Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu-s et démocratie au Japon

 | 
Christian Galan
, 
Jean-Pierre Giraud

Démocratie

Alors la surface de la terre elle aussi deviendra le ciel…

Individus, droits et démocratie chez Miyazawa Kenji

Yves-Marie Allioux

Texte intégral

1Afin de réfléchir, à travers la littérature japonaise, sur un thème aussi vaste et crucial pour notre temps qu'« Individus, droits et démocratie », l'œuvre et la personnalité de Miyazawa Kenji (1896-1933) pourraient peut-être nous fournir un point de départ relativement pertinent.

  • 1 Cité dans l'article de Sugiura Shizuka, « Miyazawa Kenji to Rônôtô (Miyazawa Kenji et le Parti des (...)

2Rappelons tout d'abord que cet écrivain a vécu à une époque charnière du Japon moderne, époque qu'il reflète, mais domine de façon significative dans ses propres évolutions ou contradictions. Né en 1896, la même année qu'André Breton (1896-1966), il aura connu dans son enfance la guerre avec la Russie, l'impérialisme et l'autoritarisme de la fin de l'ère Meiji (1868-1912). Puis bénéficié, si l'on ose dire, pour les années décisives de sa formation et les débuts de sa vie active, du relatif climat libéral de ce qu'il est convenu de nommer la « démocratie de Taishô », période recouvrant en effet plus ou moins les années de l'ère Taishô qui court de 1912 à 1925. Mais, mort le 21 septembre 1933, et même s'il aura pu lui-même, lors de tracasseries policières, ressentir la suspicion généralisée contre ce qu'on appelait alors les « pensées dangereuses » ; même s'il aura pu être le témoin des premières grandes répressions politiques et intellectuelles, il n'aura pas connu les heures les plus sombres de l'ère Shôwa (1926-1989). On ne saura par conséquent jamais dans quel sens aurait évolué sa pensée et son action dans la marche inexorable du Japon vers la catastrophe. On ne saura jamais non plus si le découragement progressif qui l'a saisi devant les obstacles de toute nature qu'il a rencontrés dès lors qu'il s'est mêlé de vouloir changer la vie, l'aurait conduit à un repli définitif, un « retour » comme il l'a dit lui-même, à l'intérieur de sa foi bouddhique1.

  • 2 Notamment aux éditions Intertextes, Criterion, Noël Blandin, Le Serpent à Plumes, L'Harmattan, Phi (...)

3Est-il besoin de rappeler aussi que Miyazawa Kenji compte parmi les écrivains les plus connus au Japon, ne serait-ce que grâce à ses contes. Contes que l'on aurait tort évidemment de classer trop vite dans le genre de la littérature adolescente ou enfantine, mais qui n'en servent pas moins encore, sauf à vérifier les données pédagogiques les plus récentes, de textes de lecture à l'école primaire ou au collège. Contes qui lui ont également assuré une notoriété internationale certaine, y compris dans notre pays où la plupart ont été traduits, et même retraduits2. Or, il faut ajouter que, depuis la célébration quasi nationale du centenaire de sa naissance, en 1996, cet auteur a joui par ailleurs dans son propre pays d'un regain d'intérêt considérable, tant au niveau des recherches universitaires qu'à celui des études destinées au grand public, sortant d'une certaine manière du statut quelque peu mineur qu'il avait conservé par rapport aux grands écrivains de la fin du xixe siècle et du début du xxe tels que Natsume Sôseki (1867-1916), Mori Ôgai (1862-1922), Nagai Kafû (1879-1959) ou Akutagawa Ryûnosuke (1892-1927). Cette marginalité relative s'explique sans doute par le fait qu'il n'a pas écrit de véritable roman ni d'essais majeurs, que son œuvre poétique, étonnante, prolifique, mêlant notamment vocabulaires scientifique, bouddhique, dialectal, reste d'un abord parfois difficile, et demeure, en tout cas, unique en son genre. Mais plus important encore ici pour définir la singularité de Miyazawa Kenji est le fait qu'incapable de s'accoutumer à la civilisation citadine centrale, il s'est ancré de plus en plus profondément dans sa province natale, la région alors déshéritée du Tôhoku, le Nord-Est japonais.

