Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1937

Novembre

Texte intégral

11 er novembre. Tokyo a donné son accord à la formule d’un pacte à trois. La signature aura lieu samedi prochain à 11 heures. Les Allemands et les Japonais, avec qui le travail est extrêmement méticuleux et long, ont voulu fixer jusqu’aux plus petits détails de forme. L’événement est très important. L’alliance de trois empires militaires comme l’Italie, l’Allemagne et le Japon jette sur la balance le poids d’une force armée sans précédent. Londres devra revoir toutes ses positions.

  • 1 Georges II, roi de Grèce de 1922 à 1924, puis à partir de 1935 à la suite de la restauration monar (...)

2Entretien avec le roi de Grèce1. Cordial, modeste, assez ouvert. Il a voulu me parler également de politique que, pourtant, il n’aime pas. Je lui ai mis en lumière la situation européenne et lui ai dit avec beaucoup de calme et de fermeté que, si nous désirions la paix, nous sommes prêts à n’importe quelle éventualité si l’on ne veut pas reconnaître nos droits et nos positions nationales. L’axe Rome-Berlin représente un élément absolu de force. Il sera nécessaire de prendre position par rapport à lui : ami ou ennemi. Rien ne sépare l’Italie de la Grèce : je compte donc sur son amitié. Il était impressionné. Il le fut plus encore quand je lui ai dit que, dans les Balkans, nous pouvions déjà pleinement compter sur certains États. Mon allusion à la Yougoslavie était évidente. Du reste, ceci est marqué par le destin : les Serbes à Salonique, nous à Tirana et à Corfou. Les Grecs sentent et craignent tout ceci. Je crois que mes bonnes paroles n’ont pas réussi à détruire cette idée, pour la réalisation de laquelle d’ailleurs je travaille depuis quelque temps.

  • 2 En réponse au discours prononcé par Mussolini le 28 octobre lors de la visite de Hess à Rome, au c (...)
  • 3 Dans l’Information diplomatique no 5, Ciano rappelle que l’empire colonial allemand a été partagé (...)

32 novembre. Le discours d’Eden a été très hostile. Du reste, ceci était à prévoir. L’homme ne se résout pas à l’affront éthiopien et cherche à donner le coup de pied de l’âne2. J’ai rédigé le no 5 de l’Information diplomatique3. C’est une bonne réponse. Mais encore meilleure sera celle de samedi quand nous signerons à trois le pacte anticommuniste, mais en réalité nettement antibritannique.

4Entretien avec Balbo. Comme toujours acide et infidèle. Il s’appuie sur le Parti et il cherche à sauver son complice, Lessona.

  • 4 Créée en 1853 sur une idée de Cavour et de Guglielmo Stefani, exilé vénitien et directeur de La Ga (...)

53 novembre. Le Duce se moquait de Grandi. En réalité, celui-ci spécule trop sur le Comité de non-intervention et envoie à l’agence Stefani4 des communiqués que le Chef a définis : « Bulletins d’Austerlitz ».

  • 5 Luigi Aldrovandi a été chef de cabinet de Sydney Sonnino, ministre des Affaires étrangères de mars (...)

6À Bruxelles, Aldrovandi5 a lu le discours pour la conférence des Neuf. Il paraît qu’un silence glacial l’a accueilli mais tous ont compris que c’était le seul réaliste.

  • 6 Le Japon est d’autant plus préoccupé de l’attitude soviétique que l’URSS a signé un pacte de non-a (...)

7L’ambassadeur du Japon est revenu me demander des assurances à propos de notre attitude envers les Soviétiques6. Les faits parlent et les torpilles ont également parlé.

8L’amiral Bernotti, de retour des manœuvres de Bizerte pour l’application des accords de Nyons, m’a dit que l’amiral anglais a été courtois alors que le Français a été désagréable à l’extrême. L’état-major français était plus sympathique avec les nationalistes espagnols.

  • 7 La basilique Sainte-Marie-des-Anges occupe une partie des thermes de Dioclétien. Pie IV, en 1561, (...)

94 novembre. Messe à Sainte-Marie-des-Anges et habituelle cérémonie au Soldat inconnu pour la journée de la Victoire7.

105 novembre. J’ai reçu von Ribbentrop à la gare. Hassell était vert de rage.

  • 8 Radu Irimescu est ministre roumain de la Marine et de l’Air.

11Entretien avec le ministre Irimescu8. J’ai fait une allusion au pacte que nous signerons demain et j’ai dit qu’il intéresse de près la Roumanie. À cause du préoccupant voisinage bolchevique, Bucarest doit orienter ses sympathies vers le nouveau et puissant système anticommuniste.

12Entretien avec Ribbentrop-Hotta-Hassell. Quelques détails sont fixés en relation avec la cérémonie de la signature. Il semble que les Anglais se sont révélés, à Tokyo, très inquiets au sujet de la signature de ce pacte. Ils perçoivent que le système se referme contre eux.

13J’ai dit au représentant turc que je n’irai pas à Ankara tant que ne seront pas réalisées les conditions d’une telle visite, c’est-à-dire la reconnaissance de l’Empire. Je l’ai battu froid.

  • 9 Le 6 novembre 1937, l’Italie adhère au pacte anti-Komintern. Signé par Ciano, Ribbentrop et l’amba (...)

146 novembre. Ce matin, nous avons signé le pacte9. On sentait une atmosphère vraiment différente de celle des habituelles cérémonies diplomatiques. Trois peuples s’engagent sur une même route qui, peut-être, les conduira au combat. Combat nécessaire si l’on veut rompre cette croûte qui étouffe l’énergie et les aspirations des jeunes peuples. Après la signature, nous nous sommes rendus chez le Duce. Je l’ai vu peu de fois aussi heureux. Ce n’est plus la situation de 1935. L’Italie a rompu l’isolement : elle est au centre de la plus formidable combinaison politique qui ait jamais existé.

  • 10 Au cours de l’entretien, Mussolini fait une déclaration à propos de l’Autriche, qui marque un tour (...)

15Durant l’après-midi, entretien à trois : Duce-Ciano-Ribbentrop. Entretien d’un grand intérêt que j’ai retranscrit dans une note10.

  • 11 Il s’agit du lieutenant-colonel Seizo Arisue et du capitaine de frégate Hideo Hiraide.

16En soirée, grand dîner au palais de Venise. Les deux attachés militaires japonais, très fascistes, étaient rayonnants11. Ils souhaitent un pacte militaire. Ils ont été heureux quand je leur ai dit, en présence du Duce, qu’ils devraient occuper Vladivostok, pistolet pointé contre le Japon.

  • 12 C’est-à-dire influencé par la Société des Nations.

177 novembre. Le Duce a déploré qu’Aldrovandi ait donné son adhésion à une seconde invitation à adresser au Japon pour le faire participer à la conférence de Bruxelles. Il a raison : ce fut un petit tour de valse sociétaire12 que nous pouvions nous éviter. Le Duce déteste la réputation qu’avait l’Italie et veut la détruire avec une politique tranchante comme la lame d’une épée. Résultat : j’ai télégraphié à Tokyo que, directement après le refus japonais, nous nous retirerons de Bruxelles. La conférence sautera.

18Ribbentrop est parti. Nous étions à la gare, Hotta, moi, Hassell. Le Duce a également demandé la tête de ce dernier à Ribbentrop.

19Je suis triste pour Papa. Il décline d’heure en heure. J’ai beaucoup espéré en une reprise mais il me semble que les cures sont inutiles. Cet homme fort, héroïque et généreux est désormais un vieillard fatigué. J’en souffre beaucoup : il m’a aimé plus que tout et s’est beaucoup sacrifié pour moi. Que Dieu accomplisse un miracle.

  • 13 Le 2 septembre 1933, à Rome, l’Italie et l’URSS ont signé un pacte d’amitié, de non-agression et d (...)

