Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1938

Janvier

Texte intégral

  • 1 Dans ses Mémoires, Eden précise que la lettre a été montrée sans la permission de Chamberlain. Dan (...)

11 er janvier. Dans la matinée, entretien avec lady Chamberlain. Elle m’a montré une lettre de son beau-frère1. Rien de nouveau à part les habituelles récriminations sur la propagande antibritannique de Radio Bari, de la presse italienne et la réaffirmation d’une bonne volonté afin de traiter avec nous. Nous verrons…

  • 2 Eric Trautmann est ambassadeur d’Allemagne à Pékin depuis 1935.

2Dans l’après-midi, entretien avec von Hassell, qui m’a indiqué de nouveaux points de la communication que Trautmann2 fera au gouvernement chinois pour le compte du Japon. Il s’agit plutôt de clarifications. J’ai saisi l’occasion pour dire à von Hassell que Trautmann ne se comporte pas bien avec nos fonctionnaires en Chine. Il tient à marquer une nette séparation. Évidemment, il n’est pas entré dans l’esprit de l’Axe. Ceci ne me surprend pas. C’est un fonctionnaire de carrière, d’intelligence moyenne et de caractère sombre. Je me rappelle combien, en 1932, il fut antinazi et comment il fut ennuyé, en 1933, quand Hitler arriva au pouvoir.

  • 3 La nouvelle de la prise de Teruel est quelque peu prématurée. La résistance républicaine dans la v (...)

3Cette nuit, peu de temps après minuit, un coup de téléphone m’a avisé, chez moi, de la prise de Teruel. L’année ne pouvait pas mieux commencer. Les télégrammes de Frusci parlent de fuite désordonnée des rouges. J’ai l’impression que si l’on charge à fond, on peut remporter un grand succès et, peut-être, arriver à la mer, ce qui représenterait la fin de la guerre. Mais y aura-t-il ce mordant3 ?

  • 4 Giuseppe Valle est sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique du 6 novembre 1933 au 31 octobre 1939.
  • 5 Ayant commandé l’escadrille « La Disperata » durant la guerre d’Éthiopie, Ciano se passionne pour (...)

4Valle4, hier, partant de Monte Cielo, a bombardé Barcelone. Durée du vol : six heures. Pourquoi ne me l’a-t-il pas dit ? Il me l’a promis pour la prochaine fois5.

  • 6 Giovanni Host Venturi est ministre des Communications du 24 janvier 1935 au 6 février 1943.
  • 7 Île et province du Sud de la Chine.

52 janvier. J’ai eu, hier, un entretien avec Host Venturi6 pour décider du sort du paquebot Ischia. Il porte un chargement de chars pour les Chinois et se dirige vers Hong Kong. Comme, pour des raisons techniques, le paquebot ne peut être dérouté, nous avons dans un premier temps informé les Japonais de la position et de la vitesse pour qu’ils le saisissent. Ils n’ont pas voulu le faire par crainte d’incidents internationaux. Ils nous ont laissé la liberté de remettre les marchandises. Mais le Duce, qui « entend se faire des Japonais des alliés militaires contre la Grande-Bretagne », m’a fait étudier le meilleur moyen pour éviter le déchargement. Nous avons décidé d’envoyer le navire contre la côte, sur l’île de Hainan7. Venturi dit que la chose est simple. Le Duce a approuvé. Les ordres ont été transmis en ce sens.

6Berti, avec ses premiers télégrammes, éteint les enthousiasmes au sujet de la victoire de Teruel et prévoit encore une forte capacité de résistance de la part des rouges. Aurait-il le mauvais œil ?

7Avec le Duce, nous avons examiné l’agenda de la prochaine réunion de Budapest. Il convient de rappeler Autrichiens et Hongrois à une plus grande solidarité politique envers nous. Autant ces deux peuples sont prompts à demander, autant ils sont tout aussi prompts à se dérober chaque fois qu’ils doivent assumer une responsabilité en notre faveur. Mussolini en est fatigué. Ce matin, il a dit qu’il invitera Goering à nazifier l’Autriche quand la question espagnole sera réglée. Je n’aime pas les Autrichiens mais il me semble qu’il convient d’aller doucement.

  • 8 Giuseppe Ingianni est directeur général de la marine marchande.
  • 9 Achille Lauro est un armateur napolitain. Après la guerre, il est un des leaders du mouvement mona (...)

8Puis un entretien avec Ingianni8 et l’armateur Lauro9 qui, plus experts que Host Venturi, m’ont expliqué toutes les complications qui pourraient dériver de l’échouage de l’Ischia. J’en reparlerai au Duce.

  • 10 Ciano écrit dans son compte rendu : « Perth était chargé de me dire que le retard de l’Angleterre (...)

93 janvier. Entretien avec Perth dont j’ai fait le procès-verbal. Il me semble que cet entretien a une importance notable : il signifie que la Grande-Bretagne ne veut pas fermer la porte aux tractations. Après le dernier télégramme de Crolla et les discours d’Eden, on pouvait en avoir la sensation. Si on peut arriver à un accord total et durable, il conviendrait de marcher. Dans le cas contraire, non10.

  • 11 Le comte Serafino Mazzolini est nommé ministre d’Italie au Caire.

10J’ai reçu l’ambassadeur du Japon et l’attaché naval pour la question de l’Ischia. Qu’ils le séquestrent : nous ne protesterons pas. Mais le couler ou le faire échouer donnerait lieu à une polémique et peut-être à un scandale international qui pourrait avoir des répercussions sur notre marine marchande. Je ne me sens pas de le conseiller au Duce. Si les Japonais ne le saisissent pas, il arrivera à Hong Kong. Ce ne seront pas 50 chars d’assaut qui changeront le cours de la guerre en Extrême-Orient ! J’ai donné des instructions à Mazzolini11, en partance pour l’Égypte. Au-delà de l’action politico-diplomatique normale, il doit étudier toutes les possibilités des collectivités italiennes en cas de conflit avec l’Angleterre. Quelques groupes d’action bien décidés, qui agissent par surprise, peuvent mettre les villes sens dessus dessous, créer le chaos dans la zone, peut-être faire des sabotages à caractère militaire. Il ne doit ni écrire, ni téléphoner. Pour venir en Italie, il n’a qu’à demander un congé pour motifs familiaux.

11Valle est venu me voir pour le communiqué à propos de son raid sur Barcelone. L’agence España signale 60 morts. Berti télégraphie que l’offensive sur Teruel est terminée.