  • 3 Voir sur ce point en français la thèse de Brice Fauconnier soutenue en décembre 2012 à l'Inalco et (...)

4C'est d'ailleurs ce décentrement qui le rend particulièrement intéressant pour notre sujet, et sans doute aussi plus proche de notre époque que beaucoup d'écrivains censés avoir été plus modernes, ou, dans un autre sens, plus japonais. Si, en effet, la multiplicité étonnante de ses appartenances reflète bien, d'un côté, les contradictions idéologiques et les luttes politiques qui, en son temps, se sont jouées au niveau national3, les dépassements qu'il suggère à travers les multiples facettes de ses écrits semblent, eux, nettement décalés. Et ce décalage est sans doute dû autant à l'universalité cosmique intrinsèque de sa foi bouddhique qu'à son enracinement non moins profond dans la nature, l'environnement et les traditions culturelles de son pays natal. Sa pensée comme son action ont largement échappé, en effet, à cet éternel retour des phases d'adoption et de rejet des modernités occidentales dans lequel semble s'être enfermée l'histoire du Japon moderne, vue à partir du centre, ou, du moins, à partir des historiens du centre. Et si, à première vue, la pensée et l'action de Miyazawa Kenji n'échappent pas aux dichotomies qui ont marqué son époque : tradition/modernité, âme japonaise/cosmopolitisme, démocratie parlementaire/totalitarisme, socialisme « scientifique « /anarchosyndicalisme, elles ne s'y résument ni ne s'y résolvent non plus.

  • 4 Pour la corruption électorale, voir notamment le poème « Senkyo (Élections) », in Miyazawa Kenji, (...)

5Comment comprendre, en tout cas, que le même homme qui s'affilie très tôt, en 1914, à un groupement ultranationaliste activiste dans la mouvance de la secte patriotique bouddhique Nichiren, la Société du pilier du pays (Kokuchûkai), fondée en 1884 par Tanaka Chigaku (1861-1939), et qui y reste formellement fidèle jusqu'à la fin de ses jours, ait par ailleurs aidé localement en sous-main, lors des premières élections au suffrage universel masculin de 1928, l'éphémère, car rapidement interdit, Parti des travailleurs et paysans (Rônôtô), groupement de masse émanant d'un parti communiste illégal ? Comment rendre compte du fait que ce propagandiste zélé du sutra du Lotus de la Bonne Loi (Ho(k)kekyô) ne se montre jamais prosélyte dans ses écrits, mais y fasse au contraire le plus souvent preuve d'humour et d'esprit satirique, d'un détachement empreint néanmoins de tendresse ? Comment admettre que sur son lit de malade à la fin de sa vie, épuisé, s'il utilise pour la première fois la langue littéraire classique dans ses poèmes, c'est pour mieux dénoncer avec la vigueur que lui prête cette langue canonique la corruption électorale, ou le triste sort réservé aux ouvriers coréens. Ces ouvriers déplacés de force au Japon, ces ouvriers que de façon provocatrice il n'hésite pas à voir et nommer en tant que Coréens, les reliant à l'ancienne et glorieuse dynastie Goryeo (918-1392), alors qu'officiellement, depuis la colonisation-assimilation de 1910, ils n'ont plus qu'une histoire, celle de l'Empire japonais, dont désormais ils ne peuvent plus être que les sujets4 ? Comment comprendre enfin qu'à la veille de mourir cet ardent défenseur de l'esperanto se mette à écrire des haïkus, lui qui par ailleurs avait privilégié le tanka dans sa scolarité ? Qu'il collectionne les ukiyo-e tout en faisant connaître la peinture et la musique occidentales à ses élèves ou aux jeunes paysans de son pays natal ? Qu'il ait finalement renoncé, en tant qu'ingénieur agronome, à une expérience de cinq années d'enseignement relativement bien payées, pour privilégier l'action directe bénévole en créant une association paysanne à vocation d'entraide et d'éducation artistique ou culturelle tout en ouvrant dans les villages des alentours de nombreux bureaux de consultation pour le choix des engrais ? Comment enfin justifier le fait qu'après sa mort, il ait été tour à tour sanctifié par les ultranationalistes d'avant-guerre, puis par les thuriféraires (souvent les mêmes) de la démocratie d'après-guerre, ainsi que par les socialistes ?

