Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu-s et démocratie au Japon

 | 
Christian Galan
, 
Jean-Pierre Giraud

Figures de L’individu

La littérature comme une mise en perspective de l'individu : le cours de littérature générale de Natsume Sôseki

Fujiwara Dan

Texte intégral

Introduction

1Pris par un profond doute au sujet de la fidélité de son épouse et glissant, angoissé, dans une grave impasse dont il pense ne pouvoir sortir que par la mort, la folie, ou la religion, Ichirô, le personnage principal de L'Homme qui va (Kôjin, 1912-1913) de Natsume Sôseki (1867-1916), aboutit à ce terrible constat :

  • 1 Kôjin, L'homme qui va, in Sôseki bungaku zenshû (Œuvres complètes de Sôseki), Tôkyô, Shûeisha, 1983 (...)

Ce destin auquel toute l'humanité devrait arriver au bout de quelques siècles, je dois le subir moi seul, dans ma seule vie, et cela m'effraie. S'il ne s'agissait encore que d'une question de vie... Mais en dix ans, en un an, ou en moins de temps encore, en un mois ou en une semaine, je devrais toujours subir ce même destin, et cela m'effraie. Tu te demandes si je ne mens pas, mais quelle que soit ma tranche de vie, que celle-ci dure une heure ou trente minutes, j'y subis assurément le même destin, et cela m'effraie. Bref, je rassemble en moi seul l'angoisse de toute l'humanité et j'éprouve l'effroi de cette angoisse, concentrée en une seconde, en une minute1.

2On sait que L'Homme qui va est un roman tout particulièrement marqué par le regard poignant que Sôseki porte sur la solitude de l'homme dans le Japon moderne. Toutefois, à relire le passage que nous venons de citer, on ne peut s'empêcher d'y apercevoir tout autre chose qu'un simple constat de solitude. Car, aussi paranoïaque qu'il paraisse, le propos du héros (ou antihéros ?), lorsqu'il analyse la fatalité de son destin semble avant tout mettre en perspective celui-ci à l'échelle de l'humanité tout entière.

  • 2 Le terme bungaku-ron signifie littéralement « théorie de la littérature », « théorie littéraire » o (...)
  • 3 Pour le texte du Cours de littérature générale (abrégé : BR), nous utilisons l'édition de la librai (...)
  • 4 Dans sa célèbre conférence intitulée « Mon individualisme » (Watashi no kojinshugi) qu'il a donnée (...)

3Certes, depuis longtemps, la lecture scolaire a fait de Sôseki un romancier habile à l'analyse psychologique des individus qui se tourmentent dans une solitude profonde et irrémédiable pour des raisons variées, parfois inconnues. Cependant, la portée de cette analyse ne semble pas être limitée au niveau individuel. Elle s'ouvre aussi vers une sphère plus large, une sphère collective. Il y a ce que nous voudrions appeler un Sôseki « historien », c'est-à-dire un écrivain soucieux de rendre intelligible, à travers la mise en récit des drames des individus, ce qu'il advient de ceux-ci dans la société moderne dans laquelle ils s'intègrent. Pour cet écrivain de l'ère Meiji (1868-1912), la littérature est, au-delà d'un art du langage, une interface textuelle d'où se dégagent, d'une part, une analyse des destins individuels et, de l'autre, une analyse des mutations sociales et politiques d'un Japon en phase de modernisation. Et cette conception singulière de la littérature, Sôseki l'a déjà formulée, comme nous allons le voir, dans un langage prétendument « scientifique » plutôt que littéraire au moment même où il devient romancier. C'est en effet ce que nous essaierions de montrer ici – la mise en perspective de l'individu à l'échelle collective que propose Sôseki faisait partie dès l'origine de son projet même de création romanesque – en étudiant son Cours de littérature générale (Bungaku-ron)2, publié en 19073, qui, bien que considéré par son auteur lui-même comme un ouvrage raté4, reste un des rares textes théoriques sur la notion de littérature que celui-ci nous ait laissés.

Le paradoxe du questionnement et de la méthodologie de Sôseki

4La question dont Sôseki s'est préoccupé tout au long de la rédaction de son Cours de littérature générale est formulée de manière suivante : « Qu'est-ce que la littérature ? » (bungaku to wa ikanaru mono zo) (BR, 9).

5Le Cours de littérature générale fut publié à Tôkyô en mai 1907, chez Ôkura shoten. Le manuscrit était fondé sur les notes que Sôseki avait préparées pour les cours de littérature anglaise qu'il avait assurés à l'université impériale de Tôkyô de septembre 1903 à juin 1905. Ces notes ont d'abord été confiées, en mai 1906, à un de ses étudiants, Nakagawa Yoshitarô (1882-1939), pour que celui-ci les mette en ordre. Après avoir récupéré le travail réalisé par son étudiant en novembre de la même année, Sôseki a ajouté ce qui constitue aujourd'hui la fin de la quatrième partie et la cinquième et dernière partie de l'ouvrage. Le projet même du livre remonte cependant à une période plus ancienne encore, celle durant laquelle, entre octobre 1900 et janvier 1903, Sôseki séjournait à Londres en tant que boursier de l'Etat japonais.

