Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe et les Turcs

 | 
Emmanuelle Pujeau

Chapitre III. Les défenseurs de l’Europe selon Giovio

Texte intégral

L’EMPEREUR, CHAMPION NATUREL DE LA RÉPUBLIQUE CHRÉTIENNE ?

1Dans la documentation historiographique, l’entreprise impériale de Tunis en 1535 apparaît comme un exploit de Charles Quint illustrant la vocation impériale dans la lutte contre les Turcs. Divers traits de cette aventure rappelant les hauts faits de Scipion l’Africain, les auteurs du xvie siècle ne manquent pas d’en souligner les ressemblances pour réaliser leur propre narration. Comme l’empereur, Giovio a un goût prononcé pour les épopées et c’est ainsi qu’il se dit inspiré par les Muses pour son récit. Mais serait-ce là une simple adhésion à une mode, son œuvre ne serait-elle que l’écho de l’air du temps ?

  • 1 Gerosa, 1992, p. 269.
  • 2 Gerosa détaille les manœuvres d’alliance avec les Turcs par François Ier pour mieux combattre la « (...)
  • 3 Festivités évoquées par Gerosa, 1992, p. 278-279.
  • 4 Gerosa, 1992, p. 278.
  • 5 Garcilaso de la Vega (1503-1536) fut grièvement blessé au siège de Tunis.
  • 6 Jan Cornelisz Vermeyen (v. 1500-1559) aurait ainsi tiré de l’expédition de Tunis les cartons d’une (...)
  • 7 Sepulveda, De Rebus gestis Caroli quinti, liv. XXX, § 33. Ce texte se trouve à la Biblioteca de la (...)
  • 8 Machiavelli, 1993 b, section XVI « De liberitate et parsimonia », p. 280-281. Il préfère un prince (...)
  • 9 Machiavelli, 1993 b, section XXI « Quod principem deceat ut egregius habeatur », p. 292.
  • 10 Morel-Fatio, 1913.
  • 11 Morel-Fatio reconstitue une chronologie de leurs contacts au chapitre v intitulé « Paul Jove », da (...)

2La guerre de Tunis de 1535 est l’expédition à rapporter absolument pour tout historien de la première moitié du xvie siècle recherchant la faveur de l’empereur. Rapidement le récit de cette bataille devient le morceau de bravoure des écrivains de tout genre dans l’espoir d’être remarqués de Charles Quint. Ce dernier estime tout particulièrement cette entreprise dans laquelle il a tant risqué. Il a été question pour lui de « défier le pirate et libérer toute la chrétienté du cauchemar que représentait Barberousse1 » à cause notamment des « liens étroits entre la France de François Ier et la Sublime Porte2 ». Son but était d’instaurer une paix universelle, véritable « paix impériale », malgré même la désapprobation de ses proches. Le cardinal archevêque de Tolède Juan Pardo y Tavera s’est d’ailleurs opposé à cette « diversion périlleuse » où l’empereur ne devait surtout pas mettre en danger « la personne sacrée de la Majesté très Catholique », risquant d’être fait prisonnier ou même tué dans une entreprise répondant seulement à l’esprit d’aventure d’un caballero mancebo, « jeune chevalier ». Le cardinal envoie ainsi un mémoire en janvier 1535 pour le convaincre de renoncer à cette expédition. Mais Charles Quint entend bien prouver son indépendance vis-à-vis de ses conseillers, et le projet de cette entreprise venant de sa propre initiative marque ainsi son autonomie de souverain. Son succès est perçu comme un triomphe : les festivités déployées en Sicile3 le comparant à Scipion l’Africain en attestent. L’empereur juge cette campagne comme son plus grand exploit, car cette fameuse guerre de Tunis représente à ses yeux le « renouvellement de l’entreprise de Grenade de 1492 accomplie par ses ancêtres les Rois Catholiques Isabelle et Ferdinand4 ». L’empereur est le premier à vouloir diffuser la renommée de ce haut fait, comme le suggère la présence dans l’expédition du poète Garcilaso de la Vega5 et du peintre hollandais Vermeyen6, tous deux destinés à exalter la prouesse impériale. Charles Quint voit dans cette expédition une source de gloire et compte bien être loué pour cela. Dans cette idée, les artistes pensent gagner sa faveur par des œuvres louangeuses dont ils attendent de justes récompenses. Pourtant, ils en sont déçus, car l’empereur estime qu’il ne doit absolument pas les payer sinon cela reviendrait à acheter leurs louanges, et elles ne seraient pas aussi sincères qu’en étant gratuites et désintéressées. Il aurait même déclaré, si l’on en croit Sepulveda7, que Giovio ne devait rien attendre de lui parce que précisément il écrivait l’Histoire. Cette réaction a de quoi surprendre si l’on considère les recommandations de Machiavel, pourtant très économe des deniers des puissants8, qui affirmait qu’un « prince doit aussi montrer qu’il aime les talents en donnant de l’emploi aux gens talentueux, et honorer ceux qui excellent en un art9 ». Charles Quint compte cependant des historiographes attachés à son service. Certains historiens10, dont Giovio, espérant occuper cette fonction, s’efforcent tout de même de glorifier cette entreprise par leurs écrits dans le but d’attirer la sympathie impériale. C’est probablement dans cet esprit que Giovio multiplie les contacts pour mener à bien l’écriture de l’histoire de la campagne de Tunis et l’on compte ainsi nombre d’échanges avec l’empereur11.

  • 12 Giovio, 1551, liv. VII, éloge I, p. 321.
  • 13 Giovio, 1532, fol. 2.

3Trois des textes de Giovio retiennent particulièrement l’attention à propos de l’empereur : l’éloge de Charles Quint12, le Commentario delle cose de’Turchi composé à son intention et le livre XXXIV de l’Histoire de son temps rapportant justement la campagne de Tunis. Ces trois écrits renvoient à l’aspect guerrier de l’empereur, en le désignant comme le champion de la chrétienté. Le Commentario fait écho aux projets de croisade de Charles Quint. Dès les premières lignes, Giovio rappelle les projets d’entreprise contre les Turcs, commentant « cette dernière, à cause de leur prospérité et de leur audace, d’après les meilleurs avis, ne s’avère pour nous pas moins nécessaire que glorieuse13 » pour lui offrir son aide d’historien.

  • 14 Giovio, 1551, p. 321.
  • 15 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 107 verso.

4Dans l’éloge dithyrambique de Charles Quint, ce dernier est nommé invictissimus Imperator « Empereur tout à fait invaincu14 » et est évoqué comme ayant dompté par la guerre les Barbari Africae, « Barbares d’Afrique », Giovio faisant ainsi allusion à la prise de Tunis. Enfin, le livre XXXIV de l’Histoire de son temps rapporte l’expédition d’Afrique de l’empereur suivie d’autres événements contemporains. Pour Giovio, ce texte n’est en rien une monographie, comme il l’écrit à l’empereur : « Cette partie de notre Histoire universelle qui la contient diffusément15 », en employant diffusamente Giovio signale que l’essentiel de ce livre porte certes sur cet exploit mais sans pour autant traiter que de cela.

Dépêches sur l’entreprise impériale de Tunis de 1535

  • 16 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 97 verso.
  • 17 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 15 verso.
  • 18 Mula zoppa, « mule boiteuse » renvoie peut-être à la lenteur avec laquelle arrivait la gratificatio (...)
  • 19 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 97 verso.
  • 20 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 15 verso.
  • 21 Morel-Fatio, 1913, p. 110.

5Les contacts entre Giovio et l’empereur au sujet de l’entreprise commencent semble-t-il le 11 décembre 1535. À Naples, Charles Quint évoque ainsi de nombreux moments de l’entreprise de la Goulette à la demande de Giovio comme ce dernier l’indique au cardinal Rodolfo Pio di Carpi dans une lettre du 12 décembre : « Sa Majesté raconta, en partie à ma demande, de nombreuses belles choses de la Goulette touchant à l’histoire et je crois savoir que l’histoire que j’ai montrée à Granvelle et aux savants lui plaira16. » À cette occasion, il découvre l’intérêt de l’empereur pour l’histoire et de cette manière commence à envisager le succès qu’une œuvre relatant cet exploit pourrait rencontrer auprès de lui. Cette idée est d’ailleurs reprise dans une autre lettre au cardinal datant du 28 décembre : « Sa Majesté me fit bon accueil et parla amplement des événements de Tunis dont il garde le souvenir ; et il me semble que d’exquises louanges lui en plairaient17. » Si l’empereur se montre visiblement désireux d’obtenir des louanges pour son entreprise victorieuse, comme le rend l’expression carne della lodola, littéralement « chair d’alouette » renvoyant par son raffinement aux louanges les plus exquises, il semble que l’attitude de Giovio ait quelque peu évolué entre les deux lettres. La première suggère un Giovio serviteur dévoué de l’empereur ne sollicitant que le prix d’une mule boiteuse ou s’offrant même d’œuvrer gratuitement : « Moi, pour ma part, j’attends la mule boiteuse18 et [même] sans elle je veux bien être le serviteur de cœur avec ma plume en main gratuitement19 » alors que la seconde désigne directement le prix de la louange : « Et s’il en veut en papier de parchemin, je voudrai d’abord chevaucher une mule boiteuse. Autrement, je laisserai le travail à un frère, nouvellement promu comme chroniqueur de Sa Majesté, qui écrit en espagnol et en latin de cuisine20. » Pour Morel-Fatio, Giovio viserait ainsi Antonio de Guevara en remarquant qu’il était frère et piètre latiniste21 et tenait cependant cet emploi depuis longtemps. Finalement, c’est pourtant Sepulveda qui obtient la charge et Giovio ne reçoit pas sa mule.

  • 22 Il s’agit de l’entreprise des Flandres de 1543, dont Giovio fera le récit au livre XLIV de l’Histo (...)
  • 23 Giovio, 1554, t. II, fol. 303 verso et 304.

6Cependant, il ne renonce pour autant pas à l’évocation de cet exploit, d’ailleurs comme il le rapporte au livre XLIII de l’Histoire de son temps, Charles Quint l’invite lui-même à chanter ce haut fait avant un nouveau succès impérial22 en ces termes : « Giovio, dit-il, il te faut préparer ta plume pour écrire à point dans les histoires les événements qui se sont déjà produits, car avec ce mouvement d’armes, assurément un labeur important se prépare pour toi sur une nouvelle entreprise23. » L’empereur ne se montre pas indifférent à la version que Giovio peut donner de ses prouesses, sachant parfaitement qu’il pourrait œuvrer pour sa gloire.

24. Glorification de Charles Quint Arcangelo da Lonigo, La gloriosa vittoria e presa d’Affrica, Bologne, Bartolomeo Bonardo, v. 1550

  • 24 Morel-Fatio, 1913, p. 115.
  • 25 Morel-Fatio, 1913, p. 115.

7Morel-Fatio évoque le penchant de Charles Quint pour « la tympanisation de ses hauts faits24 », et s’interroge sur la réalité du désintérêt impérial pour « ce que le plus grand fabricant de réputations d’alors écrivait dans un livre, considéré par tous comme un gros événement littéraire et la consécration quasi officielle des gloires contemporaines25 ». Il est bien plus probable que l’empereur songe davantage à connaître la vision de Giovio et d’une certaine manière influencer ses écrits. Giovio lui en donne ainsi l’opportunité dans une certaine mesure. Après avoir soigneusement peaufiné son récit en le rendant le plus exact possible par ses entretiens avec Charles Quint et en adjoignant des informations reçues des généraux et familiers de l’empereur, il se propose, pour s’assurer de la justesse de son propos et dans un souci de déférence, de lui soumettre son texte avant de le faire éditer, comme il l’écrit dans sa lettre du 14 août 1550 :

  • 26 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 107 verso.

Et parce que votre glorieuse et incomparable victoire de Tunis me semble pour le respect de la foi du Christ la plus digne sur toutes les autres de souvenir éternel, j’ai voulu vous envoyer cette partie de notre Histoire universelle qui la contient diffusément afin qu’elle soit parcourue et revue avant que je ne l’envoie avec les autres livres à la presse ; étant pour ma part prêt, comme un serviteur très affectionné, à changer, ajouter ou soustraire quand cela semblera opportun à Votre Majesté si riche de mémoire et au jugement parfait26.

  • 27 Antoine Perrenot de Granvelle, minute de la lettre conservée à la Bibliothèque nationale de Madrid (...)
  • 28 Luis de Àvila y Zúñiga (1500-1560) avait précédé Giovio pour le récit de la guerre de Tunis. Il es (...)
  • 29 Guillaume Van Male, flamand, fut l’aide de chambre et secrétaire de l’empereur, on lui doit les Le (...)
  • 30 Morel-Fatio, 1913, p. 114.

8Cette lettre est ainsi transmise à l’empereur avec le manuscrit du livre XXXIV par l’intermédiaire d’Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras à qui Giovio envoie le tout accompagné d’une lettre datée du 13 août 1550, dans laquelle il lui demande également de faire traduire le texte en espagnol. Granvelle lui répond entre août et septembre pour lui signaler avoir bien reçu le manuscrit et transmis la lettre à l’empereur, et que Luis de Àvila travaille à la traduction du livre, précisant : « Il a déjà commencé à annoter certains passages pour informer Sa Majesté de ce qui s’est véritablement produit dans cette guerre27. » L’empereur se saisit alors de l’occasion pour établir sa vérité sous la forme d’un mémoire composé au nom de Luis de Àvila28 et traduit en bon latin par Guillaume Van Male29 où la pensée impériale transparaît « sous toutes les phrases du mémoire30 ».

  • 31 Giovio, 1958, p. 176.
  • 32 Giovio, 1958, p. 177.

9Il semble que dès le mois de septembre 1550, Giovio se trouve ainsi sur le point d’éditer la deuxième partie de ses Histoires, dans laquelle figure l’entreprise de Tunis. Aussi, il écrit au roi d’Angleterre Édouard VI, le 20 septembre : « Je vous enverrai aussi la deuxième partie quand elle sera imprimée, si je sais que cette première partie a plu à Votre Majesté31. » L’imminence de l’édition ne fait aucun doute dans la lettre adressée le 25 septembre à Maximilien, roi de Bohême : « J’espère bien devoir acquérir une bien plus grande grâce de vous quand je vous aurai envoyé la deuxième partie imprimée, qui sera sous presse d’ici quelques jours32 » ou encore dans la missive envoyée le même jour à Ercole d’Este, duc de Ferrare :

  • 33 Giovio, 1958, p. 177.

Et parce que je me trouve ici à Florence pour donner l’ordre d’imprimer la deuxième partie de la dite Histoire universelle, je ne manquerai pas de vous dire que j’espère qu’elle doive vous plaire davantage que la première pour divers aspects. Et dès qu’elle sortira de presse, je l’enverrai aussitôt à Votre Excellence33.

  • 34 Cette lettre figure en tête de l’édition de Paris de 1553 utilisée pour cette étude.
  • 35 On trouve effectivement une lettre expédiée de Rome le 3 septembre, adressée à Pier Francesco Ricc (...)
  • 36 Giovio, 1958, p. 175.
  • 37 Giovio, 1958, p. 179.
  • 38 Giovio, 1958, p. 179.

10Or, le deuxième tome n’est pourtant édité qu’en 1552. Comment expliquer ce retard ? Il semble que la parution de la première partie de l’Histoire de son temps ait occasionné une violente controverse à propos de Giovio. La pomme de discorde aurait été la lettre d’Andrea Alciato datée du 7 octobre 1549 placée au début du livre en guise de préambule aux Histoires34. Elle se présente comme la réponse à une missive de Giovio du 3 septembre 154935. Alciato y évoque les mésaventures de Giovio qui le conduisirent à quitter Rome au bout de trente-sept années de présence, chante la bonté de Côme de Médicis et loue l’œuvre de l’historien. Il s’y montre incisif et règle notamment ses comptes avec les Farnèse, ce qui vaut immédiatement des remarques à Giovio de la part de ses propres amis. Une mise au point a ainsi lieu dans une lettre du 19 septembre 1550 adressée à Girolamo Angleria, dans laquelle Giovio explique que cette lettre a été éditée par hasard « pour suppléer à une feuille qui restait blanche36 » ; il se défend en outre d’être « médisant » ou « ingrat » et donne des preuves de sa conduite exemplaire. Mais ces accusations continuent de le poursuivre, l’obligeant à se justifier continuellement pour cette lettre d’Alciato et à clamer sa neutralité. Dans une lettre du 4 octobre adressée au cardinal Alexandre Farnèse, Giovio ne parle plus d’éditer le texte de la deuxième partie son Histoire mais de le reprendre : « Moi, ici, en limant habilement cette deuxième partie de l’Histoire37 » pour la rendre satisfaisante « aux obligations » qu’il devait à Alexandre Farnèse et à la « dignité du pape disparu », même s’il écrit à Girolamo Angleria le 15 octobre 1550 : « Et il me semble être une plaisanterie que de vouloir satisfaire tout le monde38. »

  • 39 Giovio, 1958, p. 184.
  • 40 Giovio, 1958, p. 184.

11Cependant, il répond courtoisement aux suggestions de corrections envoyées par Granvelle dans une lettre datée du 26 novembre 1550. Face aux accusations de servir le camp impérial ou la cause française, il se déclare serein, « car la vérité reste à sa place et le temps la rendra manifeste39 ». Il déplore toutefois son manque de liberté, remarquant « puisqu’il n’y a à remporter que de la haine à la place du prix de la bienveillance40 », mais déclare s’engager cependant à suivre ses indications :

  • 41 Giovio, 1958, p. 184.

Je mettrai donc en pratique tout ce que vous m’indiquez, et cette mise au point que vous me proposez servira encore pour l’écriture des événements avant et après cette guerre de Tunis jusqu’à la paix de Soissons. Et Votre Seigneurie se trouvera bien satisfaite de moi comme sera encore le seigneur Don Luis41.

  • 42 Giovio, 1958, p. 184.
  • 43 Giovio, 1958, p. 184.
  • 44 Giovio, 1958, p. 184.

12Giovio entend ainsi satisfaire l’empereur à travers Granvelle et de Àvila. Il adresse ainsi une lettre à ce dernier dès le lendemain pour le remercier de son « commentaire parfaitement magnifique42 » qui lui aurait appris au sujet de ses Histoires et particulièrement pour l’entreprise de Tunis qu’il devait « changer, enlever ou corriger certaines choses43 », le remerciant pour cela, il se dit d’autant plus prompt à suivre ces indications en raison de son « autorité44 ». Cette remarque de Giovio mettrait en balance le témoignage des capitaines et des soldats, témoins directs de la guerre de Tunis en tant qu’acteurs, et l’opinion de Luis de Àvila historiographe officiel de l’empereur, en prétendant lui reconnaître un plus grand poids. Le propos est-il sincère ou perce-t-il quelque ironie dans cette proclamation ?

  • 45 Zimmermann au sujet de la méthode historique de Giovio parle de « testimonianza oculare della stor (...)

13Les récits de Giovio se basent principalement sur des témoignages45. Un texte critique paru après sa mort lui reproche même en des termes peu élogieux de rechercher ses informations absolument partout :

  • 46 Bruto, 1566, p. 42.

[…] il s’ouvre le chemin des affaires d’autrui, suppose toutes les pensées de celui qu’il déteste, il ne laisse aucun endroit caché sans y aller et y pénétrer à l’intérieur, remue les livres, les bilans comptables, les lettres, les notes manuscrites, les contrats, il sait les affaires d’autrui avec le banquier, avec le procureur, avec le vigneron ou avec la servante, et donc d’après les selles et les ordures, s’il ne peut le savoir par ailleurs46.

  • 47 Giovio, 1553, préface, t. I, fol. 1 verso.
  • 48 Lettre au duc d’Albe le 25 août 1547, dans Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol.  (...)
  • 49 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 35 verso.
  • 50 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 35 verso : Giovio renvoyait à ses Histoires(...)
  • 51 Lettre adressée à Giambattista Castaldo le 25 août 1547.
  • 52 Lettre au duc d’Albe du 25 août 1547 dans Giovio, 1958, p. 104.
  • 53 Giovio, 1958, p. 104.

14Pour l’auteur de ce pamphlet, Giovio n’aurait pas puisé à la bonne source en tirant ses informations des petites gens. Cette analyse partielle et partiale réduit fallacieusement l’action de Giovio à la recherche mesquine de secrets infamants en s’appuyant sur des témoignages peu fiables. Au contraire, il est assuré que Giovio a cherché à rassembler toutes les informations possibles en rencontrant des témoins éclairants sur les événements qu’il entendait rapporter. Dans la préface de l’Histoire de son temps, il déclare même : « Et en gagnant la familiarité et l’amitié des plus grands souverains et pontifes et des insignes chefs de guerre, j’ai puisé ces choses-là de leur propre bouche, en n’étant jamais partagé entre l’affection et la haine, je les ai écrites d’une mémoire fidèle47. » En effet, la longue fréquentation de la cour pontificale lui permet de recueillir quantité d’informations précieuses et d’acquérir l’amitié de grands rois, papes et capitaines, comme en atteste d’ailleurs sa correspondance. Leurs témoignages éclairent souvent son Histoire et il se réfère volontiers aux renseignements qu’il tient des acteurs des événements. Ainsi, il écrit « le magnanime Charles Quint ne se montra vis-à-vis de moi non pas avare mais très courtois en m’apprenant les détails de sa glorieuse victoire de Tunis48 ». Il s’appuie également sur le témoignage d’autres princes, comme François Ier : « Le roi François, à diverses reprises, ne répugna pas à me découvrir les causes de ses entreprises heureuses et malheureuses49 », ou à la foule des capitaines : « Pour ne pas parler d’un nombre infini de capitaines et de princes qui m’ont volontairement secondé en cela, même les ennemis de notre foi50 ». Dans l’idée de varier ses sources en consultant différents capitaines, il contacte des prisonniers pour recueillir leur version des faits « en espérant qu’ils veuillent répondre comme [des hommes] généreux, magnanimes et désireux d’honneur dans cette vie et dans l’autre51 », car pour réaliser le récit d’une bataille, selon lui52, il convient d’éclairer les positions et de comprendre ceux qui ont mené le combat. Dans une missive adressée à Giambattista Castaldo le 25 août 1547, Giovio insère un questionnaire, désigné par la locution « la lettre incluse », pour le faire passer aux seigneurs de Saxe et de Landgrave afin qu’ils s’expliquent sur leurs erreurs lors de la bataille de Mühlberg. Giovio attend beaucoup de leurs réponses comme semble le prouver une autre lettre datée du même jour pressant le ducd’Albe d’user de son autorité afin qu’ils « répondent à mes questions53 ».

15En outre, Giovio assiste en personne à certains de ces événements, comme il le déclare également dans sa préface :

  • 54 Giovio, 1553, préface, t. I, fol. 1 verso.

Avoir suivi les princes, mes patrons, dans les provinces à la guerre, dans les camps, les lignes de combat, les batailles, les sièges de villes, les champs jonchés de cadavres dans la victoire, m’a merveilleusement aidé pour la charge de satisfaire cela aussi et observer en passant l’exemple admirable de l’une et l’autre fortune militaire54.

  • 55 Léry, 1994, p. 42.
  • 56 Giovio, 1958, p. 104.
  • 57 Fénelon (1651-1715) reprend la conception de Lucien dans son écrit Sur la manière d’écrire l’histo (...)
  • 58 Georg Voigt a comparé le texte des Histoires avec le mémoire correctif de Voigt, 1872, p. 33.

16Hérodote ne recommandait-il pas de fonder l’histoire, qu’il envisageait comme une enquête, sur des témoignages oraux ou écrits ? Giovio se place dans la perspective antique s’opposant à la tradition héritée du Moyen Âge fondée sur l’Aristotélisme et procédant par l’emploi d’arguments d’autorité. Le débat à ce sujet est très vif au xvie siècle et nombre d’auteurs se trouvent écartelés entre les deux systèmes de pensée. C’est notamment le cas de Jean de Léry, qui, pour rapporter son voyage au pays des Toüoupinambaoults, use d’un nombre croissant de références à des autorités au fil de ses cinq éditions55 afin d’appuyer ce qu’il a pourtant observé en personne. En fait, Giovio semble s’être placé entre les deux courants comme le suggère sa remarque très diplomatique : « Et moi je sais que l’Histoire ne peut parvenir à une parfaite dignité si la vérité des choses n’est pas tirée du sein des grands. Et moi ensuite je sais peser les articles de l’une et l’autre partie56. » Pour Giovio, l’historien aurait un rôle particulier d’analyse et d’appréciation des événements fondés sur des témoignages57 que lui seul serait capable d’estimer à leur juste valeur afin d’en tirer un récit utile au lecteur. Cependant, il semble vouloir conserver la maîtrise de son jugement, et ce malgré les « pressions », comme paraît l’illustrer la suite qu’il réserve à l’erratum de Luis de Àvila. Si l’on en croit Georg Voigt58, Giovio ne corrige que quelques détails secondaires en maintenant ses propos, surtout quand les modifications suggérées mettaient Charles Quint ou les Espagnols à leur avantage.

17Giovio fait-il donc preuve d’indépendance en rédigeant ce texte ? A-t-il préféré se fonder sur des informations considérées par lui comme plus fiables ? On pourrait expliquer une certaine défiance de sa part par le manque de régularité et de fiabilité des nouvelles qui circulèrent au sujet de Tunis pendant la durée de la campagne.

  • 59 Gerosa, 1992, p. 270.
  • 60 Giovio, 1956, p. 139-143.
  • 61 Giovio, 1956, p. 140.
  • 62 Giovio, 1956, p. 141.

18Les prolégomènes de la campagne révèlent que l’opération a été organisée dans le plus grand secret, « tous les observateurs étaient convaincus que dans cette période Charles Quint se dévouait corps et âme à ses tractations avec les Cortes et à la politique espagnole59 ». Cependant, il semble qu’en février 1535, l’imminence d’une campagne contre Barberousse devient prégnante à Rome. Giovio adresse ainsi une lettre très ironique au nonce Rodolfo Pio di Carpi le 12 février60 pour lui parler de la prochaine entreprise. Il y évoque les préparatifs maritimes de la papauté en s’appuyant sur les propos des banchi faisant ironiquement allusion à la Via dei Banchi vecchi et à la Via dei Banchi nuovi, deux rues romaines qui conduisaient vers le Château Saint-Ange. Ces banchi, « banques », pratiquaient le change de valeurs, les lettres de crédit, le prêt sur gage. C’était le secteur économique et financier de la Rome du xvie siècle. Nombre d’organes importants du pouvoir s’y trouvaient, en faisant un lieu important. Ainsi, il explique que d’après molti dottori de bancacci, « de nombreux “docteurs” des Banchi61 », les galères du pape ne s’aligneraient pas avec les flottes espagnoles et portugaises, en commentant que cela épargnerait des pertes à la papauté, au vu des préparatifs de Barberousse qu’il décrit de manière plaisante à son correspondant. Pour sa part, le pape semblerait espérer « que Scipion et Hannibal se défient62 », ce que Giovio traduit par « se toucher la main en guise de bonne chance », la fameuse allusion aux combattants se touchant des poings avant le début du combat. Il attribue ainsi à l’empereur par avance le rôle de Scipion l’Africain, vainqueur d’Hannibal à Zama en 202 avant Jésus-Christ. Les ressemblances entre les deux campagnes seront amplement exploitées par les humanistes.

  • 63 Ambrogio Ricalcato ou Recalcati, secrétaire pontifical de Paul III, nommé en 1535.
  • 64 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 7.
  • 65 Giovio, 1956, p. 144.
  • 66 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 78 et Principi 10, fol. 179 verso.

19Le 16 février, à Rome, la situation prend un tour nouveau, le secrétaire pontifical Ricalcato63 adresse ainsi une lettre au même Rodolfo Pio di Carpi dans laquelle il lui expose la nécessité de l’entreprise en lui représentant les préparatifs turcs : « Par le biais d’éclaireurs, on apprend que le Turc renforce le plus possible la flotte à Constantinople pour la joindre à celle de Barberousse64 » et il évoque les « grands préparatifs de guerre » de l’empereur. En conséquence de quoi, le nonce reçoit comme mission de persuader le roi d’être favorable à l’entreprise contre Barberousse. Le même jour, Giovio écrit à Francesco Sforza que le roi serait « en promesse à moitié d’accord avec cette entreprise contre Barberousse65 », mais faisant un point de tous les fronts périlleux de l’époque, il semble tout de même douter de l’issue. La réponse de Carpi à Ricalcato le 19 février66 propose un point de l’avancée des tractations avec le roi de France. Celui-ci aurait dit que la flotte impériale était trop faible face à celle des Turcs, le nonce en aurait profité pour lui demander son aide, il aurait alors déclaré qu’il était prêt à exposer son royaume, ses fils et sa propre vie au service du pape et du Siège apostolique, mais se plaignait de l’attitude de l’empereur à son égard. En fait, il n’envisagerait la guerre que pour l’année suivante. Le nonce conclut sa lettre sur la nouvelle du départ d’un envoyé au Grand Turc visitant Barberousse en premier.

  • 67 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 97.
  • 68 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 102.
  • 69 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 118.
  • 70 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 9.
  • 71 Giovio, 1956, p. 147-148.
  • 72 Giovio désigne sûrement la Chancellerie, côté nord-est du campo dei Fiori à Rome.
  • 73 Gian Matteo Giberti (1495-1543), évêque de Vérone.
  • 74 Nicolò Schönberg.
  • 75 Giovio, 1956, p. 147.
  • 76 Giovio, 1956, p. 353.

20Dès lors, les correspondances tournent sur la question des divers préparatifs et des ressources économiques, François Ier semble douter que l’empereur parvienne à réunir la somme dont il a besoin, comme le rapporte Pio di Carpi à Ricalcato le 22-23 février67, le nonce en revanche juge les « provisions faites par l’empereur » suffisantes pour ruiner Barberousse. Dans une autre lettre du 26 février68, Carpi évoque les renforts que Barberousse reçoit alors de Constantinople et la rumeur selon laquelle l’empereur serait sur le point de se rendre à Barcelone. Il rapporte ensuite les grands débats autour de la question de la guerre. Le 12 mars69, Carpi avertit Ricalcato de la crispation de l’attitude royale sur la question. En effet, recevant des nouvelles des préparatifs de Barberousse par un émissaire se trouvant encore à Tunis dix jours auparavant, le roi se serait réjoui de cette situation pouvant affaiblir l’empereur, son adversaire. Le 13 mars70, Ricalcato lui répond, face au refus du roi de donner ses galères pour aider l’empereur, de s’efforcer d’obtenir tout de même la défense du littoral de Rome. Le 14 mars71, Giovio écrivant à Francesco Sforza fait un point des « secrets d’État », expliquant s’en tenir aux nouvelles du Campo dei Fiori72 ne jouissant pas de la même familiarité avec messire Ambrogio Ricalcato qu’il pouvait avoir avec Giberti73, l’archevêque de Capoue74 ou « autres tiercelets de secrétaires chevauchant et transcripteurs75 », tournures constituant un bel exemple des expressions imagées employées par Giovio : terzoli signifiant littéralement « tiercelet » désigne un petit oiseau de proie, dans le cas présent il renvoie à des personnes de moindre rang qui suivent les puissants ou exécutent les tâches de personnages plus grands, et la locution terzoli cavalcanti représente les « familiers ou secrétaires qui suivent leur seigneur montés sur un cheval » tandis que le terme ziferali s’applique à ceux qui sont chargés de traduire les lettres chiffrées. Toujours pour expliquer ses difficultés à obtenir des informations, Giovio précise également à son correspondant que le pape s’occupe de très nombreuses choses « de sa propre main » sans avoir recours à des secrétaires susceptibles de le renseigner. Cependant, il a tout de même réussi à obtenir des informations précises et connaît ainsi les noms des commandants, leurs troupes et leurs missions. Il sait notamment que le commandant de la flotte sera le comte d’Anguillara. Il dit douter encore du succès de cette entreprise même si « les astrologues nous donnent bon espoir qu’avec la fortune favorable de César, la vertu de Barbe Blanche, l’or du Pérou, les provisions en effets de fantassins, de chaussures et de vêtements, nous aurons la victoire contre quiconque s’opposera à nous76 ».

  • 77 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 134.
  • 78 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 147.
  • 79 Instructions données par le pape dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 1.
  • 80 Latino Giovenale Manetti (1486-1553), envoyé spécial de Rome.
  • 81 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 152.
  • 82 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 16.
  • 83 Giovio, 1956, p. 149.

21À cette même époque, François Ier se détache de plus en plus du projet comme l’indique la lettre de Carpi à Ricalcato du 19 mars77, il cherche manifestement à tirer avantage de la demande pontificale d’obtenir des galères en essayant de tenir éloigné Charles Quint d’Italie, car, selon lui, il représente une menace pour la péninsule. La lettre du nonce du 31 mars78 représente d’ailleurs François Ier en défenseur de l’Italie contre un empereur voulant tout dominer. Le 3 avril79, le pape envoie ainsi Latino Giovenale Manetti80 en mission auprès du roi de France pour le convaincre de ne pas se retirer de cette sainte expédition s’il veut conserver le nom de Très Chrétien. Il devrait agir ainsi pour son honneur, le bien public et son propre profit, sinon il s’attirerait l’inimitié du reste de la chrétienté. Le même jour, Ricalcato transmet les directives pontificales à Carpi d’appuyer Giovenale pour souligner l’importance de la lutte contre les Infidèles. Apprenant par une lettre du 12 avril81 de Carpi et par des sources de Venise et Ancône que les affaires turques sont en difficulté, Ricalcato lui répond entre le 13 et le 14 mai82 que les envoyés en France doivent montrer le bienfait de cette sainte expédition. Le même jour, Giovio écrit également à Carpi pour lui transmettre « le plan très précis du site de Tunis83 », et ajoute des nouvelles des préparatifs impériaux en proposant une présentation détaillée de la flotte chrétienne.

  • 84 Explication des dates : le 20 mai est la fête de Bernardino da Siena et le 24 juin celle de la nai (...)
  • 85 Pietro della Porta, « marchand des joyaux du sceptre » à Constantinople.

22Il propose également les jugements du marquis de Civitavecchia sur les difficultés que cette armée devrait affronter, la soif et la chaleur, notamment. Giovio pense que Charles Quint devrait faire voile le jour de San Bernardino soit le 20 mai, et il estime que l’entreprise devrait être achevée pour Santo Giovanni, le 24 juin84. En outre, il tire d’une lettre du 1er avril d’un de ses parents, Pietro della Porta85 des informations sur la défaite turque à Tauris et en particulier sur les pertes en découlant, c’est-à-dire plus de cent mille chevaux et chameaux, et sur les intentions du Grand Turc pour la suite.

  • 86 Ricalcato évoque cette missive dans sa lettre du 13-14 mai à Carpi dans Archives du Vatican, AA.I. (...)
  • 87 Carpi informe Ricalcato des lettres de l’empereur reçues par le roi le 13 mai dans une lettre du 2 (...)
  • 88 Lettre du 23 mai dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 164.
  • 89 Giovio, 1956, p. 151.
  • 90 Giovio, 1956, p. 151.
  • 91 Giovio, 1956, p. 152.
  • 92 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 174.
  • 93 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 25
  • 94 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 164.

23L’engagement véritable de la campagne a lieu vers le début du mois de mai. La mise en route se rapproche. Dans une lettre du 4 mai86 à Ricalcato, le nonce d’Espagne évoque le projet d’embarquement de l’empereur. Or, l’empereur n’informe officiellement François Ier de son départ que le 13 mai87. Dans une lettre du 23 mai88, Rodolfo Pio di Carpi annonce à Ricalcato que le roi a reçu une lettre de l’empereur lui expliquant être venu à Barcelone pour voir ses royaumes de Naples et de Sicile et pourvoir à la paix et tranquillité de la chrétienté à l’égard des Infidèles. Le 31 mai89, Giovio rapporte des nouvelles de Tunis datant du 7 avril à propos des préparatifs de Barberousse ; le vice-roi aurait poussé l’empereur à s’y rendre et le nonce lui aurait confié le montant des subventions de Naples et de la Sicile, Giovio concluant : « Et ainsi l’or du Pérou servira à d’autres besoins90. » Il donne ensuite des nouvelles du 4 avril sur des massacres perpétrés par des « janissaires sans barbe » dans des boutiques de Juifs à Constantinople et évoque les difficultés du Turc avec le Sophi de Perse. Enfin, il déclare que cela fait seize jours c’est-à-dire depuis le 15 mai que l’on est sans nouvelles du marquis del Vasto parti avec la flotte, mais on pense qu’il devrait rejoindre la flotte d’Espagne vers le 8 ou 10 juin, et Giovio estime que la jonction serait effective pour le 24 juin, « et comptez bien qu’à la Saint-Jean ils conduiront les troupes réunies91 ». Ainsi, la grande offensive serait-elle fixée au 24 juin ? Le 6 juin92, pourtant, il n’est nullement fait mention de cette attaque dans la correspondance des nonces. Carpi transmet les informations qu’il tient de Cesare Imperiali93 sur les préparatifs de Barberousse à Tunis et Ricalcato lui répond le 7 juin94 que la rumeur assure que Barberousse ne devrait pas pouvoir résister.

25. Carte d’après le croquis de Juan Ambrosio, B.N.M. It. VII 312 (7310)

  • 95 Giovio, 1956, p. 153-156.
  • 96 Garde-robe et homme du saint-père et de son fils de nombreuses années et homme d’armes de Marco An (...)
  • 97 Giovio, 1956, p. 155.
  • 98 Giovio, 1956, p. 155.

24Pour sa part, Giovio semble plus au fait de la situation, comme la lettre qu’il adresse également le 6 juin à Francesco Sforza95 en témoigne. Il y fournit d’incroyables précisions et une sorte de plan de bataille projectif. Il fait ainsi parvenir à Sforza le plan de Tunis établi grâce à des personnes « habituées et coutumières de Tunis » comme Giuliano Romano96, le capitaine Gaioso, le Turc Iosuf, ancien corsaire passé au service du cardinal de Médicis, ou encore Giovanne, un Maure né et élevé à Tunis, qui sert le comte dell’Anguillara, ou de nombreux Génois et Siciliens ayant donné un « compte rendu très exact ». La lettre de Giovio se présente comme un commentaire de la carte de Tunis, sans laquelle « la peinture est muette », précise-t-il. Il décrit ainsi la structure de la ville, les fortifications et préparatifs réalisés par Barberousse, tout en revenant sur les causes anciennes du conflit en rapportant la succession de Muley Mehmed, roi de Tunis. Il projette ensuite le tour que devrait prendre l’expédition : la flotte chrétienne devrait passer le cap de Carthage pour se rendre à la tour de l’eau et attaquer la Goulette, ensuite le chemin vers Tunis se ferait par la terre. Les informateurs de Giovio se divisent pourtant sur la réaction de Barberousse : « Là, chacun fait des raisonnements à sa façon sur les choses et décisions que doit prendre Barberousse97. » Après avoir évoqué les opinions des uns et des autres, Giovio montre les faiblesses de leurs réflexions respectives en disant que pour lui Barberousse ne devrait pas vouloir fuir en renonçant à ses dignités. Il ajoute également que le roi Muley Hassan devrait descendre avec vingt mille cavaliers qui ont déjà lancé des escarmouches et parle encore des actions du peuple de Tunis face à l’attitude de Barberousse, pour conclure « et Dieu nous donnera la victoire puisque César commence à vouloir faire quelque chose de sa propre main en homme magnanime98 », s’appuyant sur la remarque de Gentile, que le secours en bateaux, hommes, argent et poudre que Barberousse est censé recevoir de Constantinople devrait arriver trop tard.

  • 99 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 189-201.
  • 100 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 240. Carpi signale l’arrivée de lettres de Tunis à la c (...)
  • 101 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 26.
  • 102 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 222.
  • 103 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 226.
  • 104 Giovio, 1956, p. 156-160.
  • 105 Giovio, 1956, p. 156.
  • 106 Giovio, 1956, p. 160.
  • 107 Citation de l’Écriture, Psaume 35 verset 7 du « Psautier Romain » de la Vulgate en usage jusque so (...)
  • 108 La Bible de Jérusalem, 1988, Les Psaumes, 36, p. 751.
  • 109 Giovio, 1956, p. 160.
  • 110 Giovio, 1956, p. 160.
  • 111 Pier Luigi Farnèse était le fils premier né de Paul III, il fut nommé gonfalonier de l’Église et c (...)
  • 112 Giovio, 1956, p. 160.
  • 113 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 269.
  • 114 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 284.

25Une lettre du 21-22 juin99 de Carpi à Ricalcato montre dans quelle expectative se trouve alors la chrétienté sur l’issue de la guerre entre Charles Quint et Barberousse. Rien ne semble filtrer des lettres parvenues de Tunis à la cour de France dans la lettre de Carpi à Ricalcato du 24 juin100. Le 1er juillet101, Ricalcato rapporte les seules nouvelles obtenues de marchands de Trapani et Palerme à propos du débarquement, évoquant des galères ayant attaqué la Goulette et des processions censées fêter la victoire sur les Infidèles. Le 6 juillet102, Carpi écrit à Ricalcato que la cour attend anxieusement des nouvelles de l’expédition, des bruits courent selon lesquels les chrétiens auraient été repoussés. Toujours pas de nouvelles le 10 juillet103, Carpi informe Ricalcato que Baugé, un gentilhomme de Montmorency est parti « très secrètement » à la rencontre de l’empereur. Mais, le 14 juillet104, Giovio réalise une narration de l’entreprise pour Federico Gonzaga duc de Mantoue, appelant son travail : « Compte rendu sommaire des nouvelles de Tunis105. » Il précise aussitôt que ce texte est tiré des lettres du pape et de l’empereur à son ambassadeur. Il accompagne son récit des événements survenus entre le 15 et le 28 juin d’un plan de Tunis. À la fin de son exposé, après avoir rapidement évoqué la vie de Barberousse pour en venir à sa résolution de vouloir mourir roi de Tunis, Giovio conclut que « les lettres de là-bas proposent des opinions diverses106 », mais qu’il espère pour sa part que Dieu favorisera l’empereur et punira « ces larrons de corsaires ». Dans le cas contraire, ils n’auraient plus eu qu’à s’en remettre à la volonté divine comme l’exprime l’expression latine iudica Dei abyssus multa, « que décide le grand abîme de Dieu » citation du Psautier romain107 qui figure aujourd’hui au Psaume 36 : « Yahvé, dans les cieux ton amour, jusqu’aux nues, ta vérité ; ta justice, comme les montagnes de Dieu, tes jugements, le grand abîme. L’homme et le bétail, tu les secours, Yahvé108. » Cette citation évidente pour le correspondant de Giovio, Federico Gonzaga, preuve indiscutable d’un savoir partagé, renvoie à la toute-puissance de Dieu et à l’impuissance de tous, comme le confirme l’envoi final : « Et la Majesté Divine gouverne à sa façon, et tous nous avons à nous conformer à sa volonté109. » Le lendemain110, il apprend à Rodolfo Pio di Carpi qu’il a « historiquement » communiqué au duc de Mantoue « tous les événements, conseils et escarmouches de la Goulette ». Nicola Renzi, secrétaire de l’orateur français à Rome, en a d’ailleurs demandé une copie pour l’envoyer au roi de France. Giovio déclare ensuite qu’aucun familier n’a lu la lettre de l’empereur du 29 juillet, ni celles du pape ou de Pier Luigi111 et affirme « la pure vérité est comme j’ai écrit112 ». Or, le 24 juillet113, Carpi écrit à Ricalcato qu’on sait peu de choses des derniers développements africains, et rapporte également qu’un bruit court le 23 juillet disant que l’empereur aurait trouvé ses adversaires trop forts pour les combattre immédiatement. Le 29-31 juillet114, Carpi répète à Ricalcato les propos de François Ier disant que les affaires de l’empereur ne seraient pas en si bonne voie qu’on le dit, car Barberousse est fort. Pour lui, si l’empereur a été contraint de rembarquer, cela serait un désastre militaire, et s’il a été battu, tout espoir ne serait pas perdu, car il est certain qu’en joignant ses forces aux siennes ils pourraient s’occuper des affaires de la chrétienté.

  • 115 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 33.
  • 116 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 296.
  • 117 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 37.
  • 118 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 39.
  • 119 Giovio, 1956, p. 161-162.

26Le 3 août115 Ricalcato annonce finalement à Carpi la prise de la Goulette le 14 juillet et la récente nouvelle de la prise de Tunis advenue le 20 juillet. Le 7 août116, Carpi apprend à Ricalcato que la nouvelle de la prise de la Goulette n’est parvenue que le matin même dans une lettre datée du 15 juillet rapportant les difficultés rencontrées par les belligérants et l’espoir de l’empereur de rencontrer moins de problèmes pour la conquête de Tunis. Le 12 août117, Ricalcato transmet à Carpi des nouvelles parvenues de Tunis après la prise de la ville : l’empereur, retiré dans une villa à quatre lieues de la Goulette, s’emploie à mettre en place le gouvernement du royaume. Dès sa décision prise, il s’embarquera pour la Sicile. Une lettre du 17 août118 de Ricalcato à Carpi fait un point sur des lettres antérieures : des nouvelles datant du 6 août dues à l’ambassadeur de Venise portent sur les intentions de départ de l’empereur pour la Sicile, sur la retraite de Barberousse et sur les réactions impériales à ce sujet. Une lettre du 15 août annonce le départ de l’empereur et la retraite à Alger de Barberousse. Le 20 août119, parmi d’autres informations adressées à Pio di Carpi, Giovio renvoie à une lettre écrite de Tunis par le marquis del Vasto le 3 août dans laquelle il déclare accompagner à Palerme l’empereur qui se rendra à Naples au début d’octobre pour ne venir voir le pape qu’au printemps. Il semble qu’il donne également quelques éclairages sur la suite de l’entreprise en fournissant des détails visibles dans la confrontation avec le livre XXXIV de l’Histoire de son temps.

27Ainsi, les nouvelles sur la campagne de Tunis parviennent de façon irrégulière, et même de fausses rumeurs circulent. Les divers documents étudiés attestent bien que Giovio a disposé d’un réseau efficace d’informations comme paraît en attester sa correspondance. Ce sont les fameux témoins consultés pour écrire son histoire de la guerre de Tunis.

La virtuosité de Giovio au service de la croisade

28Sans être une monographie sur la guerre de Tunis, le livre XXXIV de l’Histoire de son temps permet une lecture autonome. La version « officielle » de Giovio révèle tout son art rhétorique mis au service de la propagande de la croisade.

  • 120 Giovio, 1554, t. II, fol. 151 verso.
  • 121 L’emploi de punica permet une double allusion à la fois géographique, en renvoyant à Carthage où d (...)
  • 122 Les images évoquent l’âge d’or des Métamorphoses d’Ovide, liv. I, vers 89-112.
  • 123 Insolens Barbarus, le texte de Giovio joue constamment sur la proximité graphique entre Hariadenus (...)

29Dès l’attaque de ce livre, Giovio adopte un ton épique : « Cette année fut de loin la plus illustre de toutes les autres de notre époque par une paix exempte de danger à l’intérieur, par la merveilleuse clémence du ciel, par la joyeuse abondance des champs de tous côtés, par l’insigne victoire sur Carthage et le début du règne de Paul III120. » En quelques mots, il rappelle les hauts faits de cette année 1535 sans la désigner ouvertement. La victoire d’Afrique de l’empereur est ainsi assimilée à une nouvelle « guerre punique121 », et l’avènement de Paul III initierait un nouvel âge d’or122 comme semblent le suggérer « les cieux cléments et la paix chrétienne ». Le récit commence alors, Giovio détaillant les préparatifs pour aller assaillir les Turcs, le départ pour Carthage (fol. 152-155) et les dispositions de Barberousse, décrit comme un « Barbare insolent123 » (fol. 155 verso). Dans le souci d’éclairer son lecteur, Giovio expose le plan de bataille de Barberousse et sa mise en application au moment du débarquement des troupes chrétiennes (fol. 156 verso).

  • 124 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso : quae sibi suspecta tanquam Punica uideri posset, « [cette fo (...)
  • 125 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso et pour le détail des renseignements, t. II, fol. 160 verso et (...)
  • 126 Giovio, 1554, t. II, fol. 161 : reliquam Afrorum turbam, de afer, afra, afrum traduisant ici « mau (...)
  • 127 Les pratiques de ce « mage-prêtre » sont décrites : « magus quidam sacerdos Numida superstitioso u (...)

30Sélectionnant quelques affrontements significatifs (fol. 156 verso), il arrive ainsi à la prise de la Goulette advenue « aux Ides de Juillet » soit le 15 juillet (fol. 159). Le déroulement de la bataille est éclairé par l’explication de la tactique employée, suivie de la fuite des ennemis à Tunis (fol. 159 verso). Giovio reconstitue le récit de Sinan sur leur débâcle et présente Barberousse réconfortant les troupes (fol. 160). Le texte relate la venue du roi Muley au camp de l’empereur (fol. 160), ce dernier l’assurant de tout obtenir s’il ne manque pas de « foi », mot que Giovio commente, « qui pouvait lui paraître suspecte pour être punique124 ». Suit alors le portrait flatteur du roi Muley fournissant de « nombreux renseignements utiles pour mener la guerre125 » et leur apprenant que Barberousse compte bien ne pas exposer les soldats turcs mais « le reste de la foule des Africains126 ». Giovio choisit de relater alors une escarmouche particulière repoussée par les chrétiens et la conquête d’une tour ennemie après la mort d’un « mage-prêtre numide127 ».

  • 128 Giovio, 1554, t. II, fol. 162.
  • 129 Giovio relate ce témoignage dans Giovio, 1554, t. II, fol. 162 et dans la lettre du 12 décembre 15 (...)
  • 130 Giovio, 1554, t. II, fol. 162-162 verso.
  • 131 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.
  • 132 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.

31Marquant alors une pause dans son récit128, il propose l’analyse stratégique (due à l’empereur en personne129) des deux armées en présence, en tirant les enseignements des qualités adverses. Ce moment correspond à celui où les nouvelles s’interrompent en Europe. À cette période, nombre de ceux que Giovio nomme « des hommes graves et en toge », c’est-à-dire des civils par opposition aux guerriers, conseillent à l’empereur de repartir. Mais ce dernier fait un discours dont Giovio rappelle la teneur130, véritable appel à la croisade contre les « ennemis du nom chrétien131 » non seulement en Afrique mais encore « en reprenant le tombeau du Christ132 ».

  • 133 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.
  • 134 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.

32La narration se poursuit par le récit des troupes chrétiennes s’élançant vers Tunis. Giovio salue l’attitude de l’empereur se conformant aux directives du marquis del Vasto133 organisant l’attaque de main de maître. Il raconte ensuite la fuite les Turcs n’ayant pas cru à la possibilité d’une offensive chrétienne : « César, grandement réjoui par la fuite des ennemis dont le nombre, à ce qu’on dit, s’élevait à cent mille, établit le camp au même endroit où l’ennemi avait campé134. »

  • 135 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.
  • 136 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.
  • 137 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.
  • 138 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.
  • 139 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.
  • 140 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso : partim fumo, partim flammis suphulreo puluere excitatis, exp (...)
  • 141 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.
  • 142 L’antique Hippona ou Hippo Regius, ville de Numidie, saint Augustin y fut évêque de 396 à 430 comm (...)

33Le texte révèle la réaction de Barberousse « épouvanté » prenant une « résolution d’une cruauté extraordinaire135 » : supprimer tous les esclaves chrétiens. Heureusement, « Sinan le Juif le dissuada de ce forfait exécrable136 ». Pourtant, ce projet monstrueux impressionne deux des gardiens : « Ces derniers repoussant avec horreur la dureté du maître, touchés par la religion, ils ramenèrent leurs esprits à leur ancienne et véritable foi137. » Ayant ainsi retrouvé leur foi chrétienne, ils s’emploient dès lors à aider les esclaves à se soulever et se libérer. Giovio s’arrête un instant sur deux de ces hommes : Francisco de Medellin et Vincenzo de Cattaro138, avant de reprendre son récit : « Environ six mille hommes nus » se ruant alors sur les Turcs « occupent toute la forteresse139 », mais leurs tentatives pour signaler leur victoire à l’empereur ne sont pas très bien comprises140 alors que Barberousse tentant en vain de rentrer dans la citadelle se trouve finalement contraint « embarrassé par la colère et la douleur141 » à la fuite vers Bône142 suivi de sept mille soldats turcs.

26. Lamentation de Barberousse
El crudelissimo pianto, et lachrimoso lamento et disperationequale fa Barbarossa…, v. 1535

  • 143 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso et 165 pour la demande de retenir les troupes.
  • 144 Giovio, 1554, t. II, fol. 165.
  • 145 Settia décrit le mécanisme du pillage « gusto di fare man bassa » et ce qu’il nomme « grandi prede(...)
  • 146 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.
  • 147 Les notations d’ordre religieux chez Giovio au sujet des mahométans se font toujours d’une manière (...)

34La narration se porte alors sur les magistrats de la ville143 remettant les clefs de la cité à l’empereur en lui demandant de retenir ses soldats à l’extérieur de Tunis. Giovio signale les doutes de Charles Quint sur la foi carthaginoise et ses craintes sur la paie des soldats, le fameux stipendium. Le texte de Giovio oppose alors les soldats miséreux attendant un juste prix de leur victoire aux Tunisiens présentés comme « ennemis de la religion, receleurs perpétuels et hébergeant des monstres144 », de telle sorte que le pillage de la ville conquise par les soldats correspondrait presque à la manifestation de la justice, Giovio rendant cette idée de l’espoir de prise offerte, à savoir pouvoir s’emparer d’un butin sur lequel ils comptent depuis très longtemps, faisant finalement du pillage un des moyens de rétribution des troupes145. Pour appuyer son propos, il signale que les esclaves mutinés ayant déjà commencé le sac de la ville, il n’est alors plus possible de retenir les troupes, la ville est ainsi mise à sac146. Giovio parle de « soif de sang mahométan » à propos des Allemands qui n’épargnent aucun de ceux qui se sont réfugiés dans les « temples des vains Dieux147 » et de l’attitude de Muley suppliant Charles Quint d’intervenir, ce dernier menaçant de mort quiconque agresserait ou réduirait en esclavage un Tunisien. Cependant, de nombreux jeunes gens et de belles femmes furent emmenés par l’armée, c’est ainsi que Muley lui-même dut racheter une de ses femmes.