208 novembre. Ce matin, la scène suivante s’est déroulée dans mon bureau. Stein est entré et a dit : « Mon gouvernement m’a chargé de vous communiquer qu’il considère votre participation au Pacte tripartite comme contraire à notre pacte de 193313 et comme un geste inamical envers les Soviétiques. » J’ai répondu : « Je prends acte de votre communication. J’en informerai le Duce. Je n’ai rien d’autre à dire. » Je me suis levé et l’ai mis à la porte où nous nous sommes fait la plus glaciale et profonde révérence.

  • 14 Il s’agit d’Adalberto Guerra Duval.

21L’ambassadeur du Brésil14 recommandera à son gouvernement l’adhésion au Pacte tripartite.

  • 15 Il s’agit de Frigyes Villani, en poste depuis 1934.
  • 16 Né en 1869, Kálmán de Kánya a servi la monarchie austro-hongroise comme consul à Constantinople. S (...)
  • 17 Allusion aux accords de Rome du 23 mars 1934, et renouvelés le 23 mars 1936, entre l’Italie, la Ho (...)

22Le ministre de Hongrie15 demande, au nom de Kánya16, la réunion des États des protocoles de Rome17. En principe, pas d’obstacle. Budapest la souhaiterait en janvier. Je pense aussi qu’il convient de donner l’impression que le bloc romain est très solide. Le Duce est revenu l’après-midi et j’ai conféré brièvement avec lui.

  • 18 Vincenzo Lojacono est ambassadeur d’Italie au Brésil depuis mai 1937, après avoir été en poste à A (...)
  • 19 L’Action intégraliste brésilienne est fondée en octobre 1932 par Plinio Salgado. Mouvement de mass (...)
  • 20 Un conto représente 1 million de réaux (réis), monnaie brésilienne remplacée par le cruzeiro en 19 (...)

239 novembre. L’écho du Pacte tripartite continue. J’ai beaucoup réfléchi sur les développements futurs. Il ne convient pas de solliciter l’adhésion de petits États à ce qui doit rester un pacte de géants. Mais trois pays m’intéressent : l’Espagne qui doit représenter la prolongation de l’Axe sur l’Atlantique, le Brésil pour secouer tout le système démocratique sudaméricain, la Pologne, tranchée antirusse. Pour l’Espagne, il convient d’attendre. Concernant le Brésil, il est nécessaire de le travailler tout de suite et j’ai télégraphié à Lojacono18. Depuis près d’un an, je finance les intégralistes19 avec 40 contos par mois20. Si, en ces jours de lutte, des interventions plus importantes sont nécessaires, j’en donnerai la possibilité à l’ambassadeur.

24En soirée, repas chez Wysocki où j’ai rencontré l’épouse de Beck. J’ai parlé longuement avec Lugosianu qui a démissionné dans l’espoir, peut-être vain, d’avoir le portefeuille des Affaires étrangères dans le prochain cabinet. Je lui ai prouvé que la Roumanie ne peut désormais que s’aligner sur notre formidable système antirusse. Les Russes sont le danger, encore plus comme alliés que comme ennemis. Il vaut donc mieux que les Roumains s’assurent dès à présent de notre amitié et de notre protection.

  • 21 Chamberlain a prononcé un discours à l’occasion de l’installation du nouveau maire de Londres, au (...)

2510 novembre. Le Duce a rédigé lui-même le no 6 de l’Information diplomatique en réponse à Chamberlain21.

  • 22 Pertinax, surnom d’André Géraud, est éditorialiste à L’Écho de Paris.
  • 23 Né en 1895, Giovanni Ansaldo est le petit-fils du fondateur des chantiers navals Ansaldo. Interven (...)

26Pertinax22 a durement attaqué les hommes du gouvernement polonais. J’ai chargé Ansaldo23 d’en prendre la défense. Ils nous en seront reconnaissants. L’offense à un pays déplaît mais l’attaque aux personnes indispose. C’est alors le bon moment pour travailler. La Russie facilite l’intention. Cet avertissement donné à la Pologne pour qu’elle n’adhère pas au Pacte tripartite indique toujours plus à celle-ci que sa place se trouve parmi les États fascistes.

  • 24 Allusion au style de l’urbanisme des grandes villes italiennes à la fin du xixe siècle, sous le rè (...)

27J’ai convoqué pour lundi la commission qui devra préparer la réception d’Hitler. La visite aura lieu en mai, mais il est nécessaire d’y penser longtemps à l’avance si l’on veut faire quelque chose de digne. La décoration des rues me préoccupe beaucoup. Chez nous, jusqu’à aujourd’hui, elle a été banale, provinciale et humbertienne24.

  • 25 Arrigo Solmi est ministre de la Justice du 24 janvier 1935 au 12 juillet 1939.

28Discussion avec Solmi25 qui voudrait faire un congrès de droit. Cela me paraît bien innocent.

  • 26 Dans son rapport, Perth indique à Eden que Ciano est disposé à le rencontrer, mais plutôt à la fin (...)

2911 novembre. Une nouvelle requête d’Eden est arrivée pour une rencontre à Bruxelles. J’ai convoqué Drummond et lui ai dit que j’estimais ne pas pouvoir adhérer à cette proposition, à cause du lieu et du contexte à consonance indirectement sociétaire, mais également à cause du stade finissant dans lequel était désormais réduite la conférence. De ceci, on ne doit pas déduire que je ne veux pas rencontrer Eden. Au contraire, j’en serais bien heureux. Mais ailleurs, après une opportune préparation afin d’éviter que des illusions et des désillusions ne succèdent à une telle rencontre26.

  • 27 Francesco Salata est un sénateur italien.
  • 28 Kurt von Schuschnigg est le chancelier autrichien. Il succède à Engelbert Dollfuss, tué le 25 juil (...)
  • 29 Guido Schmidt est le ministre autrichien des Affaires étrangères.

30Anfuso a réparé à Vienne une gaffe de Salata27 qui, chargé de soumettre à Schuschnigg28 deux documents britanniques compromettants pour Schmidt29, avait commencé par demander confrontations, rétractations, etc. Un scandale qui aurait compromis notre service d’information. Anfuso a jeté un voile sur tout ceci. Schuschnigg lui a dit que si nous le voulions et quand nous le voudrions, il mettrait à la porte Schmidt. C’est très bien car il est peu fiable.

3112 novembre. La presse a fait beaucoup de bruit au sujet de ma rencontre avec Perth. Dieu sait ce qui serait advenu si j’avais accepté la rencontre avec Eden. Cependant, il convient de remarquer que, quoiqu’il advienne, un certain dégel s’est désormais produit.

32Hotta nous a remerciés pour notre attitude à Bruxelles. Mais il nous prie de ne pas retirer la délégation qui sert encore à empêcher des décisions hostiles au Japon.

  • 30 Getúlio Vargas est président du Brésil depuis 1930. Le 10 novembre 1937, il proclame l’Estado Novo(...)
  • 31 Dans un courrier du 12 novembre adressé à l’ambassadeur italien au Brésil, Vincenzo Lojacono, Cian (...)

33J’ai reçu l’ambassadeur du Brésil. Je lui ai dit notre sympathie pour l’action de Vargas30 et lui ai promis l’appui des Italiens31. Ceux-ci, spécialement ceux qui résident à São Paulo, ne sont pas très favorables à l’intégralisme pour d’évidentes raisons d’influence locale.

  • 32 Né en 1878, William Phillips entre au service du département d’État en 1909. Il est ministre pléni (...)

34Entretien avec Phillips32. Longue exposition de la situation qui a déterminé et qui est issue du Pacte tripartite. Le livre de Delbos, Expérience rouge, dans lequel il parle de la préparation moscovite pour la révolution en Espagne, l’a impressionné.

  • 33 Un des grands théâtres de Rome, situé sur le Largo Argentina.
  • 34 Sans doute une erreur de Ciano : il existe bien une pièce intitulée Napoléon l’unique, produite à (...)
  • 35 Dans la République, Platon bannit les poètes, dont Homère, de sa cité idéale. Platon accuse l’Ilia (...)

