Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

1937

Septembre

Texte intégral

  • 1 Village proche de Lucques dans lequel les Ciano ont une propriété.

11 er septembre. À Viareggio et Ponte a Moriano1. Tout va bien.

22 septembre. Le Duce a approuvé le programme de la visite en Allemagne et m’a donné le texte, à faire traduire, du discours qu’il prononcera à Berlin. Il est excellent.

3Grande activité de la marine : trois torpillages et un arraisonnement. Mais l’opinion internationale s’excite, surtout en Angleterre à la suite du tir contre le contre-torpilleur Havoc, heureusement non touché. Le coup est parti de L’Iride. Nous sommes déjà en pleine polémique.

4Le Duce feint de s’en prendre à l’Égypte à propos des armements. Quand je lui ai prouvé qu’ils n’existaient que sur le papier, il m’a répondu qu’il entendait créer matière à litige au bon moment. « L’Égypte me servira. Nous devons déjà commencer à dire que c’est elle qui trouble les eaux. »

  • 2 Victor Arrighi est un des proches de Jacques Doriot au sein du Parti populaire français.
  • 3 Jacques Doriot, venu du parti communiste avec lequel il rompt en 1934, fonde le Parti populaire fr (...)
  • 4 Le colonel François de La Rocque devient, en 1931, président des Croix-de-Feu, groupement créé en  (...)

5Arrighi2, fidèle de Doriot3, me demande que notre assistance se poursuive et il désire des armes. Il prévoit un hiver de conflits. Il juge La Rocque4 comme un traître au service du Front populaire.

  • 5 Ulrich von Hassell, né en 1881, entre au ministère des Affaires étrangères en 1909. En 1911, il es (...)

6Reçu von Hassell5 : désagréable et déloyal.

  • 6 Entré dans la carrière diplomatique en 1911, Gino Buti fait partie de la délégation italienne à la (...)
  • 7 Luca Pietromarchi est chef du bureau Espagne au ministère des Affaires étrangères.

7J’ai chargé Buti6 et Pietromarchi7 de préparer un plan d’action pour Genève. Je ne suis pas très confiant mais nous ne devons pas ne rien tenter. Si l’Empire n’est pas reconnu maintenant, on finira l’automne prochain. De graves complications sont à prévoir.

83 septembre. Grand orchestre franco-russo-britannique. Motif : piraterie en Méditerranée. Responsabilité : fasciste. Le Duce est très calme. Il regarde vers Londres et ne croit pas que les Anglais veuillent l’affrontement avec nous. Il m’a dit les motifs de sa conviction. Napoléon, avant d’aller en Russie, fit étudier les précipitations atmosphériques des 25 années précédentes pour connaître l’époque du début des neiges. Il eut une désillusion : cette année-là, il neigea avec un mois d’avance. Mussolini, avant de commencer l’entreprise éthiopienne, étudia la composition par âge du peuple anglais. Il releva que, contre 22 millions d’hommes, il y avait 24 millions de femmes, 12 millions de citoyens au-delà des 50 ans, âge limite de l’esprit belliqueux. Ainsi prédominaient les masses statiques sur les masses dynamiques de la jeunesse, attachées à la vie tranquille, au compromis, à la paix.

  • 8 Stanley Baldwin est Premier ministre conservateur de Grande-Bretagne de mai 1923 à janvier 1924, d (...)
  • 9 Le plan Hoare-Laval est mis sur pied au début de décembre 1935 par Samuel Hoare, secrétaire d’État (...)

9Il m’a raconté un épisode savoureux : Baldwin8, afin de continuer la lecture d’un roman policier, n’ouvrit pas, durant tout un après-midi dominical, un dossier contenant les instructions relatives au plan Hoare-Laval9. Le retard suffit à accentuer la polémique en France et à couler le plan.

10Pour en revenir aux événements actuels, nous restons calmes et nous avons préparé un plan pour toute éventualité. Mais cette tempête passera comme les autres. J’ai obtenu le renvoi des renforts en Espagne après les décisions de Genève pour la reconnaissance de l’Empire. Ou on refuse de nous reconnaître et nous sommes libres d’agir, ou on nous reconnaît et nous sommes également libres, de par la loi fasciste, du fait accompli.

11Nous donnerons de l’argent à Doriot mais pas d’armes.

  • 10 Wladimir Poliakoff est un journaliste britannique.
  • 11 Neville Chamberlain est Premier ministre conservateur britannique depuis le 28 mai 1937. Sur Chamb (...)

124 septembre. Journée bien remplie. Beaucoup de réunions durant la matinée et en soirée. Entretien avec Poliakoff10 : j’ai eu l’impression que Londres ne voyait pas clairement la question de la reconnaissance de l’Empire, sans laquelle aucun accord n’est possible. Poliakoff en a pris note et en parlera à Chamberlain11.

13J’ai donné l’ordre à Cavagnari de suspendre l’action navale jusqu’à nouvel ordre. Mais la tempête tend à s’apaiser.

  • 12 Né à El Ferrol en Galice en 1892, Francisco Franco sort en 1910 sous-lieutenant de l’académie mili (...)

14Conde m’a apporté un télégramme de Franco12 qui dit que si le blocus continue tout le mois de septembre, ce sera résolu. C’est vrai. Mais, pour l’instant, nous devons le suspendre.

  • 13 Les Faisceaux à l’étranger sont chargés d’encadrer les Italiens vivant à l’étranger. Sur ce sujet, (...)

15Parade des Faisceaux à l’étranger13. Beaucoup de progrès. La foule a applaudi les Espagnols et, pour la première fois, également beaucoup les Allemands.

165 septembre. Exercices de Starace et de Jeunes Fascistes. Bien réussis. La jeunesse doit dépendre totalement du Parti. Je l’ai dit au Duce qui pensait déjà ainsi.

17Dans l’après-midi, je suis à Viareggio et à Ponte a Mariano. Les enfants sont deux adorables trésors. Papa va mieux. Deda va bien.

18Discussion avec Balbo : il m’a offert, non pas un rameau, mais une forêt entière d’oliviers. Sur le moment, il était même sincère.

196 septembre. Le Duce s’en prend à l’Amérique, pays de Nègres et de Juifs, élément de désagrégation de la civilisation. Il veut écrire un livre : l’Europe en 2000. Les races qui joueront un rôle important seront les Italiens, les Allemands, les Russes et les Japonais. Les autres peuples seront détruits par l’acide de la corruption judaïque. Ils refusent même de faire des enfants parce que cela leur coûte. Ils ne savent pas que la douleur est le seul élément créatif dans la vie des peuples et aussi dans celle des hommes. J’ai vu Ingram et j’ai fait quelques allusions à la dissolution de l’écueil éthiopien à Genève. Je considère cela essentiel pour la reprise.

  • 14 Selon le rapport du 7 septembre 1937 de Daniel Lévi, chargé d’affaires à Moscou, le gouvernement s (...)
  • 15 Jules-François Blondel est chargé d’affaires à l’ambassade de France à Rome et le principal interl (...)

