Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Mars

Texte intégral

11 er mars. Rien de particulièrement important durant mon absence. Nonobstant nos pressions, Franco se refuse à pousser à fond l’action de Teruel et réfléchit à un autre plan à mettre en action d’ici dix jours dans la zone de Belchite. Berti préférait opérer à Teruel mais n’est pas opposé au projet de Franco.

2Je réfère au Duce à propos du voyage à Turin. Il est d’accord quand je lui dis mon impression que le sentiment monarchique de cette ville est médiocre : quand, dans mon discours, j’ai parlé de la Maison de Savoie, les réactions ont été minimes. Quand j’ai nommé le Duce, les acclamations n’avaient plus de fin.

3J’ai remis à Christich une copie des télégrammes de Prague. Il résulte de ceux-ci que Bénès traite la Yougoslavie et la Roumanie de « lâches ». Je crois que la réaction sera vive à Belgrade.

  • 1 Il s’agit de l’entretien du 12 février organisé dans la résidence d’Hitler à Berchtesgaden. Les pr (...)

4Salata me rapporte des détails inédits et graves de l’entretien entre Hitler et Schuschnigg. La violence du chancelier paraît avoir été inédite. Il menaçait, à chaque apparence de résistance, de l’occupation de Salzbourg1. Maintenant, Schuschnigg a en tête de faire un plébiscite afin de remettre les décisions sur l’avenir de l’Autriche aux résultats du vote. À son avis, les pronostics devraient être favorables au Front patriotique. Mais, si ce n’est pas ainsi, n’aurait-on pas la crise immédiate ? Convient-il de la risquer ?

  • 2 Né en 1863, le jeune D’Annunzio publie à 16 ans son premier recueil de poésies, Primo vere. Instal (...)
  • 3 Giovanni Rizzo est un préfet attaché au service de D’Annunzio.

52 mars. J’ai appris hier soir, chez les Colonna, la mort de D’Annunzio2 et j’ai reçu l’avis d’accompagner le Duce à Gardone. Départ à 8 heures du matin. Je ne peux pas dire que le Duce fut très ému. Il trouvait que le sort de D’Annunzio avait été enviable : après une vie glorieuse et héroïque, une mort foudroyante à un âge que l’on peut considérer comme limite. Il m’a raconté avoir appris la nouvelle par un coup de téléphone du préfet Rizzo3 qui s’est exprimé textuellement ainsi : « J’ai la douleur de vous annoncer une bonne nouvelle ! » C’est un lapsus qui révèle l’état d’esprit d’un policier heureux d’être finalement libéré.

  • 4 Au moment de l’affaire Matteotti.

6De D’Annunzio, le Duce a exalté l’action guerrière et politique, la poésie héroïque et quelque peu le théâtre, mais il a critiqué les romans qu’il considère comme des documents pénibles du xixe siècle. Il a dit que, vis-à-vis du régime, il s’est comporté de manière convenable même s’il n’a jamais professé une adhésion ouverte au cours des sept-huit premières années. Il croit cependant que si, en 19244, il s’était déclaré contre, cela aurait été un dangereux adversaire car il était très suivi dans la jeunesse.

  • 5 Lord Halifax a remplacé Anthony Eden à la tête de la diplomatie britannique.

7En soirée, j’ai reçu à Brescia un appel téléphonique pour m’informer que lord Halifax5 doit recevoir le négus et me prier de ne pas donner de relief à la rencontre et de ne pas commencer une polémique dans la presse. Certes, mais l’audience fera une impression sinistre. C’est ce que j’ai fait savoir à l’ambassade anglaise.

83 mars. Ce matin eurent lieu les funérailles. J’ai accompagné le Duce en voiture et durant tout le parcours, il n’a fait qu’observer la grande quantité de fer inutile qui se trouvait dans les campagnes. Il l’estime, en Italie, autour des 5 à 6 millions de tonnes. Il pense réquisitionner cette « mine en plein air » en cas d’urgence. Cela peut suffire pour donner du fer durant une année de guerre.

  • 6 Au moment de l’affaire Matteotti, qui fait suite au meurtre du député socialiste le 10 juin 1924, (...)

9Voyage de retour. Long entretien avec De Bono, qui m’a longuement parlé de l’affaire Matteotti et m’a dit la vérité. Lui, De Bono, n’en savait rien. Je me rappellerai les autres éléments du récit sans avoir besoin de les noter. Pourquoi le vieux a-t-il parlé avec moi ? Peut-être parce qu’il a pleine confiance en ma discrétion. Mais, à sa place, je me serais tu par principe6.

10La visite de l’ex-négus semble vide de contenu. Pendant ce temps, les Anglais nous font savoir qu’ils prendront les premiers contacts également avec Berlin aux fins d’une pacification générale.

  • 7 Datée du 16 février, la lettre du général Franco est sans doute antidatée. Elle répond au courrier (...)
  • 8 Carlo Formichi, spécialiste de la civilisation de l’Inde, est vice-président de l’Académie d’Itali (...)

114 mars. Franco a répondu au Duce une lettre très complète dans laquelle il expose les raisons du retard de l’offensive de grande ampleur. En réalité, les forces rouges des Asturies n’ont pas été liquidées aussi rapidement et il y a encore de forts foyers de résistance qui nécessitaient la présence de troupes nationalistes. Maintenant, la machine est prête à se déclencher et Franco fait des prévisions plutôt optimistes pour l’avenir. Il croit que les rouges n’ont plus aucun pouvoir de résistance et qu’au premier heurt sérieux, ils devraient se défaire. Il attribue un grand poids moral et matériel à la présence de nos volontaires. Le Duce a apprécié la lettre pour le contenu et pour la forme. Il répondra demain en assurant de s’employer pour prolonger la présence des volontaires7. Le Duce s’est beaucoup amusé quand je lui ai fait remarquer une bévue dans le communiqué rédigé par l’Académie à l’occasion de la mort de D’Annunzio : « Les lèvres et les mains jamais fatiguées de dicter… » Il l’a attribuée à Formichi8 qu’il a défini comme « l’enthousiaste chroniqueur ». Grandi m’a répété ce que je savais plus ou moins sur les affaires de Londres. Il est d’accord avec moi pour estimer que si, d’ici deux mois, il n’y a pas d’entente, Eden sera chef de gouvernement dans trois mois et nous serons tous en tenue de campagne d’ici quatre mois.

  • 9 Il s’agit du prince Hasan, héritier du trône du Yémen.

12J’ai reçu le prince du Yémen9, De Vecchi, les ministres du Portugal et de Hollande avec des lettres de créance en règle. Ce dernier me paraît être un diplomate classique avec monocle et beaucoup de souvenirs de carrière.

  • 10 Sir Nevile Henderson est ambassadeur britannique à Berlin depuis mai 1937.
  • 11 Hitler prévient que l’Allemagne est prête à la guerre pour défendre la population allemande de l’A (...)

13Berlin nous donne le compte rendu de l’entretien entre Hitler et Henderson10. Le Führer a été très dur et le résultat absolument négatif11.

145 mars. Le Duce a répondu à Franco avec un excellent télégramme : souhaits pour la victoire, engagement de donner une aide ultérieure dans les limites de nos possibilités économiques et dans le cadre des relations internationales.

  • 12 Né en 1892, Arthur Seyss-Inquart est avocat à Vienne en 1921. Sympathisant du nazisme, il devient (...)
  • 13 Le 5 mars, Seyss-Inquart fait un discours à Linz au cours duquel il présente Hitler comme le chef (...)

15Les nouvelles d’Autriche sont toujours mauvaises : en Styrie, le nationalisme dirige tout, des rues aux casernes. Dans les autres provinces, il avance rapidement. On commence à parler de Seyss-Inquart12 comme chancelier, avec le rôle spécifique d’être le croque-mort de l’indépendance autrichienne13. Maintenant, le Duce critique fortement le discours de Schuschnigg : il trouve qu’il a manqué de tact envers l’Allemagne et le Führer. Il a fait la grosse voix sans en avoir ni la possibilité, ni les moyens.

16Déjeuner à la cour : le Roi m’a de nouveau mal parlé de Berlin et m’a dit de me défier des Allemands qui, selon lui, manquent toujours de loyauté et sont de continuels menteurs.