  • 5 Ogura Shûzô, « Bungaku-ron kenkyû no genzai (L'état actuel des études de Bungakuron) », Sôseki kenk (...)

6Même si l'objectif de ce séjour, imposé par le gouvernement, était d'approfondir ses connaissances en langue anglaise, Sôseki s'intéressa bien plus à la littérature anglaise. Loin d'être anodine, cette distinction entre langue et littérature a joué un rôle capital dans le cheminement intellectuel de celui-ci. En arrivant à Londres, il s'est en effet trouvé dans une situation qui l'a conduit justement à poser cette question fondamentale liée à la notion même de littérature, et non plus aux caractéristiques de la seule littérature anglaise, celle-ci n'étant pratiquement pas enseignée dans le milieu universitaire anglais5. Situation logique, si l'on considère que les bourgeois londoniens qui constituaient la majorité des étudiants n'avaient certainement pas besoin d'étudier la littérature anglaise comme un sujet d'étude particulier, puisqu'ils avaient été éduqués et vivaient littéralement dans le bain culturel qui avait produit celle-ci. La littérature anglaise en tant que discipline n'existait qu'à l'extérieur de l'Angleterre où Sôseki avait pourtant cru pouvoir s'y initier.

7Cette expérience du « vide » ne fut pour autant pas fatale pour Sôseki. Certes, il en vint dès lors à ne plus fréquenter l'université à partir du mois de janvier 1901, soit tout juste deux mois après son arrivée à Londres. Mais, cette expérience amena le futur romancier à l'extérieur de son objet d'étude initial, et lui inspira une approche tout à fait originale qui constitue la caractéristique principale du Cours de littérature générale. Sôseki s'enferma en effet alors dans son appartement pour se plonger dans des lectures intensives à tel point qu'une rumeur de folie commença à circuler à son égard. C'est dans une lettre adressée à Nakane Shigekazu (son beau-père) et datée du 15 mars 1902 que Sôseki explique, peut-être pour la première fois, sa nouvelle approche de la littérature :

En commençant par une dissertation sur la façon de voir le monde, j'ai l'intention de m'interroger sur la question de savoir comment interpréter la vie humaine, de discuter le but de celle-ci, sa signification ainsi que la variation de la force qui l'anime, puis de voir ce que c'est que la civilisation, d'analyser les divers éléments qui la structurent, et d'examiner comment elle influence la littérature et son évolution. Un tel projet, immense, convoque philosophie, histoire, science politique, psychologie, biologie, et même évolutionnisme, ce qui me stupéfait moi-même. Pourtant, je suis déterminé à aller le plus loin que je pourrai.

8On peut d'emblée remarquer l'audace du projet de Sôseki, et l'excentricité du cheminement qu'il a choisi. Car, si la question qu'il s'est posée était de savoir ce qu'était la littérature, la démarche qu'il révèle dans cette lettre est quelque peu paradoxale. En effet, selon lui, s'agissant de la vision du monde et de la vie humaine, la littérature implique non seulement les sciences humaines et sociales comme la philosophie, l'histoire, la science politique ou la psychologie, mais aussi d'autres disciplines comme la biologie qui n'ont en apparence aucun rapport avec la littérature. Bref, Sôseki en vient à nous dire que la littérature contient en elle-même à peu près tous les savoirs sauf justement... le savoir littéraire. Son expérience du « vide » l'a convaincu que la réflexion sur la notion de la littérature ne dispose pas d'une méthodologie propre, et que, si une méthodologie existait, elle se situait obligatoirement au dehors d'elle-même.

9Sôseki adopte donc une méthode de travail non littéraire mais explicitement scientifique et il s'initie en particulier à la psychologie et à la sociologie évolutionniste, deux sciences en plein essor à cette époque. A l'expérience du « vide », il substitue l'expérience du « dehors ». En se rappelant de la période où il a commencé la préparation du Cours de littérature générale, Sôseki dit dans la préface de cet ouvrage :

Je me suis enfermé dans ma chambre. J'ai rangé au fond de ma malle tous les ouvrages littéraires que je possédais. Puisque je croyais que chercher à savoir ce qu'est la littérature en lisant les ouvrages littéraires est comme si l'on vengeait le sang avec le sang. Je me suis juré d'examiner en profondeur la nécessité psychologique par laquelle la littérature apparaît, évolue et décline dans notre monde. Je me suis juré d'examiner à fond le besoin social qui fait que la littérature existe, prend son essor et dépérit. (BR, 9)

10L'orientation méthodologique choisie par Sôseki est donc double. La psychologie est un savoir scientifique qui porte sur la vie humaine dans son aspect intérieur et individuel, tandis que la sociologie évolutionniste se préoccupe de la pluralité de l'humanité, du passé de celle-ci, de son présent et de son devenir. En cherchant à définir ce qui particularise la littérature, Sôseki puise ainsi son inspiration dans ces deux domaines scientifiques hétérogènes.

  • 6 Voir Michel Lallement, Histoire des idées sociologiques des origines a Weber, Paris, Nathan, 1993.
  • 7 Voir Muraoka Isamu, Bungaku-ron nôto (Notes sur le Cours de littérature générale), Tôkyô, Iwanami s (...)
  • 8 Cette idée est développée notamment dans The Principles of Sociology (1876-1896).