20J’ai reçu l’acte d’accusation soviétique. Le Duce a approuvé mon plan : la Russie veut saboter la conférence. Ayant vu que la conférence méditerranéenne allait se tenir, elle a lancé une nouvelle torpille et, cette fois, contre l’entente internationale14. J’ai plaidé cette cause devant Blondel15 et Ingram : ce dernier a semblé partager cette analyse ; les deux m’ont paru ébranlés.

21Nous attendons la riposte russe. L’atmosphère s’obscurcit de nouveau. Pour l’instant, les bolcheviques ont fait un faux pas. Nous avons marqué un point.

  • 16 Il s’agit du prénom de Magistrati.

227 septembre. Beaucoup de travail, beaucoup de personnes. J’ai parlé avec Massimo16 pour accorder la réponse aux gouvernements français et britannique. En principe, nous sommes d’accord. La note a été rédigée ce soir. Demain, je la montrerai au Duce. Comme prévu, Londres et Paris sont bouleversées par la gaffe soviétique. Il est nécessaire d’en profiter : force contre la Russie, sourires aux autres.

  • 17 D’origine juive, Margherita Sarfatti, épouse d’un avocat socialiste, fait la connaissance de Musso (...)

23J’ai reçu la commission des poètes de Mussolini. Scène comique : Sarfatti17 ne voulait pas primer l’excellente poésie de Fanny Dini qu’elle accusait d’avoir plagié ses écrits. Quel malheur ces femmes de lettres !

  • 18 Né en 1892, Roberto Farinacci milite au sein des socialistes réformistes de Leonida Bissolati qui (...)

24Farinacci18 veut aller avec le Duce en Allemagne. Mais le Duce, qui y aurait consenti, le veut-il vraiment ? Et puis, à quel titre ?

258 septembre. Naturellement, le Duce ne veut pas de Farinacci en Allemagne et m’a dit d’arranger les choses en ce sens.

  • 19 Débuté par le cardinal Pietro Barbo (élu pape sous le nom de Paul II en 1464) en 1455, le palais d (...)
  • 20 Face à la multiplication d’incidents en Méditerranée touchant des navires susceptibles de ravitail (...)

26La note, approuvée au palais de Venise19, sur ma rédaction, a été adoptée dans ses grandes lignes également par l’Allemagne. Rien sur Nyons20 : inversement, nous sommes prêts à discuter au Comité de non-intervention de Londres. La formule est avantageuse : ce n’est pas un simple refus mais elle contient également une formule constructive. L’Albanie est dans notre sillage ; la Bulgarie et la Yougoslavie font de même et pourraient bien s’épauler.

  • 21 Dans son télégramme du 8 septembre à Eden, Ingram indique : « Je lui ai dit qu’il me semblait clai (...)

27J’ai dit à Ingram que j’avais trouvé, lors de notre entretien précédent, l’inspiration de ma proposition. Il est également prêt à la défendre pour sa part de paternité21. Ce flasque et faux fonctionnaire britannique était flatté de telle manière que, faiblement, il le fera. En prenant les hommes par la vanité, on ne se trompe pas.

  • 22 À propos de ces entretiens à la mer, le conseiller d’ambassade Jules-François Blondel écrit dans s (...)

28À la mer, j’ai un entretien avec Helfand, le chargé d’affaires russe22. Ce petit Juif, intelligent et fin, a compris la gaffe de son gouvernement (aujourd’hui, seconde note qui renouvelle l’accusation) mais il doit défendre Moscou et le fait avec dignité. Il a parlé de preuves écrasantes contre nous. Il s’agit, à mon avis, de décryptage de télégrammes. Je lui oppose un calme méprisant. Il a dit que j’étais en train de traiter la Russie comme je traiterais la Lituanie. J’ai répondu que non mais le Duce peut le faire.

  • 23 Nicolo Castellino est président de l’Association des éditeurs.
  • 24 Curzio Malaparte, Kurt Suckert de son véritable nom, est né en 1898 d’un père allemand et d’une mè (...)

29J’ai vu Castellino23 et Malaparte24.

  • 25 Felice Guarnieri est ministre des Changes et Valeurs du 20 novembre 1937 au 31 octobre 1939.
  • 26 Alessandro Lessona est ministre des Colonies du 11 juin 1936 au 20 novembre 1937.

30Réunion avec Guarnieri25 et Lessona26 pour l’économie et les échanges internationaux de l’Empire.

  • 27 Le mouvement belge rexiste, d’inspiration fasciste, est fondé en 1932 par Léon Degrelle. Aux élect (...)

31Je décide de reprendre la subvention aux rexistes27 (250 000 lires par mois).

  • 28 Entré dans la carrière diplomatique en 1904, Vittorio Cerruti est conseiller d’ambassade à Vienne (...)

329 septembre. La note est remise. Long entretien avec Cerruti28, trop optimiste vis-à-vis des dispositions françaises à notre égard. Selon lui, ils sont remués par l’envie de se jeter dans nos bras. Je ne le crois pas vraiment, du moins pour le moment.

  • 29 Dans son rapport du 9 septembre au ministre italien des Affaires étrangères, l’ambassadeur britann (...)

33Ingram a laissé un mémoire, plutôt négatif, sur les intentions britanniques à propos de la reconnaissance de l’Empire. Sans cette promesse, la possibilité d’un accord avec Londres s’éloigne. Dommage29 !

  • 30 Carlo Galli est ambassadeur à Ankara.

34Entretien avec Galli30 : la Turquie, comme d’habitude, est en attente des décisions anglaises. Dans cette situation, ma visite à Ankara est remise à des temps meilleurs.

  • 31 Mario Appelius est rédacteur du journal Il Popolo d’Italia, fondé par Mussolini le 15 novembre 191 (...)

35J’ai longuement parlé de l’Éthiopie avec Appelius31, celle d’alors et celle d’aujourd’hui. Nostalgie de la guerre.

36Nous ne répondrons pas aux Russes. Il y a un précédent : Venise a accumulé, sans réponse, les bulles pontificales…

  • 32 Né en 1895, Dino Grandi est une des figures majeures du fascisme italien. Jeune avocat à Bologne e (...)

3710 septembre. Grandi32 se prépare à revenir à Londres. Je lui ai donné les instructions pour la reprise des contacts. La situation recommence à être difficile : il sera encore nécessaire de batailler.

  • 33 Le général Mario Berti remplace le général Bastico en octobre 1937 à la tête des forces italiennes (...)
  • 34 Le général Gastone Gambara est chef d’état-major du corps expéditionnaire italien en Espagne.

38Berti33 et Gambara34 ont fait un long rapport sur la situation en Espagne. Demain, je les conduirai chez le Duce. Nous sommes encore en haute mer et la victoire pourrait, à nouveau, se dérober. Il faudrait vaincre rapidement pour de multiples raisons.