3513 novembre. Intéressant entretien avec le Duce. Il a pris prétexte d’une de mes remarques pour se lancer tête baissée contre la bourgeoisie, encore antifasciste. En réalité, depuis quelques soirs, le théâtre Argentina33 est au centre d’un comice antifasciste à cause de la représentation du Napoléon unique, œuvre de Pagnol dans laquelle situations, personnages et plaisanteries amènent à de faciles analogies34. Il accuse les classes intellectuelles et bourgeoises de lâcheté, de paresse, d’amour de la vie tranquille et a affirmé que tant qu’il vivra, il les fera marcher « à coups de pieds dans les fesses » ; « Quand l’Espagne sera finie, j’inventerai autre chose ; mais le caractère des Italiens doit se créer dans le combat. » Il a fait interdire la comédie. Platon censurait l’Odyssée et même la musique si elle semblait molle et déprimante35.

36Barella m’a parlé du Popolo d’Italia. Il ne parvient pas à le diffuser : phénomène qui rejoint l’antifascisme bourgeois. Même les articles du Duce, si on ne dépense pas des milliers de lires en crieurs et si on ne mobilise pas les forces du Parti, ne font pas augmenter la vente. Dire que le Duce croit que les Italiens attendent ses articles avec impatience. Souvent, la bourgeoisie nous dégoûte.

37C’est cette bourgeoisie qui en est déjà à se pâmer pour les tractations inexistantes avec Londres. Je voudrais rétablir la vérité des faits dans une Information diplomatique.

  • 36 À la suite de l’invasion de la Mandchourie par les Japonais en 1931, le gouvernement nippon réunit (...)

3814 novembre. À Bruxelles, une motion durement antijaponaise a été préparée. L’écheveau commence à se dévider contre Tokyo. Rien n’est plus dangereux que de se laisser prendre à cette technique de sécurité collective. Quand le doigt est pris dans l’engrenage, tout le bras est perdu. J’ai rédigé la déclaration de vote contraire que fera demain Aldrovandi. Je l’ai communiquée à Hotta. À son tour, il m’a dit que Tokyo se prépare à reconnaître Franco et m’a demandé des informations sur l’état de l’Espagne blanche. Dans le même temps, il m’a demandé si nous étions prêts à reconnaître formellement le Mandchoukouo36. Je n’ai rien contre, sur le principe, mais il convient de s’accorder avec Berlin.

39Conde m’a entretenu sur la cession du Pepe et du Poerio à la marine espagnole. Cavagnari fait des difficultés parce que l’échéance de septembre n’a pas encore été payée pour les deux sous-marins vendus. Nos marins ont toujours détesté l’intervention espagnole. Ils détestent chaque chose qui risque de mettre en danger une unité de leur flotte… Ce sont de très bons défenseurs de ce droit international qu’ils devraient mépriser pour bien faire la guerre.

  • 37 Don Juan de Bourbon, né en 1913 et quatrième enfant d’Alphonse XIII et de Victoria Eugenia de Batt (...)

40Don Juan37, héritier du trône, demande à me voir. On doit faire preuve de beaucoup de prudence, même si je crois la restauration nécessaire en Espagne.

  • 38 Envoyé de Tchang Kaï-chek à Rome.
  • 39 Le maréchal Tchang Kaï-chek est l’homme fort de la Chine nationaliste dont il dirige le gouverneme (...)

4115 novembre. Long entretien avec Chang-Kung-Pao38. Je l’ai trouvé vieilli et hors de son monde, beaucoup moins brillant que dans mes souvenirs. Je lui ai exposé la thèse suivante : le Japon vous battra militairement, les démocraties ne vous donneront aucune aide pratique. La seule voie de salut pour vous se trouve dans des négociations directes par l’intermédiaire italo-allemand. Le plus tôt sera le mieux. J’ai compris que les Chinois comptent sur l’immensité du territoire mais ils ne se rappellent pas que les points vitaux de la Chine sont sur mer et sur les fleuves, et que la flotte nippone domine sans conteste. Il a télégraphié mon point de vue à Tchang Kaï-chek39.

  • 40 Victor-Emmanuel III est roi d’Italie depuis 1900. Il a succédé à Humbert Ier, assassiné à Monza pa (...)
  • 41 Palais dont la construction débute sous Grégoire XIII en 1573 et se termine sous Clément XII dans (...)

42Dans l’après-midi, réunion du comité pour la réception du Führer. J’entends que tout soit parfait. Pour ce faire, j’ai commencé l’organisation avec six mois d’anticipation. Tous, hier, ont répondu avec élan. Le problème le plus délicat est celui des rapports avec le Roi40 : le Führer m’a fait dire par Hess qu’il ne voudrait pas résider au Quirinal41. Il devra s’y rendre au moins un jour. Je pense diviser la visite en deux parties : visite au Roi et visite au Duce. Il sera nécessaire d’agir avec beaucoup de tact. L’art est difficile et la critique prompte.

  • 42 Otto von Bismark est président du Conseil royal de Prusse de 1862 à 1871 et chancelier d’Allemagne (...)

4316 novembre. Mussolini était très content de la déclaration d’Aldrovandi à Bruxelles : un non net. « Finalement, j’ai la diplomatie qui me plaît », m’a-t-il dit. Il m’a longuement parlé de la nécessité de racheter l’Italie de sa réputation de pays infidèle. Bismarck42 disait que l’on ne peut pas faire une politique avec l’Italie qui est déloyale comme amie et comme ennemie. Une manifestation comme celle d’hier prouve que l’Italie fasciste n’est plus l’Italie des combinaisons, c’est-à-dire l’Italie putain des démocraties.

44Chang-Kung-Pao m’a demandé de sonder Tokyo, en mon nom, au sujet d’éventuelles conditions de paix. Il m’a laissé comprendre que la reconnaissance du Mandchoukouo pourrait être accordée.

  • 43 L’objet de l’entretien est la suite à donner au Pacte tripartite. Hassell demande son avis à Ciano (...)

45Von Hassell m’a parlé défavorablement de Schuschnigg43. Celui-ci se serait exprimé avec un de ses ministres en faveur d’un accord avec Prague, et donc avec les démocraties occidentales. J’ai dit ne pas croire l’information : Schuschnigg sait que cela signifierait notre abandon et donc la fin de l’Autriche.

  • 44 En 1898, l’Espagne perd Cuba, Porto Rico et les Philippines suite à une guerre contre les États-Un (...)

46J’ai amené don Juan, futur Roi d’Espagne, chez le Duce. Le Duce lui a dit qu’il est plus facile de faire une politique sociale pour les monarchies que pour les républiques parce qu’elles ont besoin de moins de compromis. Il a conseillé d’appuyer le régime sur les masses rurales, plus fidèles et moins nerveuses que les citadines. Il a dit de donner à l’Espagne une âme impériale. La guerre civile d’aujourd’hui est la conséquence de l’écroulement psychologique de 189844 qui détermina la vivisection de l’âme espagnole et le désespoir vis-à-vis d’un futur peu digne du passé.

  • 45 Pierre Laval préside son deuxième gouvernement (juin 1935 – janvier 1936) lors de la crise éthiopi (...)

4717 novembre. J’ai accompagné Cerruti chez le Duce en visite de congé. Au moins, cela en avait l’atmosphère même si, formellement, la situation est différente. Le Duce a attaqué la politique française à notre égard. Cerruti, avec un courage notable, l’a défendue. Il a attribué à Laval45 le mérite que les sanctions sur le pétrole n’aient pas été appliquées durant le conflit éthiopien. Le Duce a dit que de telles sanctions auraient signifié la guerre. C’est seulement pour cela que la France ne les a pas voulues. Nous n’oublierons pas ce que, avec la complicité de Paris, Londres a fait il y a deux ans. Quand Cerruti a dit que pour les Français, l’Italie était l’ennemi numéro 1, Mussolini a répondu : « Grand honneur. Je veux être craint et haï, plutôt que supporté et protégé. » Quand on a parlé de l’armée française, le Duce a cité le livre de Paul Allard et a conseillé à Cerruti de le lire. À la fin de l’entretien, chacun est resté sur ses positions et les actions françaises n’ont pas évolué d’un point.

