Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Février

Texte intégral

  • 1 « C’est un pas qui a un style difficile et dur qui exige une préparation et un entraînement. C’est (...)
  • 2 Né en 1866, Emilio De Bono est volontaire pour l’Afrique en 1887. Après des études à l’École de gu (...)

11 er février. Cérémonie de la Milice : le pas de parade a été présenté au public qui a beaucoup applaudi. Le Duce a fait un discours à la Milice devant le Colisée. Il a parlé d’un ton martial : il a fustigé les médisants qu’il a qualifiés de sédentaires, de ventrus, de déficients et de demi-portions1. Je savais à qui il faisait allusion mais Badoglio et De Bono2 l’ont pris pour eux et l’ont mal digéré. Surtout De Bono qui a dit qu’après un discours similaire, il ne lui restait plus qu’à se retirer.

  • 3 À la suite de cet entretien, Chamberlain, tout en remerciant sa belle-sœur des louables efforts ac (...)

2J’ai accompagné lady Chamberlain chez le Duce à qui elle a montré une importante lettre de Neville Chamberlain. Deux points : la Grande-Bretagne est disposée à reconnaître formellement l’Empire ; les conversations peuvent commencer à la fin du mois. Mussolini a approuvé et a donné son accord. Lady Chamberlain écrira une lettre à son beau-frère afin de lui exposer la réaction du Duce qui y a été nettement favorable. Il a montré un consentement total au projet d’accord et a dit qu’il entendait le réaliser complètement afin de construire les bases d’une collaboration entre les deux Empires. Il a dicté à lady Chamberlain les termes de la lettre3.

  • 4 Mussolini précise dans sa lettre que si le général Franco n’a pas pour objectif une grande offensi (...)

32 février. Entretien Duce-Berti en ma présence. Berti, qui manque de synthèse et a toujours un air lugubre, n’a rien dit de nouveau. Dans un flot de paroles, il a énoncé quelques concepts que tout le monde sait et a rappelé les défauts des Espagnols comme combattants efficaces. Le Duce lui a donné une lettre pour Franco. Document hautement viril qui réaffirme nos engagements si Franco se bat mais qui nous prépare au décrochage si le généralissime s’obstine dans une guerre d’attente épuisante4.

4En attendant, Mussolini a fait intensifier les bombardements des côtes qui brisent les nerfs des populations. Des nouvelles concordantes indiquent que les arrière-positions des rouges sont très affaiblies. Il suffirait du choc de dix divisions nationalistes. Mais Franco saura-t-il ou pourra-t-il le faire ? J’ai dit au Duce l’impression produite par son discours militaire d’hier. Il en a été content. Il aime ce style d’acier et l’utilise de plus en plus. Du reste, il juge le peuple italien comme un peuple très dur, au fond dramatique. Peut-être triste également, comme ses chansons. Selon lui, notre réputation internationale a été gâtée par les chanteurs et les danseurs napolitains.

5Entretien avec l’ambassadeur d’Amérique. Il craint la guerre mais je l’ai beaucoup rassuré.

6Entretien avec l’ambassadeur du Japon. Il m’a dit que les Japonais commençaient à créer, en Chine, une série de gouvernements locaux à caractère provisoire mais qui finiraient par se stabiliser.

  • 5 Le général Aldo Aymonino est l’aide de camp du prince de Piémont.

73 février. Entretien avec le général Aymonino5 pour concrétiser la visite du Führer au prince de Piémont. Quand Son Altesse Royale reviendra à Rome, je le rencontrerai et nous fixerons les détails.

8J’ai reçu lady Listowel, femme d’un lord travailliste. C’est une Hongroise assez gracieuse, qui semble notre amie et qui parle bien italien. Elle me dit que le feeling anglais est en train de monter contre nous et que, lorsque les armements seront complets, la propagande nationaliste sera chauffée à blanc et que nous devrions être surpris par une attaque anglaise contre nous. Chose très probable si Eden est le chef d’un futur gouvernement de coalition avec les travaillistes et les libéraux.

9Entretien du Duce avec Magistrati. Massimo a minimisé le flirt allemand avec la France et a rapporté un entretien avec Goering qui a dit que le nazisme voulait porter à son maximum la puissance de l’Allemagne et devait donc, pour quelques années, éviter les conflits. Pour cela, il est nécessaire de recouvrir la balle d’acier de caoutchouc. Aujourd’hui, celui qui s’approche voit et sent la gomme mais quand la balle sera lancée, ce sera l’acier qui touchera. Mussolini en a pris acte. Il voudrait, à une prochaine occasion, poser à l’Allemagne la question de sa conduite en cas d’un conflit isolé de l’Italie avec la Grande-Bretagne. Il estime ce conflit comme inévitable, aussi ne veut-il pas perdre l’avantage de l’initiative. Il se contenterait d’une Allemagne bienveillante et neutre.

  • 6 Giovanni Bonmartini est un industriel italien.

10Bonmartini6 a acheté le Giornale d’Italia et est venu le mettre à ma pleine disposition. Il déteste Balbo de toute son âme mais c’est un homme de peu d’intérêt.

  • 7 L’Information diplomatique no 13 souligne que cette adhésion a été donnée « avec d’autant plus de (...)

114 février. Nous avons adhéré aux requêtes d’Eden pour une plus grande surveillance en Méditerranée contre la piraterie. Engagements sans efficacité7.

  • 8 Outre le nettoyage des grands sites de la capitale, la via dell’Impero (actuelle via dei Fori impe (...)

12J’ai soumis au Duce les projets d’embellissement de Rome pour la visite du Führer. Il les a trouvé bons et a approuvé le travail fait jusqu’ici8.

  • 9 Il s’agit d’une erreur de Ciano. À cette date, le sous-secrétaire d’État aux Colonies est Basil Sh (...)

13Séance de la Commission suprême de défense. Entretien avec lord Lothian, sous-secrétaire aux Colonies, de retour des Indes9. À sa demande, je lui ai exposé notre point de vue sur les possibilités d’une entente avec l’Angleterre. Il m’est apparu être un homme censé. Il approuvait l’idée d’un accord total, comprenant la reconnaissance de l’Empire. Il a dit : « Entre l’Angleterre et l’Italie, il n’y a pas de voie médiane : le retour à l’amitié traditionnelle ou le conflit. » J’ai répondu que j’étais d’accord. Mais on ne peut parler d’amitié traditionnelle : l’entente devra se faire sur de nouvelles bases qui tiendront compte de la nouvelle puissance italienne.

  • 10 Les îles Lipari, au nord de la Sicile, sont un des lieux d’emprisonnement des prisonniers politiqu (...)

14L’avocat Giacomo Costa, antifasciste qui s’est enfui des îles Lipari il y a deux mois10, nous a offert ses services d’informateur et d’agent provocateur parmi les exilés de Paris. Il est en contact avec le journaliste Pascazio. Nous nous en servirons.

  • 11 En plus du remplacement de Constantin von Neurath par Joachim von Ribbentrop aux Affaires étrangèr (...)

155 février. Les changements au sein du gouvernement allemand sont bons. On marche rapidement vers la nazification intégrale, ce qui est utile à l’Axe qui trouve une de ses plus solides raisons d’être dans l’identité entre les deux régimes. Le Duce en a également été content : cet événement, très important, donne un coup d’éponge à la période récente de flirt avec la France. La nomination de Ribbentrop aux Affaires étrangères est une bonne nouvelle. Depuis ses entretiens avec le Duce et moi en octobre et novembre derniers, il manifeste clairement un état d’esprit hostile aux Anglais qui l’ont maltraité. Londres a été pour lui un échec alors que Rome a été un succès. Il a gagné le bicorne de ministre dans le salon de la Victoire, le jour de la signature du Pacte tripartite. Je vois, comme conséquence de l’événement, un renforcement de l’Axe et du pacte. Nous arriverons à une entente plus étroite et complète et, peut-être, pourrait-on penser à une conférence des trois ministres des Affaires étrangères qui pourrait avoir lieu à Addis-Abeba11.

