Version classiqueVersion mobile

L’Empire en province

 | 
Reine-Claude Grondin

Deuxième partie. Les voies de circulation du fait colonial dans un espace périphérique

Lectures : l’ici et l’ailleurs

Texte intégral

LECTURE ET FAIT COLONIAL

  • 1 Philoxène ou de la littérature coloniale, cité par Jean-Marc Moura, « Littérature coloniale et exo (...)

1Pour les avocats de la cause coloniale comme pour les historiens du fait colonial, le livre est apparu comme un vecteur privilégié de diffusion de l’idée coloniale. Il suffit de rappeler l’affirmation d’un des théoriciens de la littérature coloniale, Eugène Pujarniscle, qui écrit : « de toutes les propagandes, la plus efficace est la propagande par les arts, et plus spécialement par la littérature. »1

  • 2 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, PUF, 1998, p. 112.
  • 3 Il y avait d’ailleurs débat au sein du groupe des écrivains coloniaux. Louis Bertrand écrivait par (...)

2S’il y a accord sur ce fait, la définition de la littérature coloniale est moins consensuelle. Les rapports entre le courant de la littérature exotique et l’« école » de la littérature coloniale sont complexes. Dans une certaine mesure l’exotisme prépare les lettres coloniales2 mais ces deux tendances ne s’identifient pas3. Le pluriel que nous proposons renvoie effectivement à la multiplicité de la littérature ayant un lien que nous tenterons de définir avec le monde colonial. L’exposé des spécialistes des littératures de l’Ailleurs, dans laquelle vient s’inscrire la littérature coloniale distingue, voire oppose, littérature coloniale et exotique.

  • 4 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 113.
  • 5 Roland Lebel, Histoire de la littérature coloniale en France, Larose, 1931, p. 129 ; voir aussi p. (...)
  • 6 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 113.
  • 7 Roland Lebel, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 113.

3Qu’est-ce que la littérature coloniale ? Jean-Marc Moura en faisant son historique oppose la classification de Marius-Ary Leblond à celle de Roland Lebel. Pour les premiers, la littérature coloniale est créée par Louis Bertrand mais, selon Roland Lebel, elle apparaît avec l’exploration qui génère une « littérature de découverte et de conquête »4 « antérieure à 1870 »5, constituée à la fois de récits, de comptes rendus de missions, de notes de voyage. Une deuxième étape est distinguée, celle de la « reconnaissance et [de l’] organisation »6 qui donne lieu à une littérature scientifique produite par des spécialistes et leurs vulgarisateurs. La présence coloniale favorise l’éclosion d’une « littérature touristique et d’imagination »7 dans un troisième temps.

  • 8 Eugène Pujarniscle, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 114.
  • 9 Marius-Ary Leblond, cités par Jean-Marc Moura, ibid., p. 114.
  • 10 Jean-Marc Moura, ibid.
  • 11 Roland Lebel, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 117.
  • 12 Ibid., p. 114.

4Jean-Marc Moura poursuit en dégageant les critères d’identification de la littérature coloniale selon Lebel, critères définis par rapport à la littérature exotique. Elle doit être « une littérature vraie », le principe de véracité étant garanti par le vécu colonial de l’auteur. Elle se doit d’accompagner le mouvement de constitution d’une « conscience coloniale »8 et se distingue de la littérature exotique par sa volonté d’être « en réaction contre le décadentisme »9, elle doit être une « approbation de la colonisation »10 et « une méthode de connaissance du pays et des habitants »11. La littérature coloniale se substitue à l’exotisme et correspond à un « idéal national »12, ses défenseurs lui assignent d’emblée un objectif pédagogique et de propagande qui met en fiction l’œuvre colonisatrice. Un des points les plus évidents de la doctrine littéraire coloniale est donc l’opposition farouche à toute forme d’exotisme en faveur du réalisme.

  • 13 Marius-Ary Leblond, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, vol. 7, 1987, p. 194.
  • 14 Louis Bertrand, préface à Notre Afrique, Anthologie des conteurs algériens, 1925, cité par Paul Si (...)
  • 15 Louis Bertrand, cité par Eugène Pujarniscle, Philoxène…, op. cit., p. 14.

5Mais ce réalisme doit être compris comme une sorte de « réalisme moral », débarrassé de toutes les scories exotiques où, « loin de se complaire au subjectivisme des voyageurs préoccupés de s’enrichir, on regarde l’autre avec un sens religieux et fraternel de l’objectivité »13, où l’objet de la narration est « l’âme indigène » et non plus « le triptyque du palmier, de la moukère et du chameau »14. La littérature coloniale, indique l’académicien Louis Bertrand, « a pour condition essentielle d’être réaliste, au sens riche et plein du mot. Précisons encore : c’est la réalité morale beaucoup plus que la réalité physique qu’elle se propose de saisir »15. Et Marius Leblond d’écrire :

  • 16 Marius Leblond, L’Empire de la France : sa grandeur, sa beauté, sa gloire, ses forces, Alsatia, 19 (...)

« Nulle part l’observation ne prime autant. Cette Littérature Coloniale est dans son ensemble un magnifique hommage à l’esprit foncier et non moins subtil de psychologie du Français, à cette curiosité incisive mais affable qui caractérisait déjà les Gaulois. »16

  • 17 Sur Maurice Delafosse, voir Emmanuelle Sibeud & Jean-Loup Amselle, (Dir.), Maurice Delafosse. Entr (...)

6Cette littérature ne peut prendre effet qu’à partir du moment où la France organise et contrôle l’espace colonial. De plus, la typologie proposée par les théoriciens, fondée sur le principe de la connaissance de terrain, pourrait se décomposer en deux sous catégories. La première composée d’acteurs coloniaux comme Eugène Pujarniscle, Maurice Delafosse17, André Demaison, Pierre Mille, Robert Randau, Louis Bertrand et les administrateurs formés à l’ENFOM et la seconde d’auteurs sollicités à titre divers comme Claude Farrère, René Bazin, Jérôme et Jean Tharaud ou Jean Ajalbert.

  • 18 « Le roman d’aventures coloniales africaines (1863-1914) : essai de typologie », in Littératures e (...)
  • 19 Ibid., p. 102-103.
  • 20 Ibid., p. 101.
  • 21 Ibid., p. 103.
  • 22 Ibid., p. 107.

7Cette typologie écarte une paralittérature qui a fourni des romans d’aventures « avec anthropophages et cimetières d’éléphants, Amazones castratrices et officiers français devenus rois »18 qui se prolonge au moins jusqu’en 1914, moment de rupture dans le changement du regard sur le monde colonial. Cette littérature est considérée par Jean-Marie Seillan, comme une littérature « précoloniale » dans un certain nombre de cas, définie comme étant des romans « écrits par des romanciers français dont l’histoire se déroule en Afrique à une époque où l’idéologie et la sédentarisation coloniales n’étaient pas achevées »19. La paralittérature dont il est question, est produite par « les gagne-petits de l’écriture : journalistes polygraphes, feuilletonistes de métier, vulgarisateurs scientifiques, romanciers pour la jeunesse, militaires en fin de carrière [...] pamphlétaires […] hommes politiques […] »20. Cette littérature qui s’adressait à la jeunesse a « rempli d’images et de stéréotypes narratifs la bibliothèque intérieure qu’emmenèrent dans leur mémoire les milliers de Français partis pour l’Afrique »21. L’auteur distingue alors les romans du savoir « dans lesquels l’Afrique est définie comme un objet de connaissance désintéressée », des romans de l’avoir, où « elle fait l’objet d’une mainmise individuelle », des romans du pouvoir où s’exerce sur elle une volonté collective d’appropriation et de domination », des romans du devoir où « elle est censée générer une obligation d’ordre moral »22.

  • 23 « La construction de l’espace exotique dans le roman d’aventures au xixe siècle », in L’exotisme, (...)
  • 24 Ibid., p. 361-362.

8Cette bibliothèque « populaire » côtoie celle des propagandistes et ne peut être ignorée ; le caractère multiforme de la production traitant de l’Ailleurs, qui devient colonial, rappelle la multiplicité des regards. Par ailleurs, si les objectifs assignés par les théoriciens aux deux littératures sont distincts, l’espace colonial et l’espace de l’exotisme le sont aussi. Selon Lise Quéffelec, l’exotisme d’un espace est produit par la distanciation dans le temps et dans l’espace. L’exotique est conçu « comme l’envers de la civilisation, de la culture, de l’Europe »23 et trouve une expression dans le roman d’aventures sous le Second Empire pour culminer avec l’expansion coloniale mais la colonisation, nous dit l’auteur, détruit l’espace exotique. En effet, la visée politique et idéologique du roman colonial annule l’effet d’exotisme ; l’espace exotique dans le roman colonial n’a de valeur qu’au titre de faire-valoir de la colonisation et de la civilisation européenne et n’est pas « offert au désir comme espace d’inscription du moi dans l’autre »24. La présentation pédagogique de l’espace dans le roman colonial détruit l’effet de dépaysement par son réalisme. La marque de l’Occident sur l’espace, que valorise la littérature coloniale, en fait un espace connu, approprié et dominé, à l’opposé de ce que peut être un espace exotique.

  • 25 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 21.
  • 26 De cela témoigne, par exemple, Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad.

9Mais, cette distinction scientifique résiste-t-elle à la proximité crée par la généalogie des genres ? Les littératures de l’Ailleurs ont créé à la fois une géographie imaginaire et un « bassin sémantique »25, à savoir un ensemble d’images et de représentations, propre à chaque aire exotique. Si les taches roses des planisphères se transforment en lieux d’exclusion de l’imaginaire, elles ont donné lieu, à une période plus ou moins lointaine, à des mythes et à des représentations. Dans le cas de l’Afrique, le passage de l’exploration à la domination a été courte mais suffisante pour qu’en une génération l’espace exotique devienne un espace colonial26. On peut supposer un effet de sédimentation mais aussi se demander ce qui l’emporte, la vision coloniale ou la vision exotique ? D’où cette interrogation : les frontières tracées entre les genres littéraires sont-elles visibles pour les consommateurs profanes de livres ?

  • 27 Histoire de la littérature coloniale…, op. cit., p. 115.
  • 28 Un des points essentiels du discours des écrivains coloniaux consiste à souligner le lien quasi or (...)
  • 29 Marius-Ary Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, 1926, cités dans Itinéraires et c (...)
  • 30 Marius-Ary Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, 1926, cités dans Itinéraires et c (...)

10Il nous reste à déterminer ce qui fait de ces littératures un vecteur de la propagande et le contenu de celle-ci. Roland Lebel affirmait que les « affaires coloniales » déterminaient la production littéraire. L’empire chérifien, notait-il, « n’entre dans la littérature qu’autant qu’il occupe les esprits dans le domaine politique »27. En outre, les nombreuses préfaces et écrits théoriques des écrivains coloniaux insistent sur la relation entre leur production littéraire et l’ensemble des problèmes de la France de l’époque, au-delà même de la seule existence d’un Empire colonial28. Comme l’expliquaient Marius-Ary Leblond, « on sent que la France ne peut plus tenir son rang en Europe, ni peut-être vivre, qu’en s’appuyant sur son empire d’outre-mer, qu’il lui faut s’attacher étroitement et durablement cet empire »29. Cette hantise quant à l’avenir de la France imposerait un besoin d’ouverture morale sur l’Empire, espace où pourrait avoir lieu la « retrempe virile des énergies nationales » qui seule pourrait s’opposer à « la Vague de Plaisir qui suit toujours les grandes catastrophes »30.

  • 31 Dépossession du monde, cité par Gérard Leclerc, Anthropologie et Colonialisme. Essai sur l’histoir (...)
  • 32 Voir Martine Astier-Loufti, Littérature et Colonialisme. L’Expansion coloniale dans la littérature (...)
  • 33 Martine Astier Loufti, Littérature et Colonialisme, op. cit., p. 71-72 ; nous soulignons.
  • 34 Ibid., p. 44 ; nous soulignons.
  • 35 Ibid., p. 140. C’est aussi la position de Léon Fanoudh-Siefer, Le Mythe du nègre et de l’Afrique n (...)

11Les chercheurs ont souvent considéré la littérature coloniale comme un simple document idéologique : l’inspiration exotique et la curiosité exotique sont, selon Jacques Berque, « le double compensatoire de l’impérialisme »31. Le rôle qu’elle a pu avoir par rapport à l’imaginaire français est ramené à deux aspects, d’une part encourager un climat général favorable à l’expansion coloniale et, d’autre part, contribuer à forger les stéréotypes des pays conquis et de leurs habitants32. Selon Martine Astier-Loufti, par exemple « la théorie du ‘roman colonial’fut fondée sur des arguments spécieux où les éléments esthétiques ne furent que des prétextes à la défense du colonialisme » et les écrivains coloniaux « s’intéressaient plus au roman comme véhicule d’une idéologie, que comme œuvre d’art »33. Tout ce qui s’est écrit sur les colonies, à de rares exceptions près, n’aurait pas été « un mouvement artistique mais une vaste entreprise de vulgarisation »34 qui n’était au fond « qu’une étape dans l’évolution de l’exotisme littéraire »35.

12Nous ne pouvons que souscrire à ces interprétations en particulier à celle du rôle d’interface assuré par la littérature entre la société française et le monde colonial ainsi que sa vocation pédagogique. Mais, sans vouloir nous substituer aux spécialistes de la littérature, il conviendrait d’examiner davantage la littérature coloniale sous l’angle de l’incitation à la colonisation. La lecture d’ouvrages « coloniaux » nous a suggéré quelques remarques qui gagneraient à être confrontées à une étude sur un corpus beaucoup plus vaste.

  • 36 Jean-Marie Seillan, « Le roman d’aventures coloniales africaines (1863-1914) : essai de typologie  (...)
  • 37 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne, 1850-1940, Aubier, 2002, (...)

13Les auteurs répètent à satiété que la littérature coloniale avait pour ambition la vulgarisation de l’entreprise coloniale mais à quelles fins ? Jean-Marie Seillan fait remarquer que, dans les romans du savoir ou de l’avoir, pour reprendre sa terminologie, l’Afrique « est faite pour être quittée »36. La remarque est elle valable pour l’Asie ? L’article de Seillan illustre par ailleurs une remarque de Sylvain Venayre sur les espaces de l’aventure dont sont exclues les colonies. Le passage dans les colonies se différencie de l’aventure par le fait qu’il est provoqué par une mission37. Or qui dit mission dit introduction ou cooptation : la littérature coloniale pouvait-elle dans ces conditions être une invitation au voyage ?

  • 38 Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, 1978, p. 257.

14À ces multiples questions qui attendent leurs réponses, s’ajoute celle qui porte sur le rôle de « l’art, facteur de la praxis sociale » et sa contribution « à faire l’histoire ? »38 examinée principalement sous l’angle des conditions matérielles et socioculturelles qui déterminent la pratique culturelle puis en deuxième instance, tenter d’établir les relations entre la consommation littéraire et la praxis sociale, à savoir l’affirmation de l’idée coloniale, entendue comme l’acceptation de la littérature coloniale comme produit culturel et l’acceptation du fait colonial voire la constitution d’une conscience coloniale. Enfin, compte tenu de la chronologie de l’histoire coloniale, de la généralisation du livre et de la démocratisation de l’enseignement, notre enquête démarre à la décennie 1880-1890.

BIBLIOTHÈQUES DES VILLES, BIBLIOTHÈQUES DES CHAMPS

15L’alphabétisation est la condition préalable d’une pratique de la lecture récréative, et d’une pratique autonome qui aurait véhiculé l’idée coloniale. En effet, à la différence de la presse, qui peut donner lieu à débat, la lecture d’une fiction reste souvent une expérience esthétique, sociale et psychologique individuelle. Or, cette condition ne se réalise véritablement qu’au début du siècle. Espace périphérique et rural, la culture de masse émergente n’a pas trouvé une infrastructure comparable à celle des centres urbains, espaces de référence implicites dans les études sur l’influence de la lecture.

  • 39 Alain Corbin, Archaïsme et Modernité en Limousin…, op. cit., t. 1, p. 382.

16L’entreprise de diffusion suppose en effet l’existence de canaux et de relais. Dans le cas du Limousin de la fin du xixe siècle, du fait du déclin des activités de colportage39, la circulation du livre se fait essentiellement grâce au réseau de librairies, dans les villes et dans les gares, et grâce au réseau de lecture publique qui se met en place. Or, malgré des progrès notables, le Limousin reste caractérisé par un sous-équipement en la matière.

  • 40 Ibid., p. 393.

17En premier lieu, le réseau de librairies est lacunaire. Le constat fait par Alain Corbin au début de la Troisième République, dans son étude sur le Limousin de 1845 à 1880, reste partiellement vrai : « les lecteurs désireux de lire des romans et des ouvrages d’actualité […] ne peuvent guère s’adresser qu’à de très rares libraires »40. Notre sondage effectué pour l’année 1914 en Corrèze à partir des données de L’Almanach-annuaire de Ducourtieux confirme la médiocrité de l’équipement dans ce domaine (voir tableau 11).

  • 41 165T1-A, ADC.

18À la fin du siècle, au moment où la politique de désenclavement est en passe de s’achever, quelques stations ferroviaires régionales possèdent une bibliothèque de gare, lieu de diffusion du livre, en particulier ceux de la maison Hachette, éditeur d’ouvrages coloniaux. En Corrèze, d’après les autorisations de gérance des bibliothèques de gare41, la gare d’Objat, d’Uzerche en 1894, d’Ussel en 1895 et d’Eygurande en 1902 sont équipées d’un point de vente.

  • 42 Office Sylvestre de Tulle 1892, E12569 ; Var Paul, 1903, E 12595 et Teyton, 1896, 1897, 1900 et 19 (...)
  • 43 Office Asselineau de Brive 1889 et 1890, E19289 et E19290 ; Office Pradel de Lamaze à Brive, 1890 (...)
  • 44 Inventaire de Fanny Marbeau, Office Asselineau de Brive, 1890, E19291, ADC.
  • 45 Fanny Fadat, lingère, office Pradel de Lamaze à Brive, 1891, E19293, ADC.

19Les sondages effectués dans les inventaires après décès révèlent de leur côté une faible consommation de livres. Ainsi d’après les 18 inventaires après décès établis entre 1892 et 1903 de trois offices notariaux de Tulle42, un seul d’entre eux mentionne la présence d’une bibliothèque. À Brive43, sur 19 inventaires de 1889 et 1890, 5 portent la mention d’ouvrages. Dans ce corpus, quelques inventaires répertorient des portefeuilles d’actions, indice d’un niveau de vie convenable, mais qui n’a pu être corrélé, systématiquement, à une pratique de lecture. Pour ces raisons, nous avons écarté ce mode de consommation : il est difficile de déterminer les achats et donc les genres littéraires lus. La mention de « deux caisses de vieux livres classiques »44 ou encore de « 4 volumes de roman »45 n’éclaire guère sur les goûts des lecteurs.