  • 5 La coutume japonaise veut que l'on appelle souvent un artiste ou un écrivain par son seul prénom p (...)
  • 6 Cité par Hara S., op. cit. p. 49. Le mot japonais pour « manque de tenue » est hôshi. Nous aurions (...)
  • 7 Cf. Œuvres complètes, op. cit., tome 10, p. 18. Toutes les traductions apparaissant dans cet artic (...)

6Le fait central qui dépasse toutes ces contradictions, en réalité, c'est qu'au contact des paysans du Tôhoku dont il veut soulager la misère matérielle par la diffusion d'une agriculture rationnelle et scientifique, Miyazawa Kenji, avant toute idéologie politique, démocratique ou non, pense d'abord aux droits les plus élémentaires des individus, à commencer par celui de pouvoir tout simplement continuer à subsister. Région froide et montagneuse, on sait en effet combien le Nord-Est japonais pouvait être en maints endroits pauvre et délaissé. Aux mauvaises récoltes dues à la sécheresse de certains étés succèdent les mauvaises récoltes dues aux étés trop froids ou aux inondations de l'automne. Tout cela Kenji5 l'inscrit au cœur et au corps même de ses poèmes. Les famines sont récurrentes et les filles, quand elles ne vont pas grossir les rangs des ouvrières travaillant dans les immenses filatures des grandes villes, sont vendues soit comme geishas soit, ce qui n'est pas bien différent au fond, comme prostituées. De discrètes allusions sont faites à cette triste réalité au début, par exemple, du conte extrêmement connu La Biographie de Gusukô Budori (Gusukô Budori no denki) publié du vivant de l'auteur dans un recueil de littérature enfantine en mars 1932. Et dans une note concernant le sens d'un de ses contes également des plus connus, Un restaurant aux nombreuses commandes (Chûmon no ooi ryôriten), titre éponyme du seul recueil de contes qu'en 1924, il ait publié de son vivant, et encore à compte d'auteur, l'écrivain explique qu'il a voulu y exprimer l'« aversion » qu'éprouvent de petits villageois manquant de toute nourriture envers la société citadine et ces classes sociales qui, elles, manquent singulièrement de « tenue6 ». De cette misère qu'il n'aura pas connue lui-même, ce dont il fera en quelque sorte (mais tous ne le font pas) son péché originel, Kenji, en 1926, dans son Introduction a un art paysan (Nômin geijutsu gairon), tire cette simple leçon : « Tant que le monde entier ne connaîtra pas le bonheur, le bonheur individuel ne pourra exister.7 »

  • 8 Ou de l'agrarisme japonais officiel à la fin de l'ère Meiji et au-delà : « Comme celles de l'agrar (...)
  • 9 Sur les rapports de Miyazawa avec le Parti des travailleurs et paysans, on pourra consulter l'arti (...)

7Toutefois, en cette même année 1926, à l'âge de 30 ans, au moment même où il quitte l'enseignement pour se consacrer à l'action directe tout en cultivant lui-même son champ – tout juste ce qu'il faut de légumes pour suivre un régime austère strictement végétarien –, Miyazawa Kenji reste optimiste sur l'amélioration de la condition paysanne par les moyens de l'agronomie, l'amendement des sols, la diversification des cultures en dehors du riz, leur exploitation industrielle : tout cela qui le distinguerait déjà d'un agrarisme traditionnel8. Et il soupçonne déjà aussi que pour résoudre le problème paysan on ne peut faire abstraction du système social et politique dans lequel s'insèrent et opèrent la science ou la technologie. C'est le sens de son engagement de 1928 aux côtés du Parti des travailleurs et paysans9. Vers la même époque il lit la traduction japonaise de l'ouvrage de Léon Trotski (1879-1940) Littérature et Révolution ou bien se fait expliquer longuement par ses nouveaux camarades L'État et la Révolution de Vladimir Ilitch Oulianov Lénine (1870-1924). La conclusion qu'il en tire, c'est que le Japon ne lui paraît pas être prêt pour adopter véritablement les idées marxistes-léninistes. Sur ce dernier point, on ne saurait sans doute lui donner entièrement tort. Toujours est-il que la révolution comme moyen l'effraie, et qu'il se sent par ailleurs encore largement dépendant de la classe sociale petite-bourgeoise dont il est issu. Ce qui l'aurait finalement conduit à dire, d'après un témoignage digne de foi :

  • 10 Cité, avec les témoignages sur les lectures révolutionnaires de Kenji, par Sugiura S., op. cit. p. (...)

