Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe et les Turcs

 | 
Emmanuelle Pujeau

Avant-propos

T. C. Price Zimmermann

Texte intégral

1Aucun auteur du xvie siècle ne s’est intéressé autant aux Turcs de l’Empire Ottoman que Paolo Giovio. Même si c’était un fervent partisan de la croisade qui prétendait arrêter les désirs expansionnistes des sultans, leurs razzia dans les villes et cités chrétiennes, ainsi que la conquête de territoires chretiens et l’assujetissement des habitants, Giovio avait compris qu’une bonne connaissance de l’ennemi constituait un prélude incontournable à toute campagne militaire. Cette attitude était due à son regard cosmopolite et à sa sagacité politique. En tant qu’historien, il était persuadé qu’en pronant une meilleur connaissance du monde musulman, de ses forces et de ses croyances, il serait en mesure de mieux contribuer à faire face au danger qui venait d’Orient. Paralèllement, en citoyen responsable du Corpus christianum, il déplorait sans cesse les rivalités fratricides des princes chrétiens, qui représentaient un obstacle à l’action concertée dont il fallait faire preuve pour la protection de leurs peuples et leurs contrées. S’il est vrai que ses ouvrages sur les Turcs ont connu de nombreuses éditions, Giovio n’a pas échappé au dénigrement de ceux qui ne possédaient pas une vision ouverte sur ces questions. À la cour impériale il était considéré comme un “aficionado a la nación turquesca”, et les hommes de la cour romaine s’amusaient à l’imaginer se réposant sur les divans ottomans tout en dictant ses histoires et écrits. Giovio est une figure de premier ordre lorsqu’on cherche à comprendre non seulement les attitudes des Turcs, mais aussi celles des Européens envers l’ennemi musulman.

2Aucun spécialiste contemporain n’est mieux placé pour situer Giovio dans le milieu intellectuel et politique de la Renaissance que le Dr Emmanuelle Pujeau. Afin de mener à bien son étude, elle s’est plongée non seulement dans l’œuvre de Giovio et bien d’autres auteurs de l’époque, mais elle a aussi publié un certain nombre d’articles importants centrés sur la compréhension européenne des Turcs, en faisant particulière attention au cas des Vénitiens. Dans le but d’approfondir ses connaissances sur les aspects militaires du conflit, le Dr Pujeau a mené des recherches sur la bataille navale de Préveza, d’un point de vue tactique et stratégique, et elle s’est rendue sur le site de la bataille, suivant l’exemple de Polybe. Dans ses recherches de sources et afin de mieux saisir le contexte de l’époque, elle est devenue une habituée de la Biblioteca Marciana, l’Archivio di Stato di Venezia, ainsi que la Bibliothèque et Archives du Vatican, ainsi que la Bibliothèque nationale de France, pour ne citer que les plus importantes collections consultées.

3Ce travail place Emmanuelle Pujeau dans une position privilégiée qui lui permet d’avoir un regard avisé sur l’impact de ce long conflit contre les Turcs dans la construction de la vision européenne. Au moment même où l’Europe et les États-Unis se trouvent confrontés à une récrudescence de la belligérance des islamistes fondamentalistes, on ferait bien d’étudier les résultats de ses recherches pour ainsi enrichir notre compréhension d’un phénomène contemporain des plus urgents.

4T. C. Price Zimmermann

© Presses universitaires du Midi, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540