17Dans l’après-midi, j’ai vu Volpi pour l’exposition de Belgrade et d’autres affaires sans importance. Il est très content des meilleures relations avec Londres. Il croit, selon ce que lui a dit Schacht qu’il affirme estimer mais non aimer, que l’Allemagne sera contrainte de faire la guerre par manque de graisses. Pour éviter le conflit, il serait nécessaire de faciliter le retour à l’Allemagne de ses anciennes colonies.

186 mars. Ce matin, le Duce a eu un moment d’humanité douloureuse. Il m’a dit qu’il ressentait le vide laissé par D’Annunzio. Désormais, il signifiait bien peu, mais il était là, ce vieillard, et de temps en temps arrivait un message. Il a reconnu qu’il avait représenté beaucoup dans sa vie. Indubitablement, il avait contribué à donner au fascisme beaucoup de ses formes.

  • 14 Federzoni garde encore un an la présidence du Sénat qu’il laisse alors à Arrigo Solmi.

19Federzoni m’a annoncé ce matin sa nomination à la présidence de l’Académie. Il n’était pas trop satisfait de laisser le Sénat14. Mais il faisait contre mauvaise fortune bon cœur.

  • 15 Dans ses Mémoires, Beck évoque la réception à Rome : « Le gouvernement italien lui donna un caract (...)

20J’ai reçu Beck à la gare. Le Chef a pour lui, sans le connaître, une vive antipathie par ce don singulier qu’ont les hommes de détester ou d’aimer sans avoir jamais vu. Je dois dire qu’encore cette fois-ci, son instinct est juste : à première vue, ce n’est pas un homme sympathique et il refroidit l’atmosphère. La réception a été solennelle, peut-être encore plus que je ne l’aurais voulu. Mais Bastianini, impresario de la Pologne, a gonflé l’accueil15. L’épouse, laquelle paraît avoir de bonnes raisons de tendresse sentimentale pour l’Italie et les Italiens, spécialement s’ils sont jeunes et bruns, était heureuse de manière exubérante. Lui est très compassé. Cependant, je ne veux pas juger avant de l’avoir entendu et fait meilleure connaissance. Le peu de paroles qu’il a dites jusqu’à maintenant ne me paraissent pas très pro-allemandes.

  • 16 Au sujet de cet entretien, Beck note : « […] Je pus me convaincre que, sous les dehors plutôt ridi (...)

217 mars. Entretien avec Beck. C’est un homme mesuré et prudent avec un fond notable de timidité. Il ne me semble ni particulièrement fort, ni particulièrement intelligent. Surtout, il n’est pas clair dans l’exposition : le raisonnement ne rend pas les idées très précises et il s’égare et divague dans des éléments de moindre importance. Il ne résultera rien de nouveau de la visite et il y manque une preuve de cordialité entre les deux pays, une manifestation de la possibilité d’une entente meilleure. Nous avons touché un peu à tous les sujets avec un intérêt quasi impersonnel. Surtout, il a voulu me faire comprendre que la Pologne entend maintenir une position d’équilibre, sans compromission avec quiconque. Il a dit plusieurs fois que l’alliance avec la France ne fonctionnera pas en cas de conflit provoqué par le problème tchèque. À propos de l’Autriche, il a montré un désintérêt qui me semble disproportionné par rapport à l’importance que le problème pourrait revêtir pour la Pologne16.

  • 17 Dans ses Mémoires, Beck rapporte la surprise de Mussolini à propos de la situation en Autriche. Ay (...)

22Dans l’après-midi, il a été reçu par le Duce. L’entretien a été pénible. Mussolini, ne trouvant pas une réaction intelligente de la part de son interlocuteur, ne s’est pas engagé. Les sujets déjà discutés avec moi ont été traités plus ou moins17.

  • 18 Il s’agit du colonel Emil Liebitzky.

23Le Duce a eu deux entretiens avec l’attaché militaire autrichien18 qu’il a chargé de conseiller à Schuschnigg de renoncer à son idée de plébiscite.

  • 19 Au cours de la réception, Ciano confie à Beck : « Dans la situation actuelle de l’Europe, l’Italie (...)

248 mars. Déjeuner au Palais Royal avec Beck. La princesse de Piémont, qui était assise à côté de moi, n’aimait pas le ministre polonais : elle trouve qu’il a la figure ambiguë et que celle-ci pourrait très bien apparaître sur les journaux français comme celle d’un violeur de petites filles. Elle exagère peut-être. Mais il ne faut pas négliger l’instinct des femmes19.

  • 20 Le marquis Antonino Di San Giuliano est ministre des Affaires étrangères du 24 décembre 1905 au 8 (...)
  • 21 Né en 1841, Giovanni Giolitti est élu député en 1882. Ministre du Trésor en 1889-1890, il démissio (...)

25Le Roi m’a parlé des hommes politiques d’avant la marche sur Rome : il fait surtout l’éloge de San Giuliano20. Il dit de Giolitti21 qu’il était un formidable connaisseur des faits et des intérêts privés de tous les Italiens, et spécialement du monde parlementaire. Une espèce de maire de petit village. Mais c’était sa force pour gouverner par l’intrigue et la corruption alors qu’il était personnellement honnête. Mais le Roi lui nie toute véritable grandeur. Dans l’après-midi, entretien avec Perth dont j’ai fait le procès-verbal. Les premières impressions ne sont pas mauvaises quoique les points de départ pour la discussion soient plutôt éloignés. De toute façon, Chamberlain est plus intéressé que nous à la réalisation de l’accord : c’est sur cette carte qu’il a joué son avenir politique, voire même celui de l’ensemble du parti conservateur.

  • 22 Dans le compte rendu de Ciano, on relève les objections suivantes : à la différence de la Grande-B (...)
  • 23 Une exposition universelle est prévue en octobre 1942 pour célébrer les 20 ans du régime fasciste.

269 mars. Entretien Duce-Ciano-Grandi. Le Duce a été d’accord avec les objections enregistrées dans mon procès-verbal de l’entretien d’hier soir22, non parce qu’il croit à la paix éternelle, mais parce qu’il estime nécessaire que s’écoulent les cinq ans entre aujourd’hui et l’Exposition universelle23 afin de refaire l’ossature économique.

  • 24 Le 9 mars, à Innsbruck, le chancelier Schuschnigg annonce la tenue d’un référendum pour le dimanch (...)

27Entretien avec Beck. Je lui ai annoncé la décision de Schuschnigg de fixer le plébiscite à dimanche prochain24. Il juge une telle politique très dangereuse : de toute façon, c’est l’extrema ratio de l’Autriche. Ceci nous a conduits à examiner le problème de l’Anschluss plus en profondeur que nous ne l’avions fait lors de nos entretiens précédents. Nous nous sommes laissés sur cette formule : en tenant compte que la politique de nos deux pays considère l’entente avec l’Allemagne comme un élément fondamental, nous devons resserrer les rapports qui existent entre nous et qui nous lient aux pays qui ont une position politique et des intérêts similaires, c’est-à-dire la Yougoslavie, la Hongrie, la Roumanie. À cette fin, nous adapterons nos forces unies pour faciliter un accord entre les deux derniers États.

28Il m’a invité en Pologne. J’ai accepté l’invitation en faisant des réserves concernant le moment.

  • 25 Pier Adolfo Cittadini est responsable du protocole au ministère des Affaires étrangères.
  • 26 Le séjour de Beck en Italie semble avoir beaucoup marqué le ministre polonais des Affaires étrangè (...)
  • 27 Isabelle de France, duchesse de Guise, est l’épouse de Jean d’Orléans, prétendant à la Couronne de (...)

2910 mars. J’ai rendu compte au Duce, qui s’y est très intéressé, de l’entretien avec Beck. Puis j’ai accompagné à la gare l’hôte polonais et son épouse. Ils étaient tous deux émus et Cittadini25 rapporte que, après le départ, ils ont pleuré26. Déjeuner chez les Volpi avec la duchesse de Guise27 : une vieille femme repeinte et insignifiante. Elle m’assaille de demandes banales auxquelles je ne pouvais répondre que par des banalités.

30J’ai préparé le discours pour le Grand Conseil où j’ai parlé pendant deux heures et demie. Cela s’est bien passé. Le Duce m’a félicité à plusieurs reprises et cela m’a confondu au point que je n’ai même pas réussi à le remercier. Au fond, on ne travaille que pour le contenter : si on réussit, c’est la plus grande des satisfactions.

  • 28 Les troupes du général Berti réussissent une percée dans la région de Rudilla. Sur l’ensemble du f (...)

