Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Mai

Texte intégral

11er mai. Je présente au Chef le schéma de l’éventuel traité avec l’Allemagne. Il est d’accord.

2Je le proposerai à Ribbentrop en lui faisant comprendre qu’il est dans notre intérêt commun d’y souscrire. Nous avons fait un pacte avec Londres, d’ici peu nous en ferons un avec les Français : si les positions avec Berlin ne sont pas fixées, tous diront que l’Axe est liquidé et que nous sommes revenus à Stresa.

  • 1 Dans ce rapport, Ciano envisage trois perspectives pour l’Albanie : le rapprochement de plus en plu (...)

3Dans l’après-midi, je travaille à la rédaction d’un rapport sur l’Albanie. Il est conservé dans le volume de mes écrits1.

42 mai. Rien de particulier.

5Je visite l’appartement du Führer au Palais Royal. Ils ont profité de l’occasion pour refaire la maison à nos frais. La Princesse et le Prince avaient des salles de bain indécentes. Désormais, ils en auront, comme on dit, de princières.

6Les accords de paiement avec l’Espagne sont paraphés.

  • 2 Parmi ces propositions : statu quo en Méditerranée, abstention de propagande radiophonique, libre p (...)

7Blondel m’envoie les propositions pour quelques articles de l’accord2.

  • 3 Hitler est accueilli à la frontière du Brenner par le duc de Pistoia et Achille Starace, secrétaire (...)

83 mai. Arrivée du Führer3.

94 mai. Du séjour du Führer, je n’enregistrerai pas la chronique déjà amplement rapportée par les journaux. Je me limiterai à noter quelques épisodes inédits, des conversations, des impressions.

  • 4 À posteriori, Ciano a été jugé par les dirigeants allemands comme proche des habitudes des milieux (...)

10Première chose de caractère interne. La cour, qui n’a rien voulu abdiquer, s’est révélée d’une encombrante inutilité4.

  • 5 Lors de la représentation d’Aïda au théâtre San Carlo de Naples, le Führer se retrouve en queue-de- (...)

11À l’arrivée, le peuple a éprouvé une grande désillusion dans le fait que le fondateur de la puissance politique italienne n’était pas aux côtés du Führer lors de la traversée triomphale des voies impériales qu’il avait conçues et réalisées. Les Allemands l’ont peut-être ressenti comme nous. Il s’est également déroulé quelques incidents désagréables à Naples à cause de l’ignorance des maîtres de cérémonie5. Toute l’ambiance est moisie : une dynastie vieille de 1 000 ans n’aime pas l’expression d’un régime révolutionnaire. À un Hitler, qui n’est pour eux rien d’autre qu’un parvenu, ils préfèrent un quelconque roitelet, fût-il du Danemark ou de Grèce, avec un morceau de couronne et un nombre imprécis de quartiers.

12Lorsque Ribbentrop a rapporté les incidents, je l’ai fait parler avec le Duce. Celui-ci a dit : « Dites au Führer de prendre patience. Cela fait 16 ans que je patiente… » Ribbentrop a répondu que l’unique bonne chose faite par la social-démocratie en Allemagne a été de liquider pour toujours la monarchie.

13Les parades militaires ont été magnifiques. Les Allemands, qui étaient peut-être un peu sceptiques sur ce point, sont partis avec des impressions fort différentes.

  • 6 Le projet allemand prévoit la reconnaissance mutuelle des frontières, la lutte contre les tendances (...)

145 mai. Ribbentrop nous a offert un pacte d’assistance militaire public ou secret selon notre choix. J’ai exprimé au Duce un avis contraire comme j’ai fait retarder la conclusion d’un pacte de consultation et d’assistance politique6.

  • 7 Ceci est confirmé par les Mémoires de Paul Schmidt, responsable des traducteurs du ministère des Af (...)

15Le Duce entend le faire et nous le ferons car il y a mille et une raisons de ne pas se fier aux démocraties occidentales. Mais j’ai pensé qu’il était bien de le retarder afin de ne pas créer de difficultés à Chamberlain à la veille de la réunion du Conseil. Il devra y lancer la reconnaissance de l’Empire. La signature d’un pacte, susceptible de diverses interprétations, y compris celle d’une alliance secrète, aurait rendu plus difficile sa tâche et donné une arme à l’opposition à Genève7.

166 mai. Le Führer, lors de ses entretiens avec le Duce, a été mesuré. Avec moi, Hitler n’a pas parlé politique. Inversement, Ribbentrop est exubérant et, par moments, léger. Le Duce dit qu’il appartient à cette catégorie d’Allemands qui portent malheur à l’Allemagne. Il parle de faire la guerre à droite et à gauche, sans un adversaire précis ou un objectif défini.

17Parfois, il veut, en accord avec le Japon, détruire la Russie. Une autre fois, il veut abattre ses foudres sur la France et l’Angleterre. Plusieurs fois, il menaça les États-Unis. Ceci m’a amené à toujours considérer ses projets avec une grande prudence. Il est plus calme face aux problèmes spécifiques et contingents. Il déclare que la question tchécoslovaque n’est pas d’actualité et qu’une division en cantons pourrait peut-être retarder la solution de quelques années. Mais il ajoute qu’alors la partie devra être liquidée par les armes, ce qui se ferait en peu de jours et avant que quiconque ne puisse réagir.

18Le corridor polonais est accepté pour un temps illimité par l’Allemagne, qui désire voir croître la puissance de la Pologne afin de renforcer la barrière antibolchevique.

19Il m’a confirmé ce que Hore-Belisha avait dit en matière de colonies. Hitler a dit à lord Halifax que le problème colonial viendra en son temps, c’est-à-dire d’ici quelques années. Pour le moment, l’Allemagne n’entend pas l’accélérer.

207 mai. Le Führer a eu plus de succès personnel que je ne l’aurais cru. Arrivé au milieu de l’hostilité générale et imposé par la volonté de Mussolini, il a assez bien réussi à faire fondre la glace autour de lui. Le discours d’hier soir y a beaucoup contribué. Les contacts personnels lui ont également procuré des sympathies, spécialement parmi les femmes.

21Le Roi lui reste toujours hostile et tend à le faire passer pour une espèce de dégénéré physiologique. Il a raconté au Duce et à moi que, lors de la première nuit du séjour au Palais Royal, Hitler, vers 1 heure du matin, demanda une femme.

22Grande émotion. Explication : il paraît qu’il ne réussit pas à s’endormir s’il ne voit pas de ses yeux une femme refaire le lit. Il fut difficile de la trouver mais vînt une femme de chambre et le problème fut résolu. Si le fait est vrai, il serait intéressant et mystérieux. Mais est-il vrai ou est-ce plutôt une malignité du Roi, qui a également insinué qu’Hitler se fait des injections d’excitants et de stupéfiants ?

238 mai. Mussolini croit qu’Hitler se met du fard sur les joues pour cacher sa pâleur.

  • 8 Dans ses Mémoires, Anfuso rapporte les propos d’Himmler : « […] Himmler prononça une phrase qui fut (...)