11En réalité, la démarche de Sôseki correspond à un des courants du domaine des sciences sociales qui se développait à son époque. Au tournant du xxe siècle, il y avait d'abord eu la sociologie évolutionniste fondée par Herbert Spencer (1820-1903), ensuite Émile Durkheim (1857-1917) et son école qui avaient découvert la notion de « fait social » comme véritable objet de la sociologie, et enfin une sociologie de type systématique développée par Ferdinand Tönnies (1855-1936) et Georg Simmel (1858-1918)6. Et on sait que durant son séjour à Londres, Sôseki se référait notamment, pour orienter sa lecture, à The Contemporary Science Series, livre édité par Havelock Ellis (1859-1939), médecin et psychologue britannique, considéré comme le fondateur de la sexologie, ainsi qu'à d'autres ouvrages sociologiques de courant évolutionniste7. Parmi les auteurs les plus cités dans le Cours de littérature générale figurent ainsi, tout particulièrement, Théodule Ribot (1839-1916) et Herbert Spencer. Le premier, considéré comme le fondateur de la psychologie française, prônait une psychologie expérimentale soucieuse d'une démarche plus matérielle combinant observations et mesures, alors que le second, sociologue anglais, nourrissait sa réflexion sociologique des principes darwiniens et comparait les institutions de la société aux organes du corps humain8. Sôseki lut également le fameux criminologue italien Cesare Lombroso (1836-1909) qui considérait que la déviance et le crime étaient des phénomènes biologiques, ou encore le sociologue français Gustave Le Bon (1841-1931) qui avançait l'idée de la contagion mentale dans son analyse de la psychologie des foules. Les lectures de Sôseki à Londres suivaient ainsi les courants dominants des sciences sociales de l'époque, lesquels privilégiaient le modèle biologique et l'approche organiciste.

Une démarche scientifique ?

12Le Cours de littérature générale se présente donc comme une synthèse des lectures auxquelles Sôseki s'est livré à Londres. Le plan de l'ouvrage est construit avec une structure rationnelle, et la rédaction de chacune de ses cinq parties repose sur une démarche déductive et démonstrative, partant toujours de la présentation d'une notion, suivie d'une démonstration étayée de nombreux exemples tirés de la littérature anglaise.

13Ainsi, dans les deux premières parties intitulées « Classement des éléments littéraires » (bungakuteki naiyô no bunrui) et « Variation quantitative des éléments littéraires » (bungakuteki naiyô no sûryôteki henka) Sôseki commence par définir la notion d'« élément littéraire » (bungakuteki naiyô), qui constitue la littérature, et plus précisément le contenu d'un ouvrage dit littéraire. Ensuite, dans les troisième et quatrième parties, « Particularité des éléments littéraires » (bungakuteki naiyô no tokushitsu) et « Rapports entre les éléments littéraires » (bungakuteki naiyô no sôgo kankei), l'auteur présente diverses figures de style qui permettent de représenter les éléments littéraires. Enfin dans la dernière et cinquième partie, « F collectif » (shûgôteki F), la théorie qu'il a cherché à démontrer jusque-là à l'échelle individuelle est développée au sujet de la collectivité humaine, ce qu'il appelle le « courant de pensée » (shichô) (BR, 419).

14Une telle présentation fait du Cours de littérature générale un texte explicitement théorique. En effet, dès ses premières lignes, le texte adopte une tonalité nettement scientifique, voire mathématique :

D'une manière générale, la forme de l'élément littéraire doit se traduire par la formule « F + f ». Le « F » désigne la focalisation de l'« impression » [inshô] ou de l'« idée » [kannen], et le « f » l'émotion qui s'y attache. Donc la formule doit signifier la combinaison d'un « élément cognitif » [ninshikiteki yôso] « F » composé de deux aspects – l'impression et l'idée – et d'un « élément émotionnel » [jôchoteki yôso] « f ». (BR, 27)

15Sôseki définit ainsi la notion d'« élément littéraire » par une formulation explicitement mathématique, ce qu'on n'attendrait, a priori, pas dans un ouvrage au travers duquel l'auteur prétend expliquer la littérature. Toutefois, contrairement au caractère énigmatique de cette tournure, il s'agit d'une affirmation assez simple, le message de ce passage pouvant se résumer à l'idée qu'il faut exprimer dans une œuvre littéraire des faits concrets et les émotions que ceux-ci provoquent. La littérature ne doit pas se satisfaire d'une simple description matérialiste, il faut qu'elle s'accompagne de représentations psychologiques.

16Ceci posé, le problème pour Sôseki est de savoir quel fait produit quelle réaction psychologique. Les deux premières parties du Cours de littérature générale sont ainsi consacrées à l'analyse des « éléments littéraires ». Sôseki distingue tout d'abord dans le « F » quatre sous-catégories, détaillées elles-mêmes en plusieurs sous-sous-catégories censées, chacune, provoquer des émotions différentes. Ensuite, en s'appuyant sur l'hypothèse que chaque « F » varie en fonction de diverses conditions matérielles qui entourent la personne qui la perçoit : l'âge, le lieu, l'époque, etc., l'auteur tente d'examiner les variations possibles de chaque « F » ainsi que de chaque « f ». Et, l'ouvrage se développe ainsi comme si son objectif principal résidait en réalité dans le fait d'établir une taxinomie des « éléments littéraires ».

