Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal (22 août 1937 - 10 juin 1940). Premier volume

 | 
Galeazzo Ciano

Introduction

Un homme et son Journal

Philippe Foro

Texte intégral

  • 1 L’Institut Luce conserve des clichés datés du 4 janvier 1937, qui montrent Ciano et l’artiste posan (...)
  • 2 Un caméraman amateur a filmé l’exécution du comte Ciano. Celle-ci a été décrite, entre autres, par (...)

1Le temps est gris et froid à Vérone en ce 11 janvier 1944. Dans une cour intérieure de la forteresse de San Procolo, cinq hommes en civil, l’un porté par deux personnes, accompagnés par un prêtre, Don Chiot, et d’un frère franciscain, Dionisio Zilli, s’avancent vers un peloton d’exécution. Parmi eux, Galeazzo Ciano, vêtu d’un manteau beige clair, coiffé d’un chapeau mou, les mains dans les poches, l’air presque décontracté. Placé près d’une chaise, il semble demander à un officier s’il s’agit bien de la place qui lui est destinée. Une fois attaché à sa chaise, il se tourne en direction du peloton, puis regarde face à lui. Dans ces ultimes instants, à quoi peut bien songer celui qui fut l’un des hommes les plus puissants de l’Italie fasciste ? Pense-t-il à Dieu, aux siens, à sa fulgurante carrière au sein de l’appareil politique du pouvoir fasciste, au temps où il posait fièrement devant le sculpteur Francesco Messina qui œuvrait pour un buste1 ? La salve retentit. L’impact le renverse brutalement au sol, le corps agité de soubresauts. L’officier donne le coup de grâce, puis le prêtre bénit les dépouilles. Le gendre de Benito Mussolini, celui qui fut pendant plus de six ans et demi son ministre des Affaires étrangères, vient d’être exécuté2.

UNE BRILLANTE CARRIÈRE DANS L’OMBRE DU DUCE

  • 3 Pour une biographie de Galeazzo Ciano, on peut se reporter à quatre travaux : Susmel Duilio, Vita s (...)

2Galeazzo Ciano est une personnalité de premier plan de l’Italie fasciste, au point qu’il a pu apparaître comme l’enfant gâté du régime et le dauphin (il delfino) de Mussolini. Galeazzo Ciano fut une personnalité de premier plan de l’Italie fasciste, au point qu’il put apparaître comme l’enfant gâté du régime et le dauphin (il delfino) de Mussolini3. Il est issu d’une famille qui a connu une réelle ascension sociale. Le grand-père est un modeste armateur de Livourne. Le père, Costanzo Ciano, septième enfant d’une fratrie de quatorze, fait des études à l’Académie navale de Livourne et épouse Carolina Pini en 1901. Galeazzo, qui porte le prénom du grand-père maternel, naît le 18 mars 1903. Très vite, il côtoie les élites sociales grâce à son père Il est aspiré vers les élites sociales par son père qui fait une guerre brillante comme officier de marine. Ce dernier, qui figure parmi les 35 élus fascistes du Bloc national aux élections législatives de mai 1921, devient sous-secrétaire d’État à la Marine en octobre 1922, puis est nommé par Mussolini ministre des Postes et Communications en février 1924. Sa confiance en Costanzo Ciano est telle qu’il le désigne comme son successeur à la suite de l’attentat d’Anteo Zamboni le 31 octobre 1926 à Bologne. En 1925, le roi Victor-Emmanuel III le fait comte de Cortellazzo. Ami de Guglielmo Marconi, il participe activement à l’organisation du système radiophonique italien. Il est président de la Chambre des députés – transformée en Chambre des faisceaux et des corporations en janvier 1939 – de 1934 jusqu’à sa mort le 27 juin 1939. L’amitié entre Mussolini et Costanzo Ciano est sans doute précieuse pour Galeazzo. Ce dernier adhère aux Faisceaux de combat dès 1921. Diplômé en droit en 1925 mais peu désireux de se lancer dans une carrière juridique, il passe le concours du ministère des Affaires étrangères, obtenant la 27e place sur les 35 proposées. Il entame sa carrière diplomatique en étant vice-consul à Rio de Janeiro, second secrétaire d’ambassade à Buenos Aires, puis secrétaire de légation à Pékin. De retour en Italie en 1929, il est nommé attaché à l’ambassade italienne près le Saint-Siège.

  • 4 Les détails de leur rencontre sont racontés par Edda Ciano dans Ciano Edda, Témoignage pour un homm (...)

3Une rencontre décisive a lieu le 27 janvier 1930 : celle avec Edda Mussolini, fille aînée du Duce. Celle-ci souhaite échapper à un fiancé qu’elle n’aime pas et accepte la demande en mariage formulée lors d’une séance de cinéma. Le 15 février, les deux jeunes gens sont fiancés. Le mariage est célébré à l’église San Giuseppe, sur la via Nomentana, le 24 avril 19304. Cette union fait définitivement entrer Galeazzo dans l’intimité familiale du Duce, personnage qu’il côtoyait déjà quelque peu car les familles Mussolini et Ciano étaient proches. Rachele Mussolini, épouse du Duce, en témoigne :

  • 5 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, Fasquelle, Paris, 1958, p. 119.

Depuis des années, une amitié profonde unissait mon mari et Costanzo Ciano et cette amitié s’était étendue à nos deux familles. Costanzo et sa femme, donna Carolina, aimaient beaucoup Edda et la considéraient un peu comme leur fille. Aussi furent-ils très heureux, tout comme d’ailleurs mon mari et moi, d’accorder leur consentement5.

  • 6 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XI (5 settembre 1931 – 31 marzo 1 (...)
  • 7 Ibid., doc. no 639, p. 693.
  • 8 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XII (1 aprile – 31 dicembre 1932) (...)
  • 9 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 129.
  • 10 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XIII (1 gennaio – 15 luglio 1933) (...)

4Ciano reprend une carrière diplomatique en Chine comme consul général à Shanghai puis, en mai 1931, comme ministre plénipotentiaire à Pékin. Son action semble conférer à l’Italie un rôle important dans la politique chinoise. En septembre 1931, il est l’intermédiaire entre la Chine et l’Italie, transmettant à Mussolini la demande de Tchang Kaï-chek qui souhaite que le Duce assure la fonction de médiateur entre la Chine nationaliste et la Japon6. Par un télégramme daté du 14 février 1932 et adressé au sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Fulvio Suvich, cité dans un promemoria de Gino Buti, directeur des Affaires politiques, Ciano défend le principe d’un agrandissement de la concession italienne de Tien-Tsin7. Dans un autre télégramme du 19 novembre, Ciano loue l’attitude amicale de l’Italie fasciste envers le pouvoir nationaliste qui a, selon lui, l’avantage de préserver les intérêts commerciaux italiens en Chine8. Son épouse Edda souligne que parmi les diplomates en poste à Shanghai, la famille Ciano fut la seule à rester en place au moment de l’attaque et des bombardements japonais sur la ville en janvier 1932, ce qui dénote une certaine témérité9. Alors que Ciano est membre de la délégation italienne lors de la conférence économique de Londres, tenue du 12 juin au 27 juillet 1933, Dino Grandi, ambassadeur italien dans la capitale britannique, indique à Mussolini dans un télégramme du 22 juin, que « Ciano a démontré être un négociateur d’expérience et un diplomate de sensibilité peu commune10 », en bref un homme de valeur.

  • 11 Philip V. Cannistraro a établi un bilan de Ciano à la tête de ce ministère dans Cannistraro Philip (...)

5Le 1er août 1933, il prend la tête du bureau de presse de la présidence du Conseil, transformé en sous-secrétariat d’État le 10 septembre 1934 et qui devient le ministère de la Presse et de la Propagande le 24 juin 1935. Dressant le bilan de son action devant la Chambre des députés le 22 mai 1936, le jeune ministre s’enorgueillit de la création de la Direction générale de la presse italienne, de celle pour la presse étrangère destinée à propager la « bonne parole » fasciste hors d’Italie, du développement de la propagande radiophonique avec des émissions diffusées en 12 langues étrangères, des débuts de la construction d’un grand centre de production cinématographique, la future Cinecittà11. Durant la guerre d’Éthiopie, il est pilote au sein de l’escadrille « La Disperata » et apparaît comme un militaire convaincu et zélé, voire un va-t-en-guerre. Son ami Giuseppe Bottai témoigne :

  • 12 Allusion aux hiérarques fascistes encore absents sur le front éthiopien.
  • 13 Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universale Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p. (...)

Nous avons bombardé Amba Alagi le 15 octobre, avec un certain succès semble-t-il (une interception de la radio d’Addis-Abeba a donné le chiffre de 60 morts et blessés). Alors que l’on revenait vers Asmara, ballotés par les vents en hauteur, Galeazzo me tend un billet, tenant les leviers de l’autre main. Il avait écrit : « Ils voulaient tous venir. Nous ne sommes que toi et moi pour l’instant12. » […] Je me souviens qu’en août dernier, Galeazzo était irrité contre « ces trouillards du palais Chigi » qui, au lieu de suivre les impulsions du Chef, cherchaient à trouver une solution diplomatique. […] Les généraux ont emprisonné la révolution. Le Chef les écoute trop13.

6Fulvio Suvich, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, est ainsi la cible des critiques de Ciano :

  • 14 Ibid., p. 78-79 et 89.

Suvich, triestin et avocat des Juifs triestins, nous a fait perdre l’amitié de l’Allemagne nazie, excitant Mussolini contre Hitler, mettant en relief toute attitude ou tout propos antipathique d’un quelconque Unterführer. Suvich ne connaît pas d’autres problèmes que ceux de l’Europe centrale […] en raison de la défense de Trieste envers l’Allemagne. […] Sa thèse : Suvich est un affairiste triestin qui fait la politique antiallemande et centre-européenne de ses patrons-clients juifs14 […].

7Cette hostilité à Suvich est confirmée à la lecture des Mémoires de Milan Stoyadinovitch, président du Conseil yougoslave de juin 1935 à février 1939 :

  • 15 Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres. Ni le pacte, ni la guerre, Nouvelles É (...)

Au sujet de la Yougoslavie, Ciano avait déclaré à son collègue allemand que l’Italie était animée des sentiments les plus sincères pour améliorer ses relations avec nous. Pour les malentendus antérieurs, Ciano rejetait la culpabilité sur Suvich, originaire de Trieste15.

  • 16 Ibid., p. 89.

8À la date du 9 mars 1936, Bottai note dans son Journal que Ciano se voit déjà en ministre des Affaires étrangères, dans une sorte de « narcissisme politique16 ».

  • 17 Aloisi Benedetto, Journal (25 juillet 1932 – 14 juin 1936), Plon, Paris, 1957, p. 136-137.
  • 18 En fait le 11 juin.
  • 19 Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 19 (...)
  • 20 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 117.

9Son lien familial a-t-il favorisé sa carrière ? Il serait naïf de ne pas le croire, même si ses qualités personnelles n’ont certainement pas pas manqué de jouer. Le 8 juillet 1933, le baron Pompeo Aloisi, représentant italien auprès de la Société des Nations (SDN), note avec prudence dans son Journal : « On a promu Galeazzo Ciano premier secrétaire de première classe, ce qui était inévitable et, d’ailleurs, se comprend17. » Dino Grandi, qui a été ministre des Affaires étrangères de septembre 1929 à juillet 1932 et qui n’aime guère Ciano, écrit dans ses Mémoires : « Le 9 juin 193618, Mussolini nommait comme ministre des Affaires étrangères un jeune qui avait épousé sa fille, Galeazzo Ciano19. » Le petit peuple romain ne s’y trompa pas. Bottai rapporte dans son Journal une pasquinade à la date du 16 avril 1937 : « Salut au Roi : vive le Roi. Salut au Duce : à nous. Salut à Ciano : à elle20. » La question des relations entre Mussolini et Ciano, le beau-père et le gendre, est importante, surtout dans un régime où la concentration du pouvoir est fort poussée. Certes peu au fait de tous les détails de la vie politique fasciste, Rachele Mussolini apporte quelques précisions dans son livre de souvenirs :

  • 21 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 182-183.

[…] Mon mari avait beaucoup d’estime pour lui, il appréciait sa vive intelligence. Il lui reprochait toutefois de se laisser influencer par une certaine aristocratie romaine dont nous nous étions toujours tenus à l’écart, Benito et moi. […] De mon côté, je ne pouvais certes approuver son ambition démesurée, son amour pour les terrains de golf et les réunions mondaines, et ce qui m’agaçait surtout, c’était son formalisme à l’anglaise, si opposé à ma nature21.

10En avril 1942, lors d’une conversation privée entre Ciano et Ramón Serrano Súñer, beau-frère du général Franco et son ministre des Affaires étrangères d’octobre 1940 à septembre 1942, celui-ci rappelle à son homologue italien ce qu’il doit à Mussolini, y compris à l’occasion de la campagne de Grèce en octobre 1940, soutenue par Ciano et qui fut un évènement désastreux :

  • 22 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnol (...)

Avec un autre chef politiquement moins préparé, tes capacités et ta clairvoyance auraient eu un meilleur emploi qu’auprès de lui, à qui ton concours ne s’impose ni en matière de doctrine fasciste, ni pour l’élaboration de ses discours ou de ses projets. Par contre, lui a soigné ta carrière. Il t’a placé au faîte de la politique de ton pays, et chacun sait l’affection qu’il te porte, la liberté qu’il te laisse, la manière dont il veille sur ton renom et sur ton prestige. Aujourd’hui encore, alors que la récente et désastreuse affaire grecque pouvait retomber sur toi, et que les gens t’en désignaient coupable, il a pris à son compte toutes les responsabilités et n’a point marchandé son éloge à l’habileté du comte Ciano22.

11Néanmoins, entre le beau-père et le gendre, point de familiarité familiale en public et le Duce semble prendre un soin particulier à ne pas distinguer Ciano de ses autres ministres. L’amiral Horthy, régent de Hongrie, en visite officielle à Rome en novembre 1936, le note dans ses Mémoires :

  • 23 Horty Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy. Régent de Hongrie, Hachette, coll. « Récits et Souvenirs (...)

Je ne pus rien découvrir d’une attitude théâtrale, dont il [Mussolini] avait souvent été accusé, bien que je m’aperçusse que le comte Ciano avait assisté debout à notre entretien, malgré deux de mes invitations à prendre un siège. Mais même à cette occasion, le Duce ne se départit pas de son habitude de laisser ses ministres debout près de son bureau, dans l’énorme salle de la Mappemonde23.

12Sur la question de savoir si Ciano est un véritable fasciste, les avis sont réservés. Ramón Serrano Súñer ne croit pas qu’il le soit fondamentalement :

  • 24 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 281.

Si Galeazzo Ciano avait tout reçu du fascisme, la réalité est qu’il n’était point fasciste ; c’était au contraire un féodal et qui usait et se prévalait des vieilles et caractéristiques prérogatives du féodalisme, tout en arborant toujours avec fierté, à sa manche, le signe distinctif rouge de la « vieille garde24 ».

13Néanmoins, Ciano veut paraître fasciste, comme le souligne Jules-François Blondel, attaché d’ambassade à Rome où il joue officieusement le rôle d’ambassadeur d’octobre 1936 à octobre 1938 :

  • 25 Blondel Jules-François, Ce que mes yeux ont vu de 1900 à 1950. Récit d’un diplomate, Imprimerie cen (...)

L’héritier présomptif du régime faisait sans balancer à bonne fortune bon visage. Très désireux de démontrer en sa personne l’accomplissement de l’Italien formé ou plutôt réformé, régénéré par la foi nouvelle, il se voulait énergique et courageux, digne sinon de créance en toute occasion, du moins de sympathie et de considération. Satisfait de son physique, épanoui dans sa rayonnante virilité, il cherchait aussi à séduire par son comportement professionnel25.