24Hess et Himmler ont dit à Anfuso qu’au palais de Venise, il y a une atmosphère de révolution alors qu’au Quirinal, on avait l’impression de vivre dans le monde d’un vieux film8.

  • 9 Spectacle au Foro Mussolini où se trouve le Stade des marbres.

25Le spectacle au stade a été grandiose9. Plus encore que l’organisation militaire, parfaite, les Allemands ont dû apprécier l’organisation civile du pays qui est la plus compliquée et difficile à obtenir. Quand l’organisation civile est parfaite et que l’esprit héroïque d’un peuple est éveillé, l’organisation militaire est facile à atteindre.

  • 10 « Le mouvement national-socialiste et la révolution fasciste ont fondé deux nouveaux puissants État (...)

269 mai. Florence a accueilli le Führer avec son cœur et son intelligence. C’est une ville sensible qui comprend tout. Le discours de samedi de Hitler a renversé la situation : les Italiens ont aimé, peut-être encore plus que les déclarations sur le respect de nos frontières, l’élan lyrique avec lequel elles ont été faites10.

27À la gare, l’adieu entre Hitler et Mussolini a été très chaleureux. Les deux hommes étaient émus. Le Duce a dit : « Désormais, aucune force ne pourra nous séparer. » Les yeux du Führer étaient pleins de larmes.

  • 11 Cet état d’esprit antimonarchiste est confirmé par Albert Speer dans ses Mémoires. À son retour, Hi (...)

28Goebbels, traversant les salons du Quirinal et passant devant le trône, a dit : « Conservez ce mobilier de velours et d’or. Mais mettez-y le Duce. Celui-ci – et il a indiqué le Roi – est trop petit11… »

2910 mai. Dans le train, nous avons discuté de mon mémoire sur l’Albanie avec le Duce. Il est d’accord avec mes décisions et retient que le bon mois pour agir serait le mois de mai prochain. Ainsi, nous aurons une année pour la préparation locale et internationale. Comme une crise diplomatique se produira et que la France et la Grande-Bretagne seront inévitablement contre nous, il convient de resserrer le pacte avec l’Allemagne. Celui-ci aura aussi pour résultat de conseiller une grande modération à la Yougoslavie. La Yougoslavie, séparée de ses amitiés occidentales et orientales, pressée entre l’Italie et l’Allemagne, devra ébaucher et adopter l’attitude que nous avons nous-mêmes adoptée vis-à-vis de l’Anschluss.

30J’ai parlé à Jacomoni et lui ai demandé de me préparer un plan d’action locale : travaux publics, bienfaisance, organisations économiques, sportives et, si possible, politiques.

  • 12 Spécialiste des questions financières, Georges Bonnet est ministre des Finances dans le premier cab (...)

31Pour le reste, rien de nouveau si ce n’est qu’on prépare à Genève, avec l’arrivée de Tafari, une bouffonnerie anti-italienne. Halifax et Bonnet12 la surmonteront peut-être, mais ils se montrent faibles.

  • 13 Jules-François Blondel note dans son rapport du 11 mai : « Ici, le comte Ciano m’a fait observer qu (...)

3211 mai. Entretien avec Blondel. Il est facile de trouver une entente sauf sur l’Espagne et la mer Rouge. Pour l’Espagne, il me dit qu’aucun gouvernement français ne pourrait lancer un pacte franco-italien qui ne mentionne pas le problème espagnol. Mussolini ne veut pas le mentionner. Au sujet de la mer Rouge, la France voudrait s’associer à l’accord anglo-italien. L’habituelle manie française de transformer le bilatéral en collectif. En sortant, Blondel m’a dit : « Je sors le cœur gros. » Je l’ai beaucoup rassuré, non parce que je suis optimiste, mais parce que je ne voulais pas affaiblir l’action de Bonnet, demain, à Genève13.

33L’ambassadeur d’Espagne ne serait pas contre le fait que nous répétions aux Français les assurances données à Londres pourvu que nous demandions des assurances analogues à Paris et la fermeture des Pyrénées.

3412 mai. Le Duce a été tout à fait intransigeant vis-à-vis des requêtes françaises. Il repousse l’adhésion à l’accord sur la mer Rouge, qu’il entend considérer comme un condominium italo-anglais, et se refuse à parler de l’Espagne avec Paris.

35Quand je lui ai dit qu’en ce cas-là, l’accord ne serait pas conclu, il a répondu qu’il le fera avec Berlin selon les propositions de Ribbentrop. Et quand j’ajoute également que l’accord avec Londres pourrait fléchir et peut-être sauter, il a dit qu’il resserrera l’alliance avec Tokyo. Encore une fois, les Français seront les responsables. Dieu sait ce que j’ai fait pour empêcher l’alliance avec Berlin qui est encombrante pour le présent et préoccupante pour le futur. Mais, aujourd’hui, je pense que la mesquinerie française rendra vains mes efforts et que d’ici peu un nouveau document sera signé dans les salons de la Wilhelmstrasse. Mussolini est décidé.

  • 14 L’ambassadeur suisse présente de la manière suivante cette entrevue dans son rapport en date du 14 (...)

36J’ai passé un savon au ministre de Suisse pour l’arrestation de quelques irrédentistes du Tessin, et je l’ai fait de telle manière que Ruegger est devenu pâle. La Suisse doit être prudente et ne pas nous irriter : son avenir n’est pas rose14.

37Stoyadinovitch m’a fait savoir qu’il veut me voir en juin à Venise. Très bien. J’en parlerai au Duce et fixerai la date.

  • 15 Dans son rapport au secrétaire d’État Cordell Hull, l’ambassadeur Phillips rapporte que Ciano lui a (...)

38L’ambassadeur d’Amérique craint la réalisation d’un pacte d’assistance militaire avec Berlin. Je l’ai rassuré15.

39À Genève, on a enseveli la question éthiopienne.

  • 16 L’article 3 du paragraphe concernant les zones d’influence au Moyen-Orient du traité du 16 avril 19 (...)

4013 mai. J’ai informé Perth de la difficulté que rencontrent les négociations avec Paris. Je lui ai dit qu’il ne convient pas du tout que l’Angleterre associe la France à l’accord au sujet de la mer Rouge et de l’Arabie. Peut-être n’est-ce d’ailleurs pas possible au regard de l’article 3 qui engage l’Angleterre et l’Italie à combattre toute tentative d’une tierce puissance de s’affirmer en Arabie16. En substance, nous avons établi un condominium à deux : pourquoi le faire passer à trois ? De plus, il y a la question de l’Espagne et sur ceci Mussolini ne transige pas. Perth a cherché à faciliter une entente mais il a dû conclure que les Français sont de mauvais négociateurs.

41Sur le Cavour, j’ai rapporté au Duce l’entretien avec Perth. Il est toujours plus antifrançais. Il dit que c’est un peuple ravagé par l’alcool, la syphilis et le journalisme. Dans le discours qu’il tiendra à Gênes, il ne nommera pas la France et encore moins la Suisse, dont l’attitude n’est pas satisfaisante.

