Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Avril

Texte intégral

11 er avril. Rien de notable à Rome.

2En Espagne, la victoire des légionnaires prend toujours plus un caractère stratégique et compromet peut-être de manière définitive la possibilité de résistance rouge.

  • 1 Le 30 mars 1938, après un discours du Duce au Sénat sur les forces armées italiennes, une proposit (...)

32 avril. La question du maréchalat de l’Empire a rebondi1. Il paraît qu’à la Maison royale, on a parlé d’illégalité de la chose. Mussolini a fait demander un avis au Conseil d’État : tout est pleinement légal. Il l’a envoyé au Roi avec une lettre très sèche. Il m’a dit : « Cela suffit. J’en ai marre. Je travaille et lui signe. Je suis désolé que tout ce que vous avez fait mercredi ait été parfait du point de vue légal. » J’ai répondu que nous pourrions aller plus loin à la première occasion. Ce sera certainement le cas quand, à la signature respectable du Roi, sera substituée celle moins respectable du Prince. Le Duce a acquiescé et, à mi-voix, a dit : « L’Espagne finie, nous en reparlerons… » Et l’Espagne finira un jour. Aujourd’hui, les lignes rouges ont subi un nouvel écroulement. Gandesa est occupée par les légionnaires. Tortosa est la prochaine étape. Quand nous y serons, les rouges seront divisés en deux et auront les reins brisés.

  • 2 Par cette remarque, Ciano fait sans doute allusion à la pratique politique de Getúlio Vargas. À la (...)

4J’ai dit à Sparano, attaché commercial du Brésil et ami de Vargas, de faire savoir à son président, qu’il verra d’ici peu à Rio de Janeiro, que nous aurions voulu plus de courage fasciste de la part du nouveau gouvernement. Une révolution ne se consolide pas en commençant par reculer2.

5Long entretien avec Perth. Des progrès notables ont été désormais accomplis. En principe, nous avons convenu de signer le jeudi 14 ou le lundi 18. J’aimerais signer le jeudi 14 car c’est le jeudi de Pâques. À Belgrade, j’ai signé également le jeudi de Pâques et le pacte a eu du succès.

  • 3 Communes de la province de Bolzano qui délimitent les zones germanophones et italophones.
  • 4 Par le traité de Saint-Germain-en-Laye du 10 septembre 1919, l’Autriche cède le Trentin jusqu’à la (...)

63 avril. Avec le Duce, nous avons longuement parlé des relations avec l’Allemagne. Dans le Haut-Adige se poursuit une propagande que nous ne pouvons pas tolérer : les 212 000 Allemands relèvent trop la tête et l’on parle même de frontières à Ala et à Salorno3. J’ai conseillé au Duce d’en parler au Führer. En Italie, le courant antiallemand, fomenté par des catholiques, des francs-maçons et des Juifs, devient toujours plus fort. Si les Allemands font des gestes imprudents dans le Haut-Adige, l’Axe peut sauter d’un moment à l’autre. Il conviendra de faire comprendre aux Allemands l’opportunité qu’il y a à rapatrier leurs hommes parce que le Haut-Adige est une terre géographiquement italienne et, comme l’on ne peut changer de place les montagnes et le cours des fleuves, il faut que les hommes se déplacent4.

7Le Duce m’a donné pratiquement carte blanche pour l’accord avec Londres sur les bases établies avec Perth. L’opinion publique l’accueillera avec une immense faveur parce qu’elle voit dans l’accord un décrochage avec Berlin.

8En Espagne, l’offensive des légionnaires continue à un rythme foudroyant.

94 avril. J’ai mis au courant Teruzzi de l’accord avec Londres en ce qui concerne les colonies.

  • 5 Située au croisement de la via Vittorio Veneto, de la via Sistina menant à la Trinité-des-Monts, d (...)

10En accord avec Jacomoni, j’ai pris des dispositions pour mon prochain voyage à Tirana. J’ai demandé, si possible, que le Roi vienne me recevoir à l’arrivée. Il est nécessaire de souligner graduellement le caractère de protectorat dans nos rapports avec l’Albanie. En principe, j’ai approuvé un projet pour construire le nouveau palais du ministère sur la piazza Barberini5. Il devra être digne de l’époque mussolinienne et du rôle qu’il aura : le ministère impérial.

  • 6 Il s’agit d’Ussein Ragip Bajdur.

11L’ambassadeur de Turquie6 et le ministre de Grèce m’ont communiqué la reconnaissance formelle de l’Empire. J’en ai pris acte avec calme et je ne me suis pas confondu en remerciements. Ils ont trop tardé.

12Le Führer, dans un discours à Graz, a fait allusion à la possibilité de ne pas considérer les nouvelles frontières comme militaires. Le Duce a relevé le fait avec plaisir. Si cela s’avère vrai, le Führer accomplirait un geste hautement politique et gagnerait en Italie, en Yougoslavie et en Hongrie beaucoup des sympathies qu’il a perdues avec la brusque réalisation de l’Anschluss.

  • 7 Raffaele Bastianelli est un chirurgien italien.

135 avril. J’ai passé la matinée à la maison avec une forte amygdalite. Buffarini est venu me voir. Il m’a raconté qu’hier, la Reine, après avoir beaucoup critiqué le professeur Bastianelli7 pour son œuvre médicale, a dit cette phrase : « Renvoyez-le. Plaise à Dieu qu’il soit fait maréchal mais renvoyez-le. » Ceci prouve que le maréchalat d’Empire accordé au Duce n’est pas encore digéré par la Maison royale. Je ne me trompais pas en disant que c’est une question qui aurait encore des développements et elle en aura. Buffarini m’a également rapporté que beaucoup de commerçants se refusent d’exposer le portrait du Führer. C’est très indicatif d’un état d’esprit profondément radical.

14Entretien avec Perth. Nous attendons la réponse de Londres sur quatre questions de caractère secondaire, puis l’accord sera atteint. Nous pourrons signer le Jeudi saint ou le lundi de Pâques.

  • 8 Heinrich Bulow-Schnante est attaché d’ambassade allemand à Rome.

15Bulow-Schnante8 est resté très favorablement impressionné par les préparatifs pour la visite d’Hitler.

16En Espagne, nous avons trouvé une résistance imprévue à Tortosa. Mais nous passerons.