  • 46 Cette exposition est installée au Grand Cirque à Rome, à l’ouest du Palatin.

4818 novembre. Rien de notable si ce n’est l’inauguration de l’Exposition sur le textile46. Un prodige de la volonté fasciste.

  • 47 Lessona vient d’être démis de ses fonctions de ministre des Colonies. Le portefeuille est assuré p (...)

4919 novembre. Lessona m’a communiqué la torpille reçue47. C’était très triste. Il l’a voulue. Il n’a été ni sincère, ni amical envers ceux qui l’ont aidé. Il a toujours cherché à faire du mal. Il tombe parmi ses ennemis. Ceux-ci continueront à le frapper alors qu’il est désarmé. Son successeur, Teruzzi, est considéré comme un exécutant fidèle et médiocre, mais plus fidèle que médiocre.

50Entretien à trois avec le Duce et Chang-Kung-Pao. Le Duce a répété plus ou moins ce que j’avais déjà dit au vieux Kung-Pao. L’unique voie de sortie est la médiation italo-allemande. Aucune espérance à avoir dans les armes chinoises, moins encore dans les armes étrangères. Kung-Pao télégraphiera à son gouvernement.

  • 48 Giuliano Cora est ambassadeur d’Italie en Chine depuis avril 1937.
  • 49 Ministre chinois des Affaires étrangères.

51Il est probable que l’on s’achemine vers la médiation. À Shanghai, ils sont dépressifs. Cora48 télégraphie qu’il a vu T. V. Soong49 déprimé pour la première fois. La nouvelle me touche parce que T. V. Soong est une forte personnalité. J’ai télégraphié à Cora de parler avec lui selon les instructions que j’ai envoyées le 28 octobre et sur la ligne de mes entretiens avec Chang-Kung-Pao.

  • 50 Francesco Scardaoni est le correspondant de La Tribuna à Paris. Le 20 novembre, il publie un artic (...)

5220 novembre. Le Duce a pris des mesures au sujet d’un article de La Tribuna nettement francophile. Il a défini l’auteur, Scardaoni50, comme étant « un fils d’esclaves ».

53J’ai reçu l’envoyé japonais, le baron Okura, et l’ai accompagné chez le Duce. Il ne nous a rien dit de très important et s’est limité à des expressions de remerciement pour notre solidarité envers son pays.

54Volpi était, pour ainsi dire, heureux de n’avoir pas eu « la malchance d’aller aux Colonies ». Mais il a été déçu quand je lui ai dit que la situation actuelle est destinée à se prolonger. Il avait encore une espérance…

55L’ambassadeur du Brésil n’avait rien à me dire de neuf sur son pays. Vargas est en train de chercher une formule brésilienne. Il est nécessaire qu’il la trouve. Sinon, son mouvement se brisera rapidement. Le secret des dictatures de droite, et leur avantage vis-à-vis des autres régimes, réside justement dans le fait d’avoir une formule nationale. L’Italie et l’Allemagne l’ont trouvée. Les Allemands dans le racisme. Nous, dans l’impérialisme romain.

5621 novembre. J’ai vu avec joie, au palais de Venise, deux belles figures fascistes : Teruzzi et Ricci.

  • 51 Né en 1881, Edward Halifax est élu député conservateur en 1910. Sous-secrétaire d’État aux Colonie (...)
  • 52 Né en 1893, Hermann Goering étudie au collège militaire de Lichtenfelde. Après des débuts dans l’i (...)

57La visite d’Halifax51 en Allemagne est une nouvelle preuve de la diversité de la politique étrangère du Reich. Trop de coqs dans le poulailler. Il y a au moins quatre politiques étrangères : celle de Hitler, celle de Goering52, celle de Neurath, celle de Ribbentrop, sans compter les moins importantes. Il est difficile de tout synchroniser. Cependant, Neurath est un poids mort qui ralentit.

  • 53 Ministère allemand des Affaires étrangères.

58Je pense à la reconnaissance du Mandchoukouo, lui la freine. Si le Führer savait, il approuverait. Mais la Wilhelmstrasse53 est le plus tenace refuge de l’ancien régime. Du reste, même en Italie, il nous a fallu 15 ans pour conquérir le palais Chigi et je sais l’effort que je dois faire pour faire avancer ces chèvres en ordre de marche fasciste…

  • 54 Le général Sebastiano Visconti Prasca est attaché militaire à Paris.

59Entretien Duce – général Visconti Prasca54. Ce dernier est très francophile : il a étudié en France et croit dans l’état-major et dans l’efficacité militaire française. Durant l’entretien, au cours duquel ont été redites des choses déjà notées, le Duce a formulé deux thèses intéressantes : 1) une armée doit être politique mais ne pas faire de politique. Chaque soldat doit être porteur d’un fragment d’une idéologie politique. Sinon, ce sont des employés rémunérés. Sur la base de ce concept, Badoglio juge l’actuelle armée du Reich plus puissante que l’armée du Kaiser, sans en avoir pourtant l’armement, la discipline ni la préparation ; 2) la dénatalité française a pour première raison les 2,5 millions de morts des guerres napoléoniennes et la loi qui abolit le droit d’aînesse qui incita au fils unique.

  • 55 Alessandro Pavolini est secrétaire fédéral du Parti national fasciste à Florence de 1929 à 1934, a (...)

6022 novembre. Le Duce a émis des doutes sur le loyalisme politique d’A. Pavolini55. J’ai répondu que j’excluais tout soupçon si l’on ne se documentait pas de manière certaine.

  • 56 Le palais de la casa littoria, à côté du forum Mussolini, est commencé en 1938 mais achevé seuleme (...)
  • 57 Avant son installation au palais de Venise, Mussolini a sa résidence de travail au palais Chigi. D (...)

61Bref entretien avec le Duce. Décision de principe de la construction d’un nouveau ministère des Affaires étrangères56. Cela me déplaît de laisser le palais Chigi de tradition mussolinienne57. Mais le nouveau palais devra contribuer à construire la Rome du Duce.

62Durant l’après-midi, entretien avec Guarnieri et Revel. Tous deux sont pessimistes sur la situation monétaire qui, à leur avis, déconseille toute initiative belliqueuse. Ils demandent deux années de tranquillité et dix ans de paix. Cela me semble trop.

  • 58 Façon de désigner l’alliance entre l’Allemagne, le Japon et l’Italie.
  • 59 Créé le 15 décembre 1922 par Mussolini et réuni pour la première fois le 23 janvier 1923, le Grand (...)

63Sur ordre du Duce, j’ai envoyé un télégramme à Attolico pour annoncer au Führer notre intention de dire adieu à Genève le 25. D’autre part, un geste d’une telle nature, que nous accomplirions après l’insuccès de la visite d’Halifax à Berlin, serait utile afin de renforcer l’Axe ou mieux encore, le Triangle58. Nous ne convoquerons pas le Grand Conseil59. Un télégramme suffira au secrétaire de cette Ligue qui s’effrite.

6423 novembre. J’ai reçu une lettre de Neurath dans laquelle il rend compte du voyage d’Halifax. Il me semble que les résultats soient absolument nuls. Nous avons bien fait de ne pas aller à Bruxelles.

  • 60 Cimetière militaire situé dans la Marne, entre Reims et Dormans, où reposent les dépouilles de 3 4 (...)
  • 61 Carlo Del Croix est le président de l’Association des mutilés et invalides de guerre.
  • 62 Amilcare Rossi est le président de l’Association nationale des combattants.

65Depuis Paris, Prunas signale que les tombes des tués de Bligny60 ont été profanées. Si, en Italie, il y a encore des cœurs francophiles, je crois qu’il suffira de rendre publique une telle nouvelle pour les en guérir pour toujours. Alfieri, à qui j’ai dit la nouvelle, et qui a un frère enterré à Reims, a réagi avec une violence qui se concilie peu avec son tempérament doux. Cependant, j’ai envoyé une copie à Del Croix61 et à Rossi62. Si les outrages devaient continuer, nous demanderions le rapatriement des dépouilles et nous rendrions les leurs aux Français.