Le véritable art paysan diffère du cadre idéologique du marxisme ou de l'anarchisme ; c'est un art de la vie fondé sur l'amour de l'humanité. À mon avis, le patrimoine culturel traditionnel possédé par les villages doit être protégé, développé et créé par les paysans mêmes qui y travaillent10.

8C'est qu'il croit également en effet – croyance uniquement bourgeoise ? – que le bonheur individuel n'est pas fait que de riz. La culture, l'art, sans parler de l'éducation, sont aussi des droits élémentaires. Le droit à la subsistance est indissociable du droit que tout individu à d'enrichir sa vie par une culture qui lui soit propre, une création originale, perpétuelle, bien implantée dans son environnement naturel, et socialement partagée ; une culture qui ne serait aucunement imposée par le centre ou les élites cultivées, ni non plus d'ailleurs pas les élites locales ; ni non plus, en définitive, par lui-même. Il martèle cette idée dans son Introduction à un art paysan (Nômin geijutsu gairon) qu'il diffuse tout d'abord par voie de conférence. Citons-en quelques extraits :

  • 11 Cf. Œuvres complètes, op. cit. p. 24-25 ; p. 23-24.

Oh oh ! Mes compagnons ! en assemblant tous ensemble une force légitime ne faut-il pas faire de nos champs comme de toute notre vie la création d'une immense œuvre d'art à quatre dimensions ? ;
Les artistes professionnels doivent tous disparaître en même temps Que tout homme sans exception se forge une sensibilité d'artiste
Que chacun dans une direction où son originalité excellera se forge une perpétuelle expression individuelle
Et chacun sera ainsi le véritable artiste de chacun de ses instants
[…]
C'est là qu'il y aura de nombreux génies libérés
Des milliards de génies aux personnalités différentes devant se dresser ainsi côte à côte, alors la surface de la terre deviendra elle aussi le ciel11.

  • 12 Le terme Rasu a fait couler beaucoup d'encre, même si son auteur lui-même a indiqué qu'il ne falla (...)
  • 13 Nom qui expliquerait pour certains le « Rasu » de Rasu chijin kai.
  • 14 C'est ce que soutient entre autres Yoshida Kazuaki dans une longue note additionnelle au chapitre (...)

9Dans ce manifeste, on sent que les droits civiques et politiques formels des individus ne sont rien s'ils ne s'incarnent, et qu'ils doivent avant tout reposer sur le droit encore plus fondamental à vivre dans son environnement naturel et traditionnel, un environnement que l'on doit protéger, respecter. De plus, ces droits doivent aussi, en quelque sorte, être transcendés, sublimés par un droit supérieur à l'éducation et à la culture, seul garant de la valeur fondamentale et de l'identité de chaque personne, seul gage du bonheur de chacun et de tous. À l'automne 1926, ce programme devient la charte fondatrice de son association paysanne, l'Association des hommes de la terre de Rasu (Rasu chijin kyôkai)12. Dans ce texte, Kenji, outre un ou deux noms japonais, y cite ceux de ses inspirateurs occidentaux : John Ruskin (1819-1900)13, William Morris (1834-1896), Léon Tolstoï (1828-1910), Oswald Spengler (1880-1936), Ralph Waldo Emerson (1803-1882), Romain Rolland (1866-1944), Trotski. Faut-il voir là, sous cet habillage occidental, une sorte de piège ? Faut-il voir, comme certains critiques japonais, dans cette volonté de faire de la classe paysanne et de l'agriculture le socle, le pilier du pays, ou du moins le centre de la culture et des arts ; faut-il voir dans cette revendication régionaliste la volonté secrète et perverse de diffuser un universalisme religieux bouddhique qui, comme dans le cas de l'idéologie de la Société du pilier du pays (Kokuchûkai), ne serait qu'un antimodernisme, le prétexte à l'expansion infinie de l'impérialisme japonais14 ?

  • 15 Voir par exemple l'analyse faite par l'historien et philosophe Tsurumi Shunsuke (1922-) de la mora (...)