  • 46 Noë Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique et à la bibliothéconomie populaire, (...)

20Aussi avons-nous choisi de privilégier les lieux de lecture publique qui touchent le plus grand nombre en privilégiant l’infrastructure culturelle qui accompagne la politique d’éducation populaire du Second Empire et de la Troisième République. En effet, entre 1860 et 1880, à l’initiative de l’État, les lieux de lecture couvrent, à des rythmes différents, l’ensemble du territoire national. Le mouvement est interrompu entre 1890 et 1918 puis reprend après la guerre jusqu’en 194446. La restitution des étapes de la politique de lecture publique nous invite dès maintenant à la circonspection quant à l’épanouissement d’une « culture de masse », vecteur de la formation d’une « culture coloniale ».

21Ainsi, dans le Limousin, le réseau des lieux de lecture publique se compose, jusqu’en 1939, des bibliothèques populaires municipales, les plus anciennes, réservées aux lycéens, aux étudiants, aux membres de la bourgeoisie et à une clientèle urbaine (au sens de population agglomérée) et uniquement dans le cadre d’une consultation sur place. Les achats sont décidés par un comité de lecture composé des professeurs de la ville.

  • 47 Catalogue Dupont adjudicataire choisi par le ministère, 1878, 41T1, ADC.
  • 48 À l’origine, les bibliothèques populaires crées en 1867 se distinguaient des bibliothèques scolair (...)

22La bibliothèque scolaire créée par l’arrêté du 1er juin 1862 est à la fois bibliothèque de l’école et bibliothèque publique ouverte à tous les habitants de la commune. Elle est installée dans l’école et gérée obligatoirement par l’instituteur. Elle est alimentée par des concessions ministérielles accordées aux seules écoles munies d’une armoire réglementaire, concessions renouvelées tous les deux ans à condition que les bibliothèques aient procédé entretemps à des acquisitions sur des fonds propres47. Les livres proviennent aussi de dons ou de crédits municipaux mais doivent être soumis au contrôle de l’inspecteur d’académie. En 1880, la bibliothèque scolaire devient bibliothèque populaire de l’école publique puis en 1915, bibliothèque de l’école publique48.

23La géographie de ces lieux de lecture, établie malgré les difficultés liées à la variété de la nomenclature, témoigne de la démocratisation de la lecture accompagnant celle de l’enseignement. Cela se traduit par une croissance non négligeable des bibliothèques scolaires ainsi que l’atteste le bilan dressé par Ducourtieux en 1887, cinq ans après les lois scolaires.

  • 49 Le Limousin. Notices scientifiques, historiques, économiques, op. cit., p. 390.

Tableau 11 : Évolution des bibliothèques scolaires : effectifs, fonds et pratiques de lecture49.

24Ce dispositif complète le réseau de bibliothèques dites municipales et populaires.

Municipales

Populaires

Total

Corrèze

Tulle (1833) : 5 000 volumes
Brive (1838) : 4 000
volumes
Argentat, n.c.

Brive
Bort
Égletons

6

Haute-Vienne

Limoges (1804) : 25 000 volumes

Limoges (1867)
Rochechouart (1882)
Saint-Junien (1865)
Saint Léonard (1871)
Châteauneuf-la-Forêt
La Geneytouse

7

  • 50 Ibid.

Tableau 12 : Bibliothèques communales et populaires en 188750.

25À l’orée du xxe siècle, l’enquête nationale de 1901 qui porte sur l’équipement de la région limousine confirme un développement des lieux de lecture.

  • 51 Bibliothèques populaires, F/17/13539, AN.

Tableau 13 : Enquête sur les bibliothèques populaires ou communales ou libres51.

  • 52 État au 31/12/1901, 1902, 173T1A, ADC.

26Ces données quantitatives globales ne permettent cependant pas d’établir la desserte spatiale réelle, l’analyse des déclarations souligne davantage les écarts. Pour la Corrèze, l’enquête de 1901 sur les « bibliothèques populaires » réparties sur 72 communes de l’arrondissement d’Ussel recense 38 communes déclarant ne pas posséder de bibliothèques ou ne remplissant pas le formulaire ; 48 des 114 des communes de l’arrondissement de Tulle et 46 des 104 brivistes52 sont dans la même situation. La situation corrézienne peut se traduire par cette formule : 43 979 habitants de l’arrondissement de Brive sur un total de 116 622, soit 37,7 %, ont accès à un lieu public de lecture. Le calcul a été fait en prenant en compte toutes les bibliothèques déclarant un fonds. Cela donne l’écart suivant : Brive avec 2 bibliothèques, municipale et populaire, dotées toutes deux d’un fonds de 5 000 livres, voisine avec la bibliothèque scolaire d’Yssandon (1 052 habitants) disposant de 48 livres.

  • 53 Enquête sur les lectures rurales, 1930, 4T52, ADHV.

27Ne disposant pas des résultats de l’enquête réalisée en Haute-Vienne en 1901, la situation de ce département est décrite d’après celle commandée le 24 mars 192953. Ainsi, à la question « Existe-t-il une bibliothèque publique dans votre commune ? », 46 communes sur 182 interrogées ont répondu négativement. Au niveau d’un arrondissement comme celui de Bellac, pour un total de 62 bibliothèques, l’enquête recense 13 communes rurales sans bibliothèque et 8 bibliothèques où la fréquentation est considérée comme faible. Dans l’arrondissement de Limoges, 28 communes déclarent ne pas posséder de bibliothèque et 10 déclarent une fréquentation faible. Dans l’arrondissement de Rochechouart, 5 communes sur un total de 28 déclarent l’absence de bibliothèque et 3, une faible fréquentation.

  • 54 Loïc Artiaga, Bibliothèque populaire en Haute-Vienne…, op. cit.
  • 55 Ces données ont été établies pour l’année 1930, Tout Limoges et Limousin, Annuaire Dumont et Alman (...)

28Ce bilan de la situation culturelle de 1930 peut être affiné par les données relevées par Loïc Artiaga sur l’équipement du département en 193654. Il a ainsi recensé 17 bibliothèques populaires situées à Saint-Junien (1865), Limoges (1867), Villefavard (1875), Thiat (1880), Saint-Yriex (1883), Rochechouart (1882), Pierre Buffière (1884), Aureil 1888), Bujaleuf (1893), Rançon (1890), Saint-Hilaire (1893), Chalus (1895), Sauviat (1897), Flavignac (1896), Cromac (1899), Eyjeaux (1895) ainsi que la Bibliothèque de l’Union (1924) à Limoges, auxquelles il convient de rajouter la Bibliothèque municipale de Limoges riche de 30 000 volumes et les bibliothèques chrétiennes de Limoges et de Saint-Yriex55.

  • 56 Bibliothèque du département de Corrèze. Maire de Valliergues, arrondissement d’Ussel, 173T1A, ADC. (...)

29Malgré les améliorations, le constat d’un équipement lacunaire s’impose, d’autant qu’à l’inégale distribution des lieux de lecture s’ajoutent la pauvreté et la vétusté des fonds signalés par les enquêtes de 1901 en Corrèze et celle de 1930 en Haute-Vienne. En 1901, le témoignage du maire de Valliergues, arrondissement d’Ussel, sur le fonds de la bibliothèque municipale comportant des ouvrages « pour la plupart anciens et fort peu intéressants » ainsi que sur la rareté des livres offrant « quelque intérêt », « lus et relus et [qui] ne sont plus demandés », peut s’appliquer à la plupart des bibliothèques. La demande d’une « nouvelle concession » pour « rajeunir la bibliothèque »56 rappelle la modestie des moyens municipaux, responsable en partie de la médiocrité de l’offre de lecture. Car peu de communes disposent d’un budget consacré aux achats de livres, faisant dépendre la constitution des fonds des concessions ministérielles comme l’indique le tableau suivant.

Enquête de 1901

Brive

Ussel

Tulle

Total des bibliothèques

44

31

63

Fonds dont la moitié est constitué de concessions

31

12

36

  • 57 État au 31/12/1901, 173T1A, ADC.

Tableau 14 : Pratiques de lecture en Corrèze d’après l’enquête de 190157.

  • 58 « Nous verrions avec plaisir le Ministère nous accorder des livres mais à la condition toutefois q (...)
  • 59 Si on se fie à la mémoire de Maurice Genevoix, la médiocrité des choix de lecture est commune à bo (...)

30L’absence de politique de lecture tient aussi à une vision du « campagnard » exprimée dans l’enquête de 1930 par de nombreux maires de Haute-Vienne qui considèrent que l’homme rural, occupé à des tâches matérielles, n’a pas de temps à consacrer – à perdre ? – aux spéculations intellectuelles et imaginaires qui sont de ce fait considérées comme étrangères aux pratiques des ruraux. En 1930, le projet d’une bibliothèque rurale est considéré comme « complètement inutile » par le maire de Boisseuil, pour une « population presque exclusivement agricole et non agglomérée », par celui de Neuvic-Entier qui prévoit que les habitants « en partie cultivateurs ne fréquenteraient pas la bibliothèque ». Pour celui de Saint-Genest-sur-Roselle, « les livres ne sont pas à la portée des populations rurales ». L’insatisfaction exprimée est assortie de recommandations en faveur d’une littérature plus adaptée aux campagnards, ce qui est confirmé par la réponse du maire de Chamborêt58. L’échec de la politique de lecture publique, général en France et patent dans le Limousin, intervient comme frein à la diffusion de la littérature coloniale. Une grande partie de la population, non desservie par un équipement scolaire ou populaire, n’a été concernée que sporadiquement59. L’imprégnation de la culture médiatique à travers la lecture n’est vraie que pour une partie des habitants du territoire national et le changement d’échelle permet de nuancer l’affirmation d’un imaginaire colonial mis en place par la littérature.

  • 60 Marc Lagana, Le Parti colonial français, op. cit.

31Comment se présente la situation dans les régions équipées ? La réponse est apportée par l’analyse des quelques sources conservées, à savoir les catalogues des bibliothèques et les registres de prêts, renseignant sur la part de la littérature coloniale dans le dispositif de formation des élèves. La présence d’ouvrages de cette catégorie constitue un indice de l’intérêt pour le fait colonial laissant supposer qu’ils doivent contribuer à la formation des lecteurs, puisque telle est la finalité des bibliothèques. Ce détour par l’offre de lecture dévoile les projets éducatifs des acteurs concernés à ce niveau : les instituteurs, les municipalités, le comité départemental et la société représentée dans les instances citées. Car l’offre de lecture coloniale n’est pas neutre : la spécificité du fait colonial, – pris en charge par la République mais impulsé par le Parti colonial au sein duquel intérêts particuliers et intérêt national sont confondus60 – est l’objet de débats, plaçant au centre la socialisation des enfants. La question coloniale, qui rejoint ou se superpose au nationalisme, ne pouvait laisser indifférents les décideurs, nationaux ou régionaux.

  • 61 Françoise Melonio, Naissance et Affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Le (...)

32L’offre de lecture « coloniale », soumise aux impératifs pédagogiques nationaux, est aussi subordonnée à l’existence de relais à l’échelon départemental. Pour cette raison, il est plus judicieux de confronter les offres de lecture coloniale, non pas en les isolant, mais en les intégrant à la série d’ouvrages proposés à cette date et participant à la socialisation des élèves. De même, la politique de lecture que révèle l’offre, est un lieu d’observation de la réception du fait colonial par les décideurs mais indique aussi la « normalisation » du genre. Sa présence signifierait que cette littérature est assimilée à un produit culturel, sous entendu national, au même titre que le roman d’aventures et surtout qu’elle est considérée comme devant faire partie de la « culture moyenne »61 des Français.

33Pour ce faire, les offres de lecture des bibliothèques publiques et laïques ont été examinées sans qu’il soit possible cependant d’en suivre l’évolution dans le temps. Celles qui se dégagent des concessions de livres du ministère de l’Instruction publique entre 1883 et 1892, d’une bibliothèque scolaire, Brignac en Corrèze en 1892 et enfin celle de la bibliothèque populaire de Limoges en 1894, renseignent sur la part du genre colonial au début de l’expansion. Dans un deuxième temps, les fonds de la Bibliothèque de l’Union de 1929 et celui d’une bibliothèque catholique, Les Amis du Livre de 1938, c’est-à-dire au moment de la consolidation de l’Empire et de l’affirmation de la production culturelle coloniale, feront l’objet d’un examen.

34Rappelons au préalable que, depuis 1854, la Corrèze dépend de l’académie de Clermont-Ferrand mais, dans la mesure où la gestion de l’enseignement primaire est municipale, cette situation n’introduit pas de distorsion avec celle du département de la Haute-Vienne qui dépend de Poitiers.

35Les concessions ministérielles, recensées à l’aide des récépissés des envois ministériels de livres reçus par la Préfecture de Corrèze entre 1883 et 1892, font l’objet de demandes des maires, transmises au ministère par le préfet. Au nombre de 15 ou 20 exemplaires par titres, elles sont distribuées aux écoles ; toutes les écoles ne sont pas dotées à chaque envoi qui se fait selon un rythme semestriel. Dans ces envois, seuls 15 titres sur les 339 recensés portent sur la colonisation.

  • 62 Littérature de découverte et de conquête antérieure à 1870, constituée à la fois de récits, de com (...)

36Parmi les ouvrages attribués, on retrouve les thèmes des « colonistes » qui tentent de justifier l’expansion européenne par le rappel des colonies perdues et la nécessité de reconstruire un nouvel empire. D’autres relèvent de la littérature d’expansion encouragée par les sociétés de géographie et de la littérature de conquête62, selon la typologie de Roland Lebel. Les ouvrages concédés renvoient essentiellement à la vague d’exploration africaine, à la découverte de territoires mythiques comme Tombouctou. Ces ouvrages contribuent, par conséquent, à la conquête de l’opinion, suivant la périodisation de Raoul Girardet, mouvement qui préfigure la constitution de la doctrine coloniale officielle qu’on date de l’intervention ferryste de 1885 et de la constitution du Parti colonial que Marc Lagana situe autour de 1890.

  • 63 Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturell (...)
  • 64 « La propagande coloniale à l’école primaire sous la Troisième République, 1871-1914 », op. cit., (...)

37La présence même modeste de ces livres, approuvée par la commission des bibliothèques scolaires, c’est-à-dire de l’intérieur du dispositif institutionnel de vulgarisation du savoir est un gage en faveur de la diffusion et de la normalisation de cette production culturelle. Dans cette décennie où s’institutionnalise le projet éducatif de la Troisième République, la connaissance du monde extra-européen et, progressivement, colonial, entre par ce biais dans la constitution d’une culture scolaire nationale. La distribution de ces ouvrages, outre le fait que l’expansion à la fin du siècle est assumée par la République, tient à la présence de relais favorables à l’expansion. La constitution du Parti colonial à partir de 1890, parti ayant pour projet la conquête de l’opinion par la voie scolaire et l’offensive des maisons d’éditions63 pour couvrir le nouveau marché scolaire, favorisent la diffusion d’une littérature coloniale dans les bibliothèques scolaires. En outre, dans la décennie 1880-1890, l’expansion trouve des relais dans le milieu de l’instruction publique : Jacky Pruneddu64 signale, par exemple, l’adhésion des revues de l’enseignement dont Le Volume créé en 1888, La Revue pédagogique, Le Manuel général de l’Instruction primaire, chargées de former le public enseignant à l’action colonisatrice. L’auteur mentionne en particulier l’intervention de Pierre Foncin, inspecteur général de l’Université, qui propose dans les colonnes de Volume des plans de conférence sur la colonisation.

38En 1892, dans la bibliothèque scolaire de Brignac (bourg de 1 119 hab. en 1886), les ouvrages traitant de l’Ailleurs juxtaposent (ou superposent ?) deux époques et deux imaginaires : celui associé aux voyages de Marco Polo et celui constitué par la découverte du monde austral avec les voyages de Lapérouse qui viennent s’ajouter à la découverte du mythique continent africain (Voyages de Mungo Park et de Stanley). La construction d’une représentation de la conquête coloniale, qui vient se surimposer, hérite de cet imaginaire merveilleux.

39La comparaison de cette offre avec celle d’une bibliothèque populaire en milieu urbain dans le département voisin, la Haute-Vienne (celle de Limoges en 1894), bibliothèque disposant d’un comité de lecture, présente un choix similaire, exception bien entendu du nombre. Le catalogue inventorie 192 titres dans la rubrique Voyages dans les Cinq parties du monde parmi lesquels 69 titres soit 35,9 % sont consacrés aux espaces de la colonisation. À cette date, la littérature récréative est surtout composée d’ouvrages à l’interface du roman cynégétique, d’aventure et exotique étudié par Jean-Marie Seillan. En tout état de cause, l’offre de lecture dans les deux départements du Limousin n’a pas ignoré le mouvement d’expansion européenne et est conforme à la tendance nationale, caractérisée par l’explosion des ouvrages récréatifs ou scientifiques générés par l’expansion devenue coloniale à la fin du siècle, telle qu’elle est décrite par Raoul Girardet.

  • 65 « Littérature coloniale et exotisme. Examen d’une opposition de la théorie littéraire coloniale »,(...)

40Les deux catalogues de bibliothèque suivants présentent un choix d’ouvrages des années 1930, époque où la littérature coloniale se constitue comme un genre en quête d’une légitimité dans le champ littéraire national. Cette littérature générée par la présence coloniale tente de disqualifier les autres productions de l’Ailleurs et se définit comme « une colonisation par le langage » selon l’expression de Jean-Marc Moura65.

  • 66 Fonds Littérature populaire, Université de Limoges. La Bibliothèque est une des réalisations du mo (...)
  • 67 « A propos de l’Exposition Coloniale », Revue limousine, 1931, 58095, BFM.
  • 68 Forceries Humaines. L’Indochine litigieuse. Esquisse d’une entente franco-annamite, André Delpeuch (...)
  • 69 Cochinchine, Rieder, 1926.
  • 70 L’Idée coloniale en France…, op. cit., p. 253.

41L’examen du catalogue de la Bibliothèque du foyer du coopérateur de Limoges66, créée en 1924, confirme la diffusion de la littérature coloniale. L’offre de lecture est en adéquation avec la production littéraire qui fournit à cette date, une « littérature touristique et d’imagination ». Cette bibliothèque, consacrée à l’éducation ouvrière, offre en 1929 à ses lecteurs, les revues Le Monde colonial et L’illustration. Les ouvrages des auteurs « coloniaux », reconnus comme tels par les théoriciens de la littérature, s’y retrouvent. Ainsi, Ferdinand Duchêne, les Frères Tharaud, Marc Chadourne, auteurs originaires de la région, figurent sur les rayonnages. Les auteurs consacrés tels Claude Farrère, René Maran, « écrivain nègre », Pierre Mille, Roland Dorgelès, considéré comme un des meilleurs romanciers de l’époque, Jean Ajalbert sont présents dans le catalogue. Le souci d’éducation explique les commentaires présents dans le catalogue et la sélection qui privilégie des auteurs critiques tel Jacques Weulersse, Noirs et Blancs (1931) dont le livre a été salué par Septime Gorceix de la Revue limousine comme une « excellente et probe relation »67. Figurent parmi les titres les ouvrages de Georges Garros68, de Léon Werth69, d’Octave Meynier et ceux d’Albert Londres. Cette production coïncide avec ce que Raoul Girardet a qualifié de quête d’un « humanisme colonial »70 qui s’exprime par une production très critique se faisant l’écho de l’éveil des nationalismes dans les colonies.