  • 148 L’empereur tirera d’eux de précieuses informations sur Barberousse.
  • 149 Si le motif du pillage est un moment attendu des récits de bataille, les cronisti qui « évoquent l (...)
  • 150 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.
  • 151 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

35Après l’exposé des félicitations et récompenses adressées aux esclaves et aux deux héros148 de cette victoire, Giovio choisit de développer le récit du sac149 de la ville, évoquant les pertes incomparables comme la destruction de livres arabes très anciens et très précieux « de la valeur d’une ville entière150 », ou encore la dévastation d’une officine recelant des richesses du Levant, l’œuvre de toute une vie, « par des esclaves et des soldats ignorants151 » ne recherchant que des gains faciles. Giovio a d’ailleurs des motifs de bien connaître une partie des objets ainsi pillés, car par la suite, le marquis del Vasto lui fait parvenir, selon son expression, des « dépouilles de Barberousse ». Dans une lettre adressée à Rodolfo Pio di Carpi le 28 décembre 1535, Giovio détaillait les objets de Barberousse obtenus durant le sac que le marquis del Vasto lui avait envoyés : spoglie di Barbarossa… un par di chiavi del cassone del tesoro…, l’Alcorano e’l Rationale divinorum di Maometo… una vesta da sacerdote, uno vase ove si lavavano le gaze di Barbarossa, e uno scudellone di porcellanissima, nelquale Sua Maestà si lavava i balatroni… la scimitarra di Ramadan di Baeza… la scettro… del re Muleassem… un zafiro… di Barbarossa.

  • 152 Giovio, 1554, t. II, fol. 166.
  • 153 Giovio, 1554, t. II, fol. 166.
  • 154 Giovio, 1554, t. II, fol. 166 verso.
  • 155 Giovio, 1554, t. II, fol. 167.

36Après avoir détaillé le butin, Giovio revient à Barberousse152. Il présente brièvement le capitaine envoyé à la poursuite de Barberousse : « Le capitaine Adam de Gênes, non pas très expert dans la science navale, parent de Doria et pour de nombreuses richesses tout aussi fidèle que puissant153. » Ce dernier compte surprendre Barberousse, mais quand il comprend qu’en fait ce dernier l’attend, il estime que ses forces ne sont pas suffisantes et fait tout bonnement demi-tour154. Voilà ainsi perdue une grande occasion de se débarrasser de cet ennemi de la flotte chrétienne, décrit comme praeferoci par Giovio « plein d’arrogance ». Le texte résume les dispositions qui suivent, comme les gardes laissés sur place et le tribut, et signale le départ de la flotte pour la Sicile155.

  • 156 Giovio, 1554, t. II, fol. 167-168.
  • 157 Giovio précisait « carneualium dierum, qui pro Lupercalibus a nostris institutis sunt », c’est-à-d (...)
  • 158 On remarquera la construction en abîme : évoquer la représentation de la guerre de Tunis dans un l (...)
  • 159 Giovio, 1554, t. II, fol. 168.
  • 160 Giovio, 1554, t. II, fol. 168-168 verso.
  • 161 Giovio, 1554, t. II, fol. 168 verso.
  • 162 Giovio, 1554, t. II, fol. 169.
  • 163 Giovio, 1554, t. II, fol. 169 verso.
  • 164 Giovio, 1554, t. II, fol. 170.

37Dans son texte, Giovio porte alors son intérêt sur la suite des tractations des uns et des autres, car de nouveaux conflits ont éclaté en Italie suite à la mort de Francesco Sforza ravivant la rivalité entre la France et l’empereur pour la possession du duché de Milan. François Ier a ainsi des prétentions sur Nice face au duc de Savoie, à qui l’empereur donne Asti en suivant des alliances familiales complexes. De nouveau la guerre fait rage en Italie156. L’empereur prend ses quartiers d’hiver à Naples où lors du carnaval157 le succès de la guerre de Tunis158 est évoqué au cours de jeux, danses et autres divertissements auxquels l’empereur participe « lui-même vêtu à la mauresque159 ». Giovio en profite pour parler des noces d’Alexandre de Médicis avec Marguerite, la fille de l’empereur, pour évoquer toutes les difficultés de Florence et les tractations des Florentins160, ce qui l’amène à rappeler rapidement le sort du cardinal Hippolyte de Médicis, manipulé par ces « hommes fourbes161 » et assassiné alors qu’il s’apprêtait à rejoindre l’empereur en Afrique. Giovio poursuit ensuite le récit des démêlés entre Barberousse et les chrétiens162. Le texte portant alors sur l’établissement de la position des Vénitiens face à l’empereur163, il signale l’envoi de divers ambassadeurs vénitiens auprès des cours européennes. L’empereur ne renonce pas pour autant à sa guerre contre les Français et fourbit ses armes164, selon le texte de Giovio.

  • 165 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.
  • 166 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso-172 verso.
  • 167 Cortez a conquis le Mexique. À ce propos, Giovio évoque les livres réalisés par les « druides » me (...)
  • 168 Giovio a appuyé son récit sur D’Anghiera (1457-1526), 1521.
  • 169 Giovio, 1554, t. II, fol. 172 verso.

38Une question centrale est alors abordée : l’argent et les formidables ressources que Charles Quint peut attendre de ses possessions éloignées165. Giovio décide de placer à cet endroit un compte rendu des conquêtes lointaines. Il relate ainsi les découvertes166 de Christophe Colomb et de Hernando Cortez167, de Blasco Nonio168 et de Magellan. Enfin, semblant véritablement vouloir donner une conclusion à ce livre XXXIV, Giovio s’efforce de montrer que ces grands hommes ont tout de même besoin des « ouvriers des arts mineurs [qui] les immortaliseront, par les louanges de leurs chants169 ». En effet, les héros aussi grands soient-ils voient leur réputation pour la postérité livrée aux mains d’artisans moins prestigieux qu’eux. Giovio conclut ce texte adressé à l’empereur par un rappel de sa fonction de « fabricant de réputation ».

39La progression du récit du livre XXXIV reproduit le déroulement chronologique des événements en marquant quelques pauses. Ces arrêts dans le cours de la narration sont d’ailleurs une caractéristique de l’écriture de Giovio dans l’Histoire de son temps. Dans ce livre XXXIV, les suspensions sont de diverses natures.

  • 170 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.
  • 171 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.
  • 172 Giovio, 1554, t. II, fol. 155.
  • 173 Giovio, 1554, t. II, fol. 166 verso.
  • 174 Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. I, p. 785.
  • 175 « Quālitās, terme créé par Cicéron pour traduire ποιότης » (Acad. 1, 6, 24) dans Ernout et Meillet (...)

40Un premier ensemble pourrait regrouper les éclaircissements d’ordre linguistique. Ils peuvent consister en de simples précisions géographiques de l’onomastique ancienne ou moderne comme les remarques sur Bône « la ville d’Hippone que l’on appelle aujourd’hui Bône170 », des éclairages sur les façons de nommer, comme les précisions « deux tours, dont nous nommons l’une des deux “de l’eau” et les Barbares appellent l’autre “du sel”171 » à propos des deux tours de la Goulette. Giovio donne également les noms employés par les hommes de terrain comme « le port d’Utique que les marins appellent Farine172 », preuve de son recours à des témoignages directs. En outre, pour réussir la composition de son Histoire, Giovio s’efforce de traduire en latin les termes étrangers ; or, il est contraint de reconnaître la défaillance du vocabulaire classique « zibeti (nous ignorons jusqu’ici le terme antique de ces choses)173 ». Pour cette traduction, noter la transposition latine zibeti du terme arabe zabâd qui a donné le français « civette », le nom désigne également « la matière onctueuse et odorante que sécrète la civette ; le parfum que l’on en extrait174 ». Il applique alors les préceptes du thème latin, encore en vigueur aujourd’hui, lorsque le mot à traduire n’a pas d’équivalent dans la langue classique. Le traducteur a le choix entre plusieurs solutions, soit de conserver le terme dans sa forme originale, soit de la latiniser en lui adjoignant une finale de la première ou deuxième déclinaison suivant le genre, soit enfin de construire un nouveau vocable en se basant sur des étymologies latines. Cicéron était coutumier du fait par exemple qualitas175 ; à son tour, Giovio choisit une solution consensuelle en conservant la forme originale reconnaissable pour le lecteur, tout en l’insérant harmonieusement dans le reste du texte latin.

  • 176 Giovio, 1554, t. II, fol. 151 verso.
  • 177 Giovio, 1554, t. II, fol. 155 verso.

41Quantité de pauses dans le récit sont également dues à des précisions historiques. L’historien Giovio ne peut manquer de rappeler les événements anciens s’étant déroulés dans la région. Bien souvent d’ailleurs, c’est une occasion pour lui d’établir des parallèles saisissants entre Anciens et Modernes, l’entreprise de Tunis décrite par la locution « victoire punique176 » invitant dès l’ouverture du livre XXXIV à y voir un renouvellement de la victoire de Rome sur l’Afrique, celle de la civilisation que représente la Rome éternelle, sur les Barbares. Les remarques historiques fleurissent sous la plume de Giovio, et l’une d’entre elles retient l’attention. Il s’agit d’un exemple de reconstruction archéologique à propos des étables des éléphants de Carthage : « Cela était sur cette plaine où nous pensons que se trouvaient les étables des éléphants quand Carthage était florissante177. » D’autres pauses suspendent le cours du récit pour expliquer les choix des stratèges ou la raison du succès ou non de telle entreprise. C’est ainsi que Giovio présente les galions, leur structure et leur manœuvrabilité :

  • 178 Giovio, 1554, t. II, fol. 154 verso.

Ceux-ci sont des navires de structure et de forme militaire capables de supporter parfaitement l’outrage de n’importe quelle machine de guerre ou tempête, un petit peu plus petits que les vaisseaux de transport, un peu plus bas et équipés de voiles carrées et encore de quelques rames afin de pouvoir facilement s’avancer hors des ports en mer ouverte pour prendre les vents et pour passer les promontoires178.

42Giovio se livre également à une mise au point sur leur armement et leur utilité potentielle dans une bataille navale :

  • 179 Giovio, 1554, t. II, fol. 154 verso.

Ces [bateaux] sont communément employés par ceux qui pratiquent la piraterie, parce qu’ils portent une quantité innombrable de machines de guerre, avec lesquelles ils peuvent facilement mettre en pièces avec leurs plus gros canons bien des galées s’approchant pour les attaquer en pleine bonace, car ils envoient des boulets de fer dans toutes les directions et sur une belle surface de mer avec leurs très puissantes couleuvrines placées tout autour au travers des sabords, horizontalement au niveau de la surface de l’eau ; et quand les vents soufflent, ils surpassent en vitesse tous les autres bateaux179.

  • 180 Giovio, 1554, t. II, fol. 156-156 verso.

43Ces explications techniques prennent également la forme d’une description détaillée d’un site. C’est notamment le cas de la présentation de la Goulette de Tunis180 expliquant l’organisation de la cité, ses fortifications et la structure des défenses mises en place par Barberousse.

  • 181 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso : diui Augustini praesulatu celebratam. On notera l’emploi de (...)
  • 182 Giovio, 1554, t. II, fol. 171 ; D’Anghiera, 1530 dont la première décade aussi connue sous le titr (...)
  • 183 Le verbe reperio peut signifier « retrouver » et dans le cas présent, semble-t-il, « trouver après (...)
  • 184 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.
  • 185 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso-172 verso.

44Enfin, les pauses peuvent être d’ordre littéraire, à la manière des arguments d’autorité, ces citations d’auteurs devant étayer le propos de l’historien. Giovio n’en fait pas un usage pédant, au contraire de certains de ses contemporains, mais saisit l’occasion de citer un exemple renforçant la valeur de son texte ou marquant la culture de son milieu comme la précision « célébrée par l’évêque saint Augustin181 » à propos de Bône. En effet, en évoquant saint Augustin, évêque d’Hippone (nom antique de Bône), Giovio lui-même évêque de l’Église de Rome manifeste sa familiarité des écrits de ce père de l’Église. En citant un auteur contemporain comme Pietro Martire d’Anghiera182 Giovio choisit de placer son récit sur le Nouveau Monde sous l’autorité d’un spécialiste en citant, une fois n’est pas coutume, une de ses sources. Plus haut dans le texte, Giovio marque une autre interruption dans son récit pour introduire une justification de ses choix d’écriture dans ce passage. Alors qu’il évoque les finances de l’empereur, il remarque : « Je pense que ce ne serait pas déplacé si nous rappelions le souvenir de ceux qui découvrirent183 ces [pays], comme des hommes parfaitement dignes de la louange publique184 » pour déclarer que le moment est venu de parler des découvertes lointaines. Il développe alors un excursus de quatre pages185 pour relater ces fameuses explorations. Cet exposé extérieur aux événements de 1535 se rattache à l’empereur, maître justement de ces contrées lointaines. S’agit-il d’une façon de flatter cet éventuel mécène ? Cette évocation des héros de la conquête du Nouveau Monde permet essentiellement à Giovio de revenir par une dernière suspension du récit sur la fonction de l’historien. Le lecteur tout émerveillé des gloires acquises dans les terres lointaines est conduit par un raisonnement efficace à mesurer les rôles respectifs des héros et de ceux qui écrivent leurs vies. C’est la revendication manifeste du poids de l’historien.

45Par cette dernière remarque, Giovio rappelle ses conceptions au sujet de l’écriture de l’Histoire exposées déjà dans la préface de l’Histoire de son temps. De cette manière, il se démarque nettement des chroniqueurs et ne veut pas être un écrivain d’annales. La preuve de la volonté d’appartenir à l’ordre des historiens est particulièrement illustrée par le contenu même du livre XXXIV. Comme le dessinent les grandes lignes, Giovio y procède à une subtile sélection des moments offerts à son lecteur et propose à ce dernier les passages les plus marquants de l’entreprise en évitant de se perdre dans le récit minutieux de chaque escarmouche. La simple comparaison avec des témoignages de l’époque révèle tout le travail d’élaboration dans le texte de Giovio.

46Pour éclairer le débat, il est intéressant de mettre en rapport le récit de Giovio avec d’autres ouvrages, comme le compte rendu d’un témoin direct de la campagne ou la version de l’historiographe impérial, auteur de la chronique officielle.

  • 186 Juan Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre rapportant l’expédition de Tunis conservé à la Bibliot (...)
  • 187 Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre, p. 17.
  • 188 Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre, p. 26.

47La qualité littéraire du texte de Giovio se révèle par la confrontation avec le récit d’un témoin oculaire. Cette version est contenue dans un manuscrit de la Bibliothèque Marciana de Venise dû à « Juan Ambrosio de Vilgevane secrétaire novarrais de l’illustre seigneur marquis de Finalli186 » déclarant à la fin de l’opuscule avoir été présent lors de cette entreprise. Le récit est détaillé et rapporte pratiquement jour après jour les divers affrontements entre les deux camps avec des phrases comme : « Toute cette même journée furent lancées des escarmouches continues avec tellement de bruit de cris, tambours et trompes que tous les monts tonnaient […] Le jour suivant187. » Le récit parvient cependant à se détacher du compte rendu répétitif dans des phrases comme : « Et ainsi chaque jour il se produisait de grandes bagarres entre eux188 » mais sans jamais pourtant délaisser le moindre rebondissement dans l’évolution des faits.

  • 189 Samosate, 1912, liv. XXV, « Comment il faut écrire l’histoire ». Pour la suite, nous signalerons l (...)
  • 190 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.
  • 191 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso-164.

48Or, la relation de Giovio dans le livre XXXIV échappe à l’exposé pointilleux de toutes les manœuvres survenues à ce moment-là et offre une narration fluide des événements. La structure semble ainsi se conformer aux préceptes de Lucien189 recommandant (XXV, 53) d’ouvrir le texte sur un exorde, ce que fait Giovio en annonçant les événements de l’année 1535, et de poursuivre (XXV, 55) par un long récit des actions mêmes en effleurant (XXV, 56) les faits qui manquent d’intérêt ou de valeur pour insister sur ceux qui ont de l’importance. Les interruptions observées dans le cours du récit ne sont pas un défaut, toujours selon Lucien (XXV, 57), à condition d’user d’une grande sobriété dans les descriptions de montagnes, de fortifications ou de fleuves, car il faut toucher légèrement ces détails, pour l’utilité ou la clarté du récit. C’est peut-être dans le souci de mettre en application ces règles que Giovio choisit de rapporter en quelques mots les attaques continuelles des ennemis : « Les fantassins maures et surtout les cavaliers arabes, d’un genre militaire rapide, insidieux et de grand labeur, à toutes heures et tous lieux, allaient à l’improviste attaquer les nôtres190. » Loin de reprendre point par point chaque escarmouche, il préfère ne relever que les caractéristiques essentielles pour représenter au lecteur le climat dans lequel l’empereur doit mener son attaque. En revanche, il détaille le récit de l’attaque de Tunis191 expliquant les mouvements de troupes et les tactiques suivies. Il rend ainsi manifeste la progression des troupes chrétiennes, les difficultés rencontrées à savoir la soif et le sable, ce qui explique le désordre dans les rangs à la vue des citernes. Détailler le développement de Giovio serait trop long, l’important est de retenir que ce livre XXXIV se présente comme un texte jouissant d’une certaine autonomie et manifestant d’une élaboration soignée de la part de son auteur. Quel rapport ce texte entretient-il avec les lettres citées précédemment ?

  • 192 Giovio, 1956, p. 156-160.
  • 193 Samosate, 1912, liv. XXV, § 48.
  • 194 Giovio, 1956, p. 156.
  • 195 Giovio, 1956, p. 158.
  • 196 Giovio, 1956, p. 158.
  • 197 Giovio, 1956, p. 158.
  • 198 Giovio, 1956, p. 158.
  • 199 Giovio, 1956, p. 159.
  • 200 Giovio, 1956, p. 159.
  • 201 Giovio, 1956, p. 160.

49Il est incontestable que la perspective de Giovio est différente entre les lettres et l’Histoire de son temps. Ainsi, la lettre du 14 juillet 1535192 qui se propose d’établir un résumé des événements survenus à la Goulette correspond en quelque sorte à ce que Lucien recommande de faire à l’historien : « Quand il les (les faits) aura tous rassemblés, ou du moins une grande partie, qu’il en fasse premièrement un mémoire193. » Giovio emploie le terme ragguaglio « information, renseignement » pour désigner son travail. Cette mise au point est ordonnée suivant un plan chronologique visible dans des précisions comme « le 15, César fut en vue de l’Afrique194 », « le jour de la Saint-Jean, les Turcs vinrent l’assaillir195 », « les Turcs […] ne manquèrent pas la nuit suivante d’attaquer en différents endroits196 », « le matin du 25 […] ils allèrent donner l’assaut au marquis del Vasto197 », « le 26 […] César se décida à aller le rencontrer en personne198 », « le 28, les ambassadeurs étant allés [à la rencontre] et revenus d’auprès l’envoyé de Tunis, le roi en personne arriva au camp avec trois cents cavaliers199 ». À propos des informations rassemblées, Giovio, après avoir fait le portrait de Barberousse, soulignant qu’il « dit vouloir mourir roi de Tunis200 », explique qu’à partir de ce moment-là « les lettres donnent des opinions diverses201 ». Ce compte rendu des nouvelles connues au 14 juillet montre la qualité des informations dont Giovio dispose, rien moins que les lettres du pape et de l’ambassadeur de Charles Quint.

  • 202 Giovio, 1956, p. 157.

50Le texte de l’Histoire de son temps contient ces données, mais s’écarte du rapport détaillé au jour le jour pour produire un tableau plus général. Certains des éléments soulignés dans le livre XXXIV sont déjà présents dans la lettre du 14 juillet, notamment la description de Carthage : « Sur le site de Carthage se trouvent onze pavillons et un jardin royal et tout le camp s’est étendu vers la tour de l’eau, que nous tenons, et occupe plus de sept milles202 » qui semble trouver quelque écho dans :

  • 203 Giovio, 1554, t. II, fol. 155-155 verso.

La flotte, en partant ensuite d’Utique en doublant le promontoire de Carthage et tout le littoral de la région que l’on appelle Martia, célèbre pour les ruines de la superbe cité disparue et le nouvel agrément des jardins royaux, aborda contre la tour de l’eau que l’on appelle [ainsi] en raison de la source qui y jaillit203.

  • 204 Il faut entendre acquedotto, « aqueduc ».
  • 205 Giovio, 1956, p. 157.
  • 206 Notes de François Paschoud, dans Zosime, Histoire nouvelle, op. cit., note 138, p. 67-68.
  • 207 Les aqueducs antiques sont tellement endommagés à l’époque de Giovio qu’il s’est développé une nou (...)

51Or, le texte de la lettre après avoir évoqué l’aridité de l’endroit conclut : « Les Anciens se désaltéraient à l’aqueduc204 que détruisirent les Romains en assiégeant Carthage, comme les Goths rompirent celui-ci en assiégeant Rome205. » Giovio fait ainsi une double allusion historique à la destruction de Carthage en 146 avant Jésus-Christ et aux destructions romaines par les Barbares. Il s’agit probablement du siège de Rome par Alaric en 410 (troisième siège de Rome) s’emparant de Rome « de vive force206 » suivi d’un pillage durant trois jours. Ce sont les Ostrogoths qui détruisent les aqueducs romains en 536. Lors de l’élaboration de son livre XXXIV, Giovio n’évoque plus d’aqueducs. Le motif lui paraît-il alors trop anecdotique ou craint-il que la mention de l’aqueduc207 détruit par les Goths ne soit interprété comme une allusion aux dégâts des lansquenets allemands de l’empereur lors du tout récent siège de Rome ? Cette référence absente du texte des Histoires serait-elle en fait remplacée par l’évocation des étables des éléphants de Carthage ? Cette nouvelle image ne saurait froisser l’empereur, peut-être a-t-elle été préférée pour cette raison. Cette dernière remarque, même si elle n’a qu’un fondement bien mince, pourrait permettre d’apprécier le comportement de Giovio et de juger de sa qualité de courtisan.

  • 208 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.
  • 209 Gerosa, 1992, p. 279.
  • 210 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.
  • 211 Giovio dit tenir cette réflexion de l’empereur en personne : « Audiui ego postea a Caesare… »
  • 212 Giovio, 1554, t. II, fol. 162.
  • 213 Giovio, 1554, t. II, fol. 157 verso.
  • 214 Giovio, 1554, t. II, fol. 160-160 verso.

52Le livre XXXIV accorde une place importante à l’empereur tant dans ses actions par la relation de la guerre de Tunis qui représente l’essentiel du livre, que dans des allusions moins directes. Le choix de placer l’évocation des conquêtes lointaines qui correspondent justement aux possessions de Charles Quint répond probablement à une multiplication des références à l’empereur dans l’ensemble du livre. Est-ce un moyen d’honorer l’« empereur des deux mondes » en faisant un bref rappel de ses possessions lointaines illustrées par la mention de l’or des Amériques servant à alimenter les projets impériaux208 ? Cette dimension de l’empereur se manifeste en effet dès 1535, lors des célébrations qui se tiennent à Palerme, où l’on décrit l’empire par des expressions comme « du levant au couchant du soleil » d’où viendrait la définition « l’empire sur lequel le soleil ne se couche jamais209 ». La figure de Charles Quint est effectivement très présente dans ce livre, Giovio le montrant en stratège organisant ses forces avec les préparatifs avant l’attaque de Tunis210, ou analysant211 la cavalerie ennemie pour en tirer modèle par la suite212, en homme d’action se portant au secours des siens213, ou encore en négociateur au travers de ses entretiens avec Muley214.

  • 215 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.
  • 216 Giovio, 1554, t. II, fol. 165.
  • 217 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.
  • 218 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

53Pourtant, Giovio ne se livre à aucun éloge véritable, dépeignant plutôt un homme sachant se plier aux ordres du marquis del Vasto lors de l’attaque de Tunis215 et souligne son attitude ambiguë, plongé en pleine réflexion pendant que le sac de la ville commence216, alors que les autorités de Tunis lui remettent les clefs en lui demandant de retenir ses soldats à l’extérieur de la ville217. Seule l’horreur d’un massacre perpétré dans une mosquée semble pousser l’empereur à donner des ordres plus fermes mais inégalement suivis, comme le signale Giovio218. La suite du récit représentant les pertes lors du pillage de la ville fait cependant porter les torts de ces crimes sur les esclaves et les soldats. Il ne s’y trouve pas de critique directe de Charles Quint, ses actions étant en partie justifiées par des raisonnements comme la réflexion sur la « foi punique ». Cependant, même si Giovio ne peut critiquer ouvertement les puissants, il avance des exemples porteurs d’autres points de vue. Décrire l’empereur assez souple pour savoir s’effacer devant plus brillant que lui lors de l’attaque de Tunis, indique aussi que le mérite de l’organisation revient en fait au marquis del Vasto. De même, la glorieuse prise de Tunis est essentiellement le fruit des esclaves libérés par deux hommes revenus à la foi chrétienne, l’empereur s’étant contenté de cueillir cette victoire. La dernière remarque du livre XXXIV rappelle le rôle essentiel joué par l’historien œuvrant pour la postérité dans la conquête de la gloire. Giovio ne se montre pas courtisan dans ce texte. Tout en ne mentant pas, Giovio n’adopte pas le ton de l’éloge. Giovio aurait peaufiné ce texte dit-on, et le résultat donne une impression de narration naturelle et intelligente d’un événement dont on saisit bien le déroulement. Les justifications avancées seraient-elles l’émanation du milieu pontifical auquel Giovio appartient ? D’après Zimmermann, Giovio compose ce livre entre 1535 et 1538, c’est-à-dire sous le pontificat de Paul III qui n’a de cesse de relancer la croisade. Giovio cherche-t-il à plaire à l’empereur si profondément engagé dans cette mission et sûrement convaincu des raisonnements suggérés par ce texte ? Assurément, Giovio offre à Charles Quint d’apporter sa contribution d’historien dans ses élaborations stratégiques pour préparer la croisade. Pour lors, Giovio s’efforce de se montrer neutre dans le récit et il y parvient autant qu’on peut l’imaginer dans un milieu où les marges de manœuvre sont en fait excessivement étroites. Les critiques sont ainsi souvent à peine esquissées et même seulement soufflées au lecteur par des allusions voilées.

54Si Giovio ne se montre pas un adulateur, son travail semble bien être celui d’un historien œuvrant pour la vérité. Il se fonde sur des informations très diverses et déclare avoir consulté l’empereur sur cette expédition, ayant eu également en main les lettres du pape, et donc probablement des nonces, et de nombre de capitaines comme le marquis del Vasto. En outre, il tire ses informations sur Tunis de personnes connaissant particulièrement ces lieux pour diverses raisons. Ainsi, Giovio se trouve exactement au fait des événements se produisant alors à Tunis. Cependant, sa technique peut être révélée par la mise en parallèle de son récit avec une version retenue comme officielle, parmi le nombre infini de textes paraissant à l’époque, à savoir l’œuvre de Juan Ginès Sepulveda, l’historiographe officiel de Charles Quint.

  • 219 Le manuscrit du De Bello Africo se trouve à la Bibliothèque nationale de Madrid, no 6043.
  • 220 Sepulveda, 2003, t. X, liv. XI-XIII ; Costas et Carrasco, 1992, p. 77-110, dans lequel les auteurs (...)
  • 221 À propos du De Bello Africo de Sepulveda, la reconstitution de Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, (...)
  • 222 Œuvre jamais éditée, examinée par Cuart Moner dans l’estudio histórico, dans Sepulveda, 2003, p. x (...)
  • 223 Est-ce à lui que Giovio adresse son propre Ragguaglio ?
  • 224 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxxi.
  • 225 À propos des sources, Trascasas Casares, 2002, p. cii-cv.
  • 226 C’est le cas de certains récits des atrocités commises par les soldats impériaux qui disparaîtront (...)

55En fait, le Cordouan Sepulveda écrit deux textes : un premier, De la guerre d’Afrique219 dès 1536 et un autre pour son histoire de Charles Quint220. Il aurait composé le premier texte221 avant avril 1536, dans le but de devenir historiographe de l’empereur. Sepulveda signe là son premier texte historique et se montre peu original dans cette assez courte relation de vingt-six feuillets seulement. Il se serait même appuyé sur un Commentaire222 d’un ami de Garcilaso de la Vega, don Luis de Àvila223 y Zúñiga, militaire et écrivain dont le manuscrit, en sa possession dès janvier 1536224 serait davantage une somme de notes rapidement prises sur le champ de bataille devant servir de base à une réécriture postérieure qu’un texte soigneusement élaboré. À cela s’ajoutent les abondantes informations225 fournies par les participants à la campagne dès le retour de l’empereur en Italie. Il semble que pour une partie de ses sources, Sepulveda ait utilisé les mêmes informateurs que Giovio : plusieurs témoignages précis de faits particuliers226 trouvent leur place dans De la guerre d’Afrique.

  • 227 Sepulveda, Historiarum de rebus gestis Caroli V dans Sepulveda, 2003.
  • 228 Guazzo, 1548.
  • 229 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxx-xxxi.
  • 230 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxii-xxvii.
  • 231 Giovio, 1562-1563 ou Giovio, 1562.
  • 232 Cuart Moner s’interroge justement sur ses convictions : « Sepúlveda en la década de 1530 : ¿ Itali (...)

56L’autre texte qui ne paraît que bien plus tard est beaucoup plus élaboré dans tous les sens du terme. Premièrement, le récit de la guerre de Tunis s’étend sur trois livres des Histoires des hauts faits de Charles Quint227, exactement depuis le chapitre iii du livre XI jusqu’au livre XIII. Les événements rapportés s’étendent entre le printemps et l’hiver 1535. Cette version, extrêmement retravaillée par rapport au De Bello Africano, doit beaucoup aux œuvres de Paolo Giovio et de Marco Guazzo228 surtout en ce qui concerne la question turque. Baltasar Cuart Moner229 relève de nombreuses coïncidences entre les deux auteurs, il semblerait que Sepulveda ait été influencé par Giovio, même si l’écriture de sa chronique est déjà avancée quand l’Histoire de son temps paraît. En effet, Cuart Moner date l’élaboration de cette partie de la chronique entre 1540 et 1550, et les corrections et mises au point entre 1548 et 1558230. Or, Giovio fait parvenir une première version de son livre à Charles Quint le 14 août 1550. Il se peut tout à fait que Sepulveda y ait eu accès en tant qu’historiographe et qu’il se soit ainsi trouvé influencé par le texte de Giovio. L’argument de la traduction espagnole tardive du texte de Giovio en 1562-1563231, l’écartant ainsi comme source de Sepulveda, ne tient pas si l’on considère que ce dernier connaissait non seulement le latin, preuve en est son Historiarum de rebus gestis Carol V, mais aussi l’italien à tel point qu’on l’accusait de conserver, de l’avis de l’empereur, des resabios italianos, « mauvaises habitudes italiennes232 » de sa longue présence en Italie, notamment au service du pape Clément VII.

  • 233 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. IX-X.

57Les rapports entre les deux textes sont nombreux, mais les objectifs poursuivis par les auteurs induisent une lecture différente des événements rapportés. À l’évidence, Sepulveda cherche à éviter tout ce qui pourrait être perçu comme une critique de l’empereur. Au contraire de Giovio, il n’explique pas le contexte historique de cette expédition, dans le but manifeste de ne pas avoir à traiter de la politique impériale. Aussi délaisse-t-il l’exposé des causes originelles de la campagne de Tunis et se montre plus que concis233 sur les motifs de l’opération.

  • 234 Giovio, 1554, t. II, fol. 156-156 verso.
  • 235 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii à xii.
  • 236 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii, p. 6.
  • 237 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xii, p. 9. Découverte que la ligne droite est le plus court chemin (...)

58Sa présentation de la ville de Tunis attire l’attention. À l’inverse de Giovio choisissant de marquer une pause dans son récit pour se livrer à une description de la Goulette234, basée sur des considérations éminemment stratégiques, Sepulveda préfère revenir à diverses reprises sur le sujet selon des perspectives différentes. Une première évocation235 ne propose pas de véritable description mais se borne à une remarque en incise : « Tunis ville la plus prospère de cette région et capitale du royaume236 » à laquelle répond : « La vieille ville de Tunis est distante d’environ seize milles en suivant la lagune, car en naviguant en droite ligne le chemin est plus court237 », décrivant, après un rapide rappel historique, la distance de l’antique Carthage à la ville actuelle.

  • 238 On remarquera l’orthographe des noms étrangers en latin variant selon les auteurs (en raison peut- (...)
  • 239 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii, p. 6.

59Sepulveda écrit encore : « Khair ad-Dîn cependant revenu en Afrique, il s’empara de Tunis […] en partie par ruse en partie par la trahison des habitants ayant chassé le roi Hassan238 qui dirigeait cette cité et cette région selon le droit héréditaire239 », insinuant que Muley Hassan occuperait ce trône à bon droit, Barberousse étant un usurpateur qu’il convient de châtier, et sans jamais cependant proposer le portrait du roi légitime.

  • 240 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii à xi, p. 6-8.
  • 241 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xliii-xliv.
  • 242 Giovio, 1554, t. II, liv. XLIV, fol. 326 : per idiotas interpretes, idiotas doit plutôt être à (...)
  • 243 Giovio, 1554, t. II, liv. XLIV, fol. 326.
  • 244 Giovio, 1554, t. II, liv. XXXIV, fol. 160.
  • 245 Giovio, 1554, t. II, liv. XXXIV, fol. 160.
  • 246 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso.
  • 247 Prudencio de Sandoval (1553-1620).
  • 248 Sandoval, 1614.
  • 249 Illescas, 1602.
  • 250 Cuart Moner met en relation cette présentation avec les desiderata de l’empereur, Cuart Moner l’es (...)

60La présentation de la figure du souverain de Tunis aurait dû se trouver dans le texte de Sepulveda. Or, ce dernier se borne à montrer les manœuvres multiples de Muley Hassan pour faire tuer son frère que le peuple lui préfère240. À l’époque, de nombreux historiens rencontrent Muley Hassan en Italie où il est exilé et, comme le remarque Cuart Moner241, il a tout pour fasciner les esprits de l’époque illustrant parfaitement les préceptes de la physiognomonie en alliant une apparence physique désagréable à un caractère d’une rare cruauté, manifestation en négatif de la formule héritée de l’Antiquité καλòς καÒγαθóς, « beau et bon ». Cependant, il possède d’éminentes qualités intellectuelles qui surprennent beaucoup à l’époque. Giovio s’entretient même avec lui « par le biais d’interprètes indigènes242 » et apprend ainsi de lui de nombreuses particularités sur les Maures et même sur la guerre d’Afrique : « des guerres récentes et des faits puniques243 » comme il les note. Giovio peut apprécier les qualités intellectuelles de Muley Hassan en matière de philosophie, le découvrant connaisseur d’Averroès. Dans ses textes, il souligne le paradoxe de ce personnage à la fois barbare et raffiné et sa description fait école auprès des historiens. Elle s’articule en deux moments, commençant par une évocation physique : « Il était grand, avait le visage basané et vraiment viril, mais avec un regard tellement retors qu’il semblait dévisager méchamment qui le regardait244 » et se poursuivant par la mention de qualités à la fois guerrières « avec une longue lance maniée avec grande dextérité et assénant admirablement des coups en avant et en arrière245 » et intellectuelles « mais aussi par loisir, il discutait avec les philosophes de la nature de l’univers, du mouvement du ciel et du pouvoir des astres d’après l’enseignement très précis d’Averroès246 ». Ainsi, Sandoval247 décrit Muley « de belle stature, robuste de corps, brun, enflé de visage, mal rasé et le regard tordu qui lui donne de la gravité248 » et Gonzalo de Illescas propose un portrait très semblable à celui de Giovio « bien bâti, légèrement brun, robuste avec les yeux retors […] très discret et docte, très remarquable philosophe et mathématicien, grand astrologue et non moins habile à mener un cheval et manier une lance249 ». Pour sa part, Sepulveda se borne à une « présentation stylisée des personnages islamiques250 » dans la perspective de la propagande visant à montrer Charles Quint champion de la chrétienté.

  • 251 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxi, p. 16.
  • 252 Giovio, 1554, t. II, fol. 156.
  • 253 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.
  • 254 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

61Quant aux informations livrées par Sepulveda au sujet de Tunis, d’autres éléments figurent dans son texte à propos des tours de la Goulette : « Sur le rivage se trouvaient deux tours qui étaient défendues par une garnison de soldats et des canons, l’une s’appelait [la tour] du sel et l’autre de l’eau en raison de l’eau douce qui jaillissait du côté de la Goulette et dans les endroits environnants251. » Cette description semble rassembler deux phrases de Giovio : « La tour, qui a été renforcée de bastions installés tout autour, protège l’entrée du côté de la mer252 » et « Et il fit dresser la tente du général dans un endroit idéal entre les deux tours que nous appelons pour l’une de l’eau et l’autre est nommée du sel par les Barbares253 ». Plus loin, Sepulveda propose même une description très précise de la Goulette, comme s’il commentait un plan détaillé : « D’autre part, la Goulette est un édifice sur le rivage à seulement quatre milles de Carthage et seize de Tunis254 », en fournissant des informations n’intéressant que le commerce :

  • 255 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

[…] là les marchandises transportées dans les bateaux étaient déchargées et les droits du port une fois réglés, pour raccourcir le chemin, on les transportait à travers la lagune, navigable seulement en esquifs ou barques de pêche jusqu’à Tunis qui se trouve dans le dernier coude de la lagune255.

  • 256 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 - fol. 156 verso.
  • 257 Giovio, 1956, p. 153-156.
  • 258 Penser à la prolifération de plans de Tunis dans Deswarte-Rosa, 1998, p. 81-87.

62De telles précisions révèlent peut-être l’origine commerciale de ces informations. De son côté, Giovio traite également de la navigabilité de la Goulette dans l’Histoire de son temps256 et dans une lettre adressée à Francesco Sforza le 6 juin 1535257 accompagnant un plan de Tunis258, mais selon une perspective nettement tactique.

63À la conclusion de ce passage, Sépulveda en vient tout de même à des considérations plus militaires en désignant l’endroit moins fortifié où devraient attaquer les troupes :

  • 259 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

Et ainsi, il n’y a d’accès pour les troupes de fantassins que par le nord et dans un espace peu étendu situé entre la lagune et la mer ; et ce côté était d’ailleurs assez peu protégé par le mur que Barberousse avait commencé à construire depuis l’angle de la Goulette vers la mer jusqu’au nord, ensuite le mauvais temps hivernal l’en avait détourné alors qu’il ne restait qu’un petit espace259.

  • 260 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.

64En s’inspirant fortement de Giovio260, Sepulveda fournit encore une évocation de la Goulette tout en introduisant des remarques stratégiques :

  • 261 Sepulveda, 2003, liv. XII, chap. i, p. 23.

Ces points étant établis et exécutés, Charles laissant les villages et les positions élevées, transporta son camp plus près de la Goulette dans la plaine pourtant sableuse entre les deux tours dont nous parlions précédemment dans un endroit plus favorable pour attaquer la citadelle et les fortifications des ennemis261.

65L’adéquation de l’emplacement du camp rendu chez les deux auteurs par inter duas turres, « entre deux tours » est explicitée par l’expression opportuniorem locum, « un endroit plus opportun » ou « assez opportun » chez Sepulveda et par idoneo in loco, « un lieu approprié » dans le texte de Giovio. Sepulveda a dû être fortement influencé par Giovio dans son écriture comme le suggèrent des reprises de termes ou d’idées au sujet de descriptions.

  • 262 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

66L’influence de l’œuvre de Giovio est certaine sur les écrits de Sepulveda, en est-il de même pour la présentation des faits ? L’analyse de la restitution du sac de Tunis est très intéressante pour vérifier cette théorie. Giovio rapporte le récit du pillage de la ville de Tunis sans véritable ménagement pour les impériaux. Une phrase particulière synthétise les crimes perpétrés : « Mais les Espagnols et les Italiens étant plus enclins à la convoitise, les Allemands se pressant d’étancher leur soif de sang mahométan par la cruauté attachée à leur âme262 » dont l’écho apparaît semble-t-il chez Sepulveda de manière extrêmement adoucie :

  • 263 Sepulveda, 2003, liv. XIII, chap. xvii, p. 49-50.

Au début en un instant, les soldats irrités par cette témérité s’acharnèrent contre certains sans distinction, notamment les Allemands qui ont coutume de s’abandonner davantage à la haine de l’ennemi dans les forteresses prises d’assaut que de rechercher le butin ; ce butin, dont les Espagnols et Italiens sont un peu plus avides. Et eux ont l’habitude de respecter les ennemis captifs plus scrupuleusement non seulement par humanité mais encore pour le profit263.

67Giovio établit une sorte de gradation dans les comportements passant de la rapacité des Italiens et des Espagnols rendue par « davantage portés à la cupidité » à la cruauté des Allemands manifestée par « soif de sang mahométan » qu’il explique par leur caractère barbare « par la cruauté innée de leur âme ». En revanche, Sepulveda atténue le propos, la fureur faisant place à de l’excitation avec l’emploi de irritati, « irrité », tous les participants au sac étant englobés sous l’appellatif « soldats » sujet du verbe saevierunt, « s’acharner avec fureur », en minorant dans une certaine mesure le nombre des victimes par l’emploi de nonnullos, « quelques-uns » face à l’appellation générique observée chez Giovio « du sang mahométan » traduisant la haine portée à toute une race.

68Avec efficacité, le texte de Giovio désigne deux catégories de comportements : les pilleurs et les barbares. Sepulveda use pour sa part d’expressions plus contournées comme le schéma suivant tente de le montrer.

69Les propositions enchâssées, les balancements internes, l’emploi de locutions comme non solum… sed etiam, « non seulement… mais encore » ou le fait de renforcer le comparatif par un tour comme paulo cupidiores, « un peu plus avides » étaient autant de biais pour traduire une idée assez proche de celle de Giovio, sans critiquer ouvertement. La cruauté naturelle des Allemands évoquée dans une forme pesante solent indulgere, « ont coutume de s’abandonner à [la haine de l’ennemi] » affaiblit finalement la critique. La rapacité des Italiens et des Espagnols est rendue par une syntaxe tellement verbeuse, répétitive et complexe que l’impact faiblit, des tournures comme praedae cuius praedae, « le butin dont le butin » ou paulo cupidiores, « un peu plus avides » frôlant le pléonasme, le vocabulaire employé développant le champ lexical du désir et de la rapacité par des termes comme cupidiores, « plus avides », diligentiusque, « et plus attentivement » ou encore compendii, « du gain ».

70Illustration de la complexité de l’expression de Sepulveda, analyse de l’extrait discuté :

  • 264 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xxxvii.

71La stratégie discursive de Sepulveda ne produit pas le même effet que le texte de Giovio. L’accumulation de tournures complexes dilue la critique dans un foisonnement verbal, mais n’est-ce pas le but de l’auteur ? Les mots semblent devoir remplacer les faits. Comme le signale Cuart Moner, entre le De Bello Africo et la chronique de Charles Quint, Sepulveda a retiré des exemples des « actions des soldats impériaux264 » pourtant recueillis de vive voix. Ainsi, le sort d’un marin espagnol ayant violé et voulu dévaliser une femme et qui fut finalement jeté par elle dans un puits ne figure plus dans le récit définitif.

  • 265 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xlvi.
  • 266 Giovio, 1554, t. II, fol. 157-fol. 157 verso.

72Pour ne pas déplaire à l’empereur, Sepulveda procède ainsi à une sélection subtile des faits rapportés. S’il est question d’escarmouches, elles doivent nécessairement être favorables aux chrétiens265. Giovio, s’il ne rapporte pas chacun des mouvements de troupes pour ne pas nuire à l’agrément du lecteur par des répétitions fastidieuses, propose différents exemples marquants des succès et revers des chrétiens. Le choix de Giovio ne visant pas nécessairement à la glorification des troupes impériales, il n’hésite pas à rappeler les désaccords entre Italiens et Espagnols, notamment à l’occasion de l’évocation du sort malheureux du comte de Sarno266 dont la tête et la main droite sont portées en trophée à Barberousse. Les Italiens sortis fièrement contre les Turcs tombent en fait dans un piège sans que les Espagnols ne leur portent secours.

  • 267 Giovio, 1554, t. II, fol. 163-fol. 163 verso.
  • 268 Sepulveda, 2003, liv. XIII, chap. xv, p. 48.

73Sepulveda fait disparaître les détails déplaisants de son récit. Ainsi, les conditions difficiles dans lesquelles se retrouvent les soldats impériaux comme le manque d’eau sont tout simplement omises dans la chronique. En effet, Giovio détaille le système de ravitaillement mis en place pour lutter contre la soif et le sable, en concluant sur la mort tragique d’un soldat rendu déraisonnable par la soif267, noyé dans une citerne. Un point encore plus grave semble suggéré par une discordance entre Sepulveda et Giovio au sujet de l’attitude de Muley Hassan lors du siège de Tunis. Pour Giovio, Muley aurait tenté d’éviter le sac de sa ville et aurait même dû racheter une de ses femmes, faisant de lui une victime du pillage. Sepulveda au contraire représente Charles Quint demandant à Muley s’il compte des amis dans Tunis afin de les protéger et ce dernier lui répondre « n’avoir aucun ami dans la ville… par conséquent, rien n’empêchait et ni ne détournait Charles de traiter tous les habitants de la ville de la même manière268 ». Ainsi, il ne semblait réclamer aucun traitement particulier, acquiesçant tacitement au sac de la ville. Ceci ne confine-t-il pas à la réécriture des faits, dans le but de retirer toute culpabilité à l’empereur ? Pourtant, les réjouissances offertes à l’empereur mettant en scène ses exploits sont absentes du récit de Sepulveda, alors qu’elles abondent dans le texte de Guazzo. Sepulveda préfère exalter l’idéologie de Charles Quint dans ses discours en avançant les arguments de la propagande impériale. C’est la grande différence avec Giovio, s’intéressant principalement aux faits et cherchant à extraire de la présentation de ces événements des réflexions intéressantes. Sans se faire le porte-voix de l’empereur dans sa relation de Tunis, il sait prendre ses distances en rendant évidente à son lecteur sa désapprobation avec les idées rapportées. Le raisonnement sur « la foi punique » ne semble pas de même nature que le commentaire du saccage de la bibliothèque.

  • 269 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xix, même si Sepulveda fut anciennement très critique à l’ég (...)

74À la lumière des écrits d’un véritable courtisan, prêt à adapter l’histoire pour plaire à celui qu’il appelle mi patrón, « mon patron269 », la façon de Giovio de rapporter la guerre de Tunis fait indiscutablement contraste. Il semble bien avoir été plus autonome, même s’il lui faut maintenir un délicat équilibre entre la critique et la louange dans le cas d’un éventuel mécénat. Un récit de bataille peut donc révéler les attaches d’un écrivain, surtout s’il est comparé aux versions d’auteurs d’horizons différents. Il devient le support d’une idéologie et même le vecteur d’une certaine politique. Ici, la glorification de l’empereur, ailleurs, les intérêts de la papauté.

La croisade : une destinée impériale

  • 270 Ceci a été l’objet d’une communication lors de la journée d’études, Pujeau, le 19 mars 2010.

75Même si la campagne de Tunis n’est en rien une « croisade », elle est pourtant parfois présentée de cette manière afin de servir la lutte contre les Turcs. Giovio insiste sur l’aspect campagne à l’antique, d’autres vont plus loin en en faisant une quasi-croisade, par exemple Pompeo Bilintano270. Consécutivement à la victoire de Tunis, assimilant Charles Quint au héros antique Scipion l’Africain (235-183 av. J.-C.), quantité d’ouvrages fleurissent pour saluer l’exploit impérial s’appuyant sur les ressemblances entre les deux figures historiques. La « guerre d’Afrique » de Charles Quint est rapprochée d’un épisode de la deuxième guerre punique, quand Scipion passa en Afrique et remplaça le roi de Numidie Syphax (allié de Carthage) par Massinissa (allié des Romains) et défit Hannibal à Zama en 202 avant de revenir en Italie.

76Cet épisode antique de la « guerre d’Afrique » a été relaté par Tite-Live dans les livres XXIX et XXX, du départ pour l’Afrique à la paix conclue terra marique (XXX, 45) avant le retour triomphal en Italie. Les similitudes dans les événements rapportés ne manquent pas de toucher les humanistes férus d’histoire antique. En effet, il est question d’une campagne africaine, située dans la même région d’Afrique du Nord (Carthage n’est guère éloignée de Tunis et de son port de la Goulette) et Zama la ville de l’affrontement entre Scipion et Hannibal serait également située dans la région aujourd’hui occupée par la Tunisie, un peu plus au sud des affrontements des troupes impériales. Cependant, les similitudes ne s’arrêtent pas là, dans les deux cas il est question de substituer un prince hostile par un autre plus favorable. Scipion chasse l’allié de Carthage, le roi de Numidie, pour lui substituer un allié de Rome, et Charles Quint fait fuir Barberousse qui avait enlevé le trône au prince légitime que l’empereur rétablit à l’issue du conflit. Enfin, les deux campagnes se terminent par un retour triomphal en Italie. On connaît le goût des Romains pour les triomphes, pareilles festivités furent organisées en Italie en l’honneur de Charles Quint selon un style antiquisant !

27. Pompeo Bilintano, Carlo Cesare V Affricano, Naples, Matthias Cancer, 1536

77Pour ne mentionner que des ouvrages relatifs à l’expédition de Tunis et encore en se bornant aux œuvres poétiques des guerre in ottava rima, on pourra mentionner La gran rotta che ha dato la Cesarea Maesta, a Barbarossa con la presa di Tunisi, de la Goletta, il successo tutto per ordine d’Alessandro Verini, Milan, 1535 ou au titre montrant tout le désespoir de l’ennemi : El crudelissimo pianto, lachrimoso lamento disperatione quale fa Barbarossa con tutti li suoi Principi, et le eshortationi de tutti li suoi Capitan Caualieri per la perdita dil suo Regno. Con li Capitoli de la Cesaria Maiesta fatti con el Re de Tunesi. On songera encore au long poème en 147 huitains de Lodovico Dolce, Stanze di M. Lodovico Dolce composte nella vittoria Africana nuouamente hauuta dal Sacratis. Imperatore Carlo Quinto, Rome, 1535. Le rapprochement avec Scipion l’Africain apparaît dans des titres comme le poème de Pompeo Bilintano, Carlo V Affricano composto per P. Pompeo Bilintano Veneto nel quale si contengono li memorandi gesti et gloriose uittorie de sua Cesarea Maesta nel Anno 1535 ou encore le poème de Sigismondo Paoluccio (dit Philogenio) Canto Primo del Secondo Libro dele notte d’Aphrica di Sigismundo Paulitio Philogenio Cavalero e Conte Palatino, Messine, 1535-1536 ou encore du même auteur le texte au titre plus flatteur I trionfi di Carlo V publié à Venise en 1543.

78Outre les éléments antiques, cette campagne fut assimilée artificiellement à une croisade. Tous les ressorts épiques sont employés pour exalter l’exploit impérial et solliciter une poursuite de la campagne. Cependant, la réalité économique n’était pas aussi brillante, si l’on en croit des retards dans le paiement des soldes des troupes qui auraient encore été en attente au moment des préparatifs de la Préveza (en 1538). Ceci expliquerait pourquoi Doria eut tant de mal à rassembler ses troupes et comment les troupes impériales firent si peu d’efforts pour soutenir une nouvelle campagne qui tourna bien vite court. Mais en 1535, ces réalités sont encore loin et on songe à un bel exploit épique.

  • 271 Psaume 72 intitulé « Le roi promis » dédié à Salomon, roi juste et pacifique, riche et glorieux ap (...)

79Tout cela participe de la technique consistant à instiller le désir de surpasser ses ancêtres Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon, les auteurs de la Reconquista, l’idée de « croisade » pouvant ainsi faire son chemin. Mais peut-on lier l’entreprise de 1535 à la parution en 1532 du Commentario, ce texte spécialement conçu pour Charles Quint dans le but de « servir la prochaine campagne contre les Turcs » ? Il est plus sûr que cet ouvrage aura conforté l’empereur dans ses rêves de guerroyer face aux Infidèles. S’instaurant comme un redresseur de torts, il reprend le royaume de Tunis au pirate Barberousse pour le restituer à son prince légitime. Dans son esprit, c’est lui qui fait et défait les princes dans cette partie de la Méditerranée et il existera même un accord à ce propos en 1538 avec Barberousse, l’ennemi préféré d’Andrea Doria ! En outre, Charles Quint se perçoit comme ayant une destinée hors du commun, s’assimilant volontiers au « Roi-Messie » de la Bible271, devant dominer « de la mer à la mer », correspondant à son empire où « le soleil ne se couchait jamais » ! Cette prophétie biblique de son règne semble apporter un cautionnement religieux à son comportement et des auteurs comme Giovio s’efforcent d’exploiter cela au service de la lutte contre les Turcs. Tout appellerait à lancer une nouvelle entreprise contre les Turcs. Charles Quint est certainement le puissant le plus à même de mener la croisade contre les Turcs.

  • 272 Lieu où, en 1095, le pape Urbain II prêcha la première croisade devant une foule immense, sur l’ac (...)
  • 273 Le bienheureux Urbain II (1088-1099).
  • 274 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.
  • 275 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.