14Séjournant à Rome du 29 avril au 3 mai 1939, le ministre des Affaires étrangères roumain, Grégoire Gafenco, analyse les relations Mussolini-Ciano en montrant que le gendre pouvait aussi jouer le rôle de modérateur politique :

  • 26 Gafenco Grégoire, Derniers jours de l’Europe. Un voyage diplomatique en 1939, Librairie universelle (...)

Il y avait dans l’attachement de Mussolini pour son gendre quelque chose de plus qu’un sentiment de famille entre fascistes. Mussolini était obligé de faire une part toujours plus grande à ses préoccupations de politique étrangère. L’action dans laquelle il s’est engagé ne le contentait pas trop : plus il se croyait obligé de crier sa foi dans l’excellence de sa politique, plus il en ressentait les inconvénients et les risques. Le Duce avait sans cesse à lutter contre le doute. Il eût pu s’adjoindre un disciple qui entretint ses convictions. Il préféra se donner un compagnon qui ravivait en lui les sentiments d’inquiétude. Car le comte Ciano, qui ne croyait pas à grand-chose, n’avait qu’une faible foi dans la politique de l’Axe. Il l’eût à la rigueur admise comme un instrument de chantage ; mais il pressentait les dangers que pouvait comporter une collaboration militaire. Il y avait indéniablement dans la nature désabusée de Ciano quelque chose de plus fin, qui le mettait en garde contre les excès de langage des partenaires allemands, et contre la brutalité de leur action. […] Les images de mes interlocuteurs sont restées en ma mémoire, liées l’une à l’autre. Elles forment une unité contradictoire, un couple disproportionné et pourtant indissoluble. Mussolini parlait, Ciano écoutait. En hochant la tête. La parole du Duce semblait parfois répondre à des questions que je ne posais pas. C’était, je le devinais bientôt, la présence de son gendre qui incitait Mussolini à calmer par la parole, en abondantes explications, certaines de ses propres appréhensions. Il s’était engagé entre eux comme un dialogue secret dont je n’arrivais pas à percevoir le son mais qui trahissait les hésitations de la politique italienne. Parfois Ciano me faisait un signe ; il m’avertissait ainsi qu’il commenterait plus tard les paroles de son beau-père. Parfois aussi, il me jetait un regard entendu, comme pour m’avertir de ne point prendre à la lettre certaines déclarations26.

15Dino Alfieri, qui a côtoyé l’un et l’autre, donne dans ses Mémoires une longue description de l’évolution de ces relations :

  • 27 Directeur du journal officiel du régime, Il Popolo d’Italia, Arnaldo Mussolini est mort le 21 décem (...)
  • 28 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face. Rome-Berlin 1939-1943, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothè (...)

Au cours des premières années et pendant longtemps, Mussolini eut pour Ciano de l’estime, de l’amitié, et lui fit confiance. Après le rapport quotidien du matin, il le gardait auprès de lui pour parler de choses et d’autres ; dans l’après-midi, il l’appelait souvent au Palais de Venise pour commenter les plus récents événements internationaux, le mettait au courant de ses projets, le consultait pour les mutations dans les hautes charges de l’État et du Parti. Il semblait que Ciano fût devenu son confident, comme l’avait été naguère son frère défunt, Arnaldo, homme intelligent, modeste, équilibré, et qui seul pouvait parler en toute franchise à Mussolini27.
Ciano était particulièrement satisfait et fier de cette situation qui lui donnait devant l’opinion publique un grand prestige.
Lorsque le Duce quittait des réunions et des manifestations publiques auxquelles il avait participé, les autorités s’alignaient généralement devant son automobile, tandis que tout autour la foule, débordant souvent le service d’ordre, se précipitait pour l’acclamer. Alors, d’un geste amical, il appelait Ciano, le faisait monter à ses côtés, et le jeune ministre ne parvenait pas à dissimuler un sourire de contentement qui disait : « Voyez, le préféré et l’élu, c’est moi ! »
Mais Ciano ne sut pas, peut-être à cause de sa jeunesse et de son manque d’expérience de la vie des hommes, profiter de la confiance que lui témoignait son beau-père. Il était très sensible au prestige extérieur, à l’autorité et à l’exercice du pouvoir. Beaucoup, beaucoup de personnes avaient recours à lui pour les affaires les plus variées, lui demandant aide et protection. Ainsi, sans parler du domaine de la politique extérieure, ni de celui de la presse, avec laquelle il maintint toujours, même après son départ de ce ministère, des liens fort étroits, il n’existait pour ainsi dire pas de secteur de la vie nationale où Ciano ne cherchât pas à exercer son influence, émettant souvent des critiques et des jugements hasardeux.
Ce comportement n’échappait pas à Mussolini, toujours parfaitement renseigné sur tout et sur tous. Peut-être n’excluait-il pas in petto l’éventualité que Ciano devienne un jour, le plus tard possible, son successeur ; mais il n’admettait pas que, lui-même étant encore vivant, son gendre prit de telles attitudes. C’est pourquoi, devant les allures de Ciano, qui devenait de plus en plus envahissant, créant des complications et agissant parfois inconsciemment dans un sens contraire aux intentions de Mussolini, celui-ci réduisit et limita graduellement ses rapports avec son gendre aux strictes obligations de service. Il espaça les invitations à dîner à la Villa Torlonia, l’appela rarement au Palais de Venise en dehors des heures du rapport quotidien, ne le prit plus dans son automobile, ne le mit plus au courant de ses idées, et ne le consulta plus pour les nominations dans le Parti et le Gouvernement. En un mot, il le traita désormais avec la même indifférence, la même distance que tous ses collaborateurs28.

16Filippo Anfuso, chef de cabinet de Ciano avant de devenir ambassadeur à Budapest puis à Berlin pour le compte de la République sociale italienne, souligne également la rupture qui s’opére entre les deux hommes :

  • 29 Cette attitude est également attestée par André François-Poncet, ambassadeur de France à Rome. Dans(...)

Ciano fut germanophile jusqu’au mois d’août 1939. Ce terme est imprécis : c’est mussolinien qu’il fut jusqu’à cette date. Son admiration pour Mussolini était compliquée par le problème de sa propre personnalité, de ses affaires domestiques et, en dernier lieu, du sentiment imprévu de cette division des pouvoirs qui le mettait dans une situation humiliante : ministre des Affaires étrangères d’un grand pays, bénéficiaire de tous les honneurs attachés à sa charge, il était contraint de se présenter chaque jour à un beau-père qui le laissait debout, même devant les étrangers29, et qui, dans ses meilleurs jours, le supportait, d’un air bourru, plutôt qu’il ne l’écoutait. La révolte ne fut pas contre l’Allemagne, mais contre Mussolini qu’il adorait et qui provoquait son ressentiment et par suite le drame de sa personnalité. En politique, c’est le seul drame qui compte.

  • 30 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 268.
  • 31 Sur cette affaire, voir Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, Calmann-Lévy, Paris, 1 (...)
  • 32 Ibid., p. 269.

17Les analyses d’Alfieri et d’Anfuso détiennent une part de vérité mais sont sans doute trop systématiques, lissant les hauts et les bas des relations entre Ciano et le Duce. Si la perception de l’alliance avec l’Allemagne et la tentation mussolinienne d’entrer dans la Seconde Guerre mondiale à l’été 1939 ont déjà montré des divergences, c’est pendant la guerre que deux événements ont sans doute joué dans la rupture de confiance entre les deux hommes. Après que le Duce eut décidé de mobiliser ministres et hiérarques en janvier 1941 afin de participer aux opérations contre la Grèce, Ciano est dépossédé de ses attributions alors qu’il rejoint à Bari son escadrille de bombardiers « La Disperata », Mussolini s’occupant de la politique étrangère avec le concours des hauts fonctionnaires du ministère. Le 11 février, Mussolini rencontre le général Franco à Bordighera, en Ligurie, sans convier Ciano qui en conçut une profonde amertume30. Le mois suivant, suite à des incidents provoqués par des officiers de « La Disperata », accusés d’avoir participé à des jeux de potaches consistant à couper des cravates de passants dans les rues de Bari, Ciano est sommé de s’expliquer sur ces faits, ce qu’il ressent comme une humiliation personnelle, d’autant plus qu’il ne faisait pas partie du groupe incriminé31. Il écrit alors une lettre à son beau-père : « Au terme de cette lettre, permettez-moi de vous dire, Duce, que vous avez ouvert dans mon cœur une plaie profonde que rien ne pourra refermer32. » Déjeunant avec Ciano le 19 mai 1941, Bottai témoigne de cet état d’esprit :

  • 33 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 268.

Une constante : son net et violent détachement vis-à-vis du Chef dont il parle avec un mépris ouvert. Faisant allusion à une rencontre avec les Croates, à Monfalcone, il le dit incapable de traiter, toujours disposé à céder afin de contenter l’interlocuteur. C’est lui qui a cédé sur l’union douanière et sur quelques îles33.

  • 34 Ibid., p. 274.

18Le 1er juillet, Bottai ajoute : « Je suis la lente évolution discontinue de l’homme vers un antimussolinisme décidé34. »

LES ÉVOLUTIONS ET LES AMBIGUÏTÉS D’UNE POLITIQUE

  • 35 Ibid., p. 113.
  • 36 Goebbels Joseph, Journal. 1933-1939, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2007, p. (...)
  • 37 Ibid., p. 568. Madame Attolico est l’épouse de l’ambassadeur d’Italie à Berlin.

19Galeazzo Ciano est nommé ministre des Affaires étrangères le 9 juin 1936. Que peut-il obtenir de plus prestigieux et de plus important, si ce n’est la succession du Duce, alors qu’il n’a que 33 ans ? Hormis Mussolini, il est l’un des hommes dont le pouvoir et l’influence sont réels au sein du régime. Dans son Journal, à la date du 27 octobre 1936, Bottai se demande si « le produit Ciano » a été lancé par le Duce ou si le gendre s’est lancé tout seul35. Le 26 janvier 1937, Joseph Goebbels, ministre allemand de la Propagande, note dans son Journal : « Ciano dispose d’un grand pouvoir36. » Le 6 mai 1938, lors de la visite d’Hitler en Italie, il renchérit : « Madame Attolico me met au courant de la situation : Ciano est au sommet37. »

  • 38 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 116-117.
  • 39 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 419.
  • 40 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 14-15.
  • 41 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 419.
  • 42 Eden Anthony, The Eden Memoirs. Facing the Dictators, Cassell, Londres, 1962, p. 449.

20Sur sa capacité à assumer le travail de son ministère, l’ambassadeur de France à Rome, André François-Poncet, juge que Galeazzo Ciano « est un ministre des Affaires étrangères à la hauteur de ses fonctions. Il a été à bonne école, ayant passé avec succès les examens difficiles que comporte en Italie la carrière diplomatique. Laborieux, assidu à son bureau, ponctuel et méthodique dans son travail, il étudie avec soin et possède ses dossiers. Dans les audiences qu’il accorde aux chefs de mission, il fait bonne figure. Il sait également conduire une négociation et mettre habilement en œuvre les instructions du Duce38 ». Pour sa part, Dino Grandi estime qu’il a été, dans un premier temps, inexpérimenté pour un tel poste et facile à enthousiasmer, ce que comprirent les dirigeants du Reich39. Ciano est, au début de son activité diplomatique, un des acteurs du rapprochement avec l’Allemagne nazie. Filippo Anfuso, son chef de cabinet, rappelle dans ses Mémoires qu’en juillet 1936, Ciano « attisait la mauvaise humeur de son beau-père à l’égard de la bourgeoisie corrompue du monde occidental, en affectant beaucoup d’égards envers la puissance ascendante de l’Allemagne40 ». Son voyage d’octobre 1936 en Allemagne est sa première visite officielle hors d’Italie en tant que chef de la diplomatie italienne : « Ciano fut accueilli à Munich et à Berlin avec des arcs de triomphe. […] Il n’avait jamais pris part à une véritable conférence diplomatique et n’eut pas l’occasion d’y participer après sans la présence des Allemands41. » Le 24 octobre 1936, il signe à Berlin avec son homologue Constantin von Neurath un protocole par lequel les deux puissances s’engagent à lutter contre le bolchevisme, à soutenir les nationalistes espagnols, à collaborer pour résoudre les difficultés dans l’aire danubienne et balkanique. C’est également l’occasion pour l’Allemagne de reconnaître officiellement l’annexion italienne de l’Éthiopie. À ce moment-là, quelle est la position de Ciano vis-à-vis d’un rapprochement avec l’Allemagne ? Pour Anthony Eden, alors secrétaire au Foreign Office, Ciano opte clairement pour une politique germanophile au point qu’il apparaît « complètement hypnotisé par l’Allemagne42 ». L’ambassadeur Guariglia, représentant de l’Italie à Buenos Aires, s’étant inquiété d’un trop important rapprochement avec le Reich, reçoit une réponse modérée de Ciano à laquelle il ne croit pas vraiment :

  • 43 Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile. Mémoires. 1922-1946, Plon, Paris, 1955, p. 70.

Dans sa réponse, Ciano m’assura que notre politique envers l’Allemagne ne serait pas allée au-delà de ce qu’il convenait d’obtenir pour équilibrer notre position vis-à-vis de la France et de l’Angleterre, ajoutant qu’il avait donné des assurances analogues à plusieurs sénateurs ayant manifesté les mêmes inquiétudes. Il était, à mon sens, bien peu sincère et moins encore de pouvoir arrêter au moment opportun l’action politique pro-allemande qu’il avait prônée lui-même lors du conflit éthiopien43.

  • 44 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 422.
  • 45 Ibid., p. 423.

21Ce rapprochement est favorisé par la cause commune que représente l’engagement de l’Italie aux côtés du général Franco lors de la guerre civile espagnole qui éclate le 18 juillet 1936, engagement dont Ciano a été l’un des plus fervents instigateurs et défenseurs. « Le palais Chigi, siège du ministère des Affaires étrangères, devient également le siège du commandement militaire et de la direction des opérations des “volontaires” italiens en Espagne », écrit Grandi avec amertume dans ses Mémoires44. Ciano parvient en particulier à faire annuler par son beau-père la décision de retirer le corps expéditionnaire italien à la suite de la défaite de Guadalajara, le 18 mars 1937, devant des forces des brigades internationales en partie constituées d’antifascistes italiens45. À Londres, Dino Grandi reçoit des instructions portant sur la ligne de défense italienne à propos de la guerre civile espagnole :

  • 46 Ibid., p. 427.

Les instructions que j’avais reçues du ministre Ciano étaient sommaires mais précises : soutenir à tout prix la cause des nationalistes espagnols, s’opposer le plus fortement possible à l’action diplomatique soviétique, éviter d’entamer avec le gouvernement britannique toute négociation au sujet de l’action de l’Italie en Espagne, procéder en tout et pour tout de concert avec von Ribbentrop, le représentant allemand46.

  • 47 Grandi Dino, 25 luglio 1943, Il Mulino, Bologne, 1983, p. 163.

22Pour les Italiens, l’intervention militaire italienne en Espagne était bien « la guerre de Ciano47 ». Celui-ci croit que l’Italie en tirera un allié et une position renforcée en Méditerranée.

  • 48 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 120.
  • 49 Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale. Memorie e documenti, Mondadori, Milan, 194 (...)