  • 9 Jusqu’à son accession au trône impérial éthiopien en 1930, le négus Haïlé Sélassié est le ras (à l (...)

176 avril. Une publication du Journal des Nations a rendu encore plus sceptique le Duce sur la possibilité que le Conseil de la SDN accepte la formule de Chamberlain à propos de la liberté que chaque État devrait avoir de reconnaître l’Empire. Au contraire, il croit que le Conseil saisira l’occasion pour procéder à une manifestation de la puissance sociétaire, appellera Tafari9 à Genève, ajournera toute décision. La position de Chamberlain en sera secouée, si ce n’est tout à fait brisée. J’ai tout de suite conféré avec Perth. Il est resté très calme. Il a dit que toute éventualité a été prévue. Le gouvernement anglais ne demandera pas une décision pour laquelle l’unanimité est nécessaire, mais seulement une recommandation qui peut être prise à la majorité. Tafari ne pourra pas affronter le problème de la vérification des lettres de créance. Enfin, Perth a dit que même si Genève devait opposer un refus, Chamberlain ne s’arrêterait pas à mi-chemin. J’en ai référé au Duce qui m’a dit de poursuivre les tractations.

18Starace m’a longuement parlé de la question du maréchalat. Il est aussi d’avis que la crise entre le Régime et la monarchie est désormais ouverte. Nous avons pris quelques accords de principe. Il m’a conseillé la prudence avec Buffarini qui parle un peu trop, sans doute sans malice mais certainement avec imprudence.

19Dure résistance espagnole dans les environs de Tortosa. Le Duce a télégraphié à l’aviation des Baléares d’attaquer en force sur l’arrière des troupes espagnoles. Franco ne veut pas de bombardements urbains mais, cette fois-ci, le jeu en vaut la chandelle.

  • 10 Pavel Gentizon est un journaliste franco-suisse, correspondant du journal Le Temps à Rome.

207 avril. J’ai donné à Gentizon10 quelques informations relatives au pacte avec Londres. Gentizon s’est bien comporté durant la guerre et a toujours montré de la compréhension à notre égard.

21Le Duce m’a communiqué que le Roi voulait envoyer une mission royale présidée par le duc de Spolète aux noces de Zog. Ils veulent évidemment garder les positions. L’affaire est ennuyeuse car elle n’était pas prévue, parce que Tirana n’est pas Londres et parce que satisfaire le duc de Spolète n’est pas facile. Mais j’ai compris que le Duce voulait éviter les polémiques et a immédiatement donné des ordres à Jacomoni qui était récalcitrant. Dans tous les cas, l’envoyé du Roi aura un accueil de seconde classe comparé à celui réservé à l’envoyé du Duce.

  • 11 Victor Antonescu a été ministre des Affaires étrangères d’août 1936 à décembre 1937.
  • 12 Ermete Zacconi est un acteur italien.
  • 13 Léon Blum préside son deuxième gouvernement du 13 mars au 8 avril 1938.
  • 14 Province de l’Empire d’Autriche-Hongrie, la Transylvanie est accordée à la Roumanie par le traité (...)

22Long entretien avec Antonescu, qui fut ministre des Affaires étrangères roumain11. Il ressemble à Zacconi12, un peu plus jeune et un peu plus maigre. Il ne m’a rien dit qui m’ait particulièrement touché. Il est francophile, avec beaucoup de réserve sur le gouvernement juif de Blum13. Il est antirusse, antitchèque et dans le fond également antipolonais. Il parle beaucoup de latinité, motif qui revient souvent sur les lèvres de ceux qui ne sont pas des Latins indiscutables. Il voudrait s’entendre avec nous, surtout maintenant que l’Anschluss est réalisé. Ceci est également notre intention, mais ils doivent d’abord passer par Budapest avec un accord sur les minorités de Transylvanie14.

238 avril. Avec Perth, nous sommes presque arrivés à bon port aujourd’hui. À part deux ou trois détails, l’ensemble des accords sont prêts. Perth me propose de signer le samedi de Pâques. Il semble que ce soit le désir d’Halifax car ce jour est celui de son anniversaire. Tout ceci est très romantique…

24Depuis l’Espagne, Gambara signale une dissension entre notre commandement et le commandement espagnol. L’énième dissension… La responsabilité serait peut-être espagnole mais les nôtres n’y seraient pas totalement étrangers. Ils montrent souvent une intolérance provinciale et un entêtement qui s’explique seulement par l’ignorance du monde qu’ont en général nos officiers. De toute façon, j’ai dit au Duce que ce n’est pas la peine de s’alarmer car nous avons déjà assisté aux intempérances télégraphiques du colonel Gambara. Quoique la marche des légionnaires soit ralentie, les affaires espagnoles vont bien dans l’ensemble.

  • 15 Cette demande est annoncée à Massimo Magistrati par Ernst von Weizsäcker, secrétaire d’État aux Af (...)
  • 16 Dans ses Mémoires, Ramón Serrano Súñer, beau-frère du général Franco et ministre de l’Intérieur à (...)

259 avril. En fait, aucune suite au télégramme de Gambara. Berti télégraphie que la situation est inchangée. Les rouges se sont accrochés sur l’extrême ligne de défense avant de se laisser couper en deux. Magistrati télégraphie de Berlin que Franco aurait demandé aux Allemands de retirer les volontaires15. Rien de similaire ne nous a été demandé. Au contraire, Berti demande 300 nouveaux officiers pour remplacer les pertes et, à la barbe de tous les accords, ils partiront jeudi16.

26Avec Perth, nous avons réglé les derniers points en suspens. L’entretien définitif aura lieu demain.

27Le nouvel ambassadeur d’Allemagne, von Mackensen, est venu. Je le connais depuis un moment. Instruit par l’expérience du prédécesseur, il a dit que le succès de sa mission dépendra de la confiance que j’aurai en lui. Pour l’instant, elle est importante. Elle est susceptible d’augmenter s’il se comporte bien. Et, naturellement, l’inverse dans le cas contraire. Je l’ai accueilli très cordialement et pour le mettre en mesure de faire tout de suite le « beau télégramme », chose infiniment chère au fonctionnaire de carrière, je lui ai confié des détails inédits sur l’accord italo-britannique.