31Cela va bien en Espagne : l’offensive en Aragon se déroule avec sécurité et rapidité. On pourrait s’approcher cette fois-ci de la bataille décisive. Les troupes de volontaires se battent merveilleusement28.

32Cela va mal en Autriche. Les nazis, comme cela était à prévoir, s’insurgent contre le plébiscite. Le sang peut couler dans les rues d’un moment à l’autre, ce qui justifierait l’attaque allemande. L’erreur de Schuschnigg a été fatale. Depuis le début, ceci est apparu clairement mais la bombe du plébiscite était destinée à lui éclater dans les mains.

3311 mars. En Espagne, on va à pleine voile. Les communiqués et les notes de service confirment la renversante avancée de nos forces. Jusqu’à maintenant, peu de pertes et une seule division engagée.

  • 29 Le chancelier Schuschnigg demande, dans le communiqué transmis par l’ambassadeur Ghigi, d’assurer (...)
  • 30 Du 11 au 14 avril 1935, Mussolini, Laval et MacDonald se réunissent à Stresa, sur les bords du lac (...)
  • 31 C’est la thèse défendue par Rosaria Quartararo dans Quartararo Rosaria, L’Anschluss come problema (...)

34Journée chaude pour l’Autriche. Les nouvelles téléphoniques ont confirmé d’heure en heure la mobilisation à la frontière bavaroise et la décision allemande d’attaquer. Vers midi, Schuschnigg accepte le renvoi du plébiscite mais les Allemands ne considèrent pas ceci comme suffisant et veulent la démission. Il nous a demandé, par l’intermédiaire de Ghigi, ce qu’il fallait faire29. J’ai conféré plusieurs fois avec le Duce. Nous ne pouvons assumer ici la responsabilité de le conseiller dans un sens ou dans l’autre. Qu’il agisse selon sa conscience. Le chargé d’affaires de France demande à venir me voir, sur l’ordre de Paris, afin de se concerter à propos de la situation en Autriche. Je réponds que, pour notre part, nous n’entendons nous concerter avec personne. S’il n’a rien d’autre à me dire, je le dispense de venir me voir. En fait, il ne vient pas. Après les sanctions, la non-reconnaissance de l’Empire et toutes les autres misères qu’on nous a faites depuis 1935, ils veulent en plus refaire Stresa30 en une heure, avec Hannibal aux portes ? La France et l’Angleterre ont perdu l’Autriche avec leur politique31. Pour nous non plus ce n’est pas un avantage. Mais, entretemps, nous avons pris l’Abyssinie.

  • 32 Un ultimatum allemand, remis le 11 mars à 16 h 30, exige la démission de Schuschnigg. En cas de re (...)

3518 heures. Schuschnigg démissionne32. Seyss-Inquart le remplace. L’Autriche indépendante n’est plus.

  • 33 Cette question de la frontière du Brenner inquiète les autorités italiennes. La lettre d’Hitler pr (...)

3612 mars. À 9 heures, hier soir, Hesse me demande une audience. J’étais en train de dîner sur mon bureau de travail. Il est porteur d’une lettre d’Hitler pour Mussolini. Nous nous rendons au palais de Venise. La lettre est importante : elle contient des explications sur les événements survenus et une déclaration précise sur la reconnaissance du Brenner comme frontière italienne33. Le Duce est content et dit à Hesse d’informer le Führer que l’Italie suit les événements avec un calme absolu.

37Grand Conseil. Balbo exprime des craintes pour Trieste et critique les procédés allemands. Naturellement, il le fait dans les coulisses et en sourdine. Mussolini le contredit. Il dit : « Si nous avions 8 millions d’Italiens à la frontière, nous ferions également ainsi. Du moins, je ferais ainsi. Et je l’ai fait. » Il rappelle l’annexion de Fiume. Je lis les nouvelles qui prouvent l’enthousiasme autrichien pour le nazisme. S’ajoutent de bonnes nouvelles d’Espagne que le Grand Conseil applaudit. Après la séance, le Duce et moi préparons les éléments pour une déclaration publique que le Grand Conseil votera.

  • 34 « Le gouvernement de Sa Majesté se sent en devoir d’élever une protestation dans les termes les pl (...)

38Ce matin, je la rédige et le Duce l’approuve. Nous demandons à Berlin, par l’intermédiaire de Hesse, la permission de publier la lettre. Le Führer n’est joint qu’après quelques heures. Il donne son accord mais demande de supprimer deux passages contre la Tchécoslovaquie. C’est juste. Entretien avec Perth. J’en fais le procès-verbal. J’emporte la conviction que la Grande-Bretagne accueillera l’événement avec une résignation indignée34. Entretien avec le Duce et Hesse. En Allemagne, on exulte pour notre ligne de conduite.

39Déjeuner avec les pirates : le Duce a réuni autour de lui, à table, les états-majors des navires qui firent de la piraterie contre les rouges. Il leur parle brièvement, exaltant l’œuvre de la marine dans la guerre d’Espagne.

  • 35 En voici un extrait : « Le Grand Conseil considère que ce qui est advenu en Autriche est le résult (...)

4013 mars. Hier soir, au Grand Conseil, j’ai brièvement parlé des événements de la journée et j’ai soumis l’ordre du jour sur l’Autriche à l’approbation35.

  • 36 Néanmoins, dans un rapport en date du 25 mars, le chargé d’affaires Plessen indique : « Il est int (...)

41Aujourd’hui, le calme est revenu. L’événement fatal s’est accompli. Ce n’est certainement pas un plaisir pour nous36. Mais un jour, le monde réalisera que tout ceci était inévitable. Le Duce a dit qu’une équivoque de la carte européenne a été supprimée et a cité les trois qui existent encore et qui, à son avis, devront, dans l’ordre suivant, subir le même sort : la Tchécoslovaquie, la Suisse et la Belgique.

42Christich voulait connaître notre opinion. Je la lui ai dite franchement. J’ai ajouté que le 25 mars de l’année dernière, quand je signais le pacte avec la Yougoslavie, je pensais à ce qui s’est passé ces jours-ci. Et, avec Stoyadinovitch, nous en parlâmes un moment. Maintenant, je pense au second pacte que l’on devra conclure avec la Yougoslavie : lier le sort des deux pays dans la défense commune de nos zones d’intérêt. Ceci sans altérer l’amitié avec l’Allemagne qui, pour Rome et Belgrade, tant qu’il y aura 80 millions d’Allemands au cœur de l’Europe, est une fatalité, malheureusement pesante mais réelle. D’ici peu, pas tout de suite pour des raisons évidentes, il conviendra que Stoyadinovitch et moi fassions ensemble un bain de mer ou une chasse au cerf…

43En Espagne, notre avance rapide et victorieuse continue.

4414 mars. Bien en Espagne où les troupes avancent avec une célérité inattendue.

45Beck, de retour de Naples, m’a fait une visite. Nous avons discuté de la situation créée après l’Anschluss et nous avons confirmé ce que nous disions lors de notre entretien du 9 mars.

  • 37 Johann von Plessen est conseiller à l’ambassade d’Allemagne à Rome.
  • 38 Né en 1892, Engelbert Dollfuss adhère au parti chrétien social. Directeur de la chambre de l’agric (...)

46J’ai reçu Berger qui m’a dit avoir reçu l’ordre de passer ses attributions de la délégation à von Plessen37. Alléguant une bronchite, il me dit qu’il restera en Italie encore quelques semaines. En réalité, il craint pour lui et pour sa famille. Il fut ministre avec Dollfuss38 et Schuschnigg et il lui revint, en tant que ministre de la Justice, de signer la sentence de mort des assassins de Dollfuss. Naturellement, il est encore bouleversé par les événements mais il reconnaît les erreurs du gouvernement fédéral et assure surtout que Schmidt entendait trahir tout le monde, nous compris. Il dit qu’il m’en donnera les preuves. Berger affirme également que l’Italie n’aurait pu faire différemment : si un seul soldat italien était entré en Autriche, la population autrichienne, sauf les Juifs, aurait tiré sur nous.

47J’ai apaisé les anxiétés de ce crétin présomptueux de Ruegger qui voyait de grands périls pour nous et pour l’univers. Je lui ai répondu que nos frontières, Brenner compris, sont défendues non par des traités mais par les poitrines de 45 millions d’Italiens. Dans ces conditions, il n’y a rien à craindre.

  • 39 Cet entretien a essentiellement porté sur les modalités du retrait des volontaires italiens d’Espa (...)

