressé. Il parle mal des fonctionnaires coloniaux : 50 % d’incapables et 25 % de voleurs.

  • 24 Italo Balbo est gouverneur de Libye depuis le 1er janvier 1934.

54En voiture, Balbo dit cette phrase très révélatrice : « En Italie, on a perdu le goût de la sincérité. » Il vient au ministère où nous avons un long entretien. Il est déprimé. Il pense rester en Libye parce qu’il a compris que c’est encore la meilleure solution24. Au fond, c’est un homme facile à dominer et même à rouler.

  • 25 L’ambassadeur turc Ragip Baydur propose un pacte pour la Méditerranée orientale qui engloberait tou (...)
  • 26 Par un accord turco-français du 20 octobre 1921, la France renonce à la Cilicie qui lui a été accor (...)

55Entretien avec l’ambassadeur de Turquie que j’ai mis par écrit. Je décline l’offre d’un pacte pour la Méditerranée orientale25 et j’incite les Turcs à faire un coup de force sur le Sandjak d’Alexandrette. La France ne pourra réagir sans s’engager de telle manière qu’elle s’affaiblira encore sur le continent26.

5624 juin. Je porte au Duce les notes pour la neutralité de la Suisse. Nous les avons faites car les Allemands ont agi ainsi. Nous n’en sentions pas le besoin. Le Duce commente : « Quand je dis que la Suisse est le seul pays qui puisse être démocratique, on croit que c’est un compliment alors qu’il s’agit d’une insulte atroce. Ce serait comme dire à un homme que lui seul peut être bossu et eunuque. Seul un pays vil, laid et insignifiant peut être démocratique. Un peuple fort et héroïque tend à l’aristocratie. »

57Je télégraphie à Grandi et à Prunas d’informer que si un raid rouge devait avoir lieu, comme on le dit, contre un port italien, nous procéderions immédiatement à des actes de guerre. J’en donne également note à Berlin.

  • 27 Bela von Imrédy, ministre des Finances d’octobre 1932 à janvier 1935, puis président de la Banque d (...)

58J’assure Villani que la Yougoslavie a des intentions amicales envers la Hongrie. On pense également à un pacte, sans simultanéité de la part des membres de la Petite Entente. Mais la Hongrie ne doit pas prendre l’initiative de l’attaque contre Prague : elle doit profiter de l’action allemande. J’insiste sur l’opportunité d’une entente entre Budapest et Bucarest afin d’isoler toujours plus Prague et la France. Imrédy27 et Kánya voudraient venir à Rome en juillet. Il serait préférable de retarder quelque peu. Pour Genève, rien n’est décidé. Je répète que nous attendons la sortie de la Hongrie de la Société des Nations.

59Pas d’annotations pour les 25 et 26 juin.

6027 juin. Attolico rend compte, dans un long rapport, de quelques-uns de ses entretiens avec Ribbentrop. En bref, il y est question d’un renouvellement de l’offre de rapprochement par un pacte d’alliance militaire.

  • 28 C’est le sens du message envoyé par Ciano à Attolico le 27 juin, dans lequel le comte propose une é (...)

61Depuis les premiers jours de mai jusqu’à aujourd’hui, la situation a changé. Les relations avec la Grande-Bretagne ne sont pas devenues celles que nous avions pu espérer. L’offre prend alors une nouvelle valeur. Mussolini y est favorable. Il me dit de télégraphier afin d’accepter un voyage de Ribbentrop à Côme, durant lequel « la chose sera discutée avec le plus grand sérieux ». En attendant, il veut préparer l’opinion publique. Il ajoute : « Il est nécessaire d’expliquer aux Allemands que je ferai l’alliance quand celle-ci sera populaire. Je travaille à la rendre ainsi. » En même temps, nous cherchons à connaître les relations précises entre Berlin et Tokyo28.

  • 29 Victor Lütze est le chef des SA (Sturmabteilung, Sections d’assaut) depuis l’élimination d’Ernst Rö (...)

62Je reçois une visite de Lütze29, très admiratif de l’organisation de la Milice, laquelle, il est vrai, fait des miracles sous la direction de Russo.

63Entretien et tour d’horizon avec Christich. Entretien avec l’ambassadeur tchécoslovaque à qui je répète l’habituelle formule : entendez-vous avec Berlin. Entretien avec l’ambassadeur brésilien sur la question du droit d’asile.