6624 novembre. Le Führer est en principe favorable à notre sortie de Genève. Mais il ne désire pas que le geste soit lié au pacte anticommuniste. Il préfère qu’il soit expliqué par la non-reconnaissance de l’Empire. Concernant le Mandchoukouo, on hésite encore à Berlin. Le frein démocratisant de la Wilhelmstrasse fonctionne encore sur le Führer avec trop d’influence.

  • 63 Ministre d’Italie au Caire, Pellegrino Ghigi est nommé ambassadeur à Vienne.
  • 64 Ministère autrichien des Affaires étrangères.

67J’ai donné à Ghigi les instructions pour sa mission à Vienne63. Il n’était pas très au courant de la situation et m’est apparu quelque peu effrayé. Aussi lui ai-je défini le devoir du ministre d’Italie près le Ballplatz64 : un médecin doit donner l’oxygène au moribond sans que l’héritier s’en aperçoive. Dans le doute, l’héritier nous intéresse plus que le moribond.

  • 65 César Campinchi est ministre de la Marine depuis juin 1936. Il Giornale d’Italia a reproduit les p (...)

6825 novembre. Je décide une attaque contre la France à cause du discours de Campinchi65. Je ne suis pas sûr de l’authenticité du texte mais le Duce a voulu tirer et il tient en réserve la cartouche des outrages aux tombes de Bligny.

69Le Duce pense sortir de Genève le 18 décembre avec un Grand Conseil ad hoc. Pas avant pour ne pas faire d’ombre à Stoyadinovitch à la veille de son voyage en Italie.

70Berlin nous fait savoir que, pour le moment, le gouvernement allemand ne reconnaît pas le Mandchoukouo mais nous laisse la liberté d’action. Nous le reconnaîtrons d’ici quelques jours et non aujourd’hui afin de ne pas gâcher la fête germano-japonaise. D’ailleurs, nous devons le faire en contrepartie de la reconnaissance de l’Empire.

  • 66 Theodor von Hornbostel est le directeur général du ministère autrichien des Affaires étrangères.

71Anfuso à Vienne. Il portera à Schuschnigg un document tchèque qui contient de graves affirmations de Hornbostel66 hostiles à l’Axe et favorables aux démocraties occidentales. J’ai avisé le chancelier que le jeu est dangereux. J’ai envoyé une copie du document à Goering.

  • 67 Alberto Pirelli, fils de Giovanni Battista, a succédé à son père en 1932 à la tête de l’entreprise (...)

7226 novembre. Le Duce a lu dans une interception britannique que Pirelli67 répand du fiel contre l’autarcie. Je l’avais prévenu du peu de fiabilité politique de Pirelli. J’en ai confirmation.

  • 68 L’Ilva est une société sidérurgique gênoise créée en 1905 à la suite d’un accord entre la Banca Co (...)
  • 69 José Antonio Sangroniz y Castro est le chef du secrétariat pour les relations extérieures du gouve (...)

73Franco, sur requête du Duce, nous donne 100 000 tonnes de fer. Ceci est favorable car maintenant l’Ilva68 peut intensifier le travail. Et puis, ceci montre la sincérité des sentiments de Franco à notre égard. Beaucoup commençaient à en douter. Moi, honnêtement, non. Je doute beaucoup, par contre, de l’honnêteté de Sangroniz69 et des autres éléments du ministère des Affaires étrangères. Eux aussi font partie de l’Internationale diplomatique.

74Repas avec l’ambassadeur Hotta, en l’honneur d’Okura. Hotta m’a dit que notre attitude à Bruxelles a définitivement convaincu Tokyo de notre sincérité et que ce sera l’occasion de parler prochainement d’un pacte de consultation militaire. Je lui ai laissé entendre que nous reconnaîtrons le Mandchoukouo. Les militaires japonais sont fanatiquement en notre faveur. L’attaché militaire parlait hier soir de guerre à faire à l’Angleterre. Il a dit qu’il habitait via Addis-Abeba et qu’il espérait aller bientôt via Tunis, via Le Caire et à Tokyo dans une via Singapore. L’attaché naval nous prie de ne pas remettre à l’URSS le croiseur rapide en construction dans les chantiers Orlando. Ils seraient prêts à l’acheter. Ils en craignent la rapidité s’il était envoyé à Vladivostok.

  • 70 Hjalmar Schacht est ministre de l’Économie depuis août 1934. Il est également directeur de la Reic (...)
  • 71 Giovanni Battista Marziali est préfet de Bologne.
  • 72 Felice Felicioni est le président de l’association culturelle Dante-Alighieri.
  • 73 Guido Baroni est journaliste.

7527 novembre. Bonne nouvelle que le renvoi de Schacht70 : on commence la nazification intégrale du gouvernement. Nous espérons qu’il sera bientôt suivi par quelques autres. J’ai vu Cini, Marziali71, Felicioni72, Baroni73.

  • 74 L’approche de Nankin par les troupes japonaises amène le gouvernement chinois du Guomindang à se r (...)

76Encore aujourd’hui, dans une interception britannique, nous avons trouvé des indications sur les réserves faites par Guarnieri sur la situation financière. Le Duce m’a dit qu’il le surveille, étant donné le milieu de l’industrie d’où il vient. J’ai référé au Duce de mon entretien avec Guarnieri d’il y a quelques jours. J’avoue que je suis très tranquille sur la situation mais, même si je ne l’étais pas, je le deviendrais au contact de la sérénité imperturbable de Mussolini, lequel a toujours eu raison. Et cette fois, de plus, il est associé avec les vainqueurs dans chaque région : Espagne, Chine, Afrique… D’ici quelques jours, peut-être lundi, nous reconnaîtrons le Mandchoukouo. C’est une politique réaliste. Au cours des événements chinois, c’est le meilleur moment pour accomplir ce geste. Ils ont tellement d’ennuis qu’il n’y aura pas de réactions. D’autre part, si la guerre continue, il n’y aura même plus de Chine d’ici peu. Il était difficile de commander de Nankin : ce sera impossible de Chongqing, avec le pays envahi, sans communication et sans débouchés74. De nombreux indices me font comprendre que l’on va vers l’émiettement de la Chine. Pour l’éviter, ils devraient faire la paix à n’importe quelle condition.

7728 novembre. Demain, on reconnaît le Mandchoukouo. J’en ai communiqué la nouvelle ce matin à Hotta qui en a été très heureux. Nous sommes en train de gagner du terrain. La politique loyale et bienveillante que nous conduisons nous lie les amis que les incertitudes et les hésitations éloigneraient de nous. Notre attitude à Bruxelles a gagné la partie avec Tokyo. Le coup de demain sera autant de bénéfice.

78Dimanche à la mer avec Edda. Et pour la première fois, les enfants sont à table avec nous. Ceci donne beaucoup de sens à la famille et cela me plaît.

  • 75 Carlo Alberto Perego est consul d’Italie à Singapour.

79Le Duce m’a autorisé à donner aux Japonais une copie des plans de Singapour envoyés par Perego75. Il conviendra de souligner cette action comme preuve de notre collaboration efficace.

  • 76 Blondel précise dans son rapport du 29 novembre : « C’est à titre personnel et en se défendant de (...)

8029 novembre. J’ai appelé Blondel pour lui montrer un dessin indigne dans la revue Aux écoutes. J’ai précisé que je parlais à titre purement personnel mais je lui ai dit que ce n’est pas en injuriant la personne sacrée du Duce que se rétabliront les bonnes relations entre nos deux pays76.

  • 77 Costanzo Ciano est président de la Chambre des députés depuis mars 1934.

81Ouverture de la Chambre. Grande manifestation pour Papa, qui apparut assez en forme bien qu’un peu pâle et très vieilli77. Froideur de la Chambre à propos des récentes nominations ministérielles.