  • 71 Avis aux lecteurs, Catalogue de 1938, Limoges, Impr. Bouilhac.
  • 72 Ibid.

42La bibliothèque Les Amis du Livre, créée en 1936 par l’Association limousine, s’est donnée pour mission de participer à « la multiplication des centres de diffusion des idées » et « d’élever tout en distrayant »71. Le fonds proposé aux membres en 1938, provenant d’un don, a fait l’objet d’une sélection : ont été expurgés les livres vieillis, « immoraux et licencieux » ou « n’offrant aux lecteurs qu’une nourriture frelatée »72. La bibliothèque, située au cœur de Limoges, s’adresse à un lectorat catholique et aisé devant s’acquitter d’une cotisation variant de 20 à 50 F en fonction du nombre de livres prêtés.

  • 73 Jean-François Chanet, « La fabrique des héros, Pédagogie républicaine et culte des grands hommes d (...)
  • 74 Jean Drault, Chapuzot à Madagascar, Gauthier-Languereau, 1938.

43L’examen des différentes rubriques met en évidence la présence d’ouvrages portant sur les colonies. Ainsi, dans la catégorie Voyages, classée par zone géographique, l’Europe est présente avec 17 titres, la France 7, l’Afrique 19, l’Asie 27, l’Amérique 9, l’Océanie et les pôles 6, sur un total de 85. Les rubriques Histoire (8 titres sur 189) et Biographie renferment des ouvrages abordant des thèmes coloniaux. Dans cette dernière rubrique, se trouvent des récits de missionnaires ou d’hommes d’église mais aussi de coloniaux : René Caillé, Lyautey, Marchand, Bugeaud, Bournazel et bien entendu Charles de Foucauld, le soldat-missionnaire. Cette dernière catégorie révèle l’ambition pédagogique d’une littérature coloniale qui adopte la « pédagogie par le grand homme », c’est-à-dire « le citoyen vertueux, dévoué à sa patrie, généreux »73. Elle propose une éthique de la colonisation imposée par le contexte de contestation de la domination coloniale en exemplifiant ou valorisant les « bâtisseurs d’empire ». Mais perdurent dans cette sélection des ouvrages dont le thème est associé à des réveils nationalistes, la Guerre des Boers et Fachoda. Conforme à l’esprit de la littérature missionnaire, le thème antiesclavagiste est présent dans cette offre de lecture ainsi que celui de l’esprit missionnaire. Dans la rubrique « romans », nous retrouvons les noms d’auteurs coloniaux reconnus : Louis Bertrand avec 8 titres dont Le Roman de la conquête, Henry Bordeaux (29 titres), Claude Farrère (2), Leblond, Histoire d’Afrique, André Lichtenberger (13), Henri de Monfreid (2), Joseph Peyré (2), Ernest Psichari (2), Élissa Rhaïs (1), Tharaud (6). La fin du catalogue est réservée à la littérature pour la jeunesse soit 324 titres parmi lesquels nous avons des ouvrages tel Chapuzot à Madagascar74, ou Chez les cannibales.

44L’exemple de l’offre de lecture de Limoges témoigne d’une uniformisation culturelle en milieu urbain, à même d’intégrer les évolutions de la production du livre pour la jeunesse et de la littérature coloniale, car ces bibliothèques disposent d’un budget autorisant une politique de lecture indépendante des concessions ministérielles. Les acteurs régionaux, dont les choix sont certes conditionnés par les moyens financiers, par le contrôle du préfet et de l’inspection académique, conservent cependant une marge de manœuvre leur permettant de privilégier certains types d’ouvrages.

  • 75 Maire de Beaulieu au préfet le 4/1/1890, 41T2, ADC ; conseil municipal de Baumont au député le 22/ (...)
  • 76 Bibliothèque populaire en Haute-Vienne 1865-1936, op. cit.
  • 77 20 titres de littérature enfantine où n’apparaît aucun ouvrage sur la colonisation ; 29 ouvrages d (...)

45Mais dans les communes rurales, les choix d’ouvrages font l’objet d’une transaction entre les contraintes administratives et les préoccupations éducatives de la société car la bibliothèque remplit une double fonction sociale d’éducation : la formation du citoyen mais aussi la formation professionnelle. Cette particularité est prise en compte dans les envois des concessions ministérielles dont les demandes sont accompagnées d’un questionnaire portant sur la localisation de la bibliothèque scolaire. Par ailleurs, dans un milieu agricole marqué par des archaïsmes dénoncés par une partie des décideurs locaux, la promotion de l’innovation agricole est centrale. Les préoccupations d’éducation et d’encadrement de l’activité agricole75 déterminent en partie les choix d’ouvrages ainsi qu’en attestent plusieurs courriers émanant de la Corrèze et de la Haute-Vienne, plus particulièrement étudiée par Loïc Artiaga76, mentionnant l’existence de demandes de concessions effectuées auprès du ministère des Travaux Publics. Ce souci de formation apparaît dans un exemple de don fait à la bibliothèque par un propriétaire, René Henry, à Eyjeaux en Haute-Vienne. Sur la liste de cette bibliothèque figurent des ouvrages récréatifs : 2 ouvrages portent sur la littérature « précoloniale »77 mais 12 sur l’agriculture. Sans pouvoir généraliser, le cas d’Eyjeaux permet en tout cas de souligner que, pour quelques notables, l’éducation coloniale n’est pas une priorité pour les populations rurales.

46Toutefois la consommation ne se calque pas obligatoirement sur l’offre de lecture : la visée éducative des décideurs, allant parfois à l’encontre de la demande d’une lecture récréative du lectorat, d’autres priorités interfèrent alors.

LA DEMANDE D’OUVRAGES : DE LA LITTÉRATURE DU « NATIONALISME D’EXPANSION » (1880-1914) À LA LITTÉRATURE « HEXAGONALE »

  • 78 Registre d’entrée et de sortie des livres prêtés hors de l’école de Saint-Bonnet-près-Bort, 1895-1 (...)
  • 79 Registre de prêts de la bibliothèque populaire de l’école publique de Saint-Augustin, T1318 bis12, (...)
  • 80 Registre de prêts scolaires, Saint-Martin-la-Méanne, 1925-1934, 1333W, ADC.
  • 81 Registre de prêts de l’école de garçons de Peyrat-de-Bellac, 1T1148, ADHV. En 1936, la population (...)

47L’examen des demandes de prêts corrige les conclusions déduites de l’offre. L’analyse des pratiques permet par conséquent de mesurer au plus près la réception de la thématique coloniale. L’évaluation de la consommation a pu être envisagée grâce à la conservation de registres de prêts des écoles publiques ouvertes aux adultes, qui constituent une partie du lectorat. Ces études de cas se situent exclusivement dans des espaces ruraux de moins de mille habitants, disposant de moyens financiers plus faibles, des crédits municipaux essentiellement, caractéristiques communes à bon nombre de municipalités de notre région. Il s’agit des registres de l’école de Saint-Bonnet-près-Bort78, peuplé de 530 habitants en 1901, de Saint-Augustin79, 1 304 habitants, de Saint-Martin-la-Méanne80, 1 247 habitants, pour la Corrèze. En Haute-Vienne, le registre de prêts de l’école des garçons de Peyrat-de-Bellac81, 1 316 habitants, couvrant toute la période de 1890 à 1929 permet d’établir une comparaison entre les deux départements.

  • 82 La notion d’« unité générationnelle » utilisée par Reinhart Koselleck rend compte du phénomène d’a (...)

48Ne disposant pas de séries plus longues autorisant une généralisation, les trois exemples étudiés illustrent des types de lectures des unités générationnelles82 : celle de l’expansion coloniale qui s’achève avec la Première Guerre et celle de l’Entre-deux-guerres, période d’affirmation et d’organisation de l’Empire colonial. Compte tenu de la discontinuité des données, mais aussi des différences entre les bibliothèques, la comparaison pour cette dernière étape ne porte que sur les années 1920 et ne prend en compte que la bibliothèque de Saint-Martin-la-Méanne (Corrèze) et celle de Peyrat-de-Bellac (Haute-Vienne).

  • 83 Charavay & Mantoux, s. d.
  • 84 Voyage dans le Soudan occidental (Sénégambie, Niger) 1863-1866, Hachette, 1868.
  • 85 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure, op. cit.

49Dans le fonds de la bibliothèque de Saint-Bonnet-près-Bort, couvrant les années 1895 à 1900, la part de la littérature née de l’expansion coloniale est faible soit 2 titres sur les 112 en circulation. L’exemple de Saint-Bonnet-près-Bort illustre la faible pratique de lecture constatée de manière générale plus avant. En effet, en 1896, pour une population de 530 habitants, les prêts annuels ne dépassent pas la centaine. Pour un fonds quasi identique, soit 117 titres, celui de l’école de Saint-Augustin, mentionne le prêt de 7 titres appartenant à la littérature coloniale. Le troisième exemple, celui de Peyrat-de-Bellac, présente une autre physionomie : les titres coloniaux en circulation sont au nombre de 9 sur 209 titres. Ce premier constat fait, le décompte des demandes fait ressortir les différences quant à la réception de cette littérature. À Bort, par exemple, les deux titres de littérature liée à l’expansion coloniale ne sont demandés que 5 fois pour René Caillé (1 % des 482 prêts) et 2 fois pour L’Amiral Courbet. La situation est totalement différente pour Peyrat-de-Bellac : Les Enfants de Marcel de G. Bruno fait partie des ouvrages les plus demandés soit 41 fois et 3 % du total des prêts qui s’élèvent à 1 046 ; La Conquête de l’Algérie de Paul Gaffarel est demandée 26 fois, L’Amiral Courbet83, d’Albert Gervais, 21 fois et enfin le Voyage au Soudan84 d’Eugène Mage, 19 fois. En se limitant à une définition stricte de la littérature coloniale, à la manière de Roland Lebel, la demande pour ce type de littérature est globalement minoritaire. Cette première étape a délibérément écarté des ouvrages tels La Fille du Boer, Les Aventures d’une femme du monde au pays des Zoulous, les récits de voyage de Cook et, à plus forte raison, les ouvrages de Jules Verne. Or, ce sont ceux qui sont le plus demandés et qui sont eux aussi liés à l’expansion européenne, pour la différencier de l’expansion coloniale qui induit une domination politique. Dans cette catégorie qui fait éclater les typologies, la littérature d’aventure c’est-à-dire, celle dont l’action se déroule dans un « espace éloigné de la civilisation »85 fait l’objet d’une demande importante.

50La faible demande doit être corrélée à la modicité de l’offre s’expliquant en partie par les ressources municipales : Saint-Bonnet-près-Bort peuplé de 500 habitants ne peut proposer une même offre de lecture que Saint-Augustin, 1 300 habitants. Les conditions matérielles, la plus ou moins grande ouverture au monde global mais aussi l’environnement socioculturel limitent la diffusion de ce type de littérature.

  • 86 Carte dressée par Victor Forot, in Géographie économique de la Corrèze, Étude initiale pour aider (...)
  • 87 Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, Thèse de l’École nationale des Chartres, (...)

51Outre le différentiel démographique, Peyrat-de-Bellac est au centre d’un croisement routier (nationales vers Poitiers et vers Montluçon) tandis que Saint-Bonnet-près-Bort n’est desservi que par un chemin d’intérêt général86. L’action des médiateurs peut, à d’autres titres, influencer les pratiques. Dans le cas de la Haute-Vienne, l’existence d’une maison d’édition, Louis Ardant, n’est pas étrangère au phénomène d’autant que, selon Marielle Mouranche87, jusqu’à la décennie 1880, les maisons d’éditions provinciales – dont Ardant – damaient le pion aux maisons parisiennes. Parmi les ouvrages « coloniaux » de Peyrat figurent des productions de cet éditeur qui est, par ailleurs, influent au niveau départemental.

  • 88 L’Afrique. Choix de lectures de géographie accompagnées de résumés, d’analyses, de notes explicati (...)
  • 89 S’agit-il de l’ouvrage de Thierry Augustin, Premier [-septième] récit des temps mérovingiens, Hach (...)
  • 90 Bibliothèque scolaire, 41T2, ADC.

52Si la littérature coloniale ne fait pas l’objet d’une demande importante, hormis à Peyrat-de-Bellac, la demande de littérature d’aventure est identique pour les trois bibliothèques. Cet engouement maintes fois constaté se vérifie au niveau des choix des lectorats scolaires et privés. Cette offre de lecture correspond en effet à l’attente du public. En 1892, l’instituteur de Brignac expose ses préférences à l’occasion d’une demande de concession ministérielle soit, « les lectures géographiques de Lanier88, les récits des temps mérovingiens de [illisible]89 ; des ouvrages de Jules Verne, d’Edmond About, d’histoire contemporaine et des ouvrages de vulgarisation »90.

  • 91 Office Asselineau de Brive, inventaire du 13/12/1890, E19291, ADC.
  • 92 Office Sylvestre de Tulle, inventaire du 28/6/1892, E12569, ADC.
  • 93 Édouard Lefèvre de Laboulaye, Souvenirs d’un voyageur, Hachette, 1857.
  • 94 Office Teyton à Tulle, inventaire du 23, 24/3 et 3/41897, E12579, ADC.
  • 95 Ouvrages les plus lus en 1874, en 1876 et en 1878, littérature, 41T1-1, ADC.
  • 96 Célèbre ouvrage de Johann Wyss paru avec une introduction de Charles Nodier (Lavigne, 1843), const (...)

53Les inventaires de certaines bibliothèques privées présentent le même type d’ouvrages. Ainsi l’inventaire après décès de Madame Marbeau Marguerite Fanny Vve J.-J. Laffargue91 de 1890 recense : 20 volumes du Voyage de Dumont d’Urville et 5 volumes d’atlas estimé le tout à 25 F. En 1892, celui de Joseph Léon Deplanche Lafond de Saint Mur92, conservateur des hypothèques, indique l’existence de 2 volumes des œuvres de Bernardin de Saint Pierre, des œuvres de Fennimore Cooper, 2 volumes de Jules Verne et les Souvenirs d’un voyageur par Laboulaye93. L’inventaire après décès de Mme François Aimé Bussière, née Désortieux94 effectué en 1897 mentionne l’existence de 50 volumes reliés du Voyageur Français et de trois volumes reliés des Voyages de Lapérouse. Des documents conservés aux archives départementales de Corrèze, dont les auteurs sont inconnus, attestent de l’intérêt ancien pour cette littérature95. Ainsi, en 1874, toutes catégories confondues, sur 120 titres, Le Voyage en Afrique figure parmi les livres les plus demandés, soit 10 prêts contre seulement 13 pour Mayne-Reid et le Robinson suisse96, La France et ses colonies (5), Madagascar et les Madégasses (3). En 1876, La France et ses colonies est demandée 20 fois dans la liste étiquetée « histoire » et 15 dans celle de « littérature ». En 1878, l’intérêt pour le monde ultra-marin ne se tarit pas : Madagascar de Suchard ainsi que La France et ses colonies sont demandés 5 fois ; Deux ans dans l’Afrique Orientale figure parmi les ouvrages les plus demandés soit 22 fois, les récits de voyages se situant d’une manière générale en tête du classement. En histoire, la biographie d’Abd el-Kader de Bellemare, est demandée 7 fois alors que L’Algérie française de la comtesse Drohojowska ne l’a été que 2 fois. Pour 1878, les romans sont moins prisés mais les récits de voyage sont en tête des listes d’ouvrages demandés, témoignant de l’homogénéisation des goûts de lecture. L’enquête établie en 1878 ne dément pas le succès de la littérature de l’Ailleurs : il y a bien une curiosité géographique que les bibliothèques tentent de satisfaire et qui ne tarit pas. En effet, en 1907, le rapport sur la lecture à la Bibliothèque populaire de Limoges, souligne, pour le déplorer, l’engouement du public pour cette littérature mais aussi pour signifier son absence de nocivité ou de contenu éducatif :

  • 97 Rapport de l’inspecteur primaire de l’académie au préfet sur l’état de la bibliothèque populaire d (...)

« Sur 18 920 prêts de livres inscrits au registre de la bibliothèque populaire de Limoges pour 1907, les romans entrent pour 16 765. On ne peut s’empêcher de trouver la proportion élevée. L’histoire et les voyages fantaisistes souvent fournissent encore un millier de prêts. Les ouvrages de valeur ont été peu demandés. Il résulte de ces chiffres que la Bibliothèque en question donne surtout satisfaction au goût pour la littérature d’imagination et les romans. C’est ce genre d’ouvrages qui fait le succès de l’œuvre. »97

  • 98 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure…, op. cit., p. 48.
  • 99 Ibid., p. 89.
  • 100 Charles Seignobos, Histoire sincère de la nation française, Essai d’une histoire de l’évolution du (...)
  • 101 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, Instruction morale et civique en action, Livre de lecture courant (...)
  • 102 Albin Michel, 1928, p. 9

54Faut-il pour autant conclure que le fait colonial, faute d’ouvrages estampillés coloniaux, n’intègre pas l’univers culturel des lecteurs par le biais de cette littérature ? Le lien entre littérature d’aventure et discours colonial a été rappelé par Sylvain Venayre. D’emblée, il élimine l’espace des colonies qui « avec leurs fonctionnaires, leurs administrateurs, leurs comptables, leurs gendarmes et leurs inspecteurs »98 n’entrent pas dans l’espace de l’aventure : la « colonisation cesse d’être une aventure ». Si la littérature d’aventure satisfait la curiosité géographique et entretient l’aspiration à la mobilité qui apparaît dans les sociétés européennes, elle ne véhicule pas le discours colonial normatif en matière de mise en valeur. En effet, si à l’origine de l’empire le rôle des aventuriers a été indéniable, il faut « que l’aventure se transforme en entreprise, et l’entreprise en administration »99 selon les vœux des propagandistes coloniaux qui n’ont cessé de dissocier les deux espaces. Car, à leurs yeux, dans la colonie, espace soumis à la République qui s’est attachée à faire disparaître les corps constitués et les « individus investis d’un pouvoir »100, l’aventurier est l’antithèse du modèle du colon. Le discours colonial insiste sur ce dernier point et il suffit de lire les lignes consacrées au départ en Algérie dans Les Enfants de Marcel pour vérifier que la colonie s’adresse, dans le cas de l’Algérie des années 1880, à des « techniciens », agriculteurs formés à la ferme-école, dans le cas de l’aspirant colon Bernard, et rôdés aux méthodes de gestion d’une entreprise. Dans le cadre de l’Algérie, le colon est accompagné de sa famille. Plus avant dans le récit, il est question d’un « grand capitaliste »101 qui cherche à s’installer. Dans cet ouvrage destiné à l’éducation des enfants, les propos de G. Bruno reflètent les préoccupations des milieux coloniaux qui font des colonies un espace d’investissement économique. Sans tenter d’énumérer toutes les variantes de ce discours, la confrontation de ces propos à ceux de Chailley-Bert, influent responsable de l’Union coloniale, auteur d’un Livret de colonisation destiné aux élèves écrit en 1896, met en évidence la permanence de ce thème. La première partie du Livret porte sur l’émigration et met en scène un élève d’origine paysanne, en surnombre sur la propriété familiale car le père est secondé par un frère aîné et des machines. Le dialogue définit le candidat idéal, c’est-à-dire un agriculteur formé et disposant de moyens financiers à investir dans une entreprise agricole. Le « bon » colon, présenté comme un homme informé et un pionnier, ouvre des opportunités de carrière aux moins fortunés. Il construit et lègue : « Des élites et des capitaux ; rien d’autre en effet. On ne part pas de ce côté pour y faire souche, mais seulement pour apporter sa pierre à l’édifice et repartir » écrit Louis Cros dans son ouvrage de 1928, L’Afrique pour tous102. Dans les deux cas, le colon œuvre pour la collectivité et assure une mission, ce qui n’est pas le cas de l’aventurier. En outre, il ne vient pas trouver fortune, il fait fructifier son capital, humain et financier. D’une manière générale, l’investissement dans les colonies suppose une préparation, exclut les hasards. La lecture des guides pour émigrants confirme le souci de préparer les candidats aux situations coloniales, ce qui se traduit par une nomenclature de la flore et de la faune et par un exposé magistral de la législation en vigueur dans les colonies.