10Pour notre part, nous aurions tendance à récuser cette approche de plusieurs points de vue. Tout d'abord, ce piège, à supposer qu'il ait été consciemment ourdi par Kenji lui-même, ne nous semble pas devoir tenir devant la richesse, la subtilité et la complexité de l'œuvre. La morale des contes, notamment, comme dans le cas de La Fontaine, est souvent plus complexe qu'il n'y paraît superficiellement et ne saurait se réduire à quelques préceptes ethnocentriques15. Comment soupçonner, par ailleurs, de duplicité ultranationaliste une atmosphère aussi cosmopolite, aussi universalisante que celle qui, également présente dans les poèmes, baigne encore plus largement les contes ? Loin, en effet, de rejeter toute modernité occidentale, ou tout progrès matériel, en général, Kenji en utilise au contraire certains aspects, les ampoules électriques, les signaux du chemin de fer, par exemple, pour en faire des symboles féériques, toute une sémiotique métaphysique ou romantique. Les noms mêmes de ses personnages, comme les toponymes, sortent souvent du cadre japonais. Et son univers géographique est très étendu. Vers l'ouest, il va vers l'Inde, le Tibet, l'Asie centrale, et au nord, nouveau décentrement, il remonte jusqu'au détroit de Béring ou la mer d'Okhotsk. En aucune façon il ne se replie sur son pays natal, le département d'Iwate, qui devient d'ailleurs, comme on le sait, sous l'influence de l'esperanto, et dans une vision utopique, l'Îhatovu ou l'Îhatôvo (entre autres graphies). Mais le plus significatif sans doute, au-delà de ce syncrétisme souvent ludique, c'est que sa géographie, ou plutôt dans ce cas, sa géopolitique, si elle parle bien de villes, de villages, de régions, n'évoque jamais de pays, de nations. Entre les micro-sociétés, les associations, les coopératives locales qu'il conçoit et le cosmos des galaxies ou de la Voie lactée, nulle place pour un Etat national quelconque. De ce point de vue, la pensée et l'œuvre, sinon l'action même de Miyazawa Kenji, précèdent de loin nos réflexions actuelles sur la crise d'une modernité globalisante, laminante. Ne pourrait-on pas, en effet, mettre en parallèle cette œuvre et cette pensée avec certaines analyses d'Alain Touraine telles qu'on les trouve exprimées dans son œuvre maîtresse de 1992 Critique de la modernité ?

Le nationalisme n'a-t-il pas été surtout dangereux quand il a été un instrument au service d'un État modernisateur, autoritaire et nationaliste qui en appelait à l'idée artificiellement reconstruite de Volk, dans le meilleur des cas pour construire un État national, dans le pire pour créer un pouvoir totalitaire [...].

  • 16 Alain Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, « Le Livre de poche/Biblio essais », no 4 (...)

[...] l'histoire a donné tort [...] à tous ceux qui ont cru que l'universalisme de la raison remplacerait de plus en plus les particularismes sociaux, culturels et nationaux. Les acteurs de l'histoire sont plus et autre chose que des agents de la modernité. La grande idée des modernistes, que système et acteurs se correspondent dans la société moderne grâce à l'intériorisation par les seconds des normes de la société est renversée et débordée par une réalité historique dans laquelle c'est avec du vieux que se fait le neuf, par le particularisme que l'on marche à l'universalisme ou qu'on lui résiste, alors que tant d'esprits ont cru que la modernisation était le passage du particularisme à l'universalisme et de la croyance à la raison16. »

11Quel écrivain mieux que Miyazawa Kenji pourrait illustrer cette idée que les acteurs de l'histoire sont plus et autre chose que des agents de la modernité, que la croyance n'exclut pas la raison, que l'on marche à l'universalisme par le particularisme, et même, pour ce qui le concerne, par la réunion d'un ensemble décentré de particularismes. On ne le voit jamais en tout cas devenir un simple instrument au service d'un Etat modernisateur, autoritaire, nationaliste.

