Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu-s et démocratie au Japon

 | 
Christian Galan
, 
Jean-Pierre Giraud

Droit-s

Les stratégies des démuni(e)s

Autour de la question scolaire des enfants de l'immigration au Japon

Claude Lévi Alvarès

Texte intégral

1En 1990, une révision de la loi sur l'immigration (Shutsunyûkoku kanri oyobi nanmin nintei hô) a permis l'entrée, le séjour et le travail au Japon des descendants de migrants japonais. Bénéficiant du statut spécifique de « simple résident » (teijûsha) créé à cette occasion, ces descendants peuvent librement séjourner et travailler pour une période comprise entre 6 mois et 3 ans. Ce titre de séjour est reconductible et peut, sous certaines conditions, être transformé en « droit de séjour permanent » (eijûken).

2Cette ouverture du marché du travail répondait à une double préoccupation.

3Celle de résorber un déficit préoccupant de main-d’œuvre peu qualifiée et ainsi de répondre, au moins partiellement, aux attentes des petites et moyennes entreprises et de certains secteurs industriels.

  • 1 L'idée d'une impréparation de la population à l'accueil de migrants est un des leitmotivs des disc (...)

4Et celle de réduire le choc culturel et les tensions sociales qu'une immigration risquait de générer au sein de la population1.

  • 2 Dans L'Origine du mythe du peuple unique (Tanitsu minzoku shinwa no kigen, Tôkyô, Shin.yosha, 1995 (...)

5Le choix de faciliter le séjour de descendants de migrants japonais répondait en effet, mais pour partie seulement, à l'un des principes qui a régi la vie politique du Japon au cours des soixante-dix dernières années : l'idée que la nationalité ou la citoyenneté sont indissociables de l'origine ethnique2. Comme chacun sait, le Japon est régi par le droit du sang (jus sanguinis), il n'accepte pas la double nationalité et, en dépit de la relative ouverture de la loi de 1990, il maintient une politique de verrouillage bureaucratique de l'accès à la nationalité. Le nombre annuel des naturalisés tourne autour de 15 000 personnes dont les deux tiers sont des résidents coréens de longue durée (old-comers).

6De « sang japonais », les migrants brésiliens et péruviens devaient pouvoir se fondre plus facilement et bénéficier d'un accueil plus favorable de la part des ressortissants nationaux. Leur apparence physique et leur patronyme leur assuraient en effet une relative invisibilité. Et leurs ancêtres leur conféraient une légitimité réelle quoique parfois problématique puisqu'une fraction de la population regardait et regarde peut-être encore la migration comme une forme de trahison.

  • 3 Soit 2 152 973 personnes en 2007. Les données sont consultables sur le site du ministère de la Jus (...)

7De fait, cette « ouverture » s'est traduite par un afflux substantiel de « nouveaux arrivants » issus notamment, et en ordre décroissant, du Brésil et du Pérou. Ainsi, les Brésiliens qui ne comptaient que pour 1 % des étrangers (14 528 personnes) en 1988 ont-ils régulièrement augmenté jusqu'en 2007 jusqu'à représenter 15 % de la communauté étrangère3 avec 316 967 ressortissants. Leur nombre n'a pas cessé de diminuer depuis cette date pour s'établir à 210 032 en 2011 (10,1 %), ce qui les place en troisième position, derrière les Chinois (674 879, 32,5 %) et les Coréens (545 401, 26,2 %) et à quasi-égalité avec les Philippins (209 376, 10,1 %).

  • 4 Le terme, qui découle de la contraction de free et arbeiter, décrit les jeunes hommes et les jeune (...)

8Leur répartition sur le marché du travail n'est pas sans rappeler celle des deux millions de freeters4 (furîtâ), ces jeunes qui fournissent l'armée de réserve d'une économie de plus en plus flexible et changeante. Comme ces derniers, les Brésiliens occupent en grande majorité les emplois des secteurs les plus déréglementés de l'industrie, de la construction et des services. Mais au contraire des freeters, ils tendent à se regrouper et à reconstituer des communautés solidaires. Ainsi, les départements d'Aichi, de Gunma..., mais aussi les villes comme Toyota, Yokohama, sont-ils connus pour l'importance des communautés qui s'y sont établies.

9La petite et moyenne industrie qui souffre tout particulièrement d'un manque chronique de main-d’œuvre contribue grandement à la stabilisation de grandes communautés étrangères qui doivent inventer les modalités de leur vie et de leur insertion avec les collectivités japonaises d'accueil.