28Villani part pour Budapest. Je lui ai dit qu’il est dans nos intentions, d’ici peu, de définir, resserrer, harmoniser nos rapports avec la Hongrie.

2910 avril. Encore un entretien avec Perth, peut-être le dernier. Nous nous verrons encore une fois pour affiner l’accord mais sans donner de la publicité à la rencontre. Le pacte est bon, complet, solide, harmonieux. Je crois qu’il pourra vraiment servir de base pour la nouvelle amitié entre l’Italie et la Grande-Bretagne. Le document qui concerne l’Arabie est très important. Il a été très difficile d’obtenir cette espèce de parité de position entre nous et les Anglais.

30Pour le reste, rien de notable.

3111 avril. Avec le Duce, j’ai décidé que Perth et moi irions au palais de Venise pour l’entretien définitif, jeudi prochain à 17 heures. Le Duce est content. Je le vois et surtout je l’ai su par le Roi qui, ce matin, à la signature, m’a félicité pour les termes de l’accord, se basant sur les informations que lui a fournies le Duce.

32Berti télégraphie qu’aujourd’hui les troupes préparent les nouvelles bases d’attaque. Nous espérons que l’on pourra rejoindre la mer.

  • 17 Giuseppe Cobolli est ministre des Travaux publics du 5 septembre 1935 au 31 octobre 1939.

33J’ai vu Cobolli17 pour les plans du nouveau ministère. On fait beaucoup d’obstructionnisme mais Cobolli et moi espérons pouvoir construire sur la piazza Barberini-via Veneto-via Sistina.

34Longue conversation avec Bocchini, qui estime que la signature du pacte avec l’Angleterre aura un très grand écho.

3512 avril. Rien de notable. Entretiens avec Medici del Vascello et Buffarini.

3613 avril. J’ai conclu l’accord avec Perth. Il restait encore deux ou trois points en suspens. J’ai donné des assurances de principe et, pour finir, en soirée, je suis allé au palais de Venise. J’ai trouvé le Duce qui sortait. Je l’ai accompagné en voiture jusqu’à la villa Torlonia. Il a approuvé mes points de vue. Aussi ai-je donné confirmation à Perth par téléphone. Demain, visite au palais de Venise. Samedi, à 18 h 30, signature au palais Chigi.

37L’accord est de vaste portée : une époque nouvelle commence dans nos rapports avec la Grande-Bretagne. Amitié sur un pied d’égalité : la seule amitié que nous pouvons accepter avec Londres comme avec quiconque.

  • 18 Allusion aux sanctions votées par la SDN, le 11 octobre 1935, au début de la guerre d’Éthiopie.

3814 avril. Le Duce a écouté lord Perth avec un air quelque peu renfrogné. Ces derniers temps, ils s’étaient rencontrés à plusieurs reprises au théâtre mais il ne l’avait plus reçu au palais de Venise depuis l’époque des sanctions18. Puis il s’est éclairci ; il a lu le texte des accords et a donné son approbation. Lord Perth a dit, par scrupule de conscience, qu’Halifax, quand aura lieu le débat sur la reconnaissance à Genève, ne démentira pas la politique anglaise sur les sanctions mais demandera l’adaptation à la nouvelle situation. Le Duce a répondu que cela ne le dérange pas : pour lui, seuls les résultats pratiques comptent. Il ne serait pas élégant de prétendre que l’Angleterre se couvre la tête de cendres. Ainsi a-t-il conseillé d’encenser le souvenir d’Eden. Au souvenir, mais…

  • 19 Député conservateur depuis 1911, Léopold Amery est premier lord de l’Amirauté d’octobre 1922 à jan (...)

39Le Duce était content. Aujourd’hui, on met vraiment un terme à l’entreprise éthiopienne et on la clôt avec un accord impérial, dû surtout à l’intransigeance d’acier d’un homme qui a cru et voulu, seul contre tout le monde et particulièrement contre beaucoup des siens. Amery19, vif petit homme politique anglais, me parle de la situation. Il est satisfait des accords. Il estime que s’ils avaient été faits six mois avant, cela aurait sauvé l’Autriche. Maintenant, il juge désespérée la situation tchécoslovaque. Il dit qu’une intervention française aurait des résultats peu importants, comme envoyer une pierre à un lion qui mange un homme : cela dérange le lion et ne sauve pas l’homme.

40J’ai signé un important accord commercial avec la France. J’ai enlevé dans le communiqué toute note d’optimisme politique trop accentué.

  • 20 Leslie Hore-Belisha, député conservateur depuis 1923, est ministre des Transports en juin 1934, av (...)

4115 avril. J’ai remis à Mackensen les textes des accords avec Londres. En même temps, j’ai souligné que rien ne sera changé dans les relations de l’Axe. Je lui ai également dit que l’on ne devait attribuer aucun relief particulier à la visite de Hore-Belisha20. Il devait se rendre à Malte et, comme tout bon Juif, il a profité de l’occasion pour se tailler une bonne tranche de publicité à bon marché. Vanitas judaïca.

  • 21 Virginio Gayda est le directeur du Giornale d’Italia. Ses articles passent pour être les articles (...)

42J’ai chargé Gayda21 de faire un article pour expliquer aimablement que les négociations avec Londres ont débuté avant la réalisation de l’Anschluss.

  • 22 Ciano écrit dans son rapport : « Il [Stoyadinovitch] est d’avis que l’Allemagne procédera tôt ou t (...)

43Christich, de retour de Belgrade, a un long entretien avec moi sur la situation déterminée par les derniers événements. L’entretien a été mis par écrit. Il est surtout notable que Stoyadinovitch entend aligner sa politique sur la nôtre en ce qui concerne une éventuelle attaque allemande contre la Tchécoslovaquie, renforcée par la Hongrie et la Pologne22. Il ne veut pas s’immiscer : il fait bien.

  • 23 Le lac Tana est un lac éthiopien où le Nil bleu prend sa source et qui est donc capital pour l’app (...)

44Les Égyptiens demandent des assurances de parité en ce qui concerne les eaux du lac Tana23. Les bureaux font beaucoup d’objections. Je crois qu’il convient d’accepter. En premier lieu parce cela ne signifie rien en pratique et parce qu’il faut tout faire pour éloigner Le Caire de Londres.

4521 heures. Je reçois la nouvelle que les nationalistes ont atteint la Méditerranée et j’en informe le Duce.