12En fin de compte, et pour revenir à la biographie même de Miyazawa, il semble bien que notre auteur, loin d'avoir voulu piéger quiconque, ne se soit pas le moins du monde laissé piéger lui-même. En effet, dans une lettre datée du 30 janvier 1921 qu'il écrit de Tôkyô un mois à peine après y être arrivé, alors qu'en rupture avec sa famille, il avait pensé s'y installer en subvenant lui-même à ses besoins pour se dévouer à la propagation de sa foi à travers la Société du pilier du pays, il écrit :

  • 17 Cité dans Sugaya K., op. cit., p. 130 et Œuvres complètes, op. cit., tome 9, p. 254.

Le troisième jour, au matin, j'entrai dans une petite imprimerie devant l'université [l'université impériale de Tôkyô]. On y publiait les cours polycopiés de l'université. C'est un travail où l'on doit rester assis de 8 heures à 5 heures et demie. Tout autour gravitent des parasites qui, ayant bu jusqu'à leur dernier kimono, ne portent plus qu'une veste d'intérieur, des types à qui le propriétaire donne à manger, ou bien encore de nombreux jeunes étudiants, des hommes qui veulent devenir « av » (c'est-à-dire des avocats, m'a-t-on dit) et pour la plupart il ne s'agit que de purs extrémistes [ici, un blanc dans le texte] le patron seul est impérialiste par strict calcul de ses intérêts. Des gens comme ce dernier, sur le plan des principes, sont encore bien pire que les extrémistes. Si la nation prônée par maître Tanaka devait ressembler le moins du monde à cela, alors, il ne resterait plus qu'à s'en éloigner comme de la peste en prenant congé au plus vite17.

  • 18 Données clairement résumées dans Sugaya K., op. cit., p. 125 sq.

13Plusieurs autres raisons expliquent sans doute que Miyazawa Kenji ait pris congé de Tôkyô dès le mois de septembre de la même année, mais on voit tout de suite dans cette lettre combien il aurait eu du mal à vraiment s'adapter au climat intellectuel, moral, social de la capitale. Et dès lors que, devenu professeur au lycée agricole de Hanamaki, il entre au contact des jeunes paysans de son pays natal, il se distingue nettement de l'action de Tanaka Chigaku. Ce dernier en effet se trouvait fort peu intéressé par le malaise paysan, pas plus qu'il ne l'était par la misère prolétarienne. Il visait essentiellement les classes moyennes citadines pour les opposer précisément au prolétariat montant et les intégrer dans une vision du corps de la Nation (Kokutai), centrée autour de l'empereur. Sa doctrine était censée apporter à ces classes que, d'après Kenji, les jeunes paysans jugeaient « sans retenue » ce supplément d'âme que ne pouvaient leur offrir seules les lois du capitalisme18. Or, vers la fin de sa vie, Miyazawa, loin de trouver où que ce soit un supplément d'âme, s'est plutôt laissé envahir par un immense sentiment d'impuissance et de désespoir. On pourrait même considérer que ce sentiment lui vient du fait qu'il s'est rendu compte de l'obstacle que constituait le pouvoir central aux réformes et améliorations dont il avait partagé le programme, sinon les visées politiques, avec l'éphémère Parti des travailleurs et paysans.

14Qu'on ne doive plus rien attendre du centre et de l'État, cette idée s'exprime bien, en tout cas, dans un poème inachevé intitulé À mes élèves (Seitoshokun ni yoseru), poème qui a probablement été écrit en guise d'adieu, quelques mois après que Kenji eut démissionné de son poste d'enseignant, c'est-à-dire au début de l'année 1927. Sont clairement mises en cause ici les élites locales, ses condisciples du Collège (devenu lycée après les réformes d'après-guerre) de Morioka, la ville préfecture ; tous ceux qui sont montés à Tokyo pour faire carrière, et, devenus les instruments dociles de l'État, se sont définitivement détournés des problèmes de leur pays natal, sans la moindre retenue en effet :

  • 19 Cf. Œuvres complètes, op. cit., tome 2, p. 299-300.

(Eux, ils nous ont tous quittés.
À eux bonne hérédité et bonne éducation
Et tous les équipements et tous les délassements
Mais ici il n'y a seulement que de la sueur et ce temps déformé
Du désœuvrement durant les tempêtes de neige et rien que de grossier pour
nous guider
Eux, ils vont à cent à l'heure
Mais nous, nous n'avons pas même 10 % de force
Qu'est-ce qui va donc nous sauver de ces ténèbres ?
Brûlez donc toute fatigue et toute angoisse
Changez la forme de tous vos souhaits !)19

  • 20 Cf. Ibid., tome 7, p. 154-233.
  • 21 Cf. Ibid., tome 10, p. 25. Remerciements à Alexandre Roy pour ses remarques attentives et suggesti (...)