  • 35 Franco Marinotti est un industriel italien.

39Marinotti35 : homme de premier ordre, mais un peu bavard et triomphant comme s’il se sentait sûr de son succès. En résumé, un homme à conserver et, le cas échéant, à utiliser.

4011 septembre. Entretien Grandi-Duce. Celui-ci a fait le point de la situation. Si cela est possible, il veut encore l’accord. Mais si la Grande-Bretagne maintient une ligne d’action offensive, il est prêt à la réaction la plus dure.

41L’après-midi, entretien entre le Duce et Berti. Résumé de la situation en Espagne. Dans l’ensemble, elle est satisfaisante. Le Duce se réserve quelques semaines pour décider si l’on envoie de nouveaux contingents. Si Franco ne fait pas la trêve hivernale et agit, il l’aidera.

  • 36 Renato Bova Scoppa est secrétaire général de la délégation italienne à Genève.

42Violente colère du Duce aux premières nouvelles de Nyons. Le dernier coup de téléphone de Bova36 l’a tranquillisé en partie.

43J’ai reçu Bocchini : rien de nouveau.

4412 septembre. Cérémonie des jeunesses fascistes.

  • 37 Surnom de Fabrizio, fils de Galeazzo Ciano.

45Très bien. Avion jusqu’à Pise. Course à Livourne. Edda et Ciccino37 à la course. Papa va bien.

  • 38 Jules-François Blondel écrit dans son rapport du 13 septembre à propos de cette entrevue : « Sans (...)

4613 septembre. Ingram et Blondel ont remis les conclusions de Nyons. J’ai préparé une réponse dans laquelle, sans avancer une demande de participation, on affirme le droit à la parité. Je réussirai certainement à les mettre en bouteille38. Ou notre collaboration ou l’échec de leur faute. J’attends l’approbation de Berlin pour remettre la réponse.

47Ricci a fait un très bel exercice. Mais l’Opera Balilla, telle qu’elle est actuellement, ne peut durer.

  • 39 Né à en 1882, Attilio Teruzzi est sous-secrétaire d’État à l’Intérieur de mai 1925 à novembre 1926 (...)
  • 40 Province d’Éthiopie dans laquelle des troubles ont lieu durant l’été 1937.

48Teruzzi39, revenant d’Espagne, critique beaucoup le commandement de Bastico. Il croit possible une opération décisive pour la mi-octobre. Franchement, pas moi. Le Duce est ennuyé par la révolte dans le Goggiam qui est assez importante40.

4914 septembre. Le Duce a téléphoné à 7 heures du matin pour ajouter à la note la demande de faire également participer l’Allemagne aux patrouilles en Méditerranée. Berlin a décliné la proposition. Ceci aurait remis tout en question et, c’est le cas de le dire, en haute mer. Ainsi, Nyons ira à son terme.

  • 41 Zenone Benini est le vice-président de la Corporation de la métallurgie et de la mécanique. Il est (...)

50Zenone41 ira au conseil de la SNIA [NDA Soie nationale italienne artificielle]. Un fasciste dans certains centres industriels est utile.

51Teruzzi est reçu par le Duce. Le Duce était en forme : agressif et antibritannique. Il a dit des Anglais : un peuple qui pense par le cul.

5215 septembre. Franco demande quatre sous-marins à sa disposition. Deux partiront tout de suite et deux autres d’ici peu.

  • 42 Anthony Eden, député conservateur en 1923, est secrétaire au Foreign Office depuis décembre 1935. (...)
  • 43 Yvon Delbos, député radical de la Dordogne en 1924, est ministre français des Affaires étrangères (...)

53La note a été jugée très habile mais l’ambiance est aigre et hostile. Bova téléphone de Genève qu’Eden42 et Delbos43 sont prêts à accepter nos demandes mais voudraient que le premier pas vienne de nous. Impossible. Il convient d’attendre de pied ferme. Ils viendront d’eux-mêmes.

  • 44 Ruggero Farace est haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.
  • 45 Princesse de la famille des Romanov, Catherine de Russie est la nièce de la reine Hélène.
  • 46 Épouse du tsar Pierre III, l’impératrice Catherine fomente un coup d’État contre son époux en 1762 (...)

54Mariage entre Farace44 et Catherine de Russie45. Beaucoup de personnalités royales : en service et en position secondaire. Le prêtre, dans son sermon, a invité l’épouse à suivre l’exemple de ses grands aïeux et a cité son homonyme, la Grande Catherine. Le mari n’a pas apprécié46

  • 47 Fille de Victor-Emmanuel III et d’Hélène de Monténégro, sœur du prince Humbert.

55Repas avec le prince de Piémont. Pâle conversation. J’étais assis à côté de la princesse Mafalda47. Elle n’est pas belle, elle n’a ni talent, ni esprit. Mais les hommes lui plaisent, comme à toutes les femmes du reste.

5616 septembre. Rien de neuf dans le secteur Londres-Paris-Genève. Ils attendent en vain un mouvement de notre part.

  • 48 Né en 1877, Giuseppe Volpi di Misurata mène à la fois une carrière de diplomate et d’industriel. E (...)
  • 49 Vittorio Cini est industriel et sénateur. Il est nommé à la tête de l’organisation de l’Exposition (...)
  • 50 Alberto Pirelli est le fondateur, avec son frère Piero, de l’entreprise de pneumatiques portant so (...)

57Repas avec Volpi48, Cini49, Pirelli50. Notable préoccupation dans les milieux industriels. Ils disent que les stocks sont épuisés et qu’une guerre ne pourrait être alimentée que pour peu de temps.

58Beaucoup de certitudes quant à la victoire en Chine. Je suis également d’accord. En définitive, les Chinois s’enfuiront et quand ils commenceront à s’enfuir, plus personne ne les arrêtera. Accélération de l’accord anticommuniste.

  • 51 Le 11 septembre, des attentats ont eu lieu à Paris contre le siège de la Confédération générale du (...)
  • 52 Le colonel Emanuele Sante est un des responsables des services secrets italiens.
  • 53 Meténier, un des membres de la Cagoule.

59Le Duce est préoccupé par le fait que la police française soit sur les traces des auteurs des attentats de Paris51. Em.52 me dit que c’est impossible. De quelque façon que ce soit, cela ne nous concerne pas. Ce sont des Français au service de Met.53.

6017 septembre. Le Duce m’a annoncé la liquidation de Ricci avec la formule : qui est contre le Parti est contre moi et en aura les reins brisés. Il a ajouté qu’il en avait averti Alfieri, qui est un « cancanier », pour le faire savoir aux Balbo et aux Bottai toujours agités.

61Il m’a parlé avec plus d’optimisme de la situation en Afrique orientale. La révolte ne s’étend pas et les mesures pour la mater, gaz compris, ont été ordonnées.

62Ricci a porté la médaille commémorative des camps de jeunesse. Il s’est tu et j’ai fait de même.