10Une question récurrente est celle de la permanence de cette immigration... S'agit-il d'une immigration de travail ou d'une immigration d'installation ? Jusqu'en 2008, le nombre croissant des demandes de carte de résident permanent (eijuken), le recours aux regroupements familiaux, mais aussi le volume des retours au Japon après une tentative de rétablissement dans le pays d'origine plaidaient en faveur d'une immigration de peuplement. Mais la grave crise financière de 2008 et les suites du séisme et du tsunami qui ont ravagé la région du Tôhoku le 11 mars 2011 ont révélé combien ces populations sont dépendantes du contexte économique. Le chômage qui s'est abattu sur les familles et la mise en œuvre de politiques d'incitation financière au retour par les pouvoirs publics se sont traduits par de nombreux départs.

11De fait, les monographies disponibles décrivent une réelle ambivalence avec une tendance de fond à l'installation durable. Mais elles observent aussi certaines stratégies affirmées de retour vers le pays natal, notamment par l'inscription des enfants dans des établissements d'enseignement en langue portugaise qui préparent leurs élèves aux concours des grandes universités brésiliennes.

12S'il n'est pas possible de trancher cette question de la permanence de cette immigration, la création et la consolidation de véritables communautés brésiliennes, relativement isolées des habitants japonais et fortement structurées par leur culture d'origine, conduit une majorité de chercheurs à l'envisager comme une donnée stable dans le paysage social de ce pays. L'extrême faiblesse de la natalité et l'ampleur des besoins en main-d’œuvre ne sont pas de nature à contredire ce scénario.

13Dès lors, la question de l'intégration économique et sociale des enfants issus de cette immigration se pose avec une acuité à la mesure des difficultés que ceux-ci rencontrent pour trouver leur place dans le système scolaire, puis dans la société japonaise.

14En nous aidant des résultats d'enquêtes et des travaux de recherche qui se sont multipliés au cours des quinze dernières années, nous allons donc envisager tour à tour la question scolaire puis la question sociale, telles qu'elles se posent ou commencent d'apparaître.

La question scolaire

Le droit à l'éducation

15En 2007, nous écrivions :

  • 5 Claude Lévi Alvarès, « Sur la scolarisation des enfants de l'immigration au Japon », Nichifutsu ky (...)

La prise en charge éducative des enfants des migrants récents (new corners) se caractérise tout d'abord au Japon par le retrait de l'État. La législation courante n'accorde en effet aucune attention à la situation des enfants étrangers d'âge scolaire. Aux termes de la loi, les étrangers sont exclus de l'obligation scolaire mais peuvent, à leur demande, bénéficier d'une autorisation pour fréquenter les établissements publics de leur zone de résidence. L'absence de toute obligation se conjugue de facto aux conséquences d'une double précarité économique et culturelle pour expliquer qu'une fraction des jeunes étrangers de moins de 16 ans restent livrés à eux-mêmes en dehors de toute structure scolaire publique5.

16Cette situation perdure en dépit d'une circulaire du 2005 du ministère des Affaires générales (Sômusho) qui demande aux collectivités locales d'informer systématiquement les étrangers de leur droit d'accès aux établissements publics d'enseignement dans le cadre de l'obligation scolaire. Pour autant, la volonté des pouvoirs publics ne doit pas être surévaluée : la révision de la Loi fondamentale sur l'éducation (Kyôiku kihon hô) ne contient aucune avancée pour garantir la scolarisation de l'ensemble des enfants présents sur le sol national. Dans les faits, la diversité des traitements reste la règle générale.

Les performances

17Le plus simple est peut-être de partir des données éparses disponibles. L'enquête annuelle sur les établissements scolaires du ministère de l'Éducation et des Sciences (Monbukagakusho) précise que, en 2011, 41 166 enfants « étrangers » étaient inscrits à l'école primaire, 21 806 au collège et 8 725 dans le second degré du secondaire. En 2012, les données collectées par 29 villes mobilisées sur la question de la scolarisation des enfants d'origine étrangère, ont permis, pour la première fois, d'avancer un chiffre global sur l'orientation scolaire de ces enfants. Selon ces données, 78,9 % des collégiens de langue maternelle étrangère prolongeaient leurs études au lycée. Inférieur de près de 20 points à la moyenne nationale (98,3 %), ce chiffre ne restitue toutefois pas pleinement la situation scolaire des enfants d'origine étrangère. En effet, la répartition des élèves entre les différentes filières révèle une autre singularité : 52,8 % des élèves concernés étudient dans des établissements de jour (zennichisei) contre 92,1 % de leurs camarades japonais. Ils sont 22 % à fréquenter les cours du soir (teijisei) et 2,6 % à opter pour l'enseignement par correspondance (tsûshinsei).