15« Qu'est-ce qui va donc nous sauver de ces ténèbres ? » Dans son conte de 1927 La Place de Pollanno (Porâno no hiroba), écrit après l'échec rapide et la fermeture de son Association des hommes de la terre de Rasu, cette société utopique surveillée par la police, moquée par la majorité des paysans des environs, Miyazawa Kenji ne voit plus le salut que dans la constitution d'une coopérative autonome de jeunes paysans, dont le savant, l'intellectuel ne sera même plus le guide, mais uniquement, plus modestement, plus démocratiquement, pourrait-on presque dire, le chroniqueur20. Avant que, tous ensemble, comme il l'appelle de ses vœux les plus profonds dans son Art paysan, « devenus poussières brillantes du cosmos, nous ne nous dispersions dans l'immensité insondable du ciel21 ! »

Notes

1 Cité dans l'article de Sugiura Shizuka, « Miyazawa Kenji to Rônôtô (Miyazawa Kenji et le Parti des travailleurs et paysans [Rônôtô]) », Kokubungaku – Kaishaku to kanshô, volume 66, no 8, numéro spécial : « Miyazawa Kenji – Shi to dôwa (Miyazawa Kenji – Poésie et Contes) », Tôkyô, Shibundô, août 2001, p. 35-40 ; p. 39.

2 Notamment aux éditions Intertextes, Criterion, Noël Blandin, Le Serpent à Plumes, L'Harmattan, Philippe Picquier... Cette pléthore de « versions » françaises montre évidemment le grand intérêt que présente l'œuvre de Miyazawa Kenji, mais sans doute aussi les difficultés à en donner des traductions correspondant de façon satisfaisante à son style, à son art, à ses idées. Les contes cités dans cet article ont tous été publiés en français, en anglais et en d'autres langues.

3 Voir sur ce point en français la thèse de Brice Fauconnier soutenue en décembre 2012 à l'Inalco et dont le titre à lui seul explicite bien déjà la période du point de vue idéologique et intellectuel : « Tenkô : va-et-vient, convergences et changements idéologiques dans le Japon des années 1920-1950 ». Ou encore : Yoshida Kazuaki, For Beginners – Miyazawa Kenji, Tôkyô, Gendaishokan, For Beginners no 61,1992.

4 Pour la corruption électorale, voir notamment le poème « Senkyo (Élections) », in Miyazawa Kenji, Miyazawa Kenji zenshû (Œuvres complètes de Miyazawa Kenji), 10 volumes, Tôkyô, Chikuma shobô, Chikuma bunko, 1986-1995 [abrégé dans la suite de cet article en Œuvres complètes], tome 4, p. 70. En ce qui concerne le poème de Miyazawa sur les Coréens au Japon voir Œuvres complètes, op. cit., tome 4, p. 324 pour la première version, p. 16 pour la dernière (cf. aussi une version prototype en langue moderne, tome 3, p. 513-514). On consultera également les analyses d'Ozawa Toshiro dans son article « "Shitchû" kara bungo e (Du [recueil] Malade aux poèmes en langue littéraire classique) », Kanshô nihon bungaku (Littérature japonaise : une appréciation), no 13, « Miyazawa Kenji », sous la direction de Hara Shirô, Tôkyô, Kadokawa shoten, 1981, p. 320-329 (p. 323-326 pour notre propos).

5 La coutume japonaise veut que l'on appelle souvent un artiste ou un écrivain par son seul prénom pour exprimer un sentiment de respectueuse proximité.

6 Cité par Hara S., op. cit. p. 49. Le mot japonais pour « manque de tenue » est hôshi. Nous aurions tendance, pour notre part, à rapprocher cette notion de la « tenue » à celle de « common decency » de George Orwell (1903-1950).