42Parlant de l’Espagne, il entend que nos forces prennent part à une nouvelle offensive. Afin de les remettre en ordre, il est disposé à envoyer quelques renforts d’officiers, ceux qui sont les plus fatigués. Mais si le Comité de Londres arrive à une décision pour l’évacuation, il est prêt à y donner suite en ce qui nous concerne.

4314 mai. Nous arrivons à Gênes à 8 heures du matin. La ville, qui se défait de la brume et se couvre d’un manteau de soleil, est très belle. Drapeaux, sirènes, salves.

  • 17 Au cours de son allocution, Mussolini exalte l’axe Rome-Berlin, revient sur les sanctions d’octobre (...)

44La foule. Le Chef parle. Le discours est très fort, antifrançais. La foule siffle la France, rit, ironique, des accords avec Londres. Je confronte le texte du discours prononcé avec la copie préparée qui est en possession de Sebastiani. Tout est modifié : il manquait l’attaque contre la France, le ton était plus aimable avec les Anglais, et moins engagé envers Berlin. La masse l’a transporté17. Bien : nous attendons les réactions de Paris et de Londres. Puis nous verrons quel ton pourraient avoir les négociations si néanmoins elles continuent.

45Dans l’après-midi, au Faisceau, le Duce parle de nouveau : « Gênes est après Rome, une des quatre villes impériales : Pise, Ravenne, Gênes, Venise. Nous sommes aussi en ce moment impériaux et nous portons le drapeau au-delà des mers, non comme Seigneurie, Commune ou République. Quand l’Italie est unie, elle ne peut être qu’impériale. Quand on est un Empire, on ne peut que dominer les autres. L’ardeur d’aujourd’hui me convainc que le peuple italien n’est pas fatigué mais qu’il est prêt pour un nouvel assaut. »

46Je pars pour Rome après avoir passé la soirée chez les Medici.

  • 18 Néanmoins, le chargé d’affaires à Paris, Renato Prunas, écrit dans son rapport du 15 mai : « Le dis (...)

4715 mai. Les réactions au discours sont, pour le moment, moins fortes que prévues. Mais je pense qu’elles augmenteront18. Rien de neuf au bureau. Le Pérou a reconnu l’Empire.

4816 mai. Je me suis mis à jour avec les audiences et j’ai reçu une série de personnages plus ou moins intéressants.

49Tous les ministres, et spécialement ceux de l’aire danubienne et balkanique, sont préoccupés de la division de l’Europe balkanique en zones d’influences italo-allemandes. J’ai démenti ce bruit diffusé par la presse française. Au ministre de Tchécoslovaquie, j’ai dit que nous souhaitions une solution pacifique au problème tchèque, mais la question ne nous intéresse pas directement et, partant de là, nous ne pouvons que maintenir une attitude neutre. Nous n’avons pas bougé pour l’Autriche, pensez si nous allons bouger pour Prague…

50Villani m’a apporté un pacte secret de consultation ainsi qu’une clause d’aide militaire en cas d’agression non provoquée des Yougoslaves. Je suis un peu sceptique sur l’opportunité de ces documents qui sont soi-disant secrets et deviennent publics quand ils doivent créer des ennuis. J’en parlerai au Duce en ce sens.

51Grandi m’envoie une lettre pour le Duce dans laquelle il demande sa nomination comme ministre d’État. Voici un homme qui sert le régime avec désintéressement…

5217 mai. Je reçois le Duce à la gare. En voiture, je le mets au courant de la démarche de Villani. Il est également plutôt sceptique sur l’utilité d’un document de ce genre. Stoyadinovitch nous a déclaré qu’en aucun cas il n’attaquerait la Hongrie. Cependant, le Duce veut que Budapest laisse Genève. Après, nous en parlerons.

53Le Chef tend à affaiblir toujours plus Genève en vue de l’action en Albanie.

54Avec Jacomoni, je parle longuement de l’Albanie et remets au Chef la liste d’une série de mesures à prendre afin de préparer le terrain. Nous discutons également de la question avec Pariani. Il lit mon mémorandum du 2 mai : il est en tout et pour tout d’accord. Il estime qu’avec un bon travail de préparation, on peut faire le coup avec une relative facilité.

55Le Duce est encore très remonté contre la France. Il demande de retarder toute communication à Blondel jusqu’à la fin de la semaine. J’informe le Duce que dans la situation actuelle et après son discours de Gênes, je crois inutile mon intervention au Sénat. Il est d’accord. Je téléphone à Federzoni pour que la discussion n’ait pas lieu.

  • 19 Il s’agit de Johannes Irgens.

56Le ministre de Norvège19 m’a fait une reconnaissance tellement incertaine et songeuse que j’ai refusé de l’accepter. Il télégraphiera à son gouvernement pour clarifier la situation.

5718 mai. Lord Perth fait une démarche relative aux conséquences du discours de Gênes.

  • 20 « En ce qui concerne la France, j’ai fait savoir à Perth que le Duce était très ferme sur la positi (...)

58L’entretien a été mis par écrit. Je cherche, dans ma réponse, à séparer la position française de la position anglaise : je ne sais pas jusqu’à quel point je réussis20. Cependant, Perth fait sa démarche avec beaucoup de courtoisie et avec une certaine amertume. Il était sincère dans sa volonté d’aboutir à un accord et il est sincère dans sa désapprobation de toute cause éventuelle de perturbation.

59Je reçois l’ambassadeur du Japon : il me remercie, comme il le fait d’habitude, pour une quantité de petites choses. Puis vient l’importante : les rapports avec l’Angleterre. Il est satisfait quand je lui ai dit que les accords avec Londres n’ont pas affaibli nos sentiments envers Tokyo et il est encore plus content quand je ne démens pas que les relations italo-anglaises ont, même par réaction, ressenti les conséquences des difficultés avec Paris.

60L’ambassadeur de Belgique : petites affaires et grands discours.

61Cini : encombrant par son physique, sa pensée et ses éclats de rire. Il cherche surtout à me faire oublier sa germanophobie d’il y a quelques semaines. Il parle bien de tous ceux dont il avait dit du mal, même Starace.

  • 21 Bas les pattes. En anglais dans le texte.

6219 mai. Je trouve Mussolini toujours plus exaspéré contre la France. Il approuve, sur la base de mon procès-verbal, le langage que j’ai tenu à Perth. À la suite d’une information de Tirana relative à l’activité exagérée du ministre d’Allemagne, il me dit de faire savoir à Ribbentrop que nous considérons la question albanaise comme une « affaire de famille ». C’est la formule qu’ils avaient employée pour l’Autriche et les Sudètes. Donc hands off21. Il affirme qu’il est prêt à aller tout de suite en Albanie même si cela met le feu aux poudres en Europe. Il est déjà en train de préparer les moyens militaires.

  • 22 Alexandru Zamfirescu remplace Ion Lugosianu.