80Assurément, Paolo Giovio se comporte plus en historien que Maffeo Pisano, se lançant dans une sorte d’évocation de l’histoire des croisades, par une présentation relevant les points essentiels afin de convaincre du succès de la croisade que l’on projette alors. Il fait référence au fameux appel de Clermont : « Et il n’y a aucun doute que cette fois l’Esprit saint conduira toute chose à un dénouement glorieux, comme il y a quatre cents ans, lors du concile de Clermont272 où il intervint, quand le pape de l’époque Urbain273 clama d’une voix forte à tous “Dieu le veut”274. » La première croisade débute : « L’entreprise mémorable de Jérusalem s’engagea, au cours de laquelle le pieux et magnanime Godefroi de Bouillon, tout enflammé d’une ardeur très sainte leva avec lui trois cent mille fantassins et cent mille cavaliers armés, comme l’écrit l’évêque de Tyr, qui était présent275. » Giovio nomme divers croisés prestigieux :

  • 276 Godefroi de Bouillon, Hugues du Vermandois, Baudoin de Flandres, Raymond de Toulouse, Bohémont de (...)
  • 277 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.

Et il ne faut pas penser que tant de personnes suivirent Godefroi276, Hugues le grand, le comte de Flandre, le comte de Toulouse, Bohémond roi des Pouilles, Guglielmo Lungaspada, marquis de Montserrat, Ottone Visconti et beaucoup d’autres, pour la réputation de leur nom, car ils n’étaient pas rois, mais petits seigneurs, grands uniquement par la vertu et non par les richesses, mais ils le suivaient par une dévotion singulière, et par une avidité infinie de véritable honneur, qu’on pouvait espérer, après avoir si ardemment employé sa vie et sa fortune pour le service de Dieu277.

81Il complète sa présentation en expliquant les préparatifs témoignant de leur engagement :

  • 278 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392-393.

Et ils furent nombreux ceux qui vendirent leur patrimoine pour acheter des armes et des chevaux et donner un viatique aux nombreux serviteurs et compagnons qui faisaient vœu d’aller au Saint-Sépulcre. On ne tenait pas pour vrai chevalier, celui qui ne faisait pas la traversée pour revenir avec l’honorable croix rouge sur la poitrine278.

82Giovio insiste sur leur bravoure et la rapproche d’exemples tirés de l’Antiquité, faisant montre de sa culture humaniste :

  • 279 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393.

Il est une chose manifeste qu’aucun grand capitaine ni condottiere ni soldat ni chevalier véritable n’accomplit jamais d’action illustre ou mémorable, chacun à son niveau, si ce n’est pour un de ces deux chefs, c’est-à-dire soit pour la religion, comme firent ceux dont je viens de parler, soit par une recherche avide de gloire, comme Alexandre le Grand et Scipion l’Africain et de nombreux autres Romains et Grecs, car ils n’attachaient d’importance ni aux royaumes, ni aux états, ni aux richesses, ni aux agréments de la vie, mais seulement à la Renommée fille de Vertu et mère de la Gloire, laquelle ne perd jamais par aucun hasard ou injure du temps la vivacité de sa belle couleur, surtout quand s’y ajoute l’aide impérissable de la lumière des écrivains279.

83Poursuivant sa démonstration, Giovio reprend son évocation des croisades en rappelant l’action de figures remarquables :

  • 280 Frédéric Ier de Hohenstaufen, dit Barberousse (1122-1199), empereur en 1152.
  • 281 Frédéric de Souabe (1194-1250), fils de Barberousse, empereur à partir de 1212, il portait le titr (...)
  • 282 Philippe II Auguste (1165-1223) roi de France en 1180.
  • 283 Louis VII le Jeune (1120-1180) roi de France en 1137 et père de Philippe Auguste.
  • 284 Richard I, dit « Cœur de Lion », règne de 1189 à 1199.
  • 285 Il s’agit de la troisième croisade (1189-1192).
  • 286 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392-393.

Et celui qui veut suivre ce chemin doit maintenir son âme invaincue face au monstre fier de l’avarice, intacte contre les désirs de vengeance des injures et inattaquable par les appétits immodérés. C’est cette voie que prirent Frédéric Barberousse280, Frédéric II281, Philippe282 et Louis283, rois de France et Richard d’Angleterre284, qui à la recherche d’une gloire personnelle, se rendirent en Terre Sainte dans les années suivantes285 avec de grandes difficultés, car on ne peut cueillir les fleurs de la gloire si l’on ne passe pas par les épines des fatigues286.

84S’appuyant sur ces exemples, Giovio veut inciter les princes chrétiens à préparer une nouvelle croisade :

  • 287 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393

Donc pour la religion et pour la gloire, avec l’exemple de tant de leurs ancêtres sous les yeux, ces très valeureux princes doivent s’entendre pour apporter la paix aux Chrétiens et la guerre aux Infidèles et ensemble penser avec l’avis d’hommes experts dans l’art militaire et de tous les célèbres capitaines d’Europe, suivant leurs actions en discutant les bons et moins bons côtés et habitudes de chacun. Et parce que cette paix sainte accouchera de deux fils jumeaux c’est-à-dire le Concile universel et la croisade de la foi, il sera nécessaire de tenir rapidement le concile et en même temps d’apporter de l’aide à la préparation de la guerre, et tout tendra vers une conclusion assurée et heureuse, si leurs Majestés voulaient bien se comporter en chefs et intervenaient en tant que défenseurs287.

85Giovio livre les raisons du succès assuré de la future croisade :

  • 288 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393-394.

Car, avec l’autorité et les forces unies de chefs si grands, on pourra dompter l’impertinence de tous ceux qui ne voudraient pas se laisser corriger et les guérir des erreurs de leur foi. Et il se trouvera le moyen de tirer de l’argent tant des églises que des peuples avec une extrême célérité et à la satisfaction de tous. Et tous les litiges grands ou petits se régleront pour ne pas laisser la moindre étincelle de controverse, qui pourrait susciter un incendie dans le dos et perturber l’organisation de l’entreprise dans toutes ses parties288.

86Il importe pour lui d’inviter son destinataire, l’empereur, à se lancer dans une pareille entreprise. Dans cette même idée, on va donc réinterpréter le succès de 1535. La victoire impériale remportée à Tunis, abondamment chantée pour glorifier Charles Quint et exalter la foi chrétienne n’est pourtant pas une croisade au sens strict. Il n’a été question ni de libérer le tombeau du Christ ni même un territoire anciennement chrétien, ni encore de gagner de nouvelles régions à la chrétienté, car, après cette conquête, Charles Quint va restituer son royaume à Muley Hassan, un musulman. La chrétienté n’obtient rien avec cette victoire, si ce n’est une victoire sur un ennemi de la foi chrétienne et la conquête d’une certaine sûreté dans le secteur. Pourtant, cette campagne heureuse est magnifiée et rapprochée des croisades pour soutenir l’enthousiasme des chrétiens.

87Parmi la très abondante production littéraire portant sur ce sujet, un poème en huitains est particulièrement intéressant pour la façon dont il reprend les codes de la croisade dans sa relation de la campagne impériale. Il s’agit d’un poème en dix chants composé par le Vénète Pompeo Bilintano, qui a servi sous les ordres du généralissime Andrea Doria durant cette campagne. Le texte s’intitule Carlo Cesare V Affricano, il a été imprimé à Naples en 1536 par Matthias Cancer.

88Le ton semble donné dans la lettre aux lecteurs précédant le poème, assimilant cette campagne à une véritable croisade :

  • 289 Bilintano, 1536, fol. 3.

Pour le salut de la foi, Dieu juste et pieux a mis dans le cœur du divin Charles Quint, l’empereur des Romains, qu’avec […] les nombreux seigneurs chrétiens jaloux de la sainte foi, de [vouloir] déployer l’étendard salvateur de la croix pour frapper et détruire les peuples Mahométans289.

  • 290 Bilintano, 1536, fol. 5.
  • 291 Bilintano, 1536, fol. 5 verso.
  • 292 Bilintano, 1536, fol. 6.
  • 293 Bilintano, 1536, fol. 6verso.
  • 294 Bilintano, 1536, fol. 8.

89Dès le 1er huitain du premier chant, il est question de raconter l’alta impresa, « la haute entreprise290 » de l’empereur voulant se porter contra la infidel gente saracina, « contre le peuple infidèle sarrasin291 » (Chant I, huitain 9). Le soutien du pape est également mentionné (Chant I, huitain 11) ainsi que celui de nombreux princes chrétiens. Les chevaliers de Saint-Jean sont désignés (Chant I, huitain 12). L’objectif de cette campagne est clairement exposé après l’évocation des préparatifs : « Rapidement, on vint à Gênes / pour la défense de la sainte foi292 » (Chant I, huitain 14). Il est question de santa impresa, « sainte entreprise293 » (Chant I, huitain 19) et même de l’honorata e santa impresa, « l’honorable et sainte entreprise294 » (Chant I, huitain 39), basée sur l’union des armées chrétiennes : « Charles invite ici la flotte du pasteur (armée pontificale) / et celle de la religion sacrée (chevaliers de Saint-Jean) / réunit Gênes Sicile et Naples / se retrouvant ensemble unies […] pour l’œuvre glorieuse et digne » (Chant I, huitain 46). Or, parler de « sainte entreprise » ne revient-il pas à discourir de croisade ?

  • 295 Bilintano, 1536, fol. 9.
  • 296 Bilintano, 1536, fol. 9.
  • 297 Bilintano, 1536, fol. 10.

90Pour appuyer son propos, Bilintano signale un acte déterminant : le 30 mai Charles Quint monte sur un quadrirème et « une bannière est déployée montrant à tous / le Roi du ciel en croix…295 » (Chant I, huitain 49). Et pour rendre cette interprétation encore plus claire, il commente, « car Charles Quint est la véritable lumière / de la foi et de la sainteté entre les chrétiens296 » (Chant I, huitain 51). Son œuvre est de « venir seulement pour la défense de la foi297 » (Chant I, huitain 63).

  • 298 Bilintano, 1536, fol. 11verso.
  • 299 Bilintano, 1536, fol. 12.
  • 300 Bilintano, 1536, fol. 13.
  • 301 Bilintano, 1536, fol. 14.

91L’enthousiasme des participants est également mentionné : « À la sainte entreprise se préparaient les plus honorables citoyens et des plus nobles lignées298 » (Chant II, huitain 15) et le but répété : « Il me semble voir des épées, des piques et des dents / faire comme les lions au milieu des infidèles299 » (Chant II, huitain 22) chacun voulant attaquer le fier Barbare comme un di Christo valoroso alfiero, « courageux porte-drapeau du Christ300 » (Chant II, huitain 33) et Charles Quint serait poussé à cette entreprise « par ce ver de zèle pieux / que notre Rédempteur plaça sur le bois [de la croix] pour la sainte foi et le divin honneur301 » (Chant III, huitain 1), rappelant le « ver de gloire » sorte de maladie aiguillonnant Soliman à se lancer dans les conquêtes.

  • 302 Bilintano, 1536, fol. 15.
  • 303 Bilintano, 1536, fol. 15.

92Un épisode rappelle particulièrement le climat d’une croisade. Le 17 juin, Charles Quint fait dire une messe : « Humble et modeste / le roi se tenait au saint sacrifice / qu’il faisait célébrer sur un rocher / où était fabriqué un […] sacré / voilà les ennemis non d’un pas lent / qui viennent avant la fin du saint office302 » (Chant III, huitain 16). La ferveur de Charles Quint est ainsi chantée : « Charles plein de dévotion et d’ardeur / se leva…303 » (Chant III, huitain 17).

  • 304 Bilintano, 1536, fol. 19 verso.
  • 305 Bilintano, 1536, fol. 22 verso.
  • 306 Bilintano, 1536, fol. 22 verso.

93En évoquant le désir de Charles Quint de libérer la Terre sainte (Chant IV, huitain 2), Bilintano s’efforce de justifier l’attitude de l’empereur qui est venu à Tunis à la demande du roi chassé par Barberousse (Chant IV, huitain 4), en ajoutant « mais c’est bien la foi chrétienne qui le pousse304 » (Chant IV, huitain 5). Bilintano parle de santa guerra, « sainte guerre305 » (Chant IV, huitain 40) et propose un discours de Charles Quint confirmant cette analyse : « mes amis, nous devons combattre pour Dieu qui nous a conduits ici, je veux parler de la glorieuse entreprise, où nous remporterons la victoire sans querelle306 » (Chant IV, huitain 42)

  • 307 Bilintano, 1536, fol. 24.
  • 308 Bilintano, 1536, fol. 24.
  • 309 Bilintano, 1536, fol. 25 verso.
  • 310 Bilintano, 1536, fol. 27.

94Plus loin, il est question d’une devota impresa, « pieuse entreprise307 » dont on attend un santo fine, « sainte fin308 » (Chant V, huitain 10). Et dans un nouveau discours, Charles Quint dit à ses troupes : « Valeureux guerriers, […] c’est l’ardeur courageuse qui vous a poussés à m’apporter votre aide309 » (Chant V, huitain 25). La victoire est d’ailleurs analysée, « puisque le roi inique a tellement offensé les nombreux sceptres et Esprits saints et justes en occupant le trône et pour la défense des chrétiens et de la sainte Église310 » (Chant V, huitain 45).

  • 311 Bilintano, 1536, fol. 28.
  • 312 Bilintano, 1536, fol. 28.

95L’action de Charles Quint rappelle l’idée de croisade : « Charles, auguste empereur, comme défenseur de la sainte foi311 » (Chant VI, huitain 3) et son exaltation « digne d’une éternelle louange et hardi Charles / digne d’avoir le sceptre et l’empire du monde / premier sur le champ [de bataille] ouvre le chemin312 » (Chant VI, huitain 4). La destinée impériale tournée vers la croisade apparaît ainsi dans ces vers, la suite de cette campagne devrait être une nouvelle croisade pour laquelle tous devraient se sentir transportés.

  • 313 Bilintano, 1536, fol. 28 verso.
  • 314 Bilintano, 1536, fol. 28 verso.

96Plus loin, Bilintano l’appelle encore Carlo de Christo alfiero e gonfalone, « Charles, porte-drapeau et gonfalonier du Christ313 » (Chant VI, huitain 7). Un autre discours reconstitué lui fait dire à ses hommes : « Si vous voulez acquérir la gloire aujourd’hui / outre prendre et mettre à sac ces chiens / soutenez la foi des chrétiens314 » (Chant VI, huitain 9).

  • 315 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.
  • 316 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.
  • 317 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.
  • 318 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.

97Le fait que des chrétiens prisonniers dans Tunis parviennent à se libérer serait aussi la récompense des bons chrétiens « mais il reçut de Dieu le mérite de sa foi / de ne pas mourir comme il en était assuré315 » (Chant VI, huitain 41) pensant « s’emparer glorieusement de la liberté / ou mourir pour l’honneur et la louange du Christ316 » (Chant VI, huitain 45) et un prêtre parmi eux, nommé sacro sacerdote, les mène en portant une croix et leur adresse un véritable prêche : « Mon fidèle peuple chrétien / voici Jésus qui pour toi a ouvert le cœur / seras-tu cruel et tellement inhumain ? / pour te pas te reconnaître comme son débiteur ? / car il a supporté la mort comme un bien / n’éprouve pas de douleur à mourir pour ta foi317 » (Chant VI, huitain 46). Cette remarque est souvent présente dans les exhortations à la croisade. Après la victoire des chrétiens, il est question de glorios’impresa, « glorieuse entreprise318 » dans le texte (Chant VI, huitain 54).

  • 319 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.
  • 320 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.

98On notera également les pieuses réactions de Charles « dévot, élève les yeux et son esprit vers le ciel319 » (Chant VI, huitain 55) entendant préserver la cité. Bilintano enthousiaste commente : « Ce peuple libéré plein de zèle / qui n’a pas prié Dieu en vain / de la foi voyant le sommet du zèle / abattu par les larmes et levant les mains / chantant un Benedictus à celui qui est venu / au nom du Seigneur pour leur donner de l’aide320 » (Chant VI, huitain 56), comme s’il n’y avait pas eu de sac de la ville.

  • 321 Bilintano, 1536, fol. 34.
  • 322 Bilintano, 1536, fol. 34 verso.
  • 323 Bilintano, 1536, fol. 34 verso.
  • 324 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.
  • 325 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.
  • 326 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.
  • 327 Un tribut de 12 000 écus par an, d’accords concernant la Goulette, des forteresses, faucons et che (...)
  • 328 Bilintano, 1536, fol. 36.
  • 329 Bilintano, 1536, fol. 36.

99L’œuvre de Charles Quint est saluée par Bilintano : « Ces mains […] qui agrandissent la chrétienté, établissent la paix en Italie et en Afrique321 » (Chant VII, huitain 13). On parle encore d’opre sante, « œuvres saintes322 » (Chant VII, huitain 20) et même « de renouveler plus grande et plus haute entreprise323 » (Chant VII, huitain 21). Charles Quint avec « haute piété324 », présenté comme « toujours plus magnanime325 » se montre bienveillant pour le roi maure, (Chant VII, huitain 31). « Il veut lui donner le royaume / et mettre fin à son deuil douloureux326 » (Chant VII, huitain 32) passe un accord avec lui327 et obtient un engagement « de ne pas emprisonner, ni de s’emparer / de quiconque adorant la foi du Christ328 » (Chant VII, huitain 33). Encore au moment des préparatifs de départ, le caractère religieux de l’entreprise est encore évoqué : « Le bon Charles conseilla plusieurs fois […] pour arracher du danger le peuple fidèle329 » (Chant VII, huitain 35).

  • 330 Bilintano, 1536, fol. 38.
  • 331 Bilintano, 1536, fol. 41 verso.

100Cependant, selon Bilintano, pour des raisons de sûreté pour les chrétiens, Charles Quint voudrait tout soumettre (Chant VII, huitain 43). Il voulant aussi agrandir son royaume en y adjoignant l’Afrique (Chant VIII, huitain 3), il compte lancer une alta impresa, « haute entreprise330 » (Chant VIII, huitain 7) confiée à Doria. Mais Barberousse voulant, pour sa part, reprendre Tunis contrecarre ses projets et les chrétiens lui résistant montrent tout leur courage : « Chacun s’enflamme pour ce but glorieux/chacun se montre d’un fier et ardent emportement / et pour l’honneur et la sainte foi/on voit chacun sortir contre les infidèles331 » (Chant VIII, huitain 50).

  • 332 Bilintano, 1536, fol. 42.
  • 333 Bilintano, 1536, fol. 42.
  • 334 Bilintano, 1536, fol. 42 verso.
  • 335 Bilintano, 1536, fol. 42 verso.
  • 336 Bilintano, 1536, fol. 44 verso.

101Devant les malheurs subis, Bilintano remarque : « Le sang chrétien glorieux et beau / est toujours exposé à des convoitises avides et crues332 » (Chant IX, huitain 1) concluant philosophiquement : « Peut-être parce que la nature ne supporte pas / que l’on profite d’un bien complet sans le mal333 » (Chant IX, huitain 3) et plus loin « que la divine et supérieure Providence / ne veut pas que les chrétiens soient tranquilles334 » (Chant IX, huitain 4). Bilintano évoque le retour des chrétiens en Afrique « pour porter secours à l’endroit assiégé / pour la foi du Christ et pour l’empire335 » (Chant IX, huitain 7). Finalement, les chrétiens reviennent et le roi maure « et certes en louant Maccon se rend / non seulement pour prendre par la force Bizerte / mais pour que le roi tyran qui l’avait volée / espère avoir dans un même traité336 » (Chant IX, huitain 33).

  • 337 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.
  • 338 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.
  • 339 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.
  • 340 Bilintano, 1536, fol. 49 verso.
  • 341 Bilintano, 1536, fol. 50.

102Et la fin du récit appelé à ce moment du texte l’eccelsa impresa, « la sublime entreprise337 » (Chant X, huitain 2) apporte la conclusion : c’est la sécurité partout ! En outre, « chacun se réjouit qu’à l’insigne empire antique / l’Afrique tributaire soit sujette », avec des engagements, « promise à la foi chrétienne / d’être ennemie de tout corsaire infidèle / et contre ceux prêts à la vengeance / et que sa couronne et son pays / suivent volontiers les entreprises de César338 » (Chant X, huitain 5). Motif de joie pour le pape : sa faveur a apporté de l’aide aux chrétiens et fait perdre « les ailes et la fureur à l’ennemi du Christ et du baptême339 » (Chant X, huitain 6), Bizerte est prise et le peuple infidèle (Chant X, huitain 27) sorti pour prendre par surprise les chrétiens, massacré. C’est la victoire et l’on célèbre les exploits de Charles (Chant X, huitain 40) par des triomphes comme à Naples où l’on chante : « Vive le seigneur de la chrétienté340 » (Chant X, huitain 42). Bilintano parle de sacra Maesta […] ampliator del sacro Impero, « Majesté sacrée […] agrandisseur de l’empire sacré341 » (Chant X, huitain 43). Mais déjà l’empereur se tourne vers d’autres entreprises (Chant X, huitain 49).

  • 342 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.
  • 343 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.
  • 344 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.

103Aussi, Bilintano entend en tirer de l’élan pour relancer le projet de libérer la Terre sainte : « Quelle gloire serait-ce pour le fameux nom chrétien ? / Quelle belle bannière et quel triomphe éternel ? / […] Alors la route sera aplanie pour chacun / pour se rendre au [Saint-] Sépulcre342 » (Chant X, huitain 50). Bilintano entend déjà : « Osanna benedetto343 » (Chant X, huitain 52). Dans une dernière prière, évoquant le succès de la future croisade : « Oh ! Si cela se produisait, les humbles rimes / de ma plume seraient alors parmi les premières FIN344 » (Chant X, huitain 53).

104Ainsi, Bilintano fait de cette campagne victorieuse une quasi-croisade assurant le succès de la nouvelle entreprise qui devrait libérer la Terre sainte, illustrant à sa manière l’impact que l’histoire des croisades a pu avoir, notamment sur la perception des campagnes contemporaines.

105D’autre part, les auteurs contemporains s’efforcent de s’appuyer sur ce succès impérial pour inciter Charles Quint à se lancer dans une nouvelle croisade, dévoilant de cette même manière une certaine vision du rôle de l’empereur. Justement, dans son éloge de Charles Quint, Paolo Giovio semble bien pousser l’empereur dans pareille direction :

  • 345 Giovio, 1551, p. 321.

[…] et qu’ensuite avec grande piété qu’ouvertement vous vous mettiez en peine pour la religion et que généreusement vous vous décidiez à établir la paix universelle afin qu’étant honorablement renforcé et appuyé par les armes publiques des princes religieux, vous puissiez rabaisser la superbe de Soliman, cet ennemi insolent345.

  • 346 Cité dans Pujeau, 2012 b, p. 271.

106Or, une telle mission ne saurait être confiée à un personnage secondaire. Le fait que Giovio ou ses contemporains en chargent Charles Quint, témoigne de sa puissance. Ils s’accordent visiblement pour le considérer comme le prince le plus à même de conduire une telle entreprise. Mais ceci viendrait davantage de sa fonction d’empereur que peut-être de capacités personnelles. Une certaine défiance semble même planer sur son intelligence. Justement, dans la Relazione di Niccolò Tiepolo ritornato ambasciatore da Carlo V l’anno 1532346, l’ambassadeur vénitien brosse un portrait ambigu de l’empereur à ce propos :

  • 347 Il s’agit des conseillers.
  • 348 Relazioni di ambasciatori veneti al senato, 1970, p. 64.

Il ne semblait pas avant, comme on dit, avoir une grande intelligence, peut-être parce qu’il s’en remettait énormément à ceux347 dont j’ai parlé ; mais maintenant il est reconnu par tous et je l’ai moi-même trouvé très avisé dans toutes ses actions, de telle sorte que l’on estime que parmi les siens il n’y a personne qui soit de plus sage conseil que lui. Je l’ai vu se comporter toujours avec les meilleurs fondements et il recherche à procéder très judicieusement dans ses affaires, dans lesquelles quand il se porte à débattre avec quelqu’un qu’il veut amener à son opinion, il la traduit de telle façon que chacun reconnaît s’en trouver convaincu, car il fait savoir qu’il comprend très bien, en en discourant, parlant et répondant par de brèves remarques, mais tellement sages et graves et d’un tel suc qu’elles font rester émerveillé quiconque traite avec lui, que peut-être il aurait jugé avant différemment348.

107Devant l’impossibilité de critiquer ouvertement l’empereur, l’ambassadeur se contente d’évoquer l’impression fallacieuse que l’on a pu se faire sur son intelligence. Mais son insistance à souligner la fausseté de cette opinion pourrait bien susciter l’effet contraire. Pourquoi ne pas deviner dans la réaction de rester bouche bée face aux réponses de Charles Quint plus de la consternation que de l’émerveillement ? Si certains doutes ont pu exister sur les capacités de l’empereur, Paolo Giovio, avec peut-être une certaine ironie, lui reconnaît cependant la qualité de suivre les conseils de personnes plus expertes que lui, comme lors de la campagne de Tunis. Ainsi, l’exposé de Giovio dépeint certes un empereur se libérant de l’influence de conseillers voulant le détourner de son entreprise, mais suivant également docilement l’avis d’hommes experts des questions militaires et obtenant ainsi la victoire. Voilà peut-être pour Giovio un moyen d’indiquer au monarque la voie à suivre : en écoutant les avis d’experts valables, il devrait remporter le succès. C’est bien à cela qu’invite d’ailleurs l’éloge adressé à Charles Quint. Il s’agit peut-être d’une façon de mettre en lumière son rôle de conseiller et de l’avantage qui existe à suivre ses recommandations toujours fondées sur de solides arguments.

108Ailleurs dans l’œuvre de Giovio, un prince se laisse malheureusement entraîner par son élan de courage sans visiblement s’appuyer sur l’avis d’experts. À Pavie, François Ier se laisse emporter par sa bravoure et se lance dans la mêlée, sans songer un instant qu’il empêche ainsi sa propre artillerie de bombarder l’ennemi redoutant d’atteindre le monarque français.

  • 349 Giovio, 1575, I, XI, p. 250-251.
  • 350 Giovio, 1575, I, XI, p. 251-254.

109La figure impériale serait-elle liée à la lutte contre les Infidèles faisant de la croisade un des éléments de la destinée impériale ? Le Musée de Paolo Giovio pourrait bien se faire l’écho d’un tel rapprochement. Le premier livre des Éloges des hommes de guerre contient ainsi l’éloge de Charlemagne349 suivi de celui de Godefroy de Bouillon350. Giovio salue Charlemagne, ce « héros de la chrétienté » ayant combattu et vaincu les Barbares, faisant de lui une référence à laquelle se mesurer correspondant bien à l’image presque mythique de l’empereur idéal, tout en déplorant l’attitude de ses successeurs. Avec Godefroy de Bouillon, la figure emblématique de la croisade victorieuse, Giovio choisit d’ouvrir son éloge sur cette idée :

  • 351 Giovio, 1575, p. 251.

Dans la croisade, qui fut prêchée il y a quatre cents ans déjà par Urbain [qui] fut embrassée avec une dévotion incroyable par les princes illustres d’Europe pour la gloire du nom chrétien, conduite avec un courage inhabituel et conclue avec une merveilleuse fortune, Godefroy de Bouillon acquit une très grande réputation351.

  • 352 Martin Kintzinger parle d’une tentative « d’écrire le récit d’une croisade de Charlemagne qui n’a (...)
  • 353 Delcourt, 2009, p. 17. Description des chapitres i à v ainsi que de la propagation de la légende.
  • 354 Bisaha, 2006, p. 34.
  • 355 Quéruel, « Les passages d’Outre-mer faits par les Français contre les Turcs depuis Charlemagne jus (...)

110Peut-être par un effet de miroir jouant entre l’éloge de Charlemagne et celui de Godefroy, Giovio se risque à associer Charlemagne à la croisade. S’agit-il d’un écho des récits mythiques prêtant à Charlemagne une telle entreprise ? En effet, il existe une tradition légendaire médiévale allant dans cette direction et reprise notamment au xve siècle352 attribuant à Charlemagne, considéré comme la figure impériale la plus parfaite pour ne pas dire l’archétype de l’empereur, une croisade en Terre sainte, qui représente l’entreprise guerrière suprême. Comme l’expliquent Danielle Quéruel et Thierry Delcourt353, cette venue en Terre sainte constituerait la réponse de Charlemagne à l’appel de Constantin V l’empereur de Byzance et du patriarche de Jérusalem de venir sauver les lieux saints des Sarrasins. Nancy Bisaha354 examine à son tour les origines de ce mythe fondé sur certains éléments authentiques mais surinterprétés par la suite. Chroniques et récits hagiographiques témoignent en effet d’une telle expédition dès le xe siècle à l’image du Chronicon de Benoît de Saint-André du Mont-Soracte. Ce serait Pierre de Beauvais qui aurait popularisé au xiiie siècle cette légende dans un récit intégré notamment par la suite aux Grandes chroniques de France. Cela permet d’expliquer en particulier comment Sébastien Mamerot y recourt pour son propre récit des Passages d’Outremer, sans y souscrire pour autant, dans le but de « placer son ouvrage sous ce prestigieux patronage et insuffler un élan à la fois épique et religieux à son récit355 ».

  • 356 Ainsi, Pétrarque aux poèmes 27 et 28 du Canzoniere s’appuierait sur Charlemagne pour offrir un mod (...)

111La légende de Charlemagne venant en Terre sainte a donc été employée par les humanistes, comme l’exprime Bisaha, pour construire un modèle du « croisé356 ». Dans leur élan à convaincre Charles Quint de la nécessité de se lancer dans la croisade, les auteurs n’hésitent pas à établir des parallèles entre ces deux Charles, faisant de Charles Quint l’héritier et le continuateur de Charles le Grand. À ce propos, Giovio écrit à Giambattista Castaldo le 4 mai 1547 au sujet de la victoire de Mühlberg :

  • 357 Giovio, 1958, p. 83.

Et si Charlemagne, ayant [pourtant] échoué durant trente années dans cette Saxonie, mérite le surnom de Magno, assurément pour cette [même] raison, Charles Quint, qui l’a dominée et réduite en moins de trente semaines devra être appelé plus que Massimo dans les arcs de triomphe ainsi que dans les histoires sacrées, souvenir du triomphe [bien plus] durable que les sculptures marmoréennes357.

  • 358 Giovio, 1575, (VII, II), p. 481-482.
  • 359 Giovio, 1958, p. 201.

112Au passage, Giovio souligne l’impact de l’historien œuvrant pour la réputation face à la postérité. Il est encore question ici d’égaler et même de dépasser le modèle du glorieux ancêtre. Dans une même idée, dans le même livre VII consacré aux princes toujours vivants, Giovio choisit de faire suivre l’éloge de Charles Quint de celui de son frère, Ferdinand358. En 1551, Giovio adresse même un exemplaire des Elogia virorum bellica virtute illustrium à Ferdinand accompagné d’une lettre en latin, datée des ides d’août, dans laquelle il le félicite d’avoir acquis la seigneurie de Transylvanie qui sera « le rempart le plus solide du nom chrétien contre les Turcs359 ».

  • 360 Giovio, 1958, p. 482.

113Cette fois, il semble être question pour l’habile conseiller d’établir un lien entre cette nouvelle génération de Habsbourg et leur remarquable aîné, l’empereur Maximilien « ainsi que déjà votre ancêtre Maximilien, empereur de courage et d’une grande piété360 ». Certains ont vu une destinée dynastique dans la conduite de la croisade qui en ferait une des obligations des Habsbourg. Il n’est pas assuré que Giovio souscrive à une telle opinion.

114Cependant, désireux de convaincre ces princes de prendre part à la lutte contre les Turcs, il n’est pas à exclure qu’il ait, comme d’autres conseillers contemporains d’ailleurs, fait feu de tout bois pour les pousser dans cette direction.

115Choisir de rapprocher l’idée de croisade et la figure mythique de Charlemagne représente un moyen d’ennoblir, s’il en est besoin, cette participation à la guerre dirigée contre les ennemis du Christ. C’est encore un moyen d’en attribuer la direction militaire à l’empereur, qui est bien l’un des princes chrétiens les plus puissants. C’est certainement pour cela que Giovio travaille tellement à obtenir son adhésion, en jouant du goût de Charles Quint pour les épopées chevaleresques. D’ailleurs, Maximilien avait bien le projet de diriger une telle expédition. La primauté de l’empereur dans pareille expédition semble d’ailleurs illustrée dans des textes portant sur les préparatifs de la croisade par exemple les Chapitres ou articles de la tressainte confederation faicte entre notre sainct pere le Pape, la Maieste Imperialle et le Venetiens contre les Turcqs dans lesquels les obligations de l’empereur sont mentionnées en premier, comme s’il devait apporter l’autorité militaire à côté de l’autorité religieuse du pape. La fonction impériale apparaît donc liée à la conduite de la croisade. C’est peut-être également pourquoi le candidat à la couronne impériale, François Ier, se lance dans la préparation d’une croisade en 1516, se plaçant de cette manière dans son futur rôle d’empereur.

LE ROYAUME DE FRANCE ET LA SUBLIME PORTE

116Conscient de l’importance de Charles Quint mais aussi de François Ier, Giovio ne manque pas de jouer de leur rivalité en adressant volontiers ses observations sur les Turcs à l’un comme à l’autre en soulignant soigneusement l’intérêt du rival pour ce sujet. Le royaume de France est une puissance à prendre en considération pour la lutte contre les Turcs dans les plans de Giovio.

117Le royaume de France poursuit une politique complexe vis-à-vis de la question ottomane. Outre les préparatifs de François Ier en 1516, une certaine tradition de croisade imprègne l’histoire de France, faisant de la France l’un des « champions » naturels de la lutte contre les ennemis du Christ.

La croisade, une tradition française ?

  • 361 Gerosa, 1992, p. 90.

118Avec François Ier, destin impérial et tradition française semblent se combiner pour pousser le monarque à la conduite d’une croisade contre les Infidèles. En remportant la victoire de Marignan (13-14 septembre 1515), François Ier augmente « très fortement le prestige de sa nation. Dès lors, il cherche à consolider son hégémonie361 » de l’avis notamment d’un biographe de Charles Quint. Ceci ajouté à un autre fait : l’empereur Maximilien avance en âge, la question de sa succession commence à agiter les esprits.

28. La bataille de Marignan Nicolò Degli Agostini, I successi bellici, Venise, Niccolò Zoppino e Vincenzo da Polo, 1521

  • 362 Gerosa, 1992, p. 90. Les rebondissements de la rivalité entre les deux candidats après la mort de (...)

119Fort de ses succès, François Ier se met donc à œuvrer dans cette direction, même si en 1517, Charles de Habsbourg « fait savoir aux princes allemands qu’il se considère comme le successeur naturel du grand-père empereur par droit absolu, et quand Maximilien mourra, le titulaire du Saint-Empire romain germanique ce sera lui362 ». Cependant, dans le but de peut-être se positionner en vue de la future succession de Maximilien sur le trône impérial, François Ier se lance dans des préparatifs de croisade dès fin 1516, répondant en cela à l’appel du pape Léon X. Les conseillers de l’époque considèrent que la croisade est l’affaire de l’empereur. C’est lui qui doit apporter l’autorité militaire. Le texte du Consiglio n’y fait pas exception, le Roi « Très Chrétien » devant lui apporter son appui. Les Chapitres ou articles de la tressainte confederation… mettant au point tous les préparatifs de l’expédition projetée en 1538 regardent en tout premier lieu le pape (l’autorité religieuse) et l’empereur (l’autorité militaire).

  • 363 La lettre patente mentionne une « sanctissimam expeditionem ».

120En lançant une croisade, François Ier compte t il affirmer sa volonté d’en prendre la direction ? Toujours est il que le 16 décembre 1516, François Ier entame des préparatifs concrets de ce qu’il nomme une « très sainte expédition363 » déclarant dans une lettre patente son désir :

  • 364 Manuscrit de la Bibliothèque du roi no 9879, op. cit.

[…] mais il faut se préparer à défendre tous ceux qui sont unis [sous l’autorité du pape] de notre glaive et de nos forces contre les loups rapaces et les ennemis de la foi chrétienne et ramener de leur condamnable erreur et les convertir à l’observation de la foi orthodoxe dans le plus profond du cœur le monstrueux peuple Turc et les sectateurs de la secte de Mahomet à l’imitation de nos prédécesseurs364.

121Si l’intention de préparer une croisade est claire, le vague de l’expression « praedecessorum nostrorum » ne permet finalement pas de trancher entre prise de position française ou impériale. À quels prédécesseurs François Ier entend-il faire référence ? S’il fait allusion à ceux qui l’ont précédé dans la conduite de la croisade, il pense peut-être s’inscrire dans une certaine « tradition française » de la croisade. Les deux premières croisades ont été prêchées par des Français. Les figures emblématiques de la première croisade que sont le pape Urbain II, son initiateur, ou encore le héros Godefroy de Bouillon, qui ne manque jamais d’être cité (Giovio le mentionne notamment dans son abrégé des croisades dans son Consiglio et lui consacre un éloge dans son Musée) sont bien des Français. Et plus que les princes français ayant pris part à la croisade, François Ier semble vouloir prendre la suite de rois tels que Louis VII (qui dirigea la IIe croisade), Philippe Auguste (qui participa à la IIIe croisade) et Louis IX (la VIIe et la VIIIe croisades), le fameux saint Louis. Cette tradition française ne semble pas pour autant apparaître dans l’œuvre de Giovio. Dans ses éloges, il ne consacre même d’éloge qu’à Godefroy de Bouillon, la prédestination du royaume de France à mener la croisade ne lui semblant peut-être pas aussi manisfeste, à moins que sa rancœur pour Charles VIII (dont il écrit un éloge) ne lui ôte toute envie de flatter l’esprit français dans cette matière. Le sentiment de Giovio à l’égard de la France est complexe : d’abord traumatisé, tout comme sa génération, par la calata di Carlo VIII en Italie, il se ravise avec le temps en rencontrant François Ier, tout en conservant une certaine défiance parfois, que diverses circonstances ne font que conforter.

  • 365 C’est le sujet d’une communication : Pujeau, 6-7 mai 2010.
  • 366 Il s’agit de la bulle XVIII du pape Léon X intitulée Confirmatio sacri et Œcumenici Concilii Later (...)
  • 367 Pujeau, 6-7 mai 2010, pour le détail des instructions, le choix des prédicateurs, la distribution (...)

122Or, en décembre 1516, le projet de croisade365 de François Ier répond à la bulle366 du pape Léon X datée du 16 mars 1516, dont le onzième article traite de la croisade contre les Turcs et le douzième réclame la paix entre les princes chrétiens pour défendre la foi. Après l’entame des préparatifs de décembre 1516 et peut-être sans véritable relation, le 16 mars 1517 (lors de la XIIe et dernière session) l’évêque d’Iserni appelle à son tour à délivrer la Grèce de l’oppression des Turcs. Or, l’empereur en titre Maximilien adresse alors une lettre au concile pour témoigner de sa douleur de voir l’Église affligée par les Turcs et les progrès de leurs armes. Il fait alors la promesse d’entrer dans les vues du pape et des Pères conciliaires pour mener la guerre contre les Ottomans. Une expédition semble bien se profiler. Le concile se conclut sur la décision de lever des décimes pour la croisade. Dans sa bulle, le pape ordonne ainsi une imposition des décimes en exhortant les bénéficiers à permettre qu’on lève des sommes sur leurs bénéfices pour la guerre contre les Turcs. Le contexte de la préparation de la croisade se met ainsi en place. C’est bien ce qui se produit dans le royaume de France où des fonds sont bel et bien collectés durant les deux années suivantes. Michaud a reproduit une partie de la documentation illustrant l’organisation de la collecte planifiée par François Ier livrant ses instructions, notamment au diocèse de Toulouse en fournissant des indications367 extrêmement précises sur la façon de procéder.

123La correspondance de Giovio ne saurait éclairer sur son opinion à ce sujet dans la mesure où cette période est extrêmement mal représentée par les lettres conservées aujourd’hui : Ferrero ne rapporte qu’une lettre de 1514, une de 1515 et une de 1520. Et dans l’Histoire de son temps, pour les livres correspondant à cette période (les livres XV et XVI), Giovio préfère traiter des guerres d’Italie plutôt que des projets de croisade de François Ier. Les préparatifs de François Ier ont permis de réunir des décimes, mais ne débouchent pas sur une expédition militaire contre les ennemis du Christ.

  • 368 Giovio, 1956, p. 208.

124Il n’en demeure pas moins que dans ses lettres, Giovio semble vouloir mettre son savoir sur les Turcs au service du royaume de France dans l’idée de mieux combattre l’ennemi commun, le Grand Turc. La courte missive adressée au grand connétable Anne de Montmorency le 18 août 1538 pour accompagner le texte du Consiglio poursuit certainement le but d’informer le royaume de France sur les Turcs pour aider à lutter contre eux. Avec quelque malice, l’historien joue sur la rivalité avec l’empereur en signalant l’intérêt de ce dernier pour son ouvrage afin de piquer la curiosité du roi de France. Dans sa lettre, Giovio offre ainsi sa participation à la « future entreprise contre les Turcs368 ». Enfin, une croisade pourrait bien voir le jour, surtout qu’à présent la paix semble régner entre les deux princes. Mais une fois encore les Français boudent l’expédition contre les Turcs. 1538 est l’année de l’entreprise de la Préveza à laquelle François Ier refuse de prendre part dès l’origine, il n’est guère surprenant que la missive de Giovio soit restée lettre morte.

  • 369 Giovio, 1956, p. 275-277.
  • 370 Giovio, 1956, p. 276 : pour le détail, voir II, A, c : des renseignements concrets sur les adversa (...)

125Cependant, conscient de la puissance militaire du royaume de France et prêt à tout pour avancer son projet de contrecarrer les adversaires turcs, Giovio se montrant toujours désireux d’informer et d’impliquer le roi de France sur la question turque, va même jusqu’à l’interpeller directement sur le sujet. Pour appuyer son apostrophe, il n’hésite pas lui à écrire directement à la fin de 1541369 pour l’éclairer sur les Turcs dans le but de servir une action militaire contre eux. Il lui fait ainsi l’exposé d’informations sur les organisations stratégiques des Ottomans370.

126À cela il ajoute la description des armements et leur disposition en combat, à la façon d’un exposé rapide de la structure de l’armée ottomane. Après avoir livré une présentation précise des techniques militaires ottomanes, il conclut en remarquant qu’il lui paraît impossible de les battre en rase campagne. Il ne s’agit pas ici de discuter du choix entre guerre offensive et défensive, mais d’entretenir le roi de France de la technique militaire valable pour un affrontement en champ ouvert.

  • 371 C’est Ferrero qui avance cette datation. Giovio, 1956, p. 43.
  • 372 Giovio, 1956, p. 276.

127Cette lettre remonterait à la fin 1541371, au moment où François Ier est en train d’établir une alliance large avec Soliman. S’agit-il alors pour Giovio d’une tentative pour le dissuader d’exécuter ce projet ? Par son courrier en tout cas, il lui révèle la manière à suivre pour parvenir à vaincre les Turcs. Une pareille information peut d’ailleurs être amplement complétée par la lecture de son Histoire, comme il le signale en exposant la façon dont procèdent les Turcs dans leurs combats, en donnant différents exemples « comme Votre Majesté lira largement dans notre Histoire que je veux publier rapidement, si Dieu me porte secours372 ». Est-ce un moyen d’en appeler à la générosité du roi ou compte-t-il susciter son intérêt pour son œuvre ?

  • 373 Giovio, 1958, p. 185 : La nobile, grave, pia e generosa risoluzione, qual ha preso Vostra Maestà C (...)
  • 374 Giovio, 1958, p. 185.

128La correspondance de Giovio comporte également une lettre de courtoisie datée du 27 mai 1547 et adressée à un autre roi de France, Henri II, le successeur de François Ier. Cette missive est remarquable grâce au travail de Ferrero qui a mis à jour un brouillon original, chargé des corrections apportées par Giovio. Il devient ainsi possible d’observer les nuances que ce dernier a choisi d’introduire dans son propos, peut-être pour mieux servir son projet. Ainsi, l’attaque du texte devait être plus grandiose : « La noble, grave, pieuse et généreuse résolution qu’a pris Votre Majesté très chrétienne pour régler si gravement les affaires de son très vaste royaume a séché les larmes nées de la mort du magnanime Roi François373 », est devenue après les rectifications : « La noble et pieuse résolution qu’a pris Votre Majesté très chrétienne d’ordonner avec une si généreuse et juste gravité toutes les choses de son très vaste royaume374. » Les louanges plus sobres, mais non moins efficaces, permettent à Giovio d’introduire le propos de sa lettre : sa détermination à célébrer les entreprises du nouveau roi. Les corrections modifient quelque peu le sens :

  • 375 Giovio, 1958, p. 88 : ho voluto presumere di congratularmi con Vostra Maestà, perché questa glorio (...)

[…] j’ai pris la liberté de me féliciter avec Votre Majesté car cette glorieuse louange de si belles et justes actions qui vient orner votre altesse de son excellente couronne, porte avec elle un moment d’une importance infinie pour rendre Votre Majesté outre mesure glorieux puisque le chemin est balayé, net et sûr pour marcher à l’espoir assuré de la victoire et des triomphes particuliers375.

129La version envoyée au roi de France est en fait :

  • 376 Giovio, 1958, p. 88.

[…] car cette louange publique d’actions si illustres et avisées […] pour faire Votre Majesté outre mesure et grand et glorieux, puisque ceci est le véritable chemin net et sûr où marcher avec un espoir assuré de grandes victoires et triomphes singuliers376.

  • 377 Giovio, 1958, p. 88 : E io ho già temperata la penna d’oro col finissimo inchiostro per scrivere i (...)

130Giovio préfère mettre davantage l’accent sur les qualités du monarque décrit comme grand, glorieux et avisé, lui assurant la réussite dans ses entreprises. La « victoire » devient les « grandes victoires », est-ce à dire que la première version visait la victoire ultime qui serait la croisade, au contraire de la seconde variante désignant les divers succès d’Henri II ? Giovio tente-t-il avec grande subtilité de glisser ce thème dans son texte ? La lettre n’a par ailleurs qu’un aspect bien général, n’insistant en fait que sur l’offre de sa plume d’historien mise au service du nouveau monarque : « Et j’ai déjà trempé ma plume d’or dans l’excellente encre pour écrire sur du papier de longue vie tout le déroulement des belles entreprises que je pressens advenir avec un si valeureux commencement vers de très heureux milieu et fin377. » Giovio compte donc chanter la gloire du nouveau roi de France. Les reprises du texte semblent être une manifestation de sa volonté d’offrir un exemple de son art à Henri II. Il en appelle au désir de gloire du monarque pour l’inciter à se lancer dans quelque entreprise glorieuse, et pourquoi pas l’entreprise par excellence depuis le temps des preux chevaliers : la croisade ? Pourtant, il n’en vient cependant jamais à l’exhortation directe à la croisade, comme s’il tentait d’instiller subtilement l’idée sans ouvertement aborder la question.

131Changeant peut-être de perspective, Giovio fait appel au désir d’égaler voire même de dépasser les ancêtres. Il use et abuse de cette technique dans le dernier livre des Éloges des hommes de guerre quand il est question de princes chrétiens. Ses éloges moins que de louer des exploits qui seraient déjà à l’actif de ces têtes couronnées se tournent vers les prouesses qu’ils doivent encore accomplir dans une sorte d’exhortation subtilement nuancée.

  • 378 Giovio, 1575, (VII, III), p. 482.
  • 379 Giovio, 1575, p. 482-483.
  • 380 Giovio, 1575, (VII, III), p. 483.

132Dès l’attaque, Giovio interpelle ainsi Henri II : « Tous les Dieux et les Déesses te protègent, noble Henri, et te fassent l’émule de la vertu paternelle378. » Dans cet éloge, il met en lumière les heureux changements auxquels le monarque a procédé dans les premiers temps de son règne donnant plus de retenue après les excès de son père. Il salue également son choix du cardinal de Lorraine et le félicite également pour Anne de Montmorency, ne pouvant se trouver « plus excellent capitaine pour défendre la France et agrandir l’empire379 ». Son exhortation se conclut sur ses vœux pour la suite de son règne : « Ainsi, bon courage pour poursuivre avec ta vertu éprouvée par deux fois aussi bien dans les Alpes qu’en Bourgogne, très noble roi, comme tu as commencé, et pratique la vertu et la piété afin que la Fortune, vaincue par [ta] retenue, sourie à tes courageux actes d’audace380. »

133Cependant, Giovio n’entre pas dans le détail de ses fameux valeureux desseins. Est-ce le contexte, en instillant l’idée de la croisade notamment parmi les proches du monarque, qui est censé lui suggérer l’idée de la lutte contre les Turcs ?

  • 381 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.
  • 382 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.

134Dans son éloge de François Ier, écrit après la disparition du roi de France, Giovio brosse un portrait en s’appuyant sur des observations tirées de la vie du monarque disparu. Ainsi, après avoir salué les dons exceptionnels de François Ier, souvenir de ses propres rencontres avec lui, « en somme personne parmi les mortels, avec l’éclat si éminent d’une intelligence bouillante, ce que nous avons vu d’incomparable chez lui, ne [le] surpassait par sa mémoire prompte et très tenace des noms et des choses381 ». Giovio revient sur la rivalité destructrice entre François Ier et Charles Quint et explique la suprématie de l’empereur par la volonté divine. Déplorant ses échecs guerriers, Giovio lui reconnaît cependant « cette même fortune […] accorda à François qu’il montre avoir à cœur le salut et la liberté de la France avec tant de guerres contraires, et qu’il acquière la paix immédiatement après des guerres ouvertes de tous côtés, afin que François meure heureux sans le moindre doute pour sa grandeur d’âme invaincue382 ».

135Giovio désigne ensuite peut-être un autre motif de soulagement pour François Ier, son fils, Henri. En quelques mots, Giovio suggère tous les espoirs portés par son successeur :

  • 383 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.

[…] du moins au sortir d’une vie s’achevant plus tranquillement parce qu’il laissait Henri son fils qui déjà à plus d’une occasion avait offert l’exemple éclatant d’un guerrier très solide et d’un roi très avisé, et confiait l’héritage d’un aussi grand royaume, avec encore une bonne espérance de postérité383.

136On notera le passage de « solide guerrier » à « roi très avisé », la succession se passe en douceur à la fin de l’éloge. Comme dans l’éloge d’Henri II, les qualités du monarque sont chantées, mais ses futurs exploits restent à construire sans en préciser la nature.

137Ces deux éloges permettent de lire certaines des expectatives de Giovio à l’égard du royaume de France, sans toujours désigner les Turcs ouvertement. Pourtant, très préoccupé par la menace ottomane, Giovio semble bien souhaiter que les monarques français veuillent bien prendre part à la lutte contre les Turcs. Cependant, les difficultés avec l’empire de Charles Quint remettent en cause l’union des chrétiens, leitmotiv récurrent dans l’œuvre de Giovio et chez nombre de ses contemporains. Toute division représente une fragilisation de la République chrétienne et la rivalité entre François Ier et Charles Quint reste un obstacle de taille. Si Giovio tente de jouer sur la volonté de chacun des monarques de surpasser son concurrent dans la lutte contre les Turcs en adressant à tous les deux des études destinées à les aider dans leurs projets, il s’efforce surtout de leur faire dépasser leurs querelles en leur désignant un objectif devant éclipser leurs dissensions.

138Cependant les objectifs de l’empire ne sont pas toujours orientés vers la lutte contre les ennemis du Christ et la défense de la République chrétienne. Charles Quint entend être le maître absolu, même au détriment de ses alliés chrétiens. Beaucoup d’énergie et des sommes immenses sont ainsi englouties : une grande partie de l’or des Amériques est ainsi dissipée dans la lutte contre les Français que ce soit pour la possession du Milanais ou dans les ambitions impériales sur le territoire français comme dans le cas de Nice.

139Ce phénomène se double d’une lutte d’ego. En effet, la prééminence du royaume de France dans la conduite de la croisade ne semble plus guère à l’ordre du jour au xvie siècle, et Giovio n’y fait pas véritablement référence. Dans diverses consultations, les conseillers désignent le pape comme autorité spirituelle (ce serait même un moyen pour lui de prendre un certain ascendant sur les protestants, ce qui constitue également un point de discorde avec eux) et l’empereur doit apporter l’autorité militaire, les autres princes chrétiens devant l’appuyer dans sa tâche. Cette hiérarchisation semble d’ailleurs être confirmée par les ennemis eux-mêmes. Dans les projets de croisade prévoyant une attaque sur différents fronts pour surprendre les ennemis, les tacticiens comptent ainsi sur le fait que Soliman devrait se porter contre la formation qu’il estimerait être la plus à sa hauteur, poussé par son orgueil qui devrait le conduire à affronter le prince chrétien le plus puissant. Cet élément pourrait être une indication de l’existence d’une « hiérarchie » entre les princes chrétiens aux yeux de Soliman en tout cas.

29. La bataille de Pavie
L’assedio di Pavia, Venise, Matteo Pagan, 1555

  • 384 P. Giovio, Consiglio, éd. Studi Veneziani, op. cit., p. 402.
  • 385 Ibidem, p. 401.
  • 386 Ibidem, p. 401.
  • 387 Cantique intitulé justement « Unus spiritus, et una fides erat in eis ». La Bibliothèque nationale (...)
  • 388 La Bible de Jérusalem, 1988, Épître aux Éphésiens, 4, 3.
  • 389 Extrait de la Lettre de Saint Paul aux Éphésiens intitulée « Appel à l’unité », 4, 4.

