Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Individu-s et démocratie au Japon

 | 
Christian Galan
, 
Jean-Pierre Giraud

En guise d’introduction

Christian Galan und Jean-Pierre Giraud

Volltext

1Fruit de plusieurs rencontres et d’un double projet, le présent ouvrage a été initié par le désir de rendre hommage au professeur Horio Teruhisa (né en 1933) et porté par le souci de confronter le regard de différents spécialistes sur les thématiques – et les combats – qui furent et demeurent ceux de ce grand universitaire japonais, à savoir le respect de l’individu (kosei), la garantie des droits humains (kenri) et la sauvegarde de la démocratie (minshû) au Japon – trois thématiques qui sont également au cœur des évolutions de la société et de l’histoire contemporaines de ce pays, et en cela centrales pour comprendre ces dernières.

  • 1 Individus, droits et démocratie au Japon : autour du professeur Horio Teruhisa, université Toulous (...)
  • 2 Individu et démocratie au Japon : des imaginaires littéraires aux réalités du Japon moderne, unive (...)

2La première rencontre a eu lieu en 2008 à l’université de Toulousele Mirail à l’occasion de l’attribution au professeur Horio du titre de docteur honoris causa par cette université. La richesse du colloque qui s’était tenu à cette occasion1 nous a amenés à prolonger celui-ci en en organisant un second à l’université de Lyon 3 en 20102, colloque dont l’objectif était de multiplier les approches et d’aborder certains des aspects qui n’avaient pu l’être en 2008. Enfin, au vu de l’ensemble des contributions à ces deux colloques et après avoir resserré le cadre de notre problématique, nous avons demandé à quelques spécialistes qui n’avaient pu participer à ces deux rencontres de nous proposer des éléments de réflexion propres à leurs domaines de recherche.

3La première ligne directrice de notre travail fut donc la personnalité et le parcours intellectuel et citoyen du professeur Horio Teruhisa et la seconde la nécessité qui s’est fait jour ces dernières années, sous l’impulsion de chercheurs comme Emmanuel Lozerand, contributeur de cet ouvrage, d’étudier de plus près et au plus vite la notion d’individu dans la société japonaise – et notamment de (tenter d’) en finir avec cette idée absurde qu’il n’y aurait pas d’individus au Japon. Les écrits et les combats du professeur Horio suffisent en effet à eux seuls à démontrer l’inanité de ce cliché mais, mieux encore, ils éclairent d’une façon très pertinente la manière de tordre le cou à celui-ci. Ils nous ont donc servi de point de départ pour construire le cheminement et les articulations de cet ouvrage : il y a des individus et des singularités au Japon ; il y a des individus qui mènent des combats pour les droits au Japon ; il y a des individus dont les combats pour les droits visent à renforcer la démocratie japonaise…

4Dans le même temps toutefois, la nature même des combats menés par le professeur Horio ainsi que les différentes dimensions de sa réflexion et de son engagement montrent – comme le font également la plupart des contributions à cet ouvrage – que, s’il est absurde de décréter l’absence d’individus au Japon, il l’est tout autant de prétendre que la réalisation de l’individu japonais et la façon dont celui-ci s’inscrit dans le monde et dans la société de son pays sont de même nature que dans les « autres sociétés », « occidentales » notamment – puisque c’est à celles-ci qu’on l’oppose le plus souvent. Ou, dit d’une manière plus triviale, si la charge qui pèse sur les épaules des individus dans leur rapport aux autres est sans doute de même nature « au Japon » que « chez nous », elle est à l’évidence répartie différemment.

5Et c’est bien l’ensemble de ces dimensions et de ces problématiques que notre ouvrage a l’ambition d’aborder, même si ce sera, comme on le verra, de manière forcément modeste. Conscient des nombreuses difficultés à surmonter pour y parvenir, et notamment de l’impossibilité de traiter l’ensemble des questions abordées de manière exhaustive, nous avons en effet, ainsi que l’ensemble des contributeurs, surtout cherché à défricher un terrain et une problématique jusque-là peu visités et à poser des jalons pour des recherches individuelles ou collectives futures.

  • 3 Emmanuel Lozerand, Drôles d’individus. De l’individualité dans le Reste-du-monde, Paris, Klincksie (...)
  • 4 Éloge des singularités dans le Japon contemporain, colloque international organisé par le Centre d (...)
  • 5 Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social, Paris, La Découverte, 2013, p. 40-41.