18Ajoutons que ces données ne portent que sur les jeunes scolarisés et ignorent donc ceux qui abandonnent l'école avant les seuils d'orientation.

19De fait, les situations diffèrent sensiblement selon les départements et le degré de concentration des populations concernées. Il existe un pourcentage de jeunes qui ne fréquentent aucun établissement (fushûgaku) et une minorité scolarisée dans des établissements privés qui délivrent un enseignement partiel ou complet en langue du pays d'origine. Le diplôme délivré par ces établissements n'étant pas reconnu, les élèves scolarisés dans ces structures doivent passer un examen (daiken) s'ils souhaitent se présenter aux concours d'entrée des universités japonaises.

20De plus, ces données générales doivent être revues à la baisse lorsqu'on s'intéresse aux nouveaux arrivants d'origine latino-américaine. Ainsi, une analyse récente des données issues du recensement national conduit en l'an 2000 donne une estimation des taux de scolarisation au lycée des différentes communautés nationales par tranches d'âges (tableau 1 p. 164). On remarque l'ampleur des variations selon l'origine nationale des enfants. Ceux d'origine brésilienne dépassent à peine 32 % alors que la scolarisation des Coréens est identique à celle des Japonais.

  • 6 Nishida Yoshimasa, Tsutsumi Keishieô, « Nikkei Burajirujin no wakamono tachi (Les jeunes d'origine (...)

21Une étude de sociologie urbaine6 réalisée entre 2002 et 2005 constate par ailleurs qu'un seul des six jeunes brésiliens étudiés a finalement poursuivi ses études au lycée. Au terme de leur scolarité au collège, les orientations de ces derniers avaient été les suivantes :

Lycée

2

Lycée du soir

1

Écoles professionnelles (Senmongkkô)

1

École brésilienne

1

Emploi par agence de placement

1

22Pourtant, après quelques mois, trois des quatre jeunes orientés vers un enseignement de type lycée avaient cessé de fréquenter leur établissement d'affectation pour s'engager dans la vie professionnelle. Si l'on ajoute que le processus de sélection des jeunes retenus dans cette étude favorisait le choix des mieux insérés (capacité d'expression en japonais, effet de filtrage lors du choix...), ces résultats tranchent singulièrement avec les évaluations nationales.

  • 7 Source : Ômagari Yukiko et al., « Zaïgakuritsu to tsùgakuritsu kara miru zainichi gaikokujin seish (...)

Tableau 1 : Scolarisation au lycée des élèves par tranches d'âges et selon les nationalités à partir des données issues du recensement de l'an 20077 (source : Okyoku Yukiko(2011)

Tableau 1 : Scolarisation au lycée des élèves par tranches d'âges et selon les nationalités à partir des données issues du recensement de l'an 20077 (source : Okyoku Yukiko(2011)

23Une importante enquête réalisée en 2003 à l'initiative de l'Association des ressortissants d'origine japonaise (Kaigai nikkeijin kyôkai) sur un échantillon de 150 jeunes des différentes nationalités latino-américaines implantées au Japon montre qu'un sur trois de ces jeunes envisage de demeurer au Japon mais que 64 % abandonnent leurs études à la fin du cycle primaire.

24Les enquêtes auxquelles nous avons été associés dans la ville de Kure tout comme les entretiens conduits à Toyota indiquent des résultats similaires. La mortalité scolaire des jeunes de l'immigration brésilienne est par ailleurs très forte. Nous allons nous attarder sur le faisceau des causes impliquées dans ce phénomène en nous référant aux conclusions d'une enquête lancée en 2002 par la « Section internationale » du département de Nagano afin d'explorer les causes d'une déscolarisation qui touchait alors près d'un enfant étranger sur quatre. Nous en récapitulons ci-dessous les principales conclusions.

Tableau 2 : Situation de déscolarisation des enfants d'âge scolaire issus de l'immigration dans le département de Nagano (écoles primaires et collèges ; situation au 1er mai 2002 d'après l'enquête de la section internationale du département de Nagano).