17Le Cours de littérature générale ne cherche cependant pas simplement, selon nous, à appliquer un système d'écriture scientifique à l'explication du contenu des ouvrages littéraires. La vraie tension du Cours de littérature générale se trouve dans le fait que, au final, cet ouvrage démontre la limite même d'une telle démarche.

  • 9 Komori Yôichi, Sôseki oyominaosu (Relire Sôseki), Tôkyô, Chikuma shinsho, 1995, p. 97.

18Revenons aux premières lignes citées plus haut. On ne peut que s'étonner ici, avec le sôsekien Komori Yôichi9, du fait que le futur romancier, en définissant l'« élément littéraire », prend en considération deux notions totalement différentes – l'« impression » et l'« idée » – en les plaçant au même niveau, en termes d'« élément cognitif ». L'« impression » est en effet le résultat d'un acte physique qui s'exécute au travers des cinq sens, tandis que l'« idée » est une représentation psychologique élaborée par la pensée, l'imaginaire. L'« impression » n'a lieu que dans la mesure où un ou plusieurs sens sont mobilisés par la présence physique d'un objet concret (image, son, odeur, etc.), tandis que l'« idée » est le résultat d'une activité intellectuelle qui ne nécessite pas cette condition matérielle. Or, chez Sôseki, l'« impression » et l'« idée » se trouvent placées en alternatives (mata wa). Contrairement à son style d'écriture en apparence scientifique, celui-ci avance ici, de fait, un argument qui l'est moins.

19D'ailleurs, après avoir présenté et détaillé les différents « éléments littéraires » tout au long des deux premières parties, Sôseki développe ensuite l'idée que, en ce qui concerne la capacité à saisir le monde réel, l'écriture scientifique a bien des limites que seule la littérature peut dépasser. Ainsi, la troisième partie oppose explicitement la littérature à la science, Sôseki avançant deux éléments qui différencient l'une de l'autre.

  • 10 L'opposition que Sôseki développe entre la science et la littérature coïncide avec ce que Karl Pear (...)

20Le premier élément concerne l'objectif des deux activités. D'après Sôseki, la science a pour objectif la « description » (jojutsu) et s'attache à répondre à la question « comment », tandis que la littérature répond-elle à la question « pourquoi »10. En outre, la science, tandis qu'elle s'interroge sur la façon dont tel événement se produit, est obligée, selon lui, de suivre l'ordre chronologique dans son explication (BR, 224). Cette vocation de la science fait aussi bien sûr partie intégrante de la littérature, à la différence toutefois que celle-ci peut découper de manière arbitraire l'enchaînement chronologique des faits et traiter un fait ponctuel comme s'il représentait l'ensemble de l'événement. Pour Sôseki, la description d'un instant donné suffit à signifier un découpage temporel plus long : une heure, une journée, cent ans, ou même tout une époque (BR, 225).

21Le deuxième élément évoqué par Sôseki est lié à la différence de « posture » (taido) entre la science et la littérature. D'après lui, la science est anatomique (kaibôteki). Elle décompose son objet jusqu'au niveau de la « particule élémentaire » (genshi). Si cet aspect de la science est qualifié de « destructeur » (hakaiteki) (BR, 228), la littérature ne peut cependant pas non plus éviter complètement cette qualification. Or, selon Sôseki, la littérature n'est anatomique que lorsqu'elle vise à représenter l'ensemble de tous les aspects d'un événement (BR, 230). Si un ouvrage, quel que soit son objectif, s'enfermait dans une analyse microscopique et s'éloignait d'une perception plus globale, il ne mériterait pas d'être considéré comme littérature. La méthode littéraire, même si elle est parfois anatomique et donc destructrice comme la science, doit avoir pour ultime objectif la synthèse, la « mise en ensemble » (sôgô) (BR, 238).

22Ainsi, en s'appuyant sur ces deux différences majeures qu'il définit entre la littérature et la science, Sôseki consacre-t-il entièrement la quatrième partie du Cours de littérature générale à la présentation de divers procédés permettant la synthèse, la mise en ensemble qui particularisent la littérature. Les huit procédés qu'il présente sont les suivants :

  1. Représentation des objets inanimés par l'analogie avec les affaires humaines » (tôshutsu gohô) (BR, 272).

  2. Représentation des affaires humaines par l'association d'idées avec des objets inanimés » (tônyû gohô) (BR, 274).

  3. Représentation des objets inanimés par l'association d'idées avec des objets inanimés » (jiko to kakuri sent rensô) (BR, 281).

  4. Représentation par l'association d'idées qui produisent des effets inattendus » (kokkei-teki rensô) (BR, 296).

  5. Extension des trois premiers » (chôwahô) (BR, 312).

  6. Extension du quatrième » (taichihô) (BR, 332).

  7. Réalisme » (shajitsuhô) (BR, 362).

  8. Réduction de la distance entre l'auteur et le lecteur » (kankakuron) (BR, 391).

23Bien que Sôseki évoque huit procédés distincts, il faut remarquer que ceux-ci sont pratiquement tous définis en termes d'« analogie » (ruiji) ou d'« association d'idées » (rensô). Autrement dit, la littérature telle que l'auteur la définit consiste à explorer le procédé de mise en relation de différentes sphères entre lesquelles n'existe a priori aucun rapport explicite ni logique.