23Par ailleurs, Ciano sait prendre des initiatives qui bousculent les traditions diplomatiques italiennes. Ainsi, il pousse à l’accord italo-yougoslave du 25 mars 1937 alors que, pendant plusieurs années, la Yougoslavie a été l’objet de l’hostilité italienne dans le cadre d’une politique révisionniste dans les Balkans visant à faire de l’Italie la puissance dominante dans la région. Désormais, la Yougoslavie, traditionnelle alliée de la France, sert de point d’appui à l’Italie fasciste. Ciano sait également se montrer oscillant et attentiste. Alors que Mussolini soutient l’initiative de Dino Grandi, ambassadeur à Londres depuis juillet 1932, d’un accord italo-britannique concernant la Méditerranée, il se montre dubitatif et s’oppose à ce que Grandi fasse une communication à ce sujet devant le Grand Conseil du fascisme. Néanmoins, un accord est signé à Rome le 2 janvier 1937 dans les termes négociés à Londres entre Grandi et Anthony Eden, secrétaire d’État au Foreign Office. Au fil des mois, Ciano oscille entre volonté de rapprochement avec l’Allemagne et prudence qui l’amène à entamer des négociations avec le Royaume-Uni. Le 4 septembre 1937, il confie à Bottai : « Il n’est pas la peine de se rapprocher trop. L’Allemagne n’est qu’un terrain de manœuvre pour moi. Je dois quelque peu freiner le Chef, enclin à s’enflammer pour l’organisation militaire allemande48. » Les accords dits de Pâques du 16 avril 1938 avec la Grande-Bretagne sont un succès pour Ciano qui a obtenu de Londres une reconnaissance de l’Empire italien. Les succès allemands que représentent l’annexion de l’Autriche en mars 1938, la conférence de Munich en septembre, l’occupation de Prague et l’instauration du protectorat de Bohême-Moravie en mars 1939, impressionnent et inquiètent tout à la fois Ciano. L’alliance avec le IIIe Reich peut permettre d’acquérir une part de butin, mais est susceptible d’entraîner l’Italie dans un conflit pour lequel elle n’est pas encore prête. L’annexion italienne de l’Albanie en avril 1939 apparaît comme un « lot de consolation » et une initiative largement initiée par Ciano. Le maréchal Badoglio, très habile pour éluder ses propres responsabilités dans les événements militaires et diplomatiques italiens en rédigeant ses Mémoires, écrit sur Ciano au sujet de l’Albanie : « Ciano, l’organisateur de tout ce qui se rapporte à l’Albanie, voulait son triomphe personnel et convainquit Mussolini de l’inéluctabilité de l’entreprise49. »

24Non sans hésitation, Ciano signe le pacte germano-italien, dit pacte d’Acier, le 22 mai 1939, avec l’espoir que l’entrée en guerre soit retardée au moins aux années 1942-1943. Le traducteur officiel du ministère allemand des Affaires étrangères, Paul Schmidt, en témoigne :

  • 50 Schmidt Paul, Sur la scène internationale. Ma figuration auprès de Hitler. 1933-1945, Plon, Paris, (...)

Je constatai de nouveau chez Ciano, à Berlin, une certaine réserve qui était une sorte de crainte devant son propre courage. Au cours de la conversation avec Ribbentrop et Hitler, le ministre italien souligna d’une manière frappante l’intérêt qu’avaient les alliés à disposer d’une période de paix s’étendant au moins sur trois ans50.

25Mais le dynamisme nazi n’a pas de temps à perdre. Le 11 août, la rencontre au château de Fuschl, près de Salzbourg, avec son homologue allemand, Joachim von Ribbentrop, puis l’entretien avec Hitler dans sa résidence du Berghof ouvrent les yeux de Ciano qui comprend brutalement la volonté allemande de faire la guerre à tout prix à la Pologne. S’estimant dupé et humilié, d’où une rancœur tenace envers Ribbentrop, Ciano change de politique :

  • 51 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 508.

Il avait depuis trois ans travaillé, à la suite de Mussolini et sans opposer aucune résistance, à la politique d’entente idéologique et politique avec l’Allemagne nazie. La politique italo-allemande dans la question espagnole et d’intervention dans la guerre civile espagnole était en grande partie la sienne. Mais c’est avec un enthousiasme égal qu’il avait souscrit les accords du 2 janvier 1937 et du 16 avril 1938 avec la Grande-Bretagne. Il ne voulait pas la guerre européenne et ne voulait surtout pas que l’Italie entre en conflit aux côtés de l’Allemagne. À ses yeux, l’alliance du 22 mai avait surtout valeur de garantie, même provisoire, de paix, et aurait dû faciliter pour l’Italie, et surtout pour Mussolini et lui, la possibilité d’agir avec la plus grande autorité et le plus grand prestige comme médiateurs et arbitres, rôles déjà joués à Munich, et qu’ils joueraient à nouveau lors des futures conférences internationales à venir51.

26Il pousse Mussolini à proclamer la non-belligérance de l’Italie au début des hostilités. Le 31 août, il s’entretient longuement avec Bottai, à qui il expose sa ligne politique :

  • 52 Le général Giuseppe Valle est chef d’état-major de l’aviation du 22 mars 1934 au 10 novembre 1939.
  • 53 L’amiral Domenico Cavagnari est chef d’état-major de la marine du 1er juin 1934 au 11 décembre 1940
  • 54 Le général Alberto Pariani est chef d’état-major de l’armée de terre du 7 octobre 1936 au 3 novembr (...)
  • 55 Achille Starace est secrétaire général du parti fasciste du 7 décembre 1931 au 31 octobre 1939.
  • 56 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 154-155.

Nous ne devons pas et nous ne pouvons pas intervenir. Nous ne devons pas ! L’Allemagne a agi contre les accords. Je suis monté sur la Roche Tarpéienne à Salzbourg avec ce fou de Ribbentrop. Je lui ai rappelé que notre alliance prévoyait une pause jusqu’en 1942, qu’une action immédiate sur Dantzig serait la guerre européenne. Anglais et Français marcheraient alors qu’il pensait le contraire. Je suis revenu de Salzbourg en désaccord complet. Il n’y eut pas de communiqué commun, seulement un communiqué allemand cachant unilatéralement le désaccord. Les Allemands ont violé notre pacte. Nous n’avons aucun devoir d’intervenir et, j’ajoute, aucun intérêt. Nous devrions supporter le choc principal dans des conditions d’extrême vulnérabilité : l’Empire, la Libye, l’Égée, la Méditerranée, les Alpes occidentales. Sommes-nous en condition de le faire ? Non, non, non. Il existe des déficiences impressionnantes. Nous avons 13 000 canons dont 4 000 datent de la Première Guerre mondiale avec une portée inférieure de 6 000 mètres avec ceux des Français. Valle52, après avoir fait le fanfaron, proclame désormais ne pas avoir de chasse et de ne pouvoir assurer que cinquante jours de vol ; il avance des alibis, disant qu’entre l’Éthiopie, l’Espagne et l’Albanie, il s’est engagé dans une mise au point de l’aviation. Cavagnari53 a un problème avec le carburant, déclarant que la marine italienne est prête à se faire couler : la proportion avec les Anglais et les Français, étant donné qu’ils n’auront pas à affronter une marine allemande efficace en mer du Nord, sera de 6 contre 1. Pariani54 ? Pariani fait le multiplicateur : l’armée ici, l’armée là. La vérité est que nous ne sommes pas prêts. Il nous faut un bouffon comme Starace55 pour dire le contraire. Et malheureusement, il le dit au Duce, travestissant la vérité. Le peuple italien ne veut pas de cette guerre. Il ne la sent pas. Il n’y croit pas56.

  • 57 Voir l’entrée du Journal au 31 août 1939, page 312 du présent volume.

27Le même jour, Ciano se livre lors d’une audience accordée à l’ambassadeur britannique, Percy Loraine : « Mais pourquoi voulez-vous créer l’impossible ? Vous n’avez pas encore compris que nous ne commencerons jamais la guerre contre vous et la France57 ? » Ce cri du cœur permet à Londres et Paris de savoir que la guerre ne se fera pas contre les deux puissances de l’Axe. Ribbentrop et les dirigeants allemands y voient une véritable trahison. Le 20 mai 1943, lors d’une réunion d’état-major, Hitler fait clairement allusion à cet entretien :

  • 58 Heiber Helmut (dir.), Hitler parle à ses généraux, Perrin, coll. « Tempus » (no 490), Paris, 2013, (...)

Cette guerre a été systématiquement sabotée dans ce pays dès le début, par certains milieux. Dès le début ! Elle a d’abord été sabotée en 1939. Par ce sabotage, ces gens-là ont réussi alors à empêcher l’entrée en guerre de l’Italie. C’est-à-dire que l’Italie n’aurait nullement eu besoin d’entrer en guerre : en effet, si elle avait déclaré, à cette époque, qu’elle se solidarisait avec l’Allemagne, comme elle y était engagée en vertu des traités, la guerre n’aurait pas éclaté ; les Anglais ne l’auraient pas commencée, ni les Français non plus. Car, pour les Anglais, il s’est passé ceci : deux heures après qu’eut été prise la décision italienne – immédiatement transmise à Londres – de ne pas participer à la guerre, on s’est empressé, en Angleterre, de signer le pacte d’assistance avec la Pologne. Jusque-là, il n’avait pas été signé. Il l’a été deux heures après la fin de cet entretien58.

  • 59 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe. Du Capitole à la Roche tarpéienne, Presses de la Cité, Par (...)

28« C’est à ce fait qu’il [Ribbentrop] attribuait l’intransigeance de l’attitude britannique et la décision prise par l’Angleterre de se porter au secours de la Pologne », écrit l’ancien colonel SS et interprète des rencontres italo-allemandes Eugen Dollmann59. C’est sans doute au cours de l’automne 1939 et de l’hiver 1939-1940 que l’influence de Ciano sur son beau-père et sur le régime est la plus importante (en particulier lors de son discours du 16 décembre 1939 devant la Chambre des faisceaux et des corporations, par lequel il prend le plus de distance possible avec l’allié allemand). Durant cette période, Ciano représente au sein du pouvoir fasciste la ligne modérée et favorable au maintien de la non-belligérance italienne, comme le note Dino Alfieri, ambassadeur près le Saint-Siège d’octobre 1939 à avril 1940 :

  • 60 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 24.

Ciano tenait à ce que l’on sut au Vatican qu’il s’efforçait de suivre, dans la mesure où cela lui était possible, une ligne politique favorable à la paix, et il n’hésita pas à faire comprendre à plusieurs reprises qu’il ne partageait pas certaines conceptions de son beau-père. Il en découlait une situation étrange, délicate et contradictoire, où la politique et les directives du ministre des Affaires étrangères étaient presque toujours en contradiction patente avec les tendances officielles du gouvernement et du secrétaire du Parti60.

  • 61 Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. I : L’orage approche. 2 : La « drôle de guerre ». 3 (...)

29Dans ses Mémoires, Winston Churchill résume la situation italienne en deux phrases : « Le comte Ciano était courtois à l’égard de notre ambassadeur. Mussolini restait distant61. » Lors d’une conversation avec Bottai le 2 mars 1940, Ciano dit ne pas croire à la guerre parallèle de Mussolini :

  • 62 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 178.

Elle deviendrait immédiatement une guerre convergente. Elle se grefferait à une guerre plus vaste. Nous ne pouvons aller en Croatie sans l’accord des Allemands ou l’entente avec les Anglo-Français. Je ne crois pas à l’invincibilité des Allemands. En tout cas, je ne sais pas me souhaiter une victoire allemande. Des Allemands victorieux ne se contenteraient pas de rester en Croatie, ni même à Trieste62.

  • 63 Ibid., p. 181.

30De retour de la rencontre du Brenner du 18 mars 1940 entre Mussolini et Hitler, il ne croit pas encore que les dés sont jetés63. Le 29 mars, au cours d’une nouvelle conversation avec Bottai, Ciano envisage deux scénarios :

  • 64 Ibid., p. 181-182.

Ou l’Allemagne attaque, perce et gagne et il conviendra alors de s’impliquer pour contrebalancer la force victorieuse. Ou l’Allemagne attaque et perd et alors, étant ses complices aux yeux des Franco-Anglais, il est encore temps de reculer. Je me sens de le faire, étant donné les rapports personnels que je maintiens avec les Anglais et les Français64.

  • 65 François-Poncet André, Souvenirs d’une ambassade à Berlin. Septembre 1931 – octobre 1938, Flammario (...)

31Cet « égoïsme sacré », déjà théorisé en 1914-1915 par le ministre des Affaires étrangères Sydney Sonnino, se retrouve quelque peu chez Ciano. Dans une conversation non datée rapportée par André François-Poncet, mais qui se situe pendant « la drôle de guerre », le comte affirme : « Ne vous fatiguez pas à faire de la propagande ! Remportez des victoires et nous serons avec vous. Dans le cas contraire, nous serons contre vous65 ! »

  • 66 Ibid., p. 187.
  • 67 Ibid., p. 188.

32Les succès du IIIe Reich, pendant le printemps 1940, redonnent au Duce l’ambition de faire l’histoire en participant à un conflit qui remodèle l’Europe sous les yeux d’une Italie fasciste qui ne peut rester passive, sous peine de perdre son rang de grande puissance. Les premiers succès allemands en Norvège mettent à mal la politique de Ciano, car Mussolini veut de plus en plus que l’Italie participe au conflit. « Il veut tenir sa parole et s’irrite contre tout ce qui lui fait obstacle : faits techniques et faits psychologiques. Personne ne peut le détourner de cette idée fixe. Seul un gros coup le pourrait. Une prise de position décidée des Franco-Anglais pourrait le mettre devant la réalité », explique Ciano à Bottai le 17 avril66. Mais il est tributaire des variations assez brusques de son beau-père. Le 26 avril, il semble reprendre espoir car le Duce paraît moins belliciste67. De ce point de vue, les succès inattendus des armées allemandes en France, à la suite de la grande offensive du 10 mai, viennent clore le débat. Croyant en un conflit court, Mussolini déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne le 10 juin 1940. Le second volume du Journal de Ciano sera l’occasion de revenir sur la carrière de celui-ci à la suite de l’entrée en guerre de l’Italie.

UNE PERSONNALITÉ COMPLEXE

33La personnalité de Galeazzo Ciano ne laisse pas indifférent. Parmi les acteurs allemands de la période, plusieurs l’ont détesté. C’est le cas d’Eugen Dollmann :

  • 68 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, France-Empire, Paris, 1965, p. 121.

Ciano était trop insouciant, trop dilettante, pour bien remplir les fonctions qui lui étaient échues. En tant que ministre des Affaires étrangères d’un grand pays et haut fonctionnaire du parti d’État, il aurait pu influencer le cours de l’Histoire68.

  • 69 Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2009, p. (...)

34Goebbels compte aussi parmi ceux qui ont haï Ciano. Le 16 décembre 1940, il note dans son Journal que ce dernier « fait l’objet d’une haine générale », sans apporter une analyse des éventuelles causes de cette détestation69. Par la suite, le ministre de la Propagande du Reich se livre à plusieurs reprises à des réquisitoires contre Ciano. Le 1er avril 1941, au moment où l’Allemagne est sur le point de s’engager dans une campagne en Grèce et en Yougoslavie afin de maîtriser la situation dans les Balkans, il écrit à propos de l’Italie et de son ministre des Affaires étrangères :

  • 70 Ibid., p. 271.

Et puis, cette gigantesque gabegie, avec même un peu de corruption. La tête de ce courant, c’est Ciano. Je raconte au Führer quelques détails concernant Ciano, qui le secouent profondément. C’est un super-trafiquant, qui a perdu toute espèce de respect en Italie. Avec cela stupide, mal dégrossi, dépourvu de tact et des manières de voyou. Le Führer se prononce vigoureusement contre le népotisme. […] Mussolini devrait envoyer Ciano au diable. Mais qui prendre à sa place ? Grandi serait encore pire parce qu’il a un penchant secret pour le camp anglais. Mais avec Ciano, les choses vont mal finir. On paie maintenant le prix de ces continuelles relèves de la garde. Le Duce n’a maintenant sous la main aucun homme disposant d’un peu plus de popularité et d’autorité. […] En tout cas, le Führer lui aussi ne veut plus entendre parler de Ciano70.

  • 71 Ibid., p. 626.