16J’ai nommé Pavolini comme président de l’Institut pour les échanges internationaux. Il fera bien et est fidèle.

  • 12 Le général Federico Baistrocchi est sous-secrétaire d’État à la Guerre du 22 juillet 1933 au 7 oct (...)
  • 13 Le général Pietro Gazzera est alors gouverneur de la province du Gemma en Éthiopie.

17Baistrocchi12 pose sa candidature au Commissariat pour les fabrications de guerre au poste de Dall’Olio, désormais fini. Balbo, à la séance de la Commission suprême, m’avait parlé du général Gazzera13 comme successeur possible. Je n’ai pas perdu l’occasion de le dire à Baistrocchi qui, comme on le sait, déteste Gazzera. Je crois que maintenant il n’aime pas Balbo non plus.

  • 14 Dans cet entretien avec l’ambassadeur Grandi, le secrétaire au Foreign Office a déclaré espérer po (...)

186 février. L’adhésion aux requêtes britanniques au sujet de la piraterie a provoqué une certaine dissension à Londres. Eden s’est exprimé avec Grandi en des termes plus sereins14 et a donné une note sur les rapports italo-anglais pour le Sunday Times, note à vrai dire très hypocrite. J’ai dit aux journalistes de ne pas lui donner d’importance. Je crois que, plus que notre adhésion, ce qui a impressionné Londres est le nouveau gouvernement allemand.

19L’offensive de Franco en direction de Teruel a commencé. Berti télégraphie qu’elle se déroule favorablement et ne fait pas la plus minime critique. Ce qui me conduirait à penser que les choses vont réellement bien. Nous verrons ! Les événements récents et anciens conseillent de ne pas verser dans l’optimisme alors que les généraux espagnols conduisent le jeu.

20Long entretien avec le Duce. Je lui ai fait part du pessimisme de Guarnieri qui a dit hier textuellement auprès de la Commission de défense : « Nous sommes en faillite. » Le Duce le savait : il ne partage pas cette peur exagérée. La situation est en réalité très saine. Nous avons également parlé du problème juif. Je me suis montré enclin à une solution qui ne soulève pas un problème qui, heureusement, n’existe pas chez nous. Le Duce est du même avis. Il faut mettre de l’eau sur le feu mais sans étouffer la chose.

  • 15 À propos de ces instructions, Grandi écrit dans ses Mémoires : « […] Accord avec la Grande-Bretagn (...)
  • 16 Le 20 février, Grandi télégraphie à Ciano : « Je vous informe que le gouvernement britannique enve (...)

217 février. Grandi s’est emballé à propos de son entretien avec Eden et veut des autorisations pour commencer les conversations. J’ai rédigé de ma main un télégramme, que j’ai lu au Duce, conseillant calme et prudence face à ce zèle de conciliation britannique qui pourrait également représenter une manœuvre d’Eden, maintenant que le changement de garde en Allemagne a prouvé que les efforts anglais pour entamer l’Axe à Berlin ne sont pas destinés à réussir15. Calme et prudence et, en tous les cas, les conversations devront avoir lieu à Rome. Grandi cherche à se mettre en avant. Il voudrait assumer la figure de l’homme qui a fait la paix avec l’Angleterre, rôle qui peut encore être apprécié par beaucoup d’Italiens. Pas du tout. La paix ou la guerre sont entre les mains de Mussolini et de lui seul. Personne ne doit avoir un rôle personnel16.

22J’ai dit au Duce le désir de Baistrocchi de remplacer Dall’Olio, désormais vieux et malade. Le Duce a dit qu’il lui donnera un successeur seulement « quand il sera dans le cercueil ». Il a montré un peu de scepticisme sur le nom de Baistrocchi, homme actif mais brouillon.

23Philippe de Hesse est très content des changements à Berlin. Il m’a dit que peu d’heures auparavant, Neurath et Ribbentrop n’en savaient rien.

24Bonnes nouvelles de l’Espagne. Une avance notable est opérée par trois colonnes franquistes dans la zone de Teruel. Elle se poursuit.

258 février. Après un dernier bond, il semble que l’avance soit désormais arrêtée, ce qui, avec les Espagnols, ne surprend pas. Nous avons demandé à Berti si les objectifs de l’action entreprise étaient tactiques ou stratégiques car, dans cette éventualité, l’intention du Duce était de reprendre les bombardements des villes côtières pour briser la résistance rouge. J’ai reçu et donné au Duce le rapport d’un témoin oculaire du récent bombardement entrepris sur Barcelone. Je n’ai jamais lu un document aussi réaliste et terrorisant. Et pourtant, il n’y avait que 9 S.79 et tout le raid n’a duré qu’une minute et demie. Immeubles pulvérisés, trafic interrompu, panique qui devenait folie : 500 morts, 1 500 blessés. C’est une bonne leçon pour le futur. Inutile de penser à la protection antiaérienne et à la construction d’abris : l’unique voie de salut contre les attaques aériennes est l’évacuation des villes.

26J’ai envoyé un télégramme à Berlin pour couper court à la spéculation du soi-disant rapprochement italo-britannique. Notre politique est et restera extrêmement rectiligne. Il serait bien que le Führer en tienne compte dans son discours du 20 février. J’ai télégraphié à Attolico en ce sens.

279 février. Selon les nouvelles de Berti, les Espagnols se sont arrêtés pour préparer une seconde offensive. La pause devrait être brève. Il semble que la victoire acquise soit notable quoique limitée à l’aspect tactique, et n’est donc pas décisive.

  • 17 Pour l’Information diplomatique no 14, Ciano avait préparé un article dans lequel il écrivait : «  (...)

28La presse cherche à spéculer sur l’entretien entre Grandi et Eden, tentant de faire émerger une initiative italienne qui n’existe pas. J’ai préparé l’Information diplomatique no 14 que j’ai transmise au Duce17 et j’ai fait séquestrer le Piccolo de Rome qui, malgré les interdictions, continuait à donner, avec des gros titres, les nouvelles des entretiens de Londres.

29Grandi m’a téléphoné et, après avoir lu mon télégramme d’avant-hier, commence à marquer le pas. Mais il est hors de doute qu’il était en train de se compromettre. Au fond, il meurt d’envie d’un rapprochement avec Londres et déteste les Allemands.

  • 18 Ciano commente devant la commission la loi sur la neutralité ratifiée par le président Roosevelt p (...)

30J’ai fait un exposé en Commission suprême de défense sur la mentalité américaine, problème de grande importance mais pas seulement négatif pour nous18. Je veux voir comment l’Angleterre ferait, bloquée par les sous-marins, pour se ravitailler avec la seule marine et sans pouvoir compter sur l’aide des marines neutres.

  • 19 Bochko Christich est ministre de Yougoslavie à Rome depuis novembre 1937.
  • 20 Mehmed Spaho est ministre yougoslave des Communications et chef de la communauté musulmane.

3110 février. J’ai reçu Berger et Christich19. Ce dernier m’a parlé de la visite prochaine de Spaho20, ministre des Communications, et m’a demandé discrètement au nom de Stoyadinovitch que la presse ne donne pas trop de relief à cette visite. C’est un personnage assez important et ils ne veulent pas le gonfler un peu plus. Christich aime Stoyadinovitch et a été très heureux quand je lui ai dit que Stoyadinovitch, six mois après sa mort, sera encore le chef du gouvernement. C’est un homme fort à qui personne n’enlèvera le pouvoir.

32Pirelli, toujours anglophile, est anxieux pour l’accord. Il a reconnu la préparation mentale des Italiens pour la guerre mais se préoccupe du manque d’or. Quand je lui ai dit que, avec Machiavel, entre l’or et le fer, je choisis ce dernier, il m’a répondu : « Mais il faut avoir le fer. » Pirelli est un capitaliste : il craint la guerre et pense à ses intérêts, y compris ceux qu’il a en Angleterre.