  • 12 Francesco Jacomoni est ministre d’Italie en Albanie depuis novembre 1936 après avoir été sous-chef (...)
  • 13 Famille de l’aristocratie italienne.

12J’ai proposé à Jacomoni12 le nom d’une des filles Durini13 comme femme pour le roi Zog. Il insiste pour se marier et veut une Italienne. Mais ici, il est plutôt discrédité après les deux précédentes et infructueuses tentatives.

  • 14 Il s’agit de Monseigneur Francesco Borgongini Duca, nonce auprès de l’Italie depuis les accords du (...)
  • 15 En 1931, le pouvoir fasciste lance une offensive contre les organisations de l’Action catholique a (...)

134 janvier. Le nonce14 m’a parlé de son entretien avec Buffarini. Il était très alarmé. Le Saint-Siège a également ressenti son alarme. Buffarini aurait dit que la situation des relations avec l’Action catholique est en train de devenir plus mauvaise qu’en 193115. Je n’avais pas d’éléments pour confirmer ou infirmer. J’ai fait au nonce un tableau de l’activité internationale du Vatican de ces derniers temps. Je me rends compte des difficultés créées par l’Allemagne, mais ils ne doivent pas pousser exagérément le flirt avec les fronts populaires, voire les communistes. Ceci peut rendre plus susceptible le Duce dans les relations avec les organisations catholiques. Le Saint-Siège doit se rappeler que c’est l’Axe qui se bat en Espagne contre le communisme, dans cette Espagne qui a connu de récents massacres de religieux opérés par des rouges.

  • 16 Ce projet de déclaration commune est adressé aux gouvernements autrichien et hongrois en prévision (...)

14J’ai envoyé à Vienne et à Budapest un projet de déclaration qui engage les deux pays danubiens à une plus grande adhésion à l’Axe, à la politique anti-Komintern et anti-Ligue16. Le moment est bon. Les Hongrois craignent trop notre rapprochement avec la Roumanie pour refuser. Le Duce m’a confirmé qu’il n’entend pas faire un accord avec les Roumains s’il n’a pas le feu vert de Budapest.

15O’Kelly : vice-président d’Irlande. Homme modeste, courtois et cordial. Il dit que le prochain pas de son pays sera de proclamer la République d’Irlande. Très antibritannique. Je lui ai dit que nos deux pays seront toujours plus proches pour des raisons positives que pour des raisons négatives.

  • 17 Le baron Giacomo Paolucci di Calboli est secrétaire de cabinet au ministère des Affaires étrangère (...)

16J’ai proposé au Duce, qui a accepté, d’envoyer Paolucci di Calboli17 au Japon, à la tête de la mission du Parti. Il en sera content. Il a toujours été antisociétaire et anglophobe : il fera bon ménage avec les Japonais.

  • 18 Il s’agit du Teatro dell’Opera de Rome.
  • 19 Cette crainte hongroise de l’Allemagne est confirmée dans le compte rendu : « En ce qui concerne l (...)

175 janvier. Le Duce m’a rapporté trois entretiens qu’il a eus hier soir au théâtre18. Un avec le comte Bethlen que j’ai pris en notes. Il exprimait particulièrement la préoccupation magyare des relations avec l’Allemagne. À une Petite Entente qui se fonde sur Berlin, les Hongrois préfèrent encore celle qui gravite autour de Paris19. Mussolini l’a assuré que nous ne nous entendrons pas avec les Roumains sans l’accord préalable hongrois. Bethlen en a été très soulagé.

  • 20 Bien sûr, Hassell ne fait pas mention dans son rapport de son sort personnel. Par contre, il prése (...)

18Puis, il a parlé avec von Hassell, lequel a pleuré sur son sort et a attendri le Duce qui m’a dit d’intervenir de nouveau auprès de Berlin pour sauver Hassell cette fois-ci20. Ce n’est pas un rôle que je joue volontiers. Hassell est un ennemi et je préférais de loin quand le Duce m’ordonnait d’en demander la tête. De toute façon, je parlerai demain à Hassell et nous verrons.

  • 21 Dans son rapport, Perth confirme la volonté de Mussolini de parvenir à un accord « total » dans la (...)

19Enfin, Perth : bref résumé des positions des deux pays et confirmation de mon entretien du 3 janvier. Perth, optimiste, a dit au Duce que l’année en cours verra l’accord : peut-être, selon ses dires, le verrons-nous dans le premier trimestre. Sait-on jamais… Mais l’aube ne ceint pas encore le ciel de roses pour consentir autant de confiance dans le futur21.

  • 22 Effectivement, Jules-François Blondel souligne l’état de l’opinion française dans son rapport du 6 (...)

20J’ai vu Blondel après le congé. Il m’a dit qu’il y a une bonne disposition dans les milieux gouvernementaux mais que la défiance a crû dans le public vis-à-vis de l’Italie22.

  • 23 Le 8 janvier, lors d’une entrevue entre l’ambassadeur Pignatti et le cardinal Pacelli, secrétaire (...)

21Entretien avec le nonce : je l’ai rassuré. Rien ne sera fait contre l’Action catholique. Cependant, j’ai confirmé ce qui a été dit hier à propos du danger des glissements à gauche du Vatican23.

  • 24 Allusion à l’entrée en guerre de l’Italie, en mai 1915, aux côtés des alliés de l’Entente.

226 janvier. Entretien avec von Hassell. Je lui ai parlé avec clarté. Je lui ai exposé les raisons de mécontentement que nous avons à son égard : phrases prononcées contre l’Italie, attitude durant les tractations et la signature du Pacte tripartite. Il a nié les premières et a dit, pour la deuxième question, qu’il appliquait les instructions reçues. Il a dit avoir toujours été italophile, quand tous en Allemagne, Parti compris, étaient contre nous. Il a ajouté s’être toujours appliqué à détruire, dans l’âme du peuple allemand, le souvenir de 191524. Mais il ne demande ni clémence, ni pitié : si nous voulons intervenir à Berlin, nous pouvons le faire de notre propre volonté et de notre propre initiative.

23Je crois qu’il convient de le laisser aller vers son destin. Il était un ennemi avant, il l’est aujourd’hui plus que jamais. Si nous le sauvons, il serait un ennemi rendu plus acharné par la reconnaissance. Et puis, nous ne pouvons pas désavouer Hess et le prince de Hesse qui ont agi sur notre indication. Hassell passe et Hess reste. Le second m’intéresse plus.