24Sans aucun doute, les procédés 7 et 8 paraissent constituer des exceptions. Il est vrai que dans un premier temps, Sôseki définit le procédé 7 – « réalisme » – comme le fait de transcrire notre langage quotidien. Cependant, il ajoute que ce procédé doit produire en retour un effet dépassant de ce que l'on entend par ce dernier terme. La scène réaliste d'un dialogue de dix minutes d'un couple marié, par exemple, ne retrace pas seulement la situation de ces deux personnes mariées durant ces dix minutes, mais également leur vie tout entière – antérieure, présente et future. Le réalisme, tel que Sôseki le définit, n'est donc pas une simple description fidèle de la réalité, mais il va beaucoup plus loin : non seulement l'écrivain doit décrire un fait sans aucune dramatisation, mais il doit aussi en dire plus, voire dire la totalité potentielle de ce fait.

25Quant au procédé 8, il ne constitue pas lui non plus une exception parmi ces huit procédés. Bien que l'auteur ne le définisse pas en termes d'analogie ni d'association d'idées, il consiste toujours à établir des liens entre différentes sphères, dans la mesure où ce procédé cherche à produire un effet d'illusion chez le lecteur comme si celui-ci se trouvait directement, sans l'intermédiaire de l'auteur, face aux événements décrits dans l'œuvre littéraire. C'est donc, tout comme l'« effet de réel », un procédé qui vise à confondre le monde réel et l'univers fictif propre à l'œuvre littéraire.

26Si Sôseki dans son Cours de littérature générale se veut rationnel et analytique, cela n'est ainsi pas pour autant pour ramener la littérature à la science. Sa démarche se veut scientifique, mais cherche aussi à démontrer justement les limites de celle-ci. Le point de départ de Sôseki était l'idée que si la littérature existe, cela est dû à ce qui est en dehors d'elle-même, même si elle est le seul savoir qui est capable de dépasser cette limite, que la science, elle, ne permet pas d'abolir du fait de la nature et de sa vocation. Tout se passe comme si Sôseki avait recours à la science pour démontrer les limites, et la capacité de la littérature.

L'individu comme une mise en perspective de la conscience collective

27Dans la conception qu'a Sôseki de la littérature, l'individu est finalement utilisé pour mettre en perspective de la conscience collective. Mais comment argumente-t-il cette idée ? Pour répondre à cette question, il nous faut revenir à la définition qu'il donne de l'« élément littéraire ».

28Comme nous l'avons vu plus haut, à la toute première ligne de son ouvrage, Sôseki définissait l'« élément littéraire » comme une combinaison d'un « F » (idée et/ou impression) et d'un « f » (émotion). Or, il précisait plus loin que ce processus de combinaison s'inscrirait dans une activité psychologique, la « conscience » (ishiki), qui était présentée, à l'aide de la métaphore de la « vague », comme une succession d'images psychologiques à intensité variable (BR, 30).

  • 11 Conwy Lloyd Morgan est connu par ses études sur la psychologie animale qui joueront un rôle importa (...)

29Cette définition de la conscience s'inspire, on le sait, de celle du psychologue anglais Conwy Lloyd Morgan (1852-1936)11, que Sôseki interprète avec une grande liberté. Selon lui, chaque état psychologique apparaît et disparaît alternativement d'un instant à un autre, mais la durée de l'instant durant lequel un individu se trouve dans un état psychologique donné varie considérablement d'un individu à l'autre. Cette durée peut être une seconde aussi bien qu'une heure, une année, un siècle, ou même plus. Et d'ailleurs, chaque état psychologique se retrouve aussi bien à l'échelle individuelle que collective, voire sociale. Voici ce que dit Sôseki :

Si, partant de la théorie anatomique de la conscience vue comme une vague, on élargit le champ d'application de ses principes, n'existe-t-il pas dans le cours de la conscience durant dix secondes, vingt secondes, voire une heure, ce qu'on peut appeler « F », comme il y en a un durant une seconde ? Si l'on suppose que je récite maintenant un excellent poème pendant une heure, il est évident que ma conscience se déplace constamment du mot « a » au mot « b », puis « c » ; mais quand on revient au bout d'une heure sur ces nombreuses petites vagues apparaissant et disparaissant l'une après l'autre, on s'éloigne de chacun de ces petits « F » rassemblés ; et n'apparaît-il pas alors une sorte de conscience focalisée de cette « heure » ? Il y a un « F » pour une demi-journée, et également pour une journée ; si l'on pousse plus loin cette hypothèse, il peut y avoir un « F » pour un an, dix ans, et parfois même ne serait-il pas rare d'avoir un « F » pour tout une vie. Comme il y a un « F » qui traverse la vie d'un individu, il est tout à fait évident aussi qu'il y a un « F » pour une société ou une époque donnée. Et si l'on catégorise le « F » avec ce sens large, il devra se présenter de manière suivante :

1) F » durant un instant de la conscience ;

2) F » durant un moment de la vie d'un individu ;

3) F » durant une période de l'évolution de la société. » (BR, 31-32).