  • 103 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit.

55Mais dans une région comme le Limousin où la propagande coloniale n’est pas répétée par de multiples vecteurs, la distinction entre les deux genres est-elle significative et ce d’autant qu’en l’espace de moins d’une génération, l’espace africain est devenu colonial ? La génération née dans la décennie 1880-1890 et qui devient adulte dans les années 1930 est-elle prête à adopter la nouvelle vision de l’Empire qui s’impose à cette date ? Cette confusion des genres est d’ailleurs entretenue par les récits de voyage des explorateurs, voire par leurs comptes rendus qui reprennent certaines thématiques : la dangerosité des lieux, des hommes, la vaillance, les qualités de chef et diffusent une morale virile. La proximité des deux genres se vérifie aussi au niveau des valeurs pédagogiques et civiques. Les Enfants de Marcel propose un exemple remarquable de l’embrigadement de l’aventure, pour reprendre l’expression de Sylvain Venayre, au service de l’expansion coloniale. Le préambule indique les ambitions de l’ouvrage qui renferme « toutes les connaissances exigées par le programme sur l’instruction civique, le droit usuel et l’économie politique ». L’éditeur ajoute un peu plus loin que ce récit présente les « divers sujets de la morale et surtout de la morale sociale, qui est plus intimement liée à l’instruction civique. »103

  • 104 Leçon LXXXIV, Ibid., p. 251.
  • 105 Ibid., p. 251.
  • 106 Cité par Marielle Mouranche, Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, op. cit., p. (...)

56Cet objectif est mis en œuvre par G. Bruno qui organise une leçon pour faire apparaître aux élèves la morale dégagée par le récit du « Tueur de Lion », le lieutenant Gérard, « brave soldat » qui « en agissant ainsi […] avait un but patriotique »104. Il s’agit de montrer aux Arabes, qui se mettent à plusieurs pour chasser le lion, « qu’un Français est capable d’un courage froid et réfléchi […] qu’il peut braver seul un lion » et que, par ce geste, il fait « honneur à la France »105. L’aventure, comme école de formation patriotique, est confirmée par la présentation de l’ouvrage de Paul d’Ivoi, Les Voyages excentriques paru en 1898106, favorable au développement de l’esprit d’initiative et à l’affirmation de la confiance en soi, qui rejoint les préoccupations de ceux qui font des colonies une « école d’énergie ». L’expression du nationalisme d’expansion, à travers la littérature d’aventure, relaie ainsi le discours colonial et a pu, en l’absence d’une propagande multiforme, la supplanter.

  • 107 « […] le système de références objectivement formulable qui pour chaque œuvre […] résulte de trois (...)
  • 108 Ibid., p. 258.

57Cependant, à Peyrat-de-Bellac, à la différence des deux autres écoles, la lecture des ouvrages coloniaux est suffisamment importante pour mériter un questionnement plus approfondi. Le recours aux outils d’analyse des littéraires pour comprendre les mécanismes de la réception de ces ouvrages par ce lectorat, en particulier la notion d’horizon d’attente empruntée à Hans-Robert Jauss107, éclaire la particularité de Peyrat. La littérature d’aventure qui constitue le genre le plus sollicité a préparé les lecteurs à la thématique de l’Ailleurs et de la mobilité et formé « l’expérience du genre » de notre lectorat. Ainsi, l’ouvrage La Conquête de l’Algérie de Paul Gaffarel, très demandé, est au croisement de plusieurs thèmes, l’Ailleurs et le récit de conquête militaire, qui ne sont pas étrangers au public. Mais la notion d’horizon d’attente littéraire s’intéresse à l’étude des « codes des normes esthétiques » modulés en fonction des « attentes spécifiques des groupes et des classes, et rapporté aussi aux intérêts et aux besoins de la situation historique et économique qui déterminent ces attentes. »108

  • 109 Ibid., p. 260.

58Partant de cette grille d’analyse, on pourra dégager « la fonction communicative ou communicationnelle »109 engagée dans l’acte de lecture et comprendre la fusion des horizons créés par la socialisation, familiale et sociale, et les lectures qui permettent de légitimer la colonisation pour l’unité générationnelle marquée par la défaite de 1870 et contemporaine de l’expansion coloniale. Pour ce faire, le point de départ sera la société d’accueil, pour tenter de dégager les attentes sociales, et non pas les œuvres.

  • 110 Registre matricule d’artillerie de marine, 43Yc733, 43Yc785 et 43Yc786, Archives de Vincennes.
  • 111 Armée coloniale, engagement, H53, 1895, Archives municipales de Limoges.
  • 112 Comités d’action coloniale, 8M18, ADHV.

59Il a fallu d’abord considérer le comportement du canton de Bellac dans le mouvement d’expansion coloniale à travers la mobilité afin de vérifier une forme d’adhésion qui expliquerait une familiarité avec le monde colonial, thème qui entrerait dans ce que Jauss appelle « précompréhension ». Or, en tenant compte des demandes de concessions ou de passage gratuit répertoriées en Haute-Vienne pour l’Algérie depuis 1830, le canton de Bellac ne totalise que 3 demandes de passages et 2 demandes de concessions. Selon les données dégagées du recensement fait par l’Association généalogie Maroc-Tunisie-Algérie, le canton de Bellac n’a fourni que deux concessionnaires. La mesure de la mobilité a été réalisée en utilisant les demandes d’engagement consignées dans le registre de contrôle des troupes coloniales des années 1841-1842, 1880, 1890 et 1891110 où n’y figure aucun engagé du canton de Le-Dorat. L’absence d’engagés militaires originaires du canton, sur la liste des 28 engagements volontaires de 1895 en Haute-Vienne111, corrobore le constat précédent. Selon ces données, le mouvement d’expansion coloniale n’a pas provoqué un mouvement migratoire important et populaire. Toutefois, dans des sources plus tardives, les comptes rendus de la constitution du Comité de propagande coloniale qui est crée à Bellac112 montre que les manifestations coloniales ont été encadrées par d’anciens coloniaux.

  • 113 Dominique Danthieux, « Métayage et grande propriété foncière en Haute-Vienne », Ruralia, no14, 200 (...)

60La mobilité vers les colonies n’est pas, a priori, un facteur de l’intérêt du lectorat pour la littérature coloniale. La situation de Peyrat-de-Bellac, appartenant au Limousin migrant, confirme les constats faits à propos de l’Algérie : le besoin de mobilité satisfait par la migration interne n’a pas été détourné lors de la colonisation de l’Algérie. L’examen de la structure de l’effectif agricole du canton explique en partie le faible intérêt pour l’émigration dans les colonies. En effet, dans l’arrondissement de Bellac, l’importance du métayage, 22,1 % des exploitants (Limoges 19,1 % et Saint-Yrieix, 14,6 %)113, la prédominance de la propriété d’essence aristocratique, gérée par un fermier général, ainsi que la dépendance des métayers à l’égard des propriétaires ont pu gêner la mobilité. Celle-ci a été, par ailleurs, entravée par les propriétaires, inquiets des débordements de la Commune, qui ont développé un discours valorisant le maintien à la campagne, affaiblie par le départ de la main-d’œuvre.

61La corrélation entre l’intérêt pour le monde colonial et la mobilité en direction de cet espace n’étant pas systématique, il convient de rechercher d’autres éléments de compréhension. L’ouvrage le plus demandé, Les Enfants de Marcel, qui consacre une large part à la colonisation de l’Algérie et à l’Armée et celui de Paul Gaffarel, La Conquête de l’Algérie font apparaître des thématiques susceptibles d’expliquer leur succès.

  • 114 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit., p. 74.
  • 115 Les demandes multiples de médailles coloniales que nous avons notées dans le Limousin, conservées (...)

62Le premier ouvrage, Les Enfants de Marcel, nous fait parcourir, à travers les différentes péripéties du sergent Marcel et de son fils Louis, le temps de la société française d’après la défaite de 1870. L’identification est facilitée par cette expérience commune à l’unité générationnelle : Les Enfants de Marcel sont aussi d’une certaine manière les lecteurs de Peyrat-de-Bellac. Le récit s’ouvre sur la campagne de 1870 et sur la nécessité du redressement de la France léguée aux générations de la Troisième République suivie du rappel des événements de la Révolution et de la levée en masse de 1792. Au chapitre XXVII, nous apprenons que le sergent Marcel, amputé d’un bras, est appelé à devenir postier grâce à la recommandation d’un lieutenant qui a fait valoir sa carrière militaire de 20 ans dont « une partie en Algérie », recommandation justifiée par le fait que ces avantages sont « offerts par la patrie à ceux qui ont versé leur sang pour elle »114. Le lecteur retrouve dans l’ouvrage la confirmation du rôle de l’expérience militaire115 aux colonies comme facteur de mobilité sociale. Le récit projette ainsi une image positive de la colonisation, confondue au désir de promotion dans le tertiaire des nouvelles couches sociales en cette fin du xixe siècle.

  • 116 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit., p. 76.
  • 117 Paul Ricoeur, L’Idéologie et l’Utopie, Le Seuil, 1997.
  • 118 Johann Michel, « Le Paradoxe de l’idéologie revisité par Paul Ricoeur », Raisons politiques, no 11 (...)

63L’ouvrage donne aussi à voir l’œuvre coloniale. Après une retraite en Suisse, les deux héros regagnent la France, épisode au cours duquel le sergent Marcel et son fils rencontrent des zouaves et des turcos116 : cette péripétie servant de prétexte à l’éloge de la fidélité des colonisés à la France et à l’utilité des colonies pour la défense du territoire. La fin de l’ouvrage, consacrée au séjour en Algérie, reproduit le discours du Gouvernement général : cela va de l’inorganisation des tribus nomades à la fertilisation du pays par les colons sans ignorer le rôle compensatoire de la colonie après la perte de l’Alsace-Lorraine puisque la ferme, héritée d’un beau-frère alsacien, porte l’appellation de « Petite Alsace ». Mais le récit didactique révèle une autre vision de l’Algérie, terre nouvelle par opposition aux campagnes françaises. C’est le domaine de la petite propriété familiale – acquise grâce à un oncle d’Algérie – ne nécessitant pas par conséquent la possession d’un capital important mais c’est aussi un espace pour une agriculture nouvelle. La famille qui afferme au sergent Marcel l’exploitation a un fils, Bernard, qui revient de la ferme-école. Toute une leçon est consacrée au rôle du capital dans l’entreprise, à la comptabilité agricole. C’est sous le signe de la modernité que se place l’agriculture, conformément à l’enseignement donné sous l’impulsion des grands propriétaires novateurs en la matière, et surtout sous le signe de la propriété individuelle, objet d’une demande sociale. L’Algérie se présente non pas comme la terre des déclassés mais comme celle de ceux qui ont à reconstituer une fortune : le père Valentin, chargé de la mise en valeur, est un honnête travailleur, victime d’une maladie professionnelle. Le discours n’encourage pas la mobilité de ceux qui sont utiles en France mais de ceux qui ne peuvent pas y trouver leur place. Nous retrouvons les thèmes habituels de la propagande coloniale mais ceux-ci partagent avec les débats nationaux des thématiques communes : la modernisation ou, à tout le moins, la prise en compte de la modernité de la société française, le thème colonial n’étant que le prétexte permettant la projection d’un idéal à réaliser – s’apparentant à l’utopie – proposant d’autres possibles117 adossés cependant à un espace d’expérience118.

  • 119 The Ideology of French Imperialism, 1871-1881, op. cit.

64L’ouvrage de Paul Gaffarel, apprécié de ces mêmes lecteurs, a imposé un questionnement sur la « façon de faire parler le texte » ou l’actualisation du sens de la conquête pour une unité générationnelle née dans les années 1880. Outre le fait que le récit historique emprunte les traits de l’histoire-bataille entrecoupée d’anecdotes discursives qui en rend la lecture agréable, la conquête de l’Algérie restituée par Paul Gaffarel prend une épaisseur historique et dépasse le simple « coup d’éventail ». Gaffarel, professeur d’histoire à Dijon, considéré par les historiens de l’idée coloniale comme un avocat de la cause coloniale selon l’expression d’Agnes Murphy119, intègre la lutte de la France contre les Barbaresques dans l’histoire de France. Elle illustre l’action multiséculaire de la France pour imposer son indépendance et sa grandeur.

  • 120 Ernest Lavisse, Histoire de France, cours élémentaire, Armand Colin, 1918, 11e édition.
  • 121 Nathalie Petiteau a noté que le mythe napoléonien reprit une nouvelle vigueur grâce aux Républicai (...)

65Après un premier chapitre portant sur l’histoire longue de l’Afrique du Nord qui se conclut par le constat que les « indigènes sont réfractaires au progrès » (p. 8), la deuxième partie relate la lutte entre la France et les états barbaresques. La « question algérienne » est, dès l’origine, associée à la lutte de la Croix et du Croissant et donc à une menace permanente pour la Civilisation qui se confond avec l’Europe. L’ennemi est ensuite identifié comme étant un ennemi de classe. Le gouvernement de l’Odjac qui est une « république militaire » (p. 21) est dirigée par une oligarchie qui formait « une classe à part », une nation, et disposait à sa guise d’indigènes leur appartenant. Ce propos reprend la thématique des cours d’histoire : la lutte contre les Barbaresques se confond avec celle menée par les Républicains contre l’Ancien Régime et la féodalité. Ce thème introduit la construction de la France dans la durée : Gaffarel convoque à cet effet tous les constructeurs de la Nation Française. Les succès, provisoires, sont associés aux bons rois, pour reprendre la terminologie du Lavisse120 et les concessions aux mauvais. Charles IX est accusé de n’avoir pas su saisir l’opportunité d’étendre sa souveraineté en Algérie, qui s’était offerte à la France, et a engagé la France dans une politique continentale « qui n’a apporté que des déceptions » (p. 36). Henri IV triomphe et restaure la liberté de navigation (p. 37). Richelieu, qui ne disposait pas de marine, n’a pas su mener une répression énergique de la piraterie. Louis XIV fidèle à sa réputation, permet à la France de retrouver son ancienne puissance (p. 52) grâce à l’action d’Abraham du Quesne. Napoléon, quant à lui, s’efforça de maintenir la dignité nationale (p. 59), aidé par son charisme puisque les « musulmans s’inclinaient devant le héros des Pyramides et d’Aboukir » (p. 58). Paul Gaffarel conclut que l’Empire a ainsi préparé la conquête, Napoléon121 ayant fait effectuer une reconnaissance à Sidi-Ferruch (p. 59).

66La visite du Panthéon scolaire républicain n’oublie pas au passage de rappeler que Saint Vincent de Paul et le savant François Arago ont été victimes de razzias. Le coup d’éventail est l’élément déclencheur et, en une phrase, l’auteur cherche à provoquer un sursaut patriotique : « La France venait d’être souffletée sur la joue » (p. 66). Si Charles X n’est pas oublié dans le récit, l’auteur fait de la conquête de l’Algérie une conquête de la Nation, entendue comme peuple. Parmi les acteurs de la conquête, outre Cosmao-Dumanoir présenté comme le héros de Trafalgar, l’auteur insiste sur la participation de l’amiral Duperré symbole même de la méritocratie républicaine, « simple matelot » il a conquis le « grade d’officier général » (p. 73).

67La conquête de l’Algérie a par ailleurs provoqué une levée en masse : « Non seulement tous ceux qu’on rappela de congé revinrent avec empressement, mais encore un grand nombre de militaires, qui avaient atteint le terme de leurs services, contractèrent de nouveaux engagements » (p. 74). L’auteur souligne que les contemporains réagissent comme leurs ancêtres lors des Croisades, mais l’analogie avec les levées en masse de l’An II et de 1870 n’est pas exclue. Le récit de la conquête s’achève sur cette prémonition : « Sans doute des fautes avaient été commises […] mais la civilisation a toujours imposé aux grandes nations des devoirs impérieux, stériles dans leurs résultats immédiats et féconds dans leurs conséquences éloignées » (p. 191).

  • 122 « La propagande coloniale et l’image du noir sous la Troisième république, (1870-1914) », op. cit. (...)
  • 123 Compte-rendu signé Le Vingou, Le Nouvelliste de Bellac, 4/8/1895, I/L296, ADHV.