  • 21 L’entretien n’a pas eu lieu avec Eden mais avec lord Plymouth, sous-secrétaire d’État aux Affaires (...)

33Grandi téléphone que, lors de l’entretien d’hier avec Eden, quelques pas en avant ont été faits21. Nous verrons.

34Entretien avec Phillips et Hotta, ce dernier pour être informé du déroulement des entretiens de Londres. Je ne veux pas que nous soyons suspectés à Tokyo.

  • 22 Sous la pression du roi Carol II, le gouvernement d’Octavian Goga est obligé de démissionner. Nouv (...)

35Goga a donné sa démission22 : il paraît que c’est à la suite d’une intervention franco-anglo-russe en faveur des Juifs.

3611 février. Discussion avec Volpi sur quelques dispositions en relation avec l’Exposition de Belgrade.

37Le rapport de Grandi au sujet de l’entretien d’hier n’est pas encore arrivé. Mais la presse internationale a déjà gonflé la vessie à propos d’une entente imminente entre l’Italie et l’Angleterre.

38Demain aura lieu à Berchtesgaden un entretien entre le Führer et Schuschnigg. La chose sera d’un grand intérêt. En attendant, elle est secrète, vraiment secrète. Jusqu’à maintenant, rien n’a filtré. Cela prouve que les intentions du Führer dans ses relations avec l’Autriche ne se sont pas détériorées ces derniers temps. Inversement, Mussolini est plus radical. Il m’a dit ce matin qu’il est favorable à la nazification de l’Autriche. Ce qui n’est pas intégral n’est pas sûr : la situation en Roumanie l’enseigne.

  • 23 Carlo Del Croix a été mutilé à la suite d’un accident lors d’un entraînement au lancer de grenades (...)
  • 24 Au moment de l’affaire Matteotti, qui fait suite à l’assassinat du député socialiste le 10 juin 19 (...)

39J’ai promis 100 000 lires à Del Croix pour élever le ton de l’accueil des mutilés allemands qu’il entendait maintenir en sourdine sous prétexte du manque de moyens financiers de l’association. Je n’aime pas ce Del Croix et me demande s’il est sérieux de continuer à maintenir à la tête de tant de glorieux et authentiques mutilés un individu qui a eu du malheur mais qui n’a pas donné des preuves d’un héroïsme spécial. Nous connaissons tous les origines de sa mutilation23. Il n’est pas possible non plus d’oublier son attitude en 192424. L’état d’esprit est resté le même. Le jour où le baromètre signalera « tempête », il nous plantera de nouveau.

  • 25 Le cabinet britannique souhaiterait que le nombre de « volontaires » italiens envoyés en Espagne s (...)

4012 février. Les entretiens de Grandi avec Eden ne me semblent pas très bien engagés. Je crois que la Grande-Bretagne voudrait arriver à une conclusion au sujet de l’Espagne : pour cela, elle nous fait entrevoir la possibilité d’une entente face à laquelle nous sommes restés plus froids que ne le croyaient les Anglais25. Farinacci a tout à fait bien répondu à de mauvaises paroles. Il m’avait fait connaître son intention d’écrire un tel article : je n’ai pas cru devoir le lui interdire.

41Choc m’attaque en disant que je suis le vrai danger pour la paix, que je n’ai aucun sentiment de latinité et que je désire tirer profit de la tragédie. C’est très exagéré mais il y a du vrai. Ma conception de l’Empire fasciste n’est pas statique. Nous devons encore aller de l’avant et il est normal que les possédants s’en préoccupent. Quant à la solidarité latine, c’est une invention des Français dans les moments où les autres doivent se faire éventrer pour eux.

42Accords avec Wysocki au sujet des premiers éléments du programme pour la visite de Beck, autre événement qui ne plaira pas à Paris. Patience.

43La crise roumaine n’est pas claire. En attendant, à la préfecture de Milan s’est présenté un individu qui disait être Butenko, le chargé d’affaires soviétique disparu à Bucarest. Il n’a pas de papiers en règle. Il s’agit peut-être d’un fou ou d’un imposteur. En tout cas, je l’ai fait amener à Rome.

4413 février. Madame Sarfatti veut aller en Amérique pour une tournée de conférences. J’en parlerai au Duce quoique j’estime qu’elle soit l’une des très rares femmes capables de faire bonne figure à l’étranger. Elle m’a parlé de la question juive avec une préoccupation notable et a été heureuse de connaître mes modestes avis sur la question. Du reste, elle était déjà au courant du projet d’une déclaration publique à faire d’ici peu et dans le sens de l’apaisement.

45Les premières nouvelles de l’entretien entre Hitler et Schuschnigg tendent à faire croire à une silencieuse nazification de l’Autriche. L’Anschluss est inévitable. Il est seulement nécessaire, dans la mesure du possible, de le retarder.

46Butenko est à Rome. Il demande à me voir. Je le ferai venir seulement l’identification advenue. J’ai appelé un fonctionnaire de la légation de Bucarest pour être sûr de son identité.

4714 février. Journée calme. Le Duce est rentré de la montagne mais je n’ai pas encore conféré avec lui. Les nouvelles de Vienne confirment le processus de nazification de l’Autriche à la suite de l’entretien de Berchtesgaden.

  • 26 Werner von Blomberg est chef d’état-major de 1926 à 1929 puis, s’étant rapproché des nazis, minist (...)

48J’ai parlé avec Pariani de nos relations militaires avec l’Allemagne. Je pense que Pariani est convaincu que le conflit contre les puissances occidentales est inévitable. Il considère le printemps 1939 comme l’époque la plus favorable pour nous. Nous aurons terminé des trains de munitions, aujourd’hui insuffisants pour les petits calibres, tandis que la France et l’Angleterre traverseront le moment le plus aigu de la crise. Pariani croit au succès d’une guerre éclair et de surprise. Attaque de l’Égypte, attaque de la flotte, invasion de la France. La guerre se gagnera à Suez et à Paris. Je lui ai montré l’utilité de créer dès maintenant un comité secret de guerre italo-allemand. Il y est favorable et le croit possible après l’éloignement de Blomberg26. Nous en parlerons au Duce. J’ai suggéré d’étudier le plan d’invasion de la Suisse pour attaquer la France. Il est d’accord et croit l’idée bonne. Je lui ai également suggéré de faire débarquer, toujours par surprise, des troupes italiennes à Port-Saïd et à Suez. Il est facile de faire coïncider la présence de transports de troupes pour l’Afrique orientale. Il a approuvé et soumettra mes suggestions à une étude technique.

49Cantilo, ambassadeur d’Argentine, est devenu ministre des Affaires étrangères. Ce n’est pas un ami et c’est un homme dégoûtant.

  • 27 Guido Manacorda est un germaniste italien.

5015 février. J’ai reçu Manacorda27 et Pavolini. Le Duce a pris connaissance de l’accord austro-allemand et m’a dit qu’il le considérait comme le développement logique et inévitable des relations entre les deux pays germaniques. Il est nécessaire d’insister, dans la présentation de la chose, sur ce dernier fait. Pour donner encore une preuve d’indépendance, l’Autriche devra donner son adhésion au pacte anti-Komintern.

51Concernant les relations avec Londres, j’ai envoyé un télégramme qui résume nos positions : nous sommes prêts à traiter, sur les bases connues, quand le terrain sera débarrassé du problème espagnol. Cependant, il est intéressant de noter que le compte rendu de l’entretien entre Eden et Grandi, dans la relation d’Eden, est très différent de celui rédigé par Grandi, puisqu’il nous attribue une part de l’initiative. J’enverrai une copie du document à Grandi car son jeu n’est pas tout à fait clair.

  • 28 Depuis 1936, l’Italie fasciste mène une politique pro-arabe assez nette. La déclaration italienne (...)