63J’ai écrit une lettre à Grandi pour faire le point et lui demander des nouvelles sûres.

64J’ai déjeuné, par hasard, avec Balbo, rejoint par le verbeux Cini. Ce dernier passe pour un homme intelligent. Je me demande s’il l’est vraiment ou s’il n’est pas un grand manipulateur.

  • 54 Cet accord prévoit que les navires de surface participant à la protection de la navigation commerc (...)
  • 55 Du 25 au 28 janvier 1077, l’empereur germanique Henri IV vient implorer le pape Grégoire VII de le (...)

6518 septembre. Ingram et Blondel m’ont apporté l’accord additionnel pour les avions et les navires de surface54 et ont fait une tentative ratée afin de relancer les conversations pour la conférence de Nyons. J’ai préparé une réponse conciliante et je suis parvenu à la faire accepter au Duce qui se maintient dans une extrême intransigeance. Pour l’instant, il convient de faire savoir que le premier geste est venu d’eux. La presse devra cependant éviter de parler de Canossa55 et de génuflexions, sinon on provoquera un nouveau raidissement. Je donnerai une note demain.

  • 56 Ekrem Libohova est ministre des Affaires étrangères d’Albanie depuis novembre 1936.
  • 57 Ahmed Zogu est né en 1895. Officier autrichien d’origine albanaise, il organise la résistance cont (...)

66Libohova56 me porte une lettre du roi Zog57. Il est satisfait des récentes mesures en faveur de l’Albanie.

  • 58 Prospero Colonna est maire de Rome de juillet 1914 à juin 1919.
  • 59 Tommaso Tittoni est ministre des Affaires étrangères de novembre 1903 à décembre 1905, puis de mai (...)

6719 septembre. J’ai assisté, avec le Duce, depuis la fenêtre du palais de Venise, aux funérailles de Prospero Colonna58. Le Duce, de bonne humeur, commentait. Le temps était froid et pluvieux. Un temps de funérailles. Avec le soleil, personne ne songe au mort. Il m’a raconté que Tittoni59 se refusait de suivre les funérailles pendant l’hiver de peur de rejoindre le défunt.

  • 60 Ceci est noté par Blondel dans son rapport du 19 septembre : « En nous reconduisant, le ministre n (...)

68J’ai donné la note aux deux chargés d’affaires. Ils semblaient soulagés d’un poids. J’ai également ajouté quelques paroles conciliantes60.

  • 61 Fils de Mussolini, né en 1918.
  • 62 Attilio Biseo est commandant d’un groupe aérien en Espagne.

69Le Duce téléphone souvent pour connaître les développements de la bataille diplomatique en cours. Dans le même temps, il prépare l’action militaire. Bruno61 partira le 22 pour Palma. Et avec lui, tout le groupe de Biseo62. Je les envie. Mais je suis, au moins pour le moment, cloué à ce bureau.

7020 septembre. Aucune réaction officielle de Paris et de Londres. La presse est bonne. Demain, la réponse.

  • 63 Jovan Doutchitch est ministre de Yougoslavie à Rome. Homme de lettres, il est surnommé le « Prince (...)

71Doutchitch est venu en visite de congé. C’est un poète triomphant et vain et qui n’a jamais cru à l’accord entre Rome et Belgrade63. Maintenant, il fait l’ami de la première heure. Stoyadinovitch, qui connaît son monde, l’a liquidé et a bien fait.

72Buffarini m’a fait l’habituelle revue des affaires italiennes. Tout est normal. Il a laissé comprendre que, hier, à Lucques, Edda n’a pas eu un accueil chaleureux. Cela me déplaît. C’est une excellente fille mais qui ne sait pas y faire et n’aime pas la foule. Aussi n’est-elle pas aimée. C’est dommage car elle a de grandes et singulières qualités.

  • 64 « Les chargés d’affaires de France et de Grande-Bretagne, après avoir déclaré tout d’abord que les (...)

7321 septembre. Blondel et Ingram m’ont remis une note qui nous donne une satisfaction substantielle, même si est soigneusement évité le mot « parité64 ». Le Duce a approuvé ma réponse et le communiqué à la presse : nous acceptons une conférence technique pour modifier les clauses de Nyons selon nos désirs. C’est une belle victoire puisque nous passons d’accusés de torpillages à policiers en Méditerranée avec l’exclusion des Russes coulés.

  • 65 Pietro Parini est directeur du bureau des Italiens à l’étranger.
  • 66 Attilio De Cicco est fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.

74Je suis indigné contre Parini65. Il a envoyé une proclamation aux Italiens en Allemagne à mon insu. Il a perdu le sens des proportions. Il est mûr pour la mutation. Je pense le remplacer par De Cicco66, vieux camarade éprouvé.

  • 67 Frère du général Franco, chargé des négociations militaires.

75Nicolas Franco67 retourne en Espagne. Il est content de son travail et optimiste sur la situation. Il prévoit la fin du conflit pour le printemps prochain. J’ajoute qu’il s’est déjà trompé plusieurs fois.

7622 septembre. Journée de calme absolu.

77Bonnes réactions à la conclusion des négociations de Nyons. Le Duce, qui ne le dit pas, laissait comprendre qu’il était heureux.

7823 septembre. La préparation du voyage en Allemagne a été complétée. J’ai veillé personnellement aux détails. Le Duce a dit à Alfieri que mon organisation s’approchait de son idéal.

  • 68 Le 23 septembre 1937 débutent des manifestations commémorant le bimillénaire de la naissance de l’ (...)

79Inauguration de l’exposition d’Auguste et de celle de la révolution68. Pour cette dernière, le Duce a donné des dispositions afin de réduire la partie consacrée à l’intervention et à la guerre et d’arriver jusqu’à la création de l’Empire. C’est sa conception de la révolution permanente.

  • 69 Francesco Salata est jusque-là ministre d’Italie à Vienne. Il est remplacé par Pellegrino Ghigi.

80J’ai parlé à Parini. Il ira comme ministre au Caire. Ghigi à Vienne. Salata à la maison69.

81Lessona m’a fait le point sur la situation dans l’Empire. Nombreuses rébellions mais localisées. Il craint, cependant, que dans le Mascal quelque chose de plus important puisse arriver. Si le pays entier prend feu, ce serait très grave. Mais je n’y crois pas. En tout cas, ce qui arrive empêche la démobilisation et grève lourdement le budget.

8224 septembre. Départ pour l’Allemagne.

8325 septembre. Munich.

  • 70 Cette impression mitigée semble avoir été partagée par d’autres responsables italiens. Filippo Anf (...)

8426 septembre. Manœuvres dans le Mecklembourg. Intéressantes mais je m’attendais à mieux70.

8527 septembre. Essen. Visite chez Krupp. Potentiel industriel très impressionnant. Arrivée triomphale à Berlin.

8628 septembre. Potsdam. La tombe de Frédéric II. Sans-Souci. Le nouveau palais. Napoléon était également passé par là. Il y était arrivé en combattant.