35Par la suite, Ciano est accusé par Goebbels de mettre l’Italie en coupe réglée. Le 31 août 1941, il écrit à ce sujet que « la clique de Ciano domine pratiquement toute l’Italie et l’on détrône quiconque n’adopte pas son style71 ». À la suite de la chute du régime fasciste, la haine de Goebbels se donne libre cours. Le 10 août 1943, il écrit :

Ciano est un personnage ignoble et corrompu. Utilisant sa propre femme, Edda Mussolini, il a trahi son beau-père d’une manière on ne peut plus ignominieuse. Aujourd’hui, juste retour des choses, il n’ose plus se montrer en public. Il reste cloîtré chez lui et tremble de peur. S’il y a une chose que partage le peuple italien, c’est bien la haine et le mépris à l’égard de Ciano.

36Le 23 septembre, 11 jours après la libération de Mussolini de la prison du Gran Sasso et au moment où le Duce accepte de fonder une république fasciste dans l’Italie contrôlée par les Allemands, Goebbels rédige une très longue notice dans son Journal. Après avoir affirmé qu’Edda Mussolini était en réalité née de l’amour de Mussolini envers une Juive russe ( !), l’ex-ministre des Affaires étrangères y est régulièrement dénoncé outrageusement :

  • 72 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2009, p. (...)

C’est Edda Mussolini qui est parvenue à retourner complètement l’opinion du Duce sur Ciano. Dès que le Duce est arrivé à Munich, elle a eu avec lui un long entretien qui a abouti à une réconciliation entre lui et Ciano. Ciano est de nouveau dans les bonnes grâces du Duce. Ainsi, ce champignon vénéneux repousse au beau milieu du nouveau parti républicain-fasciste. Il est évident que le Duce ne peut châtier ceux qui ont trahi le fascisme de l’intérieur, s’il ne veut pas demander des comptes à son propre gendre. Celui-ci aurait dû y passer en premier. Si le Duce avait été un révolutionnaire d’envergure, il aurait demandé au Führer de livrer Ciano et il l’aurait châtié lui-même. Mais il ne le fait pas, ce qui contrarie fortement son action contre les autres traîtres fascistes. […] Si le Duce était un homme, s’il ne tenait pas compte de sa famille pour déterminer sa ligne politique, il ferait fusiller Ciano au lieu de lui pardonner et il donnerait le fouet à sa fille72.

  • 73 Ibid., p. 378.

37Le 25 janvier 1944, Goebbels rapporte le bruit que Ciano, à la demande de Mussolini, aurait averti l’ambassadeur de Belgique de l’attaque allemande, la veille de l’offensive du 10 mai 1940, ce qui n’est attesté dans aucun document73.

  • 74 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 14. L’ambassadeur date par erreur cette entr (...)

38Dans son livre relatant son séjour en tant qu’ambassadeur de France à Rome, André François-Poncet trace le portrait suivant du comte Ciano, à qui il remet la copie de ses lettres de créance le 9 novembre 1938, beaucoup plus nuancé que celui que nous offrent Dollmann et Goebbels : « J’avais fait sa connaissance à Munich et, malgré l’air assez hautain et sûr de soi qu’il affichait, j’avais jugé sympathique ce grand garçon vigoureux et bien portant, qui ne parvenait pas à cacher un fond de gentillesse et de jovialité74. » Par la suite, François-Poncet affine sa description :

  • 75 1939.
  • 76 Ibid., p. 112-116.

À mesure que les jours s’écoulent, Ciano s’adoucit. Il s’humanise peu à peu. Il devient moins réservé, plus naturel. Il se laisse aller davantage. À demi-mot, puis ouvertement, il se confie. Nous nous voyons chaque semaine, et souvent deux fois dans la semaine. Il me prie de ne pas craindre de le déranger. Il me recevra aussi souvent que je le désirerai, à une condition, toutefois, très significative, c’est que la presse n’en sache rien. L’habitude s’établit, entre nous, de causer librement et, même, familièrement.
À la faveur de ces entrevues, je découvre un homme très différent de sa réputation et bien meilleur qu’elle. Il passe, en effet, et à juste titre, pour avoir une vie dissipée. Il aime les femmes. Il est recherché par elles, non seulement parce qu’il est un des principaux personnages du régime, à la droite du Tout-Puissant, mais aussi parce qu’il est aimable, gai et beau garçon. On le rencontre entouré d’une jeunesse tapageuse, qui n’en est peut-être pas encore au stade de la Dolce Vita, mais qui n’en est plus très loin et qui, en tout cas, n’est certainement pas encombrée par les préjugés. Son ménage est désuni. Cela aussi est de notoriété. La Comtesse n’apprécie guère le milieu diplomatique. Elle reçoit, et fort aimablement, les visites, mais ne les rend pas. Elle mène sa vie à part. Malgré les apparences, il en souffre : « Vous avez bien de la chance, me dit-il à une heure d’abandon, vous avez bien de la chance d’avoir une vie de famille. » La renommée prétend que Ciano est prévaricateur et s’enrichit indûment. Je n’en crois rien. Bien qu’il ait ce fond de cynisme dont les fascistes, comme les nazis, se vantent comme d’une preuve de la virilité et de la trempe de leur caractère, je le tiens pour honnête. Lui et les siens sont jalousés, guettés par la malveillance et la calomnie, lui, surtout, à cause de sa jeunesse, peu conforme à la tradition du poste qu’il occupe. Le goût de l’argent, qu’on lui attribue, est plutôt le propre de son père, le vieil amiral, héros de la guerre de 14, porteur de la médaille d’Or et président de la Chambre des Faisceaux.
À l’imitation du Maître, le jeune Ciano bombe la poitrine et projette le menton en avant. Mais, dans le privé, il n’a pas de morgue, ni d’arrogance. Il n’y a pas, non plus, chez lui, trace de méchanceté. Je le trouve mûr, plus sérieux que son âge, capable de juger des hommes et des choses avec pondération, équité et sang-froid. S’il n’est pas bon époux, il est bon fils et bon père. La mort de son père survenue à la fin de juin75, le plonge dans un chagrin qu’il ne cherche pas à dissimuler et qui est touchant. Il adore ses enfants et leur turbulence, et se plaint de ne pas les voir assez souvent. Il est profondément respectueux de la personne de Mussolini. Il l’admire. Il est entièrement soumis à ses ordres.
« Certaines gens, me dit-il, voudraient absolument qu’il y eût, entre mon beau-père et moi, des frictions, des désaccords, sinon des conflits, et ils sont à l’affût de nos querelles. C’est absurde. Il n’y a pas, il ne pourra jamais y avoir rien de semblable. Je dois tout à Mussolini. Sans lui, je ne serais rien. Mon dévouement lui est acquis sans réserve ; je le seconde et le seconderai de mon mieux. Mais je n’abdique pas, pour autant, toute faculté critique. Je garde mes opinions et mes jugements personnels. »
Ces paroles, gravées dans ma mémoire, y prendront un accent tragique, lorsqu’éclatera le drame qui opposera les deux hommes quelques années plus tard et fera du beau-père le meurtrier de son gendre.
Patriote ardent, nationaliste intégral, Ciano est sûrement bon fasciste aussi. Mais à cet égard, encore, il a ses opinions personnelles. Il représente, au sein du Parti, les éléments les plus modérés, les plus raisonnables. Il déteste les ultras, les fanatiques, de l’espèce des Starace et des Farinacci, leurs mines affectées, leur gesticulation ridicule, leur langage grossier, leurs ambitions folles. Il ne les ménage pas. Ils s’en vengent, en l’accusant de tiédeur, de mollesse, de manque de foi, et ces reproches, ces soupçons pèseront lourdement sur lui, quand il sera traduit devant les juges76.

39« Il aime les femmes », écrit François-Poncet. C’est exact et Malaparte a décrit avec un certain humour cette relation avec la gent féminine, dont fait partie Isabelle Colonna, dans son livre, Kaputt :

  • 77 Malaparte Curzio, Kaputt, Gallimard, coll. « Folio » (no 237), Paris, 2011 [1re éd. française Denoë (...)

Galeazzo entra. Il s’arrêta un moment sur le seuil, et se frotta les mains. Il riait en pinçant les lèvres, il levait le menton, il saluait en dilatant ses yeux avec un large sourire cordial qui n’ouvrait pas ses lèvres ; il posait longuement son regard sur les femmes, brièvement sur les hommes. Puis il traversa la salle en plastronnant et en rentrant l’estomac pour tâcher de dissimuler qu’il avait engraissé, sans arrêter de se frotter les mains et de tourner la tête de droite à gauche. […] De temps en temps, Galeazzo levait la tête et prenait part à la conversation générale en parlant à haute voix, le regard fixé tantôt sur une jeune fille, tantôt sur une autre (son regard ne s’arrêtait jamais sur les hommes ; c’était comme s’il n’y avait pas eu d’hommes dans la pièce). Il souriait, faisait des clins d’œil d’intelligence, de petits signes du sourcil levé ou de la lèvre (qu’il avait saillante et charnue) avec une coquetterie à laquelle les femmes répondaient par des sourires outrés, qui les faisaient se pencher sur la table, la tête inclinée sur l’épaule pour mieux entendre, sans arrêter de se regarder les unes les autres à la dérobée et de se surveiller avec un soin jaloux77.

40Un autre grand écrivain, Ismail Kadaré, dans sa nouvelle Le Chevalier au faucon, a relaté cette image d’un Ciano, sorte de vice-roi d’Albanie, aimant femmes, objets d’art et belles demeures :

  • 78 Kadaré Ismail, « Le chevalier au faucon », dans L’Envol du migrateur. Trois microromans, Librairie (...)

La courbe de la hanche droite de la baronne Scorza, luisant au coin d’un feu, lui traversa l’esprit, avec gravée, une dernière surprise qui, à l’entendre, lui était spécialement destinée : un petit scorpion tatoué avec son dard brandi78.

41Dollmann revient également sur cet aspect dans son livre de souvenirs :

  • 79 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 121-122.

Son monde ne se localisait pas au palais Chigi, ministère italien des Affaires étrangères. Son champ d’action se trouvait au Golf Club romain, mondain, snob, où il donnait le ton, entouré de charmantes Mimi et Antonella qui n’avaient d’autre but que celui de plaire et de jouir du plus grand nombre possible de plaisirs. L’amour triomphait. Seuls quelques sportifs passionnés jouaient au golf ; une nouvelle recette de cocktail, venue de Londres, intéressait infiniment plus ce petit monde frivole qu’une déclaration du comte sur sa carrière79.

  • 80 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe, op. cit., p. 127.

42Dollmann n’hésite pas en appeler au témoignage de Rachele Mussolini, dont il rapporte les remarques acides sur son gendre lors d’un repas que l’ex-traducteur officiel situe quelques jours après le remaniement ministériel du 5 février 1943 : « C’est Galeazzo qui a apporté l’immoralité dans notre famille et c’est sa faute s’il me faut aujourd’hui avoir honte devant mes petits-fils. Ce qu’Edda est aujourd’hui, c’est son œuvre. » Elle conseille aux Allemands présents de « garder leurs yeux bien ouverts et à penser en temps utile à la façon de parer la trahison de Galeazzo80 ».

  • 81 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 24.

43Très vite, cette réputation fait le tour de l’Europe. Lors de la visite de Ciano en Allemagne en octobre 1936, « un Goebbels ironique offrit à Ciano une réception consacrée au goût notoire des Italiens pour les jupons. […] Il fit défiler devant nous quelques actrices avenantes et mal habillées, auxquelles la délégation italienne, non sans virtuosité, appliqua une tactique galante hâtivement improvisée, unie au désir de rapporter quelque aventure pimentée par la nouveauté politique », se souvient Filippo Anfuso81. Ce type de situation est également raconté par Michele Lanza, attaché d’ambassade à Berlin, lors du séjour berlinois de Ciano en juillet 1940 :

  • 82 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie. 1939-1943, Robert Laffont, coll. « Pavillons », Paris, (...)

L’après-midi a lieu, dans la villa de l’ambassadeur, sur le Wannsee, une fête de caractère purement mondain. Alfieri a invité une vingtaine des plus jolies femmes de Berlin et, tel un marchand d’esclaves, les a rangées devant Ciano. Ce qui n’a, naturellement, pas manqué de provoquer de sévères commentaires dans les milieux allemands. Ciano a passé l’escadron en revue et a jeté son dévolu sur G. von F., qui est vraiment très belle. En guise de hors-d’œuvre, il l’a emmenée en canot automobile, sur le lac. […] La dame en question, qui n’est pourtant pas une nonne, était effarée par la liberté de langage et par les façons de notre brillant ministre82.

44Pour sa part, Eugen Dollmann raconte l’anecdote suivante qui se situe lors du séjour berlinois de Ciano, au moment de la signature du pacte d’Acier en mai 1939, pendant un moment de détente cinématographique :

  • 83 Cinéma berlinois.
  • 84 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 133.

On prit les billets. Ciano entra avec deux ou trois compagnons. Dès l’extinction de la lumière, il se leva et disparut par une porte latérale, nous laissant contempler le spectacle. Un peu avant la fin de celui-ci, il vint reprendre sa place. L’explication était très simple. Le Kurbel83 se trouvait dans la Giesebrechtstrasse. De la porte latérale, il n’y avait que quelques pas jusqu’à la maison de Kitty Schmidt. Tandis que nous admirions les nouveaux exploits de Clark Gable, le galant comte s’amusait en compagnie de jeunes dames, ravissantes professionnelles ou filles d’excellentes familles, qui venaient discrètement prendre du plaisir et se procurer de l’argent de poche. Seule restriction désagréable : il fallait respecter l’horaire, sauver la face, c’est-à-dire reparaître sur son siège, au cinéma, avant la fin du spectacle84.

  • 85 Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres, op. cit., p. 153.

45En visite officielle en Italie du 5 au 10 décembre 1937, le président du Conseil yougoslave Stoyadinovitch dresse également le portrait d’un homme heureux de jouir des plaisirs de la vie : « De bonne humeur et frivole, amateur de danse et de la compagnie de belles femmes, Ciano nous invita, après le théâtre, dans un night-club à la mode. Il dansa avec allégresse la valse viennoise et le tango argentin, souriant et triomphal, conscient d’être à l’apogée de sa brillante carrière85. » Ramón Serrano Súñer, ministre de l’Intérieur puis des Affaires étrangères espagnol, qui affirme qu’il pouvait « donner le plus sincèrement le titre d’ami » à Ciano, va néanmoins dans le même sens que Dollmann et Stoyadinovitch, comme en témoigne sa description du comte lors d’un dîner à Naples le 5 juin 1939 :

  • 86 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 87.

La nature de cet homme ne lui permettait pas de rester en place un seul instant, et il fallait que, chaque jour, officiellement ou dans le privé, il se répandit en déjeuners, en dîners ou en fêtes de tous ordres, comme quelqu’un dont c’eût été la principale fonction ou l’essentiel de la vie. Cette agitation, qui trahissait une certaine légèreté, me frappa pour la première fois à cette occasion86.

  • 87 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 241.
  • 88 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 107.

46Cette image d’homme à femmes et frivole pèse sur sa réputation, en particulier lorsque la situation de l’Italie fasciste pendant la guerre est mauvaise. Ainsi, le 16 décembre 1940, alors que les difficultés militaires en Grèce et en Libye s’accumulent, il est perturbé par les bruits qui affirment qu’il a pour maîtresse l’épouse de Francesco Jacomoni, lieutenant général en Albanie, et fille du général Ugo Cavallero, récemment nommé chef d’État-Major général87. Son épouse aborde cette délicate question pour elle dans ses Mémoires pour en nier la véracité ou du moins l’ampleur : « Je crois sincèrement que cette opinion était exagérément fausse, tout comme les rumeurs et les articles de certains journaux qui me faisaient passer pour une Messaline, une femme débauchée […]88. » Quant aux relations entre Ciano et Isabelle Colonna, elle écrit :

Il est certain que mon mari et Isabelle Colonna furent très liés ; que mon mari lui ait fait quelquefois et même souvent des confidences, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Mais je crois que l’amitié profonde et l’affection qu’éprouvait Isabelle pour Galeazzo l’ont toujours empêchée de lui nuire en colportant, sans qu’il l’eût désiré, les commentaires qu’il lui faisait et qui n’étaient pas forcément toujours des commentaires d’ordre politique.