30L'état psychologique, quelle que soit sa durée, qu'il soit individuel ou collectif, peut constituer une entité « F », et donc être un « élément littéraire ». Si un état psychologique se produit pendant une durée variable, d'une seconde à une vie, il existe par ailleurs individuellement aussi bien que collectivement comme un « F ». La définition de base de l'« élément littéraire » selon Sôseki, telle que nous l'avons présentée plus haut, est ici poussée jusqu'au bout de sa logique. Une fois de plus, Sôseki opère un saut épistémologique considérable en dépassant l'aspect matériel de la notion du temps, qui est mesurable, et de la conscience individuelle, qui présuppose l'existence de l'être humain en tant que corps physique. Le principe de la conscience individuelle comme une entité qui engendre l'« élément littéraire » s'applique également à la conscience collective, de courte durée comme de longue durée.

31Ce rapprochement analogique entre conscience individuelle et conscience collective, entre état psychologique à court terme et état psychologique à long terme, Sôseki y revient et le développe tout au long de son Cours de littérature générale comme le principe fondamental de son argument. Ainsi, s'il admet dans la seconde partie que la quantité du « F » augmente en fonction du nombre des individus (plus il y a de monde, plus il existe des « F ») et de l'âge de ceux-ci (un adulte a plus de « F » qu'un enfant), il affirme dans la troisième partie que l'assemblage des « F » de différents individus constitue un même phénomène psychologique collectif à un moment donné. Autrement dit, il suffit d'évoquer ce qui se passe dans la conscience individuelle à un moment donné pour saisir l'époque d'une collectivité humaine. Un « F individuel » est la condensation d'un « F collectif », et un « F » à courte durée celle d'un « F » à longue durée.

32Et c'est dans la prolongation logique de cette hypothèse que Sôseki semble avoir écrit la cinquième et dernière partie intitulée « F collectif » (shûgôteki F) sur laquelle nous voudrions nous arrêter avant de conclure. Car c'est dans cette partie qu'il argumente spécifiquement la possibilité que la littérature fonctionne comme histoire sociale.

33Sôseki commence par distinguer trois types de « F collectif », tout en constatant qu'il y a des différences entre individus, nations, lieux et époques : « F imitatif » (mogiteki F) qui se forme par l'assemblage des « F » individuels qui finissent par se ressembler l'un à l'autre par imitation ; « F intelligent » (nôsaiteki F) qui se construit autour d'un « F actif » (sekkyokuteki F) qui guide les autres ; et « F génial » (tensaiteki F) qui a une grande capacité d'anticiper l'avenir au point de ne pas être compris par les autres.

34L'important n'est cependant pas d'évaluer la légitimité de la catégorisation qu'opère Sôseki. Sôseki lui-même avoue d'ailleurs que la différence entre ces trois « F collectifs » n'est pas nette. L'essentiel réside dans le fait que le « F collectif » soit en mutation permanente, non seulement parce que l'activité de la conscience évolue constamment d'un instant à un autre et diffère d'un individu à un autre, mais aussi parce que le « F collectif » se forme à partir de l'assemblage des « F individuels ». En tant qu'assemblage des « F individuels » en évolution et différenciation continuelles, le « F collectif » ne peut rester immobile. Les « F individuels » dans la conception de Sôseki sont des composants d'une même entité qui elle aussi change en fonction de sa propre évolution. Tout se passe donc, pour Sôseki, comme si les « F individuels » étaient des cellules qui composent un être vivant.

35Cette idée, Sôseki la mettait d'ailleurs en avant dès le début du Cours de littérature générale à l'aide de la figure suivante :

36Et voici la façon dont il l'expliquait, ailleurs, dans la cinquième partie de son livre :

  • 12 Une autre terminologie de Sôseki pour désigner la conscience comme vague.

Mon hypothèse est que la théorie de la « vague focalisée » [shôten hadô]12 peut être valable aussi bien au niveau de notre conscience instantanée que de celle d'une heure ou d'une journée, qu'elle peut par ailleurs s'appliquer à la conscience d'une année, d'une décennie ou de toute la vie d'un individu. De même, ce que nous pouvons dire concernant l'évolution qui caractérise la vie entière d'un individu correspond aussi à ce que nous pouvons dire de l'évolution de la conscience collective qui existe entre un individu et un autre qui vivent le même instant. Enfin, comme j'en avais fait hypothèse au début du livre et de ce chapitre, le fait que la « grande conscience » [daiishiki] constituée des consciences collectives rassemblées des individus existant au même moment, développe un rapport de causalité tout en suivant le courant du temps et en évoluant sur cent ou deux cents ans ne contredit pas cette théorie. Dans le cas où cette hypothèse s'avérerait fausse, dans le cas où quelque preuve matérielle démentirait cette hypothèse dans la réalité, ma théorie serait alors détruite et, par conséquent, il serait impossible de la rebâtir. Mais, j'examinerais alors personnellement mon hypothèse dans ma conscience à chaque instant, jetterais un regard sur mon cheminement et celui des autres au cours des années passées ; ou encore, en considérant la tonalité d'une époque, en parcourant l'histoire du passé et en ouvrant grand mes yeux, je m'interrogerais sur les vicissitudes du destin, et, ce faisant, je saurais si mon hypothèse est loin ou pas de la réalité. D'autant plus que je n'hésiterais pas à appliquer le principe que j'ai conçu dans les chapitres précédents à toute ma vie, à celle des autres, à l'époque où je vis avec ces derniers, et enfin à la vaste histoire du passé qui se développe de manière étonnante tout au long des époques révolues – l'histoire du passé qui explique ce qu'on appelle en un mot le destin du cours des choses dont la force est incontrôlable et terrifiante et dans lesquelles des foules de millions d'individus s'agitent à la fois indépendamment et ensemble, et évoluent ainsi. (BR, 446-447)