68La remarque de Jacky Pruneddu sur l’omniprésence de la thématique nationaliste/patriotique est confirmée par l’analyse de ce dernier ouvrage dans lequel le thème colonial s’est frayé un chemin en empruntant le canal du patriotisme122. La propagande en faveur de la colonisation rencontre la propagande patriotique voire nationaliste et il est légitime de se demander si ce dernier aspect ne s’est pas surimposé au point de brouiller l’intention première, la légitimation de la domination coloniale. Car, à l’imprégnation par l’écrit de la thématique nationaliste s’ajoute celle de l’environnement sociopolitique. En effet, dans l’arrondissement de Bellac, la multiplication des comptes rendus des manifestations patriotiques dans la presse d’arrondissement, Le Nouvelliste de Bellac, plaide en faveur d’un parti pris nationaliste qui n’a fait que compléter ou participe de la même ambition pédagogique. Le 28 juillet 1895 et le 4 août 1895, la fin de l’année scolaire est marquée par des manifestations publiques dont voici la composition. Une première partie musicale propose 3 œuvres militaires sur 5. La deuxième partie est essentiellement axée sur les activités physiques, dont l’escrime, « cet art si français » et des épreuves de gymnastique. L’article du 4 août 1895 félicite le directeur dont l’action éducative contribue à « rehausser notre enseignement national par la valeur qu’il fait acquérir à notre école de Bellac »123, louange bien dissociée des bienfaits dudit enseignement au niveau régional. La lecture des chants dont les textes sont reproduits in extenso renseigne sur leur inspiration. Le premier texte s’intitule, Nous combattrons :

« En attendant le jour des représailles/Jour désiré qui doit nous unir/Forgeons le fer, l’élément des batailles/Tenons nous prêts ! Il faut se souvenir./Là-bas, làbas, nos frères nous attendent/Ils ont en nous le plus ardent espoir/“Être Français”, voilà ce qu’ils demandent ;/Les délivrer, voilà notre devoir. »

69Ce chant militant pour la Revanche côtoie un second proposé le même jour, La Patrie. Après un premier couplet portant sur le sol de la Patrie, le deuxième rappelle la contribution de chacun par son travail à la grandeur de la patrie. Le troisième intègre l’expansion coloniale dans l’exaltation de la patrie :

« Sur un lointain rivage/Quand tes fils vont porter ton drapeau glorieux/Ta radieuse image/Est encore présente à leurs yeux/En vain, les dangers, la souffrance/Partout se pressent sous leur pas/Ah ! S’ils meurent, c’est pour la France,/Qui doit sa gloire à leur trépas ! »

  • 124 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918, Armand Colin, 2004, p. 250
  • 125 Impr. de J.-J.-T. Clochard, 1887.
  • 126 Peyrat-de-Bellac : 298 votants sur les 525 inscrits préfèrent le député Camille Gabiat, candidat d (...)

70Au vu de ces deux chants produits lors de la même occasion, le nationalisme régional semble concilier l’esprit de revanche et l’expansion. Ces chants, ces manifestations militaristes qui préparent ou participent à « la culture de guerre »124 font partie d’un contexte culturel marqué par la Défaite, visible dans l’arrondissement de Bellac. La mobilisation de l’idée de revanche est-elle liée à la présence dans l’arrondissement du comte de Couronnel, membre du conseil général, auteur d’un ouvrage présent dans la bibliothèque de Peyrat-de-Bellac, Souvenirs de la garde mobile de la Haute-Vienne125 et membre de la Société de géographie de Paris, participant par ailleurs à l’initiative en faveur de l’érection d’un monument aux mobiles de la Haute-Vienne morts pour la patrie en 1870-71 ? L’inscription à droite de l’arrondissement jusqu’en 1902, a-t-elle été un facteur favorable au développement de cette bibliothèque126 ? Au regard des constats faits plus haut, ces facteurs ne sauraient être passés sous silence sans qu’ils puissent toutefois expliquer en totalité les phénomènes de réception. Néanmoins, les choix d’ouvrages des élèves de Peyrat-de-Bellac après la guerre portent à nouveau l’empreinte de l’environnement social traumatisé par le conflit.

71En effet, alors qu’avant-guerre existait à Peyrat-de-Bellac un goût pour le genre colonial, l’offre de lecture des années 1920 ignore cette production qui est pourtant présente dans les listes d’ouvrages recommandés par le Bulletin administratif de l’enseignement : le seul titre de littérature coloniale, Yamilé sous les cèdres d’Henry Bordeaux (Plon, 1923) n’est demandé qu’une fois. En tête des prêts, nous retrouvons un ouvrage associé à la littérature d’aventure mais trois titres adoptent une thématique « hexagonale ».

72À Saint-Martin-la-Méanne (Corrèze), les demandes sont plus variées mais parmi les titres qui font l’objet d’une demande importante, soit 23 titres empruntés entre 40 et 80 fois, 4 titres ont pour thème l’Ailleurs. En additionnant les 9 titres de la catégorie des livres moyennement demandés (de 20 à 40 demandes), le total pour ce genre atteint 13 titres. Cette demande est talonnée par les romans « ruralistes », soit 5 titres sur 23 et les « romans nationaux » traitant de thématiques hexagonale et/ou nationaliste soit 3 titres. Pour cette dernière rubrique, les demandes moyennes et fortes additionnées, donnent un total de 9 titres.

  • 127 Commande de prix, Lycée de jeunes filles de Limoges, 1T955, ADHV.

73Le constat s’impose de lui-même : l’engouement non démenti pour la littérature d’aventure et de l’Ailleurs laisse place après la guerre à une augmentation de la demande d’ouvrages abordant les thématiques rurales. Signalons toutefois que l’évolution des demandes dans les deux régions rurales, Saint-Martin-la-Méanne, pour la période qui s’étend de 1925 à 1934, et Peyrat-de-Bellac, est différente en milieu urbain. La liste d’ouvrages offerts lors des distributions de prix au lycée de filles de Gay-Lussac à Limoges indique la permanence de l’intérêt pour la littérature coloniale en conformité avec les pratiques nationales car les livres sont choisis dans le catalogue des livres de prix jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale et ce des classes primaires aux classes de philosophie et de mathématiques127.

  • 128 Arrêté du 15/12/1915 réglementant les bibliothèques des écoles publiques, Bulletin de l’instructio (...)

74Une fois de plus, la différence de pratique entre un milieu urbain et un milieu rural ou inséré dans un environnement rural est patente. La demande urbaine, sous-tendue par le souci de conformité à la norme nationale, est entretenue aussi bien par la tenue de conférences des auteurs coloniaux que par la presse, beaucoup plus variée en milieu urbain. Du point de vue de la production, ces auteurs ont su se créer un lectorat et le fidéliser en investissant les lieux décisionnels. De plus le choix des ouvrages est contrôlé par l’inspecteur d’académie qui donne son aval alors que dans les écoles, le comité de lecture est composé de l’instituteur, du maire, du délégué cantonal et de trois lecteurs choisis parmi les bienfaiteurs et les lecteurs les plus assidus128. La bibliothèque reste de ce fait le lieu de négociations entre les obligations nationales et les priorités locales. Ce sont donc des conditions différentes qui président aux choix des lectures dans les écoles dont les comités sont constitués sur des relations de plus grande proximité avec le lectorat.

  • 129 Georges Dauger & Daniel Dayen, Histoire du Limousin, op. cit., p. 145.
  • 130 Le solde migratoire établi pour la Corrèze en 1921-1926 est de -6222 ; en Haute-Vienne -2882. La p (...)

75Le contexte a aussi changé : la société de l’Entre-deux-guerres est une société meurtrie par le conflit. Dans la région, les pertes liées à la guerre, selon les chiffres avancés par Georges Dauger et Daniel Dayen, atteignent 14 053 morts en Corrèze, 10 941 en Creuse et 15 000 estimés en Haute-Vienne129. Cette hécatombe démographique est aggravée par l’émigration130. Cette ponction a eu des effets sur la vitalité de la région dans son ensemble, car, outre le vieillissement de la population, la guerre a aussi décimé les médiateurs culturels que sont les instituteurs. Les chiffres sont significatifs : en Corrèze, 55 % des instituteurs manquent à l’appel sur un total de 173 mobilisés. L’évolution démographique aggrave la pénurie de main-d’œuvre dont souffrent les campagnes qui se dépeuplent. Ce constat génère pendant l’Entre-deux-guerres un mouvement de « retour à la terre » qui apparaît, en Limousin et ailleurs, comme une réponse à la crise démographique. En Haute-Vienne, le mouvement se développe dans les années 1920 et est pris en charge par les instituteurs qui s’en font les propagateurs en utilisant le canal de leur organe de liaison, le Bulletin de l’union amicale. La publicité est aussi assurée par Le Nouvelliste de Bellac qui, le 22 janvier 1928, rend compte de la conférence de M. Mazurier et de la constitution du Comité de propagande de retour à la terre.

  • 131 Le 25 mai 1930, la fête du centenaire de Mistral se déroule à Blond (Haute-Vienne).
  • 132 Évelyne Crison, Les Groupements d’originaires de la Corrèze à Paris sous la Troisième République, (...)
  • 133 Le Nouvelliste de Bellac, 24/7/1932, IL/296, ADHV.

76Ce mouvement interfère avec le mouvement régionaliste et félibréen, né en 1854 à l’initiative de Frédéric Mistral, qui débute en 1892 en Corrèze, se développe parallèlement dans les sociétés d’originaires à Paris et atteint la Haute-Vienne au cours de l’Entre-deux-guerres131 où il est animé en particulier par Camille Gabiat. Le mouvement félibréen a un double objectif : maintenir la paix sociale et « faire renaître l’âme de [la] terre natale et de [la] race. »132, ainsi que le signalent en 1895 les statuts de la société d’originaires, la Ruche corrézienne. Le mouvement, d’après les indices recueillis, a acquis dans les années 1930 une certaine audience en Haute-Vienne. Ainsi, le 10 juillet 1932, la tenue de la fête félibréenne à Peyrat-de-Bellac s’est faite grâce au concours des anciens élèves et des instituteurs des communes voisines133. Rappelons toutefois que ce mouvement n’est pas totalement opposé à la colonisation mais il conviendrait cependant de distinguer la position d’une élite ouverte au monde global et une population territorialisée, davantage préoccupée par la survie du groupe.

  • 134 Enquête sur les lectures rurales, 4T52, ADHV.

77Ce choix culturel a t-il influencé les choix de lectures ? La présence notable de ce type d’ouvrages penche en faveur de cette hypothèse, de même que les réponses des maires de Haute-Vienne lors de l’enquête sur les lectures rurales effectuée en 1930134. Cette enquête fait ressortir la conviction générale, eu égard aux réponses des maires, que la lecture a une fonction sociale, soit parce qu’elle est vecteur de formation, soit parce que sa pratique assure la conformité à un modèle de la vie moderne. Le propos du maire de Chaillac résume cette deuxième voie :

  • 135 Délibération du conseil municipal de Chaillac, 23/11/1930, 4T52, ADHV.

« Après avoir délibéré le conseil considérant que la lecture est un des moyens propres à embellir la vie des habitants de la campagne et par conséquent à retenir les jeunes gens à la campagne émet un avis favorable à l’établissement de ces bibliothèques. »135

78C’est au niveau du contenu des bibliothèques que les points de vue divergent. Les deux réponses suivantes, malgré leur caractère excessif, indiquent les orientations imposées par l’environnement socio-économique. Ainsi, le maire de Laurière fustige-t-il la littérature récréative proposée par les bibliothèques et précise ses préférences :

« Croit-on par des ouvrages faire rester des gens à la terre. Erreur complète ! Les jeunes paysans savent très bien qu’ils exercent une profession qui ne leur laisse aucun loisir et que pour avoir droit à l’existence, ils doivent faire des journées démesurément longues et produire des efforts surhumains. Veut-on faire rester le paysan à la terre ? Qu’on rende le remembrement de la propriété afin de pouvoir l’industrialiser. Des ouvrages écrits en ce sens seraient d’une grande utilité pour la jeunesse paysanne qui s’y passionnerait. On peut dire sans exagérer que les ouvrages actuels ne les intéressent pas. »

79Le maire de Saint-Pardoux dans l’arrondissement de Bellac reproduit presque textuellement le discours des contempteurs de l’urbanisation et de son corollaire, l’exode. Son propos semble par ailleurs indiquer une adhésion au courant littéraire régionaliste :

  • 136 Le maire fait sans doute référence au recueil d’Émile Verhaeren paru en 1895.

« Le Comité départemental doit s’inspirer dans le choix des ouvrages de l’époque et du milieu auxquels les ouvrages sont destinés. Il y a une littérature d’écrivains foncièrement ruraux, régionaux même qui gagneraient à être diffusés. Elle seule apporterait de l’air pur dans un milieu qui est trop disposé à se tourner vers les Villes tentaculaires. »136

80Le remède proposé consisterait à favoriser la lecture régionaliste pour lutter contre l’exode.

RÉACTION ANTICOLONIALE OU CONCURRENCE DES TERRITOIRES ?

  • 137 Mohamed Bouazzaoui, L’Opinion publique en Haute-Vienne et le Maroc. La guerre du Rif, 1925-1926, m (...)
  • 138 Le Nouvelliste de Bellac, 24/5/1925, IL/296, ADHV.
  • 139 Les Anticolonialistes…, op. cit. et Aux origines des tiers-mondismes, colonisés et anticolonialist (...)

81L’exclusion des titres coloniaux relève donc en partie des préoccupations éducatives et sociales d’une région en perte de vitesse démographique mais l’hypothèse de la critique de la colonisation n’est pas à exclure, au vu de l’offre de lecture de la Bibliothèque de l’Union. Toutefois, la lecture discontinue de la presse ne fait pas apparaître de mouvements organisés d’opposition à la colonisation sauf en 1925 lors de la Guerre du Rif137. Le Nouvelliste de Bellac relate les escarmouches entre socialistes et communistes au conseil général : les premiers, considérant que la France se défend, accusent les communistes qui « se flattent d’atteindre la mère-patrie » en soutenant la cause des colonisés ; les seconds accusant les parlementaires d’avoir autorisé, par le vote de crédits militaires, « un nouvel attentat contre l’humanité »138. Le débat tel qu’il apparaît dans les colonnes du Travailleur du Centre, organe du Parti Communiste, reste très marqué par l’antimilitarisme. Le dépouillement des archives concernant cet événement a permis de mieux cerner, à l’échelle de la Haute-Vienne, la nature de l’opposition à la Guerre du Rif. Ces informations, qui proviennent essentiellement d’une source policière, corroborent dans l’ensemble les analyses de Jean-Pierre Biondi et de Claude Liauzu139.

  • 140 Rapport de la police municipale au préfet de Haute-Vienne, 6/6/1925, Le dossier 1M194, Antimilitar (...)
  • 141 Rapport de la police municipale au préfet de Haute-Vienne, 18/7/1925, 1M194, ADHV.

82Le mouvement est surtout porté par les organisations communistes qui reprennent l’analyse par l’Internationale Communiste de la guerre impérialiste, ce qui donne au mouvement une coloration antimilitariste et anticapitaliste qu’on retrouve dans tous les tracts ou dans les interventions publiques. La position du Parti Communiste en faveur de l’évacuation immédiate, de la fraternisation et de l’indépendance du Rif est reproduite localement. Nous insisterons davantage sur l’accueil de cette campagne vue, rappelons-le, à travers les rapports de police. Ces derniers débutent en juin 1925 avec la réunion publique du Parti Communiste et des « groupements militaires » à Limoges le 6 juin devant un public de 400 personnes au cours de laquelle l’orateur critique « le faible empressement » des ouvriers à « assister à une réunion où il s’agit des intérêts de la classe ouvrière toute entière »140. Le 18 juillet, la réunion communiste organisée à Limoges rassemble « 27 personnes dont 10 femmes »141.

  • 142 Ordre du jour du Congrès de la Fédération de la Haute-Vienne des associations des mutilés, réformé (...)

83Parmi les opposants à la Guerre du Rif figurent les associations d’anciens combattants qui, tout en s’opposant à la guerre, ne se prononcent pas toutes pour une évacuation immédiate. C’est le cas de la Fédération de la Haute-Vienne des Associations des mutilés, réformés, anciens combattants, veuves, orphelins et ascendants qui demande, à son congrès d’Aixe-sur-Vienne le 16 août 1925, de mettre « fin au plus tôt par tous les moyens sauvegardant l’honneur de la France aux souffrances qu’endurent les soldats français et indigènes » afin « d’éviter à la Nation de nouveaux deuils et empêcher qu’une nouvelle phalange de Mutilés et Victimes de la Guerre ne vienne grossir le nombre de ceux de 1914-1918 et diminuer les forces vives de la France si durement éprouvées ces dernières années »142.

  • 143 14/5/1925, Biondi, Les Anticolonialistes, op. cit., p. 136.

84La position de l’Association républicaine des anciens combattants qui a participé à la fondation, au niveau national et départemental, du Comité d’action contre la guerre du Maroc143 associe, dans un de ses tracts, l’anticapitalisme et l’antigermanisme et confond, au nom de l’opposition à la guerre, le conflit colonial à la Première Guerre Mondiale résumé par cette formule :

  • 144 Tract recopié par les services de la police, Rapport du commissaire central au préfet de Haute-Vie (...)

« Veuve, mère, livreras-tu tes fils aux gaz asphyxiants fabriqués par la Badische Anilin, les Kulhman et autres distillateurs de la mort. Tous et toutes, une affiche blanche suffira-t-elle à faire marcher encore la clique des clairons et celle des patriotes payés qui, dans toutes les soi-disant Patries crieront en avant, en s’enrichissant à l’arrière »144

  • 145 Rapport de la police municipale au commissaire central, 17/10/1925, 1M194, ADHV.
  • 146 1M194, ADHV.

85La réunion qu’elle organise à Limoges le 16 octobre 1925 en présence de Paul Vaillant-Couturier rassemble 300-350 personnes dont, précise le rapport, « la moitié […] étaient venus en curieux et ne semblent pas partager les idées de l’orateur ». Le rapport du commissaire de police évalue de son côté à un tiers le nombre d’auditeurs non acquis aux idées de l’orateur145. Un discours similaire est tenu par un Groupe d’anciens soldats du Chemin des Dames qui dénonce, dans un tract, la guerre qui se fait au profit des « banquiers qui veulent écraser le peuple marocain en lutte pour son indépendance » et souhaite mobiliser la population contre « Painlevé-la Guerre, le massacreur de 1917 » et pour la fraternisation en masse avec les Rifains146.

  • 147 Rapport du commissaire de police au sous-préfet de Rochechouart, 12/10/1925, 1M194, ADHV.

86Mais toutes les associations ne se rallient pas à cette position, en particulier la Société des mutilés, l’Association des veuves de guerre et la Fraternelle qui ont refusé de rejoindre le comité d’action de Saint-Junien147. Lors de la campagne, le rapport du commissaire central au préfet signale la manifestation, en marge de la grève du 12 octobre 1925, dirigée par une délégation d’anciens combattants de 1870 et par les cheminots qui ont déposé une palme au pied du monument des mobiles à Limoges, choix plus que symbolique car celui-ci a été érigé en souvenir de la mobilisation lors de la guerre franco-prussienne.

  • 148 Délibération du conseil municipal de Saint-Junien, 17/5/1925. Le préfet demande au sous-préfet de (...)
  • 149 Note du préfet au sous-préfet de Saint-Junien, 19/5/1925. 1M194, ADHV.
  • 150 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Saint-Junien réuni en session extrao (...)
  • 151 Extrait du registre des arrêtés du préfet, 29/7/1925. La délibération est aussi annulée par le con (...)