64Grandi me téléphone que la situation s’obscurcit à Londres. La nouvelle de nouveaux bombardements de navires britanniques a excité l’opinion publique. 17 interpellations aux Communes seront discutées demain. La position de Chamberlain est toujours plus instable. J’en informe le Duce.

  • 30 Dans son rapport, Ciano souligne « que l’opinion publique réclame du gouvernement une action plus é (...)

6528 juin. La situation à Londres devient toujours plus difficile pour Chamberlain. Grandi, énigmatique et désireux de ne pas se compromettre, définit la situation comme très pesante. Mussolini est calme, très calme. Il n’entend pas forcer la main à Franco pour faire cesser les bombardements. Il ne désire pas faire des déclarations quelles qu’elles soient. Il attend les événements avec son imperturbabilité de statue. J’ai vu Perth. Il est très alarmé. J’ai mis par écrit l’entretien. Il craint la chute de Chamberlain30. Le Duce ne pense pas qu’elle puisse advenir avant le voyage des souverains anglais à Paris, c’est-à-dire avant le 19 juillet. Puis, il a dit : « Si Chamberlain tombe, nous verrons qui le remplacera. Je déciderai ce que je dois faire sur les éléments positifs et concrets qui sortiront de la situation. Pour l’instant, j’attends. »

66Prampolini a reçu les dernières instructions pour sa mission en Albanie. Il est enthousiaste et dynamique comme un jeune homme de 20 ans.

  • 31 L’amiral Arturo Riccardi commande la 1re escadre italienne.

67L’amiral Riccardi31 rend compte de sa mission à Malte. Rien de particulièrement notable. Il semble que l’accueil ait été très cordial.

  • 32 Maurice Caron de Beaumarchais est ambassadeur de France à Rome de 1928 à sa mort en décembre 1932.

6829 juin. Je trouve le Duce très irrité au sujet de la rumeur que la presse internationale fait courir à propos de mon entretien avec Perth. Il craint qu’on ne veuille lui donner une signification d’une pression menaçante de la part de Londres. Je lui propose de faire écrire un article par Gayda sur la base de mon compte rendu de l’entretien. Il accepte. Mais il ajoute que si la presse continue à gonfler chaque entretien avec Perth, il m’interdira de recevoir l’ambassadeur britannique, comme il le fit, il y a quelques années, avec de Beaumarchais qui ne fut plus admis au palais Chigi pendant assez longtemps32. Le Duce a du ressentiment envers Grandi pour ses préoccupations de ces derniers jours. Il dit : « Quand te décideras-tu à le mettre à l’écart ? »

69Un incident avec le Brésil se dessine car Lojacono a donné asile au capitaine Foumier qui dirigea la révolte contre Vargas voici un mois. En réalité, il n’en avait pas le droit. L’asile, au maximum, peut se donner en cas de force majeure. Nous verrons les développements. D’ici, il est difficile de juger, aussi ai-je laissé Lojacono se tirer seul des embarras. Je n’ai pas beaucoup de confiance dans ses capacités et je crains qu’il ne se soit déjà compromis au-delà du nécessaire.

70Massimo me rapporte que les rumeurs de mon transfert vers le ministère de l’Intérieur ont beaucoup alarmé les Allemands.

7130 juin. Le Duce me remet la minute des notes que je devrai donner à Perth, samedi, en réponse à celles qu’il me communiqua lors de l’entretien du 20 de ce mois. En bref, il repousse, en termes clairs, les propositions d’armistice et d’évacuation unilatérale. Il confirme de nouveau qu’il ne reprendra pas les conversations avec la France, sinon après l’entrée en vigueur des accords italo-britanniques. À nouveau, cette mise au point rendra délicate une situation qui tendait à s’apaiser aujourd’hui. Mais ces éclaircies sont toujours temporaires et sporadiques : le fond est toujours mauvais. J’ai trouvé, dans le schéma de projet pour l’évacuation des volontaires, quelques propositions qui ne nous avaient pas été signalées et qui me semblent inacceptables. Fouiller les volontaires, les contrôler dans des camps spéciaux sous la surveillance de gardes internationaux armés de pompes et de gaz lacrymogènes, les soumettre à d’autres vexations analogues et ridicules. Cela n’est ni possible, ni honnête. J’ai téléphoné à Grandi : il a fait comme les seiches. Après avoir troublé l’eau, il s’est soustrait à la discussion. Demain, j’en parlerai au Duce. Je suis certain qu’il refusera de soumettre les Chemises noires de Malaga, Santander, Guadalajara et de l’Èbre à de semblables humiliations.