63Dans l’après-midi, je vois Zamfirescu, le nouveau ministre de Roumanie22. Il est, comme beaucoup de ses compatriotes, verbeux, vide et plein de beaux discours. Il cite, à chaque instant, les origines latines de son peuple et le fait de telle manière qu’à chaque citation, je suis moins persuadé de la vérité de ses affirmations. Il parle tout le temps et c’est bien ainsi parce que j’ai déjà lu beaucoup de ses télégrammes et j’ai constaté qu’il suffit que son interlocuteur lui dise une parole pour qu’il lui attribue les plus fantaisistes affirmations. Entre tous les diplomates, les Roumains sont les plus menteurs. Zamfirescu m’entretient de l’avancée des négociations entre la Roumanie et la Hongrie. Il dit qu’elles vont au ralenti à cause de l’obstructionnisme magyar. C’est possible car je connais la pensée de Kánya. De quelque façon que ce soit, je ne lui donne pas mon opinion.

6420 mai. J’ai vu le Duce deux fois. Le matin, je l’ai trouvé plus détendu que les jours précédents. Il confirme qu’il n’entend pas commencer les discussions avec les Français et attend les résultats des négociations économiques avec Berlin. Il fixe quelques points de notre politique envers Budapest : désintéressement dans le cas d’une agression hongroise contre la Tchécoslovaquie, en accord avec Berlin ; aide dans le cas (absurde et exclu) d’une agression non provoquée de la part de la Yougoslavie. En compensation, Budapest devra sortir de Genève. Tirana devra également sortir de Genève comme je l’avais suggéré dans mon mémoire sur l’Albanie.

  • 23 Les accords italo-britanniques ont été vivement attaqués par l’opposition libérale et travailliste (...)

65Après-midi : le Duce est un peu préoccupé de la position de Chamberlain. La presse l’attaque et on recommence à parler d’Eden. Je télégraphie à Grandi pour savoir comment vont les choses et si on peut accomplir quelques gestes pour fortifier la situation du Premier ministre23. Mussolini, à propos d’une de mes allusions sur un éventuel retour d’Eden, hausse les épaules et dit : « Nous verrons. Pour nous, cela ira bien d’une façon ou d’une autre. » Il se fie à l’appui continental de l’Allemagne.

  • 24 Le 20 mai 1938, dans les communes de Chodau et de Komotau, des heurts opposent des gendarmes tchèqu (...)

66Graves incidents dans la région des Sudètes avec des menaces de complications avec l’Allemagne24. La question mûrit, lente et inexorable.

6721 mai. La Norvège a reconnu l’Empire.

68Je retourne chez le Duce dans l’après-midi pour accompagner Wisochy en visite de congés. Je m’entretiens seul à seul avec lui. Il est satisfait des accords commerciaux conclus par Guarnieri avec l’Allemagne. Il lui avait été dit que les choses allaient mal par Guarnieri. Je raconte au Chef ce que Guarnieri avait dit à l’arrivée d’Hitler : « les funérailles de l’Axe ». Le ministère des Changes est un centre maçonnique. Le Duce en est également convaincu.

  • 25 Sem Benelli est un dramaturge italien.
  • 26 Le traité franco-tchécoslovaque du 25 janvier 1924, complété par l’accord du 16 octobre 1925, prévo (...)
  • 27 Ministre de la Guerre de juin à décembre 1932 dans le troisième cabinet Herriot, président du Conse (...)

69Il parle des incidents survenus à propos de L’Orchidée de Sem Benelli25. Il dit, qu’en Italie, il y a encore trois manifestations antifascistes : les funérailles, le théâtre et les plaisanteries. Il critique l’art de Sem Benelli qu’il considère comme mettant en public les parties les plus viles de l’humanité. « Dans toutes les maisons, il y a des cabinets et tout le monde le sait. Ce n’est pas pour cela qu’il faut les montrer à l’invité quand il vient visiter. » Je réfère sur la situation tchécoslovaque qui devient plus tendue à la suite des incidents d’hier. Mussolini confirme son désintéressement pour le destin de ce pays. Il ne croit pas non plus que la France mobilisera26. Il m’a été dit que Paul-Boncour27, interrogé sur le point de savoir s’il y aurait mobilisation en cas d’agression allemande contre Prague, aurait répondu « presque ». Dans ce presque, il y a toute la démocratie mais plus la grandeur de la France.

70Entretien avec Perth que j’ai mis en procès-verbal. Il me parle de ce qu’a fait la Grande-Bretagne à Prague et à Berlin et dit considérer la situation actuelle comme extrêmement dangereuse : la plus grave depuis 1918. Je lui confirme la neutralité italienne à propos de la situation tchèque. Selon Perth, la France pourrait mobiliser d’une heure à l’autre.

  • 28 Des élections municipales sont prévues le dimanche 21 mai.

7122 mai. Le Duce estime que la situation tchèque n’est pas aussi préoccupante que beaucoup le croient. Il se lance contre les élections et dit qu’elles ont toujours apporté le malheur à l’humanité. La Révolution française, la guerre espagnole, la crise autrichienne et aujourd’hui la tension tchécoslovaque ont suivi ou précédé des mouvements électoraux. On ne peut pas faire dépendre les décisions définitives de cette masse colloïdale et par définition irresponsable qu’est le peuple. « Le peuple ne sait jamais ce qu’il veut si ce n’est gagner beaucoup et travailler peu. » Et pourtant, la paix du monde peut dépendre d’un quelconque crétin en état d’ébriété qui provoque un incident pour exercer son « droit » de vote. Et ceci pour élire, rien de moins, que les maires des Sudètes28 !

  • 29 « Lord Perth a ajouté que l’entretien d’hier à Berlin entre von Ribbentrop et l’ambassadeur Henders (...)

72Lord Perth demande une audience d’urgence et je le reçois à 19 heures. Il est très alarmé et me fait part de la communication faite hier à Ribbentrop29. J’ai fait un procès-verbal de l’entretien. En bref : nouveaux conseils de modération et confirmation, qu’en cas de conflit, Londres sera avec Paris. Je rassure Perth. Je lui dis que, à moins qu’il y ait eu aujourd’hui de nouveaux et imprévisibles heurts, l’Allemagne ne bougera pas. Je lui démontre le calme le plus absolu et lui dis que le Duce lui-même est très serein. Cela semble lui redonner courage.

  • 30 L’ambassade de Grande-Bretagne a donné des consignes pour l’évacuation des femmes et des enfants de (...)

7323 mai. À Berlin également, selon ce que téléphone Magistrati, ce sont les Anglais qui ont tiré la sonnette d’alarme. Ils sont parvenus à faire courir le bruit que l’ambassade est prête à demander les passeports30. Ceci est exagéré car les élections se sont déroulées sans heurts excessifs et la situation commence à se détendre. En attendant, l’événement a prouvé deux choses : l’Allemagne n’est pas prête au conflit comme certains (en particulier Ribbentrop) voudraient le faire croire et l’Angleterre est terrorisée à l’idée d’une guerre. Mussolini dit que ceci est naturel chez un peuple qui a la vie facile et qui fait de la nourriture et du jeu une religion. Au fond, les Allemands auraient aussi cette tendance à l’hédonisme mais sont freinés par la philosophie héroïque et par le manque d’espace et de richesse.