37Dans cette mise en perspective à l'infini qui va d'un instant à un siècle, de l'individu à des foules de millions d'individus, on notera deux points. Le premier est le fait que le « F collectif » ne se caractérise pas par sa diversité, mais par son homogénéité. L'argument de Sôseki ignore, même lorsqu'il aborde le niveau individuel, une forte possibilité d'hétérogénéité qui devrait se manifester entre différents individus et différents moments. Le deuxième, qui est lié à ce point, est la grande fragilité de cet argument, puisque justement Sôseki ne suppose aucune exception qui puisse perturber cette homogénéité. Comment y voir autre chose qu'un tour de force intellectuel, plutôt que l'exposition d'une théorie affirmée ?

38Quoi qu'il en soit, si l'« élément littéraire » est tel que la cinquième partie du Cours de littérature générale le définit, force est de constater que la littérature peine à se définir comme une simple analyse des destins individuels. Même si elle est conçue sur le modèle de la conscience individuelle, la force de la littérature selon la conception de Sôseki consiste en effet à être capable de dire le destin collectif. En laissant de côté toutes les spécificités que l'on pourrait habituellement attribuer à la littérature, le futur romancier du Japon moderne met ainsi en avant l'idée de la littérature comme un savoir total portant sur la société et l'histoire.

Conclusion

  • 13 Sur la réception négative des cours de littérature de Sôseki, voir Fujii Hidetada, « Bungaku-ron sa (...)

39On sait que les cours de littérature que Sôseki assurait à l'université impériale de Tôkyô ne plaisaient pas tant que cela aux étudiants13. En effet, la réforme des cursus de l'université en 1904 fit de la philosophie, de la psychologie, de l'esthétique et de la littérature des matières obligatoires, et la psychologie fut alors non seulement introduite en tant que matière, mais elle apparaissait aussi au travers d'autres disciplines telle que l'esthétique qui proposaient également une approche psychologique. Le contenu des cours de Sôseki tels qu'ils peuvent apparaître dans son Cours de littérature générale appartenait assurément à ce courant de l'enseignement influencé par la psychologie et plus généralement par la démarche scientifique.

  • 14 Style que l'on peut qualifier de « langue classique » dans le sens qu'il servit de « modèle » aux i (...)
  • 15 Voir Emmanuel Lozerand, Littérature et génie national. Naissance d'une histoire littéraire dans le (...)
  • 16 Voir Karatani Kôjin, « Bungaku ni tsuite (Sur la littérature) », Kokubungaku (Littérature nationale (...)

40À l'époque où Sôseki a publié son Cours de littérature générale, la notion de littérature était en plein renouvellement. Si le terme japonais bungaku que l'on traduit habituellement en français par « littérature » signifiait à l'époque d'Edo les « études chinoises » (kangaku), le milieu académique des études littéraires au Japon moderne, milieu qui était alors lui-même en pleine construction, s'investissait davantage, à propos de la notion de littérature, dans une démarche historicisante qui consistait à établir un corpus constitué d'ouvrages littéraires japonais. Rédigé en mêlant japonais et chinois (wakankonkôtai)14 et présentant des exemples abondamment tirés de la littérature anglaise, le Cours de littérature générale reste pourtant en marge de cette aventure intellectuelle qui a été menée par des étudiants de l'université impériale de Tôkyô dans les années 189015. Curieusement, Sôseki, même s'il était lui-même étudiant de cette prestigieuse université à la même époque et dut y croiser les futurs principaux auteurs de toute la première histoire littéraire du Japon tels que Haga Yaichi (1867-1927) ou Ueda Kazutoshi (1867-1837), ne mentionne pourtant nulle part cette nouvelle approche historicisante dans son Cours de littérature générale. Il quittera en 1907 définitivement le milieu de l'enseignement universitaire pour devenir romancier en concluant un contrat d'exclusivité avec le journal Asahi. Il ne s'agit certainement pas d'ignorance, mais, comme le suggère Karatani Kôjin16, d'un geste conscient de Sôseki qui rejetait l'historicisme. De ce point de vue, on peut supposer que, pour Sôseki, la littérature était surtout une notion à inventer, et ce en se fondant certes sur la notion de conscience individuelle mais aussi en appliquant celle-ci à la compréhension de la conscience collective et de l'histoire.