72J’ai reçu von Mackensen qui m’a apporté une photographie de Ribbentrop avec une chaleureuse dédicace. Je lui ai remise la mienne.

Notes

1 Allusion à la Société des Nations. Le discours du 2 juin, à Milan, est considéré comme devant être rassurant par rapport à de celui de Mussolini à Gênes, le 14 mai. Ciano y loue les accords de Pâques entre l’Italie et la Grande-Bretagne : « Les accords italo-britanniques ont le mérite d’avoir débarrassé le terrain des débris du passé. Rien n’est plus dangereux que de conclure des accords qui masquent sous d’éphémères compromis des équivoques, des réserves, des arrière-pensées. Ce n’est pas dans l’intérêt de l’Italie, ni dans l’intérêt de personne. Ce n’est surtout pas dans l’intérêt de la paix, qui exige la reconnaissance des positions historiques respectives et la volonté précise de les respecter. Tels sont les éléments qui donnent force et vitalité aux accords italo-britanniques. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 205. Goebbels note dans son Journal le 4 juin : « Dans un discours, Ciano s’est de nouveau prononcé en faveur de l’axe Rome-Berlin. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1933-1939, op. cit., p. 581.

2 Allusion à la franc-maçonnerie.

3 Groupe industriel italien fondé par Gianni Caproni en 1908 et spécialisé dans l’aéronautique.

4 Outre la mise en application des accords du 16 avril, lord Perth est revenu sur la question des bombardements des villes en Espagne : « J’ai répondu à lord Perth que nous n’avions pas d’informations directes au sujet de ces bombardements mais qu’il paraissait difficile d’intervenir auprès de Franco, lequel doit affronter une situation créée par la France qui envoie continuellement des renforts en hommes et en matériel aux rouges. Encore une fois, la responsabilité d’éventuels excès de la part des nationalistes retombe sur le gouvernement français qui détermine un juste ressentiment du gouvernement nationaliste. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 191, p. 256.

5 Boleslav Wieniawa remplace Andrej Wysocki.

6 Mussolini est allé prendre quelque repos dans sa résidence de Rocca delle Caminate où il reçoit le roi Victor-Emmanuel III le 8 juin. Il rentre à Rome le 22 juin.

7 Né à La Spezia en 1901, Umberto Ajello est le responsable fédéral du Parti national fasciste à Livourne depuis le 20 mai 1934, après avoir été nommé podestà (maire) de la ville en novembre 1933 (charge dont il démissionne en juin 1934).

8 Allusion à des rixes ayant opposé Italiens et soldats français de passage à Livourne avant de rejoindre le front italo-autrichien en 1917.

9 Le colonel Giuseppe Piéche est le commandant du corps de carabiniers italiens envoyé en Espagne.

10 Le marquis Giuseppe Talamo est ministre d’Italie à Sofia depuis mars 1938.

11 Il y a au total quatre rapports de Jacomoni en date du 13 juin 1938. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. nos 216 à 219, p. 289-300.

12 Ville à l’ouest de Venise, sur la Brenta.

13 « Après avoir accompli un tour d’horizon et examiné des questions qui intéressent moins directement les rapports entre nos deux pays, le président Stoyadinovitch a confirmé son intention d’harmoniser complètement en toutes éventualités et tous moments sa politique avec la politique du Duce et m’a dit de communiquer au Duce lui-même qu’il prie de considérer la Yougoslavie comme un État lié à l’Italie par des liens encore plus forts que ceux qui pourraient résulter d’une alliance écrite, alliance qui du reste, si les circonstances l’exigeaient, pourrait en l’espace de quelques heures être réalisée. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 211.

14 À partir de février 1938, dans sa volonté de radicaliser le régime, de lui donner un nouvel élan révolutionnaire et antibourgeois, Mussolini demande de supprimer l’utilisation du lei, vouvoiement de politesse et signe d’asservissement à ses yeux, au profit du voi, plus italien et fasciste, tout comme la poignée de main, censée être remplacée par le salut fasciste, le bras tendu.

15 Settimelli rentre en Italie après guerre et y meurt en 1954.

16 Mussolini annonce la politique d’autarcie lors d’un discours, le 23 mai 1936, devant l’assemblée nationale des corporations. Elle repose sur une politique de clearing avec plusieurs États dont l’Allemagne, la Hongrie, l’Autriche, la Roumanie (en 1937, près de la moitié du commerce international de l’Italie passe par ceux-ci), sur un étroit contrôle des changes grâce à la création d’un sous-secrétariat devenu ministère en 1937 et confié à Felice Guarnieri, par la réquisition de matières utiles comme le caoutchouc, le textile, par la mise en valeur de toutes les ressources minières exploitables, par les restriction sur l’alimentation, l’électricité dès 1938.