52Le Duce a personnellement rédigé le no 14 de l’Information diplomatique sur la question juive. Le Duce lui-même a défini le sujet qui, sous une forme presque conciliante, est un chef-d’œuvre de propagande antisémite. Pour ma part, je me suis limité à préciser que l’État juif, qu’il souhaite, ne devrait pas être la Palestine afin de préserver nos relations avec les Arabes28.

5316 février. Butenko a été reconnu par le correspondant de l’agence Stefani de Bucarest. Je l’ai vu ce matin au ministère. Il ne me semble pas être un homme de grande envergure. Mais il était tellement bouleversé et effrayé qu’un jugement sur lui serait prématuré. Il a même demandé que les gardiens, installés dans le couloir, restent en permanence dans sa chambre d’hôtel. En attendant, j’ai donné ses déclarations au Giornale d’Italia et je monte la sensation en épingle au travers de la presse étrangère, de la radio, etc. C’est un bon morceau de propagande antisoviétique à ne pas laisser passer.

  • 29 Voici un extrait de cette lettre à Dino Grandi : « Je suis certain que tu trouveras le moyen de fa (...)

54J’ai rédigé une longue lettre pour Grandi après l’entrevue avec le Duce. Je lui ai dit qu’il était nécessaire de donner un coup d’accélérateur aux tractations avec Londres. Quel que soit le résultat, il est important de le connaître. Les événements pourraient empêcher la manœuvre qui est encore possible aujourd’hui mais, peut-être, pour peu de temps encore29.

55Berger-Waldenegg, sur les instructions du chancelier, m’a parlé des résultats de l’entretien de Berchtesgaden. Je croyais le trouver abattu. Inversement, il était serein en espérant une vraie collaboration avec l’Allemagne. Je suis plus sceptique. Je lui ai conseillé de suggérer à Vienne l’adhésion au Pacte tripartite. Ce serait une preuve de l’indépendance autrichienne.

56Entretien avec Blondel : tour d’horizon et allusion à une possible trêve de presse.

5717 février. Hier soir, repas à la maison avec de nombreux diplomates. J’ai parlé avec Christich de la situation autrichienne. À cœur ouvert : Italie et Yougoslavie sont sur une position identique vis-à-vis du pangermanisme. C’est plus ennuyeux pour eux que pour nous parce qu’ils sont moins forts et parce qu’ils n’ont pas une aussi solide barrière naturelle comme frontière. Cependant, il n’y a rien à faire. Mais parce que le poulet autrichien est tombé, ou presque, dans la casserole allemande plus tôt que prévu, il est indispensable que les liens entre Rome et Belgrade soient encore renforcés et il convient de tenir compte que la Hongrie et la Pologne se trouvent dans une situation analogue. Christich était d’accord. Je pense qu’il faut désormais étudier une alliance avec la Yougoslavie. L’Axe horizontal pourra permettre l’existence de l’Axe vertical.

58Bref entretien avec Perth, avec lequel je me suis exprimé plus ou moins selon les termes de la lettre envoyée à Grandi. J’ai fait de même ce matin avec lady Chamberlain, laquelle n’a pas encore reçu de réponse à sa lettre du 1er février.

  • 30 Alors que le Premier ministre britannique est favorable à une politique d’entente avec l’Italie fa (...)

59J’ai reçu Phillips, avec qui j’ai fait un conséquent tour d’horizon. Il m’a demandé ce que je pensais de la dissension entre Eden et Chamberlain. Je lui ai dit que je n’avais pas d’éléments précis mais que de toute façon, j’aurais préféré baser l’entente avec Londres sur un feeling unanime plutôt que sur l’affrontement entre ces deux hommes d’État30.

  • 31 Ciano y défend la collaboration entre l’Allemagne et l’Autriche : « Le gouvernement fasciste a tou (...)

60J’ai rédigé le no 15 de l’Information diplomatique sur l’Autriche31.

  • 32 De son véritable nom Joseph Vissarionovitch Djougachvili, Staline est né en Géorgie en 1879. Adhér (...)

61L’affaire Butenko a fait beaucoup de bruit et nous a été utile. Je me suis servi de cet homme mais je le méprise. C’est un traître et un lâche qui a abandonné son sang (une fille) à la vengeance de Staline32.

6218 février. Ce matin, le Duce était plutôt irrité contre l’Allemagne pour la façon avec laquelle la question de l’Autriche a été menée. Les Allemands auraient dû au moins nous avertir : inversement, pas une parole. De plus, si au lieu de s’arrêter sur les positions conquises, ils pensaient arriver à l’Anschluss pur et simple, cela déterminerait des conditions générales tout à fait différentes de celles sur lesquelles l’Axe fut constitué et réclamerait un nouvel examen de la situation.

  • 33 Ciano signale dans ce document l’aigreur italienne sur la manière de conduire la politique envers (...)

63J’ai profité de l’opportunité de me trouver avec Hesse, après avoir fait un déjeuner à trois avec le prince de Piémont, pour lui parler en ami et clairement. J’ai mis par écrit l’entretien33.

64Grandi a été reçu par Chamberlain, mais je n’ai pas d’éléments sur les résultats de l’entretien. Au téléphone, il était très réticent, d’une réticence qui ne me semblait pas seulement déterminée par la peur des interceptions.

  • 34 Parmi les décisions prises lors de ce Conseil des ministres sont décidés la création d’un institut (...)

6519 février. Conseil des ministres34.

66J’ai invité Schuschnigg à préciser le rôle joué par l’Italie durant toutes ces péripéties autrichiennes. Il est nécessaire que soient démentis ces appels désespérés de Vienne restés sans réponse. En réalité, nous avons tout appris lorsque les choses étaient déjà faites : il n’y avait aucune alternative possible et il ne nous restait plus qu’à donner l’approbation à l’action de Schuschnigg.

67J’ai télégraphié à Berlin afin de faire savoir que le Führer se garde bien, dans son discours, de mettre l’amitié de l’Italie et de la Pologne sur le même plan, comme cela semblait être le cas selon certaines informations d’Attolico. Notre réaction serait précise.

  • 35 Favorable à l’ouverture de négociations italo-britanniques, Grandi a cependant insisté pour qu’ell (...)
  • 36 Le Foreign Office demande le retrait de deux postes militaires italiens aux confins de l’Éthiopie, (...)

68Grandi a fait un pas en avant lors de ses entretiens35. En réalité, il semble que l’on puisse bientôt commencer. Toutefois, Perth, sur ordre précis d’Eden, m’a porté une protestation très énergique pour une question coloniale d’importance secondaire36. Au lendemain des entretiens de Londres, cela sonne étrangement. Tout laisse à penser qu’Eden, voyant la partie perdue dans ses confrontations avec Chamberlain, tente encore d’embrouiller les cartes et de renvoyer les négociations en haute mer. Grandi, avec qui j’ai eu un entretien téléphonique, pense de même et dit qu’à Londres, la fracture au sein du gouvernement est très forte.

6920 février. La journée est chaude : discours du Führer à Berlin et crise à Londres à cause du désaccord entre Eden et Chamberlain, particulièrement au sujet de la politique envers l’Italie.

  • 37 Le discours d’Hitler est synthétisé par l’ambassadeur Attolico, dans son rapport du 21 février : « (...)

70Le discours du Führer, selon ce qu’ont télégraphié Attolico et Magistrati, a été bon à notre égard et particulièrement direct contre la Grande-Bretagne. Par contre, au sujet de l’Autriche, même si ne figure jamais le mot indépendance, les déclarations apparaissent assez satisfaisantes. L’Autriche est considérée comme entité nationale et non pas comme une province germanique, au moins pour le moment37.

  • 38 Terminillo est une station de ski à environ 120 kilomètres de Rome, dans la province de Rieti.
  • 39 Pour la première fois dans l’histoire politique britannique, le cabinet s’est réuni un dimanche. A (...)