  • 89 Ibid., p. 113.
  • 90 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 167.
  • 91 Ibid., p. 279.

47Tout au plus reconnaît-elle que la princesse lui arrangeait parfois des rencontres ou des dîners avec des femmes qui lui avaient « tapé dans l’œil89 ». Ciano est en tout cas un hédoniste, aimant les plaisirs matériels de la vie. Conversant avec Giuseppe Bottai, le 4 novembre 1939 au golf de l’Acquasanta, Ciano explique : « Entre l’hégémonie allemande et l’hégémonie anglaise, il vaut mieux cette dernière. C’est l’hégémonie du golf, du wisky [sic], du confort90. » Se confirme une autre face de la personnalité de Ciano déjà perçue dans le portrait dressé par Malaparte : son appartenance à la bourgeoisie. Le 1er août 1941, le comte Volpi di Misurata, président de l’organisation patronale Confindustria, glisse à Bottai : « C’est un garçon avec qui nous nous entendons et qui nous entend. Il voulait dire : nous, hommes d’industrie et d’affaires91. »

48Paul Schmidt souligne également le côté Janus de Ciano, entre vie officielle et vie privée :

  • 92 Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 234.

J’appris ainsi à connaître, en dehors de l’homme qui se conduisait si arrogamment et même parfois avec un tel manque d’éducation dans les manifestations officielles, un Ciano estimable qui jugeait les événements avec beaucoup de perspicacité, de bon sens, et ne s’en laissait pas conter par les grands mots de Hitler et Ribbentrop92.

49Cette dualité est également présente dans les souvenirs de Dino Alfieri. Celui qui est ambassadeur d’Italie à Berlin d’avril 1940 à juillet 1943 analyse les réactions de Ciano à l’annonce de la mort accidentelle d’Italo Balbo, le 28 juin 1940 :

  • 93 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 60.

La voix de Ciano me parut affligée et son regret sincère. Maintenant qu’un de ses rivaux politiques, celui que peut-être il craignait le plus, avait disparu, Ciano, changeant de sentiment, ce qui était tout à fait dans son caractère, montrait un chagrin profond ; sans doute croyait-il devoir réparer de quelque manière vis-à-vis de lui-même les attitudes parfois injustes qu’il avait eues envers le maréchal et à la base desquelles il y avait la jalousie, une jalousie rendue plus vive encore par la passion politique93.

  • 94 Ibid., p. 108-109.

50Alfieri ajoute : « Aussi longtemps qu’il était ami, il l’était sincèrement, fidèlement, généreusement. Mais il était, hélas !, fort inconstant et prêtait facilement l’oreille aux bruits malveillants, aux insinuations tendancieuses94. » Il ajoute quelques lignes sur la versatilité de Ciano à son propre égard :

  • 95 Ibid., p. 272.

Malgré sa versatilité et ses contradictions, qui parfois laissaient son interlocuteur réellement perplexe, Ciano était un homme bon, généreux ; content de rendre service à ses amis, il se réjouissait particulièrement de pouvoir leur communiquer une nouvelle agréable. Il fallait, naturellement, le connaître et le comprendre. C’est pourquoi je ne m’affligeai pas outre mesure, lorsque j’appris confidentiellement, après mon départ du ministère, que son attitude envers moi n’avait pas toujours été très bienveillante. Je m’en étonnai cependant car je me rappelais les nombreux télégrammes élogieux qu’il m’avait spontanément envoyés95.

  • 96 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 150.

51Giuseppe Bottai, avec qui il eut des relations amicales, en fait un portrait également nuancé dans son Journal, à la date du 2 août 1939 : « C’est un homme vif et énergique, d’une ruse toujours en éveil, doté d’une prodigieuse mémoire qui, alliée à une froide volonté d’arriver, donne à une intelligence normale une acuité et une ténacité peu communes96. » L’attaché militaire Lanza, qui le découvre lors de son séjour allemand de juillet 1940, est plus sévère :

  • 97 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 179.

Je ne connaissais pas encore personnellement le ministre Ciano. Je l’ai beaucoup observé, ces derniers jours. Il paraît intelligent, mais léger, fantasque, dénué de caractère, gâté par les faibles courtisans qui l’entourent, le flattent et se plient à tous ses caprices avec une répugnante soumission, évitant en revanche avec soin de le mettre en garde ou de lui donner le moindre conseil, par crainte de tomber en disgrâce97.

  • 98 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 267.

52Serrano Súñer ramasse ces divers sentiments en une phrase concise : « C’était, au bout du compte, un homme agréable, d’une intelligence relativement brillante, quoique sans profondeur, avec de la vivacité, et un esprit quelque peu brusque et effronté, mais parfois attachant98. »

  • 99 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 95.

53Sur le plan intellectuel et culturel, Ciano a des qualités. Il parle bien le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais et aime tout particulièrement les littératures française et italienne99. Son rapport à la France est d’ailleurs surprenant. Son épouse témoigne :

  • 100 Ibid., p. 172-173.

[…] Il ne se rendait en Allemagne qu’à contrecœur, même si sa qualité de ministre des Affaires étrangères et de gendre du Duce lui valait de la part des dirigeants du Reich un accueil toujours parfait et parfois très chaleureux. […] En revanche, il lui était agréable de se rendre à Londres, tant qu’il put y aller, et il admirait chez les Anglais leur flegme, leur humour et leur élégance. Mais c’était en France qu’il se sentait le mieux. Il y était comme chez lui. Tout lui plaisait chez les Français : leur littérature dont il avait été nourri dès son jeune âge, leur cuisine, leurs boutiques, leur façon de parler, leur esprit. Et, lorsque Paris se trouvait sur sa route quand il effectuait un voyage, il ne manquait jamais de s’y arrêter ne serait-ce que quelques heures pour éprouver le plaisir de se promener dans les rues de la capitale française. S’il le pouvait aussi, afin de mieux se sentir Parisien, il évitait l’ambassade et résidait au Lotti, soit au Prince de Galles. C’est dire si la France signifiait quelque chose pour lui100.

54Dino Grandi a laissé dans ses Mémoires un long témoignage sur la politique, les attitudes de Ciano et les relations difficiles entretenues avec lui :

  • 101 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 410-411.

C’est avec réticence et peine que je dois désormais parler de Ciano. Il est mort noblement et avec courage, assassiné à Vérone, le 11 janvier 1944, coupable d’avoir, le 25 juillet 1943, voté en faveur de ma motion qui provoqua la chute de la dictature fasciste. Ciano a, par sa mort, avec l’attitude adoptée lors de ce dernier moment de sa vie, réhabilité sa personne. Il ne s’est fait aucune illusion sur son sort et l’a affronté avec courage, sérénité et noblesse.
On paraît aujourd’hui manquer de générosité en parlant de lui. Pourtant, il n’est pas possible de faire moins. Les événements qui lui sont liés sont trop nombreux, ceux sur qui il influa de manière directe et indirecte, durant la période 1936-1939, et sur ma propre action.
J’ai connu Ciano adolescent. Intelligent, sympathique, agréable, d’une intelligence superficielle, peu profond mais vif et à la compréhension rapide. J’avais huit ans de plus que lui. Il appartenait donc à la génération postérieure à la mienne. Il était entré dans la diplomatie et avait tout de suite manifesté une antipathie profonde pour le travail dans les bureaux officiels de Rome. Il voulait voir le monde : il fut envoyé à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, à Pékin. Rentré en 1929, il avait épousé, quelques mois plus tard, la fille aînée et préférée du Duce, Edda. J’ai été son témoin à la noce. À peine mariés, les deux partirent pour Shanghai. Ils rentrèrent en 1932, au moment où je laissais le ministère des Affaires étrangères et étais transféré à Londres. Ciano était nommé chef du Bureau de presse du chef du gouvernement et peu après sous-secrétaire, puis ministre de la Presse et de la Propagande.
Son beau-père l’avait envoyé en Afrique lors de la guerre d’Éthiopie où il se rendit sans enthousiasme mais il se comporta courageusement. À son retour en juillet 1936, les Italiens apprirent qu’il était nommé ministre des Affaires étrangères. À partir de ce moment-là, Ciano changea. Une vague d’antipathie de la part de l’opinion, parfois même imméritée, s’en empara et ne l’abandonna plus. Il fut, avec Starace, l’homme le plus contesté par le peuple italien. Ce fut Mussolini qui le transforma, le corrompit, le rendit sensible à l’adulation ; il favorisa les défauts de sa nature, il en profita, en fit l’instrument de sa politique personnelle.
Les Allemands firent le reste, l’utilisèrent, en firent un instrument docile, facile, en leur pouvoir. Il n’avait pas d’expérience politique, aucun prestige parmi les hommes de la génération qui avaient fait la guerre et le fascisme. Il n’avait jamais connu l’ancienne vie du parti car trop jeune et ignorant alors tout ce que signifiait la politique. Mussolini lui fit atteindre une altitude vertigineuse, l’imposa aux fascistes et aux Italiens, lui plaçant dans les mains l’instrument le plus délicat de la vie du pays, la direction de la politique étrangère. Ciano en resta aveuglé. Il crut peu à peu avoir été porté à une telle hauteur à cause de ses vertus et mérites. Il était l’unique personne envers laquelle Mussolini ne montrait aucune défiance. Au lieu de le retenir, de le freiner, il le laissa faire, le poussa, l’encouragea à user aveuglément, sans contrôle ni retenue de cette arme redoutable qu’est le pouvoir. Pendant quatre ans, de 1936 à 1940, Ciano fut indiscutablement le personnage le plus controversé en Italie. Mussolini avait clairement montré qu’il le considérait comme son successeur, mais aussi comme vice-chef du gouvernement, lui laissant la faculté de faire et de défaire, et surtout le laissant arbitre de la fortune et de la position des hommes. Peu à peu, le palais Chigi se transforma en une succursale du Palais de Venise. Le parti, le ministère de l’Intérieur, la police dépendaient de lui. Non seulement les diplomates, mais également les préfets, les fédéraux, les directeurs de journaux tout comme les militaires venaient prendre des ordres. Il n’était pas un ascète : il aimait les plaisirs de la vie, en jouissait largement et ce ne fut pas la dernière de ses faiblesses. Un monde de jouisseurs l’entoura et finit l’œuvre de corruption engagée par Mussolini et les Allemands eux-mêmes.
Ciano n’avait pas un projet personnel en ce qui concerne ce que devait être la politique extérieure italienne ; il faisait passivement ce que Mussolini lui demandait de faire. Il croyait dans le succès du moment ; il a négocié avec le même état d’âme tant avec Ribbentrop qu’avec Lord Perth et a signé avec le même état d’âme l’accord avec l’Allemagne comme l’accord avec l’Angleterre. Il était sincère dans les deux cas. L’un comme l’autre lui assuraient la notoriété et la faveur de Mussolini.
Il était jaloux de tous mais surtout des hommes de la génération qui l’avaient précédé, qui avaient compté dans le fascisme, qui tutoyaient encore Mussolini. Ce défaut était encouragé par Mussolini. Au travers de Ciano, Mussolini pensait se débarrasser, l’un après l’autre, des hommes du vieux fascisme. Sa défiance envers les hommes de la vieille génération le portait à s’entourer d’hommes nouveaux, attachés à lui non au nom d’une foi mais de l’intérêt. Il prenait leur dévotion servile pour un apport concret de force et de consensus politique et s’illusionnait. Le vieux fascisme s’éloigna, désillusionné et préoccupé.
[…] Ce fut seulement après l’entrevue de Salzbourg d’août 1939 que Ciano évolua. […] Il se rebella contre Mussolini mais continua à en être l’instrument contre sa volonté et à contrecœur, avec des hauts et des bas. Dans les prisons de Vérone, il redevint l’adolescent du temps passé. Il fut le Dorian Gray de cette rude page de l’histoire italienne. Son corrupteur, Mussolini, devint son bourreau et lui fit payer de sa vie d’avoir réussi à redevenir ce qu’il avait été auparavant.
Parmi tous les hommes qui ont collaboré avec Mussolini, Ciano avait une particulière antipathie et jalousie envers moi. Ma vie d’ambassadeur à Londres, à l’époque de la guerre d’Éthiopie, a été difficile. Mais elle devait être bien plus difficile durant la période entre 1936 et 1939 entre Mussolini, Ciano et Ribbentrop. Mussolini n’aimait pas prendre des décisions directes mais était heureux de favoriser les jalousies et les haines de Ciano et d’éliminer ainsi les hommes malcommodes101.

55Face à d’éventuels concurrents, Ciano est capable de certaines « mesquineries ». Mario Toscano, dans sa préface du Journal du baron Aloisi, avance entre autres l’argument de la concurrence entre deux Livournais pour expliquer le retrait du baron de son poste à la SDN :

  • 102 Aloisi Benedetto, Journal (25 juillet 1932 – 14 juin 1936), op. cit., p. ix.

[…] Le fait que le nouveau chef du palais Chigi fut Livournais et que Federica de Larderel, épouse d’Aloisi, appartienne à l’une des plus illustres familles de Livourne n’était pas de nature à les rapprocher. Il n’est pas exclu non plus que la notoriété dont jouissait l’ambassadeur dans le monde international pût porter ombrage au jeune ministre des Affaires étrangères102.

  • 103 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 239.
  • 104 Ibid., p. 244 et 482.
  • 105 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 142.

56Dans ses Mémoires, Dino Grandi estime que la trop grande popularité de Pietro Marini, qu’il avait nommé consul d’Italie à Alep avant de le promouvoir secrétaire général des Faisceaux à l’étranger en 1929, lui a valu congé dès l’arrivée de Ciano au ministère des Affaires étrangères103. Grandi rapporte également que Ciano s’est plusieurs fois opposé à ce que Serrano Súñer, beau-frère du général Franco et son ministre des Affaires étrangères de 1940 à 1942, ne le rencontre, tout comme Sumner Welles, sous-secrétaire d’État américain, qui séjourne à Rome en février 1940 lors d’une tournée des grandes capitales européennes104. De même, Bottai note dans son Journal, le 16 février 1939, que Ciano prend mal le succès de celui-ci lors de la présentation de la charte de l’École fasciste devant les membres du Grand Conseil : « Galeazzo est dur et visiblement irrité de ce succès qui n’est pas le sien. Federzoni et Balbo m’ont confirmé cette impression : à l’ordre du jour, Galeazzo a cherché à empêcher l’attribution d’un éloge105. » Jalousie entre hiérarques fascistes ? Crainte d’être mis à l’écart d’éventuelles conversations politiques ? Dans le cas de Grandi, il est fort probable que Ciano ait craint la concurrence de celui qui avait occupé son poste de septembre 1929 à juillet 1932.