17 Vis-à-vis de la proposition britannique d’un armistice en Espagne, Ciano écrit dans son compte rendu : « Le Duce décidera sur la réponse à donner, mais dès à présent, je ne le crois pas disposé à faire pression sur Franco dans le sens proposé par le gouvernement britannique, à moins que l’armistice ne soit précédé d’une complète capitulation des rouges. En ce cas, le Duce pourra exercer sa haute influence sur Franco afin que le traitement employé envers ses adversaires soit mesuré, influence qui s’exercera au contraire plus difficilement quand la guerre aura pris fin avec l’inévitable défaite des rouges. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 213.

18 Édouard Herriot est président de la Chambre des députés depuis juin 1936.

19 Antonio Tamburini est le consul d’Italie à Lyon.

20 Né en 1900, Hans Frank participe à la rédaction des 25 points du programme du Parti national-socialiste des travailleurs allemands en 1920. Ministre de la Justice du gouvernement bavarois en 1933-1934, il devient ministre sans portefeuille du Reich et président de l’Académie de droit et de l’Association des juristes allemands.

21 Pietro De Francisci est ministre des Grâces et de la Justice du 20 juillet 1932 au 24 janvier 1935. Il est membre du Grand Conseil du fascisme d’octobre 1932 à janvier 1935.

22 L’Italie fasciste s’engage à respecter en toutes circonstances la neutralité affirmée par la Suisse. Dans Documents diplomatiques suisses. 1848-1945, vol. 12 (1 janvier 1937 – 31 décembre 1938), op. cit., doc. no 331, p. 767.

23 En fait, la loi est votée le 19 avril 1905 et a été soumise au Parlement par le gouvernement d’Alessandro Fortis. Mais elle a été préparée par le gouvernement précédent, dirigé par Giolitti.

24 Italo Balbo est gouverneur de Libye depuis le 1er janvier 1934.

25 L’ambassadeur turc Ragip Baydur propose un pacte pour la Méditerranée orientale qui engloberait toutes les puissances concernées. Ciano lui fait remarquer que l’Italie fasciste n’a pas l’habitude d’intégrer un pacte collectif, préférant les pactes bilatéraux. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 251, p. 340.

26 Par un accord turco-français du 20 octobre 1921, la France renonce à la Cilicie qui lui a été accordée par la conférence de Londres de février 1920 et le traité de Sèvres du 10 août 1920. Par contre, elle garde le Sandjak d’Alexandrette, au sud de la Cilicie, qu’elle rattache à son mandat de Syrie, avec un régime spécial. Un accord du 27 janvier 1937 aboutit à un statut d’autonomie. Des incidents graves, en mai 1938, entre Turcs, Syriens et Arméniens amènent à un nouvel accord franco-turc le 4 juillet. Des troupes françaises et turques sont chargées de maintenir l’ordre. Enfin, par le traité du 23 juin 1939, la France rétrocède à la Turquie le Sandjak d’Alexandrette.

27 Bela von Imrédy, ministre des Finances d’octobre 1932 à janvier 1935, puis président de la Banque de Hongrie, est nommé président du Conseil le 14 mai 1938 et succède à Koloman Daranyi.

28 C’est le sens du message envoyé par Ciano à Attolico le 27 juin, dans lequel le comte propose une éventuelle rencontre avec Ribbentrop à Côme. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 267, p. 363.

29 Victor Lütze est le chef des SA (Sturmabteilung, Sections d’assaut) depuis l’élimination d’Ernst Röhm lors de la nuit des Longs Couteaux, le 30 juin 1934.

30 Dans son rapport, Ciano souligne « que l’opinion publique réclame du gouvernement une action plus énergique. On accuse désormais ouvertement Chamberlain de ne pas savoir protéger les intérêts de son propre pays et le plus grave est que cette accusation n’est pas seulement le fait de l’opposition mais également d’une partie du parti conservateur. La position personnelle de Chamberlain en est affaiblie. Si sa politique devait être condamnée, il en résulterait certainement des conséquences dangereuses pour le bon déroulement des rapports italo-britanniques ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 272, p. 366-367.

31 L’amiral Arturo Riccardi commande la 1re escadre italienne.

32 Maurice Caron de Beaumarchais est ambassadeur de France à Rome de 1928 à sa mort en décembre 1932.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540