7 Cf. Œuvres complètes, op. cit., tome 10, p. 18. Toutes les traductions apparaissant dans cet article sont de nous.

8 Ou de l'agrarisme japonais officiel à la fin de l'ère Meiji et au-delà : « Comme celles de l'agrarisme de l'époque, les thèses sociales du Naimushô [ministère de l'Intérieur] sont essentiellement conservatrices, et même tournées en fin de compte non point vers la ville de demain, mais vers la campagne d'hier. » http://wwwohp.univ-parisl.fr/Textes/ABerque.pdf (accès en octobre 2014), p. 3, Colloque international La Ville mal aimée Cerisy-la-Salle, 5-12 juin 2007 : « Méline en japonais : la ville-campagne (Den'en toshi, 1907) », par Augustin Berque (École des hautes études en sciences sociales/CNRS). Voir aussi sur ce point Sugaya Kikuo, Miyazawa Kenji josetsu (Introduction à Miyazawa Kenji), Tôkyô, Daiwa shobô, 1980, p. 132. La discussion sur la nature de l'« agrarisme » de Miyazawa est bien résumée dans l'article « Nômingeijutsu (Art Paysan) » d'Oshino Takeshi in Amazawa Taijirô (éd.), Miyazawa Kenji handobukku (Manuel sur Miyazawa Kenji), Tôkyô, Shinshokan, 1996, p. 149-150.

9 Sur les rapports de Miyazawa avec le Parti des travailleurs et paysans, on pourra consulter l'article de Nasukawa Itsuo, « Kenji to Rônôtô », in Hara S., op. cit. p. 263-269. Ou encore Yoshida K., op. cit. p. 94 sq.

10 Cité, avec les témoignages sur les lectures révolutionnaires de Kenji, par Sugiura S., op. cit. p. 39.

11 Cf. Œuvres complètes, op. cit. p. 24-25 ; p. 23-24.

12 Le terme Rasu a fait couler beaucoup d'encre, même si son auteur lui-même a indiqué qu'il ne fallait y voir aucun sens particulier !

13 Nom qui expliquerait pour certains le « Rasu » de Rasu chijin kai.

14 C'est ce que soutient entre autres Yoshida Kazuaki dans une longue note additionnelle au chapitre 3 de son livre For Beginners – Miyazawa Kenji, note intitulée « Fashisutotachi no shuchô to no ruijisei (Similarité avec les thèses des fascistes) ». Si le parallèle qu'opère Yoshida entre les principes énoncés par Miyazawa et ceux du penseur nationaliste Ogawa Shûmei (1886-1957) nous renvoie bien aux « va-et-vient » de l'époque, la fin de son développement qui repose, pour nous convaincre du crypto-confucianisme de Miyazawa Kenji, sur une particularité typographique d'une seule maxime de l'Introduction à un art paysan semble pour le moins forcée (Yoshida K., op. cit., p. 81-84).

15 Voir par exemple l'analyse faite par l'historien et philosophe Tsurumi Shunsuke (1922-) de la morale du conte universellement connu, notamment par un dessin animé largement diffusé, Gauche, le violoncelliste (Serohiki no Gôshu). On la trouvera p. 180, in Kokubungaku, numéro hors-série no 6 : « Miyazawa Hikkei (Tout sur Miyazawa Kenji) », Tôkyô, Gakutôsha, mai 1980 (il s'agit en fait d'un extrait du fameux essai de Tsurumi, L'Art des marges (Genkaigeijutsu, 1982). Tsurumi pointe bien le fait que la morale du conte ne saurait se réduire au précepte que tout effort est nécessairement récompensé ! Ni non plus que l'harmonie de l'homme avec la nature vient à bout de tout. L'idée principale serait plutôt qu'en art, on doit s'écarter de tout professionnalisme, pour trouver des modèles et sa voie propre dans son environnement le plus immédiat, quel qu'il soit.

16 Alain Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, « Le Livre de poche/Biblio essais », no 4217, 1992, p. 180-182.

17 Cité dans Sugaya K., op. cit., p. 130 et Œuvres complètes, op. cit., tome 9, p. 254.

18 Données clairement résumées dans Sugaya K., op. cit., p. 125 sq.

19 Cf. Œuvres complètes, op. cit., tome 2, p. 299-300.

20 Cf. Ibid., tome 7, p. 154-233.

21 Cf. Ibid., tome 10, p. 25. Remerciements à Alexandre Roy pour ses remarques attentives et suggestives.

Auteur

Université Toulouse-Jean-Jaurès

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540