6Cette publication s’inscrit de fait dans la même dynamique qui a vu la publication récente, sous la direction d’Emmanuel Lozerand, de l’ouvrage Drôles d’individus – De l’individualité dans le Reste-du-monde3, et l’organisation en décembre 2013 par le Centre d’études japonaises de l’Inalco à Paris du colloque international Éloge des singularités dans le Japon contemporain4. On posera en effet ici, comme ce fut ouvertement le cas dans celui-ci comme dans celui-là, qu’il est d’une manière générale peu opératoire d’opposer l’individu et la société et, en conséquence, plutôt vain de tenter de définir – et à nouveau d’opposer – des sociétés dites individualistes à des sociétés holistes ou groupistes. On considèrera en revanche comme central, pour bien comprendre la charge qui pèse sur les épaules des individus dans leur rapport aux autres que nous évoquions plus haut, le concept d’« inter-dépendance » avancé par Norbert Elias et à partir duquel Bernard Lahire propose par exemple que : « […] plutôt que de se demander quels sont les rapports entre individus et société […, on étudie] les configurations de relations d’interdépendance qui déterminent l’ensemble des hommes qui en font partie […] »5.

7Étudier le cas du Japon à partir de cette position et dans le but de tenter de comprendre comment naissent ou se créent dans ce pays ces relations d’interdépendance qui poussent à ce que, au travers des expériences socialisatrices passées, les « individus japonais » agissent ou se comportent de telle ou telle manière, fassent tel ou tel choix, amène, comme on le verra, à poser au centre des préoccupations le rôle fondamental de l’éducation scolaire. Et cela, à la fois sur le plan du processus d’intériorisation des contraintes et des normes, mais aussi sur celui de la production du sentiment d’anti-individualisme ou de non-singularité considéré au Japon comme une caractéristique essentielle de l’« être-japonais ». La différence perçue entre ce qu’on appelle en général la « société japonaise » et, par exemple, la « société française », ou toute autre « société » occidentale, apparaît alors clairement comme relevant non pas d’une opposition binaire ou dichotomique mais du degré d’interdépendance respectif qui les caractérise, ou, pour le dire autrement en reprenant une autre expression de Norbert Elias, du point sur lequel chacune de ces sociétés a choisi de situer son équilibre sur l’échelle « je-nous ».

8Et en ce sens, ce n’est pas un hasard si c’est à partir de sa spécialisation initiale dans le domaine des sciences, de la philosophie et de l’histoire de l’éducation que le professeur Horio Teruhisa en est arrivé à examiner la réalité des Droits de l’homme au Japon au travers de ceux de l’enfant et en faire le combat d’une vie. Ce n’est pas non plus un hasard si la plupart des contributions de cet ouvrage touchent à un moment ou à une autre à la question sinon de l’école du moins à celle de l’éducation, ou ont celles-ci en toile de fond.

9Le débat au Japon sur ces questions est cependant très complexe et cela pour au moins deux raisons. La première tient au fait que le terme japonais qui réfère à l’individualité ou la personnalité (voire à l’originalité), kosei, a acquis aujourd’hui une polysémie redoutable. La seconde est que cette polysémie a été, à partir de la fin des années 1990, sciemment utilisée par le pouvoir politique pour brouiller les cartes et imposer une politique de rupture par rapport au choix de société effectué après 1945. Interroger la notion d’individu ou d’individualité au Japon ne peut ainsi pas aujourd’hui simplement se limiter à discuter la place que celle-ci occupe dans la société de ce pays mais implique également de prendre en compte l’évolution de cette notion au cours du demi-siècle passé et de comprendre les raisons de cette évolution.

10La question de l’individu et de l’individualité qui est depuis l’ère Meiji (1868-1912) au centre de la réflexion sur la modernité, et donc sur l’éducation, est en effet utilisée par les autorités d’une manière non dépourvue d’ambiguïté sinon de contradictions. En voici un exemple, tiré d’un document officiel du ministère de l’éducation japonais de 2001 (c’est nous qui soulignons) :

À la suite de la fin de la Seconde guerre mondiale, l’éducation au Japon a appliqué le principe de l’égalité des chances, ce qui a permis d’élever le niveau éducatif national pour en faire une force motrice du développement économique du pays. Cependant, lorsqu’on regarde l’état actuel de l’éducation au Japon, on trouve de nombreux problèmes qui perturbent la confiance de la population et de la société dans celle-ci. [...]

Tout d’abord, [les différents problèmes tels que la déscolarisation, la violence, la délinquance, sont dus à] la tendance à attacher trop d’importance à l’individu et à négliger l’intérêt plus large de la communauté, et la propension des jeunes à s’enfermer dans leur propre monde devient de plus en plus importante [...].

  • 6 Monbukagakushô (ministère de l’éducation et des Sciences), « 21 seiki kyôiku shinsei puran (Nouvea (...)