82J’ai référé au Duce de l’entretien Schuschnigg-Anfuso. Le chancelier a admis la véracité des phrases de Hornbostel mais l’a défendu dans les rapports avec l’Italie. Il parle contre l’Axe parce qu’il est antinazi. Le chancelier était très impressionné de la puissance de nos services d’information. Il a demandé si nous dépensions des milliards. En fait, nous dépensons très peu mais nous avons un homme, Emanuele, qui est précieux.

  • 78 Il s’agit de Liu Von-Tao.

8330 novembre. Entretien avec l’ambassadeur de Chine78. Il voulait des explications à propos de la reconnaissance du Mandchoukouo. Il craignait qu’un tel geste puisse empêcher une éventuelle médiation de notre part dans le conflit. La Chine devra, pour faire la paix, reconnaître le Mandchoukouo. L’Italie, avec son geste, lui a facilité la chose.

84Nous avons parlé de la situation en général avec l’ambassadeur polonais. Il m’a posé ses questions habituelles et peu intelligentes.

85Rien d’autre.

Notes

1 Georges II, roi de Grèce de 1922 à 1924, puis à partir de 1935 à la suite de la restauration monarchique.

2 En réponse au discours prononcé par Mussolini le 28 octobre lors de la visite de Hess à Rome, au cours duquel le Duce a soutenu les revendications coloniales allemandes, Eden prend la parole à la Chambre des communes : « La Chambre aura certainement observé qu’un pays, lequel a obtenu des augmentations de territoires en Europe comme résultat de la Grande Guerre et a également reçu des concessions territoriales en Afrique de la part de nations qui ont été ses alliées durant ce conflit, s’est fait le paladin d’une revendication de l’Allemagne au sujet de possessions africaines. […] Je dois affirmer de la manière la plus claire que nous ne reconnaissons à aucun gouvernement le droit de nous demander une contribution quand il n’existe aucun signe que ce gouvernement soit prêt à faire un geste. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VII (1 luglio – 31 dicembre 1937), op. cit., doc. no 507, note 2, p. 602.

3 Dans l’Information diplomatique no 5, Ciano rappelle que l’empire colonial allemand a été partagé au profit de la France et de la Grande-Bretagne à l’issue de la Grande Guerre et que l’Italie a ensuite conquis un empire contre tous, « et en premier lieu contre les alliés du passé ».

4 Créée en 1853 sur une idée de Cavour et de Guglielmo Stefani, exilé vénitien et directeur de La Gazzetta piemontese, l’agence Stefani devient la grande agence de presse italienne, ayant des contacts avec l’agence française Havas et l’agence britannique Reuters. Elle sert d’agence officielle durant la Première Guerre mondiale et devient agence gouvernementale en 1920. En 1924, Mussolini nomme à sa tête Manlio Morgani, qui reste son directeur jusqu’à la fin du régime. Il se suicide à la suite de la destitution du Duce le 25 juillet 1943.

5 Luigi Aldrovandi a été chef de cabinet de Sydney Sonnino, ministre des Affaires étrangères de mars 1914 à juin 1919. Sénateur et ambassadeur honoraire, il représente l’Italie à la conférence de Bruxelles, qui se tient du 3 au 24 novembre 1937, portant sur le conflit sino-japonais. L’Italie refuse de voter la résolution finale.

6 Le Japon est d’autant plus préoccupé de l’attitude soviétique que l’URSS a signé un pacte de non-agression avec la Chine le 21 août 1937, et qu’elle lui fournit des armes par la Mongolie extérieure.

7 La basilique Sainte-Marie-des-Anges occupe une partie des thermes de Dioclétien. Pie IV, en 1561, ordonne la construction de l’église et du couvent des Chartreux. Le projet est confié à Michel-Ange. Les grandes messes officielles y ont depuis lieu. La tombe du Soldat inconnu fut installée en 1921 sur l’autel de la Patrie, vaste monument au flanc du Capitole, consacré à Victor-Emmanuel II et à l’Unité et inauguré en 1911. Tous les 4 novembre, jour anniversaire de l’armistice de 1918 avec l’Autriche-Hongrie, une cérémonie commémore la victoire lors de la Grande Guerre.

8 Radu Irimescu est ministre roumain de la Marine et de l’Air.

9 Le 6 novembre 1937, l’Italie adhère au pacte anti-Komintern. Signé par Ciano, Ribbentrop et l’ambassadeur japonais à Rome, Masaaki Hotta, il complète le pacte germano-japonais du 25 novembre 1936. Si le pacte vise explicitement l’Internationale communiste et par ce biais l’Union soviétique, il est aussi une éventuelle menace pour les puissances occidentales.

10 Au cours de l’entretien, Mussolini fait une déclaration à propos de l’Autriche, qui marque un tournant dans la politique italienne vis-à-vis de ce pays. Ciano écrit : « Le Duce répond que l’Autriche est un pays allemand de race, de langue et de culture. La question autrichienne ne doit pas être considérée comme un problème d’ordre international. Pour cela, il a déclaré, et il répète maintenant, qu’il est las de monter la garde devant l’indépendance autrichienne, spécialement si les Autrichiens ne veulent plus de leur indépendance. » Ainsi, l’Italie abandonne sa politique de protection qui a contribué à l’échec nazi pour mettre la main sur l’Autriche en juillet 1934. Les dirigeants allemands sauront s’en souvenir. Dans Ciano Galeazzo, Les Archives secrètes du comte Ciano, op. cit., p. 129.

11 Il s’agit du lieutenant-colonel Seizo Arisue et du capitaine de frégate Hideo Hiraide.

12 C’est-à-dire influencé par la Société des Nations.

13 Le 2 septembre 1933, à Rome, l’Italie et l’URSS ont signé un pacte d’amitié, de non-agression et de neutralité. L’article 4 stipule que les deux parties s’engagent à ne pas entrer « dans aucune entente d’ordre politique ou économique, ni en aucune combinaison dirigée contre l’une d’entre elles ».

14 Il s’agit d’Adalberto Guerra Duval.

15 Il s’agit de Frigyes Villani, en poste depuis 1934.

16 Né en 1869, Kálmán de Kánya a servi la monarchie austro-hongroise comme consul à Constantinople. Secrétaire général du ministère hongrois des Affaires étrangères de 1921 à 1925, il est ambassadeur à Berlin de 1925 à 1932. Il est ministre des Affaires étrangères depuis le 4 février 1933, poste qu’il a déjà occupé quelques semaines en 1925.

17 Allusion aux accords de Rome du 23 mars 1934, et renouvelés le 23 mars 1936, entre l’Italie, la Hongrie et l’Autriche. Ces accords ont pour but le maintien de l’équilibre en Europe danubienne vis-à-vis des ambitions allemandes. Or, en novembre 1937, la Hongrie s’inquiète d’une éventuelle annexion de l’Autriche par l’Allemagne qui la mettrait en contact direct avec le Reich.

18 Vincenzo Lojacono est ambassadeur d’Italie au Brésil depuis mai 1937, après avoir été en poste à Ankara en 1932 et à Nankin en 1934.

19 L’Action intégraliste brésilienne est fondée en octobre 1932 par Plinio Salgado. Mouvement de masse d’inspiration fasciste, elle est en partie financée par des fonds italiens.