  • 25 Né en 1807, Giuseppe Garibaldi participe aux mouvements insurrectionnels qui secouent la péninsule (...)
  • 26 Général prussien, Carl von Clausewitz participa aux guerres contre Napoléon et devint en 1818 le d (...)
  • 27 Même si Garibaldi n’est guère porté aux études et s’engage comme mousse à 15 ans, il est pour le m (...)

24Parlant de Garibaldi25, le Duce a dit : « Sa chance était d’être un analphabète. S’il n’avait pas été analphabète, il aurait lu Clausewitz26 et aurait perdu les batailles. » Il était d’une excellente humeur et aimait le paradoxe27.

25Il m’a ordonné de liquider Parini à cause du gaspillage dans la gestion de la Direction des Italiens à l’étranger.

  • 28 Nunzi Nasi est ministre des Postes en 1898-1899 dans le cabinet Pelloux, puis de l’Instruction pub (...)

267 janvier. Long entretien avec le Roi. Il a voulu me parler des travaux à mener à l’occasion de la venue d’Hitler. Il a fait allusion à la visite à faire en retour en Allemagne. Argument scabreux. Le Duce n’aime pas cette visite doublant la sienne. Il m’en parle en disant : « Ceci est une occasion pour laquelle la monarchie se révèle une superstructure inutile. » Le Duce a encore ajouté : « Les Allemands m’aiment aussi par solidarité de parti mais ils n’aiment pas le Roi parce qu’ils se rappellent qu’en 1915, il signa la déclaration de guerre. » J’ai évité de donner une réponse au Roi : cependant, la visite devra être faite à cause du protocole et pour le prestige du Roi. Mais on peut la retarder. Le Roi m’a dit qu’il se méfiait des Allemands : dans le passé, Berlin a toujours été la chancellerie la plus déloyale. L’Autriche était correcte. Il a loué l’honnêteté des libéraux : en tant d’années de règne, seulement deux en manquèrent, un certain Maury et Nunzi Nasi28. Il a critiqué la construction des grands navires dans lesquels il ne croit pas. Ils sont trop exposés aux attaques aériennes et sous-marines.

  • 29 L’information est inexacte car l’évêque de Teruel est alors prisonnier des républicains.

27Le Duce m’a dit de me désintéresser de von Hassell. Bien. Il a écouté un rapport d’Anfuso sur la situation en Espagne. Rien de neuf : grande lenteur de mouvement de la part des blancs. Il paraît que Teruel ne serait pas intégralement occupée parce que les généraux, ayant rejoint l’évêché, perdirent deux heures avec un repas en compagnie de l’évêque29.

  • 30 Gouvernement mis en place en décembre 1937.
  • 31 Né en 1899, Corneliu Codreanu fonde en 1919, avec d’autres étudiants, un groupe de défense contre (...)
  • 32 Franz von Papen est député de la droite du Zentrum et chancelier de juin à décembre 1932, laissant (...)

28Entretien avec Miroinescu, sénateur roumain italophile. Il m’a dit que le gouvernement Goga30 est un gouvernement de transition et de transaction par rapport à Codreanu31 : une espèce de gouvernement von Papen32. Il croit possible un modus vivendi avec la Hongrie.

  • 33 La province de Juba (ou de Giuba) est une région du sud de la Somalie. Les accords du 15 juillet 1 (...)

29Entretien avec Perth. À la suite des bruits qui circulent à propos de la cession de Juba à l’Allemagne, il me rappela le traité de 1924 qui donnait une option à la Grande-Bretagne33. J’ai qualifié ces bruits d’absurdes et ridicules. Il le pensait également.

  • 34 Les contre-propositions hongroises affirment « la sympathie pour l’étroite coopération entre les d (...)

308 janvier. Nous avons parlé avec le Duce des contre-propositions austro-hongroises en vue de la rencontre de Budapest. Comme prévu, ils cherchent à se soustraire à chaque responsabilité dans les relations avec les soi-disant « démocraties ». À l’inverse, ils cherchent à glisser quelques phrases qui puissent déranger l’Allemagne et empêcher le rapprochement roumain. Les protocoles de Rome se révèlent moins vitaux : comme toujours, les accords qui ont seulement un contenu économique se révèlent privés de profonde vitalité. Les données économiques changent avec trop de rapidité, parfois d’une année sur l’autre. En Europe centrale, c’est en fonction, par exemple, de l’état de la récolte. De toute façon, nous verrons à Budapest34.

  • 35 Le général Alessandro Pirzio Biroli est gouverneur de la province de l’Amhara en Éthiopie de juin (...)
  • 36 La conquête de l’Éthiopie marque l’accélération d’une importante politique raciale du régime fasci (...)

31Le Duce était inquiet pour l’Empire. Le Goggiam est en révolte. Les rebelles sont 15 000. Nos garnisons sont assiégées. Il faudra deux mois pour mater le mouvement et beaucoup de forces. Selon le Duce, Pirzio Biroli35 en est responsable mais également l’impréparation raciale des Italiens. L’attitude de beaucoup des nôtres a fait perdre aux indigènes le respect de la race blanche36.

  • 37 Journal américain.

32Gervasi, de la Stampa Hearst37 a demandé un prêt. Je lui ai donné 20 000 lires, naturellement à fonds perdus. Il a toujours été un ami. Mais je préfère corrompre les ennemis avec de l’argent que de troubler la spontanéité des amis.

  • 38 Le prince Piero Colonna est gouverneur de Rome depuis le 15 novembre 1936 et le reste jusqu’au 24 (...)
  • 39 Le prince Gian Giacomo Borghese succède au prince Colonna comme gouverneur de Rome le 2 septembre (...)
  • 40 Il s’agit du marquis Costantino Patrizi.

33Long entretien avec Starace et Buffarini au sujet du remplacement du gouverneur Colonna38. Il semble que l’on doive tomber sur G. G. Borghese39. C’est une couleuvre à avaler : son antifascisme est frais. J’ai avancé le nom de Costantino Patrizi40. C’est un peu mieux…

349 janvier. Voyage vers Budapest. Entretien avec Villani dont je tire la conviction que je trouverai une atmosphère un peu trouble à notre égard. Nous chercherons à l’éclaircir. Les accueils à la gare sont très chaleureux malgré la tempête de neige.