71À Londres, la crise est en marche. Le Duce téléphone depuis Terminillo38 et veut être informé de demi-heure en demi-heure. La situation est fluide. Eden a donné sa démission à 13 heures et s’est présenté au Conseil des ministres comme démissionnaire. Le Conseil a duré jusqu’à 18 h 30 et a été renvoyé après le dîner. Eden, boudeur et seul, a été applaudi, à la sortie, par la foule au cri de « Eden Premier ministre ». Les travaillistes, les libéraux et les conservateurs de gauche ont déjà voté une motion en faveur d’Eden. La crise est peut-être une des plus importantes qui se soient jamais produite. Elle peut vouloir dire la paix ou la guerre. J’ai autorisé Grandi à faire quelques gestes qui puissent ajouter une flèche au carquois de Chamberlain. Un cabinet Eden aurait pour but la lutte contre les dictatures et d’abord celle de Mussolini. J’attends des nouvelles au ministère. À 10 heures, le Duce va se reposer. Changement des temps : les Anglais travaillent le dimanche et le Chef italien prend son week-end39.

  • 40 Godolphin Osborne d’Arcy est ministre plénipotentiaire près le Saint-Siège depuis 1936.
  • 41 Eden a une autre perception : « En dépit des intentions du comte Ciano et de l’ambassadeur, beauco (...)

7221 février. C’est durant une réception chez les Colonna que j’ai appris la chute d’Eden hier soir. Le public a applaudi la nouvelle. Il y avait également le prince et la princesse de Piémont et il a voulu trinquer plusieurs fois avec moi. Chose étrange : le ministre anglais près le Saint-Siège, Osborne40, a voulu me féliciter et boire à la démission d’Eden. J’ai donné, depuis chez les Colonna, des dispositions à la presse afin qu’elle ne chante pas victoire : nous ne devons pas faire d’Eden une victime du fascisme. En fait, les journalistes présentent la chute comme le déroulement normal d’une crise interne au cabinet anglais. Même Perth, qui se porte bien, m’a téléphoné ce matin pour me recommander ce qui avait déjà été fait41.

  • 42 Hubert Lagardelle est un ancien théoricien socialiste, proche du syndicalisme révolutionnaire avan (...)

73Entretien avec Lagardelle42, de retour de Paris. Les habituelles paroles et les mêmes projets : désormais, tout recule devant les événements britanniques.

74Grandi téléphone un bref compte rendu de son entretien avec Chamberlain. Il lui a confirmé que nous sommes prêts à commencer les conversations sur les bases connues. Il semble que des instructions seront bientôt envoyées à Perth.

75Avec l’ambassadeur de Pologne, nous avons défini le programme du voyage de Beck. La presse ne devra pas lui donner un caractère antifrançais : il l’est déjà assez en lui-même sans avoir besoin d’ajouter de commentaires.

  • 43 Le général Giuseppe Sereggi est l’aide de camp du roi d’Albanie.

76Sereggi43 m’a invité au nom du roi Zog à être témoin aux noces du 26 avril. J’ai accepté. Je garde confiance dans mon programme pour l’Albanie et toute chose qui peut augmenter notre prestige et notre influence ne doit pas être négligée.

  • 44 Partant pour Londres afin de recevoir des instructions concernant l’ouverture de pourparlers italo (...)

7722 février. Long Conseil des ministres. Quand je suis revenu au palais Chigi dans la soirée, j’ai trouvé Perth dans l’antichambre qui attendait. J’ai consigné l’entretien44. Je veux ajouter qu’il ne me paraissait pas chagriné par le départ d’Eden et a rougi comme un enfant quand je lui ai fait un éloge du travail qu’il a accompli. C’est étrange comme les Anglais sont faciles à faire rougir : beaucoup plus que nous latins. Timidité ou pudeur ?

  • 45 Dario Lupi est sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique dans le premier cabinet Mussolini j (...)

78Entretien avec Lessona, très préoccupé parce que le Parti commence à agir contre lui à la suite de la dénonciation de De Bono au sujet du brevet de la marche sur Rome. Lessona a préparé un mémoire pour sa défense. Très faible : comme unique témoignage de sa participation à la Marche, il cite un mort, Dario Lupi45. Il m’a prié d’intervenir. Il comprend que la bataille deviendra pour lui une déroute. Mais vaut-il vraiment la peine d’être sauvé ?

  • 46 Ward Price est un journaliste britannique du Daily Mail, souvent sympathique à l’égard des positio (...)

79Ward Price46 voulait une interview du Duce ou de moi. Il ne me semble pas que le moment soit bien choisi. Je me suis limité à lui donner des informations générales sur les prochaines négociations et à démentir le bruit de l’emprunt demandé à Londres.

  • 47 La bataille de Teruel coûte aux républicains 10 000 morts et 14 500 prisonniers.

80Tout va bien en Espagne. Teruel est reprise et les troupes avancent47. Berti croit possible d’arriver à la mer et demande à Franco l’engagement de nos divisions. Le Duce a envoyé un beau télégramme incitant Franco à la lutte et posant le dilemme à propos des légionnaires : les faire combattre ou les rapatrier.

8123 février. Schuschnigg a envoyé, par l’intermédiaire de Ghigi, un extrait de son prochain discours qui concerne l’Italie. Il est bon, aussi parce qu’il dément les bruits de notre changement d’attitude à propos de l’Autriche. Mais que devrons-nous faire ? Une guerre à l’Allemagne ? Au premier coup de fusil, tous les Autrichiens, sans exception, se joindraient aux Allemands contre nous. J’ai remercié Schuschnigg et je lui ai suggéré de mettre en évidence que l’indépendance de l’Autriche trouve ses fondements dans la volonté et la détermination de son peuple, non dans les garanties incertaines des États étrangers. Un pays dont l’indépendance est assurée par des tiers est virtuellement fini.

82La lutte en Espagne continue victorieusement. Franco doit exploiter à fond le succès et profiter de la situation favorable qui s’est dessinée à la suite des événements militaires et politiques. S’il perdait encore cette occasion exceptionnelle, il donnerait une preuve définitive de son insuffisance. La fortune n’est pas un train qui passe tous les jours à la même heure et encore moins une femme honnête qui se donne pour toute la vie. La fortune est une prostituée qui s’offre de manière fugace et passe ensuite à d’autres. Qui ne la prend pas par les cheveux la perd.

83Congé de Cantilo qui part d’ici peu pour l’Argentine, pas très convaincu de ce qu’il devra faire.

  • 48 La Vénétie Julienne comprend l’Istrie, la Carniole occidentale avec la ville de Gorizia, une parti (...)

8424 février. Avec Christich, nous avons parlé des minorités slaves en Vénétie Julienne et, pour faciliter la discussion parlementaire à Stoyadinovitch, je lui ai dit que nous sommes encore prêts à faire quelque chose en leur faveur. Mais on ne sait pas quoi faire car ce sont des populations tranquilles et qui ne demandent rien. Plût à Dieu que les Allemands du Haut-Adige soient aussi dociles48.

  • 49 Entre autres choses, Blondel rapporte cette analyse de Ciano dans son rapport du 24 février : « Le (...)

85Blondel a voulu faire un tour d’horizon avec des arrêts à Londres et à Vienne. Je lui ai exposé quelques-unes de nos idées au sujet de l’Autriche49. Il a dû admettre qu’elles étaient réalistes.

86Ward Price est venu me saluer avant de revenir à Londres. Il m’a dit, entre autres, que Schuschnigg lui a expliqué que la protection de l’Italie envers l’Autriche ne pouvait pas trouver une réalisation politique car, si un soldat italien avait mis les pieds en territoire autrichien, une union sacrée se serait créée contre nous. Il a dit également que Goering, dans un récent entretien, lui aurait laissé entendre que Mussolini, à Berlin, aurait plus ou moins laissé les mains libres en Autriche (ce qui est faux). Goering a ajouté qu’il s’agit d’une question allemande dans laquelle ne serait pas admise l’ingérence d’une autre puissance, Italie comprise selon Ward Price.