4616 avril. Le Duce est également d’accord en ce qui concerne le lac Tana et nous donnons notre adhésion. Le pacte est complet et prêt pour la signature.

  • 24 Dans son rapport du 16 avril, Jules-François Blondel est plus optimiste en écrivant : « Il résulte (...)

47Le chargé d’affaires de France, la France grande vaincue d’aujourd’hui, demande une audience en urgence. Il est très embarrassé. Il me lit un long message de son gouvernement qui demande de traiter avec nous, avant la réunion de Genève. Il y a une petite pointe de chantage : on menace, sans le dire, d’une opposition à l’initiative britannique pour la reconnaissance. Je remercie Blondel de la communication et me réserve une réponse après en avoir conféré au Duce24. La France est également au tapis.

48Je remets à l’ambassadeur du Japon les textes de l’accord et l’assure de la solidité de nos sentiments envers son pays. Le Japon fut notre ami dans les heures difficiles : nous ne l’oublierons pas.

  • 25 Les accords du 16 avril 1938, dits accords de Pâques, marquent la reconnaissance officielle par la (...)
  • 26 Il s’agit de Mostafa el Sadok Bey.

49À 18 h 30, signature avec l’Angleterre25. Lord Perth est ému. Il me dit : « Vous savez combien je désirais parvenir à ce moment. » C’est vrai : Perth a été un ami. Des dizaines de ses rapports qui sont dans nos mains en font foi. Dans la salle, il y a une atmosphère de satisfaction. Beaucoup de photographes et de journalistes. Puis le ministre d’Égypte26. Les Anglais l’ont traité avec beaucoup d’égards parce que, dans cette dernière phase de négociation, l’Égypte a réagi à la tutelle britannique et a voulu dire son mot. La foule s’amasse devant le palais Chigi et acclame. Perth, à la sortie, est acclamé. Quand je me rends au palais de Venise, ma voiture est entourée et je soulève une chaleureuse démonstration. Le Duce est content. Il me félicite et dit qu’il le fera en public. Entre-temps, la foule a rejoint la place de Venise et il se montre au balcon.

50Puis nous commençons à travailler. On examine la requête française et on décide de lui donner une réponse favorable.

  • 27 Dans un courrier du 3 avril, l’ambassadeur Perth signale à Halifax que le gouvernement italien est (...)

5117 avril. À 10 heures, je reçois von Mackensen. Je le mets au courant de la démarche française et de notre décision. Je lui remets une copie du mémorandum laissé par Blondel et je souligne que nous avons constamment repoussé chaque tentative directe de transformer les conversations avec la France en conversations tripartites27. Avec les Allemands, il est toujours nécessaire de dissiper l’ombre de Stresa. Ils la craignent trop et sont enclins à la voir surgir partout.

  • 28 Ville de la province de Bolzano. Suite à un incident entre un habitant germanophone de la province (...)

52Mais, justement avec les Allemands, les choses ne vont pas bien dans le Haut-Adige. Les allogènes, après l’Anschluss, ont trop relevé la tête et les manifestations irrédentistes s’intensifient à un point que nous ne pouvons plus tolérer. La prudence conseille d’agir tout de suite car il est nécessaire d’étouffer dans l’œuf certaines agitations afin d’éviter qu’en se développant, elles n’obligent à des interventions plus drastiques. En effet, hier a eu lieu à Lasa28 un incident plus grave et des armes à feu ont même été utilisées. Tout ceci est sérieux à la veille du voyage du Führer.

53J’ai dit au Duce que je voudrais, à titre personnel, attirer l’attention de Goering sur ce point. J’ai préparé une lettre pour Magistrati et la montrerai au Chef demain. S’il est d’accord, je l’enverrai.

54Il ne suffit pas que le gouvernement allemand se désintéresse de la question et répète que les frontières communes sont intangibles : il est nécessaire qu’il agisse, qu’il désavoue les agitateurs professionnels, qu’il suive notre exemple en Dalmatie. La propagande a cessé et le pacte de Belgrade a réussi au-delà de toute prévision.

  • 29 Camille Aymard est un journaliste français, ancien directeur de La Liberté, compromis dans l’affai (...)

5518 avril. Aymard29 m’expose le projet d’une revue, Audace, qu’il entend lancer d’ici peu et me demande notre contribution financière à raison de 200 000 lires pour la première année.

  • 30 Il s’agit d’Adalberto Guerra-Duval.

56Le Duce approuve la lettre pour Magistrati. En effet, de nouveaux incidents se sont produits et de nombreux éléments en notre possession laissent entendre que les autorités, peut-être de second ordre, sont au courant de la chose. Il est nécessaire de stériliser ce danger pour l’Axe. Sinon nous aurons de graves complications. Mackensen, lors de sa visite de présentation faite au Duce, a dit que le Führer est décidé à prendre des mesures radicales contre les agitateurs. Qu’il le fasse. Les noms des personnes qui sont à la tête des activités irrédentistes dans le Haut-Adige lui sont certainement connus comme nous le sont ceux des chefs agitateurs dalmates. Il peut faire cesser toute agitation sur un seul de ses signes. Ces Allemands exagèrent et pas seulement en Europe. Aujourd’hui, j’ai eu un entretien avec l’ambassadeur du Brésil30 afin de lui recommander le sort de nos institutions coloniales. En effet, à Rio, on prépare une loi anti-étrangère et ceci à la suite des intempérances de la colonie allemande de Sainte-Catherine. J’ai eu, pour ce qui nous concerne, de larges assurances. Mais ces Allemands ont-ils un besoin physique d’exaspérer toute l’humanité jusqu’à la coaliser contre eux ? Qu’ils soient prudents, cela pourrait encore arriver et cette fois les sanctions seraient bien plus graves que celles de 1919.

5719 avril. J’ai communiqué à Blondel que nous pouvions commencer les conversations : de notre part, aucun sujet spécial de discussion si ce n’est la reconnaissance de l’Empire. Nous attendons donc de connaître l’agenda français pour faire d’éventuelles observations et propositions. À titre personnel, j’ai dit à Blondel que la presse française s’abstienne de dire que tout ce qui est arrivé et arrive a pour but d’affaiblir l’Axe : ceci est faux et a pour unique résultat de raidir notre position.