3510 janvier. La conférence a commencé pour moi par deux entretiens : un avec Schuschnigg et l’autre avec Schmidt. Il s’agissait surtout pour eux de mettre en règle la question des documents britanniques relatifs à l’entretien Schmidt-Vansittart. Tout d’abord, je me suis montré inébranlable, bien que, tout de suite, il apparut clairement que le chancelier n’était pas disposé à nous donner la tête de son secrétaire d’État. Je devais céder : cela valait la peine de bien négocier le pardon. J’ai agi ainsi et j’ai eu Schmidt de mon côté pour les négociations politiques. Il a commencé par me révéler que Kánya était disposé à reconnaître Franco mais qu’il ne le ferait que si je m’imposais. L’os le plus dur à avaler pour les Hongrois était la déclaration pour Genève. Sur ce point, les Autrichiens étaient plus disposés à céder. Par contre, ils voulaient une déclaration à propos de l’indépendance de l’Autriche que je crus bon de ne pas faire par égard pour l’Allemagne. Les Hongrois demandaient une déclaration pour les minorités. Dans leur demande, il y avait une pointe antiroumaine mais si je l’avais accueillie, elle aurait surtout déplu à la Yougoslavie.

3611 janvier. C’est cela que je voulais éviter. Et puis, parler des minorités sans distinction aurait donné un nouveau motif de solidarité à la Petite Entente, surtout maintenant que la crise est plus aiguë. Ainsi, la conférence a débuté dans un climat difficile. La friction existait sur de nombreux points. J’ai fait l’habituel tour d’horizon, en particulier à propos de nos relations avec l’Angleterre. C’était un élément qui préoccupait particulièrement Kánya. J’ai donné à mon rapport un léger parfum d’optimisme : il ne convenait absolument pas d’alarmer les participants à Budapest si je voulais obtenir une adhésion explicite à notre politique. Kánya a parlé avec beaucoup d’aigreur de la Petite Entente et des hommes qui dirigent les trois États. Il a dit que Goga a été deux fois déserteur. Il a défini Stoyadinovitch comme un voyou balkanique. J’ai protesté, confirmant que nous n’avions que des raisons de satisfaction de la part de la politique de Belgrade. Pour Kánya, la Petite Entente est une marotte, spécialement la Roumanie. Quand il veut injurier ou définir négativement, il dit : « comme un Roumain », « voleur comme un Roumain », « menteur presque comme un Roumain ». Ce sont ses expressions habituelles.

  • 41 Les principaux points de la déclaration italo-austro-hongroise sont la sympathie de la Hongrie et (...)
  • 42 François-Joseph Ier, empereur d’Autriche de 1848 à 1867, puis d’Autriche-Hongrie de 1867 à 1916.

3712 janvier. Pour parvenir à un résultat positif concernant la déclaration tripartite, j’ai dû user de la manière forte. Ils ont alors cédé. Ils ont pratiquement accepté toutes les formules proposées, avec quelques variantes suggérées par eux, qui, plus que d’atténuer le document, l’ont renforcé à mes yeux41. Les négociations se déroulaient dans le bureau de Daranyi, à la présidence du Conseil, pièce où se détache un grand portrait à l’huile de François-Joseph42, jeune empereur, en 1848. En 90 ans, l’histoire a fait beaucoup de chemin !

  • 43 Le traité de Trianon du 4 juin 1920 règle le sort de la Hongrie à la suite de la Première Guerre m (...)

38En Hongrie, j’ai trouvé un climat nettement favorable pour nous dans le peuple et la jeunesse. Les vieux éléments, qui sont nombreux, et Kánya en est peut-être le représentant typique, ne peuvent pas nous aimer. Ils pensent comme la princesse Eszterházy, épouse d’un ex-président du Conseil, laquelle, durant un repas, m’a dit clairement et nettement que les principaux responsables des mutilations territoriales hongroises étaient nous, les Italiens, et qu’il était très facile de mettre en pièces un pays mais très difficile de le remettre sur pied43.

3913 janvier. Mais les jeunes sont différents. Ils aiment l’Italie pour son audace guerrière et pour sa justice sociale. La Hongrie des seigneurs terriens, la Hongrie féodale, ne peut pas désirer l’avènement d’un régime qui améliore sérieusement, profondément, la condition des masses.

  • 44 Fondateur de l’Union des officiers en 1923, Julius Gömbös est tenté par une voie fascisante dans l (...)

40Le Turul, jeune organisation nationaliste, voulait me nommer Grand Maître, au poste de Gömbös44. Le gouvernement s’y est opposé au prétexte que la chose aurait pu déplaire à… Schuschnigg. Ils me nommeront à une prochaine occasion. En attendant, il y a eu une manifestation intéressante au théâtre : quand je me suis levé pour sortir, la totalité de l’École militaire, nonobstant l’interdiction de faire une quelconque démonstration, s’est levée et a salué à la romaine. Signe clair des temps. Le voyage retour s’est bien passé. Nombreux signes de courtoisie yougoslaves. Accueils cordiaux à Trieste. La conférence de Budapest a eu un bon écho en Italie. Le Duce m’a fait téléphoner sa satisfaction. Ceci est la récompense la plus importante.

4114 janvier. J’ai fait au Duce un rapport du voyage à Budapest. Il était content des résultats et m’a réitéré ses félicitations.

  • 45 Les forces républicaines ont pu récupérer leurs positions perdues quelques jours auparavant.

42Je croyais le trouver plus irrité par la prise de Teruel45. Il considère la chose comme un succès local de peu d’importance pour les rouges et retient surtout l’aspect principal sur le plan stratégique, à savoir l’empêchement de l’avancée sur Madrid. Il voudrait connaître avec précision les plans de Franco. Il parle aussi d’un éventuel débarquement à Valence pour prendre les rouges de revers. La France et l’Angleterre ne bougeraient pas. Mais pour ceci, il est nécessaire de lire les pensées de Franco et avoir des garanties précises, y compris d’ordre territorial. Je ne lui ai pas caché mes préoccupations. J’estime que durant l’hiver, les rouges ont renforcé leurs positions. Une offensive prochaine ne me surprendrait pas, avec un déplacement du front nationaliste. Que deviendraient alors nos 30 000 hommes à l’intérieur de l’Espagne ?

43La situation actuelle est, à mon avis, intenable. Il est nécessaire de se décider : donner le coup d’épaule qui fait précipiter la situation ou décrocher habilement, satisfaits d’avoir pu inscrire sur nos drapeaux le nom des victoires de Malaga et de Santander.