74Entretien avec Villani. Je lui expose de nouveau notre point de vue concernant le pacte qui nous est proposé et, sur la base des instructions du Duce, je lui dis que nous en parlerons quand Kánya viendra en Italie. Je fais une allusion à leur sortie de Genève mais je vois que Villani rougit et commence à sortir la position des minorités.

75J’informe von Mackensen sur l’état de nos conversations avec Blondel et les résultats des rencontres avec Perth. Puis, je pose nettement la question albanaise qui est pour nous « une question de famille ».

76Viola est optimiste sur la situation en Espagne. Il dit que Franco entend attaquer d’ici peu en Catalogne et qu’avec cette action, il compte liquider la partie.

  • 31 Le 1er mai 1925, le gouvernement regroupa les diverses associations de loisirs ouvriers dans l’Oper (...)

7724 mai. Inauguration de l’Exposition du Dopolavoro31 fort bien réussie.

  • 32 Pas de trace dans les documents diplomatiques italiens publiés.

78Le Duce me dit d’aller à Milan et me donne quelques directives pour le bref discours que je devrai y prononcer. J’encenserai Chamberlain. Il veut que je mette un peu de baume, en ce qui concerne les Anglais, sur les blessures faites à Gênes. Si ce ne sont pas vraiment des blessures, ce sont au moins des rougeurs. Perth recommande la bonne volonté italienne lors de la prochaine réunion du Comité de non-intervention. J’assure avoir déjà donné des instructions à Grandi32.

  • 33 Dans son rapport, Prunas indique que Bonnet souhaite vivement améliorer les relations franco-italie (...)

79Bonnet a convoqué Prunas et lui a répété des assurances générales dans le sens de l’accord et de l’entente avec nous33. Le Duce a également trouvé peu concluant l’entretien qui a eu lieu dans la résidence privée du ministre puisque l’affaire n’était pas approuvée par les bureaucrates du Quai d’Orsay. Avec des hommes de la sorte au gouvernail de la France, il n’est pas facile de s’entendre.

8025 mai. Rien de très important. La presse française, qui gonfle trop la crête vis-à-vis de l’Allemagne au sujet de la question tchécoslovaque, menace de faire empirer la situation. Après un accord téléphonique entre Alfieri et Goebbels, notre presse, demain, entamera la polémique avec les journaux parisiens.

81J’ai préparé un plan de discours pour le 2 juin, à Milan, mais il conviendra d’attendre le développement des événements. Maintenant, les jours comptent autant que des mois et la situation change avec une rapidité cinématographique.

8226 mai. La presse franco-britannique et quelques éléments allemands moins sûrs ont soulevé des doutes sur la véritable attitude italienne à propos du problème tchécoslovaque. Ceci m’a conduit à convoquer l’ambassadeur Mackensen et à lui répéter que notre point de vue n’est pas différent de celui exposé au Führer et à Ribbentrop : désintérêt pour le destin de Prague et solidarité complète avec l’Allemagne. J’ai également proposé, si cela plaît à Berlin, de confirmer notre ligne de conduite avec une note de l’Information diplomatique. Quoiqu’il n’y ait pas de nouveaux faits, le Duce a été plus pessimiste aujourd’hui et prévoit le conflit. Il a déclaré qu’il entrerait immédiatement dans la lutte aux côtés des Allemands.

  • 34 Le sénateur Jacopo Gasparini a été gouverneur de l’Érythrée.

83Graziani m’a parlé de l’Empire. Il n’est pas très convaincu des possibilités du duc d’Aoste en tant que vice-roi. Il est faible et trop dans les mains de ses subordonnés. Ceci est à prévoir car les princes royaux sont habitués au respect mais non au commandement. Le sénateur Gasparini34 m’a également répété un jugement analogue. Cependant, il est plus optimiste que Graziani dans la possibilité de pacifier l’Empire dans un temps relativement bref.

8427 mai. Berlin n’a pas encore répondu à notre offre. Il conviendrait cependant que l’Allemagne nous fasse connaître ses vrais sentiments : veut-elle arriver à une désagrégation de la Tchécoslovaquie ou se contenterait-elle d’une partition en cantons ? D’après ce que Ribbentrop a dit à Rome, il me semble que l’on se dirige, dans un premier temps, vers la seconde alternative. Il est désormais prouvé que celui qui a sonné le signal d’alarme hors de propos a été Henderson. Il a perdu la tête et a fait croire à Londres que le conflit était imminent et inévitable. Son affolement a eu une prise facile sur l’hystérique pacifisme britannique.

  • 35 Dans son rapport du 27 mai faisant suite à un entretien avec Halifax, au cours duquel le ministre b (...)

85Au Comité de non-intervention, on a fait quelques pas en avant pour solutionner le conflit espagnol. À la suite de l’arrestation d’un de nos observateurs par les rouges, Grandi a envoyé un de ses habituels « bulletins d’Austerlitz » et a tenté l’habituel battage de presse. Ceci survient chaque fois que se réunit le Comité. Mais je me dis qu’un homme ne peut sauver la patrie qu’une fois. Rares sont les exemples où on la sauve deux fois. Pourquoi le camarade-comte Grandi veut-il se convaincre qu’il la sauve quatre fois par mois35 ?

  • 36 Né en 1891, Emilio Settimelli appartient au courant futuriste et est proche de Filippo Marinetti av (...)

86Le Duce m’informe d’une lettre envoyée par Settimelli36, actuellement à Monaco. À peine a-t-il eu son passeport qu’il s’apprête à trahir. C’était à prévoir.

8728 mai. Conseil des ministres. Sans relief particulier.

88Le Duce, en ce qui concerne Settimelli, m’informe qu’il tentera de le faire remettre à la frontière italienne en utilisant les services d’un fonctionnaire de la police britannique. Il me communique la lettre de Settimelli.

89Au Sénat, le budget des Affaires étrangères est approuvé par acclamations, après un bref discours lu par le sénateur Crespi et préparé par moi et Federzoni.

  • 37 Né à Massersdorf en 1898, Konrad Henlein crée le Front patriotique des Allemands des Sudètes, qui d (...)

90Entretien avec von Mackensen. Les Allemands seraient heureux que nous fixions notre ligne de conduite dans une Information diplomatique. Mais pour le faire, nous devons connaître avec précision ce que sont leurs réelles intentions. À Rome, ils nous ont laissé comprendre que la partition en cantons de la Tchécoslovaquie pourrait suffire pour le moment. Mais sont-ils encore de cet avis ou ne veulent-ils pas plutôt une dislocation du pays ? Aussi devons-nous le savoir. Ils doivent nous faire connaître leurs pensées intimes. L’ambassadeur pense que l’acceptation des demandes de Henlein37 pourrait satisfaire Berlin. Mais il n’en n’est pas certain et avant de donner une réponse qui l’engage, il préfère en être sûr par un entretien téléphonique avec Ribbentrop.