Nombre d'enfants d'âge scolaire (primaire et collège)

Nombre d'enfants d'âge scolaire (primaire et collège)

Différence entre A et B (a-b)

Pourcentage de déscolarisation (a/b)

Total

2 097

21584

513

24,5 %

1 - Brésil

959

598

361

37,6 %

2 - Chine

494

440

54

10,9 %

3 - Corée

286

243

43

15,0 %

4 - Philippines

110

89

21

19,1 %

5 - Thaïlande

74

63

11

14,9 %

6 - Autres

174

151

23

13,2 %

Document : Causes de la déscolarisation (enquête de Nagano)
Causes sociales
– Barrière linguistique, anxiété liée aux différences d'habitudes et de culture
– Insuffisances des structures d'accueil pour enfants étrangers dans les établissements
– Cesse de venir après une première fréquentation
– Méconnaissance du milieu scolaire japonais par les parents
– Manque d'intérêt des parents pour les choses scolaires
Causes économiques
– Désir d'envoyer l'enfant dans l'école brésilienne mais manque de moyens financiers
– Situation financière trop incertaine des parents
(Déménagements fréquents pour raisons professionnelles)

25Pour éclairantes qu'elles soient, ces conclusions restent très générales et de fait insuffisantes. Plusieurs aspects méritent en effet d'être approfondis.

Les causes de l'abandon d'études et des échecs scolaires

26Précisons tout d'abord que les abandons d'études et l'échec scolaire doivent être envisagés au double plan personnel et institutionnel et que les observations alignées ci-dessous composent, dans le vécu des acteurs, un faisceau complexe d'interactions.

Du côté des jeunes et de leurs familles

Inscription du séjour dans un horizon de vie

27La situation scolaire de la plupart des jeunes de l'immigration brésilienne est caractérisée par une incertitude essentielle qui porte sur la durée et la nature de leur présence sur le sol japonais. Comme nous l'avons déjà mentionné, dans son principe, l'immigration brésilienne n'est pas une immigration de peuplement. Les arrivants bénéficient d'un titre de séjour de 1 à 3 ans renouvelable qui leur donne libre accès au marché de l'emploi. Les entretiens conduits en début de séjour font le plus souvent apparaître un projet de courte durée lié à des objectifs économiques : « gagner assez d'argent pour... » Il ne s'agit donc pas, dans son principe, d'une immigration durable : pas de projet d'installation définitive sur le sol japonais. La relative fréquence des allers et retours semble corroborer la réalité de cette intention initiale.

28Cette incertitude première ne favorise pas l'engagement des jeunes dans la réalité japonaise. Le Japon se présente comme une parenthèse plus que comme un destin. La vérité de la vie reste en arrière, au pays. Le coût psychologique (identitaire) de l'insertion ne favorise pas la remise en question des mécanismes de déni qui accompagnent l'expérience scolaire.

Une insertion fragilisée

29Les hésitations des familles se traduisent très concrètement par un certain nombre de ruptures et de décrochements qui interrompent le processus d'apprentissage et de socialisation en cours. Ainsi, voit-on de nombreux jeunes interrompre périodiquement leur scolarité pour des séjours de quelques mois au Brésil, dans une démarche prospective ou en réponse à une urgence familiale.

Le coût des études

  • 8 Taux de change au 1er août 2012 :1 euro = 95,93 yens.

30Pour ceux qui n'ont pas choisi l'enseignement japonais, les coûts afférents aux études dans les écoles brésiliennes exercent un effet dissuasif (généralement entre 20 et 30 000 yens par mois, soit 208 à 312 euros8). L'instabilité professionnelle et les déménagements sont également des facteurs qui perturbent la scolarisation.

La perception des enjeux

31L'importance de la scolarisation n'est pas perçue avec la même intensité. L'école joue dans nos sociétés un rôle central de certification qui ouvre les portes de la vie professionnelle. Cette centralité de l'école et la puissance de ses jugements sur les destins sociaux sont une caractéristique qui n'est pas toujours clairement perçue par les familles et les enfants issus de l'immigration.

Du côté de l'institution scolaire

  • 9 Le budget prévisionnel 2012 pour les activités d'enseignement du japonais précise les différents a (...)