4815 mars. Le Duce prépare le discours pour la Chambre sur le problème autrichien. Il est nécessaire parce que le pays a été assez secoué et veut avoir la parole du Chef. Entretien avec Villani. J’ai confirmé la nécessité d’une politique toujours plus étroite avec la Hongrie. L’entretien avec Perth a été mis en notes. Dans l’ensemble, les choses vont bien mais je ne voudrais pas qu’en Angleterre notre avance renversante en Espagne détermine des réactions anti-Chamberlain39. Ceci est inévitable. Il a subi une première secousse par la réalisation de l’Anschluss.

49Le Duce me lit son discours : très beau, du meilleur Mussolini.

  • 40 On a cependant connu Mussolini plus maître des événements qu’en cette circonstance : « Aux cercles (...)

5016 mars. La journée est remplie par l’anxiété d’écouter la parole du Duce. Discours magnifique. Impression profonde et définitive. Écho incalculable. Le Duce a parlé avec la fougue de sa passion tour à tour contenue et éclatante. Peu de fois j’ai vu un de ses discours comme celui d’aujourd’hui. Le pays a eu son coup de fouet et les mélancoliques sont déjà isolés et perdus de vue40.

  • 41 Ces bruits sont sans doute liés à la visite à Paris de Juan Negrín, président du Conseil espagnol, (...)

51En Espagne, tout se déroule bien et l’écroulement peut désormais se produire à très brève échéance. Il y a des bruits, non contrôlés, disant que la France ordonnerait d’envoyer, in articulo mortis, des hommes et des moyens aériens41. Je ne le crois pas. Néanmoins, j’ai télégraphié à Berlin en disant que si cela devait advenir, nous reprendrions notre liberté d’action et interviendrions en force.

52Avec Del Croix, j’ai pris les dispositions pour la venue de combattants allemands. Nonobstant la houle des derniers jours, ils seront très bien accueillis.

5317 mars. Durant ces derniers jours, de nombreuses lettres anonymes étaient parvenues au Duce et à moi, sur des tons variés, mais toutes contre l’Anschluss. Maintenant, elles commencent à diminuer. Le Duce a relevé qu’elles venaient toutes de Milan et a remarqué, qu’inversement, une seule lui avait été adressée du Midi alors que les côtes siciliennes sont sous la menace des canons anglais. Il a attribué cette crainte à la richesse du Nord. « Un peuple doit être pauvre pour être fier », a-t-il conclu.

54Excellentes réactions allemandes au discours. Demain soir, le Führer parlera et confirmera à nouveau solennellement l’amitié envers nous et les engagements pour les frontières.

55J’ai pris les ordres du Chef pour les tractations avec l’Angleterre. En principe, il a accepté deux formules d’engagement qui laisseraient en suspens l’Espagne et la reconnaissance, mais qui permettraient de conclure rapidement. Je crois utile de se presser parce que la situation est floue et je n’ai pas trop confiance dans les positions de Chamberlain.

56J’ai dit au nonce que Goering, lors d’un entretien avec Magistrati, a montré de meilleures dispositions envers l’Église et a même parlé d’une amnistie générale. Si cela est possible, je souhaite faciliter un tel rapprochement pour des raisons évidentes.

  • 42 Dans ce courrier, Ciano réaffirme quelques points de la politique italienne : les accords italo-br (...)

57J’ai écrit une lettre à Attolico en relation avec les entretiens italo-anglais42.

58En Espagne, l’offensive se déroule bien.

  • 43 Le comte Ciano est né le 18 mars 1903.

5918 mars. 35 ans : la moitié du chemin43

  • 44 Léopold de Saxe-Cobourg est le président de l’Association des combattants du Reich. Il conduit une (...)
  • 45 Dans La Germanie, rédigée en 98 ou 99 ap. J.-C.

60Le Duce a reçu les combattants allemands. Leur chef, le duc de Cobourg44, est un homme insignifiant, au physique presque malheureux. Ceci va bien pour prouver que tous les Allemands ne sont plus ces géants décrits par Tacite45. Chez eux aussi, et je l’ai noté durant le voyage en Allemagne, le pourcentage des demi-portions est notable.

  • 46 Il s’agit de la Chambre des députés.
  • 47 Né en 1892, Leandro Arpinati milite avant guerre dans les milieux socialistes puis anarchistes. Ra (...)
  • 48 Ettore Giannantoni commande la légion Teramana durant la marche sur Rome.
  • 49 Ettore Muti s’engage comme volontaire à l’âge de 15 ans parmi les arditi du Piave. Il est à Fiume (...)

61À la Chambre46, avec le Duce et Starace, nous avons parlé de Balbo et avons rappelé certains de ses engagements. Le Duce le déteste. Il a dit qu’il lui ferait connaître la fin d’Arpinati47. Mais dans ce but, les bavardages ne suffisent pas : il faut un incident, un scandale dans lequel il serait impliqué. J’ai demandé à Starace s’il avait compris l’allusion. Il a dit oui et qu’il pensait au consul général Giannantoni48. Je pense plutôt à Muti49, intelligent et fidèle, excellent pour faire tomber Balbo.

62J’ai pris congé de Berger. Il ne revient pas, du moins pour le moment, en Autriche.

  • 50 Perth note dans son rapport : « Je sens que le comte Ciano est désireux que l’accord soit signé, s (...)

63Entretien avec Perth. Tout marche régulièrement50.

6419 mars. Nicolas Franco demande, au nom de son frère, la cession du Tarento et de deux contre-torpilleurs, après avoir admis que la destruction du Balmes a mis les nationalistes en position d’infériorité en ce qui concerne la flotte. Discussion à trois avec le Duce. Je me suis exprimé en sens contraire : il ne serait pas possible de cacher la cession, il en sortirait un scandale et peut-être un renversement de la situation avec l’Angleterre. Chamberlain est beaucoup moins fort depuis dix jours et nous ne devons pas lui créer de nouvelles difficultés. Le Duce a pratiquement adhéré mais se réserve pour une étude plus détaillée de la question. Je crois qu’en revanche, nous pourrions augmenter les forces aériennes des Baléares et, le cas échéant, céder quelques sous-marins qui échappent plus facilement au contrôle.

65Franco est optimiste sur la situation. Mais il ne croit pas à une chute rapide de la République rouge. Il prévoit de la résistance en Catalogne et qu’il est nécessaire d’agir sur le río Segre afin de couper l’électricité à Barcelone.

  • 51 Allusion à la victoire de mars 1937 des forces républicaines, dont des unités d’antifascistes ital (...)

66L’offensive reprend ce soir. Encore aucune nouvelle officielle mais une note de service qui ouvre l’âme à la plus heureuse espérance de succès. Il y a un an, je passais ma plus mauvaise journée : Guadalajara51.

  • 52 L’exécution, le 16 septembre 1931, du chef libyen Omar el-Mokhtar par les autorités italiennes a l (...)

67Je suis retourné chez le Duce pour s’accorder sur la formule relative à la Palestine et à l’Arabie qui doit être inscrite dans l’accord avec la Grande-Bretagne. Il est absolument nécessaire de sauvegarder notre prestige et notre position vis-à-vis des Arabes52.

  • 53 Les 17 et 18 mars, l’aviation italienne effectue 17 raids, faisant environ 1 300 morts. Les réacti (...)

6820 mars. En parlant avec Grandi, il y a quelques jours, je disais que la situation européenne pouvait interférer dans les relations italo-britanniques. De fait, Perth m’a remis ce matin une note afin d’attirer l’attention sur les bombardements de Barcelone, ajoutant que cela pourrait créer un état d’esprit hostile à la continuation des négociations italo-britanniques. J’ai répondu que l’initiative des opérations appartient à Franco et non à nous : nous pourrions donc user d’une influence modératrice mais pas assumer les engagements. Comme Perth a fait allusion à une éventuelle intervention française, j’ai déclaré clairement que nous prendrions immédiatement les mesures les plus dures. La vérité sur les bombardements de Barcelone est que Mussolini les a ordonnés à Valle, à la Chambre, peu de minutes avant de prononcer son discours sur l’Autriche. Franco n’en savait rien et a demandé hier de les suspendre par crainte de complications avec l’extérieur. Mussolini pense que ces bombardements sont excellents pour faire plier le moral des rouges, pendant que nos troupes avancent en Aragon, et il a raison. Quand je l’ai informé de la démarche de Perth, il ne s’en est pas beaucoup préoccupé et s’est même déclaré heureux du fait que les Italiens réussissent à provoquer l’horreur par leur agressivité au lieu de plaire comme joueurs de mandoline. À son avis, ceci nous fait monter dans la considération des Allemands qui aiment la guerre intégrale et impitoyable53.