87Revue à Maifeld. Très belle chorégraphie : beaucoup d’émotion et beaucoup de pluie.

  • 71 Le 24 octobre 1936, Ciano a signé avec Constantin von Neurath, ministre allemand des Affaires étra (...)
  • 72 Le 28 au soir, Mussolini prononce un discours au stade olympique de Berlin : « Aux personnes anxie (...)

8829 septembre. D’un point de vue formel, le voyage n’a rien ajouté aux protocoles de Berlin71. Mais, de manière substantielle, la présence du Duce en Allemagne a popularisé l’amitié pour le fascisme. Je n’ose pas encore dire pour l’Italie. C’est incontestablement le succès personnel de Mussolini. Il a pris les foules allemandes avec son magnétisme, avec sa voix, avec son impétueuse jeunesse72.

89La solidarité entre les régimes ne suffira-t-elle pas à tenir véritablement unis deux peuples que la race, la civilisation, la religion repoussent à des pôles opposés ? Personne ne peut m’accuser d’hostilité envers la politique pro-allemande. C’est moi qui l’ai inaugurée. Mais je me demande si l’on doit considérer l’Allemagne comme un partenaire ou plutôt comme un terrain de manœuvres ? Les événements de ces derniers jours et surtout le loyalisme politique de Mussolini me font pencher pour la première éventualité. Mais les vicissitudes ne se développeront-elles pas de telle manière à séparer encore une fois ces deux peuples ?

90Nous verrons bien. Aujourd’hui l’axe Rome-Berlin est une réalité formidable et de grande utilité. Je chercherai à tirer la ligne Rome-Tokyo et le système sera complet.

91Pour l’avenir plus lointain, il ne convient pas de faire des prévisions.

9230 septembre. Retour à Rome : triomphal. Mais on devrait s’éviter les arcs et les lauriers. Ces symboles sont à réserver aux vainqueurs de guerres. Non à quelqu’un qui revient d’un voyage en train.

93L’élan du peuple a été beau. Il était heureux de recevoir son Duce. Chacun sentait qu’il avait prêté à l’étranger ce que la Patrie avait de plus précieux. La joie de la masse était, cette fois, la somme du contentement de chacun.

Notes

1 Village proche de Lucques dans lequel les Ciano ont une propriété.

2 Victor Arrighi est un des proches de Jacques Doriot au sein du Parti populaire français.

3 Jacques Doriot, venu du parti communiste avec lequel il rompt en 1934, fonde le Parti populaire français en juin 1936. De toutes les formations de l’extrême-droite française, elle est la plus puissante et la plus proche du fascisme. Sur Doriot, voir Brunet Jean-Paul, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Balland, Paris, 1986.

4 Le colonel François de La Rocque devient, en 1931, président des Croix-de-Feu, groupement créé en 1927. Dissous en juin 1936, La Rocque crée le Parti social français, représentant non pas le fascisme mais la droite nationale française. Sur La Roque, voir Nobécourt Jacques, Le Colonel de La Roque ou les pièges du nationalisme chrétien, Fayard, coll. « Pour une histoire du xxe siècle », Paris, 1996.

5 Ulrich von Hassell, né en 1881, entre au ministère des Affaires étrangères en 1909. En 1911, il est vice-consul d’Allemagne à Gênes. Consul général à Barcelone de 1921 à 1926, conseiller d’ambassade à Copenhague et à Belgrade, il est nommé ambassadeur d’Allemagne à Rome en novembre 1932. Ses relations avec Ciano ont toujours été difficiles. Dans son premier rapport qui suit la nomination de Ciano au ministère des Affaires étrangères, Hassell n’est guère favorable au nouveau ministre, comme le note Joseph Goebbels dans son Journal le 12 juin 1936 : « Il ne donne pas une bonne image de Ciano à titre personnel. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1933-1939, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2007, p. 303.

6 Entré dans la carrière diplomatique en 1911, Gino Buti fait partie de la délégation italienne à la conférence de la Paix de Paris et participe aux négociations qui aboutissent aux plans Dawes et Young en 1924 et 1929, qui abaissent les indemnités dues par l’Allemagne. En novembre 1932, il est nommé directeur général du bureau Europe et Méditerranée au ministère des Affaires étrangères.

7 Luca Pietromarchi est chef du bureau Espagne au ministère des Affaires étrangères.

8 Stanley Baldwin est Premier ministre conservateur de Grande-Bretagne de mai 1923 à janvier 1924, de novembre 1924 à juin 1929, puis de mai 1935 à mai 1937. Sur Baldwin, voir Williamson Philip, Stanley Baldwin : Conservative Leadership and National Values, Cambridge University Press, New York / Cambridge, 1999.

9 Le plan Hoare-Laval est mis sur pied au début de décembre 1935 par Samuel Hoare, secrétaire d’État au Foreign Office, et Pierre Laval, président du Conseil français. Afin de trouver un compromis à propos de la guerre d’Éthiopie, le plan prévoit que l’Ogaden et une grande partie du Tigré passent sous administration italienne. Des fuites permettent de connaître les grandes lignes du plan, désapprouvé par la Chambre des communes, ce qui provoque la démission de Hoare. Pour sa part, Laval doit promettre devant la Chambre des députés de suivre la ligne de la SDN De toute manière, le négus Haïlé Sélassié rejette le plan le 18 décembre.

10 Wladimir Poliakoff est un journaliste britannique.

11 Neville Chamberlain est Premier ministre conservateur britannique depuis le 28 mai 1937. Sur Chamberlain, voir Self Robert, Neville Chamberlain : A Biography, Ashgate, Aldershot/Burlington, 2006 ; Smart Nick, Neville Chamberlain, Routledge, coll. « Routledge Historical Biographies », Abington/New York, 2009.

12 Né à El Ferrol en Galice en 1892, Francisco Franco sort en 1910 sous-lieutenant de l’académie militaire de Tolède. Deux ans plus tard, il est envoyé au Maroc qui fut son grand théâtre d’opérations pendant des années. En 1923, il est nommé lieutenant-colonel et reçoit le commandement de la Légion étrangère au Maroc. Général de brigade en 1926, il devient directeur de l’Académie militaire de Saragosse deux ans plus tard. En 1933, il est gouverneur militaire des Baléares puis, en 1934, bras droit du ministre de la Guerre ; il réprime les grèves insurrectionnelles des mineurs des Asturies. En avril 1936, le gouvernement du Frente Popular le mute comme gouverneur militaire des Canaries. Rallié au dernier moment au soulèvement militaire de juillet 1936 contre la République, la mort des généraux Sanjurjo et Mola lui permet de devenir généralissime et chef de l’État le 1er octobre 1936. Sur Franco, voir Preston Paul, Francisco Franco. La lunga vita del Caudillo, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 1997 ; Bachoud Andrée, Franco ou la réussite d’un homme ordinaire, Fayard, Paris, 1997 ; Bennassar Bartolomé, Franco, Perrin, Paris, 1995.