32Avant tout, il faut insister sur la réalité des carences des politiques nationales en matière de scolarisation et d'accueil des enfants issus de l'immigration. Ces carences sont bien connues des chercheurs et des décideurs à tous les niveaux. Elles ont fait l'objet de nombreuses critiques, lesquelles commencent peut-être à porter leurs fruits puisque le ministère de l'Éducation a impulsé en 2003 une série d'enquêtes sur les méthodes et l'organisation de l'enseignement donné aux nouveaux arrivants, et qu'il a dégagé un budget pour la fabrication de manuels, la mise en commun des savoirs faire et la formation de personnels dédiés à cette activité9.

  • 10 Comme le souligne Nakagami Masaru, l'un des membres du sous-comité sur l'enseignement du japonais (...)

33L'avenir dira comment ces nouvelles lignes directrices influencent et interfèrent avec la réalité que nous décrivons ci-dessous et qui concerne les établissements qui (1) accueillent un effectif suffisant d'élèves « étrangers » pour pouvoir bénéficier de dispositions particulières10, ou qui (2) sont situés dans un département dynamique qui pallie aux carences nationales par l'adjonction de dispositifs originaux.

Les dispositifs de soutien

34Les établissements scolaires bénéficient en règle générale d'une dotation horaire spécifique par élève étranger scolarisé. Cette dotation est attribuée indépendamment du dispositif organisationnel adopté par l'établissement. Pour peu que la durée de son séjour n'excède pas trois ans, tout nouvel élève étranger apporte avec lui cette dotation horaire et permet donc l'aménagement de classes spécifiques de soutien, principalement en japonais. Des enseignants non titulaires sont le plus généralement affectés à ces classes.

Le problème de la professionnalisation des professeurs

35Bien souvent, ces « enseignants » n'ont reçu aucune formation spécifique pour les aider à accomplir leur travail. Ils sont dans une très grande ignorance des matériels et des méthodes susceptibles d'aider les élèves dans leur apprentissage. Ils sont parfois choisis parmi les habitants en raison de leur engagement antérieur dans des associations locales ou d'une connaissance des langues des pays d'origine. Plus souvent, ils sont titulaires d'une licence d'enseignement sans rapport avec le travail qui leur est demandé et, dans la presque totalité des cas, ils se retrouvent dans l'établissement scolaire sans avoir eu la moindre préparation antérieure et doivent bricoler par eux-mêmes des solutions de fortune. Contractuels, ils ne sont pas assurés de retrouver un poste l'année suivante et peuvent tout aussi bien être envoyés en remplacement dans la matière de leur spécialité. Cet état de fait compromet aussi bien la professionnalisation des enseignants que la création de banques de données, de référentiel et finalement d'un suivi de l'activité de soutien vers les enfants issus de l'immigration.

Les dispositifs pédagogiques

36La pratique la plus fréquente consiste dans le prélèvement des élèves à leur classe d'affectation durant certaines matières, et leur regroupement dans des classes dénommées internationales ou de japonais, classes qui sont confiées à des professeurs vacataires souvent jeunes et qui n'ont guère de poids face aux enseignants titulaires qui leur envoient ces élèves. Bien qu'un soutien spécifique en langue japonaise semble indispensable, cette pratique du regroupement ne va pas sans poser des problèmes :

  1. Certains chercheurs observent que les élèves isolés dans un milieu japonais parviennent au bout d'un temps moindre à atteindre le niveau linguistique nécessaire à une participation satisfaisante à la vie de la classe (Nishimura).
  2. On note que le regroupement ponctuel dans une classe spécifique produit des effets qui vont à l'encontre des objectifs visés : on remarque par exemple que bien des élèves se réfugient dans cette salle pour fuir les tensions et les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur classe d'affectation. La classe « internationale » devient un havre mais tend par là même à se constituer en ghetto isolé au sein de l'établissement, phénomène qui n'est pas sans rappeler le fonctionnement de l'infirmerie (hokenshitsu) auprès des élèves japonais en situation de difficultés scolaires.
  3. On note également que ces regroupements sont l'occasion d'un ressourcement dans la langue maternelle. Le bavardage intense ne favorise pas toujours l'apprentissage du japonais. Faute d'un modèle alternatif, les établissements tâtonnent donc dans la définition du statut et des usages de ce lieu qui se présente à la fois comme un espace protégé et protecteur, et comme une institution dans l'institution, qui diffère et amoindrit la perception des échéances et l'urgence relative des choix que les élèves devront assumer s'ils veulent échapper à la relégation qui les menace.