140Ainsi, dans son Consiglio384 Giovio évite de trancher entre les deux. Il propose ainsi que l’empereur dirige l’entreprise de la Morée, ajoutant la remarque : « Et cette entreprise sera la plus honorable, plus sûre et plus facile que les deux autres, à savoir celle de Hongrie et celle de Constantinople par la mer385. » Plus loin, il complète : « Comme il mérite pour mille raisons et particulièrement pour son courage singulier qu’il a montré en Hongrie et dans la prise de Tunis victoire à célébrer plus que toute autre de notre temps […], et il pourrait avoir comme compagnon pour prendre part à ces travaux, le Roi Très Chrétien386. » Ainsi, dans le raisonnement de Giovio, il ne s’agit pas de trancher entre les deux monarques, mais au contraire d’obtenir la concorde entre eux. Pour appuyer son propos, Giovio se risque même à chanter : « Unus spiritus, et una fides erat in eis387 » faisant allusion au versiculet biblique tiré de l’épître aux Éphésiens de Paul parlant des dangers menaçant l’unité de l’Église, au nombre desquels figure la discorde entre chrétiens. Dans sa lettre, Paul les invite à s’appliquer, « à conserver l’unité de l’Esprit par le lien qu’est la paix388 » en énonçant tous les aspects de cette unité. Il conclut son exposé par : unus Dominus, una fides, unum baptesima, unus Deus et Pater omnium qui est super omnia et in omnibus, « [il y a] un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père pour tous qui est au-dessus de toutes choses et en tous389 » qui a servi de modèle au cantique. L’homme de Dieu n’est donc jamais loin quand Giovio écrit.

  • 390 P. Giovio, Consiglio, éd. Studi Veneziani, op. cit., p. 402.
  • 391 Ibidem.
  • 392 Il meurt le 15 août 1464 en songeant au lancement de la croisade, trouvant ainsi une « belle mort  (...)

141Cependant, il reprend son analyse tactique en précisant que Venise devrait également prendre part à cette expédition : « Et bientôt nous verrons la Sérénissime Seigneurie de Venise, pleine de valeur et de gloire mettre toutes ses forces à l’honneur et à l’exaltation de la très sainte Croix et accompagner ces deux premiers rois du monde390. » Ainsi, l’empereur et le roi de France sont tenus pour les deux plus grands souverains. C’est certainement pour cette raison que Giovio les sollicite souvent au sujet de la question turque. Dans le Consiglio, Giovio désigne donc les principaux participants de la croisade qu’il projette : l’empereur, le roi de France et la République de Venise. L’expédition est ouvertement désignée comme une croisade dans le texte du Consiglio : Giovio parle de soubreveste portant la croix et de bénédiction par le pape, il s’agit bien de se croiser pour les participants. En outre, il commente cette « expédition honorable, à laquelle déjà tant d’autres souverains pontifes allèrent en pensant y achever leur vie391 », faisant allusion à Pie II392

  • 393 Giovio, 1541, fol. 36.

142Cependant, dans le texte antérieur du Commentario393, Giovio propose une répartition différente de ses « champions » suggérée par certains grands capitaines du temps du pape Léon attribuant un itinéraire à l’empereur « du côté de la Serbie », un autre au roi de France par l’Italie et un dernier par mer au roi d’Angleterre.

143Dans le texte du Commentario, écrit pour l’empereur Charles Quint, il semble logique que Giovio entende lui réserver le premier rôle. Mais l’exposé des différentes expéditions reste un moyen d’apprécier la part dévolue à chacun des puissants. L’empereur et le roi de France représentent le gros des forces terrestres tandis que les puissances maritimes doivent s’unir pour assurer la troisième expédition. Dans le Consiglio tout comme dans les Chapitres, la partie maritime revient à Venise, une puissance navale éminente. C’est une des raisons pour lesquelles Giovio compte également Venise parmi ses « champions » de la lutte contre les Turcs.

144Le problème de la rivalité entre l’empire et le royaume de France fragilise la République chrétienne. L’insistance de Charles Quint à vouloir agrandir un empire déjà extrêmement étendu, au détriment de ses alliés chrétiens, que ce soit la République de Venise dont les possessions ultramarines gênent ses ambitions méditerranéennes ou le royaume de France sur lequel il a des prétentions, conduit François Ier à aller chercher de l’aide auprès de l’ennemi de la République chrétienne : l’Empire ottoman.

République chrétienne et amitié franco-turque

  • 394 Ceci a été l’objet d’une communication : Pujeau, 2-4 avril 2012. En particulier, au sujet de « l’e (...)
  • 395 Charles le Téméraire duc de Bourgogne (1467-1477). L’archiduc Maximilien de Habsbourg épouse sa fi (...)

145Les visées hégémoniques de Charles Quint394 le poussent à déployer ses armes contre d’autres princes chrétiens, n’hésitant pas à les menacer dans leurs territoires. Pour fonder ses prétentions Charles Quint s’appuie sur ses divers héritages. Il les réunit ainsi. Tout d’abord, l’héritage autrichien des Habsbourg qui au xve siècle comptait l’Allemagne, l’archiduché d’Autriche, la Styrie, la Carinthie, la Carniole, le Tyrol et l’Alsace méridionale, puis celui de Bourgogne réunissant Pays-Bas, Flandre, Artois, Franche-Comté, l’héritage aragonais comprenant Aragon, Navarre, Sardaigne, Sicile, Naples et l’héritage castillan avec la Castille et l’Amérique espagnole lui fournissant tout l’or des Amériques finançant ses campagnes. En outre, arrière-petit-fils de Charles le Téméraire395, Charles Quint revendique des droits sur une partie du territoire français et compte ainsi reprendre la Bourgogne. En tant qu’empereur, il entend remettre sous sa suzeraineté le Dauphiné et la Provence ayant jadis fait partie de l’empire.

146Aussi, quand en 1524, se produit la guerre de Provence, Bertrand d’Ornezon est aux côtés de l’amiral de La Fayette, de Bernardin de Baux et du chevalier de Pontevès, ainsi que du Génois Andrea Doria pour défendre les possessions françaises. Ce dernier est alors en difficulté avec Gênes, il reste au service de la France jusqu’en 1526, quand insatisfait des Français, il rejoint Charles Quint pour devenir en 1528 le généralissime de la flotte impériale en obtenant la liberté de Gênes, ce qui lui vaut d’ailleurs le titre de « Père de la patrie ». Prégent de Bidoux, « pilier de la langue d’Italie » à Rhodes et donc « grand amiral » commandant les galères de l’Ordre, blessé lors du siège malheureux de 1522, contribue à la victoire navale sur la flotte impériale en assurant le ravitaillement de la ville avec ses galères. Tous ces efforts combinés donnent la victoire au parti français. Mais les ambitions de Charles Quint ne s’arrêtent pas pour autant.

  • 396 En 1520, Charles Quint a été élu empereur le 28 juin 1519.
  • 397 Giovio, 1958, p. 77.

147Le royaume de France est en position délicate, enserré par l’empire de Charles Quint. Il lui faut donc se trouver des alliés : mais après le cuisant échec avec le roi d’Angleterre Henri VIII lors de la tentative ruineuse du camp du Drap d’or396, François Ier se tourne vers un allié offrant la possibilité de prendre son rival à revers : Soliman. Or, un tel choix est également dicté par le fait que l’Empire ottoman représente un très puissant allié, peut-être même le seul capable de s’opposer, échappant à la sphère d’influence de l’empereur. Pour se dégager de l’étreinte de Charles Quint, la France est ainsi contrainte de se trouver un appui en dehors de la République chrétienne, mais comme le remarque justement Giovio à un autre sujet : « Dans un grand malheur on appelle au secours même le diable, car toute aide est bonne à recevoir397. »

148Mais alors que la rivalité entre Charles Quint et François Ier se poursuit dans un énième rebondissement des ruineuses guerres d’Italie, François Ier vient assiéger Pavie à l’automne 1524. En janvier 1525, une ambassade de Turcs se présente dans le camp français, pour mener des tractations, à ce que l’on rapporte. Le siège se prolonge cependant et commence à épuiser les assaillants. À l’intérieur, le « moral devient détestable ». Or, le 24 février étant le jour anniversaire de l’empereur, la bataille est lancée aux petites heures. Pensant avoir l’avantage, François Ier s’élance follement au milieu des lignes adverses, empêchant son artillerie de tirer sur ses adversaires. Il surprend ses propres hommes et ruine complètement l’attaque. Aussi, malgré son courage, il est finalement contraint de se rendre au vice-roi Lannoy : il a tout perdu « fors l’honneur ».

  • 398 Bainville, 1962, p. 126.
  • 399 Bainville, 1962.

149À ce propos, l’académicien Jacques Bainville signale un événement scellant la fin de la République chrétienne selon lui : « Le soir même de Pavie, François Ier, en secret, avait envoyé sa bague à Soliman. Le sultan et son ministre Ibrahim comprirent ce signe398. » Or, les relations commerciales qu’il nomme « relations d’affaires » entre royaume de France et Empire ottoman remontent pourtant à Charles VII et Jacques Cœur, mais cette dernière action marque un important changement : la France est désormais l’alliée des Turcs par la faute de Charles Quint. Pour Bainville, « cette alliance avec l’Infidèle, c’était cependant la fin de l’idée de chrétienté. Dans la mesure où elle avait existé, où elle avait pu survivre à tant de guerres entre les nations d’Europe, la conception de République chrétienne était abolie399 ».

  • 400 Il s’agit de « l’épisode le plus sombre de sa vie de marin », dans Debofle, « Marins gersois, de l (...)

150Dans le but d’éviter tout risque d’évasion durant son transfert en Espagne, ses geôliers font signer une convention au roi de France instituant une escorte de galères françaises, parmi lesquelles se retrouve Prégent de Bidoux400 escortant de six galères le navire espagnol transportant le roi, de Gênes à Barcelone. La captivité du roi de France n’a pas amélioré les relations entre François Ier et Charles Quint. Giovio, qui a pu rencontrer le roi et l’entretenir à ce sujet, note dans son éloge que François Ier s’est finalement montré soucieux de la liberté et du salut de son pays. Sans aller jusqu’à excuser son attitude, il reconnaît son attachement à la préservation de son royaume. Or, c’est justement sa politique à l’égard des Turcs qui a beaucoup fait réagir les contemporains.

  • 401 Hammer, 1836, t. V, p. 67.

151Le rapport du royaume de France avec les Turcs est manifestement changé. Les relations commerciales puis diplomatiques à l’égard des Turcs vont bien plus loin que celles des Vénitiens qui ne franchissent jamais le pas de s’allier militairement avec les Turcs. Les premiers contacts semblent dater de 1525, puis un traité d’amitié est signé par Rincone pour le roi en 1532, une ambassade officielle du sire de Laforest est envoyée en 1534, mais l’ambassadeur est assassiné en chemin, son successeur Jean Frangipani réclame satisfaction en 1535. La première Capitulation commerciale est signée en 1536. Le capitaine Rincone est le troisième ambassadeur en 1536 pour féliciter Soliman de sa victoire de Güns et conclure un traité d’amitié avec la Porte. En 1537, Marillac est accrédité comme chargé d’affaires à Constantinople. En 1539, le Napolitain Cesare Cantelmo doit représenter la France. Rincone envoyé en 1541 comme ambassadeur est assassiné dans le Milanais. Maintenant, les Français intensifient leurs relations, incitant même les Turcs à « envahir la Hongrie afin d’y occuper Charles Quint401 » et allant jusqu’à participer à des opérations navales combinées avec les Ottomans.

  • 402 Giovio, 1554, t. II, fol. 285.
  • 403 Hammer, 1836, t. V, p. 350.
  • 404 Pour les explications sur leur ligue, voir Mémoires de Martin et Guillaume du Bellai-Langei, 1753, (...)

152Justement, en 1541, une campagne coordonnée entre les deux puissances est ainsi prévue pour se défendre de la flotte impériale « parce que [le roi] François se prépare à la guerre contre César pour venger les injures reçues, afin de récupérer ses possessions402 ». Par amitié pour le roi de France, Soliman accepte que le chef de la flotte turque, le fameux Barberousse, prenne directement ses ordres du roi de France403. Après diverses tractations pour gagner des alliés au royaume de France, on retrouve l’ambassadeur Paulin en 1543 avec Barberousse commandant une flotte de cent dix galères et de quarante bateaux plus petits, d’autant que l’empereur et le roi d’Angleterre404 s’entendent contre François Ier à ce moment-là. Ils se ravitaillent en Italie et gagnent Marseille où le roi a laissé des instructions au même Paulin pour que les forces françaises, qui s’élèvent seulement à vingt-deux galères et dix-huit gros vaisseaux.

  • 405 Le détail de cet « étrange spectacle d’une flotte française réunie à une flotte ottomane contre un (...)
  • 406 Hammer, 1836, t. V, p. 364.

153C’est le fameux épisode du siège de Nice405 « vaillamment défendue par le chevalier de Malte Paolo Simoni406 » qui n’est autre qu’un ancien prisonnier de Barberousse. Il s’agit d’une des péripéties les plus marquantes de la lutte entre François Ier et Charles Quint, car l’on a vu l’association inédite et jugée scandaleuse d’une flotte française alliée à la flotte du sultan contre d’autres chrétiens.

  • 407 Explications dues à l’abbé Lambert, dans Mémoires de Martin et Guillaume du Bellai-Langei, 1753, p (...)
  • 408 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 303 v.
  • 409 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 304.

154Depuis que René d’Anjou avait cédé ses droits à Louis XI, le roi de France était en possession de tous les droits des comtes de Provence, or le duc de Savoie se référant à un engagement d’un comte de Provence envers ses prédécesseurs refuse de reconnaître François Ier comme son suzerain. C’est donc pour rentrer dans ses droits que le siège de Nice407 est engagé. La reddition de la ville semble quasiment assurée, car trois Savoisiens favorables au roi de France seraient prêts à livrer Nice dès l’arrivée de la flotte coalisée. Martin du Bellay explique que le roi apprenant l’arrivée de la flotte de Barberousse envoie François de Bourbon, seigneur d’Enghien (frère de Brantôme) pour se joindre à son armée. Enghien est à Marseille et reçoit du seigneur de Grignan (lieutenant du roi) la reddition de Nice semblant assurée408. Apprenant cela, Enghien fait équiper quatre galères avec comme capitaines Magdalon chevalier d’Aux, Pierre Bon et Michelet à la fidélité parfaite. Il se lance également dans l’entreprise avec onze galères supplémentaires. Il charge le capitaine Magdalon, le frère du baron de Saint-Blanquart, de prendre le premier rang avec ses quatre galères. Quand Magdalon approche de Nice, six galères ennemies sortent du port suivies de quinze autres aux ordres de Giannetino Doria, le neveu d’Andrea, et ces dernières lui donnent la chasse jusqu’au port d’Antibes où Magdalon est mortellement blessé d’un coup de canon reçu à la cuisse et les quatre galères sont prises par Gianettino. Le sire d’Enghien surgit à son tour et surprend Giannetino Doria à la lumière de la lune, les Français se retirent à Toulon409.

  • 410 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 316 v.
  • 411 Hammer, 1836, t. V, p. 352.

155La ville fait sa reddition le 20 août à condition de ne pas être mise à sac410 sur la promesse de Paulin au nom de Barberousse411. Frustrés dans leur espoir de butin, la forteresse leur résistant toujours, des forces de secours commandées par le marquis del Vasto, lieutenant général de l’empereur, étant annoncées et l’hiver approchant, les Turcs se replient sur Toulon.

  • 412 Giovio, 1554, t. II, fol. 321 v.

Mais Barberousse accueilli à Toulon, alors qu’il était entretenu à grands frais par le zèle immense des officiers du roi et par les ressources d’absolument toute la province, ayant inspecté sa flotte, délégua cependant vingt-cinq trirèmes qu’il envoya razzier la côte espagnole412.

156Avec cette remarque, Giovio signale les dangers d’une pareille alliance et des conséquences néfastes qui en ont découlé pour la République chrétienne : coûtant une fortune aux Français, en particulier aux Toulonnais exemptés dit-on de taille pendant dix ans pour contrebalancer les dommages causés par le séjour des troupes de Barberousse et aux Méditerranéens victimes des pillages des « pirates » pendant cette période.

  • 413 Guicciardini, t. I, liv. I, chap. ix, 1996.

157Le sentiment de Giovio vis-à-vis des Français évolue. Tout d’abord, il éprouve une franche hostilité héritée des souvenirs de la catastrophique expédition de Charles VIII ayant rendu les Français odieux à une partie des Italiens, comme Guicciardini l’exprime en assimilant les Français aux cavaliers de l’Apocalypse413. Il relate ainsi des phénomènes qui se seraient produits en 1494 avant l’arrivée des Français :

  • 414 Guicciardini, t. I, 1996, p. 59-60.

Partout, et avec une non moindre terreur des hommes, résonnait le bruit qu’étaient apparues, dans différentes régions d’Italie, des choses étrangères à l’ordre de la nature et des cieux. Dans les Pouilles, la nuit, trois soleils au milieu du ciel, mais entourés de nuages, avec d’horribles coups de foudre et de tonnerre ; dans le territoire d’Arezzo, on avait pu voir passer dans l’air, des jours durant, une infinité d’hommes armés sur d’énormes chevaux, dans un vacarme terrible de trompettes et de tambours ; dans de nombreux lieux d’Italie, les images et les statues sacrées avaient saigné à la vue de tous ; partout des hommes et d’autres animaux avaient engendré des monstres ; beaucoup d’autres choses hors de l’ordre de la nature avaient eu lieu en différentes régions : les peuples étaient donc saisis d’une incroyable crainte, épouvantés d’avance par la renommée de la puissance des Français et par la vaillance de cette nation, grâce auxquelles (et les histoires en étaient pleines !) elle avait déjà traversé et pillé presque toute l’Italie, saccagé et ravagé par le fer et le feu la ville de Rome et soumis en Asie de nombreuses provinces ; et il n’y avait presque aucune région du monde qui en d’autres temps n’eût été frappée par leurs armes414.

  • 415 Giovio, 1958, p. 179.
  • 416 Giovio, 1956, p. 208.
  • 417 Giovio, 1956, p. 275-277.
  • 418 Giovio, 1956, p. 354.
  • 419 Giovio, 1958, p. 79, p. 158, p. 168-169, p. 197-198 et p. 241-242.
  • 420 Giovio, 1958, p. 169-170 et p. 183-184.
  • 421 Giovio, 1956, p. 208.

158Cependant, en rencontrant personnellement François Ier, Giovio apprécie son raffinement et sa culture, devenant ainsi plus favorable aux Français. Il se défend même de les avoir nommés « Gaulois barbares » dans une lettre à Girolamo Angleria du 15 octobre 1550 : « Il ne se trouvera jamais que je les ai appelés Gaulois barbares, si ce n’est quand ils ont fait preuve d’inhumanité et de cruauté à la guerre, ce qui ne se pratiquait pas alors en Italie entre les soldats415. » Comme on l’a vu, diverses lettres de Giovio témoignent de ses relations avec des Français : une lettre au grand connétable Anne de Montmorency416 du 18 août 1538 ; une à François Ier417 de la fin de l’année 1541 ; une au cardinal François de Tournon418 du 28 octobre 1544 ; diverses missives au cardinal Charles de Guise, évêque de Reims419 du début de 1547, en février 1550, du 7 août 1550, 22 mai 1551 et 30 septembre 1552 ; deux autres au cardinal Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras420 du 13 août et du 26 novembre 1550. La lettre accompagnant le fameux mémoire sur les Turcs, le Consiglio, adressée à Anne de Montmorency se situe à un moment chargé d’espoirs, après la trêve de Nice, comme le suggère la conclusion : « En attendant [la réalisation] des promesses courtoises de Villeneuve et Villefranche, je vous en rendrai mérite de ma plume421. » D’un point de vue économique, la pension accordée en 1533 n’a toujours pas été réglée en 1550, si toutefois la relance auprès du cardinal de Guise du 7 août fait référence à la même pension. La faveur de Giovio pour les Français s’émousse peut-être avec le retard de paiement de ses œuvres, mais surtout, visiblement, par le rapprochement entre François Ier et Soliman. Une autre raison de la prise de distance de Giovio à l’égard de la France pourrait également venir de sa propre implication dans la stratégie impériale. Ces appréciations sont intimement liées à la question turque et aux préoccupations stratégiques de Giovio.

  • 422 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 recto.
  • 423 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 recto.
  • 424 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 verso.
  • 425 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 84 recto.
  • 426 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 85 verso.

159Les reproches adressés à François Ier pour son amitié avec les Turcs sont donc multiples. L’auteur de l’Exhortation au roi de France remet en question sa qualité de « chrétien », avec grande flamme, il l’interpelle en lui demandant « comment peut-on vraiment appeler roi et libre […] celui qui quémande l’aide à de véritables barbares, ennemis de son sang, rebelles à son Dieu et Seigneur422 ». Outre le reproche d’être « le glaive ottoman lancé dans le cœur de la chrétienté423 », l’auteur de la lettre s’efforce de représenter au roi de France le danger, à savoir sa propre « ruine424 » due à son « compagnon » Soliman, car tous doivent s’unir contre lui. Il lui reproche sa politique « aux dépens de toute l’Europe425 » et lançant un dernier argument pour faire entendre raison au roi de France, l’homme d’Église conclut son prêche par une prière pour que « le véritable Christ, fils unique du Très-Haut Seigneur, roi sur les autres rois426 » le pardonne.

  • 427 Giovio, 1541, fol. 25 recto et verso.

160Cette impression concorde bien avec une idée circulant depuis quelque temps déjà dans le milieu des humanistes. Épris de culture classique, ils connaissent le goût de certains sultans ottomans pour les récits des prouesses des héros antiques, les parallèles ne peuvent leur échapper. Les guerres de l’Antiquité qui ont vu s’opposer Orient et Occident ne manquent pas d’être comparées aux affrontements contemporains. On assimile alors les chrétiens à Scipion l’Africain pour ses démêlés avec le Barbare Hannibal ou encore on songe à Antoine et Cléopâtre, symbolisant l’Orient, écrasés par Octave, le représentant de l’Occident civilisateur ! Mais les Turcs semblent bien s’inspirer des modèles éprouvés de l’Antiquité dans leurs propres tactiques de combat. Cet intérêt pour Alexandre le Grand et César le Dictateur est notamment attesté par Giovio dans son Commentario427.

  • 428 Bessarion, 1543, fol. 7 verso.
  • 429 Bessarion, 1543, fol. 27.
  • 430 Bessarion, 1543, fol. 28.
  • 431 Bessarion, 1543, fol. 29.

161Or, voilà bien deux figures remarquables de l’Antiquité qui ont grandement inspiré les humanistes. Justement, le cardinal Bessarion (1403-1472) établit la relation entre la tactique des Turcs et la méthode de Philippe de Macédoine pour la conquête de la Grèce. Il s’appuie sur les écrits de mise en garde de l’orateur grec Démosthène pour développer lui-même un discours contre les menaces turques de conquête. Peut-être à la suite des rapprochements entre le royaume de France et Soliman, de telles idées semblent redevenir d’actualité et il se trouve notamment que Francesco Priciano de Florence édite justement en 1543 un volume des discours du cardinal Bessarion reproduisant des discours intitulés De grauissimis periculis, quae Reipublicae Christianae à Turca iam tum impedere prouidebat suivis d’une exhortation ad principes de pace inter se concilianda, et bello aduersus Turcas suscipiendo. Après ses lettres de dédicace, Bessarion entre dans le vif du sujet avec un premier discours428 s’adressant aux Italiens au sujet des dangers les menaçant. Plus loin, il choisit d’appuyer sa démonstration sur l’autorité de Démosthène429 et c’est ainsi qu’il en vient à reprendre le discours aux Olynthiens430 en y adjoignant des remarques en marge dans lesquelles il interpelle directement ses lecteurs. Ainsi, au fol. 29, il leur lance notamment la question : « Eh quoi, vous pouvez tergiverser encore quand le Turc menace vos têtes431 ? »

  • 432 Romilly, 1980, p. 141.
  • 433 Romilly, 1980, p. 142.

162Pour apprécier pleinement son travail sur le texte de Démosthène, il convient de rappeler que l’orateur grec s’emploie à avertir ses concitoyens des dangers à s’allier avec Philippe de Macédoine. Jacqueline de Romilly explique qu’il « multiplie les appels, les semonces, les cris d’alarme. Il réclame un grand effort, une armée nationale, prête à intervenir immédiatement, à la première occasion432 ». Et quand justement, Philippe commence à regarder du côté d’Olynthe, ville de Chalcidique, Démosthène voudrait bien lui envoyer un secours. En effet, au cours de la troisième « guerre sacrée » lancée par l’Amphictyonie de Delphes, devant la montée en puissance des Phocidiens, Thèbes et la ligue thessalienne font appel à Philippe qui remporte diverses batailles. De nombreuses villes sont même détruites et Olynthe tombe « livrée par la trahison en 348. Et bientôt Athènes conclut avec Philippe, en 346, la paix de Philocrate433 ».

  • 434 Bessarion, 1543, fol. 27 verso.
  • 435 Bessarion, 1543, fol. 28.
  • 436 Bessarion, 1543, fol. 29.
  • 437 Bessarion, 1543, fol. 29.

163Sensible aux échos entre les situations, Bessarion reprend le discours de Démosthène en explicitant son impression : « Ainsi, en fait à cette époque Philippe menaçait la Grèce comme maintenant le Turc l’Italie. Pour résumer, le Turc tient le rôle de Philippe, les Italiens celui des Athéniens et moi-même celui de Démosthène, déjà on comprend facilement que tout le discours s’adapte à notre affaire434. » Et pour rendre cela encore plus clair, Bessarion ajoute des commentaires soulignant davantage ses impressions et sa volonté d’invectiver ses lecteurs. Il glisse ainsi la remarque : « Écoutez princes chrétiens le philosophe et orateur Démosthène, mort depuis des siècles déjà, avertissant avec grande éloquence et sagesse de ce qu’il conviendrait de faire sans attendre au sujet de votre ennemi afin que nous ne sombrions pas vers notre ruine435. » Cette interpellation est ensuite complétée de différentes réflexions notées en marge du texte de Démosthène et conférant une grande vie à ces diverses observations, comme un commentaire continu et actualisé de l’œuvre du philosophe grec. Ainsi, quand dans son discours, Démosthène interpelle les Athéniens en leur demandant : « Car en effet, il ne vous reste plus aucune raison ou excuse pour que vous n’accomplissiez jusqu’au bout ce qui doit être fait436. » Bessarion renforce la remarque par la note reproduite en marge : « Il enseigne qu’il est besoin non de paroles mais d’actes437. »

  • 438 Bessarion, 1543, fol. 29 verso.
  • 439 Bessarion, 1543, fol. 29 verso.
  • 440 Bessarion, 1543, fol. 30 verso.

164L’appel à l’action de Bessarion se renouvelle plus loin dans le texte où il commente de nouveau les invectives de Démosthène. Ce dernier déclare aux Athéniens : « Mais vraiment pendant que nous laissons échapper les occasions favorables et que nous pensons que l’avenir deviendra spontanément prospère, nous-mêmes les Athéniens nous faisons prospérer Philippe438. » Aussitôt, Bessarion traduit le message pour ses lecteurs : « Écoutez princes, on vous parle. En effet, tant que vous négligez les occasions d’étouffer l’ennemi, tant que vous restez nonchalants en étant confiants en un avenir prospère, eh bien ! de cette manière vous faites prospérer le Turc439. » Face à la liste des conquêtes de Philippe, Bessarion lance une remarque traduisant toute la spontanéité de sa démarche : « Hélas ! Combien de dommages a-t-il répandu parmi nous440 ? » L’appel à l’action de Bessarion s’appuie sur chacune des exhortations de Démosthène et pour ce faire il suit un procédé quelque peu répétitif consistant à rebondir sur une expression employée par l’orateur athénien. Ainsi, quand Démosthène répète de nouveau qu’il faut entreprendre la guerre, dans son commentaire, Bessarion explicite son propos :

  • 441 Bessarion, 1543, fol. 33.

Ainsi il faut entreprendre la guerre, afin que vous vous mettiez en marche en premier, et que par votre exemple vous suscitiez des forces extérieures ; de même il faut espérer que des [forces] extérieures et étrangères nous aident, si nous accomplissons le travail en premier avec nos actes. Car (comme [on dit] dans le très ancien proverbe usurpé par les Romains) Dieu aide ceux qui agissent441.

  • 442 Bessarion, 1543, fol. 34.
  • 443 Bessarion, 1543, fol. 35.
  • 444 Bessarion, 1543, fol. 35.

165Bessarion fait suivre le texte de Démosthène d’une dernière remarque élargissant le public qui pourrait faire un usage profitable de ce discours. Il s’adresse ainsi non seulement à « tous les peuples d’Italie » mais à « l’ensemble des chrétiens opposés au tyran des Turcs, ennemi le plus redoutable de notre religion442 ». Dans le dernier élan du discours de Bessarion, il éclaire son lecteur sur le moment de l’écriture de son texte en précisant : « Nous sommes dix-huit ans après la chute de Byzance443 », c’est-à-dire en 1471. Il s’agit d’un moment où Mehmed II poursuit ses attaques. De nouveau, le cardinal reproche l’attentisme de ses lecteurs : « Nous nous occuperons seulement par des paroles creuses et de vaines promesses444 » et s’efforce de les inciter à l’action :

  • 445 Bessarion, 1543, fol. 35.

C’est pourquoi, afin de nous éloigner d’un très grave danger et atteindre la victoire souhaitée, vous tous princes et peuples chrétiens, je vous supplie et conjure (autant que je peux par les plus grandes supplications possible) de tous vous appliquer à cette tâche445.

  • 446 Maron, 1853, p. 8.

166Cette prière finale semble toujours d’actualité quand le texte paraît de nouveau à Rome en 1543. À la suite de Démosthène, Bessarion réclame donc de l’action en place de belles paroles. Or, l’attitude du royaume de France paraît contredire les déclarations de son monarque. Le danger turc occupe les esprits et les relations diplomatiques entre le royaume de France et les Turcs inquiètent. En effet, des liens se tissent entre les deux. L’ambassadeur de Venise à Constantinople, Bragadino, signale ainsi une ambassade française en 1525. À ce moment-là, François Ier est prisonnier à Madrid et l’on s’efforce d’établir une « alliance franco-ottomane » à l’instigation de la mère du roi, Louise de Savoie. Une première mission est ainsi dépêchée dès la capture du roi afin de demander des secours. On rapporte que l’ambassadeur est « chargé de riches présents pour le sultan ; un rubis de grand prix, une ceinture dorée, des candélabres d’or massif, deux chevaux, valant ensemble deux mille ducats446 » et qu’une somme de dix mille ducats est réservée aux dignitaires de la Sublime Porte. Mais de telles richesses attirent le sandjak de Bosnie qui pour s’en emparer fait assassiner l’ambassadeur et sa suite de douze personnes.

  • 447 À savoir dix mille aspres et un habit d’or, dans Maron, 1853, p. 8.
  • 448 Maron, 1853, p. 8.

167En revanche, en décembre 1525, une deuxième mission confiée à Jean Frangipani, diplomate d’origine croate, atteint Constantinople, en secret si l’on en croit Maron, avec un courrier de la reine mère pour obtenir la libération du roi et l’attaque de l’empereur. Le même Frangipani revient avec un présent qui ne se fait « que pour les puissances amies447 » et une lettre de Soliman, datée du 15-24 février 1526, dans laquelle après avoir énoncé tous ses titres, le sultan ottoman présente la Porte comme l’asile ou le refuge des souverains. Le sultan y mentionne la mission de Frangipani venu lui demander aide et secours pour la délivrance du roi de France. En plus de la lettre, Frangipani a également reçu des « instructions verbales destinées à donner leur portée exacte aux termes vagues de la lettre448 ». Or, Soliman a justement des projets pour l’Europe de l’Est. De ce point de vue, la bataille de Mohàcs de 1526 serait la matérialisation de ces intérêts convergents.

  • 449 Archives de France, Série J « Trésor des Chartes », J937 « Orient », dossier II « Relations entre (...)
  • 450 Tel qu’est décrit dans le catalogue dans le Série J supplément inventaire par Henri de Curzon.

168En 1528, François Ier prend de nouveau contact avec Soliman, cette fois au sujet des chrétiens présents dans l’Empire ottoman, en demandant à cette occasion de transformer une mosquée en église. Dans une lettre de septembre 1528449, Soliman refuse cette requête mais garantit la protection des chrétiens dans ses états. La lettre est d’ailleurs connue comme « lettre de Soliman II, empereur des Turcs, à François Ier relative à la protection accordée par lui aux chrétiens dans ses états450 ».

  • 451 Maron, 1853, p. 16.

169Les échanges entre la France et l’Empire ottoman se poursuivent. Sans entrer dans le détail, certaines dates se dégagent comme l’année 1532, quand Rincone est envoyé avec dit-on « quinze cents livres, une vaisselle de deux mille écus, force bagages et présents451 » révélant ainsi l’importance de sa mission. Plusieurs galères impériales croisent donc dans le golfe de Venise pour l’intercepter, mais Rincone réussit à rejoindre Soliman à Belgrade le 20 juin. À peine deux jours après, il est reçu en audience par le sultan. Si Maron dit qu’il s’agit d’inciter Soliman à se retirer, d’autres parlent d’un traité d’amitié signé par l’intermédiaire du même Rincone entre le roi de France et le sultan turc, Marino Sanudo le note d’ailleurs dans ses tablettes.

  • 452 Hammer, t. XVII, 1841, p. 140.

170En 1534, Jean de Laforest est envoyé comme ambassadeur auprès des Turcs452. Pour l’année 1536, on relève une « capitulation commerciale » signée entre la France et la Turquie ainsi que la conclusion d’un traité d’amitié avec la Porte, œuvre de Laforest. L’ambassadeur Rincone est de nouveau envoyé à Constantinople pour complimenter Soliman lors de sa marche sur Güns. En 1537, Marillac est accrédité à Constantinople en tant que chargé d’affaires. En 1539, Cesare Cantelmo le Napolitain est envoyé auprès de Soliman pour représenter la France et en 1541, Rincone est de nouveau envoyé à Constantinople, mais il tombe dans une embuscade avec Fregoso. En 1542, c’est le capitaine Paulin qui est envoyé auprès du Grand Turc. En 1547, il s’agit d’une nouvelle mission de Gabriel d’Aramon pour ne citer que quelques-uns de ces échanges.

  • 453 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 21.
  • 454 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 21.
  • 455 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 22.

171Tous ces mouvements font s’interroger sur les intentions des Français : dans quel camp sont-ils ? La papauté travaille à démêler la situation. En 1533, le pape adresse une bulle à François Ier pour lui accorder « la disposition de deux décimes du receveur des églises du royaume en vue de la guerre contre les Turcs ». Et le roi adresse différentes lettres à tous les officiers du royaume pour l’exécution de ladite bulle. Il se trouve ainsi des lettres de l’évêque de Mâcon453 portant le « vidimus » de la bulle en question avec des lettres de François Ier en conseil454 à tous les officiers du royaume afin de faire exécuter la bulle en question. Plus tard encore, on retrouve des lettres de Clément VII455 à François Ier pour lui remettre l’argent levé auparavant en vue de la croisade contre les Turcs à l’instigation du pape Léon X. Ainsi, François Ier semble toujours décidé à mener la croisade contre les Turcs.

172De leur côté, les nonces du pape en France s’efforcent de percer les secrets de la politique royale à ce sujet. Le 19 février 1535, Rodolfo Pio di Carpi rapporte ainsi la réponse du roi à Ricalcato depuis Saint-Germain quand il lui demande de donner des galères au pape pour renforcer les vaisseaux pontificaux et ceux de Gênes contre les Turcs. Le roi lui a répondu sans hésiter :

  • 456 Archives du Vatican, Arch. Vat. AA I XVIII 6528 fol. 78. et Principi 10, fol. 179 verso.

[…] au sujet de donner maintenant ses galères à Sa Sainteté pour s’opposer au Turc, que Sa Sainteté soit assurée qu’il ne donnera pas seulement ses galères, mais que toujours il exposera son royaume, ses fils et sa propre vie au service de Sa Sainteté et du Saint-Siège Apostolique […], car en tant que chrétien, assurément il désirait voir le Turc ruiné456.

  • 457 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 1.
  • 458 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 1.
  • 459 Lettre de Ricalcato à Carpi du 3 avril 1535, Archives du Vatican, AA I XVIII 6528 fol. 11.

173Dans le but de découvrir les intentions du roi, le pape livre même des recommandations à son envoyé. Ainsi, le 3 avril 1538, Latino Giovenale Manetti (1486-1553) reçoit des instructions pour sa mission en France. Il lui faut œuvrer à pousser le roi de France à se « libérer de l’intelligence qu’il a avec le Turc et Barberousse457 » en lui représentant les avantages à « éviter les calomnies pour ne pas se rendre hostile le reste de la chrétienté458 ». Ricalcato écrit également au nonce Carpi afin qu’il assiste Giovenale « comme si c’était le pape lui-même459 » et qu’il ne s’étonne pas de sa venue liée à l’importance de la lutte contre les Infidèles.

  • 460 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 284.
  • 461 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 284.
  • 462 Archives du Vatican N F 2 fol. 1.
  • 463 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2 et Arch. Vat. N. F. Ib fol. 67 verso.
  • 464 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2.
  • 465 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2.
  • 466 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.
  • 467 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.
  • 468 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.
  • 469 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 73 verso.
  • 470 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 113 et Naples, Cart. Farn. 708c.

174Dans une lettre du 29-31 juillet 1535, Carpi rapporte à Ricalcato des propos de François Ier : « Quand le pape aura besoin de moi, il verra ce que je ferai460 ! » expliquant que si l’empereur était vaincu par Barberousse, il pourrait unir ses forces aux siennes et serait ainsi « capable de s’occuper des affaires de la chrétienté non seulement contre Barberousse mais même contre le roi d’Angleterre461 ». Le 29 avril 1536, le même Carpi écrit à Ricalcato que « Montmorency proteste de ses bonnes dispositions envers le Saint-Siège et déclare que si l’on reproche au roi ses relations avec les Turcs et les Anglais, il faut demander que l’empereur fasse son devoir, à ce moment on verra ce que sont les dispositions du roi envers les luthériens, les Anglais et les Turcs462 ». Et le 6 janvier 1537, Carpi rapporte à Ricalcato que « le roi est aussi ennemi des Turcs que quiconque, c’est l’empereur qui est la cause de la ruine de la chrétienté par son avidité463 ». En février, un envoyé turc vient auprès de la cour de France. Carpi écrit à Ricalcato le 18 février qu’en fait « le Grand Turc n’attaquera ni le royaume de Naples ni aucun autre endroit de la chrétienté, mais épaule bien la France pour qu’elle se rende maîtresse et se débarrasse de l’empereur464 ». La marge de manœuvre des Turcs est en effet très faible et selon Carpi, ils en sont parfaitement conscients, comme on a pu l’apprendre de l’envoyé turc : « Ils craignent que si les princes chrétiens se retrouvaient eux-mêmes touchés par le Grand Turc, ils ne se réunissent tous ensemble contre lui465. » Cependant, quand le nonce Carpi rencontre le roi et Montmorency au sujet de l’infâme alliance turque, François Ier lui dit qu’il « fera contre le Turc ce qui doit être fait par un roi de France, bien qu’il ait à présent une trêve avec lui cela ne l’embarrasse cependant pas466 » et répète « qu’il ne manquera jamais de mettre son royaume et sa vie à la défense du Siège apostolique467 » précisant que l’empereur « est davantage ennemi de Sa Sainteté et de tous les chrétiens que ne l’est le Turc468 ». Enfin, le 17 mars, le roi explique à Carpi que « bien que Sa Majesté ait une trêve de trois ans avec celui-ci, conclue uniquement pour s’assurer de la flotte de Provence, si celui qui se déclare comme ennemi de l’empereur venait à se tourner contre le Siège apostolique, il n’observera aucune trêve si ce n’est de le défendre469 ». À ces belles déclarations Ricalcato répond au nonce Carpi le 6 avril qu’il « se retire de la confédération ou trêve (comme on dit) qu’il a avec le Turc et qui lui a tant été reprochée, qui outre à faire son devoir de vrai chrétien, obligera l’ensemble de la chrétienté et le libérera de toutes les infamies qu’il reçoit pour cela470 ».

175Cette « trêve » est somme toute avantageuse pour le roi de France, car elle n’a qu’une visée défensive contre les appétits impériaux envers les territoires français. Il n’est pas question d’unir les forces françaises et turques pour conquérir des terres chrétiennes. Cependant, les Turcs recueillent également un certain avantage en divisant les forces de leurs ennemis et en empêchant Charles Quint de devenir trop puissant aux dépens du royaume de France.

  • 471 Godechot, 1981, p. 39.
  • 472 Galimard Flavigny, 2003, p. 43.
  • 473 Desportes, 1999, p. 26-27.
  • 474 Godechot, 1981, p. 36.

176En outre, comme François Ier le professe à diverses reprises, il semble (au moins en paroles) ne pas vouloir œuvrer contre la République chrétienne et d’une certaine manière des sujets français vont poursuivre l’action anti-turque en parallèle de la politique du royaume. Or, parmi les combattants traditionnels des Infidèles se trouve l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui depuis le xiie siècle, apparaît « comme un des principaux adversaires du Turc471 ». Après 1299, il étend ses moyens d’action et se dote d’une flotte puissante lui permettant d’affronter l’ennemi sur mer et « enrayer ainsi sa progression472 ». De par les statuts de l’Ordre, ses membres sont « dispensés de prêter allégeance à leur souverain respectif473 » et ainsi ils peuvent parfaitement suivre une voie différente de celle choisie par leur roi. De cette manière, malgré les accords de François Ier avec Soliman, certains sujets de France continuent à lutter contre les Turcs. Cependant, les statuts de l’Ordre interdisent théoriquement de combattre un État chrétien474. Dès lors, il serait impossible d’affronter une armée composée de Français et de Turcs. L’alliance de François Ier n’ayant qu’une visée défensive, le problème ne devrait donc pas se poser.

  • 475 Galimard Flavigny, 2003, p. 31.
  • 476 Desportes, 1999, p. 32 : « […] le postulant italien devait présenter deux cents ans de généalogie (...)
  • 477 L’Ordre, très hiérarchisé, est doté de statuts rédigés notamment par le chancelier Caoursin en 148 (...)
  • 478 Desportes, 1999, p. 33.

177Pour entrer dans l’Ordre en tant que chevalier les postulants doivent constituer « un dossier comportant les actes de baptême et de mariage religieux de leurs parents et aïeux, des certificats et pièces donnant preuve de noblesse, comme les arbres généalogiques mettant en évidence les quartiers475 ». La noblesse doit être diversement prouvée selon le pays d’origine : « Le jeune aristocrate français était appelé à fournir cent ans de noble lignée avec huit quartiers de noblesse paternelle et maternelle pour être admis476. » Pour les roturiers, deux groupes permettent de servir l’Ordre sans être chevalier : les prêtres d’obédience ou les diacres (pouvant être embarqués sur les vaisseaux de l’Ordre) issus d’une « bourgeoisie distinguée et d’un état honnête477 » et le dernier corps formé des frères servants qu’ils soient « servants d’armes, écuyers des chevaliers ou servants de stage employés aux tâches subalternes dans les églises et à l’hôpital478 ». Ainsi, les sujets français, quelle que soit leur origine, ont continué de combattre les Turcs et ce, indépendamment de la politique de leur roi.

178Mais justement, quelle est la véritable marge de manœuvre du roi de France dans les conditions de l’époque ? François Ier se montre généreux et brave en paroles, mais ses actes semblent contredire ses belles déclarations. Une question se pose en fin de compte : la France a-t-elle bien les moyens de sa politique ?

Les moyens du royaume de France illustrés par l’affaire Rincone (1541)

179La situation du royaume de France est résumée par Giovio (reprenant les propos du pape Clément VII) dans une lettre au duc de Milan Francesco II Sforza du 16 février 1535 :

  • 479 Giovio, 1958, p. 145.

La France ne peut pour cinq raisons penser, non que je dise entreprendre, de faire la guerre en Italie. D’abord, si le Turc avec une puissante armée envahit la Sicile ou le royaume ; deuxièmement, si Barberousse avec la flotte donnait le passage aux Maures de Fez et du Maroc pour récupérer Grenade, ce qui ne serait pas difficile ; la troisième [raison] si une nouvelle fois les Comuneros d’Espagne se soulevaient de nouveau ; la quatrième si ces trame des Landgraves, Vertemberghi, Gheldriet les Luthériens faisaient une entreprise contre la Maison d’Autriche en Allemagne ; de telle sorte que le roi déjà à demi-évincé de trois royaumes aurait besoin d’aide pour lui et ne pourrait pas servir en Italie, ou bien que ses ennemis viennent en laissant derrière l’Autriche, s’ils venaient, je dis, en Italie ex conducto pour se joindre avec les Français. La cinquième, que César irait d’un autre côté479.

  • 480 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 128 verso.

180Ainsi la situation du royaume de France enserré entre le sultan ottoman et l’empereur Charles Quint l’empêche de prendre position. Le roi de France ne peut tenir qu’une politique de défense. Il n’a pas les moyens de s’attaquer aux Turcs, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il refuse de participer à différentes entreprises projetées contre ces derniers. Parmi les nombreux exemples de ses refus, il est possible de songer à l’entreprise de la Préveza à laquelle il refuse obstinément de prendre part. Le nonce apostolique Ferrerio écrit au cardinal Farnèse le 15 octobre 1538 que le roi de France ne voit d’ailleurs pas comment vaincre les Turcs « alors qu’on ne possède pas plus de soixante mille hommes et […] cavaliers ; la cavalerie chrétienne sera très vite défaite par la cavalerie turque480 ». Selon le nonce, le roi suggère qu’il faudrait attaquer par la mer même si la flotte ne s’élève guère aux cent trente galères annoncées par le nonce d’autant plus que vingt-cinq ont été perdues à Candie.

  • 481 Au sujet des relations avec les Turcs dans Preto, 1975.
  • 482 Dans les Documenti turchi de l’Archivio di Stato di Venezia, busta 3, document 407. Dans un courri (...)
  • 483 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 410 lettre du grand vizir Lütfi (...)
  • 484 Penser aux récents Duvauchelle, 2009 et Garnier, 2008.
  • 485 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 412 lettre du drogman de la Port (...)
  • 486 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 417 sauf-conduit et sa traductio (...)
  • 487 On trouve les « préliminaires du traité de paix » dans Archivio di Stato di Venezia, Documenti tur (...)
  • 488 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, documents 426 ainsi que 427, 428 et 429 p (...)
  • 489 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 431 et document 432 pour la trad (...)

181À Venise, une appréciation semblable est adoptée par une partie du Sénat durant l’hiver 1537 lors des débats portant sur l’opportunité de prendre ou non le parti impérial. Marco Foscari suggère de choisir le camp turc offrant à ses yeux tous les avantages tout en garantissant la paix à Venise alors que Charles Quint ne saurait être un allié fiable, le jugeant prompt à se retourner contre eux à la première occasion. Tout comme pour la France, l’alliance avec le Turc serait porteuse de paix au contraire d’une ligue avec l’empereur ne songeant qu’à accroître son empire, fut-ce au détriment de la chrétienté. Les suites de l’entreprise après l’échec au large de Préveza semblent d’ailleurs confirmer cette analyse quand la garde de Castelnuovo est confiée non à Venise mais aux vétérans espagnols, pour servir l’intérêt impérial, dit-on. Les alliés s’emparent donc de Castelnuovo sans assurer leur conquête et les Turcs reprennent rapidement l’endroit. Dès 1539, Venise trahie dans ses promesses de reconquête de territoire commence à multiplier les tractations avec Soliman pour obtenir la paix pendant que Cesare Cantelmo représente la France auprès du Grand Turc. De nombreux documents d’archives481 attestent des manœuvres diplomatiques engagées alors par Venise. Une grande partie d’entre eux se trouve à l’Archivio di Stato de Venise. Une Miscellanea, connue sous le nom de Documenti Turchi, a même été constituée avec des documents allant du xiiie au xixe siècle. D’autres sources apportent des éclairages précieux, comme les relations d’ambassadeurs et diverses correspondances, comme illustré plus avant. L’examen de ces sources formées de textes originaux turcs, de leurs traductions en grec ou en italien, ainsi que des avis et des dépêches d’envoyés lointains et de nombreuses correspondances ont apporté de précieux éclairages à cette étude. Ainsi, l’ambassadeur Tommaso Contarini482 essaie vainement de faire avancer l’idée de paix auprès de Soliman et le 4 décembre le grand vizir483 fait savoir son mécontentement à l’égard des Vénitiens en raison de leur amitié avec l’empereur lors de la dernière guerre. Il leur préfère le roi de France, considéré comme un ami sincère et dont les ambassadeurs sont tenus en haute estime. Cette réaction484 illustre la complexité des relations internationales de l’époque et l’attitude de l’Empire ottoman opposant volontiers les puissances chrétiennes les unes aux autres. Pour obtenir la paix, Venise devrait se soumettre à certains sacrifices. Le même jour, le drogman485 rappelle ces conditions dans sa lettre adressée au doge de Venise. Les négociations se poursuivant, un saufconduit486 est tout de même concédé entre le 21 et le 30 janvier. En mai 1540, Alvise Badoer assisté de son secrétaire Antonio Marzaruol vient à Constantinople pour négocier le traité487. Le traité de paix et les capitulations négociées par l’ambassadeur Alvise Badoer sont arrêtés le 2 octobre dont les chapitres488 sont arrêtés en octobre et tout est réglé en novembre. La Sérénissime signe ainsi un traité de paix stipulant la cession de Malvasia, Naples de Roumanie et le versement d’un tribut de 300 000 ducats. Différents documents d’archives renseignent sur les mesures489 prises pour mettre en application le traité passé entre Venise et la Porte. Le texte du traité fut envoyé le 12 novembre.

182En Italie cependant, François Ier et Charles Quint se disputent Milan, quand l’empereur décide d’en donner l’investiture à son fils Philippe en octobre, offrant une nouvelle illustration de la situation délicate des puissances entre l’Empire ottoman et l’Empire Habsbourg.

  • 490 Pujeau, 2011 b, p. 39-56.
  • 491 Tallon, 1997.

183Or, l’affaire Rincone-Fregoso490 révèle la position du royaume de France. C’est l’époque des confrontations guerrières et également diplomatiques avec un développement des relations internationales tant en Italie à la cour pontificale par exemple, que dans le royaume de France sous l’impulsion de François Ier491. Le royaume de Hongrie se retrouve au cœur de conflits déterminants. À la suite de la mort de Louis II Jagellon lors de la bataille de Mohács du 29 août 1526, Ferdinand de Habsbourg, frère de l’empereur Charles Quint, est élu roi de Bohème et de Hongrie. Mais peu de temps après sa victoire, Soliman reçoit en audience les nobles de Hongrie et leur promet de leur donner pour roi Jean Zapolya, le voïvode de Transylvanie. Or, des traités antérieurs donnaient le trône de Hongrie à l’archiduc Ferdinand, Charles Quint lui ayant cédé la souveraineté de ce royaume et celle de l’Autriche par des actes passés aux diètes de Worms le 28 avril 1521, de Bruxelles le 18 mars 1522 et de Presbourg en novembre 1526 le désignant comme seul roi légitime et Zapolya comme un usurpateur. Mais ce dernier se marie en 1539, a un enfant et occupe le trône jusqu’à sa mort le 21 juillet 1540. Son fils est couronné à son tour et placé sous la protection de Soliman.

  • 492 La lettre de créance de Lasczky est datée du 8 septembre 1539, Archives de la Maison d’Autriche.
  • 493 Setton, 1984, vol. III, p. 456-462.

184Le royaume de France doit alors renégocier la trêve établie avec les Turcs en 1537 avant la grande expédition devant conduire des troupes chrétiennes unies à la Préveza pour libérer ces territoires anciennement chrétiens et gagner ensuite la Terre sainte. Cette mission délicate est confiée à Antonio Rincone et Cesare Fregoso. Le premier est un Espagnol servant le royaume de France, très apprécié du sultan ottoman Soliman. Cesare Fregoso, fils aîné de Janus II doge de Gênes a été banni par Venise en 1536 pour s’être porté au secours du roi contre l’empereur, mais l’interdiction a été vite levée. Marié à la sœur du condottiere Guido Rangone, c’est lui qui doit assurer la sécurité de la mission. Si le Grand Turc obtenait la paix avec le royaume de France et Venise, il pourrait ainsi se tourner contre l’empereur ou poursuivre librement ses ambitions sur la Hongrie. Or, Ferdinand le roi des Romains, compte pour sa part occuper le trône hongrois. Tout en faisant des préparatifs de guerre, il envoie auprès de Soliman un ambassadeur, Jérôme Lasczky492, palatin de Siradie, accompagné par Andronicus Tranquillus qui avait quitté comme lui le service du voïvode Zapolya. Mais Lasczky est emprisonné par le Turc. Ferdinand lance une attaque, mais les Allemands sont repoussés et le 30 juillet Soliman remporte la victoire de Buda alors que la Diète de Ratisbonne s’efforce d’instaurer une certaine entente entre catholiques et protestants. Pourtant, Ferdinand ne renonce pas à son projet de reprendre la ville et Charles Quint, encore sur l’élan du succès de Tunis, est résolu à lancer une nouvelle expédition contre les Turcs. Ainsi, en octobre débute l’entreprise malheureuse d’Alger, contre l’avis de tous. Les échanges de correspondances et plusieurs documents d’archives permettent d’apprécier les mécanismes à l’œuvre entre différentes puissances de l’époque à l’occasion de cette affaire493.

185Cette reconstitution s’appuie sur la confrontation de différentes sources apportant de précieux éclairages. La difficulté majeure de cette affaire consiste en l’établissement des faits et la diffusion de l’information. Parmi les différents intervenants, on compte ceux qui ont été impliqués plus ou moins directement dans les faits, leurs contacts qui ont averti de leur sort et se sont efforcés de trouver des explications et les différents représentants des puissances intéressées par cette affaire, à savoir le royaume de France, l’empire de Charles Quint, la papauté, Venise et l’Empire ottoman. La correspondance des nonces de France est particulièrement riche d’informations, car l’envoyé pontifical rassemble dans ses courriers tout ce qu’il parvient à apprendre non seulement auprès des autorités du royaume de France mais aussi auprès des représentants des autres puissances comme l’empire ou Venise. D’autres sources s’y ajoutent et permettent de prendre la mesure de l’avancement de la connaissance des événements sous des éclairages variés, tout en appréciant les agissements des différents intervenants ou leurs tentatives, car en plus de fournir des informations, les correspondances représentent un véritable moyen d’action.