Ensuite, au travers de la standardisation de l’éducation résultant d’un égalitarisme excessif, et le bourrage de crâne par un trop grand nombre de savoirs, l’éducation adaptée à l’individualité (la personnalité) et aux compétences des enfants a été négligée.6

11Si l’on résume, il y aurait eu jusque-là dans le système éducatif japonais, un trop grand souci des individus (kojin, traduit dans la version anglaise officielle du document par « individual freedom and rights ») et pas assez d’individualité(s) (kodomo no kosei, traduit dans la version anglaise par « personalities of individual children »)… Ce qui laisserait accroire à une vision – à nouveau officielle – japonaise de l’individu normal (ou normé) comme non ou point trop pourvu de liberté individuelle ou de droits.

12L’individualité que le système éducatif de l’après-guerre (et donc la société tout entière) devait développer – celui défendu au Japon par des personnes comme le professeur Horio Teruhisa – était humaniste et démocratique : le kosei dont il fallait faire grand cas visait à l’épanouissement de chacun, l’état étant le garant de ce que chacun ait droit à ce dont il avait besoin pour être au « même niveau » que les autres. L’individualité prônée aujourd’hui par les élites néolibérales japonaises et les gouvernements successifs depuis la fin des années 1990 est d’une tout autre nature – et, en cela, le Japon, s’il rompt avec son histoire contemporaine, ne se distingue cependant en rien des évolutions récentes qui touchent l’ensemble des pays industrialisés (ou non). Le kosei de ces discours sous-entend l’existence de différences de fait entre les individus – biologiques, culturelles, cognitives, sociales, familiales, financières, etc. – et pose que tout le monde ne peut pas recevoir le même traitement, et que, par exemple, certains ayant des capacités et d’autres pas, il est inutile de vouloir faire progresser tout le monde de manière égalitaire, et surtout que l’état soit ainsi considéré comme le garant d’une égalité qui n’existe pas. Il pose en conséquence qu’il relève de la responsabilité de chacun – chaque individu, chaque famille – de se « débrouiller », de manière autonome et indépendante. C’est-à-dire sans pouvoir faire appel à la solidarité et sans compter sur le rôle régulateur de l’état.

13Ce qui entraîne de fait à la fois une redéfinition de ce que sont les droits individuels et, à terme, une refondation de la démocratie sur des bases nouvelles. aussi, outre l’affirmation de l’existence d’individus japonais, et plus exactement comme condition même de l’existence de ceux-ci, ce sont bien toutes ces questions que l’on trouvera en arrière-plan de la plupart des contributions de cet ouvrage, lequel a été découpé en quatre parties. La première partie (« Individu-s ») s’ouvre sur un long texte d’Emmanuel Lozerand qui montre comment le cliché ou le stéréotype selon lequel il n’y aurait pas d’individus au Japon s’est constitué en France et dans le monde dès les xviie et xviiie siècles et s’est renforcé ensuite au fil des différentes époques. Il montre également comment les Japonais ont été eux-mêmes partie prenante de la constitution de ce stéréotype et comment celui-ci est si « gluant » qu’il continue de caractériser la plupart des discours contemporains sur le Japon. À l’appui de cette démonstration, on trouvera d’ailleurs à la fin de l’ouvrage une remarquable « anthologie » de ce stéréotype et de son évolution, sinon de son renforcement jusqu’à nos jours, minutieusement composée par Emmanuel Lozerand. Les trois autres contributions figurant dans cette partie permettront, en contrepoint de ce premier texte, de préciser comment, à rebours de ce cliché justement, l’étude de l’imaginaire mythique avec Jean-Pierre Giraud, la philosophie politique avec Asari Makoto et le droit avec Isabelle Konuma permettent de définir l’individu au Japon ainsi que la manière dont celui-ci est pensé ou appréhendé dans ce pays.

14La seconde partie (« Figures de l’individu ») regroupe trois contributions qui s’intéressent à la manière dont l’individu est représenté au Japon dans la littérature et le cinéma ainsi qu’aux enjeux philosophiques, sociaux et historiques de cette représentation. La contribution de Fujiwara Dan s’intéresse ainsi à un texte capital du célèbre écrivain Natsume Sôseki sur la place de l’individu dans la littérature tandis que celles d’Isabelle Marty et de Corrado Neri interrogent respectivement la place occupée par l’individu dans l’œuvre cinématographique d’un des plus importants réalisateurs japonais actuels, Miike Takashi, et l’histoire et les conflits liés à la notion d’individu dans l’espace social Taïwanais dans les rapports que celui-ci entretient avec son ancien colonisateur, le Japon.