37Force est donc d'admettre que lorsqu'elle n'est pas accompagnée de mesures qui associent l'ensemble des collègues, la mise en place d'une structure d'accueil et de soutien linguistique ne constitue pas une option capable d'assurer la scolarisation réussie des élèves dans les établissements japonais.

38Or, si l'on excepte quelques rares établissements pilotes qui bénéficient de moyens importants et d'équipes pédagogiques soudées autour d'un projet de soutien scolaire des élèves issus de l'immigration, la réalité générale est celle d'une distribution de moyens réduits qui ne sont ni accompagnés par une réflexion ni par des dispositifs organisationnels cohérents.

  • 11 Citation du président (zachô) lors de la séance d'ouverture, le 24 avril 2012, du comité chargé d' (...)

39Notons toutefois que cette situation pourrait changer car après une vingtaine d'années de balbutiements, le ministère a finalement décidé, en 2012, « d'engager une véritable réforme du système d'enseignement du japonais » aux enfants nationaux ou étrangers11.

La question sociale

40Pour illustrer les problèmes sociaux qui prolongent l'expérience scolaire d'une importante fraction des enfants issus de l'immigration brésilienne au Japon, nous allons faire retour au travail réalisé par le groupe du professeur Nishimura. L'échantillon étudié est certes des plus réduits, mais il présente un double avantage. Celui d'être très fouillé d'une part mais aussi d'éclairer une situation plutôt favorable au regard de celle de la plupart des jeunes situés dans la même localité.

Tableau 3 – Parcours professionnels d'enfants issus de l'immigration brésilienne au Japon

Tableau 3 – Parcours professionnels d'enfants issus de l'immigration brésilienne au Japon

41Or, que nous apprennent ces quatre jeunes de 18-19 ans qui sont entrés sur le marché du travail directement ou après une orientation avortée vers les lycées ?

L'accès au marché du travail

42Les parents de ces jeunes sont tous employés par une société d'intérim (haken gaisha) qui s'occupe non seulement de les placer mais aussi de leur trouver un logement. C'est donc tout naturellement vers elle que les enfants se tournent lorsqu'ils cherchent leur premier emploi. L'un des jeunes (A) n'a pas encore 16 ans lorsqu'il décide d'interrompre ses études lycéennes en soirée. Il part pour le Brésil, y reste trois mois, et obtient à la veille de son 16e anniversaire un emploi de fabricant de palettes dans une menuiserie. Il est remercié après neuf mois, trouve de la même façon un travail chez un fabricant de futons mais le quitte après un mois pour un nouveau séjour de trois mois au Brésil. À son retour, et selon le même processus, il est embauché dans une usine où il travaille à la chaîne. Au moment de l'enquête, il y travaille depuis un an et deux mois.

43L'itinéraire de B est assez similaire. Après avoir abandonné ses études au lycée, il va alterner de nombreux métiers entrecoupés d'un séjour de trois mois au Brésil. Il travaille tout d'abord sur une chaîne de construction de voitures et sert ponctuellement d'interprète à son entreprise (onze mois). Il quitte ce premier emploi pour un travail mieux rémunéré dans une usine de fabrication de machines de précision où il est affecté à l'inspection des produits et à des taches d'interprète. Il est licencié après quatre mois, est envoyé comme « vérificateur » et interprète dans une usine de montage de voitures, démissionne après trois mois pour se rendre au Brésil. À son retour, il est affecté à la fabrication des palettes dans une menuiserie mais démissionne après deux mois à la suite d'un conflit, fait une brève expérience du chômage et trouve son présent emploi dans une entreprise de revêtements muraux. Il y travaille depuis dix mois.

44L'itinéraire de C qui est directement rentré sur le marché du travail après le collège et de D qui a abandonné ses études dans une école brésilienne est moins tumultueux mais se caractérise lui aussi par une multiplicité d'expériences professionnelles, liées au désir d'un meilleur salaire ou aux dégraissements ponctuels décidés par l'employeur.