13 Les Faisceaux à l’étranger sont chargés d’encadrer les Italiens vivant à l’étranger. Sur ce sujet, voir Franzina Emilio, Sanfilippo Matteo (dir.), Il fascismo e gli emigrati. La parabola dei Fasci italiani all’estero (1920-1943), Laterza, coll. « Quadrante » (no 119), Bari, 2003.

14 Selon le rapport du 7 septembre 1937 de Daniel Lévi, chargé d’affaires à Moscou, le gouvernement soviétique, s’il est d’accord sur le principe d’une participation internationale prévue au sujet de la situation méditerranéenne, s’interroge sur la nécessité d’inviter l’Allemagne, puissance non riveraine. Dans Documents diplomatiques français (1932-1939), 2e série (1932-1939), volume VI (1er juin – 29 septembre 1937), op. cit., document no 401, p. 701.

15 Jules-François Blondel est chargé d’affaires à l’ambassade de France à Rome et le principal interlocuteur du gouvernement italien depuis le départ de l’ambassadeur, Charles de Chambrun, le 31 octobre 1936. Le gouvernement Blum, afin de ne pas avoir à reconnaître la conquête de l’Éthiopie, a refusé d’envoyer son successeur désigné, René de Saint-Quentin.

16 Il s’agit du prénom de Magistrati.

17 D’origine juive, Margherita Sarfatti, épouse d’un avocat socialiste, fait la connaissance de Mussolini au début des années 1910 et devient sa maîtresse, sa conseillère et sa collaboratrice. De 1918 à la fin des années 1920, elle collabore au Popolo d’Italia et codirige la revue Gerarchia de 1922 à 1933. Elle publie en 1926 une biographie de Mussolini intitulée Dux, et en 1937 un ouvrage de nouvelles sous le titre L’America ricerca la felicità. Sur Margherita Sarfatti, voir Liffran Françoise, Margherita Sarfatti. L’égérie du Duce. Biographie, Seuil, Paris, 2009.

18 Né en 1892, Roberto Farinacci milite au sein des socialistes réformistes de Leonida Bissolati qui se montrent favorables à la guerre de Libye et à l’intervention italienne dans la Première Guerre mondiale. Correspondant à Crémone du journal de Mussolini Il Popolo d’Italia, Farinacci se spécialise dans les attaques contre les pacifistes, les catholiques et les socialistes. Caporal et décoré de la croix du Mérite pendant le conflit, il figure parmi les sansepolcristi (réunis dans un immeuble de la piazza San Sepolcro à Milan) qui fondent, le 23 mars 1919, les Faisceaux de combat. Farinacci est représentatif de ce squadrisme provincial, jaloux de son autonomie et maniant volontiers la violence contre ses adversaires, comme il le fait dans la région de Crémone. Consul général de la Milice, il est le défenseur d’Amerigo Dumini, un des assassins du député socialiste Matteotti. Le 12 février 1925, il devient secrétaire général du PNF, chargé de mettre de l’ordre dans le Parti et de mettre au pas une opposition qui devait faire face aux lois « fascistissimes ». La forte indépendance d’esprit de Farinacci et son ultracisme fasciste (il reproche à Mussolini de trahir les valeurs du fascisme originel et de faire preuve de faiblesse envers les élites traditionnelles de l’Italie) lui valent la disgrâce en mars 1926 et son remplacement par Augusto Turati. Membre du Grand Conseil, il combat en Éthiopie, en Espagne et est très favorable à une alliance avec l’Allemagne. Cependant, Mussolini le juge incontrôlable et plus encombrant qu’utile. Sur Farinacci, voir Di Figlia Matteo, Farinacci. Il radicalismo fascista al potere, Donzelli, coll. « Saggi. Storia e scienze sociali », Rome, 2007 ; Canosa Romano, Farinacci. Il superfascista, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2010.

19 Débuté par le cardinal Pietro Barbo (élu pape sous le nom de Paul II en 1464) en 1455, le palais de Venise est terminé en 1467. En 1564, il est cédé à la République de Venise qui en fait le siège de son ambassade près le Saint-Siège. Il passe à l’Autriche en 1797, suite au traité de Campo Formio qui met fin à la République de Venise. Il revient à l’État italien à la suite de la déclaration de guerre de l’Italie à l’Empire d’Autriche-Hongrie en 1915. Mussolini s’y installe le 16 septembre 1929 et en fait à la fois le siège et le symbole de son pouvoir, à quelques pas de l’autel de la Patrie construit au pied du Capitole.

20 Face à la multiplication d’incidents en Méditerranée touchant des navires susceptibles de ravitailler la République espagnole, une conférence devant réunir les pays riverains de la mer Noire et de la Méditerranée (à l’exception de l’Espagne), et à laquelle est conviée l’Allemagne, est prévue dans la ville suisse de Nyons. Le 9 septembre 1937, l’Italie, l’Albanie et l’Allemagne font connaître leur refus de participer directement. Le 11 septembre, la conférence décide de confier aux flottes britannique et française la protection des navires non espagnols contre les actes de « piraterie ». À la fin du mois, la flotte italienne se joint à cette force de protection. Les incidents, jusque-là dus à l’action de sous-marins et vaisseaux italiens, diminuent alors fortement.

21 Dans son télégramme du 8 septembre à Eden, Ingram indique : « Je lui ai dit qu’il me semblait clair, et j’espérais qu’il en était de même pour lui, que le gouvernement de Sa Majesté attachait la plus haute importance à la participation de l’Italie à cette conférence, non seulement à cause de la position de grande puissance méditerranéenne de l’Italie, mais parce que cela aurait des effets bénéfiques sur la collaboration que laissaient présager les conversations italo-britanniques. » Dans Documents on British Foreign Policy. 1919-1939, Second Series, vol. XIX, European Affairs (July 1, 1937 – August 4, 1938), op. cit., doc. no 138, p. 249.

22 À propos de ces entretiens à la mer, le conseiller d’ambassade Jules-François Blondel écrit dans ses Mémoires : « La saison chaude […] transférait une portion non négligeable de l’activité diplomatique sur la petite plage étroite et noiraude de Castel Fusano, près d’Ostie. […] Ciano économisait là, par des brins de causette en caleçon, de plus longues audiences dans son cabinet. » Dans Blondel Jules-François, Ce que mes yeux ont vu de 1900 à 1950. Récit d’un diplomate, Imprimerie centrale de l’Artois, Arras, 1950, p. 97.