44Pas d’annotations du 15 au 18 janvier.

4519 janvier. Rien d’important en matinée. Beaucoup d’audiences de second ordre.

  • 46 Vilhelms Munters est ministre des Affaires étrangères letton depuis 1936.

46Dans l’après-midi, j’ai reçu Munters, ministre des Affaires étrangères de Lettonie46. Figure de peu de relief. Il se déclare représentant d’un gouvernement fasciste mais, au fond, c’est un démocrate favorable à la Société des Nations. Le secret de Genève, dans les relations avec les petits États, est de maintenir une scène illuminée par les projecteurs de la publicité mondiale pour leurs hommes d’État. Munters était rayonnant de dire qu’il connaissait à peu près presque tous les grands de la terre. Il a trinqué avec le « Roi-Empereur ». Ceci est une espèce de reconnaissance, un peu voilée mais au fond utile pour secouer les petits pays du Nord.

  • 47 Né en 1897, Subhas Chandra Bose entame une lutte contre la présence britannique en Inde dès le déb (...)

4720 janvier. Bose47, chef du Congrès indien, m’a longuement parlé de la situation de son parti. Jusqu’à maintenant, les projets ont été peu nombreux. Au centre, la Grande-Bretagne qui commande pleinement. Dans les provinces, quelques départements peu importants ont été confiés aux Indiens. La Grande-Bretagne a d’excellents agents dans les petits et grands États qui tyrannisent le peuple et trouvent leur soutien dans les troupes anglaises. Programme de son parti : l’indépendance du pays. Moyen pour l’atteindre : obstructionnisme et résistance passive. Aucune lutte armée. Il nous demande seulement deux choses : continuer à maintenir la Grande-Bretagne préoccupée par nos intentions et leur faire connaître de temps à autre la situation politique générale. À mon tour, j’ai suggéré à Bose de diriger sa sympathie indienne vers l’Italie et le Japon, les deux pays qui ont le plus profondément entamé le prestige britannique. Il m’a dit qu’il tenterait, mais ceci est difficile car le peuple indien est dominé par le sentiment, et donc est favorable, aujourd’hui, à la Chine, comme il fut favorable à l’Éthiopie. À mon avis, suite à mes rapides visites en Inde, je pense qu’il s’agit d’un peuple apathique et sans réaction et qui n’aura pas son indépendance si ce n’est quand d’autres forces feront tomber la Grande-Bretagne. Et encore, peut-être qu’un autre maître s’installera en Inde. Réunion de la commission pour la visite du Führer.

48Pas d’annotations les 21 et 22 janvier.

4923 janvier. Rien de neuf. Dimanche à la mer.

  • 48 Ciano est sous-secrétaire d’État à la Presse et à la Propagande du 10 septembre 1934 au 26 juin 19 (...)

5024 janvier. Je suis toujours moins satisfait de la situation en Espagne. L’offensive qui aurait dû commencer aujourd’hui en direction de Teruel est encore remise. J’ai fait envisager au Duce la nécessité d’un entretien avec Franco. Nous pourrions le faire venir à Cagliari par bateau et Mussolini et moi le rejoindrions. Je pense qu’une rencontre nous fixerait sur ses intentions et ses possibilités. Nous pourrions mieux déterminer les lignes de notre politique. Pour l’Espagne, il est nécessaire de prendre une décision. Comme on parle beaucoup ces jours-ci de la guerre des ondes avec la Grande-Bretagne, je veux rappeler l’origine de la transmission arabe de Radio Bari. Quand j’étais sous-secrétaire d’État à la Propagande48, je fus sollicité pour trouver un travail à un Italo-Arabe, frère d’un évêque, Monseigneur Cattan. Je le pris au ministère. Il parlait bien arabe. Nous lui avons fait faire quelques conférences et une chronique. L’initiative eut du succès : beaucoup de lettres parvinrent de Palestine, Syrie, Égypte. Nous en avions perfectionné le principe. Puis nous dûmes licencier Cattan parce qu’il injuriait de sa propre initiative les Anglais avec lesquels nous avions alors de bons rapports. Mais étant donné la réussite de l’initiative, nous ne voulions pas la terminer et elle fut continuée même après le départ de Cattan. Mais je ne croyais pas créer ainsi tant de bruit et un nouveau motif de heurt avec l’Angleterre.

5125 janvier. Journée très calme.

  • 49 Paul Ruegger est ministre de Suisse à Rome depuis janvier 1936.
  • 50 Giuseppe Motta est directeur du département politique, c’est-à-dire du ministère suisse des Affair (...)
  • 51 Déjà le 20 janvier, l’ambassadeur Ruegger a été reçu par Dino Alfieri, ministre de la Culture popu (...)

52Un entretien avec Ruegger49, avec une référence particulière aux attaques de la presse suisse. Ruegger fait remarquer qu’il s’agit de journalistes d’extrême-gauche, très ennemis de Motta50 et de son gouvernement. Il prie de ne pas leur accorder trop d’importance51.

5326 janvier. Aucun événement important.

  • 52 Tevfik Rustu Aras est ministre turc des Affaires étrangères depuis mars 1925.

54J’ai été intéressé par un rapport de Galli relatif à un entretien avec Aras52, dans lequel a été examinée l’éventualité d’un conflit en Méditerranée sous ses divers aspects. Galli met en relief l’hypothèse que les troupes turques soient transférées en Égypte, en défense du canal, étant donné que la Grande-Bretagne ne pourrait jamais lever une grande armée. C’est une possibilité neuve et intéressante que je signalerai à l’état-major.

  • 53 Monseigneur Celso Costantini est secrétaire de la congrégation des Rites depuis 1935.

55Marzio a été baptisé par Monseigneur Celso Costantini53. Il a reçu l’eau et le sel dans un silence religieux, sans verser une larme, ce qui, d’après des personnes compétentes, tient du prodige.

56Hassell est parti ce matin « en congé » et sans le temps de dire au revoir. Je l’appris hier soir de sa fille qui m’a dit que von Neurath était furieux parce que Hassell avait provoqué des explications entre le Duce et moi.

57Pas d’annotations les 27 et 28 janvier.

5829 janvier. Le Duce se prépare à écrire une lettre à Franco pour l’inciter à faire quelque chose de concluant. Je l’ai encouragé. Il est nécessaire de mettre un point final à l’affaire espagnole.