LE JOURNAL DE CIANO : UN DOCUMENT ESSENTIEL

57Galeazzo Ciano n’est pas seulement un météore politique du régime fasciste dont le sort final est tragique. Il est aussi l’auteur d’un document exceptionnel : un Journal écrit presque au jour le jour. Débuté à son arrivée au ministère des Affaires étrangères, il en arrête la rédaction le 8 février 1943 au moment de son départ, ce que l’on peut d’ailleurs regretter car la poursuite de la rédaction du Journal aurait apporté de précieux renseignements sur la guerre observée depuis le Vatican et les prodromes de la réunion du Grand Conseil qui provoque la chute du régime. Écrire un Journal n’est jamais innocent, encore moins lorsque l’on occupe les hautes fonctions de Ciano. Vanité d’auteur ? Il ne semble pas. Le Journal est écrit dans un style direct, sans fioriture excessive, ne cachant pas la verdeur de certaines expressions. Le 22 août 1937, Ciano précise que cet écrit est rédigé entre rendez-vous, coups de téléphone, en bref, à de moments de liberté. Volonté de passer à l’histoire, non pas comme simple ministre des Affaires étrangères de l’Italie fasciste mais au travers d’un document rédigé afin de comprendre son temps ? Cela est sans doute plus probable pour un homme qui a une haute idée de lui-même et des fonctions qu’il assume. Il est difficile d’envisager qu’il ait rédigé son Journal sans imaginer (ou souhaiter) qu’il pourrait être, un jour ou l’autre, porté à la connaissance du public. Une vingtaine de jours avant son exécution, Ciano explique en effet, dans une lettre sur laquelle nous reviendrons, que ses notes auraient dû servir au canevas d’un ouvrage de souvenirs.

  • 106 Cette question a été analysée par Duilio Susmel dans Susmel Duilio, Vita sbagliata di Galeazzo Cian (...)
  • 107 Site consulté le 15 mars 2014.

58Composé d’agendas de la Croix-Rouge que Ciano conservait précieusement dans un coffre-fort installé dans un mur de son bureau du palais Chigi, ce document – véritable enjeu politique aussi bien pour Ciano, qui veut le sauver pour la postérité, que pour les autorités nazies, qui comptent s’en emparer et le détruire car jugé compromettant – connaît une histoire digne d’un roman d’espionnage106. Première remarque à formuler : nous ne disposons pas de la partie qui court entre sa nomination aux Affaires étrangères, le 9 juin 1936, et le 22 août 1937. Cette partie du Journal a sans doute été plus informelle que celle qui a été conservée, comme nous le laisse à penser Ciano lui-même dans ses propos du 23 août 1937 : « À partir d’aujourd’hui, j’entends reprendre le Journal avec régularité. » Qu’est-elle devenue ? Selon toute probabilité, elle a été prise par les Allemands. Sur le site Internet Rai Storia, le professeur Mauro Canali explique qu’un officier allemand a témoigné en 1945 avoir remis ces documents au général SS Wilhelm Harster, qui en fit faire des photocopies en double exemplaire envoyées à Berlin et à Vérone. Ces documents auraient pu être détruits dans des conditions non élucidées, encore enfouis dans des archives allemandes ou tombés aux mains des Américains qui les auraient expédiés à Washington107. Le problème est que ces écrits de Ciano restent introuvables à ce jour (en admettant qu’ils soient encore existants). Ils seraient d’une extrême utilité pour l’étude de la politique italienne au début de la guerre d’Espagne et des prodromes de l’Axe. Reste la période allant du 22 août 1937 au 8 février 1943.

  • 108 Sur le passage des carnets de Ciano en Suisse, voir Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit.,(...)
  • 109 Ce qui suit est issu du dossier de l’historien Nicola Caracciolo et du journaliste Filippo Ceccarel (...)

59La partie du Journal comprise entre le 1er janvier 1939 et le 8 février 1943, qui compte cinq agendas, a pu être cachée par Edda Ciano en Suisse le 10 janvier 1944, soit la veille de l’exécution de son mari108. Les Alliés s’intéressent rapidement à ce document109. Le lieutenant-colonel américain Henry H. Cummings, des services du contre-espionnage, rédige un rapport sur le Journal de Ciano daté du 16 août 1944. Selon l’officier américain, la comtesse Carolina Ciano et Zenone Benini, ancien ministre des Travaux publics et proche de Ciano, interné à la prison de Vérone jusqu’au 29 janvier 1944, savent où se trouve le précieux document. Benini paraît convaincu que le Journal a été porté en Suisse par Edda Ciano. Informé, le secrétaire d’État Cordell Hull demande à l’ambassadeur américain à Berne de se procurer une copie microfilmée du Journal, y compris avec l’aide des services secrets. Par un télégramme top secret, Allen Dulles, chef de l’Office of Strategic Services (OSS) en Suisse, informe Washington être parvenu à convaincre la veuve du comte à fournir un copie du Journal afin « de réhabiliter la mémoire de son mari ». Le 8 janvier 1945, les pages du Journal sont photographiées par un photographe du nom de Shacter, sous la supervision de l’agent Tracey Barnes, dans la chambre occupée par Edda Ciano à la clinique de Monthey, dans le Valais, où elle réside alors. L’opération est confirmée par un télégramme top secret de Dulles, le 19 janvier, envoyé à son supérieur Withney Shepardson. D’autre part, Edda Ciano fournit également un courrier rédigé par son mari, sorte de préface à son Journal. Une intrigue persiste néanmoins : l’impossibilité de remettre la main sur les originaux.

  • 110 Née en 1920, Hildegard Burkhart devient journaliste après la Seconde Guerre mondiale sous le nom de (...)

60Les autres volumes, couvrant la période allant d’août 1937 à décembre 1938, tombent aux mains des Allemands au début de de l’année 1944. Felicitas Beetz (de son vrai nom Hildegard Burkhart110), major dans la SS et espionne chargée de surveiller Ciano, emprisonné à Vérone, en gagnant sa confiance, photographie les agendas et envoie le tout en Allemagne. Ces documents disparaissent dans le chaos berlinois de la fin de la guerre mais l’on sait, par ses Mémoires, que Joachim von Ribbentrop en a lu des passages « chez le Führer ». Cette partie du Journal nous est connue par des photocopies effectuées par Felicitas Beetz, cachées dans sa maison berlinoise, et restituées à Edda Ciano en 1947. Le document est publié chez Capelli et aux éditions de Paris l’année suivante. Plusieurs jours manquent pour cette période : du 15 au 18, du 21 au 22 et du 27 au 28 janvier, du 30 au 31 mars, du 25 au 26 juin, du 6 au 9 juillet et du 12 au 13 décembre 1938. L’absence de ces pages n’a pas d’explication claire ni probante. On peut imaginer que Ciano n’a pas tenu son Journal ces jours-là. Si ces pages ont été dissimulées, aucune raison politique n’apparaît particulièrement convaincante pour décider de leur destruction. Ciano et/ou son épouse ont-ils souhaité préserver des intérêts privés ? Aurait-il voulu cacher à la connaissance d’autrui des actions peu recommandables ? Il est fort difficile de trancher.

61L’existence du Journal était connue ou soupçonnée par les contemporains. Ayant sorti les agendas du coffre-fort de son bureau du palais Chigi, Ciano s’en ouvrit à Dino Alfieri :

  • 111 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 274-275.

Voici le plus beau travail de ma vie. C’est une synthèse de l’histoire d’Italie dans cette dernière période, une partie de l’histoire de l’Europe, et un peu celle du monde. […] Ce journal sera publié après ma mort. Les faits sont trop récents, les commentaires trop sincères, les personnes trop ouvertement visées. Ce sont des notes que je devrai revoir à tête reposée. […] Songe un peu à quelle bombe éclaterait si je publiais ce journal dès maintenant ! Mais ce sont mes enfants qui s’en occuperont. Je leur en laisse la charge et ce sera un bel héritage. Dis-moi encore quelle somme, à ton avis, on m’en donnerait actuellement111 ?

62Dans son propre Journal, Goebbels écrit, tout empli de sa haine à l’encontre de Ciano, le 10 août 1943 :

  • 112 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, op. cit., p. 279 et 293.

Ciano a l’intention d’écrire ses Mémoires. Le Führer estime avec raison que ces Mémoires seront dirigés contre nous ; sinon Ciano ne trouverait aucun acheteur sur le marché mondial. […] Il est facile d’imaginer à quoi ressembleront ces Mémoires. Ciano n’a pas un grand talent littéraire ; il ne peut donc espérer un succès littéraire par son style ou par la valeur de ses souvenirs, mais seulement par la recherche du sensationnel. Or, le succès de son livre sera en fonction de la haine qu’il véhiculera contre l’Allemagne. Je suis persuadé qu’il ne faudrait pas plus d’un mois à cette crapule pour organiser, de l’étranger, la plus odieuse campagne de calomnie contre nous. Ciano est l’âme damnée du fascisme et il a causé la ruine de l’Italie112.

  • 113 Ciano Galeazzo, Diario (1937-1943), Rizzoli, coll. « SuperBUR. Saggi » (no 34), Milan, 2000, p. 23.

63La valeur de ce document est qu’il n’a été probablement que peu retouché ultérieurement (éventuellement pendant les quelques mois passés à l’ambassade près le Saint-Siège, mais il faut alors reconnaître que Ciano a laissé bien des aspects qui ne lui sont guère favorables). Même si l’on peut estimer que l’argument n’est pas définitif, Edda Ciano en a toujours attesté la véracité aussi bien dans l’avant-propos de l’édition italienne du Journal que dans son livre de souvenirs : « […] Rien n’a été omis ou altéré. J’ai voulu que ce soit ainsi afin qu’une fois pour toutes la vérité soit dite, en bien ou en mal, et à travers les notes laissées par mon mari, on puisse reconstituer les cinq ans parmi les plus intéressants de l’histoire de l’Italie et du monde113. » Elle précise :

  • 114 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 33.

On a beaucoup épilogué également à leur sujet. Sans en nier l’authenticité, on a raconté qu’ils avaient été retouchés dans le but de blanchir mon mari : c’est faux. Ni lui ni moi n’y avons ajouté ou retranché quoi que ce soit. J’aurais tout aussi bien pu arracher une ou deux pages gênantes pour lui ou pour moi ; je ne l’ai jamais fait, car c’est contraire à mon tempérament. J’ai préféré me taire plutôt que de masquer la vérité, mais aujourd’hui si je parle, c’est pour ne pas tourner autour.
Leur publication a été décidée par mon mari. Il tenait à ce que l’on sût, à l’étranger, ce qui s’était passé pendant les sept ans qu’il avait ministre des Affaires étrangères italien en des périodes qui furent des tournants pour le monde entier. C’est lui-même, d’ailleurs, qui écrivît la préface, dans sa cellule de la prison de Vérone, et qui me la fît parvenir afin qu’aucun doute ne subsistât sur leur contenu et sur ses intentions. En permettant aux Américains de les publier uniquement après la mort de mon père et la fin de la guerre en Europe, je n’ai fait qu’exécuter à la lettre ses instructions et je n’y ai rien changé114.

64La préface à laquelle fait allusion Edda Ciano est une lettre datée du 23 décembre 1943, écrite par Ciano dans sa cellule de Vérone, et que le comte a pu faire sortir clandestinement de sa prison par l’intermédiaire de Felicitas Beetz, devenue une complice des Ciano. Galeazzo Ciano y précise :

  • 115 Ciano Galeazzo, Journal politique. 1939-1943, Neuchâtel, La Baconnière, coll. « Histoire et société (...)

Si ces notes peuvent être publiées un jour, ce sera grâce à la précaution que j’aurais prise de les mettre en sûreté, avant que les Allemands, par un vil guet-apens, se soient emparés de ma personne. Je n’avais pas l’intention, lorsque je rédigeais ces notes hâtives, de les publier telles quelles ; je voulais seulement fixer des événements, des détails, des données qui, un jour, auraient pu me fournir les éléments pour écrire les souvenirs de ma vie, si le Ciel m’avait accordé une vieillesse sereine. Ces notes ne constituent donc pas un livre, mais en quelque sorte la matière première dont il aurait pu être tiré. Peut-être la valeur réelle de ce journal réside-t-elle précisément dans sa forme squelettique, dans cette absence totale de superflu. Les événements y sont reproduits sans retouche ; les impressions relevées sont les premières, donc les plus vraies, puisqu’elles n’ont pas pu être influencées par le sens critique ou par des jugements portés après coup. J’avais l’habitude de noter, au jour le jour, heure après heure, les faits les plus saillants et il se peut qu’on y trouve parfois des répétitions ou des contradictions comme dans la vie elle-même, qui se répète et se contredit souvent115.

65André François-Poncet, juge le Journal authentique et utile pour comprendre la période, tout en méritant une critique historique :

  • 116 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 117-118.

Le Journal politique qu’il a laissé et dont il souhaitait ardemment, dans sa prison, qu’il pût être soustrait aux recherches et publié après sa mort, donne de lui une idée qui me paraît juste. Il s’y peint tel qu’il était, tel que, pour ma part, je l’ai vu. On peut y suivre l’évolution de sa pensée et, notamment, les progrès de nos relations.
On s’est demandé, à ce sujet, quel degré de créance il convenait d’accorder au Journal. Il est possible que certains passages aient été retranchés, des expressions et des jugements atténués. Dans l’ensemble, je ne crois pas qu’il ait été très sensiblement retouché, ni altéré. C’est un document authentique et sincère. Ciano avait sur la table de son bureau ministériel, à portée de sa main, un gros agenda de format commercial. Il y notait ses audiences et, vraisemblablement, le tour qu’elles avaient eu, les réflexions qu’elles lui avaient suggérées. Je l’ai vu le feuilleter et le consulter au cours de nos entretiens. Si cet agenda n’était pas le Journal lui-même, il en fournissait, du moins, la matière. Il ne s’ensuit pas que le Journal doive être tenu pour le reflet exact et fidèle de la vérité. C’est, comme les ouvrages de ce genre, un document tout personnel et subjectif. La réalité n’y est pas toujours rapportée telle qu’elle fut. C’est la réalité interprétée par Ciano, c’est-à-dire plus ou moins édulcorée par son humeur, ses sentiments, ses préjugés. Il est remarquable, par exemple, que l’auteur du Journal ne relate presque jamais ses propres paroles et, cependant, les propos qu’il prête à ses interlocuteurs ne sont, le plus souvent, qu’une réponse à ce qu’il disait lui-même. Les historiens devront donc se servir du Journal, mais avec précaution et en le comparant à d’autres éléments d’information116.

66Ramón Serrano Súñer est plus circonspect à propos du Journal :

  • 117 Quand et dans quelles circonstances ?
  • 118 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 268 et 277-280.

Est-ce que j’entends insinuer par là que bien des professions politiques du Journal me semblent fausses ? Qui saura jamais ce qui se passait dans le for intérieur de Galeazzo ? Que son Journal soit authentique, je veux dire réellement écrit par lui, je n’en doute point. Mais je suis tout aussi convaincu qu’il l’a retouché et corrigé, probablement à l’époque de son ambassade au Vatican. Je n’en veux pas seulement pour preuve les graves contradictions qu’il présente avec ce qu’on sait de sa vie, mais encore la photocopie de l’original, que j’ai vue117, et qui est pleine de ratures et d’additions. Pour juger de ce point sans risquer de se tromper, et cela en vaut la peine, à cause de l’indéniable intérêt historique de ce document, il suffit de se reporter à l’esprit et aux résolutions du fameux coup d’État du Grand Conseil fasciste. Ciano et les conjurés crurent alors que le changement de front contre Mussolini et contre l’Allemagne, en faveur de la monarchie et des Alliés, pouvait s’opérer à leur profit, sans discussions, sans difficultés, sans conséquences fâcheuses pour personne. Dès lors n’était-il pas bon de refaire du passé un récit qui concordât secrètement avec cette volte-face ? Il est malaisé de se prononcer dans un pareil débat. Je crois que Ciano a conçu l’espoir bien légitime de se sauver, et aussi, pourquoi pas ?, de sauver son pays, à une heure où les choses venaient de prendre une face nouvelle. Je suis pour cette version, beaucoup plus que pour celle d’une simulation anticipée, d’une déloyauté préméditée et occulté, comme ce serait le cas si le Journal n’avait pas été révisé. […] Son Journal et sa conduite effective ne se ressemblent point. Il est très clair qu’il s’est servi de ce Journal comme d’une arme politique. […] À coup sûr, en procédant de cette façon, et avec les retouches qu’il y pratiqua a posteriori, il espérait sauver non seulement sa propre existence, mais celle de son pays. Il s’est trompé. Même si le jugement de Vérone n’avait pas eu lieu, n’importe quelle justification de cet ordre eût été au préjudice du ministre italien des Affaires étrangères, et non en sa faveur. Et, au demeurant, on ne juge pas un homme public sur son Journal mais sur sa conduite118.