87Le Duce me téléphone que Schuschnigg a fait un discours fort sur la ligne de nos suggestions.

  • 50 Le 24 février, Schuschnigg prend la parole devant le Parlement autrichien et son discours est retr (...)

8825 février. Le Duce était très satisfait du discours de Schuschnigg qu’il a écouté à la radio. L’enthousiasme de l’assemblée l’a surtout touché et l’a rendu plus confiant dans la vitalité de l’Autriche. Selon lui, hier s’est réveillé le patriotisme qui sommeillait depuis 20 ans et la mise en scène des uniformes, des drapeaux et des fanions y a contribué. Le Duce croit en la nécessité de raviver la politique avec la fantaisie et la mise en scène. Si Schuschnigg s’était présenté hier avec la monotone lassitude de cérémonie et avec l’allure traînante d’un religieux, le succès n’aurait pas été aussi vif50.

89Villiani m’a demandé des nouvelles de nos entretiens avec Londres et s’il était au programme de discuter de l’Europe centrale. Je lui ai répondu que non et lui ai confirmé que l’éventuel accord avec Londres n’est pas destiné à se substituer à l’Axe mais plutôt à épauler celui-ci.

  • 51 Revenu en Allemagne, Hassell entre en contact avec les opposants au régime nazi que sont le généra (...)
  • 52 Dante Alighieri (1265-1321) est un des pères de la littérature italienne, auteur de sonnets amoure (...)

90J’ai pris congé de von Hassell. Froid, hostile, rapide entretien. Je ne sens pas le moindre remord d’avoir déterminé l’éloignement de cet individu qui servait mal son pays et la cause de l’amitié italo-allemande. Peut-être a-t-il cherché à surmonter un état d’âme hostile et n’y est pas parvenu : il appartient fatalement et inexorablement à ce monde de junkers qui ne peuvent pas oublier 1914 et qui, dans le fond hostile au nazisme, n’éprouvent pas de solidarité avec le régime51. Et puis, von Hassell connaissait trop bien Dante52. Je me défie des étrangers qui connaissent Dante. Ils veulent nous rouler avec la poésie.

  • 53 Édouard Bénès, né en 1884, est maître de conférences en sociologie à l’université de Prague au déb (...)

9126 février. Le ministre de Tchécoslovaquie est venu protester contre la publication du Giornale d’Italia, selon lequel Bénès53 aurait dit à un diplomate étranger qu’il avait conseillé fin 1923 de « se débarrasser » de Mussolini. L’information a été donnée par nous après la transcription d’un télégramme du ministre français à Prague. Je crois désormais qu’il convient de donner le document à la presse, d’autant plus qu’après les jugements exprimés par Bénès contre les autres États de la Petite Entente, on pourra causer une vive polémique, peut-être même une crise.

92J’ai reçu Spaho, ministre yougoslave des Communications.

93Le Duce est très irrité par le fait que Franco continue à maintenir dans l’inaction nos forces volontaires et parce qu’il n’a pas répondu à sa lettre. Il a donné l’ordre à l’aviation des Baléares de s’abstenir de toute opération tant que notre infanterie ne sera pas engagée. Cette oisiveté démolit le moral des troupes ; les cas d’indiscipline sont plus fréquents et les désertions commencent pour la première fois. De plus, le pays est fatigué des affaires d’Espagne.

  • 54 Né en 1882, Rodolfo Graziani termine la Première Guerre mondiale comme colonel après de brillants (...)

94À la gare, réception de Graziani54. Il y avait le Duce ainsi que tous les principaux hiérarques, civils et militaires. Il manquait seulement Badoglio. L’accueil de la foule était, comme d’habitude, organisé et donc avec empreint d’une chaleur qui ne persuadait pas. Le Duce, en voiture, m’a dit : « Graziani a été content de mon accolade. Il a bien combattu mais mal gouverné. »

9527 février. En vol pour Florence où j’ai examiné le parcours du Führer et me suis rendu compte des préparatifs. Tout va très bien. Puis à Livourne. Enfin, départ pour Turin.

  • 55 Ferdinand de Savoie, duc de Gênes.

9628 février. Mariage du duc de Gênes55. Beaucoup de houle dans les milieux de la cour et dans l’aristocratie turinoise contre la mariée qui n’est pas jugée à la hauteur. Elle n’est pas belle et relativement âgée. Et si cela ne suffisait pas, le prêtre, en lisant l’acte, l’a vieillie par erreur de dix ans. Voici un lapsus que la mariée n’oubliera pas.

97J’ai passé l’après-midi avec des fascistes : beaucoup de camaraderie et de cordialité.

  • 56 Il s’agit de Marie-Josée de Belgique, épouse de l’héritier de la Couronne d’Italie depuis le 8 jan (...)

98Dans le train, entretien avec la princesse de Piémont56.

Notes

1 « C’est un pas qui a un style difficile et dur qui exige une préparation et un entraînement. C’est pour cela que nous le voulons. C’est un pas que les sédentaires, les ventrus, les déficients, les demi-portions ne pourront jamais faire. C’est pour cela qu’il nous plaît. Nos adversaires proclament que le pas de parade est l’expression la plus naturelle de l’authentique esprit militaire. Nous en sommes heureux. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 53.

2 Né en 1866, Emilio De Bono est volontaire pour l’Afrique en 1887. Après des études à l’École de guerre, il est chef d’état-major de l’intendance en Libye en 1912 et général de corps d’armée en 1918. Il adhère au parti fasciste en 1922 et est un des quadrumvirs qui organisent la marche sur Rome. Placé à la tête de la Milice, il en démissionne à la suite de l’assassinat de Matteotti le 10 juin 1924. Il est envoyé l’année suivante comme gouverneur de Tripolitaine. En 1928, Mussolini le nomme sous-secrétaire d’État aux Colonies puis ministre en 1929. En octobre 1935, il est placé à la tête des troupes qui envahissent l’Éthiopie mais il est rapidement remplacé par Badoglio. Il est fait maréchal d’Italie à son retour.

3 À la suite de cet entretien, Chamberlain, tout en remerciant sa belle-sœur des louables efforts accomplis pour améliorer les relations anglo-italiennes, lui demanda de ne plus poursuivre cette diplomatie parallèle peu appréciée tant au Foreign Office qu’à l’ambassade britannique à Rome.

4 Mussolini précise dans sa lettre que si le général Franco n’a pas pour objectif une grande offensive qui permettrait de mettre à bas les forces républicaines, « il est clair que le maintien des Légionnaires italiens devra se terminer à un certain moment car il n’aurait plus de raison d’être ». Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 87, p. 99.

5 Le général Aldo Aymonino est l’aide de camp du prince de Piémont.

6 Giovanni Bonmartini est un industriel italien.

7 L’Information diplomatique no 13 souligne que cette adhésion a été donnée « avec d’autant plus de faveur et de rapidité que l’Italie, plus que tout autre puissance, a un intérêt vital dans la liberté et la sécurité du trafic en Méditerranée et dans le renforcement des mesures qui doivent garantir cette liberté et cette sécurité ».

8 Outre le nettoyage des grands sites de la capitale, la via dell’Impero (actuelle via dei Fori imperiali) a été décorée de mâts portant les drapeaux de l’Italie fasciste et du IIIe Reich, et la gare de Roma Ostiense a été construite pour accueillir le train du Führer.

9 Il s’agit d’une erreur de Ciano. À cette date, le sous-secrétaire d’État aux Colonies est Basil Sheridan Hamilton.

10 Les îles Lipari, au nord de la Sicile, sont un des lieux d’emprisonnement des prisonniers politiques.

11 En plus du remplacement de Constantin von Neurath par Joachim von Ribbentrop aux Affaires étrangères, les sphères militaires connaissent également de profonds changements. Le maréchal Blomberg est remplacé comme ministre de la Guerre par Hitler lui-même qui cumule les fonctions. Le général Fritsch cède sa place de chef d’état-major au général Brauchitsch. Hjalmar Schacht laisse le ministère de l’Économie à Walter Funk.