91À Berlin, signature d’accords commerciaux. Les prévisions des experts étaient pessimistes. Au contraire, tout s’est bien passé. La politique a prévalu.

  • 38 Le général José Millan Astray y Terreros, né en 1879, est le fondateur de la Légion étrangère espag (...)

9229 mai. Durant la matinée, cérémonie pour l’Espagne. Le théâtre de l’Adriano est bondé. Je suis accueilli par une grande démonstration. Les deux orateurs, Millan-Astray38 et le poète Pésnan, parlent avec chaleur et couleur, quoique que leur art oratoire apparaisse à notre public vaguement dix-septième siècle.

  • 39 Depuis 1927 a lieu annuellement la leva fascista, cérémonie célébrant l’entrée de jeunes promus au (...)

93L’incorporation fasciste dans l’après-midi39.

94Je complète mon discours de Milan.

9530 mai. Le Duce approuve le discours que j’ai préparé et explique qu’il donnera des consignes au Parti pour déterminer une forte vague de francophobie dans tout le pays. Il m’autorise de dire à Perth que les tractations avec la France sont à considérer comme rompues, d’autant plus que la stupide presse parisienne (la vraie responsable de la crise) voudrait donner à l’accord italo-français une tonalité antiallemande. J’inviterai également Perth à accélérer la mise en vigueur du pacte italo-britannique.

96Le Duce ajoute également qu’il fera l’accord avec la France à la veille de l’occupation de l’Albanie afin de pouvoir porter le coup dans une atmosphère d’euphorie générale.

97Dans l’après-midi, j’accompagne les aviateurs espagnols chez le Duce. Je les reçois ensuite au palais Chigi. Je leur parle brièvement en leur disant comment fut décidée l’intervention italienne et en les assurant, nonobstant tous les comités, que notre solidarité ne les abandonnera pas tant que le drapeau nationaliste ne flottera pas sur les plus hautes tours de Barcelone, Valence et Madrid.

98Del Croix est revenu de ses enthousiasmes francophiles, depuis qu’à Londres il a été fort maltraité par la délégation française dont il avait parlé avec émotion pendant plusieurs années. Il commence à les connaître : mieux vaut tard que jamais.

  • 40 Ce sont les débuts de la Volkswagen.

9931 mai. En Allemagne, on fait beaucoup de bruit à propos d’une petite voiture utilitaire : on en construirait 7 millions et presque chaque famille aura sa petite automobile40. Mussolini, commentant un rapport d’Attolico à ce sujet, déclara que ceci facilitera l’esprit hédoniste, qui serait instinctif chez les Allemands, et rendra le peuple moins guerrier. Tout ce qui embourgeoise dispose au pacifisme.

100De Bono me rapporte des rumeurs de changements ministériels. Il me demande si cela est vrai. Il est surprenant comme un homme de 72 ans qui, depuis le premier jour du régime, est plus ou moins assis aux premiers postes, a encore l’ingénuité de croire aux bruits…

101La Bulgarie reconnaît l’Empire. Elle avait fait quelques allusions auparavant : maintenant, la reconnaissance est de plein droit.

  • 41 Il s’agit du capitaine de frégate Hideo Hiraide.

102L’attaché naval japonais41 me donne une information relative à un présumé accord militaire franco-anglais. À Tokyo également, on en a parlé à notre attaché. Ils voudraient faire un pacte secret avec nous. Je n’y suis pas opposé. Sur un plan historique, l’Italie et le Japon devront marcher ensemble pour un long moment.

  • 42 Dans son rapport, Mackensen souligne que Ciano lui a dit que cela concordait avec ce qui lui avait (...)

103Von Mackensen confirme les intentions pacifiques de l’Allemagne en Tchécoslovaquie et décline l’offre d’une Information diplomatique42. La presse a déjà bien travaillé. À mon tour, je décline la proposition de Ribbentrop d’envoyer une commission dans le Haut-Adige pour enlever les dernières espérances aux populations allogènes. C’est nous qui y penserons.

Notes

1 Dans ce rapport, Ciano envisage trois perspectives pour l’Albanie : le rapprochement de plus en plus étroit par le biais de liens commerciaux, la partition en accord avec la Yougoslavie et peut-être la Grèce, l’annexion à l’Italie, ce qui, dans ce cas, nécessiterait de reconnaître les droits de la Yougoslavie sur le Kosovo. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 42, p. 68-69.

2 Parmi ces propositions : statu quo en Méditerranée, abstention de propagande radiophonique, libre passage sur le canal de Suez, négociations du statut des Italiens de Tunisie selon les accords du 7 janvier 1935, coopération entre les administrations de l’Afrique orientale italienne et de la Côte française des Somalis, discussion dans le cadre de la SDN. de la souveraineté italienne sur l’Éthiopie. Dans Ibid., doc. no 43, p. 71-73.

3 Hitler est accueilli à la frontière du Brenner par le duc de Pistoia et Achille Starace, secrétaire du parti fasciste. À Rome, il arrive à la gare Ostiense, construite spécialement pour l’occasion. Le roi, le Duce et Ciano l’y attendent.

4 À posteriori, Ciano a été jugé par les dirigeants allemands comme proche des habitudes des milieux de la cour du Quirinal. Le 20 mai 1943, parlant devant une partie de ses plus proches collaborateurs de son séjour italien de 1938, Hitler dénonce les manières des réceptions au palais : « Une réception comme celle-là à la Cour est un spectacle écœurant d’après nos conceptions. Cela se sent même chez le Duce et pourquoi ? Parce que tout ce monde de cour est de la partie. Le Ciano est comme ça lui aussi. » Dans Heiber Helmut (dir.), Hitler parle à ses généraux, Perrin, coll. « Tempus » (no 490), Paris, 2013, p. 143.

5 Lors de la représentation d’Aïda au théâtre San Carlo de Naples, le Führer se retrouve en queue-de-pie à côté du roi en grand uniforme militaire. Le chef du protocole allemand en fait les frais et est limogé. Le régime fasciste organise une grande parade navale dans la baie de Naples.

6 Le projet allemand prévoit la reconnaissance mutuelle des frontières, la lutte contre les tendances irrédentistes, un développement de la coopération économique, rien qui ne contreviendrait aux engagements internationaux des deux pays, une validité de 10 ans renouvelable tacitement. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 56, p. 86.

7 Ceci est confirmé par les Mémoires de Paul Schmidt, responsable des traducteurs du ministère des Affaires étrangères pour lequel il travaille depuis 1924, qui note que Ciano élude la question d’une alliance en bonne et due forme. Dans Schmidt Paul, Sur la scène internationale. Ma figuration auprès de Hitler. 1933-1945, Plon, Paris, 1950, p. 144-145.