87Quelques municipalités ont aussi pris position. C’est le cas du conseil municipal de Saint-Junien, délibérant en session ordinaire le 17 mai 1925, qui rédige une protestation contre « la guerre inconstitutionnelle engagée contre la République du Riff [sic]. »148 L’inculpation de deux membres du conseil municipal pour « attitude hostile aux opérations militaires au Maroc149 » aboutit à une condamnation plus virulente de la guerre. Le conseil municipal réuni hors session dénonce le « crime qui se poursuit pour le seul profit de quelques capitalistes impérialistes » et réclame la cessation des hostilités et la reconnaissance de la République du Rif150. À Eymoutiers, les conseillers municipaux se prononcent en juillet contre la poursuite de la guerre, « six ans après l’abominable boucherie de 1914-1918 », condamnant « la guerre du Maroc faite au seul profit des militaires professionnels et des financiers cosmopolites et avec le sang des ouvriers et des paysans » et exigent l’évacuation immédiate du Maroc151. C’est au tour de la municipalité de Rochechouart de dénoncer la guerre. Dans sa délibération du 22 novembre, le conseil municipal :

  • 152 Délibération du conseil municipal de Rochechouart, 22/11/1925. 1M194, ADHV.

« Profondément ému de voir le pays engagé dans une nouvelle expédition en Syrie alors que l’affaire marocaine n’est pas encore terminée constate que partout la politique colonialiste des états capitalistes est une politique de violence et de meurtre. Que ce n’est pas par l’éducation et la solidarité que ceux-ci entendent conquérir les cerveaux et les cœurs des indigènes, mais que par la contrainte et la force, ils entendent imposer leur domination et assurer les projets des requins qu’on trouve à l’origine de tous les conflits coloniaux et invite à faire pression au Parlement pour “faire cesser ces boucheries” »152

88Si la condamnation de la guerre est unanime dans les trois cas, les motifs ne sont pas identiques. À Saint-Junien, administré par le maire communiste Lasvergnas, et à Eymoutiers où siège le communiste Fraisseix, les mots d’ordre de l’Internationale Communiste sont mobilisés mais à Rochechouart, c’est la méthode qui est critiquée et non la colonisation.

  • 153 Courrier du secrétaire du syndicat central de la céramique au préfet de Haute-Vienne, 21/10/1925. (...)
  • 154 Il compatit aux souffrances des mères, femmes et sœurs des « de ceux qui souffrent le martyre et q (...)

89L’ambiguïté de l’anticolonialisme qu’analyse Jean-Pierre Biondi se vérifie une fois de plus dans la prise de position du conseil syndical du syndicat central de la céramique de Limoges qui adresse en octobre au préfet une lettre de protestation au nom « d’une partie de la classe ouvrière »153 accompagnée d’un tract de dénonciation des guerres au Maroc et en Syrie dans laquelle le syndicat condamne la collaboration avec le gouvernement espagnol de Primo de Rivera considérée comme « une humiliation pour la France issue de la Révolution Française » et proteste contre « les nouvelles charges et les nouvelles souffrances qui viennent s’ajouter à toutes les misères et à toutes les ruines de la nation saignée à blanc par la Grande Guerre ». Les thématiques anticapitaliste et antimilitariste, cette dernière pouvant être assimilée au pacifisme, s’enrichissent ici d’une critique d’un régime autoritaire154.

  • 155 Rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Yrieix au préfet de Haute-Vienne, 10/10/1925. (...)

90L’accueil réservé à la propagande, relevé par les rapports de police lors des réunions publiques, est à nouveau signalé le 10 octobre 1925 dans l’arrondissement de Saint-Yrieix par le sous-préfet. Celui-ci a constaté la « désapprobation » de la population à la lecture des affiches placardées qui ont été lacérées dans la journée. Dans les régions qui « plus que d’autres pouvaient être exploitées par le Parti Communiste », soit Châlus et Bussière-Galant, « tout y était particulièrement calme »155.

  • 156 Rapport du commissaire de police au sous-préfet de Rochechouart, 12/10/1925. 1M194, ADHV.
  • 157 Rapport spécial journalier du commissaire central au préfet, 12/10/1925. 1M194, ADHV.
  • 158 Rapport de la réunion intersyndicale du 28/9 du commissaire spécial de Limoges au préfet de Haute- (...)

91La grève générale du 12 octobre 1925, selon les rapports de police, a été faiblement suivie. À Saint-Junien, 200 ouvriers, sur un effectif de 2000, ont participé à la manifestation où était bien représentée l’union syndicale ouvrière présente dans les épiceries, les boucheries et les ganteries. Le rassemblement général prévu à 10h 30 a été annulé et, constate le commissaire, « aucun service essentiel n’a été touché par la grève », les employés municipaux étant ce jour-là en congé156. À Limoges, le rapport de police indique qu’« en ville tout est normal dans tous les services, qu’il s’agisse de services publics ou d’entreprises privées. S’il y a des grévistes, on ne s’en aperçoit pas et leur nombre est certainement infime » mais il est vrai que 19 patrons avertis par les autorités étaient absents et 29 prévenus157. Mais il est vrai aussi que certains représentants syndicaux, tout en étant opposés aux deux guerres, s’étaient montrés réservés, craignant de n’être pas suivis par leurs adhérents, en particulier les représentants des cheminots, des tramways départementaux et urbains158.

  • 159 Rapport du 17/10/1928 au ministère de l’Intérieur. Surveillance individuelle et correspondance con (...)
  • 160 Rapport du commissaire spécial de Limoges au préfet de Haute-Vienne, 28/10/1929, 4M208, ADHV.

92Dans le Limousin comme au plan national, la dénonciation de la colonisation, ponctuelle à cette date, emprunte des voies diverses dont quelques unes ont déjà été évoquées. Elle peut être encadrée par des associations telle l’association française pour la Société des Nations qui donne la parole le 9 octobre 1928 à un étudiant indochinois, Le Quan Dang. Au cours de sa conférence sur l’Annam, l’étudiant dénonce les méthodes de l’administration française, à l’origine des critiques des « Annamites [qui] voudraient dans la colonie être placés sur le même pied que les Français, occuper une position plus prépondérante que celles qu’ils y occupent, situation qui, selon eux, les relègue au second plan comme des êtres inférieurs. »159, résume le commissaire spécial de Limoges. Ce dernier, décrivant l’état de l’opinion des étudiants face aux critiques anticoloniales, ne fait pas état d’un virulent courant anticolonialiste en constatant : « Comme ce Cochinchinois est fort intelligent, et qu’il n’ignore pas que toutes les questions qu’il pourrait soulever de nature à dénigrer notre pays seraient l’objet d’une réprobation générale des milieux qu’il fréquente, il s’en abstient donc. »160

  • 161 Rapport du 30/10/1934, 4M208, ADHV.

93Un autre rapport de police de 1934 signale la présence à Limoges d’un restaurateur tunisien Abbes Ben Ahmed qui, marié à une Française, est accusé de mener une propagande anti-française auprès des militaires « arabes » qui fréquentent son café161. Acquis à la cause séparatiste, il propose la lecture de l’Ouma, journal de l’Étoile Nord Africaine de Messali Hadj. Mais, à travers les comptes-rendus de police, l’audience de ces mouvements reste faible : pour la première conférence, le commissaire signale la présence d’un auditoire « assez nombreux » et dans le deuxième cas, le public concerné est spécifique.

  • 162 Du 9 au 10/1/1930, l’assassinat de Français par des tirailleurs mutins est à l’origine d’une vague (...)
  • 163 Bessines-sur-Gartempe, Chateauponsac, Le-Dorat, Mézières-sur-Issoire, Nantiat (Haute-Vienne), Sain (...)
  • 164 Caravanes scolaires, circulaire préfectorale aux maires, 18/8/1931, 1T149, ADHV.

94Après les manifestations contre la Guerre du Rif, l’expansion coloniale ne semble plus susciter d’émotion particulière. En 1930, les événements de Yen Bay162 donnent lieu à un compte-rendu des événements dans la presse communiste mais ils ne font pas longtemps la une. À l’inverse, les commémorations du centenaire de la conquête de l’Algérie163 trouvent un public puisque 10 communes de Haute-Vienne acceptent d’apporter leur concours à la célébration nationale. L’Exposition coloniale ne soulève pas de critiques, 12 communes de Haute-Vienne acceptent de participer aux caravanes scolaires qui sont organisées à partir de la fin du mois d’août jusqu’au 12 septembre 1931164.

95Si la question coloniale ne soulève pas les foules, pas plus que l’anticolonialisme – entendu ici comme attitude d’opposition à la domination coloniale –, les liens entre les projets de la collectivité et ceux de la France coloniale restent posés, non pas en termes d’anticolonialisme mais en termes de menace. L’enquête sur les lectures rurales de 1930, confrontée à la réponse du maire de Breuillefa en Haute-Vienne, lors de l’enquête menée sur la mise en place des caravanes scolaires pour la visite de l’Exposition coloniale en 1931, qui n’est pas reproduite par d’autres maires, incite cependant à examiner la fonction de la lecture dans cet environnement rural sous cet angle. En effet, le propos explicite du maire de Breuillefa (canton de Nantiat), insiste sur la menace tout en reconnaissant la valeur éducative du projet :

  • 165 Réponse du maire de Breuillefa (Haute-Vienne), Caravanes scolaires, 1931, 1T149, ADHV.

« Connaissant l’état d’esprit de la population qui m’environne, je puis dire qu’elle appuiera une dépense apparemment faible dans un but éducatif mais qui pourrait avoir pour résultat de détourner un peu plus les enfants de la vie rurale, et que le Conseil municipal ne votera certainement pas de subventions aux caravanes scolaires en question. »165

  • 166 Caravanes scolaires, 1931, 1T149, ADHV.

96La non-participation tient aussi au coût rappelé par le maire de Saint-Priest-sous-Aixe166 et quelques expressions de refus sont difficiles à interpréter en dehors de leur contexte d’énonciation. Faut-il parler d’anticolonialisme ou est-ce une manifestation d’une concurrence des territoires ?

97Deux ouvrages qui a priori ont des thématiques hexagonales peuvent servir d’illustration aux rapports entre les régions rurales et les colonies : La Terre qui meurt de René Bazin (1899), emprunté par les lecteurs de Saint-Martin-la-Méanne et Aimée Villard, fille de France de Charles Silvestre (1922), couronné par le prix régionaliste Jean Revel et très demandé à Peyrat-de-Bellac.

98La Terre qui meurt de René Bazin indique par son titre la thématique de la disparition de l’agriculture, faute de paysans, disparition causée par la désertion des maîtres dans les campagnes. Le récit met en scène le père Toussaint Lumineau, métayer en Vendée, et un espace fictionnel encadré par la ville, les colonies et l’Amérique. La ville attire le second fils, paresseux et perverti par son service militaire et l’Algérie se présente sous un double aspect. Les rapports avec cette colonie sont complexes. Elle est présentée comme une école de formation ou de révélation de la personnalité : le troisième fils, André, qui doit assurer la relève à la fin de son service militaire présente tous les caractères du légendaire colonial, pour reprendre l’expression de Raoul Girardet, c’est-à-dire vaillance et courage. À son retour, il reprend l’exploitation familiale mais, très vite, il recherche la compagnie des anciens du régiment et semble regretter l’action, absente dans son environnement rural. L’ennui le pousse au départ : il s’enquiert des concessions dans les colonies et opte pour le voyage en Amérique. Ce personnage, sympathique, symbolise l’effet colonial : facteur de formation virile, le service en Algérie et/ou dans les colonies inocule le virus de l’action qui ne trouve pas à s’investir dans les campagnes. La morale sociale proposée par René Bazin se dégage de la confrontation entre ce personnage et le valet Nesmy qui prend la succession.

  • 167 « Que de fois ai-je visité dans mes voyages aux colonies des entreprises de culture, fondées par d (...)

99Nesmy, d’abord rejeté du fait de son origine sociale modeste, est appelé à la tête de l’exploitation après la fuite d’André. Ce personnage est son antithèse. Il nous est présenté comme un instinctif, capable de se fondre dans la nature et de se confondre avec le milieu tandis qu’André est un paysan mais peu enclin à poursuivre les traditions ; il accepte volontiers d’arracher la vigne, symbole pour son père d’un art de vivre ancien, traditionnel, mais symbole pour André de conservatisme. Il ne peut se réadapter à la campagne vendéenne mais constitue un colon idéal pour les nouvelles terres que sont les colonies, objet initial de sa quête, et l’Amérique qu’il finira par choisir. C’est donc à travers les choix des deux personnages principaux que nous pouvons dégager les caractéristiques des deux espaces. L’espace français est par opposition à la colonie une vieille terre, réservée à ceux qui acceptent de se soumettre au rythme de la nature et non à ceux qui cherchent à la discipliner167 ou à la transformer.

100Les deux espaces requièrent des qualités différentes mais les façonnent aussi. Le besoin d’action et de changement exprimé par André est le résultat de son passage dans les colonies. Malgré ses qualités d’agriculteur, le type social qu’il représente constitue une menace pour l’équilibre social : la société rurale doit être préservée des luttes et de la violence associée à l’action. À l’opposé, l’amour de la terre quasiment instinctif et charnel de Nesmy lui permet d’intégrer la « classe paysanne » : le travail de la terre gommant ainsi les antagonismes sociaux.

101Malgré la thématique ruraliste, l’ouvrage intègre dans son espace fictionnel les colonies qui ne sont pas au centre mais bornent l’espace rural mais aussi deux modes de vie différents quoique fondés sur l’agriculture. Cette représentation plutôt favorable à la colonisation ne s’applique pas à la ville, lieu de dépravation symbolisé par la déchéance de l’autre fils.

  • 168 « À notre époque où l’Agriculture manque de bras, il n’est pas de charge plus lourde que cet Impôt (...)
  • 169 Aimée Villard, fille de France, Plon, 1924, p. 222-223.

102Le deuxième roman, Aimée Villard, fille de France, est aussi une déploration de la mort des campagnes qui emprunte à René Bazin la thématique agrarienne. Aimée Villard, d’un caractère bien trempé, est amenée à la suite du décès de son père à assurer le maintien de l’exploitation agricole. L’auteur la soumet à un certain nombre de tentations : le travail salarié, le beau mariage. Comme dans La Terre qui meurt, la femme est le pivot du maintien du monde rural. Le retour du service militaire effectué en Tunisie de Martial Queyroix – qui porte le prénom du saint patron de Limoges – sauve l’exploitation. Dans ce roman, la fiction fait intervenir l’espace colonial en concurrence avec l’espace rural. Martial a pris lui aussi tous les traits du légendaire colonial : la vitalité, l’énergie. Il est présenté comme « sauvage » (p. 216) par sa sœur, « Grand et musclé » (p. 222), « forci » par son séjour aux colonies (p. 222) et bronzé par le soleil. Nous retrouvons une représentation du militaire revenu des colonies identique à celle de René Bazin mais chez Silvestre, le service militaire est présenté sous sa facette négative : c’est « l’Impôt du Temps »168, expression du député Camille Gabiat, qui prive la campagne de ses forces vitales. À cet effet, Charles Silvestre place dans la bouche de Martial l’expression du regret de n’avoir pu être là pour aider Aimée169, ce qui n’existe pas chez Bazin, auteur colonial à ses heures. Concurrence des territoires mais complémentarité des espaces : l’énergie de Martial qui trouve à s’investir dès son retour semble être une confirmation de la conception que les colonies sont une « école d’énergie ».

  • 170 « Le paysage du savant », in Les Lieux de mémoire, t. 1, La Nation, Gallimard Quarto, 1997, p. 997 (...)

103Mais la relation avec les colonies crée l’occasion de définir une identité ethnique et sociale. L’identité ethnique, limousine ou française, est révélée à travers le prisme du paysage. Cette double dimension structure la construction des identités françaises de telle sorte que l’« expression de pays […] s’applique aux habitants presque autant qu’au sol », selon la formule de Vidal de la Blache reprise par Marcel Roncayolo170. L’identification par le paysage se fait par opposition : la Tunisie est caractérisée par un paysage de « terres grillées » (p. 230) alors que le « chez nous » est marqué par la douceur des formes et des tons, symboles aussi d’harmonie sociale des campagnes.

104Les espaces ont des fonctions différentes. La Tunisie est l’espace qu’on quitte, le Limousin est l’espace-matriciel. À la fin du roman, les deux personnages, Martial le Limousin et Aimée-la terre/la fille de France, se fondent dans leur environnement et sont confondus avec lui. C’est aussi un espace clos et régi par un temps cyclique, le temps des saisons et du paysan, symbolisé par le retour de l’étoile. Cet épisode contribue à la définition sociale du héros. Martial fait le choix de rester paysan : il revient à la terre. Il arrive dans le récit pour perpétuer un mode de vie et non le transformer. La fermeture consacre la délimitation de l’unité territoriale qui est aussi une unité sociale appelée à se régénérer grâce à cette relation circulaire entre la terre et l’homme. La conservation du mode de vie et du milieu de vie, entités qui s’interpénètrent bien entendu, est dévolue au paysan qui n’a pas pour mission de maîtriser l’espace comme c’est le cas dans les colonies.

  • 171 « La volonté de mettre en valeur des terres neuves, telle est la réponse virile à cet ‘à quoi bon  (...)

105Ce mode de vie proposé comme modèle à la jeunesse limousine est à l’opposé de celui des coloniaux. Dans ce roman, l’auteur ébauche un contremodèle qui emprunte au modèle social colonial les traits de l’homme d’action171 mais mis au service du pays. Cela ressemble fort au flux de retour qu’Octave Homberg établit après la guerre.

  • 172 Ibid., p. 3.

« Le souci de récupérer cette substance dont notre pays s’est vidé, de reconstituer notre force de production, et avec elle cette aisance heureuse dont nous jouissions sans même nous en apercevoir […] c’est tout cela qui nous fait aujourd’hui nous tourner vers les colonies, comme vers un réservoir quelque peu mystérieux […] rempli de richesses nouvelles, qui viendront compenser tout ce que nous a coûté une guerre atroce et dévastatrice »172

  • 173 Allusion au texte de Roland Dorgelès, Sur la route mandarine paru en 1925.

106Il y a donc un rapport très complexe avec les colonies perçues comme concurrentes – perception signalée à plusieurs reprises – mais appartenant à l’espace de relations du lectorat. Témoignage supplémentaire de la présence du fait colonial dont on cherche à capter les effets positifs mais qui reste potentiellement une concurrence. La lecture de la critique d’un autre ouvrage de Charles Silvestre Le Voyage rustique (Plon, 1929) est révélatrice de ce rapport avec l’espace colonial. En 1929, Joseph Nouaillac propose à Lemouzi, revue des régionalistes, sa lecture d’un roman de Silvestre qu’il donne à voir comme un roman exotique. Le roman est « un grand voyage » qui, au lieu de transporter le lecteur « au cœur des cités de l’Inde mystérieuse », le conduit dans « un vieux bourg niché au sommet d’une colline verte, fertile en fontaines ‘avec l’indicible labourage de siècles qui l’environne’ ». La route qui « n’est même pas départementale » remplace la « route mandarine »173 qui conduit le lecteur non pas « dans quelque Angkor enseveli dans la jungle » mais « dans un village désert aux huit maisons ruinées où ‘il semble qu’une poigne gigantesque ait fouillé jusqu’aux entrailles ne leur laissant qu’une ossature broyée’ ». La stratégie d’inversion s’applique aux hommes :

  • 174 Joseph Nouaillac, « Le Voyage rustique de Charles Silvestre », Lemouzi, 1929, 58075, BFM.