59Rien d’autre.

6030 janvier. Aucun fait digne d’intérêt.

61J’ai conseillé au Duce de ne pas faire poursuivre la croisière Biseo jusqu’en Argentine où se préparent quelques manifestations hostiles à nos aviateurs. Cela ne vaut pas la peine de faire supporter au matériel et aux hommes une usure de 3 000 kilomètres pour permettre à la canaille d’un pays déclassé comme l’Argentine de nous siffler. Le Duce a approuvé : ils n’y iront pas. De tous les pays dans lesquels j’ai résidé, c’est certainement l’Argentine que j’ai le moins aimée, je l’ai même profondément méprisée. Peuple sans âme et terre sans couleur n’exerçaient sur moi aucune fascination. Pendant des dizaines d’années, quand nombre de rebuts de l’humanité allaient en Amérique du Sud, les pires s’arrêtaient au point d’arrivée : là naquît Buenos Aires, ville monotone et trouble comme le fleuve qui la baigne. À ce mauvais mélange s’est ajouté ces dernières années et en grande quantité l’élément juif. Je ne crois pas que ce soit fait pour l’améliorer.

  • 54 À partir du 1er février 1938, l’armée italienne adopte le pas romain comme pas de parade, assez pr (...)

6231 janvier. Comme cela était à prévoir, les polémiques ont commencé contre le pas de parade54. Ce sont surtout les vieux militaires qui y sont défavorables parce qu’ils veulent y reconnaître une initiative prussienne. Le Duce réagit avec violence et m’a lu le discours qu’il prononcera demain pour expliquer et exalter l’innovation. Comme il paraît que le Roi lui-même s’est exprimé en sens contraire, le Duce a dit : « Ce n’est pas ma faute si, physiquement, le Roi est une demi-portion. Il est naturel qu’il ne puisse pas faire le pas de parade sans être ridicule. Il le détestera pour la même raison qu’il a toujours détesté le cheval, étant donné qu’il doit y monter avec un escabeau. Mais la déficience physique d’un souverain n’est pas une bonne raison pour minimiser, comme il l’a fait, l’armée d’un grand pays. On dit que le pas de l’oie est prussien. Pas du tout. L’oie est un animal romain s’il est vrai qu’elle a sauvé le Capitole. Sa place est entre l’aigle et la louve. »

63Le Duce a préparé une lettre forte pour Franco. Comme il verra Berti demain, je lui ai conseillé de s’entretenir avec lui avant de décider de l’envoyer ou non.

  • 55 Originaire de Carrare, Ricci est très attentif au sort des activités marbrières de sa ville. Il a (...)

64Renato Ricci est préoccupé par le marbre de Carrare, maintenant que la France a fixé des droits prohibitifs55. L’Allemagne, première grande acheteuse, a fermé les marchés. Une nouvelle crise se profile pour les marbres.

Notes

1 Dans ses Mémoires, Eden précise que la lettre a été montrée sans la permission de Chamberlain. Dans Eden Anthony, The Eden Memoirs, op. cit., p. 561.

2 Eric Trautmann est ambassadeur d’Allemagne à Pékin depuis 1935.

3 La nouvelle de la prise de Teruel est quelque peu prématurée. La résistance républicaine dans la ville ne prend fin que le 8 janvier. Pour suivre les événements complexes de la guerre civile espagnole, l’ouvrage de Hugh Thomas reste une référence : Thomas Hugh, La Guerre d’Espagne, Robert Laffont, coll. « L’histoire que nous vivons », Paris, 1961.

4 Giuseppe Valle est sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique du 6 novembre 1933 au 31 octobre 1939.

5 Ayant commandé l’escadrille « La Disperata » durant la guerre d’Éthiopie, Ciano se passionne pour l’aviation et est prêt à participer à des bombardements sur l’Espagne républicaine.

6 Giovanni Host Venturi est ministre des Communications du 24 janvier 1935 au 6 février 1943.

7 Île et province du Sud de la Chine.

8 Giuseppe Ingianni est directeur général de la marine marchande.

9 Achille Lauro est un armateur napolitain. Après la guerre, il est un des leaders du mouvement monarchiste et est maire de Naples de 1952 à 1957 puis de 1960 à 1962.

10 Ciano écrit dans son compte rendu : « Perth était chargé de me dire que le retard de l’Angleterre à nous faire connaître son point de vue [sur la reconnaissance de l’Empire italien] était déterminé non par la volonté d’exclure cet argument des conversations personnelles mais par la nécessité d’examiner attentivement pareille possibilité. » L’ambassadeur britannique ajoute qu’il est, pour sa part, favorable à un règlement général des questions en suspens entre Londres et Rome. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 140.

11 Le comte Serafino Mazzolini est nommé ministre d’Italie au Caire.

12 Francesco Jacomoni est ministre d’Italie en Albanie depuis novembre 1936 après avoir été sous-chef de cabinet du ministère des Affaires étrangères depuis 1927.

13 Famille de l’aristocratie italienne.

14 Il s’agit de Monseigneur Francesco Borgongini Duca, nonce auprès de l’Italie depuis les accords du Latran de 1929 entre l’Italie et le Saint-Siège.

15 En 1931, le pouvoir fasciste lance une offensive contre les organisations de l’Action catholique accusées de travailler contre le régime, celui-ci ayant la volonté de contrôler l’ensemble de la jeunesse. Le PNF reprend une campagne aux accents anticléricaux, des Chemises noires allant jusqu’à envahir le palais de la Chancellerie à Rome. Le 30 mai, le gouvernement décide la dissolution des organisations n’appartenant pas à l’Opera Nazionale Balilla. Le 5 juillet, Pie XI publie l’encyclique Non abbiamo bisogno condamnant la « statolâtrie » et la volonté de monopoliser l’éducation et le contrôle de la jeunesse. Chacun voulant éviter une rupture définitive, Mussolini renvoie Giuriati, secrétaire du PNF, et accepte le maintien des organisations de jeunesse catholique, à condition qu’elles ne se mêlent pas de politique et d’action syndicale.

16 Ce projet de déclaration commune est adressé aux gouvernements autrichien et hongrois en prévision de la rencontre qui doit se tenir à Budapest du 10 au 12 janvier. Cette consultation est prévue par les protocoles de Rome du 17 mars 1934. La déclaration commune prévoit un alignement de l’Autriche et de la Hongrie sur la politique de l’Axe, au pacte anti-Komintern, la reconnaissance du gouvernement du général Franco, sur l’inutilité de plus en plus évidente de la Société des Nations. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), Libreria della Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1999, doc. no 7, p. 7-8.