12 Le général Federico Baistrocchi est sous-secrétaire d’État à la Guerre du 22 juillet 1933 au 7 octobre 1936 et chef d’état-major de l’armée du 1er octobre 1934 au 7 octobre 1936. Il est fait comte en 1937.

13 Le général Pietro Gazzera est alors gouverneur de la province du Gemma en Éthiopie.

14 Dans cet entretien avec l’ambassadeur Grandi, le secrétaire au Foreign Office a déclaré espérer pouvoir faire prochainement une déclaration officielle à propos des négociations italo-britanniques, mais que la question de la reconnaissance de l’Empire italien nécessite une concertation avec d’autres puissances. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 101, p. 115.

15 À propos de ces instructions, Grandi écrit dans ses Mémoires : « […] Accord avec la Grande-Bretagne mais à la condition que l’on ne traite ni de la question autrichienne, ni de la question espagnole. » Dans Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 1985, p. 432.

16 Le 20 février, Grandi télégraphie à Ciano : « Je vous informe que le gouvernement britannique enverra aujourd’hui même des instructions à l’ambassadeur britannique à Rome afin de commencer des négociations directement avec Votre Excellence. » Ibid., p. 435. Grandi soupçonne Ciano de vouloir le mettre à l’écart afin de ne pas avoir de concurrent à la tête de la diplomatie italienne : « Ciano avait désormais concentré en ses mains tout ce qui se rapportait aux rapports entre Rome et Londres. » Ibid., p. 436.

17 Pour l’Information diplomatique no 14, Ciano avait préparé un article dans lequel il écrivait : « Les rapports italo-britanniques ne peuvent être considérés par le gouvernement italien que dans le cadre plus vaste des rapports généraux entre les grandes puissances européennes et sur la base des directives permanentes et du reste parfaitement connues de la politique extérieure italienne. Le gouvernement italien ne pourra jamais accepter d’autres positions. Il est évident que les éventuelles tentatives de conversations italo-britanniques pour tâter à Rome la résistance de l’axe Rome-Berlin parviendraient seulement à prouver que l’Axe est inattaquable tant à Rome qu’à Berlin. » Finalement, ce texte ne fut pas publié dans l’Information diplomatique. Voir I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 105, note 3, p. 118.

18 Ciano commente devant la commission la loi sur la neutralité ratifiée par le président Roosevelt prévoyant l’embargo sur les armes envers les belligérants, l’interdiction pour des citoyens américains d’acquérir des bons et des obligations des pays en guerre, l’interdiction annoncée par le président que les navires des pays en guerre utilisent les ports américains. Dans Ibid., doc. no 121, p. 136-139.

19 Bochko Christich est ministre de Yougoslavie à Rome depuis novembre 1937.

20 Mehmed Spaho est ministre yougoslave des Communications et chef de la communauté musulmane.

21 L’entretien n’a pas eu lieu avec Eden mais avec lord Plymouth, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Celui-ci propose une intervention commune auprès des gouvernements de Salamanque et de Barcelone afin de parvenir à un accord au sujet du départ des volontaires étrangers. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 126, p. 147-148. Par contre, Eden et Grandi ont une conversation le 10 à propos de la nécessité d’entamer des négociations, que le ministre britannique rapporte à son ambassadeur à Rome. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 505, p. 881-885.

22 Sous la pression du roi Carol II, le gouvernement d’Octavian Goga est obligé de démissionner. Nouveau maître du jeu politique, le souverain nomme le patriarche Miron Christea à la tête d’un nouveau gouvernement, écartant ainsi la menace de la Garde de fer de Codreanu au profit d’une dictature royale.

23 Carlo Del Croix a été mutilé à la suite d’un accident lors d’un entraînement au lancer de grenades en 1917.

24 Au moment de l’affaire Matteotti, qui fait suite à l’assassinat du député socialiste le 10 juin 1924, Carlo Del Croix avait pris ses distances à l’égard du fascisme.

25 Le cabinet britannique souhaiterait que le nombre de « volontaires » italiens envoyés en Espagne soit contingenté entre 12 000 et 15 000. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 139, p. 167.

26 Werner von Blomberg est chef d’état-major de 1926 à 1929 puis, s’étant rapproché des nazis, ministre de la Reichswehr le 30 janvier 1933, puis de la Guerre en 1935. Il favorise le réarmement de l’Allemagne mais ne se montre pas favorable aux plans d’expansion d’Hitler qu’il estime trop dangereux pour le Reich en l’état présent des forces. Il est contraint à la démission en février 1938 au prétexte d’un remariage avec une ancienne prostituée.

27 Guido Manacorda est un germaniste italien.

28 Depuis 1936, l’Italie fasciste mène une politique pro-arabe assez nette. La déclaration italienne sur un État juif qui ne pourrait pas se situer en Palestine provoqua la réaction, le 1er mars, de la Jewish Agency qui rappelle que l’Italie avait adhéré à la déclaration Balfour de 1917 envisageant la création d’un foyer national juif en Palestine.

29 Voici un extrait de cette lettre à Dino Grandi : « Je suis certain que tu trouveras le moyen de faire comprendre aux Anglais, quand et comme il te paraîtra utile et indiqué, que si nous voulons accomplir un effort pour essayer de sauver du naufrage la barque de nos relations, il faut se décider à faire vite, car le temps presse et toutes les cartes du jeu peuvent ne pas demeurer toujours et uniquement entre nos mains et les leurs. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 145.

30 Alors que le Premier ministre britannique est favorable à une politique d’entente avec l’Italie fasciste, son secrétaire au Foreign Office est sur une ligne de plus grande fermeté, d’où de profondes divergences entre les deux hommes. Dans son rapport du 19 février au sujet de l’entretien qu’il a eu la veille avec Chamberlain et Eden, Grandi note : « Chamberlain et Eden n’étaient pas un Premier ministre et un ministre des Affaires étrangères qui discutaient avec un ambassadeur d’un pays étranger d’une situation délicate de caractère international. Ils étaient et se révélaient devant moi, en dehors et au-dessus de toute convention protocolaire, deux ennemis face à face et comme deux coqs dans une véritable attitude de combat. » Ibid., p. 168.

31 Ciano y défend la collaboration entre l’Allemagne et l’Autriche : « Le gouvernement fasciste a toujours considéré et considère l’entente cordiale et l’étroite collaboration entre les deux États allemands correspondant non seulement aux conditions immuables de la réalité mais également aux conditions essentielles de la paix et de la tranquillité en Europe. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 173, p. 206.

32 De son véritable nom Joseph Vissarionovitch Djougachvili, Staline est né en Géorgie en 1879. Adhérant du mouvement social-démocrate, il fait partie du comité central à partir de 1912 et prend le surnom de Staline (l’Homme de fer) en 1913. N’ayant joué qu’un rôle mineur dans la révolution d’octobre 1917, il devient néanmoins secrétaire général du parti bolchevique en 1922. Contrôlant la direction du parti et se présentant comme l’héritier de Lénine, il parvient à éliminer politiquement Trotski entre 1926 et 1929. Dans les années 1930, il est le maître incontesté au Kremlin. Sur Staline, voir Marie Jean-Jacques, Staline, Fayard, Paris, 2001 ; Sebag Montefiore Simon, Staline. La cour du tsar rouge, Les Syrtes, Paris, 2005 ; Werth Nicolas, La Terreur et le Désarroi. Staline et son système, Perrin, coll. « Tempus » (no 160), Paris, 2007.