Les conditions de travail et de rémunération

45On notera tout d'abord le rôle central des sociétés d'intérim dans chacun de ces itinéraires. Trouver un travail par soi-même serait mieux rémunéré mais moins confortable. Cette prise en charge réussie peut leur donner le sentiment d'une sécurité : il y aura toujours un autre travail derrière. Cette assurance les conduit à chercher à maximiser des gains dont la variation dépend moins du salaire horaire que de l'ampleur des heures supplémentaires qu'ils peuvent espérer. Or, en la matière, les variations sont considérables puisque d'un mois sur l'autre, les salaires peuvent passer du simple au triple. En période faste, il arrive à C, qui est employé dans une usine de montage de machines, de travailler six jours et demi par semaine avec des horaires qui commencent à 8 heures et s'achèvent vers 23 heures. Ce faisant, il peut gagner jusqu'à 300 000 yens (3126 euros) net par mois ce qui représente bien évidemment une somme considérable au regard des salaires habituels de son pays d'origine. Mais il lui arrive également de ne travailler que 13 ou 14 jours dans le mois et de ne gagner que 110 000 yens (1146 euros). Ces variations sont décidées de façon unilatérale et s'appliquent immédiatement. L'entreprise déclare : « vous êtes en vacances aujourd'hui » ou encore « vous commencerez à 8 heures demain »... L'arbitraire est absolu et s'exerce pareillement en matière d'emploi. Derniers embauchés, les jeunes servent de force d'appoint à l'appareil de production : horaires variables et risque permanent d'être débauchés sont les ingrédients communs d'une expérience professionnelle qui n'en reste pas moins « acceptable » car les salaires font rêver ceux dont les yeux restent braqués sur la vie du pays d'origine.

Conclusion : les stratégies des démuni(e)s

46Il est temps, pour conclure de revenir sur le titre de cet article. Ce rapide exposé des difficultés scolaires et des itinéraires de quelques jeunes issus de l'immigration brésilienne nous invite à nous poser le problème des surdéterminations de nos choix.

47Il est incontestable que les destinées individuelles ne sont jamais totalement déterminées par les régularités que le sociologue met à jour. Ainsi, on observera que les écarts de réussite au sein d'un même groupe social sont plus importants que ceux que l'on observe entre ces groupes. Chacun pourra d'ailleurs attester de son expérience propre pour démentir la généralisation du sociologue : qui n'a pas dans son entourage un miraculé de la République ? Ajoutons que pour celui qui est au cœur de l'action, le sentiment de l'essentielle non-détermination de ses décisions rejoint un postulat éthique, celui de la liberté et de la responsabilité pleinement assumées de ses actes, notions qui sont au fondement des valeurs de l'individualisme et de la démocratie.

48Les individus déploient donc des stratégies. Pourtant, celles-ci, sous leur forme agrégée, ne démentent pas les régularités que les sociologues cherchent à établir. Dès lors, que penser de ce concept de stratégie ? Faut-il n'y voir qu'une tentative de rationalisation, de subjectification d'un choix prédéterminé ? L'habitus bourdieusien avait précisément pour vocation de rendre compte de cet ajustement spontané des choix personnels avec les conditions objectives, et ce faisant de tendre un pont entre l'objectivisme et le subjectivisme, entre le système et l'agent.

49Un autre sociologue, Michel Crozier, a pour sa part développé une sociologie qui donne au concept de stratégie une portée méthodologique. Dans une perspective résolument « individualiste » et « compréhensive » (inductive), Michel Crozier a mis l'accent sur cette incompressible marge de liberté que les acteurs mobilisent et négocient afin d'accroître ce qu'ils perçoivent comme étant leur intérêt. Le sens du jeu est dans cette perspective, la faculté que les acteurs ont de repérer les incertitudes sur lesquelles ils peuvent peser pour faire valoir leur point de vue.

50Et, en effet, chacun de nous évalue les situations et cherche à jouer au mieux avec les cartes que la naissance lui a attribuées mais aussi avec les hasards rencontrés sur son chemin. Nous nous saisissons parfois de chances que la naissance ne nous destinait pas, nous sortons de l'ornière de la prévisibilité, nous détonons dans notre milieu. Pourtant, la statistique nous rattrape au bout de la route. Nous ne serons jamais que l'exception qui confirme la règle.

  • 12 Voir dans cet ouvrage, p. 247-259.

51Il est du rôle des sociétés démocratiques de minimiser ce que la réussite doit à la naissance. L'école a pour vocation d'offrir à chacun les aliments de sa plus haute croissance. Le droit à l'éducation, ce mot de ralliement, ce beau drapeau universel que le professeur Horio Teruhisa12 a tendu à bout de bras tout au long de ces cinquante dernières années, il nous revient de le reprendre aujourd'hui autour d'une nouvelle figure du déshérité. Cette figure de l'immigré, de son fils et de sa fille qui voisinent avec l'ensemble de ceux que la pauvreté, que le malheur ou la violence ont relégué dans l'espace grisâtre des inégalités que nulle stratégie individuelle ne parviendra seule à soulager.