17 Le baron Giacomo Paolucci di Calboli est secrétaire de cabinet au ministère des Affaires étrangères en 1922. Devenu vice-secrétaire général de la Société des Nations en 1927, il est nommé en 1933 directeur de l’Institut Luce.

18 Il s’agit du Teatro dell’Opera de Rome.

19 Cette crainte hongroise de l’Allemagne est confirmée dans le compte rendu : « En ce qui concerne l’Autriche, Bethlen a dit qu’au moins 80 % de la population est nazie et très favorable à l’Anschluss. Cela augmente la méfiance instinctive des Hongrois envers l’Allemagne, d’autant que l’attitude allemande vis-à-vis des minorités allemandes en Hongrie n’est pas du tout sympathique. » Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 141.

20 Bien sûr, Hassell ne fait pas mention dans son rapport de son sort personnel. Par contre, il présente les thèmes internationaux dont il s’est entretenu avec Mussolini : le message au Congrès du président Roosevelt qui use d’un « ton arrogant de maître d’école », la situation politique en Roumanie, la politique japonaise qui peut être hostile envers les puissances « blanches ». Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. I, From Neurath to Ribbentrop (September 1937 – September 1938), op. cit., doc. no 94, p. 168-169.

21 Dans son rapport, Perth confirme la volonté de Mussolini de parvenir à un accord « total » dans la mesure où il n’existe plus de vraie divergence d’intérêts entre l’Italie et la Grande-Bretagne. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 412, p. 715-716.

22 Effectivement, Jules-François Blondel souligne l’état de l’opinion française dans son rapport du 6 janvier : « J’ai profité de cet état d’esprit pour signaler au comte Ciano, au sujet de la situation franco-italienne, l’atmosphère alourdie que j’avais notée pendant mon séjour en France, particulièrement en province, et j’ai rappelé à ce sujet l’effet fâcheux qu’avaient produit chez nous les attaques visant M. Campinchi et M. Herriot. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 7 (29 septembre 1937 – 16 janvier 1938), op. cit., doc. no 409, p. 830.

23 Le 8 janvier, lors d’une entrevue entre l’ambassadeur Pignatti et le cardinal Pacelli, secrétaire d’État, celui-ci a souligné les persécutions subies par l’Église en Allemagne et les articles hostiles au Saint-Siège dans la presse italienne. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 25, p. 27.

24 Allusion à l’entrée en guerre de l’Italie, en mai 1915, aux côtés des alliés de l’Entente.

25 Né en 1807, Giuseppe Garibaldi participe aux mouvements insurrectionnels qui secouent la péninsule au début des années 1830. À la suite de l’échec de ceux-ci, il part pour l’Amérique latine où il combat pour la défense de l’État du Rio Grande do Sul contre les Brésiliens, puis pour l’Uruguay contre l’Argentine. De retour en Italie en 1848, il participe au Printemps des peuples. Au moment de l’unité, il dirige l’expédition des Mille pour rallier le royaume des Deux-Siciles (mai-septembre 1860) et accepte le principe d’une unité italienne autour de la Maison de Savoie. Désireux de voir Rome capitale de l’Italie, Garibaldi organise deux marches sur la Ville éternelle, en 1862 et 1867, qui échouent. Il se porte volontaire pour défendre la France en 1870-1871 et est élu député à l’Assemblée en février 1871. Il meurt en 1882 sur l’île de Caprera.

26 Général prussien, Carl von Clausewitz participa aux guerres contre Napoléon et devint en 1818 le directeur de l’École de guerre de Berlin. Il est l’auteur d’un traité militaire intitulé De la guerre.

27 Même si Garibaldi n’est guère porté aux études et s’engage comme mousse à 15 ans, il est pour le moins exagéré de le traiter d’analphabète.

28 Nunzi Nasi est ministre des Postes en 1898-1899 dans le cabinet Pelloux, puis de l’Instruction publique en 1901-1903 dans celui de Zanardelli.

29 L’information est inexacte car l’évêque de Teruel est alors prisonnier des républicains.

30 Gouvernement mis en place en décembre 1937.

31 Né en 1899, Corneliu Codreanu fonde en 1919, avec d’autres étudiants, un groupe de défense contre le danger « judéo-communiste » sous l’influence du professeur Cuza, ennemi du capitalisme, du bolchevisme, des Juifs et souhaitant revenir à une Roumanie traditionnelle reposant sur la paysannerie et l’orthodoxie. Nationaliste et antisémite, Codreanu crée en 1927 la légion de l’Archange Saint-Michel qui donne naissance en 1930 à la Garde de fer. Mouvement populiste, usant de la violence contre ses adversaires, elle obtient un succès relativement important aux élections de 1937. Sur Codreanu et la Garde de fer, voir Sandu Traian, Un fascisme roumain. Histoire de la Garde de fer, Paris, Perrin, 2014.

32 Franz von Papen est député de la droite du Zentrum et chancelier de juin à décembre 1932, laissant la place à un éphémère cabinet Schleicher. Son gouvernement fait des avances aux nazis en espérant les apprivoiser. En janvier 1933, il conseille le vieux président Hindenburg pour qu’il fasse appel à Hitler dont il se voit bien le mentor. Vice-chancelier le 30 janvier 1933, il s’aperçoit que, loin de dominer Hitler, il en est le jouet. S’il proteste contre la politique menée lors de son discours de Marbourg, le 17 juin 1934, il est contraint à la démission après la nuit des Longs Couteaux (30 juin 1934) qui voit l’élimination des dirigeants de la SA. Il accepte cependant le poste d’ambassadeur à Vienne où il se trouve toujours au début de l’année 1938.

33 La province de Juba (ou de Giuba) est une région du sud de la Somalie. Les accords du 15 juillet 1924 entre la Grande-Bretagne et l’Italie permettent le transfert de cette partie du Kenya britannique à la Somalie italienne, conformément à l’une des clauses du traité de Londres du 26 avril 1915. Il est prévu, par l’article 5 du traité du 15 juillet 1924, que la Grande-Bretagne soit prioritaire au cas où l’Italie souhaiterait rétrocéder la province à un pays tiers.