15La troisième partie (« Droits ») rassemble elle aussi trois contributions qui montrent comment, dans le rapport « je-nous » qui caractérise le Japon actuel et que nous évoquions plus haut, l’individu parvient (ou pas) à imposer ses droits, comment il les revendique (ou pas) ou encore cherche à en établir de nouveaux. Les trois études de cas proposées concernent des sujets d’une grande actualité au Japon et qui ne sont pas sans écho avec l’évolution de nos propres sociétés occidentales. Claude Lévi Alvarès s’est ainsi intéressé à la question de la scolarisation des enfants immigrés, Anne Gonon à la place accordée aux femmes en politique et Érick Laurent à la manière dont les homosexuels japonais envisageaient ou revendiquaient (ou pas encore) leurs droits dans la société nippone.

  • 7 La lecture de ce texte et sa confrontation avec notamment celui d’Emmanuel Lozerand ou encore avec (...)

16Enfin les quatre contributions de la quatrième partie (« Démocratie ») abordent la question du lien entre individu et démocratie et la manière dont celle-ci est pensée et vécue au Japon au travers de quatre points de vue différents et complémentaires. Yves-Marie Allioux mène cette réflexion à partir de la vie et de l’œuvre de l’immense poète et écrivain japonais Miyazawa Kenji. Sumitani Hirobumi le fait en interrogeant les rapports de pouvoir au Japon notamment au travers de la persistance et de la singularité du système impérial japonais7. Christian Galan revient lui, à partir d’un point de vue historique, sur la notion de responsabilité individuelle avant, pendant et après la Seconde guerre mondiale et sur ce que peut nous dire des ambiguïtés de la démocratie japonaise actuelle le parcours chaotique de quelques éducateurs de premier plan. Enfin, et pour clore cette quatrième partie, on trouvera un texte de Horio Teruhisa qui au travers d’une réflexion sur l’individu, l’éducation et la situation des droits de l’enfant au Japon trace un état des lieux assez saisissant de la société et de la démocratie japonaises actuelles et de leur(s) devenir(s) possible(s).

17Les travaux réunis dans ce livre sont le résultat d’un travail collectif impliquant des chercheurs des universités Toulouse – Jean-Jaurès et Lyon III, mais également de l’Institut d’études trans-textuelles et transculturelles (IETT, Ea 4186), du Centre d’études japonaises de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et de l’université de Bordeaux III, ainsi que de l’université de Hiroshima, de l’université Dôshisha (Kyôto), de l’université des Sciences économiques de Gifu et de l’université de l’éducation d’Ôsaka, au Japon. Qu’ils soient ici tous remerciés de leur contribution à ce projet collectif, ainsi que leurs institutions d’origine.

18Merci également à ceux qui ont permis la tenue de ces deux colloques ainsi que la publication et la diffusion de cet ouvrage : les Presses universitaires du Midi qui l’ont accueilli dans sa collection « Tempus », la section de japonais, le Centre d’études japonaises (Inalco, Ea 1441) et son antenne toulousaine (CEJ-Toulouse), l’UFR des Langues étrangères de l’université Toulouse – Jean-Jaurès, en la personne notamment de Jean Froidure et d’Alain Cozic, ainsi que le département d’études japonaises de l’université Jean Moulin – Lyon III.

Anmerkungen

1 Individus, droits et démocratie au Japon : autour du professeur Horio Teruhisa, université Toulouse – Jean-Jaurès, Toulouse, 28 novembre 2008.

2 Individu et démocratie au Japon : des imaginaires littéraires aux réalités du Japon moderne, université Lyon III, 2 et 3 avril 2010.

3 Emmanuel Lozerand, Drôles d’individus. De l’individualité dans le Reste-du-monde, Paris, Klincksieck, 2014.

4 Éloge des singularités dans le Japon contemporain, colloque international organisé par le Centre d’études japonaises de l’Inalco, Inalco, Paris, 19-20 décembre 2013.

5 Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social, Paris, La Découverte, 2013, p. 40-41.

6 Monbukagakushô (ministère de l’éducation et des Sciences), « 21 seiki kyôiku shinsei puran (Nouveau plan pour une éducation du xxie siècle) », 25 janvier 2001 (http://www.mext.go.jp/a_menu/shougai/21plan/p0.htm (pour la version en japonais) et http://www.mext.go.jp/component/english/__icsFiles/afieldfile/2011/03/07/1303008_003.pdf (pour la version en anglais) ; accès en avril 2014).

7 La lecture de ce texte et sa confrontation avec notamment celui d’Emmanuel Lozerand ou encore avec cette introduction montreront au lecteur attentif qu’il reste encore sans doute un long chemin pour s’accorder sur la perception de la notion d’individu au Japon !

© Presses universitaires du Midi, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540