  • 494 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farnesiane, 252, f. 2, lettre de Hieronimo Dandino, nonce de Fr (...)

186Les diplomates contemporains se montrent très intéressés par la mission de Rincone auprès du Turc. C’est ainsi que le 18 mars 1541494, le nonce Dandino rapporte au cardinal Farnèse à Rome les informations obtenues auprès de Rincone en personne, revenu de chez le Turc en rapportant son analyse : Soliman n’aurait pas l’intention de s’en prendre à quelque terre d’Italie que ce soit. Un secrétaire et interprète envoyé par le Grand Turc l’accompagne afin de connaître précisément les propos du roi pendant les entretiens. Il était question de procéder de la même manière que le sultan l’avait fait lors de la venue de Rincone. En effet, Soliman s’était adressé à lui en personne et non, comme à son ordinaire, par l’intermédiaire de ses pachas. Pourtant, la situation n’est cependant pas simple dans les négociations comme le commente Dandino :

  • 495 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farnesiane, 252, f. 2.

Afin de pouvoir sauver la chèvre et le chou, c’est-à-dire ne pas perdre l’amitié du Turc puisqu’il ne veut pas avoir celle de l’empereur et ne pas se montrer infâme aux yeux de Dieu et du monde, et comptant que le moment de renvoyer la réponse à ce sujet se rapprochait déjà des trois lunes sur les cinq qu’avait Rincone pour revenir495.

  • 496 Dandino le signalait le 9 mai, Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 153 v., lettre du nonce Dandino a (...)

187Il est d’ailleurs entendu que Rincone retourne auprès du Turc et la date du départ, absente des lettres des nonces, intéresse notamment l’ambassadeur impérial496 qui n’hésite pas à s’en ouvrir au roi, sans succès. Le roi lui aurait répondu qu’il ignorait encore le jour du départ mais qu’il l’avertirait comme on l’avait avisé du départ de Lasczky envoyé à Constantinople au nom du roi des Romains. Des précisions sur la mission sont contenues dans l’Histoire de son temps de Giovio se montrant toujours bien informé :

Antonio Rincone, l’ambassadeur du roi François auprès du sultan Soliman, était resté quelques années à Constantinople […] et renvoyé par le Turc quelques mois avant, il était venu trouver le roi, Cesare Fregoso l’accompagnant avec des cavaliers afin que traversant la province de Bergame et la

  • 497 Giovio, 1554, t. II, fol. 268.

188Valteline pour se rendre à Coira des Grisons (Chur), ils ne soient pas attaqués par tromperie par les impériaux. Alors, ayant reçu une nouvelle commission du roi, qui consistait en confirmer l’amitié, voulant retourner à Constantinople et ayant passé le Mont-Cenis, ils étaient descendus dans la campagne de Turin entre les places fortes françaises pour se rendre à Venise et ensuite, grâce à une navigation extrêmement sûre, passer en Albanie497.

30. Attaque de bateaux depuis les berges d’un fleuve Rotta facta…, Ferrare, xvie siècle

  • 498 Giovio, 1554, t. II, fol. 268.

189Pourtant, tout ne se déroule pas comme prévu, si l’on en croit les sources, car Rincone compte se déplacer en bateau. Les raisons auraient été médicales : Rincone était très gros et souffrait alors du cou et des épaules et pour cette raison afin de se reposer, il se serait fait porter sur un brancard et transporter sur le Pô sur une barque. Par une excellente intuition, Fregoso redoute de se retrouver à la merci des Espagnols malgré la trêve connue publiquement, en traversant le territoire impérial. Il préférerait revenir par les mêmes montagnes escarpées des Grisons, ou chevaucher de nuit498 vers Piacenza. Mais l’obstination de Rincone l’emporte malheureusement sur sa sagesse, et le 3 juillet Cesare Fregoso et Rincone se déplaçant sur le Pô à bord d’une petite barque à quatre rames sont attaqués aux environs de Pavie par une plus grosse barque de dix rames dissimulée par des feuillages et remplie d’hommes armés.

  • 499 Paris, Archives Affaires étrangères, Correspondance politique, Venise, 2, fol. 197 verso.
  • 500 Paris, Archives Affaires étrangères, Correspondance politique, Venise, 2, fol. 201verso-202.
  • 501 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 256.

190Dès lors, une grande confusion règne dans les sources. Le sort des envoyés royaux suscite un échange abondant de missives de toutes sortes autour de cette « affaire ». Il semble que la nouvelle soit connue dès le 4 juillet, le gouverneur de Piacenza écrivant plusieurs lettres à ce sujet. Guillaume Pellicier, ambassadeur de France à Venise entre 1540 et 1542, fournit de nombreux documents au cardinal Georges d’Armagnac à ce propos dès le 9 juillet499. Il s’agirait de la relation du secrétaire et du valet de chambre de Rincone, un mémoire de Langey sur le guet-apens et des avertissements sur la fausseté de la version du marquis del Vasto, indubitablement impliqué dans l’affaire. L’information, reprise plus tard dans une autre lettre de Pellicier du 23 signalant l’action du cardinal d’Armagnac avec de nouvelles précisions, est immédiatement relayée par Monseigneur de Rodez le 16 juillet500. Le même jour Farnèse transmet l’information501 à son nonce en France, Capodiferro. À cette date, la nouvelle a donc théoriquement atteint le royaume de France. Pourtant, et c’est un des éléments intéressants de l’affaire, la reconnaissance officielle tarde.

  • 502 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 5.
  • 503 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 7. Cette lettre fut reçue le 6 août.

191Le 16 juillet502, Capodiferro écrit au cardinal Farnèse depuis Issoudun vouloir s’enquérir auprès du roi de la façon dont il supporte la capture de Rincone et Fregoso. Le secrétaire du nonce écrit depuis Cérilli au cardinal Farnèse pour lui annoncer le départ subit du roi et signaler que monseigneur Langey a écrit au roi que Cesare Fregoso lui avait laissé toutes ses lettres « dubitando di quello gli avenne », qu’il avait adressé ces mêmes lettres à Venise et qu’il savait qu’elles étaient arrivées, mais le 23503 le roi chasse le cerf ! Le 6 août, François Ier ignorerait encore le sort de ses envoyés, selon le nonce :

  • 504 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 11 et 21 ; N. F. Ia, fol. 261. Lettre du nonce Capodifer (...)

Il se montrerait de bonne volonté si l’empereur lui restituait ses prisonniers et lui offrait toutes les satisfactions du monde pour ne pas rompre avec lui ; mais pour le cas où l’empereur penserait ou voudrait nuire à l’état et à l’honneur de sa Sainteté et du siège Apostolique, [lui] il se trouverait pour en découdre [avec lui] et se préparer à la guerre et disposer son État ainsi que sa personne et tout ce qu’il possède au monde, et de cette façon, je vous [en] fais la promesse de la part de sa Majesté, il me l’a prescrit avec très grand zèle et répété à deux reprises504.

  • 505 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 11 et 21.

192Cependant, le roi semble encore vouloir s’informer de la situation de Rincone et Fregoso et pour cela, il dépêche un gentilhomme qui n’est toujours pas revenu le 6 août comme Capodiferro le signale au cardinal Farnèse dans sa lettre505. Or, deux lettres de l’empereur parviennent à la cour assurant que ces événements se seraient produits à son insu et que le marquis del Vasto n’y serait pour rien non plus. L’intervention de l’empereur révèle néanmoins une autre partie de l’affaire : la question de l’implication impériale.

193Les allégations de Charles Quint ne parviennent pas à convaincre le roi s’étonnant au contraire de la dénégation d’un fait pourtant connu dans tout l’état de Milan. En réponse à un tel procédé, il annonce même sa volonté d’obtenir un procès public pour venger cette injure, cachant peut-être ainsi l’étroitesse de marge de manœuvre du royaume de France. L’affaire prend des proportions internationales lourdes de menaces potentielles. Mais moins qu’un conflit ouvert que ne pourrait soutenir le royaume, cette affaire justifie une nouvelle ligne diplomatique. La première mesure touche ainsi l’évêque de Liège, honorablement traité jusque-là, auquel le roi menace de réserver le même traitement qu’à Fregoso et Rincone.

194Usant de la même justification, François Ier refuse de se rendre au concile de Ratisbonne, alors que le pape voulait l’y convier, tant qu’il n’obtiendra pas une paix parfaite. Il menace même de déclencher la guerre si on ne lui restitue pas Rincone et Fregoso. Des troupes se prépareraient déjà. Paroles en lieu de faits !

  • 506 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 39 et 42 et Principi 14a, fol. 202.
  • 507 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 39 et 42 et Principi 14a, fol. 202.

195Mais l’empereur réagit tout de même. Pour repousser cette menace ou brouiller les cartes, le camp impérial prend position dans l’affaire et le 14 août comme l’explique une lettre de Capodiferro à Farnèse depuis Moulins506, Charles de Cossé seigneur de Brissac censé apporter à la cour des nouvelles des prisonniers, se fait le porte-voix de l’empereur, rapportant que ce dernier lui a assuré qu’il ne savait rien et ne pouvait croire que cela était l’œuvre de ses hommes. En outre, il promettait que dès qu’il serait en Italie, il ferait mener une enquête pour satisfaire le roi et disait écrire au marquis del Vasto de communiquer tout ce qu’il savait à Monsieur de Brissac. Le 20 août507, Capodiferro transmet ainsi au cardinal Farnèse les seules informations que le marquis del Vasto déclare être parvenu à recueillir : « Il n’avait rien pu apprendre d’autre que [le fait que] deux Espagnols qui se trouvaient au château de Pavie partirent le dimanche suivant celui-là et qu’on ne les a pas revus depuis. » Il mentionne aussi leur possible échange avec l’évêque de Liège et remarque : « Je ne crois pas cependant qu’il [le roi] entreprenne aucune campagne cette année, si ce n’est pour maintenir l’empereur en dépenses et jalousie en restant à voir ce que fera le Turc, comme d’autres fois, je l’ai dit. » Ces atermoiements n’éclairent en rien la situation.

  • 508 Capodiferro le notait le 21 août. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6532, fol. 188 et 6531, fol. 35. (...)

196Cependant, un nouvel élément apporte un soulagement508 à la cour de France retirant une menace pour les affaires internationales : les lettres dont Rincone et Fregoso étaient porteurs pour Soliman ne sont pas tombées aux mains de l’empereur. Certains récits non contents des rebondissements de cette affaire suggèrent que les envoyés auraient été substitués par des agents de l’empereur et chargés de missives au contenu opposé aux textes originaux. Or, l’hypothèse ne peut tenir, car Soliman connaissant personnellement Rincone n’aurait pas pu être abusé par un tel subterfuge. En fait, les dépêches semblent avoir été confiées avant l’embuscade à Guillaume du Bellay-Langey, gouverneur du Piémont. Redoutant qu’ils ne tombent dans une embuscade sur leur route, Bellay-Langey a essayé de les convaincre de renoncer à leur projet d’utiliser la voie fluviale pour leur voyage, en vain. Mais il serait parvenu à se faire confier leurs documents.

  • 509 Capodiferro le signalait à Farnèse le 1er septembre. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 48, (...)

197Cette affaire a eu de multiples conséquences, dont la venue de Soliman en Hongrie et la forte dégradation des relations entre Charles Quint et François Ier509, ce dernier toujours dans l’ignorance du sort de ses envoyés. S’appuyant peut-être sur cette justification, le roi abandonne purement et simplement certains de ses projets. Avant la capture de Fregoso et Rincone, il comptait envoyer les cardinaux d’Este et de Tournon rencontrer l’empereur, mais depuis, il refuse, évoquant des questions d’honneur et de danger pour ces deux seigneurs ainsi exposés. Le pape est même sollicité comme arbitre. De son côté, l’empereur se plaint de l’envoi de Rincone et Fregoso auprès Soliman, laissant entendre qu’il connaîtrait les instructions données à Rincone alors que le roi accuse Charles Quint et Ferdinand d’être à l’origine de la venue du Grand Turc, comme Capodiferro le rapporte :

  • 510 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 48.

Ils l’ont fait venir de force en voulant occuper et tyranniser le royaume de Hongrie, sachant que cela ne lui semble pas raisonnable et ils agissent comme le fauconnier qui avec l’appât à la main appelle le faucon, mais il aura été mal appelé par ceux-là, j’apprends que déjà les hommes du Roi des Romains, qui se trouvaient à Buda, ont été mis en pièces510.

198Loin d’apaiser la situation, cela génère de nouvelles craintes. On redoute que le sort de Rincone et Fregoso ne soit délaissé si le souverain pontife demande la liberté de l’évêque de Liège sans exiger celle des deux envoyés et s’il prend le parti de l’empereur.

  • 511 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 754, fol. 316. Lettre du nonce Dandino au cardinal (...)

199Sans obtenir de nouveaux éclaircissements, des hypothèses sur ce qui aurait pu se produire en cas d’accomplissement de la mission commencent à apparaître dans les correspondances. Ces évocations révèlent l’importance de la mission confiée à Rincone511, comme l’expose le roi pris d’une immense colère « que Milan ne suffirait pas à apaiser » envers Charles et Ferdinand :

  • 512 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 754, fol. 316

Il me dit que si Rincone avait été sauvé, le Turc ne se serait peut-être pas approché autant, au moins pour ce que valait sa parole et son autorité, parce que la mission de Rincone devait le porter à se conduire différemment que de venir aussi près512.

200Dès lors, le roi revient à diverses reprises sur ce qui aurait pu se produire si Rincone avait pu achever sa mission. Le 28 septembre, Dandino s’en fait ainsi l’écho auprès de Farnèse :

  • 513 Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 165, depuis Lyon.

Et le roi dit que Sa Sainteté pouvait être assurée que si Rincone était passé avant, le Turc ne serait pas venu en Hongrie parce qu’il l’envoyait justement pour l’en dissuader, le connaissant bien, […] si le roi des Romains d’un côté et l’empereur de l’autre ont voulu tirer les cheveux du Turc pour s’emparer de ce royaume qui a une telle importance, comme Sa Sainteté le dit très prudemment, on ne peut rien faire d’autre, si ce n’est souffrir pour l’intérêt de la Chrétienté, de la foi et de la religion513.

  • 514 Cette lettre est mentionnée par Capodiferro dans sa missive du 30 octobre adressée au cardinal Far (...)

201Il revient aussi sur les mesures à apporter et compte toujours obtenir un procès pour la capture de Fregoso et Rincone. Or, ce même jour le sort des envoyés est enfin connu officiellement. Une lettre venue de Rome et datée du 14 octobre514, montrée au roi aussitôt arrivée à la cour, mentionne des témoignages, auxquels le pape n’aurait pourtant pas accordé crédit, au sujet de l’identification de la main de Fregoso et de la tête de Rincone. La mort des deux envoyés ne paraît plus faire de doute.

202Dans le récit de l’Histoire de son temps, Giovio reconstitue même la façon dont cela se serait produit :

  • 515 Giovio, 1554, t. II, fol. 268 verso.

C’est pourquoi apprenant par leurs espions leur navigation, les Espagnols s’étaient embusqués diligemment sur terre et sur le fleuve ; étant arrivés au milieu de la journée à la bouche du Tessin, ils furent pris par le milieu et fauchés par quelques chalands armés, lesquels couverts de branchages étaient sortis en un instant d’où ils étaient cachés. Le capitaine Boniforte mourut avec Fregoso, et le comte Camillo da Sessa, lieutenant de la troupe de Fregoso, fut sauvé et afin qu’assurément ne soit pas diffusée la nouvelle de ces meurtres, il fut conduit avec tous les bateliers à Crémone et mis en prison au château. L’autre barque où se trouvaient les compagnons avec les lettres et beaucoup d’argent, n’étant pas touchée, les ennemis étant occupés, se sauva facilement sur l’autre rive. Ensuite les passagers et les bateliers faisant le chemin par la terre en se cachant dans les bois gagnèrent Piacenza avec la nouvelle de ce qui s’était produit. Deux mois après cela, les bateliers sortis de prison montrèrent les corps à moitié enterrés, déchirés par les bêtes sauvages et endommagés par le Pô et le Tessin. La main de Fregoso à laquelle il manquait un doigt d’une ancienne blessure fut facilement reconnue, et pour représenter l’injure, elle fut retirée du corps, mise dans un petit sac et portée au roi François515.

  • 516 Giovio, 1554, t. II, fol. 268 verso.

203Cependant, Giovio prenant quelques distances avec la reconstitution des faits ajoute la remarque : « Moi je sais que les Français, avec une suspicion raisonnable, ne crurent pas que ces derniers furent tués aussitôt, mais qu’ils furent d’abord fouillés et torturés pour en tirer les secrets de l’ambassade516. »

  • 517 Lettre du nonce au cardinal Farnèse du 27 décembre depuis Fontainebleau. Archives vaticanes, AA I- (...)

204Cette affaire déclenche de vives réactions. Une grande haine se lève ainsi contre le marquis del Vasto, gouverneur de la Lombardie, lieu de l’embuscade. On lui impute alors la rupture de la trêve conclue à Nice qui durait pourtant depuis neuf ans. Même si cet acte abominable contredit sa nature connue pour être généreuse, il est dès lors perçu comme un homme sanguinaire, faisant fi de son honneur pour s’attirer la faveur impériale, ce dont il se défend cependant avec grande vigueur. Si la mort de Fregoso, considéré comme courageux et vaillant, paraît injuste, certains en viennent à penser que Rincone a peut-être mérité son sort, car son ambassade auprès des Turcs, disait-on, devait les exciter contre les chrétiens en découvrant les projets de l’empereur. Cependant, cette perception semble contredite par l’attitude du nouvel ambassadeur de France517, le capitaine Paulin. Certes, il fait partager au Turc son ressentiment contre l’empereur au sujet de la mort de Rincone et de Fregoso, mais il a une action apaisante en obtenant du Grand Turc qu’il laisse en paix le fils du roi Jean de Hongrie pour qu’il ne soit pas poussé à se tourner du côté de l’empereur ou du roi des Romains. Il obtient également des Turcs, décidés à se renforcer sur terre et sur mer de respecter les amis de la France. Enfin, pour l’expédition de Charles Quint à Alger, sans rien entreprendre, il se borne à espérer qu’elle tourne mal et que Charles Quint fasse naufrage.

  • 518 Lettre au cardinal Farnèse du 1er décembre. Archives vaticanes, Principi 12, fol. 307.

205La situation reste tendue entre François Ier et l’empereur. Niccolò Ardinghello518, envoyé en mission le 10 novembre 1541 auprès de François Ier pour négocier la paix et sa participation au concile, mentionne les problèmes existant autour de la paix entre le roi de France et l’empereur toujours en raison du cas Fregoso-Rincone. Maintenant, toute réparation par l’empereur est rendue impossible par la mort des deux hommes, mais selon le pape, ne rien faire serait assurément courir à la guerre. On craint aussi que les Turcs ne s’allient avec les Français, mais il est impossible d’exiger de l’empereur qu’il cède Milan pour adoucir le roi. François Ier n’incrimine pas officiellement l’empereur au sujet du sort de Fregoso et de Rincone, il se ménage peut-être ainsi une raison honorable pour ne pas être contraint d’agir. Cependant, même s’il ne compte pas lui déclarer la guerre, il promet de se défendre en cas d’attaque, en précisant que s’il avait voulu lier ses armes à celles des Turcs, il aurait profité de l’expédition d’Alger pour le faire. Or, n’ayant rien tenté à cette occasion, cela devrait être la preuve de sa bonne foi.

  • 519 Il en est question dans la longue lettre de Capodiferro à Farnèse envoyée depuis Paris le 23 janvi (...)
  • 520 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 106 et N. F. Ia, fol. 290.

206Même si le roi tergiverse, en janvier 1542, il ne semble toujours pas apaisé au sujet du sort de Rincone et Fregoso et son ressentiment à l’égard de del Vasto ne diminue pas, comme en atteste sa défaveur pour son fils519. La suite révèle comment la conduite de François Ier est conditionnée par la nécessité d’obtenir satisfaction au sujet de cette affaire. Le 3 février520, Capodiferro informe le cardinal Farnèse que si le roi n’a voulu en aucun cas créer des empêchements à l’empereur dans son expédition d’Alger alors qu’il souffrait encore des « offenses fraîches de Rincone et Fregoso », il sera contraint d’agir si l’empereur ne lui en rend pas justice et cela pourrait avoir des conséquences sur la solidité de la trêve entre eux. Cependant, il n’agira jamais contre la chrétienté.

  • 521 Lettre du cardinal Farnèse à Capodiferro du 4 mars depuis Rome. Archives vaticanes, Principi 14, f (...)
  • 522 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 294, lettre de Capodiferro à Farnèse depuis Cluny le 17 avril, (...)
  • 523 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 294.

207Le pape tente d’intervenir pour régler le différend521, comprenant la réaction du roi au sujet de l’affaire Rincone-Fregoso, mais estimant qu’il ne se comporte cependant pas bien en restant dans l’amitié du Turc. Mais la volonté d’obtenir réparation pousse le roi à des attitudes extrêmes522 : on mentionne différentes missives dans lesquelles le roi aurait écrit au pape et dit à ses agents : « Si l’empereur ne lui rendait pas justice au sujet de Cesare et Rincone, qu’il appellerait son cher cousin, le Grand Turc, avec l’aide duquel il fera en sorte que l’empereur s’en repente523. »

  • 524 Lettre de Capodiferro à Farnèse du 24 juillet depuis Dijon. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, f (...)
  • 525 Le cardinal Sadoleto est le nouveau légat, nommé le 16 août 1542. Archives vaticanes, Nunz. German (...)
  • 526 Lettre à Farnèse Archives vaticanes, Principi 12, fol. 37.
  • 527 Lettre à Farnèse du 18 juillet 1543, Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 728 détruit r (...)

208Le cas Fregoso-Rincone est de nouveau évoqué par le roi le 24 juillet 1542524 : une trêve ne saurait être établie sans prendre en considération le règlement de cette offense. Dès lors cependant, la faute semble être moins l’affaire de la justice qu’une question d’honneur. La position royale évoluant sur ce sujet, le roi se réfère à la mort de Rincone et Fregoso525 pour pouvoir menacer de s’allier avec les Turcs, par chantage diplomatique. Mais il semble davantage chercher un accord d’après le cardinal portugais Miguel de Sylva, évêque de Viseu nommé légat en remplacement du cardinal Contarini auprès de l’empereur au sujet de la paix. Ayant échoué dans sa mission, retournant en Espagne en octobre 1542, il passe à Montpellier où il rencontre François Ier et le 4 octobre il écrit une lettre depuis Barbastro en Catalogne au cardinal Farnèse526 et déplore que les événements aient évolué ainsi. Il se plaît encore à imaginer que si Rincone avait pu porter son message, jamais le Turc ne serait venu aussi près. Pourtant, le nonce Dandino527 relativise les conséquences de ces meurtres en remarquant que l’empereur en faisant assassiner Fregoso et Rincone n’aurait selon lui rien empêché ou induit.

209Ainsi, l’affaire Rincone-Fregoso a mis en lumière les tensions existant entre l’empire de Charles Quint et le royaume de France, et la fragilité des accords censés réglementer leurs relations. François Ier est contraint de faire un choix entre l’Empire Habsbourg dont les tentatives de conquête ne semblent jamais vouloir cesser, même s’il est chrétien comme lui et doit théoriquement se soumettre à l’autorité pontificale, et l’Empire ottoman de Soliman faisant office de contrepoids et apparaissant comme une réalité lointaine et peu menaçante pour l’intégrité de son propre territoire. La trêve conclue avec Soliman en 1537 a permis à François Ier d’obtenir un appui puissant contre Charles Quint décidé à reprendre les territoires qu’il considère devoir lui appartenir en France. De pareilles alliances avec les Ottomans se reproduisent (le siège de Nice), il ne s’agit pas d’une attaque turque ou d’une alliance d’invasion mais d’une libération de terres françaises, un acte de défense, une mise en échec des projets impériaux.

210Cette affaire confirme ouvertement la faiblesse d’unité du camp chrétien : l’immunité des envoyés français n’a pas été respectée. Des chrétiens ont tendu une embuscade à d’autres chrétiens. Il ne s’agit en aucune façon d’une opposition confessionnelle relevant des guerres de Religion. Il s’agissait d’empêcher une ambassade auprès de l’ennemi turc. Cependant, les conséquences n’apportent guère la paix pour le camp chrétien en provoquant une opposition armée fratricide.

  • 528 Lettre Carpi à Ricalcato du 18 février 1537, Parme, Archivio di Stato, Francia 7/2.
  • 529 Lettre de Carpi à Ricalcato du 17 mars 1537, Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 73 verso.

211L’Empire ottoman joue le rôle d’un repoussoir dans cette affaire, comme le remarquait le nonce au sujet de la venue de l’eunuque du Grand Turc, devant servir d’épouvantail528. L’embuscade fatale n’aurait été tendue que pour empêcher l’alliance entre le royaume de France et l’Empire turc. Or, une telle trêve est révélatrice de la politique de Soliman. S’inspirant sûrement de la méthode employée dans l’Antiquité par Philippe de Macédoine en Grèce, se glissant dans les inimitiés entre les cités-États se déchirant constamment entre elles, il tente de se faire l’allié de l’une pour mieux conquérir l’autre, dans le but d’agrandir son propre empire. Toutefois, malgré ses efforts, l’intérêt de la chrétienté semble être parvenu à ressurgir dans les consciences pour permettre aux chrétiens de s’unir contre l’ennemi commun aux moments les plus périlleux. Ainsi, François Ier assure au nonce de France en 1537 que si le Saint-Siège était menacé par les Turcs, aucune trêve ne tiendrait et qu’il accomplirait son devoir de chrétien529.

212Une autre puissance apparaît dans cette affaire : Venise. S’efforçant d’observer une certaine neutralité entre tous les partis durant ces événements, elle permet cependant aux informations de circuler et ainsi de faire éclater la vérité. Outre son formidable réseau de renseignement, Venise se retrouve au cœur des élaborations tactiques de l’époque en raison de sa puissance navale. Possédant une force navale de tout premier plan, même si son influence décrut grandement au début du xvie siècle, elle n’en demeurait pas moins essentielle pour tout projet d’expédition navale. C’est pourquoi dans les préparatifs de chaque campagne, il fallait se concilier l’appui de la flotte vénitienne, comme lors de l’hiver 1537. Conscient de cette importance, le Grand Turc s’efforça de bénéficier de sa puissance maritime en multipliant les ambassades. En effet, si Soliman avait pu s’associer avec la marine vénitienne, la victoire lui aurait été assurée. Mais Venise ne céda jamais, car en contractant une alliance pareille, elle se serait définitivement coupée du bloc chrétien. Pourtant, les Turcs ne renoncèrent pas et même s’ils ne parvinrent pas à attirer Venise dans leurs rangs, ils réussirent périodiquement à s’assurer de sa neutralité, ce qui représentait un point considérable : si Venise n’était pas avec les Turcs, du moins elle ne serait pas contre eux. La République de Venise dont une grande partie des possessions ultramarines se trouvaient tout près de l’Empire ottoman avait tout intérêt à s’assurer de l’amitié de ce puissant voisin capable de fondre avec facilité sur ses possessions.

  • 530 Archivio di Stato de Venise, Documenti Turchi, Busta 4, document 455, lettre du 12-26 février 1541 (...)

213La complexité des relations internationales est particulièrement bien illustrée par ce qui se produit juste avant que n’éclate l’affaire Rincone-Fregoso, en 1541. On trouve aux archives de Venise une lettre de Soliman530 adressée au doge Pietro Lando. Le sultan y mentionne la confirmation du traité de paix avec le roi de France et la concession de la paix avec Venise, indiquant ainsi la position de Venise dans l’échec des relations internationales. Mais dans la même lettre, il fait le reproche à la Sérénissime de la situation dans laquelle elle se trouve : ayant renoncé à son alliance avec François Ier, Venise paraît s’apprêter à apporter son aide à l’empereur Charles Quint et au roi des Romains Ferdinand, et cela n’est pas convenable de l’avis du sultan. Voici un parfait exemple de la complexité des rapports internationaux et des situations délicates de certains états. Maintenir de bonnes relations avec l’Empire ottoman n’était cependant pas le propre de Venise ou de la France. L’année même de la campagne de la Préveza, en 1538, la République de Florence dépêcha une ambassade auprès de Soliman pour lui offrir de riches présents.

  • 531 L’édition de la Correspondance de Charles-Quint et d’Adrien VI, 1859, en est très révélatrice.

214D’un autre côté, cet épisode met en lumière une mauvaise foi consommée dans la transmission des nouvelles. On retrouve ici l’attitude qui a déjà été celle de Charles Quint lors du siège de Rhodes en 1522531. En effet, à l’époque, alors que le pape Adrien VI s’efforce d’attirer son attention sur le sort malheureux des chevaliers de Saint-Jean ne pouvant plus résister au siège imposé par Soliman, l’empereur allègue des retards de courriers qui ne se résolvent fortuitement qu’après la reddition des chevaliers, ce que l’empereur semble encore ignorer dans ses courriers du début 1523, et il offre ainsi, alors que tout est perdu, d’apporter enfin son secours. Semblable situation semble se répéter à l’occasion de l’affaire Rincone-Fregoso. De nouveau, Charles Quint ignore tout des événements et ne peut croire que ses hommes puissent être en quelque manière responsables. Nier toute implication lui permet commodément d’échapper à la vindicte de François Ier.

  • 532 Archives des Affaires étrangères, Cor. Pol., Venise, 2, fol. 197 verso et d’autres détails sur les (...)

215Si l’attitude de l’empereur se comprend dans l’optique d’éviter l’ire française, celle du roi de France paraît moins compréhensible. En effet, diverses sources engagent à penser que François Ier est averti relativement rapidement et avec certitude du sort de ses envoyés, et pourtant il déclare l’ignorer pendant de longs mois ! Le gouverneur du Piémont, du Bellay-Langey, se fait confier les dépêches et les lettres de créances des deux envoyés du roi de France et il se plaint de leur sort presque immédiatement auprès du marquis del Vasto. Ce dernier minimise l’affaire en parlant de « brigandage privé ». Le gouverneur feint de le croire dans un premier temps, afin de pouvoir accumuler en secret, par l’entremise de ses espions, des preuves de sa culpabilité. Même si l’ambassadeur Pellicier n’est officiellement informé par Rome de l’assassinat de Rincone et Fregoso que le 16 juillet (il n’avise le roi de France qu’après le 22 juillet dans une lettre connue du roi seulement le 29 juillet), il rétablit la vérité dès le 9 juillet532. Langey a ainsi découvert que des soldats de la garnison de Pavie sont restés embusqués durant trois jours avant d’accomplir leur forfait. Il envoie donc au roi de France une relation détaillée de l’attentat. Pourtant, malgré ses diverses réclamations pour obtenir justice de ce crime, François Ier ne semble pas s’être appuyé sur un tel document, laissant toujours planer une part d’incertitude. Est-ce pour ne pas avoir à prendre position de manière définitive ? Cela lui permet-il de faire durer négociations et démarches ? Ou pense-t-il ainsi éviter de se retrouver contraint de déclencher un conflit qu’il ne pourrait pas assumer ? Les lettres des nonces de France laissent entendre que les atermoiements du roi de France seraient liés à son incapacité matérielle à soutenir un conflit. D’un autre côté, l’affaire Rincone-Fregoso continue à être mentionnée dans les échanges diplomatiques de la France pour ne pas prêter secours à Charles Quint.

216Les conséquences de cette affaire varient suivant les sources. Ici, considéré comme un événement crucial qui serait à l’origine de la dernière guerre opposant François Ier à Charles Quint, ailleurs, cet acte serait loin d’avoir une telle importance. Si l’on considère la mission auprès de Soliman comme déterminante pour assurer une paix relative en Hongrie, il devient ainsi impossible d’arrêter Soliman. Et ce dernier s’empare de Buda et cause de multiples dommages à Ferdinand. Relier l’attentat contre les envoyés royaux et la prise de Buda en 1541 invite à interpréter la victoire ottomane comme faisant payer à Ferdinand le crime de son frère, de ce point de vue.

217L’affaire Rincone-Fregoso, en tant qu’attentat perpétré aux frontières du Milanais, révèle bien toute la complexité des relations internationales et la fragilité des accords de l’époque. Par ce biais, la confusion des rapports entre le royaume de France, l’Empire ottoman et l’empire de Charles Quint confirme bien la fin de la République chrétienne, constituée théoriquement par les pays désireux de s’opposer aux ennemis des chrétiens. Cette affaire illustre et signale particulièrement la situation compliquée dans laquelle se trouve le royaume de François Ier, interpellé à diverses reprises en raison de ses relations avec le Grand Turc.

218Les mécanismes mis au jour par l’étude de l’affaire Rincone-Fregoso permettent d’illustrer les méandres de la géopolitique de cette première moitié du xvie siècle entre Empire ottoman, royaume de France, papauté et empire de Charles Quint, révélant les lignes de faiblesse de l’idéal d’union de la République chrétienne et la complexité de la notion de frontière méditerranéenne.

219Dans les circonstances de l’époque, face aux problèmes d’union entre chrétiens, parmi les puissances pouvant prendre une part importante dans la lutte contre les Turcs pour la préservation de l’Europe, il semble bien que la République de Venise ait présenté des qualités à nulle autre pareille, aux yeux de Paolo Giovio, si l’on en croit ses écrits. En effet, Giovio ne semble pas se montrer très sensible à la situation de détresse du royaume de France face aux appétits de conquête de l’empereur Charles Quint, allant se trouver des alliés auprès du pire ennemi de la chrétienté, Soliman. Il n’accorde aucune circonstance atténuante pour une pareille attitude, alors que Venise bénéficie d’une plus grande bienveillance, même quand elle pactise avec les Turcs ! Il est vrai que les Français vont plus loin que Venise en joignant leurs troupes à celles du pirate Barberousse.

220Venise signe bien des traités de paix ou de neutralité, mais jamais ne devient l’alliée de l’ennemi de la chrétienté, et c’est très certainement cela qui fait toute la différence aux yeux de Paolo Giovio ! Il est indéniable que Venise bénéficie d’un traitement spécial dans l’œuvre de Giovio, il y a à cela des raisons personnelles mais aussi des raisons « stratégiques » qui rendent Venise unique et cruciale dans la question turque !

VENISE, L’ATOUT DÉCISIF

Paolo Giovio et Messer San Marco533

  • 533 Pujeau, 2011 c, p. 279-324.
  • 534 Volpati, 1934, p. 132-156. L’examen de cet article réalisé consécutivement à mes propres recherche (...)

221Il ne s’agit pas de reprendre ici l’article de Carlo Volpati Paolo Giovio e Venezia534 mais d’étudier en quoi les liens de Giovio avec la Sérénissime ont pu influer sur sa perception de la question turque, notamment. En tout premier lieu, ses liens avec Venise sont anciens.

  • 535 Giovio, 1956, p. 85.
  • 536 Castellesi da Corneto, 1534. Il s’agit d’une œuvre grammaticale de ce cardinal.

222Le 30 décembre 1514, Giovio désigne à Bartolomeo d’Alviano Marino Sanudo comme son contact pour lui transmettre ses informations. Son lien avec l’historien vénitien paraît également dans sa lettre autographe la plus ancienne conservée, en date du 15 décembre 1515 dans laquelle il déclare lui envoyer une « curieuse médaille d’argent peu compréhensible535 » et plus tard quand il arrivera à Rome, le texte latin Du discours latin et des façons de parler latin536.

  • 537 Giovio, 1956, p. 85.
  • 538 Giovio, 1956, p. 85.
  • 539 Lettere del Cinquecento, 1948, p. 135.
  • 540 « En 1509, une violente explosion dans le dépôt de poudre avait causé de graves dommages à l’encei (...)
  • 541 Norwich, 1987, p. 371.
  • 542 Giovio, 1956, p. 85.

223D’autres connaissances vénitiennes de Giovio se font jour comme la présence à Bologne (d’où est écrite la lettre) des envoyés de Venise, « qui par leur mine et réputation sont les deux plus belles paires d’ambassadeurs qui ne sortirent et ne sortiront jamais de Venise537 ». Il regrette également de ne pas avoir pu saluer Andrea Gritti : « Je voulais faire révérence à messire Andrea Gritti, mais ce ne fut pas possible à cause de l’agitation et des mouvements de foule538. » Il lui promet le récit de l’incendie de Venise en précisant : « Écrit dans le corps de l’Histoire afin qu’ils apprécient un peu mon style539. » Ferrero dit qu’il s’agit de l’incendie de l’Arsenal540 qui eut lieu lors de la Ligue de Cambrai. Le 14 mars 1509, « alors que le Maggior Consiglio était en réunion, le palais des Doges fut ébranlé par le souffle d’une formidable explosion. À plus de cinq cents mètres de là, à l’Arsenal, une étincelle venait de faire sauter la poudrière541 ». Malheureusement le récit de Giovio ne figure pas dans l’Histoire de son temps, car il devait appartenir aux textes qui disparurent lors du sac de Rome et l’incendie n’est pas non plus mentionné dans les épitomés. Enfin, Giovio fait allusion à un autre Vénitien, le noble Lorenzo da Lezze : « L’actuel légat a latere est monseigneur le protonotaire da Lezze, un homme lettré et un courtisan très discret542. » Cette lettre adressée à Sanudo atteste donc à plus d’un titre un lien bien marqué avec la Sérénissime.

31. Lettre autographe de Giovio à Sanudo, insérée dans les Diarii, It. VII, 249 (9236), fol. 226 v.-227
(Su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Biblioteca Nazionale Marciana. Divieto di riproduzione)

32. Le lion de Venise
Storia dell’armata della Signoria di Venezia, début xvie siècle

  • 543 Volpati, 1934, p. 133.
  • 544 Benzoni, 1994, p. 41-77 et en particulier p. 45.
  • 545 Benzoni, 1994, p. 48.

224Le premier contact avec Venise semble remonter à l’automne 1506 lorsqu’il est inscrit à l’université de Padoue. Volpati est du même avis. Il aurait été attiré par la réputation de la ville dans le domaine des lettres et en particulier des études grecques543. Si Venise représente le centre de l’État, sa capitale avec pour siège du pouvoir le palais des Doges, Padoue avec le Bo est le siège de l’université. Pour Benzoni, « Ferrare est la cité-cour, Padoue est la cité-université544 ». Or, Padoue appartient au stato da terra de Venise et constitue « l’unique université […] présente nello stato marciano545 ». Le corps enseignant se trouve clairement séparé de la classe dirigeante, Padoue se spécialisant dans l’instruction garantissant ainsi la « qualité et le sérieux du Studio » et le recrutement des meilleurs enseignants assurant le prestige de cette université.

  • 546 Travi se réfère à la deuxième partie du Dialogo dell’imprese militari et amorose di Monsignor Giov (...)
  • 547 Benedetto Giovio, 1982, p. 257.
  • 548 Giovio, 1546, fol. 37 verso.

225La nature des études de Giovio éclaire sur le choix de Padoue. Il écrit lui-même qu’il obtint deux laurea : « Étant revenu enfin dans ma patrie paré de l’honneur d’une double laurea546. » Laurea, « couronne de laurier », est une métonymie pour rendre le grade universitaire désigné encore aujourd’hui en Italie par laurea et correspondant à l’époque de Giovio au « couronnement des études ». Son frère Benedetto précise : « Non seulement paré des lauriers de la philosophie et de la médecine, mais aussi parfaitement connaisseur des lettres humaines et de l’élégance latine547. » Ernesto Travi déduit de ces informations que Giovio a dû suivre les cours de Giano Parrasio entre 1501 et 1506, date du départ de Parrasio. Or, ces années correspondraient à une épidémie de peste touchant Pavie, expliquant la venue de Giovio à l’automne 1506 à Padoue et non à Pavie, les deux universités étant réputées pour la médecine. Par ailleurs, il est assuré que Giovio suit les enseignements d’Alessandro Achillini. Or, celui-ci ne vient à Padoue qu’entre l’automne 1506 et le printemps 1507, ce qui fixerait la présence de Giovio à Padoue à cette époque-là. À Padoue, Giovio fait la connaissance de son maître, le brillant anatomiste, Marco Antonio Della Torre, dont il écrit : « Grâce à cet excellent maître qui a loué devant l’assemblée du Gymnase de Pavie les peines de mes études, j’ai reçu la couronne et l’anneau des arts libéraux et de la médecine, et les insignes de la dignité reconnue pour vraie548. » Quittant Padoue pour Pavie en sa compagnie à la fermeture du Studio en raison de tragiques situations politiques, il conclut ses études cinq ans plus tard. Son diplôme de médecine lui permet non seulement d’exercer son métier mais encore de l’enseigner, ainsi qu’il le fait à la Sapienza à Rome.

226Pour en revenir au séjour padouan, il est notable que la période de 1506-1507 permet à Giovio de lier de solides amitiés. Par la suite, il effectue à Venise à différents titres d’autres séjours lui offrant certainement d’autres possibilités de tisser de nouveaux liens. Mais plutôt que de reprendre toute la biographie de Giovio en étudiant attentivement chacune de ses venues en lançant des suppositions hardies sur ses éventuelles rencontres, la recherche de traces tangibles de ses contacts avec le milieu vénitien dans sa correspondance devrait être plus fructueuse.

  • 549 Giovio, 1958, p. 4.
  • 550 À propos de la figure d’Ermolao Barbaro, voir « Ermolao Barbaro e il suo circolo tra azione civile (...)

227Ses lettres représentent un bon moyen d’identifier certains de ses fameux contacts, par le nom des correspondants et les allusions à des personnalités de la Sérénissime. Les Vénitiens mis ainsi en lumière appartiennent en fait à deux catégories bien distinctes : les Vénitiens d’origine vivant ou non à Venise et les habitants de Venise pouvant être d’une autre ville. Une étude des correspondants de Giovio permet d’établir différentes relations fort intéressantes notamment dans le domaine des informations. Un croisement entre les noms des contacts de Giovio et les testaments encore conservés aux Archives de Venise montre que la majorité des Vénitiens d’origine connus de Giovio a laissé au moins un testament. C’est le cas de Daniele Barbaro à la fois patriarche, diplomate, mathématicien, philosophe et écrivain. Si nos recoupements sont exacts, ce Daniele Barbaro (1514-1570) diplômé en artibus à Padoue, ambassadeur en Angleterre de 1549 à 1551 et fait patriarche d’Aquilée en 1550 aurait été connu comme lettré et humaniste et aurait été le petit neveu d’Ermolao, si l’on en croit le tableau généalogique de Giuseppe Gullino. C’est d’ailleurs à l’intellectuel, futur cardinal, que Giovio s’adresse le 5 décembre 1544549 pour lui demander son portrait pour son Musée afin de l’installer auprès de celui d’Ermolao (1454-1493550) dont il a réalisé l’éloge. Giovio loue ce portrait, œuvre du Titien chantée par l’Aretin, dans sa lettre du 11 mars 1545 adressée précisément à ce dernier :

  • 551 Giovio, 1958, p. 11.

[…] je n’ai pas récompensé, en répondant par des vers, à votre lettre tout à fait divine et éclatante, avec laquelle vous m’avez représenté une triplicité de beauté extrême : de l’esprit parfaitement resplendissant du seigneur Daniele Barbaro, de l’admirable pinceau de l’unique seigneur Titien teinté non de laque, d’azur et de cuivre, mais d’une distillation particulièrement recherchée d’un mélange d’ambre, de musc et de civette, et de votre plume d’or immortelle et procuratrice de longue vie pour ceux à qui vous portez de l’affection551.

228Toujours au sujet de ce tableau, Giovio détaille lui-même en postface d’une édition florentine des Éloges des hommes de lettres, la liste des « noms de ceux dont les portraits se sont déjà trouvés entre mes mains » dans laquelle figure justement celui de Daniele Barbaro.

  • 552 Archivio di Stato di Venezia, archivio notarile, per Luca, 1504, 1227-176.
  • 553 Ferrara, 1956.
  • 554 « Richard Pace » dans Nouvelle Bibliographie générale, 1862, t. XXXIX, p. 8 9.
  • 555 Ferrara, 1956, p. 58.
  • 556 Archivio di Stato di Venezia, archivio notarile, atti Bon, b. 133, 168 et b. 134, 150.
  • 557 Zimmermann, 1995, no 29, p. 306.

229Un autre contact de Giovio, Gasparo Contarini (1483-1542) est particulièrement intéressant. Lui aussi a laissé un testament encore conservé aujourd’hui aux Archives de Venise552. Orestes Ferrara553 étudie l’action diplomatique de Gasparo Contarini en s’appuyant notamment sur Les relations des ambassadeurs vénitiens au sénat durant le xvie siècle et diverses monographies portant sur lui. Il semble que ce diplomate vénitien connaisse les mêmes personnes que Giovio comme le propose le texte de Ferrara. Ce dernier rapporte entre autres les jugements de Contarini sur la mission de l’ambassadeur anglais Richard Pace554 (v. 1482-1532) devant « faire pression sur la République, pour qu’elle entrât dans la Ligue, et par conséquent dans la guerre555 ». Cet ambassadeur est un des seuls non vénitiens connus de Giovio à avoir laissé un testament aux Archives de Venise. Le climat de la lagune ne semble ne pas lui convenir à tel point qu’il rédige au moins deux testaments datés de 1520556, même s’il meurt à Stepney près de Londres et non à Venise. Il retient l’attention par différents détails. L’évêque Thomas Langton se charge financièrement de sa formation et l’envoie étudier notamment à Padoue. Entré dans les ordres, il suit le cardinal Bambridge à Rome dont il revient en 1514. Voilà déjà deux occasions pour Giovio et lui de se rencontrer. Après différentes missions, il est envoyé auprès du Sacré Collège en 1521 par Wolsey pour soutenir sa candidature au siège pontifical, sans succès. Il renouvelle d’ailleurs cette tentative à la mort d’Adrien VI en 1523. Clément VII étant élu, le cardinal lui voue une haine violente et il s’efforce de le perdre de réputation auprès du roi Henri VIII, l’accusant de trahison, détournant l’argent qui lui est destiné et le forçant à quitter Venise où il a rang d’ambassadeur pour finir par le faire enfermer à la Tour de Londres dont il sort deux ans plus tard, à moitié fou. Giovio a pu le rencontrer à Venise, l’envoyé anglais y séjournant assez longtemps pour éprouver le besoin d’y rédiger un testament. Une autre preuve des contacts entre les deux hommes est certainement l’envoi d’un commentaire557 sur les guerres d’Écosse.

  • 558 Giovio, 1956, p. 331-332.
  • 559 Archivio di Stato di Venezia, dans Archivio dei Capi del Consiglio dei Dieci, les Lettres des Amba (...)
  • 560 Giovio, 1956, p. 332.
  • 561 Giovio, 1956, p. 332.

230Le monde des diplomates constitue une source abondante d’informations pour Giovio. Un autre diplomate, le Vénitien Vincenzo Fedeli, résidant à Milan, est ainsi en relation épistolaire avec lui. Le 31 janvier 1544558, Giovio lui écrit une lettre et Fedeli la transmet au Conseil des Dix avec un courrier l’accompagnant. Les deux missives se trouvent maintenant aux Archives de Venise559, le texte comportant une annotation du Conseil des Dix. Tout cela atteste de la valeur stratégique attribuée par le Conseil à la lettre de Giovio traitant des enjeux de la Diète de Spire. En voici un passage : il s’agit de la demande de renseignements adressée à Fedeli : « Je voudrais bien savoir si le comte Francesco Landriano a rejeté quelque effluve pertinent au sujet de l’esprit de César560. » La suite illustre le fonctionnement du réseau d’informations de Giovio : « J’ai écrit à son excellence et au comte Ettore. J’espère qu’ils me donneront quelques renseignements, et j’en ferai part et ainsi encore de ce que j’entendrai de Rome, et d’un endroit excellent j’attends quelques discours sur ces sujets561. » Un autre diplomate vénitien semble particulièrement précieux pour les sources de Giovio comme le suggère une lettre du 24 juin 1551 adressée à Giorgio Zorzi :

  • 562 Giovio, 1958, p. 199.

J’ai eu par l’effet de votre courtoisie, le compte rendu de l’action du valeureux Canaletto et je vous en remercie beaucoup, et j’en laisserai un digne souvenir dans mes Histoires, comme pour le très fameux seigneur Giovanni Matteo Bembo dans l’affaire de Cattaro, dont j’ai eu une complète information par une très longue lettre écrite au très fameux ambassadeur par un de ses parents ou neveu à Venise562.

  • 563 Volpati, 1934, p. 141.

231Outre ses contacts avec les diplomates vénitiens, Giovio vient lui-même en mission diplomatique à Venise et ses amitiés ou connaissances peuvent s’être nouées à ces différents moments. La fameuse mission de 1522 à la suite de Gerolamo Adorno prend place dans un contexte international particulièrement délicat : Belgrade a été prise en 1521, Rhodes est assiégée par les Turcs, et Français et Espagnols se déchirent. En effet, cette mission est présentée par Volpati comme étant le séjour le plus documenté, il regrettait de ne pouvoir mieux connaître les venues de Giovio à Venise en reportant ses espoirs sur une « édition complète » de ses lettres563. Il est vrai que même l’ample édition de G. G. Ferrero laisse des lacunes sur ces questions et manifestement des lettres de correspondants vénitiens fort éclairantes manquent encore.

  • 564 Cette reconstitution du séjour de Giovio à Venise doit beaucoup à Zimmermann, 1995, p. 48-53.
  • 565 D’après Zimmermann, il s’agirait de la Ca’Corner Gheltof.

232En novembre, Adorno, l’ambassadeur impérial requiert les services de Giovio pour une mission à Ferrare et à Venise pour détourner Alfonso d’Este et les Vénitiens de leur alliance avec les Français. Il quitte donc Gênes le 13 novembre 1522564 et le 19 novembre l’agent de Ferrare Benedetto Fantini annonce que le cardinal de Médicis envoie son médecin Giovio avec Adorno. Giovio acquiert ainsi une belle réputation de négociateur. Après une brève pause à Padoue en raison d’une crise de goutte d’Adorno, ils gagnent Venise le 2 décembre 1522, où ils sont probablement logés dans le palais d’Andrea Corner565 sur le Grand Canal où l’ambassadeur turc a été installé en mai. Richard Pace s’efforce pour sa part de maintenir Venise dans son alliance avec la France. Adorno perd encore deux jours en raison des suites de sa crise de goutte. Sa rencontre officielle pour présenter ses lettres de créance au doge Antonio Grimani et au Sénat n’a lieu que le matin du 4 décembre. Les négociations avec le doge et le Conseil des Dix commencent le lendemain en présence de l’ambassadeur impérial résidant à Venise. Les Vénitiens tardent dans leur réponse, car ils voudraient d’abord connaître le vainqueur de la conquête de Milan. Aussi à Noël, aucune décision n’est encore prise et Pace joue les médiateurs entre les négociateurs. Les pourparlers languissant, Giovio en profite pour réviser le premier livre de l’Histoire de son temps. Son séjour à Venise lui permet d’interroger divers protagonistes de son récit. Les Éloges témoignent de ses rencontres avec le doge Antonio Grimani, mais aussi avec Andrea Gritti qui succède à Grimani le 20 mai 1523. Ensemble ils s’entretiennent des événements de 1499 et particulièrement des débats du Sénat portant sur le choix de l’alliance avec Milan ou la France. Giovio interroge également Grimani et Gritti sur la volte-face de Venise à l’époque, l’éloge d’Antonio Grimani en témoigne d’ailleurs, quand il représente l’opposition de Grimani à la décision de Venise de s’allier avec Louis XII :

  • 566 Giovio, 1575, p. 229.

Grimani réclamait en parlant librement, à la façon des véritables devins, comme je l’ai appris encore de lui-même et de son successeur Gritti, redoutant donc la jalousie et des dangers très graves, et engageait les chefs du Sénat à la modération, afin qu’ils préfèrent [avoir] pour voisin un faible roitelet plutôt qu’un roi très puissant d’une nation étrangère566.

  • 567 Voir le récit circonstancié de Bembo, 1718, t. 2, p. 151-167.

233En précisant en incise « comme je l’ai recueilli de lui-même et également de son successeur Gritti », Giovio souligne l’origine du témoignage personnellement recueilli, apportant encore plus de crédit à son propos. Il se fait donc expliquer les événements qui conduisirent à la défaite de Zonchio567 de 1499.

  • 568 Zimmermann cite un texte de Giovio de la Bibliothèque communale de Côme, MS Sup. 2.2.42, fol. 226.
  • 569 Lane, 1978, p. 414.
  • 570 Norwich, 1987, p. 360.
  • 571 Zorzi, 1979, p. 277.
  • 572 Lane, 1978, p. 414

234En effet, dès l’automne 1498, Venise est informée de l’initiative militaire des Turcs. En janvier 1499, l’ordre de mobilisation générale est donc lancé dans les territoires ultramarins, tandis que depuis Constantinople Andrea Gritti ne cesse d’envoyer des informations. Il répète très certainement son témoignage à Giovio quand il l’interroge. Malheureusement, des rats dévorent les notes de ses entretiens avec Gritti568. Le 14 avril 1499, Antonio Grimani est élu capitaine général de la Mer. Le ducale du 30 avril lui ordonne de conserver toutes les possessions d’outremer et les défendre contre toute agression. Grimani est plutôt un « financier qui avait déjà servi comme commandant naval […] surtout apprécié comme homme d’affaires et pour son habileté de négociateur569 ». Il accepte de remplir bénévolement570 cette charge, et prête seize mille ducats à la République. Malgré les préparatifs de guerre, l’irrésolution règne et quand Grimani demande s’il doit assaillir les Turcs dès qu’il les verra, il n’obtient pas de réponse. Le commandant et ses trois provéditeurs seront contraints de donner les ordres de leur propre initiative au moment du contact avec les Turcs. Ces derniers séparant leur flotte en deux attaquent d’une part Lépante, base vénitienne de la Grèce centrale en même temps que la Morée, avec une force très puissante équipée d’artillerie d’assaut pour assiéger la ville par la mer. La flotte vénitienne est constituée de cinquante galères légères, d’une quinzaine de grosses galères marchandes et de vingt à trente grandes caraques, certaines de plus de mille tonneaux. Les Turcs ont apparemment une flotte plus importante de deux-cent-soixante-dix-sept voiles face à cent-dix du côté chrétien571. Elle comprend un nombre supérieur de galères légères, mais seulement deux grosses galères et au maximum trois caraques572. Le premier affrontement au large de Sapienza se produit le 12 août.