67Le Journal de Ciano a été utilisé par l’accusation, lors du procès de Nuremberg, en particulier contre Joachim von Ribbentrop. Dans ses Mémoires, écrits dans sa cellule de Nuremberg, Ribbentrop a nié l’historicité et la valeur du Journal de Ciano :

  • 119 Ribbentrop Joachim von, De Londres à Moscou. Mémoires, Grasset, Paris, 1954, p. 223-226.

Il en fut de même du journal rédigé par le comte Ciano, l’ancien ministre des Affaires étrangères italien ; baptisé document P. S. 2989, on s’en servit pour prouver que j’avais participé au complot contre la paix.
En dépit des demandes réitérées de mes défenseurs, l’original de ce journal n’a pas été présenté à Nuremberg. Pourtant, je sais qu’il existait au moins deux carnets rédigés par Ciano ; j’ai vu l’un d’eux, en 1943, chez le Führer. L’original de ce journal ne contenait certainement pas la phrase : « Nous voulons la guerre » que, paraît-il, j’aurais prononcée à Berchtesgaden, devant Ciano, le 12 août 1939 ; en revanche, on y trouverait des réflexions défavorables au Japon que j’aurais faites. À l’époque – 1943 – on procédait à une enquête sur la trahison de Ciano et l’accusé se servait du journal pour exercer un chantage. Il avait fait savoir au Führer qu’une copie était entre les mains d’un de ses amis, l’ambassadeur d’Espagne à Rome, et que celui-ci ferait immédiatement publier le texte si malheur lui arrivait.
Une chose est en tout cas certaine : un journal de Ciano a été falsifié. Il fut impossible de savoir à quel manuscrit correspondaient les photocopies produites à Nuremberg.
De même, il n’est pas sûr que le texte photocopié ait été rédigé de la main de Ciano ; seule l’exactitude de la traduction est attestée mais non l’authenticité du journal. Si les photocopies montrées à Nuremberg sont bien les fac-similés des notes prises par Ciano, cela prouve qu’il ne tenait pas son journal au jour le jour et qu’il le rédigeait de mémoire. C’est ainsi, par exemple, que des notes datées du 3 et du 4 décembre 1941 se réfèrent à des faits nouveaux qui se sont déroulés le 8 du même mois. Or, ce journal devait constituer la preuve que j’avais l’intention et la volonté de pousser l’Allemagne à déclarer la guerre à la Pologne.
Tout porte à croire que Ciano a remanié ultérieurement son texte en le falsifiant lui-même pour se créer un alibi et se poser en partisan de la paix, contrairement aux « fauteurs de guerre » : le Führer et moi. Dans la première version, il est évident qu’il n’avait pas encore ajouté ces passages ; à l’époque, il s’agissait, pour lui, de se constituer une garantie, au cas où, dans son propre pays, il lui arriverait malheur à la suite du double jeu qu’il menait depuis des années. Car il est incontestable que Ciano a toujours eu des contacts avec les ennemis de l’Axe. Son manque de franchise ne facilitait ni les relations personnelles ni les rapports de service. La manière dont, en juillet 1943, il trahît son beau-père dépeint le personnage. Le Duce m’a dit que son gendre l’avait trompé, plus que tout autre, et cela pendant des années ; responsable de la corruption du parti fasciste, il avait été l’instrument de sa désagrégation.
Dans la version présentée à Nuremberg, la façon dont sont rapportés les entretiens que j’ai eus avec Ciano, à Berchtesgaden, les 12 et 13 août 1939, est contraire à la vérité. Après le conflit qui porta le nom de « grève des douaniers du territoire de Dantzig », le Führer m’avait chargé d’expliquer à Ciano la gravité de la tension germano-polonaise ; le Führer ne supportait pas, à la longue, les provocations polonaises et il était nécessaire que la Pologne définît son attitude à l’égard de l’Allemagne.
Un arrangement avec la Russie était déjà du domaine du possible le 12 août 1939. Le fait que l’Italie, dont la position internationale était encore très forte, fut, sous la conduite de Mussolini, une alliée sûre, l’amitié du Japon, et la perspective d’un rapprochement germano-russe, tout cela permettait d’espérer que la Pologne consentirait à négocier et qu’elle accepterait de régler à l’amiable le litige germano-polonais. L’important était de faire comprendre à la Grande-Bretagne que le Führer était décidé à s’entendre avec la Pologne.
Il était de notre intérêt de persuader Ciano que la décision du Führer était irrévocable afin qu’il en informât Mussolini, compte tenu de l’indiscrétion notoire de la cour et des milieux gouvernementaux italiens si Hitler avait paru irrésolu, les gouvernements de Londres et de Varsovie en auraient été immédiatement avertis par des indiscrétions et le règlement diplomatique du litige germano-polonais eût été rendu impossible. En conséquence, le Führer m’avait donné des instructions strictes ; Ciano ne devait avoir aucune illusion. Cependant, jamais je n’ai prononcé la phrase : « Nous voulons la guerre. » Chose caractéristique, ces mots ne figurent que dans la préface de l’exemplaire du journal produit à Nuremberg. Il s’agit donc, sans aucun doute, d’une adjonction postérieure. Peut-être même n’est-elle pas de Ciano.
Je me souviens parfaitement de ce que j’ai dit à Ciano à cette occasion : le Führer était excédé des provocations polonaises, la Pologne devait prendre ses responsabilités et il fallait que Dantzig fût rattaché à l’Allemagne. Nos propositions étaient raisonnables mais la situation était d’autant plus grave que les Polonais entendaient nous mettre, à Dantzig, devant le fait accompli. Le Führer était donc résolu à régler la question polonaise d’une manière ou d’une autre. Je devais faire comprendre à Ciano, avant ses conversations avec Hitler et à la demande de ce dernier, que la situation était grave ; après son entretien avec Hitler, je priai Ciano de renoncer à la publication d’un communiqué et je lui dis que j’espérais trouver une solution diplomatique, en raison précisément de l’attitude résolue du Führer.
Ciano était visiblement mécontent de ce que le Führer lui avait dit ; cependant, il ne fit aucune objection et se contenta de déclarer que, si un conflit éclatait, l’Italie ne serait pas prête. Je dus, non sans répugnance, insister auprès de Ciano pour que l’Italie nous donnât une nouvelle preuve d’amitié ; déjà, à deux reprises, Mussolini s’était rangé aux côtés de l’Allemagne, lors de l’affaire autrichienne, puis à l’occasion de la crise sudète.
Ciano prétend que j’avais « mauvaise conscience » parce que, trop souvent, j’avais « menti » en lui exposant les intentions allemandes ; ce jour-là, j’aurais été embarrassé pour « lui expliquer ce que je préparais ». Ce reproche est mal fondé et je n’ai jamais caché à Ciano la gravité de la situation ; je lui ai sans cesse réaffirmé le désir qu’avait l’Allemagne de résoudre pacifiquement le litige. Ce que Ciano ne dit pas c’est que, depuis le mois de mars 1939, il était parfaitement au courant de la détérioration des relations germano-polonaises et qu’il n’ignorait pas les déclarations faites par les deux partis : un fait accompli, à Dantzig, serait un casus belli.
Un épisode caractéristique marqua le départ de Ciano. Il m’avait invité à venir chasser le canard sauvage en Albanie ; sur le quai de la gare, je lui répondis que j’accepterais volontiers son invitation pour l’automne prochain. Ciano me dit : « Croyez-vous que nous en aurons encore le temps ? Si j’en juge par ce que le Führer m’a révélé, je crains fort qu’à ce moment-là on tirera autre chose que des canards ! » Je lui répondis avec confiance : « Si tout se passe comme je le souhaite, nous chasserons nos canards ! »
L’ouvrage de propagande de l’ambassadeur sir Neville Henderson et le journal falsifié du comte Ciano ont fait figure de « documents » à Nuremberg. Ils n’ont certainement convaincu personne mais ils ont servi de « preuves » contre moi119.

68Sur cette période du mois d’août 1939, le témoignage du traducteur Paul Schmidt tend à corroborer les sentiments de Ciano à propos de la rencontre avec Ribbentrop du 11 août 1939 :

  • 120 Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 198.

Ciano essaya de s’acquitter de sa mission. Il parla avec une application d’ange, mit en garde, calma, et souligna les faiblesses de l’Italie. Rien n’y fit. Ribbentrop se trouvait dans un état d’excitation presque pathologique, comme un chien de chasse attendant d’être impatiemment lancé par son maître sur le gibier. Il se livra à des attaques contre l’Angleterre, la France et la Pologne, fit des déclarations ridicules sur la force allemande et se montra absolument intraitable120.

  • 121 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 524.
  • 122 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 130-131.

69Le Journal tenu par Dino Grandi corrobore également les dires de Ciano. Les deux hommes se rencontrent le 15 août, à la station balnéaire de Castel Fusano. Ciano raconte à Grandi que Ribbentrop lui a affirmé que l’Allemagne entrerait en guerre afin de régler, non pas le seul problème de Dantzig, mais l’ensemble de la question polonaise entre le 15 et le 30 août121. Un autre dignitaire allemand à ne pas croire en l’authenticité du Journal est le colonel Eugen Dollmann. Celui qui a servi de traducteur lors de rencontres entre dirigeants italiens et allemands est prisonnier à Rome à l’automne 1945. Il raconte avoir reçu dans sa cellule la visite du major Bridge, officier de l’Intelligent Service britannique. Ce dernier lui demande de lire un document que Dollmann comprend être le Journal du comte Ciano. Le Britannique revient une quinzaine de jours après et demande à Dollmann ce qu’il pense du document. « Tout non-initié trouvera ces papiers authentiques mais ceux qui ont connu Ciano s’apercevront vite qu’il s’agit d’une imitation magistrale », lui répond-il. La théorie avancée par Dollmann est que les services britanniques ont utilisé les papiers de Ciano afin de fabriquer le Journal122. Autant dire qu’il est le seul à le penser.

70Ciano ne se livre que peu sur le plan de la vie privée. La naissance de son fils Marzio, le 18 décembre 1937, est notée d’une phrase sèche. Par contre, le décès de son père Costanzo, le 27 juin 1939, et celui de sa sœur Maria, le 22 octobre suivant, valent au lecteur du Journal quelques pages où s’exprime le chagrin de Galeazzo Ciano. Le document est important pour connaître les arcanes de la politique internationale, observées par le ministre des Affaires étrangères de l’Italie fasciste. Si la perte des 13 premiers mois du Journal ne nous permet pas de connaître les débuts de l’engrenage dans la guerre civile espagnole ou les premiers pas de l’Axe, le document nous précise les relations avec les puissances de l’Europe danubienne, en particulier avec la Hongrie, les aléas des relations italo-britanniques qui conduisent aux accords de Pâques signés en avril 1938, des relations italo-françaises souvent marquées par des tensions, tout particulièrement durant l’hiver 1938-1939, la politique amenant à l’annexion de l’Albanie en avril 1939. Le Journal est également capital pour comprendre les relations italo-allemandes. De ce point de vue, il y a dans la pensée de Ciano un avant et un après à la crise germano-polonaise de l’été 1939. Le ministre italien des Affaires étrangères est un promoteur du rapprochement avec l’Allemagne nazie et il n’hésite pas à favoriser le remplacement de l’ambassadeur von Hassell, jugé hostile à cette politique, par l’ambassadeur Mackensen en février 1938. Le coup de Prague du 15 mars 1939 est perçu comme un premier accroc à cette politique favorable et Ciano ne cache pas que le pacte d’Acier, qu’il signe à Berlin le 22 mai 1939, peut être lourd de conséquences. Du moins, pense-t-il à ce moment-là, sur la foi de promesses verbales allemandes, que la guerre n’éclatera pas avant 1942, ou mieux, en 1943. Moins de trois mois après la signature de l’alliance germano-italienne, la crise entre l’Allemagne et la Pologne à propos de Dantzig permet au Reich de jeter le masque. La guerre est pour très bientôt et il s’agit pour Ciano d’en éviter les conséquences à l’Italie. On suit les hésitations du Duce pendant les journées qui précèdent la catastrophe. La non-belligérance italienne est le succès de Ciano, mais n’en faisons pas un pacifiste. Le comte aurait sans doute accepté le risque d’un conflit afin d’appliquer le programme impérial que Mussolini annonce lors de la réunion du Grand Conseil du 4 février 1939, mais pas dans la précipitation de l’été qui suit. La guerre est moins une question de principe qu’une question de timing. Elle est au cœur des contradictions de Galeazzo Ciano à partir de septembre 1939. Il souhaite indéniablement préserver l’Italie des affres du conflit auquel elle n’est pas préparée, mais il ne quitte pas son ministère au moment où, dans le contexte du désastre de mai-juin 1940 pour les Alliés, et particulièrement pour la France, son beau-père fait le choix d’impliquer l’Italie dans une guerre que l’on croit alors relativement courte. Il porte une responsabilité dans le déclenchement de la guerre contre la Grèce, le 28 octobre 1940, et ne réagit pas contre la formidable expansion du conflit que représentent la participation du pays à la « croisade antibolchevique » contre l’Union soviétique, puis la déclaration de guerre aux États-Unis le 11 décembre 1941. C’est pourtant dans ces moments-là que transpirent son mépris envers Ribbentrop et sa haine envers le général, puis maréchal, Ugo Cavallero, chef d’État-Major général en décembre 1940 et accusé d’être le valet des Allemands. La mauvaise entente entre Ciano et Ribbentrop a été analysée par Dino Grandi, observateur privilégié depuis son ambassade de Berlin où il est nommé en avril 1940 :

  • 123 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 159.

[…] Il y avait une profonde différence de tempérament. Ciano était intelligent, vif, intuitif, assez cultivé, spontané, changeant, généreux. Ribbentrop était froid, compassé, méthodique, extrêmement vaniteux, ignorant, soupçonneux. Tous deux beaux hommes et ambitieux. Ciano, qui était le plus jeune par l’âge, mais plus ancien comme ministre des Affaires étrangères, supportait mal la morgue croissante de son collègue, et tout en observant extérieurement une parfaite correction, le gratifiait dans l’intimité des titres les plus blessants : l’antipathie était profonde. En un mot, les ministres se détestaient123.

71Le Journal de Ciano est également un document de premier plan pour saisir la politique intérieure du régime fasciste et son évolution. Outre le rôle du Duce, tantôt péremptoire et cassant, tantôt hésitant et peu perspicace, mais toujours au centre du jeu politique malgré un état de santé qui se dégrade nettement à partir de l’automne 1942, le Journal permet de saisir les relations avec l’institution monarchique, le roi Victor-Emmanuel III, le prince héritier Humbert, mais également l’Église et les accès anticléricaux de Mussolini tout particulièrement, mais pas uniquement, lorsque le pape Pie XI fait connaître son opposition aux lois antisémites. Ne déclare-t-il pas, le 22 août 1938, que « si le pape continue à parler, je gratterai la croûte des Italiens et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, je les ferai redevenir anticléricaux » ? Les notes de Ciano nous renseignent aussi sur la crise de direction qui affaiblit le Parti national fasciste à la suite de la disgrâce d’Achille Starace, le 31 octobre 1939, après huit années de fidèles services aux côtes du Duce. Le comte insiste sur les insuffisances de ses successeurs, d’Ettore Muti, que Ciano a pourtant contribué à faire nommer, à Aldo Vidussoni, sans aucune envergure et dont la seule qualité semble avoir été la jeunesse. La nocivité du clan Petacci transparaît également par la position privilégiée qu’occupe Claretta, maîtresse du Duce, qui, si elle ne joue pas de rôle politique, sait faire profiter ses familiers de la proximité du pouvoir. Ainsi, le Journal est une radiographie du fonctionnement politique de l’Italie fasciste.