69En Espagne, l’offensive se poursuit bien, héroïque et victorieuse.

7021 mars. Les projets pour l’Exposition de New York sont approuvés. En Espagne, les troupes s’arrêtent sur les positions conquises pour permettre aux nationalistes de les épauler et de poursuivre ensemble l’offensive.

71Rien de neuf dans les autres secteurs.

  • 54 À la suite de la proclamation de l’Unité en 1861, l’État italien mène une répression dans le Mezzo (...)

72J’ai télégraphié en Allemagne pour demander une mesure de clémence pour Neuman, le grand scientifique juif de Vienne, mis en prison à presque 80 ans par les Allemands. Le libérer serait un geste d’humanité qui, à peu de prix, produirait les réactions les plus favorables. J’espère que les nazis n’auront pas la main lourde à Vienne et en Autriche en général. Cela rendrait plus difficile ce processus d’amalgame qui est toujours assez rugueux. Ce le fut aussi pour nous entre Piémontais et Napolitains. Les Piémontais utilisèrent la manière forte. Ils dirent qu’ils imposeraient jusqu’à leurs erreurs de grammaire. En réalité, ils réussirent très rapidement dans leurs intentions. L’objectif le plus dur fut la répression du brigandage, phénomène plus politique que social. Les moyens utilisés furent expéditifs : dans certaines régions, ils fusillèrent la population masculine entière, à commencer par le maire54.

73Grandi téléphone de Londres que la manœuvre perturbatrice est très forte, mais Chamberlain tient bon.

7422 mars. De toutes parts, on nous demande maintenant d’intervenir en faveur de personnes arrêtées à Vienne par les nazis. Il est nécessaire de limiter ces interventions. En premier lieu pour ne pas assumer un rôle de précepteur qui est toujours fastidieux. Ensuite pour ne pas dévaloriser nos recommandations qui, trop diluées, n’auraient plus aucun effet.

  • 55 Hans-Georg von Mackensen est le fils du maréchal August von Mackensen, qui commanda les forces all (...)

75Berlin demande l’agrément pour Mackensen55 qui est naturellement accordée tout de suite. Je l’ai rencontré à Budapest et il m’a fait bonne impression. Qui le connaît le juge notre ami.

76J’ai reçu la mission du Parti qui va en Espagne. Ils n’ont pas une idée précise de ce qu’ils doivent faire. Je leur ai surtout recommandé une chose : ne pas s’immiscer dans les questions internes des Espagnols.

7723 mars. Rien de notable.

78Entretien avec Perth qui se réserve de me donner samedi prochain quelques formules sur divers points en discussion.

7924 mars. J’ai dit à Christich, qui part pour la Yougoslavie, que mille raisons me poussèrent à faire le pacte de Belgrade. Aujourd’hui, il y en a mille et une pour le consolider. Je désire voir Stoyadinovitch. Nous pourrions nous rencontrer en juillet au Lido de Venise.

  • 56 L’ambassadeur Phillips a également abordé le problème du bombardement de Barcelone. Ciano lui a ré (...)

80L’ambassadeur d’Amérique est venu nous demander l’adhésion à la constitution d’un comité international ayant pour but de favoriser l’émigration de réfugiés politiques d’Allemagne et d’Autriche. Je lui ai répondu qu’une telle requête heurterait notre morale politique plus encore que nos directives dans les affaires internationales. Phillips a été surpris de ma réponse. Il ne voyait, dans la proposition, qu’un aspect humanitaire. Moi, seulement un aspect politique. L’abysse d’incompréhension entre nous et les Américains se fait toujours plus profond56.

  • 57 Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, Polonais et Lituaniens sont en opposition au sujet d (...)

81Wysocki m’a remercié, au nom de Beck, pour notre attitude durant la crise polono-lituanienne57. Je lui ai répondu que nous nous désintéressions du sort de la Lituanie car le problème ne nous regarde pas, que nous avions refusé de faire pression sur le gouvernement de Varsovie parce que nous savions par expérience directe que sont insupportables les soi-disant gouvernements précepteurs, c’est-à-dire ceux qui éprouvent toujours le besoin de dire que ton geste fera telle ou telle impression, enfin que nous sommes les amis de la Pologne et que nous avons l’habitude de donner raison aux amis par le seul fait qu’ils sont nos amis même quand ils ont tort. Mais, ajoutais-je, ce n’est pas le cas…

  • 58 Allusion aux accords italo-hongrois conclus à Rome en 1927.

8225 mars. Long entretien avec le ministre de Hongrie. Il voulait savoir avec quel instrument diplomatique nous entendions remplacer les protocoles de Rome entre l’Italie et son pays58. Je n’y ai pas encore réfléchi mais la question n’apparaît pas difficile. De toute façon, il n’est pas nécessaire de faire trop vite pour ne pas alarmer les Allemands en vain. J’ai conseillé à Budapest de renforcer les liens avec Belgrade. Kánya doit surmonter son hostilité préconçue contre les Serbes. On ne peut pas transposer dans la Budapest de 1938 la mentalité du Ballplatz de 1914.

  • 59 C’est le sens du télégramme envoyé par l’ambassadeur Giuliano Cora à la demande de Wang Jingwei, q (...)

83Les Chinois voudraient me confier personnellement la médiation dans le conflit avec le Japon59. Il est nécessaire d’y aller avec beaucoup de précaution. L’entreprise est difficile, peut-être impossible. Il est certain que si je réussissais, cela ferait monter d’un coup notre prestige en Extrême-Orient à des hauteurs inaccessibles.

84Cantilo est parti. Il n’a pas été notre ami comme ambassadeur. Je ne sais pas s’il le sera comme ministre des Affaires étrangères. C’est un démocrate, sociétaire et vaniteux, voire sociétaire parce que vaniteux. Il ne vaut pas grand-chose mais il est plein de présomption. Bref, c’est un parfait Argentin.

8526 mars. Jacomoni fait un rapport sur la situation en Albanie. Notre pénétration se fait toujours plus intense et organisée. Le programme que j’ai tracé après ma visite se déroule avec régularité. Je me demande si la situation générale, et particulièrement l’Anschluss, ne nous permettrait pas de faire un pas en avant vers une domination plus complète sur ce pays qui sera nôtre. Il semble que Belgrade soit anxieux d’aboutir à une alliance militaire : je crois que l’Albanie pourrait en être le prix.

86J’ai discuté avec Nicolas Franco de nos fournitures pour 1938. Il nous demande 1 milliard de marchandises, de paiements en nature ou presque. Il faut procéder avec calme : nous donnons du sang pour l’Espagne. Cela ne suffit-il pas ?

  • 60 Il s’agit du comte André de Kerchove de Deuterghem.
  • 61 Il s’agit du comte du Chastel de la Howarderie.

87Le nouvel ambassadeur de Belgique60 m’a remis une copie des lettres de créance destinées au Roi-Empereur. Je l’ai traité avec cordialité aussi à cause de la valeur du geste qu’il accomplissait. C’est un énorme morceau d’homme, un peu claudicant et assez verbeux. Il n’est pas antipathique à première vue. Si je devais le mettre dans une des deux catégories dans lesquelles Baudelaire divisait les Belges, les esbroufeurs et les dégoûtants, je le mettrais dans la première. Ceci est un avantage par rapport au chargé d’affaires61, parfait exemple des dégoûtants.

  • 62 La question de la reconnaissance de l’Empire semble toujours poser problème à cette date : « À pro (...)

88Entretien avec Perth. On avance difficilement, très difficilement, mais on avance. L’entretien a été mis par écrit62.

89J’ai fait un pas en direction du Saint-Siège afin qu’il ne crée pas de difficultés au roi Zog pour son mariage avec une catholique.

9027 mars. Libohova, ministre des Affaires étrangères albanais, m’a apporté l’invitation officielle pour servir de témoin au mariage du roi Zog.