Notes

1 L'idée d'une impréparation de la population à l'accueil de migrants est un des leitmotivs des discours de justification de la politique de fermeture adoptée au Japon.

2 Dans L'Origine du mythe du peuple unique (Tanitsu minzoku shinwa no kigen, Tôkyô, Shin.yosha, 1995), Oguma Eiji montre combien ce repli de la nationalité sur l'ethnicité était étranger aux idéologues de l'empire du Grand Japon.

3 Soit 2 152 973 personnes en 2007. Les données sont consultables sur le site du ministère de la Justice (Hômusho) : http://www.moj.go.jp/content/000098590.pdf (accès en août 2012).

4 Le terme, qui découle de la contraction de free et arbeiter, décrit les jeunes hommes et les jeunes femmes célibataires de 14 à 34 ans qui vivent de petits boulots (temps partiels, intérim) ou en cherchent. Estimés à 2,17 millions en l'an 2003, ils approcheraient aujourd'hui 1,8 million. On les distingue des jeunes du même âge resté sans activités, les nîto (Not in Education, Employment or Training) qui sont estimés à 600 000 (ministère de la Santé, 2011).

5 Claude Lévi Alvarès, « Sur la scolarisation des enfants de l'immigration au Japon », Nichifutsu kyôiku gakkai nenpô (Annales de la société franco-japonaise des sciences de l'éducation), no 13, 2007, p. 79-90.

6 Nishida Yoshimasa, Tsutsumi Keishieô, « Nikkei Burajirujin no wakamono tachi (Les jeunes d'origine brésilienne) », in Nishimura Takeo, Esunikku komyuniti no hikaku toshi shakaigaku (Sociologie urbaine comparée sur les communautés ethniques), 2006, rapport d'enquête (kaken hôkoku) non publié.

7 Source : Ômagari Yukiko et al., « Zaïgakuritsu to tsùgakuritsu kara miru zainichi gaikokujin seishônen no kyôiku – 2000 nen kokusei chôsa dêta no bunseki kara (L'éducation des jeunes étrangers envisagée sous l'angle de leur présence et de leur fréquentation scolaire à partir de l'analyse des données du recensement de l'an 21 KHI) », Ôsaka keizailtôka daigaku Ajiataiheiyô kenkyû sentâ nenpô (Revue annuelle du centre de recherche Asie-Pacifique de l'université d'Économie et de Droit d'Ôsaka), no 8, 2011, p. 31-38.

8 Taux de change au 1er août 2012 :1 euro = 95,93 yens.

9 Le budget prévisionnel 2012 pour les activités d'enseignement du japonais précise les différents axes de cette action. Voir : http://www.bunka.go.jp/bunkashingikai/kondankaitou/nihongo_suishin/01/pdf/shiryo_2_2_ver2.pdf (accès en août 2012).

10 Comme le souligne Nakagami Masaru, l'un des membres du sous-comité sur l'enseignement du japonais (Kokugo bunkakai nihongo kyôiku shoiinkai) de l'Agence pour les affaires culturelles (Bunkachô), seuls les établissements qui scolarisent un minimum de 10 enfants étrangers sont habilités à accueillir un professeur supplémentaire (kahai kyôin). Il en résulte, par exemple, que seuls 25 % des établissements accueillant des enfants étrangers dans le département d'Aichi en 2007 avaient pu bénéficier d'un poste supplémentaire ; voir : http://www.bunka.go.jp/kokugo_nihongo/bunkasingi/nihongo_08/gijiroku.html (accès août 2012).

11 Citation du président (zachô) lors de la séance d'ouverture, le 24 avril 2012, du comité chargé d'examiner les modes de guidances pour les écoliers et les élèves qui ont des besoins d'enseignement en japonais (Nihongo shidô ga hitsuyô na jidô seito o taishô toshita shidô no arikata ni kansuru kentô kaigi).

12 Voir dans cet ouvrage, p. 247-259.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Scolarisation au lycée des élèves par tranches d'âges et selon les nationalités à partir des données issues du recensement de l'an 20077 (source : Okyoku Yukiko(2011)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Tableau 3 – Parcours professionnels d'enfants issus de l'immigration brésilienne au Japon
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Université de Hiroshima

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540