  • 573 ² Romanin, 1972, t. 5, p. 98.
  • 574 Zorzi, 1979, p. 277.
  • 575 Romanin, 1972, p. 99.
  • 576 Sanudo, 1989.
  • 577 Sanudo, 1989.

235L’avantage reste aux Vénitiens au prix de nombreuses difficultés, « l’ordre de bataille était de l’opinion de Malipiero plein de défauts573 ». Si Andrea Loredan et Alban Armer se lancent courageusement contre les Turcs, Antonio Grimani hésite à déployer l’étendard de l’attaque générale et les ennemis se replient à Zonchio sans difficulté. La rumeur aurait laissé entendre que Grimani aurait délibérément abandonné Loredan pris en tenaille par les Turcs, car les deux hommes étaient rivaux pour la magistrature suprême. Le deuxième choc a lieu le 20 août, malgré la résolution d’un détachement français de vingt-deux voiles tout à fait décidé à combattre, Grimani n’a toujours pas de plan et le courage manque aux commandants574. Seul le vaisseau de Paolo Calbo575 prend les Turcs en chasse et quelques tentatives sont lancées par les Français. Le 25 août, une dernière tentative, malgré un avantage pris d’abord par les chrétiens, se conclut tristement, les capitaines Vénitiens laissant libre champ aux Turcs, seuls cinq ou six d’entre eux semblent avoir rempli leur devoir576, les Français préfèrent se retirer. La défection de la marine marchande et les désaccords entre capitaines font que sur les trente-six navires engagés, seuls cinq ou six remplissent finalement leur devoir577. Cette défaite touche les populations de Morée, d’autant plus que les Turcs construisent deux forteresses à la bouche du golfe de Corinthe. La situation des Vénitiens est désormais difficile au Levant, Venise a désormais perdu son séculaire prestige naval.

  • 578 Fisher explique ce revirement dans Fisher, 1948 et EJOS (édition électronique), 2000, p. 64.

236La nouvelle de la défaite atteint Venise et l’admiration pour Antonio Grimani se transforme en haine. Le long des canaux578, on entend crier :

  • 579 Rendina, 2002, p. 282

Antonio Grimani,
ruina de’Cristiani,
rebello de’venetiani
puos tu esser manzà da canni
da canni, da cagnolli
ti e toi fiolli579

  • 580 Doumerc, 1997, p. 620-621.
  • 581 Rendina, 2002, p. 282.
  • 582 Dupuy-Pujeau, 2004, t. II, p 121.
  • 583 Zimmermann, 1995, p. 50.
  • 584 Giovio, 1575, p. 230.
  • 585 Giovio, 1575, p. 228.

237Il devient la victime expiatoire. Il revient enfin le 2 novembre chargé de chaînes soutenues par ses fils et un ami pour ne pas blesser ses jambes, avant d’être jeté au cachot. Les Grimani sont en butte à l’hostilité de la foule. Entre autres agressions580 : le palais est attaqué, un esclave sarrasin de la famille est battu à mort, sans compter les graffitis injurieux, sonnets infamants, ou les menaces physiques contre les parents et amis. Comprenant que la responsabilité de la défaite était collective, la sentence581 est cependant modérée : Grimani est déchu de sa charge de procurateur et condamné à la relégation dans l’île de Cherso d’où son fils cardinal le fait s’échapper pour le recueillir à Rome. Pendant six ans, occupant une charge d’auditeur de Rote soit fonctionnaire du tribunal ecclésiastique siégeant à Rome instruisant notamment les annulations de mariage. Il multiplie les contacts avec les ambassadeurs vénitiens, et grâce à l’influence de son fils perçu comme un papabile, il est gracié par mille trois cent soixante cinq voix contre cent. Il revient à Venise et reprend sa charge de procurateur. C’est lui qui fait réédifier la pointe du campanile de Saint-Marc582 et lancer la construction des Procuratie Nuove. Distribuant largesses et cadeaux aux anciens ennemis, il gagne l’estime des patriciens jeunes et vieux et est élu doge le 6 juillet 1521. Son destin impressionne Giovio à tel point qu’il le considère comme « un exemple remarquable d’un héros balayé par la vague du mauvais sort qui refusait malgré tout d’être noyé par elle […] “esprits indomptables” dont la résolution stoïque leur permettait de triompher des vicissitudes du destin583 », comme le note la conclusion du portrait de Grimani dans son éloge : « Il fut un homme d’extrême frugalité durant toute sa vie, infatigable et d’un esprit très fortement adapté à tous les hasards de la fortune584 », faisant écho aux premiers mots évoquant l’instabilité du Destin : « En élevant et en abaissant Antonio Grimani, en imprimant différents sorts changeants, la Fortune produisit des jeux étonnants585. »

  • 586 Benedetti, 1496.

238Ainsi les pourparlers de 1522 laissent beaucoup de temps libre à Giovio et sa mission lui offre en outre la possibilité de participer à de nombreuses manifestations mondaines lui permettant d’élargir le cercle de ses relations. Il rend également visite en tant que médecin à son ami Marino Sanudo, fort malade pendant l’année 1522, mais en meilleure santé sur la fin de son séjour. Sanudo et Giovio ont peut-être débattu du texte qu’il vient d’achever sur l’expédition de Charles VIII ou encore du texte d’Alessandro Benedetti586 dont Giovio s’inspire manifestement dans le livre I de l’Histoire de son temps.

  • 587 Giovio, 1525.
  • 588 Ramusio, 1607.

239Giovio rencontre aussi Giovan Battista Ramusio, secrétaire du Sénat et peut-être d’après Zimmermann le futur éditeur dans ses Navigations d’une version italienne du Libelle sur la légation de Basile le Grand prince de Moscovie587. Si le troisième tome des Navigations588 contient un récit de voyage en Moscovie, sous forme d’un ensemble de « trois navigations effectuées par les Hollandais au septentrion en Norvège, Moscovie et pays tartare […] avec la description de tous les événements qui arrivèrent aux voyageurs jour après jour », il ne peut être question d’une adaptation du texte de Giovio, qui consiste en une description historique des lieux. En outre, le libelle de Giovio ne serait écrit qu’en 1525, date de la venue de Gerasimov à Rome. En revanche, Ramusio permet à Giovio de rencontrer Pietro Bembo.

  • 589 Bembo, 1810 a, p. 89.
  • 590 Bembo, 1810 a, p. 88.
  • 591 Delle lettere da diversi re, et principi, et cardinali, et altri huomini dotti a Mons. Pietro Bemb (...)

240En effet, apprenant de Ramusio la présence de Giovio à Venise, Bembo l’invite à venir passer huit jours à Padoue pour l’introduire dans les cercles intellectuels. Bembo écrit d’ailleurs de lui qu’il est son très grand ami. L’intérêt de Bembo pour Giovio transparaît dans sa correspondance. Dans une lettre de Bembo adressée à Giovan Matteo Giberti à Rome le 8 septembre, il conclut : « Et recommande-moi à mon Giovio et à toi-même. Porte-toi bien. De la Villa à Padoue. Le 8 septembre 1523589 », témoignant de son amitié pour Giovio. Mais déjà, le 6 octobre 1522 il écrit en conclusion de sa lettre au même Giberti : « Vous serez content de baiser la main à monseigneur le cardinal en mon nom […] et de me recommander à l’éloquent Giovio et surtout à vous-même. Portez-vous bien. Le 6 septembre 1522 de Villa di Padovano590. » Giovan Matteo Giberti lui répond d’ailleurs le 27 octobre en conclusion de sa missive : « Messire Agostino se recommande à Votre Seigneurie, Vida et Giovio sont absents, eux à qui je sais combien est agréable le souvenir que vous avez d’eux591. » La nouvelle de la présence de Giovio à la fin de l’année 1522 est donc une heureuse surprise pour Bembo.

  • 592 Aretino, 1542, p. 405-406.

241L’introduction de Giovio dans le milieu padouan trouve peut-être une illustration dans une lettre de l’Arétin adressée à Gianiacoppo Lionardi le 6 décembre 1537 dans laquelle il raconte un songe du « mont Parnasse » le situant « depuis les rives du mont, où saint François reçut les stigmates, tombent des masses de terre592 ». Il présente ensuite plaisamment des lettrés en majorité vénitiens :

  • 593 Aretino, 1542, p. 410.

[…] où m’approchant de mes amis, je vis sur un trône de myrte le divin Bembo ; son visage brillait d’une lumière insolite, il était assis au sommet avec le diadème de la gloire sur la tête, il avait autour de lui une couronne d’esprits sacrés : il y avait Giovio, Trifone, Molza, Nicolo Tiepolo, Girolamo Querini, l’Alemanno, le Tasse, Speroni, Fortunio, Guidiccione, Varchi, Contarini par Francesco, Trissino, Capello, Molino, Fracastro, Bevazzano, le navarrais Bernardo, Dolce, Fausto Longano, Lion Maffio et je vis encore Votre Seigneurie avec d’autres personnes réputées593.

242Giovio est donc nommé en premier dans cette liste des esprits sacrés faisant couronne à Pietro Bembo. L’Arétin estime sincèrement Giovio, même s’il le lui exprime parfois curieusement, comme dans la lettre du 11 octobre 1538 :

  • 594 Aretino, 1547, p. 100.

Monseigneur, depuis le temps que nous ne nous sommes vus, je me suis accoutumé à demeurer sans le plaisir de joie vive, je ne sentais pas ces douceurs que l’on éprouve dans la fréquentation continue et ne les ressentant pas je ne savais pas vous aimer avec tout l’attachement du cœur, mais l’ai appris bien vite lorsque la voix publique qui a faussement cru et répandu la nouvelle de la mort d’un homme d’une telle autorité, d’un compagnon d’un tel agrément et un ami d’une telle bonté594.

243Avec emphase, l’Arétin décrit la tristesse causée par la mort de Giovio :

  • 595 Aretino, 1547, p. 100-101.

[…] quand je l’appris, les larmes me vinrent à flots, de ces larmes qui viennent du fond des entrailles de qui aime les personnes appréciées et honorées, et nos conversations fraternelles, notre vieille amitié me revenant à l’esprit, je pleurai sur vous et moi-même595.

244Et il expose avec une certaine grandiloquence les reproches qu’il se fait à lui-même pour son attitude à son égard :

  • 596 Aretino, 1547, p. 101.

[…] et m’étant blâmé de l’ingratitude pour votre affection, qui a employé le prodige de ma plume envers vos mérites éclatants, j’ai eu honte de savoir écrire et de ne pas l’avoir fait sur vos mérites et surtout je regrettais que vous n’ayez pas reçu mes lettres, que pour qu’avant la fin que nous ferons tous cependant, vous puissiez connaître en partie l’estime en laquelle je vous tiens596.

  • 597 Aretino, 1547, p. 101.
  • 598 Zimmermann, 1995, p. 155.
  • 599 À propos de la polémique que l’on dit avoir existé entre les deux auteurs, Zimmermann, 1995, no 10 (...)

245Apprenant qu’il était bien vivant, il comptait se racheter de son attitude passée : « En somme je suis sur le point de prendre davantage soin d’un tel patron et frère dans le temps à venir que je n’ai fait dans le passé597. » En fin de compte, l’Aretin semble proposer tout ce déploiement littéraire pour lui adresser un livre. L’erreur sur la nouvelle de la mort de Giovio n’est d’ailleurs pas facile à expliquer. Il ne peut s’agir d’une confusion avec la disparition de son frère Benedetto survenue en 1545. En reconstituant les déplacements et actions de Giovio en 1538, l’origine de la fausse nouvelle de sa mort évoquée dans la lettre de l’Arétin viendrait peut-être d’une méprise alors que Giovio se trouve à Vigevano avec le marquis del Vasto en mars, puis dans le marquisat de Novara au printemps et qu’il revient ensuite à Piacenza avec le marquis pour retrouver le pape Paul III un peu avant Pâques. Les négociations se mettant en place entre le roi et le pape, il gagne alors Nice en mai dans le but de remplacer le marquis del Vasto, malade, pour présenter un groupe de Milanais au roi de France à Villeneuve. Il en profite au passage pour interroger François Ier sur la campagne de Provence de 1536. Ayant obtenu une audience de Charles Quint à Villefranche, il lui présente le Discours de l’entreprise contre le Turc. Ce traité, c’est-à-dire le Consiglio composé à la demande du marquis del Vasto598, détaille la façon de mener la croisade contre les Infidèles. Or, à la fin de ses entretiens de Nice, le pape gagne Gênes le 20 juin suivi par l’empereur deux jours plus tard. Giovio souffrant de fièvre et de goutte doit pour sa part garder le lit une semaine. Puis il quitte Gênes et passe l’été entre Côme et Milan. À Côme, il assiste à des festivités pour le mariage de son neveu Francesco. Jusque-là, les multiples voyages de Giovio l’éloignant de Rome et de Venise et même un temps de l’Italie peuvent effectivement laisser certains de ses correspondants dans l’ignorance de son sort. Mais le 23 juin 1538599, l’Arétin lui écrit une lettre louant son Histoire, courrier probablement reçu à Milan. Giovio répond le 16 août à une missive, transmise par le marquis del Vasto, missive qu’il qualifie de très érudite. La réponse de Giovio, assez ironique sur les louanges outrées, livre quelques nouvelles appréciables :

Au très excellent Pietro Aretino.

  • 600 Lustrare gli stivali, proprement « cirer les bottes », montre l’ironie de Giovio sur l’éloquence d (...)
  • 601 Giovio, 1956, p. 207.

Mon très respectable seigneur son Excellence le Marquis m’a présenté votre lettre très érudite pas avant qu’aujourd’hui et pour compenser le retard, son Excellence me l’a lue avec une voix digne, et la fougue de son éloquence a été telle que comme frappé de terreur je me suis résolu d’en rendre grâce simplement pour ne pas faire des mensonges latins (ou faux vers latins) en vernaculaire, il suffit que je vous sois très obligé de si parfumés cirages de bottes600 au sujet des louanges de mes Histoires, dans lesquelles Dieu a voulu que fussent ces belles lumières que vous dites avec des propos si subtils et graves. Un trait à l’usage de Calandario croyant le faux, j’ai desserré ma ceinture de trois crans, et en enflant je vais devoir aller jusqu’à sept en l’honneur des sept allégresses, si la lettre était sous presse, comme celles de vos grands amis, il suppléera donc auprès de votre esprit libéral ma volonté sincère, en espérant qu’avec d’autres moyens que les balivernes de la plume, satisfaire en partie votre bienveillance, en estimant cher pour ma part l’honneur de se laisser vaincre par l’amour et le zèle d’un ami. Par ce moyen que Votre Seigneurie s’applique à la santé du corps comme moi je m’emploie à me tenir au frais dans mon Musée sur le lac, à soigner mon pied de la goutte de laquelle j’ai été gratifié après mes pénibles voyages, je cherche l’occasion de pouvoir me reposer et si vous daignez saluer l’excellent Giovanni Ambrogio votre serviteur diligent, le Seigneur Marquis ira demain du côté du Piémont pour préparer les défenses des terres, et il vous est entièrement attaché. Portez-vous bien. De Milan le 15 août 1538. L’Évêque Giovio601.

  • 602 Giovio, 1559.
  • 603 Giovio, 1956, p. 209.
  • 604 Giovio, 1956, p. 209.
  • 605 Giovio, 1956, p. 209.

246Les courriers échangés permettent donc d’assurer que jusqu’en août au moins l’Aretin sait Giovio bien vivant. Pour Giovio, l’été se passe à Côme, dans sa villa. Son intérêt pour le lac de Côme se lit manifestement dans la Chrorographie du lac de Côme602. Pourtant, la saison avançant, Giovio doit rentrer à Rome, ce qu’il fait en septembre. Alors qu’il s’arrête à Florence pour se signaler aux Médicis revenus aux affaires, son séjour se prolonge en raison d’un accident survenu près de Barberino dans l’Apennin quand son cheval tombe sous lui. Dans sa lettre au cardinal Rodolfo Pio di Carpi du 27 septembre 1538, Giovio relate son aventure : « Sur les flancs de l’Apennin vers Barbarino pratiquement en plaine, mon cheval tomba sous moi, très avisé encore, [car] sa prudence et son bon sens furent qu’il se contrôla tellement que je ne me suis pas cassé la jambe603. » Au contraire, sa convalescence est très agréable comme il l’explique : « Et ainsi avec un pied à moitié estropié, je suis resté la jambe allongée douze jours dans une convalescence heureuse avec le duc Côme qui m’a rendu redevable plus que du Seigneur604. » Après avoir assisté aux fêtes des saints patrons des Médicis, Côme et Damien, il compte cependant retourner à Rome « si le temps ne me retarde pas avec ces pluies605 », précise-t-il, pour le Couronnement de la Vierge, soit le 8 novembre. C’est peut-être cet accident de cheval de Giovio qui induit l’Aretin à croire en sa disparition.

  • 606 Voir annexe Paolo Giovio courrier du cœur.

247Si les échanges épistolaires entre Giovio, l’Aretin et Bembo apportent des preuves des contacts entre eux, les motifs ne sont pas toujours littéraires ou politiques. Les lettres de Bembo et Giovio de 1530 portent sur des sujets mettant en lumière une relation particulière606 dans laquelle Giovio apporte son secours à Bembo. La reconnaissance de ce dernier envers Giovio se lit dans la lettre du 31 mars 1539. Fraîchement nommé cardinal, Bembo tient à témoigner depuis Venise sa dette vis-à-vis de Giovio et il le fait en ces termes :

  • 607 Bembo, 1562, fol. 155 verso.

Je dis seulement que je vous remercie et je suis parfaitement sûr que votre esprit est aussi attaché envers moi que vous le dites, ce dont j’ai eu d’innombrables marques évidentes qui ont multiplié par deux mon affection de longue date envers vous et je m’en sentirai éternellement obligé607.

  • 608 Zimmermann, 1995, p. 51.
  • 609 Giovio, Elogia uirorum illustrium, édition de Renzo Meregazzi, op. cit., dans I Tre elogi degli ar (...)
  • 610 Padoan, 1978, p. 371-393.

248La gratitude de Bembo vient de plusieurs services rendus par Giovio, dont sa médiation précieuse auprès de Vittoria Colonna. Ceci conduit à un aspect très apprécié de la vie vénitienne de Giovio pendant sa mission. La conduite des négociations lui offre des opportunités mondaines de rencontrer des figures de l’époque et des notables vénitiens, particulièrement des femmes de la meilleure société608. En outre, pendant le temps laissé libre à l’occasion des négociations menées en 1522, Adorno se serait fait portraiturer par Titien, Giovio en profite certainement pour rencontrer le fameux peintre. Il évoque d’ailleurs sa maestria dans son éloge de Raphaël : « Chez le Vénitien Titien aussi les vertus multiples de l’art délicat se manifestent dans les œuvres précises, que pratiquement seuls les artistes comprennent et non le peuple609. » Giovio a peut-être tissé des liens avec Titien qui l’aurait ainsi introduit dans le cercle décrit par Giorgio Padoan610. De nouvelles relations lui offrent ainsi des raffinements intellectuels ou bien lui fournissent de précieuses informations politiques. La fréquentation du milieu vénitien a des effets sur l’écriture de Giovio, ainsi des expressions tirées du dialetto enrichissent son vocabulaire.

  • 611 Piscini, « Ludovico Domenichi », dans Dizionario Biografico degli italiani, 2002, t. XL, p. 595-60 (...)
  • 612 Lettere scritte a P. Aretino da molti signori, comunità, donne di valore…, 1873, p. 253.
  • 613 Piscini, « Ludovico Domenichi », 2002.
  • 614 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560.

249Si les Vénitiens initient Giovio à leur culture, certains étrangers tombés sous le charme de Venise la lui font également apprécier. Certains d’entre eux y exercent leur profession comme Ludovico Domenichi611 (1515-1564). Formé principalement aux universités de Padoue et Pavie entre 1530 et 1537, diplômé en droit à Padoue et inscrit parmi les notaires et juges de Piacenza en 1539, il écrit depuis Padoue en janvier 1541 à l’Aretin : « Pardonnez l’ennui que vous apportent mes bavardages […] et veuillez imputer la grossièreté de ces derniers à la rudesse et à l’ennui des lois, desquelles pourtant, moi je suis professeur612. » L’amitié entre les deux hommes remonte à cette époque de même que celle pour Anton Francesco Doni (1513-1574), également ami de Giovio et membre de l’Académie degli Ortolani de Piacenza. Cette académie étant devenue « politiquement compromise613 », Domenichi vient à Venise où l’activité typographique bat alors son plein. Pour lui, Venise est l’endroit idéal et il l’exprime dans un sonnet dédié à Venise « où le ciel dispense une paix éternelle ». Gabriel Giolito de’Ferrari, particulièrement versé dans les textes vernaculaires, l’emploie comme « traducteur, correcteur et éditeur de textes ». Or, en 1546, jouissant d’une bonne réputation, il décide de se transférer à Florence et son amitié avec l’Aretin n’y résiste pas, même s’il fait imprimer encore divers ouvrages à Venise, dont l’édition princeps des Lettres en langue vernaculaire de Monseigneur Paolo Giovio614.

  • 615 Giovio, 1958, p. 136.
  • 616 Giovio, 1958, p. 136.
  • 617 Giovio, 1958, p. 136.
  • 618 Giovio, 1958, p. 136.
  • 619 Giovio, 1958, p. 136.

250Les rapports entre Giovio et Domenichi sont excellents et ses traductions ravissent Giovio, comme en témoigne la lettre du 12 juillet 1549 : « Je ne vous ai pas remercié comme je le devais pour la peine honorable que vous avez bien voulu prendre à la traduction de mes Vies du pape Léon, du pape Adrien et du cardinal Colonna615. » Il fait le point du travail de Domenichi : « Maintenant que vous me faites entendre que celles des Visconti sont déjà en ordre et que pour votre plus grande commodité, vous pensez les faire imprimer à Venise616. » Il entend bien lui exprimer son sentiment : « Il me semblerait pécher de trop d’ingratitude si je tardais davantage à vous montrer en paroles au moins la satisfaction que j’éprouve de vos peines617. » Giovio ne peut résister à le complimenter sur la qualité de son travail : « Puisque de nos jours, si les hommes de ce métier sont nombreux il s’en voit cependant très peu qui à votre égal satisfont en un même temps à la fidélité de l’histoire, à la pureté de la langue et au charme du style618. » Ce jugement n’est en rien dicté par l’amitié : « Je ne crois pas que l’affection que je vous porte réduise mon jugement puisqu’il s’accorde avec l’ensemble de tant de beaux esprits et galants hommes qui chaque jour se retrouvent dans mes appartements et voient, apprécient et connaissent l’excellence de vos œuvres619. »

  • 620 Giovio, 1546.
  • 621 Giovio, 1548 b.
  • 622 Édition aldine de 1541 déjà citée dans Giovio, 1532.

251Preuve peut-être d’une certaine influence de Domenichi, deux éditions princeps d’œuvres de Giovio se font à Venise : Éloges apposés auprès des véritables portraits des hommes célèbres620, et la Description de la Bretagne, l’Écosse, l’Irlande et les Orcades621, ainsi que celle des Commentaires des choses des Turcs de Paolo Giovio, et Andrea Cambini avec les hauts faits et la vie de Scanderbeg622, sans compter les éditions des traductions de Giovio dues à Domenichi éditées en majorité à Venise.

252Divers éléments suggèrent l’intégration de Giovio dans le milieu vénitien. Sa formation, ses missions, ses amitiés semblent l’avoir spécialement attaché à Venise. Son intérêt pour la Sérénissime l’influence-t-il dans ses conceptions, et la fréquentation de ce milieu pèse-t-elle sur sa perception des choses ?

Influence de Venise sur l’œuvre de Giovio

253L’existence de Giovio se partage essentiellement entre Rome, Florence et son Musée. Pourtant, il effectue divers déplacements et entretient d’excellentes relations avec des personnages de tous horizons. La reconstitution du réseau de renseignements de Giovio met particulièrement en lumière Venise, mais ce milieu l’influence-t-il ?

  • 623 Zimmermann, 1995, p. 140.
  • 624 Sénèque, De beneficiis, IV, 13.

254Malgré les diverses pensions, les présents offerts par différents puissants ou encore les bénéfices ecclésiastiques attribués par Clément VII, Hippolyte de Médicis, François Ier, Charles Quint, ou encore Alexandre Farnèse, Giovio semble avoir éprouvé un sentiment partagé sur la question623, voulant à la fois tirer des subsides de l’Histoire de son temps et demeurer indépendant dans son écriture, ces libéralités ne l’engageant finalement pas et n’influençant pas son écriture. L’attachement de Giovio aux Médicis lui vaut également de nombreuses critiques. Les reproches les plus violents allant jusqu’à accuser Giovio de transformer la vérité pour servir ses maîtres. L’éditeur de Bruto, Federico di Scipione Alberti, attend que Giovio soit mort pour éditer ce texte en 1565, privant ainsi l’historien de tout moyen de défense. C’est bien la manière la plus sûre d’obtenir le dernier mot. Des figures fameuses du passé n’ont pas agi différemment, il n’est que de songer à Sénèque invectivant Lucrèce en remettant en question ses conceptions philosophiques : « Pour vous le plaisir consiste à laisser en repos votre petit corps […] pour nous le plaisir consiste à rendre des services même pénibles, pourvu qu’ils soulagent les peines d’autrui624 », comme si le malheureux Lucrèce (99 av. J.-C. – 55 av. J.-C.) pouvait défendre ses positions face à Sénèque (4 av. J.-C. – 65 apr. J.-C.) loin d’être son contemporain. Il est vrai que Giovio a beaucoup travaillé pour le renom des Médicis. Le mythe d’âge d’or attaché au pontificat de Léon X ne lui est pas étranger et le programme de décoration de Poggio a Caiano, conçu par lui, est bien destiné à chanter la gloire de la famille. Cependant, Giovio n’est pas un vil courtisan et ses contacts avec les puissants ne relèvent pas de la flatterie.

  • 625 Giovio, 1561, fol. 325.
  • 626 Giovio, 1561, fol. 38 verso.
  • 627 Giovio, 1984 b, t. IX, p. 167-321.

255Pourtant, il fait preuve d’une indéniable faveur pour Venise, sans pour autant que ses contemporains s’en récrient. Certaines pages de Giovio illustrent cet attachement à Venise, ainsi dans la Vie d’Alphonse Ier d’Este, troisième duc de Ferrare, il parle de Venise comme d’un « miracle unique sur presque toute la terre, et ornement particulier de l’Italie, la nature l’ayant entourée d’eau tout autour pour la défendre de n’importe quelle haine et assaut des ennemis625 ». Dans la Vie de Luchino Visconti, il écrit d’elle : « Splendide non seulement pour le site, mais plus merveilleuse encore pour la fête de l’Ascension en raison des jeux nautiques et du spectacle des richesses publiques et privées626. » Le Dialogue des hommes et des femmes illustres de notre temps627 chante encore les ressources intellectuelles disponibles à Venise, la beauté et l’unicité de la complexion des lieux, le plaisir de la circulation en bateau, la richesse des monuments et en particulier des églises, avec une mention particulière pour la basilique Saint-Marc. Giovio évoque encore l’Arsenal, le charme de la navigation en gondole couverte, les conversations entre amis et le plaisir des livres. Au passage, il en profite pour saluer le sage gouvernement dont il explique les principes, garantissant ce climat propice à un intellectuel tel que lui, offrant comme une vie rêvée, surtout grâce à une composante essentielle : la paix. Giovio écrit ce Dialogue en 1528 à Ischia où il a trouvé refuge après le sac de Rome de 1527, au milieu d’une société d’intellectuels, dans une atmosphère rappelant la situation des personnages du Décaméron de Boccace. Or, à Ischia les journées se passent également en conversations brillantes. L’ouvrage de Giovio, édité seulement au xxe siècle, y rend justement hommage.

256Sa correspondance recèle également quelques beaux témoignages de son inclination pour Venise. Une lettre datée du 15 mars 1550 et adressée à un Vénitien attire l’attention dès l’attaque :

  • 628 Giovio, 1958, p. 159.

Très excellent, fameux et respectable Seigneur, en tant que très ancien et fidèle serviteur de votre père et de Votre Seigneurie, et comme je suis tout à fait dévoué et attaché au nom vénitien, véritable gonfalonier de la liberté d’Italie, avant mon départ de Rome, j’ai montré quelques-uns des livres de l’Histoire à Votre Seigneurie628.

257Outre l’admiration de Giovio pour Venise, cette lettre la présente comme le véritable défenseur de la liberté de l’Italie. Or, à cette époque, les positions de Giovio semblent changées sur différents points. Ses attentes placées dans l’empereur se sont affaiblies et ses espoirs pour la liberté de l’Italie se reportent sur Venise.

  • 629 Gullino, 2000, p. 69.
  • 630 Gullino, 2000, p. 152.

258La faveur de Giovio pour Venise se retrouve également dans son amitié pour des Vénitiens devenus persona non grata. Certains de ses attachements lui occasionnent même quelques difficultés. Son amitié avec Marco Foscari ne fait aucun doute. Giuseppe Gullino en fixe l’origine lors de la venue de Foscari en 1524 à Rome où « il avait vécu trente-sept mois dans un contexte stimulant et culturellement riche, peut-être le plus dynamique de l’Italie et de l’Europe du début du xvie siècle. Là, il avait noué des liens d’amitié avec Giovio, revu Bembo629 ». Ce petit-fils du doge Francesco Foscari et cousin d’Andrea Gritti est un des protagonistes de la Venise de la Renaissance. Ambassadeur auprès du pape entre 1523 et 1526, époque à laquelle il se lie visiblement avec Giovio, et à Florence en 1527 pour conserver la ville dans la Ligue de Cognac, il est un actif défenseur de la libertas Italiae. Il est également un protagoniste remarquable de l’époque de Gritti. Son action se porte tant à l’intérieur de Venise que sur un plan international. Il connaît ainsi de nombreuses figures de son temps : « Charles Quint, Adrien VI, Clément VII, Francesco Maria della Rovere, Giannotti, Guicciardini, Machiavel, l’Aretin, Giberti, Giovio, Pietro Bembo […] de Sanudo à Ruzante, des Médicis aux Grimani630. » Pourtant, en 1539 sa position devient délicate, une véritable damnatio memoriae frappant même son nom. Âpre défenseur de l’accord avec les Turcs lors des débats de l’hiver 1537-1538, son autorité de savio ne suffit cependant pas à emporter la conviction du Sénat, les délibérations n’aboutissant finalement pas à un vote valable : Venise décide pour deux voix d’entrer dans la ligue contre les Turcs à laquelle les Français refusent de participer. À la suite à cette décision, Marco Foscari favorable à l’amitié avec les Français et les Turcs se retrouve dans une position délicate. Outre le fait d’avoir choisi le mauvais parti, il tente vainement une nouvelle serrata dans un essai de réforme constitutionnelle basée sur une conception oligarchique du pouvoir. Giovio semble faire référence à cet événement dans une lettre à Bernardino Maffei du 24 juin 1540 :

  • 631 Giovio, 1956, p. 233-234.

Et vous savez que le plus grand parti bat le meilleur puisque les boules ne se pèsent pas mais se comptent, à cet inconvénient messire Marco Foscari voulant très prudemment obvier en resserrant à environ cinquante la formation des Pregadi, il ne put pas vaincre631.

  • 632 Lane, 1985, p. 354.
  • 633 Gullino, « Marco Grimani », dans Dizionario Biografico degli italiani, 2002, p. 332.
  • 634 Gullino, « Marco Grimani », 2002.

259Voilà exposé de manière extrêmement synthétique le fonctionnement des votes du Grand Conseil. Frédéric C. Lane explique justement que les boules de plomb ont d’ailleurs été remplacées par des bouts de toile pour préserver le secret du scrutin. En effet, le bruit des billes de plomb pouvait révéler le compartiment qu’avait choisi le votant632. La remarque de Giovio : « Les boules se comptent et ne se pèsent pas » se veut-elle narquoise ? Entend-il dire par là que certains votes auraient, de l’avis de certains, plus de poids que d’autres ? Dans cette lettre, Giovio raconte de façon plaisante la tentative infructueuse de Foscari de recourir à l’oligarchie. Avec une certaine ironie, il relate comment le 20 septembre 1539, pour obvier aux menaces turques et aux différentes difficultés intérieures, le Conseil des Dix décide de la création d’inquisiteurs d’État devant garantir le secret des délibérations. Le point crucial est atteint quand le 17 novembre ce même Conseil des Dix propose l’institution d’une commission de cinquante sénateurs pour négocier la paix avec les Ottomans. Marco Foscari, conseiller ducal, présente « un amendement pour confier une telle élection au Conseil des Dix et à leur zonta à la place du Sénat633 », Gullino expliquant la proposition de Foscari : « Il comptait ainsi priver ce dernier du contrôle sur les principaux organes du gouvernement et en particulier l’exclure de la conduite de la politique extérieure634. » Ce resserrement du pouvoir décisionnel ne convenant pas aux circonstances, c’est l’échec pour Foscari : toutes ses charges lui sont retirées et pendant plus d’un an il n’est élu à aucune magistrature. En outre, il n’est pas portraituré dans le palais des Doges ni chanté par les historiographes officiels, et les gens de lettres doivent également appliquer cette sorte de censure.

  • 635 Giovio, 1958, p. 164.
  • 636 Giovio, 1958, p. 164.
  • 637 Giovio, 1958, p. 164.

260Toujours à ce sujet, prenant prétexte des difficultés rencontrées par les héritiers de Guicciardini lors de l’édition de son Histoire d’Italie, Giovio explique à Lelio Torelli dans une lettre du 2 juillet 1550 que lui-même a subi quelques pressions : « Comme il m’est arrivé, ayant été prié de vouloir passer sous silence les louanges données et écrites en l’honneur du très prudent messire Marco Foscari vénitien635. » Dans cette lettre également, il déclare à Torelli son désir de voir la plus grande partie de l’Histoire de son temps éditée de son vivant : « Et moi dans cette résolution de publier de mon vivant la plus grande partie de l’Histoire636. » Cependant, il lui confie également son intention de mettre de côté certains éléments de nature à provoquer l’embarras des puissants : « J’ai voulu me conformer au jugement de ce très prudent docteur parmesan qui a écrit en marbre sur la sépulture comme on voit : “Ne voulant pas rester à la discrétion de ses héritiers, il a ordonné qu’on lui fasse ce tombeau durant sa propre vie”637 »

  • 638 Giovio, 1958, p. 164.
  • 639 Giovio, 1958, p. 164.
  • 640 Zimmermann, 1995, p. 234.

261Giovio explicite son propos : « Je n’ai pas osé blesser à chair vive ceux qui pourraient se plaindre de moi, si en quelque lieu je leur ai semblé parler d’une bouche trop libre638. » Il ne compte pas pour autant laisser à jamais dans le silence ces précieuses informations, et se tournant vers l’avenir : « Je me trouve contraint de laisser quelques fenêtres ouvertes afin que mes neveux auxquels je laisserai les portes bien préparées pour pouvoir les fermer, satisferont ensuite la postérité, mes funérailles étant faites639. » Zimmermann précise que ces fenêtres sont difficilement localisables640 dans l’œuvre de Giovio et que le matériel devant être laissé n’a pas été trouvé !

  • 641 Giovio, 1958, p. 62.

262Cette volonté de laisser des ouvertures dans son œuvre, il la communique également à Pier Luigi Farnèse dans une lettre du 27 décembre 1546 : « Les autres livres seront munis de fenêtres641. » Songe-t-il aux livres à l’état d’épitomé ? Les sujets qu’ils devaient aborder étant délicats, il s’agit peut-être d’une partie de ces fameuses fenêtres.

  • 642 Giovio, 1956, p. 267.

263Pour en revenir à l’ostracisme frappant Marco Foscari, la correspondance de Giovio semble avoir été expurgée des lettres entre les deux hommes. Comment expliquer autrement l’absence de missives de Giovio adressées à son ami vénitien, qui aurait pu de surcroît être un informateur de premier choix. Il ne se trouve qu’une seule lettre adressée à un certain M. F. le 26 juin 1541, dont tout porte à croire qu’il s’agit bien de Marco Foscari. La déclaration au début de la lettre : « Comme affectionné et ancien serviteur de Votre Seigneurie et dévoué publiquement à mon cher empire vénitien, gonfalonier incontestable des restes de la liberté de l’Italie642 » révèle l’origine vénitienne du correspondant de Giovio et son sentiment envers Venise. Une nouvelle fois, Giovio présente Venise comme le champion de la libertas Italiae. La suite de la missive offre un contenu extrêmement peu compromettant, car il s’agit d’une lettre de recommandation.

  • 643 Giovio, 1956, p. 233-234.
  • 644 Giovio, 1958, p. 4.
  • 645 À propos de sa conception littéraire liée à son milieu, Pujeau, 2005 b, p. 56-58.
  • 646 Domenichi, 1548.

264Fait notable également, il se trouve peu de lettres dans lesquelles le nom de Marco Foscari apparaît. L’une d’entre elles, celle du 24 janvier 1540 adressée à Bernadino Maffei643, narrant les mésaventures de Foscari, a peut-être été conservée pour son caractère critique. Foscari est cité dans une lettre à Daniele Barbaro du 5 décembre 1544 dans un rapide « porte-toi bien et recommande-moi beaucoup au tout à fait excellent Marco Foscari644 ». Cette recommandation apparaît à la fin d’une missive en latin retrouvée par Ferrero dans un manuscrit appartenant à la Società Storica Comense avec l’annotation et me a commenda, « à me confier », ajoutée au crayon de la main de Giovio. La lettre dans laquelle Giovio déclare avoir été prié de retirer ses louanges sur Foscari figure quant à elle dans la sélection de Domenichi de 1560. En fait, Giovio démontre davantage une volonté de ne pas offenser certains personnages par ses textes que de se livrer à la défense de Foscari, car la phrase : « Les louanges données et faites en l’honneur du Vénitien, messire Marco Foscari » peut se comprendre de différentes manières. Le soin de vouloir préserver les puissants peut d’ailleurs avoir été ressenti comme une qualité par Domenichi645, issu de la noblesse de Piacenza, surtout fameux pour son livre intitulé Plaisanteries et mots spirituels de quelques excellents esprits et très nobles seigneurs646 dans lequel il collationne des anecdotes à propos des plus grands hommes de son temps, pour divertir essentiellement une cour ou une compagnie savante. Domenichi ne doit certainement pas trouver matière à critique dans cette précision, comme dans la lettre qui valut pourtant tant de reproches à Giovio.

  • 647 Lettre à Vincenzo Fedeli du 31 janvier 1544. Giovio, 1956, p. 331-332.
  • 648 Giovio, 1958, p. 181.

265À la lumière de ces développements, pouvons-nous dire que Giovio se révèle être de parti pris ? En ce qui concerne Marco Foscari, il ne semble pas être entré dans la polémique, ou bien les lettres n’ont pas été conservées. L’édition à Venise de plusieurs textes ne prouve pas sa faveur, car les éditions à Rome ou à Florence semblent finalement plus nombreuses. Ce sont des contingences matérielles et de prestige qui ont dû plus sûrement motiver ses choix. Ainsi, une réédition du Commentario est tirée dans les ateliers des Manuce de Venise et diverses éditions de ses textes sont dirigées par Domenichi résidant à Venise, dont l’attachement à cette ville pour ses propres éditions est bien connu. L’affection de Giovio pour Venise transparaît peut-être dans ses textes. Il use volontiers d’expressions vénitiennes647, peut-être pour plaire à ses correspondants vénitiens ou par goût personnel. Si Giovio sort de son attitude de neutralité, ce ne doit pas être volontaire, comme le laisserait entendre sa lettre au cardinal Rodolfo Pio di Carpi le 25 octobre 1550 : « Et en effet il ne peut arriver, quoique je puisse m’estimer berné ou méprisé, que je m’écarte de l’équité et de la bonne foi de l’écrivain intègre648. »

266Manifestement, Giovio ne donne pas véritablement le beau rôle à Venise, mais il cherche à découvrir son point de vue quand il est différent. Ainsi, il semble plus juste de parler de Venise comme d’une source d’information privilégiée.

  • 649 Giovio, 1956, p. 278.

267Une lettre à Stefano Colonna du 28 avril 1542 semble bien confirmer cette impression, Giovio y évoque l’ambassade de Younisbeg à Venise : « Or, Sire, les affaires de Younis sont traitées de manière tellement secrète par les chefs des Dieci et non des Pregadi, que l’on ne peut rien savoir649. » En fait, ce drogman de la Porte envoyé en qualité d’ambassadeur à Venise est censé déterminer la République à prendre une part active dans la guerre contre l’empereur. Giovio souligne le caractère secret des négociations menées par les trois chefs du Conseil de Dix, et non par les Pregadi, c’est-àdire le Grand Conseil dans son ensemble. Malgré cela, il semble bien que Giovio ait réussi à obtenir quelques informations comme l’indique la suite de la lettre :

  • 650 Giovio, 1956, p. 278.

On dit qu’il veut rester assez longtemps pour pouvoir voir la fête de l’Ascension et acheter quelque beau [présent] pour la sultane et les dames du Seigneur ; et ainsi il sera resté cinquante jours à Venise ; et l’on déduit qu’il attend la réponse de quelque côté. Badoer a écrit de Constantinople le 10 mars qu’en effet il y aurait en mer cent galères du Seigneur et cinquante de Barberousse, avec les fustes des corsaires et qu’il irait en personne en Hongrie par [voie de] terre650.

268La diversité des renseignements rapportés suggère la multiplicité des moyens employés par Giovio pour les obtenir. Dans les propos de l’envoyé turc justifiant la prolongation de son séjour sous des prétextes frivoles, voir la fête de l’Ascension et trouver des présents pour les femmes du Grand Turc, Giovio découvre le véritable but : traiter des alliances. Semblant dérouler son raisonnement au fil de sa plume, il calcule la durée du séjour « cinquante jours » et conclut sur la vraie mission. Les informations envoyées de Constantinople par l’ambassadeur Badoer confirment cette analyse en parlant de préparatifs turcs et désignent même un objectif, la Hongrie. Cette lettre montre une fois de plus la qualité du réseau d’information vénitien de Giovio.

269Ainsi, l’intérêt de Giovio pour Venise et certains de ses ressortissants tient à différentes raisons. L’attrait pour cette ville où il séjourne à diverses reprises est renforcé par un solide réseau de connaissances incluant des doges, des diplomates, des magistrats, des intellectuels ou encore des artistes et des combattants. L’historien toujours à l’affût d’informations ne sommeillant jamais véritablement en Giovio ne peut que concevoir un vif intérêt pour une compagnie aussi variée.

270La consultation de sa correspondance atteste que le réseau vénitien lui fournit régulièrement des nouvelles, offrant souvent un éclairage sur les affaires l’intéressant. Les informations parvenant à Venise sur les Turcs sont principalement de deux types : des nouvelles sur un événement particulier comme la guerre de Rhodes et des informations cosmographiques, sur l’armée ou les ressources ottomanes.

  • 651 Giovio, 1541, p. 2.
  • 652 Dans l’exemplaire de la Bibliothèque nationale centrale de Rome, 68.13B. 28, édition d’Antonio Bla (...)
  • 653 Giovio, 1541, fol. 33 verso.
  • 654 Giovio, 1541, fol. 33.
  • 655 Giovio, 1541, fol. 34.

271La dernière partie du Commentario présentant « la puissance de l’armée des Turcs » intègre peut-être de tels emprunts. Dès l’introduction, Giovio dit vouloir « donner au moins une présentation claire et détaillée de l’armée, de la puissance et des victoires de ces fameux Turcs651 ». Cette présentation très complète est principalement destinée aux stratèges ayant tout intérêt à connaître le fonctionnement militaire de leurs adversaires. Si l’édition princeps du Commentario est de 1532652 son écriture est antérieure, certains éléments permettant de faire remonter la date de composition à 1530 comme le suggère la présentation de certains cavaliers ottomans : « Ceux-ci l’an dernier furent ceux qui se ruèrent d’au-delà de Vienne vers Linz, qui causèrent tant de morts, massacrèrent avec cruauté tant de pauvres vieillards et mirent le feu au pays alors que le sultan assaillait Vienne653. » Or, Soliman échoue dans l’attaque de Vienne en 1529. Ailleurs, le texte fait référence à des événements bien antérieurs aux années trente, preuve d’un recours à une source plus ancienne. Quand Giovio évoque la fonction des beylerbey, il cite Sinan Pacha « à l’époque du sultan Sélim654 » et explique que « l’exécution de la guerre dépend des deux beylerbey qui souvent sont en même temps vizir, comme Sinan Pacha l’Eunuque qui mourut dans un fait d’armes de la Matarea à l’époque de Sélim655 ». L’usage d’un tel exemple pourrait bien être repris de la source utilisée par Giovio.

  • 656 Caroldo, 1503.

272Pour vérifier cette hypothèse, il faut se pencher sur l’évocation de Sinan Pacha figurant déjà dans la relation autographe vénitienne présentant les forces ottomanes en 1503 due à Gian Jacopo Caroldo656, le secrétaire de Gritti envoyé à Constantinople en 1503. Cet exposé est particulièrement intéressant pour la qualité de la présentation de l’armée ottomane. Il se fonde sur deux types de sources : d’une part l’observation directe du secrétaire de Gritti et d’autre part les informations qu’on lui fournit alors.

  • 657 Caroldo, 1503, fol. 1.
  • 658 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.
  • 659 Caroldo, 1503, fol. 3 verso.
  • 660 Giovio, 1541, fol. 33.
  • 661 Bassano, 1545, fol. 24 verso.

273Ainsi, le secrétaire décrit leur réception à Constantinople relatant la réunion des troupes turques : « À travers la porte principale faite de marbre […] en face de cette porte l’ambassadeur descendit de cheval et fut conduit dans une autre cour, bien plus petite, mais de plus belle forme et quadrangulaire657. » Après la présentation des troupes assemblées là, il commente : « Je ne veux pas m’étendre dans cette partie sur ce que j’ai entendu au sujet du logement dans les campements658. » Cependant, son compte rendu comporte une présentation très précise de l’armée ottomane en 1503. Or, Giovio semble s’inspirer de ce témoignage ancien en ajoutant les dernières mises au point permettant d’actualiser le rapport. Au titre des ressemblances entre les deux textes, quand Caroldo explique Beglarbey vuol dir signor di signori, « Beylerbey veut dire seigneur des seigneurs659 », Giovio propose pratiquement la même phrase Bellerbei, che vuole dire Signor di Signori, « Beylerbey qui veut dire Seigneur des Seigneurs660 ». La graphie différente entre les deux versions s’explique facilement par le flottement existant dans la transcription du turc. Ce phénomène est encore visible aujourd’hui, les translittérations du turc n’aboutissant pas toutes au même résultat, nous retenons la graphie beylerbey. L’expression de « seigneur des seigneurs » est la traduction littérale du vocable turc et à ce titre elle se retrouve dans nombre de cosmographies, comme celle de Luigi Bassano dans laquelle on peut également lire : il Beghlerbegh de la Grecia, che vuol dire il Signore delli signori della Grecia, « le beylerbey de la Grèce, qui veut dire le Seigneur des seigneurs de la Grèce661 ». On remarquera d’ailleurs que l’orthographe retenue par Bassano est encore une autre variante des deux premières. Outre le fait de montrer la difficulté de rendre les paroles étrangères et particulièrement le turc, cela atteste en revanche d’un certain accord sur la traduction du terme beylerbey en italien. Cela fragilise-t-il pour autant l’hypothèse d’un rapport entre le texte de Giovio et la dépêche vénitienne ? Il ne le semble pas. Le texte de Bassano n’étant édité qu’en 1545, encore après le Commentario, toute ressemblance avec les deux autres textes ne démontre à la rigueur que la reprise des définitions de ces modèles antérieurs.

  • 662 Caroldo, 1503, fol. 5 : « Li Solachi siue stafieri sono 80. »
  • 663 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

274D’autres éléments se retrouvent entre le texte de Giovio et celui de Caroldo, par exemple la présentation d’une catégorie de cavaliers à la garde du sultan que les deux auteurs nomment Solac(c)hi en donnant comme équivalent italien staf(f)ieri662 pour Caroldo, tandis que Giovio donne saettatori663 en expliquant que cet ordre de « personnes à cheval » entoure le Seigneur en tenant leur arc toujours prêt à tirer. Les expressions des deux auteurs divergent : Caroldo évoquant plus la disposition des troupes alors que Giovio insiste sur leur attitude, « entourer le cheval du Seigneur avec les arcs toujours tendus et les flèches sur la corde ».

  • 664 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.
  • 665 Giovio, 1541, fol. 32 verso.
  • 666 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.
  • 667 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

275Toujours au sujet des janissaires, les deux auteurs se retrouvent sur certains éléments du campement. Caroldo écrit : « Quand les janissaires en question campent, ils ont par groupes de dix une tente et un cheval portant tout ce qui leur est nécessaire pour vivre, chaque groupe de dix a un chef s’occupant du logement et du vivre664. » Chez Giovio on peut lire : « Chaque groupe de dix janissaires a un chef et une tente avec des charges distinctes, l’un s’occupe du bois, l’autre de la cuisine, l’autre installe la tente et un autre monte la garde665 » et les formulations sont assez proches comme le montre le ogni X hano un paniglion […] Tra loro è un capo de Caroldo face au ogni diece Giannizzari hanno un capo, & un padiglione. L’intérêt de ces comparaisons réside aussi dans les différences entre les deux auteurs : Caroldo apporte des précisions sur la structure générale du camp, il explique que « les tentes entourent les quartiers du Seigneur et que les cordes sont tellement entrelacées les unes avec les autres que […] l’on ne pourrait approcher d’aucun côté666 » et qu’il n’y a qu’une seule voie jusqu’au Grand Seigneur. Giovio s’intéresse davantage à « l’incroyable calme et concorde667 » régnant dans le campement.

276Ces deux remarques illustrent en fait les différences de perspective existant entre les deux auteurs, différences directement liées à la nature même des écrivains et à la destination de leurs ouvrages. Caroldo, secrétaire de l’ambassadeur Gritti, est par nature sensible aux aspects touchant à sa charge : le fait de décrire l’armée ottomane à la parade ou la structure du campement sont autant d’éléments en rapport avec ses compétences administratives.

  • 668 Giovio, 1541, fol. 2.
  • 669 Giovio, 1541, fol. 34 verso.

277En revanche, Giovio s’intéresse à l’aspect militaire, fournissant des informations utiles pour l’entreprise à laquelle Charles Quint se prépare : « Afin que facilement pour les capitaines et maîtres de guerre on puisse trouver les véritables remèdes contre leurs forces et leurs arts668. » Or, souligner le calme dans le campement des Turcs permet à Giovio d’amener sa démonstration sur la discipline qui représente une des causes de leur supériorité669.

278Caroldo porte un grand intérêt aux questions d’organisation, d’étiquette et de bienséance comme le démontre sa remarque au sujet des beylerbey :

  • 670 Caroldo, 1503, fol. 3 verso.

Et si le Seigneur (à ce qu’on m’a rapporté) va camper en Grèce, le beylerbey de la Grèce avec son armée chevauche devant et celui de la Natolie reste en arrière avec l’autre camp mettant sa Majesté entre les deux avec ses troupes et sa cour […], si le Seigneur se déplace dans la Natolie, le beylerbey de Grèce reste derrière et l’autre va devant pour mener les troupes670.

  • 671 Giovio, 1541, fol. 33.
  • 672 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.
  • 673 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.
  • 674 Caroldo, 1503, fol. 5.
  • 675 Giovio, 1541, fol. 32 verso.
  • 676 Giovio, 1541, fol. 32 verso.
  • 677 Giovio, 1541, fol. 33 verso.
  • 678 Giovio, 1541, fol. 33.

279Pareille précision, outre l’agrément ethnographique, relève plutôt de préoccupations protocolaires, quoi de plus naturel pour le secrétaire d’un ambassadeur ? Il va sans dire que Giovio ne propose pas cette mise au point préférant peut-être y substituer des éléments pouvant intéresser les stratèges. Quand il parle des beylerbey, il explique qu’ils commandent « tous les soldats à cheval », qu’ils « sont comme deux grands connétables dirigeant la cavalerie et commandent les sandjaks qui sont les préfets des provinces, des capitaines d’une vertu remarquable671 ». Il précise encore les lieux de résidence de l’un et l’autre, celui de Natolie résidant à Cutheia de Galatia et celui de Romanie à Sofia en Serbie et aussi que ce sont eux qui décident de la guerre. Coraldo complète son exposé de nombreuses précisions économiques, ainsi quand il présente les aghas après avoir évoqué leur fonction : « L’agha est au-dessus des janissaires672 », il en vient à leur traitement : « Le salaire ordinaire qu’il reçoit de la Porte est de 500 aspres qui représentent environ 10 ducats par jour673 », et poursuit son exposé des différents postes en donnant les différentes soldes correspondantes674. Au sujet des mêmes aghas, Giovio note seulement à la suite de sa présentation des janissaires : « Après il y a les chefs de cent, et de mille et jusqu’au capitaine suprême que l’on nomme agha, d’une très grande autorité675. » II semble que ce soit la hiérarchie qui soit le point essentiel dans sa présentation. Giovio n’évoque les soldes que d’une manière évasive comme pour les janissaires : « Leur solde n’est pas égale entre tous, mais elle augmente en fonction de leurs mérites676 », seul le traitement des asapis « trois ducats par mois677 » est précisé, Giovio préférant décrire les équipements des différentes troupes678.