Notes

1 Kôjin, L'homme qui va, in Sôseki bungaku zenshû (Œuvres complètes de Sôseki), Tôkyô, Shûeisha, 1983, vol. 7, p. 415. Bien que le roman ait déjà été traduit en français par René de Ceccaty et Nakamura Ryôji (Le Voyateur, Paris, Rivages, 1991), nous en proposons ici notre traduction.

2 Le terme bungaku-ron signifie littéralement « théorie de la littérature », « théorie littéraire » ou « traité de la littérature ». Nous avons cependant choisi de le traduire ici par Cours de littérature générale en tenant compte, comme nous allons le voir, du contexte de la rédaction de cet ouvrage.

3 Pour le texte du Cours de littérature générale (abrégé : BR), nous utilisons l'édition de la librairie Iwanami : Sôseki zenshû (Œuvres complètes de Sôseki), Tôkyô, Iwanami shoten, 1995, vol. 14. On référencera les citations de cet ouvrage dans le corps du texte en mettant entre parenthèses ; par exemple, s'il s'agit de la page 24 : BR, 24.

4 Dans sa célèbre conférence intitulée « Mon individualisme » (Watashi no kojinshugi) qu'il a donnée au Gakushû-in en novembre 1914, Sôseki qualifie en effet son ouvrage de « ruines d'une ville détruite par un séisme avant l'achèvement de sa construction ».

5 Ogura Shûzô, « Bungaku-ron kenkyû no genzai (L'état actuel des études de Bungakuron) », Sôseki kenkyû (Études sôsekiennes), Tôkyô, Kanrin shobô, no 1,1993, p. 166-170.

6 Voir Michel Lallement, Histoire des idées sociologiques des origines a Weber, Paris, Nathan, 1993.

7 Voir Muraoka Isamu, Bungaku-ron nôto (Notes sur le Cours de littérature générale), Tôkyô, Iwanami shoten, 1976, et également Nakahara Akio, « Bungaku-ron to Gendai kagaku sôsho – Ryûgakusei Sôseki no chiteki kankyô (1) (Le Cours de littérature générale et The Contemporary Science Series – l'environnement intellectuel du Sôseki boursier de l'État japonais [1]) », Ritsumeikan daigaku bungakubu sôsetsu gojusshûnen kinen ronshû (Mélanges pour le cinquantième anniversaire de la faculté des lettres de l'université Ritsumeikan), Kyôto, 1977, p. 1231-1249.

8 Cette idée est développée notamment dans The Principles of Sociology (1876-1896).

9 Komori Yôichi, Sôseki oyominaosu (Relire Sôseki), Tôkyô, Chikuma shinsho, 1995, p. 97.

10 L'opposition que Sôseki développe entre la science et la littérature coïncide avec ce que Karl Pearson (1857-1936), mathématicien anglais et fondateur des statistiques modernes, expose dans The Grammar of Science (1892). C'est vraisemblablement Ikeda Kikunae (1864-1936) qui a recommandé à Sôseki la lecture de cet ouvrage. La rencontre entre Sôseki et le futur inventeur d'un assaisonnement ajinomoto a eu lieu lorsque ce dernier a séjourné à Londres en 1901 après un an et demi d'études en Allemagne. Voir Tachibana Tarô, « Sôseki no Bungaku-ron ni okeru kagaku no imi ni tsuite (Sur la signification de la science dans le Cours de littérature générale) », Jôsai daigaku kenkyû nenpô (Bulletin de l'université Jôsai), Saitama, no 9, mars 1985, p. 13-22.

11 Conwy Lloyd Morgan est connu par ses études sur la psychologie animale qui joueront un rôle important dans le développement du behaviorisme durant le xxe siècle. En citant Morgan, Sôseki écrit : « Tout d'abord, quand on examine une partie de la conscience, c'est-à-dire un instant de la conscience, on s'aperçoit qu'il y a de nombreuses successions et transformations. Pour reprendre l'explication de Morgan, "divers états mentaux apparaissent sans cesse et disparaissent sous peu à un instant donné de la conscience et, ainsi, le contenu de celle-ci ne s'attarde aucun moment sur un même endroit'' » (BR, 30).

12 Une autre terminologie de Sôseki pour désigner la conscience comme vague.

13 Sur la réception négative des cours de littérature de Sôseki, voir Fujii Hidetada, « Bungaku-ron saidoku (Relire le Cours de littérature générale) », Kokubungaku : kaishaku to kanshô (Littérature nationale : interprétation et appréciation), Tôkyô, Shibundô, mars 2001, p. 163-170.

14 Style que l'on peut qualifier de « langue classique » dans le sens qu'il servit de « modèle » aux intellectuels japonais depuis l'époque de Kamakura (1185-1333) jusqu'à l'ère Meiji.

15 Voir Emmanuel Lozerand, Littérature et génie national. Naissance d'une histoire littéraire dans le Japon du xixe siècle, Paris Les Belles Lettres, 2005.

16 Voir Karatani Kôjin, « Bungaku ni tsuite (Sur la littérature) », Kokubungaku (Littérature nationale), Tôkyô, mai 1978 ; repris dans Sôseki-ron shûsei (Ecrits sur Sôseki), Tôkyô, Heibonsha Library, 2001, p. 145-176.

Table des illustrations

Légende Figure (BR, 34)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteur

Université Toulouse - Jean-Jaurès/CEJ-Inalco

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540