34 Les contre-propositions hongroises affirment « la sympathie pour l’étroite coopération entre les deux grandes puissances amies que sont l’Italie et l’Allemagne », « la nette opposition au communisme », « la décision de procéder à la reconnaissance formelle du gouvernement du généralissime Franco », la décision de revoir l’attitude envers la Société des Nations à une date ultérieure. Les contre-propositions autrichiennes sont très proches mais précisent que la reconnaissance du gouvernement nationaliste espagnol se fera lorsque les circonstances le permettront. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. nos 22 et 23, p. 23-25.

35 Le général Alessandro Pirzio Biroli est gouverneur de la province de l’Amhara en Éthiopie de juin 1936 à décembre 1937.

36 La conquête de l’Éthiopie marque l’accélération d’une importante politique raciale du régime fasciste dans l’Empire. Alessandro Lessona, nommé ministre des Colonies le 11 juin 1936, entame une politique de séparation des races sanctionnée par le décret-loi du 19 avril 1937 punissant d’un à cinq ans de prison les Italiens vivant en concubinage avec des indigènes. L’amiral Vincenzo De Feo, gouverneur de l’Érythrée, décide par le décret du 12 juin 1937 d’interdire aux Italiens de vivre dans les quartiers indigènes. Pour sa part, le général Ruggero Santini, gouverneur de Somalie, exige des Italiens qu’ils ne fréquentent pas les boutiques indigènes. Sur ce sujet, voir Bottoni Riccardo (dir.), L’impero fascista. Italia ed Etiopia (1935-1941), Actes du congrès international (Milan, 5-7 octobre 2006), Il Mulino, Bologne, 2008 ; Labanca Nicola, Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana, Il Mulino, coll. « Biblioteca storica », Bologne, 2002.

37 Journal américain.

38 Le prince Piero Colonna est gouverneur de Rome depuis le 15 novembre 1936 et le reste jusqu’au 24 août 1939.

39 Le prince Gian Giacomo Borghese succède au prince Colonna comme gouverneur de Rome le 2 septembre 1939 et conserve la charge jusqu’à la fin du régime fasciste.

40 Il s’agit du marquis Costantino Patrizi.

41 Les principaux points de la déclaration italo-austro-hongroise sont la sympathie de la Hongrie et de l’Autriche envers l’étroite collaboration des puissances de l’Axe, l’opposition au communisme et la sympathie de la Hongrie et de l’Autriche envers les signataires du pacte anti-Komintern, la décision austro-hongroise de reconnaître le gouvernement nationaliste espagnol, l’éventuelle révision de la politique des gouvernements de Budapest et de Vienne à l’endroit de la Société des Nations, la reconnaissance par l’Italie et l’Autriche de l’égalité des droits de la Hongrie en matière d’armement, l’appui de l’Italie et de l’Autriche envers le développement des relations hungaro-roumaines, contribution à la consolidation de la paix en Europe danubienne. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VIII (1 gennaio – 13 aprile 1938), op. cit., doc. no 35, p. 37-38.

42 François-Joseph Ier, empereur d’Autriche de 1848 à 1867, puis d’Autriche-Hongrie de 1867 à 1916.

43 Le traité de Trianon du 4 juin 1920 règle le sort de la Hongrie à la suite de la Première Guerre mondiale. La Hongrie perd une grande partie de la Transylvanie au profit de la Roumanie ; la Ruthénie subcarpathique et la Slovaquie sont accordées à la Tchécoslovaquie ; la Croatie, la Slavonie, la Batchka entre Danube et Tisza ainsi que le Banat passent à la Yougoslavie ; Fiume revient à l’Italie à la suite de négociations avec Belgrade. Ainsi, des minorités hongroises vivent désormais en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie, nourrissant le révisionnisme hongrois.

44 Fondateur de l’Union des officiers en 1923, Julius Gömbös est tenté par une voie fascisante dans les années 1920 mais finit par se rallier au gouvernement du comte Bethlen dont il devient le ministre de la Guerre en 1929. Successeur du comte Gyula Karolyi comme Premier ministre en septembre 1932, poste qu’il conserve jusqu’à sa mort le 6 octobre 1936, il engage le régime hongrois sur une voie plus autoritaire et ambitieuse en politique étrangère.

45 Les forces républicaines ont pu récupérer leurs positions perdues quelques jours auparavant.

46 Vilhelms Munters est ministre des Affaires étrangères letton depuis 1936.

47 Né en 1897, Subhas Chandra Bose entame une lutte contre la présence britannique en Inde dès le début des années 1920 et fonde, avec Nehru, la Ligue socialiste pour l’indépendance de l’Inde en 1928. Président du parti du Congrès en janvier 1938, il se heurte à la stratégie non violente de Gandhi et démissionne en mai 1939. Il séjourne en Europe de novembre 1937 à janvier 1938. Sur la politique italienne vis-à-vis de l’Inde, voir De Felice Renzo, Il fascismo e l’Oriente. Arabi, ebrei e indiani nella politica di Mussolini, Il Mulino, coll. « Collana di storia contemporanea », Bologne, 1988.

48 Ciano est sous-secrétaire d’État à la Presse et à la Propagande du 10 septembre 1934 au 26 juin 1935.

49 Paul Ruegger est ministre de Suisse à Rome depuis janvier 1936.

50 Giuseppe Motta est directeur du département politique, c’est-à-dire du ministère suisse des Affaires étrangères, de 1920 à sa mort en 1940. Il est président de la Confédération helvétique en 1915, 1920, 1927, 1932 et 1937.

51 Déjà le 20 janvier, l’ambassadeur Ruegger a été reçu par Dino Alfieri, ministre de la Culture populaire, au sujet de l’attitude hostile d’une partie de la presse suisse. Dans Documents diplomatiques suisses. 1848-1945, vol. 12 (1 janvier 1937 – 31 décembre 1938), Benteli, Berne, 1994, doc. no 191, p. 419-422.

52 Tevfik Rustu Aras est ministre turc des Affaires étrangères depuis mars 1925.

53 Monseigneur Celso Costantini est secrétaire de la congrégation des Rites depuis 1935.

54 À partir du 1er février 1938, l’armée italienne adopte le pas romain comme pas de parade, assez proche du pas de l’oie allemand.

55 Originaire de Carrare, Ricci est très attentif au sort des activités marbrières de sa ville. Il a toujours favorisé l’utilisation du marbre de Carrare pour les grands travaux d’urbanisme de l’époque fasciste, notamment lors de la construction du Foro Mussolini.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540