91Avec le Duce, nous avons examiné à fond les divers points de l’accord italo-britannique, sur les bases des résultats obtenus au cours de l’entretien d’hier. Dans l’ensemble, la situation se présente de manière très satisfaisante et permet d’aller de l’avant. En fait, aujourd’hui, j’ai donné à Perth les nombreuses réponses qu’il désirait, en particulier concernant l’évacuation des forces de Libye au rythme de 1 000 hommes par semaine jusqu’à réduire les deux corps d’armée aux effectifs de paix, des garanties pour l’évacuation de l’Espagne de la part de tous les volontaires une fois la guerre finie, une note de l’Information diplomatique en faveur de Chamberlain. Il reste encore de nombreuses formules à définir et d’abord celle relative à la reconnaissance de l’Empire. S’il n’y a pas d’obstacles inattendus, je pense que l’accord devrait être signé entre le 10 et le 20 avril.

92Un avion de marque française, mais sans matricule et camouflé, s’est fracassé la nuit dernière contre une montagne à Iglesias. Étant donné qu’il venait probablement d’Espagne et se dirigeait vers Rome, on peut penser à une action spectaculaire des rouges. J’en ai informé Perth et j’ai ajouté qu’un tel geste déclencherait le conflit.

93En Espagne, l’avance, reprise hier, progresse lentement à cause de la forte résistance ennemie.

9428 mars. En matinée, célébration de la fête de l’Air et remise de décorations.

95Puis, tour d’horizon avec le Duce des rapports italo-anglais durant un entretien au palais de Venise. Il est satisfait de l’avancement des négociations et m’a donné carte blanche pour aller de l’avant. On pourra conclure d’ici peu.

96Ansaldo me dit qu’à Livourne l’agitation contre l’Anschluss a été déterminée et entretenue par des Juifs.

97En Espagne, les Espagnols progressent, nous plus lentement car nous avons attiré sur nos forces la plus forte concentration ennemie.

9829 mars. Le Duce demande que l’ultime entretien qui précédera la signature de l’accord avec Londres ait lieu au palais de Venise. Cela servira à faire comprendre que la conclusion est proche.

99Perth remercie pour la décision du retrait partiel des troupes de Libye. Il demande de ne pas encore la rendre publique parce que son gouvernement veut réserver la nouvelle pour le moment de la conclusion de l’accord afin que le « coup » soit plus grand. Nous nous entendons en ce qui concerne la Palestine, l’Arabie, les troupes indigènes et autres aspects mineurs. Seulement trois ou quatre points sont en suspens. Peut-être signerons-nous avant le 10 avril. Ce serait bien car cela permettrait d’éloigner cet événement de la venue du Führer.

100Entretien avec le Japonais et tour d’horizon. Personnellement, l’ambassadeur semble très content des progrès réalisés dans les conversations avec Perth.

101Pas d’annotations les 30 et 31 mars.

Notes

1 Il s’agit de l’entretien du 12 février organisé dans la résidence d’Hitler à Berchtesgaden. Les propos de cet entretien en tête à tête sont rapportés par Schuschnigg dans ses Mémoires. Après avoir dénoncé les trahisons de l’Autriche envers le peuple allemand, Hitler s’écrie : « Je suis fermement résolu à mettre fin à tout cela. […] Vous ne croyez tout de même pas que vous pouvez me retenir une demi-heure, n’est-ce pas ? Qui sait ? Peut-être apparaîtrai-je un jour soudain à Vienne, comme un orage de printemps. Il y aura du spectacle. » Dans Schuschnigg Kurt von, Ein Requiem in Rot-Weiss-Rot, Amstutz, Herdeg & Co., Zurich, 1946, p. 40-42.

2 Né en 1863, le jeune D’Annunzio publie à 16 ans son premier recueil de poésies, Primo vere. Installé à Rome en 1881, son activité littéraire s’intensifie avec la parution de Novelle della Pescara en 1886, Il piacere en 1889, Il trionfo della morte en 1894 et La vergine delle rocce en 1895, ces deux dernières œuvres démontrant l’influence de la pensée de Nietzsche sur l’écrivain italien. Élu député en 1897, il se range dans les rangs de l’extrême-gauche par rejet de la politique de l’Italietta. Il continue ses activités littéraires et publie en 1903 le recueil de poésies Alcione. Obligé de fuir en France en 1910 afin d’échapper à ses créanciers, il regagne l’Italie en 1915 et participe à la campagne interventionniste qui aboutit à l’entrée de son pays dans la guerre mondiale. Engagé dans l’aviation, D’Annunzio se rend célèbre par un lâcher de tracts sur Vienne en août 1918. Dénonçant dès le 24 novembre 1918 la « victoire mutilée » dans un article publié dans le Corriere della Sera, D’Annunzio entreprend l’occupation de la ville de Fiume, objet de litige entre Italiens et Yougoslaves, en septembre 1919 et qu’il dirige de manière autoritaire jusqu’à ce qu’il soit obligé de l’évacuer en décembre 1920 sous la pression internationale et du gouvernement italien. Cette expérience a une influence sur la pratique fasciste. Mais Mussolini prend bien soin d’écarter l’écrivain de toute charge officielle après l’accession au pouvoir. Retiré au Vittoriale, sa villa à Gardone Riviera, D’Annunzio y décède en 1938. Sur D’Annunzio, voir Guerri Giordano Bruno, D’Annunzio. L’amante guerriero, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2008.

3 Giovanni Rizzo est un préfet attaché au service de D’Annunzio.

4 Au moment de l’affaire Matteotti.

5 Lord Halifax a remplacé Anthony Eden à la tête de la diplomatie britannique.

6 Au moment de l’affaire Matteotti, qui fait suite au meurtre du député socialiste le 10 juin 1924, le général De Bono est chef de la Milice et directeur général de la Sécurité publique. Il sert de fusible afin de protéger le chef du gouvernement et démissionne le 17 juin 1924. Si sa responsabilité directe dans l’assassinat n’est pas effectivement établie, il est par contre avéré qu’il a œuvré pour brouiller l’enquête qui suivît. Sur le meurtre de Matteotti, voir Canali Mauro, Il delitto Matteotti, Il Mulino, coll. « Biblioteca storica », Bologne, 2004.

7 Datée du 16 février, la lettre du général Franco est sans doute antidatée. Elle répond au courrier du Duce du 2 février. Le temps pris pour répondre a irrité les autorités italiennes. Sur les relations Mussolini-Franco, voir Canosa Romano, Mussolini e Franco. Amici, alleati, rivali. Vite parallele di due dittatori, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2008.

8 Carlo Formichi, spécialiste de la civilisation de l’Inde, est vice-président de l’Académie d’Italie, fondée en 1929, et dont D’Annunzio était le président en titre depuis 1937.

9 Il s’agit du prince Hasan, héritier du trône du Yémen.

10 Sir Nevile Henderson est ambassadeur britannique à Berlin depuis mai 1937.

11 Hitler prévient que l’Allemagne est prête à la guerre pour défendre la population allemande de l’Autriche par une guerre éclair, y compris si la Grande-Bretagne s’oppose à la politique du Reich. Voir Henderson Nevile, Failure of a Mission. Berlin, 1937-1939, G. P. Putnam’s Sons, New York, 1940.

12 Né en 1892, Arthur Seyss-Inquart est avocat à Vienne en 1921. Sympathisant du nazisme, il devient conseiller d’État en 1936. En accord avec Franz von Papen, ambassadeur du Reich à Vienne et avec Hitler lui-même, il est un des principaux artisans de l’Anschluss de l’Autriche à l’Allemagne en mars 1938. Il devient Reichsstatthalter de l’Autriche.

13 Le 5 mars, Seyss-Inquart fait un discours à Linz au cours duquel il présente Hitler comme le chef de l’ensemble du peuple allemand, Autrichiens compris.

14 Federzoni garde encore un an la présidence du Sénat qu’il laisse alors à Arrigo Solmi.

15 Dans ses Mémoires, Beck évoque la réception à Rome : « Le gouvernement italien lui donna un caractère particulièrement solennel, peut-être parce que l’Italie venait de passer par une période d’isolement assez prolongée à la suite de la campagne d’Abyssinie, peut-être aussi parce qu’elle cherchait à renforcer sa position en face de la prépondérance croissante de l’Allemagne dans l’Axe. Le cérémonial était presque royal : des compagnies et des bataillons d’honneur, des foules dans les rues. » Dans Beck Józef, Dernier rapport. Politique polonaise. 1926-1939, La Baconnière, coll. « Histoire et société d’aujourd’hui », Neuchâtel, 1951, p. 145.