8 Dans ses Mémoires, Anfuso rapporte les propos d’Himmler : « […] Himmler prononça une phrase qui fut répétée au Roi et à Mussolini, non certes pour renforcer leurs bonnes relations : “Man atmet hier Katakomenluft” (“On respire ici un air de catacombes”). » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 55-56.

9 Spectacle au Foro Mussolini où se trouve le Stade des marbres.

10 « Le mouvement national-socialiste et la révolution fasciste ont fondé deux nouveaux puissants États qui aujourd’hui, dans un monde de violence et de destruction, représentent un élément d’ordre et de progrès. L’Italie et l’Allemagne ont les mêmes intérêts et sont liées par une union idéologique. Ainsi, en Europe est né un bloc de 120 millions de personnes qui sont décidées à assurer leur droit à la vie et à s’affirmer contre ceux qui voudraient en empêcher le développement naturel. Par cette lutte contre le monde de l’incompréhension et du refus, que l’Allemagne et l’Italie doivent conduire côte à côte, est née une amitié entre les deux peuples. » Dans Rauscher Walter, Hitler e Mussolini. Vita, potere, guerra e terrore, Newton-Compton, Rome, 2004, p. 242.

11 Cet état d’esprit antimonarchiste est confirmé par Albert Speer dans ses Mémoires. À son retour, Hitler lui confie : « Heureusement que nous n’avons pas de monarchie et que je n’ai pas écouté ceux qui voulaient m’embobiner avec leur restauration. Vous auriez vu ces barrières à la cour, et cette étiquette ! Impensable ! Et le Duce toujours à l’arrière-plan ! À table, ou sur les tribunes, c’est toujours la famille royale qui avait les meilleures places. Le Duce, qui est pourtant le vrai représentant de l’État, venait loin derrière. » Dans Speer Albert, Au cœur du Troisième Reich, Pluriel, Paris, 2010, p. 157.

12 Spécialiste des questions financières, Georges Bonnet est ministre des Finances dans le premier cabinet Daladier de janvier à octobre 1933. Nommé ambassadeur à Washington en 1936, il retrouve le ministère des Finances de juin 1937 à janvier 1938 avant d’être ministre d’État jusqu’en mars 1938 dans deux cabinets Chautemps. Bonnet devient ministre des Affaires étrangères, le 10 avril 1938, dans le troisième gouvernement Daladier. Sur Bonnet, voir Puyaubert Jacques, Georges Bonnet. Les combats d’un pacifiste, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », Rennes, 2007.

13 Jules-François Blondel note dans son rapport du 11 mai : « Ici, le comte Ciano m’a fait observer que M. Mussolini n’admettait pas que le règlement de la question fût expressément indiqué comme une condition préalable de la mise en vigueur de l’accord. […] En quittant le comte Ciano, je suis revenu sur la question d’Espagne et je ne lui ai pas caché les appréhensions que j’emportais au sortir de cet entretien. Mon interlocuteur s’est alors efforcé avec beaucoup de cordialité de me convaincre que l’accord italo-français était désiré de part et d’autre […]. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 9 (21 mars – 9 juin 1938), op. cit., doc. no 315, p. 690-691.

14 L’ambassadeur suisse présente de la manière suivante cette entrevue dans son rapport en date du 14 mai : « Dès le début de notre entretien, M. Ciano m’a dit qu’il devait me faire de la part de M. Mussolini une communication “pas très agréable”. Le Chef du Gouvernement venait, en effet, de lui dire de me faire savoir qu’il “en avait assez de l’attitude de notre pays”. Vous pensez bien qu’en manifestant ma stupéfaction, j’ai demandé des explications quant à cette étonnante manifestation. Je voudrais souligner que durant tout l’entretien qui suivait, M. Ciano, tout en exécutant les instructions de son Chef, a fait preuve de compréhension et qu’il paraissait tout disposé à prendre acte et à transmettre, en indiquant leur juste valeur, les arguments réfutant sa thèse que j’ai présentés. » Dans Documents diplomatiques suisses. 1848-1945, vol. 12 (1 janvier 1937 – 31 décembre 1938), op. cit., doc. no 295, p. 691.

15 Dans son rapport au secrétaire d’État Cordell Hull, l’ambassadeur Phillips rapporte que Ciano lui a expliqué que la visite d’Hitler avait renforcé l’Axe mais n’avait pas abouti à un accord secret. À propos de la Tchécoslovaquie, le comte a indiqué que le gouvernement de Prague était hostile aux amies de l’Italie que sont l’Allemagne, la Pologne et la Hongrie. Dans Foreign Relations of the United States. Diplomatic Papers, 1938, vol. I, General, op. cit., doc. no 106, p. 53.

16 L’article 3 du paragraphe concernant les zones d’influence au Moyen-Orient du traité du 16 avril 1938 est rédigé de la manière suivante : « Les deux parties reconnaissent […] qu’il est dans leur intérêt qu’aucune autre puissance n’acquière ou ne cherche à acquérir une souveraineté ou une quelconque position privilégiée de caractère politique dans n’importe quel territoire qui appartient actuellement à l’Arabie saoudite ou au Yémen et que chacun de ces États pourrait ensuite acquérir, y compris quelques-unes des îles de la mer Rouge appartenant à l’un ou à l’autre de ces États, ou sur n’importe quelle île de la mer Rouge sur laquelle la Turquie a renoncé à ses droits au regard de l’article 16 du traité de paix signé à Lausanne le 24 juillet 1923. En particulier, est considéré comme un intérêt essentiel de chacune d’elles qu’aucune autre puissance n’acquière souveraineté et position privilégiée sur quelque partie des côtes de la mer Rouge qui appartiennent actuellement à l’Arabie saoudite ou au Yémen ou sur n’importe quelle des îles susdites. » Dans Anchieri Ettore, La diplomazia contemporanea. Raccolta di documenti diplomatici (1815-1956), Casa editrice dott. Antonio Milani, Padoue, 1959, p. 135.

17 Au cours de son allocution, Mussolini exalte l’axe Rome-Berlin, revient sur les sanctions d’octobre 1935 au moment de la guerre d’Éthiopie, sur les accords italo-britanniques qui permettent de reconnaître l’Empire. À propos des négociations avec la France, le Duce explique : « Vous me permettrez d’être circonspect en ce qui concerne les conversations avec la France car elles sont en cours. Je ne sais pas si elles arriveront à terme car, dans un domaine extrêmement actuel, à savoir la guerre d’Espagne, nous sommes des deux côtés opposés de la barricade. Ils désirent la victoire de Barcelone, nous, au contraire, désirons et voulons la victoire de Franco. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 101.

18 Néanmoins, le chargé d’affaires à Paris, Renato Prunas, écrit dans son rapport du 15 mai : « Le discours de Gênes a suscité une impression profonde. Toute la presse française le reproduit et le commente amplement. La réaction fondamentale me paraît être la suivante : naufrage définitif des espérances françaises sur des possibilités de traiter avec l’Italie fasciste sur la base d’un imaginaire refroidissement de l’axe Rome-Berlin. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 99, p. 141-142.