  • 31 En français dans le texte.

58Le Duce se préoccupe également des réactions en Allemagne et ne veut pas que les pourparlers31 avec la France se concluent avant la venue d’Hitler. Il sera facile de faire un peu d’obstructionnisme et le prochain voyage en Albanie, quelque peu prolongé, servira bien cet objectif.

59La Tchécoslovaquie a reconnu l’Empire. Le Brésil également mais avec une formule mi-chèvre mi-chou pour laquelle j’ai déjà demandé une modification.

60Triomphe en Espagne : Gambara, avec une manœuvre hardie, a pris Tortosa de revers et a fait plier la résistance rouge. Désormais, l’écroulement devrait s’approcher et le début des conversations avec la France doit servir à décourager le gouvernement de Barcelone, abandonné par tous à son inévitable destin. Le Duce a télégraphié à Berti et à Franco.

6120 avril. J’ai dit au prince de Hesse de parler à Goering en mon nom de la situation dans le Haut-Adige qui se dégrade toujours plus. Hesse a été impressionné par mon exposé des faits et m’a dit qu’il interviendra immédiatement.

62Le Duce a pris une violente rage, et avec raison, contre quelques agriculteurs de Bari qui, accueillis dans la maison du Parti à Munich, se sont mal conduits et, pour finir, ont même déféqué dans les escaliers. C’est une chose indécente et susceptible de nous discréditer de manière invraisemblable dans le jugement des Allemands. Le Chef a dit qu’il est nécessaire de donner à notre peuple une plus haute conception raciale, également indispensable pour procéder à l’œuvre de colonisation de l’Empire. Il s’en est pris aux « fils des esclaves » et a ajouté que s’ils avaient un signe somatique distinctif, il les exterminerait tous, sûr de rendre un grand service à l’Italie et à l’humanité.

63Dans l’après-midi, j’ai accompagné Amery chez le Chef : la discussion n’a pas eu un relief particulier. Amery a parlé de l’Italie, de l’Angleterre, de la Tchécoslovaquie et des questions coloniales. Il voudrait la suppression de la clause de la nation la plus favorisée pour faire place à un régime préférentiel entre pays européens.

  • 32 Le général Pier Ruggero Piccio est attaché militaire de l’ambassade italienne à Paris.
  • 33 Président du Conseil de novembre 1934 à juin 1935, Pierre-Étienne Flandin occupe le Quai d’Orsay d (...)

64Entretien avec Piccio32 : Flandin33 fait savoir que, si nous le souhaitons, il est prêt à faire acte de candidature pour l’ambassade de Rome.

65Phillips était enchanté de l’accord avec Londres. Je lui ai donné quelques renseignements au sujet des entretiens avec la France.

  • 34 Paolo Monelli est un journaliste italien qui travailla au Resto del Carlino, au Corriere della Ser (...)

6621 avril. Monelli34 me rend compte du rapide changement de l’opinion publique à Paris. Il semble que tout le pays soit anxieux à propos de l’accord avec l’Italie, sauf les bureaux du Quai d’Orsay, toujours hostiles.

67Nous parlons de la situation des frontières avec le Duce. Il a préparé un mémorandum dont il m’enverra une copie. Il entend, et il a raison, rendre hermétiques les frontières vis-à-vis de l’Allemagne. Semi hermétiques celles avec la Yougoslavie car il croit possible une alliance slavo-allemande sur la base des deux irrédentismes. Je ne le crois pas. En Yougoslavie, on hait les Allemands ou, du moins, on les craint. Mais je suis d’accord sur les précautions à prendre également en cette direction car la Yougoslavie pourrait être envahie par les Allemands. Il conviendra de parler clairement avec Belgrade et veiller à établir dès maintenant une entente à caractère militaire. Dans l’après-midi, entretien avec Mackensen. Je lui parle des décisions rigoureuses prises par le Reich en Autriche et spécialement l’abolition du tarif spécial pour Trieste et la déclaration des titres étrangers pour les résidents étrangers. Tout cela ne fait qu’exacerber les esprits à la veille du voyage du Führer : les Allemands ne doivent pas oublier que l’Anschluss a secoué beaucoup d’Italiens. Mackensen est d’accord et agira. Il me questionne aussi sur la situation dans le Haut-Adige. Je lui donne peu d’explications car je ne veux pas traiter de cette question, à caractère interne, par la voie diplomatique.

6822 avril. Buffarini-Farinacci-Bottai.

  • 35 Le document remis par Blondel à Ciano compte 12 propositions, dont l’assurance que les deux pays s (...)

69Entretien avec Blondel qui me remet les propositions de discussions françaises. Je prends mon temps et réserve ma réponse après avoir conféré avec le Duce. Cependant, je remarque qu’un point sera objet de litige : les réserves françaises en ce qui concerne l’accord italo-anglais au sujet de la mer Rouge35.

70Il est clair que le Quai d’Orsay, alarmé par la position de condominium en mer Rouge, voudrait faire partie de la combinaison.

71Mussolini, qui avait d’abord reçu Nicolas Franco, semble mécontent de la proposition et dit que la réponse devra être différée jusqu’à mon retour de Tirana, lequel sera convenablement retardé.

72Rien ne devra être fait avant le voyage du Führer.

  • 36 Il s’agit de Hsu Shao Ching.

73Je reçois le premier envoyé extraordinaire du Mandchoukouo36 : il se déplace avec un interprète parce qu’il ne sait pas un mot de langue étrangère.

  • 37 Durant ce Conseil des ministres est décidée la création d’un institut sur la bonification humaine (...)

7423 avril. Conseil des ministres37.

75Le Duce m’a passé une publication très récente, publiée à Leipzig, dans laquelle on agite encore la question du Haut-Adige et où l’on qualifie nos populations montagnardes en termes offensants.

76Il en était indigné. Il a dit : « Ces Allemands me contraindront à avaler le citron le plus amer de ma vie. Je parle du citron français. »

77Déjeuner avec Hore-Belisha. Puis entretien à trois au palais de Venise. L’entretien a été particulièrement technique sur le plan militaire. Le Duce a exposé ses théories sur la force des bataillons, sur la motorisation et la guerre de manœuvre. Hore-Belisha a été élogieux sur notre préparation et, en bon Juif, s’est fait petit, petit en ce qui le concerne. Il a demandé au Duce s’il voyait prochainement une menace de guerre. Le Duce a répondu que non. Lui, à l’inverse, oui.