16 Au sujet de cet entretien, Beck note : « […] Je pus me convaincre que, sous les dehors plutôt ridicules de ses attitudes théâtrales, il y avait à n’en pas douter un homme qui exécutait avec beaucoup de précision les instructions de son beau-père et donnait l’impression de rapporter très exactement les conversations. C’était déjà beaucoup. » Dans Ibid., p. 145.

17 Dans ses Mémoires, Beck rapporte la surprise de Mussolini à propos de la situation en Autriche. Ayant demandé au ministre polonais combien de temps pouvait durer l’actuelle situation autrichienne, celui-ci répondit « peut-être une année, peut-être quarante-huit heures ». S’étant appuyé la tête sur la main et après un bref silence, le Duce répliqua : « Vous estimez donc que les choses en sont déjà là. » Dans Ibid., p. 146.

18 Il s’agit du colonel Emil Liebitzky.

19 Au cours de la réception, Ciano confie à Beck : « Dans la situation actuelle de l’Europe, l’Italie doit s’en tenir à la politique de l’axe Rome-Berlin et ne peut rien faire contre cette politique. Cela ne veut pas dire cependant que l’Italie n’attache pas une grande importance à l’établissement de relations amicales entre Rome, Belgrade, Budapest et Varsovie. » Dans Beck Józef, Dernier rapport. Politique polonaise. 1926-1939, op. cit., p. 147.

20 Le marquis Antonino Di San Giuliano est ministre des Affaires étrangères du 24 décembre 1905 au 8 février 1906 dans le second cabinet Fortis, puis du 31 mars 1910 au 10 octobre 1914 dans le gouvernement Luzzatti, le quatrième gouvernement Giolitti et le premier gouvernement Salandra.

21 Né en 1841, Giovanni Giolitti est élu député en 1882. Ministre du Trésor en 1889-1890, il démissionne, en désaccord avec la politique financière de Crispi. Président du Conseil en 1892, il se retire en novembre 1893 suite au scandale de la Banca Romana. Après une traversée du désert, il devient ministre de l’Intérieur en 1901, puis retrouve la présidence du Conseil d’octobre 1903 à mars 1905, de mai 1906 à décembre 1909, et de mars 1911 à mars 1914. Opposé à l’entrée en guerre en 1915, le vieux parlementaire piémontais apparaît comme le dernier recours de l’État libéral face à la crise d’après-guerre et à la montée du fascisme. Il forme un nouveau gouvernement en mai 1920 mais démissionne un an plus tard face à l’impossibilité de trouver une majorité parlementaire claire. Toujours député, il meurt en 1928.

22 Dans le compte rendu de Ciano, on relève les objections suivantes : à la différence de la Grande-Bretagne, l’Italie est moins favorable à une sécurité collective en Méditerranée mais plutôt à des accord bilatéraux comme le gentlemen’s agreement du 2 janvier 1937 entre Rome et Londres ou les accords de Belgrade du 25 mars 1937 ; Ciano fait remarquer que cet accord collectif poserait d’ailleurs un problème vis-à-vis de l’Espagne puisque Londres maintient des relations avec le pouvoir républicain alors que l’Italie ne reconnaît que le gouvernement nationaliste ; le ministre italien émet des réserves sur le souhait britannique de voir cesser les activités des agents italiens en Palestine ; le gouvernement britannique souhaite rapidement observer un progrès effectif concernant le retrait des volontaires combattant en Espagne, ce qui n’est possible, dans l’esprit de Ciano, qu’avec la bonne volonté de tous les membres du comité de non-intervention ; les deux puissances n’ont pas la même position vis-à-vis du statut à donner à l’ex-négus en exil. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 173-179.

23 Une exposition universelle est prévue en octobre 1942 pour célébrer les 20 ans du régime fasciste.

24 Le 9 mars, à Innsbruck, le chancelier Schuschnigg annonce la tenue d’un référendum pour le dimanche 13 mars au cours duquel le peuple autrichien est appelé à se prononcer sur la formule suivante : une Autriche libre et allemande, indépendante et sociale, chrétienne et unie.

25 Pier Adolfo Cittadini est responsable du protocole au ministère des Affaires étrangères.

26 Le séjour de Beck en Italie semble avoir beaucoup marqué le ministre polonais des Affaires étrangères. L’ambassadeur italien à Varsovie, Pietro Arone, écrit dans un télégramme du 17 mars : « Beck m’a répété ce matin, de la manière la plus chaleureuse, sa pleine satisfaction pour l’accueil reçu en Italie. Il m’a parlé dans les termes les plus élevés de la personne du Duce. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 347, p. 400.

27 Isabelle de France, duchesse de Guise, est l’épouse de Jean d’Orléans, prétendant à la Couronne de France.

28 Les troupes du général Berti réussissent une percée dans la région de Rudilla. Sur l’ensemble du front, les forces républicaines sont contraintes au recul.

29 Le chancelier Schuschnigg demande, dans le communiqué transmis par l’ambassadeur Ghigi, d’assurer une médiation dans la crise germano-autrichienne. I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 285, p. 338.

30 Du 11 au 14 avril 1935, Mussolini, Laval et MacDonald se réunissent à Stresa, sur les bords du lac de Garde. Cette conférence aboutit à la signature d’un accord qui apparaît sur le moment comme ayant pour objectif de contrôler l’Allemagne. Dans la pratique, l’accord est vicié par les malentendus qui apparaissent rapidement au moment de la guerre d’Éthiopie entre l’Italie d’une part, la France et la Grande-Bretagne de l’autre.

31 C’est la thèse défendue par Rosaria Quartararo dans Quartararo Rosaria, L’Anschluss come problema internazionale. Le responsabilità anglo-francesi, Jouvence, coll. « Storia » (no 54), Rome, 2005.

32 Un ultimatum allemand, remis le 11 mars à 16 h 30, exige la démission de Schuschnigg. En cas de refus, des troupes doivent pénétrer en Autriche à 19 h 30. Sous la pression, le chancelier autrichien annonce sa démission à 19 h 50.

33 Cette question de la frontière du Brenner inquiète les autorités italiennes. La lettre d’Hitler précise : « […] J’ai tracé une frontière nette vis-à-vis de la France et j’en trace une autre, tout aussi nette, envers l’Italie. C’est le Brenner. Cette décision ne sera jamais ni discutée, ni attaquée. Cette décision, je ne l’ai pas prise en 1938 mais tout de suite à la fin de la Grande Guerre et je n’en ai jamais fait un mystère. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 296, p. 346.

34 « Le gouvernement de Sa Majesté se sent en devoir d’élever une protestation dans les termes les plus catégoriques contre l’usage de la force coercitive contre un État indépendant à l’effet de créer une situation incompatible avec son indépendance nationale. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 181.

35 En voici un extrait : « Le Grand Conseil considère que ce qui est advenu en Autriche est le résultat d’un état de fait préexistant et l’expression des sentiments et de la volonté du peuple autrichien, confirmés de manière non équivoque par l’importance des manifestations publiques par lesquelles les événements ont été salués. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 313, p. 360.

36 Néanmoins, dans un rapport en date du 25 mars, le chargé d’affaires Plessen indique : « Il est intéressant de noter, ainsi que je l’entends dire, que le comte Ciano est en désaccord avec ses amis et que, dans ses conversations avec eux, il déclare approuver sans réserves les récents événements. » Dans Les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse. I : De Neurath à Ribbentrop (septembre 1937 – septembre 1938), Paris, Plon, 1950, doc. no 182, p. 341.

37 Johann von Plessen est conseiller à l’ambassade d’Allemagne à Rome.

38 Né en 1892, Engelbert Dollfuss adhère au parti chrétien social. Directeur de la chambre de l’agriculture de Basse-Autriche de 1927 à 1930, il est directeur de la Compagnie des chemins de fer fédéraux en 1930-1931 et ministre de l’Agriculture en 1931-1932. Nommé chancelier par le président Miklas, Dollfuss suspend le Parlement en mai 1933, interdit le parti national-socialiste le 19 juin, et commence à instaurer en Autriche un régime autoritaire basé sur le corporatisme et le catholicisme (constitution de mai 1934). Du 12 au 15 février 1934, il réprime durement des émeutes sociales-démocrates, le parti étant lui-même interdit. Le 25 juillet, une tentative d’Anschluss par les nazis aboutit à l’assassinat de Dollfuss.

39 Cet entretien a essentiellement porté sur les modalités du retrait des volontaires italiens d’Espagne et de la diminution des forces militaires italiennes en Libye. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 182.