  • 124 Ciano Galeazzo, Journal politique. 1937-1938, Les Éditions de Paris, Paris, 1949 [trad. de Jean Imb (...)
  • 125 Ciano Galeazzo, Journal (1939-1943), Payot & Rivages, Paris, 2013.

72Une première édition incomplète paraît aux États-Unis en 1945. Une édition italienne sort chez Rizzoli et une édition en langue française à Neuchâtel chez La Baconnière, toutes deux en 1946. Depuis la fin des années 1940, le public francophone a à sa disposition une belle publication du Journal de Ciano en deux volumes dont il convient de souligner l’apport124. Les éditions Payot ont republié la partie allant de janvier 1939 à février 1943 avec une préface du professeur Pierre Milza125. D’autre part, les éditions Perrin ont récemment édité une version récente du Journal confiée aux soins d’Emmanuel Mattiato. Virginie Czerniak, directrice scientifique des Presses universitaires du Midi, et Bertrand Vayssière, directeur de la collection « Tempus », ont décidé d’en proposer une autre édition intégrale, en deux volumes, dans une nouvelle traduction. Qu’ils en soient vivement remerciés. Cette traduction repose sur le texte italien publié par les éditions Rizzoli en 1990 sous l’égide de Renzo De Felice. L’appareil critique, déjà existant dans les premières éditions, a été notablement renforcé et doit permettre au lecteur de saisir les allusions, le contexte politique et militaire, de prendre connaissance des personnages cités. Nous avons souhaité, autant que possible, croiser les écrits de Ciano avec les Mémoires d’autres acteurs de la période ainsi qu’avec les archives diplomatiques italiennes, françaises, britanniques, allemandes, américaines. Puisse cette publication aider à une plus grande compréhension de cette période cruciale de l’histoire de l’Europe et du monde.

Notes

1 L’Institut Luce conserve des clichés datés du 4 janvier 1937, qui montrent Ciano et l’artiste posant devant le buste du premier. En 1940 est également inaugurée une statue de Costanzo Ciano, le père de Galeazzo, au Museo Tecnico Navale de La Spezia. Voir le site internet Mediateca Roma (www.mediatecaroma.it).

2 Un caméraman amateur a filmé l’exécution du comte Ciano. Celle-ci a été décrite, entre autres, par Maurice Vaussard dans Vaussard Maurice, « L’exécution du comte Ciano », Miroir de l’histoire, no 24, 1952.

3 Pour une biographie de Galeazzo Ciano, on peut se reporter à quatre travaux : Susmel Duilio, Vita sbagliata di Galeazzo Ciano, Addo Palazzi, Milan, 1962 ; Guerri Giordano Bruno, Galeazzo Ciano. Una vita 1903/1944, Bompiani, coll. « Saggi Bompiani », Milan, 1979 [dernière éd. revue et corrigée, Mondadori, coll. « Oscar storia », Milan, 2001] ; Moseley Ray, Mussolini’s Shadow : The Double Life of Count Galeazzo Ciano, Yale University Press, New Haven, 2000 [trad. italienne Ciano. L’ombra di Mussolini, Mondadori, coll. « Le scie », Milan, 2000] ; Ostenc Michel, Ciano. Un conservateur face à Hitler et Mussolini. Biographie, Le Rocher, coll. « Démocratie ou totalitarisme », Monaco / Paris, 2007 [dernière éd. Ciano. Le gendre de Mussolini, Perrin, coll. « Tempus » (no 542), Paris, 2014]. Plus superficielles sont celles de Mourin Maxime, Ciano contre Mussolini, Hachette, Paris, 1960 et de Innocenti Marco, Ciano. Il fascista che sfidò Hitler, Mursia, coll. « Collana testimonianze fra cronaca e storia », Milan, 2013. Une belle synthèse a été fournie en 1981 par Santomassimo Gianpasquale, « Galeazzo Ciano », dans Dizionario biografico degli Italiani, Istituto della enciclopedia italiana, vol. 25, Rome, 1981.

4 Les détails de leur rencontre sont racontés par Edda Ciano dans Ciano Edda, Témoignage pour un homme, Stock, Paris, 1975, p. 65-73.

5 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, Fasquelle, Paris, 1958, p. 119.

6 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XI (5 settembre 1931 – 31 marzo 1932), La libreria dello Stato / Istituto poligrafico dello Stato, Rome, 1981, doc. no 17, p. 41.

7 Ibid., doc. no 639, p. 693.

8 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XII (1 aprile – 31 dicembre 1932), Libreria dello Stato / Istituto poligrafica dello Stato, Rome, 1987, doc. no 441, p. 558.

9 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 129.

10 I documenti diplomatici italiani, settima serie (1922-1935), vol. XIII (1 gennaio – 15 luglio 1933), Libreria dello Stato / Istituto poligrafica dello Stato, Rome, 1989, doc. no 883, p. 922.

11 Philip V. Cannistraro a établi un bilan de Ciano à la tête de ce ministère dans Cannistraro Philip V., La fabbrica del consenso. Fascismo e mass media, Laterza, coll. « Tempi nuovi », Rome / Bari, 1975.

12 Allusion aux hiérarques fascistes encore absents sur le front éthiopien.

13 Bottai Giuseppe, Diario. 1935-1944, Biblioteca universale Rizzoli, coll. « Saggi », Milan, 2001, p. 59-61.

14 Ibid., p. 78-79 et 89.

15 Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres. Ni le pacte, ni la guerre, Nouvelles Éditions Latines, Paris, 1979, p. 113.

16 Ibid., p. 89.

17 Aloisi Benedetto, Journal (25 juillet 1932 – 14 juin 1936), Plon, Paris, 1957, p. 136-137.

18 En fait le 11 juin.

19 Grandi Dino, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Il Mulino, coll. « Storia-memoria », Bologne, 1985, p. 409.

20 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 117.

21 Mussolini Rachele, Le Duce, mon mari, op. cit., p. 182-183.

22 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar. Notes et réflexions sur la politique espagnole depuis 1936, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », Genève, 1947, p. 274.

23 Horty Miklós, Mémoires de l’amiral Horthy. Régent de Hongrie, Hachette, coll. « Récits et Souvenirs », Paris, 1954, p. 153.

24 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 281.

25 Blondel Jules-François, Ce que mes yeux ont vu de 1900 à 1950. Récit d’un diplomate, Imprimerie centrale de l’Artois, Arras, 1950, p. 109.

26 Gafenco Grégoire, Derniers jours de l’Europe. Un voyage diplomatique en 1939, Librairie universelle de France / Egloff, Paris / Fribourg, 1946, p. 174-175.

27 Directeur du journal officiel du régime, Il Popolo d’Italia, Arnaldo Mussolini est mort le 21 décembre 1931.

28 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face. Rome-Berlin 1939-1943, Le Cheval ailé, coll. « Bibliothèque du Cheval ailé », Genève / Paris, 1948, p. 265-266.

29 Cette attitude est également attestée par André François-Poncet, ambassadeur de France à Rome. Dans François-Poncet André, Au palais Farnèse. Souvenirs d’une ambassade à Rome. 1938-1940, Librairie Arthème Fayard, coll. « Les Quarante » (no 14), Paris, 1961, p. 18.

30 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 268.

31 Sur cette affaire, voir Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, Calmann-Lévy, Paris, 1949, p. 137-138.

32 Ibid., p. 269.

33 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 268.

34 Ibid., p. 274.

35 Ibid., p. 113.

36 Goebbels Joseph, Journal. 1933-1939, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2007, p. 375.

37 Ibid., p. 568. Madame Attolico est l’épouse de l’ambassadeur d’Italie à Berlin.

38 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 116-117.

39 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 419.

40 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 14-15.

41 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 419.

42 Eden Anthony, The Eden Memoirs. Facing the Dictators, Cassell, Londres, 1962, p. 449.

43 Guariglia Raffaele, La Diplomatie difficile. Mémoires. 1922-1946, Plon, Paris, 1955, p. 70.

44 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 422.

45 Ibid., p. 423.

46 Ibid., p. 427.

47 Grandi Dino, 25 luglio 1943, Il Mulino, Bologne, 1983, p. 163.

48 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 120.

49 Badoglio Pietro, L’Italia nella seconda guerra mondiale. Memorie e documenti, Mondadori, Milan, 1946, p. 20.

50 Schmidt Paul, Sur la scène internationale. Ma figuration auprès de Hitler. 1933-1945, Plon, Paris, 1950, p. 197.

51 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 508.

52 Le général Giuseppe Valle est chef d’état-major de l’aviation du 22 mars 1934 au 10 novembre 1939.

53 L’amiral Domenico Cavagnari est chef d’état-major de la marine du 1er juin 1934 au 11 décembre 1940.

54 Le général Alberto Pariani est chef d’état-major de l’armée de terre du 7 octobre 1936 au 3 novembre 1939.

55 Achille Starace est secrétaire général du parti fasciste du 7 décembre 1931 au 31 octobre 1939.

56 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 154-155.

57 Voir l’entrée du Journal au 31 août 1939, page 312 du présent volume.

58 Heiber Helmut (dir.), Hitler parle à ses généraux, Perrin, coll. « Tempus » (no 490), Paris, 2013, p. 132-133.

59 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe. Du Capitole à la Roche tarpéienne, Presses de la Cité, Paris, 1957, p. 179. Né en 1900, Eugen Dollmann, colonel de la Schutzstaffel (SS) par la grâce d’Himmler, est nommé à l’ambassade de Rome en 1938. Spécialiste d’histoire de l’art et particulièrement des Farnèse, il est bien introduit dans les milieux romains.

60 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 24.

61 Churchill Winston, La Deuxième Guerre mondiale. I : L’orage approche. 2 : La « drôle de guerre ». 3 septembre 1939 – 10 mai 1940, Plon, Paris, 1948, p. 161.

62 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 178.

63 Ibid., p. 181.

64 Ibid., p. 181-182.

65 François-Poncet André, Souvenirs d’une ambassade à Berlin. Septembre 1931 – octobre 1938, Flammarion, Paris, 1946, p. 311. On peut avancer la date du 27 avril 1940 grâce à une lettre datée de ce jour et envoyée par François-Poncet au président du Conseil, Paul Reynaud, dans laquelle l’ambassadeur écrit : « Ciano confirme ingénument que l’attitude finale de son pays dépendra des chances finales de victoire ou de défaite. » Dans Reynaud Paul, La France a sauvé l’Europe. II, Flammarion, Paris, 1947, p. 196, note 3.

66 Ibid., p. 187.

67 Ibid., p. 188.

68 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, France-Empire, Paris, 1965, p. 121.

69 Goebbels Joseph, Journal. 1939-1942, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2009, p. 221.

70 Ibid., p. 271.

71 Ibid., p. 626.

72 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, Tallandier, coll. « Archives contemporaines », Paris, 2009, p. 275 et 279.

73 Ibid., p. 378.

74 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 14. L’ambassadeur date par erreur cette entrevue du 10 novembre.

75 1939.

76 Ibid., p. 112-116.

77 Malaparte Curzio, Kaputt, Gallimard, coll. « Folio » (no 237), Paris, 2011 [1re éd. française Denoël, coll. « Ailleurs », Paris, 1946], p. 446.

78 Kadaré Ismail, « Le chevalier au faucon », dans L’Envol du migrateur. Trois microromans, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » (no 3381), Paris, 2003, p. 10.

79 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 121-122.

80 Dollmann Eugen, La Vie secrète de l’Axe, op. cit., p. 127.

81 Anfuso Filippo, Du palais de Venise au lac de Garde, op. cit., p. 24.

82 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie. 1939-1943, Robert Laffont, coll. « Pavillons », Paris, 1947, p. 174.

83 Cinéma berlinois.

84 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 133.

85 Stoyadinovitch Milan, La Yougoslavie entre les deux guerres, op. cit., p. 153.

86 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 87.

87 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 241.

88 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 107.

89 Ibid., p. 113.

90 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 167.

91 Ibid., p. 279.

92 Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 234.

93 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 60.

94 Ibid., p. 108-109.

95 Ibid., p. 272.

96 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 150.

97 Simoni Leonardo, Berlin, ambassade d’Italie, op. cit., p. 179.

98 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 267.

99 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 95.

100 Ibid., p. 172-173.

101 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 410-411.

102 Aloisi Benedetto, Journal (25 juillet 1932 – 14 juin 1936), op. cit., p. ix.

103 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 239.

104 Ibid., p. 244 et 482.

105 Bottai Giuseppe, Diario, op. cit., p. 142.

106 Cette question a été analysée par Duilio Susmel dans Susmel Duilio, Vita sbagliata di Galeazzo Ciano, op. cit., p. 76-79 et 370-376, par Giordano Bruno Guerri dans Guerri Giordano Bruno, Galeazzo Ciano, op. cit, p. 182-186 et par Renzo De Felice dans sa préface du Diario chez Rizzoli (Milan) pour l’édition de 1990.

107 Site consulté le 15 mars 2014.

108 Sur le passage des carnets de Ciano en Suisse, voir Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 272-280.

109 Ce qui suit est issu du dossier de l’historien Nicola Caracciolo et du journaliste Filippo Ceccarelli publié le 13 février 2011 dans le numéro 313 de La domenica di Repubblica et des reproductions d’archives britanniques et américaines effectuées entre 2004 et 2010 pour le centre d’archives de Partinico, près de Palerme, par l’historien Giuseppe Casarrubea et dont il fait une synthèse sur son site, consulté le 9 février 2014. Celui-ci, avec Mario José Cereghino, fournit une ample présentation des péripéties liées au Journal de Ciano dans l’édition du Diario publiée chez Castelvecchi en 2014.

110 Née en 1920, Hildegard Burkhart devient journaliste après la Seconde Guerre mondiale sous le nom de Hilde Purwin pour le journal Neue Ruhr Zeitung. Elle meurt en 2010.

111 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 274-275.

112 Goebbels Joseph, Journal. 1943-1945, op. cit., p. 279 et 293.

113 Ciano Galeazzo, Diario (1937-1943), Rizzoli, coll. « SuperBUR. Saggi » (no 34), Milan, 2000, p. 23.

114 Ciano Edda, Témoignage pour un homme, op. cit., p. 33.

115 Ciano Galeazzo, Journal politique. 1939-1943, Neuchâtel, La Baconnière, coll. « Histoire et société d’aujourd’hui », 1946, p. 9.

116 François-Poncet André, Au palais Farnèse, op. cit., p. 117-118.

117 Quand et dans quelles circonstances ?

118 Serrano Súñer Ramón, Entre les Pyrénées et Gibraltar, op. cit., p. 268 et 277-280.

119 Ribbentrop Joachim von, De Londres à Moscou. Mémoires, Grasset, Paris, 1954, p. 223-226.

120 Schmidt Paul, Sur la scène internationale, op. cit., p. 198.

121 Grandi Dino, Il mio paese, op. cit., p. 524.

122 Dollmann Eugen, J’étais l’interprète de Hitler et de Mussolini, op. cit., p. 130-131.

123 Alfieri Dino, Deux dictateurs face à face, op. cit., p. 159.

124 Ciano Galeazzo, Journal politique. 1937-1938, Les Éditions de Paris, Paris, 1949 [trad. de Jean Imbert et André Maugé] ; Ciano Galeazzo, Journal politique. 1939-1943, op. cit. [trad. de Suzanne et Sven Stelling-Michaud].

125 Ciano Galeazzo, Journal (1939-1943), Payot & Rivages, Paris, 2013.

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540