23 Nicolo Castellino est président de l’Association des éditeurs.

24 Curzio Malaparte, Kurt Suckert de son véritable nom, est né en 1898 d’un père allemand et d’une mère italienne. Engagé comme volontaire dans l’armée française à 16 ans, il participe à la Première Guerre mondiale et adhère au fascisme. Auteur de L’Italie contre l’Europe en 1923, il s’éloigne du régime et publie des livres critiques, comme Monsieur Caméléon en 1929 et Technique du coup d’État en 1931, qui lui valent une condamnation à cinq ans de relégation aux îles Lipari. Par la suite, il connaît un succès international avec Kaputt en 1943 puis La Peau en 1949. Il meurt en 1957. Sur Malaparte, voir Guerri Giordano Bruno, Malaparte, Denoël, Paris, 1981 ; Tessarech Bruno, Pour Malaparte. Portrait, Buchet-Chastel, Paris, 2007 ; Serra Maurizio, Malaparte. Vie et légendes, Perrin, coll. « Tempus » (no 464), Paris, 2011.

25 Felice Guarnieri est ministre des Changes et Valeurs du 20 novembre 1937 au 31 octobre 1939.

26 Alessandro Lessona est ministre des Colonies du 11 juin 1936 au 20 novembre 1937.

27 Le mouvement belge rexiste, d’inspiration fasciste, est fondé en 1932 par Léon Degrelle. Aux élections de 1936, il obtient 11 % des voix et 21 députés.

28 Entré dans la carrière diplomatique en 1904, Vittorio Cerruti est conseiller d’ambassade à Vienne jusqu’à la Première Guerre mondiale. Après avoir occupé des postes à Buenos Aires et Budapest, il est ministre d’Italie à Pékin en septembre 1922, ambassadeur à Moscou en février 1927, Rio de Janeiro en avril 1930, Berlin en juillet 1932, Paris depuis août 1935. Il souhaite une politique de rapprochement avec la France.

29 Dans son rapport du 9 septembre au ministre italien des Affaires étrangères, l’ambassadeur britannique explique que son gouvernement attend l’indispensable reconnaissance de la conquête italienne de l’Éthiopie par la SDN pour faire de même. Dans I documenti diplomatici italiani, ottava serie (1935-1939), vol. VII (1 luglio – 31 dicembre 1937), op. cit., doc. no 313, p. 375-376.

30 Carlo Galli est ambassadeur à Ankara.

31 Mario Appelius est rédacteur du journal Il Popolo d’Italia, fondé par Mussolini le 15 novembre 1915, à la suite de sa rupture avec le parti socialiste et afin de défendre ses thèses interventionnistes.

32 Né en 1895, Dino Grandi est une des figures majeures du fascisme italien. Jeune avocat à Bologne et rédacteur au Resto del Carlino au début de la Première Guerre mondiale, il fait une guerre courageuse. Il adhère aux Faisceaux de combat en 1920. À l’été 1921, il s’oppose à la direction des Faisceaux en tant que représentant du fascisme agrarien de Romagne qui n’approuve pas le pacte de pacification signé entre Mussolini et le PSI. Au congrès de Rome de novembre 1921, il se réconcilie avec Mussolini et devient, paradoxalement au regard du conflit de 1921, le représentant d’un fascisme modéré. Nommé sous-secrétaire d’État à l’Intérieur en juillet 1924, puis aux Affaires étrangères en mai 1925, il est titulaire de ce ministère entre octobre 1929 et juillet 1932. Il défend l’alliance traditionnelle avec la Grande-Bretagne et le renforcement de la politique coloniale de l’Italie. Nommé ambassadeur à Londres, il cherche à préserver les liens avec le Royaume-Uni au moment de la crise éthiopienne et conclut les accords sur le statu quo en Méditerranée du 2 janvier 1937. Sur Grandi, voir Nello Paolo, Dino Grandi, Il Mulino, coll. « Biblioteca storica », Bologne, 2003.

33 Le général Mario Berti remplace le général Bastico en octobre 1937 à la tête des forces italiennes en Espagne.

34 Le général Gastone Gambara est chef d’état-major du corps expéditionnaire italien en Espagne.

35 Franco Marinotti est un industriel italien.

36 Renato Bova Scoppa est secrétaire général de la délégation italienne à Genève.

37 Surnom de Fabrizio, fils de Galeazzo Ciano.

38 Jules-François Blondel écrit dans son rapport du 13 septembre à propos de cette entrevue : « Sans doute le gouvernement fasciste ne se résoudra-t-il que bien difficilement à accepter ou à subir une organisation de police en Méditerranée qui aura été réalisée en dehors de lui, et malgré lui, sinon même, comme on peut le supposer, contre lui. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 6 (1er juin – 29 septembre 1937), op. cit., doc. no 436, p. 767.

39 Né à en 1882, Attilio Teruzzi est sous-secrétaire d’État à l’Intérieur de mai 1925 à novembre 1926, gouverneur de Cyrénaïque de novembre 1926 à décembre 1928, chef d’état-major de la Milice de janvier 1929 à octobre 1935. Il est nommé sous-secrétaire d’État à l’Afrique italienne en novembre 1937.

40 Province d’Éthiopie dans laquelle des troubles ont lieu durant l’été 1937.

41 Zenone Benini est le vice-président de la Corporation de la métallurgie et de la mécanique. Il est sous-secrétaire d’État pour les affaires albanaises du 18 avril 1939 au 31 juillet 1941.

42 Anthony Eden, député conservateur en 1923, est secrétaire au Foreign Office depuis décembre 1935. Sur Eden, voir Dutton David, Anthony Eden : A Life and Reputation, Arnold, Londres, 1997 ; Campbell Johnson Alan, Anthony Eden : A Biography, Kissinger, Londres, 2007.

43 Yvon Delbos, député radical de la Dordogne en 1924, est ministre français des Affaires étrangères du 4 juin 1936 au 10 mars 1938. Sur Delbos, voir Lachaise Bernard, Yvon Delbos. 1885-1956. Biographie, Fanlac, Périgueux, 1993.

44 Ruggero Farace est haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.

45 Princesse de la famille des Romanov, Catherine de Russie est la nièce de la reine Hélène.

46 Épouse du tsar Pierre III, l’impératrice Catherine fomente un coup d’État contre son époux en 1762, qui abdique et est assassiné par Alexis Orlov, amant de Catherine.

47 Fille de Victor-Emmanuel III et d’Hélène de Monténégro, sœur du prince Humbert.

48 Né en 1877, Giuseppe Volpi di Misurata mène à la fois une carrière de diplomate et d’industriel. En 1919, il fait partie de la délégation italienne à la conférence de la Paix de Paris. L’année suivante, il est envoyé à Belgrade pour négocier avec les autorités yougoslaves la délimitation des frontières entre les deux États, négociations qui aboutissent au traité de Rapallo du 12 novembre 1920. De 1921 à 1925, il est gouverneur de Tripolitaine avant que Mussolini ne le nomme ministre des Finances en juillet 1925, poste occupé jusqu’en juillet 1928. Il renégocie avec les États-Unis et la Grande-Bretagne la question des dettes, mais se heurte à Mussolini sur l’opportunité d’une politique dirigiste qu’il ne souhaite pas. Fait sénateur en 1922, distingué par le roi du titre de comte de Misurata, il revient à ses affaires privées avant de présider la Confindustria à partir d’octobre 1934. Sur Volpi, voir Romano Sergio, Giuseppe Volpi. Industria e finanza tra Giolitti e Mussolini, Marsilio, Venise, 1997 [trad. française Giuseppe Volpi et l’Italie moderne. Finance, industrie et État de l’ère giolittienne à la deuxième guerre mondiale, École française de Rome, coll. « Collection de l’École française de Rome » (no 65), Rome, 1982].