  • 679 Caroldo, 1503, fol. 3.
  • 680 Caroldo, 1503, fol. 3.
  • 681 Caroldo, 1503, fol. 3.
  • 682 Caroldo, 1503, fol. 3.

280L’exposé de Coraldo propose une présentation des forces ottomanes valable pour 1503, le moment de l’observation est indiqué par : « Le Seigneur compte à présent trois pachas679 », al presente, « à présent ». Caroldo explique encore qu’ils représentent le Seigneur, « donnent audience, se consultent sur les affaires regardant l’État et en réfèrent ensuite à sa Majesté680 ». Il donne aussi la traduction de ce titre : « Pacha en langue turque signifie dans la nôtre “chef presque sur tous les autres”681. » Coraldo mentionne les noms des pachas contemporains : « Le premier à présent est Ahmed […] le second Mustafa, un Grec qui fut ambassadeur à Rome à l’époque du sultan Djem […] l’autre Daud du pays de Chercegogli682. » On retrouve d’ailleurs ces noms dans la relation de Gritti du 2 décembre 1503. Il s’agit d’Hersec Ahmed Pacha, frère de Vlatco duc d’Erzegovine et beau-frère du sultan, d’ailleurs écarté en 1498 lors de la guerre avec Venise, de Daud Pacha d’origine albanaise et déposé de sa charge de vizir en 1497 mais le redevenant ensuite, et enfin de Mustafa Pacha envoyé à Rome par Bâyezîd et ayant secrètement organisé l’empoisonnement de Djem. L’échec de l’entreprise d’Amasia en novembre 1512 lui est reproché, il meurt étranglé.

  • 683 Gritti, 1503.
  • 684 Giovio, 1541, fol. 34.
  • 685 Il s’agit de la graphie de Giovio.
  • 686 Giovio, 1541, fol. 34.
  • 687 Giovio, 1541, fol. 34.
  • 688 Il s’agit encore de la graphie de Giovio.
  • 689 Giovio, 1541, fol. 34.
  • 690 Giovio, 1541, fol. 2.

281Le texte de Gritti683 présente un aspect encore plus diplomatique que l’exposé de son secrétaire, et ce particulièrement au sujet des pachas. Il fait le point de leur sentiment vis-à-vis de Venise en ajoutant des remarques utiles sur le parti qu’il serait possible d’en tirer le cas échéant : Ahmed lui semblerait favorable, à l’inverse de Daud cependant corruptible, et Mustafa serait un ennemi irréductible. Giovio, pour sa part, aborde la question d’une manière différente, en commençant par la présentation de la fonction : « Pour toutes les négociations de paix ou de guerre, le Seigneur se réunit avec les pachas qui sont au nombre de trois684 », poursuivant son exposé neutre et technique par la précision suivante « ou quatre au plus ». Il sort ainsi de la situation de l’époque pour lui donner un caractère plus général. La suite ramène cependant le lecteur à l’époque de composition du Commentario : « Et à présent ils sont trois, Hebraim, Aiax et Cassim685, tous renégats chrétiens686. » La remarque suivante revêt un caractère plus général : « Ils possèdent une autorité extrême et sont infiniment riches, mais leur pouvoir est extrêmement périlleux, car toujours combattu par la jalousie, en effet, suivant le désir du Seigneur, ils peuvent facilement être étranglés687. » L’historien n’étant jamais loin, Giovio illustre son propos avec l’exemple du sort de Ahmed : « Comme Acomat Chendich688 par Bâyezîd, Mustafa et Ianus par Sélim et Farath par Soliman, ils sont souvent déposés et privés de leur dignité, comme cela est arrivé à Pirrhi Pacha il y a quelques années689. » Pourquoi remonter jusqu’à l’exemple d’Ahmed ? Sa disparition a eu lieu en 1512, ce n’était donc pas un événement récent. Giovio se réfère à des personnalités contemporaines de Caroldo, Ahmed Pacha ou encore Sinan Pacha, en associant une mise au point sur leur sort : Ahmed a été étranglé et Sinan Pacha, désigné par sa double titulature de pacha et vizir, est mort au combat. Ces retours en arrière s’expliquent par la nature du Commentario, œuvre d’un historien comme il l’explique au début du texte afin de placer devant les yeux de sa Majesté « la voie par laquelle cette fière nation est arrivée à un empire si grand, avec une telle réputation dans l’art militaire690 ». Il s’agit bien d’une reconstitution historique des progrès ottomans. Il devient ainsi clair que Giovio a eu recours à des sources d’informations antérieures pour pouvoir mesurer les progrès des forces turques.

  • 691 Giovio, 1541, fol. 33.
  • 692 Giovio, 1541, fol. 34.
  • 693 Giovio, 1541, fol. 31.
  • 694 Giovio, 1541, fol. 31.

282Certains passages proposent ouvertement une appréciation de l’évolution des moyens ottomans, comme la présentation des effectifs des troupes dirigées par les beylerbey : « Ils ont sous leurs ordres de nombreux sandjaks, à l’époque de Bâyezîd ils étaient quarante-huit, mais ensuite le sultan Sélim et le sultan Soliman ont agrandi l’empire et multiplié leur nombre691. » L’historien se découvre par ses références à des faits historiques antérieurs comme la guerre de Rhodes ou le siège de Vienne : « Le Seigneur les emploie abondamment (les asapis) aux rames quand il forme sa flotte et il les emploie comme saboteurs, comme il fit à Rhodes et à Vienne, il ne se soucie pas qu’ils meurent par milliers692. » Son propos ne se borne pas à un exposé de la situation de son époque. Giovio établit des comparaisons avec le passé, alors qu’il présente les sandjaks, « les plus nobles, les plus favorisés, les meilleurs cavaliers, les plus précieux vêtements, les plus riches harnachements pour leurs montures, les plus valeureux et les esclaves les mieux vêtus que n’importe quelle autre condition d’hommes693 », il remarque : « À l’époque de Mehmed ils n’avaient pas de fourrures de prix, ni de joyaux, d’orfèvrerie ou de nombreux draps de soie694. » Ces comparaisons avec le passé permettent de mieux faire ressentir l’évolution de la situation.

  • 695 Relazione del Clmo Capno Generale della Serma Sria.

283Comment affirmer que la sphère vénitienne lui a fourni nombre de renseignements sur la question turque ? Par endroits, le rapport du capitaine général de Venise695 est repris mot à mot par le texte de Giovio. Outre les variantes inhérentes au travail de copie, car il est fréquent que les textes copiés se chargent de petites inexactitudes par la distraction du copiste ou la fatigue d’une tâche prolongée, certaines peuvent aussi trouver leur explication du côté de la linguistique. En effet, Domenico Trevisan a dû faire un exposé mêlé de vénitien avec des termes comme quanto pour quando ou encore hauendo traghetato pour traduire « ayant fait la traversée » et le typique zenaro pour gennaio, « janvier ».

284C’est une gageure de vouloir établir l’origine de toutes les sources de Giovio. Il ne les cite que fort rarement. Entend-il dissimuler ses sources vénitiennes ? Rien ne permet de trancher sur la façon dont il a pu connaître la Relation de Trevisan. Aucune allusion dans ses textes ou dans sa correspondance ne permet d’accréditer telle ou telle possibilité. Alors, comment faire quand les proximités sont moins évidentes, moins manifestes ? Faut-il rejeter le texte de Caroldo parce que la piste semble plus difficile à retracer ?

  • 696 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145-147.
  • 697 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145.
  • 698 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145.
  • 699 Maas, 1957.
  • 700 Reynolds et Wilson, 1984, p. 146.
  • 701 De son vrai nom Angelo Ambrogini, surnommé il Poliziano, en France volontiers nommé Ange Politien.

285Cette situation est très semblable à celle des reconstitutions de réseaux pour les traditions de manuscrits. Comment retrouver la paternité d’un manuscrit ? A-t-il été copié sur un premier ou est-il une version parallèle d’un autre ? Pour établir la relation entre le texte de Caroldo, le secrétaire de l’ambassadeur Gritti, le Commentario de Giovio et le fait de retrouver des informations identiques, surtout si elles ont exactes ou tenues largement pour telles à l’époque ne constitue pas une preuve indiscutable du lien des documents entre eux. En effet, comment assurer que l’un a tiré ses informations de l’autre si tous deux reproduisent une information juste ? Ils peuvent avoir puisé à la même source ou se référer à la même réalité. C’est être dans la position du maître d’école devant prouver le copiage entre ses élèves, la bonne réponse ne constituant pas une preuve, en revanche, la reproduction d’une même erreur est la marque indiscutable de la tricherie. Il en va de même avec les manuscrits, Wilson et Reynolds696 expliquent précisément une théorie basée sur les fautes pour reconstituer les filiations des textes. Les « erreurs mécaniques comme les omissions et les transpositions697 » y jouent un rôle déterminant. On relève ainsi deux types d’erreur : les errores coniunctiui, « fautes liantes », qui démontrent la plus grande proximité entre deux manuscrits et les errores separatiui, « fautes isolantes », qui indiquent qu’un témoin est indépendant d’un autre parce qu’il « contient une ou plusieurs erreurs n’apparaissant pas dans le premier698 ». Ces erreurs doivent être significatives, il ne peut s’agir d’erreurs imputables aux scribes ou qu’un copiste aurait pu facilement rectifier par conjecture. En se fondant sur de telles erreurs, Paul Maas699 aurait donc exposé « la théorie des stemmas », soit la reconstitution des traditions de manuscrits permettant de déterminer un archétype, c’est-à-dire la source première. Dans le cas de « fautes aveuglantes700 », les relations sont faciles à déterminer. Politien701 (1454-1494) fut probablement le premier à employer cette méthode dans sa critique des lettres de Cicéron.

  • 702 Giovio, 1541, fol. 3.
  • 703 Sanudo, Miscellanea, fol. 129-154.
  • 704 Sanudo, Miscellanea, fol. 129.
  • 705 Giovio, 1541, fol. 3.
  • 706 Sanudo, Miscellanea, fol. 129.
  • 707 Sanudo, Miscellanea, fol. 129 verso.
  • 708 Giovio, 1541, fol. 3 verso.
  • 709 Sanudo, Miscellanea, fol. 130.
  • 710 Giovio, 1541, fol. 4.
  • 711 La fiche bibliographique de la Bibliothèque Marciana précise non prima 1541, « pas avant 1541 ».
  • 712 Giovio, 1541, (dédicace à la dernière page datée du 11 février 1537).
  • 713 Giovio, 1537.

286En fait d’erreurs aveuglantes, le texte du Commentario pourrait en présenter quelques-unes, avec des dates erronées pour les sultans les plus anciens, en particulier le fondateur de la dynastie qui lui a donné son nom, Ottoman : « Vers 1300 après la naissance du Christ, commença à avoir nom, force et réputation Ottoman, le fils de Zich, lequel était de basse condition702 », qui ressemble étrangement au texte autographe de Sanudo703 à propos de l’Empire turc jusqu’en 1492 : « La naissance de la maison des Ottomans […] dont le premier de ces gens fut un paysan laboureur […] appelé Zich […] Ottoman son fils […] [impose] son propre nom Ottoman Zich aux environs de l’année du Seigneur 1300704. » Si le récit de Sanudo est plus riche en détail en rapportant des événements supplémentaires, il n’en demeure pas moins que certaines dates, pourtant inexactes, se retrouvent chez les deux auteurs. Ainsi, les textes s’accordent sur 1328 pour fixer la mort d’Ottoman, Osman Ier (1281-1324) ; Giovio écrivant : « Il régna vingt-huit ans et finit les jours de sa vie en 1328705 » et Sanudo : « Le dit Seigneur Ottoman vécut au pouvoir vingt-huit ans et mourut en 1328706. » Sanudo donne 1350 pour date de la mort d’Orkhan probablement advenue en 1362 en écrivant que son fils Murâd Ier lui succède à cette époque : « Ensuite lui succéda Murâd son fils à l’époque du pape Clément VI en 1350707. » La formulation est quelque peu différente dans le Commentario mais conduit à des indications chronologiques très proches : « À la fin il mourut, et laissa son fils Murâd profiter de la victoire, il régna vingt-deux ans et passa à l’autre vie sous le pontificat de Clément VI. Ce Murâd […]708 », car l’indication d’un règne durant vingt-deux ans suggère une date de mort en 1350. Une dernière précision chronologique attire l’attention : la mort du même Murâd, fixée traditionnellement à 1389. Or, Sanudo écrit : « Le Grand Turc mourut dans le camp des Turcs blessé lui-même à Philippopolis l’an 1373, vaincu. Ce fameux Murâd régna vingt-trois ans et cela se produisit sous le pontificat de Grégoire XI709. » Le texte de Giovio varie en fait selon les éditions. L’édition aldine de 1541 indique : « Murâd, qui régna vingt-trois ans et mourut en 1373 sous le pontificat de Georges XI710 », une autre édition vénitienne due à Giovanni Andrea Vavassore ou Valvassore de la même époque711 note : « Il régna XXIII [ans] et mourut en M. CCCLXIII. sous le pontificat de Grégoire XI712. » Les divergences ne seraient que l’oubli d’un X, la durée du règne étant inchangée et une confusion de lettres transformant Georgio en Gregorio. Enfin, la traduction latine de 1537 due à Francesco Nigro atteste également de la date de 1373 : « Murâd régna vingt-trois ans et mourut en 1373 sous le pape Grégoire XI713. » La proximité entre le texte de Giovio et le manuscrit de Sanudo suggérerait que Giovio se soit inspiré de cette petite histoire des Turcs pour composer son propre texte ou bien que les deux auteurs ont eu recours à une même source.

287En outre, la justesse des traductions des termes turcs, les renvois à des événements du passé parfaitement avérés attestent d’une bonne documentation. La description exacte n’infirme ou ne confirme en rien les rapports entre le texte de Giovio et l’exposé de Caroldo. Seul le choix délibéré de prendre un exemple contemporain de Caroldo peut sembler un début de preuve. En effet, faut-il voir une détermination spéciale dans le choix précis des exemples de Sinan Pacha ou Ahmed Pacha, contemporains de Caroldo, parmi toutes les possibilités s’offrant à lui ? Cela accrédite la variété des sources de Giovio.

288Le texte du Commentario n’est pas dénué d’erreurs, avant 1409, les indications temporelles fournies par Giovio peuvent même paraître parfois quelque peu fantaisistes, mais elles sont soigneusement reproduites et amplifiées par certains de ses successeurs. Cependant, au-delà de cette date, il se montre extrêmement bien informé sur les événements décrits, sa version étant confirmée par la mention de faits aujourd’hui vérifiés. La première mention d’un témoin rencontré par Giovio se trouve dans la vie de Mehmed II :

  • 714 Giovio, 1541, fol. 11.

J’ai appris du capitaine Giovanni Paolo Manfrone, qui est mort depuis devant Pavie, qu’un jour tous les hommes d’armes se disposèrent en bataillon en formation de coin à la façon des antiques Romains, Manfrone prit leur tête, et les Turcs sortant aussitôt de leurs abris vinrent les attaquer de telle sorte qu’ils venaient s’empaler dans les lances, celles-ci étaient tournées vers l’ennemi sans besoin de sortir des rangs, ainsi ne réussissant pas à les mettre en désordre ni à les faire sortir du fort, ils [les Turcs] se tournèrent vers la terre allemande, vers Cadore et prirent de nombreuses vies714.

  • 715 Diaz Tanco, 1558.
  • 716 Diaz Tanco, 1558, p. 26.

289Preuve peut-être de l’utilisation de sources écrites pour établir la datation d’événements antérieurs, Giovio propose une double datation en faisant à la fois mention de l’année et du nom du pape régnant à ce moment-là. Pourtant, ce qui de prime abord apparaît comme un moyen renforcé d’établir la datation des événements se trouve être une double source de confusion, car pour certains événements non seulement la date est fausse, mais le nom du pape proposé ne correspond ni à la date effective ni à celle supposée. Comment expliquer de telles erreurs de datation suggérant que cet habitué du Vatican ne connaîtrait pas la succession des papes ? En outre, parmi les papes ainsi cités figure le nom d’un antipape, Alexandre V. Voilà peut-être un moyen d’identifier ses sources. C’est aussi une opportunité pour démasquer ses imitateurs. Ainsi, Vasco Diaz Tanco qui cite Giovio en tête des auteurs ayant écrit sur le sujet715 reproduit les datations erronées de Giovio et les enrichit d’autres références contemporaines716 et pour mieux situer la mort d’Osmân Ier il ajoute le règne d’Alphonse onzième roi de Castille, celui de Don Donis au Portugal et de Charles le Bel en France, mentionnant encore l’Ordre des chevaliers de Saint-Jean et la défaite de celui du Temple.

  • 717 Giovio, 1554, t. I, fol. 125-164.

290En revanche, les connaissances de Giovio sur les souverains turcs se révèlent très précises et parfaitement irréprochables à partir de Bâyezîd (1481-1512) et peuvent se vérifier notamment dans l’Histoire de son temps aux livres XIII et XIV717. C’est d’ailleurs le contenu de ces fameux livres qui fait connaître Giovio à la cour pontificale. Il semble que dans le cas du Commentario l’intérêt de Giovio porte davantage sur les faits en eux-mêmes, exacts dans leur déroulement, que sur leur datation précise, car son objectif dans ce libelle n’est pas de proposer une histoire des sultans turcs, mais d’expliquer d’où ils tirent leur puissance afin de les combattre plus efficacement. Ce texte n’est en rien conçu par son auteur comme une œuvre historique, car dans ce cas, Giovio l’aurait rédigé en latin comme tous les ouvrages qu’il destine à la postérité. Dans cette mise au point destinée à aider les stratèges, Giovio fait œuvre de compilateur de sources diverses dont une part incontestable semble bien vénitienne. Les allusions historiques aux Romains, aux Grecs ou aux Macédoniens n’ont d’autre but que de révéler la valeur des guerriers turcs.

  • 718 Giovio, 1958, p. 23.

291Une certaine affection pour Venise transparaît peut-être dans sa façon de désigner Venise. Parler des aventures de Messire San Marco, son saint patron, lui permet de personnifier Venise et de lui donner une dimension humaine. Certes, on parle également de saint Ambroise pour Milan et de saint Georges pour Gênes, mais Giovio y glisse des nuances plaisantes comme dans sa lettre de septembre 1545 au cardinal Farnèse où il est question de Madonna la Sede Apostolica qui risque de devenir une fantesca à sept carlins par mois et de Messer San Marco qui a mal d’estomac et devrait rendre des villes du Milanais, mais « qui n’accepterait pas les offres du sultan Bâyezîd afin que le lion et le loup ne soient l’un après l’autre dévorés par le dragon718 » autant de métaphores permettant d’expliquer la situation sans trop s’exposer tout en faisant sourire son lecteur.

  • 719 Attribut de saint Marc l’Évangéliste, « car dès les premières lignes de son récit, il parle de la (...)

292Parlant de « lion719 », de « messire saint Marc » ou encore de l’évangéliste, Giovio n’en désigne pas moins les enjeux :

  • 720 Giovio, 1956, p. 229.

Et assurément, il me semble être une grande négligence que de laisser perdre ce pauvre Évangéliste, sans lequel on peut difficilement croire que l’on puisse faire quelque chose de bon contre le Turc par mer, qui avec cette amitié renouvelée se met à l’abri pour pouvoir n’être jamais attaqué par les Chrétiens qui n’ont pas la possibilité de mener l’attaque par la terre et pourraient la mener avec bonheur par mer avec la compagnie de Saint Marc720

  • 721 Pujeau, 12-13 juin 2009.
  • 722 Giovio, 1956, p. 229.

293Pour Giovio, la flotte vénitienne est un point crucial dans les conflits avec les Turcs. Le parti choisi par Venise est donc capital. Certes, elle n’est plus capable d’affronter la flotte ottomane à elle seule, mais son poids reste déterminant en cas d’attaque combinée des chrétiens. Les plans de bataille721 proposés alors tiennent tous compte de cette dimension. De leur côté, les Turcs, conscients de cette réalité, œuvrent sans relâche pour obtenir la paix avec Venise et même pourquoi pas son alliance. Ainsi, loin d’accabler Venise, Giovio fait porter ses reproches sur ceux qui à ses yeux sont responsables de cette situation : « Ces princes catholiques et très chrétiens en paroles722. »

294Les écrits de Giovio et la documentation vénitienne délaissent pareillement les questions de religion, de culture et d’art turcs. Plus encore, des similitudes entre des textes « officieux » vénitiens ou de diffusion strictement vénéto-vénitienne et des récits de Giovio pourraient permettre d’accréditer la thèse de son accès à une partie de la documentation de Venise. Ce dernier a eu l’opportunité de se procurer ces informations tant pendant ses séjours dans la Sérénissime que par l’intermédiaire de contacts vénitiens comme Marino Sanudo qui avait accès à toutes les pièces que pouvait convoiter notre historien. Ainsi, il est assuré que Giovio a tiré une partie de ses informations de la sphère vénitienne.

295La consultation de sa correspondance atteste bien que le réseau vénitien lui fournit régulièrement des nouvelles. Giovio est toujours resté en relation avec Venise et bien souvent il écrit à un contact vénitien pour obtenir un éclairage sur une affaire.

296Pour de nombreuses raisons, Giovio semble toujours avoir eu une grande affection pour Venise et pour ses ressortissants. Il trouve l’endroit merveilleux pour un intellectuel comme lui ainsi qu’une source d’informations extrêmement abondante sur les Turcs, grand centre d’intérêt de ses réflexions. En outre, Messire San Marco est pour lui le champion de la libertas Italiae et le gonfalonier de la République chrétienne.

33. Le gonfalonier de la croisade
La historia de tutte le guerre facte…, Milan, début xvie siècle

297Il sait que la position de Venise est centrale dans les conflits opposant chrétiens et Ottomans, et il voit dans Venise qui a toujours su se préserver de la domination de tout adversaire un espoir face aux menaces contemporaines. Et en médecin attentif, il surveille le pouls et la bonne santé de Messer San Marco dont il s’enquiert souvent.

298Peut-être sensibilisé aux préoccupations vénitiennes par ses sources et ses amitiés, Giovio n’en réserve pas moins un rôle particulier à Messer San Marco dans ses élaborations stratégiques. Conscient de la valeur militaire de la Sérénissime, il compte bien exploiter cette puissance pour la défense de la République chrétienne.

Messer San Marco porte-drapeau de la croisade ou porte-parole des Turcs ?

  • 723 Il occupe notamment cette charge de 1600 à 1603. Voir Pujeau, 2012 b, p. 277.
  • 724 Relazioni degli ambasciatori Veneti al senato, 1839, Serie Ia vol. I, p. 403.

299Par son prodigieux réseau de renseignement, Venise sait tout des projets ottomans. Mais la situation géographique de ses territoires la laisse à la merci de son voisin turc. Or, justement, le bayle de Constantinople Agostino Nani723 écrira plus tard à propos de la Sérénissime « laquelle est voisine et par la mer et par la terre avec les Turcs, et se retrouve plus exposée que les autres au danger724 ». La prudence de Venise pendant le siège de Rhodes vient de cette même raison, mais sa puissance navale, gage d’un avantage décisif connu de tous, est l’enjeu de violentes batailles diplomatiques pour l’attirer dans son camp. Redoutant la marine vénitienne, les Turcs déploient des trésors de diplomatie pour obtenir au moins la neutralité de la Sérénissime. D’un autre côté, les autres puissances chrétiennes craignant toujours qu’elle ne se lie avec l’adversaire turc ourdissent régulièrement des ligues anti-vénitiennes.

  • 725 La Houssaye, 1695, p. 145-174
  • 726 Storia della cultura veneta, « Il momento di Agnadello », op. cit., Vicenza, Neri Pozza, p. 623 sq

300L’argumentaire développé par un certain Louis Hélian illustre la perception que l’on se fait alors de Venise. On ne trouve de traces de ce fameux Louis Hélian qu’en 1510. Il est désigné comme étant originaire de Vercelli ou Verceil, ville du Piémont, au bord de la Sesia, située à l’est de Milan, où fut signé le 9 octobre 1495 le traité de Verceil entre Charles VIII (roi de France de 1483 à 1498) et Lodovico Sforza le More (1452-1508) devant son surnom à sa peau basanée et à sa réputation de ruse. Il pousse Charles à revendiquer le royaume de Naples, ce qui déboucha sur les guerres d’Italie. Ce traité scelle la paix entre les deux hommes et reconnaît la suzeraineté de Charles VIII sur Gênes qui doit restituer Novare au nord-est de Verceil. Entre 1500 et 1512, Verceil appartient au duché de Savoie et non à Louis XII. Les sources divergent sur le nom de ce diplomate : Nicolas Amelot de la Houssaye725 qui a repris et traduit sa fameuse Harangue parle de Louis Hélian, nom à consonance française, d’autres sources le nomment Luigi Heliano, mais les dictionnaires biographiques, historiques et encyclopédiques, tant français qu’italiens, ignorent tout de ce personnage. Nous suivrons les historiographes726 qui le signalent sous Louis Hélian

  • 727 Le titre complet du texte conservé à la Bibliothèque nationale de France, Dupuy 261, fol. 254 : Lu (...)
  • 728 Guicciardini, t. I, liv. VIII, chap. xvi, 1996, p. 629.

301Cette Harangue adressée par l’ambassadeur français Louis Hélian à l’empereur Maximilien de Habsbourg (1459-1519) « roi des Romains » régnant sur le Saint Empire romain germanique de 1493 à 1519, reproduit le discours de ce diplomate à Augusta pour exhorter l’empereur à la guerre contre Venise le trois des Ides d’avril 1510 soit le 16 avril 1510, comme l’indique le texte imprimé à Augsbourg également en 1510727. L’empereur, comme le rapporte Francesco Guicciardini728, a convoqué la diète pour trouver le moyen de remporter la victoire dans la guerre contre les Vénitiens. Or, il est courroucé contre le pape Jules II, pape de 1503 à 1513, incitant de son côté les électeurs de l’empire à conclure un accord avec les Vénitiens.

  • 729 Norwich, 1987, p. 370.
  • 730 Le Fur, 2001, p. 83.
  • 731 Norwich, 1987, p. 375.

302Or, cet épisode rappelle également la Ligue de Cambrai, suscitée par la convoitise de territoires que Venise détenait pourtant en toute légalité. En 1508, Rome, la France, l’Espagne, l’empire, Milan, la Hongrie et les Pays-Bas ne songent qu’à « démembrer l’État vénitien, avec une expédition militaire réunissant tous les États de la chrétienté européenne729 ». Déjà, ils se partagent par avance leurs futures conquêtes, mais Jules II contrarie leurs projets à propos des dépouilles vénitiennes, l’Italie sera partagée en trois : Milan au nord pour la France, Naples au sud à l’Aragon, et entre les deux, les États de l’Église, seuls, puissants et prospères. Le 10 septembre 1508, le traité de Cambrai est signé. Le pape, se défiant de ses associés, ne rallie l’alliance que le 5 avril 1509. À peine neuf jours plus tard, la France déclare la guerre à Venise. Le 10 mai, alors que Louis XII se trouve à Milan, Jules II publie une « bulle qui faisait état des griefs reprochés aux Vénitiens. Elle les accusait de lèse-majesté divine et les excommuniait […] Louis XII avança en ravageant toutes les cités et les châteaux qui refusaient de se soumettre. Le 11 mai, l’armée était sur le bord de l’Adda […] Le 14 mai, le roi était au lieu dit Agnadel qui devait aussi être le lieu de la bataille730 ». Se produit alors la fameuse défaite d’Agnadello portant un coup terrible au moral des troupes, et poussant les mercenaires à déserter. La quasi-totalité des possessions vénitiennes en terra ferma est perdue et Venise ne doit son salut qu’aux « dangereuses eaux peu profondes qui l’entouraient731 ».

303La situation militaire semble désespérée. Venise est alors frappée par l’interdit pontifical. Mais les Vénitiens, prévoyant un blocus, font provision de blé, construisent des moulins sur des radeaux, s’assurent de la sécurité intérieure en recherchant vagabonds et individus suspects et renforcent la surveillance de la lagune. Par ailleurs, ils dépêchent des ambassadeurs auprès de Maximilien n’ayant pas soutenu la ligue de ses troupes, pour le prévenir des intentions françaises. Le Frioul reste fidèle à Venise. Trévise et Padoue se soulèvent. Lucio Malvezzo, un condottiere à la solde de Venise, s’empare de son côté de Legnago sur l’Adige et menace ainsi directement Vérone et Vicence. Peu à peu la situation apparaît de moins en moins irrémédiable.

34. La déroute vénitienne d’Agnadello de 1509
La miseranda rotta de Venetiani…, Milan, 1509

304Experte en la matière, Venise retisse ses liens diplomatiques. Guicciardini évoque ces missions menées par les Vénitiens :

  • 732 Guicciardini, t. I, liv. III, chap. v, 1996, p. 581.

[…] ils résolurent de faire grande diligence pour se réconcilier de quelque façon avec le pape, avec le roi des Romains et avec le Roi Catholique sans penser aucunement à apaiser l’esprit du roi de France, parce qu’ils ne se méfiaient pas moins de sa haine à leur égard qu’ils ne craignaient ses armes732.

  • 733 Rendina, 2003, p. 610.
  • 734 Norwich, 1987, p. 381.
  • 735 Norwich, 1987, p. 381.

305Restituant les cités de Romagne au pape en signe de bonne volonté, Venise compte arriver à une paix pouvant même déboucher sur une alliance733. En effet, Venise constitue un rempart contre la menace turque tout en assurant les conditions nécessaires pour se débarrasser de la domination française en Italie. Ainsi, se profile désormais une Ligue sainte apte à s’opposer à Louis XII. Pour Norwich, le pape ne serait pas si favorable à Venise : « La restitution des terres de la papauté ne l’avait pas apaisé. Sa haine pour la Sérénissime était plus virulente que jamais734 » et s’il « avait accepté à Rome une ambassade vénitienne de six hommes […] ce n’était que pour infliger de nouvelles humiliations à la République. […] Il n’était pas question de leur pardonner, tant que les dispositions de la Ligue de Cambrai n’auraient pas été suivies à la lettre et qu’ils ne se seraient pas agenouillés, la corde au cou, devant lui735 ».

  • 736 Norwich, 1987, p. 382.

306Venise n’a donc plus le choix : « Si aucune puissance chrétienne n’était prête à lui venir en aide, il lui faudrait se tourner vers les Turcs736. » Elle regarde alors vers le sultan, mais ce dernier ne donne pas suite. Sans autre solution, Venise est finalement contrainte d’accepter les conditions du pape le 29 décembre 1509. Elle se soumet totalement au Saint-Siège, perd son droit de nommer les membres du clergé, son pouvoir juridique sur les sujets du souverain pontife, doit rembourser à Jules II les frais de guerre et les revenus perdus. L’Adriatique est ouverte à tous, sans droits de douane. La Sérénissime doit fournir en outre quinze galères en cas de conflit contre les Turcs. C’est ainsi que le 24 février 1510, devant Saint-Pierre, une cérémonie humiliante pour Venise scelle ces accords. Devant les portes de Saint-Pierre, Jules II prend place sur un trône entouré de douze cardinaux. Les cinq ambassadeurs vénitiens viennent lui embrasser un pied, puis s’agenouillent sur les marches pendant que Domenico Trevisan demande l’absolution au nom de la République, l’évêque d’Ancône lisant intégralement le texte de l’accord. Ils reçoivent ensuite un coup de verge symbolique de chacun des cardinaux et embrassant de nouveau le pied du pape, se voient enfin accorder le pardon. Venise et le pape sont désormais réconciliés, la Ligue de Cambrai a vécu.

307C’est dans ce contexte que Hélian doit tenir son discours en tant que senator ac orator. Cette précision souligne son caractère de dignitaire, coutumier des pratiques des milieux officiels.

308Si l’orateur est un messager, un porte-voix se bornant à réciter un texte dicté par son maître, l’ambassadeur remplit une mission diplomatique, faite de tractations à mener, avec un pouvoir plus important. Deux textes contemporains d’Amelot de la Houssaye éclairent cette fonction :

  • 737 Wicquefort, 1690, p. 2.

Les Princes ont leur commerce entre eux comme les autres hommes ; mais ne pouvant se communiquer en personne, sans quelque préjudice de leur dignité ou de leurs affaires, ils se servent de l’entreprise de quelques Ministres, à qui ils donnent le caractère d’Ambassadeurs, ou autre qualité publique737

  • 738 Zuñiga y Figueroa de la Roca, 1642, p. 33.

309Pour Zuñiga y Figueroa de la Roca, l’ambassadeur est un « conciliateur des affaires des princes, un homme envoyé de loin, pour traiter des affaires publiques, par élection particulière non avec des ruses ou finesses de guerre, mais avec l’éloquence et la force de l’esprit738 » ajoutant « l’orateur, avec la douceur de son éloquence et la variété des figures de rhétorique, rend agréables plusieurs matières qui seraient odieuses à qui elles plaisent, sans être pourvues de cet ornement ». Ainsi, orateur n’est qu’une facette du diplomate : orateur et ambassadeur désignent donc une même réalité. Georges Edon, dans son Dictionnaire Français-Latin, qui fait toujours référence, confond d’ailleurs orator et legatus dans la traduction d’ambassadeur.

  • 739 Zuñiga y Figueroa de la Roca, 1642, p. 166.

310Et en tant qu’orator, Hélian remplit donc la charge de porte-parole, député, envoyé en prononçant sa fameuse Harangue à Augsbourg. Des traités contemporains explicitent les attributions de pareils envoyés, leur interdisant entre autres de traiter des matières de guerre : « Tout ce qui se ménagera entre les armes, sera par accident et comme un passage pour arriver à la paix qui doit naître de cette guerre739 », quoique cela semble spécieux.

311Mais Louis Hélian cherche pourtant à lancer la guerre contre les Vénitiens et les Turcs :

Extrait de la Harangue de Louis Hélian, ambassadeur de France, prononcée en présence de l’empereur Maximilien, des électeurs, des Princes, des Prélats et des Députés des villes de l’Empire, en l’an 1510.

  • 740 Allusion aux tentatives des Vénitiens pour s’accorder avec Maximilien (en 1509) rapportées par Gui (...)
  • 741 Pujeau, « Bartolomeo Colleoni ou l’utilisation d’un mythe », Studi Veneziani, L, Pise, Istituti ed (...)

C’est pourquoi, si vous n’écrasez promptement la tête de ce serpent venimeux [il parle de Venise] alors qu’il est encore étourdi du coup qu’il vient de recevoir [référence à Agnadello] je vous prédis qu’un jour il vous infectera tous de son venin, et vous serrant dans ses replis il vous étouffera, Vous et vos successeurs.
Outre cela, ils ont la politique en la main avec le secret de traiter et de négocier. Ils choisissent pour leurs ambassadeurs des sénateurs pleins de ruses et d’artifices, qu’ils envoient partout avec des filets et des hameçons pour tromper et surprendre les Princes étrangers, comme des poissons et des oiseaux. […] les méchants hommes, esclaves de leurs passions et de leurs convoitises, après avoir exercé leurs cruautés partout, vous représentent740 aujourd’hui l’inconstance de la Fortune et la vicissitude des choses du Monde. Ils vous allèguent l’exemple d’Alexandre, de Scipion, de César, avec des raisons morales et chrétiennes pour vous persuader la modération, la clémence et la miséricorde. Ils vous font des soumissions excessives et ils vont essayer bientôt d’apaiser votre juste colère par des offres d’argent. Mais souvenez-vous de faire comme Ulysse, gardez-vous bien d’écouter le chant des Sirènes et de vous laisser aller à leurs caresses. […] Car toutes ces prières et ces promesses des Vénitiens, qui n’ont jamais épargné ni Dieu ni les hommes, ne sont comme les breuvages de Circé que pour endormir les Princes et les jeter ensuite dans le précipice. […] Témoins le comte Francesco Carmagnola et Bartolomeo Colleoni gentilhomme de Bergame, leurs Généraux, deux des plus grands capitaines de leur temps, dont l’un a eu la tête tranchée sur la Place Saint-Marc, pour un mot de raillerie qui lui avait échappé, et l’autre a été payé de ses services par le poison, seulement parce qu’il était devenu plus riche qu’ils ne le voulaient741.

312Farouche pourfendeur des Vénitiens, Louis Hélian se livre à un réquisitoire révélateur du poids de la Sérénissime. Il cite Bartolomeo Colleoni pour convaincre son auditoire de la duplicité de Venise afin de susciter une ligue et mener une croisade contre elle.

313Le style lapidaire dont use Hélian dans ce passage permet de donner une grande dynamique au discours. Le choix de se focaliser sur l’empoisonnement de Colleoni permet de construire un équilibre avec l’évocation tout aussi enlevée du sort de Carmagnola. Par ce balancement, Hélian rapproche ces deux morts aux motifs bien légers, selon sa présentation, Venise jalousant la richesse de Colleoni et se montrant vindicative au sujet de Carmagnola.

  • 742 Frigeni, 1985, p. 207.

314Après la paix de Lodi, où Colleoni a été ignoré lors des négociations, il rentre à Malpaga dans l’esprit d’y finir ses jours ; il se sent vieux et fatigué après la conclusion de cette dernière campagne. À cela s’ajoutent des deuils cruels : la mort de sa fille préférée Medea, le 6 mars 1470 (il perdra Tisbe, sa femme, le 7 avril 1471). Aussi, quand en 1470, il veut renoncer à son commandement afin de « se retirer pour prier et méditer742 », Venise refuse tout en lui accordant une longue période de repos. En effet, conserver Colleoni à la tête de ses troupes lui permet de continuer de bénéficier du prestige de son nom. Elle lui organise ainsi une cérémonie le 1er mai 1470. Venise réserve un accueil triomphal à son condottiere et le 13 mai, à la fin des festivités, on l’honore d’une des plus grandes reconnaissances faites à un non-Vénitien, et par une concession suprême du Sénat, il est ainsi admis dans les rangs de la noblesse vénitienne, signe de la profonde reconnaissance pour les services rendus par le condottiere à la Sérénissime.

  • 743 Frigeni, 1985, p. 216.

315Quand en 1494 son état de santé empire, Venise lui dépêche l’ambassadeur Candiano Bollani et les deux seigneurs Francesco Diedo et Zaccaria Barbaro avec pour mission que la « mort se produise sans dommage pour la Sérénissime743 ». Ils posent ainsi des scellés s’assurant que rien ne soit touché de l’héritage avant la lecture du testament. Si Venise a veillé sur ses intérêts, il est moins sûr qu’elle ait hâté un trépas qui semble par ailleurs naturel.

316Provoqué ou pas, cet héritage représenterait un bon mobile, or Hélian n’en parle pas. L’empoisonnement motivé par la jalousie lui paraît plus marquant qu’une captation d’héritage. Louis Hélian veut convaincre Maximilien et ses princes du danger que représente Venise. Ce danger ne porte pas sur l’argent mais sur son manque de fiabilité. Il dépeint la Sérénissime comme capable de s’en prendre à ses propres alliés en raison de mauvais penchants la poussant à trahir.

317Louis Hélian entend montrer le peu de foi de Venise et préfère accumuler les exemples de ses trahisons. Ainsi, la double citation de Carmagnola et Colleoni n’est qu’un élément d’une suite de témoins de cette fourberie de Venise. Il convoque des témoignages aussi variés que le sort du roi Jacques de Chypre, celui du Patriarche et des douze chanoines d’Aquilée, celui du roi de Hongrie, celui de l’empereur de Constantinople, celui des Carrara et de tous leurs voisins, ainsi que ceux des empereurs romains et des ducs d’Autriche et enfin, même celui du pape et du Saint-Siège : tous volés par les Vénitiens. Cette liste d’exemples apporte une amplification à son discours. Cette construction toute rhétorique en anaphore renforce l’effet de martèlement produit par cette suite d’arguments. Hélian choisit des exemples fameux attestant au passage de la renommée de Colleoni, un des meilleurs capitaines de son temps. Ainsi, son meurtre apparaît comme d’autant plus odieux, ce qui doit convaincre l’empereur Maximilien et sa cour de la fourberie de Venise !

318À cela il faut ajouter l’acharnement avec lequel il poursuit Venise, décidé à la couper de tous les appuis possibles afin de la mettre définitivement hors d’état de nuire. Convaincu, l’empereur Maximilien refuse d’entendre les propositions de paix des Vénitiens et chasse Achille Crasso, le nonce du pape les ayant défendus. Non content de ce premier résultat, quand ce nonce se rend auprès du roi de Hongrie pour conclure un accommodement avec les Vénitiens, Hélian s’y précipite à son tour pour poursuivre son action, ce que traduit la phrase de conclusion de sa nouvelle harangue :

  • 744 La Houssaye, 1695, p. 174.

Et qu’enfin, l’Église avait à combattre deux dragons furieux, qui voulaient la dévorer, l’un au-dedans, qui était Venise, et l’autre au-dehors, qui était le Turc ; mais qu’il fallait écraser celui du dedans en premier, si l’on voulait être en sûreté chez soi ; et qu’après cela on pourrait bien venir à bout de l’autre744.

  • 745 Guicciardini, 1996, t. II, p. 698.
  • 746 Norwich, 1987, p. 393.

319Cependant si, dans un premier temps, il réussit à saper les manœuvres diplomatiques de Venise, dès 1511, la situation se renverse. L’empereur Maximilien en vient à l’idée d’une paix universelle745 qui, selon le roi d’Aragon, lui permettrait de contrôler le pape et par là Venise, obligée de se plier à la volonté pontificale, pour ne pas rester seule. Ces négociations débouchent sur la signature de la paix avec Venise au prix de marchandages compliqués, mais tous, tant le pape que l’empereur, sont en fait aiguillonnés par leur haine des Français. Le pape Jules II, continuant ses machinations, compte alors former « une nouvelle ligue comprenant Venise, l’Espagne, l’Angleterre et, si possible, l’Empire ; [car] leurs forces permettraient de chasser définitivement les Français de la péninsule746 », tous cherchant le moyen de limiter la puissance du roi de France et assurer la libertas Italiae. Et le 4 octobre 1511, Jules II proclame ainsi sa Sainte Ligue et lance les préparatifs de la guerre contre les Français. Ainsi, le grand réquisitoire d’Hélian désignant Venise comme l’ennemi de la chrétienté contre lequel il fallait lancer une croisade ne connaît qu’un effet fugace. Outre cela, les positions prises par la France lors de cette campagne embarrassent d’éventuelles manœuvres de rapprochement avec les adversaires d’hier. Ceci explique peut-être la disparition de la scène diplomatique de l’ambassadeur Hélian qui s’est montré, semble-t-il, quelque peu trop zélé dans cette affaire.

320Mais cette fureur répandue contre Venise, un temps partagée par d’autres puissances chrétiennes, révèle son importance dans les affaires de l’époque et particulièrement en ce qui concerne les Turcs. On redoute l’alliance de Venise avec ces derniers, car leurs flottes unies seraient assurément invincibles. Mais Venise sait que se rapprocher des Ottomans reviendrait à s’isoler définitivement du reste de la République chrétienne. La Ligue de Cambrai prouve bien l’élan qui peut rapidement se lever contre elle.

321Or, Giovio explique et justifie l’attitude de Venise, prenant volontiers son parti. Il fonde d’immenses espoirs sur Messer San Marco, le dernier gonfalonier de la liberté de l’Italie.

  • 747 Pujeau, 6-7 mai 2010.

322L’expertise navale de Venise lui confère un rôle majeur dans les élaborations tactiques et les préparatifs navals de l’époque. En prenant l’exemple de la campagne conjointe de 1538747, la constitution d’une flotte capable de tenir tête aux adversaires turcs révèle la puissance des uns et des autres. La répartition entre les différents participants de la Ligue révèle la supériorité de la puissance navale de Venise surtout si l’on songe que les accords chargent également Venise de procurer au pape tous les navires requis déjà équipés, le pape n’ayant plus qu’à fournir les marins.

  • 748 Lane, 1934 (réédition 2010), p. 151.

323Afin d’atteindre cet objectif, la construction navale vénitienne s’adapte. Aussi, dans l’Arsenal de Venise748, la vitesse de production des bateaux augmente très nettement durant les préparatifs de la campagne. Avant août 1537, l’Arsenal fournit cent galères et six nouvelles galères légères, deux anciennes, trois vieilles galères bâtardes et neuf autres sont déjà prêtes à être calfatées. La rapidité atteinte dans la construction permet d’assembler cinquante vaisseaux entre juin 1537 et avril 1538. L’augmentation de la production requérant plus de main-d’œuvre, l’organisation du travail devient également plus complexe.

35. L’arsenal de Venise au xvie siècle

324L’Arsenal qui emploie entre autres des charpentiers, des calfats, des scieurs et des fabricants de rames, à la journée ou à la tâche doit renforcer en 1537 l’encadrement face à l’accroissement du travail et du nombre des ouvriers du chantier. En outre, entre 1530 et 1560, le nombre de charpentiers de marine et de calfats double à Venise, et ce bien plus rapidement que l’ensemble de la population de la ville. En 1538, les registres de l’Arsenal comptabilisent ainsi six cent quatre-vingt-treize charpentiers de marine, six cent cinquante-deux calfats et trente-six fabricants de rames. On compte aussi trois cent sept maîtres ayant des apprentis.

325La qualité des constructions navales vénitiennes se retrouve dans le soin apporté au suivi de la flotte : au retour de mission, elle est ainsi scrupuleusement examinée pour déterminer ce qui doit être nettoyé, remis en état et réparé et il en va de même pour les nouveaux vaisseaux qui sont minutieusement contrôlés. En outre, les approvisionnements en matériaux s’améliorent à cette époque et le travail des contremaîtres et des experts devient plus efficace. L’Arsenal de Venise est un endroit éminemment stratégique, surveillé jour et nuit.

  • 749 Pour Hammer, 1836, t. V, p. 296, Barberousse dirigeait cent vingt-deux navires face aux cent soixa (...)

326Si la flotte devait réunir deux cents galères légères et le plus grand nombre possible de bateaux et de gros vaisseaux nécessaires pour emporter quelque cinquante mille soldats (fanti) et quatre mille chevaliers, suivant les sources749, le nombre total de navires rassemblés au large de Préveza, première étape de la croisade, aurait été entre cent soixante-sept et deux cent soixante vaisseaux.

36. Galère légère et galère à fanal

327Besbelli détaille la composition de la flotte : pour la formation espagnole placée directement sous l’autorité de l’amiral Andrea Doria, cinquante-deux galères. Les galères étaient des vaisseaux longs (par opposition aux vaisseaux ronds) munis de rames et de voiles. Elles pouvaient porter un éperon. Elles étaient de différentes tailles, suivant le nombre de mâts ou de rangs de rameurs. Les Vénitiens devaient fournir quatre-vingt-et-un bateaux répartis en soixante-dix galères et un puissant galion commandés par Vincenzo Capello. Les galions, étaient des bâtiments de construction mixte, plutôt vaisseaux ronds avançant généralement à la voile, de plus grande charge que les autres navires. Venise amenait aussi dix caraques sous les ordres de Kondo Lambro. Les caraques étaient de grands vaisseaux pouvant porter mille six cents tonnes de fret et de trente à quarante canons.

37. Caraque et galion

328La flotte pontificale aurait compté trente galères placées sous l’autorité de Grimani et celle des chevaliers de Saint-Jean dix ; il faut encore ajouter quatre-vingts barges commandées par Alessandro Condulmer pour la formation hispano-portugaise. Les barges étaient des bateaux à fond plat plus petits que les caraques, elles pouvaient néanmoins porter le même nombre de canons.

329Selon ces chiffres, la flotte chrétienne se serait élevée à deux cent soixante vaisseaux, forts de deux mille cinq cents canons et six mille hommes. Ainsi, les embarcations vénitiennes auraient donc représenté pratiquement la moitié à elle seule, expliquant le caractère crucial de la participation de la Sérénissime.

  • 750 Preto, 2004, p. 95 sqq.

330Outre sa puissance navale, Venise possède un formidable réseau d’information sur les Turcs. Une part importante de ses archives porte sur les Documents turcs mais également sur les papiers des Bayles de Constantinople, les Archives de Constantinople ou encore les Dépêches des ambassadeurs de Constantinople ou les Relations diverses venues de Turquie. Toujours à la pointe de l’information, par des moyens parfois très divers750, Venise use également de toute sa diplomatie pour se tirer d’embarras.

  • 751 Giovio, 1956, p. 332.
  • 752 Giovio, 1608 b.
  • 753 Aujourd’hui Monemvasia, conquise en 1464 par les Vénitiens et reprise par les Turcs en 1540.

331N’abandonnant pourtant pas son espoir de défense de la République chrétienne contre les Turcs, Giovio espère l’union de tous les chrétiens pour lutter contre leurs ennemis. Le 31 janvier 1544, il exprime son sentiment : « À Rome on cherche les bons Italiens, c’est-à-dire les véritables serviteurs de la Sainte Église et du grand évangéliste, étendard de la liberté d’Italie751 », conférant à Venise une place de choix. Dans ses plans de bataille, la flotte de Venise doit ainsi jouer un rôle essentiel, comme dans le Consiglio752 dans lequel Giovio propose un itinéraire d’attaque des Turcs s’appuyant fortement sur les forces vénitiennes. Il prend ainsi en compte les renforts potentiels de la Sérénissime en énumérant les ports vénitiens : au Ponant, Coron, Modon et Patras et du côté du Levant, Naples de Romanie, l’ancienne Nauplie, Épidaure et Malvoisie753.

332Avec prudence, cependant, Venise se borne à des traités de paix sans jamais offrir son support naval aux Turcs pour un conflit, une telle décision l’aurait séparée de ses frères de religion et déchaîné leur haine contre elle. Le transport de pèlerins turcs ne saurait être pris en considération, car il relève des activités commerciales de la Sérénissime. En outre, aussi embarrassée que puisse se trouver à certains moments de son histoire la Sérénissime, elle n’oublie pas son appartenance à la République chrétienne et c’est pour cette raison, semble-t-il, que Giovio lui garde sa confiance.

Notes

1 Gerosa, 1992, p. 269.

2 Gerosa détaille les manœuvres d’alliance avec les Turcs par François Ier pour mieux combattre la « potenza absburbica », et les rapports de forces qui en découlèrent, dans Gerosa, 1992, p. 269-273.

3 Festivités évoquées par Gerosa, 1992, p. 278-279.

4 Gerosa, 1992, p. 278.

5 Garcilaso de la Vega (1503-1536) fut grièvement blessé au siège de Tunis.

6 Jan Cornelisz Vermeyen (v. 1500-1559) aurait ainsi tiré de l’expédition de Tunis les cartons d’une série de tapisseries faisant revivre les moments principaux avec grand brio.

7 Sepulveda, De Rebus gestis Caroli quinti, liv. XXX, § 33. Ce texte se trouve à la Biblioteca de la Real Academia de la Historia dans le codex 9/5820 d’environ 1560 sous le nom Códice de Torrepalma, contenant les trente livres du De rebus gestis Caroli Quinti imperatoris et regis Hispaniae (fol. 1-602). Il existe une édition moderne De Rebus gestis Caroli quinti, 1994.

8 Machiavelli, 1993 b, section XVI « De liberitate et parsimonia », p. 280-281. Il préfère un prince préservant sa fortune pour le bien de l’État à celui qui se ruine en étant munificent. Il n’oppose cependant rien au fait de distribuer le bien d’autrui.

9 Machiavelli, 1993 b, section XXI « Quod principem deceat ut egregius habeatur », p. 292.

10 Morel-Fatio, 1913.

11 Morel-Fatio reconstitue une chronologie de leurs contacts au chapitre v intitulé « Paul Jove », dans Morel-Fatio, 1913, p. 105-122.

12 Giovio, 1551, liv. VII, éloge I, p. 321.

13 Giovio, 1532, fol. 2.

14 Giovio, 1551, p. 321.

15 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 107 verso.

16 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 97 verso.

17 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 15 verso.

18 Mula zoppa, « mule boiteuse » renvoie peut-être à la lenteur avec laquelle arrivait la gratification de Giovio depuis qu’il l’attendait, pour l’ironie sur zoppo, voir Ferrero dans Giovio, 1958, p. 320.

19 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 97 verso.

20 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 15 verso.

21 Morel-Fatio, 1913, p. 110.

22 Il s’agit de l’entreprise des Flandres de 1543, dont Giovio fera le récit au livre XLIV de l’Histoire de son temps, vers 1524.

23 Giovio, 1554, t. II, fol. 303 verso et 304.

24 Morel-Fatio, 1913, p. 115.

25 Morel-Fatio, 1913, p. 115.

26 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 107 verso.

27 Antoine Perrenot de Granvelle, minute de la lettre conservée à la Bibliothèque nationale de Madrid, publiée dans Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, Madrid, août 1905, no 8, p. 138 sqq.

28 Luis de Àvila y Zúñiga (1500-1560) avait précédé Giovio pour le récit de la guerre de Tunis. Il est surtout connu pour le De la guerra de Alemania hecha por Carlos V, maximo emperador, rey de España, en el año de MDXLVI y MDXLVII, Venise, 1548.

29 Guillaume Van Male, flamand, fut l’aide de chambre et secrétaire de l’empereur, on lui doit les Lettres sur la vie intime de l’empereur Charles Quint, 1942.