  • 38 Gheorghe Tatarescu est né en 1886. Collaborateur d’Ion Bratianu, il est président du Conseil à la (...)

78Entretien avec Tatarescu38. Un gros homme qui parle un français parfait et qui est plus fin d’esprit que d’aspect. Comme tous les Roumains, il redoute les conséquences de l’Anschluss, d’autant plus qu’il pense à la possibilité d’une Hongrie satellite du Grand Reich. J’ai été très réservé comme toujours avec les Roumains qui sont trop loquaces.

79J’ai reçu la mission navale yougoslave.

8024 avril. Avec le Duce, nous avons longuement parlé de la question du Haut-Adige. La réponse de Goering est arrivée par l’intermédiaire de Magistrati et ne me semble pas très explicite.

81Plus tard, le Duce m’a téléphoné : « J’ai clarifié mes idées en la matière. Si les Allemands se comportent bien et sont des sujets italiens respectueux, je pourrai favoriser leur culture et leur langue. Mais, s’ils pensent déplacer d’un seul mètre la borne frontière, qu’ils sachent que cela ne se fera pas sans la plus dure des guerres dans laquelle je coaliserai le monde entier contre le germanisme. Et nous mettrons l’Allemagne à terre pour au moins deux siècles. »

  • 39 Le 28 mai 1938 est signé à Berlin un accord germano-italien qui préserve les intérêts italiens en (...)

82L’ambassadeur du Brésil m’a communiqué la reconnaissance officielle de l’Empire. Il a tenu à la mettre en relation avec les nouvelles lois contre les activités étrangères au Brésil, et ceci pour prouver que ces lois ne sont pas contre nous. Von Mackensen nous assure de la meilleure volonté allemande pour traiter et résoudre nos problèmes liés à l’Anschluss39.

83Le jugement de Mussolini sur Hore-Belisha a été nettement négatif. Il a dit qu’il ne pensait pas que l’armée anglaise puisse devenir une armée sérieuse tant qu’elle aura à sa tête « cette poulette ».

  • 40 Il s’agit d’Adalberto de Savoie-Gênes.
  • 41 Le roi Zog épouse la comtesse hongroise Géraldine Apponyi.

8425 avril. Voyage à Tirana. Habituelle manifestation populaire à double déclic pour moi et pour le duc de Bergame40. Réception à la cour. Rencontre avec la Reine41 qui est mignonne et qui a déjà appris à sourire, comme c’est le devoir d’une souveraine, avec les princesses royales qui sont malotrues, ridicules et dignes de figurer dans une scène d’opérette.

8526 avril. Entretien avec le Roi et réception. Il est important que le Roi soit venu en personne me rendre visite chez Libohova. La signification d’un geste aussi antiprotocolaire n’échappe à personne.

8627 avril. Mariage : la cérémonie s’est déroulée avec une solennité supérieure à ce qui était prévisible.

87La Reine était rayonnante. Le Roi, ému. Les courtisans empressés. Le peuple indifférent et, par contraste, semblait plus en haillons que d’habitude.

8828 avril. Visite aux établissements italiens.

  • 42 Ce rapport est rédigé le 2 mai. Ciano y insiste sur les potentialités albanaises en matière de pêc (...)

89Dans l’après-midi, entretien avec le Roi à Durazzo. À propos de celui-ci et des autres, je rédigerai un mémoire au Duce ainsi que sur mes impressions et intentions42.

90Je reviens d’Albanie plus que jamais radical dans mes convictions de solution intégrale.

9129 avril. Voyage sur le Bande Nere. De Bari à Rome, la population me fait un accueil très cordial dans les gares.

  • 43 Allusion à l’anecdote rapportée par Plutarque. Voulant montrer la proximité des richesses et de la (...)

9230 avril. Je réfère au Duce sur le voyage en Albanie. Je le résumerai dans un rapport. Mais il tombe tout de suite d’accord sur la nécessité d’une solution intégrale et dit qu’il est même prêt à faire une guerre pour avoir l’Albanie. En lui remettant un magnifique échantillon de minerai de cuivre des mines d’Alessio, je lui dis : « Voici les figues de Carthage43. »

93Berti rend compte de la situation en Espagne. Le Duce résume et donne ses directives : le Corps des troupes volontaires reste en Espagne pour donner la preuve de la solidarité italienne mais ne sera plus engagé dans des opérations de masse. Seulement dans des cas exceptionnels, on pourra consentir à l’engagement de quelques détachements. Les volontaires laisseront l’Espagne une fois la guerre terminée ou bien si le comité de « non-intervention » prend quelques décisions.

  • 44 « Cette séance nous conduit fort près d’une entente générale sur les douze chapitres du programme (...)

94Je reprends les négociations avec Blondel et je le trouve très conciliant. Il est d’accord sur l’impossibilité de conclure avant la venue du Führer et accepte quasiment toutes mes observations44.

  • 45 Les 28 et 29 avril 1938, Édouard Daladier, nouveau président du Conseil français, Georges Bonnet, (...)
  • 46 Dans son rapport, Grandi précise qu’Halifax est venu le voir à peine terminées les conversations a (...)

95Bref entretien avec Perth, en relation avec la visite des ministres français à Londres45. Les résultats ont été communiqués par Halifax à Grandi46.

  • 47 Ciano s’est rendu en Allemagne du 20 au 24 octobre 1936. Il a signé avec son homologue Neurath un (...)

96De nouveau, long entretien avec le Duce à qui je réfère de mes activités d’hier. On pose les bases d’un pacte de respect mutuel à proposer aux Allemands lors de la prochaine visite afin de donner un contenu à l’Axe, maintenant que les questions fixées dans les procès-verbaux d’octobre 1936 peuvent être considérées comme épuisées47.

Notes

1 Le 30 mars 1938, après un discours du Duce au Sénat sur les forces armées italiennes, une proposition de Costanzo Ciano, président de la Chambre des députés, accordant la distinction de Premier maréchal d’Empire au roi et au Duce est approuvée par les députés et les sénateurs. Victor-Emmanuel III n’apprécie pas l’initiative et le fait savoir à Mussolini lors d’une audience le soir même. Renzo De Felice écrit à ce sujet : « Le but véritable n’était pas de consolider la dyarchie – qui était désormais une réalité – mais, au contraire, d’œuvrer à sa désagrégation pour le plus grand profit du Duce. » Dans De Felice Renzo, Le Fascisme, un totalitarisme à l’italienne ?, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1988, p. 61.