20 Un conto représente 1 million de réaux (réis), monnaie brésilienne remplacée par le cruzeiro en 1942.

21 Chamberlain a prononcé un discours à l’occasion de l’installation du nouveau maire de Londres, au cours duquel il aborde les relations avec les puissances de l’Axe : « Le gouvernement britannique a le désir sincère de voir ses relations se stabiliser sur la base d’une amitié et entente mutuelle […], qui pourrait avoir de grands effets dans la formation de la confiance et de la sécurité en Europe, et qui serait mieux établie par le moyen de conversations diplomatiques plutôt que par le moyen de déclarations publiques. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VII (1 luglio – 31 dicembre 1937), op. cit., doc. no 545, note 2. Dans l’Information diplomatique no 6, Mussolini se fait ironique : « […] Aucun pays au monde n’offre tant de proclamations publiques que la Grande-Bretagne. On peut dire qu’elles arrivent quotidiennement, et pas toujours de manière opportune et parfois de manière dangereuse, de la part d’hommes qui sont au gouvernement, qui y furent ou qui y reviendront, de la part de députés et de sénateurs [sic], de la part d’hommes plus ou moins responsables. »

22 Pertinax, surnom d’André Géraud, est éditorialiste à L’Écho de Paris.

23 Né en 1895, Giovanni Ansaldo est le petit-fils du fondateur des chantiers navals Ansaldo. Interventionniste en 1914-1915, il est lié après guerre à des intellectuels antifascistes dont Gaetano Salvemini et Piero Gobetti. Collaborateur à La Stampa, il est arrêté en novembre 1926 et condamné au confino aux îles Lipari. Libéré en septembre 1927, il se rapproche du pouvoir fasciste, en particulier de Galeazzo Ciano qui en fait le directeur du quotidien de Livourne, Il Telegrafo, propriété de la famille Ciano. Il tient un Journal particulièrement intéressant pour la connaissance de l’Italie fasciste et de Ciano en particulier. Ansaldo Giovanni, Il giornalista di Ciano. Diario (1932-1943), Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 2000.

24 Allusion au style de l’urbanisme des grandes villes italiennes à la fin du xixe siècle, sous le règne du roi Humbert Ier (1878-1900).

25 Arrigo Solmi est ministre de la Justice du 24 janvier 1935 au 12 juillet 1939.

26 Dans son rapport, Perth indique à Eden que Ciano est disposé à le rencontrer, mais plutôt à la fin des négociations qu’au début, préférant travailler dans la discrétion. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 314, p. 499.

27 Francesco Salata est un sénateur italien.

28 Kurt von Schuschnigg est le chancelier autrichien. Il succède à Engelbert Dollfuss, tué le 25 juillet 1934 lors d’un putsch manqué par les nazis autrichiens et auquel s’oppose fortement Mussolini, qui ne souhaite pas alors assister à une annexion de l’Autriche par l’Allemagne.

29 Guido Schmidt est le ministre autrichien des Affaires étrangères.

30 Getúlio Vargas est président du Brésil depuis 1930. Le 10 novembre 1937, il proclame l’Estado Novo dont le premier geste politique est de supprimer les partis politiques, y compris l’Action intégraliste, proche du fascisme et financée jusque-là par l’Italie. Dans son rapport du 11 novembre, l’ambassadeur Lojacono écrit : « Jusqu’à maintenant, tout le pays répond avec un calme parfait et avec des sentiments d’adhésion au coup d’État par lequel Getúlio Vargas a substitué la constitution démocratique par le nouveau statut qui concentre les prérogatives du gouvernement dans le pouvoir exécutif et adopte les principes socio-économiques et de justice du travail du régime fasciste corporatif. » Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VII (1 luglio – 31 dicembre 1937), op. cit., doc. no 542, p. 649.

31 Dans un courrier du 12 novembre adressé à l’ambassadeur italien au Brésil, Vincenzo Lojacono, Ciano fait remarquer qu’il n’est pas dans les habitudes du gouvernement italien de mettre en jeu les communautés italiennes à l’extérieur vis-à-vis d’un gouvernement étranger mais qu’il convient, en la circonstance, de soutenir loyalement et franchement le pouvoir du président Vargas. Dans Ibid., doc. no 555, p. 657.

32 Né en 1878, William Phillips entre au service du département d’État en 1909. Il est ministre plénipotentiaire aux Pays-Bas en 1920, en Belgique en 1924, au Canada en 1927. Il occupe à deux reprises la fonction de sous-secrétaire d’État du 31 mars 1922 au 11 avril 1924, puis du 6 mars 1933 au 23 août 1936. Par la suite, il est nommé ambassadeur des États-Unis à Rome.

33 Un des grands théâtres de Rome, situé sur le Largo Argentina.

34 Sans doute une erreur de Ciano : il existe bien une pièce intitulée Napoléon l’unique, produite à Paris en novembre 1936, mais écrite par Paul Raynal.

35 Dans la République, Platon bannit les poètes, dont Homère, de sa cité idéale. Platon accuse l’Iliade et l’Odyssée de présenter aux lecteurs des exemples d’immoralité, de parjure et d’injustice.

36 À la suite de l’invasion de la Mandchourie par les Japonais en 1931, le gouvernement nippon réunit un comité exécutif des provinces du Nord-Est qui publie une déclaration d’indépendance de la Mandchourie, approuvée par 600 notables mandchous le 28 février 1932. Le 9 mars, la régence est confiée au prince Puyi, dernier empereur de Chine, détrôné encore enfant en 1912. Il est proclamé empereur de Mandchourie sous le nom de Kang Teh. Cet État, véritable protectorat japonais, prend le nom de Mandchoukouo.

37 Don Juan de Bourbon, né en 1913 et quatrième enfant d’Alphonse XIII et de Victoria Eugenia de Battenberg, est l’héritier du trône d’Espagne.

38 Envoyé de Tchang Kaï-chek à Rome.

39 Le maréchal Tchang Kaï-chek est l’homme fort de la Chine nationaliste dont il dirige le gouvernement depuis 1928.

40 Victor-Emmanuel III est roi d’Italie depuis 1900. Il a succédé à Humbert Ier, assassiné à Monza par l’anarchiste Gaetano Bresci, le 29 juillet. Sur Victor-Emmanuel III, BERTOLDI Silvio, Vittorio Emanuele III. Un re tra le due guerre e il fascisme ; LE MOAL Frédéric, Victor Emmanuel III. Un roi face à Mussolini, Paris, Perrin, 2015. Sur le rôle politique et institutionnel de la monarchie italienne pendant le fascisme, COLOMBO Paolo, La monarchia fascista (1922-1940), Bologna, Il Mulino, 2010.

41 Palais dont la construction débute sous Grégoire XIII en 1573 et se termine sous Clément XII dans les années 1730. Depuis 1870, il sert de résidence au roi d’Italie.

42 Otto von Bismark est président du Conseil royal de Prusse de 1862 à 1871 et chancelier d’Allemagne de 1871 à 1890.

43 L’objet de l’entretien est la suite à donner au Pacte tripartite. Hassell demande son avis à Ciano sur l’idée de faire adhérer au pacte d’autres puissances telles que le Brésil et la Pologne, ce que le ministre italien ne juge pas souhaitable pour le moment. Dans Documents on German Foreign Policy. 1918-1945, Series D (1937-1945), vol. I, From Neurath to Ribbentrop (September 1937 – September 1938), op. cit., doc. no 27, p. 49-50.

44 En 1898, l’Espagne perd Cuba, Porto Rico et les Philippines suite à une guerre contre les États-Unis. Ce désastre militaire et politique entraîne une réaction des milieux intellectuels (Unamuno, Menéndez y Pelayo, Pérez Galdós…) contre le sentiment de décadence de l’Espagne, mouvement connu sous le nom de génération de 1898.

45 Pierre Laval préside son deuxième gouvernement (juin 1935 – janvier 1936) lors de la crise éthiopienne et du vote des sanctions à la SDN contre l’Italie.

46 Cette exposition est installée au Grand Cirque à Rome, à l’ouest du Palatin.

47 Lessona vient d’être démis de ses fonctions de ministre des Colonies. Le portefeuille est assuré par Mussolini lui-même avec la collaboration d’Attilio Teruzzi comme sous-secrétaire d’État.

48 Giuliano Cora est ambassadeur d’Italie en Chine depuis avril 1937.

49 Ministre chinois des Affaires étrangères.

50 Francesco Scardaoni est le correspondant de La Tribuna à Paris. Le 20 novembre, il publie un article intitulé « La Francia e l’Europa. Il più grave errore politico dei nostri tempi », dans lequel il estime qu’il n’existe pas de véritable opposition entre l’Italie et la France et que les deux pays peuvent utilement coopérer. Le gouvernement fasciste fait saisir les numéros du journal et rappelle le journaliste à Rome.