19 Il s’agit de Johannes Irgens.

20 « En ce qui concerne la France, j’ai fait savoir à Perth que le Duce était très ferme sur la position suivante : 1) la question de l’Espagne ne devra, sous aucun prétexte, être prise en compte dans un éventuel accord entre l’Italie et la France ; 2) il n’entend pas transformer en accord à trois l’accord bilatéral sur la mer Rouge et l’Arabie. […] Si le gouvernement britannique souhaite réellement apporter sa contribution aux progrès des négociations italo-françaises, il devra faire comprendre à Paris que sur la question espagnole, le Duce n’entend pas modifier sa position assumée depuis le début des conversations. Perth, qui a personnellement montré une claire compréhension du point de vue italien, s’est réservé d’en référer à son gouvernement. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 109, p. 155.

21 Bas les pattes. En anglais dans le texte.

22 Alexandru Zamfirescu remplace Ion Lugosianu.

23 Les accords italo-britanniques ont été vivement attaqués par l’opposition libérale et travailliste au Parlement. Au sein même du parti conservateur, Eden a fait savoir « que l’on ne peut, ni ne doit faire confiance aux dictateurs ». À la question de savoir ce que l’Italie fasciste peut faire pour soutenir la position politique de Chamberlain, Grandi suggère que le Duce, lors d’un prochain discours, fasse des références amicales et cordiales au Premier ministre britannique. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 127, p. 173.

24 Le 20 mai 1938, dans les communes de Chodau et de Komotau, des heurts opposent des gendarmes tchèques et des gymnastes sudètes dans la première, des soldats tchèques et la population allemande dans la seconde. Dans la nuit du 20 au 21, des policiers tchèques abattent deux paysans sudètes à motocyclette après les sommations d’usage.

25 Sem Benelli est un dramaturge italien.

26 Le traité franco-tchécoslovaque du 25 janvier 1924, complété par l’accord du 16 octobre 1925, prévoit une aide militaire française en cas d’attaque non provoquée contre la Tchécoslovaquie.

27 Ministre de la Guerre de juin à décembre 1932 dans le troisième cabinet Herriot, président du Conseil de décembre 1932 à janvier 1933, ministre des Affaires étrangères de décembre 1932 à janvier 1934, Paul-Boncour retrouve le ministère de la Guerre dans l’éphémère deuxième cabinet Daladier de février 1934. Il est ministre d’État dans le second gouvernement Sarraut de janvier à juin 1936. Léon Blum lui confie le Quai d’Orsay lors de son second passage à Matignon en mars-avril 1938. Paul-Boncour est le représentant de la France à la SDN de 1932 à 1936.

28 Des élections municipales sont prévues le dimanche 21 mai.

29 « Lord Perth a ajouté que l’entretien d’hier à Berlin entre von Ribbentrop et l’ambassadeur Henderson n’a pas permis de dissiper les graves préoccupations des dirigeants britanniques. Au contraire, l’ambassadeur anglais a été impressionné par l’état de surexcitation dans lequel il a trouvé le ministre allemand. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 136, p. 181.

30 L’ambassade de Grande-Bretagne a donné des consignes pour l’évacuation des femmes et des enfants de la colonie britannique à Berlin en cas d’aggravation de la situation.

31 Le 1er mai 1925, le gouvernement regroupa les diverses associations de loisirs ouvriers dans l’Opera nazionale del Dopolavoro, placé sous l’autorité du ministère de l’Économie puis, à partir d’avril 1927, du Parti national fasciste passant sous la direction du secrétaire du Parti. Un décret du 27 mai 1937 déclara l’OND d’utilité publique et sous l’autorité directe du Duce. Le Dopolavoro est chargé d’organiser et d’encadrer les activités de loisirs du monde des salariés mais également paysan (voyages, sports, séances de cinéma ou théâtrales…), en particulier lors du « samedi fasciste » et des congés payés, tout en favorisant un encadrement idéologique. Les effectifs grandissent considérablement pendant les années 1930 : de 1,6 million d’adhérents en 1930 à 4,6 millions en 1939, organisés en 25 000 cercles d’entreprises et de quartiers.

32 Pas de trace dans les documents diplomatiques italiens publiés.

33 Dans son rapport, Prunas indique que Bonnet souhaite vivement améliorer les relations franco-italiennes tout en restant fidèle à la relation amicale avec la Grande-Bretagne. Prunas précise : « Il a parlé avec conviction. J’ai eu l’impression d’avoir en face de moi un homme sans une très grande énergie mais loyal. Ses paroles ont une chaleur particulière, différentes des paroles hésitantes et embarrassées de Delbos, ampoulées et fausses de Boncour. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 148, p. 193-197.

34 Le sénateur Jacopo Gasparini a été gouverneur de l’Érythrée.

35 Dans son rapport du 27 mai faisant suite à un entretien avec Halifax, au cours duquel le ministre britannique se plaignait de l’attitude de la presse française, Grandi explique qu’il a exercé toute son influence possible sur la presse italienne afin qu’elle ne répercute pas les attaques de la presse allemande, évitant ainsi d’aggraver la situation. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), op. cit., doc. no 165, p. 222.

36 Né en 1891, Emilio Settimelli appartient au courant futuriste et est proche de Filippo Marinetti avec qui il se brouille durant les années 1920. Ayant adhéré au fascisme, il devient directeur de la revue L’Impero en 1923. En 1933, il est condamné à cinq ans de résidence surveillée pour des écrits anticléricaux et hostiles à certains responsables fascistes.

37 Né à Massersdorf en 1898, Konrad Henlein crée le Front patriotique des Allemands des Sudètes, qui devient le Parti allemand des Sudètes en 1933. Défendant la minorité allemande en Tchécoslovaquie, ce parti reçoit des subsides de l’Allemagne à partir de 1936. En mai 1938, Henlein entame une campagne de revendications visant à saper l’intégrité de l’État tchécoslovaque au profit du IIIe Reich.

38 Le général José Millan Astray y Terreros, né en 1879, est le fondateur de la Légion étrangère espagnole en 1920. Franco fut son second à la tête de celle-ci. Comptant parmi les ultras du camp nationaliste, ce grand infirme de guerre est chargé des services de propagande à Salamanque.

39 Depuis 1927 a lieu annuellement la leva fascista, cérémonie célébrant l’entrée de jeunes promus au sein du Parti national fasciste. En 1938, la cérémonie a lieu sur le forum Mussolini et le Duce affirme que « le fascisme veut préparer les jeunes générations au travail et au combat pour l’Italie impériale d’aujourd’hui et pour celle plus grande de demain ». Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 110.

40 Ce sont les débuts de la Volkswagen.

41 Il s’agit du capitaine de frégate Hideo Hiraide.

42 Dans son rapport, Mackensen souligne que Ciano lui a dit que cela concordait avec ce qui lui avait été indiqué lors de la visite du Führer. Dans Documents on German Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. II, Germany and Czechoslovakia (1937-1938), Government Printing Office, Washington, 1949, doc. no 229, p. 373.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540