« Quelle vie intense vous leur avez insufflée ! C’est que vous n’avez pas jeté sur eux en passant, le coup d’œil amusé du grand reporter qui en un rapide voyage, plante devant nos yeux des Bédouins, des Chinois, des Mongols, des Alaouites, des Gauchos, voire des apaches : compatriote, propriétaire rural, voisin, ami, confident, vous les avez fait causer, vous les avez soupesé. »174

  • 175 Delly, La Chatte Blanche, Flammarion, 1928.

107Le champ littéraire témoigne de cette relation ambivalente, à l’exemple des Tharaud reconnus comme auteurs régionalistes mais qui prêtent leur talent à la propagande coloniale. La remarque qui s’impose, que le sondage effectué dans des romans de grande consommation confirme, est que le monde colonial, malgré la politique de mise à distance, a intégré l’espace de relation des Français. La littérature de grande consommation présente dans les bibliothèques de la région n’a pas échappé à cette règle. Le monde colonial, quand il n’est pas le lieu de la fiction, fait partie de sa géographie, comme référent qui introduit la connivence avec le lecteur ou comme attribut de la personnalité du héros. Ainsi, dans La Chatte Blanche175, la présentation de l’expérience du héros emprunte aux romans de l’Ailleurs la thématique de la forêt. Dès le début du récit, l’espace colonial est sollicité. Le héros :

« M des Gesvres errait dans la forêt, sans réussir à retrouver sa route, sans avoir rencontré âme qui vive. […] Au cours de ses nombreux voyages, il avait connu des incidents de toutes sortes, quelques uns fort périlleux et, comparée aux jungles de l’Inde, aux forêts de l’Amazone, aux sommets du Thibet, cette honnête forêt franc-comtoise lui semblait un lieu de tout repos » (p. 1)

108Cet espace revient dans l’intrigue pour introduire un mystérieux trésor ramené des Indes et une « Hindoue d’une grande beauté » (p. 131). L’Algérie accueille un couple qui a transgressé les règles matrimoniales « Bernard, qui était officier, partit avec sa femme pour l’Algérie » (p. 32). La connaissance de l’espace colonial – le héros est l’auteur de Visions d’Orient – permet à l’écrivain d’attribuer au héros des qualités mondaines qui le rendent séduisant. Le récit renseigne sur les procédés d’écriture de l’écrivain qui glisse dans sa fiction des propos de justification de la colonisation. Lors d’une conférence sur la France en Orient donnée par le héros à une fête de charité, Delly rappelle que « Sa foi de chrétien, son ardent patriotisme trouvaient là un incomparable terrain » (p. 121).

  • 176 Catégorie spatiale qui présente des analogies avec celles définies par Antoinette Burton « home/aw (...)

109Ces procédés se retrouvent aussi dans les feuilletons et témoignent de l’omniprésence de l’espace colonial, qui n’est pas une toile de fond neutre mais bien un lieu d’expérience qui introduit des qualités nécessaires au récit. C’est un espace que l’on quitte, selon Jean-Marie Seillan, ou qui intervient dans la résolution de l’intrigue, procédés qui rappellent que la géographie coloniale fait partie des référents culturels des lecteurs mais constitue aussi un espace alternatif176.

  • 177 Le Bulletin officiel de l’instruction publique du 22/6/1923 inscrit la géographie de la colonisati (...)
  • 178 Bulletin mensuel de l’amicale des instituteurs et institutrices laïques de la Haute-Vienne, I/L39, (...)

110Ainsi, le retard culturel des périphéries, évalué à l’aune du centre parisien, n’a pas été un obstacle à la constitution de cercles qui se sont emparés d’un thème de la « société globale ». Effet de mimétisme ou homogénéisation culturelle, l’expansion coloniale a trouvé dans les deux départements des relais à la mesure de la région où l’urbanisation et l’effectif démographique sont faibles. Dans ce contexte, la diffusion du fait colonial a été assurée par la presse d’information mais a aussi généré des pratiques culturelles, en particulier des sociabilités autochtones qui ont intégré dans leur pratique une activité coloniale endogène. Enfin, si l’information coloniale est présente sous toutes ses formes dans la région, la structure des sociabilités, la distribution des ressources ont privilégié les populations urbaines, ceci permettant d’une part de relativiser l’importance du bain médiatique ; d’autre part, l’étude de la lecture comme vecteur de l’information coloniale a permis un utile rappel des conditions de l’enseignement et de son rôle dans la construction d’une « conscience coloniale » à laquelle a contribué l’enseignement de la géographie coloniale177 depuis les instructions officielles de 1923. Cependant cet enseignement, objet d’une évaluation au certificat d’études, est pratiqué conjointement et régulièrement avec la dictée ayant pour thème le monde rural ainsi que l’attestent les titres des dictées données au certificat d’études en Haute-Vienne au cours des années 1930 à 1935178.

  • 179 Herman Lebovics, La “Vraie France”. Les Enjeux de l’identité culturelle, 1900-1945, Belin, 1995. V (...)
  • 180 Ce transfert de savoir-faire peut être d’ailleurs illustré par le parcours biographique de quelque (...)

111Dans le temps, la Première Guerre constitue une inflexion à plus d’un titre. D’un point de vue culturel, la diffusion égale de la presse n’est réalisée qu’autour de 1914. La période qui s’ouvre ensuite avec la guerre voit disparaître une revue locale, relais de la propagande des agences officielles pro-coloniales, et le déclin ou la reconversion des sociabilités locales : la Société Gay-Lussac se donne une orientation exclusivement régionale dès 1907. La disparition des espaces de création que représentaient ces relais d’avant la guerre ne les fait pas disparaître totalement mais le fait colonial occupe un segment encore plus réduit de la vie culturelle. Ainsi, l’exemple du changement d’orientation de la Société de géographie de Brive, imposé par les priorités locales179, au tournant de la guerre, est aussi un indicateur du changement des rapports entre les deux espaces. En effet, la géographie qui s’est développée grâce à l’expansion européenne est mise ensuite au service de l’étude régionale, au même titre que l’ethnographie dont les méthodes, validées par l’expérience coloniale, ont été ensuite mises au service de la conservation des sociétés rurales menacées180. À l’image du roman de Charles Silvestre, les sociétés ont essayé de capter les flux en provenance de l’espace colonial pour la conservation des sociétés mais aussi dans une problématique d’ontologie sociale et culturelle de la « Vraie France », exposée par Herman Lebovics.

112Cette dernière remarque nous ramène par conséquent aux réalités de la socialisation des destinataires potentiels de l’information coloniale dont la diffusion a pu être entravée par des obstacles ne relevant pas de ce qu’il est convenu d’appeler l’anticolonialisme. La présence – culturelle – du fait colonial a imposé des stratégies de protection mais cette barrière culturelle est devenue, dans les ouvrages consultés, un élément de la fiction qui a pu permettre de déterminer les contours du « chez nous » et du « là-bas ». La littérature a contribué à définir l’altérité mais cette définition a été complétée par des référents spatiaux.

  • 181 Les Patriotes. La Gauche républicaine et la Nation, 1830-1870, Le Seuil, 2001, p. 281.

113Toutefois, la conclusion de Philippe Darriulat – qui demanderait une approche plus spécifique – invite à interroger les temporalités que nous avons dégagées. Il écrit en effet que « la Nation syncrétique des hommes de la IIIe République a perdu sa part de rêve pour s’ancrer dans un territoire, une culture, une histoire dans lesquels toutes les opinions doivent pouvoir s’identifier ». Le propos est encore plus édifiant quand il ajoute que la « page est définitivement tournée lorsque la patrie a cessé d’être révolutionnaire pour devenir française »181, c’est-à-dire en 1871.

  • 182 Le Sacre du citoyen, Gallimard, 1992, p. 558 et 577.
  • 183 « Rouge comme les campagnes », Le Limousin, terre sensible et rebelle, Georges Chatain, (Dir.), Éd (...)

114Faut-il dès lors recourir au terme d’anticolonialisme ? L’ambiguïté de cette attitude, vue à l’échelle d’un groupe, a été mise en évidence par les historiens de la colonisation. Sauf à l’extrême gauche, l’opposition à la colonisation s’apparente davantage à l’expression d’une concurrence des territoires. Par exemple, en refusant de financer les Semaines coloniales, Léon Bétoulle s’opposerait davantage à l’utilisation des deniers locaux au service d’une cause extérieure au département182. Cette attitude présente des points communs avec celle dégagée par Pierre Rosanvallon traitant de la question de la citoyenneté et des « frontières de la cité ». Il la définit « comme un espace de redistribution accepté », ce qui renvoie à la célèbre formule « La Corrèze avant le Zambèze ». La remarque de Pierre Vallin évoquant à propos du Limousin « l’esprit du lieu » témoigne en faveur de cette interprétation. Le Limousin d’aujourd’hui garde le « sentiment lancinant […] d’être en retard sur les autres et délaissé par le pouvoir, qu’il s’agisse de la distribution des crédits ou de la composition du gouvernement »183.

115Ainsi la compréhension de « l’idée coloniale » ne saurait-elle se réduire à un dialogue entre les discours coloniaux mais révèle d’autres facettes quand intervient un éclairage par l’histoire nationale.

Notes

1 Philoxène ou de la littérature coloniale, cité par Jean-Marc Moura, « Littérature coloniale et exotisme. Examen d’une opposition de la théorie littéraire coloniale », in Regards sur les littératures coloniales, Jean-François Durand, (Dir.), L’Harmattan, 1999, p. 21-39 ; p. 26.

2 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, PUF, 1998, p. 112.

3 Il y avait d’ailleurs débat au sein du groupe des écrivains coloniaux. Louis Bertrand écrivait par exemple : « Le vocable de coloniale accolé à celui de littérature ne m’a jamais agréé. Il exhale je ne sais quel vague parfum d’épicerie, de denrée alimentaire. Je ne l’aime pas et je crains bien que la chose ne vaille pas mieux que le nom… D’ailleurs, à mesure que nous avancerons, je suis persuadé que les générations nouvelles comprendront de moins en moins ce que l’on entendait autrefois par exotisme ou couleur locale. Il n’y a plus d’exotisme depuis que le premier venu peut parcourir la planète en paquebots et en chemins de fer et que les mœurs et les usages tendent à se rapprocher partout. D’un bout du monde à l’autre, il n’y a plus que des hommes qui sont aux prises avec les mêmes difficultés intérieures ou extérieures que nous. […] Le temps est passé de décrire les grands sabres des samouraïs et les vestiaires des mousmés… » (cité par Charles Régismanset, Le Miracle français en Asie, Crès, 1922, p. 162).

4 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 113.

5 Roland Lebel, Histoire de la littérature coloniale en France, Larose, 1931, p. 129 ; voir aussi p. 131 et 134.

6 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 113.

7 Roland Lebel, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 113.

8 Eugène Pujarniscle, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 114.

9 Marius-Ary Leblond, cités par Jean-Marc Moura, ibid., p. 114.

10 Jean-Marc Moura, ibid.

11 Roland Lebel, cité par Jean-Marc Moura, ibid., p. 117.

12 Ibid., p. 114.

13 Marius-Ary Leblond, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, vol. 7, 1987, p. 194.

14 Louis Bertrand, préface à Notre Afrique, Anthologie des conteurs algériens, 1925, cité par Paul Siblot, « Pères spirituels et mythes fondateurs de l’Algérianisme », Itinéraires et contacts de cultures, op. cit., p. 29-59 ; p. 41.

15 Louis Bertrand, cité par Eugène Pujarniscle, Philoxène…, op. cit., p. 14.

16 Marius Leblond, L’Empire de la France : sa grandeur, sa beauté, sa gloire, ses forces, Alsatia, 1944, p. 221. Voir Tzvetan Todorov : « Le patriotisme est en cela parfaitement symétrique et inverse de l’exotisme, qui renonce lui aussi à un cadre de référence absolu, mais non pas aux jugements de valeur, puisqu’il favorise, au contraire du patriotisme, ce qui n’appartient pas au pays où l’on est né. » (Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Le Seuil, Coll. « La couleur des idées », 1989, p. 204).

17 Sur Maurice Delafosse, voir Emmanuelle Sibeud & Jean-Loup Amselle, (Dir.), Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie, l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris/Abidjan, Maisonneuve & Larose/CEDA, 1998.

18 « Le roman d’aventures coloniales africaines (1863-1914) : essai de typologie », in Littératures et Colonies, Jean-François Durand & Jean Sévry, (Dir.), Les Cahiers du SIELEC, no 1, Kaïlash, 2003, p. 99-100.

19 Ibid., p. 102-103.

20 Ibid., p. 101.

21 Ibid., p. 103.

22 Ibid., p. 107.

23 « La construction de l’espace exotique dans le roman d’aventures au xixe siècle », in L’exotisme, Alain Buisine & Norbert Dodille, (Dir.), Cahiers du CRLH – CIRAOI, no 5, 1988, p. 353-364 ; p. 359.

24 Ibid., p. 361-362.

25 Jean-Marc Moura, L’Europe littéraire et l’ailleurs, op. cit., p. 21.

26 De cela témoigne, par exemple, Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad.

27 Histoire de la littérature coloniale…, op. cit., p. 115.

28 Un des points essentiels du discours des écrivains coloniaux consiste à souligner le lien quasi organique entre la réalité des liens économiques qui unissent la Métropole et la colonie et l’« apport » que représenteraient ces littératures écrites ailleurs. Le mimétisme dans l’expression est en effet frappant puisqu’il s’agit, par l’exploitation des richesses esthétiques des colonies, de procéder à l’enrichissement ou au renouvellement de la sensibilité française. Comme l’écrivent Marius-Ary Leblond, nos colonies sont « aussi nécessaires au ravitaillement de la sensibilité française que leurs matières premières le sont à nos renaissantes industries » (Anthologie coloniale, Peyronnet, 1943). Voir aussi Roland Lebel, « Le rapprochement est agréable à faire : aux deux pôles de l’empire colonial français, les auteurs coloniaux sentent que les lettres métropolitaines ont besoin d’un sang nouveau, d’un souffle du large qui vivifie l’air vicié et redonne la santé, de même qu’aux heures de péril les colonies ont fourni à la mère-patrie des soldats et des chefs. » (Histoire de la littérature coloniale…, op. cit., p. 172). Eugène Pujarniscle affirmait quant à lui que « la mise en valeur de nos colonies dont on parle plus que jamais à l’approche de l’Exposition coloniale, comprend l’exploitation de leurs richesses esthétiques aussi bien que de leurs richesses matérielles » (Philoxène…, op. cit., p. 5).

29 Marius-Ary Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, 1926, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, op. cit., p. 192. Voir déjà sur ce thème le texte de Gabriel Charmes dans la Revue des Deux Mondes en 1883, cité par Raoul Girardet, L’Idée coloniale en France…, op. cit., p. 58.

30 Marius-Ary Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, 1926, cités dans Itinéraires et contacts de cultures, op. cit., p. 191.

31 Dépossession du monde, cité par Gérard Leclerc, Anthropologie et Colonialisme. Essai sur l’histoire de l’Africanisme, Fayard, 1972, p. 39.

32 Voir Martine Astier-Loufti, Littérature et Colonialisme. L’Expansion coloniale dans la littérature romanesque française, 1871-1914, Mouton, 1971, p. 44. Sur ce point, voir aussi William Cohen, Français et Africains. Les Noirs dans le regard des Blancs, 1530-1880, Gallimard, 1980.

33 Martine Astier Loufti, Littérature et Colonialisme, op. cit., p. 71-72 ; nous soulignons.

34 Ibid., p. 44 ; nous soulignons.

35 Ibid., p. 140. C’est aussi la position de Léon Fanoudh-Siefer, Le Mythe du nègre et de l’Afrique noire dans la littérature française (de 1800 à la 2e Guerre Mondiale), Klincksieck, 1968, p. 13.

36 Jean-Marie Seillan, « Le roman d’aventures coloniales africaines (1863-1914) : essai de typologie », op. cit., p. 116.

37 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne, 1850-1940, Aubier, 2002, p. 211.

38 Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, 1978, p. 257.

39 Alain Corbin, Archaïsme et Modernité en Limousin…, op. cit., t. 1, p. 382.

40 Ibid., p. 393.

41 165T1-A, ADC.

42 Office Sylvestre de Tulle 1892, E12569 ; Var Paul, 1903, E 12595 et Teyton, 1896, 1897, 1900 et 1902, E12579, ADC

43 Office Asselineau de Brive 1889 et 1890, E19289 et E19290 ; Office Pradel de Lamaze à Brive, 1890 et 1891, E19291 à E19297, ADC.

44 Inventaire de Fanny Marbeau, Office Asselineau de Brive, 1890, E19291, ADC.

45 Fanny Fadat, lingère, office Pradel de Lamaze à Brive, 1891, E19293, ADC.

46 Noë Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique et à la bibliothéconomie populaire, Bernay, A l’enseigne de la Queue du Chat, 1995.

47 Catalogue Dupont adjudicataire choisi par le ministère, 1878, 41T1, ADC.

48 À l’origine, les bibliothèques populaires crées en 1867 se distinguaient des bibliothèques scolaires, dissociées par Paul Ducourtieux et Loïc Artiaga. Situées sous le Second Empire en milieu urbain, elles essaiment dans le milieu rural à partir de 1890. Elles s’installent dans la mairie et assurent en milieu rural les mêmes fonctions que les bibliothèques populaires urbaines et sont absorbées à la fin du siècle par l’institution scolaire. Le Limousin. Notices scientifiques, historiques, économiques, op. cit. et Loïc Artiaga, Bibliothèque populaire en Haute-Vienne 1865-1936, maîtrise d’histoire, 40J45, ADHV

49 Le Limousin. Notices scientifiques, historiques, économiques, op. cit., p. 390.

50 Ibid.

51 Bibliothèques populaires, F/17/13539, AN.

52 État au 31/12/1901, 1902, 173T1A, ADC.

53 Enquête sur les lectures rurales, 1930, 4T52, ADHV.

54 Loïc Artiaga, Bibliothèque populaire en Haute-Vienne…, op. cit.

55 Ces données ont été établies pour l’année 1930, Tout Limoges et Limousin, Annuaire Dumont et Almanach Limousin réunis, 58035, BFM.