2 Par cette remarque, Ciano fait sans doute allusion à la pratique politique de Getúlio Vargas. À la suite de son coup d’État de novembre 1937, ce dernier, même si son régime est autoritaire et assez tourné vers les puissances fascistes d’Europe, se veut prudent. Sur le plan extérieur, il nomme en mars 1938 Osvaldo Aranha comme ministre des Affaires étrangères, ancien ambassadeur à Washington et favorable aux États-Unis. Sur le plan intérieur, il écarte des responsabilités le mouvement intégraliste, fort proche du fascisme italien, au grand dam de son leader Plinio Salgado. Ciano espère sans doute un zèle fasciste plus marqué de la part de Vargas.

3 Communes de la province de Bolzano qui délimitent les zones germanophones et italophones.

4 Par le traité de Saint-Germain-en-Laye du 10 septembre 1919, l’Autriche cède le Trentin jusqu’à la frontière du col du Brenner, qui a l’avantage de donner à l’Italie une frontière naturelle mais qui inclut sur le territoire italien une minorité germanophone dans la province du Haut-Adige, appelée Sud-Tyrol par les Autrichiens. À la suite de l’annexion de l’Autriche par le IIIe Reich, le gouvernement italien craint une revendication irrédentiste en faveur du rattachement à l’Allemagne.

5 Située au croisement de la via Vittorio Veneto, de la via Sistina menant à la Trinité-des-Monts, de la via delle Quattro Fontane et de la via del Tritone, la piazza Barberini se trouve dans le quartier du Quirinal. Le projet d’une installation du ministère des Affaires étrangères sur la piazza Barberini ne fut pas concrétisé.

6 Il s’agit d’Ussein Ragip Bajdur.

7 Raffaele Bastianelli est un chirurgien italien.

8 Heinrich Bulow-Schnante est attaché d’ambassade allemand à Rome.

9 Jusqu’à son accession au trône impérial éthiopien en 1930, le négus Haïlé Sélassié est le ras (à la fois chef de guerre et grand féodal) Tafari. En refusant de l’appeler Haïlé Sélassié, Ciano nie son titre impérial.

10 Pavel Gentizon est un journaliste franco-suisse, correspondant du journal Le Temps à Rome.

11 Victor Antonescu a été ministre des Affaires étrangères d’août 1936 à décembre 1937.

12 Ermete Zacconi est un acteur italien.

13 Léon Blum préside son deuxième gouvernement du 13 mars au 8 avril 1938.

14 Province de l’Empire d’Autriche-Hongrie, la Transylvanie est accordée à la Roumanie par le traité de Trianon du 4 juin 1920. Peuplée d’une minorité hongroise d’environ 1,5 million de personnes, la question de la Transylvanie est une pomme de discorde entre les gouvernements de Bucarest et de Budapest.

15 Cette demande est annoncée à Massimo Magistrati par Ernst von Weizsäcker, secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 466, p. 530.

16 Dans ses Mémoires, Ramón Serrano Súñer, beau-frère du général Franco et ministre de l’Intérieur à ce moment-là, reconnaît l’ampleur de l’aide italienne : « Il est indéniable que cette aide fut beaucoup plus importante que celle de l’Allemagne ou de n’importe quel autre pays. Ce qu’il faut souligner, avant tout, c’est la forme singulièrement noble, désintéressée et délicate sous laquelle elle se manifesta. Mais j’ai déjà dit plus haut que l’intérêt véritable de ce concours était beaucoup moins reconnu sur place, que ce soit par les Italiens ou par nous, que hors d’Espagne, où il empêcha que d’autres pays n’intervinssent plus fortement encore en faveur des rouges. » Dans Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnole depuis 1936, Le Cheval ailé, Genève, 1947, p. 46.

17 Giuseppe Cobolli est ministre des Travaux publics du 5 septembre 1935 au 31 octobre 1939.

18 Allusion aux sanctions votées par la SDN, le 11 octobre 1935, au début de la guerre d’Éthiopie.

19 Député conservateur depuis 1911, Léopold Amery est premier lord de l’Amirauté d’octobre 1922 à janvier 1924 et secrétaire d’État aux Colonies de novembre 1924 à juin 1929.

20 Leslie Hore-Belisha, député conservateur depuis 1923, est ministre des Transports en juin 1934, avant de devenir secrétaire d’État à la Guerre dans le cabinet Chamberlain en mai 1937.

21 Virginio Gayda est le directeur du Giornale d’Italia. Ses articles passent pour être les articles « officiels » du pouvoir fasciste en matière internationale.

22 Ciano écrit dans son rapport : « Il [Stoyadinovitch] est d’avis que l’Allemagne procédera tôt ou tard à l’annexion des Sudètes, quand la Hongrie et la Pologne régleront leur compte avec Prague, et l’on arrivera à la création d’un petit État tchèque de caractère neutre. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 187.

23 Le lac Tana est un lac éthiopien où le Nil bleu prend sa source et qui est donc capital pour l’approvisionnement en eau de l’Égypte.

24 Dans son rapport du 16 avril, Jules-François Blondel est plus optimiste en écrivant : « Il résulte de la partie non officielle de notre entretien que cette réponse sera, selon toute vraisemblance, affirmative. » En fait, les négociations franco-italiennes restèrent au point mort. Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 9 (21 mars – 9 juin 1938), Imprimerie nationale, Paris, 1974, doc. no 194, p. 398.

25 Les accords du 16 avril 1938, dits accords de Pâques, marquent la reconnaissance officielle par la Grande-Bretagne de la conquête italienne de l’Éthiopie. Outre la réaffirmation de la nécessité du statu quo en Méditerranée déjà explicité dans la note du 31 décembre 1936 et le gentlemen’s agreement du 2 janvier 1937, ils reconnaissent les intérêts italiens en Arabie et au Yémen, les intérêts britanniques sur le lac Tana, qui, donnant naissance au Nil bleu, alimente en eau le Soudan anglo-égyptien, et le libre passage par le canal de Suez selon la convention de Constantinople du 29 octobre 1888.