51 Né en 1881, Edward Halifax est élu député conservateur en 1910. Sous-secrétaire d’État aux Colonies en 1921-1922, il est président de l’Education Office en 1922-1924, puis ministre de l’Agriculture en 1924-1925. En 1925, il est fait baron Irwin par Georges V et vice-roi des Indes, poste où il fait preuve de modération et d’esprit d’ouverture. Redevenu président de l’Education Office en 1932, il est nommé lord du Sceau privé en mai 1935. Il séjourne en Allemagne du 17 au 21 novembre. Reçu à Berlin par Neurath, puis Goering, Halifax se rend à Berchtesgaden le 19 afin d’y rencontrer Hitler. L’entretien se situe sur un plan général. Halifax fait savoir que l’opinion britannique est choquée par la politique allemande envers les Églises, les Juifs et les syndicats. Hitler aborde la question coloniale mais n’en fait pas une question de principe. Alors que Halifax souligne que le traité de Versailles a sans doute créé des zones de litiges telles que le couloir de Dantzig, l’Autriche et la Tchécoslovaquie, Hitler espère que l’on pourra trouver un compromis pour obtenir du gouvernement tchèque un statut particulier pour les populations allemandes des Sudètes. Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 336, p. 543-549.

52 Né en 1893, Hermann Goering étudie au collège militaire de Lichtenfelde. Après des débuts dans l’infanterie, il demande à être affecté dans l’aviation où il fait une guerre brillante, recevant la Croix de fer et l’Ordre pour le Mérite. Refusant de servir la République de Weimar après la guerre, il s’exile quelque temps au Danemark et en Suède. Revenu en Allemagne, il adhère au NSDAP en 1923 et participe à la tentative de putsch à Munich durant laquelle il est grièvement blessé. Élu député en 1928, réélu en 1930, Goering devient président du Reichstag le 30 août 1932. Une fois Hitler chancelier, il est nommé ministre de l’Intérieur de Prusse et commissaire du Reich pour l’Air, poste transformé en ministère en mai 1933. Il est un des principaux organisateurs de la police politique, la Gestapo, en avril 1933. Outre l’organisation d’une nouvelle aviation de combat allemande, Goering reçoit, en avril 1936, la responsabilité de commissaire au plan quadriennal chargé de préparer l’économie allemande à la guerre par une autarcie accélérée et un développement de l’armement. Sur Goering, voir Kersaudy François, Hermann Goering. Le deuxième homme du IIIe Reich, Perrin, Paris, 2009 [nouvelle éd. Perrin, coll. « Tempus » (no 491), Paris, 2013].

53 Ministère allemand des Affaires étrangères.

54 Le général Sebastiano Visconti Prasca est attaché militaire à Paris.

55 Alessandro Pavolini est secrétaire fédéral du Parti national fasciste à Florence de 1929 à 1934, avant d’être élu député. Il est alors un proche de Ciano. Sur Pavolini, voir Petacco Arrigo, Il superfascista. Vita e morte di Alessandro Pavolini, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 1998.

56 Le palais de la casa littoria, à côté du forum Mussolini, est commencé en 1938 mais achevé seulement après la guerre. Il accueille le ministère des Affaires étrangères en 1959.

57 Avant son installation au palais de Venise, Mussolini a sa résidence de travail au palais Chigi. Débuté en 1562 par Giacommo Della Porta et agrandi par le cardinal Pietro Aldobrandini à partir de 1616, il passe à la famille Chigi en 1659, sous le pontificat d’Alexandre VII. Acheté par l’État italien en 1917, le palais Chigi accueille le ministère des Affaires étrangères à partir de 1923 et jusqu’en 1959. En 1961, il devient le siège de la présidence du Conseil.

58 Façon de désigner l’alliance entre l’Allemagne, le Japon et l’Italie.

59 Créé le 15 décembre 1922 par Mussolini et réuni pour la première fois le 23 janvier 1923, le Grand Conseil du fascisme est officialisé par la loi du 9 décembre 1928, due au ministre de la Justice Alfredo Rocco. Il est « l’organe suprême qui coordonne toutes les activités du régime ». Sous la direction du Duce qui en décide les convocations et l’ordre du jour, le Grand Conseil est composé des quadrumvirs de la marche sur Rome (Italo Balbo, Michele Bianchi, Emilio De Bono, Cesare Maria De Vecchi), des secrétaires du PNF, des présidents du Sénat et de la Chambre, des ministres et des sous-secrétaires d’État à la présidence du Conseil, du commandant de la Milice, des membres du directoire du Parti, du président du Tribunal spécial, des présidents des confédérations syndicales, du président de l’Académie d’Italie. Les prérogatives du Grand Conseil touchent au choix de la liste des candidats du PNF, à l’organisation interne du PNF, aux relations entre l’État et l’Église, aux traités internationaux impliquant des modifications territoriales. Il s’est même arrogé un droit de regard sur la succession au trône. Sur le Grand Conseil, voir Aquarone Alberto, L’organizzazione dello Stato totalitario, Einaudi, coll. « Biblioteca Einaudi », Turin, 2003 (1re éd. 1965).

60 Cimetière militaire situé dans la Marne, entre Reims et Dormans, où reposent les dépouilles de 3 440 soldats italiens tués sur le front français durant la Première Guerre mondiale.

61 Carlo Del Croix est le président de l’Association des mutilés et invalides de guerre.

62 Amilcare Rossi est le président de l’Association nationale des combattants.

63 Ministre d’Italie au Caire, Pellegrino Ghigi est nommé ambassadeur à Vienne.

64 Ministère autrichien des Affaires étrangères.

65 César Campinchi est ministre de la Marine depuis juin 1936. Il Giornale d’Italia a reproduit les paroles prêtées à Campinchi lors d’une visite en Corse : « Il faut que la Corse ne soit plus à la merci d’une agression italienne […]. Il faut que l’Italie cesse l’infâme comédie d’une Corse irrédente, d’une Corse italienne qui attend sa libération […]. La guerre contre l’Italie est non seulement fatale, mais nécessaire. Et elle ne peut être que victorieuse pour nous […]. C’est de Corse que partira l’offensive qui mettra le fascisme à genoux. » Le gouvernement français dément l’ensemble de ces propos prêtés au ministre le 25 novembre.

66 Theodor von Hornbostel est le directeur général du ministère autrichien des Affaires étrangères.

67 Alberto Pirelli, fils de Giovanni Battista, a succédé à son père en 1932 à la tête de l’entreprise de pneumatiques portant son nom.

68 L’Ilva est une société sidérurgique gênoise créée en 1905 à la suite d’un accord entre la Banca Commerciale et le Credito Italiano.

69 José Antonio Sangroniz y Castro est le chef du secrétariat pour les relations extérieures du gouvernement nationaliste espagnol.

70 Hjalmar Schacht est ministre de l’Économie depuis août 1934. Il est également directeur de la Reichsbank de 1923 à 1930 puis de 1933 à 1939.

71 Giovanni Battista Marziali est préfet de Bologne.

72 Felice Felicioni est le président de l’association culturelle Dante-Alighieri.

73 Guido Baroni est journaliste.

74 L’approche de Nankin par les troupes japonaises amène le gouvernement chinois du Guomindang à se réfugier à Chongqing, dans la province du Sichuan. La prise de Nankin, le 13 décembre, est suivie de terribles massacres.

75 Carlo Alberto Perego est consul d’Italie à Singapour.

76 Blondel précise dans son rapport du 29 novembre : « C’est à titre personnel et en se défendant de formuler la moindre demande qu’il a appelé mon attention sur le caractère particulièrement offensant que prenait, aux yeux de la nation italienne, toute attaque contre la personne du chef du gouvernement. S’en prendre à Mussolini, c’était atteindre, pour ainsi dire, la religion des Italiens. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 7 (29 septembre 1937 – 16 janvier 1938), op. cit., doc. no 283, p. 513-514.

77 Costanzo Ciano est président de la Chambre des députés depuis mars 1934.

78 Il s’agit de Liu Von-Tao.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540