30 Morel-Fatio, 1913, p. 114.

31 Giovio, 1958, p. 176.

32 Giovio, 1958, p. 177.

33 Giovio, 1958, p. 177.

34 Cette lettre figure en tête de l’édition de Paris de 1553 utilisée pour cette étude.

35 On trouve effectivement une lettre expédiée de Rome le 3 septembre, adressée à Pier Francesco Riccio, majordome du duc Côme de Médicis, pour l’avertir de prendre soin d’un coffre-fort contenant le manuscrit de ses Histoires qu’il vient d’envoyer à Florence pour le faire éditer.

36 Giovio, 1958, p. 175.

37 Giovio, 1958, p. 179.

38 Giovio, 1958, p. 179.

39 Giovio, 1958, p. 184.

40 Giovio, 1958, p. 184.

41 Giovio, 1958, p. 184.

42 Giovio, 1958, p. 184.

43 Giovio, 1958, p. 184.

44 Giovio, 1958, p. 184.

45 Zimmermann au sujet de la méthode historique de Giovio parle de « testimonianza oculare della storia » fondée sur la confrontation de comptes rendus individuels des participants et témoins des événements, et de discussions avec eux dans « Paolo Giovio » dans Dizionario Biografico degli italiani, 2002, p. 425-426.

46 Bruto, 1566, p. 42.

47 Giovio, 1553, préface, t. I, fol. 1 verso.

48 Lettre au duc d’Albe le 25 août 1547, dans Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 35 verso.

49 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 35 verso.

50 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560, fol. 35 verso : Giovio renvoyait à ses Histoires pour s’en persuader.

51 Lettre adressée à Giambattista Castaldo le 25 août 1547.

52 Lettre au duc d’Albe du 25 août 1547 dans Giovio, 1958, p. 104.

53 Giovio, 1958, p. 104.

54 Giovio, 1553, préface, t. I, fol. 1 verso.

55 Léry, 1994, p. 42.

56 Giovio, 1958, p. 104.

57 Fénelon (1651-1715) reprend la conception de Lucien dans son écrit Sur la manière d’écrire l’histoire par : « l’historien doit embrasser et posséder toute son histoire », dans Lettre à l’Académie, 1879, p. 65 sqq.

58 Georg Voigt a comparé le texte des Histoires avec le mémoire correctif de Voigt, 1872, p. 33.

59 Gerosa, 1992, p. 270.

60 Giovio, 1956, p. 139-143.

61 Giovio, 1956, p. 140.

62 Giovio, 1956, p. 141.

63 Ambrogio Ricalcato ou Recalcati, secrétaire pontifical de Paul III, nommé en 1535.

64 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 7.

65 Giovio, 1956, p. 144.

66 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 78 et Principi 10, fol. 179 verso.

67 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 97.

68 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 102.

69 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 118.

70 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 9.

71 Giovio, 1956, p. 147-148.

72 Giovio désigne sûrement la Chancellerie, côté nord-est du campo dei Fiori à Rome.

73 Gian Matteo Giberti (1495-1543), évêque de Vérone.

74 Nicolò Schönberg.

75 Giovio, 1956, p. 147.

76 Giovio, 1956, p. 353.

77 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 134.

78 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 147.

79 Instructions données par le pape dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 1.

80 Latino Giovenale Manetti (1486-1553), envoyé spécial de Rome.

81 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 152.

82 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 16.

83 Giovio, 1956, p. 149.

84 Explication des dates : le 20 mai est la fête de Bernardino da Siena et le 24 juin celle de la naissance de saint Jean-Baptiste, Giovanni Battista, qui n’est pas Giovanni Evangelista, saint Jean l’Évangéliste, fêté le 27 décembre. Comme ses contemporains, Giovio remplace volontiers les dates par les fêtes correspondantes ou les temps astrologiques.

85 Pietro della Porta, « marchand des joyaux du sceptre » à Constantinople.

86 Ricalcato évoque cette missive dans sa lettre du 13-14 mai à Carpi dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 16.

87 Carpi informe Ricalcato des lettres de l’empereur reçues par le roi le 13 mai dans une lettre du 23 mai dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 164.

88 Lettre du 23 mai dans Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 164.

89 Giovio, 1956, p. 151.

90 Giovio, 1956, p. 151.

91 Giovio, 1956, p. 152.

92 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 174.

93 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 25

94 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 164.

95 Giovio, 1956, p. 153-156.

96 Garde-robe et homme du saint-père et de son fils de nombreuses années et homme d’armes de Marco Antonio Colonna.

97 Giovio, 1956, p. 155.

98 Giovio, 1956, p. 155.

99 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 189-201.

100 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 240. Carpi signale l’arrivée de lettres de Tunis à la cour sans autres explications.

101 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 26.

102 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 222.

103 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 226.

104 Giovio, 1956, p. 156-160.

105 Giovio, 1956, p. 156.

106 Giovio, 1956, p. 160.

107 Citation de l’Écriture, Psaume 35 verset 7 du « Psautier Romain » de la Vulgate en usage jusque sous Pie V (1566-1572) : Iustitia tua sicut montes Dei iudicia tua abyssus multa homines et iumenta saluabis Domine dont la traduction serait : « Que par ta justice, le grand abîme comme les montagnes de Dieu, décide, ô Maître, que tu sauveras les hommes et les bêtes de somme. »

108 La Bible de Jérusalem, 1988, Les Psaumes, 36, p. 751.

109 Giovio, 1956, p. 160.

110 Giovio, 1956, p. 160.

111 Pier Luigi Farnèse était le fils premier né de Paul III, il fut nommé gonfalonier de l’Église et commandant suprême des troupes pontificales. Rendina, 2003, p. 629.

112 Giovio, 1956, p. 160.

113 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 269.

114 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 284.

115 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 33.

116 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 296.

117 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 37.

118 Archives du Vatican, AA.I.XVIII 6528, fol. 39.

119 Giovio, 1956, p. 161-162.

120 Giovio, 1554, t. II, fol. 151 verso.

121 L’emploi de punica permet une double allusion à la fois géographique, en renvoyant à Carthage où débarqua l’empereur au début de la campagne et historique par l’évocation des guerres puniques (-264 à-146) entre Romains et Carthaginois qui aboutirent à la victoire de Rome avec l’annexion de la Sicile (1ère guerre punique), Carthage devenue tributaire de Rome (2e guerre punique), Carthage détruite et l’« Afrique » devenue province romaine (3e guerre punique).

122 Les images évoquent l’âge d’or des Métamorphoses d’Ovide, liv. I, vers 89-112.

123 Insolens Barbarus, le texte de Giovio joue constamment sur la proximité graphique entre Hariadenus Barbarussa et Barbarus.

124 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso : quae sibi suspecta tanquam Punica uideri posset, « [cette foi] qui pouvait sembler suspecte comme carthaginoise » avec un jeu sur Punica fides, « la foi punique », expression traduisant la « mauvaise foi, la plus noire perfidie » par exemple Salluste, De bello Jugurthino, CVIII, 3, à propos des négociations de Sylla avec Bocchus en Numidie occidentale.

125 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso et pour le détail des renseignements, t. II, fol. 160 verso et 161.

126 Giovio, 1554, t. II, fol. 161 : reliquam Afrorum turbam, de afer, afra, afrum traduisant ici « maure ».

127 Les pratiques de ce « mage-prêtre » sont décrites : « magus quidam sacerdos Numida superstitioso ululatu edito praeibat, spargens circumquaque quasdam syngraphas, quibus Christiani nominis militibus dirum exitium imprecabatur » (fol. 161 verso) à la façon des cosmographies avec un vocabulaire assez ironique.

128 Giovio, 1554, t. II, fol. 162.

129 Giovio relate ce témoignage dans Giovio, 1554, t. II, fol. 162 et dans la lettre du 12 décembre 1535 au cardinal Rodolfo Pio di Carpi, dans Giovio, 1956, p. 169.

130 Giovio, 1554, t. II, fol. 162-162 verso.

131 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.

132 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.

133 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.

134 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.

135 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.

136 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.

137 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.

138 Giovio, 1554, t. II, fol. 164.

139 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.

140 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso : partim fumo, partim flammis suphulreo puluere excitatis, expansoque demum uexillo, mais devant dubiae significationis de cette fumée, des flammes de la poudre ou encore de l’étendard qui avait été pris à Sarmento, la troupe de l’empereur pensa qu’il devait y avoir quelque grauem tumultum chez les ennemis.

141 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.

142 L’antique Hippona ou Hippo Regius, ville de Numidie, saint Augustin y fut évêque de 396 à 430 comme Giovio le rappelle en précisant l’onomastique moderne hodie Bonam uocant.

143 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso et 165 pour la demande de retenir les troupes.

144 Giovio, 1554, t. II, fol. 165.

145 Settia décrit le mécanisme du pillage « gusto di fare man bassa » et ce qu’il nomme « grandi prede » dans Settia, 2002, p. 62.

146 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

147 Les notations d’ordre religieux chez Giovio au sujet des mahométans se font toujours d’une manière qui rappelle les cosmographies, illustrant la vanité de ces croyances en utilisant un vocabulaire traduisant le caractère illusoire de leurs croyances.

148 L’empereur tirera d’eux de précieuses informations sur Barberousse.

149 Si le motif du pillage est un moment attendu des récits de bataille, les cronisti qui « évoquent les proies fabuleuses et les immenses butins avec enthousiasme et une complaisance gourmande avant tout autre sentiment plus noble », dans Settia, 2002, p. 7, ici, l’idéologie en est différente.

150 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

151 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

152 Giovio, 1554, t. II, fol. 166.

153 Giovio, 1554, t. II, fol. 166.

154 Giovio, 1554, t. II, fol. 166 verso.

155 Giovio, 1554, t. II, fol. 167.

156 Giovio, 1554, t. II, fol. 167-168.

157 Giovio précisait « carneualium dierum, qui pro Lupercalibus a nostris institutis sunt », c’est-à-dire que le carnaval serait la version moderne des fêtes de Pan.

158 On remarquera la construction en abîme : évoquer la représentation de la guerre de Tunis dans un livre devant déjà la rapporter.

159 Giovio, 1554, t. II, fol. 168.

160 Giovio, 1554, t. II, fol. 168-168 verso.

161 Giovio, 1554, t. II, fol. 168 verso.

162 Giovio, 1554, t. II, fol. 169.

163 Giovio, 1554, t. II, fol. 169 verso.

164 Giovio, 1554, t. II, fol. 170.

165 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.

166 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso-172 verso.

167 Cortez a conquis le Mexique. À ce propos, Giovio évoque les livres réalisés par les « druides » mexicains. Francisco Covos lui a d’ailleurs fait présent d’un exemplaire que Giovio décrit (fol. 171).

168 Giovio a appuyé son récit sur D’Anghiera (1457-1526), 1521.

169 Giovio, 1554, t. II, fol. 172 verso.

170 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.

171 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.

172 Giovio, 1554, t. II, fol. 155.

173 Giovio, 1554, t. II, fol. 166 verso.

174 Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, t. I, p. 785.

175 « Quālitās, terme créé par Cicéron pour traduire ποιότης » (Acad. 1, 6, 24) dans Ernout et Meillet, 1985, p. 551.

176 Giovio, 1554, t. II, fol. 151 verso.

177 Giovio, 1554, t. II, fol. 155 verso.

178 Giovio, 1554, t. II, fol. 154 verso.

179 Giovio, 1554, t. II, fol. 154 verso.

180 Giovio, 1554, t. II, fol. 156-156 verso.

181 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso : diui Augustini praesulatu celebratam. On notera l’emploi de termes païens diuus, « divin » pour traduire « saint » et praesulatus, « fonctions, dignité de supérieur » pour rendre « évêque ».

182 Giovio, 1554, t. II, fol. 171 ; D’Anghiera, 1530 dont la première décade aussi connue sous le titre de « décade océane » est suivie du récit du quatrième voyage de Christophe Colomb.

183 Le verbe reperio peut signifier « retrouver » et dans le cas présent, semble-t-il, « trouver après recherche » et donc « découvrir » ; le premier sens de « retrouver » s’explique peut-être selon la conception maïeutique expliquant que tout ne serait finalement qu’à « redécouvrir ». Y a-t-il une telle idée chez Giovio ?

184 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.

185 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso-172 verso.

186 Juan Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre rapportant l’expédition de Tunis conservé à la Bibliothèque nationale Marciana de Venise, It. VII 312 (7310), p. 65.

187 Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre, p. 17.

188 Ambrosio, manuscrit de 1534 sans titre, p. 26.

189 Samosate, 1912, liv. XXV, « Comment il faut écrire l’histoire ». Pour la suite, nous signalerons les renvois au texte de Lucien correspondant à l’illustration de l’œuvre de Giovio, par exemple Lucien traite de l’exorde, liv. XXV, § 53.

190 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.

191 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso-164.

192 Giovio, 1956, p. 156-160.

193 Samosate, 1912, liv. XXV, § 48.

194 Giovio, 1956, p. 156.

195 Giovio, 1956, p. 158.

196 Giovio, 1956, p. 158.

197 Giovio, 1956, p. 158.

198 Giovio, 1956, p. 158.

199 Giovio, 1956, p. 159.

200 Giovio, 1956, p. 159.

201 Giovio, 1956, p. 160.

202 Giovio, 1956, p. 157.

203 Giovio, 1554, t. II, fol. 155-155 verso.

204 Il faut entendre acquedotto, « aqueduc ».

205 Giovio, 1956, p. 157.

206 Notes de François Paschoud, dans Zosime, Histoire nouvelle, op. cit., note 138, p. 67-68.

207 Les aqueducs antiques sont tellement endommagés à l’époque de Giovio qu’il s’est développé une nouvelle activité de « transport et de livraison d’eau potable » dans Rome pour « satisfaire aux besoins de la cité » dans Di Pierro, 2003, p. 55.

208 Giovio, 1554, t. II, fol. 170 verso.

209 Gerosa, 1992, p. 279.

210 Giovio, 1554, t. II, fol. 162 verso.

211 Giovio dit tenir cette réflexion de l’empereur en personne : « Audiui ego postea a Caesare… »

212 Giovio, 1554, t. II, fol. 162.

213 Giovio, 1554, t. II, fol. 157 verso.

214 Giovio, 1554, t. II, fol. 160-160 verso.

215 Giovio, 1554, t. II, fol. 163 verso.

216 Giovio, 1554, t. II, fol. 165.

217 Giovio, 1554, t. II, fol. 164 verso.

218 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

219 Le manuscrit du De Bello Africo se trouve à la Bibliothèque nationale de Madrid, no 6043.

220 Sepulveda, 2003, t. X, liv. XI-XIII ; Costas et Carrasco, 1992, p. 77-110, dans lequel les auteurs comparent le manuscrit au texte refondu de la Chronique.

221 À propos du De Bello Africo de Sepulveda, la reconstitution de Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xxviii-xxix.

222 Œuvre jamais éditée, examinée par Cuart Moner dans l’estudio histórico, dans Sepulveda, 2003, p. xxxii-xxxiii.

223 Est-ce à lui que Giovio adresse son propre Ragguaglio ?

224 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxxi.

225 À propos des sources, Trascasas Casares, 2002, p. cii-cv.

226 C’est le cas de certains récits des atrocités commises par les soldats impériaux qui disparaîtront dans la version définitive de la chronique, Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxxvii.

227 Sepulveda, Historiarum de rebus gestis Caroli V dans Sepulveda, 2003.

228 Guazzo, 1548.

229 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxx-xxxi.

230 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xxii-xxvii.

231 Giovio, 1562-1563 ou Giovio, 1562.

232 Cuart Moner s’interroge justement sur ses convictions : « Sepúlveda en la década de 1530 : ¿ Italia o España ? El cronista del Emperador », Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xii-xxvii.

233 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. IX-X.

234 Giovio, 1554, t. II, fol. 156-156 verso.

235 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii à xii.

236 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii, p. 6.

237 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xii, p. 9. Découverte que la ligne droite est le plus court chemin !

238 On remarquera l’orthographe des noms étrangers en latin variant selon les auteurs (en raison peut-être de leur propre prononciation) : Charadinus pour Khair ad-Dîn noté Hariadenus chez Giovio équivalant de l’Ariadeno des auteurs italiens et Hazenus pour Muley Hassan transcrit sous la forme Muleasse chez Giovio.

239 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii, p. 6.

240 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. viii à xi, p. 6-8.

241 Cuart Moner, l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xliii-xliv.

242 Giovio, 1554, t. II, liv. XLIV, fol. 326 : per idiotas interpretes, idiotas doit plutôt être à prendre dans le sens du grec ιÒδιώτης, « indigène » que celui de « étranger à » et donc « ignorant ».

243 Giovio, 1554, t. II, liv. XLIV, fol. 326.

244 Giovio, 1554, t. II, liv. XXXIV, fol. 160.

245 Giovio, 1554, t. II, liv. XXXIV, fol. 160.

246 Giovio, 1554, t. II, fol. 160 verso.

247 Prudencio de Sandoval (1553-1620).

248 Sandoval, 1614.

249 Illescas, 1602.

250 Cuart Moner met en relation cette présentation avec les desiderata de l’empereur, Cuart Moner l’estudio histórico dans Sepulveda, 2003, p. xliv.

251 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxi, p. 16.

252 Giovio, 1554, t. II, fol. 156.

253 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.

254 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

255 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

256 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 - fol. 156 verso.

257 Giovio, 1956, p. 153-156.

258 Penser à la prolifération de plans de Tunis dans Deswarte-Rosa, 1998, p. 81-87.

259 Sepulveda, 2003, liv. XI, chap. xxviii, p. 20.

260 Giovio, 1554, t. II, fol. 156 verso.

261 Sepulveda, 2003, liv. XII, chap. i, p. 23.

262 Giovio, 1554, t. II, fol. 165 verso.

263 Sepulveda, 2003, liv. XIII, chap. xvii, p. 49-50.

264 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xxxvii.

265 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xlvi.

266 Giovio, 1554, t. II, fol. 157-fol. 157 verso.

267 Giovio, 1554, t. II, fol. 163-fol. 163 verso.

268 Sepulveda, 2003, liv. XIII, chap. xv, p. 48.

269 Cuart Moner, dans Sepulveda, 2003, p. xix, même si Sepulveda fut anciennement très critique à l’égard de l’empereur et qu’il conserva une certaine indépendance de jugement, son texte sur la Goulette apparaît très orienté.

270 Ceci a été l’objet d’une communication lors de la journée d’études, Pujeau, le 19 mars 2010.

271 Psaume 72 intitulé « Le roi promis » dédié à Salomon, roi juste et pacifique, riche et glorieux appellerait le roi idéal de l’avenir. La tradition juive et chrétienne y a vu le portrait anticipé du roi messianique, dans La Bible de Jérusalem, 1988, Les Psaumes, 72, p. 791 et p. 792 pour les versets 7 et 8 : « En ces jours justice fleurira / Et grande paix jusqu’à la fin des lunes ; / Il dominera de la mer à la mer, / Du Fleuve jusqu’aux bouts de la terre. »

272 Lieu où, en 1095, le pape Urbain II prêcha la première croisade devant une foule immense, sur l’actuelle place Delille.

273 Le bienheureux Urbain II (1088-1099).

274 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.

275 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.

276 Godefroi de Bouillon, Hugues du Vermandois, Baudoin de Flandres, Raymond de Toulouse, Bohémont de Tarente, Guillaume Longuespée et Othon Visconti participèrent à la première croisade (1097-1099).

277 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392.

278 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392-393.

279 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393.

280 Frédéric Ier de Hohenstaufen, dit Barberousse (1122-1199), empereur en 1152.

281 Frédéric de Souabe (1194-1250), fils de Barberousse, empereur à partir de 1212, il portait le titre de roi de Jérusalem.

282 Philippe II Auguste (1165-1223) roi de France en 1180.

283 Louis VII le Jeune (1120-1180) roi de France en 1137 et père de Philippe Auguste.

284 Richard I, dit « Cœur de Lion », règne de 1189 à 1199.

285 Il s’agit de la troisième croisade (1189-1192).

286 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 392-393.

287 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393

288 Giovio, 1608 b et Pujeau, 2011 d, p. 393-394.

289 Bilintano, 1536, fol. 3.

290 Bilintano, 1536, fol. 5.

291 Bilintano, 1536, fol. 5 verso.

292 Bilintano, 1536, fol. 6.

293 Bilintano, 1536, fol. 6verso.

294 Bilintano, 1536, fol. 8.

295 Bilintano, 1536, fol. 9.

296 Bilintano, 1536, fol. 9.

297 Bilintano, 1536, fol. 10.

298 Bilintano, 1536, fol. 11verso.

299 Bilintano, 1536, fol. 12.

300 Bilintano, 1536, fol. 13.

301 Bilintano, 1536, fol. 14.

302 Bilintano, 1536, fol. 15.

303 Bilintano, 1536, fol. 15.

304 Bilintano, 1536, fol. 19 verso.

305 Bilintano, 1536, fol. 22 verso.

306 Bilintano, 1536, fol. 22 verso.

307 Bilintano, 1536, fol. 24.

308 Bilintano, 1536, fol. 24.

309 Bilintano, 1536, fol. 25 verso.

310 Bilintano, 1536, fol. 27.

311 Bilintano, 1536, fol. 28.

312 Bilintano, 1536, fol. 28.

313 Bilintano, 1536, fol. 28 verso.

314 Bilintano, 1536, fol. 28 verso.

315 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.

316 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.

317 Bilintano, 1536, fol. 31 verso.

318 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.

319 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.

320 Bilintano, 1536, fol. 32 verso.

321 Bilintano, 1536, fol. 34.

322 Bilintano, 1536, fol. 34 verso.

323 Bilintano, 1536, fol. 34 verso.

324 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.

325 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.

326 Bilintano, 1536, fol. 35 verso.

327 Un tribut de 12 000 écus par an, d’accords concernant la Goulette, des forteresses, faucons et chevaux.

328 Bilintano, 1536, fol. 36.

329 Bilintano, 1536, fol. 36.

330 Bilintano, 1536, fol. 38.

331 Bilintano, 1536, fol. 41 verso.

332 Bilintano, 1536, fol. 42.

333 Bilintano, 1536, fol. 42.

334 Bilintano, 1536, fol. 42 verso.

335 Bilintano, 1536, fol. 42 verso.

336 Bilintano, 1536, fol. 44 verso.

337 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.

338 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.

339 Bilintano, 1536, fol. 46 verso.

340 Bilintano, 1536, fol. 49 verso.

341 Bilintano, 1536, fol. 50.

342 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.

343 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.

344 Bilintano, 1536, fol. 50 verso.

345 Giovio, 1551, p. 321.

346 Cité dans Pujeau, 2012 b, p. 271.

347 Il s’agit des conseillers.

348 Relazioni di ambasciatori veneti al senato, 1970, p. 64.

349 Giovio, 1575, I, XI, p. 250-251.

350 Giovio, 1575, I, XI, p. 251-254.

351 Giovio, 1575, p. 251.

352 Martin Kintzinger parle d’une tentative « d’écrire le récit d’une croisade de Charlemagne qui n’a jamais eu lieu » dans « L’historiographie des croisades tardives en Allemagne. Un sujet à découvrir ? » lors du premier Colloque des Croisades tardives, t. I.

353 Delcourt, 2009, p. 17. Description des chapitres i à v ainsi que de la propagation de la légende.

354 Bisaha, 2006, p. 34.

355 Quéruel, « Les passages d’Outre-mer faits par les Français contre les Turcs depuis Charlemagne jusqu’à 1462 de S. Mamerot », Actes des Croisades Tardives, t. II.

356 Ainsi, Pétrarque aux poèmes 27 et 28 du Canzoniere s’appuierait sur Charlemagne pour offrir un modèle à Philippe. Diverses œuvres d’Humanistes sont ainsi décryptées, dans Bisaha, 2006, p. 35-42.

357 Giovio, 1958, p. 83.

358 Giovio, 1575, (VII, II), p. 481-482.

359 Giovio, 1958, p. 201.

360 Giovio, 1958, p. 482.

361 Gerosa, 1992, p. 90.

362 Gerosa, 1992, p. 90. Les rebondissements de la rivalité entre les deux candidats après la mort de Maximilien (12 janvier 1519) sont détaillés par Gerosa, 1992, p. 98-104.

363 La lettre patente mentionne une « sanctissimam expeditionem ».

364 Manuscrit de la Bibliothèque du roi no 9879, op. cit.

365 C’est le sujet d’une communication : Pujeau, 6-7 mai 2010.

366 Il s’agit de la bulle XVIII du pape Léon X intitulée Confirmatio sacri et Œcumenici Concilii Lateranensis Quinti, et indictio expeditionis contra infideles.

367 Pujeau, 6-7 mai 2010, pour le détail des instructions, le choix des prédicateurs, la distribution des confessionaux, la construction des troncs, les cérémonies à organiser, ainsi que le résultat des collectes avec le détail de chacunes des explorations des troncs…

368 Giovio, 1956, p. 208.

369 Giovio, 1956, p. 275-277.

370 Giovio, 1956, p. 276 : pour le détail, voir II, A, c : des renseignements concrets sur les adversaires turcs.

371 C’est Ferrero qui avance cette datation. Giovio, 1956, p. 43.

372 Giovio, 1956, p. 276.

373 Giovio, 1958, p. 185 : La nobile, grave, pia e generosa risoluzione, qual ha preso Vostra Maestà Cristianissima in ordinare sì gravemente le cose del suo amplissimo regno, mi ha rasciugate le lagrime nate per la morte del magnanimo Re Francesco.

374 Giovio, 1958, p. 185.

375 Giovio, 1958, p. 88 : ho voluto presumere di congratularmi con Vostra Maestà, perché questa gloriosa laude de sì belle e iuste azioni, qual viene ad ornare l’altezza della sua eccelsa corona, porta seco momento d’infinita importanza a fare Vostra Maestà sopra modo glorioso, puoi che questa è la via spazzata e netta et sicura per caminare con certa speranza alle gran vittorie e singolari trionfi.

376 Giovio, 1958, p. 88.

377 Giovio, 1958, p. 88 : E io ho già temperata la penna d’oro col finissimo inchiostro per scrivere in carte di longa vita (il presente o futuro successo delle facende) tutto el successo de le belle imprese, quali antivedo (felicimente) incaminate con sì valoroso principio a felicissimo mezzo e fine.

378 Giovio, 1575, (VII, III), p. 482.

379 Giovio, 1575, p. 482-483.

380 Giovio, 1575, (VII, III), p. 483.

381 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.

382 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.

383 Giovio, 1575, (VI, XXVI), p. 467.

384 P. Giovio, Consiglio, éd. Studi Veneziani, op. cit., p. 402.

385 Ibidem, p. 401.

386 Ibidem, p. 401.

387 Cantique intitulé justement « Unus spiritus, et una fides erat in eis ». La Bibliothèque nationale de France conserve justement un exemplaire, Manuscrit lat. 15181, fol. 516 recto. Il s’agit d’un bréviaire en deux tomes (cotes 15181 et 15182), du début du xive siècle, provenant de la cathédrale Notre-Dame de Paris (552 et 521 folios).

388 La Bible de Jérusalem, 1988, Épître aux Éphésiens, 4, 3.

389 Extrait de la Lettre de Saint Paul aux Éphésiens intitulée « Appel à l’unité », 4, 4.

390 P. Giovio, Consiglio, éd. Studi Veneziani, op. cit., p. 402.

391 Ibidem.

392 Il meurt le 15 août 1464 en songeant au lancement de la croisade, trouvant ainsi une « belle mort », voir Rendina, 2003, p. 585.

393 Giovio, 1541, fol. 36.

394 Ceci a été l’objet d’une communication : Pujeau, 2-4 avril 2012. En particulier, au sujet de « l’empire Habsbourg, une expansion oppressante ».

395 Charles le Téméraire duc de Bourgogne (1467-1477). L’archiduc Maximilien de Habsbourg épouse sa fille obtenant ainsi la Franche-Comté et l’Artois. Le Dauphiné acquis pacifiquement est remis dès 1349 à l’aîné des fils du roi. Louis XI capte l’héritage du roi René (1409-1480) duc d’Anjou, comte de Provence, roi de Naples et de Jérusalem. Le Dauphiné est définitivement réuni à la couronne royale en 1560.

396 En 1520, Charles Quint a été élu empereur le 28 juin 1519.

397 Giovio, 1958, p. 77.

398 Bainville, 1962, p. 126.

399 Bainville, 1962.

400 Il s’agit de « l’épisode le plus sombre de sa vie de marin », dans Debofle, « Marins gersois, de la fin du Moyen Âge au début du xxe siècle », BSAG, 1994, p. 423.

401 Hammer, 1836, t. V, p. 67.

402 Giovio, 1554, t. II, fol. 285.

403 Hammer, 1836, t. V, p. 350.

404 Pour les explications sur leur ligue, voir Mémoires de Martin et Guillaume du Bellai-Langei, 1753, p. 276, note a.

405 Le détail de cet « étrange spectacle d’une flotte française réunie à une flotte ottomane contre une puissance de la chrétienté », dans Hammer, 1836, t. V, p. 351-353.

406 Hammer, 1836, t. V, p. 364.

407 Explications dues à l’abbé Lambert, dans Mémoires de Martin et Guillaume du Bellai-Langei, 1753, p. 253, note a.

408 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 303 v.

409 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 304.

410 Les Mémoires de Mess. Martin du Bellay, seigneur de Langey, 1569, fol. 316 v.

411 Hammer, 1836, t. V, p. 352.

412 Giovio, 1554, t. II, fol. 321 v.

413 Guicciardini, t. I, liv. I, chap. ix, 1996.

414 Guicciardini, t. I, 1996, p. 59-60.

415 Giovio, 1958, p. 179.

416 Giovio, 1956, p. 208.

417 Giovio, 1956, p. 275-277.

418 Giovio, 1956, p. 354.

419 Giovio, 1958, p. 79, p. 158, p. 168-169, p. 197-198 et p. 241-242.

420 Giovio, 1958, p. 169-170 et p. 183-184.

421 Giovio, 1956, p. 208.

422 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 recto.

423 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 recto.

424 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 83 verso.

425 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 84 recto.

426 Esortazione a Francesco re di Francia, fol. 85 verso.

427 Giovio, 1541, fol. 25 recto et verso.

428 Bessarion, 1543, fol. 7 verso.

429 Bessarion, 1543, fol. 27.

430 Bessarion, 1543, fol. 28.

431 Bessarion, 1543, fol. 29.

432 Romilly, 1980, p. 141.

433 Romilly, 1980, p. 142.

434 Bessarion, 1543, fol. 27 verso.

435 Bessarion, 1543, fol. 28.

436 Bessarion, 1543, fol. 29.

437 Bessarion, 1543, fol. 29.

438 Bessarion, 1543, fol. 29 verso.

439 Bessarion, 1543, fol. 29 verso.

440 Bessarion, 1543, fol. 30 verso.

441 Bessarion, 1543, fol. 33.

442 Bessarion, 1543, fol. 34.

443 Bessarion, 1543, fol. 35.

444 Bessarion, 1543, fol. 35.

445 Bessarion, 1543, fol. 35.

446 Maron, 1853, p. 8.

447 À savoir dix mille aspres et un habit d’or, dans Maron, 1853, p. 8.

448 Maron, 1853, p. 8.

449 Archives de France, Série J « Trésor des Chartes », J937 « Orient », dossier II « Relations entre l’Orient et l’Occident : lettres de souverains musulmans et mongols », document 10 conservé au Musée de l’Histoire de France, cote AE III 205. Rouleau de papier en langue turque.

450 Tel qu’est décrit dans le catalogue dans le Série J supplément inventaire par Henri de Curzon.

451 Maron, 1853, p. 16.

452 Hammer, t. XVII, 1841, p. 140.

453 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 21.

454 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 21.

455 Archives de France, Série J 937, dossier I, document 22.

456 Archives du Vatican, Arch. Vat. AA I XVIII 6528 fol. 78. et Principi 10, fol. 179 verso.

457 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 1.

458 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 1.

459 Lettre de Ricalcato à Carpi du 3 avril 1535, Archives du Vatican, AA I XVIII 6528 fol. 11.

460 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 284.

461 Archives du Vatican, AA I XVIII 6528, fol. 284.

462 Archives du Vatican N F 2 fol. 1.

463 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2 et Arch. Vat. N. F. Ib fol. 67 verso.

464 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2.

465 Parme Archivio di Stato, Francia 7/2.

466 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.

467 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.

468 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 67 verso.

469 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 73 verso.

470 Archives du Vatican, N. F., 2, fol. 113 et Naples, Cart. Farn. 708c.

471 Godechot, 1981, p. 39.

472 Galimard Flavigny, 2003, p. 43.

473 Desportes, 1999, p. 26-27.

474 Godechot, 1981, p. 36.

475 Galimard Flavigny, 2003, p. 31.

476 Desportes, 1999, p. 32 : « […] le postulant italien devait présenter deux cents ans de généalogie distinguée et quatre quartiers de noblesse. Le novice espagnol […] l’information publique et quatre quartiers. »

477 L’Ordre, très hiérarchisé, est doté de statuts rédigés notamment par le chancelier Caoursin en 1489 et traduits du latin en 1534. Ces statuts évolueront dans le temps, véritablement fixés par le Code Rohan en 1779, mais peu suivis au xixe siècle. Des changements considérables se produiront au cours du xxe siècle jusqu’à 1997. Cf. Galimard Flavigny, 2003, p. 33 et p. 85-96.

478 Desportes, 1999, p. 33.

479 Giovio, 1958, p. 145.

480 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 128 verso.

481 Au sujet des relations avec les Turcs dans Preto, 1975.

482 Dans les Documenti turchi de l’Archivio di Stato di Venezia, busta 3, document 407. Dans un courrier (14-23 septembre 1539), Contarini rapportait que le Turc n’avait pas besoin d’ami et ne voulait pas traiter avec lui, même s’il restait cependant ouvert à l’idée de la paix.

483 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 410 lettre du grand vizir Lütfi et du vizir Mehmed au doge Pietro Lando et document 411 qui est sa traduction en italien.

484 Penser aux récents Duvauchelle, 2009 et Garnier, 2008.

485 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 412 lettre du drogman de la Porte Yunus au doge Pietro Lando et à la Seigneurie de Venise et document 413 qui est la traduction en italien de la missive.

486 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 417 sauf-conduit et sa traduction en italien dans le document 418.

487 On trouve les « préliminaires du traité de paix » dans Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 425 datés du 28 juillet.

488 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, documents 426 ainsi que 427, 428 et 429 pour différentes traductions.

489 Archivio di Stato di Venezia, Documenti turchi, busta 3, document 431 et document 432 pour la traduction en italien.

490 Pujeau, 2011 b, p. 39-56.

491 Tallon, 1997.

492 La lettre de créance de Lasczky est datée du 8 septembre 1539, Archives de la Maison d’Autriche.

493 Setton, 1984, vol. III, p. 456-462.

494 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farnesiane, 252, f. 2, lettre de Hieronimo Dandino, nonce de France, au cardinal Alessandro Farnese.

495 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farnesiane, 252, f. 2.

496 Dandino le signalait le 9 mai, Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 153 v., lettre du nonce Dandino au cardinal Farnèse depuis Amboise.

497 Giovio, 1554, t. II, fol. 268.

498 Giovio, 1554, t. II, fol. 268.

499 Paris, Archives Affaires étrangères, Correspondance politique, Venise, 2, fol. 197 verso.

500 Paris, Archives Affaires étrangères, Correspondance politique, Venise, 2, fol. 201verso-202.

501 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 256.

502 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 5.

503 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 7. Cette lettre fut reçue le 6 août.

504 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 11 et 21 ; N. F. Ia, fol. 261. Lettre du nonce Capodiferro au cardinal Farnèse depuis Moulins.

505 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 11 et 21.

506 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 39 et 42 et Principi 14a, fol. 202.

507 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 39 et 42 et Principi 14a, fol. 202.

508 Capodiferro le notait le 21 août. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6532, fol. 188 et 6531, fol. 35. Lettre écrite depuis Moulins.

509 Capodiferro le signalait à Farnèse le 1er septembre. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 48, toujours depuis Moulins.

510 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 48.

511 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 754, fol. 316. Lettre du nonce Dandino au cardinal Farnèse depuis Lyon le 25 septembre.

512 Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 754, fol. 316

513 Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 165, depuis Lyon.

514 Cette lettre est mentionnée par Capodiferro dans sa missive du 30 octobre adressée au cardinal Farnèse. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 63, depuis Dijon.

515 Giovio, 1554, t. II, fol. 268 verso.

516 Giovio, 1554, t. II, fol. 268 verso.

517 Lettre du nonce au cardinal Farnèse du 27 décembre depuis Fontainebleau. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 1.

518 Lettre au cardinal Farnèse du 1er décembre. Archives vaticanes, Principi 12, fol. 307.

519 Il en est question dans la longue lettre de Capodiferro à Farnèse envoyée depuis Paris le 23 janvier et reçue le 2 février. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 83, N. F. Ia, fol. 278.

520 Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 106 et N. F. Ia, fol. 290.

521 Lettre du cardinal Farnèse à Capodiferro du 4 mars depuis Rome. Archives vaticanes, Principi 14, fol. 222.

522 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 294, lettre de Capodiferro à Farnèse depuis Cluny le 17 avril, le roi séjourna à Tonnerre du 14 au 21 avril.

523 Archives vaticanes, N. F. Ia, fol. 294.

524 Lettre de Capodiferro à Farnèse du 24 juillet depuis Dijon. Archives vaticanes, AA I-XVIII 6531, fol. 156 et 161, N.F. Ia, fol. 306v.

525 Le cardinal Sadoleto est le nouveau légat, nommé le 16 août 1542. Archives vaticanes, Nunz. Germania, 59, fol. 280, lettre du 3 octobre depuis Montpellier.

526 Lettre à Farnèse Archives vaticanes, Principi 12, fol. 37.

527 Lettre à Farnèse du 18 juillet 1543, Archivio di Stato di Napoli, Cart. Farn., fasc. 728 détruit reproduit dans la Correspondance des nonces en France 1541-1546, Rome, 1963, p. 238-244.

528 Lettre Carpi à Ricalcato du 18 février 1537, Parme, Archivio di Stato, Francia 7/2.

529 Lettre de Carpi à Ricalcato du 17 mars 1537, Archives vaticanes, N. F. 2, fol. 73 verso.

530 Archivio di Stato de Venise, Documenti Turchi, Busta 4, document 455, lettre du 12-26 février 1541 d’Andrinople.

531 L’édition de la Correspondance de Charles-Quint et d’Adrien VI, 1859, en est très révélatrice.

532 Archives des Affaires étrangères, Cor. Pol., Venise, 2, fol. 197 verso et d’autres détails sur les informations récoltées par Langey dans une lettre du 23 juillet, Archives des Affaires étrangères, Cor. Pol., Venise, 2, fol. 201 verso-202.

533 Pujeau, 2011 c, p. 279-324.

534 Volpati, 1934, p. 132-156. L’examen de cet article réalisé consécutivement à mes propres recherches a surtout confirmé la justesse de mes conclusions en me confortant à propos de ma méthode par le témoignage d’un spécialiste de Giovio.

535 Giovio, 1956, p. 85.

536 Castellesi da Corneto, 1534. Il s’agit d’une œuvre grammaticale de ce cardinal.

537 Giovio, 1956, p. 85.

538 Giovio, 1956, p. 85.

539 Lettere del Cinquecento, 1948, p. 135.

540 « En 1509, une violente explosion dans le dépôt de poudre avait causé de graves dommages à l’enceinte et aux habitations voisines au rio de San Daniele », dans Romano Chirivi et alii, L’arsenale dei Veneziani, Venise, Filippi, 1983, p. 64.

541 Norwich, 1987, p. 371.

542 Giovio, 1956, p. 85.

543 Volpati, 1934, p. 133.

544 Benzoni, 1994, p. 41-77 et en particulier p. 45.

545 Benzoni, 1994, p. 48.

546 Travi se réfère à la deuxième partie du Dialogo dell’imprese militari et amorose di Monsignor Giovio Vescovo di Nocera dont il a proposé une édition dans Giovio, 1984.

547 Benedetto Giovio, 1982, p. 257.

548 Giovio, 1546, fol. 37 verso.

549 Giovio, 1958, p. 4.

550 À propos de la figure d’Ermolao Barbaro, voir « Ermolao Barbaro e il suo circolo tra azione civile, fede religiosa, entusiasmo filologico, presperimentalismo scientifico », dans Branca, 1998, p. 59-127.

551 Giovio, 1958, p. 11.

552 Archivio di Stato di Venezia, archivio notarile, per Luca, 1504, 1227-176.

553 Ferrara, 1956.

554 « Richard Pace » dans Nouvelle Bibliographie générale, 1862, t. XXXIX, p. 8 9.

555 Ferrara, 1956, p. 58.

556 Archivio di Stato di Venezia, archivio notarile, atti Bon, b. 133, 168 et b. 134, 150.

557 Zimmermann, 1995, no 29, p. 306.

558 Giovio, 1956, p. 331-332.

559 Archivio di Stato di Venezia, dans Archivio dei Capi del Consiglio dei Dieci, les Lettres des Ambassadeurs (busta 16, fol. 163).

560 Giovio, 1956, p. 332.

561 Giovio, 1956, p. 332.

562 Giovio, 1958, p. 199.

563 Volpati, 1934, p. 141.

564 Cette reconstitution du séjour de Giovio à Venise doit beaucoup à Zimmermann, 1995, p. 48-53.

565 D’après Zimmermann, il s’agirait de la Ca’Corner Gheltof.

566 Giovio, 1575, p. 229.

567 Voir le récit circonstancié de Bembo, 1718, t. 2, p. 151-167.

568 Zimmermann cite un texte de Giovio de la Bibliothèque communale de Côme, MS Sup. 2.2.42, fol. 226.

569 Lane, 1978, p. 414.

570 Norwich, 1987, p. 360.

571 Zorzi, 1979, p. 277.

572 Lane, 1978, p. 414

573 ² Romanin, 1972, t. 5, p. 98.

574 Zorzi, 1979, p. 277.

575 Romanin, 1972, p. 99.

576 Sanudo, 1989.

577 Sanudo, 1989.

578 Fisher explique ce revirement dans Fisher, 1948 et EJOS (édition électronique), 2000, p. 64.

579 Rendina, 2002, p. 282

580 Doumerc, 1997, p. 620-621.

581 Rendina, 2002, p. 282.

582 Dupuy-Pujeau, 2004, t. II, p 121.

583 Zimmermann, 1995, p. 50.

584 Giovio, 1575, p. 230.

585 Giovio, 1575, p. 228.

586 Benedetti, 1496.

587 Giovio, 1525.

588 Ramusio, 1607.

589 Bembo, 1810 a, p. 89.

590 Bembo, 1810 a, p. 88.

591 Delle lettere da diversi re, et principi, et cardinali, et altri huomini dotti a Mons. Pietro Bembo scritte, 1560.

592 Aretino, 1542, p. 405-406.

593 Aretino, 1542, p. 410.

594 Aretino, 1547, p. 100.

595 Aretino, 1547, p. 100-101.

596 Aretino, 1547, p. 101.

597 Aretino, 1547, p. 101.

598 Zimmermann, 1995, p. 155.

599 À propos de la polémique que l’on dit avoir existé entre les deux auteurs, Zimmermann, 1995, no 106, p. 336.

600 Lustrare gli stivali, proprement « cirer les bottes », montre l’ironie de Giovio sur l’éloquence de l’Aretin.

601 Giovio, 1956, p. 207.

602 Giovio, 1559.

603 Giovio, 1956, p. 209.

604 Giovio, 1956, p. 209.

605 Giovio, 1956, p. 209.

606 Voir annexe Paolo Giovio courrier du cœur.

607 Bembo, 1562, fol. 155 verso.

608 Zimmermann, 1995, p. 51.

609 Giovio, Elogia uirorum illustrium, édition de Renzo Meregazzi, op. cit., dans I Tre elogi degli artisti, p. 231.

610 Padoan, 1978, p. 371-393.

611 Piscini, « Ludovico Domenichi », dans Dizionario Biografico degli italiani, 2002, t. XL, p. 595-600.

612 Lettere scritte a P. Aretino da molti signori, comunità, donne di valore…, 1873, p. 253.

613 Piscini, « Ludovico Domenichi », 2002.

614 Giovio, Lettere volgari di Mons. P. Giovio, 1560.

615 Giovio, 1958, p. 136.

616 Giovio, 1958, p. 136.

617 Giovio, 1958, p. 136.

618 Giovio, 1958, p. 136.

619 Giovio, 1958, p. 136.

620 Giovio, 1546.

621 Giovio, 1548 b.

622 Édition aldine de 1541 déjà citée dans Giovio, 1532.

623 Zimmermann, 1995, p. 140.

624 Sénèque, De beneficiis, IV, 13.

625 Giovio, 1561, fol. 325.

626 Giovio, 1561, fol. 38 verso.

627 Giovio, 1984 b, t. IX, p. 167-321.

628 Giovio, 1958, p. 159.

629 Gullino, 2000, p. 69.

630 Gullino, 2000, p. 152.

631 Giovio, 1956, p. 233-234.

632 Lane, 1985, p. 354.

633 Gullino, « Marco Grimani », dans Dizionario Biografico degli italiani, 2002, p. 332.

634 Gullino, « Marco Grimani », 2002.

635 Giovio, 1958, p. 164.

636 Giovio, 1958, p. 164.

637 Giovio, 1958, p. 164.

638 Giovio, 1958, p. 164.

639 Giovio, 1958, p. 164.

640 Zimmermann, 1995, p. 234.

641 Giovio, 1958, p. 62.

642 Giovio, 1956, p. 267.

643 Giovio, 1956, p. 233-234.

644 Giovio, 1958, p. 4.

645 À propos de sa conception littéraire liée à son milieu, Pujeau, 2005 b, p. 56-58.

646 Domenichi, 1548.

647 Lettre à Vincenzo Fedeli du 31 janvier 1544. Giovio, 1956, p. 331-332.

648 Giovio, 1958, p. 181.

649 Giovio, 1956, p. 278.

650 Giovio, 1956, p. 278.

651 Giovio, 1541, p. 2.

652 Dans l’exemplaire de la Bibliothèque nationale centrale de Rome, 68.13B. 28, édition d’Antonio Blado d’Asola, se trouve une note manuscrite à la plume 1531.

653 Giovio, 1541, fol. 33 verso.

654 Giovio, 1541, fol. 33.

655 Giovio, 1541, fol. 34.

656 Caroldo, 1503.

657 Caroldo, 1503, fol. 1.

658 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.

659 Caroldo, 1503, fol. 3 verso.

660 Giovio, 1541, fol. 33.

661 Bassano, 1545, fol. 24 verso.

662 Caroldo, 1503, fol. 5 : « Li Solachi siue stafieri sono 80. »

663 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

664 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.

665 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

666 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.

667 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

668 Giovio, 1541, fol. 2.

669 Giovio, 1541, fol. 34 verso.

670 Caroldo, 1503, fol. 3 verso.

671 Giovio, 1541, fol. 33.

672 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.

673 Caroldo, 1503, fol. 4 verso.

674 Caroldo, 1503, fol. 5.

675 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

676 Giovio, 1541, fol. 32 verso.

677 Giovio, 1541, fol. 33 verso.

678 Giovio, 1541, fol. 33.

679 Caroldo, 1503, fol. 3.

680 Caroldo, 1503, fol. 3.

681 Caroldo, 1503, fol. 3.

682 Caroldo, 1503, fol. 3.

683 Gritti, 1503.

684 Giovio, 1541, fol. 34.

685 Il s’agit de la graphie de Giovio.

686 Giovio, 1541, fol. 34.

687 Giovio, 1541, fol. 34.

688 Il s’agit encore de la graphie de Giovio.

689 Giovio, 1541, fol. 34.

690 Giovio, 1541, fol. 2.

691 Giovio, 1541, fol. 33.

692 Giovio, 1541, fol. 34.

693 Giovio, 1541, fol. 31.

694 Giovio, 1541, fol. 31.

695 Relazione del Clmo Capno Generale della Serma Sria.

696 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145-147.

697 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145.

698 Reynolds et Wilson, 1984, p. 145.

699 Maas, 1957.

700 Reynolds et Wilson, 1984, p. 146.

701 De son vrai nom Angelo Ambrogini, surnommé il Poliziano, en France volontiers nommé Ange Politien.

702 Giovio, 1541, fol. 3.

703 Sanudo, Miscellanea, fol. 129-154.

704 Sanudo, Miscellanea, fol. 129.

705 Giovio, 1541, fol. 3.

706 Sanudo, Miscellanea, fol. 129.

707 Sanudo, Miscellanea, fol. 129 verso.

708 Giovio, 1541, fol. 3 verso.

709 Sanudo, Miscellanea, fol. 130.

710 Giovio, 1541, fol. 4.

711 La fiche bibliographique de la Bibliothèque Marciana précise non prima 1541, « pas avant 1541 ».

712 Giovio, 1541, (dédicace à la dernière page datée du 11 février 1537).

713 Giovio, 1537.

714 Giovio, 1541, fol. 11.

715 Diaz Tanco, 1558.

716 Diaz Tanco, 1558, p. 26.

717 Giovio, 1554, t. I, fol. 125-164.

718 Giovio, 1958, p. 23.

719 Attribut de saint Marc l’Évangéliste, « car dès les premières lignes de son récit, il parle de la voix qui crie dans le désert (Marc I, 3) », dans Dupuy-Pujeau, 2012, p. 73.

720 Giovio, 1956, p. 229.

721 Pujeau, 12-13 juin 2009.

722 Giovio, 1956, p. 229.

723 Il occupe notamment cette charge de 1600 à 1603. Voir Pujeau, 2012 b, p. 277.

724 Relazioni degli ambasciatori Veneti al senato, 1839, Serie Ia vol. I, p. 403.

725 La Houssaye, 1695, p. 145-174

726 Storia della cultura veneta, « Il momento di Agnadello », op. cit., Vicenza, Neri Pozza, p. 623 sqq

727 Le titre complet du texte conservé à la Bibliothèque nationale de France, Dupuy 261, fol. 254 : Ludovici Heliani christianissimi Francorum regis senatoris ac oratoris, de bello suscipiendo adversus Venetianos et Turcas, Oratio, Maximiliano Augusto, in conventu praesilium, principum, electorum et civitatum Romani imperii dicta, in Augusta Vindelica, III idus Aprilis, anno a partu Virginis Milesimo quingentesimo decimo.

728 Guicciardini, t. I, liv. VIII, chap. xvi, 1996, p. 629.

729 Norwich, 1987, p. 370.

730 Le Fur, 2001, p. 83.

731 Norwich, 1987, p. 375.

732 Guicciardini, t. I, liv. III, chap. v, 1996, p. 581.

733 Rendina, 2003, p. 610.

734 Norwich, 1987, p. 381.

735 Norwich, 1987, p. 381.

736 Norwich, 1987, p. 382.

737 Wicquefort, 1690, p. 2.

738 Zuñiga y Figueroa de la Roca, 1642, p. 33.

739 Zuñiga y Figueroa de la Roca, 1642, p. 166.

740 Allusion aux tentatives des Vénitiens pour s’accorder avec Maximilien (en 1509) rapportées par Guicciardini, t. I, liv. VIII, chap. iii, 1996, p. 567-568.

741 Pujeau, « Bartolomeo Colleoni ou l’utilisation d’un mythe », Studi Veneziani, L, Pise, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2005, p. 50.

742 Frigeni, 1985, p. 207.

743 Frigeni, 1985, p. 216.

744 La Houssaye, 1695, p. 174.

745 Guicciardini, 1996, t. II, p. 698.

746 Norwich, 1987, p. 393.

747 Pujeau, 6-7 mai 2010.

748 Lane, 1934 (réédition 2010), p. 151.

749 Pour Hammer, 1836, t. V, p. 296, Barberousse dirigeait cent vingt-deux navires face aux cent soixante-sept vaisseaux chrétiens répartis en « quatre-vingt-une galères de Venise, trente-six du Pape et cinquante d’Espagne ». Les chiffres sont différents pour Besbelli, 1980, p. 97-98.

750 Preto, 2004, p. 95 sqq.

751 Giovio, 1956, p. 332.

752 Giovio, 1608 b.

753 Aujourd’hui Monemvasia, conquise en 1464 par les Vénitiens et reprise par les Turcs en 1540.

Table des illustrations

Légende 24. Glorification de Charles Quint Arcangelo da Lonigo, La gloriosa vittoria e presa d’Affrica, Bologne, Bartolomeo Bonardo, v. 1550
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende 25. Carte d’après le croquis de Juan Ambrosio, B.N.M. It. VII 312 (7310)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 26. Lamentation de BarberousseEl crudelissimo pianto, et lachrimoso lamento et disperationequale fa Barbarossa…, v. 1535
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende 27. Pompeo Bilintano, Carlo Cesare V Affricano, Naples, Matthias Cancer, 1536
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende 28. La bataille de Marignan Nicolò Degli Agostini, I successi bellici, Venise, Niccolò Zoppino e Vincenzo da Polo, 1521
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Légende 29. La bataille de PavieL’assedio di Pavia, Venise, Matteo Pagan, 1555
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende 30. Attaque de bateaux depuis les berges d’un fleuve Rotta facta…, Ferrare, xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende 31. Lettre autographe de Giovio à Sanudo, insérée dans les Diarii, It. VII, 249 (9236), fol. 226 v.-227(Su concessione del Ministero per i Beni e le Attività Culturali-Biblioteca Nazionale Marciana. Divieto di riproduzione)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 32. Le lion de VeniseStoria dell’armata della Signoria di Venezia, début xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende 33. Le gonfalonier de la croisadeLa historia de tutte le guerre facte…, Milan, début xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende 34. La déroute vénitienne d’Agnadello de 1509La miseranda rotta de Venetiani…, Milan, 1509
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende 35. L’arsenal de Venise au xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 36. Galère légère et galère à fanal
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 37. Caraque et galion
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/12145/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540