56 Bibliothèque du département de Corrèze. Maire de Valliergues, arrondissement d’Ussel, 173T1A, ADC. En 1930, le constat du maire de Videix (Haute-Vienne) n’est pas différent. Il note « que depuis longtemps les bibliothèques scolaires ne reçoivent aucune subvention en nature ou en argent et que par hasard s’il est attribué des volumes ce sont des ouvrages hors de la portée des campagnards et comprennent des données ayant été imprimées il y a 30 ou 40 ans. Il est évident qu’il est superflu d’offrir en lecture Les Trois Carnot, Toute la Guyane, Enfance de Michelet, Les Papillons, Héloïse et Abélard ! ! ! » 4T52, ADHV.

57 État au 31/12/1901, 173T1A, ADC.

58 « Nous verrions avec plaisir le Ministère nous accorder des livres mais à la condition toutefois qu’ils soient plus intéressants et mieux à la portée de nos campagnards. », 4T52, ADHV.

59 Si on se fie à la mémoire de Maurice Genevoix, la médiocrité des choix de lecture est commune à bon nombre de régions. Dans sa préface à la réédition de La Terre qui meurt, de 1978, il écrit : « Nos “bibliothèques” lycéennes étaient pauvres : Gautier, Dumas, La Tulipe Noire, Le Capitaine Fracasse, d’aventure Mon petit Trott, encore Mon oncle et mon curé, tout cela gainé d’une moleskine funèbre à décourager le plus robuste appétit. » (Calmann-Lévy, 1987).

60 Marc Lagana, Le Parti colonial français, op. cit.

61 Françoise Melonio, Naissance et Affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Le Seuil, 2001, p. 201.

62 Littérature de découverte et de conquête antérieure à 1870, constituée à la fois de récits, de compte-rendus de missions, de notes de voyages, etc.

63 Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, PUF, 2001.

64 « La propagande coloniale à l’école primaire sous la Troisième République, 1871-1914 », op. cit., p. 226.

65 « Littérature coloniale et exotisme. Examen d’une opposition de la théorie littéraire coloniale », op. cit., p. 32.

66 Fonds Littérature populaire, Université de Limoges. La Bibliothèque est une des réalisations du mouvement coopératif d’inspiration socialiste qui est en essor dans la région. L’étude de Georges Dauger et Daniel Dayen indique qu’un « limougeaud sur quatre » a adhéré à l’Union de Limoges en 1931 (Histoire du Limousin contemporain, Corrèze, Creuse, Haute-Vienne de 1789 à nos jours, Le Puy Fraud, Lucien Souny, 1997, p. 169).

67 « A propos de l’Exposition Coloniale », Revue limousine, 1931, 58095, BFM.

68 Forceries Humaines. L’Indochine litigieuse. Esquisse d’une entente franco-annamite, André Delpeuch, 1926.

69 Cochinchine, Rieder, 1926.

70 L’Idée coloniale en France…, op. cit., p. 253.

71 Avis aux lecteurs, Catalogue de 1938, Limoges, Impr. Bouilhac.

72 Ibid.

73 Jean-François Chanet, « La fabrique des héros, Pédagogie républicaine et culte des grands hommes de Sedan à Vichy », Revue Vingtième Siècle, janv.-mars 2000, no 65, p. 13-34.

74 Jean Drault, Chapuzot à Madagascar, Gauthier-Languereau, 1938.

75 Maire de Beaulieu au préfet le 4/1/1890, 41T2, ADC ; conseil municipal de Baumont au député le 22/2/1896, 41T2, ADC ; maire de Courteix du 2/2/1902, 173T1A, ADC.

76 Bibliothèque populaire en Haute-Vienne 1865-1936, op. cit.

77 20 titres de littérature enfantine où n’apparaît aucun ouvrage sur la colonisation ; 29 ouvrages destinés aux adultes dans lesquels sont insérés l’ouvrage de Mgr Freppel sur l’amiral Courbet et La Chaumière indienne de Bernardin de Saint Pierre, 1896, Bibliothèque populaire communale d’Eyjeaux, ADHV.

78 Registre d’entrée et de sortie des livres prêtés hors de l’école de Saint-Bonnet-près-Bort, 1895-1923, Bibliothèque populaire communale, 414T15, ADC. En 1936, la population atteint 303 hab.

79 Registre de prêts de la bibliothèque populaire de l’école publique de Saint-Augustin, T1318 bis12, ADC. En 1936, la population atteint 902 hab.

80 Registre de prêts scolaires, Saint-Martin-la-Méanne, 1925-1934, 1333W, ADC.

81 Registre de prêts de l’école de garçons de Peyrat-de-Bellac, 1T1148, ADHV. En 1936, la population atteint 1 065 hab.

82 La notion d’« unité générationnelle » utilisée par Reinhart Koselleck rend compte du phénomène d’accumulation d’expérience à l’œuvre dans ce contexte. Sans renoncer à l’expérience individuelle, l’auteur dépasse aussi le cadre de la génération pour indiquer que des unités générationnelles acquièrent « des vagues d’expérience politique » qui constituent « des unités d’expérience » et qui permettent d’identifier les unités générationnelles (L’Expérience de l’histoire, Mutation de l’expérience et changement de méthode, Esquisse historico-anthropologique, Hautes Études/Gallimard, Le Seuil, 1997, p. 209).

83 Charavay & Mantoux, s. d.

84 Voyage dans le Soudan occidental (Sénégambie, Niger) 1863-1866, Hachette, 1868.

85 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure, op. cit.

86 Carte dressée par Victor Forot, in Géographie économique de la Corrèze, Étude initiale pour aider au développement industriel, commercial, artistique, touristique du Bas-Limousin, Impr. ouvrière administrative, commerciale et industrielle, « La Gutenberg », 1921, (2/36), ADC.

87 Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, Thèse de l’École nationale des Chartres, 1986.

88 L’Afrique. Choix de lectures de géographie accompagnées de résumés, d’analyses, de notes explicatives et bibliographiques et ornés de 57 vignettes, de 10 cartes tirées en couleur et de 32 cartes intercalées dans le texte, Belin, 1886.

89 S’agit-il de l’ouvrage de Thierry Augustin, Premier [-septième] récit des temps mérovingiens, Hachette, 1881-1887 ?

90 Bibliothèque scolaire, 41T2, ADC.

91 Office Asselineau de Brive, inventaire du 13/12/1890, E19291, ADC.

92 Office Sylvestre de Tulle, inventaire du 28/6/1892, E12569, ADC.

93 Édouard Lefèvre de Laboulaye, Souvenirs d’un voyageur, Hachette, 1857.

94 Office Teyton à Tulle, inventaire du 23, 24/3 et 3/41897, E12579, ADC.

95 Ouvrages les plus lus en 1874, en 1876 et en 1878, littérature, 41T1-1, ADC.

96 Célèbre ouvrage de Johann Wyss paru avec une introduction de Charles Nodier (Lavigne, 1843), constamment réédité depuis.

97 Rapport de l’inspecteur primaire de l’académie au préfet sur l’état de la bibliothèque populaire de Limoges, 4T46, ADHV.

98 Sylvain Venayre, La Gloire de l’aventure…, op. cit., p. 48.

99 Ibid., p. 89.

100 Charles Seignobos, Histoire sincère de la nation française, Essai d’une histoire de l’évolution du peuple français, Rieder, 1933, p. 503.

101 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, Instruction morale et civique en action, Livre de lecture courante, cours moyen, Belin, 1891, p. 267.

102 Albin Michel, 1928, p. 9

103 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit.

104 Leçon LXXXIV, Ibid., p. 251.

105 Ibid., p. 251.

106 Cité par Marielle Mouranche, Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, op. cit., p. 31.

107 « […] le système de références objectivement formulable qui pour chaque œuvre […] résulte de trois facteurs : l’expérience que le public a du genre dont elle relève, la forme et la thématique d’œuvres antérieures dont elle présuppose la connaissance, et l’opposition entre le langage poétique et langage pratique, monde imaginaire et réalité quotidienne. », Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 49.

108 Ibid., p. 258.

109 Ibid., p. 260.

110 Registre matricule d’artillerie de marine, 43Yc733, 43Yc785 et 43Yc786, Archives de Vincennes.

111 Armée coloniale, engagement, H53, 1895, Archives municipales de Limoges.

112 Comités d’action coloniale, 8M18, ADHV.

113 Dominique Danthieux, « Métayage et grande propriété foncière en Haute-Vienne », Ruralia, no14, 2004, p. 75-94 ; p. 78.

114 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit., p. 74.

115 Les demandes multiples de médailles coloniales que nous avons notées dans le Limousin, conservées dans la série R, confirment la fierté que les anciens militaires semblent retirer de leurs faits d’armes.

116 G. Bruno, Les Enfants de Marcel, op. cit., p. 76.

117 Paul Ricoeur, L’Idéologie et l’Utopie, Le Seuil, 1997.

118 Johann Michel, « Le Paradoxe de l’idéologie revisité par Paul Ricoeur », Raisons politiques, no 11, août 2003, p. 149-172., p. 165.

119 The Ideology of French Imperialism, 1871-1881, op. cit.

120 Ernest Lavisse, Histoire de France, cours élémentaire, Armand Colin, 1918, 11e édition.

121 Nathalie Petiteau a noté que le mythe napoléonien reprit une nouvelle vigueur grâce aux Républicains (Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Le Seuil, [1999], 2004). Signalons au passage que Paul Gaffarel met ses compétences au service de la Revue napoléonienne.

122 « La propagande coloniale et l’image du noir sous la Troisième république, (1870-1914) », op. cit., p. 223-228.

123 Compte-rendu signé Le Vingou, Le Nouvelliste de Bellac, 4/8/1895, I/L296, ADHV.

124 Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants, 1914-1918, Armand Colin, 2004, p. 250

125 Impr. de J.-J.-T. Clochard, 1887.

126 Peyrat-de-Bellac : 298 votants sur les 525 inscrits préfèrent le député Camille Gabiat, candidat de droite en concurrence avec le radical Henri Vacherie, Élections du 8/5/1898, 1233M155, ADHV. En 1902, Gabiat devance de quelques points le même adversaire (309 votants, 142 pour Henri Vacherie et 165 pour Camille Gabiat), Élections d’avril-mai 1902, 3M156, ADHV.

127 Commande de prix, Lycée de jeunes filles de Limoges, 1T955, ADHV.

128 Arrêté du 15/12/1915 réglementant les bibliothèques des écoles publiques, Bulletin de l’instruction primaire, no 4, 10-11-12/1922.

129 Georges Dauger & Daniel Dayen, Histoire du Limousin, op. cit., p. 145.

130 Le solde migratoire établi pour la Corrèze en 1921-1926 est de -6222 ; en Haute-Vienne -2882. La population passe pour le premier de 317 000 en 1906 à 273 000 en 1921. En Haute-Vienne, elle est de 385 000 en 1906 et passe à 350 000 en 1921, Un siècle et demi de population en Limousin, op. cit.

131 Le 25 mai 1930, la fête du centenaire de Mistral se déroule à Blond (Haute-Vienne).

132 Évelyne Crison, Les Groupements d’originaires de la Corrèze à Paris sous la Troisième République, thèse, Nancy II, 1996 ; citation extraite de Lemouzi de févr. 1895, p. 431.

133 Le Nouvelliste de Bellac, 24/7/1932, IL/296, ADHV.

134 Enquête sur les lectures rurales, 4T52, ADHV.

135 Délibération du conseil municipal de Chaillac, 23/11/1930, 4T52, ADHV.

136 Le maire fait sans doute référence au recueil d’Émile Verhaeren paru en 1895.

137 Mohamed Bouazzaoui, L’Opinion publique en Haute-Vienne et le Maroc. La guerre du Rif, 1925-1926, maîtrise d’histoire, Limoges, 1983.

138 Le Nouvelliste de Bellac, 24/5/1925, IL/296, ADHV.

139 Les Anticolonialistes…, op. cit. et Aux origines des tiers-mondismes, colonisés et anticolonialistes en France, 1919-1939, L’Harmattan, 1982.

140 Rapport de la police municipale au préfet de Haute-Vienne, 6/6/1925, Le dossier 1M194, Antimilitarisme 1925 est conservé aux ADHV.

141 Rapport de la police municipale au préfet de Haute-Vienne, 18/7/1925, 1M194, ADHV.

142 Ordre du jour du Congrès de la Fédération de la Haute-Vienne des associations des mutilés, réformés, anciens combattants, veuves, orphelins et ascendants, le 16/8/1925, 1M194, ADHV.

143 14/5/1925, Biondi, Les Anticolonialistes, op. cit., p. 136.

144 Tract recopié par les services de la police, Rapport du commissaire central au préfet de Haute-Vienne, 17/10/1925, 1M194, ADHV.

145 Rapport de la police municipale au commissaire central, 17/10/1925, 1M194, ADHV.

146 1M194, ADHV.

147 Rapport du commissaire de police au sous-préfet de Rochechouart, 12/10/1925, 1M194, ADHV.

148 Délibération du conseil municipal de Saint-Junien, 17/5/1925. Le préfet demande au sous-préfet de ne pas la faire figurer sur le registre de délibérations le 19/5/1925. 1M194, ADHV.

149 Note du préfet au sous-préfet de Saint-Junien, 19/5/1925. 1M194, ADHV.

150 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Saint-Junien réuni en session extraordinaire, 9/8/1925. 1M194, ADHV.

151 Extrait du registre des arrêtés du préfet, 29/7/1925. La délibération est aussi annulée par le conseil de Préfecture. 1M194, ADHV.

152 Délibération du conseil municipal de Rochechouart, 22/11/1925. 1M194, ADHV.

153 Courrier du secrétaire du syndicat central de la céramique au préfet de Haute-Vienne, 21/10/1925. 1M194, ADHV.

154 Il compatit aux souffrances des mères, femmes et sœurs des « de ceux qui souffrent le martyre et qui tombent victimes de ces idoles grossières qui s’appellent le Lucre et l’Orgueil National » et rappelle que « l’impérialisme colonial est l’une des formes les plus nuisibles du régime capitaliste et qu’il n’a pour but que d’enrichir quelques flibustiers et d’assurer le prestige de quelques soudards ». Tract du syndicat central de la céramique, 20/10/1925, 1M194, ADHV.

155 Rapport du sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Yrieix au préfet de Haute-Vienne, 10/10/1925. 1M194, ADHV.

156 Rapport du commissaire de police au sous-préfet de Rochechouart, 12/10/1925. 1M194, ADHV.

157 Rapport spécial journalier du commissaire central au préfet, 12/10/1925. 1M194, ADHV.

158 Rapport de la réunion intersyndicale du 28/9 du commissaire spécial de Limoges au préfet de Haute-Vienne, 29/9/1925. 1M194, ADHV.

159 Rapport du 17/10/1928 au ministère de l’Intérieur. Surveillance individuelle et correspondance concernant les Annamites, Nord Africains, 4M208, ADHV.

160 Rapport du commissaire spécial de Limoges au préfet de Haute-Vienne, 28/10/1929, 4M208, ADHV.

161 Rapport du 30/10/1934, 4M208, ADHV.

162 Du 9 au 10/1/1930, l’assassinat de Français par des tirailleurs mutins est à l’origine d’une vague de représailles suivie en mai 1930 d’une révolte paysanne en Cochinchine et au Nord de l’Annam.

163 Bessines-sur-Gartempe, Chateauponsac, Le-Dorat, Mézières-sur-Issoire, Nantiat (Haute-Vienne), Saint-Sulpice-les-Feuilles, Limoges, Bellac, Rochechouart, Saint-Junien, Centenaire de l’Algérie, 1M230, ADHV.

164 Caravanes scolaires, circulaire préfectorale aux maires, 18/8/1931, 1T149, ADHV.

165 Réponse du maire de Breuillefa (Haute-Vienne), Caravanes scolaires, 1931, 1T149, ADHV.

166 Caravanes scolaires, 1931, 1T149, ADHV.

167 « Que de fois ai-je visité dans mes voyages aux colonies des entreprises de culture, fondées par des capitaux français, pour discipliner la fécondité de la nature tropicale […] », Octave Homberg, L’École des colonies, op. cit., p. 59.

168 « À notre époque où l’Agriculture manque de bras, il n’est pas de charge plus lourde que cet Impôt du Temps qui prive les pères de famille, sans qu’il puisse y suppléer d’autre part, du travail de ses enfants ! », Élections du 27/4/1902, 3M156, ADHV.

169 Aimée Villard, fille de France, Plon, 1924, p. 222-223.

170 « Le paysage du savant », in Les Lieux de mémoire, t. 1, La Nation, Gallimard Quarto, 1997, p. 997-1 033. ; p. 1011.

171 « La volonté de mettre en valeur des terres neuves, telle est la réponse virile à cet ‘à quoi bon ?’ que murmurent en nous certaines fatigues et certaines lâchetés. » Octave Homberg, L’École des colonies, op. cit., p. 102.

172 Ibid., p. 3.

173 Allusion au texte de Roland Dorgelès, Sur la route mandarine paru en 1925.

174 Joseph Nouaillac, « Le Voyage rustique de Charles Silvestre », Lemouzi, 1929, 58075, BFM.

175 Delly, La Chatte Blanche, Flammarion, 1928.

176 Catégorie spatiale qui présente des analogies avec celles définies par Antoinette Burton « home/away », « On the Inadequacy and the Indispensability of the Nation », After the Imperial Turn : Thinking with and through the Nation, Durham/London, Duke university press, 2003, p. 4.

177 Le Bulletin officiel de l’instruction publique du 22/6/1923 inscrit la géographie de la colonisation dans le programme de géographie du Cours moyen sous la rubrique « La France et ses colonies ». Dans le B.O. du 30/3/1938, cet enseignement est présent dans celui du cours supérieur. Circulaires, 1T16, ADHV.

178 Bulletin mensuel de l’amicale des instituteurs et institutrices laïques de la Haute-Vienne, I/L39, ADHV.

179 Herman Lebovics, La “Vraie France”. Les Enjeux de l’identité culturelle, 1900-1945, Belin, 1995. Voir en particulier la reconstitution de l’itinéraire de Louis Marin.

180 Ce transfert de savoir-faire peut être d’ailleurs illustré par le parcours biographique de quelques hommes de la région : Victor Forot, Grandclément, Antoine Bos, Félix Vidalin…

181 Les Patriotes. La Gauche républicaine et la Nation, 1830-1870, Le Seuil, 2001, p. 281.

182 Le Sacre du citoyen, Gallimard, 1992, p. 558 et 577.

183 « Rouge comme les campagnes », Le Limousin, terre sensible et rebelle, Georges Chatain, (Dir.), Éditions Autrement, 1995, p. 56-64 ; p. 63.

Table des illustrations

Légende Tableau 11 : Évolution des bibliothèques scolaires : effectifs, fonds et pratiques de lecture49.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/11743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Tableau 13 : Enquête sur les bibliothèques populaires ou communales ou libres51.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/11743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses universitaires du Midi, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search