40 On a cependant connu Mussolini plus maître des événements qu’en cette circonstance : « Aux cercles plus ou moins officiels d’outre-Alpes qui nous demandent pourquoi nous ne sommes pas intervenus afin de sauver l’indépendance de l’Autriche, nous répondons que nous n’avons jamais souscrit à aucun engagement de ce genre, ni direct ni indirect, ni écrit ni verbal. […] Quand un événement est fatal, il vaut mieux qu’il se produise avec vous que malgré vous ou, pis encore, contre vous. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 69-70.

41 Ces bruits sont sans doute liés à la visite à Paris de Juan Negrín, président du Conseil espagnol, alors que vient de se constituer le second cabinet Blum. Celui-ci réunit, le 15 mars, le Comité permanent de la défense nationale. L’opposition de Daladier, ministre de la Défense, des chefs d’états-majors et d’Alexis Léger, secrétaire général du Quai d’Orsay, ne permet pas un engagement net de la France aux côtés du gouvernement républicain. Blum promet cependant l’envoi de 30 avions, mais son gouvernement tombe le 10 avril.

42 Dans ce courrier, Ciano réaffirme quelques points de la politique italienne : les accords italo-britanniques sont destinés à isoler la France et à affaiblir tout le système de sécurité collective ; l’Allemagne n’a rien à craindre des accords italo-britanniques qui sont strictement bilatéraux ; ceux-ci peuvent avoir un effet bénéfique sur la politique britannique envers Berlin ; dégagée des soucis méditerranéens, l’Italie sera en mesure d’appuyer la politique allemande en Europe. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 351, p. 404.

43 Le comte Ciano est né le 18 mars 1903.

44 Léopold de Saxe-Cobourg est le président de l’Association des combattants du Reich. Il conduit une délégation de 500 anciens combattants allemands en visite en Italie.

45 Dans La Germanie, rédigée en 98 ou 99 ap. J.-C.

46 Il s’agit de la Chambre des députés.

47 Né en 1892, Leandro Arpinati milite avant guerre dans les milieux socialistes puis anarchistes. Rallié en 1914 au courant interventionniste, il fonde en 1919 le Faisceau de combat à Bologne, ville dans laquelle il acquiert une réputation de dureté. Député de 1921 à 1934, podestà (maire) de Bologne de 1926 à 1929, il devient sous-secrétaire d’État à l’Intérieur le 14 septembre 1929. En marge du fascisme officiel, Arpinati se montre hostile au corporatisme, à la trop grande intervention de l’État dans l’économie, à l’ingérence du Parti dans l’État, au militarisme excessif, ce qui lui attire les foudres de Starace qui obtient son limogeage en 1933 puis, l’année suivante, sa condamnation à deux ans d’internement aux îles Lipari.

48 Ettore Giannantoni commande la légion Teramana durant la marche sur Rome.

49 Ettore Muti s’engage comme volontaire à l’âge de 15 ans parmi les arditi du Piave. Il est à Fiume aux côtés de D’Annunzio et s’inscrit au PNF en 1921. Participant à la marche sur Rome, son dynamisme lui vaut sa nomination comme vice-secrétaire fédéral de Ravenne puis consul de la Milice fasciste en 1926. En 1936, il s’engage dans l’aviation et participe aux combats en Éthiopie et en Espagne. Sur Muti, voir Petacco Arrigo, Ammazzate quel fascista ! Vita intrepida di Ettore Muti, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 2003.

50 Perth note dans son rapport : « Je sens que le comte Ciano est désireux que l’accord soit signé, scellé et remis le plus tôt possible. Je pense qu’il désire que cela advienne avant la venue à Rome de Monsieur Hitler ce qui le mettrait en meilleure position pour résister aux pressions de celui-ci. » Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 631, p. 1052.

51 Allusion à la victoire de mars 1937 des forces républicaines, dont des unités d’antifascistes italiens, contre les troupes italiennes envoyées en Espagne.

52 L’exécution, le 16 septembre 1931, du chef libyen Omar el-Mokhtar par les autorités italiennes a largement entamé le crédit italien auprès des masses musulmanes et arabes en particulier. À partir de la guerre d’Éthiopie, la propagande italienne s’est intensifiée, via le consulat italien en Palestine, auprès des autorités arabes dont le Grand Mufti de Jérusalem. Le geste symbolique de Mussolini levant l’épée de l’islam le 18 mars 1937, lors de son séjour en Libye, illustre cette volonté du pouvoir fasciste de retrouver son prestige dans le monde arabe.

53 Les 17 et 18 mars, l’aviation italienne effectue 17 raids, faisant environ 1 300 morts. Les réactions internationales furent conséquentes : manifestations à Londres, lettres de protestation signées, entre autres, par le cardinal Arthur Hinsley et les archevêques de Londres et de Canterbury. Cordell Hull, secrétaire d’État américain, fait connaître l’indignation du peuple américain. Ciano adresse aux ambassades italiennes à Berlin, Londres et Paris un message afin de préciser la version officielle du gouvernement italien sur le bombardement de Barcelone. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 372, p. 429-431.

54 À la suite de la proclamation de l’Unité en 1861, l’État italien mène une répression dans le Mezzogiorno contre ce qu’il appelle le brigandage, en fait des mouvements populaires opposés à la centralisation piémontaise marquée par la conscription et une nouvelle fiscalité. Cette politique de répression fait au moins 6 000 victimes.

55 Hans-Georg von Mackensen est le fils du maréchal August von Mackensen, qui commanda les forces allemandes contre la Serbie et la Roumanie pendant la Première Guerre mondiale, et le gendre de Constantin von Neurath. Attaché d’ambassade à Tirana en 1929, il est ministre plénipotentiaire à Budapest puis nommé, en mars 1937, secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères en remplacement de Heinrich von Dieckhoff. Un an plus tard, il devient ambassadeur d’Allemagne à Rome.

56 L’ambassadeur Phillips a également abordé le problème du bombardement de Barcelone. Ciano lui a répondu que Barcelone n’a pas été déclarée « ville ouverte », qu’elle est un centre politique et militaire important, que les opérations sont sous la responsabilité du général Franco mais que le gouvernement italien allait intervenir pour faire cesser ce genre d’opération. Dans Foreign Relations of the United States. Diplomatic Papers. 1938, vol. I, General, United States Government Printing Office, Washington, 1955, p. 167.

57 Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, Polonais et Lituaniens sont en opposition au sujet de la possession de la ville de Vilna. Le Conseil suprême interallié a attribué la ville à la Lituanie le 8 décembre 1919. Alors occupée par les Polonais, ceux-ci sont chassés de Vilna par l’offensive russe de juin 1920. Le gouvernement bolchevique laisse les Lituaniens s’installer dans la ville. Malgré l’accord de Sulwaki du 7 octobre 1920, des corps francs polonais, dirigés par le général Zeligowski, s’en emparent à nouveau deux jours plus tard. En janvier 1922, une diète de Lituanie centrale proclame le rattachement à la Pologne. Finalement, la Société des Nations accepte le fait accompli le 14 mars 1923. Mais les relations diplomatiques entre la Pologne et la Lituanie ne sont pas établies à cause de la discorde à propos de Vilna. Elles ne le sont que le 18 mars 1938, à la suite d’un ultimatum polonais que l’Italie fasciste a soutenu.

58 Allusion aux accords italo-hongrois conclus à Rome en 1927.

59 C’est le sens du télégramme envoyé par l’ambassadeur Giuliano Cora à la demande de Wang Jingwei, qui affirme que la Chine est prête à négocier si le Japon n’a pas d’autres ambitions territoriales que la Mandchourie. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 391, p. 453-454.

60 Il s’agit du comte André de Kerchove de Deuterghem.

61 Il s’agit du comte du Chastel de la Howarderie.

62 La question de la reconnaissance de l’Empire semble toujours poser problème à cette date : « À propos de la reconnaissance de l’Empire, lord Perth a fait observer que son gouvernement ne pourrait accepter la formule proposée par nous, contenant la phrase : “Le gouvernement britannique considère la question éthiopienne comme réglée.” Cela serait interprété comme une pleine reconnaissance de droit et causerait de graves oppositions au gouvernement dans les milieux parlementaires, rendant plus difficile la solution à Genève même. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 184. Ces réserves ont été soulevées par Halifax dans un télégramme adressé à Perth le 25 mars. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 637, p. 1057-1060.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540