26 Il s’agit de Mostafa el Sadok Bey.

27 Dans un courrier du 3 avril, l’ambassadeur Perth signale à Halifax que le gouvernement italien est totalement opposé à des discussions tripartites qui incluraient la France. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 651, p. 1075-1076.

28 Ville de la province de Bolzano. Suite à un incident entre un habitant germanophone de la province et un militant fasciste italophone, un groupe de 200 à 300 personnes germanophones ont tenté de donner l’assaut à la casa del Fascio de la ville.

29 Camille Aymard est un journaliste français, ancien directeur de La Liberté, compromis dans l’affaire Stavisky, stipendié par le gouvernement italien.

30 Il s’agit d’Adalberto Guerra-Duval.

31 En français dans le texte.

32 Le général Pier Ruggero Piccio est attaché militaire de l’ambassade italienne à Paris.

33 Président du Conseil de novembre 1934 à juin 1935, Pierre-Étienne Flandin occupe le Quai d’Orsay de janvier à juin 1936 dans le second gouvernement Sarraut. Il se montre favorable à une politique d’apaisement avec les puissances de l’Axe et croit pouvoir œuvrer à cet apaisement en devenant ambassadeur à Rome.

34 Paolo Monelli est un journaliste italien qui travailla au Resto del Carlino, au Corriere della Sera. Il a laissé un intéressant témoignage sur l’occupation allemande à Rome, Roma 1943, publié en 1945.

35 Le document remis par Blondel à Ciano compte 12 propositions, dont l’assurance que les deux pays sont désintéressés en ce qui concerne des territoires espagnols, un accord sur la propagande radiophonique, la liberté de circulation sur le canal de Suez, une négociation sur le statut des Italiens de Tunisie sur la base des accords franco-italiens du 7 janvier 1935. Le point 8 évoque les réserves françaises sur les accords italo-britanniques à propos de la situation en mer Rouge : « Non-reconnaissance par la France à l’Italie de droits spéciaux sur l’archipel de la mer Rouge visés dans l’accord anglo-britannique et découlant du désintéressement de l’Angleterre. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 9 (21 mars – 9 juin 1938), op. cit., doc. no 217, p. 456.

36 Il s’agit de Hsu Shao Ching.

37 Durant ce Conseil des ministres est décidée la création d’un institut sur la bonification humaine et l’orthogénèse de la race. Ces décisions confirment le concept d’homme nouveau que le régime promeut et les lois raciales, déjà prises dans l’Empire, et qui seront bientôt d’actualité en Italie même. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 91.

38 Gheorghe Tatarescu est né en 1886. Collaborateur d’Ion Bratianu, il est président du Conseil à la suite de l’assassinat du libéral Ion Duca par un membre de la Garde de fer, le 29 décembre 1933. Il conserve son poste durant trois ans avant d’être nommé ministre des Affaires étrangères dans l’éphémère cabinet Goga. Rappelé à la présidence du Conseil par le roi Carol II en novembre 1939, il doit se démettre le 4 juillet 1940 à la suite de l’occupation de la Bessarabie et de la Bucovine par les troupes soviétiques, Moscou ayant profité des événements à l’ouest pour faire pression sur Tatarescu.

39 Le 28 mai 1938 est signé à Berlin un accord germano-italien qui préserve les intérêts italiens en Autriche préexistant à l’Anschluss.

40 Il s’agit d’Adalberto de Savoie-Gênes.

41 Le roi Zog épouse la comtesse hongroise Géraldine Apponyi.

42 Ce rapport est rédigé le 2 mai. Ciano y insiste sur les potentialités albanaises en matière de pêche, d’agriculture, d’exploitations minières. Il s’y montre favorable à une annexion car, écrit-il, « je ne crois pas que quelques coups de mitrailleuses perdus dans les gorges de la Mirditie ou du Mathi pourraient émouvoir un monde qui n’a même pas été secoué par l’explosion de torpilles entre Malte et Tunis. L’accord, ou mieux la complicité de la Yougoslavie, est condition nécessaire et suffisante ». Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 196-197.

43 Allusion à l’anecdote rapportée par Plutarque. Voulant montrer la proximité des richesses et de la prospérité de Carthage, et donc le danger que la cité punique continue de représenter pour Rome, Caton l’Ancien amène des figues au Sénat : « Comme tous admiraient leur taille et leur beauté, il déclara : “Le pays qui les produit n’est qu’à trois jours de navigation de Rome.” » Dans Plutarque, Vies parallèles. Caton l’Ancien, XXVII, 1.

44 « Cette séance nous conduit fort près d’une entente générale sur les douze chapitres du programme français », note Blondel dans ses Mémoires. Dans Blondel Jules-François, Ce que mes yeux ont vu de 1900 à 1950, op. cit., p. 120.

45 Les 28 et 29 avril 1938, Édouard Daladier, nouveau président du Conseil français, Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères, et Alexis Léger, secrétaire général du Quai d’Orsay, se rendent à Londres afin de rencontrer Chamberlain et Halifax et tenter de resserrer les liens entre la France et la Grande-Bretagne au moment où se profile la crise germano-tchécoslovaque.

46 Dans son rapport, Grandi précise qu’Halifax est venu le voir à peine terminées les conversations avec les dirigeants français, comme son devoir le commande « dans le nouveau climat d’amitié italo-anglaise ». Il fait savoir que les gouvernements britannique et français se réjouissent de la nouvelle entente entre Rome et Londres ainsi que des débuts des négociations italo-françaises. Halifax a tenu à signaler à son interlocuteur italien que les conversations annoncées entre les deux états-majors étaient prévues depuis mars 1936. Français et Britanniques ont convenu de prendre des initiatives communes pour éviter des complications dans les relations germano-tchécoslovaques. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. IX (24 aprile – 11 settembre 1938), Libreria dello Stato/Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 2001, doc. no 27, p. 45-47.

47 Ciano s’est rendu en Allemagne du 20 au 24 octobre 1936. Il a signé avec son homologue Neurath un protocole secret qui prévoit une collaboration entre les deux pays sur les affaires européennes, en particulier la guerre civile espagnole et la politique antibolchevique. Il est à remarquer que cette promesse de collaboration connaît ses limites au moment de l’Anschluss.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540