33 Ciano signale dans ce document l’aigreur italienne sur la manière de conduire la politique envers l’Autriche de la part de l’Allemagne : « Vu les liens étroits qui unissent les deux pays de l’Axe, la droiture exemplaire de notre politique vis-à-vis de l’Allemagne, les accord verbaux existant à l’égard de l’Autriche et contenant l’engagement de ne rien faire sans consultation réciproque, nous avions de bonnes raisons de penser que le Führer, avant de procéder à une rencontre aux conséquences si graves, nous aurait informés en temps utile et demandé à exprimer notre avis. Il était naturellement opportun que de cette observation de ma part, il fût tenu compte à l’avenir par le gouvernement allemand. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 146.

34 Parmi les décisions prises lors de ce Conseil des ministres sont décidés la création d’un institut de recherche sur les minéraux dans le cadre de la politique d’autarcie prônée par le régime, le paiement des jours fériés que sont la fondation de Rome (21 avril), la fondation de l’Empire (9 mai), la marche sur Rome (28 octobre), la victoire de 1918 (4 novembre), le choix d’une effigie de l’empereur Antonin le Pieux comme symbole de l’Exposition universelle prévue pour octobre 1942, illustration de l’importance du concept de romanité dans l’Italie fasciste. Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXIX, op. cit., p. 55-56.

35 Favorable à l’ouverture de négociations italo-britanniques, Grandi a cependant insisté pour qu’elles aient lieu à Rome et non à Londres comme le suggéraient Chamberlain et Eden. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 187, p. 217.

36 Le Foreign Office demande le retrait de deux postes militaires italiens aux confins de l’Éthiopie, du Soudan et du Kenya. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 170.

37 Le discours d’Hitler est synthétisé par l’ambassadeur Attolico, dans son rapport du 21 février : « Réaffirmation de la valeur et de l’importance de l’amitié italo-allemande, renforcée par la récente visite du Duce. Prévisions de plus grands développements de l’action du triangle Rome-Berlin-Tokyo et affirmation, plus claire que dans d’autres occasions précédentes, de la nécessité de la victoire de l’Espagne nationaliste. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 204, p. 251.

38 Terminillo est une station de ski à environ 120 kilomètres de Rome, dans la province de Rieti.

39 Pour la première fois dans l’histoire politique britannique, le cabinet s’est réuni un dimanche. Après trois réunions de celui-ci et alors qu’il y est largement minoritaire, Eden annonce sa démission à 22 h 35.

40 Godolphin Osborne d’Arcy est ministre plénipotentiaire près le Saint-Siège depuis 1936.

41 Eden a une autre perception : « En dépit des intentions du comte Ciano et de l’ambassadeur, beaucoup de journaux italiens présentèrent ma démission comme une victoire du Duce qui avait proclamé dans la presse qu’il n’y aurait pas de progrès dans les négociations tant que je serai au Foreign Office. » Dans Eden Anthony, The Eden Memories, op. cit., p. 598-599. La démission d’Anthony Eden est liée à la politique étrangère du gouvernement à propos de laquelle Eden est en désaccord, tant sur le plan de l’attitude à adopter vis-à-vis des dictateurs que du refus de Chamberlain de donner suite à la proposition du président Roosevelt du 11 janvier 1938 de réunir les grandes puissances occidentales pour régler les différents internationaux.

42 Hubert Lagardelle est un ancien théoricien socialiste, proche du syndicalisme révolutionnaire avant la Grande Guerre. En 1926, il adhère au mouvement des Faisceaux de Georges Valois et exprime une réelle sympathie pour l’Italie fasciste. À partir de 1932, il accomplit une série de missions diplomatiques en Italie.

43 Le général Giuseppe Sereggi est l’aide de camp du roi d’Albanie.

44 Partant pour Londres afin de recevoir des instructions concernant l’ouverture de pourparlers italo-britanniques, Perth a souhaité en informer directement Ciano. Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 172.

45 Dario Lupi est sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique dans le premier cabinet Mussolini jusqu’au 3 août 1924.

46 Ward Price est un journaliste britannique du Daily Mail, souvent sympathique à l’égard des positions de l’Italie fasciste.

47 La bataille de Teruel coûte aux républicains 10 000 morts et 14 500 prisonniers.

48 La Vénétie Julienne comprend l’Istrie, la Carniole occidentale avec la ville de Gorizia, une partie de la Carinthie dont Rijeka et Fiume, une partie de la Dalmatie jusqu’au cap Planka. Le traité italo-yougoslave de Rapallo du 12 novembre 1920 avalise la nouvelle situation. Des minorités slovènes et croates vivent dans cette province. Le Trentin-Haut-Adige, appelé Sud-Tyrol par les Autrichiens, est cédé à l’Italie à la suite de la Première Guerre mondiale (traité de Saint-Germain-en-Laye du 10 septembre 1919), malgré la présence d’une minorité germanophone.

49 Entre autres choses, Blondel rapporte cette analyse de Ciano dans son rapport du 24 février : « Le comte Ciano ne prétend d’ailleurs pas que la majorité du peuple autrichien soit actuellement favorable au rattachement à l’Allemagne, mais il regrette que les Autrichiens ne fassent pas davantage pour montrer leur volonté de rester indépendants. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 8 (17 janvier – 20 mars 1938), Imprimerie nationale, Paris, 1973, doc. no 263, p. 521-522.

50 Le 24 février, Schuschnigg prend la parole devant le Parlement autrichien et son discours est retransmis par la radio. Après en avoir longuement appelé à l’unité des Autrichiens, le chancelier termine son discours par cette formule : « Rouge, blanc, rouge, les couleurs du drapeau autrichien, jusqu’à la mort. » Dans Ibid., doc. no 268, p. 532.

51 Revenu en Allemagne, Hassell entre en contact avec les opposants au régime nazi que sont le général Beck, Goerdeler, les conservateurs-libéraux du cercle de Kreisau, Moltke. Ayant participé au complot du 20 juillet 1944 contre Hitler, il est arrêté à la suite de l’échec de celui-ci et exécuté.

52 Dante Alighieri (1265-1321) est un des pères de la littérature italienne, auteur de sonnets amoureux dédiés à Béatrice Portinari. Cet amour lui inspire Vita nuova, œuvre littéraire et philosophique. Touchant à nouveau à la philosophie avec Le Banquet, puis à la politique avec De monarchia, il publie de 1314 à 1320 son œuvre la plus célèbre, La Divine Comédie.

53 Édouard Bénès, né en 1884, est maître de conférences en sociologie à l’université de Prague au début de la Première Guerre mondiale. Militant pour une indépendance tchécoslovaque, il part pour la Suisse en septembre 1915 et s’emploie auprès des Alliés à la création d’une Tchécoslovaquie indépendante. Ministre des Affaires étrangères depuis 1918, Bénès succède à Thomas Masaryk à la présidence de la République tchèque le 1er décembre 1935.

54 Né en 1882, Rodolfo Graziani termine la Première Guerre mondiale comme colonel après de brillants états de service. Il est affecté en Libye en octobre 1921. Nommé général, il est promu vice-gouverneur de la Cyrénaïque le 11 janvier 1930. Il mène la répression contre les rebelles senoussis à l’issue de laquelle leur chef, Omar al-Mouktar, est pendu le 16 septembre 1931. En février 1935, il est affecté gouverneur de Somalie d’où il lance une offensive lors du conflit éthiopien à la fin duquel il est élevé à la dignité de maréchal. En mai 1936, il succède à Pietro Badoglio comme vice-roi d’Éthiopie. Il échappe à un attentat le 19 février 1937 et se distingue par une féroce répression comme le massacre des moines du monastère de Debré Libanos. Il est remplacé par le duc d’Aoste. Sur Graziani, voir Canosa Romano, Graziani. Il maresciallo d’Italia dalla guerra d’Etiopia alla Repubblica di Salò, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2004.

55 Ferdinand de Savoie, duc de Gênes.

56 Il s’agit de Marie-Josée de Belgique, épouse de l’héritier de la Couronne d’Italie depuis le 8 janvier 1930.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site