49 Vittorio Cini est industriel et sénateur. Il est nommé à la tête de l’organisation de l’Exposition universelle de Rome de 1942.

50 Alberto Pirelli est le fondateur, avec son frère Piero, de l’entreprise de pneumatiques portant son nom et le président de la Confindustria, organisation représentative du patronat italien, en 1934.

51 Le 11 septembre, des attentats ont eu lieu à Paris contre le siège de la Confédération générale du patronat français et celui de l’Union patronale interprofessionnelle, du fait de la Cagoule, groupe fasciste, qui a cherché à les imputer au parti communiste.

52 Le colonel Emanuele Sante est un des responsables des services secrets italiens.

53 Meténier, un des membres de la Cagoule.

54 Cet accord prévoit que les navires de surface participant à la protection de la navigation commerciale conformément à l’arrangement de Nyons pourraient intervenir en cas d’agression d’un aéronef ou d’un bâtiment de surface.

55 Du 25 au 28 janvier 1077, l’empereur germanique Henri IV vient implorer le pape Grégoire VII de lever l’excommunication prononcée l’année précédente, au moment du conflit entre l’Empire et la papauté au sujet des nominations épiscopales.

56 Ekrem Libohova est ministre des Affaires étrangères d’Albanie depuis novembre 1936.

57 Ahmed Zogu est né en 1895. Officier autrichien d’origine albanaise, il organise la résistance contre Essad Pacha en Albanie. Ministre de l’Intérieur en 1921, Premier ministre l’année suivante, il est chassé du pouvoir par une révolution démocratique mais revient en décembre 1924 et renverse le gouvernement de Fan Noli. Élu président de la République pour sept ans par l’Assemblée nationale le 31 janvier 1925, il est proclamé roi d’Albanie en juin 1928 sous le nom de Zog Ier. Sa politique tend à placer progressivement l’Albanie sous la protection italienne : accords de novembre 1927 sur le contrôle des administrations, de mars 1936 sur les intérêts économiques italiens en Albanie.

58 Prospero Colonna est maire de Rome de juillet 1914 à juin 1919.

59 Tommaso Tittoni est ministre des Affaires étrangères de novembre 1903 à décembre 1905, puis de mai 1906 à décembre 1909. Il est ensuite président du Sénat.

60 Ceci est noté par Blondel dans son rapport du 19 septembre : « En nous reconduisant, le ministre nous a exprimé l’espoir confiant d’une “immédiate réaction” de nos gouvernements, réaction qui, étant donné l’état d’esprit accommodant qu’il a constamment manifesté au cours de l’entretien, est certainement escomptée par lui comme devant être favorable. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 6 (1er juin – 29 septembre 1937), op. cit., doc. no 469, p. 820.

61 Fils de Mussolini, né en 1918.

62 Attilio Biseo est commandant d’un groupe aérien en Espagne.

63 Jovan Doutchitch est ministre de Yougoslavie à Rome. Homme de lettres, il est surnommé le « Prince des poètes serbes ».

64 « Les chargés d’affaires de France et de Grande-Bretagne, après avoir déclaré tout d’abord que les deux gouvernements français et britannique n’ont jamais manqué de reconnaître la position de l’Italie comme grande puissance méditerranéenne, ont proposé au nom de leurs gouvernements respectifs que les experts navals des trois puissances se réunissent à Paris à une date prochaine pour déterminer les modifications d’ordre pratique à apporter aux dispositions établies à Nyons afin de permettre la participation italienne. » Dans Documents diplomatiques français. 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. 6 (1er juin – 29 septembre 1937), op. cit., doc. no 477, p. 828-829.

65 Pietro Parini est directeur du bureau des Italiens à l’étranger.

66 Attilio De Cicco est fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères.

67 Frère du général Franco, chargé des négociations militaires.

68 Le 23 septembre 1937 débutent des manifestations commémorant le bimillénaire de la naissance de l’empereur Auguste (né le 27 septembre 63 av. J.-C.). En parallèle sont organisées des manifestations sur la révolution fasciste, ce qui permet de relier la gloire de la Rome antique et celle de la Rome fasciste.

69 Francesco Salata est jusque-là ministre d’Italie à Vienne. Il est remplacé par Pellegrino Ghigi.

70 Cette impression mitigée semble avoir été partagée par d’autres responsables italiens. Filippo Anfuso, chef de cabinet de Ciano, précise dans ses Mémoires la réaction du maréchal Badoglio, chef de l’état-major général : « Badoglio, invité à la même date, aux grandes manœuvres dans le Meklembourg, eut le temps de dire à Mussolini, au cours d’une brève rencontre, qu’il n’avait rien vu d’exceptionnel, que les armements et les troupes lui avaient semblé médiocres, qu’on était beaucoup plus avancé en Italie dans tous les domaines, sans parler des grands progrès réalisés en France. » Dans Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 46.

71 Le 24 octobre 1936, Ciano a signé avec Constantin von Neurath, ministre allemand des Affaires étrangères, un protocole par lequel l’Italie et l’Allemagne s’engagent à lutter contre le bolchevisme, à poursuivre leur collaboration en Espagne, à concerter leurs interventions dans l’aire balkano-danubienne. En échange de l’assouplissement de la position italienne sur l’indépendance autrichienne, l’Allemagne reconnaît l’annexion de l’Éthiopie.

72 Le 28 au soir, Mussolini prononce un discours au stade olympique de Berlin : « Aux personnes anxieuses qui, dans le monde, se demandent ce qui va sortir de la rencontre de Berlin, la guerre ou la paix, le Führer et moi pouvons répondre : la paix. […] Le fascisme a son éthique à laquelle il entend rester fidèle et c’est également ma morale personnelle : parler clair et franchement et lorsque l’on est amis, marcher ensemble jusqu’au bout. » Dans Mussolini Benito, Opera omnia. XXVIII : Dalla proclamazione dell’Impero al viaggio in Germania (10 maggio 1936 – 30 settembre 1937), La Fenice, Florence, 1959, p. 250-252. Dans son Journal, Joseph Goebbels note : « Chez le Führer pour le soir. Lui aussi est très heureux. Il se félicite du discours ferme et franc de Mussolini. Il s’est engagé. Il n’oubliera jamais l’aide que nous lui avons apportée. Il l’a souvent reconnu. Et veut aller jusqu’au bout avec nous, en ami. » Dans Goebbels Joseph, Journal. 1933-1939, op. cit., p. 463.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540